Navigation – Plan du site

Analyse du discours et archive

Dominique Maingueneau

Notes de la rédaction

Cet article reprend de nombreux éléments du chapitre 1 de l’Analyse du discours, Introduction aux lectures de l’archive (Hachette, 1991), paru après notre exposé au séminaire de J. Peytard et S. Moirand.

Texte intégral

1Les recherches qui se réclament de "l’analyse du discours" connaissent un développement considérable dans le monde entier ; en revanche, "l’école française d’analyse du discours" (AD) traverse une crise d’identité depuis le début des années 80. Dans cet exposé nous voudrions explorer les raisons de cette crise, puis préciser le concept d’archive qui, à notre sens, permet de prolonger la voie ouverte à la fin des années 1960. Mais il ne s’agit que d’une des voies possibles, dès lors que, comme on le va le voir, l’AD n’a jamais constitué un champ homogène.

2I.
L’émergence de "l’école française d’analyse du discours" (abréviée selon l’usage en "AD") n’est pas seulement une tentative pour remédier aux insuffisances de l’analyse de contenu". On ne doit pas sous-estimer l’enracinement culturel d’une discipline où viennent se rencontrer une tradition d’analyse textuelle, une pratique scolaire et une conjoncture intellectuelle.

3La tradition danalyse textuelle, c’est celle de la philologie européenne où se mêlent les problèmes posés par la lecture de l’Écriture sainte et celle des grands auteurs de l’Antiquité. Avec des présupposés distincts 1’AD a occupé une bonne part du territoire laissé vacant par cette réflexion philologique.

4La pratique scolaire sur laquelle s’est appuyée l’AD, c’est l’explication de textes, présente en France dans l’ensemble de l’appareil scolaire et universitaire. A. Culioli, constatant que "la France est un des pays où la littérature a joué un très grand rôle", voit ainsi dans l’AD "une manière de relayer l’explication de textes en tant qu’exercice scolaire"1.

5La conjoncture intellectuelle dont surgit l’AD, c’est le courant structuraliste des années 60. Autour du structuralisme s’est nouée toute une réflexion sur "l’écriture" qui associait linguistique, psychanalyse lacanienne et marxisme althusserien. L’AD, s’est développée dans un milieu de chercheurs (historiens, linguistes, et dans une moindre mesure psychologues et sociologues) pris dans cette triple mouvance et pour lesquels la pensée de Louis Althusser a joué un rôle déterminant. Pour donner à l’entreprise d’AD son caractère de nécessité il a fallu une part de rêve, le sentiment d’impérieuse urgence que confère un projet intellectuel mobilisateur, celui d’une althusserianisme qui en France domine alors la scène. Nous parlons ici de l’"althusserianisme" et non de la philosophie d’Althusser parce que c’est essentiellement une sorte de vulgate qui a exercé une influence déterminante sur l’AD.

6Althusser visait à donner un fondement plus assuré au marxisme en le combinant avec la tradition épistémologique française et le structuralisme. Pour ne pas fonder le marxisme sur la conscience des sujets il s’efforçait de remplacer la philosophie post-hégélienne de la "praxis" par une épistémologie, substitution qui prenait les couleurs d’un "anti-humanisme". Affirmant le caractère irréductible du décalage entre science et idéologie, Althusser en tirait toutes les conséquences.

7Pour lui, il fallait définir une science de l’idéologie dont l’AD aurait été une composante essentielle. La pensée d’Althusser impliquait l’existence d’une telle branche du savoir sous la double modalité d’une "théorie de l’idéologie en général" et d’une "théorie des idéologies particulières, qui expriment toujours, quelle que soit leur forme (religieuse, morale, juridique, politique) des positions de classe"2.Cette théorie devait étudier la "déformation imaginaire"3 que subissent les "rapports réels" des individus à leur position dans la formation sociale quand ils se muent en représentations idéologiques. Elle partait du principe que cette déformation était soumise à certains processus constants dont il était possible de mettre en évidence le fonctionnement.

8Le recours à la linguistique obéissait à un double motif. Tout d’abord l’autonomie relative que le structuralisme reconnaissait au langage imposait qu’on en passât par ses lois au lieu de se "brancher" directement sur les instances socio-économiques. En second lieu, dans le concert des sciences humaines la linguistique passait pour avoir opéré de manière décisive cette "coupure épistémologique", cet arrachement à sa propre idéologie qui qualifie la scientificité. Ainsi, grâce à la linguistique, devait pouvoir se constituer une analyse du discours véritablement scientifique.

