Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22Effacement énonciatif et diffract...

Effacement énonciatif et diffraction co-textuelle de la prise en charge des énoncés dans les hyperstructures journalistiques

Jean-Michel Adam et Gilles Lugrin

Texte intégral

1La « responsabilité énonciative » est une notion éthique et juridique qui, si on la redéfinit énonciativement, peut être linguistiquement abordée à partir de son noyau constitutif : (a) la construction d’une représentation discursive (dorénavant Rd), (b) la prise en charge énonciative de cette Rd ou point de vue (dorénavant PdV) et (c) la valeur illocutoire des actes de discours, inséparable de l’orientation argumentative des énoncés. Dans la perspective de l’analyse textuelle des discours, nous ajoutons à ces trois composantes complémentaires les différentes formes de liages des énoncés au sein du texte dans lequel ils sont insérés (Adam 2005 : 65-84). Mais il faut encore élargir cette co-textualité étroite (interne à l’unité texte) aux relations entre textes co-présents dans une même aire scripturale-éditoriale.

2Notre contribution s’inscrit dans le cadre de nos travaux d’analyse du discours journalistique. Notre étude de la spécificité du texte journalistique et des genres de la presse écrite nous a poussés à prendre en compte les différentes modalités de regroupement des articles dans des ensembles comme les hyperstructures (Adam & Lugrin 2000  ; Lugrin 2000a & 2001). Cette approche des hyperstructures de presse écrite est le versant non littéraire de la réflexion théorique que nous menons par ailleurs sur la redéfinition du concept de texte et, en particulier, sur les relations de co-textualité entre textes réunis au sein d’une même aire matérielle scripturale : recueils de contes, de nouvelles ou de poèmes.

3Les procédures d’effacement énonciatif, qui permettent de présenter un article comme ne relevant pas des genres de « l’opinion » (éditorial, chronique, billet d’humeur) mais de « l’information » (reportage, dépêche, brève, etc.), doivent être abordées dans le cadre plus général des aspects linguistiques de la construction de l’information de presse et de l’opposition entre « énonciation objectivisée » et « énonciation subjectivisée » (Moirand 2000). En centrant notre propos sur la topique énonciative des hyperstructures journalistiques, nous souhaitons prolonger les réflexions linguistiques du n°156 de Langages (2004), dirigé par Alain Rabatel. Comme lui, nous pensons que l’effacement énonciatif demande des descriptions fines de données textuelles (2004 : 12). Nous voulons également appuyer les propositions de Gilles Philippe (2002) sur « L’appareil formel de l’effacement énonciatif et la pragmatique des textes sans locuteur ». Enfin, notre étude s’inscrit dans le prolongement de Sophie Marnette (2004). Comme elle le dit, dans la partie « information » des journaux, on pourrait penser que le journaliste-L1 adopte une position de « sous-énonciateur » au profit des sources énonciatives l2, l3, etc. qu’il convoque. L’étude de la régie de ces discours représentés montre que le journaliste-L1 peut fort bien se placer, en fait, en position de « sur-énonciateur » et jouer très subtilement sur les possibilités offertes par la polyphonie linguistique. Ces positions sont souvent distribuées dans un groupe d’articles co-textuellement liés. Pour le montrer, nous procèderons à la micro-analyse linguistique de deux hyperstructures de la presse contemporaine suisse romande.

1. Hyperstructure, co-textes et icono-textes

4L’hyperstructure est une forme d’écriture journalistique qui tend à se généraliser et qui désigne un niveau intermédiaire de structuration des textes journalistiques, situé entre le journal et l’article. À notre connaissance, E. U. Grosse et E. Seibold (1996) ont été les premiers à avancer ce concept que nous avons repris et inscrit dans le cadre de nos réflexions théoriques sur le concept de texte, ses frontières péritextuelles et les relations de co-textualité entre textes et iconotextes1 réunis dans une même aire scripturale. En choisissant cette désignation, ils affilient cette tendance observée à la fin du XXème siècle au développement des médias électroniques (Grosse et Seibold 1996 : 54). Dans un même ordre d’idée, Jacques Mouriquand a souligné le fait que les journaux ont tendance à éclater de plus en plus leurs articles « en de multiples petits modules » (1997 : 109) et à proposer une « construction du message informatif » qui associe étroitement des unités sémiotiques non seulement verbales, mais iconiques et verbo-iconiques.

5De manière générale, on observe deux tendances majeures de l’évolution de la presse écrite. D’une part un éclatement des articles en modules plus courts, afin de rendre leur identification plus rapide et plus aisée et de favoriser une lecture partielle et sélective du journal. Dans Lugrin (2001), nous avons également montré que le développement des hyperstructures s’accompagne d’un très sensible renforcement des genres. Il ne s’agit donc pas seulement d’une volonté de réduire la longueur moyenne des articles, mais aussi d’augmenter le nombre d’entrées possibles dans un sujet afin de favoriser la lecture sélective et mosaïque. D’autre part un développement du visuel, qui ne concerne pas que la mise en page. Jacques Mouriquand remarque que les journaux ont tendance à réduire la part des articles au profit d’une « scénarisation de l’actualité » (1997 : 12) dans laquelle la photographie et l’infographie jouent un rôle déterminant.

6Nous définissons l’hyperstructure comme une structure co-textuelle2 regroupant, au sein d’une aire scripturale n’excédant pas la double page, un ensemble de textes-articles accompagnés la plupart du temps par des iconotextes photographiques et/ou infographiques (Lugrin 2000a : 35). Ces co-textes, qui portent sur un même événement médiatique, sont généralement unifiés par un titre général (accompagné souvent d’un sous-titre assez étendu pour être considéré comme un chapeau), par un article dominant ou hyper-article et par un cadre délimitant le périmètre de l’hyperstructure. Au-delà de la double page, on entre dans le dossier, plus éclaté et potentiellement beaucoup plus complexe. Nous pouvons dire que le texte de presse doit être considéré sur une échelle de complexité qui va de l’article simple au dossier de plusieurs pages, en passant par l’article composé (article et photo illustrative avec légende référentielle laconique) et par l’hyperstructure élémentaire (demie page) ou complexe (une ou deux pages, associant plusieurs articles et une ou plusieurs infographies et/ou photographies avec légende plus ou moins développée).

