Navigation – Plan du site

D’une sémiotique de l'altération

Jean Peytard

Notes de la rédaction

Cette étude est construite à partir d'un exposé oral présenté le 16 novembre 1991 devant le Séminaire-Atelier de Paris-3/Université de Franche-Comté.

Texte intégral

10. Ce travail sera conduit à partir d'un certain nombre de "cas" rencontrés au cours d'analyses antérieures où ce qui apparaît, c'est qu'il est impossible de penser le problème du SENS - ou d'une Sémantique - en termes de logique monosémisante, mais qu'il est nécessaire de se placer dans un procès où ce qui prédomine ce sont les Variations du sens, sa labilité, son instabilité. J'essaierai de montrer -non pas de démontrer- que saisir le SENS ne se peut que dans les zones où il s'ALTÈRE, parce que produire du sens ne se réalise que par transformation d'un sens établi dans des discours déjà-là.

2- Il s'agira de souligner que le paramètre Temps est essentiel à la saisie du procès sémantique ; de dire que le sens n'est jamais définitivement acquis, et heureusement. Ressource appartient au sujet sémiotique, tant qu'à lui-même du Temps est encore proposé, de contester, de fissurer, de détruire ce sens, un jour, choisi. L'intérêt n'est pas dans l'affirmation d'un sens (même si de cela est fait l’exercice quotidien de notre vie), mais dans la "déhiscence sémantique", geste essentiel par quoi le sujet déclare sa singularité, dans une pratique indéfinie des différences. Dans cet "acte significateur" (comme l'écrit Tullio di Mauro) par lequel on "dit autrement", on "fait autrement", et ce faisant/disant, on tache de produire un sens, lui-même objet de "dire/faire autrement". Dans le jeu incessant d'une Altération.

1. Sur un "traçage de l'altération"

31.1. Je reprends ici un "diagramme", présenté en 1984 (Langue Française N°64) puis modifié substantiellement quelques années plus tard. Ce diagramme est de fonction figurative. Il a valeur d'index : il désigne et signale, mais ne décrit pas. Il offre des notions et des concepts appartenant à un même champ, celui de l'Altération ; et cet ensemble est à lire dans les interrelations qui s'établissent de point à point.

1.2. C'est la "figuration" d'un postulat : il existe un "univers sémio-discursif", considéré comme ensemble structurable, dans lequel on trace des sous-ensembles désignés comme "domaines", au nombre de trois. Chaque domaine regroupe des "messages" : linguistiques, non-linguistiques, mixtes (ou pluricodés ).

41.3. Ces "domaines" sont des lieux d'opérations de type discursif que subsume le concept d'Altération qui se ramifie lui-même en deux branches : Reformulation et Transcodage. L'activité transformatrice des opérations de reformulation et de transcodage est le fait, dans une société définie, d'agents (reformulateurs et transcodeurs) ; selon que l'agent transforme lui-même son message ou le message d'un autre, il est en fonction auto-altérante ou hétéro-altérante. On soulignera que ce qui distingue "reformulation" de "transcodage", c'est que celle-là opère toujours dans les limites de son domaine sans qu'il y ait changement de code, donc avec permanence du type de messages.

51.4. Dans la suite de cette étude on rencontrera des "cas" d'auto-reformulation dans les études de la réécriture chez Lautréamont, Proust ou Aragon ; ou dans le champ de la vulgarisation/diffusion des documents scientifiques. On trouvera des "cas" d'hétéro-reformulation/trancodage, tant dans les Chroniques Italiennes de Stendhal que dans les pratiques de la "média-critique littéraire ".

61.5. On apercevra au fur de l'analyse des "cas" que c'est "là où ça varie", là "où ça se différencie" que se construit le sens (variable et variant) à inter-échanger ; que ce n'est pas une analyse du "cohésif/cohérent" qui permet de fonder une sémantique. Mais peut-être, plutôt, la prise en compte du "différentiel" en variance, où s'enracinerait une "sémiotique de l'altération", une "sémiotique différentielle". A élaborer.

2. De quelques cas d'altération

2.1. La reformulation par "tiers-parlant"

7L'analyse se porte sur des documents de l'oral. Des entretiens, où un enquêteur propose à un sujet de parler sur quelques thèmes (éducation, nourriture, famille, mort, etc.) sans intervenions directive1. Ces entretiens permettent des analyses diverses (syntaxe, lexique, prosodie) de l'usage de la langue français par les français des "années 80". Ce que l'on retient dans ce corpus ce sont les moments où l'enquêté utilise le "discours rapporté" (signalé ici sous la notion de "discours relaté"2.

2.1.1. Le Tiers-parlant

8L'échange verbal est le lieu où se manifestent avec insistance des effets de "dramatisation discursive" que je définirai comme "la mise en mots" (ici dans l'oral), non seulement des pôles de la communication (le "je", le "tu"), mais aussi du "il" sous la forme du "tiers-parlant". J'entends par "tiers-parlant " un ensemble indéfini d'énoncés prêtés à des énonciateurs, dont la trace est manifestée par : " les gens disent que..., on dit que..., on prétend que..., mon ami m'a dit que..."). Enoncés qui appartiennent à la masse interdiscursive, à laquelle empruntent les agents de l'échange verbal pour densifier leurs propos. Mouvement locutoire marqué d'un "je-te-dis-que-les gens-disent que". Mais une gradation se manifeste, depuis l'énoncé relaté de type doxique jusqu'à la nomination précise d'un personnage. Autrement dit, l'instance de la "persona" peut prendre les formes de "on", de "celui qui", "mon frère", "Jacques m'a raconté que...". Etc.

2.1.2. Jeu évaluatif

9L'analyse veillera à décrire le processus et les procédés de la mise-en-mots du tiers-parlant en appréhendant celle-ci comme un "jeu évaluatif". Une hypothèse dominante est formulée : "si les mises-en-mots du tiers-parlant varient selon les locuteurs, ces variations caractérisent le locuteur. Tout usage, toute figuration du "tiers-parlant" comme acte de "discours relaté"comporte une attitude évaluative de la parole relatée " C'est dire que relater les énoncés du tiers-parlant oblige le locuteur à situer ceux-ci dans son discours recteur, et à se situer par rapport à eux. C'est ce double mouvement que j'appelle "jeu évaluatif ".

10Mais ce "jeu" peut être tout autant implicite qu'explicite. Si l'on peut relever des indices d'évaluation dans un jugement de valeur déclaré, nombre d'indices n'auront pas cette forme, mais affecteront la forme syntaxique, ou telle prédilection lexicale. Il conviendra dès lors de détecter ces indices, de pointer les moments de leur réalisation, de retenir leurs formes, de les mesurer, de les interprêter.

2.1.3. Les images du tiers-parlant

11Sur trois entretiens, j'ai esquissé une typologie des indices pour apercevoir les "images du tiers-parlant". On trouve :

  • des indices d'indéfinition :

"j'écoute un peu ce qu'on me dit..., personne n'est là pour nous dire...".

12Masse parlante évoquée, celle du "on dit ".

  • des indices de "pluralité " :

"les gens me demandaient "tu veux que je t'aide..., beaucoup de gens en parlent sans savoir...".

13Masse plurielle qui porte le sème "animé + humain" qui peut prendre d'autres formes :

"certains amis disaient..., "les jeunes ils me disaient...".

14On voit que la définition de la source discursive se précise.

  • des indices de "singularité" :

"un médecin me l'a dit..., "mon frère m'a dit" tu vois..., "la bonne femme elle me regarde "ah ! oui, peut-être...".

15Le tiers-parlant est défini comme énonciateur unique.

16Du "on", image estompée et floue à l'identification précise du tiers, à chaque fois l'image d'un dire est proposée. Le locuteur découpe dans l'univers interdiscursif des zones à définition variable. C'est par l'examen de ces formes que l'on peut voir le style singulier du locuteur. Et ce style le caractérise dans le "jeu évaluatif" qu'il fait sur le langage des autres.

  • des indices contextuels (ou "le discours direct libre")

17Les images du tiers-parlant peuvent prendre les formes évoquées ci-dessus, mais alors le discours relaté est juxtaposé par collage brut et immédiat :

il m'a regardé un jour il était là "tu vas pas Sylvie calme-toi" "et pourtant tout le monde "ah Mesrine est un salaud"

18Ce sont des réalisations de "discours direct libre".

2.1.4. Les tableaux de dramatisation

19La mis en mots du tiers-parlant contraint à disposer des images du je, du tu, et du il du tiers-parlant. Un espace de locution est délimité sous formes diverses.

  • Le locuteur esquisse une dramatisation : "j'écoute un peu ce qu'on me dit". Situation à deux acteurs, le "je" locuteur, le "on" doxique. Les mots de l'énoncé relaté sont occultés/évoqués sans entour descriptif des circonstances.

  • Le locuteur construit la dramatisation : en relatant les mots du tiers-parlant, l'action étant limitée à deux acteurs ; "alors les gens disent "ah oui mais c'est des chiens". Relation d'une seule réplique.

