Navigation – Plan du site

Enonciation argumentation et discours : le cas de la généralisation

Magid Ali-Bouacha

Texte intégral

1. Discours et analyse de discours

1. 1. Hypothèses

1S'il fallait reconnaître un quelconque mérite aux différentes analyses de discours qui se sont multipliées dans les années 60-80, ce serait sans aucun doute celui d'avoir dynamisé une large réflexion sur la notion de discours en sciences du langage. Cette réflexion est née d'une double nécessité :

  • nécessité de construire une théorie du discours pour l'intégrer ensuite à un modèle théorique de l'analyse de discours.

  • nécessité de mettre en regard une pratique de manipulation discursive et des méthodes de descriptions linguistiques déjà existantes.

2Ces contraintes ont eu deux effets qui peuvent apparaître contradictoires et qui sont en réalité dans un rapport corollaire : la raréfaction progressive des analyses de discours (au sens où cette appellation tendait à recouvrir une discipline autonome) et la recentration de la problématique du discours dans le cadre des études linguistiques.

3En illustration du premier effet — la limitation des analyses du discours — je voudrais évoquer le cas de deux modèles particulièrement féconds : celui de l'Analyse Automatique du Discours de M. Pêcheux, qui a bouclé en quelque sorte la phase de l'approche morpho-syntaxique du discours et celui de la sémiotique narrative et textuelle élaborée par "l'Ecole de Paris" qui a montré de son côté les limites d'une sémantique discursive.

4En ce qui concerne l'A.A.D., je dirai simplement que Pêcheux a produit une théorie du discours si forte qu'elle a phagocyté en quelque sorte la théorie de l'analyse du discours qui lui était corrélée. De quoi s'agit-il très brièvement ? Le discours observé à travers l'agencement et la forme des phrases est appréhendé en tant que trace d'une formation discursive considérée comme une superstructure qui en maîtrise les processus de production. Selon cette thèse, qui s'inscrit davantage dans la pensée de Bakhtine1 et d'Althusser que dans celle de Foucault, la théorie du discours devient théorie du monde.

5Pour ce qui concerne le modèle sémiotique élaboré autour de Greimas, la démarche est tout autre. Il s'agit cette fois de dégager, à partir de la manifestation textuelle, les modes d'organisation de la signification à différents niveaux du "parcours génératif" et de la mise en discours. Analyser un texte revient alors à y reconnaître une conformité aux macrostructures dégagées par le modèle, l'apport de l'analyste consistant à montrer la spécificité de leur mise en oeuvre et la complexification à laquelle elles donnent lieu dans le cadre du texte considéré. La théorie du discours se ramène dans ce cas à une théorie du texte.

6On retrouve ainsi, dans les deux modèles, la même volonté totalisante de rendre compte du procès de la signification à partir d'une théorie trop "consistante". Ceci restreint considérablement les valeurs explicatives de l'analyse — étape indispensable à une théorisation — et la contraint d'une certaine manière à répéter indéfiniment le fatidique "ça marche".

7Examinons maintenant l'évolution de la notion de discours dans les sciences du langage et plus précisément dans les modèles strictement linguistiques. On peut en gros filtrer deux propriétés :

  • Le discours est constitué d'une suite de phrases et à ce titre, c'est sa composante transphrastique — c'est-à-dire la nature et la combinaison des enchaînements assurant la cohésion de l'ensemble textuel — qui est retenue en priorité.

    Le discours correspond à une activité langagière porteuse de sens ; c'est la composante énonciative — c'est-à-dire l'ensemble des systèmes de repérages et de régulations opérés par un énonciateur produisant du "texte" dans une langue donnée, à l'intention d'un co-énonciateur2 qui est cette fois privilégiée.

8Renvoyant dans un cas à l'articulation d'un texte du point de vue de son ordonnancement syntagmatique et dans l'autre à la subjectivité et à l'intersubjectivité dans le langage, le discursif reste pris dans une double détermination de type quantification/qualification somme toute bien compréhensible dans une problématique linguistique. En réalité les choses ne sont pas aussi simples et le filtrage bi-polaire évoqué ci-dessus est loin d'être stabilisé.

9La tradition linguistique française en matière de discours, inaugurée notamment par les travaux de Guillaume et de Benveniste a entretenu l'idée d'un isomorphisme entre discours et profération dans la mesure où l'un et l'autre supposent la mise en oeuvre de la langue par un individu, idée qui a largement contribué à la mise en place de la propriété 2. Lorsque Benveniste parle du double fonctionnement subjectif et référentiel du discours, il construit une articulation fondamentale à ses yeux entre une première opposition moi/toi instaurant une relation interlocutive symétrique, réversible et isotope et une seconde opposition moi-toi/lui décrochée par rapport à la première et permettant un discours sur le monde. Il décrit ainsi, à travers la catégorie de la personne, la qualité essentielle du discours qui réside selon lui, dans la volonté de dire à l'autre l'état du monde. Lorsqu'il note que le discours est à la fois "porteur d'un message et instrument d'action", il semble reconduire la distinction opérée par Morris entre une sémantique et une pragmatique autonomes. Lorsqu'il définit enfin les instances de discours comme "les actes discrets et chaque fois uniques par lesquels la langue est actualisée en parole par un locuteur" (Benveniste, 1966) il confond volontairement (ou non ?) discours et énonciation. Dans tous les cas et même si pour lui "la phrase est l'unité du discours" (ibid.) Benveniste refuse d'envisager l'analyse de discours au-delà de l'analyse de la phrase. "La proposition ne peut entrer comme partie dans une totalité de rang plus élevé. Une proposition peut seulement précéder ou suivre une autre proposition, dans un rapport de consécution. Un groupe de propositions ne constitue pas une unité d'un ordre supérieur à la proposition. Il n'y a pas de niveau linguistique au-delà du niveau catégorématique" (ibid., p. 129).

