Navigation – Plan du site

Sémiotique et Sic : je t’aime, moi non plus

Driss Ablali

Texte intégral

« Après avoir été ultra-analytique vous risquez maintenant d’entrer dans l’indistinction ». (P. Ricœur, extrait du débat Ricœur/Greimas au collège de France 1989).

1Sémiotique et Sic : c’est déjà une très longue histoire, aussi longue en tout cas que l’histoire des Sic elles-mêmes. Sur la communication, le sémioticien a son mot à dire. Et cela fait longtemps qu’il le dit. Les Sic aussi, bien sûr. Le problème, c’est que les mots de la sémiotique et des Sic ne s’entendent pas toujours très bien, dans tous les sens du mot s’entendre. Car le paysage offert par les relations entre sémiotique et Sic n’est pas vraiment serein. Essayer de décrire ce paysage, c’est aller de surprise en surprise : c’est constater alternativement les contacts les plus intimes entre les deux disciplines et les méconnaissances réciproques les plus totales.

2Nul ne peut le contester : les Sic constituent une discipline à part entière au sein de l’université française depuis 1975 (il s’agit de la 71ème section du Conseil National des Universités qui réunit les formations au journalisme et à la communication, les spécialistes des bibliothèques et de la documentation), alors que la sémiotique comme discipline, disons-le, n’existe pas, pas plus qu’il n’existe en France de département de sémiotique dans l’enseignement universitaire. De plus, son statut au sein de la 7ème section du CNU devient de plus en plus délicat ; car si les sémioticiens étaient facilement identifiables dans les années soixante et soixante-dix, depuis la fin des années quatre-vingt un malaise est réellement perceptible au sein de la communauté sémiotique. Force est de constater que l'emploi de l’appellation de « sémioticien » se heurte à beaucoup d’images mentales, à beaucoup d’habitudes, à des conceptions différentes et à des intérêts divergents. D’où l’intérêt de cette question : sur quoi porte aujourd’hui l’activité sémiotique ? Difficile de trouver une réponse qui fera l’unanimité, car la sémiotique est une des zones les plus vastes et les moins définies des sciences du langage. Il suffit de regarder, par exemple, le dernier congrès de sémiotique, organisé en juillet 2004 à Lyon pour s’en apercevoir. Le huitième congrès,Les signes du monde : interculturalité et globalisation, regroupant plus de huit cents chercheurs de tous les continents, a réellement montré que les sémioticiens ne peuvent plus communiquer entre eux. Jetons un coup d’œil sur cinq de la vingtaine de sessions qui y ont été développées, « Sémiotique de la guerre et de la violence », « Sémiotique comparée : Chine et Occident », « Sémiotique de la différence et de la discrimination », « Sémiotique de la différence politique », « Cybersémiotique », pour comprendre que cette diversité se révèle néfaste, car elle conduit à multiplier les chapelles, voire les grands prêtres. Les objets sont nombreux : le texte, les médias, la publicité, les recettes de cuisine, l’homme, le monde, la politique, la guerre, le terrorisme, l’économie, la Chine, etc., et ces diverses sessions ne reposent sur aucune notion, aucun concept communs. Or une discipline est d’abord un ensemble de concepts rationnellement organisés derrière une théorie. Cela rend l’unité de la sémiotique difficile à saisir, et conduit à vider la discipline de tout le sens dont elle était porteuse jusqu’aux années quatre-vingt.

  • 1 Semiotics n’est un pluriel que d’un point de vue morphologique ; sémantiquement et syntaxiquement i (...)

3En effet, la sémiotique est actuellement au centre d’un remue-ménage qui agite les sciences humaines et qui s’étend même au dehors de celles-ci. Son intégration a lieu dans des champs de recherche si dissemblables qu’on ne saurait leur trouver un air de famille : ils ne se reconnaissent pas même entre eux. Cette dissemblance est vraiment récente, et il est devenu de plus en plus difficile de réunir les sémioticiens sous la même chapelle pour purifier l’hétérogénéité des objets, alors même qu’une trans-sémiotique ou bien une intersémiotique suppose en réalité un minimum de bases communes. Dans ce contexte, le projet d’une discipline fédératrice s’éloigne progressivement, avec l’idée selon laquelle la sémiotique aurait un objet en propre. D’ailleurs plus personne ne réfléchit à la question. Il n’y a plus de noyau dur de la discipline, commun aux sémioticiens, comme il n’y a pas de consensus sur l’objet même de la sémiotique, et encore moins sur les méthodes. Au départ, une opposition semble s’être faite entre la sémiotique européenne et la sémiotique américaine. En France, durant l’ère structuraliste, c’était surtout à Greimas qu’on pensait chaque fois que le terme de sémiotique était évoqué, bien qu’il fallut faire une exception avec Perpignan, où G. Deledalle et son équipe travaillaient sur la sémiotique de Peirce. En revanche, aux États-Unis, où le terme est employé dans sa forme plurielle — semiotics1 —, ce sont les travaux de Peirce ou Morris qui permettent de s’en réclamer. Aussi n’est-ce pas cette opposition inter-atlantique qui est la cause fondamentale de l’ambivalence du terme de sémiotique. Cette disparité suscite bien des réflexions. Bornons-nous à constater qu’aujourd’hui que le terme ne caractérise plus personne. Autrement dit, il ne caractérise plus un domaine de recherche particulier : bien des chercheurs, travaillant sur des objets différents, se l’approprient sans spécifier son sens. Cependant, il est nécessaire de faire remarquer que si la sémiotique n’a plus de limites et de lois a priori ni dans ses objets ni dans ses heuristiques, cela ne signifie pas qu’elle n’a pas besoin, pour avoir sens et rigueur, de poser des règles à son activité.