  • Le locuteur instaure un tableau à plusieurs répliques (deux répliques, deux acteurs) : "mon frère m'a dit "tu vois j'aime pas les homos", j'ai dit "non Fabrice pas ça tout mais ça". La relation prend forme d'un dialogue.

  • Le locuteur élabore un tableau à plusieurs séquences relatées. Les répliques se multiplient. Une durée narrative se dispose à recevoir une succession de mots distribués sur plusieurs acteurs, non définis. "c'est souvent qu'on discute de...- "moi je suis pas bien" - "tous les jours" - ça va mieux "-" oh ben ça ira mieux demain enfin J'ai fait bon peut-être que ça ira mieux sais pas mais...

20Un décor peut être esquissé, une serveuse et deux clients : "ce que j'ai entendu c'est les clients me dire "on peut vous dire quelque chose mademoiselle... - oui bien sûr messieurs dames... - vous avez un charmant sourire... - vous êtes très aimables".

21On pourra tenir comme indice singulier de la parole d'un locuteur la fréquence plus ou moins élevée des séquences de dramatisation. Il est tout à fait justifié de relever, de décrire, d'analyser les performances du locuteur, en distinguant en elles les "images du tiers-parlant", la complexité et la durée de la "dramatisation". A quoi on peut ajouter le degré de construction de la persona.

2.1.5. Construction de la persona

22Le tiers-parlant peut faire l'objet d'une description. L'instance de la persona s'instaure alors avec une intensité variable. Comme exemple d'instanciation, voici un "cas" où le locuteur insère dans son discours un descriptif, ici, celui de sa propre mère.

"J'ai une mère qui est en arrêt de maladie depuis quatre ans... j'en suis très malheureuse parce que ça me bouffe carrément... elle peut pas travailler à plein temps... ma mère si elle a un rendez-vous paf elle est obligée de téléphoner parce que elle se sent pas bien y a plein de choses comme ça moi-même je suis malade".

23On est affronté à un portrait par rapport auquel se précise et se définit celui du locuteur.

24Les différents traits caractérisant le "discours relaté du tiers-parlant" sont marques d'une pratique évaluative du locuteur sur la régie de son propre énoncé. Ces marques sont formelles, au sens où elles affectent la forme de l'expression plus qu'elles ne se déclarent explicitement comme commentaire métalinguistique sur le dit du locuteur ou du tiers-parlant.

25En somme il s'agit de détecter dans un discours tenu dans un échange verbal les moments où l'altération se manifeste et de concevoir, ainsi, que dans le "discours ordinaire" de l'ordre oral, les énoncés qui se construisent du change des discours tenus par d'autres et déjà-là comme source de discours nouveaux et singuliers.

26Il est bon, pour ébaucher une problématique de l'altération, de partir de ces faits discursifs quotidiens et de forte banalité doxique, qui signalent et laissent entendre que c'est en transformant un matériau langagier socialement disponible que la parole originale du sujet se configure.

2.2. La réécriture/écriture de Stendhal

2.2.1. Des manuscrits

27Quittant l'oral d'un parler quotidien, je situe l'analyse dans le champ de la littérature et je vais tenter de montrer comment chez l'auteur des Chroniques Italiennes l'altération opère. Je prendrai parmi les nouvelles de Stendhal celles qui ont été écrites par traduction de manuscrits en langue italienne dialectale.

28Il s'agit d'un problème qui met en jeu des facteurs qui ressortissent à l'interdiscursivité et au transcodage. L'écrivain est en position d'hétérotranscodage : il travaille sur des documents qui ne sont pas de sa main, ils les convertit en langue française, et partant de là invente sa propre écriture. Car ces Chroniques ne sont pas ce que l'on appelle ordinairement des traductions, mais une transformation totale des textes-sources pour aboutir à une écriture signée Stendhal.

29On découvre, dans ce travail sur une langue étrangère, la diègèse d'une écriture. Ou comment à la lecture de manuscrits anciens, Stendhal configure les aspects d'une langue personnelle, qui est sa marque scellée. A regarder, à partir du livre de Victor del Litto (qui nous a procuré dans une édition critique les textes originaux), le travail de Stendhal, on aperçoit ce qu'a été son contact avec ceux-ci3. Près de 140 manuscrits lus et annotés, avec, dans les marges, des notes et des commentaires, et des perspectives narratives esquissées : un travail de pré-écriture considérable, où, de lire le signifiant italien l'expression de Stendhal ressent stimulation.

2.2.2. Naissance d'un traducteur

30Je ne prendrai ici comme objet d'analyse que la nouvelle intitulée Les Cenci. Il suffit, après connaissance prise de l'original, de lire la nouvelle de Stendhal pour apercevoir la distance considérable d'un texte à l'autre. Non seulement il ne s'agit pas d'une traduction ligne à ligne, car tout est bouleversé dans la découpe diégétique et dans la hiérarchie des personnages : ainsi Francesco Cenci occupe le premier plan devant Beatrix Cenci, sa fille, héros dans le manuscrit. Mais Stendhal qui fait précéder son texte d'un avant-propos, configure dès ce moment-là le portrait d'un personnage inédit : le traducteur. Instance originale, qui prend en charge l'écriture de ce nouveau texte. Et qui, dans le développement du récit, manifeste son existence dans des notes de bas-de-page où des commentaires de traduction suggèrent un point de vue sur le récit en cours : le traducteur devenant de la sorte un méta-narrateur. Ou bien encore, dans le texte même, s'ouvrent des parenthèses où s'inscrit comme tel l'acte de traduire et où sont dites les difficultés à trouver la juste expression. Cette instance créée par Stendhal permet que s'exerce ce dialogue de l'écrivain avec sa propre écriture, qu'il met à distance pour l'éclairer et la reformuler. Il faut voir là un indice d'altération.

2.2.3. Naissance d'un narrateur

31Le manuscrit est écrit dans la non-personne et dans l'ordre de l'histoire (pour invoquer Benveniste). La chronologie est tota-lement linéaire. C'est à ce niveau que l'altération est maximalement opératoire. Stendhal transforme le "il" non-personnel et neutre en un "je-narrateur" qui conduit le récit, en le commentant, comme témoin des événements qu'il relate. De surcroît, l'instance du narrateur se transforme en celle du scripteur qui se donne comme tel, par évocation de l'acte d'écrire. Et dans ce mouvement de création, le "narrateur-scripteur" devient lui-même "acteur-personnage" et participe à la diégèse. La fonction dévolue à cette instance, qui prend triple costume, signale avec intensité les transformations que Stendhal suscite à partir d'un texte en langue étrangère. Ce n'est pas traduire qui importe, mais de découvrir une langue-écriture neuve et personnelle dans la pratique altérante d'une parole donnée, déjà-là4 .

32D'autres exemples peuvent être fournis de l'invention d'une écriture sur une parole antérieure. J'évoquerai les oeuvres de Pierre-Jakez Hélias qui, après le recueil de contes populaires bretons, après enquêtes ethnographiques, utilise ce matériau pre-mier et le transforme par réécriture pour produire Le Cheval d'Orgueil, Les autres et les miens ou un roman comme L'herbe d'Or5. En soulignant que Pierre-Jakez Hélias réécrit en breton un oral lui-même breton, et traduit en français ce premier texte. Exemple majeur d'un mouvement d'altération qui transcode l'oral en scriptural et une langue étrangère en une autre. Sans prise en compte de ce mouvement interne qui, comme pulsion altérante, produit l'écriture de Pierre-Jakez Hélias, on ne comprendrait pas l'originalité de celle-ci.

33Il en va de même d'un ouvrage comme Les mémoires de l'Enclave de Jean-Paul Goux6, qui s'est construit d'une enquête de terrain, d'entretiens oraux enregistrés, pour parvenir au récit, proche d'un roman non fictionnel d'une région industrielle et de ses habitants. C'est le heurt recherché par l'écrivain avec la langue orale des autres qui non seulement fournit la source du livre, mais déclenche le mouvement de production d'une écriture.

34De ces trois cas on retient que le transcodage scriptural est indice d'invention scripturale. On aperçoit comment une écriture advient d'une altération d'un matériau verbal langagier, autre.

2.3. La Média-critique littéraire à la télévision

35Ce que j'ai appelé "la médiacritique littéraire"7 est un domaine où sur l'écriture littéraire une altération opère, par hétéroreformulation, soit scripturale (dans la presse écrite), soit audioorale (en radiophonie), soit mixte et pluricodée (à la télévision), pour produire un jugement de valeur, à destination d'un public.

36Je prendrai le "cas" de la MLC-TV. (médiacritique littéraire télévisuelle). Elle propose, sous des formes très diverses, un métadiscours sur le discours des "textes littéraires". L'opération de transcodage conduit, au départ d'un livre imprimé, à un discours de type oral (commentaires et discussions) accompagné d'images, celles des journalistes- animateurs, des écrivains, ou du titre du livre. Ce métadiscours, qui s'enclenche sur du texte déjà-là, est de facture plurielle, qu'il se construise sur un débat à plus de deux participants, ou sur des interviews de type dual.

