Navigation – Plan du site

L’inquiétude du discours. Un trajet dans l'histoire de l'analyse du discours : le travail de Michel Pêcheux

Denise Maldidier

Texte intégral

1Je voudrais partir ici de l'épigraphe que j'ai placé au seuil de L'inquiétude du discours1, le livre que je viens de consacrer à Michel Pêcheux : "Ces échafaudages volants sans lesquels la route n'aurait pas pu être parcourue la première fois". A propos des inventeurs de la science, cette phrase, extraite du premier article de Michel Pêcheux (1966, Les Cahiers pour l'analyse) dit d'entrée le Pêcheux que je veux donner à lire, celui qui, vers la fin des années 1960, s'engage dans ce que j'ai appelé "l'aventure théorique" du discours, une aventure menée jusqu'au bout. A distance de la lente construction / déconstruction que j'ai tenté de décrire dans mon livre, je voudrais revenir sur un travail qui ne peut être saisi que dans un parcours, un parcours singulier, mais tout à la fois marqué et scandé par l'histoire.

1. Une conjoncture

2L'histoire est présente au départ : il faut évoquer une fois de plus –succinctement –la conjoncture théorique de la fin des années 1960 en France. Une époque où le structuralisme est triomphant, où la "science" linguistique promet de nouvelles avancées avec l'arrivée notamment de la grammaire générative2. Parallèlement, le marxisme althussérien secoue les pesanteurs de l'orthodoxie, renouvelle la réflexion sur l'instance idéologique et "autorise" l'ouverture du côté de la psychanalyse (l'article d'Althusser "Freud et Lacan" paraît en 1964 dans La Nouvelle Critique). C'est aussi le temps des grandes leçons de l'épistémologie avec l'influence de Bachelard et de Canguilhem. La politique et les vastes desseins intellectuels semblent pouvoir s'accorder. La conjoncture en somme offre les conditions de possibilité de mises en relation nouvelles, d'une pensée "transversale". Elle constitue le terrain sur lequel on voit émerger parallélement entre 1966 et 1968, autour des deux pôles que sont le linguiste Jean Dubois, alors professeur à Nanterre et le philosophe féru d'épistémologie, chercheur dans un Laboratoire de Psychologie Sociale (CNRS) qu'est Michel Pêcheux, une nouvelle discipline "transversale" qui prend nom analyse du discours. De cette double émergence témoignent deux textes-manifestes : la conclusion de Jean Dubois au Colloque de Lexicologie Politique de Saint-Cloud en avril 1968 (en dépit de son titre "Lexicologie et analyse d'énoncé")3 et Analyse automatique du discours, la thèse soutenue par Michel Pêcheux en 1968 et publiée en 1969 chez Dunod.

3Un champ nouveau de recherche se constitue alors en France qui intéresse, autour du nouvel objet discours, des linguistes, des chercheurs en sciences humaines et sociales et des historiens soucieux - on connaît ici le rôle pionnier de Régine Robin- d'ouvrir une problématique du discours sur le terrain même de l'historiographie. Tous ont en commun d'essayer de penser l'autonomie de l'analyse du discours en refusant à la fois un rapport d'application (de la linguistique à un autre domaine) et une intégration pure et simple à la linguistique.

2. La machine discursive (1966-1969)

4Le livre de Michel Pêcheux Analyse Automatique du discours est à la fois la conclusion des réflexions épistémologiques menées depuis 1966 environ avec Canguilhem et Althusser, et le point de départ de "l'aventure théorique du discours". Un livre étrange et déroutant, qui renvoie sans doute au plus personnel, au plus singulier chez Michel Pêcheux, et qui tout ensemble va donner consistance au champ nouveau qui se cherche, contribuer historiquement de façon décisive à la constitution de l'analyse du discours en discipline scientifique.