10En énonçant de telles lois, Benveniste postule que le discours est dans la phrase, l'articulation corollaire : la phrase est dans le discours — étant réduite à une relation de consécution. Déclarant par ailleurs que "les types de phrases qu'on pourrait distinguer se ramènent tous à un seul, la proposition prédicative", et qu'il n'y a pas de phrase hors de la prédication", (ibid.), il semble mettre sur le même plan discours, phrase et prédication. Tout se passe. comme si la phrase, que l'on peut toujours ramener à une proposition serait la représentation idéale d'une assomption réussie de la langue grâce à un sujet parlant qui structure sa perception des objets du monde pour rendre compte de son expérience à autrui. La structuration des parties de la phrase, unité ultime et supérieure du discours, se conforme à "la constitution logique du monde" (Carnap).

11Cette manière d'envisager l'articulation phrase/discours peut apparaître tout à fait antinomique de la propriété 1 qui voit au contraire, dans la composante transphrastique du discours la qualité première de sa spécificité. Dans cette problématique inaugurée par Harris dans un article très célèbre en France depuis sa traduction en 1969, la phrase n'est pas considérée comme un système de signes autonomes mais plutôt comme une combinaison de segments pouvant appartenir à des classes de segments récurrents. Le postulat qui avait pour a priori méthodologique de pouvoir étendre à l'analyse du discours les procédures de l'analyse linguistique a généré des descriptions dont l'objectif affiché visait la réduction du discours à une proposition/phrase de hase susceptible d'en restituer la "structure" ou le "sens". On aboutit ainsi par un renversement curieux mais somme toute prévisible, à la même homologie phrase/discours : "une phrase est un discours court, un discours est une phrase complexe" (Marandain, 1979, p. 25).

12Ces deux approches de la notion de discours qui comme nous l'avons vu ne sont pas forcément contradictoires, ont donné lieu cependant à des travaux nettement distingués. Plus soucieux de la cohérence théorique et méthodologique de la démarche que des potentialités jugées illusoires d'une recherche pluridisciplinaire, les analystes du discours ont toujours opté pour l'une ou l'autre de ces approches, séparant de façon irréductible l'étude du processus de l'énonciation linguistique et l'analyse des modes d'enchaînement de la pensée d'une phrase à l'autre. Sans vouloir faire une sorte d'épistémologie négative de l'analyse de discours, disons que cette irréductibilité a empêché, à un moment donné, de restituer au discours toute sa complexité.

13La complexité discursive doit être comprise non seulement du point de vue de la double détermination quantitative et qualitative mais aussi de celui de la grande variété des productions textuelles auxquelles elle renvoie. Comment observer cette complexité ?

14Il faut d'abord distinguer entre le discours, objet théorique conçu comme le lieu organisé d'un système de signes mettant en jeu des individus et des univers en représentation et le discours objet empirique renvoyant à du texte. D'un côté on met en relation du texte dans son appréhension immédiate avec une activité discursive à laquelle il renvoie ou plus précisément à laquelle on le fait renvoyer, et de l'autre, on considère ce texte comme un ensemble de données linguistiques brutes qu'il faut ensuite traiter en données discursives. Celles-ci sont nécessairement filtrées par des propriétés linguistiques à partir desquelles il est possible de décrire des propriétés discursives.

15Les questions sont donc des questions de méthode3: quelles sont les unités ou les catégories discursives que l'on peut dégager ? Les outils linguistiques sont-ils susceptibles, non pas d'être étendus au discours — la question a été maintes fois débattue — mais d'entrer dans la constitution d'un complexe analytique qui rendrait raison de ces unités ou catégories ?

1. 2. Propositions

16Postuler que la notion de discours est inséparable de celle d'activité discursive revient à considérer l'énonciation et l'argumentation comme faisant partie des conditions de production. Cela est vrai pour tout discours ; cela l'est encore plus pour cette variété de discours qui, des proverbes aux langues de bois, des textes religieux ou juridiques aux énoncés scientifiques mettent en oeuvre un appareil formel spécifique qui en assure la ré-énonciabilité. Bien entendu, ces conditions de production ne sont pas, plus que les autres, directement accessibles à l'analyste. Ce dernier les reconstruit à partir d'une démarche théorique par laquelle il s'efforce de reconstituer, au moins en partie, les mécanismes logico-cognitifs qui y sont mis en oeuvre. Travaillant à un degré intermédiaire entre des données empiriques et un système méta‑discursif abstrait, l'analyste doit avoir pour souci de rendre explicite et stable ce qui est préconstruit et hétérogène.

