Navigation – Plan du site

Espaces des Fleurs du Mal

Jean-Marie Viprey

Résumé

Le choix de l'objet de J.-M. Viprey, Les Fleurs du Mal, et de la procédure de linguistique quantitative informatisée qu'il met en œuvre, trouve son origine dans une réflexion théorique sur les relations de l'espace et de l'écriture. C'est la structuration sémio-lexicale d'un texte défini comme « espace écrit virtuel polystructurant » qui est étudiée à partir de couples de vocables que leur fréquence relative fait saillir comme pertinents. La navigation de J.-M. Viprey le mène du texte au texte à travers l'établissement de son état informatique et la vérification de la validité de l'investigation par comparaison avec les acquis de la tradition critique baudelairienne. Plus que l'efficacité instrumentale de l'informatique, c'est sa capacité heuristique à mettre le lecteur en dialogue avec lui-même qui est soulignée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Je souligne.

 […] C’est surtout de la fréquentation des villes énormes, c'est du croisement de leurs innombrables rapports1que naît cet idéal obsédant, celui de la prose poétique.
Baudelaire, Le Spleen de Paris

1Cette dédicace des Petits Poèmes en Prose à leur premier éditeur, Arsène Houssaye, dessine une parfaite figure de ce que je me pose comme objet de recherche sous la formulation d'espace textuel, ou d'espace sémiotique.

2A l'arrière-plan de cette lecture, très orientée, des Fleurs du Mal, s'inscrit d'abord une problématique des relations de l'espace et de l'écriture. Écriture doit s'entendre ici tant comme un produit dans le code écrit que comme le procès de ce produit, et tant comme cela ensemble que comme plus spécifiquement une élaboration particulière sur le langage verbal, dans une acception proche de celle de littérature.

3La notion centrale est d'ailleurs ici qu'une production écrite (procès et produit) a toujours à voir avec le littéraire, et en retour que la tradition orale est d'une inscription suffisante pour réintégrer sa part de la littérature dans le champ d'étude de l'écriture en un sens assez étroit.

4J'avais pris un appui initial sur les zones d'ombre de la dialectique du temps et de l'espace dans la narratologie genettienne. Figures III, à la suite de Christian Metz en narratologie filmique, résume un peu rapidement la fonctionnalité de l'espace textuel du roman à la conversion du temps de la narration. On pressent la profondeur et éventuellement la richesse des problèmes adjacents, lorsque l'on examine simplement le changement de statut des déictiques spatiaux lors du passage de l'oral à l'écrit. Dans un récit, les déictiques spatiaux ont le plus souvent une fonction de régie scripturale, que peuvent d'ailleurs endosser, signe de pure conversion du temps, certains et bientôt, par exemple. On notera assez aisément aussi que, si l'on tente de définir l’ici et le maintenant dans le verbal, une dissymétrie surgit qui signe une subordination radicale de l'espace au temps.

5Je laisserai de côté ces aspects, pour m'intéresser au fait que le Genette de Figures III, comme Saussure, l'un et l'autre à la suite de Bergson, établissent une relation de conversion biunivoque temps/espace, dans laquelle l'espace textuel est un dépôt de la durée figée. Or il semble bien imprudent de procéder comme si les relations espace/temps et écrit/oral étaient homologues. « Une fois » inscrit dans l'espace, l'écrit manifeste ses relations internes d'une manière si fortement accentuée que c'est d'un saut qualitatif qu'il faut parler. En réalité, s'il est fondé de parler de chaîne parlée dans la linéarité temporelle de l'oral, l'écrit structure un espace polydimensionnel où les relations sont susceptibles de s'actualiser de façon toujours nouvelle, dans ce qu'il est convenu de nommer une lecture.

6L’espace de l’écrit est par essence un virtuel polystructurant, en attente d'un observateur et d'une optique. Au-delà encore, la mémoire est le siège de l'indistinction définitive des aspects spatiaux et temporels, d'une inscription inassignable : ce que nous entendons par texte, ce qui est au-delà et en-deçà de la surface imprimée d'une édition particulière, et par quoi la tradition orale rejoint la littérature dans la notion derridienne de trace.

7L'espace textuel est donc bien autre chose que du temps spatialisé, réduction analogique de l'être à la marchandise et de la durée au temps métronomé. Cela semble spécialement à affirmer en poésie, que l'on se penche sur les Calligrammes ou sur la silhouette des Fables de La Fontaine. À contresens d'une idée peut-être un peu vite reçue, la poésie se lit.