9Mais pour comprendre la genèse de l’AD il faut également tenir compte d’un autre facteur, tout aussi capital, la psychanalyse, envisagée à travers le "retour à Freud" tel que le définit à cette époque Lacan. Dans l’althusserianisme l’idéologie venait en effet occuper la place tenue dans la psychanalyse par l’illusion d’autonomie de la conscience des sujets ; psychanalyse et marxisme se nouaient grâce à une problématique de la conscience mystifiée :

Depuis Marx, nous savons que le sujet humain, l’ego économique, politique ou philosophique n’est pas le "centre" de l’histoire — nous savons même, contre les Philosophes des Lumières et contre Hegel, que l’histoire n’a pas de "centre", mais possède une structure qui n’a de centre nécessaire que dans la méconnaissance idéologique. Freud nous découvre à son tour que le sujet réel, l’individu dans son essence singulière, n’a pas la figure d’un ego, centré sur le "moi", la "conscience" ou l’"existence", — que ce soit l’existence du pour-soi, du corps propre, ou du "comportement", que le sujet humain est décentré, constitué par une structure qui elle aussi n’a de "centre" que dans la méconnaissance imaginaire du "moi", c’est-à-dire dans les formations idéologiques où il se "reconnaît"4.

10On considère habituellement l’appellation "analyse du discours" comme la traduction du terme discourse analysis, qui désigne une méthode mise au point par la linguiste américain. Harris pour étendre la distributionnalisme à des unités transphrastiques. Mais cela ne suffit pas à expliquer pourquoi cette dénomination a immédiatement suscité une telle adhésion. On a beaucoup glosé sur la pertinence de la notion de "discours" mais guère sur celle d’"analyse", qui est prise en général comme une sorte de variante d’"étude". En fait, cette "analyse" mérite bien son nom. D’abord parce que l’"analyse" de Harris, fondée sur le test de commutation, s’inscrit dans le cadre structuraliste d’une décomposition du discours, mais aussi parce que dans ce contexte épistémologique l’AD s’affirme comme une analyse (= une psychanalyse) appliquée aux textes. Matérialisation d’une certaine configuration du savoir, le même terme d’analyse" se déployait donc à la fois sur les registres linguistique, textuel et psychanalytique.

11Afin de "déceler l’indécelé dans le texte même", il fallait le "rapporter à un autre texte, présent d’une absence nécessaire dans le premier", celui de l’idéologie. Duplicité familière à la psychanalyse, qui sait déchiffrer "sous l’innocence de la parole et de l’écoute, la profondeur assignable d’un second, d’un tout autre discours, le discours de l’inconscient"5.A la fin de son article sur "Freud et Lacan" Althusser en appelait ainsi à "une meilleure intelligence de cette structure de la méconnaissance qui intéresse au premier chef toute recherche sur l’idéologie"6.En s’appuyant sur la scientificité de la linguistique et celle, moins assurée, du matérialisme historique, on devait montrer l’inconsistance fondamentale des textes, produits du travail idéologique comme le rêve est le produit d’un travail psychique régi par des lois.

12Construire une technique de lecture adaptée à cette tâche, telle devait être, dans cette optique, l’ambition de l’AD. La volonté militante et l’intérêt scientifique apparaissaient ici indissociables : étudier les processus de "déformation" idéologique dans le discours, c’était travailler à une oeuvre de démystification, prélude à une transformation de la société. Dans une perspective althusserienne l’expression "analyse du discours politique" est en quelque sorte redondante : comme la discursivité était définie à l’intérieur de l’idéologie, tout discours pris comme objet d’analyse entrait ipso facto dans l’orbite du politique.

13L’immédiat après 1968 a constitué le moment clé pour le développement de l’AD, avec trois lieux principaux de manifestation : le département de linguistique de l’Université de Paris X-Nanterre, dirigé par jean Dubois ; le centre de lexicométrie politique de l’Ecole Normale Supérieure de Saint-Cloud, l’entreprise d’analyse automatique du discours" qu’animait Michel Pêcheux dans le Laboratoire de psychologie sociale de Paris VII, associé au C.N.R.S. En 1969 paraissaient le n°13 de la revue Langages intitulé "l’Analyse du discours", élaboré dans le cadre de l’Université de Nanterre, ainsi que le livre de Pêcheux, l’Analyse automatique du discours. Ces deux ouvrages marquent en quelque sorte l’acte de naissance officiel de la nouvelle discipline. Le discours y apparaît comme une plénitude trompeuse dont l’analyse doit révéler l’"inconsistance" radicale en le rapportant aux forces secrètes qui le rendent possible.

14Cette conception résolument analytique qui veut montrer la duplicité pour laisser entrevoir un "autre" discours à l’oeuvre à travers le premier est celle qui domine les premières années de l’AD. Elle s’appuie en particulier sur la méthode dite des termes-pivots, dite aussi, improprement, méthode "harrissienne".