17L'activité discursive est à la fois dans le champ et hors du champ de la linguistique. Or si l'on décide de travailler dans cet espace un peu particulier, on doit déterminer avec précision ce que pourraient être le signe discursif et l'unité discursive. Ce qui revient à dire, qu'en matière d'analyse de discours, les unités sur lesquelles on a l'habitude de travailler en linguistique deviennent inopérantes. Observons deux suites textuelles :

(1) la science se renforce toutes les lois que se renforce la critique scientifique, c'est-à-dire, inséparablement, la qualité scientifique des armes disponibles, et la nécessité, pour triompher scientifiquement, d'utiliser les armes de la science et celles-là seulement.
(Bourdieu)

(2) les signes dont la langue est faite, les signes n'existent que pour autant qu'ils sont reconnus, c'est-à-dire pour autant qu'ils se répètent : le signe est suiviste, grégaire, en chaque signe dort ce monstre : un stéréotype : je ne puis jamais parler qu'en ramassant ce qui traîne dans la langue.
(Barthes)

18Que faut-il observer dans ces textes ? On s'aperçoit alors que ni les catégories grammaticales, ni les énoncés, ni les phrases, ni même les suites textuelles ainsi délimitées ne sont donnés dans le matériau non analysé. C'est le regard de l'analyste qui va construire les objets discursifs et cette construction n'est pas aléatoire. Car comme le dit M. J. Borel "On ne borne pas un discours comme on borne un terrain, on ne le démonte pas comme une machine. C'est un signe de quelque chose pour quelqu'un, dans un contexte de signes et d'expériences. Le discours est ainsi un processus qui, dans son déroulement même, fait signe, c'est-à-dire fournit des marques de la manière dont il faut le prendre". (Borel, 1981, p. 23).

19Il est nécessaire, compte tenu de ces premières contraintes, de se donner une hase définitoire minimale pour un certain nombre de termes :

  • Les objets discursifs concernent des phénomènes de prédication et/ou des phénomènes d'intersubjectivité et/ou des phénomènes de composition ou comme dirait Grue, de configuration. Ces objets sont appréhendables à partir d'un système d'opérations énonciatives et discursives qu'il appartient à l'analyste de reconstituer.

  • Les opérations énonciatives et discursives peuvent entrer dans la constitution d'une macro-opération ou procédure discursive, instance syntagmatiquement déployée qui impose un niveau de cohérence et de lecture dépassant les catégories grammaticales reconnues classiquement par la linguistique.

  • Une séquence discursive est un énoncé ou une suite d'énoncés contenant à la fois une unité de sens et une procédure discursive. C'est ainsi par exemple que l'on peut reconnaître, dans les suites textuelles (1) et (2) une même procédure discursive fondée sur la construction d'une généralisation. Cela revient à dire qu'il faut substituer au signe discursif la notion d'objet discursif et à l'unité discursive celle de séquence discursive.

2. Généralisation et discours

20Cette étude sur la généralisation a eu pour point de départ certains résultats de mes analyses sur le discours universitaire au début des années 80. J'avais essayé de montrer que certaines catégories grammaticales et notamment les marques personnelles prenaient des valeurs en discours qu'il était difficile, voire impossible, d'observer au niveau de la phrase. Il s'agissait plus précisément d'une valeur générique attachée aux marqueurs de la première personne et en particulier à je, valeur qui, dans le contexte du cours, permet au professeur-énonciateur de n'être par moments que l'un des n'importe qui qui peuvent dire la même chose pourvu que l'occurrence d'énoncé soit valide dans les mêmes circonstances.

(3) ... ça va // autre chose // non / alors voilà on va faire un petit programme // sur // on va déterminer // on va prendre un tableau de nombres qui va m'être donné / hein au départ hein alors je vais prendre un exemple // 7... 3... 2... 8... 14 / voilà ça suffira / imaginons qu'on donne ces nombres à la machine / et ce qu'on veut / toujours la première chose il faut pas l'oublier hein / qu'est-ce que je veux faire avec ma machine / je veux lui donner une suite de nombres / et je veux qu'elle me sorte ces nombres dans l'ordre /...

21Je rendais compte de cette valeur particulière de la première personne à partir de la notion de parcours (cf. infra) telle qu'elle est mise en oeuvre dans la théorie des opérations énonciatives élaborée par A. Culioli et je mettais en relation cette valeur avec la constitution d'une classe de locuteurs dont le représentant idéal serait, selon l'heureuse formule de Bachelard, "le professeur quelconque".

22Voilà brièvement résumé ce qui m'a permis d'envisager d'autres formes de généralisation en faisant l'hypothèse très vague à l'époque, que ces formes seraient davantage investies dans les discours de savoir et les discours de pouvoir.

23La parution en France, surtout à partir de 1985, d'un certain nombre de travaux consacrés au générique et à la généricité a marqué une étape importante dans l'évolution de cette réflexion. Ces travaux, en même temps qu'ils inauguraient un domaine d'investigation habituellement relégué aux notes de bas de page, soulignaient la diversité des points de vue devant la complexité des problèmes. Constatant l'absence de critères syntaxiques suffisamment fiables pour définir la phrase générique (Kleiber, 1985), les tenants de ce qu'on appelle la "linguistique générique" développaient surtout des modèles sémantiques pour décrire tantôt les modes de formation d'un syntagme nominal générique, tantôt les conditions de constitution d'une classe de procès, tantôt enfin les différents types de phrases génériques.