8L'une des expressions les plus claires de cette polystructuration est donnée par les notions de champ et de réseau. L'illustration même de ce caractère virtuel nous est proposée par l'informatique, et c'est à la rencontre de ces deux domaines d'investigation qu'à la suite de Claude Condé et Lionel Follet j'invite l'amateur des Fleurs du Mal.

9Nous convoquons l'informatique, non essentiellement comme adjuvant, non pour ses vertus facilitantes (rapidité, exhaustivité, sécurité), mais pour deux propriétés heuristiques qu'elle a en propre :

10— la première est qu'elle propose d'excellents modèles de ce qui est décrit plus haut comme indistinction des sièges spatiaux et des phases temporelles ; la numérisation, la délinéarisation du texte tient le lecteur en éveil sur la nécessité de toujours distinguer texte et état de texte (ou leçon) : carrefour de temps et d'espace, le texte est de lieu et de temps inassignables sinon, en une analogie qui n'a rien de bricolé, en mémoire.

11— la seconde est celle que je désigne par suspension de l'interprétance. Rien mieux que la surprise, au petit matin, d’un tableau de résultats, d'un graphe d'analyse factorielle, n'est à même de relancer le jeu des hypothèses en parallèle, mais aussi sans ce décalage de phase qui alimente les meilleures synergies, avec les méditations plus ou moins conscientes de la soirée et de la nuit. J'ignore si la main reste au lecteur/chercheur et qui a le dernier mot, mais la phase d'automatisme intégral permet en tout cas de garantir un degré d'indépendance pour deux corps d'hypothèses herméneutiques successifs.

  • 2 . « D'informatique et d'Apollinaire» in Mélanges offerts à Jean Peytard,  Annales de l'Université (...)

12Ce sont deux chercheurs du Grelis, Claude Condé et Lionel Follet, qui ont inauguré la problématique des nexons2. Il s'agissait d'élaborer des réseaux signifiants dans un ensemble textuel, un recueil (Alcools, à l'origine), par le repérage de toute réitération d'un lien de proximité linéaire entre deux lexèmes, dans deux ou plusieurs poèmes. Est désigné comme nexon toute occurrence entrant dans ce type de relation itérative, créant un lien entre deux secteurs.

13Dans ces rapports spatiaux (de proximité, de liaison, de réticulation), le texte se réorganise et se remanie au gré des critères de recherche ; une circulation s'instaure, productrice de sens, que nous tenterons de définir comme navigation. Ce qui se déploie est un espace virtuel, associatif, inconscient ou automatique : par excellence sémiotique ; l'écran d'ordinateur l'affiche en vertige, en abyme.

14Cet espace figure, explicite, formalise, modélise la lecture naturelle, promenade sémiotique à travers les liens constitutifs du texte, non pas des liens constants et cachés qui se révéleraient une fois pour toutes, mais des liens latents, qui s'actualisent et peuvent s'inactiver, au long d'une lecture par nature irréductible.

15Ce n'est donc pas aux espaces référentiels des Fleurs du Mal, à la visite comparée « des gouffresamers », des « Simoïs menteurs » et des « chambres »aux « riches plafonds »que nous sommes conviés. Pas d'étroit ni de large, de dehors ni de dedans, ni ciel, ni terre, ni mer, sauf à rencontrer ces termes dans des liens sémio-lexicaux construits.

16De la procédure d'extraction, je ne dirai que le strict nécessaire.

  • 3 . Vocables d’effectif.
  • 4 . Sont aussi exclues les formes de très haute fréquence, pour la plupart reconnues comme « grammat (...)

17Sur un texte lemmatisé selon des principes très classiques, un programme examine toutes les occurrences de vocables, à l'exception des hapax3, qui ne peuvent par définition pas entrer dans un rapport réitéré4. Une fois la dimension de l'empan cotextuel fixé par l'utilisateur, le programme mémorise les cooccurrents du vocable dans ce cotexte, et examine l'ensemble des autres occurrences du vocable hors du poème, en aval ; si un cooccurrent se présente à nouveau, le programme relève alors la liaison ainsi produite, sous la forme suivante (exemple, le début de l'index des liaisons, dans Les Fleurs du mal, dans l'empan 6 - 6 mots à gauche et à droite du vocable considéré) :

  • 5 . Voici, par exemple, les correspondances des numéros de poèmes cités:
    1- Au Lecteur
    16- Don Juan au (...)