5Le trajet théorique de Michel Pêcheux est marqué dès le départ par une visée globale, un fantasme de totalité, dont il travaillera douloureusement à se défaire. Son grand dessein s'inscrit en clair dans son premier article paru en 1966 dans Les Cahiers pour l'analyse, la revue de la Rue d'Ulm : "Réflexions sur la situation théorique des sciences sociales et, spécialement, de la psychologie sociale". Sous le pseudonyme de Thomas Herbert, il entend travailler à "articuler" les trois "continents" de la Linguistique, du Matérialisme Historique et de la Psychanalyse. Curieusement, la première réalisation de cette vaste entreprise prendra la forme d'une "machine discursive" (nom qu'il a donné ultérieurement à son analyse automatique du discours). C'est par la construction d'un dispositif informatisé que commence l'aventure du discours ! Passion singulière, intuition géniale en même temps, qui peut empêcher de voir dans toutes ses dimensions l'événement d'Analyse automatique du discours, souvent réduit à son aspect technique. Un livre qui condense déjà tous les aspects de ce que Michel Pêcheux travaille autour du discours, en proposant dans la perspective d'une "théorie du discours" encore à l'état d'ébauche (cf. le titre "Orientations conceptuelles pour une théorie du discours"), la définition de procédures de l'analyse du discours et la première mise au point d'un dispositif informatique. Jusqu'au bout ces trois aspects seront intriqués dans le travail de Michel Pêcheux sur le discours.

6Malgré le brouillage qu'il a lui-même, par son titre provocateur, contribué à entretenir, le livre de Michel Pêcheux est un livre fondateur. Il donne littéralement consistance à l'analyse de discours qui se cherche en ce début des années 1970. J'évoquerai succinctement les points essentiels à mes yeux. Sur le double plan de la théorie et du dispositif.

  • Le concept de discours est forgé à partir d'une réflexion critique sur la coupure fondatrice opérée par Saussure et non sur son dépassement. En appui sur la langue (entendue au sens saussurien du système), le discours reformule la parole, ce "résidu philosophique", qu'il s'agit de débarrasser de ses implications subjectives. Il suppose, selon la formule althussérienne, un "changement de terrain", c'est à dire l'intervention de concepts extérieurs à la linguistique. Le nouvel objet est ainsi défini - et cette position ne variera pas - par un double ancrage dans la langue et dans l'Histoire. Il est pensé sur le mode de la rupture épistémologique avec l'idéologie subjectiviste qui règne dans les sciences sociales et règle la lecture des textes.

  • Au niveau du dispositif, je voudrais m'en tenir à l'introduction, décisive pour toute l'analyse du discours, du concept de conditions de production comme principe constitutif des données discursives ou corpus. Reformulant, on le sait, les évidences empiriques de la communication qu'analyse le schéma jakobsonien, le concept me paraît avoir une double valeur. Une valeur théorique, qui pose la détermination du discours par son extérieur, opérant ainsi un déplacement à l'égard d'un point de vue socio-linguistique qui analyse des co-variances entre deux univers (cf. chez Jean Dubois le renvoi de l'analyse du discours à un double modèle, linguistique et sociologique). Une valeur opératoire, puisque les conditions de production président à la sélection des séquences qui forment l'espace clos du corpus. Le discours est un objet construit, distinct de l'objet empirique, l'enchaînement de phrases produit par un texte ou un sujet.

7Ce concept assure la rigueur de la démarche mise en oeuvre par l'analyse du discours. Mais on le verra plus loin, en même temps qu'il la fonde, il la verrouille.

8Analyse automatique du discours s'achève par une conclusion "provisoire". Le livre de Michel Pêcheux - il le sait - n'est qu'une esquisse. Cela est vrai bien évidemment du dispositif, mais il y a plus. Sur le plan théorique, il ne rompt que partiellement avec ce qu'il combat. Il faut faire la part ici d'une stratégie universitaire qui, à la différence des articles parus dans les Cahiers pour l'analyse, gomme la référence au marxisme et à l'idéologie. Sur le plan épistémologique, le livre garde des traces de l'ennemi affronté : la psychologie sociale, qui ne veut pas savoir qu'elle travaille dans l'imaginaire. En témoigne le célèbre chapitre où s'interrogeant sur les conditions de production du discours, il fait intervenir la notion de "formations imaginaires" (image de la place de A pour le sujet placé en A etc.) opérant un glissement, de la place qui définit la situation objective dans une structure de classe, à "l'image de la place". Un passage qui fera l'objet de l'autocritique sévère de Michel Pêcheux dès Langages 37 élaboré en 1973-74 (cf. L'inquiétude du discours, p. 173-4).