24Ce détour par un courant linguistique peut paraître anecdotique dans la mesure où il y a eu coïncidence dans le temps entre ce sur quoi je travaillais et un brusque intérêt pour la généricité. Il s'agissait pour moi, en fait, d'un retour sur le linguistique strict qui allait me permettre d'éprouver les concepts théoriques sollicités en tant qu'outils d'analyse ; c'est-à-dire qu'on part du discours pour aller vers les contraintes linguistiques, ce qui nous permet ensuite de revenir au discursif. Grâce à cette démarche, à ce souci, la généralisation dans le discours pouvait constituer un domaine complémentaire à celui de la généricité et relativement autonome par rapport à lui. Au champ des contraintes syntaxico-sémantiques, elle allait permettre d'intégrer la composante inter-subjective. A la phrase générique, il était possible d'opposer l'énoncé généralisant.

25La généralisation à l'oeuvre dans un énoncé peut se définir comme ce qui permet de déconstruire la singularité d'un événement ou d'une propriété. Il s'agit donc d'explorer toutes les formes par lesquelles un énonciateur/locuteur est amené à proférer un énoncé "toujours-vrai" à l'intention d'un co-énonciateur/allocutaire. Ce déplacement de perspective permet ainsi de traiter tout ce qui, à la périphérie de la généricité stricte, confère à un énoncé quelconque une valeur de law-like. Cela donne des énoncés du type :

(4) Un western de temps en temps ça délasse.

(5) Des enfants agressifs sont souvent des enfants malheureux.

(6) Vous n'entendrez jamais cet homme dire quelque chose de méchant.

26et cette phrase de Barthes :

(7) Ce que les linguistes appellent ta modalité n'est jamais que le supplément de la langue, ce par quoi, telle une supplique, j'essaie de fléchir son pouvoir implacable de constatation.

27Le parti pris est clair : il s'agit d'examiner toutes les formes de modulations énonciatives pouvant affecter l'énoncé sans remettre en cause sa valeur généralisante. Cette conception de la généralisation, qui s'inscrit dans un domaine à la frontière de l'énonciation et de l'argumentation, implique naturellement que l'on prenne un certain nombre de décisions théoriques :

28- L'énoncé généralisant, très éloigné des phrases telles que (8) et (9)

(8) La baleine est un mammifère.

(9) Les castors construisent des barrages.

29sera considéré non plus comme une articulation compatible entre un syntagme nominal générique renvoyant à une classe d'individus et un syntagme verbal générique renvoyant à une classe de procès mais plutôt comme un agencement de marqueurs renvoyant à des opérations par lesquelles un sujet construit une relation prédicative repérée par rapport à une classe de situations. De façon moins abstraite, cela signifie que l'énoncé généralisant peut se ramener à un ensemble pondéré mettant en jeu trois propositions :

  • vrai pour tout x : (quantification)

  • toujours vrai : (aspectualisation)

  • nécessairement vrai : (modalisation)

30- L'analyse de ce type d'énoncés doit prendre en compte d'une part le champ des contraintes syntaxico-sémantiques permettant de construire une représentation détachée de toute représentation et d'autre part d'intégrer ces données au champ des contraintes pragmatico-énonciatives liées à la mise en discours d'un tel énoncé.

31- L'énoncé généralisant ne sera pas considéré comme un énoncé hors-situation, "dépragmatisé" (Maillard) ou "déréférentialisé" (Furukawa) mais au contraire comme le lieu d'un surinvestissement des sujets mis en cause. Cela a deux conséquences qu'il convient de bien distinguer : il est construit pour emporter l'adhésion de l'autre ; il est énoncé pour être répété. Ainsi, l'énoncé généralisant se caractérise moins par l'absence de repérages situationnels que par sa disponibilité énonciative qui le rend à la fois itéré et itérable. Il ne renvoie pas à un discours sans sujets mais au contraire à un discours de tous les sujets.
Ces décisions théoriques s'accompagnent naturellement de prises de position méthodologiques :

32- Il y a d'abord la nécessité de mettre en oeuvre une grande diversité textuelle recouvrant des énoncés attestés (puisque nous sommes en analyse de discours !) doublement confrontés à des énoncés produits par la glose et à des textes longs. La glose, qui va surtout servir à manipuler une séquence textuelle donnée permet d'ordonner les observations autour de telle ou telle catégorie et, lorsqu'on peut établir une famille d'énoncés modulo-équivalents, de mesurer les formes de régulation opérées d'un énoncé à l'autre. Ainsi par exemple, le rapprochement de (10), énoncé attesté et de (11) et (12), énoncés produits par la glose permet de mieux comprendre ce que Jespersen appelle la "personne générique".

(10) Tu sais ce que c'est, quand tu as préparé un plat pendant trois heures tu n'as plus envie d'y goûter...

(11) Oh tu sais j'ai préparé ce plat pendant trois heures, je n'ai plus envie d'y goûter.