4Après ces lignes inquiétantes sur le statut actuel de la sémiotique, je me limiterai dans ce qui suit à faire quelques remarques sur les points de croisement entre sémiotique et Sic, en partant de la sémiotique, et en restreignant mon étude à la sémiotique française. De quelle sémiotique est-il question dans les Sic ? Quelles sont les références sémiotiques sur lesquelles se basent aujourd’hui les chercheurs en Sic pour parler de la « prétention » sémiotique ? Quelles conclusions peut-on tirer actuellement de cette collaboration ? La mention dans le titre de ce travail des deux disciplines indique qu’il ne sera question de la sémiotique que par l’intermédiaire du discours des Sic. J’espère cependant qu’en dépit de cette limitation, cela permettra de jeter les bases d’une réflexion plus étayée entre les deux disciplines.

1. La sémiotique en rupture avec ses origines

  • 2  Pour plus d’informations sur ces concepts, cf. Ablali 2003 et 2004.
  • 3  Pour plus d’informations, cf. Ablali 2003.

5Pour commencer, et pour éviter les malentendus, disons-le clairement, il sera question ci-après, de la sémiotique française greimassienne. Mais pourquoi réduire ce travail à l’école greimassienne, alors que nous pouvons compter F. Rastier comme une autre figure de la sémiotique « à la française » ? C’est que la sémiotique de Rastier est une sémiotique linguistique, alors que chez les greimassiens la linguistique ne pilote plus rien. Rastier élève de Greimas et de Pottier, est plus greimassien que les greimassiens sur le rôle que peut jouer la linguistique au sein de la théorie sémiotique. Il reste plus fidèle au programme lancé par Greimas dans Sémantique structurale, celui d’une sémantique linguistique. A cet égard, il écrit : « J’ignore si une sémantique des textes pourra se développer au sein de la linguistique ; elle demeurera néanmoins nécessairement fondée sur des critères linguistiques ». (Rastier 1996 : 4).Or la sémiotique greimassienne, et à plus forte raison la sémiotique post-greimassienne, relègue la description linguistique à ses confins. Car ni la morphosyntaxe ni la grammaire n’ont droit de cité aussi bien dans la sémiotique de l’action que dans la sémiotique du continu2. Mais la réflexion épistémologique de la linguistique, elle, est de loin prévalente dans l’histoire de la sémiotique. Ainsi l’épine dorsale de la sémiotique de Greimas, s’il faut en croire les textes, est constituée par les références abondantes aux travaux de Saussure et de Hjelmslev. De »L’actualité du saussurisme » à Sémiotique des passions, les textes de Greimas sont dominés par des renvois aux linguistes. Et si nous regardons Sémantique structurale de Greimas, on voit dès les premières pages la place que joue la linguistique dans la formulation du projet sémiotique. Les concepts lourds de son entreprise sont saussuriens et hjelmsleviens3.