9Quoi qu'il en soit, l'analyse du discours naissante doit beaucoup à Michel Pêcheux. Elle a largement repris le principe de constitution du corpus sur la hase des conditions de production stables et homogènes. Elle a accueilli dans son creuset un certain nombre de termes qui venaient d'Analyse automatique du discours : processus discursifs, mécanisme de production du discours... Traces de Michel Pêcheux dans l'établissement d'une sorte de vulgate d'analyse du discours (au-delà de divergences théoriques réelles) qui s'est implantée en France sous une forme sans doute spécifique. Ce qui explique, sans la justifier pour autant, la fameuse formule de Louis Guespin sur "l'école française d'analyse du discours". Dans l'histoire des pratiques disciplinaires en France, l'irruption de l'analyse du discours a sans doute été, à la fin des années 1960, un événement : l'analyse du discours a proposé aux linguistes un mode d'approche du rapport entre la langue et l'histoire ; elle a fait sortir les marxistes du discours spéculatif de la philosophie du langage.

10Quel que soit le poids du premier livre de Michel Pêcheux dans cet événement, "la machine discursive" n'est que le premier avatar d'une visée globalisante qui cherche à travers le discours des mises en rapport. Elle s'inscrit dans la perspective d'une théorie du discours à laquelle Michel Pêcheux s'attelle avec passion, dans un va-et-vient permanent de la théorie au dispositif. Un second moment s'ouvre qui de 1970 mène aux Vérités de La Palice, le livre de la grande théorie du discours paru en 1975.

3. La théorie du discours (1970-1975)

11J'ai tenté de décrire dans L'inquiétude du discours la lente construction par retouches, avancées, retours critiques de cette théorie du discours. C'est tout un système conceptuel que Michel Pêcheux met peu à peu en place pour penser le discours comme lieu où se noue le rapport entre la langue et l'Histoire. Sa visée s'inscrit désormais clairement dans le marxisme, tel qu'Althusser dans sa relecture du Capital le refaçonne. On peut la dire en une formule : il s'agit de construire une théorie du discours articulée à une théorie des idéologies dans le cadre du Matérialisme Historique. La nouveauté de cette construction, c'est qu'elle travaille un niveau discursif qui, pas plus qu'il ne confond le discours avec la langue, ne fond la langue dans l'idéologie. Aux points de départ de la théorie du discours que Michel Pêcheux élabore, il y a une réflexion sur la langue (et la linguistique) et un approfondissement du travail qu'Althusser mène alors sur l'instance idéologique et l'interpellation du sujet par l'Idéologie (cf. l'article de La Pensée sur les AIE, juin 1970). Du côté de la langue, il faut rappeler que le concept de discours prend naissance à la fois dans l'analyse du recouvrement de la coupure saussurienne langue/parole par le retour triomphant du subjectivisme et dans la critique des sémantiques de la langue et de leurs prétentions universalisantes. Les critiques de Michel Pêcheux dessinent une conception de la langue qui n'est en aucun cas une superstructure mais la base sur laquelle se développent des processus discursifs-idéologiques, le système qui résiste aux entreprises de la logique, comme à celles de la pragmatique. Résolument saussurien depuis le début, il est encore à cette époque sourd à Benveniste qui lui semble redoubler, dans sa théorie de l'énonciation, les illusions subjectives du sujet. La scène de l'énonciation ne peut lui paraître alors qu'une scène imaginaire. Du côté de l'idéologie, la théorie du discours représente une façon de mettre la théorie d'Althusser à l'épreuve de la matérialité langagière. De deux manières qui vont se conjoindre dans Les Vérités de La Palice : par l'ajout d'un niveau discursif au schéma des instances conçu par le philosophe marxiste ; par un retravail sur l'interpellation idéologique qui interroge à la fois l'évidence du sens et le sujet du discours.

12Un long cheminement préside à la mise en place d'une théorie du discours qui est aussi une théorie de la matérialité du sens. Il va de l'introduction du concept de Formation Discursive dans Langages 24 (1971) à la mise en ordre de concepts co-reliés dans Les Vérités de la Palice, le point d'orgue de cette construction.

