Navigation – Plan du site

Légitimités énonciatives dans le discours littéraire-médiatique :inscriptions subjectives et positions inégales

Isabelle Laborde-Milaa et Malika Temmar

Texte intégral

En Angleterre, en 1936, George Orwell écrivait qu’« à première vue, le marché du livre se réduit à une cynique et banale escroquerie. Z écrit un livre qui est édité par Y et critiqué par X, dans le W... Si la critique est mauvaise, Y ne passera pas de publicité dans le W..., de sorte que X devra choisir entre parler d’un “chef d’œuvre impérissable” et se faire flanquer à la porte ». [cité par T. Discepolo, www.acrimed.org, 19.09. 2005]

1. Introduction

1Notre travail porte sur l’instance productrice du discours critique présent dans les suppléments et rubriques littéraires de la presse quotidienne française et de certains news magazines : le corpus (Le Figaro, Le Monde, Libération, ainsi que Le Nouvel Observateur et Marianne) s’étend sur sept semaines (fin août à mi-octobre 2005). Le choix de cette période, intermédiaire entre la vacance estivale (où les suppléments et rubriques littéraires changent de format, contenus et signatures) et la fièvre des prix littéraires (notamment le Goncourt en novembre), nous a paru propice à l’analyse des fonctionnements les plus habituels de ce « discours littéraire-médiatique ». Nous nous centrons, d’autre part, sur les pages et/ou articles consacrés à la littérature française, plus significatifs quant au déploiement des identités énonciatives et à leurs enjeux.

2A lire ces documents, dans une posture d’analyste qui croise ces matériaux, sans les disséminer de semaine en semaine comme dans la lecture ordinaire (ainsi que le rappelle A. Krieg-Planque 2000 : 76-80), on est frappé par l’extraordinaire répétition des fondements évaluatifs et des termes utilisés – et cela d’un support à l’autre. Relativement à cette neutralisation des différences, notre orientation est la suivante : ces publications se distingueraient moins par leur identité idéologique (droite/gauche, pour le dire vite) que par les types et les stratégies de légitimation qu’elles mettent en œuvre. Se font jour, en effet, des usages différenciés de places institutionnelles, lesquelles sont occupées (dans le réel comme dans l’énonciation) par des individus apparemment interchangeables…

3La question des postures énonciatives sera ici centrale, mais en tenant compte des paramètres institutionnels, apparemment extérieurs à la production littéraire stricto sensu, en réalité constitutifs du fait littéraire dans son entier, lequel comporte les discours critiques : « Le commentaire n’est pas extérieur : il participe du texte littéraire et le constitue » (Y. Reuter 1990 : 9). Le niveau textuel et énonciatif de ces objets se charge de sens, s’il est référé aux enjeux discursifs et aux positionnements qu’ils induisent dans le champ littéraire. D’où le recours à des concepts tels que autorité, légitimité, contexte, stratégie, qui appartiennent au cadre de l’analyse de discours ; c’est ce qui nous permet d’envisager l’ensemble du corpus avec sa logique : on peut avancer qu’il constitue une formation discursive homogène (P. Charaudeau, D. Maingueneau 2002 : 269 sq.).

4La sociologie des institutions (dans la lignée de P. Bourdieu) rejoint ainsi – sans s’y substituer – la question de l’inscription plus ou moins masquée, dans le tissu énonciatif, des identités, des statuts et de leurs mécanismes d’ajustement et de complémentarité :

 […] la légitimité et les hiérarchies qui l’expriment résultent des rapports de force symboliques qui s’instaurent entre les composantes multiples, dont les instances légitimantes. On peut donc postuler une interaction constante qui fera, par exemple, qu’un critique apportant sa reconnaissance à un auteur retirera de sa légitimation un surcroît de légitimité pour lui-même. Cela revient à dire qu’il n’y a pas de position autonome dans le champ autonomisé ; toute position est toujours et par avance fonction des autres. (P. Bourdieu 1992 : 88)

5Outre les deux catégories de locuteurs confrontées ci-après, un troisième niveau reste à dégager : celui d’une instance qui chapeaute l’ensemble, lui donne sa cohérence, dans le cadre même de chaque support de presse analysé. Cette approche permettrait de relativiser la responsabilité individuelle des scripteurs signataires, en la situant au sein d’une architecture qui engage la publication.

2. Les locuteurs journalistes

6On dégage deux principaux locuteurs dans notre corpus. Dans la PQN comme dans les news magazines, deux instances discursives contrastées construisent la critique littéraire médiatique à savoir :

7- un locuteur à « statut » (voir partie 2)

8- un locuteur-journaliste tenant un discours informatif et en même temps évaluatif sur l’œuvre.

9Nous verrons dans un premier temps comment se construit, dans le discours de la critique médiatique littéraire, « le journaliste-locuteur ». Quelques remarques au préalable sur ce locuteur : d’une part, il constitue une bien étrange figure car il cumule des particularités qui semblent aller dans un sens opposé par rapport à la subjectivité : son discours est désembrayé, mais il multiplie les prises de position et les manifestations modales (R. Vion 2004 : 100 et sq.). D’autre part, son statut de journaliste est problématique : en tant que locuteur-journaliste, il doit s’effacer pour paraître objectif, il est en même temps critique littéraire et, à ce titre et en vertu du contrat générique, il doit afficher sa subjectivité.