7Les iconotextes jouent un rôle important dans l’hyperstructure. Leur développement suit celui de l’infographie :

8Le succès de la visualisation de l’information a donné naissance à une nouvelle discipline, « l’infographie ». Elle mélange des dessins à quelques mots clés, au mieux à quelques phrases. Elle sait, mieux que de longs développements, condenser des concepts ou des évolutions difficiles à comprendre dans des schémas. (Mouriquand 1997 : 13)

9Le terme infographie, contraction américaine de Information + Grafics en Infografics, apparaît au début des années 1980 (Chappé 1993). Bien que ce terme désigne à l’origine une mise en forme graphique de l’information, il renvoie aujourd’hui à tout graphique produit à l’aide d’un outil informatique. L’infographie représente exemplairement les genres de l’information à tendance objectivisante et, comme nous le verrons plus loin, elle peut être considérée comme une forme iconique de l’effacement énonciatif. Les infographies journalistiques sont iconiquement proches de celles que l’on peut rencontrer dans les encyclopédies et les manuels de sciences, de géographie ou d’histoire. Cette ressemblance graphique confère une connotation de description scientifique objective à ces unités de l’hyperstructure. Le fait que les infographies de H2 soient signées de l’Agence Télégraphique Suisse (« ats-infographie ») confirme le fait que l’infographie est aujourd’hui considérée comme les autres articles et diffusée par les mêmes agences que les textes et les photographies.

10La photographie, par sa nature indicielle, peut paraître endosser également l’apparence de l’objectivité : « Le projet de se présenter comme un pur lieu d’enregistrement de la réalité explique le recours de plus en plus fréquent aux photographies, créditées par les représentations sociales d’une grande “objectivit锫 (Lochard & Boyer 1998 : 50). Mais on voit bien ce qui sépare les deux photographies de notre corpus. La première (H1), qui couvre un très large espace (plus de quatre colonnes), est, comme l’indique sa légende, centrée référentiellement sur le premier des locuteurs seconds cités dans A2. Elle permet de pointer d’un geste et d’attester ainsi de l’existence du lieu incriminé et représenté par l’infographie. La photographie détourée de la seconde hyperstructure (H2) est pour sa part à dominante connotative. En l’absence de légende, la main qui tient un volatile par le cou est d’une part liée au titre principal : « La volaille aux abris ». Cette illustration photographique met ainsi en avant le contrôle que la main de l’homme doit désormais exercer sur les volatiles. Renvoyant par ailleurs à l’éventuel abattage des volailles, elle thématise visuellement le fait de leur « tordre le cou ». Excédant largement les limites de la représentation référentielle du monde du texte, cette photographie est donc loin de la signification objectivisante de l’infographie.

2. Hyperstructure par éclatement d’une unité et illusion de l’objectivité des représentations du PdV pour et du PdV contre

11Deux types d’hyperstructures de base doivent être distingués. Un premier type d’hyperstructure est le produit d’un éclatement et d’une redistribution d’un article de base en sous-unités (H1). Cet éclatement permet de diminuer la longueur des articles, la plupart du temps signés par le même journaliste, et d’offrir différentes portes d’entrées à la lecture, qui s’en trouve ainsi facilitée. Le second type d’hyperstructure (H2) se présente, en revanche, comme un regroupement d’articles complémentaires provenant généralement de sources différentes. Nous allons nous intéresser à l’organisation de la topique énonciative dans un exemple de chacun de ces deux types de base.

12L’hyperstructure H1 est tirée du quotidien suisse romand 24Heures des 7 et 8 mars 1998 (page 25)3. Cet ensemble rédactionnel a trait à des risques de coulée de boue, sur la rive droite de la plaine du Rhône, dans la région d’Yvorne. On peut parler d’hyperstructure dans la mesure où l’article principal, sur cinq colonnes, que nous pouvons considérer comme l’article principal ou hyperarticle (A1), est doublé de deux articles sur une seule colonne : A2 dans un encadré sur fond tramé rouge et A3 sur fond tramé jaune. À cela s’ajoute l’importante photographie dont nous avons parlé plus haut et une infographie en bas à gauche. Les trois articles étant signés par la même journaliste (« Martine Bernier »), nous pouvons considérer cette hyperstructure comme le résultat d’un allègement de l’article principal. Il s’agit, en fait, d’une application très classique de la loi de distribution binaire des sources citées selon le principe de présentation du pour et du contre. D’un point de vue énonciatif et argumentatif, cette distribution des PdV antagonistes dans des unités circonscrites participe de l’effet d’objectivité recherché stratégiquement et enseigné dans toutes les rédactions.

13Si l’on suit Cyril Lemieux (2000  ; 2004), on observe par ailleurs que la journaliste se plie de manière quasi caricaturale aux règles journalistiques dérivées « de la grammaire publique ». Adoptant une position énonciative détachée – répondant aux exigences d’objectivation et d’exhaustivité de la pratique journalistique d’information, avec tout ce qu’elle peut avoir de subjectif –, la journaliste favorise la polyphonie, par une démultiplication des PdVs antagonistes (A2 et A3), eux-mêmes colorés de recoupements, qui consistent à faire appel à des sources distinctes. En ce sens, cette hyperstructure est un témoin exemplaire de ces règles auxquelles les journalistes ne peuvent que difficilement déroger.