(12) Tu sais ce que c'est, quand j'ai préparé, un plat pendant trois heures je n'ai plus envie d'y goûter.

33Les textes longs quant à eux, toujours attestés, donnent la possibilité à l'analyste de construire des catégories discursives à partir de marques linguistiques.

34- Il a ensuite, et ce point est lié au précédent, l'intérêt particulier porté aux catégories grammaticales peu ou pas sollicitées dans le cadre de la généricité phrastique :

  • a) les prédéterminants quantifiants tels que des, chaque, n'importe quel et pour l'arabe kul.

  • b) les marques personnelles et notamment celles renvoyant à la 1ère et à la 2ème personnes du singulier.

  • c) les formes aspectuelles renvoyant en surface à du révolu ou à de l'à-venir et, pour l'arabe, aux formes dites accomplies et inaccomplies.

  • d) les indicateurs spatio-temporels tels que ici, cette année, de temps en temps...

  • e) les opérateurs modaux tels que pouvoir...

35En relation avec ces grandes options méthodologiques, deux problèmes ont été particulièrement pris en compte au cours de ce travail.

36Le premier reconduit et prolonge l'alternative à laquelle se sont trouvés confrontés les travaux s'inscrivant explicitement dans le champ de la "linguistique générique". Faut-il s'attacher à décrire ce qu'il y a de commun à tous les énoncés génériques ou établir au contraire une typologie distinguant les différentes formes de généricité (phrases analytiques, génériques, habituelles, dispositionnelles, etc.). Nous avons opté pour la première solution en essayant de ramener toutes ces formes à deux grands types d'énoncés : les généralisants et les génériques. Même si cette division n'est pas toujours opératoire (peut-on dire avec certitude de (12) qu'il est généralisant ou générique ?) elle présente, outre l'avantage de pouvoir mettre au jour différents degrés de généralisation, celui de ne pas enfermer la problématique dans des schémas explicatifs en partie prédéterminés.

37Le second problème concerne l'articulation énoncé généralisant/discours généralisant. Si, par proximité avec la linguistique générique, il est relativement facile de sérier les catégories linguistiques entrant dans la formation d'un énoncé généralisant, il semble infiniment plus difficile d'étendre cette problématique au discours. Et d'abord que peut représenter un discours généralisant ? S'agit-il d'un discours qui égrène une série d'énoncés du même nom ? Peut-on dire qu'un discours généralisant est un discours désactualisé ou hors-situation ? A supposer enfin que l'on puisse reconnaître et définir ce type de discours, comment thématiser la généralisation qui y est mise en oeuvre ?

38Les pistes sont aussi nombreuses que périlleuses. Aussi adopterons-nous une démarche prudente qui d'une part, établira des régularités locales là où il y a continuum entre ce qu'on peut observer au niveau de l'énoncé et au niveau de textes plus longs (comme par exemple la valeur de certaines marques personnelles) et d'autre part, reconnaîtra les limites de la complexité observable.

39De l'ensemble des analyses que j'ai pu effectuer, notamment dans le cadre de la thèse d'état, il ressort que la généralisation dans le discours peut-être considérée comme un faisceau d'opérations par lesquelles un sujet construit un énoncé donné pour "toujours-vrai" en relation avec une intentionnalité qui pourrait équivaloir à un double objectif énonciatif : faire taire ou faire répéter. Ce mode spécifique d'inter-subjectivité présente à travers la diversité des énoncés une certaine régularité de fonctionnement qui se ramène à la conjonction de trois opérations :

40Tout énoncé généralisant requiert en premier lieu une opération de parcours par laquelle on appréhende toutes les occurrences d'une classe. Cette opération suppose en amont la constitution d'une classe "abstraite" (Culioli) ou "ouverte" (Kleiher et Lazzaro) qui permet d'envisager les occurrences passées, présentes, futures et contrefactuelles. Nous sommes alors dans le cas où généricité et généralisation se confondent :

(13) Les chats sont intelligents.

41et où nous avons un "parcours-parcours" c'est-à-dire qu'il n'y a ni prélèvement du côté du SN, ni fragmentation du côté du SV. L'énoncé est donné d'emblée comme homogène. Lorsque pour une raison ou une autre, le parcours exhaustif est bloqué, il suffit d'une autre opération pour le rétablir. C'est notamment le rôle de ça dont la fonction première semble consister à effacer la quantification opérée sur le syntagme nominal pour homogénéiser l'ensemble de la proposition.

(14) Des frères ça s'aide

(15) Du pain ça se mange4

42C'est aussi le rôle de marqueurs tels que jamais et toujours qui "lissent" les occurrences pour renvoyer à la notion. Il arrive aussi que l'exhaustivité du parcours soit modulée par des adverbes de fréquences tels que souvent, généralement, presque toujours. Notons enfin que cette opération peut également porter sur les marques personnelles tant dans le discours universitaire que dans le discours quotidien :

(16) Quand tu es là-dedans [à l'intérieur d'un char] c'est la panique, tu es complètement coincé.

43Le parcours n'est pas exclusivement attaché à la généralisation. Il permet aussi de rendre compte, par exemple, de certaines formes de l'interrogation.

(17) Qui n'a pas fait son devoir ?