18Les numéros de poèmes correspondent à leur position dans la suite linéaire de notre leçon5. Nous n'illustrerons que la première ligne du tableau, dont voici l'interprétation en cotextes :

19Au lecteur
La sottise, I'erreur, le péché, la lésine,
Occupent nos esprits et travaillent nos CORPS,
Et nous alimentons nos aimables REMORDS,
[…]

20Le Léthé
[…]
J'étalerai mes baisers sans REMORDSSur ton beau CORPSpoli comme le cuivre.
Pour engloutir
mes sanglots apaisés […]

  • 6 . En aval seulement, de manière à n'enregistrer qu'une fois la première cooccurrence, ou en d'autre (...)
  • 7 . Je laisse au lecteur le soin de vérifier et reconstituer les autres cas (en tenant compte de l'i (...)

21On a souligné les six mots en aval6 de l'occurrence retenue (CORPS dans Au Lecteur), puis de part et d'autre de la récurrence (CORPS dans Léthé)7.

22On constate que la relation ENFER/DESCENDRE lie entre eux trois poèmes, et non deux comme CORPS/REMORDS ou TENIR/REMUER. Du nombre de lignes occupées par un couple de nexons dans l'index, on peut déduire par un calcul simple le nombre de poèmes que ce couple met en relation.

23C'est cette fonction structurante des couplages de vocables que je me propose d'explorer aujourd'hui.

24Je pourrais considérer comme les plus dignes d'intérêt les couples les plus fréquents dans le recueil. Ils ont une activité structurante peu contestable. Mais on ne peut pas considérer la fréquence des couples indépendamment de la fréquence de leurs constituants. En effet, l'impact sémiotique d'un couplage est en relation avec son horizon de manifestation, qui peut se calculer, au moins grossièrement, au moyen de ces données de fréquence.

  • 8 . Cette communication a été faite au printemps 1994 ; les questions proprement statistiques n'y av (...)
  • 9 . Ce terme, fort confus, a été remplacé depuis par indice de saturation.

25Les nombres d'occurrences de deux vocables (nombres que l'on désigne ordinairement en linguistique quantitative par le terme d'effectifs), sont la base du calcul plus ou moins précis du nombre théorique de leurs cooccurrences8. Si l'on rapporte à cette donnée la cooccurrence itérative constatée selon les critères nexons, on établit un indice que j'appellerai indice de pertinence9du couple observé. La formule s'écrit :

26IP = (CC x 10.000) / ((EffVA x EfM3)
où CC>cooccurrence constatée
EffVA > effectif de l'un des deux vocables
EffVB > effectif de l'autre vocable
(la multiplication pour 10 000 a pour but de rendre l’indice lisible)

27Nous en venons par là à faire émerger de la structure sémio-lexicale des couples à fort indice de pertinence, dont l'observation constitue pour moi un axe privilégié de retour au texte.

28Voici, par exemple, la liste des couplages émergents dans l'empan cotextuel de 6 mots à gauche et à droite :

  • 10 . J'utiliserai ici les bas de cases pour indiquer qu'une unité est un vocable lemmatisé (i.e. rame (...)

Rang

Vocable A

Vocable B

CC

EffVA

EffVB

Ind.de P.

1

Prendre10

PITIÉ

16

44

22

165,29

2

NUIT

JOUR

6

60

32

31,25

3

MER

PROFOND

4

40

37

27,03

4

MER

MER

6

40

40

18,75

5

OEIL

FEU

5

150

18

18,52

6

OEIL

NOIR

8

150

68

7,84

7

COEUR

DIRE

8

142

75

7,51

29C'est cette piste que je propose d'amorcer maintenant.

30La première ligne de résultats est un exemple s'il en est d'artefact. PRENDRE et PITIÉ sont en cooccurrence dans le « refrain » des Litanies de Satan, répété 15 fois

O Satan, prends pitié de ma longue misère !

31Si les autres vocables du refrain (LONG et MISÈRE) ne se couplent pas de la même manière, c'est que leur cooccurrence est limitée à ce poème, alors que Pitié et PRENDRE se rencontrent une seizième fois, dans un autre poème (Bénédiction) :

[…]
Sa mère épouvantée et pleine de blasphèmes
Crispe ses poings vers Dieu, qui la prend en pitié :

32Ce résultat nous conduira à rechercher des procédures de neutralisation pour les liaisons internes aux « refrains » (et en général, pour des liaisons fortement anaphorisées au sein d'un même poème) ; en revanche, nous ne pouvons pas réduire PRENDRE […] PITIÉ à une locution verbale, si du moins nous voulons préserver la possibilité d'observer l'associativité des deux termes constituants, qui doivent être aussi considérés comme unités libres.