10On a dans la rubrique « littéraire », une contrainte particulière : il faut à la fois que le texte de presse joue son rôle d’information, de mise en scène de la nouveauté littéraire dont il doit rendre compte par la présence du discours d’autrui, tout en se positionnant par rapport à ce discours. La construction de la posture énonciative pour ces locuteurs journalistes se joue donc essentiellement autour de l’effacement énonciatif et de ses enjeux (par différence d’avec les locuteurs à statut, voir infra).

11C’est à partir de cette tension que nous avons choisi d’étudier cette instance. Tension qui donne lieu à des ambiguïtés interprétatives : tantôt le locuteur journaliste apparaît comme un sousénonciateur, tantôt comme un surénonciateur. Tout en maintenant cette ambigüité, nous avons opté ici pour une lecture qui fait du locuteur-journaliste un surénonciateur, au vu de la situation de pouvoir (sur les auteurs et ouvrages chroniqués) qui est la sienne au sein de la rubrique.

2.1. Un genre préférentiel : le résumé avec citations

12C’est d’abord le genre textuel qui efface tout locuteur, L1 comme l2 (qui n’apparaît pas en tant que source). Le résumé avec citations auquel semblent s’apparenter ces textes nous invite à les considérer comme induisant un point de vue objectif sur les livres. Comme « résumés », ils donnent accès au contenu fictionnel et remplissent par là une fonction informative. En témoigne ce passage, représentatif en la matière :

[1] L 22.09, A. Iommini-Amunategui

Sharon a 42 ans, elle porte perruque et bas de laine, même au soleil. Sharon est juive orthodoxe, elle vit à Jérusalem. Elle est divorcée, et son fils Eli vient d’exploser dans un bus. Son fils Eli, soldat d’un moment, d’un service, a tué, puis a été tué. Sharon ne compte pas les points, ni les cadavres, elle ne voit pas plus loin que son fils mort, son enfant unique, disparu qui lui bouche toute la vue. « Le souvenir d’Eli la tirait sans cesse par le col jusqu’à l’étrangler presque. » Mais il ne reste quidam sur qui cracher ou sur l’épaule de qui pleurer : que des miettes de corps. « Elle ne pouvait pas plus embrasser Eli qu’elle ne pouvait gifler son assassin. » Son fils était le martyr d’un martyr. Les mots mélangent leur sens, se vident, il ne demeure rien, que l’absence du fils. Sharon est pieuse, elle fréquente un rabbin « strict et jovial ». Le Bonhomme « disait la Loi, et la Loi mettait les limites ». Sharon s’y conforme. « A chaque minute correspondait un geste. De minuscules cérémonies intimes encadraient la vie quotidienne. » Ces prescriptions, c’est pratique pour avancer droit dans un monde soudain effondré.

13 Compte tenu de la thématisation des personnages, de la restitution d’une chronologie, de l’installation sans médiation énonciative de l’univers romanesque, ce texte semble remplir sa fonction de résumé de l’œuvre. L’effacement de L1 semble s’imposer, dans ce cadre, alors même qu’il a la parfaite main mise sur l2, absent en tant que source.

14Dans ces types de passage, les citations sont rarement commentées. Il arrive qu’elles soient suivies d’une phrase, que l’on interprétera comme un commentaire de L1 sous couvert de discours indirect libre. Ainsi dans l’extrait suivant :

[2] Sharon s’y conforme. « A chaque minute correspondait un geste. De minuscules cérémonies intimes encadraient la vie quotidienne. » Ces prescriptions, c’est pratique pour avancer droit dans un monde soudain effondré.

15La phrase qui suit la citation en italique fait office de commentaire de la citation qui précède tout en ne se manifestant pas comme telle. En effet, le choix de recourir au présent permet de l’assimiler au récit lui-même, qui est à ce même temps, mais simultanément, ce présent montre que L1 a changé le jeu des temps verbaux puisque le discours romanesque cité s’inscrit, lui, dans un système de temps au passé. Au total, cette phrase, en maintenant l’EE de L1, en montre tout à la fois les limites. La citation se charge alors d’une double fonction : elle est une preuve de l’objectivité… et, par sa disparité avec son entour, accuse le fait qu’il y a bien eu modification et recontextualisation.

16Un cas particulier est à signaler, qui participe de l’EE avec affirmation modale renforcée : lorsque le critique délègue l’appréciation à un autre locuteur (libraire, en l’occurrence) qui propose un PDV que n’aurait pas assumé L1 dans les mêmes termes – celui d’un énonciateur e2, leste ou néophyte, censé être plus proche, peut-être, du lecteur en ce qu’il n’adopte pas la rhétorique du critique. Là encore, l’intérêt de cette pratique est d’accréditer l’objectivité de L1, qui s’efface derrière une autre source, tout en renforçant l’évaluation positive des ouvrages de rentrée ici traités – ce qui est bien l’enjeu de l’article qui a sélectionné « Les 10 favoris » pour en assurer la promotion.