37Ce n'est plus le propos d'un critique unique sur une oeuvre et/ou un écrivain, mais un croisement de propos de facture pluridialogale ou dialogale. La MCL-TV offre au destinataire le spectacle d'un discours pluriel sur la littérature, avec la présence iconique des agents et acteurs du champ littéraire.

38Le principe actif de la MCL-TV ressortit à une procédure de "dévoilement" : les écrivains sont montrés comme êtres de chair et d'os ; interrogés sur leurs écrits, ils donnent à voir leurs mimique, leur gestuelle ; à entendre le timbre et le phrasé de leurs énoncés oraux. L'origine du livre n'est plus identifiée seulement à un nom propre, mais à un visage, à une posture, à une présence iconique et dramatique.

39L'attrait de ces spectacles audio-visuels est fortement et en profondeur fondé sur la levée d'un secret : les auteurs sont enfin montrés ; la littérature révèle sa cause. La censure sur le personnage-auteur est supprimée. Du mystère lointain où il était, l'écrivain se dégage pour prendre corps visuel sur un écran ; il devient un familier. L'identification joue alors de tous ses charmes. La MCL-TV s'approprie les effets de séduction de la télévision. Elle fabrique son propre discours médiatique de l'occasion d'un texte littéraire édité ; elle est spectacle massif pour usage intime du téléspectateur.

40La littérature devient alors pourvoyeuse d'événements. Comme les autres faits divers dont la télévision fait ses récits, le livre de l'écrivain devient un événement sur lequel un discours-spectacle s'édifie, sur un mode essentiellement narratif. Si la fonction première d'un journaliste est de mettre en récit audio-visuel l'événement, s'agissant de littérature, ce qu'il en sera dit-montré, c'est son histoire : comment un livre, en un moment donné, est produit par un auteur, dans quelles circonstances et en quel lieu. Ce qui va être prioritairement présenté, c'est le récit de la naissance d'un écrit, qui, lui-même, raconte ses propres histoires, avec personnages et événements narrés. Parler de littérature ne se peut alors qu'en ternies de narration. Prédominance sera accordée à la vie de l'auteur, aux rapports de cette vie avec les personnages qui ont eux-mêmes une vie ; et qui d'autre que l'auteur a pu leur prêter vie ? De la biographie avant toute chose et comme source de toute écriture...

41Les images renforçant la narrativité, ce métadiscours audio-visuel, construit sur et avec le matériau d'une écriture-source, a chance de pouvoir dire beaucoup sur l'auteur et risque d'occulter fondamentalement l'essence de l'écriture littéraire. La MCL-TV est un discours, le plus souvent, néo-beuvien : la vie et l'oeuvre, tel arbre tel fruit. L'auteur est le père de son oeuvre. Le secret d'une écriture n'est pas objet de spectacle, apparemment.

42Aussi rapides soient ces remarques, elles voudraient, en fait, souligner que le discours de la MCL-TV est objet d'une contradiction essentielle. Comment mettre en spectacle la littérature, sans éloigner le récepteur de la réalité même de la littérature ? Autrement dit, comment opérer de manière altérante sur un texte, sans le dépouiller de sa texture ? Comment un journaliste, dont la fonction est de raconter l'événement, peut-il ne pas réduire un texte (une écriture) à une narration événementielle ?

43Il s'agirait alors, prenant en charge les contraintes absolues d'un discours audio-visuel de masse, de dire et de faire autrement, sans trahir le discours d'origine. Ce qui pourrait signifier qu'il conviendrait d'inventer un transcodage (contrainte absolue) qui altère sans ruiner. Tout en se soumettant aux contraintes de la machine télévisuelle.

44Si la télévision, si les journalistes qui en sont l'animus, ont fonction, par essence, de narrer des événements et de mettre en images dynamiques des objets et des êtres, alors il convient de faire de l'écriture un événement narratif. Les moyens techniques existent (images de synthèse numérique) qui peuvent faire voir le récit de l'écriture, et présenter de la genèse de l'écrit un récit télévisuel.

45Donner au regard le métier d'écrire : l'écrivain et sa plume, l'écrivain et la page blanche, puis les écrits d'état en état avec leur variations, interroger l'écrivain sur les points où l'écriture a hésité, a changé, et comment et pourquoi. Laisser apercevoir la quête du sens, en soulignant que le sens n'est jamais que dans sa variation, et que c'est là où il tarde à se fixer qu'il dit son essence. En exhibant l'altération continue, le spectacle de l'écriture éviterait de détourner l'attention du téléspectateur de la lettre du texte, permettrait de faire sa juste place limitée au biographique qui devient l'usage des jours d'une vie consacrée à l'écriture d'un texte.

46Avec la médiacritique littéraire à la télévision, le problème rencontré est celui de l'iconisation du graphème ; des relations de l'icône et du graphisme alphabétique. Dans cette zone où se trouve le calligramme, en ces moments où la littérature essaie de se penser comme peinture ; où la page éprouve la tentation du tableau. Où le tracé des phrases devient l'esquisse d'une forme, d'un coeur, d'une cravate ou d'un miroir. Comme si de tracer avec le matériau des graphèmes le cerne d'un objet devait permettre de mieux fixer le sens. Tout montre, au contraire, que le simulacre du dessin, loin de fixer le sens, ouvre davantage le texte à la "disponibilité polysémique " en lui présente.

3. Un cas-limite : la réécriture du nom propre

3.1. Le cas Lautréamont

47Il y a une histoire du mot "Lautréamont", que les variations de l'écriture des Chants de Maldoror permet de tracer8. Au début, l'anonymat signifié par un triple astérisque (première édition du Chant premier) ; puis émerge le nom Lautréamont, un pseudonyme, (par réécriture de Latréaumont emprunté à Eugène Suc) pour l'édition des six Chants ; enfin, Isidore Ducasse, pour les Poésies. Variations qui indiquent qu'il y a problème du côté de la dénomination de la personne-écrivain. Dans la relation de l'écrivain au "nom propre".

48On retrouve le même mouvement de doute-hésitation dans l'histoire de Dazet. Dans la première édition du Chant premier, le nom Dazet, qui désigne un condisciple de Ducasse, figure littéralement ; puis dans la deuxième (dite de Bordeaux), le personnage est, par troncation, devenu un D majuscule marqué d'un point (D.) ; enfin, dans l'édition des six Chants, D. est rayé au profit de métaphores de substitutions : "acarus sarcopte, crapaud, poulpe au regard de soie...". Successions de réécriture, variations, altération : la rature de Dazet fait le texte déployer un paradigme d'images, celle d'un bestiaire fantastique ; la contre-écriture des Poésies conduit l'écrivain à rétablir son identité historique, celle du patronyme.

49Le problème ici posé est de penser l'articulation du nom propre (patronymique) à l'écriture du texte. En mettant en cause et en prenant en compte la relation de l'auteur-scripteur à l'Histoire et à son histoire. Relation à analyser en termes de "symbolique" et d'imaginaire". Sous le "symbolique", le nom du père (Histoire et sa Loi), sous "l'imaginaire", l'idéal du moi (le "masque" par le pseudonyme) qui se construit aussi par réécriture de l'Histoire littéraire, quand Latréaumont devient Lautréamont.

50Sur ces faits, on aperçoit que le "sens" s'inscrit dans le temps. Le sens se construit des variations, ici des changements de noms propres ; il se définit par fractures et mutations. Ce sont les différences ainsi produites qui, dans leur succession, font qu'un sens, en pointillé, jamais figé en un seul état, s'esquisse. Ce n'est pas la logique des relations que l'on peut établir entre les différents états qui fonde le sens, mais les ruptures.

3.2. Le cas Proust

51Je ne ferai qu'évoquer les variantes des noms de personnages que j'ai trouvées dans les nouvelles de Proust qui sont l'armature de Les plaisirs et les jours, plus particulièrement dans La mort de Baldassare Silvande, vicomte de Sylvanie9. De l'édition en revue, où paraît d'abord la nouvelle, à celle du volume qui porte le titre Les Plaisirs et les Jours, quelques variantes ; et d'abord, sur les noms propres de quelques personnages. Je ne prendrai qu'un exemple : un personnage nommé Cardénio de-vient Jean Galéas, sans que son rôle diégétique ni son descriptif soit en quelque détail modifié. Seule la dénomination est changée. On est affronté à une espèce d'énigme, dans l'ignorance où l'écrivain Proust a laissé le sémioticien. Quelle source pour cette variante ?