33Une fois cet artefact compensé, le couple présentant le plus fort indice est un couple qui en même temps réconfortera les connaisseurs du recueil et peut-être les décevra quant à la vertu heuristique de la procédure : NUIT/JOUR, voilà qui ne surprend guère ! En attendant que l'exploration excitée par ce résultat ne nous ménage quelque surprise, considérons-le du moins comme un bon signe : notre lecture pourra se rejoindre avec d'autres types de lectures ; le caractère éminemment baudelairien de cette liaison (et la relecture du père Hugo qui s'y joue) est un locus de reconnaissance.

  • 11 . Vocables, à l'exclusion des formes grammaticales exclues de la recherche.
  • 12 . Il importe bien entendu à ce point que le critère d'établissement de la liste des formes exclues (...)

34Remarquons que NUIT est deux fois plus fréquent que JOUR dans le recueil, et qu'ils occupent respectivement les 14e et 41e rangs dans la liste des mots-forts11.Jouons un peu avec ces nombres, 14, 41... le jour et la nuit. Pur hasard sans doute ! On redira : Baudelaire a-t-il pu vouloir cela ? Et je répondrai comme souvent que l'intention auctoriale ne peut être prise en compte que dans la perspective d'une poétique de la trivialité, d'un positivisme critique qui n'a aucune chance d'approcher la spécificité du texte. J'ai choisi volontairement le cas le plus paradoxal pour risquer cette pointe, afin de bien montrer que ce n'est pas la conviction de l'auditeur que je vise d'abord, mais une cohésion perceptible de notre méthode d'investigation. Personne ne sera convaincu (et moi le dernier !) par un tel argument, mais il est en revanche essentiel de saisir que le lexique fréquentiel est pour nous un état de texte, fort remanié, mais pertinent, dont l'examen, la lecture informée, nous renvoie constamment aux propriétés dynamiques du texte12 Mon but n'est donc pas de convaincre, mais ici de toucher, d'émouvoir.

35La nuit avec le jour...

36On constate que le couple oxymorique d'ailleurs sans doute le plus archétypique est l'un des principes d'organisation sémio-lexicale, non pas du recueil tout entier, mais de la seconde moitié de l'édition de 1861. Les poèmes concernés sont numérotés 81, 88, 131, 132, 137 et 146.

37 Voici les six cotextes, aussi réduits que possible (page suivante).

38(1)(LXXVIII.)- Spleen

Quand le ciel bas et lourd pèse couvercle un couvercle
Sur l'esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
Et que de l'horizon embrassant tout le cercle
Il nous verse un jour noir plus triste que les NUITS ;
[…]

39 (2) L’Horloge
[…]
Le jour décroît ; la NUIT augmente, souviens-toi !
[…]

40(3) Lesbos
[…]
Lesbos, où les baisers languissants ou joyeux,
Chauds comme des soleils, frais comme les pastèques,
Font l'ornement des Nuits et des JOURS glorieux ;
[…]

41 (4) Femmes damnées (Delphine et Hippolyte)
[…]

Celui qui veut unir dans un accord mystique l'ombre avec la chaleur, la Nuit avec le our
Ne chauffera jamais son corps paralytique
A ce rouge soleil que l'on nomme l'amour !
[…]

42 (5) Le Jet d'eau
[…]
Dans la cour le jet d'eau qui jase
Et ne se tait ni NUIT ni JOUR,
Entretient doucement l'extase
Où ce soir m'a plongé l'amour.
[…]

43(6) L 'Imprévu
[…]
Mieux que tous je connais certain voluptueux
Qui bâille NUIT et JOUR, et se lamente et pleure,
[…]

44Parmi cet ensemble, on est tenté de noter le degréproche du stéréotype absolu, dans Jet d'eau et L’Imprévu (syntagme quasi figé,figure oùl’autonomie sémantique de chaque terme est pratiquement nulle ; actualisation minimale de l'archétype). Les vers 5 et 6 du Jet d'eau intègrent cependant le couplage dans un jeu allitératif (en [n] mais aussi surtout parposition, en [3]), d'une part,rythmique (huit monosyllabes) d'autre part, quiconfère à l'image une densitépalpable, unevivacitésans mesure avec le stéréotype; l'écho de soir (sémantique)et Amour (rime) achèvent de remotiverpleinement les constituants.

45L'occurrence de Lesbos représente un degrésupplémentaire, où toute une réélaboration poétique se manifeste : la comparaison du v.3, Chauds comme des soleils, semblant d'abord contredire à l'avancelerapprochement (ici, en apparence, plutôt cumulatif qu’oxymorique) Font l’ornement des nuits, mais le parallélisme exact des hémistiches, lui répondant en fait tout aussi à l'avance, crée ainsi les conditions d'un chiasme où s'opère une qualification au total peu courante chez Baudelaire, de la nuit comme porteuse de l'attribut frais. L'aspect cumulatif, qui prédomine en première lecture sur son aspect contrastif, en est relativisé, de même d'ailleurs que par la préséance (dans l'ordre linéaire) de nuit, qui contribue à l'effet de surprise après soleil.