15II.
Mais dès le début cette démarche analytique s’est trouvée mêlée à une autre qui a progressivement occupé le devant de la scène.

16La même année 1969 a vu en effet paraître l’Archéologie du savoir de Michel Foucault, qui ouvrait à l’AD des voies différentes de celles de l’althusserianisme. Cette coïncidence de dates n’est pas fortuite. Si, indéniablement, la mouvance althusserienne a donné l’impulsion décisive à l’AD, au point d’apparaître pour certains comme sa seule manifestation légitime, le domaine de la réflexion sur le discours ne s’y laisse pas réduire. Cela permet de comprendre d’ailleurs que l’AD ait pu survivre à l’effacement de la problématique althussérienne. Mais si l’influence de Foucault sur l’AD a été considérable elle est restée largement souterraine, dans la mesure où l’auteur de l’Archéologie ne s’est pas soucié de développer des appareils méthodologiques explicites.

17Alors que la tendance althusserienne traque les forces cachées à l’oeuvre dans les condensations et les déplacements du texte, Foucault défend plutôt une conception du discours comme dispositif énonciatif et institutionnel qui récuse toute quête d’un sens dissimulé. A cela s’ajoute une divergence à propos des types de corpus qui servent de point de référence : ce ne sont pas les énoncés politiques qui intéressent l’Archéologie du savoir mais plutôt des énoncés "scientifiques" (médecine, économie...) ou "institutionnels" (règlements intérieurs d’hôpitaux, minutes de procès...). Avec le développement des travaux sur l’énonciation et la pragmatique la démarche de Foucault a suscité un intérêt croissant, corrélatif d’une certaine régression de l’audience de la psychanalyse.

18Cette démarche que nous pourrions qualifier d’intégrative appréhende la formation discursive dans la complexité d’un fonctionnement globalisant. Là où la démarche analytique désarticule le discours, la démarche intégrative vise à articuler les diverses composantes d’une formation discursive à travers un quadruple jeu d’articulations :

  • celui des enchaînements intratextuels ;

  • celui des divers textes à l’intérieur d’une même formation discursive ;

  • celui de la formation discursive dans un réseau intertextuel ;

  • celui de la formation discursive et de son "contexte non-verbal".

19Les processus énonciatifs constituent en effet aussi des dispositifs sociaux, qu’il faut penser comme tels ; la formation discursive, loin d’être à l’extérieur d’un monde qu’elle se contenterait de "représenter" participe de son jeu des forces, sans pour autant s’y dissoudre.

20L’approche analytique elle même n’est pas homogène ; elle peut correspondre à deux options divergentes que l’on dira réaliste et représentative. Lorsqu’elle est "réaliste" elle entend se légitimer par les propriétés mêmes de son objet : c’est parce que les textes sont des processus de dissimulation, l’intrication de représentations et de forces de déplacement ou de rupture qui les déstabilisent qu’il faut recourir à une analyse. En revanche, pour une approche "représentative" l’analyse est seulement une voie d’accès commode à l’identité de la formation discursive ; la délinéarisation du texte est un moyen de dégager ce que cette dernière a de significatif à travers un sous-ensemble de phénomènes considérés comme un échantillon pertinent.

21La démarche "réaliste" est surtout celle des chercheurs qui s’appuient sur la psychanalyse ou une théorie des idéologies : l’analyste doit user de tout son art pour repérer dans l’enchaînement des énoncés ces points névralgiques qui donnent accès aux forces qui à la fois permettent au texte de se replier sur sa cohésion imaginaire et lui interdisent de jamais colmater toutes ses failles. De son côté, la démarche "représentative" s’inscrit davantage dans le prolongement d’une lexicologie des contextes issue de la philologie qui s’efforce de saisir la spécificité d’une position discursive à travers son vocabulaire. Alors que l’approche "réaliste" traque les points dinconsistances discursives, l’approche "représentative" cherche des points de condensation de l’identité discursive.

22Malheureusement, cette double divergence (entre deux types d’approche, analytique et intégrative, et entre deux types d’approche analytique) n’a pas toujours été perçue, ce qui dès le début de l’AD a engendré bien des confusions.

23On le voit clairement à travers les interprétations contradictoires qui ont été données de ce qu’on a appelé l’"analyse harrissienne". On a vu que l’un des centres de développement de l’AD a été le département de linguistique de l’Université de Nanterre, alors particulièrement tourné vers la lexicologie. Jean Dubois, qui dirigeait alors ces recherches, était l’auteur d’une thèse importante sur le vocabulaire politique et l’un des promoteurs d’une lexicologie structurale qui définissait la valeur des unités lexicales à partir de leur distribution. L’AD naissante s’est tout naturellement efforcé d’appliquer à ses corpus cette approche qui avait fait ses preuves : elle sélectionnait des unités lexicales qui étaient censées "représentatives" d’un positionnement. Le vocabulaire était utilisé comme un ensemble d’indicateurs permettant de caractériser une situation sociale extérieure au discours.

