Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2L’autre Saussure

Historique

Avant-propos : Ce texte est maintenant vieux de sept ans. C’est une intervention à un colloque centré sur les problèmes de la néologie et qui s’est tenu en 1976 à LEIPZIG1. Pourtant nous le présenterons tel quel.
Non pas qu’il corresponde en tous points à l’état actuel de notre recherche. Cette conception datée de 1976 est à la fois exacte dans l’ensemble, erronée sur certains points, en tous cas incomplète. Mais cette incomplétude a un sens et une raison.
Il faut savoir qu’en 1979 a paru une réflexion épistémologique de ce-lui que l’on considère comme l’un des plus grands thermodynamiciens de l’heure actuelle. Et ILYA PRIGOGINE, Prix NOBEL de Chimie en 1977 « pour ses contributions à la thermodynamique de non-équilibre », cite Saussure2. C’est, dit-il, un précurseur « dans la description des notions de non-linéarité, d’instabilité, d’amplification des petits écarts », notions qui sont au centre de la démarche scientifique actuelle concernant les structures dissipatives.
Cette « référence » nous a conduit évidemment à continuer notre réflexion sur la démarche scientifique de SAUSSURE3. En fait cet « autre » Saussure en cachait d’autres. Le texte suivant est donc incomplet mais le remanier lui ôterait tout intérêt. C’est une approche première, de Saussure et elle ne peut être présentée que telle quelle. Précisément.
A. P. 1984

Texte intégral

Cet autre Saussure
en cachait d’autres...

Introduction

1Le thème que nous voulions primitivement traiter était le suivant : « Néologie et dérivation. La recherche darbres dérivationnels ». C’était à la fois une présentation de modèles de traitement automatique par ordinateur des types de formations d’unités syntagmatiques (ayant un caractère néologique), et une première évaluation des résultats.

2Ce travail est en cours et bien qu’une présentation partielle n’aurait pas manqué d’intérêt, nous avons, pour des raisons à la fois théoriques et pratiques, modifié notre approche du problème en proposant une réflexion sur une réévaluation critique des concepts saussuriens.

3En effet, le traitement informatique implique nécessairement, du fait même qu’il opère sur un grand nombre d’unités, une cohérence au niveau théorique qui ne peut s’accommoder de réflexions ponctuelles, c’est-à-dire, ne s’appuyant que sur des exemples ad hoc.

4Ainsi, les nécessités du traitement informatique ont été un facteur décisif dans le déclenchement des affrontements théoriques au sein de notre groupe de recherche, oppositions pour l’instant nettement irréductibles à un quelconque dénominateur commun. Ceux qui considèrent linformatique comme une sorte de panacée ou, à l’opposé, comme une simple technique, se préparent d’importantes désillusions. L’impérieuse nécessité d’une théorie cohérente du point de vue scientifique nous a donc naturellement conduits à nous interroger sur notre propre pratique et sur celle des chercheurs de notre groupe. Ce qui est en réalité au centre des débats, cest une prise de position pour ou contre les concepts saussuriens (langue/parole/arbitraire du signe, etc...).

5L’objet de cette intervention est de présenter une autre lecture de Saussure. Notre projet se fonde :

  • 1- Sur une réflexion concernant le statut en linguistique des concepts scientifiques de PRINCIPE, GRANDEURS MESURABLES, VALEUR, SYSTEME ;

  • 2- Sur un rapprochement épistémologique entre d’une part, le cheminement saussurien et d’autre part les méthodes de raisonnement utilisées en Thermodyanrnique.