44avec comme réponse possible : M, N et K. On constate alors qu'on a, avec cette opération, la possibilité de pondérer le quantitatif par du qualitatif et de passer à un certain moment, de l'interrogation à la totalisation puis à la généralisation :

(18) Qui n'a pas fait son devoir ?! (pendant la guerre).

(19) Qui ne fait pas son devoir en temps de guerre ?!

45La deuxième opération fondamentale attachée à ce type d'énoncé concerne la construction d'un repère fictif c'est-à-dire d'un décrochement. Si l'on part de l'hypothèse que, pour qu'un énoncé soit vrai, il faut et il suffit qu'il soit dit vrai, il importe de distinguer entre trois instances :

  • une instance d'énonciation, représentation théorique d'un ancrage situationnel qui va l'aire qu'un énoncé va être à la fois produit et reconnu et qui postule de ce fait l'existence de deux énonciateurs.

  • une instance de locution qui englobe le temps réel de locution et la personne physique qui déclare et qui parle, autrement dit le locuteur.

  • une instance de validation qui permet de prendre en charge l'énoncé produit.

46Si la distinction entre locuteur et énonciateur semble relativement facile à concevoir, celle qui oppose locuteur et asserteur (Culioli) ou valideur (de Vogüé) paraît plus problématique. R. Martin confond même volontairement les deux instances puisque pour lui "tout l'effort du locuteur consiste à faire admettre ce qu'il croit être vrai (...) aux yeux du linguiste, est vrai ce que le locuteur asserte". (Martin, 1983, p. 36). Pourtant, si l'on accepte la définition de l'assertion comme étant la prise en charge d'un énoncé par un énonciateur, il faut admettre la distinction entre un locuteur qui déclare sans avoir à s'engager sur la vérité de ce qu'il dit et un asserteur qui déclare ce qu'il pense vrai.

47Dans la plupart des cas, l'énonciateur-locuteur est aussi le valideur. "Dès lors que I'on renonce à la théorie de l'adéquation, la vérité d'une proposition, dans quelque mode que ce soit, n'est plus de l'ordre d'une donnée brute ; elle ne tient que si quelque part elle est garantie" (de Vogüé, 1985, p. 88). Il existe cependant des situations où l'énonciateur-locuteur n'a pas à / ou ne veut pas se prononcer sur la vérité de P. C'est précisément le cas des énoncés généralisants. Il est possible maintenant de mieux définir ce qu'est le repère fictif. Ce terme désigne un repère décroché par rapport à la situation origine et qui permet à l'énonciateur de se placer à l'extérieur de la dualité vrai/faux. Dans un modèle fondé sur des opérations énonciatives conçues comme des opérations de repérages interprétables dans un espace donné, fictif est employé de façon technique pour désigner un repère qui valide tout ce qui n'entre pas dans la catégorie de l'assertif au sens strict, c'est-à-dire aussi bien le "ni vrai ni faux" des hypothétiques que le "toujours-vrai" des énoncés généralisants.

48La troisième opération correspond à la constitution d'une classe de locuteurs. Elle est intimement liée aux deux précédentes qui ont permis de poser que l'énoncé généralisant était un énoncé homogène et décroché. Etant donné les hypothèses de départ, on peut imaginer, en théorie du moins, que toute phrase générique prise au sens large a été énoncée une première fois. Cela est facilement concevable pour les slogans publicitaires ou les "petites phrases" dont certaines connaissent une grande fortune énonciative ; cela l'est également pour les lois scientifiques dont on peut fixer, avec plus ou moins de précision, l'époque de la profération inaugurale; cela l'est enfin, quoique de manière plus spéculative, pour les proverbes qui, surtout dans les communautés à tradition orale, apparaissent souvent comme issus d'une expérience singulière autant que première.

(20) Je lui ai appris la prière
Il m'a devancé à la mosquée.

(21) Il m'a frappé puis a pleuré
M'a devancé pour m'accuser5

49Mais qu'il soit énoncé pour la seconde fois (un générique énoncé une fois n'est qu'un énoncé vrai en attente de réénonciation) ou pour le énième bois, l'énoncé générique trouve sa validation non pas du côté de l'énonciateur "originel" mais du côté de la classe de locuteurs qui garantit sa pérennité. Ainsi, en ce qui concerne les énoncés génériques, valideurs, repère fictif et classe de locuteurs se confondent. Ces trois opérations fondamentales : opération de parcours, construction d'un repère fictif et constitution d'une classe de locuteurs, toujours présentes quel que soit le type de texte analysé, fondent le noyau dur de la généralisation. Elles se combinent naturellement à d'autres opérations dans la mise en oeuvre d'un énoncé bien formé. De ces premiers résultats, il ressort que la régularité de ce type de textes réside moins dans l'agencement de certaines formes ou dans le calcul de compatibilité de contraintes sémantiques que dans une régulation à double détente entre les composantes formelles de l'énoncé d'une part et les sujets mis en cause de l'autre. Examinons la série suivante :

(22) Un bon western de temps en temps
(a) ça ne petit pas faire de mal
(b) ça ne fait pas de mal
(c) ça fait du bien
(d) ça n'a jamais fait de mal à personne

(23) Un western, ça fait du bien

50On s'aperçoit alors que dans le discours quotidien, tout semble se passer selon la règle suivante : plus les énoncés s'éloignent de la généricité stricte et plus leur généralisation est acceptable. Contrairement aux phrases analytiques qui tirent leur vérité de la seule conformité aux règles du langage, les énoncés généralisants tirent leur validité de la multiplicité des circonstances qui en relativisent la portée. On arrive ainsi au paradoxe suivant : plus les énoncés sont ancrés dans le discours et plus ils ont des chances d'être acceptés comme énoncés généralisants.

