Navigation – Plan du site

AccueilNuméros11Textes

Notes de la rédaction

Venu à Besançon pour le séminaire Texte, lecture, interprétation, en 1993-94, Bernard Vargaftig nous avait magistralement ouvert la fabrique de l'un de ses poèmes dont il avait gardé en mémoire les saisies des étapes successives de la composition.

A défaut de la visite de sa forge poétique que nous ne sommes pas en mesure de proposer ici, nous en offrirons plutôt les produits, comme Bernard Vargaftig nous l'a suggéré, en reproduisant quelques-uns des poèmes de son dernier livre, Dans les soulèvements (publié par André Dimanche que nous tenons à remercier ici de nous laisser les reproduire) et en y adjoignant en guise de préface les remerciements encore inédits qu'il adressait en 1991 à l'Académie Mallarmé qui venait de le distinguer.

Le laisser ouvrir ce volume rappellera la préséance de la création sur I'analyse ; elle sera notre manière de saluer et de remercier l'un de nos grands poètes.

A.C.& F.M.

Texte intégral

Remerciement à l'Académie Mallarmé (juin 91)

1De l'honneur que vous avez bien voulu faire à ce que j'ai écrit, peut-être est-ce cet instant de vous remercier qui est, pour moi, le plus important.

2Il y avait, en contrebas de la ferme dans laquelle l'enfant traqué que j'étais a passé, en 1944, quelques mois, un laurier dont les seuls souvenirs qui m'accompagnent sont l'ombre violente et un incessant frémissement. Et c'est ce que je retrouve dans ce qui, grâce à vous, m'arrive aujourd'hui. Voici le vent vif, voici le mouvement de l'ombre, voici que bouge et s'éparpille ce qui semblait être figé. Voici ce que vous me donnez et je vous en exprime ma gratitude.

3Car c'est bien d'un bouleversement qu'il s'agit. La nécessaire solitude du travail d'écrire, et, livre après livre, le fait d'être comme emporté par la dialectique de ce que nous découvrons et explorons, se trouve, tout à coup, projeté dans un autre temps que celui qui nous est intérieur, et un autre temps que celui, périssable, des livres. Ce qui se passe, intimement, entre le lecteur et notre livre et que nous ne pouvons imaginer, le fait que ce que nous avons écrit il y a plus ou moins longtemps devienne le temps réel de quelqu'un, redevienne, tout simplement, du temps, vous me permettez soudain de le vivre quelques minutes.

4De l'unité à l'éparpillement, de l'aveu d'être au mouvement du monde, de l'éblouissement à l'énigme, de l'aveu d'aimer à encore l'aveu d'aimer, et des crimes et de l'injustice insupportable à la confiance – cette confiance éperdue qu'est écrire, et à nouveau de l'unité à l'éparpillement, voilà l'espace en moi, voilà ce qui me traverse. Tout y est moyen et matière, et tout, d'un caillou jusqu'au sens qui échappe, de l'histoire, et de la prosodie et de la syntaxe jusqu'à l'enfant qui court, tout y est langage. Moyens, matière, langage et vécu qui se métamorphosent, par le travail, en quelque chose de mortel.

5Quelque chose d'interminable et de mortel.

6C'est de cela que celui dont le nom nous rassemble ici, Stéphane Mallarmé écrivait :

Car j'installe par la science,
L'hymne des coeurs spirituels
En l'œuvre de ma patience.

7de cela qui n'appartient qu'à tous, oui, c'est de cela que profondément je vous remercie.

Poèmes

8(extraits de Dans les soulèvements)

Chaque fois les montagnes
Avec l'effacement tracé dans le rêve
Les descriptions se remémorent
La stupeur d'avoir crié
Et quand l'acceptation
Nomme l'anonymat qu'il y a toujours
Mortellement comme est la hâte
A travers le ciel intime
L'abandon se produit
Le désarroi si tendre dans l'impudeur
Qu'en penchant le commencement
Et la faiblesse reçoivent
Profondément
Les ombrages font glissement et proximité
Comme s'il manquait toujours l'image
Quand l'ampleur m'a parcouru
La fragilité sans soumission s'accomplissait
Il y a l'air
Et l'invasion se déplace
Les significations l'équilibre
Avec si bref
L'aveu et les moyen de l'aveu où la constance
Étonnée rattrape un grondement
Que l'obscurité pénètre
Tant de présent
Où revient soudain l'ailleurs nommé et anonyme
Dont le goût en se précipitant
Comme le dénuement tremble
Quel récit sous le refus de la désolation
Pénètre en moi
Est-ce de plus en plus vite
L'énigme si tout avait bougé
Si la frayeur
Échappait toujours un saisissement un silence
Que le désert a oublié et
Dit dans l'immensité d'être
L'emportement parle à pic
Les rocailles la vitesse imprévisible
Le brouhaha jusqu'à l'abandon
Quand bonheur et commencement plongent
Comme le tumulte tressaille
Comme après la poursuite une
Respiration que te nommer fait entendre
Et l'infléchissement se détache
Où sous l'aveu l'excès de lumière
Devient l'image de la chute

Haut de page

Bibliographie

Chez moi partout, Pierre Jean Oswald, 1967.

La Véraison, Gallimard, 1967.

Abrupte, hors commerce, 1969.

Description d'une élégie, collection « Poésie 75 », 1975.

Jables, collection « La Petite Sirène », Messidor, 1975.

Éclat & Meute, supplément au n° 69 de la revue

Action poétique, 1977.

La Preuve le meurtre, La Répétition, 1977.

Orbe, collection « Textes/Flammarion » , Flammarion, 1980.

Et l'un l'autre Bruna Zanchi, Pierre Belfond, 1981.

L'Air et avec, Lettres de Casse, 1981.

Cette matière, André Dimanche, 1986.

Le Lieu exact ou la Peinture de Colette Deblé, Passage, 1986.

Lumière qui siffle, collection « Poésie 86 » , 1986.

Suite Fenosa (avec Bernard Noël), André Dimanche, 1987.

Orée vers l'œuvre de Jacques Clerc,

Les Cahiers du Confluent, 1987.

Nancy, Æncrages & Co, 1988.

Portrait imaginaire de Jean Tortel, L'Apprentypographe, 1988.

Un gouffre ou l'image dans ce que peint Michel Steiner,

La Sétérée, 1989.

Voici ou Un souffle à travers « Journal du regard »

de Bernard Noël, Æncrages & Co, 1990.

Ou vitesse, André Dimanche, 1991.

Distance nue, André Dimanche, 1994.

Le monde, le monde, André Dimanche, 1994.

Dans les soulèvements, André Dimanche, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Vargaftig, « Textes »Semen [En ligne], 11 | 1999, mis en ligne le 03 mai 2007, consulté le 05 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/semen/2851 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.2851

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search