Hyperstructure n° 1 (H1)

Hyperstructure n° 1 (H1)

14L’hyperarticle (A1) est dominé par le présent  ; un présent autour duquel pivotent l’information rétrospective (historique des événements passés) et l’information prospective (indication au futur des résultats attendus de l’étude commandée par la Municipalité). Malgré ces tiroirs verbo-temporels caractéristiques de l’énonciation de discours, un certain effacement énonciatif maintient le locuteur premier L1/E1 à distance et confère à l’ensemble de l’article un ton relativement objectif. L’article s’ouvre certes sur une allusion dramatisante à toutes les catastrophes naturelles récentes et situées plus loin dans l’imaginaire des lecteurs suisses romands : « La montagne va-t-elle s’abattre sur le camping du Clos de la George, près d’Yvorne ? ». Un tel titre fait allusion à un événement proche géographiquement et temporellement : « La commune d’Yvorne ne veut pas d’un second Pissot et prend des mesures ». Vers la fin de l’article A1, cette allusion est précisée : « Sans pour autant être gagnée par la psychose du Pissot, qui avait provoqué d’énormes dégâts du côté de Villeneuve en août 1995, l’Exécutif se veut prudent ». Bien sûr tout cela renvoie aussi, dans la mémoire (inter)discursive des lecteurs romands, aux légendes issues d’éboulements catastrophiques comme ceux survenus à Derborence en 1714 et 1749 et au roman que C. F. Ramuz en a tiré, en 1936 : Derborence. Malgré cet appel à un imaginaire catastrophique, la journaliste-locutrice (L1) ne prend pas en charge les réponses à la question qu’elle pose. Elle adopte une stratégie qui consiste à rappeler les faits et à distribuer la parole. Les avis opposés ne sont que suggérés vers la fin de l’hyperarticle A1 : « Pour certains, la digue non entretenue serait la cause du débordement de 1996. Ce que réfutent les spécialistes du Service cantonal des eaux ».

15Chacune de ces deux phrases donne lieu à un article secondaire. La première phrase est expansée dans l’article A2, intitulé « La faute à la digue ! », qui retranscrit d’abord les paroles d’un certain Willy Nüfer (l2), responsable d’un camping de la région représenté sur la photographie. La seconde partie de A2, après un intertitre aux apparences très objectives : « Etat des lieux », rapporte les propos d’André Bonzon (l3), préfet du district d’Aigle et propriétaire d’une caravane dans le camping en question. La deuxième phrase correspond au second encadré (A3), intitulé « Des risques à définir », qui rapporte les propos d’un quatrième locuteur (l4) : « Au Service cantonal des eaux, François Matthey, chef de la division hydraulique, est d’accord pour dire qu’il ne faut pas entretenir un climat de psychose. A ses yeux la digue n’est pas en cause ». Soit une reprise en écho de la réfutation annoncée par la deuxième phrase de A1 citée plus haut.

16Le titre de A2, « La faute à la digue ! » est énonciativement marqué par l’exclamation et, de ce fait, on peut hésiter à l’attribuer au PdV de L1/E1 ou au point de vue d’un autre énonciateur, ce qui ferait de ce titre une citation sans guillemets des propos de l2 et/ou l3. Mais ce titre est par ailleurs surdéterminé par l’intertexte de la chanson de Gavroche dans Les Misérables de Victor Hugo : « Je ne suis pas notaire, / C’est la faute à Voltaire  ; / Je suis petit oiseau, / C’est la faute à Rousseau. […] Je suis tombé par terre, / C’est la faute à Voltaire  ; / Le nez dans le ruisseau, / C’est la faute à Rousseau. » Cette forme de « particitation » a été analysée par Dominique Maingueneau (2004 :15) comme un régime spécifique de citation : des énoncés autonomisés qui font partie du Thésaurus d’un groupe socio-linguistique donné dont la simple évocation garantit le sentiment d’appartenance. Au lieu de se rapprocher des PdV de l2 et l3, la journaliste-locutrice L1 s’en distancie de deux façons. D’un point de vue formel, elle autonomise soigneusement leurs propos, en disposant les deux interventions sur le même modèle : introduction de régie (a), synthèse des paroles de l2 par le discours citant (b) et enfin paroles citées en DD (c) : « (a) Selon Willy Nüfer, responsable du camping de la George qui a subi le torrent de boue, en 1996, (b) c’est la digue qui est la grande responsable. (c) “DD”«. Même structure pour le deuxième locuteur cité (l3) : « (a) Résident occasionnel du camping concerné où il possède une caravane, le préfet du district d’Aigle, André Bonzon, (b) a lui aussi tendance à incriminer la digue (c) : “DD”«.

17Mais c’est surtout par sa façon de conclure un article pourtant réservé à la relation des paroles des deux opposants que la journaliste manifeste une position cachée. Elle conclut par deux phrases qui renvoient ce qui précède à une expression subjective émotionnelle : « Les premières constatations établiront en juin le rôle réel de la digue. Puis, cette étude sera prolongée sur le terrain pour observer comment évoluent les niveaux de l’eau ». Ce récit au futur est un écho co-textuel de la section au futur de l’article principal : « Une étude commandée par la Municipalité permettra de déterminer, pour le mois de juin, quelles décisions seront à appliquer […] ». La conclusion de A2 renvoie surtout au passage de DD – le seul de A1 – placé en clôture de l’hyperarticle : « Comme l’indique Christian Richard, secrétaire communal : “Il s’agit d’aller au terme de l’étude commandée afin de définir les risques éventuels, pour assurer la sécurité de la population”, commente-t-il ». La surprenante sur-attribution des paroles au secrétaire communal (« Comme l’indique », « commente-t-il ») est symptomatique d’une volonté de la journaliste-locutrice (L1) de donner l’impression de ne pas prendre parti dans le débat. Cependant les similitudes des conclusions de l’hyperarticle A1 (DR d’un locuteur l5) et de l’encadré A2 (énoncés de L1 renvoyant à la position des autorités communales) tendent à démontrer une adhésion de la journaliste-locutrice au PdV1 de la voix officielle l5 renforcé par l’expert l4. Ce qui peut nous inciter à relire le point d’exclamation du titre intertextuel de A2 comme une mise à distance ironique doublement citationnelle : mise en scène du PdV2 de l2 et de l3 et allusion intertextuelle à la chanson de Gavroche. L1 se dédoublerait alors en deux énonciateurs, E2 prenant en charge le PdV exprimé par l’énoncé exclamatif et E1 ne l’assumant pas. La journaliste locutrice L1 marquerait ainsi, par la polyphonie, sa distance par rapport au PdV de E2. Le titre se fait ainsi jeu de mots polyphoniquement non assumé.