6Quant au rôle de Greimas dans la fondation des Sic, il n’est pas si négligeable que l’on pourrait le croire. Pour y voir un peu plus clair, rappelons d’abord le contexte d’émergence de la sémiotique. Greimas voulait construire une sémiotique de la signification, un projet scientifique qui permette un accès à la signification du texte, à l’opposé extrême des théories littéraires « thématistes ». Mais surtout ce qui a fait le succès de la théorie sémiotique en dehors des sciences du langage est dans doute sa conception non substantialiste du texte. Le texte est vu comme un tout de signification quel que soit le medium qu’il emprunte. Car, ne l’oublions pas, il y a chez Greimas une place pour la sémiotique générale et pour les sémiotiques spécifiques. Dans la première il y a une perspective théorique unifiante qui donne à chaque concept, quel que soit le champ des pratiques humaines auquel il est rattaché, une valeur universelle. Quant aux secondes, elles constituent un champ de recherche qui procède souvent par emprunts conceptuels. S’appropriant telle ou telle notion, qui a pris naissance dans la sémiotique générale, les sémiotiques spécifiques la modèlent et la redéfinissent conformément à leurs principes de pertinence. Ce fut le cas de la sémiotique visuelle, ce fut aussi le cas de la sémiotique musicale ou architecturale ; ou celui encore de la sémiotique des passions, du goût et des odeurs. C’est enfin le cas pour la sémiotique des médias qui bat son plein ces derniers temps dans des colloques organisés entre sémioticiens et spécialistes venant des Sic. Ce qui montre que nous sommes, devant la question des médias, en présence de deux regards dont il ne faut pas exclure qu’elles se rencontrent et coopèrent dans certains champs circonscrits.

  • 4  Cf. Tétu 2002.
  • 5  Greimas 1976.

7Rappelons ensuite que Greimas, bien que se tenant à distance des Sic dont le développement institutionnel lui importait peut-être peu, il faisait partie des treize membres du comité français pour les sciences de l’information et de la communication qui a lourdement pesé sur la reconnaissance par le ministère de la 52ème section du comité consultatif des Universités. Comme le souligne à juste titre J.-F. Tétu4, la notoriété scientifique de certains membres littéraires, certes minoritaires, comme Greimas, Barthes, Escarpit et Ducrot, ne fut pas sans effet sur le décision du ministère. Ajoutons à cela que Greimas avait aussi participé, en octobre 1970 à Milan au « Convegno Nazionale » (Institut Gemelli) sur le thème « Statto e tendanze attuali della ricerca nelle commucazioni di massa », dont le texte est publié dans Sémiotique et sciences sociales5, sous le titre « Sémiotique et communications sociales ». À le relire, quarante ans après, on ne peut manquer de relever sa fécondité intellectuelle, comme en témoignent les passages suivants, à propos de la « théorie de communication » :

 « La théorie de communication sociale généralisée doit se placer, on le voit bien, sous l’égide, non de l’information, mais de la signification ». (1976 : 59).

8Ou encore,

« Une discipline innommable, à objet vague et à méthodologie embryonnaire, s’affiche, s’étend, se répand en tous sens, s’impose presque, et au moment même où elle en vient à s’interroger sur elle-même et à remettre en question ses postulats et son propre faire, il apparaît soudain, au vu du développement parallèle et souvent contradictoire des autres domaines de recherche, qu’elle recouvre en fait un champ de curiosité scientifique inexploré, qu’elle correspond à un besoin réel, celui d’instaurer une enquête sémiotique sur les dimensions et les articulations significatives des macro-sociétés ». (1976 : 60).