52Si l'on étend l'enquête à l'ensemble des variantes de noms propres dans la nouvelle et dans la totalité du volume, on voit des structures s'établir. Un champ lexical de l'italianité regroupe nombre de variantes ; on découvre, par appui du Dictionnaire de Pierre Larousse, (donc par exégèse encyclopédique) que Jean Galéas est le nom francisé de Gianni Galeazzo, un Sforza et un Visconti, aux temps reculés des 14° et 15° siècles italiens. Ainsi Cardenio, qui est proche de la commedia delle'arte peut-il se revêtir de connotations prestigieusement historiques. Découvertes en quittant l'espace textuel, pour celui de l'histoire... Mais, ce résultat exégétique obtenu, on reste en arrêt devant cette nécessité factuelle, inscrite textuellement, du change du nom propre, avec un fort sentiment éprouvé de l'aléatoire. Cette variation, sur un nom propre, si ponctuelle soit-elle, ne cesse d'interroger : elle est intentionnelle, décidée, voulue. Pourquoi ? Ce n'est pas là détail ou événement de variante secondaire. C'est un changement radical et essentiel. Il touche aux racines et à l'essence de l'écriture de Proust (l'oeuvre postérieure en apporte splendide confirmation). Il est marque de la relation intime, aux arcanes, de l'écrivain, avec le langage.

53Or, ce "cas" ne fait sens que parce qu'il y a eu mouvement, substitution ; choix d'un signe en place d'un autre. Autrement dit, ce qui fait voir l'écriture proustienne, ce sont les déchirures du texte par les variantes qu'il produit. Le sens est montré, une fois encore, par les variations que l'écrivain provoque ou subit. Rien ne signale plus incisivement que saisir le sens ne se peut que dans le mouvement qui conduit d'un état à un autre ; que le sens n'est peut-être pas dans la fixité, mais dans la dynamique des altérations de la discursivité, orale autant que scripturale.

3.3. Considérations rétrospectives...

54L'analyse des "cas" présentée jusqu'ici conduit à quelques constats que j'établirai ainsi :

  • le "tiers-parlant" est cette instance qui dans l'énoncé échangé d'un je à un tu, montre qu'il y a de l'évaluation dans l'acte de "relation" du discours de l'autre ; que le locuteur construit son énoncé de la reformulation fréquente d'énoncés déjà-là ; que l'insertion du "discours relaté", qui est un mode d'altération discursive, fonde pour une large part le discours propre d'un je locuteur.

  • l'activité de reformulation/transcodage de Stendhal des manuscrits italiens est marque de ce fait que l'écriture définit son identité dans et par la réécriture des dits/et écrits antérieurs. On découvre, avec ce "cas", comment s'effectue l'aiguisement d'une écriture au contact de l'étrange-étranger et comment une réécriture oblige à variations restructurantes. C'est voir et analyser l'altération qui nous aide à mieux voir le secret de l'écriture stendhalienne.

  • l'exemple de la médiacritique-littéraire à la télévision situe l'analyse dans le domaine du transcodage. Une activité où les difficultés de montrer le spectacle de l'écriture soulignent les relations qui s'établissent de la lettre à l'icône : comment mettre en images la littérature sans, simultanément, occulter l'écriture, au profit d'une événementialité excessive du biographique, où l'auteur dissimule le scripteur ? cette procédure d'altération révèle les problèmes qu'instaure la relation de l'écrit et de l'iconique ; elle pointe l'ambiguïté de cette double activité graphique et permet d'accéder à la problématique du rapport du référent au signe linguistique. Plus l'écrivain cherche à fixer le sens, en s'aidant de l'icône, plus il ouvre la "disponibilité polysémique " du texte. Le calligramme en est la preuve première.

  • le "cas" des variations du nom propre, d'un écrivain ou d'un personnage de poème ou de récit, introduit à cet espace où se conjoignent l'Histoire d'une culture et l'histoire d'un sujet. La relation au nom propre est prioritairement relation au signifiant. Dans la gratuité aléatoire où l'altération opère, elle signale la problématique de l'ego scripteur dans son rapport à l'ego mondain. Elle introduit aux secrets du choix qui fonde l'écriture : un mot plutôt qu'un autre.

4. Penser la reformulation

55J'ai distingué dans l'altération discursive deux types d'opérations : la reformulation, le transcodage. A partir des "cas" étudiés ci-dessus, il devient possible d'éclairer plus nettement les deux concepts.

4.1. Reformulation intradiscursive

56Sans entrer dans le détail d'une étude proposée déjà ailleurs10, il convient de rappeler que sous le concept de "reformulation", plusieurs analyses peuvent être présentées.

57Soit que l’on désigne par "reformulation" un "changement de perspective énonciative", par lequel l'énoncé est réorienté par amplification ou restriction. Ce que signalent les connecteurs comme "de toute manière, en somme, finalement". On complète un énoncé antérieur, sans réaliser de mise en équivalence entre deux syntagmes ou lexèmes (voir les travaux de Eddy Roulet)11.

58Soit que l'on prenne en compte la mise en relation entre deux énoncés successifs : E1 et E2, évalués par un énonciateur comme s'équivalant. Les marqueurs comme "c'est-à-dire", à savoir", "cela signifie que", "ou" (conjonction), indiquent le point de l'énoncé où la reformulation se réalise. Le marqueur fonctionne comme une césure ; il coupe l'énoncé qui est aussitôt repris et dit autrement sous équivalence sémantique.

59Soit que l'on envisage un processus de grande ampleur comme la "paraphrase", en cherchant à comprendre comment les sujets établissent des relations de similarité entre des énoncés d'expression différente. Divers points de vue peuvent être choisis :

  • celui des sémanticiens, qui cherchent à délimiter un noyau sémantique commun, fondé sur la stabilité du même référent, en ouvrant la problématique du "sens" et du "référent" (cf. Frege, Carnap, Quine).

  • celui des pragmaticiens qui fondent l'équivalence des énoncés sur la similitude élocutoire de ceux-ci.

  • celui des linguistes de l'énonciation qui tiennent que la référence est une construction opérée par les sujets co-énonciateurs, en mettant en cause la transparence que l'on tend à prêter au référent et en soulignant que les évaluations d'équivalence n'ont pas un absolu statut de certitude. Elles dépendent des conditions de l'énonciation.

60Je ferai une place également aux théories qui présentent de la paraphrase une image modélisante. En entendant par là que la paraphrase est pensée dans un modèle théorique d'ensemble où elle est intégrée comme opération spécifique.

61Sans entrer dans le détail de l'appareil théorique et de son fonctionnement, le modèle de Meltchouk- Zokolsky, comme celui de Culioli, accordent à la paraphrase une situation déterminante : les premiers visent à comprendre la capacité de l'auditeur à identifier comme synonymes des énoncés de formes différentes, en posant que des phrases en relation de synonymie ressortissent à une unique formule sémantique ; le second construit le deuxième niveau de son modèle comme "famille de paraphrases", entre l'instanciation et la linéarisation des séquences terminales. Un locuteur ne formule d'énoncés qu'en refusant les autres qui lui sont équivalents. "Tout énoncé fait partie d'une famille de trans-formés paraphrastiques" (Culioli).

62Ce qu'il faut retenir de l'évocation des études citées ci-dessus, c'est que l'espace du discours est nécessaire pour analyser la reformulation de type paraphrastique. Les dimensions de la phrase se trouvent récusées. De la découle l'importance accordée à l'énonciation dans le modèle de Culioli, par exemple.

63Second paramètre, celui de la durée. Il n'est pas de concaténation linéaire d'énoncés qui ne suppose du temps pour se réaliser. Reformuler oblige à un retour sur le discours et à une prolongation de celui-ci. Une genèse n'est jamais hors-chronologie. Une opération de mise en équivalence oblige à considérer les termes déjà formulés de l'énoncé, retour sur le passé du discours, pour vectoriser la parole sur un avenir à construire.

64Les analyses considérées, si elles privilégient le discours, ne visent cependant que l'espace d'un seul discours : elle sont de portée interne à un énoncé dans le procès même de cet énoncé. Il s'agit d'une reformulation intradiscursive. Et d'une ou plusieurs opérations qui donnent préférence à la similarité du contenu contre la différence des expressions. Mais changer l'expression n'est-ce pas, et simultanément, entraîner le change du contenu ? Ce que devrait éclairer la mise en relations de plusieurs discours sur lesquels opère la reformulation.

4.2. La reformulation interdiscursive

65Que devient le reformulation quand on envisage l'opération non plus sur tel ou tel moment d'un seul discours, ou dans la mise en comparaison paradigmatique d'énoncés jugés équivalents, mais quand elle embrasse dans son ampleur l'ensemble d'un discours reformulé en un autre ?

66Qu'est-ce que reformuler un discours construit dans une forme 1 en un discours de forme 2 ? Comment s'altère l'état El d'un discours en un second état 2 ? En quoi E2 est-il similaire de E1 (repérages d'équivalences) ? En quoi est-il différent (repérages de divergences) ?

67La reformulation envisagée dans l'interdiscursivité oblige à travailler sur des discours dans leur totalité. Dans le secteur du texte littéraire comme dans celui du texte scientifique.

68Pour la littérature, j'évoquerai la réécriture d'une nouvelle, en rappelant ce qu'il en est des deux versions de La mort de Baldassare Silvande de Marcel Proust ; j'évoquerai aussi la réécriture des Communistes par Louis Aragon12, en soulignant comment d'un état du roman tout fut reformulé, par d'innombrables ratures, ajouts, translations de chapitres ou de paragraphes, pour produire un texte totalement autre, absolument altéré.