6Parler de Saussure en 1976, c’est soit aller à contre courant, soit faire preuve desprit archaïque. Nous voudrions cependant rappeler que :

7- Le Cours de Linguistique Générale (sur lequel a fonctionné la linguistique pendant des décennies) est fautif dans son détail et dans son ordonnancement, comme le montrent les travaux irremplaçables de GODEL, ENGLER, MAURO (ouvrages cités en référence). Il semble désormais interdit d’attribuer telle ou telle phrase du cours à Saussure sans être assuré qu’elle n’est pas simplement de la main des Éditeurs. Ainsi, bien que l’on sache depuis plus de dix ans que la dernière phrase du Cours (« La linguistique a pour unique et véritable objet la langue envisagée en elle-même et pour elle-même ») N’EST PAS DE SAUSSURE, on continue à la citer comme le nec plus ultra de sa conception. Et ce n’est quun exemple...

8- De plus, la lecture des manuscrits par les Éditeurs est une lecture de type POSITIVISTE favorisant les raisonnements inductifs (partir des « faits »...) brisant ainsi sans ménagement la souplesse déductive des raisonnements saussuriens et la dialectique profonde de ses approches.

9- Enfin, vous savez tous que c’est à l’automne de 1876 que le jeune Saussure a choisi l’UNIVERSITÉ DE LEIPZIG pour commencer ses études linguistiques. Le hasard de ce centenaire méritait aussi d’être souligné dans un hommage plus large à la tradition des études linguistiques de l’université qui nous accueille.

10Notre plan sera le suivant :

  • 1- Ce que nous apprend la réflexion épistémologique sur les concepts scientifiques de SYSTÈME/PRINCIPE/GRANDEURS MESURABLES/ VALEUR ;

  • 2- Ce que nous apprend la Thermodynamique sur les concepts d’ÉTAT D’UN SYSTÈME/DE TRANSFORMATION/DE MILIEU EXTÉRIEUR D’ÉCHANGE/DE FONCTION D’ÉTAT (on peut déjà remarquer que tous ces concepts hormis le dernier sont des concepts que l’on retrouve à la fois dans la pensée saussurienne et dans les sciences physiques).

  • 3- Ces apports scientifiques nous permettront de proposer une série hiérarchisée des concepts saussuriens et nous conduisent à distinguer d’une part la MÉTHODE saussurienne (qui nous apparaît comme profondément scientifique) et d’autre part les concepts élaborés par Saussure qui nécessitent précisément une réévaluation (en particulier langue et parole).

  • 4- Notre conclusion sera que létude scientifique de la NÉOLOGIE LEXICALE tant sur le plan théorique que sur le plan informatique (les deux plans étant profondément interdépendants) doit intégrer le concept de fonction d’état et de changement d’état concernant les sous-systèmes linguistiques délimités par des zones dactivité de transformation de la nature et des hommes par les différentes classes, couches et catégories sociales.

1. Les concepts saussuriens à la lumière des sciences physiques

11Par formation personnelle, par tradition familiale, par goût aussi, Saussure avait une connaissance des sciences de son temps. Nous voulons parler des sciences physiques et non seulement de sa connaissance de la sociologie de Tarde ou de Durkheim ou des études de psychologie. Quand Saussure projette de fonder une linguistique SCIENTIFIQUE il nous semble important dattirer l’attention sur ce concept. Il ne s’agit pas de confondre, comme on tend parfois à le faire « méthode scientifique » et « rigueur du raisonnement » laquelle est bien sûr partie intégrante de la méthode mais à elle seule n’est pas un critère suffisant. Nous allons voir que les concepts de SYSTÈME, de VALEUR (les grandeurs mesurables) et de PRINCIPE, SONT CONSTITUTIFS de tout projet scientifique. Cela aura notamment pour conséquence de considérer la VALEUR d’une unité comme une donnée tandis que précisément ce qui fait problème en linguistique c’est la définition du concept de signification (contrairement à linterprétation traditionnelle de la Vulgate saussurienne comme Maura aime à désigner le C.L.G.). Ce renversement de lordre des difficultés de préhension de la pensée saussurienne est également pertinent pour les concepts de système et de principe. En d’autres termes, si la langue est un système pour Saussure, cest le résultat dune analyse déductive des faits de langage et non pas une élaboration inductive.