24Or c’est là une approche dont la visée est manifestement très éloignée d’une démarche "analytique réaliste", qui renvoie les formes de totalisation textuelle à une unité imaginaire. Voulant en découdre avec le discours, l’approche "réaliste" s’efforce au contraire de faire apparaître par un "espacement de la lecture" l’impossible discours quil trahit (manifeste et masque). Passent au premier plan les multiples phénomènes de polyphonie énonciative, les décalages, les glissements, les lacunes.

25Ainsi, dès ses débuts, l’AD a-t-elle été traversée par des tendances divergentes. Mais les effets s’en sont fait sentir de plus en plus lourdement au fil des ans. Depuis la fin des années 60 la situation s’est en effet considérablement modifiée. Alors qu’à cette époque l’AD, s’appuyant sur la linguistique structurale et le lacanisme, luttait pour introduire de nouvelles problématiques dans un terrain encore massivement dominé par l’analyse de contenu et la philologie, au début des années 90 on assiste à une prolifération de travaux se réclamant de "l’analyse du discours", au point de rendre difficilement discernables les frontières entre l’AD et des approches homonymes.

26L’évaluation récente de la linguistique a fait émerger de multiples recherches qui, comme l’AD, visent à "une étude linguistique des conditions de production" des énoncés, pour reprendre la formule de L. Guespin. L’énorme développement des nébuleuses que sont la pragmatique, la sociolinguistique ou la théorie de la communication et celui de cette autre nébuleuse qu’est devenue l’analyse du discours interférent sans cesse. On y a affaire à la langue là où elle fait sens pour des sujets inscrits dans des stratégies d’interlocution, des positions sociales ou historiques.

27Les multiples analyses du discours qui ont cours dans le champ linguistique varient en fonction des disciplines sur lesquelles elles s’appuient, en fonction des tendances à l’intérieur de ces disciplines, en fonction aussi du type de phénomènes discursifs auxquels elles s’intéressent. Qu’on imagine le contraste entre une analyse du discours qui se référerait à la psychologie cognitive pour étudier la conversation quotidienne et une autre qui étudierait le discours juridique en se référant à la psychanalyse et à une sociologie marxiste ! Si l’on ajoute que ces analyses du discours optent elles-mêmes pour tels ou tels modèles de la "langue" on aura une idée de la diversification possible de ces recherches et des risques de confusion que cela implique. On y traite constamment de "discours", de "texte", de "situation de communication", de "contexte"..., mais derrière ces mots on rencontre des options théoriques souvent incompatibles.

28III.
L’AD se trouve donc dans une situation beaucoup plus inconfortable qu’à ses débuts, quand le développement des recherches sur le discours était encore peu important. Elle s’est vue contrainte de définir plus précisément ses frontières.

29Les objets qui l’intéressent constituent en général des textes au sens le plus plein du terme, c’est-à-dire des énoncés

  • produits dans le cadre d’institutions qui contraignent fortement l’énonciation,

  • pris dans un interdiscours serré,

  • qui fixent des enjeux historiques, sociaux, intellectuels...

30Il s’agit donc d’énoncés dont le mode de structuration complexe et relativement stable possède une valeur pour une collectivité, des textes associés à une conviction partagée, qu’ils suscitent et renforcent, en bref de textes qui impliquent un positionnement dans un champ discursif. Le corpus n’y est donc pas considéré pour lui-même mais en ce qu’il est partie prenante dans une institution reconnue qui "définit pour une aire sociale, économique, géographique ou linguistique donnée les conditions d’exercice de la fonction énonciative"7.

31Le geste inaugural de l’AD consiste à ramener à l’unité d’un positionnement une dispersion d’énoncés. Elle se distingue d’autres disciplines par la nature du principe qui préside à ce regroupement. Pour elle ce n’est pas un critère formel, d’ordre typologique en particulier, qui doit intervenir mais le rapport à un lieu d’énonciation permettant d’identifier ce qu’on appelle à la suite de l’Archéologie du savoir de M. Foucault une "formation discursive". Ce ne sont pas les sermons en tant que sermons, les tracts politiques en tant que tracts politiques qui intéressent l’AD mais un ensemble de sermons ou de tracts en ce qu’ils définissent dans l’espace social une certaine identité énonciative historiquement circonscriptible. Le plus souvent une formation discursive ne correspond pas à un genre unique mais en associe plusieurs (tracts, manifestes, articles de journaux...).