13De celle-ci, je ne peux rendre compte ici que très succinctement.
Je ne m'arrêterai pas longtemps sur le premier concept, celui qui pourtant est le noyau de la théorie du discours, le concept de Formation Discursive. Que l'expression ait été ou non empruntée à Michel Foucault, le déplacement était important. Déterminant "ce qui peut et doit être dit à partir d'une position donnée dans une conjoncture donnée", la Formation Discursive est posée comme une composante de la Formation Idéologique. (cf. L'inquiétude... p. 24). Loin de Foucault, soupçonné de tenir un "discours parallèle" au Matérialisme Historique, le concept représente une première mise en relation entre l'Histoire vue sous les espèces des rapports de force idéologiques dans les sociétés de classe et la matérialité langagière. Sa reprise dans le champ de l'analyse du discours a souvent justifié les craintes de Michel Pêcheux. Isolé des autres concepts, non travaillé, il a bien souvent donné naissance à des dérives taxinomiques aux antipodes de la dimension historique qui devait le justifier. Une exception notable ici : le re-traitement du concept par Jean-Jacques Courtine dans sa thèse sur "le discours communiste adressé aux chrétiens"4.

14Je voudrais mettre l'accent ici sur ce que, dans ma lecture rétrospective, j'ai considéré comme la clef de voûte du système, le concept d'interdiscours dans sa relation avec le préconstruit, élaboré avec Paul Henry, et l'intradiscours. Ces trois concepts constituent à mes yeux le fond - décisif - de la théorie du discours.

15Postulé dès Analyse automatique du discours (cf. l'idée du non-dit constitutif exprimé par le principe de la double différence, L'inquiétude... p. 130), évoqué dans Langages 37, l'interdiscours fait, dans Les Vérités de La Palice, l'objet d'une formulation prise dans le langage du marxisme-léninisme. Plus simplement, on peut, en s'appuyant sur Michel Pêcheux lui-même, le définir en disant que le discours se constitue à partir de discursif déjà-là, que "ça parle" toujours "avant, ailleurs et indépendamment". Le concept introduit par Michel Pêcheux ne se confond pas avec l'intertextualité de Bakhtine, il travaille l'espace idéologico-discursif dans lequel se déploient les formations discursives en fonction des rapports de domination, subordination, contradiction5. On voit dès lors la relation qui s'institue avec le préconstruit comme point de saisie de l'interdiscours.

16Je veux, sur cette question décisive, m'arrêter un peu plus longuement : Paul Henry et Michel Pêcheux ont élaboré le pré-construit comme alternative à la présupposition, telle que O. Ducrot, au début des années 1970, commençait à la travailler, en reprenant le questionnement du logicien Frege. Envisagée d'un point de vue logique, rappelons-le, la question de la présupposition touche à l'imperfection des langues naturelles dans leur rapport au référent : certaines constructions syntaxiques "présupposent" l'existence d'un référent, indépendamment de l'assertion d'un sujet. Sur le terrain logico-pragmatique où Ducrot se place, les présupposés constituent le cadre dans lequel doit se dérouler le dialogue et, par des effets de stratégie inhérents aux rapports de force institués par le jeu de la langue, le piège dans lequel un locuteur peut enfermer son interlocuteur. En rupture avec cette interprétation logico-pragmatique, Paul Henry et Michel Pêcheux voient dans les structures syntaxiques qui autorisent la présentation de certains éléments en dehors de l'assertion d'un sujet (structures de détermination, relatives, adjectifs...) les traces de constructions antérieures , d'éléments discursifs déjà-là dont on a oublié l'énonciateur. Ainsi, lorsqu'avec un brin de provocation, Michel Pêcheux propose, dans Les Vérités de La Palice, l'énoncé : "Celui qui sauva le monde en mourant sur la croix n'a jamais existé", il oppose au commentaire pragmatico-logique qui met l'accent sur l'absurdité de l'énoncé, l'effet de préconstruit, et par là même d'évidence et de reconnaissance, induit pour tout un chacun par la relative déterminative "celui qui sauva le monde en mourant sur la croix..." Renvoi à du discursif qui se perd dans la nuit des temps et que nous avons toujours su ! Reprise, à l'insu du sujet, de bribes discursives venues d'ailleurs et déjà constituées. Quant à l'intradiscours, s'il correspond au fil du discours, à l'enchaînement empirique dans la séquence textuelle, il en désigne le concept, en relation avec l'interdiscours. Dès Les Vérités de La Palice, en termes encore très abstraits, Michel Pêcheux énonçait ce qui allait devenir central dans les recherches menées après 1980 : la réinscription, toujours dissimulée, dans l'intradiscours, des éléments de l'interdiscours, "la présence d'un 'non-dit' traverse le 'dit' sans frontière repérable" (formule manuscrite de 1982).