69Pour la science, la reformulation sera envisagée dans la transformation d'un document de facture ésotérique, pour des pairs de la discipline, en un document second, pour un public plus diversifié et non spécialiste. Les travaux de Daniel Jacobi13 sont exemplaires de cette démarche, quand il établit comparaison entre un article publié dans une revue spécialisée et réécrit par son auteur pour une revue comme La Recherche. En se plaçant dans un processsus d'autoreformulation, on aperçoit les changements de vocabulaire, les modifications syntaxiques et rhétoriques, on découvre l'élaboration du sens, c'est-à-dire, le travail du sens, quand un document est soumis à reformulation. Il s'agit moins de dresser un état des variantes, que de parvenir, par leur analyse dans leur propre dynamique, à faire apparaître la genèse du sens.

5. Penser le transcodage

70Quelques cas exemplaires permettront d'approcher la procédure du transcodage, deuxième type d'opération de l'altération.

71- Si l'on tient pour pertinente la distinction établie entre l'oral et le scriptural, comme deux ordres dans lesquels le discours peut se configurer, toute transformation exigée pour dire oralement ce qui a été préalablement écrit relève du transcodage : oralisation du scriptural, dans l'exercice scolaire de la récitation ou la lecture à la radio d'un bulletin d'informations ; scripturation d'un oral, dans la prise de note lors d'une conférence ou la transcription d'un enregistrement oral.

72Actes de grande familiarité quotidienne, dans lesquels, aller d'un ordre à l'autre oblige à l'usage d'un code autre ; par lesquels l'énonciateur fait preuve d'activité inventive : dire un poème contraint à découvrir un débit, à placer des accents, à marquer des pauses, à jouer des hauteurs intonatives, au gré du locuteur. Il n'est que de comparer diverses interprétations orales du même texte écrit pour, immédiatement, sentir ce qu'est l'altération trans-formatrice par transcodage, selon les agents transcodeurs.

73La mise en scène théâtrale, cinématographique ou télévisuelle, qui ressortit à la construction de messages mixtes pluricodés, oblige à une activité transcodique fondamentale.La mise en scène d'un texte de Molière conduit à une invention gestuelle, prosodique,spatiale, dynamique. Le cinéma qui "adapte" un roman de Stendhal, iconise une écriture par un travail sur l'image (éclairage, travelling, montage, etc.) corrélé à celui qui affecte le son. Les codes requis se diversifient, c'est un polytranscodage à l'oeuvre. Se réalise de la sorte une synergie intercodique.

74Le transcodage peut se démultiplier : du texte à l'oralisation, comme L'après-midi d'un faune, lu devant public ; du texte au message non-linguistique, du poème de Mallarmé à la musique de Debussy, et, sur la partition musicale, création d'un ballet. Exemple réel d'une altération à détente multiple. Transfert d'un système sémiotique à un autre.

75Le "cas" du calligramme, est un type de transcodage qui montre avec acuité les effets complexes du changement des codes. L'aventure calligrammatique est marquée d'une contradiction prégnante. Elle consiste en une utilisation subvertie des éléments graphiques de l'alphabet : la langue prolonge sa fonction communicative, des phrases sont proposées, un énoncé se structure. Mais les graphèmes et leurs composants sont aussi les points d'une ligne plastique qui est tracée pour simuler un référent. La procédure de référenciation opère par la syntagmatique des mots (code linguistique) en même temps que le continuum phrastique déroule une courbe ou une oblique (code plastique) et fonctionne comme le crayon ou le pinceau qui définissent un tableau. L'écrivain tente de fixer le référent, en le donnant à voir comme gravure, tout en suggérant une lecture de mots. Le poème-calligramme suscite deux codages divergents offerts simultanément à l'interprétation. De le sorte, la polysémie du texte-gravure s'intensifie, et le poème gagne en opacité par une recherche de transparence ostensive.

76Avec le "cas"calligramme est ouverte une problématique large : celle de la relation de la lettre à l'icône. Comment, par exemple, un concept scientifique peut-il être représenté sous forme d'images ? Question qui est instamment posée par la vulgarisation du texte scientifique. D'un diagramme qui traduit une démonstration développée dans l'énoncé scriptural, comment opérer une transposition sous forme de gravure ou de dessin. Toute proportion gardée, on est proche du champ de la "figurabilité " tel que Freud le définit. Comment une idée peut-elle devenir image d'un rêve ?

77Proche aussi de ce domaine, celui de la simultanéité sur le même support d'un texte et d'une image : comment bien illustrer un texte ? quelles relations de l'énoncé langagier à celui de l'icône ? est-ce complémentarité ? est-ce traduction de l'un par l'autre ? Il suffit de penser aux travaux de Butor ou à la relation de la peinture avec le roman telle que la présente Aragon à propos de Matisse... Il s'agit toujours en fait de pointer ces lieux de différence où du sens est produit du jeu d'un code avec l'autre, qui montre que le sens n'est pas en l'un ou l'autre, mais dans l'intervalle établi entre eux. Dans cette instabilité qui fait naître en l'âme du lecteur-spectateur le sentiment que le sens est un indécidable.

6. Le Texte et le Document

78Les analyses précédentes orientent l'attention sur un double mouvement qui paraît animer le discours. L'un vers une "disponibilité polysémique" indéfinie et toujours ouverte, l'autre vers une monosémie nécessaire et toujours fermée. Il ne suffit pas de redire ce qui relève de l'évidence banale qu'il y a dans tout discours du flou et du défini, de l'ambigu et du non-équivoque. Mais de proposer une théorisation de ce double mouvement.

79On voit, en prenant exemples dans les procédures de trans-codage, en particulier avec le calligramme, que la clôture du sens est toujours illusoire quand on cherche à le prendre dans le filet d'un référent simulé ; plus généralement, tout discours est susceptible de transcodage, comme de reformulation, ce qui tend à indiquer que le sens n'est jamais posé ni enfermé dans l'expression d'un seul discours, et que si l'on veut théoriser le sémantisme, mieux vaut interroger l'altération du sens que sa fixation ou son figement.

80Il y a des discours qui portent en eux l'ambiguïté, qui souffrent de l'obscurité d'une interprétation difficultueuse, et de ceux-là notre usage quotidien en est abondant. Il y a des discours qui font usage de la polysémie du langage, de manière concertée, recherchée, affirmée ; qui se donnent non pas comme éclairants mais comme "obscurcissants", ou plus exactement qui oeuvrent à densifier la polysémie inhérente au discours ; qui font vertu de cette nécessité. Ce sont les discours poétiques. Car, le poème ne vise pas à prouver, à fixer le sens d'une argumentation, à respecter une logique, fût-elle naturelle, mais à explorer les possibilités sémantiques de la langue, à exhiber le foisonnement du sens. Il manifeste une "disponibilité polysémique" que l'on constate à la multiplicité des lectures qu'il peut éveiller.

81Ce qui est vrai du poème, l'est, plus généralement de la littérature qui est ce lieu où le sens n'a pas fonction de canaliser une lecture, mais de faire s'esquisser l'inattendu, la surprise, le rêve et le merveilleux, en brisant les lieux communs de la doxa, en démultipliant l'interprétation. Et de là vient l'attrait ou la fascination du texte littéraire sur ses fidèles, ses lecteurs. Nous userons du concept de TEXTE pour signifier les discours de la littérature, en posant que sa caractéristique est sa "disponibilité polysémique"

82Les discours qui, d'un mouvement inverse, tendent vers l'instauration d'un sens, d'un seul sens, d'une unique interprétation, qui chassent l'ambiguïté comme un virus du langage, prennent de là une allure monosémique. Ils sont marqués de " monosémisation". Ce que l'on aperçoit bien dans les énoncés qui ont fonction de prouver, de démontrer, usant de la vertu contraignante d'un argumentaire logiquement agencé. Et les discours qui ont en eux maximalement cette tendance trouvent leur parangon dans le discours mathématique. Un discours qui se construit de la rigueur de ses articulations logiques d'arguments. On dit "démonstration mathématique". A l'aune du seul critère de la logique monosémisante. Pour élargir, disons que toute construction d'un appareil conceptuel, propre à conduire une analyse scientifiquement labellisée, ressortit à la monosémisation discursive ; un concept scientifique ne souffre pas l'ambiguïté. Non plus qu'une "théorie" qui n'est scientifique que de systématiser absolument sa démarche, jusqu'à la formaliser sous forme d'un modèle. A l'opposé de TEXTE, usons du concept de DOCUMENT pour dire ces discours qui ont pour finalité, affirmée et recherchée, l'établissement d'une monosémie"et une lecture qui ne conduit qu'à une seule interprétation.