[3] NO 25.08, A. Crignon

(Alain Caron) « C’est un des trucs les plus intéressants en littérature française ces dernières années. A la fois très religieux et très cul, je ne sais pas comment les gens vont le prendre. »

(Emmanuel Delhomme) « C’est à la fois tendu, mystérieux, mystique, désespérant. C’est mon premier Germain. Ça donne envie de lire tous ses livres pendant deux mois. »

17Ces deux exemples montrent que l’effacement énonciatif du locuteur journaliste n’est que tendanciel ; cet effacement contraste fortement avec les affirmations modales.

2.2. Les affirmations modales

18Les textes sont également bouclés – souvent à la toute fin – par une série de manifestations modales (logiques, axiologiques et affectives) qui donnent à voir une prise de position sur l’œuvre considérée. On peut s’en convaincre avec la fin de l’extrait [1] (supra), dans laquelle est évalué le roman.

[4] L 22.09, A. Iommini-Amunategui

Gilles Rozier a le même âge que sa Sharon : il lui a transfusé son sang d’encre, une sensibilité et des nerfs ; Sahron s’appelle en réalité Rose et Rozier en fait un personnage d’une étrangeté limpide, un bout de papelard carrément humain. La Promesse d’Oslo est le sixième livre de Gilles Rozier, pas le moins bon.

19Il y a dans ce passage comme effet de glissement, on est passé de la recherche de restitution de l’univers romanesque construit par l2 au commentaire engagé sur l’œuvre a priori référable à L1. Ces commentaires sont soutenus, en outre, par une argumentation qui vient asseoir la prise de position : en témoignent les connecteurs logiques qui parsèment les textes.

[5] F 1.09, B. Galimard Flavigny

Le narrateur, dans un style cru, mais qui ne manque pas d’images, décrit l’existence de ces gens d’ici, ses anciens camarades, les amis de sa sœur, sa famille, les voisins. Une chronique provinciale en somme, version, vingt et unième siècle. 

[6] Mar 17/09, P. Girard

En dépit de sa jeunesse, Hafid Aggoune est comme un grand frère qui nous aide à nous frayer un chemin dans le maquis de l’existence par le biais de splendides et âpres fulgurances. Un très beau livre.

20Il faut rappeler que la citation et a fortiori le montage des citations participe de l’argumentation puisqu’il a eu sélection et montage dans la mise en scène du résumé du livre lui-même. De plus, de façon explicite, une évaluation s’effectue avec le recours aux modalisations, mais également de façon plus implicite par les reprises anaphoriques qui catégorisent en portant un jugement esthétique ou moral. L’analogie peut même accompagner ces formes pour surenchérir dans la modalisation ; elle a cet intérêt qu’elle convoque le plus souvent un domaine d’expérience quotidienne donné comme partageable avec le lecteur.

[7] Mar 17/09, A. Liebaert

N’était ce style au jasmin, qu’Anna Moï maîtrise avec merveille, on refermerait le livre avec un sentiment étrange de gâchis. » […] Dans ce livre où il faut avoir l’œil d’aigle, il y a vingt-neuf chapitres, et chaque chapitre est aussi dense et disparate qu’un Bo-bun, ce plat vietnamien qui réunit beaucoup d’ingrédients.

[8] F 22/09 S. Lapaque

C'est mieux qu'un roman, un herbier des enchantements perdus. Il suffit de tourner les pages d'Une adolescente en Gueldre, pour que des bribes de poèmes s'en échappent comme des fleurs séchées composant une anthologie accordée à l'étymologie du mot. Un bouquet de vers.

21Ces émergences diversifiées de modalités viennent contredire la valeur de synthèse objective que semblaient présenter les résumés, elle-même soutenue par le plan énonciatif non-embrayé. Il y a en effet coexistence voire concurrence de ces deux lectures ; celle-ci prend sens si on analyse la scène énonciative qui soutient ces comptes rendus critiques.

2.3. Le lecteur modèle imaginaire

22On est frappé, dans la plupart des textes, par le recours à un on « omnipersonnel » (S. Marnette, 2004 : 52), intégrant à la fois le journaliste et ses lecteurs.

[9] L 15/09, E. Loret

Philippe Garnier qui n’est pas journaliste à Libération, l’avait déjà suggéré dans son éloge de la tiédeur en 2000 (PUF). Il clôt ce premier roman sur l’image d’une arche de Noé où l’on peut vivre dans les éboulis, mais en « transhumance ».

[10] Mar. 8/10, A. Liebaert, p. 84

Mais si Naipaul appartient à l’évidence à la grande famille des « mécontemporains », nulle aigreur dans son roman. La magie de la sa prose traversée d’éclairs d’humanité reste entière et on suit avec passion les aventures de ce pauvre Willie.

23Dans ces cas, le recours au on désembraye partiellement le propos tout en l’embrayant sur la situation d’énonciation qui est en fait la situation de lecture. A travers cette forme, il s’opère une universalisation. Le jugement du locuteur journaliste, par extension, s’inscrit dans ce que pourrait être le jugement des lecteurs. Loin de renvoyer à la seule expérience de lecture de L1, il présuppose un lecteur modèle universel au nom duquel parle le locuteur-journaliste.

24Ce procédé tend à dessiner, en creux, une figure de lecteur générique et non de destinataire cible, que ne concrétise pas plus le vous. Très rare, ce déictique instaure un lecteur abstrait, surtout quand il s’associe à une forme impersonnelle. On ne peut pas dire que se produise ici une coénonciation dans un partage de points de vue :

[11] N.O 29/09, V. Monnier

Le tout est raconté d’une plume sèche, sans ambages, renforçant la violence de la charge. A vous démotiver des contingents entiers de forces vives de la nation tertiaire ! 