18C’est en conséquence bien ici une volonté de distinction et de distribution des PdV antagonistes qui a conditionné l’éclatement, sous la même signature, de l’hyperstructure en trois articles co-textuellement liés. L’article A3 reproduit la même structure de parole que A2 : introduction de régie (a), synthèse des paroles de l2 par le discours citant (b) et enfin paroles citées en DD (c). L’intertitre « Avis d’expert » confère un poids de vérité au DR de l4 et donc à A3. L’ensemble co-textuel de l’hyperstructure, en mettant en scène des avis divergents soigneusement distribués dans deux encadrés distincts, donne l’impression que la journaliste-locutrice (L1) ne donne pas son opinion et se met en position de sous-énonciation par rapport aux opinions représentées : PdV2 contre de l2 et de l3, et PdV1 pour de l4 et de l5. L’effacement énonciatif de la journaliste-locutrice L1 se fait au profit du PdV1 des autorités communales. Ce choix qui n’a rien d’objectif est signalé en particulier par la position stratégique du DR de l5 en clôture de l’hyperarticle A1 et de sa reprise à la fin de A2, dans une sorte de narration au futur assumée par L1. On est tenté d’interpréter contrastivement le conditionnel de : « Pour certains, la digue non entretenue serait la cause du débordement de 1996 » et le futur employé tant dans A1 qu’à la fin de A2 comme une différence de distance énonciative : distance marquée par le conditionnel médiatif journalistique (Guentcheva 1996, Haillet 1995) relatif à PdV2 et absence de distance dans l’emploi du futur catégorique relatif à PdV1.

3. Variations des positions énonciatives dans une hyperstructure regroupant des articles

19Le quotidien suisse romand Le Courrier du 16 février 2006, consacre une pleine page (page 5) à la grippe aviaire4 :

Hyperstructure n° 2 (H2)

Hyperstructure n° 2 (H2)

20Les deux iconotextes infographiques i1 et i2 qui surplombent l’hyperstructure sont autonomisés au point de comporter chacun un titre sur fond noir : « Grippe aviaire – voies d’infection possibles », d’une part, et « La grippe aviaire arrive en Europe occidentale », d’autre part. Ces infographies sont, comme nous l’avons dit plus haut, signées (« ats-infographie ») comme les autres articles de l’hyperstructure. Cela ne les empêche pas d’apparaître iconiquement et linguistiquement comme du discours scientifique désembrayé :

21• Fréquence des énoncés monorèmes et nominaux : « volailles », « hommes », « virus humain » (i1), « cas confirmés de décès humains » (i2), « Nouvelle souche très contagieuse », « Infections fréquentes par le contact étroit entre animaux et hommes » (i1).

22• Structures nominales parataxiquement liées : « Grippe aviaire – voies d’infection possibles » (i1), « Pays touchés, date du premier cas » (i2).

23• Assertions au présent des énoncés de vérités scientifiques, totalement débrayés : « La transmission du virus de l’oiseau à l’homme est possible, mais survient très rarement » (i1), ou faiblement embrayés (temporellement) : « La grippe aviaire arrive en Europe occidentale » (i2).

24Comme le dit Gilles Philippe, de nombreux textes doivent être considérés comme référentiellement débrayés de leur instance d’énonciation : « Ils ne fonctionnent que parce qu’ils effacent toute référence à une quelconque situation d’énonciation » (2002 : 26). Les infographies de H2 sont des iconotextes de vulgarisation scientifique dont on peut dire qu’ils « n’ont de pleine autorité que parce que l’effacement de toute référence à une situation d’énonciation autonomise le contenu prédiqué de tout locuteur. […] S’il invitait à la représentation de sa situation d’énonciation, le texte scientifique changerait de statut, se ferait affirmation d’hypothèses et non exposé d’un résultat qui n’est plus prêté au débat » (Philippe 2002 : 27). Si l’hyperarticle A1 est caractérisé par une certaine présence d’un locuteur-énonciateur premier (renvoyant aux trois journalistes signataires cités), les articles secondaires présentent une gradation de l’effacement énonciatif qui prolonge les propriétés énonciatives des iconotextes infographiques. C’est ce que nous allons essayer de décrire dans le détail des enchaînements internes à chacune des sous-unités de l’hyperstructure.

3.1. Remplacement du DR par le résumé des propos et effacement énonciatif dans l’article A2

25Le premier paragraphe apparaît comme un chapeau dessinant le contexte (« alors que ») des événements. Malgré des choix lexicaux qui insistent sur la gravité des événements (en particulier la reprise de « grippe aviaire » par « maladie meurtrière »), l’article se présente comme un rapport factuel de faits et d’événements de parole. Comme son titre l’indique par une métonymie du lieu caractéristique des titres de presse (« Bruxelles »), les institutions de l’Union Européenne ont donné des consignes fermes (« ordonne ») que l’on s’attend à voir détaillées et citées dans l’article. En fait, celui-ci se présente comme une simple relation, faiblement commentative, de la succession des décisions prises (« hier » et passé composé) et à venir (« aujourd’hui » et conditionnel modalisé par le verbe devoir).

(H2-A2)

Bruxelles ordonne aussi le confinement

Bruxelles

Tanguy Verhoosel

Alors que les foyers de grippe aviaire se multiplient en Europe, les Vingt-Cinq redoublent de précaution afin d’éviter que la maladie meurtrière, à laquelle n’ont succombé que des oiseaux sauvages dans l’Union (UE), ne se répande dans les élevages de volailles.

Dans ce contexte, Bruxelles a ordonné un confinement général des volailles élevées en plein air sur l’ensemble des territoires des membres de l’UE. Ces mesures vont plus loin que ne l’exigent celles que les Vingt-Cinq ont adoptées à la fin de 2005. Elles imposent en outre aux Etats d’établir une « zone de surveillance » de dix kilomètres autour des foyers de grippe aviaire et, à l’intérieur de celle-ci, de créer un périmètre « de sécurité » de trois kilomètres où l’enfermement des volailles est obligatoire.