17Michel Pêcheux avait d'abord construit une machine discursive pour analyser le discours. La théorie du discours qui s'offre dans Les Vérités de La Palice est une grande machine théorique qui tente de "tenir tout". Sous la domination de l'idéologie dominante et de l'interdiscours, le sens se forme dans la Formation Discursive à l'insu du sujet, qui, ignorant de son assujettissement à l'Idéologie, se croit maître de son discours et source du sens. Dans la construction rigoureuse perce cependant l'inquiétude. Elle parcourt le livre hanté par ce que Michel Pêcheux sait déjà être le fantasme de la totalité. Très vite, le remords théorique va se nourrir de ce qui vient de la conjoncture.

18L'histoire personnelle de Michel Pêcheux rencontre l'Histoire. Le temps de la déconstruction commence.

4. Déconstruction-Reconfiguration. Des tâtonnements (1976-1979) aux reconfigurations (1980-1983)

19Il faut évoquer cette nouvelle rencontre, ici douloureuse, avec l'Histoire. Dès la seconde moitié des années 1970 apparaissent en France les premières craquements, les prémisses de la crise qui aboutit à un véritable retournement de la conjoncture théorique vers 1980. Une crise qui, en France, est peut-être d'abord et surtout, crise de la politique, avec la rupture du Programme Commun en 1977. Cette fracture va de pair avec la dévalorisation du politique, la mise en cause des positivités et des cohérences globalisantes. Le repli sur le privé, le retour du sujet dessinent un horizon nouveau. La crise n'épargne pas le champ de la linguistique où la critique des linguistiques formelles ouvre sur le déferlement, longtemps retardé, il est vrai en France, de la pragmatique anglo-saxonne, l'engouement pour les linguistiques de l'énonciation, les approches textuelles, la lecture pandialogique d'un Bakhtine soudain redécouvert.

20Au lendemain de la parution des Vérités de La Palice, Michel Pêcheux amorce, dans le contexte qui va devenir de plus en plus prégnant, la lente déconstruction de la machine théorique qu'il a si bien construite. J'ai décrit dans mon livre un temps de tâtonnement de 1976 à 1979, puis après le Colloque Matérialités Discursives tenu à Nanterre en 19806, un nouveau départ : le travail collectif mené dans le sein du groupe de recherche qu'il a créé et qu'il animera jusqu'à sa mort en 1983, le groupe de Recherche Coopérative Programmée du CNRS (RCP) Analyse De Discours Et Lecture d'Archive : ADELA, marque le point extrême de cette déconstruction qui est la reconfiguration d'une possible nouvelle analyse de discours.
Je voudrais tenter ici d'abord de cerner "ce qui ne peut plus durer" dans le couple théorie/analyse du discours qu'il a constitué.

21Dès Février 1978, Michel Pêcheux rédige un texte de remords théorique qu'il place sous le patronage de Lacan en lui donnant pour titre :"Il n'y a de cause que de ce qui cloche". Ce sera beaucoup plus tard l'Annexe III de la traduction anglaise des Vérités de La Palice parue en 1982.

22La "rectification" touche au principe même de la grande construction théorique. Elle met à mal le fantasme de totalité. Le projet de démonter les mécanismes de l'interpellation, de débusquer le narcissisme du sujet débouche en fin de compte sur la double forclusion du sujet et de l'histoire. Tant sur le plan individuel que sur le plan de l'histoire, la machine ne fait pas de place aux failles et aux ratés. Le sujet est trop bien assujetti, l'idéologie dominante domine trop bien. La singularité du sujet, tout comme celle de l'événement, sont exclues de cette construction qui finalement reste dans la double maîtrise de l'Homme et de l'Histoire. Dans la clôture du sens.

23"Il n'y a de cause que de ce qui cloche" contient une autocritique qui pouvait mener à l'abandon.