32Ce regroupement est corrélatif d’une certaine conception du "point d’origine" énonciatif. Celui-ci n’est pas considéré comme une forme de subjectivité, qu’il s’agisse d’une conscience singulière ou collective, mais comme une place. Dire que l’énonciateur d’une formation discursive ne parle pas "en son nom", qu’il ne peut rapporter son dire à une subjectivité, c’est supposer qu’il assume le statut d’énonciateur que définit la formation discursive dans laquelle il se trouve pris. Cela ne signifie pas que pour chaque formation discursive il existerait une et une seule place d’énonciation légitime puisqu’un ensemble d’énoncés rapportés à un même positionnement peut se distribuer sur une multiplicité de genres de discours. Mais à supposer que l’analyste se donne pour objet cette diversité il lui faut la penser comme telle : la diversité des genres d’une formation discursive, loin d’être un accident survenu à un noyau de sens stable, contribue à définir son identité.

33Ces places d’énonciation supposent des institutions de production et de diffusion du discours spécifiques, des dispositifs qui délimitent l’exercice de la fonction énonciative, le statut des énonciateurs comme celui des destinataires, et les types de contenus que l’on peut et doit dire à partir d’un tel positionnement.

34L’AD ne se limite pas nécessairement aux énoncés écrits. L’opposition entre oral et écrit n’est pas valide ici, pas plus d’ailleurs que la distinction entre langue "spontanée" et langue "contrôlée". Il peut se faire qu’une place d’énonciation assignée par une formation discursive exige de celui qui l’occupe qu’il exhibe un langage "spontané" ou, au contraire, un langage "soigné", mais ce n’est pas la plus ou moins grande spontanéité considérée empiriquement qui intéresse l’AD. Pour prendre un exemple extrême, l’écriture automatique des surréalistes ne doit bénéficier d’aucun privilège d’authenticité dès lors qu’elle s’exerce dans l’espace contraignant de l’institution littéraire, avec tout le poids de l’interdiscours que cela implique : pour les auteurs de ce courant, écrire de façon "automatique", c’est sans doute libérer son imaginaire, mais pour l’analyste du discours c’est aussi se positionner dans le champ de la littérature de l’immédiate après-guerre.

35La délimitation de l’objet de l’AD traverse donc, sans s’y laisser réduire, un certain nombre de distinctions : entre l’oral et le graphique, entre énoncés dépendants et indépendants du contexte, entre énoncés parlés et écrits, médiatisés et non-médiatisés, stabilisés et non-stabilisés. Ces diverses distinctions ne se superposent pas, mais elles peuvent converger.

36L’opposition entre énoncés oraux et graphiques renvoie au support de la transmission. Bien entendu, l’AD ne peut avoir affaire qu’à des énoncés graphiques, qu’ils aient été ou non produits directement à travers le code graphique.

37La distinction entre énoncés dépendants et indépendants du contexte correspond à la divergence classique entre énoncés destinés à un sujet immédiatement présent dans la situation d’énonciation et énoncés destinés à des sujets placés dans d’autres contextes (communication "différée"). On sait que ces deux types de textes n’ont pas du tout les mêmes propriétés. L’AD peut puiser ses corpus dans l’un ou l’autre registre, même si elle a tendance à privilégier les énoncés indépendants du contexte.

38En distinguant l’écrit et le parlé nous recourons à une opposition moins familière, qui renvoie au "style" des énonciations. Un énoncé indépendant du contexte peut en effet fort bien se présenter avec les caractéristiques d’une communication immédiate. Bien des écrivains (Céline, Giono, par exemple) produisent des textes "parlés" pour des destinataires qui sont par définition radicalement absents puisqu’il s’agit de littérature. Réciproquement, rien n’interdit de s’adresser à des sujets présents comme si la communication était différée. Il y a là une marge de manoeuvre importante pour les énonciateurs.

39Le caractère médiatisé ou non-médiatisé de l’énoncé est étroitement lié à la problématique des genres de discours. Elle est difficile à spécifier bien qu’elle soit facile à appréhender par l’intuition. Un discours très médiatisé suppose un encadrement institutionnel contraignant, une forte restriction thématique. Ses énonciateurs ne s’expriment pas en leur nom propre mais tirent leur autorité d’un rôle ou d’un faisceau de rôles : prêtre, ministre, candidat, écrivain... Il en va de même pour les co-énonciateurs : militants, fidèles, étudiants, citoyens, etc., ils sont saisis à travers un statut qui transcende leur individualité. En général l’AD privilégie les discours médiatisés.