Hier, les experts vétérinaires des Vingt-Cinq ont de leur côté décidé d’étendre, jusqu’au 31 juillet, à l’ensemble des pays non-membres du club communautaire une interdiction d’exporter vers l’Union des plumes (destinées à la literie) non traitées contre les agents pathogènes. L’embargo frappait déjà six pays dont la Turquie.

Les Vingt-Cinq ont également commencé à débattre d’une possible vaccination des volailles d’élevage et adopté une proposition de la Commission sur le cofinancement, par l’Union, des plans nationaux de dépistage de la grippe aviaire que les Etats doivent respecter. Près de trois millions de francs seront octroyés par l’UE, en 2006, pour effectuer des tests sur 60 000 oiseaux sauvages et 300 000 volatiles domestiques.

Aujourd’hui, le Comité permanent de la chaîne alimentaire et de la santé animale de l’UE devrait décider de la marche à suivre au cas où l’épizootie de grippe aviaire atteindrait malgré tout les élevages. Un abattage systématique des volailles dans les exploitations contaminées devrait être imposé, ainsi qu’une destruction de tous les œufs qui y sont produits.

Pour rappel, l’UE est le troisième exportateur mondial de volailles, derrière le Brésil et les Etats-Unis. Son chiffre d’affaire annuel : 30 milliards de francs.

26Ce texte, qui ne comporte pas de DD ni de DI explicites, présente toutefois deux îlots textuels (« zone de surveillance » et « de sécurité ») qui, malgré l’effet très local d’hétérogénéité et de mise à distance énonciative, ne paraissent pas énonciativement hétérogènes à la phrase dans laquelle ils apparaissent. Le DD et le DI sont remplacés par un rapport-résumé de propos et la présence des deux îlots textuels produit un effet d’objectivité citationnelle qui rebondit sur le rapport-résumé lui-même. L’adhésion du locuteur-énonciateur premier (E1/L1) aux propos de « Bruxelles » (l2) peut expliquer le fait que les mots entre guillemets ne semblent pas mis à distance énonciative (alors que c’est souvent le cas dans ce type d’emploi). La mention des propos de l2 n’est littérale que dans ces deux îlots textuels, si bien que pour le reste de l’article on assiste à une dilution des frontières entre DR sous forme de résumé des propos du locuteur collectif-institutionnel cité l2 et de commentaires du locuteur-journaliste L1.

27L’emploi du conditionnel dans l’avant-dernier paragraphe contraste avec la présentation des faits et le résumé des propos de « Bruxelles » au présent, au passé composé et au futur. Dans ce paragraphe qui n’a plus trait aux décisions déjà prises mais à celles qui le seront probablement dans la journée d’ «aujourd’hui », le locuteur-énonciateur premier (L1/E1) est présent de façon distanciée. Nous sommes tentés de dire que, dans ce paragraphe, L1/E1 se distancie d’un énonciateur E2 qu’il charge du résumé des décisions probables de l2. Cette distance polyphonique semble garantir la position énonciative du sur-énonciateur L1/E1.

28Le dernier paragraphe, à la différence des précédents, ne résume pas les décisions prises  ; il ne raconte ni ne commente les faits survenus  ; il se présente énonciativement comme une sorte de définition. Cet effacement énonciatif maximal, est encore plus perceptible dans A2. L’énoncé introductif « Pour rappel » apparaît comme une frontière entre le discours journalistique et un discours du type de ceux qu’examine Gilles Philippe : à ces « textes “non-énoncés” correspond en quelque sorte un “contrat de lecture” bien spécifique : le lecteur consulte le texte comme si celui-ci n’avait été produit par personne et comme s’il n’était adressé à personne » (2002 : 26). Du fait de son insertion dans un article journalistique, il va de soi que le discours encyclopédico-dictionnarique est destiné au lecteur, mais il participe de façon intéressante à l’opération d’effacement énonciatif qui caractérise A2. Le présent définitionnel utilisé et la phrase nominale finale sont les éléments de cet « appareil formel de l’effacement énonciatif » dont parle Gilles Philippe. En ce sens, particulièrement dans son dernier paragraphe, A2 rejoint les iconotextes infographiques.

3.2. L’effacement énonciatif dans le genre du conseil (article A3)

29L’article A3 se présente comme un exemple du genre de la consigne-conseil (Adam 2001 a & b) dans lequel les énoncés apparaissent comme essentiellement tournés vers les lecteurs-destinataires de l’acte illocutoire :

(H2-A3)

QUE FAIRE ?

Si vous trouvez un seul oiseau mort, ne vous affolez pas. Contactez les autorités communales qui s’en chargeront.

Si vous trouvez cinq oiseaux morts ou plus au même endroit et qui ne sont pas morts d’un accident (lignes électriques, collision avec une vitre), contactez un garde-faune. Il s’occupera d’appeler les services vétérinaires.

Utiliser des gants pour toucher les oiseaux morts.

Consommation

> Manger de la volaille est sans danger. Le virus est détruit lors de la cuisson.

Consommer des produits à base d’œufs crus n’a jamais transmis le virus. DB.

30Le passage de l’impératif à l’infinitif, fréquent dans le genre du conseil-consigne, participe à l’effacement énonciatif graduel des co-énonciateurs. L’impératif, tout en laissant émerger l’allocutaire « vous », lecteur du journal, opère un effacement énonciatif formel de L1, pourtant énonciateur E1 responsable de l’acte illocutoire conseiller. C’est là un paradoxe énonciatif (Adam 2001a : 22) des textes d’incitation à l’action et de conseil : ils émanent d’un expert dont la présence énonciative est la plupart du temps effacée, ainsi que les traces de la situation d’énonciation autres que celle de la lecture du texte. En fait, la place du sujet-agent (destinataire supposé devoir agir dans le sens du conseil) est pronominalement ouverte. Le pronom vous est certes destiné à être actualisé par chaque lecteur/lectrice du journal, mais, comme cela est sensible dans le passage de l’impératif à l’infinitif, l’infinitif opère une généralisation qui confère à l’énoncé une valeur générique. L’effacement énonciatif du destinataire par l’infinitif transforme les énoncés en quasi-maximes (on-vraies) : Manger de la volaille est sans danger et/ou en énoncés de caractère scientifique (universellement vrais) : Le virus est détruit lors de la cuisson ou Consommer des produits à base d’œufs crus n’a jamais transmis le virus. Le vous impliqué par l’impératif dépasse largement la personne du lecteur et vaut, en dépit de l’illusion de personnalisation, pour un on, tout le monde et donc un on doit qui est la vraie nature du genre de la consigne-injonction illocutoirement atténuée en conseil-recommandation. L’effacement énonciatif du journaliste-locuteur L1 garantit le caractère non subjectif des informations fournies et accentue la valeur de vérité des énoncés.