83Je fixerai, à ce point de l'étude, quelques concepts articulés à la distinction opérée entre TEXTE et DOCUMENT. Pour désigner l'acte/produit qui gère le TEXTE, j'emploierai le concept d'ÉCRITURE (très proche de celui de Barthes pour qui "écrire" est un acte intransitif). Pour le DOCUMENT, ce sera le concept de GRAPHIE. D'où l'usage des verbes ÉCRIRE et GRAPHIER. S'agissant de reformulation, quand il s'agira de TEXTE, je dirai RÉECRITURE ; quand il s'agira de DOCUMENT, je dirai REGRAPHIE. De là l'usage des verbes que l'on peut former sur ces substantifs, RÉECRIRE, REGRAPHIER.

84Je m'arrête sur les procédures de reformulation, pour proposer une clarification, selon qu'il s'agit de TEXTE ou de DOCUMENT, en envisageant les conséquences provoquées. On l'éprouve de manière usuelle, reformuler un poème est un défi : changer une expression, modifier un mot est de l'ordre du possible, mais tout semble absolument changé. Le tissu du poème est affecté comme d'une déchirure. Toute réécriture du poème est production d'un TEXTE autre. L'altération induit une irrémédiable altérité. Equivalence impossible. La densité du TEXTE est telle que toute reformulation est production d'un discours différent.

85Le DOCUMENT connaît aussi la reformulation, sous condition que la monosémie soit protégée et conservée. On peut reformuler une démonstration mathématique, en usant d'un vocabulaire différent, sous condition expresse de ne pas modifier le contenu des concepts et de maintenir la logique argumentative. On peut reformuler une théorie scientifique, pour un public de non initiés : le discours explicatif aura ses variations, la rhétorique ses images : mais, les concepts et leurs articulations de l'un à l'autre seront strictement maintenus. Le DOCUMENT reformulé, sous les conditions de garder intact le "noyau conceptuel", est équivalent alors du DOCUMENT-source.

86Poème d'une part, démonstration mathématique sont des "cas" extrêmes. Mais parce qu'ils sont aisément opposables, ils permettent la clarification, et de fonder une théorisation des actes d'altération en rendant possible la définition de concepts. Entre ces deux types de discours, s'étend une zone aux frontières mal cernées et mal fixées. Et dont il convient d'apercevoir, au moins l'étendue. C'est une zone de parasémie, à l'intervalle de celles de la polysémie et de la monosémie. La zone de la doxa, des opinions et du flou sur lesquels se fonde le "lieu commun". Où la communication s'établit d'un mixte de polysémie tolérée et de monosémie exigée. Une zone qui se confond avec l'usage moyen du langage dans la vie sociale quotidienne.

87Puisque j'ai parlé d'une zone de la doxa, je disposerai pour le DOCUMENT de la zone de l'épistémè ; pour le TEXTE de la zone de la poiésis. Et entre ces trois zones, je ne tracerai pas de frontières infranchissables. Au contraire, reformulation et transcodage permettent de désigner les échanges et les changes qui opèrent d'une zone à l'autre. Ils désignent les parcours des discours et les transformations subies. Le DOCUMENT pénètre la doxa par les discours de vulgarisation ; le TEXTE par les transcodages du cinéma ou de la télévision. L'enseignement est la pratique qui permet à la doxa de comprendre l'épistémè et la poiesis ; or, enseigner c'est altérer les discours de la science comme de la littérature. Mais d'où se constituent les DOCUMENTS et les TEXTES ?

88Ils se construisent de l'expérience et du langage de la doxa. La langue des sciences s'élabore à partir du langage commun ; la langue des littératures se nourrit aussi du langage doxique. Mais savant et écrivain reformulent le langage : le savant en forgeant ses concepts ; l'écrivain en structurant sa langue. L'un comme l'autre ont, fondamentalement, même fonction : ébranler la confiance dans le "lieu commun", dans le sens partagé, tenu pour évident, pour établi et fixe à jamais. Instaurer le doute à l'encontre du "sens commun, définit la visée et la fonction de la science comme de la littérature, ces grands reformulateurs des mots de tous les jours.

7. Vers une "sémio-sémantique différentielle"

89Je voudrais essayer de voir et, si possible, de comprendre l'enjeu sémantique de l'altération. Pour simplifier le débat, il semble bien que toute opération par laquelle on altère un discours (par reformulation ou par transcodage) met en cause le sens et la théorie du sens : le sens est-il maintenu tel que donné dans son discours d'origine ? existe-t-il des équivalences sémantiques ? un discours peut-il avoir un sens et un seul ? polysémie, monosémie, parasémie, ces termes utilisés ci-dessus suffiraient à eux seuls à signaler que les faits d'altération orientent la réflexion vers le statut du sens et les théories proposées de lui.

90Je me contenterai d'esquisses dans les problèmes que je vais circonscrire, en renvoyant aux oeuvres d'origine et aux commentaires qui les entourent pour une information, sinon exhaustive, du moins plus copieuse.

7.1. D'une sémantique de la monosémie

7.1.1. Un protype : Greimas

91J'évoquerai plusieurs systèmes théoriques, en prenant d'abord appui sur celui de Greimas. L'oeuvre de Greimas, dans sa finalité et sa construction, est de produire une sémiotique, pour laquelle il a créé le label d'Ecole de Paris. On sait l'expansion des concepts et du modèle dans les Universités de province et de l'étranger, au point que certains (ils sont nombreux) confondent le concept de "sémiotique" avec les définitions greimassiennes, hors desquelles il n'existerait pas de sémiotique. Ces conséquences dogmatiques n'ont pas d'intérêt. Ce qui en présente beaucoup plus, c'est l'examen de l'appareil conceptuel qui soutient la théorie.

92La sémiotique de Greimas prend force dans une conception et une théorie du sens. De Sémantique structurale à Du sens (1 et 2), se structure un ensemble à deux niveaux. Je prendrai en ceux-ci ce qui les exprime essentiellement : une profondeur, avec le carré sémiotique ou les relations logiques qui s'y expriment permettent d'apercevoir la logique qui fonde le déploiement du sens dans les discours ; une surface, la manifestation discursive qui est atteinte depuis la base profonde par un ensemble hiérarchisé d'opérations logiques (dont le modèle actanciel en dit quelques unes).

93Je citerai de la théorie greimassienne quelques apports, suffisants pour illustrer la méthode. Un modèle de la narrativité, au départ extrait de Souriau et de Propp, qui devient ensuite celui des sciences sociales et enfin de tout discours énoncé par quelque locuteur que ce soit, universellement. Sans exception aucune : le modèle et sa méthode fonctionnent dans le domaine du littéraire, du scientifique et du médiatique. Le modèle, dans sa prégnance, progressivement, intègre à sa substance des données de grammaire générative comme des concepts venus de l'énonciation de Benveniste.

94Ce qui importe, c'est que la théorie connaît un réglage, de type structural et transformationnel ; que celui-ci prend vigueur dans un certain usage des différents types de logique ; qu'il pose que le sens ne peut être saisi qu'au terme d'un calcul relationnel formalisé. Ce qui est privilégié c'est la recherche d'une cohérence première où le sens est configuré. La sémantique de Greimas pose comme donnée d'évidence que le sens prend forme par concaténation d'éléments congruents entre eux logiquement. La figure fort connue de l'isotopie est caractéristique du modèle.

7.1.2. D’autres modèles

95- les grammaires de texte ont pour ambition de rechercher au-delà des dimensions de la phrase (qui était pour Benveniste la limite au-delà de laquelle les régularités de langue ne sont plus fonctionnelles) des règles relationnant des éléments de phrase à phrase (exemples rebattus de l'anaphore, ou du jeu rhème/thème) et telles qu'elles puissent fournir une logique à l'apparente disparate du discours. La production du sens ne se réalise alors que par calcul de relations possibles. Une logique de la cohérence, comme chez Greimas, semble la seule envisageable pour théoriser le sens.

96- si l'on regarde du côté de chez Chomsky, du moins celui des débuts de la construction des grammaires génératives et transformationnelles et si l'on prend exemple du débat avec Lakoff, on sait que le différend a porté sur la place du sémantique dans le modèle, sur le niveau auquel il convenait de le placer (profondeur et/ou surface). Mais la querelle n'a jamais mis en question le mode de calcul utilisé pour construire le sens. Chez l'un comme l'autre, que des éléments de surface interviennent ou non, le sens ne s'atteint, ne s'obtient, comme s'il était déjà là, au creux des phrases que l'on analyse, et on ne peut le réaliser que par la mise en évidence d'une raison logique. Les procédures inspirées des règles logico-mathématiques ont dominance complète.