46Quant aux trois autres cooccurrences, elles ont une ampleur de résonance qui disqualifie toute lecture stéréotypique.

47Je ne m'attarderai que sur celle de Femmes damnées : cette strophe emblématise bel et bien la place même du couple (et de nouveau, cette préséance de nuit !)dans la poétique baudelairienne (balancement de Lesbos, dans les limites du vers cette fois), et renvoie à ce sonnet parmi les sonnets, à ce sonnet s'il en est qu'est Chant d'Automne, à « Mon coeur ne sera plus qu'un bloc rouge et glacé » à ce poème de l'oxymore estompé, où ni le mot jour, ni le mot nuit ne figurent, mais dont l'absence même est le principe structurant.

48Au fond des mers profondes...

49Les occurrences sont moins nombreuses pour ce couple, mais il est d'une liaison si peu probable à ce rang, compte tenu de la fréquence de ses constituants, qu'il fait une saillie comparable à celle du précédent.

  • 13 . Cf. ma thèse soutenue en décembre 1996 : Macroanalyse des microstructures dynamiques du vocabula (...)

50Il s'agit évidemment encore, au premier regard, d'un couple fort banal, voire stéréotypique. L'élaboration, sur le fond, d'une réponse à cette classe d'objections possibles fait partie du programme de notre laboratoire13. Je me contenterai ici de développer la lecture des 5 cotextes concernés, en espérant y montrer par la pratique textuelle qu'il n'y a pas de stéréotype dans l'écriture. Ce couplage me semble un excellent exemple, à ce rang, du jeu sur le code auquel nous invite la poésie.

51 (1) Les Phares
[…]
Rubens, fleuve d'oubli, jardin de la paresse,
Oreiller de chair fraîche où l'on ne peut aimer,
Mais où la vie afflue et s'agite sans cesse,
Comme l'air dans le ciel et la mer dans la MER ;
Léonard de Vinci, miroir PROFOND et sombre,
[…]

52 (2) Le Serpent qui danse
[…]
Sur ta chevelure PROFONDE
Aux âcres parfums,
MER odorante et vagabonde
Aux flots bleus et bruns,
[…]

53(3) Le Balcon
[…]
Ces serments, ces parfums, ces baisers infinis,
Renaîtront-ils d'un gouffre interdit à nos sondes,
Comme montent au ciel les soleils rajeunis
Après s'être lavés au fond des MERS PROFONDES ?
- O serments ! ô parfuns ! ô baisers infinis !
[…]

54(4) Voyage
[…]
Étonnants voyageurs ! quelles nobles histoires
Nous lisons dans vos yeux
Profonds comme les MERS !
[…]

55(5) Les Bijoux
[…]
Elle était donc couchée et se laissait aimer,
Et du haut du divan elle souriait d'aise
A mon amour PROFOND et doux comme la MER,
Qui vers elle montait comme vers sa falaise.
[…]

56Dans cinq pièces majeures, le même lien se redéploie des formes chaque fois nouvelles. Du syntagme nom-adjectif du Balcon, pris dans le réseau serré d'une vision rare de résurrection, à deux comparaisons explicites distinguées par le nombre, inattendu défini pluriel du Voyage, mais distinguées surtout par le filage des Bijoux, constitutif des vocations les plus puissantes et les plus directes de tout le recueil, qui n'est pas pour rien dans la condamnation de la pièce (sans parler de l'extraordinaire rime visuelle, ni de l'oxymore implicite doux comme l' [amer].

57MER/PROFONDest d'ailleurs la seule liaison explicite entre ce poème et Le Serpent qui danse, poèmes par ailleurs si proches que l'on sedemande comment le Serpent a puéchapper à la vigilance de la censure. Ici, c'est une métaphore hypallagétique et croisée qui unit à la chevelure PROFONDE la MER odorante, où la dissociation des deux termes se voit syntaxiquement et sémantiquement exhibée, où le filage s'opère, plus léger, sur le thème du navire (v.9)repris de loin, au v.26, par fin vaisseau. On retrouve dans les trois dernières strophes profond dans plonge (v.27), flot grossi (v.29), remonte (v.31), et aussi dans fonte ; on n'a pas quitté les eaux, marines ou torrentueuses, et amer ponctue la suite du poème, au v.14 d'abord, puis dans la culmination effusive de la dernière strophe où ciel liquide ne peut se lire qu'en écho au vers qui le précède.