31Notre analyse rejoint la proposition de Gilles Philippe (2002), pour qui il existe des textes et des genres – et pour nous plus localement des énoncés – en quelque sorte « non-énoncés ». L’infinitif et les énoncés impersonnels du type de ceux que nous venons de citer relèvent de « l’appareil formel de l’effacement énonciatif ». Comme dans les textes juridiques, scientifiques, l’annuaire ou le dictionnaire, l’établissement d’un certain « contrat de lecture » fait que la vérité assertée dépasse les sujets impliqués dans la production et l’interprétation des énoncés.

3.3. Complexité de l’énonciation et flou des frontières dans l’article A4

32Le dernier article secondaire (A4) se présente comme une dépêche d’agence qui alterne le DR d’un locuteur second (l2) et les énoncés de L1 identifié par la signature et par le nom en tête d’article (« Francesco Fontemaggi ») <14> comme journaliste de l’Agence France Presse :

(H2-A4)

AFRIQUE

Mesures peu efficaces

Francesco Fontemaggi

<1> Frontières poreuses, infrastructures défaillantes, faiblesse des ressources financières : les mesures prises en Afrique pour endiguer la grippe aviaire après son apparition au Nigeria posent le problème de leur application. <DR1> « Même dans les pays développés, les structures sanitaires ne sont pas prêtes à affronter la menace », <2> constate le représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au Nigeria, Mohammed Belhocine. <DR2> « Ici, nous devons faire d’énormes efforts pour que le système de santé soit en état d’alerte ». <3> Sur le papier, chaque pays s’est pourtant doté d’une batterie de mesures de prévention. <4> Dernière en date, la Côte d’Ivoire a interdit les importations de volailles et produits dérivés nigérians. <5> Mais ces mesures, assorties de promesses de contrôles stricts, ne sont pas efficaces.

<6> Au niveau sanitaire, même constat : <DR3> « Il faut former les personnels, et nous manquons de moyens logistiques comme les médicaments et le matériel de laboratoire pour les prélèvements », <7> énumère M. Belhocine. <8> Rares sont les pays où le Tamiflu est disponible, <9> et selon Roche qui le fabrique, <10> sa production en Afrique n’est pas à l’ordre du jour. <11> Enfin, <12> insiste le représentant de l’OMS, <DR4> les pays doivent promettre des dédommagements pour les producteurs de volailles. <13> Sans quoi, ils risquent de rechigner à livrer les survivantes à la mise à mort. <14> AFP

33C’est un constat accusateur qui ouvre l’article. La première phrase est marquée par les lexèmes évaluatifs (poreuses, défaillantes, faiblesse) qui prolongent le marqueur argumentatif d’échelle dépréciative « peu », présent dans le titre. Suivent deux segments DR1 et DR2 de discours direct entre guillemets, interrompus par un énoncé attributif <2> à un locuteur second expert l2. Introduit par « même », DR1 semble renforcer argumentativement <1>. Il s’établit ainsi, entre discours citant et discours cité, malgré la frontière marquée du point et des guillemets, une continuité argumentative qui transforme clairement L1 en sur-énonciateur E1. Le retour au discours de L1 se fait sur le mode d’une contestation du point de vue (PdV1) exprimé dans les énoncés <1>, DR1 et DR2. Du fait du concessif « pourtant », <4> correspond à un PdV2 d’un énonciateur E2 dont L1/E1 se distancie. Le connecteur « mais » permet de réintroduire, en <5>, le PdV1 commun à L1/E1 et à l2.

34Le second paragraphe est introduit par un énoncé <6> qui est un écho nominalisé de <2> (passage de « constate » à « constat »). L’adverbe « même », suivi des deux points ouvrant sur le DD (DR3), renforce la continuité entre les trois segments de DD. Tout devient en revanche plus flou en <8>. Si l’on peut facilement, en raison du marqueur de cadre du discours et de la modalisation en discours second, considérer « selon Roche » <9> comme attributeur de <10> à un l3 (laboratoire pharmaceutique), on peut hésiter à placer <8> sous sa portée. La présence de « et » peut nous inciter à envisager une portée à gauche de « selon » et donc une attribution à l3. Mais <8> pourrait tout aussi bien être considéré comme encore sous la portée de <7> et donc de l2, voire de L1.

35L’incise attributive <12> raccroche <11> à DR4. Malgré l’absence, cette fois, de guillemets, la présence d’un verbe attributif (« insiste ») et la (re)convocation claire du « représentant de l’OMS » (l2) font de l’énoncé DR4 un segment de DD sans guillemets. Malgré le point, on n’hésite guère à considérer co-textuellement <13> comme toujours sous la portée de <12>. Cependant, l’absence de guillemets rend <13>, plus nettement que <DR4>, disponible pour une double attribution à l2 et/ou à L1/E1. C’est là un aspect capital du jeu avec la ponctuation.

3.4. Un cas d’attribution flottante des énoncés dans l’article principal

36On constate dans l’article principal des flottements dans l’attribution des énoncés. Ainsi dans ce passage où l’énoncé nominal <1> apparaît comme un introducteur de DR attribué au Conseil fédéral par inférence co-textuelle. L’énoncé tout aussi nominal <2>, introduit par deux points, relève plus du résumé que du DD. Il est suivi par un commentaire <3> qui confirme l’attribution à locuteur/énonciateur cité l2. L’énoncé <5> « a ajouté le gouvernement » comporte une présupposition de type : le gouvernement a déjà dit <2>.