24Michel Pêcheux n'est pas de ceux qui renoncent. Au tournant des années 1980, avec ceux qui l'ont depuis toujours suivi dans l'aventure du discours, avec d'autres aussi qui représentent une ouverture vers des disciplines dont la pensée "transversale" a souvent ridiculisé le "provincialisme" (historiens, sociologues, ethnologues...), il se remet au travail. Il s'agit, pour rendre possible une reconfiguration du discours et de l'analyse du discours, de se ressourcer, d'entendre ce qu'on ne voulait pas entendre. Et ce sont là des lectures nouvelles, tardivement abordées :Michel de Certeau, Wittgenstein, l'ethnométhodologie... ou envisagées d'un oeil nouveau : Michel Foucault. Il s'agit aussi de sortir des sentiers battus par l'analyse du discours, des textes élus par elle (le fameux discours politique, "discours doctrinaire" lié historiquement en France à la structure de certains partis politiques) pour aller vers d'autres formes discursives : celles des discours non légitimes, des idéologies dominées, la rumination des discours ordinaires, le conversationnel, le carnavalesque, d'affronter la diversité de l'archive, de travailler sur les traces de la mémoire et notamment, sur cette "mémoire de l'histoire" qui sillonne l'archive-non écrite des discours souterrains.

25Ce travail, qui va de pair avec un incessant retour critique sur la théorie et la machine discursive qui en est le laboratoire, débouche sur une reproblématisation du discours dont les thèmes sont étroitement enchevêtrés. Effet prévisible de la consistance même du système. De proche en proche, les éléments qui avaient constitué l'analyse du discours sont mis en question ; une série de réorientations se dessine.

26L'AD, à travers la construction de ses corpus et la place méthodologique faite à la paraphrase, était tournée vers la répétition, le même et l'homogène. ======> Elle doit désormais donner le primat à l'autre sur le même, travailler l'hétérogénéité.

27L'AD se plaçait centralement sous le concept d'interdiscours. =======> Elle doit, à travers l'étude de la séquentialité, faire enfin travailler le rapport inter/intra-discours.

28L'AD, tournée vers la répétition, s'intéressait à l'Histoire avec un grand H, aux structures plutôt qu'aux événements. ======> Elle doit affronter désormais les aléas de l'histoire, les histoires singulières, l'événement.

29Toujours présentes aux deux bouts de la chaîne, la langue et l'histoire qui sous-tendent cette reproblématisation ne sont plus identiques à ce qu'elles étaient pour Michel Pêcheux avant 1975. J'ai dit plus haut ce qu'il en était de l'intérêt nouveau de Michel Pêcheux pour le travail concret des historiens, les historiens des mentalités en particulier. Quant à la question de la langue, elle n'a jamais cessé de le hanter. Dans ces années, il l'aborde en s'intéressant aux linguistes qui, telles Judith Milner, Almuth Grésillon, Jacqueline Authier, travaillent aux limites de la langue et du discours, en se tournant vers les recherches, relativement nouvelles alors, sur la discursivité (cf. Ducrot, Les mots du discours, 1980). Il l'aborde également par le biais d'une interrogation historique et épistémologique qu'il mène avec Françoise Gadet sur "ce qui travaille la linguistique" : La Langue Introuvable7 défend contre le cognitivisme et le biologisme qui marquent la nouvelle conjoncture, une conception milnérienne de la langue, avec son équivoque constitutive, son point de poésie, ses failles. Une formulation nouvelle apparaît qui, opposant les "univers discursifs logiquement stabilisés", de l'espace des mathématiques, des technologies et des dispositifs de gestion, aux "univers discursifs non stabilisés logiquement" de l'espace socio-historique, définit dans le nouveau contexte le domaine d'une nouvelle analyse de discours.

30Que pouvait être cette nouvelle analyse de discours pour Michel Pêcheux ? J'évoquerai pour finir les reconfigurations que dessine le travail collectif de la RCP ADELA et que formulent les derniers textes de Michel Pêcheux.