58Enfin, dans Les Phares, le lien est précisément de ceux que seul l'ordinateur peut éviter de manquer, sur deux quatrains ; mais il est étroitement intriqué dans le réseau qui vient de se construire, et d'abord par la proximité ciel/mer. Le miroir profond et sombre se subsume en fin de strophe en glaciers, mers gelées qui relancent la navette vers Le Serpent (v.30). Et vers Les Bijoux, c'est la rime « pour l'œil » qui nous accompagne.

59Ces micro-lectures, à peine ébauchées, figurent par leur aspect labyrinthique même, et le va-et-vient qui s'y joue entre la sécheresse des calculs et le plaisir des images, l'extrême, infinie, inépuisable, inassignable variété du réseau où elles s'articulent, qui se construit et se délite à mesure du dialogue avec la machine. Avec ? Disons plutôt à traversla machine, le dialogue entre deux moments du lecteur, deux phases de l'interprétance. Elles sont informées par la connaissance qu'elle finit par structurer des circulations les plus secrètes (secrètes aussi et d'abord, répétons-le et assumons-le, pour l'auteur même !).

60La mer, la [vaste] mer toujours recommencée !

61C'est, dans la liste par indices décroissants, le premier des autonexons, couplages d'un vocable avec lui-même, double occurrence dans un même cotexte.

62Cet autonexon unit trois poèmes, dont le premier a déjà été cité. Voici donc un cotexte particulièrement dense en nexons de haute valeur ;

63(1) Les Phares I
[…]
Rubens, fleuve d'oubli, jardin de la paresse,
Oreiller de chair fraîche où l'on ne peut aimer,
Mais où la vie afflue et s'agite sans cesse,
Comme l'air dans le ciel et la MER dans la MER,
Léonard de Vinci, miroir profond
[…]

64On y lit clairement l'altération que tout signe reçoit de son moindre emploi ; le parallélisme air/ciel // mer/mer, déjà décrit, en dédoublant l'instance, prépare la survenue de miroir, non seulement, avec ses épithètes décalées, au vers suivant du même poème, mais aussi et surtout dans L'Homme et la mer, où se joue plus ouvertement l'homonymie foncière qui n'est jamais dite et toujours suggérée :

65Homme libre, toujours tu chériras la MER !
La MER est ton miroir, tu contemples ton âme
Dans le déroulement infini de sa larme,
Et ton esprit n'est pas un gouffre moins amer
[…]

66C'est miroir, nexon tiers de mer/mer dans deux cotextes, qui fixe pour un instant (mais quel instant !) la valeur du couple anaphorique, avec une clarté sans équivoque lors de sa réitération ; la rime avec amer, outre qu'elle construit le couplage problématique mer / gouffre, déjà lisible dans Le Balcon, appelle par le jeu des rimes l'absent aimer, supplanté ici par chérir dans le réseau allitératif que clôt précisément amer, et ou miroir achève de condenser mer/mer. Nous traversons, entraînés par le système, des lieux de très haute densité relationnelle. Comment ne pas évoquer en ce point de l'espace (ou du temps) le premier vers du Balcon,

67Mère des souvenirs, maîtresse des maîtresses

68où les parallélismes emboîtés construisent un écho sonore, littéral et affectif à la figure ainsi dessinée.

69Enfin se présente la troisième et la plus complexe des « auto-cooccurrences » de mer avec soi-même :

70 (3) Mœsta et errabunda
[…]
La MER, la vaste MER, console nos labeurs !
Quel démon a doté la mer, rauque chanteuse,
Qu'accompagne l'immense orgue des vents grondeurs,
De cette fonction sublime de berceuse ?
La MER, la vaste MER, console nos labeurs !
[…]

71Le miroir est cette fois le quintil lui-même, dont la structure est un lien de plus dans ce micro-réseau avec Le Balcon, notamment ; c'est un miroir courbe, imparfait, perturbé par une cinquième occurrence de meret par les multiples ruptures dans les alexandrins internes.

72Mon attention est ici retenue par la position initiale du double groupe nominal, et je suis transporté au Cimetière marin. Le réseau s'ouvre maintenant sur un tout autre texte ; ce n'est certainement pas la première fois que cette passerelle s'active, mais elle prend ici, au point où je suis de cette navigation, un aspect plus palpable, elle me fait signe. Peut-on donner à une telle impression quelque assise dans le texte même ?