51Cette façon d'aborder linguistiquement des phénomènes discursifs autorise un élargissement aux textes plus longs, a condition bien sûr de prendre quelques précautions.

52Le travail sur les textes longs a porté sur un corpus tiré de la presse algérienne de langue française.

53On sait que dans un pays comme l'Algérie, les médias représentent le relais institutionnalisé du discours officiel. Ces conditions de production font que le discours de la presse politique s'apparente à ce que I'on nomme la "langue de bois" et celui de la presse sportive à un discours nationaliste fortement marqué. Il m'a semblé que ces deux formes discursives, malgré leur apparente disparité étaient traversées par un même procès : celui de la ré-énonciabilité. Les procédures de généralisation qui y sont mises en oeuvre, si elles ne sont pas identiques d'une forme à l'autre, requièrent en effet les mêmes opérations : celles qui construisent un discours à une seule voix.

54L'analyse montre que ces opérations concernent plus précisément tantôt la mise en place d'un sujet énonciateur anonyme et dominateur, tantôt, dans une espèce de mise en miroir, un actant collectif transparent, tantôt enfin la sélection de classes-objets, de prédicats complétifs, de verbes introducteurs, de valeurs modales qui concourent à produire du "discours-vrai" acceptable pour tous.

55La généralisation n'est pas l'unique ni même la principale caractéristique de ce type de discours. Considérer que la généralisation, au même titre que la nominalisation en russe (cf. les travaux de Sériot) constitue l'une des formes de brouillage de la mise en discours résulte bien évidemment d'un choix de l'analyste, choix qui détermine pour une large part l'orientation de son travail.

56L'analyse linguistique de la discursivité investie dans les textes longs impose que I'on ménage un palier intermédiaire entre l'analyse microscopique des énoncés et les réseaux d'intrications infinies à l'oeuvre dans un texte long. Mais la mise en place d'un tel palier, qui correspond à ce que j'ai appelé une procédure discursive ne suffit pas à résoudre les difficultés. Quand elle est identifiable à une configuration au même titre que la réfutation ou l'analogie, la procédure de généralisation peut être décrite à partir d'une série distinguée de faits que l'analyste met en relation (par exemple le rapport entre l'opération de parcours sur les marques personnelles et l'éclatement de la forme-sujet). Quand cette procédure se confond avec une "manière de parler", les catégories mises en oeuvre pour la description deviennent plus disparates et l'hétérogénéité des observations risque alors de doubler l'hétérogénéité des discours. Le pari reste bien celui de la complexité observable.

57Une question centrale est au coeur de ce dispositif. Cette question est d'ailleurs double : peut-on postuler l'existence de catégories discursives ? et si oui quelles relations peut-on établir entre certaines catégories linguistiques et certaines catégories discursives '? Derrière cette très vaste question, il y a l'objectif beaucoup plus modeste de chercher à définir les conditions dans lesquelles il serait possible de décrire, à partir de modèles linguistiques, des valeurs produites et reconnues dans un cadre discursif. Il ne s'agit pas de relancer des débats aujourd'hui largement dépassés mais de chercher une hase minimale de ce qui pourrait être une théorie et une méthodologie des observables en discours.

58Avec la notion de catégorie discursive, deux dangers guettent l'analyste : 1) une hypothèse maximaliste qui peut s'exprimer en ces termes : si l'on s'en tient à une conception du discours liée à l'activité discursive, tout ce que l'on rattache habituellement à l'énonciation et à l'argumentation pourrait entrer dans les catégories discursives (par exemple l'analyse des "mots du discours", les modalités...). 2) une hypothèse minimaliste selon laquelle ne seraient pris en compte, dans les catégories discursives, que les phénomènes qui concerneraient l'enchaînement des énoncés ou des phrases dans des suites textuelles (viennent alors à l'esprit les connecteurs et les anaphoriques ou encore l'isotopie au sens que Greimas donne à ce terme).

59En marge de ces deux hypothèses, on peut imaginer, à partir de travaux existants, plusieurs pistes d'investigation :

  • Une catégorie discursive peut correspondre à un agencement réglé et régulier de formes tel que l'on aboutisse à un raisonnement : la contradiction, l'analogie, l'explication, la généralisation... Et c'est ce que nous avons avec ce que j'ai appelé la question générique. Cf. énoncé (19).

  • Une catégorie discursive peut aussi correspondre à une catégorie linguistique investie de façon particulière dans un discours donné : c'est par exemple le cas de la nominalisation dans le discours politique soviétique (Sériot) ou encore celui des marques personnelles dans le discours universitaire (Ali Bouacha).