31Dans le domaine des concepts, l'interdiscours, que j'ai posé comme clef de voûte du système, reste central avec ses corrélats, le précontruit et l'intradiscours. Mais un bougé vient de l'hésitation qui semble affecter l'interdiscours, dès lors que le concept de "domaine de mémoire" introduit par Jean-Jacques Courtine8, à la suite de Michel Foucault, entre en concurrence avec lui et en paraît parfois le simple substitut. Remaniement important, eu égard aux positions de départ sur la question du sujet, mais qui permet peut-être, en affaiblissant le concept, de le faire travailler et d'esquisser un déblocage du côté du sujet. Comme on pouvait le pressentir, la Formation Discursive, toujours soupçonnée de mener vers des dérives taxinomiques et de nourrir une pensée de l'homogène, est fortement mise en question.

32Mais la reconfiguration affecte essentiellement le dispositif, si bien construit, de la première analyse du discours. Celui-ci mettait en oeuvre les orientations théoriques fondamentales vers l'interdiscours, vers le répétable, donc le même. Le concept de conditions de production en particulier réglait le rapport de détermination du discours par un extérieur pensé en termes d'idéologie, il était directement producteur d'homogénéité, responsable donc du "ratage de l'hétérogène".

33Comment repenser le dispositif pour sortir du schéma initial de mise en relation, sous le signe de la Science, entre un métadiscours marxiste et des textes pré-découpés sur la base de savoirs ? Comment concevoir un dispositif qui permette l'émergence de positions de sujet ? Michel Pêcheux aborde la question dans un très beau texte, écrit en 1983, "Analyse de discours : Mois époques". C'est ici la troisième époque de l'analyse de discours, celle de le "déconstruction des machineries discursives". Il faut déstabiliser le dispositif rigide de l'analyse de discours. Critiquant la procédure par étapes, à ordre fixe : corpus, description, interprétation, Michel Pêcheux, lui oppose une démarche en spirale, cumulative. L'informatique, qu'il avait mise au service de sa visée théorique, revêt une nouvelle valeur, proprement heuristique. Ceci avait été rendu possible par le rencontre de l'équipe informatique de l'UQAM, animée par Pierre Plante, le concepteur et constructeur du logiciel DEREDEC, vers 1981-19829. Il s'agit désormais de construire des "machines paradoxales" qui permettent, par un mouvement incessant la production de nouveaux moments de corpus, la formulation de nouvelles hypothèses, l'ouverture de nouveaux trajets à la découverte des réseaux qui constituent l'énoncé. Par un étrange cheminement, Michel Pêcheux retrouve à la fin le Foucault qu'il n'avait pu rencontrer.

34Evanoui le fantasme scientiste, l'analyse de discours est devenue une discipline interprétative. Ni programme, ni méthode, elle demeure comme une problématique. Par un processus à la limite infini, elle invite à construire des objets discursifs dans une triple tension entre la systématicité de la langue, l'historicité et l'interdiscursivité. Au bout du trajet, il y a une place pour le sujet, mais le discours résiste à la subjectivisation. "Face aux interprétations sans rivages dans lesquelles l'interprète se pose comme point absolu, sans autre ni réel, il s'agit là pour moi d'une question éthique et politique : une question de responsabilité." Ce sont les derniers mots de la dernière Communication de Michel Pêcheux (juillet 1983).

Haut de page

Notes

1 L'inquiétude du discours, textes de Michel Pêcheux, choisis et présentés par Denise Maldidier, Editions des Cendres, 1990.
2 Cf. N. Ruwet, Introduction d la grammaire générative, Pion, 1967.
3 Cahiers de Lexicologie, 1969-II, Didier-Larousse.
4 Langages 62, Analyse du discours politique, 1981.
5 Cf. J. Guilhaumou, D. Maldidier, R. Robin "Jalons dans l'histoire de l'analyse de discours en France : un trajet des historiens du discours", Discours Social /Social Discourse, 1989, vol. 11, number 3, Montréal.
6 B. Conein et al., Matérialités Discursives, Presses Universitaires de Lille, 1981.
7 F. Gadet, M. Pêcheux, La langue introuvable, Maspéro, Coll. "Théories", 1981
8 Op. cit.
9 Cf. "Le système de programmation DEREDEC" dans Mots 6, 1983.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Maldidier, « L’inquiétude du discours. Un trajet dans l'histoire de l'analyse du discours : le travail de Michel Pêcheux », Semen [En ligne], 8 | 1993, mis en ligne le 21 août 2007, consulté le 24 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/semen/4351

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page