73J'observe tout d'abord que la succession de trois alexandrins rompus n'est pas une figure courante dans Les Fleurs du Mal, et qu'elle contredit trop nettement les vers d'encadrement pour être négligée. Si maintenant nous observons les lieux de ces ruptures, aucun ne manque d'être lui-même une rupture. Le vers 7 est rompu par une apposition métaphorique, sans déterminant, elle-même frappée d'hypallage ; complexe de figures dont il est peu d'autres exemples dans le recueil. Le vers 8 présente une rupture métrique sans exemple dans le reste du recueil : la césure du pattern canonique entre l'épithète antéposée, à « e muet » final, et le substantif, monosyllabe à initiale vocalique ; c'est un agencement déviant à la « norme » endogène, qui évoque la poétique baroque... ou symboliste. Enfin, le vers 9 est articulé sur l'emploi de ce que je nommerai un hapax absolu, FONCTION, dont la diérèse amplifie comme à plaisir l'hétérogénéité radicale au réseau sémio-lexical. L’association fonction sublime, soulignée par l'enjambement, le quasi-hapax (2 occurrences) berceuse, qui est aussi le troisième terme du même type dérivationnel en trois extrémités de vers, tous ces traits sont des échos anticipés, uniques par leur concentration même dans la poétique baudelairienne, de celle de Mallarmé ou de Valéry. La structure générale même de la phrase qui s'étend sur ces trois vers, avec son attaque en déterminant interrogatif, présente le même caractère.

  • 14 . Il y a néanmoins un peu de calme bloc ici-bas chu d'un désastre obscur dans cet encastrement mét (...)

74Nous lisons ici une strophe tirée par anticipation de Charmes, plutôt encore que de Feuillets d'album ou d'Hommages et tombeaux14.

  • 15 . Et que dire surtout de cet avis, paru dans Le Monde au cours de l'été 1995 :
    Mme Andrée Vilar, St (...)

75Que dire dès lors de la coïncidente Agathe, sinon après tout rien, après l'avoir indexée15 ?

76Voilà quels types de surprises peut ménager la navigation sur ce qu'on nomme si souvent la grisaille des chiffres et des nombres. Je tiens pour certain que, lecteur somme toute novice, je n'aurais pas aperçu ces liens désormais à mes yeux plus solides que l'acier, sans y être attiré d'abord par la « banale » réitération d'un autonexon.

77Le coeur dit, le coeur bat

78Dans le parcours fléché par la liste des indices décroissants, je contourne les nexons œil/feu et œil/noir, en mentionnant seulement que l'une des occurrences de ce dernier couple, la plus imprévisible selon ce que l'on se figure être les « contraintes du code », nous ramène encore au Balcon.

79Et mes YEUX dans le NOIR devinaient tes prunelles

80pour consacrer la fin de cette visite à deux couplages de cœur.

81Le lien coeur/dire est très fortement structurant à l'échelle du recueil, dès lors qu'il engage deux des cinq premiers vocables par la fréquence ; on remarque que dire, d'effectif 75, se lie deux fois plus souvent à coeur que ne le fait oeil, d'effectif double, sans que ni code ni stéréotypie puissent en rendre compte. Le lien se réitère dans pas moins de huit poèmes !

82Nous ne citerons pas tous les cotextes, laissant au lecteur le soin de les rassembler. En voici seulement l'index :

TITRES

VERS

(V) « J'aime le souvenir […] »

31-32

Le Balcon

8-9

(XLII)« Que diras-tu ce soir […] »

2

Moesta et errabunda

1

5

13-14

Le Cygne

22

Le Voyage

135-136

Femmes damnées (Delphine et Hippolyte)

25

L'Imprévu

5

83On note immédiatement que l'écheveau s’emmêle encore, que le réseau, loin de se distendre à mesure de cette lecture aux critères que l'on aurait pu supposer lourds d'aléas, se renforce : sur huit de ces poèmes, cinq ont déjà été engagés dans des relations à haute résonance. Le Balcon et Moesta et errabunda se posent bien comme pièces majeures du réseau tel que je l'ai envisagé, ce qui ne manque pas de jeter des ponts substantiels entre notre démarche et la sensibilité critique éclairée ; en d'autres termes, de valider nos calculs et leurs critères comme lieux d'extraction privilégiés.

84Il est frappant, surtout, de constater que ce lien est, dans certains cas, motivé par une relation syntaxique et sémantique d'une banalité de surface presque affligeante : c'est le cas de « J'aime le souvenir... »,mais aussi des cas où coeur figure dans un discours rapporté introduit par dire (Le Voyage, L'Imprévu).

85Deux fois seulement, coeur et dire sont dans un rapport sémantique de type actanciel, et les deux fois médiatisé par une structure d'apostrophe (« Que diras tu ce soir... » et Delphine et Hippolyte).