97- la théorie de la pertinence exposée par Sperber et Wilson dans leur ouvrage de 1986 (traduction française 1989) accorde une part prioritaire aux phénomènes d'interprétation. Elle peut être tenue pour une théorie de l'interprétation. "Le principe de pertinence permet au destinataire d'un acte de communication d'effectuer des inférences non-démonstratives riches et précises sur l'intention du communicateur"14. Un travail inférentiel doit s'engager sur la bonne voie pour découvrir l'intention informative du locuteur. Ce qui va déclencher ce travail relève des éléments linguistiques de l'énoncé, mais aussi des informations contextuelles. L'interprétation sera le résultat d'un processus cognitif ou mental, au niveau du centre même de la pensée. Le déplacement du côté du destinataire opéré par la théorie de la pertinence est effectivement capital, puisque l'on abandonne la place accordée traditionnellement à l'émetteur, pour accorder au co-énonciateur sa place dans la construction du sens d'un énoncé échangé.
La part consentie aux effets de contexte dégage la théorie du sens de sa gangue strictement linguistique. Mais elle ne se sépare pas des procédures de calcul qui marquent Greimas comme Chomsky. Les instructions inférentielles sont définies dans une hiérarchie typologique : sélection d'assomptions contextuelles, réévaluation d'une assomption, hypothèses anticipatoires, instructions de niveau 1, de niveau 2, classement des connecteurs en famille... Un appareil logique réglé se met en place, dispose ses calculs et ceux -ci ne peuvent que déceler de la cohérence ; l'interprétateur est un calculateur qui donne du sens à un énoncé reçu à l'aide d'un modèle fondamentalement construit sur un enchaînement logico-mathématique. Comme si la formalisation était à la fois le fondement du sens et les moyens pour l'atteindre.

98- Sans vouloir schématiser à l'excès, les théories du sens ou la conception du sens, dans les théories évoquées ci-dessus, donnent à penser le sens et le sémantisme comme construits d'éléments logiquement congruents. Le sémantique est domaine de logique. Et c'est par procédures et calculs logiques que l'on rend compte de la logique du sens.

99- Il ne s'agit pas de faire un procès aux démarches modélisantes, aux méthodes formalisantes, aux utilisateurs de calculs logiques : leur apport est toujours éclairant sur tel ou tel fait porté au jour de l'analyse. Mais il convient de souligner que c'est le paradigme de la cohérence calculée (ou des calculs de la cohérence) qui régit l'avancée de l'investigation. Autrement dit, la sémantique implicite de ces théories tient dans l'exclusivité donnée aux relations syntagmatiques, c'est-à-dire, à l'enchaînement, sur la rupture, sur la variation, sur la mouvance, sur l'altération. Le problème est, en effet, celui-là : pour comprendre le sens faut-il extraire du discours seulement ce qui en fait l'unité cohésive, ou bien une autre entrée est-elle possible, celle des variations et de tous les phénomènes que recouvre le concept d'altération ? N'est-ce pas dans le changement discursif qu'il y a chance de saisir le "procès sémantique" ? N'est-il pas temps de s'arrêter sur ces points où la chaîne se rompt plutôt qu'en ces noeuds où les maillons s'ajustent l'un à l'autre ?

8. Sémantique de l'écart

100Dans La logique du sens, Robert Martin écrit (p. 151) : "...le contenu des signes se caractérise par un continuum qui mène d'un effet de sens à un autre... Les concepts logiques permettent assurément de l'aborder avec une précision meilleure. Mais l'idée du cinétisme paraît bien une idée incontournable. Le vrai problème est de concilier continuum et oppositions discrètes, ce qui revient à poser la question, encore bien hasardeuse, de la formalisation du flou". L'intérêt de ce propos est à la fois de retenir comme instrument d'approche du sens une procédure de formalisation (on reste dans la tradition), mais surtout de relever que tout n'est pas dans la netteté ni l'évidence en matière de sens. Il y a du flou, de l'indéterminé. Et de cela il faut faire théorie.

101Dire que tout n'est pas dans la cohérence, ce pourrait être incitation à s'attarder sur les différences qui au long d'un discours font s'arrêter, par leur charge sémantique étonnante, le lecteur ou l'auditeur. On sait ce qu'il en est de la stylistique de l'écart, de sa pertinence et de ses limites. Dès les travaux de Bally, le style se manifeste par l'inscription de sa différence par rapport à une norme. Le parangon de cette norme ce peut être le discours rationnel de la science. La singularité d'un énoncé, oral ou scriptural, et donc sa charge sémantique, tiendra dans cette distance plus ou moins grande par rapport à l'usage représenté par la norme, cet énoncé archétypal de la science (selon Bally).

102Avec une procédure différente, la théorie de l'archi-lecteur de Riffaterre s'établit sur le repérage de traits saillants du discours relevés par le lecteur, en considération d'une norme intériorisée ; par enquête auprès de multiples lecteurs, on découvre, par recoupements, les moments du texte où la saillance stylistique se forme. Ces marques différentielles prélevées, elle forment un corpus qui fera l'objet d'une analyse .On aperçoit aussi que ce qui s'écarte d'un usage commun, doxique, pèse d'un poids sémantique plus dense et plus lourd.

103Quand Pierre Guiraud et Charmes Muller présentent "les caractères statistiques du vocabulaire" et montrent comment à partir des connaissances fournies par cette branche de la mathématique, il devient possible de définir le style d'un écrivain, on reste dans cette pratique des écarts, c'est-à-dire des différences aperçues maintenant à partir d'un traitement des fréquences des mots, dans la société et dans l'oeuvre. Le lexique est indicateur de la norme sociale ; le vocabulaire est de l'usage de l'individu, donc significatif de son style personnel.

104Courbes de Gauss, ou de Zipf, mots-clés, mots-thèmes, deviennent les outils précieux du sémioticien du texte. Ces mots détectés seront des indices remarquables que l'analyse va privilégier.

105Inutile de trop s'attarder sur ce fait que le parangon théorique de l'analyse statistique est la théorie mathématique de l'information. Les mots qui ont charge sémantique sont ceux qui sont rares, dont on attend peu ou très rarement la présence dans l'énoncé. Le coût de l'information est inversement proportionnel à la fréquence : I = log. 1/p. Etudier l'effet sémantique d'un texte ou d'un document peut se réaliser avec la théorie de l'information comme support essentiel. Ce n'est plus tant la cohérence qui importe pour signifier l'énoncé, pour lui donner valeur signifiante, que la surprise de l'élément de faible fréquence. Méthode du chercheur à la tâche de découvrir les diamants du sens sur fond des cailloux de l'usuel.

9. Sémantique de la disponibilité polysémique

9.1. Une sémiotique différentielle

106A revenir sur les exposés précédents, on peut admettre que l'analyse sémantique connaît deux orientations principales : elle implique soit le calcul d'une congruence d'éléments entre eux selon une loi de cohérence, soit le calcul d'écarts par rapport à un étalon-norme. Problématique qui, dans ses deux champs d'investigation, laisse intact le problème de la variation discursive, des variantes, de la reformulation, bref de tous les phénomènes re-groupés sous le concept d'altération.

107La recherche des lois de congruence-cohérence, la détection des ponctualités de l'écart, focalisent la recherche sur des discours achevés ou tenus pour tels ; sur le discours comme état établi et instauré dans un aboutissement pérenne. Elles sont indifférentes à la pratique de ce j'appellerai "la différenciation appliquée" en un ou plus d'un discours ; c'est-à-dire que ne sont pas aperçus les phénomènes d'indécision, de doute, de remords, d'hésitation parmi lesquels tout énoncé cherche à trouver son itinéraire. Ce qui intéresse ces méthodes d'analyse sémantique c'est l'énoncé en fin de course, si j'ose dire, c'est-à-dire, au-delà de tout brouillon, au moment de son accompli.

108Or, ce qui peut fonder une sémiotique différentielle, c'est de considérer que le sens n'est pas seulement inscrit dans les segments de l'énoncé définitif, une fois décision prise aux niveaux et lexical et syntaxique, mais inscrit aussi dans les fluctuations, les reprises, les retours, les ratures, en ce moment du non-accompli, en ces moments ou le sens se cherche parce que le sujet cherche, dans l'insécurité, parmi les paradigmes de son propre capital langagier.

109Tout semblerait se poser en termes d'aspect : une sémantique travaille sur l'accompli ; l'autre sur le non-accompli, sur l'aspect du procès sémantique dans son devenir, dans le temps de son accomplissement. Le sens serait à saisir donc dans la période où il cherche à se définir plutôt qu'au point de l'élection réalisée. Je dirai, au risque d'un périlleux néologisme que ce qui va m'intéresser c'est le "procès amphi-métabolique " du sens, en utilisant le grec "amphibolos", ("douteux", "hésitant") et en me souvenant que "amphibolia" dit aussi "l'échange". Ce qui invite à regarder, à analyser ce fait que toute énonciation a sa part de "réélaboration" discursive, que le locuteur/scripteur construit son discours par rétroaction sur le discours dit antérieurement, que ce soit le sien propre ou celui d'autrui.

9.2. Zones d'un substrat théorique

9.2.1. Retour sur les deux axes

110Il faut revenir un instant sur les thèses qui sont dites des "deux axes", non pour les ajuster à mon analyse, mais parce qu'elles ont dit l'activité du locuteur/scripteur, en opposant deux procédures dans la construction de l'énoncé.