3. Les locuteurs à « statut »

25Commençons par un rappel prudent, emprunté à A. Rabatel (2004 : 11) :

[…] il n’est pas obligatoire que le surénonciateur corresponde à un statut sociologique ou politique dominant, à une domination intellectuelle […]. Il serait donc réducteur de réifier les postures en fonction des places et stratégies voire des situations. En revanche, la contribution des postures à la dynamique des places est précieuse : en effet, les rapports de co- sur- et sousénonciation sont surdéterminées par la dialogie interactionnelle et par la situation objective antérieure, mais doivent être vérifiés (ou contestés) au cours même de l’interaction.

26De même que les locuteurs-journalistes « de base », pourrait-on dire, se trouvent bien en position surplombante sous couvert d’un relatif EE cohérent avec leur identité professionnelle, de même ces locuteurs du deuxième type sont du côté de la surénonciation, mais selon des modes spécifiques dont on examinera quelle figure ils construisent et quelles relations ils instaurent avec les locuteurs ou énonciateurs convoqués.

3.1. Comment les définir ?

27Nous avons retenu trois paramètres, lesquels ne fonctionnent pas identiquement pour un même scripteur :

28Le statut, explicitement signalé, par rapport à l’institution littéraire 

29L’identité au sein du support de presse : responsabilité professionnelle

30L’affichage matériel dans les pages : rubrique régulière, encadré, titre spécifique, longueur des articles.

31D’un côté, des signatures permanentes se dégagent clairement, explicitement pourvues d’un statut valorisé (et valorisant) : Angelo Rinaldi de l’Académie française (« la chronique » en 1ère page du supplément du Figaro) ; Patrick Besson (« la chronique littéraire » dans Marianne). D’un autre côté, des locuteurs apparaissent occasionnellement : J.-Pierre Guéno, Pierre Assouline (lui-même critique au Monde et à Lire), Max Gallo. On les reconnaît comme prestigieux au fait que leur nom s’accompagne d’une mention de leur identité d’écrivain ou de leur statut temporaire « L’invité » (Figaro) – lequel produit une inférence quant à l’autorité du scripteur. Enfin, plus délicats à catégoriser, des scripteurs journalistes dont on sait par ailleurs qu’ils sont aussi écrivains et/ou rédacteurs en chef, et qui bénéficient d’articles nettement plus longs ou de plusieurs articles la même semaine. C’est le cas de Jérôme Garcin (NObs), Jean-Baptiste Harang et Mathieu Lindon (Libération) - avec, à noter, une matérialisation plus nette pour Josyane Savigneau (ex-directrice du Monde des livres) qui bénéficie d’un article régulier encadré en bas de la p. III et indexé « parti pris ». Les frontières sont en partie floues, certes, mais les phénomènes énonciatifs nous permettent de décider qu’il est pertinent de dégager une catégorie de scripteurs aux positionnements communs malgré la diversité des statuts objectifs.

32Pour ces locuteurs, la responsabilité fonctionne à la fois comme un présupposé pragmatique (ma position responsable m’autorise à…) et un effet de l’énonciation qui se déploie. Quant aux manifestations énonciatives et modales, elles vont se caractériser à la fois par la démultiplication et l’exacerbation par rapport à ce que nous avons pointé chez les premiers locuteurs.

3.2. Les marques énonciatives et leurs référents

Les marques personnelles

33On observe une grande abondance, laquelle se traduit de deux façons. D’une part, les pronoms regroupent le on, le nous, le je, le vous (non en datif éthique), avec une répartition tendancielle selon les scripteurs : les trois formes pour Rinaldi, Besson, Harang (et ce dans un même article) ; le on, et parfois le je et le vous pour Garcin et les locuteurs occasionnels. D’autre part, on se caractérise par sa plasticité référentielle : s’il est bien le pronom le plus utilisé, ses occurrences vont au-delà du couple locuteur-lecteur vu précédemment, car il sert aussi à référer à des entités individualisées ou collectives, relevant de la personne comme de la non-personne. Au sein d’un même article, on peut désigner alternativement L1 (auquel s’ajoute ou non le lecteur), le lecteur seul, l’auteur critiqué, un personnage de l’ouvrage, tout autre référent dans lequel ne s’inclut pas le je et qui peut assumer le rôle d’un l2 (« On me l’a raconté » F 29.09 Rinaldi).

Les identités du sujet parlant

34Plus significatif encore est le fait que, contrairement à leurs collègues journalistes, ces locuteurs prestigieux thématisent leur je privé : se constitue alors une figure iconoclaste de critique produisant des formes langagières (trivialité) et des objets de discours (sexualité) qui tranchent avec les autres articles.

[12] Mar 10.09 Besson

Il faudrait vérifier sur Internet mais j’ai la flemme. En plus, ma femme est partie avec l’ordinateur. Ça devait finir comme ça. Ils passaient toutes leurs soirées ensemble.

[13] F 6.10 Rinaldi

Cher Weyergans, si, à nos âges, nous « b… » encore, en serons-nous pour autant rajeunis dans l’œil de nos contemporains ?

