Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2Avant-propos

Texte intégral

1Cette deuxième livraison de SEMEN se présente délibérément sous l'apparence de la diversité. Alors que SEMEN 1 était centré très précisément sur les problèmes de la lecture et du lecteur (sous-entendu : du texte littéraire), SEMEN 2 entend montrer que le Groupe de Recherches en Linguistique et Sémiotique (GRELIS) dont il est l'expression... ne démérite pas de son titre. On trouvera en effet ici des travaux de recherche qui intéressent la linguistique générale, l'épistémologie des sciences humaines, l'analyse des discours tant littéraires (le roman) que, si l'on peut dire, péri ou para-littéraires (l'écriture radiophonique, la critique journalistique) ou non littéraires (la vulgarisation scientifique). Tel quel, ce recueil, s'il est signe de l'étendue du champ couvert aujourd'hui par la sémiotique - étendue dont tout sémioticien, quelle que soit l’étroitesse de son domaine de recherche spécialisé, doit avoir conscience - dessine aussi une orientation et un itinéraire. Trois des articles ici réunis s'inscrivent dans le mouvement, déjà ancien maintenant, mais toujours à poursuivre, du renouvellement des études littéraires par l'apport de méthodes issues de la linguistique. Les textes qu'on trouvera à la fin du recueil sont l'amorce d'un travail de longue haleine sur le discours des média auquel s'est attelé le GRELIS et dont de futures livraisons de SEMEN s'attacheront à rendre compte. Les deux premières études, quant à elles, proposent deux mises au point, l'une sur l'épistémologie saussurienne, l'autre sur l'instrumentation audio-visuelle dans la recherche en sciences humaines.

2André PETROFF présente donc un « autre Saussure », autre non seulement parce qu’il oppose à la « vulgate » du Cours de Linguistique Générale ses sources manuscrites aujourd'hui à la portée du chercheur, mais parce qu'il confronte les concepts-clefs de la linguistique saussurienne aux principes qui régissent une science « exacte », la thermodynamique. Situant ainsi la place des découvertes saussuriennes dans l'histoire des sciences et de l’épistémologie, A. P. peut éclairer d'un jour neuf certains des points les plus discutés de la théorie, comme les oppositions langue/parole ou valeur/signification. L'enjeu même de l'entreprise saussurienne, comme son avenir, s'en trouvent renouvelés.

3Jean MOUCHON, sémioticien du non-verbal, est affronté quotidiennement au maniement des appareils audio-visuels qui lui fournissent les matériaux de sa recherche. Prenant appui sur le « paradoxe de l'observateur » (Labov), J. M. montre que, contrairement à une vision naïve partagée par bien des chercheurs, le média n'est pas seulement un instrument d'enregistrement du réel, « mais qu'il aide à l'organiser », qu'il « est source de constitution du sens ».

4Les deux études de Ghislaine HAAS visent l'œuvre narrative de Mérimée. La première, qui porte sur le discours « descriptif », est à la fois une mise à l'épreuve des procédures de l'analyse par thème-rhème et la mise au jour des liens qui unissent l'organisation de la petite unité à la structure sémantique de l'œuvre entière. La deuxième étude relève de la « pragmatique littéraire » : empruntant à Freud la définition du « discours grivois », G. H. montre comment, sous les dehors d'un discours « réaliste », aux signes « transparents », le texte de Mérimée poursuit en fait une entreprise de séduction sexuelle du lecteur ou, plus exactement, de la lectrice.

5Le travail d'Eliane Papo est un apport à la narratologie. Partant des catégories construites par Emile Benveniste (histoire/discours), Gérard Genêtte (voix, modes), Bernard Pottier (modalités), Jean Peytard (oral/scriptural, verbal/non-verbal), elle articule ces catégories les unes aux autres pour distinguer quatre « registres » du discours romanesque dont elle entreprend d'établir ta typologie.

6Avec l'article de Daniel JACOBI, on aborde l'analyse du discours des média. Il s'agit ici d'un « genre » très particulier : le discours de vulgarisation scientifique. D. J. fait le point sur les approches qui en ont été proposées. D'une conception du discours de vulgarisation comme simple traduction (équivalent) du discours scientifique ésotérique, on est passé à une vision beaucoup plus complexe où ce même discours est défini dans sa spécificité tant interne (écriture rhétorique, accompagnement iconographique, etc.) qu'externe (fonction à l'intérieur d'une stratégie de reconnaissance et de légitimation).

7n n'y a pas loin, malgré les apparences, des réflexions de Jean Mouchon et de Daniel Jacobi à celles de Lionel RICHARD sur la radio et l'écriture radiophonique. Partant de son expérience personnelle de réalisateur et de collaborateur régulier à France-Culture, L. R. vise lui aussi à détruire l'illusion d'une opération « naturelle », selon laquelle - en ce qui concerne son domaine à lui - il suffirait pour réaliser une émission radiophonique de « parler devant un micro ». Rien de plus construit au contraire, de plus contraint, que le discours radiophonique. Mais par un paradoxe qui n'est qu'apparent, la connaissance des contraintes intrinsèques, techniques, qui définissent l'écriture radiophonique « en soi » n’en fait que mieux apparaître la part des contraintes sociales, institutionnelles, idéologiques, que rencontrent, hic et nunc, toute réalisation, tout projet concret.

8Avec la contribution de Thomas ARON, on revient à la littérature sans quitter les média. Examinant les comptes-rendus parus dans la presse écrite lors des représentations de la Locandiera de Goldoni à la Comédie-Française, il s’efforce de dégager les traits spécifiques de la critique journalistique du spectacle dramatique. Mais cette recherche d'un modèle immanent, dès lors qu'elle confronte les articles étudiés, dans leur diversité et leur unité, tant avec la complexité du spectacle visé qu'avec la somme des connaissances disponibles à son sujet, ne peut manquer de rencontrer, elle aussi, les contraintes externes - qu'elles soient matérielles ou culturelles - qui déterminent largement tout discours « situé ».

9Il se trouve que la sortie de SEMEN 2 coïncide avec le soixantième anniversaire de Jean PEYTARD. Que ce nous soit l'occasion non d'un Hommage en bonne et due forme - celui-ci aurait nécessité de tout autres dimensions et sollicité un nombre infiniment plus grand de chercheurs -, mais d'un simple geste de reconnaissance et d'amitié envers le fondateur du GRELIS, dont il fut d'abord le seul responsable et dont il reste le véritable inspirateur. Aussi bien est-ce du vaste champ de recherche couvert par Jean Peytard, de son inlassable curiosité intellectuelle, de son énergie contagieuse, de sa vocation de rassembleur autant que de l'efficacité de sa direction scientifique que témoigne d'abord l'ensemble que nous présentons ici, et que nous lui dédions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Aron, « Avant-propos », Semen [En ligne], 2 | 1985, mis en ligne le 04 juin 2007, consulté le 07 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/semen/3558 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.3558

Haut de page

Auteur

Thomas Aron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search