40Enfin, les énoncés peuvent être plus ou moins stabilisés. Le préjugé veut que l’oral soit fugace et changeant, l’écrit durable. L’histoire comme l’ethnologie ont montré qu’il n’en était rien : il est des énoncés oraux d’une remarquable fixité à travers les générations. Ce qui importe en réalité, c’est le mode de gestion et de conservation des énoncés, corrélatif de leur statut pragmatique. Pour l’AD est ici en jeu la question de la répétition. Même s’il s’agit d’énoncés oraux elle doit appréhender ses objets discursifs comme des inscriptions, terme ici plus adéquat que "texte" ou "corpus". L’inscription est traversée par l’imperceptible décalage d’une répétition constitutive, celle d’une parole qui se donne pour la réactualisation d’autres qui se place dans une filiation tout en ouvrant sur la nécessité d’une réactualisation postérieure. En se proférant cette parole implique en amont tout ce qui rend possible la position même de l’énonciateur : énoncer à l’intérieur d’une formation discursive, c’est dire ce qu’il faut dire eu égard à la place occupée, c’est suivre la trace invisible de la parole de l’Autre. L’énonciation, jamais originelle, se pose ainsi comme exemplaire, en quelque sorte en aval d’elle-même, elle fait de son existence l’incarnation d’une loi qui fonde une série illimitée de reprises. Les énoncés que saisit l’AD entretiennent une relation essentielle à une filiation et une mémorisation, ils s’insèrent dans un système de conservation et de réemploi. Ils ont beau être singuliers, proférés une seule fois, ils se posent comme la trace virtuelle d’eux-mêmes.

41Dans la problématique de l’AD la formation discursive ne constitue cependant pas l’espace d’analyse le plus englobant.

42L’ensemble de ceux qui s’en réclament posent le primat de l’interdiscursivité, récusant par là toute approche qui ferait de la formation discursive un pur rapport à soi.

43Ce principe n’est pas aisé à formuler, car derrière l’invariance de son affirmation se cachent des interprétations divergentes. Une chose est sûre, il exclut cette forme impropre de l’interdiscursivité que serait la comparaison, la mise en contraste de formations discursives considérées indépendamment l’une de l’autre. L’objet de l’AD n’est pas tant la formation discursive elle-même que sa frontière constitutive. L’identité n’est pas une donnée, c’est un processus dont l’exercice ne fait qu’un avec l’émergence et la stabilisation d’une certaine configuration énonciative. Dans cette perspective le dire, pour reprendre un jeu de mots classique, devient indiscernable d’un inter-dire spécifique. L’énonciation ne se développe pas sur la ligne d’une intention fermée sur son propre vouloir, elle est de part en part traversée par la menace du glissement dans ce qu’il ne faut pas dire, dans ce qu’il ne faut surtout pas dire, dont la présence à la fois envahissante et invisible double constamment l’énonciation légitime. On ne saurait donc dissocier l’intradiscursif et l’interdiscursif, la relation à "autrui" est une modalité d’un rapport à soi qui ne peut jamais se fermer.

44Il en résulte une certaine conception du sens. L’unité sémantique ne peut apparaître comme la zone de projection stable et homogène d’un vouloir-dire, elle est plutôt un noeud dans un espace conflictuel, une stabilisation jamais définitive dans un jeu de forces. Derrière l’élément il faut restituer le mouvement d’une énonciation qui sous la double contrainte du déjà dit et du dicible doit composer à la fois avec la langue et avec l’interdiscours. Alors que la linguistique rencontre l’indicible sous la forme de l’impossible (l’agrammatical) l’AD est confrontée à l’inénonçable, à ce qui ne peut être proféré à partir d’un lieu déterminé. Avec la primauté de l’interdiscours cet inénonçable se formule comme ce qui fait systématiquement défaut à une formation discursive et lui permet de tracer sa frontière, de se fermer imaginairement en un tout.

45On voit donc à quel point il est difficile de délimiter l’ensemble des énoncés qui peuvent constituer un objet pertinent pour l’AD. Il n’existe pas de conditions nécessaires et suffisantes au-delà desquelles un énoncé basculerait totalement hors de son domaine ; en effet, la plupart des concepts ou des méthodes que manipule l’AD s’avèrent productifs pour des corpus qui a priori ne l’intéressent pas de manière privilégiée : la conversation la plus banale suppose de l’interdiscours, ses protagonistes ont un statut plus ou moins contraint par le cadre communicationnel dans lequel ils sont pris, etc. C’est la densité et la rigueur des articulations entre ces éléments qui importe donc, et non leur existence. On peut donc seulement parler d’énoncés plus ou moins appropriés à l’AD.