[14] NO 25.08 Assouline

C’est curieux parce que je l’ai bien connu [Salgues], et avec moi il ne parlait que de littérature et de drogues, d’écrivains et de rugby, et n’enculait personne, du moins en ma présence.

35Est exhibée également leur activité critique, c’est-à-dire d’évaluation et d’écriture journalistique, de préférence par le je – manière de revendiquer l’exercice de sa subjectivité en son nom propre –, ce qui construit une figure de critique subtil, autonome et, par là même, valorise la fonction ainsi nourrie de la sacro-sainte valeur de l’indépendance.

[15] Mar 3.09 Besson

J’ai déjà comparé, l’année dernière, Isabelle Minière à Anna Gavalda.

[16] NO 22.08 Garcin

Par quel miracle arrive-t-il in fine à retomber sur ses pieds, je ne vous le dirai pas mais c’est un joli salto arrière.

36De ces deux identités, laquelle légitime l’autre pour valider l’argumentation en cours ? On peut penser qu’une circularité s’instaure : le statut de ces locuteurs, affiché dans la publication et devenu familier pour le lectorat régulier, autorise l’inscription personnelle qui, en retour, individualise la figure du locuteur, renforce sa place privilégiée parmi les journalistes et lui donne un droit discursif au point de vue le plus subjectif. Le je fonctionne alors comme un argument à soi seul : il renvoie à une position d’autorité qui dispense ainsi, et paradoxalement, de l’activité même du raisonnement critique, lequel cède la place à l’énoncé du goût personnel, de l’humeur, du moins dans certains passages précis :

[18] Mar 27.08 Besson

J’aime aussi beaucoup, dans Les Fils de la Veuve, la présence lente, têtue, presque sonore, de la vieillesse : [citation de l’ouvrage]

3.3. La surénonciation à deux niveaux

Diversité des l2 convoqués

37Cela passe, de fait, d’abord par les auteurs traités qui sont cités nommément, dès le début, en tant que sources. Manifestement, par contraste avec tout un ensemble parmi les autres articles, la critique s’établit ici de L1 à l2, et pas seulement vers un e2 reformulé. D’autre part, on observe une profusion de locuteurs convoqués. On peut ainsi regrouper :

38- les écrivains célèbres, et cela particulièrement chez l’académicien Rinaldi :

[19] F 15.09 Rinaldi

Flaubert et Proust, dont nous sommes le très humble porte-parole, niaiseux Planchet de ces deux immenses mousquetaires, l’ont dit, redit et ressassé : pour le roman, il n’y a qu’un seul temps qui vaille, et c’est l’imparfait.

39- les éditeurs, dont le critique cite et commente les 4èmes de couverture pour leur caractère trompeur ;

40- certains acteurs extérieurs au fait littéraire, tels des hommes politiques qui font l’objet d’un traitement ironique, car leur mention crée un décalage sémantique :

[20] Mar10.09 Besson

Ce que le défunt Georges Marchais appelait, dès 1983, le « glissement à droite de la société ».

41- des personnages ordinaires, de la rue, amorces de fiction qui sont mises en scène : « les gens » chez Besson, « Mme Ginette » chez Rinaldi.

42On pourrait penser que la sous-énonciation s’instaure dans le cas où est convoqué un auteur célèbre, mais cela s’interprète plutôt comme un argument classique d’autorité en [19], renforcé par l’humilité énoncée (mais la dire est-il humble ?), qui légitime une conviction normative de L1 bien installée par ailleurs, puisqu’il épingle régulièrement le temps présent en usage dans le roman contemporain. De même, en [21], où la reformulation évaluative de l’écrit de Gide renvoie d’abord à la lecture lettrée qu’en opère L1 :

[21] NO 22.09 Garcin

Evidemment, on pense à l’indémodable sotie d’André Gide, Paludes, brillant exercice de style sur le livre qui ne s’écrit pas et le voyage annoncé qui n’aura jamais lieu.

43En revanche, elle s’instaure curieusement avec les personnages ordinaires : citation assez longue, suivie d’un commentaire approbateur ou qui renchérit. Façon ostentatoire de minimiser voire récuser les points de vue experts au profit d’un énonciateur de bon sens et de vrai goût – au moment même où l’ensemble de la critique valide justement la position de spécialiste volontiers érudit ?

L1/E1 dominant

44Toutes sortes de marques sont ici à rassembler, qui concernent aussi bien la relation de L1 à son propre discours que la relation établie à celui d’autrui – l’auteur chroniqué, en l’occurrence, que nous privilégions ici.

45La rareté des citations empruntées à l2 auteur est, d’emblée, frappante. Les ouvrages sont reformulés donc soumis au point de vue de L1, et ce d’autant plus que les contenus fictionnels sont moins résumés que catégorisés, par exemple :

[22] NO 25.08 Garcin

Il a fallu qu’il s’éloigne pour écrire, face à l’Atlantique, sans que sa colère soit retombée, ce livre universel sur une abjection cantonale ; cette chronique cantonale d’une abjection universelle.