12Le premier fait évident est que toute science postule que l’objet étudié est un système où l’on peut observer une régularité causale entre les phénomènes.

13Qu’un système puisse exister est la condition première de tout projet d’étude scientifique. Postuler le hasard, l’aléatoire comme c’est l’objet des études statistiques c’est encore une fois, en l’occurrence, postuler un système, mais qui joue cette fois sur les grands nombres.

14Poser que la langue est un système ce n’est qu’affirmer la possibilité d’une étude scientifique. C’est en quelque sorte une hypothèse indispensable au départ.

15Un rapprochement avec la Physique peut nous éclairer. Le savant anglais GUGGENHEIM affirme (page 14) :

« La Thermodynamique, comme la mécanique classique ou l’électromagnétisme, est une science exacte, c’est-à-dire basée sur un petit nombre d’axiomes et de lois à partir desquels on peut déduire toutes les autres lois par des raisonnements logiques. Cependant, dans toute science exacte il y a une part d’arbitraire dans le choix des lois que nous déclarons principes ou axiomes à partir desquels nous déduirons d’autres lois. En mécanique classique, on peut par exemple prendre des lois du mouvement de Newton comme postulats, mais on peut construire toute la mécanique à partir du principe de moindre action de Maupertuis (...). En tout cas, quelle que soit la base choisie pour le développement d’une théorie CETTE BASE POSTULE L’EXISTENCE D’UN CERTAIN NOMBRE DE GRANDEURS MESURABLES ET LA POSSIBILITÉ DE LES DÉFINIR. »

16Qu’est-ce qu’une grandeur mesurable ? Comme l’a précisément montré Saussure, ce qui définit l’unité n’est pas autre chose que sa valeur et la valeur dans les sciences physiques est tout simplement le résultat d’une mesure. Citons de Broglie :

« Affirmer qu’une grandeur est mesurable, c’est affirmer qu’on peut en fixer la valeur ».

17Toute valeur attribuée à une grandeur dépend donc du système de mesure.

18Nous postulons donc que toutes les fois que Saussure emploie le concept de valeur, on doit sous-entendre le projet scientifique fondamental qui implique la nécessité :

  • de la mesure

  • d’une unité de mesure

  • d’un système de mesure.

19On peut évidemment parler de la valeur d’une grandeur sans que le système de mesure soit déjà élaboré. Si nous y prenons garde, c’est exactement la démarche saussurienne et les trois points ci-dessus sont fixés implicitement par F. de S. comme objectifs à atteindre pour la linguistique scientifique à venir.

20Le concept de principe évoqué par GUGGENHEIM peut être précisé par une remarque de KASTLER :

« Un principe ne peut être ni démontré ni compris. Il est suggéré par l’interprétation de certains faits. On admet sa généralité et on en tire des conséquences qu’on confronte avec d’autres faits. Si des faits particuliers se révélaient en désaccord avec les conséquences du principe il faudrait rejeter celui-ci » (Cours, page 77).

21Nous pensons que c’est le sens qu’il faut attribuer aux principes saussuriens de l’arbitraire du signe et de la linéarité du signifiant. D’autres linguistiques scientifiques peuvent se fonder sur dautres principes, mais on peut remarquer que Saussure a clairement défini sa démarche et que cette rigueur, en réalité, interpelle sur ce point précis les linguistiques « sans principe ».

22Cette démarche générale peut être résumée ainsi :
Pour que la linguistique devienne science elle doit déterminer son objet ; cet objet doit être un système de grandeurs mesurables ; l’existence hypothétique d’un SYSTÈME de grandeurs mesurables (les valeurs) implique de poser les deux principes connus. Ce n’est que lorsque Saussure mettra à jour le concept de formation analogique que cette hypothèse (présentée par les Éditeurs et pédagogiquement par Saussure lui-même comme des faits de départ) sera vérifiée. La démarche profonde de Saussure nous paraît proche de ce qu’on appelle un système hypothético-déductif.