111D'une part, enchaîner sur l'axe de la successivité, l'axe des contraintes syntaxiques, par soumission à la loi de l'ordre de la concaténation, dont on sait fort bien que s'il est enfreint, l'énoncé perd sa cohérence. Le locuteur fait sens par cohérence syntaxique primordiale.

112D'autre part, choisir sur l'axe de la simultanéité, dans un ensemble paradigmatique de substitutions, par affrontement des équivalents. Le locuteur doit choisir, mais c'est le choix qui permet d'opérer d'autres choix. Un élément retenu peut toujours être remplacé. On touche ici à ce principe que je dénomme "rétro-action énonciative" par quoi le locuteur/scripteur garde la possibilité de reformuler du déjà-dit, par procédures de gommage, de rature, et, complémentairement, de substitution ou d'ajout. C'est cette "réélaboration discursive" qui révèle la dynamique sémantique de l'énonciateur. Un second choix est toujours possible ; le sens est à voir se faisant dans cette latitude de récuser du sens.

9.2.2. Le troisième choix

113Il convient de penser le "paradigme" en termes plus saussuriens que jakobsoniens. La sélection opère non pas seulement sur des séries d'unités substituables l'une à l'autre, un morphème pour un autre morphème (Jakosbon), mais elle travaille sur des ensembles d'éléments en relations associatives (Saussure), sur un paradigme multidimensionnel, où du phonème au sémème tout peut être objet de relations qui déclenchent un choix.

114Ainsi, le choix peut opérer sous dominance lexico-syntaxique ; un mot choisi oblige à sélectionner aussi la valence du mot, (Tesnière) ; mais le choix peut s'effectuer sur des séries de phrases, c'est le choix paraphrastique (Culioli) ; enfin, le choix peut être de type lexico-énonciatif (intertextualité, Bakhtine). Sur ce dernier type, je dirai que le "discours relaté" représente l'exemple le plus net de sélection parmi un ensemble d'énoncés situés, ceux du "tiers-parlant". On me permettra d'avancer la notion de "bassin paradigmatique" pour désigner ces ensembles parmi lesquels le locuteur exerce sa capacité sélective.

9.2.3. Le choix et la perte

115C'est un truisme de rappeler que choisir implique exclusion ; qu'un élément sélectionné parmi ceux de son paradigme d'appartenance prend place dans l'énoncé par refoulement des autres. Mais les éléments exclus ne sont pas pour autant effacés. Ils restent en mémoire, comme déchet ou comme perte, mais comme une réserve, en quelques sorte, toujours disponible. Autrement dit, choisir implique mémoire du choix, et possibilité de redoubler un choix parmi ce qui fut refusé, momentanément. Il y a permanence du "bassin paradigmatique" et retours virtuels maintenus comme droits du locuteur/scripteur. Choisir, c'est bien extraire une unité d'un ensemble, ce n'est jamais effacer l'ensemble.

116C'est peut-être à ce niveau que s'articule la théorie de la "valeur "saussurienne : un élément sélectionné tient sa valeur de son appartenance à un ensemble structuré ; il prend valeur des éléments exclus. Il n'est présent dans le sillon discursif que par réminiscence ouverte des éléments absents. On sait l'usage que fit Michel Pécheux de "l'oubli " comme fondateur de l'espace du discours (théorie des deux oublis) ; on sait la place capitale du "paradigme" dans la théorie lacanienne (avec l'emprunt à Jakobson de "métaphore "et "métonymie").

9.2.4. L’engagement du temps

117C'est parce que le discours n'avance dans sa linéarité que par souvenir des éléments refusés, qu'il peut faire retour sur lui-même. Il y a un usage particulier du temps par l'énonciateur ; le temps pris à construire le discours n'est pas seulement la succession syntagmatique, dans une avancée finalisée, des éléments sélectionnés ; il y a aussi tout le temps investi dans le retour sur le déjà-dit, tout ce qui ressortit à la reformulation tout ce qui permet l'affinement et les biffures. Reformuler, c'est consommer du temps par réfection rétrograde sur un sillon déjà tracé. Et dans ces allées et venues, dans ces essais de traçage de pistes, ce qui est premier, comme instance fondamentale, c'est une quête sémantique, jamais finie avec l'élément qui vient d'être choisi. Toujours à reprendre, à modifier.

118Toute étude sémantique a toujours privilégié la cohérence comme facteur et preuve de sens, la cohérence fixée par et dans l'achèvement de l'énoncé, stable et fixe. Un texte manifeste des effets de cohésion, comme de cohérence, c'est ce que la sémantique de Greimas ou de Guiraud, prenant appui sur d'ancestrales considérations venues de haut et de loin, Aristote comme Descartes, cherche à théoriser. Mais un texte c'est aussi un lieu de fissures, de reprises, de modifications, d'instabilités.

119Il n'est de version définitive d'un texte que celle sur laquelle on s'arrête, comme ne varietur, pour en montrer la constante stabilité, acquise certes après quelques variations. N'est-ce pas dans le cours de cette mouvance, de ces variations, qu'il convient de se situer pour apercevoir le sens, qui n'est jamais, semble-t-il, une fois pour toutes donné, mais constamment effet et source d'altération ?

120Est-il possible de prendre comme base d'une observation et d'une théorisation du sens, aussi cet intervalle entre deux mots, entre deux syntagmes, qui est c moment de l'hésitation, de la bifurcation ? Autrement dit, pourquoi ne pas chercher le sens dans ces lieux et ces moments où il se cherche.

121Proposer du sens ce serait alors rechercher dans le temps perdu. Tenter d'autrement dire ce qui a été une fois déjà-dit, voilà qui est à la base des effets d'altération. Rien n'est jamais définitivement dit tant que le temps est devant soi, donné comme espérance au locuteur. La quête du sens c'est alors le temps pris à refuser la clôture du sens. C'est peut-être là tout le sens possible d'une sémiotique de l'altération.

Remarques annexes

122a) s'il fallait un parangon à cette sémiotique différentielle, qui a pour tâche de comprendre l'usage polysémique de la discursivité, je regarderais du côté des thèses de Prigogine., c'est-à-dire, des "structures dissipatives". Il y a chez Prigogine la mise en évidence, et la démonstration, qu'un système n'est jamais à jamais clos ; que l'on a pu penser l'Univers comme immuable dans son ordre, en prenant éclairage des théories de Newton, mais que l'Univers c'est aussi le désordre.

123Dans tout système il y a de l'imprévu ; un détail vient à créer une différence, et le désordre déstabilise le système. Mais dans ce désordre, localement se configurent des structures qui ont en elle une énergie de dissipation qui va à son tour ébranler le système. Rien n'est jamais acquis, une fois un système établi.

124S'il est possible de prendre en compte des états, ils ont en eux leurs propres indices d'instabilité.

125b) s'il fallait une illustration à ces propos, on pourrait la trouver en ces mots d'Aragon, prononcés lors de la remise au CNRS de ses propres manuscrits, le 4 mai 1977 :

"Ne fallait-il pas mettre à la portée de ceux qu'on appelle les chercheurs, non seulement l'écrit figé par la publication, mais le texte en devenir, saisi pendant le temps de l'écriture, avec ses ratures comme ses repentirs, miroir des hésitations de l'écrivain comme des manières de rêverie que révèlent les achoppements du texte...surprises pendant son écriture, les hésitations de l'auteur, ses secrètes démarches, ses erreurs mêmes...voire ses brouillards, encore un air de brouillon, par-ci, par-là".
Lacoste - mars 1992

Haut de page

Notes

1 Le français des années quatre-vingts - mars 1989- éd. Crefif/Didierérudition- Paris.
2 Voir Littérature et classe de langue - 3° partie, pp. 127-133. Credif/Hatier. col. LAL - Paris -1982.
3 Edito Service. Genève- 1968.
4 Réécriture et personnage du traducteur dans les Chroniques Italiennes SEMEN-3- Les Belles Lettres- Paris- 1987.
5 Ed. Plon - Paris - 1975 et 1977 / - Ed. Julliard - Paris - 1982.
6 Ed. Mazarine - Paris - 1986.
7 SEMEN- 5. Les Belles Lettres - Paris - 1990.
8 Lautréamont et la cohérence de récriture. Ed. Didier- col. "Orientations"-Paris- 1977.
9 Dans Hommages à Jacques Petit (L2)- Les Belles Lettres- Paris- 1985
10 Dans Syntagmes -4. Les Belles Lettres - 1992
11 Voir les Cahiers de Linguistique française (Université de Genève).
12 Dans Recherches Croisées Aragon Triolet, n°1- Les Belles Lettres- Paris-1986.
13 Diffusion et vulgarisation : itinéraires du texte scientifique. Les Belles Lettres- Paris- 1986.
14 P. 381 dans La pertinence – Ed. de Minuit- 1989 (éd. Originale- 1986).
Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/4182/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Peytard, « D’une sémiotique de l'altération », Semen [En ligne], 8 | 1993, mis en ligne le 06 juillet 2007, consulté le 19 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/semen/4182

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page