[23] Mar 1.10 Besson

Il y a toujours eu beaucoup de gens riches dans les romans de Stéphane Denis mais, dans Minty, il n’y a plus que ça, avec quelques moustiques et quelques domestiques. Denis a finalisé la richologie, science inventée naguère par […]

46Quand elle est présente, la citation n’illustre pas le récit mais elle est prise à témoin ou à partie, et participe donc d’un dialogisme très affirmé. Nous dégageons, sans exhaustivité, les procédés suivants.

47- « La » bonne citation, censée résumer l’ouvrage :

[24] F 15.09 Rinaldi

La première avait prévenu : « Tu sais, il me faut un bifteck par jour. » Et tout est dit d’une prétention d’ouvrière.

48- Le commentaire ironique semblant adhérer à l’énoncé de l2, et proférant un jugement implicite de stupidité :

[25] Mar 8.10

Besson Il [le héros] est donc seul. En plus, il boite. Ce qui donne à Besson l’occasion de faire une remarque orthopédique : « Quand on a, comme moi, la jambe qui traîne, une hanche qui fait défaut, on n’est pas vraiment libre de ses mouvements. » Certes.

49- Le commentaire rectifiant l’énoncé de l 2, qui reformule celui-ci de façon disqualifiante, ce qui a ici pour effet de transformer l2/e2 en ‘ravie de la crèche’ :

[26] F 29.09 Germain

Hier, Mme Germain aurait été capable de nous remplir de nostalgie. Peut-être son erreur d’aujourd’hui vient-elle de la théorie qu’elle affiche : « Ecrire, c’est descendre dans la fosse du souffleur pour apprendre à écouter la langue, respirer là où elle se tait. » Aucun endroit sur terre n’est moins favorable au miracle de la Pentecôte et à la surabondance de la grâce que cette cavité sous la scène où l’on périt à moitié d’asphyxie.

50- Le commentaire – métalinguistique, cette fois – de l’énonciation de l 2 :

[27] Mar 8.10 Besson

Le barman « opine sans décrocher la mâchoire ». Parce qu’il y a des gens qui « opinent » en « décrochant la mâchoire » ? C’est ça qu’on appelle des Opinel ?

51- L’absence de tout commentaire pour une citation : celle-ci, bien choisie et insérée dans ce qui devient quant au genre un portrait satirique, installe E1 en creux, sous l’allure d’une sousénonciation. Cette pratique est spécifique de P. Besson dans ses critiques d’éreintement.

52Enfin, hors traitement de la citation, L1 use des procédés suivants pour installer son propre discours en position surplombante.

53- L’imbrication de résumé du contenu fictionnel et de commentaire personnel qui n’est pas, cette fois, interprétable comme du DIL du personnage dans le cotexte :

[28] Mar 3.09 Besson

Elaine Robinson, prête à le larguer pour le médecin qu’elle avait largué pour lui à Santa Monica. Ce n’est pas drôle d’épouser une femme moins bien que vous, mais c’est sinistre d’en épouser une mieux. Toute votre vie, elle vous fera sentir qu’elle vous a fait un cadeau et que vous ne lui en avez pas fait un.

54- Le commentaire de sa propre énonciation : la modalisation autonymique, sous couvert de ménager l 2, ne fait que le dévaluer davantage en pointant l’acte même de dévaluation :

[29] F 29.09 Rinaldi

Est-ce demander beaucoup que de réclamer un peu d’art ? On n’en décèle guère dans l’entreprise présente, où le ton est soutenu, pour dire les choses en des termes moins vifs que grandiloquence et incantation.

55A propos de toutes ces manières de dire l’autre et de se dire, qui seraient propres à ces locuteurs « à statut », il est un fait significatif : la coexistence dans un même support de deux articles sur le même ouvrage. C’est le cas de Marianne, qui, à cinq semaines de distance, publie d’abord un bref compte rendu écrit par un journaliste de la rédaction, puis la chronique de Patrick Besson – sur un certain Philippe Besson. Ce n’est donc pas l’information qui prime, ni l’orientation argumentative (négative dans les deux cas), mais bien les manières de se prononcer contre, jusqu’à l’exclusion définitive de la communauté des écrivains par le biais de la chronique.

3.4. Consécration de soi et d’autrui

56Nous évoquerons, pour terminer, certains fonctionnements qui éclairent plus particulièrement les enjeux de l’activité discursive de ces locuteurs prestigieux, enjeux dont ils peuvent être les acteurs et qui les dépassent également.

57On remarque la prégnance d’un énonciateur générique qui, dans un discours monologique, édicte la Loi littéraire. Il correspond à un « énonciateur abstrait et complexe » ou « universel », comme le désigne R. Vion (2001 : 334), édictant des valeurs sur des objets de discours tels que la jeune littérature contemporaine française (Besson), le pamphlet et le roman (Rinaldi), les vrais et les faux romanciers (Guéno), les écrivains de littérature et non d’autre chose (Harang), etc.

58Récurrents sont ainsi les énoncés, qui quittent brusquement le contexte singulier des ouvrages et de L1 pour basculer dans une universalisation où domine l’EE, jusqu’à la disparition du on : les valeurs parlent d’elles-mêmes.