2. Les concepts de système, d’état du système, d’évolution, de transformation d’un système en thermodynamique

23Un système en thermodynamique est un corps ou un ensemble de corps « de masse déterminée et délimité dans l’espace » qui échange avec un MILIEU EXTÉRIEUR de l’énergie. La thermodynamique étudie l’évolution dun système qui subit des transformations au cours du temps. Un système est dit en équilibre lorsqu’il ne subit pas de transformation (au cours du temps). Pour étudier l’évolution d’un système on compare deux (ou plusieurs) ÉTATS du système (l’état initial avec l’état final). Si l’état initial et l’état final sont identiques on a affaire à une transformation réversible. Mais dans la nature il n’existe pas de transformation réversible. Le facteur temps rend toutes les transformations irréversibles. Comment se définit l’état d’un système ?

24Enrico Fermi (P. XI) nous apporte une définition très importante pour notre propos :

« L’état d’un système mécanique est complètement précisé à un instant donné si l’on donne la position et la vitesse de chaque point matériel. Pour un système composé de N points, cela requiert la connaissance de 6 N variables. En Thermodynamique on introduit un concept différent beaucoup plus simple d’état du système. En effet, l’utilisation de la définition dynamique de l’état d’un système ne pourrait pas convenir car tous les systèmes étudiés en thermodynamique sont constitués d’un si grand nombre de points matériels (atomes ou molécules) qu’il est impossible pratiquement de préciser les 6 N variables. De plus, il serait inutile de le faire puisque les grandeurs dont s’occupe la thermodynamique sont des propriétés moyennes du système, il serait donc superflu de connaître en détail le mouvement de tous les points matériels ».

25L’état d’un système se mesure par les fonctions détat. Pour la mécanique, chaque point matériel est défini (un peu comme le signe linguistique) Pour la thermodynamique, c’est le système entier qui est défini. La Pression, le Volume, la Température, l’Entropie, sont des variables qui mesurent l’état d’un système qui échange ou non de l’énergie avec le milieu extérieur. Chacune de ces variables joue le rôle de Fonction détat. Si l’on prend par exemple deux variables, un état d’équilibre est défini par la mesure de la Pression P et le Volume V. Le produit P X V joue aussi le rôle de Fonction d’état.

26Comment pourrait-on mesurer létat d’un système d’une langue ? Quelles seraient les fonctions d’état ? L’échec de Saussure au seuil de lélaboration d’un système de mesure (« La linguistique sera algébrique ou elle ne sera pas ») tient vraisemblablement à la méconnaissance de cette « coupure épistémologique » que lélaboration des concepts de thermodynamique a introduit dans la « Mécanique » (dont la « science de la chaleur » est pourtant sortie).

27Toutefois deux concepts fondamentaux de Saussure sont à rapprocher de la Thermodynamique et plus particulièrement les deux premiers principes : Premier principe :
« Le travail requis pour amener un système thermiquement isolé depuis un premier état, appelé état initial, jusqu’à un autre état entièrement défini appelé état final, est indépendant de la source génératrice de travail et du chemin suivi pour passer de l’état initial à l’état final. » Pour donner un appui concret à ce principe prenons l’exemple d’une comparaison de l’état initial d’une certaine quantité d’eau à 0° C et létat final à 100° C. Le premier principe établit que l’eau peut être chauffée à la bougie ou à l’électricité, que le temps mis pour passer d’un état à un autre peut être plus ou moins long, mais le travail requis est identique.

28Le principe (dans un domaine scientifique qui s’intéresse à l’évolution des systèmes) est naturellement à rapprocher de la réflexion saussurienne. Entre deux états de langue 1 et 2 les changements phonétiques, syntaxiques entre 1 et 2 conditionnent mais ne déterminent pas l’état 2.