46Cette restriction des objets de l’AD institue un partage entre un usage très contrôlé du langage et un usage "ordinaire", celui de la rumeur infinie des échanges verbaux à l’intérieur d’une société. On peut voir là une variante, pour les formations discursives, de l’opposition entre le profane et le sacré : le sacer y désigne la limite qui sépare ce qui a un dedans et un dehors énonciatif reconnu et ce qui ne se laisse pas clôturer dans les dispositifs d’une institution de parole.

47Mais nous ne voulons pas opposer par là un usage contraint à un usage qui serait libre de tout contrôle. L’un des grands apports des recherches sur la conversation a précisément été de faire reculer les limites de l’irrégulier : toute énonciation, fût-ce la plus "spontanée", apparaît soumise à de multiples codes. Mais il serait inadéquat de ne pas prendre en compte l’hétérogénéité des régimes discursifs sous prétexte que la notion d’usage ordinaire du langage ne serait pas clairement définissable. Mutatis mutandis on commettrait la même faute de discernement que ceux qui prétendent abolir la distinction entre le théâtre et la vie en alléguant que dans la vie tout le monde joue un rôle. En fait, il faut admettre le paradoxe qu’il y a du théâtre parce que la vie est théâtrale, mais que la vie est théâtrale parce qu’il y a du théâtre. S’il est vrai, par exemple, que la plupart des interactions verbales ont une dimension politique, cela ne signifie pas pour autant qu’ils relèvent du discours politique, lequel a des rituels propres. La rumeur des échanges ordinaires suppose la présence d’institutions discursives contraignantes, et, réciproquement, ces institutions discursives salimentent de la circulation incontrôlable de la rumeur.

48IV.
Tel que nous le déterminons ici, l’objet de l’AD pourrait être dénommé une archive, qui permet de rapporter un ensemble d’"inscriptions" à un même positionnement. L’incontrôlable polysémie du terme "discours" et la faible spécification de "formation discursive" nous ont incité à introduire ce nouveau concept, que nous exploitons de manière très différente de l’Archéologie du savoir. Foucault l’emploie en effet dans le sillage de son acception usuelle, liée à la conservation et à la mémorisation des textes. Il y voit ce qui définit pour une société donnée "le système général de la formation et de la transformation des énoncés"8,ce qui "entre la tradition et l’oubli, fait apparaître les règles d’une pratique qui permet aux énoncés à la fois de subsister et de se modifier régulièrement". Il peut ainsi articuler archéologie et archive : "l’archéologie décrit les discours comme des pratiques spécifiées dans l’élément de l’archive"9.Pour nous, en revanche, l’archive n’est pas "l’élément" dont émergent les multiples formations discursives, elle renvoie plutôt aux formations discursives, mais appréhendées de manière spécifique.

49Les soubassements sémantiques d’archive nous font en effet accéder aux diverses dimensions de la discursivité qui intéressent l’AD. Son étymon latin, l’archivum, provient de l’archeion grec, lui-même dérivé de l’arché. Lié à l’arché, "source", "principe" et à partir de là "commandement", "pouvoir", l’archéion, c’est le siège de l’autorité (un palais par exemple), mais aussi un corps de magistrats ou les archives publiques. La fonction de mémorisation, de trésor textuel qui est celle de l’archive et dont participe l’AD elle-même en recueillant, en manipulant les énoncés déjà proférés, est ainsi systématiquement rapportée à la détermination d’une enceinte, d’un pouvoir qui est pouvoir de dire, à l’affirmation de la légitimité d’un corps d’énonciateurs consacrés. Or s’il est vrai que l’AD récuse l’idée d’un point d’origine du discours, l’imaginaire constitutif de l’archive suppose une relation à une source du sens, la délimitation d’un espace fondateur, authentifiant. L’AD s’intéresse en effet surtout aux discours autorisés, qui au-delà de leur fonction immédiate supposent, à travers les renvois interdiscursifs, un rapport aux fondements et aux valeurs.

50Considéré comme "archive", un ensemble de textes ne se définit pas seulement comme la réponse à un faisceau de contraintes pratiques, il permet aussi de légitimer un certain exercice de la parole pour un groupe donné. Dès lors, étudier des énoncés comme participant d’une archive, c’est bien autre chose que prendre seulement en compte leur utilité, mettre en rapport une structure et une fonction : c’est une certaine organisation de l’univers, liée aux comportements de diverses collectivités qui s’y trouvent impliquées. L’étude de l’archive joue ainsi un rôle comparable à celle du mythe pour les sociétés primitives. Pour l’AD comme pour le mythologue il s’agit de considérer des positions énonciatives qui nouent un fonctionnement textuel à la construction de l’identité et à la préservation d’un groupe.