59On peut rattacher à cela une posture énonciative ambivalente, quand L1 se fait à la fois critique et archétype d’écrivain :

[30] L 25.08 Harang

Les écrivains écrivent des livres quand il ne leur arrive rien, inventent des histoires lorsque les leurs ne méritent pas de déplacement de justice. Mais que faire d’une histoire qui leur tombe dessus et n’est pas seulement la leur, mais celles de dizaines d’enfances et de vies brisées par un homme coupable, certes, mais par le silence de toute une communauté ? Est-ce le moment de se taire ?

[31] M 26.08 Savigneau

Plus que du courage, il faut de la modestie pour tenter de faire publier son premier roman. Ensuite, il reste à espérer que certains lecteurs auront toujours du bonheur à ouvrir le livre d’un inconnu risquant l’aventure de la mise en mots.

60Cette fusion entre E1-critique et e2-écrivain, ou ce glissement, sont rendus possibles par l’impersonnel, par l’infinitif et son sujet virtuel qui peut être actualisé aussi bien par le il(s) de « son » ou « leur » que par un nous de communauté d’écrivains. De même pour la prise en charge de l’argumentation en « mais… certes » en [30] : la dernière question peut se lire comme Est-ce le moment qu’ils se taisent ? ou bien : Est-ce le moment de nous taire ? – ce qui situe le scripteur à une place très différente vis-à-vis de l’auteur dont il traite, de la corporation des écrivains, du lecteur.

61Enfin, à travers ces brouillages énonciatifs, se font jour des enjeux de promotion symbolique et économique. Il s’agit bien de promouvoir ou de récuser des auteurs (in)dignes d’être écrivains, de les intégrer ou non dans la communauté des pairs – du fait que ces locuteurs font partie, eux, de cette communauté à des degrés divers, y ont des places à maintenir ou à conquérir encore. C’est ainsi que l’on peut interpréter plusieurs énoncés en référence aux réseaux socio-économiques qui organisent le fait littéraire :

62- par l’inversion des rôles dans un jeu de miroirs énonciatif : Patrick Besson est lui-même objet d’une critique littéraire de la part de Max Gallo, dans laquelle il devient à la fin non plus un locuteur ou un énonciateur mais une nouvelle catégorie littéraire fondatrice :

[32] Mar 27.08 Gallo

Saint-Sépulchre : roman philosophique ? Pas plus que roman historique. Roman de Patrick Besson.

63- par le recours à l’anecdote, qui valorise indirectement le locuteur comme un initié :

[33] Mar 3.09 Besson J’ai déjà comparé, l’année dernière, Isabelle Minière à Anna Gavalda. Elles ont du reste le même éditeur, ce grand type contracté, Dominique Gaultier, patron du Dilettante.

64- par l’allusion aux enjeux éditoriaux et à certaines polémiques, sous couvert de l’évaluation d’une écriture :

[34] M 26.08 Savigneau

Même si l’on a rarement la sensation qu’on a eue, en lisant les premiers Houellebecq ou Yannick Haenel, d’être en présence d’un écrivain qui va se construire dans la durée, on a constamment d’agréables surprises. Et, contrairement aux clichés sur la littérature française actuelle – étroite, narcissique…–, la plus grande diversité est au rendez-vous.

4. Conclusion

65Par contraste avec George Orwell (exergue en début) démontant les circuits de diffusion-promotion et leurs acteurs-locuteurs, on citera le journaliste du Monde, Patrick Kéchichian, qui thématise l’activité du critique littéraire dans ses relations à son objet :

Le Monde, 7.10.05 (sur B. Leclair, Verticalités de la littérature. Pour en finir avec le jugement critique, Champ Vallon)

Si la littérature est bien une démarche de soi et du monde, la critique littéraire, y compris journalistique, doit l’être également, à son niveau. Attachée à la littérature qui est en train de se faire, dépendante d’elle, orpheline et sans objet hors d’elle, la critique, du moins en ses meilleurs moments, ne se contente pas d’accomplir une tâche de médiation et de promotion – celle à laquelle on l’invite ordinairement à servir. Elle participe de cette connaissance, la complète. L’adjectif « littéraire » ne devrait pas avoir, ici, un autre sens.

66Désinscription énonciative partielle, énonciateur générique correspondant à un critique littéraire modèle, argumentation en deux temps symétriques : tous les indices sont réunis pour indiquer un locuteur distancié soucieux d’afficher un énonciateur irréprochable déontologiquement (celui qui incarnerait la célèbre « subjectivité honnête », formule du fondateur H. Beuve-Méry ?).

67Mais ce désir revendiqué de transparence à la littérature semble du même ordre que l’objectivité revendiquée qui irrigue encore les croyances des journalistes vis-à-vis de leur travail. De ce fait, il met en jeu une bizarre représentation de la responsabilité, plutôt contradictoire. Soit le réel extralinguistique – i.e. la littérature – domine : le journaliste s’en fait le porte-parole, le rapporteur effacé, mais où serait alors sa prise de responsabilité dans ce face à face largement fantasmé entre lui et l’œuvre littéraire ? Soit il revendique sa responsabilité énonciative, culturelle, éducative qui consiste à tenir un discours sur ou pour, voire contre, mais pourquoi lit-on alors cet EE dominant ?

68L’institution médiatique assume peut-être mal le fait de constituer l’une des instances de légitimation, donc de co-fabrication des écrivains, tout en ayant le désir (et un intérêt) de participer aux événements qui se produisent dans cet espace public qu’est devenu le littéraire. En recourant à deux types de commentateurs du fait littéraire, résoudrait-elle cette contradiction ?