29Le deuxième principe dit de Carnot Clausius, introduit le facteur TEMPS ce qui donne un sens à l’évolution d’un système. L’ENTROPIE est une fonction d’état qui ex-prime la propriété d’évolution impliquant que, dans un système isolé, lentropie ne peut que croître ou demeurer constante à l’état d’équilibre. Les travaux de Boltzmann, relatifs à l’entropie, ont permis d’assimiler la notion d’entropie à l’évolution ORDRE Δ DÉSORDRE qui caractérise tout système isolé.

30Nous connaissons les remarques de Saussure concernant 1) l’influence fondamentale du TEMPS sur l’évolution, 2) le fait qu’une langue livrée à elle-même évolue naturellement vers le désordre.

31Nous nous proposons maintenant de montrer, en fonction des significations scientifiques des concepts de SYSTEME, VALEUR, PRINCIPE, ÉTAT D’UN SYSTEME, TRANSFORMATIONS (réversibles ou irréversibles), MILIEU EXTÉRIEUR, que les concepts saussuriens sarticulent dune façon quelque peu différente de leur présentation classique.

3. Les concepts saussuriens

Quelles sont les conditions pour qu’une étude scientifique d’une langue soient réunies ?

321) Une langue est en constante transformation (le fleuve de la langue ne s’arrête jamais). L’étude du mouvement n’est possible que si l’on est à même de pouvoir comparer deux états successifs et cela nécessairement dun même point de vue.

332) Le point de vue scientifique implique que l’objet analysé soit :

  • a) un système à l’intérieur duquel toutes les grandeurs soient mesurables

  • b) distingué du milieu extérieur avec lequel il a des interactions.

343) Si ce système existe il ne peut être qu’un système de signes linguistiques ; mais :

  • a) le signe linguistique ne renvoie qu’exceptionnellement à des choses du monde extérieur. (Si la langue était une nomenclature une linguistique scientifique ne pourrait exister).

  • b) le signifiant et le signifié sont deux images mentales (image-son et image-concept). (Leur association est une donnée arbitraire, puisque précisément elle est aléatoire au cours du temps. De ce point de vue, le signe est radicalement arbitraire, donc inétudiable scientifiquement).

  • c) les réalisations langagières varient d’un individu à l’autre dans des proportions importantes. Ces réalisations sont contingentes et dans les phénomènes relevant de cette « parole » on ne peut trouver de régularité étudiable scientifiquement.

354) Toutefois une série de faits peuvent conduire à considérer Un objet scientifiquement étudiable.

  • a) Si les réalisations langagières de la parole varient, cette variation même implique, pour une communauté linguistique donnée, la conscience d’un accord transcendant ces irrégularités.

  • b) Les signes linguistiques ne sont identifiables que dans leurs rapports différentiels. Si la mesure de ces rapports peut être établie, ce qui distinguera un signe linguistique d’un autre c’est le résultat de cette mesure : sa valeur.

  • c) La valeur d’une unité se calcule :
    - sur l’axe syntagmatique
    - sur les axes associatifs.

36Conclusion : les principes
Le point de vue scientifique implique la comparaison entre des états. L’étude de chaque état de langue implique aussi la nécessité de dégager un système de valeurs distingué nettement de tout ce qui constitue le milieu extérieur.

37L’étude scientifique nécessite donc d’admettre deux principes :

  • le signe est radicalement arbitraire

  • le signifiant est linéaire

38Si le signe n’était pas radicalement arbitraire le système de valeur ne pourrait exister. Si le signifiant n’était pas linéaire l’axe syntagmatique ne pourrait être distingué des axes associatifs et par là même le signe linguistique naurait pas didentité, donc de valeur.

Que nous apprend l’étude de l’évolution des langues et les comparaisons ?

391) Une langue évolue naturellement vers le désordre par les changements phonétiques spontanés ou combinatoires. Elle tend vers l’arbitraire absolu. Cette tendance naturelle vers le désordre est à chaque instant combattue par des forces de cohésion sociale et/ou politique qui imposent une normalisation perçue comme conventionnelle et par là même des stabilisations plus ou moins provisoires.