  • Une catégorie discursive peut enfin correspondre à un objet métadiscursif forgé par l'analyse. C'est par exemple la notion de classe de locuteurs telle qu'elle a été mise en oeuvre dans le cadre de ce travail. Sans entrer dans les détails, disons que c'est par cette catégorie que l'on construit ce qui équivaut à "tout le monde dit que" par opposition à "je dis que".

60Bien évidemment, celte liste n'est pas close. Ces quelques illustrations de ce que pourrait être une catégorie discursive montrent toutefois les potentialités de cette problématique. On peut raisonnablement espérer qu'une telle conception de l'analyse de discours permettra de dégager, au fil des travaux, d'autres formes d'articulation entre catégories linguistiques et catégories discursives.

Haut de page

Bibliographie

ALI BOUACHA M. (1984) : Le discours universitaire, la rhétorique et ses pouvoirs, P. Lang, Berne.

ALI BOUACHA M. (1991) : La généralisation dans le discours, thèse pour le doctorat d'Etat, Université Paris 7.

AUTHIER-REVUZ J. (1984) : "Hétérogénéité(s) énonciative(s)", dans Langages 73, pp. 98-1 I 1.

BAKHTINE M. (1977) : Le marxisme et la philosophie du langage, Minuit, Paris.

BENVENISTE E. (1966 et 1974) : Problèmes de linguistique générale, 2 vol., Gallimard, Paris.

BOREL M. J. (1981) : "L'explication dans l'argumentation, approche sémiologique", dans Langue Française 50, pp. 20-38.

CULIOLI A. (1985) : Notes du séminaire de DEA, 1983-1984, Poitiers.

CULIOLI A. (1990) : Pour une linguistique de l'énonciation, Opérations et représentations, Ophrys, Paris.

FOUCAULT M. (1969) : L'archéologie du savoir, Gallimard, Paris.

FURUKAWA N. (1989) : "Le SN générique et les pronoms ça/il(s) — Sur le statut référentiel des SN génériques", dans Modèles Linguistiques, Tome XI, fasc. 2, pp. 37-57.

GREIMAS A. J. (1976) : Maupassant, la sémiotique du texte, Le Seuil, Paris.

GRIZE J. B. (1990) : Logique et langage, Ophrys, Paris.

HARRIS Z. (1969) : "Discours analysis" in Language, vol. 28, pp. 1-30, trad. franç. dans Langages 13.

JESPERSEN O. (1971) : La philosophie de la grammaire, Minuit, Paris.

KLEIBER G. (1985) : "Du côté de la généricité verbale : les approches quantificationnelles", dans Langages 79, pp. 61-88.

KLEIBER G. et LAZZARO H. (1987) : "Qu'est-ce qu'un syntagme nominal générique ? Ou les carottes qui poussent ici sont plus grosses que les autres", dans Rencontre(s) avec la généricité, Kleiber G. (éd.), Klincksieck, Paris, pp. 113-131.

MAILLARD M. (1989) : Comment ÇA fonctionne, thèse de doctorat d'État, Université Paris 10.

MARANDAIN J. M. (1979) : "Problèmes d'analyse du discours. Essai de description du discours français sur la Chine", dans Langages 55, pp. 17-88.

MARTIN R. (1983) : Pour une logique du sens, PUF, Paris.

PECHEUX M. (1969) : Analyse automatique du discours, Dunod, Paris.

SERIOT P. (1985) : Analyse du discours politique soviétique, Institut d'Études Slaves, Paris.

VOGÜÉ S. de (1985) : Référence, prédication, homonymie : le concept de validation et ses conséquences sur une théorie des conjonctions. Thèse pour le Nouveau Doctorat, Université Paris 7.

Haut de page

Notes

1 "Les rapports de production et la nature socio-politique qu'ils conditionnent directement déterminent tous les contacts verbaux possibles entre individus, toutes les formes et les moyens de la communication verbale : au travail, dans la vie politique, dans la création idéologique". (Bakhtine, 1977. p. 38).
2 Ces notions ainsi que cette façon de concevoir les phénomènes énonciatifs sont empruntées à la Théorie des opérations énonciatives élaborée par A. Culioli.
3 En analyse de discours, la complexité des phénomènes à observer est telle que la meilleure théorisation que l'on puisse faire est celle qui s'élabore à partir de questions de méthode. C'est en tout cas l'hypothèse sous-jacente aux travaux effectués dans le cadre du CEDISCOR.
4 Il y a en outre une valeur déontique souvent présente dans ce type d'énoncés. On sait par ailleurs que l'opérateur ça n'est pas le marqueur infaillible de la généricité :
- Un patrimoine ça se construit
- Un patrimoine ça me donnerait bien du souci !
5 Proverbes arabes tirés d'un Recueil des proverbes de l'Est algérien, établi par Aida Bamya et Fadila Laouar et publié dans les Cahiers du CERDRA de l’Université de Annaba. Ce recueil se présente comme un dictionnaire de proverbes (on en compte plus de 350) avec une traduction en français et un grand nombre de notes explicatives.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Magid Ali-Bouacha, « Enonciation argumentation et discours : le cas de la généralisation », Semen [En ligne], 8 | 1993, mis en ligne le 06 juillet 2007, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/semen/3985

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page