69C’est peut-être là que nous trouvons, en écho à ce que nous signalions dans l’introduction, l’efficacité d’une ultime instance qui cimente l’ensemble, y compris dans les disparités que met en scène la publication. La mise en espace et en titres de la critique médiatique littéraire constitue, dans chaque support, une arène imaginaire où se juxtaposent (ou se répondent) des discours évaluatifs, des acteurs individualisés, des instances collectives, des niveaux de légitimité. Des scénographies très diverses sont mobilisées (modèles de l’école, du guide touristique, du match sportif, etc.) au gré des sous-rubriques, créant une scène d’énonciation interactive qui infléchit les relations triangulaires (critique/ouvrage/lecteur). C’est dans cette architecture sophistiquée que prennent place et sens les textes de nos deux types de locuteurs – comme le souligne D. Bertelli (2006 : 173), plaidant pour une « approche contextualiste » de la critique littéraire journalistique :

Un compte rendu tire sa valeur non seulement de l’organe-support qui l’accueille, organe dont il convient d’apprécier le degré de consécration qu’il confère et les positionnements politiques/idéologiques et socioculturesl/ énonciatifs dans le champ des périodiques ; de la surface qui lui est dévolue ; mais encore de son emplacement dans la page (et le cas échéant de son emplacement dans le supplément littéraire du périodique considéré), et donc des effets induits par les interrelations qu’entretiennent les articles dans l’ensemble de la page ; de la nature de son titre ; de la présence ou non de photographie(s) ; et du degré de consécration que confère sa signature […]

70Les textes critiques fortement encadrés par divers signaux sont, au total, pragmatiquement contraints. Ils sont en effet déterminés par l’une ou l’autre des deux visées contraires - éloge ou blâme - qui font du support un distributeur de sanctions positives ou négatives. Dernier niveau énonciatif, donc, que celui d’un « archi- » ou « hyper- » ou « méta-énonciateur », sorte de régie silencieuse qui n’en est pas moins responsable de choix de traitements ou d’exclusions, même au sein d’une concurrence médiatique effrénée.

Haut de page

Bibliographie

Bertelli D. [2006] « La réception du fait littéraire par la critique journalistique », Questions de communication, n° 8, Université de Nancy, 165-179.

Bourdieu P. [1992, 1998] Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire. Seuil.

CHARAUDEAU P. [2005] Les médias et l’information. L’impossible transparence du discours, Bruxelles-Paris, De Boeck-Duculot/INA.

CHARAUDEAU P., MAINGUENEAU D. éd. [2002] Dictionnaire d’analyse du discours, Seuil.

Jourde P. [2002] La Littérature sans estomac, L’esprit des péninsules.

kerbrat-orecchioni C. [1980] L’énonciation. De la subjectivité dans le langage A. Colin.

Krieg-planque A. [2000] « Analyser le discours de presse. Mises au point sur le "discours de presse" comme objet de recherche », Communication, vol. 20, n°1, Université de Laval [Québec], Editions Nota Bene, 75-97.

Laborde-Milaa I. et Paveau M.-A. [2003] « L’ancrage médiatique des normes littéraires », in R. Amossy et D. Maingueneau éd., L’analyse du discours dans les études littéraires, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, p. 363-378.

MAINGUENEAU D. [1998] Analyser les textes de communication, Dunod.

MAINGUENEAU D. [2004] « Hyperénonciateur et "particitation" », Langages, n° 156, Larousse, 111-127.

Marnette S. [2004] « L’effacement énonciatif dans la presse contemporaine », Langages, n° 156, Larousse, 51-65.

Rabatel A. [2000] « Valeurs représentative et énonciative du "présentatif" c’est et marquage du point de vue », Langue française, n° 128, Larousse, 52-74.

Rabatel A. [2004] « L’effacement énonciatif dans les discours rapportés et ses effets pragmatiques », Langages, n° 156, Paris, Larousse, 3-18.

Rabatel A. [2005] « La part de l’énonciateur dans la construction interactionnelle des points de vue », Marges linguistiques, www.marges-linguistiques.com, n° 9, 115-136.

Koren R. [2004] « Argumentation, enjeux et pratiques de l’"engagement neutre" : le cas de l’écriture de presse », Semen, n° 17, Presses Universitaires Franc-Comtoises, 19-41.

REUTER Y. [1990] « Définir les biens littéraires ? », Pratiques, n° 67, Metz, CRESEF, 5-15.

Vion R. [2001] « "Effacement énonciatif" et stratégies discursives », in M. De Mattia et A. Joly éd., De la syntaxe à la narratologie énonciative, Ophrys, 331-354.

Vion R. [2004] « Modalités, modalisations et discours représentés », Langages, n° 156, Larousse, 96-111.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Laborde-Milaa et Malika Temmar, « Légitimités énonciatives dans le discours littéraire-médiatique :inscriptions subjectives et positions inégales », Semen [En ligne], 22 | 2006, mis en ligne le 02 mai 2007, consulté le 23 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/semen/2832

Haut de page

Auteurs

Isabelle Laborde-Milaa

Ceditec - Université Paris 12

Articles du même auteur

Malika Temmar

Ceditec - Université d’Amiens

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page