402) On constate donc des transformations phonétiques lexicales syntaxiques. Ces changements ne sont possibles que si un système de valeur existe puisquà chaque instant (malgré ces changements) le système qui tend vers le désordre est recomposé. Si les significations changent, par exemple, ce changement implique la perception d’un système de valeurs.

413) Quelles seraient les causes du changement ?

  • a) Ni une prédisposition de la race, ni une adaptation au sol et au climat, ni l’apprentissage enfantin ne peuvent être des raisons sérieuses. La tendance à l’économie de l’expression devrait par contre être précisée.

  • b) Les moeurs, les institutions, la stabilité ou l’instabilité politique influencent manifestement la langue. De même, les changements profonds dans la conception du monde puisqu’ils sont dordre conceptuel.

424) Or on constate que tout ce qui influence la langue ne peut former un système cohérent c’est-à-dire un objet dont les relations soient mesurables. Mais surtout on s’aperçoit qu’entre deux états successifs E 1 et E 2 d’une même langue tous les changements (qu’ils soient phonétiques, lexicaux, syntaxiques), bien que conditionnant l’état E 2, ne le déterminent pas.

43Conclusion : un autre principe
La langue est donc une production sociale dont les transformations sont perçues en comparant les états de langue. Ces états de langue sont donc une réalité et non pas un objet fictif d’étude puisque les contemporains n’ont pas conscience de l’évolution ni des changements. Pour passer d’un état à un autre état (seule possibilité de mesure de l’évolution) il est indispensable d’étudier la linguistique idiosynchronique (la grammaire d’une langue) seule perçue par la masse parlante.
Principe : Les éléments utilisés, le cheminement, le temps mis pour passer d’un état à un autre sont indépendants de l’état subséquent.

L’opposition dialectique langue/parole et les phénomènes d’évolution.

441) Le fait que des individus dans leur communication puissent utiliser de nouveaux agencements des éléments anciens (procédé de l’innovation analogique) montre que dans une langue donnée (ou un dialecte) des faits d’ordres différents impliquent la nécessité de distinguer deux « zones » différentes.

  • Une zone de réalisation langagière où se retrouvent les influences externes et internes : la parole

  • Une zone qui est l’ensemble des abstractions, des relations reçues socialement : la langue.

452) Schéma d’un état de langue


                           milieu extérieur
  • le milieu extérieur est en constante interaction avec la parole. L’étude de ces interactions est l’objet de la linguistique externe.

  • la parole est en constante interaction avec le système (la langue).

463) Létude scientifique impliquait l’hypothèse d’un système de grandeurs mesurables uniquement dans leurs rapports réciproques. Ce système de valeurs ne pouvait exister que si l’élément envisagé était radicalement arbitraire afin que le système soit cohérent.
L’innovation analogique vient vérifier cette hypothèse et confirmer que la signification est différente de la valeur. De plus le fait d’expérience de création analogique confirme également l’opposition entre deux « zones » (langue/parole). Lobjet d’étude est donc un objet réel et non pas une abstraction. La preuve de son existence se trouve précisément dans les transformations du système.

4. Néologie lexicale et discours

47Les changements phonétiques introduits par la parole transforment la langue d’une façon irréversible en produisant des déplacements de valeur et de signification tant du point de vue lexical que du point de vue syntaxique.

48D’autres changements (phonétiques, lexicaux) introduits par la parole ne transforment pas la langue d’une façon irréversible mais les conséquences ultérieures d’un changement réversible à un instant donné peuvent provoquer un changement irréversible.