37On trouve ensuite une citation <19> en DD entre guillemets, avec son segment attributif <20>. On observe également une autre forme de DR, en <11>, sans guillemets certes, mais suivant deux points associés à un verbe attributeur de parole en <10> :

[…] <1> Première mesure annoncée hier : <2> la remise en vigueur du confinement des volailles. <3> Une décision que le Conseil fédéral avait déjà prise en octobre 2005.

<4> Levée à la mi-décembre, cette interdiction des sorties en plein air débutera lundi, <5> a ajouté le gouvernement. <6> Elle sera applicable à l’ensemble du pays et ne sera pas limitée dans le temps. <7> Un peu exagéré peut-être ? <8> Pas vraiment, <9> répond Hans Wyss, directeur de l’Office vétérinaire fédéral (OVF) <10> qui prévient : <11> il faut admettre que des oiseaux infectés seront bientôt trouvés en Suisse.

<12> D’une part, parce que les cas de grippe aviaire se rapprochent : <13> deux cygnes retrouvés morts dans notre pays font d’ailleurs l’objet d’analyses. <14> Et d’autre part, parce que notre pays se trouve sur les routes de migration sud-nord. <15> Elles partent de l’Afrique de l’ouest vers la Scandinavie. <16> Pire, <17> pour l’OVF, <18> la maladie est en passe de s’installer durablement dans nos régions. <19> « C’est pourquoi une stratégie de lutte sur le long terme est en préparation », <20> indique encore l’OVF.

38L’attribution de <4> à l2 (« le gouvernement ») se fait rétrospectivement. Cet énoncé semble, dans un premier temps, être dans la continuité textuelle du commentaire <3> qui précède et donc attribuable au locuteur/énonciateur primaire L1/E1, mais, dans un deuxième temps, la lecture de <5> attribue sans équivoque <4> (et <2>) à la source énonciative citée : le locuteur/énonciateur second l2. Le fait que <6> soit au futur, comme <4>, incite à l’attribuer à l2 plutôt qu’à l’énonciateur principal E1/L1.

39La question rhétorique <7> n’est pas uniquement attribuable à L1/E1. La nature polyphonique de la question rhétorique, à laquelle s’ajoute la modalisation en « peut-être » et l’indicateur d’échelle ascendante « un peu », fait que L1 paraît se dédoubler ici en un énonciateur E1 et un énonciateur E2 porteur des interrogations que partagent les lecteurs. La question rhétorique vaut pour une assertion : c’est peut-être un peu exagéré. C’est ce à quoi répond avec modalisation <8> « pas vraiment », énoncé attribué par <9> à un locuteur/énonciateur l3 désigné par son prénom, son nom et sa fonctions à l’Office vétérinaire fédéral (OVF). L’énoncé <11> est, en dépit de l’absence de guillemets, du DD clairement attribué par <10> au locuteur l3.

40En revanche, le paragraphe suivant débute par une explication en parce que segmenté par les organisateurs « d’une part » <12> et <13> et « d’autre part » <14> et <15>. L’énoncé <13> renforce argumentativement <12> au moyen du connecteur « d’ailleurs ». Ici, le flottement attributif est total. Dans la continuité textuelle, on serait tenté de les considérer sous la portée de <10>. Mais l’alinéa de paragraphe crée une telle rupture que ces trois énoncés peuvent être attribués au locuteur énonciateur primaire L1/E1. On peut analyser de deux façons l’énoncé <16> attribué à l3 par un autre marqueur de cadre du discours : « pour l’OVF ». Ou bien ce marqueur de cadre rétablit un cadre abandonné de <12> à <15> ou bien il souligne la continuité en rappelant ce que le lecteur avait peut-être oublié en route : il s’agit toujours de DR. Il nous paraît intéressant de considérer que l’absence de guillemets est génératrice de ce flottement qui, par ailleurs, permet au discours journalistique de se donner comme DR objectif et de faire oublier le sur-énonciateur qui organise la distribution de paroles et la gradation de sa position. La différence entre les énoncés <18> et <19> est très intéressante. Les deux DR sont attribués, mais ils contrastent au point que <18> apparaît comme un résumé et donc le résultat d’une activité résumante du locuteur énonciateur premier et <19> comme un énoncé littéral de l2, lui représenté comme placé à distance.

414. Epilogue : l’exemple et l’étude de cas en analyse des discours médiatiques

42Notre double étude de cas ne prétend pas rendre compte de la question éthique et juridique de la responsabilité énonciative des journalistes et des organes presse. Par des « exemples » ou des études de cas, nous ne pouvons prétendre approcher que la responsabilité énonciative portant sur des énoncés mis en texte. D’un point de vue juridique, l’étude de cas se justifie dans la mesure où la responsabilité d’un journaliste ou d’un journal ne portera jamais que sur des énoncés attestés et sur leur formulation. Les aspects plus globaux de la responsabilité des organes de presse dans la lecture idéologique des événements ne peuvent, quant à eux, être abordés que de manière constrastive et dans le temps long des faits socio-historiques. Les études texto-métriques prennent alors tout leur sens. Les grands corpus demandent d’autres méthodes, d’autres instruments et d’autres entrées que les micro-analyses. Comme le dit Pierre Fiala, la répétition organisée et constitutive qui caractérise les discours de masse rend nécessaire les approches statistiques.

43En inscrivant notre micro-analyse dans le cadre des relations co-textuelles entre unités rédactionnelles des hyperstructures, nous nous sommes donnés un objet d’analyse transphrastique et même transtextuel. L’ouverture du concept de texte au péritexte et aux co-textes organisant l’hyperstructure de presse écrite est un aspect des transformations nécessaires des approches linguistiques du discours. En ne négligeant pas la textualité dans ses composantes les plus matériellement micro-signifiantes comme dans ce qui l’ouvre à la transtextualité et à la généricité, nous dessinons les grandes directions de nos travaux et les axes de collaboration avec d’autres disciplines du texte réunies au sein de l’analyse de discours.

44L’importance que nous avons accordée aux hyperstructures ne doit enfin pas cacher l’importance des rubriques (Herman & Lugrin 1999) et de la distribution de l’information dans un organe de presse donné. La comparaison différentielle du traitement de la même information dans plusieurs journaux comme le traitement longitudinal d’événements associés ou de groupes d’événements, dans la longue durée, restent pour nous des approches complémentaires à celle présentée ici.