86Comment dès lors expliquer que, dans le cotexte total de coeur, dire soit 11 fois occurrent, quand la cooccurrence théorique est de 4 ? Sinon par une attraction mutuelle dont les ressorts échappent à toute maîtrise consciente aux pôles énonciatifs, une propension à se lier dans des secteurs déjà riches en rapports sémio-lexicaux de large portée. Il y a ici trop de cohérence avec les observations précédentes (cinq poèmes sur huit, ce n'est pas rien, et parmi lesquels Le Balcon et Moesta et errabunda !)pour que l'on accepte d'invoquer l'aléatoire.

87La vertu heuristique de l'exploration automatisée se révèle ici, autour d'un lien d'une grande banalité apparente, mais qui contribue fortement au maillage textuel, et se relit à travers cette contribution selon des perspectives renouvelées.

Haut de page

Notes

1 . Je souligne.

2 . « D'informatique et d'Apollinaire» in Mélanges offerts à Jean Peytard,  Annales de l'Université de Besançon, 1993, p. 291-314.

3 . Vocables d’effectif.

4 . Sont aussi exclues les formes de très haute fréquence, pour la plupart reconnues comme « grammaticales » (prépositions, conjonctions, pronoms, déterminants, auxiliaires verbaux, connecteurs). Génératrices d'un bruit considérable, ces formes ne présentent qu'un faible intérêt sémio-sémantique ; pour une présentation plus nuancée (notamment à partir de l'homophonie [mai] dans Alcools), voir Condé-Follet, 1994.

5 . Voici, par exemple, les correspondances des numéros de poèmes cités:
1- Au Lecteur
16- Don Juan aux enfers
70- Les Hiboux
132- Femmes damnées(Delphine et Hyppolyte)
133- Le Léthé

6 . En aval seulement, de manière à n'enregistrer qu'une fois la première cooccurrence, ou en d'autres termes à ne considérer que la cooccurrence de REMORDS vis-à-vis de CORPS, à l'exclusion de la réciproque ; cela évite d'enregistrer deux fois la même liaison. Dans le cas considéré, aucun des cooccurrents aval de REMORDS ne sera retrouvé dans le cotexte d'une occurrence ultérieure.

7 . Je laisse au lecteur le soin de vérifier et reconstituer les autres cas (en tenant compte de l'intégration des titres au texte des poèmes).

8 . Cette communication a été faite au printemps 1994 ; les questions proprement statistiques n'y avaient encore pas fait l'objet d'un examen systématique. Nous pouvons aujourd'hui calculer avec précision la cooccurrence théorique et l'écart réduit de la cooccurrence constatée.

9 . Ce terme, fort confus, a été remplacé depuis par indice de saturation.

10 . J'utiliserai ici les bas de cases pour indiquer qu'une unité est un vocable lemmatisé (i.e. ramené à une forme unique, de type « dictionnaire »).

11 . Vocables, à l'exclusion des formes grammaticales exclues de la recherche.

12 . Il importe bien entendu à ce point que le critère d'établissement de la liste des formes exclues, grammaticales pour l'essentiel, ait été formulé préalablement et de façon explicite ; en effet, cette exclusion des formes les plus fréquentes est le principe même d'organisation du lexique fréquentiel, qui peut être défini comme le résidu de ce travail...

13 . Cf. ma thèse soutenue en décembre 1996 : Macroanalyse des microstructures dynamiques du vocabulaire : Statistique / stylistique endogènes appliquées au texte des Fleurs du Mal de Baudelaire parue chez Champion.

14 . Il y a néanmoins un peu de calme bloc ici-bas chu d'un désastre obscur dans cet encastrement météorique, à « contre-temps » !

15 . Et que dire surtout de cet avis, paru dans Le Monde au cours de l'été 1995 :
Mme Andrée Vilar, Stéphane et Christophe Vilar, Jacques et Julien Tephany, ont la tristesse de vous faire par du décès de Mme Dominique TEPHANY, née VILAR, survenu le 6 août 1995, à Saint-Rémy-de-Provence, à l'âge de cinquante-deux ans [...]
Les obsèques auront lieu le mercredi 9 août, à 11 heures, au cimetière marin de Sète.
Cet avis tient lieu de faire-part.
« Dis-moi, ton coeur parfois s'envole-t-il, Agathe ? »

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/2906/img-1.png
Fichier image/png, 5,4k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Viprey, « Espaces des Fleurs du Mal », Semen [En ligne], 11 | 1999, mis en ligne le 04 mai 2012, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/semen/2906

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Viprey

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page