49Nous pensons que c’est au niveau du syntagme que se trouve le point de contact entre langue et parole. Le syntagme semble à la fois appartenir à la langue — et constituerait L’UNITÉ LINGUISTIQUE fondamentale du système — et à la parole en tant qu’adaptation consciente (ou non) du locuteur aux besoins langagiers. C’est précisément à l’instant de L’INNOVATION ANALOGIQUE que peut se détecter cet échange qui permet de créer une unité nouvelle en jouant avec des éléments donnés antérieurement à la fois sur l’axe syntagmatique (où les éléments représentent dans leurs rapports des valeurs) et sur les axes associatifs où l’introduction d’une unité va modifier les rapports (donc les valeurs) existants dans les différents paradigmes sémantiques.

50Par voie de conséquence et bien que cela puisse apparaître comme paradoxal l’innovation analogique n’est pas la mesure du changement mais tout simplement la MESURE DE L’ÉTAT DU SYSTÈME A UN MOMENT DONNÉ. Détecter du NOUVEAU dans une langue c’est en réalité mettre à jour le fonctionnement du système. De là on pourra inférer que la connaissance de l’évolution du système ne peut s’accomplir qu’en comparant les différents types de formation d’unités néologiques de deux périodes différentes puisque les néologismes d’une période donnée (d’un état de langue) ne mesurent pas ce qui change au niveau du système mais uniquement ce qui change au niveau de la signification.

51Et, comme nous l’avons vu ci-dessus, l’adoption par la masse parlante des unités nouvelles peut modifier à son tour le système. A un instant donné les significations reçues servent comme système d’une langue. « Faisant partie d’un système (le mot) est revêtu, non seulement dune signification mais aussi et surtout d’une valeur, et c’est tout autre chose » (CLG p. 160). La signification est arbitraire mais la (les) valeurs sont relatives. L’unité linguistique est donc le produit dialectique de deux contraires.

52Nous sommes parfaitement conscients que nous nous trouvons dans un espace de recherche où les questions sont loin de recevoir une réponse définitive. En particulier le point de savoir si pour Saussure le syntagme est l’unité linguistique par excellence (le signe, le mot n’étant que des approches pédagogiques de son propre aveu) est bien une question ouverte. Nous ne pouvons cependant apporter ici, dans ce cadre étroit, l’ensemble des citations de Saussure qui conforteraient notre interprétation.

53Pour nous résumer sur ce point, et en fonction de notre objectif fondamental (s’appuyer sur une théorie scientifique cohérente pour traiter en informatique la masse des néologismes) nous pouvons souligner deux points :

  • 1) Tout dans la méthode d’approche saussurienne des faits de langue laissait espérer l’apparition d’un système de mesure qui « algébriserait » les valeurs et là nous sommes amenés à constater l’échec du maître de Genève et de ses épigones structuralistes.

  • 2) Saussure a perçu les phénomènes dinnovation analogique comme une PREUVE des hypothèses sur les concepts de langue/parole/arbitraire du signe, etc... et non pas comme le PHÉNOMÈNE CENTRAL de l’étude d’un système de langue donné.

54Pour prendre un exemple frappant : lancer la recherche linguistique dans le domaine de la connaissance globale du système équivaut à espérer le calcul de l’ensemble des échanges thermiques de notre planète avec un milieu extérieur. Cette étude serait fondée sur les principes de thermodynamique mais en réalité nous ne pouvons posséder les instruments de mesure nécessaires. Nous ne pouvons évidemment parler d’erreur de Saussure mais l’objet sur lequel il applique sa méthode (la langue considérée globalement comme un système) ne permet précisément pas la mesure. Or comme la détermination de l’élément du système (de l’unité linguistique) dépend de la connaissance globale du système il est tout à fait normal de constater que c’est au niveau de l’unité que se situent les plus importantes critiques (le fameux arbitraire du signe)...

55Notre projet est donc d’essayer d’appliquer la méthode saussurienne sur un autre objet détude : le DISCOURS. Les propositions ci-dessous ne sont que provisoires au stade actuel de notre réflexion.