51Ces archives, par nature, sont des thesaurus, des ensembles finis d’énoncés, "rares" dirait Foucault. La démarche même de l’AD implique la nécessité de leur recueil, de leur préservation et de leur manipulation contrôlée. L’analyse doit rendre raison du peu de choses qui a été recueilli et rien que de cela. L’archive n’est donc pas comme l’ensemble virtuellement infini des phrases grammaticales, elle est radicalement liée à l’exemplarité, à la répétition. Que pour une archive déterminée il n’ait été produit qu’un nombre restreint d’énoncés ne résulte pas seulement d’une limitation extérieure. Le fait même de la conservation, la possibilité que le texte ait d’une manière ou d’une autre été fixé dépend de son statut et conditionne son mode de circulation dans l’univers discursif. La gestion de l’archive est une dimension constitutive de celle-ci. L’archive n’est pas une profération à laquelle on adjoindrait sa trace mnésique mais un mode d’existence spécifique pour un ensemble d’énoncés. En posant son énonciation comme légitime, elle affirme son droit à être re-dite. Une énonciation entre dans une archive non seulement parce qu’en amont elle figure dans un rituel mais aussi parce qu’en aval elle apparaît comme archivable. Cette métaphore de l’amont et de l’aval n’est qu’une manière de dire un pur fait de structure : à ce niveau peu importe qu’un énoncé ait été répété parce qu’il se donnait comme autorisé ou qu’il ait été pourvu d’autorité par le fait qu’il se trouvait répété.

52Mais, même restreint à l’archive, le domaine de l’AD apparaît illimité. On a coutume de recourir à des typologies fonctionnelles (discours juridique, religieux, etc.) ou formelles (discours narratif, expositif, argumentatif etc.) mais leur prise en compte n’est qu’un préalable pour l’AD, non la finalité de son travail. Elle les croise l’une avec l’autre en les spécifiant dans l’espace et le temps de manière plus ou moins large pour les rapporter à une identité énonciative singulière. En faisant varier tel ou tel paramètre on pourrait construire une infinité d’archives possibles parmi lesquelles très peu seront identifiées et étudiées. Ces dernières ont beau faire l’objet d’analyses rigoureuses, par leur rareté même elles sont nécessairement significatives de conjonctures idéologiques.

53A peine introduit, ce concept d’archive n’a pas manqué de susciter certaines mésinterprétations. Chez Foucault comme chez M. Pêcheux il est utilisé dans le prolongement de son usage habituel, qui l’associe au stockage des textes, à une gestion de la mémoire. Dans notre perspective, en revanche, l’archive ne réfère pas nécessairement à une instance discursive passée, elle désigne un certain régime de l’énonciation. Comme objet de l’AD, l’archive est un dispositif d’énonciation (production/réception indissociablement), de circulation et de conservation des énoncés qui circonscrit un ensemble d’événement verbaux, d’"inscriptions" en les rapportant à une identité. Loin d’être conçu comme "vision du monde", "mentalité", ce dispositif énonciatif, rappelons-le, est indissolublement social et verbal, organisateur de textes et d’être humains, qu’il fait vivre et qui le font vivre.

54L’archive est donc autre chose qu’un ensemble d’énoncés; sa délimitation est inséparable d’une certaine façon d’appréhender la discursivité. Rien n’oblige à traiter un énoncé comme archive: on peut s’intéresser à ses modes d’organisation argumentatifs ou narratifs, à sa cohésion, à ses structurations cognitives... Mais si l’on veut poser la question de sa constitution, penser d’emblée son émergence historique et son mode d’existence, l’articulation dans une énonciation d’un déploiement textuel et d’un faire social, alors force est de l’appréhender comme archive. Cette approche ne saurait donc se confondre avec une simple pragmatique des genres de discours : sous peine de se dénaturer, l’AD ne peut se réduire ni une simple technique d’interprétation, ni à une linguistique textuelle ou à une sociologie du "contexte".

Haut de page

Notes

1 "Table-ronde : discours, histoire, langue", in Matérialités discursives, Presses universitaires de Lille, 1981, p. 196.
2 "Idéologie et appareils idéologiques d’Etat", in la Pensée n°151, 1970 ; repris dans Positions, Paris, Éditions sociales, 1976, p. 91.
3  Positions, p. 104.
4 "Freud et Lacan", 1964 ; article repris dans Positions, pp. 33-34.
5 Lire le Capital I, Paris, Maspéro, 1968, p. 12.
6 Positions, p. 34.
7 L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard, p. 153.
8 L’Archéologie du savoir, p. 171.
9 L’Archéologie du savoir, p. 173.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Maingueneau, « Analyse du discours et archive », Semen [En ligne], 8 | 1993, mis en ligne le 12 juin 2007, consulté le 23 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/semen/4069

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page