Annexe

Haut de page

Bibliographie

Adam Jean-Michel [1997] : « Unités rédactionnelles et genres discursifs : cadre général pour une approche de la presse écrite », Pratiques n° 94, Metz, 3-18.

Adam Jean-Michel [1999] : Linguistique textuelle : Des genres de discours aux textes,  Nathan.

Adam Jean-Michel [2001a] : « Entre conseil et consigne : les genres de l’incitation à l’action », Pratiques n° 111/112, Metz, 7-38.

Adam Jean-Michel [2001b] : « Types de textes ou genres de discours ? Comment classer les textes qui disent de et comment faire ? », Langages n° 141, Larousse, 10-27.

Adam Jean-Michel [2005] : La linguistique textuelle. Introduction à l’analyse textuelle des discours,  A. Colin.

Adam Jean-Michel & Lugrin, Gilles [2000] : « L’hyperstructure : un mode privilégié de présentation des événements scientifiques », in Fabienne Cusin-Berche (dir.) : Rencontres discursives entre science et politique. Spécificités linguistiques et constructions sémiotiques, Carnets du CEDISCOR, n 6, , Presses de la Sorbonne Nouvelle, 133-149.

Chappé Jean-Marie [1993] : L’infographie de presse, CFPJ.

Cicurel Francine [1992] : « Pré-visibilité des discours journalistiques à propos d’un événement-catastrophe », Carnets du CEDISCOR n° 1, Presses de la Sorbonne nouvelle.

Cicurel Francine [1994] : « Les scénarios d’information dans la presse quotidienne », Le Français dans le monde, numéro spécial Recherches et applications : « Médias faits et effets », Hachette.

De Bonville Jean [1995] : Les quotidiens montréalais de 1945 à 1985 : morphologie et contenu, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture.

Cicurel Francine [1997] : « Les notions de texte et de code journalistiques : définition critique », in Communication, Vol. 17, n° 2, Québec.

Grosse Ernest Ulrich & Seibold Ernest [1996] : « Typologie des genres journalistiques », in Panorama de la presse ienne, Berne-Berlin, Peter Lang.

Guentcheva Zlatka (éd.) [1996] : L’énonciation médiatisée, Louvain, Peeters.

Haillet Pierre [1995] : Le conditionnel dans le discours journalistique, Québec, Bref.

Herman Thierry & Lugrin Gilles [1999] : Formes et fonctions des rubriques dans les quotidiens romands, Fribourg, Institut de journalisme et des communications sociales, Média Papers n°12.

Lemieux Cyril [2000] : Mauvaise presse. Une sociologie compréhensive du travail journalistique et de ses critiques,  Métailié.

Lemieux Cyril [2004] : « De certaines différences internationales en matière de pratiques journalistiques . comment les décrire , comment les expliquer ? », in J.-B. Legavre, La presse écrite . objets délaissés,  L’Harmattan, 29-51.

Lochard Guy & Boyer Henri [1998] : La communication médiatique, Seuil, coll. “Mémo”.

Lugrin Gilles [2000a] : « Les ensembles rédactionnels : multitexte et hyperstructure », Médiatiques, Louvain-la-Neuve, Observatoire du récit médiatique, 34-36.

Lugrin Gilles [2000b] : « Critères de typologisation des genres de la presse écrite », Etudes de lettres, n° 4, Lausanne, 13-72.

Lugrin Gilles [2001] : « Le mélange des genres dans l’hyperstructure », Semen n° 13, Besançon, 65-96.

Maingueneau Dominique [2004] : « Hyperénonciateur et “particitation”«, Langages n° 156, A. Colin, 111-126.

Marnette Sophie [2004] : « L’effacement énonciatif dans la presse contemporaine », Langages n° 156, A. Colin, 51-64.

Moirand Sophie [2000] : « Variations discursives dans deux situations contrastées de la presse ordinaire », Carnets du Cediscor, n° 6, 45-62.

Moirand Sophie [2004] : « Le Texte et ses contextes », in J.-M. Adam, J.B. Grize, M. Ali Bouacha éds., Texte et discours : catégories pour l’analyse, Editions Universitaires de Dijon, 129-143.

Mouriquand Jacques [1997] : L’écriture journalistique, PUF, coll. “Que sais-je ? ”.

Philippe Gilles [2002] : « L’appareil formel de l’effacement énonciatif et la pragmatique des textes sans locuteur », in Ruth Amossy (dir.) : Pragmatique et analyse des textes, Tel-Aviv, Presses Universitaires de Tel-Aviv, 17-34.

Rabatel Alain [2004] : « L’effacement énonciatif dans les discours rapportés et ses effets pragmatiques », Langages n°156,  A. Colin, 3-17.

Haut de page

Notes

1Par « iconotexte », nous entendons les photographies généralement accompagnées d’une légende et d’une signature indiquant leur provenance, ainsi que les infographies qui combinent des mots et des dessins.
2 Nous préférons parler de co-textualité dans le cas des liens forts de co-présence matérielle au sein d’une hyperstructure et pas, comme Sophie Moirand (2004 : 135-136), d’ «intertextes » ou de « contextes textuels ». Toutefois il s’agit bien de traiter les mêmes questions d’environnement matériel propre au(x) texte(s) de presse écrite.
3 Voir annexe.
4 Voir annexe.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Hyperstructure n° 1 (H1)
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/4381/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Hyperstructure n° 2 (H2)
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/4381/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/4381/img-3.png
Fichier image/png, 46k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/4381/img-4.png
Fichier image/png, 54k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Adam et Gilles Lugrin, « Effacement énonciatif et diffraction co-textuelle de la prise en charge des énoncés dans les hyperstructures journalistiques », Semen [En ligne], 22 | 2006, mis en ligne le 21 août 2007, consulté le 07 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/semen/4381 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.4381

Haut de page

Auteurs

Jean-Michel Adam

Articles du même auteur

Gilles Lugrin

Laboratoire d’analyse des discours médiatiques - Université de Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search