561) Nous postulons que la langue est un outil de transformation du monde et des hommes et non pas un outil de communication. L’apport fondamental en particulier de la psychanalyse de Freud à Lacan, de la réflexion épistémologique sur les processus de découvertes scientifiques et techniques montre que le schéma de la communication est une sorte dabstraction réductive dun rapport plus profond entre les hommes entre eux, entre les hommes et le monde extérieur.

572) Ce point de vue (la langue outil de transformation) permet de fonder en théorie un autre objet d’étude : ce sont les discours produits dans une zone d’activité sociale de transformation du monde et des hommes.
Ces zones peuvent être politiques, sociales, professionnelles, scientifiques, techniques, et à l’intérieur de chaque secteur d’activité d’autres sous-ensembles peuvent être trouvés.

583) Tout changement dans une zone d’activité (événement politique, découverte scientifique, etc...) se répercute dans l’ensemble des discours dont la fonction est de diffuser les significations nouvelles. Ces changements du milieu extérieur sont en même temps le résultat du travail des discours. Toute création de significations nouvelles ne peut s’accomplir que par la mise en jeu d’un système de valeurs donné. L’ensemble des discours à un instant donné de l’évolution du monde extérieur est un LIEU d’échange où s’élaborent les nouveaux paradigmes de signification. En effet, une création lexicale a pour fonction de modifier les rapports associatifs antérieurs.

594) Dans un discours donné, ou un ensemble de discours, la comparaison entre l’état initial des paradigmes de signification et l’état final permet l’étude du système de valeurs qui a produit cette modification.

605) La comparaison des systèmes de production de paradigmes nouveaux entre les différentes zones d’activité d’une part, ou entre deux états différents à l’intérieur d’un même domaine d’activité permettrait de saisir l’évolution éventuelle des différents systèmes de valeurs.

61Pour prendre très schématiquement un exemple dans le domaine politique : Le programme commun est un fait social qui tend à transformer la société. La réintroduction du syntagme « programme commun » dans le vocabulaire politique provoque la réévaluation des rapports associatifs dans l’ensemble de ce champ d’activité. Les unités significatives nouvelles sont issues de l’emploi d’un système de formation où les éléments sont des valeurs. Ces types de formation mesurent l’état du système durant les élections législatives de 1973. Un autre événement extérieur (une autre élection éventuellement du même type) nécessitera la création d’unités nouvelles. La mesure de l’évolution du système sera la différence entre les types de formation.

62Notre conclusion sera extrêmement courte. Dans le débat formel « Pour ou Contre Saussure » nous sommes pour un « autre » Saussure dont l’apport, comme Godel le soulignait dans son introduction, « est loin d’être épuisé, loin de là »...

Haut de page

Bibliographie

Thermodynamique

FERMI, Thermodynamique – Paris – DUNOT, 1937.

GUGGENHEIM, Thermodynamique - Paris - DUNOD 1965.

KASTLER, Thermodynamique – Paris - (Cours de Physique BRUHAT-MASSON) 1968.

Saussure

Cours de Linguistique Générale - Paris - PAYOT 1968.

Cours de Linguistique Générale, Édition critique, préparée par Tullio de MAURO – Paris - Payothèque 1975.

GODEL, Les sources manuscrites du Cours de Linguistique Générale - Genève – DROZ - 1969.

Haut de page

Notes

1 Publiée dans les Actes du Colloque. Linguistische Arbeits Balade 17 et 18, Karl Marx Universistat. Leipzig. 1977.
2 La Nouvelle Alliance. Métamorphose de la science. ILYA PRIGODINE. ISABELLE STENGERS. N.R.F. Bibliothèque des sciences humaines. Nov. 79.
3 Dont l’essentiel a été présenté lors du Séminaire Jean Peytard en déc. 81.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Petroff, « L’autre Saussure », Semen [En ligne], 2 | 1985, mis en ligne le 21 août 2007, consulté le 18 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/semen/4281 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.4281

Haut de page

Auteur

André Petroff

I.U.T. de Ville d’Avray – Paris X - Nanterre
Département de Génie Thermique et Énergie

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search