9Restons dans l’ère structuraliste, pour souligner que beaucoup de problèmes sémiotiques y sont restés non résolus. Au milieu des années quatre-vingts, des déplacements d’intérêts se sont produits sur la scène des sciences humaines. Les structures, qui « ne pouvaient pas descendre dans la rue », sont devenues dynamiques, les théories de l’auto-organisation ont prôné que les systèmes s’auto-organisent, et l’avènement des sciences cognitives a jeté dans l’ombre ce qui restait de l’héritage structuraliste. Bien évidemment, la sémiotique ne pouvant pas rester indifférente à ces changements, va rencontrer, au cours des années suivantes, de nouvelles questions, et de nouveaux centres d’intérêts. Ce changement de perspective ne prend pas l’allure d’une tabula rasa. Ce qui était interdit est alors questionné, et ce qui était exclu est réintégré selon les besoins de la théorie. D’après les structuralistes, seules les structures discontinues sont possibles. Tout ce qui avait trait au processus d’émergence de la signification ne peut pas être évoqué. Les questions autour de l’énonciation, de la perception, par exemple, ne sont pas abordées, car elles conduisent directement à une interrogation sur le sujet, la référence et la représentation du monde. La prudence voulait qu’on se garde soigneusement de sortir du texte. La sémiotique a appris avec le temps que le texte ne renferme pas seulement les niveaux énoncif et énonciatif, mais qu’il comporte, avant toute chose, les processus qui mettent en forme l’énoncé et l’énonciation. Soutenir que seul le niveau discontinu du texte est pertinent — comme le montre tout le travail sur les modalités, l’actantialité et les isotopies —, n’est plus possible, car aujourd’hui la sémiotique allègue que pour que la saisie de la signification soit fondée, il faut aussi rendre compte des processus qui y conduisent, ceux qui sont encore instables et en devenir. Ainsi la sémiotique s’est frayé son propre chemin dans les voix sinueuses des passions et des « préconditions de la signification«. Il s’agit donc d’un univers indifférencié qui est postulé comme l’amontde la signification ou de la communication, et qui conduit les recherches sémiotiques loin de l’autonomie du texte, vers l’ »allonomie », pour reprendre une expression de F. Varela, vers la perception, l’intentionnalité et la cognition. Or continuer à alléguer que la communication en sémiotique, comme le font toujours les chercheurs en Sic, ne vise que la cohérence interne du système, selon les principes de l’immanence, montre que les derniers chantiers, ouverts en sémiotique depuis plus de quinze ans, n’ont pas encore été découverts par les Sic. Beaucoup de notions ont fait leur apparition en sémiotique depuis le début des années quatre-vingt-dix loin des heuristiques des « Panzani » de Barthes ou de la « Soupe au pistou » de Greimas. Des travaux forts intéressants ont été menés dans le domaine de la cognition, de la perception, de l’affectivité, du devenir, de l’intentionnalité, de la présence, de l’attente, des formes de vie, et qui peuvent facilement être adaptés à la gestion et au contrôle des phénomènes sémantiques et symboliques pour un concepteur ou un designer, un chef de projet ou un responsable de la mercatique ou de la communication. Des recherches prometteuses se développent par exemple dans le domaine de l’axiologie et de la médiation, ou dans le domaine des émotions et des interactions sociales, dans les stratégies et les gestion du sens en communication et mercatique, ou encore ce qui se fait sur les objets d'écriture comme interfaces en relation avec les webdesign et les hypertextes, non sans oublier les sémiotiques multimodales et leurs énonciations interactives et syncrétiques. Tout cela se développe de manière tout à fait significative, loin des postulats de l’immanence et de la clôture, et le gain pour les Sic ne peut être sous-estimé. Car si l’on regarde les colloques organisés ces deux dernières années par les sémioticiens, on voit clairement que la sémiotique éprouve un réel désir d’intégrer le milieu des Sic, ou qu’en tout cas elle fait tout pour s’éloigner des sciences du langage : « L’adaptation des pratiques culturelles sur support multimédia (Limoges 2006) », « Questioni di etichetta. Dare forma alla moda : esperienze, teorie, progetti (Venise 2006) », « Les métiers de la sémiotique III : Questions de stratégie (Limoges 2006) », « La vérité des images (Paris 2006) », « Arts du faire : production et expertise (Limoges 2006) », « Comunicazione, interpretazione, traduzione (Bari 2006), « La dimensione metasemiotica del visivo : diagrammi, mappe, schemi grafici (Venise 2006), « 2nd world congress of semiotic nas communication :  the mass-media dimension (Mexico 2005)  », « Le pratiche semiotiche : la produzione e l’uso (San Marino 2005) », « Intermédialité visuelle (Bruxelles 2005) », « Les formes visuelles de l’écriture (Paris 2005) », « Comunicazione, sociologia e cultura della moda (Roma 2005)  », « Affiches et Affichages (Limoges 2004) », « Mutazioni Audiovisive. Sociosemiotica, attualità e tendenze nei linguaggi dei media (Imperia Porto Maurizio 2004) », « Semiotica delle macchine (Urbino 2004) »,  L'écriture dans l'image (Liège 2004) ». N’oublions pas de signaler, dans tous ses colloques, la présence non négligeable de chercheurs venant des Sic. C’est essentiellement autour de ces nouvelles thématiques que la sémiotique doit être jugée, elle, qui n’arrête pas de faire des pas plutôt téméraires vers les Sic, loin du giron de la linguistique, au moment où les Sic continuent toujours à lui tourner le dos.

2. Sémiotique et Sic, une rencontre ratée ?

10Certes le projet sémiotique de Greimas l’orientait ailleurs que vers le développement des Sic, mais il faut rappeler aussi que c’est grâce aux travaux de l’époque dans le domaine de la communication que des concepts ont pu ensuite être adaptés aux besoins de la sémiotique : « acteur social », « automate », « bruit », « canal », « code », « cognition », « cognitif », « décodage », « destinateur », « destinataire », « dialogue », « émetteur », « informateur », « nformatif », « information », « intention », « matrice », « message », « observateur », « signal ». Il faut rappeler aussi que Greimas avait produit toute une panoplie de concepts qui ont bien circulé dans le milieu des Sic, et y circulent encore aujourd’hui plus que jamais. Car il semble que les Sic ont toujours besoin d’emprunter à la sémiotique outils et méthodes tout en montrant leur originalité. Elles sont à la recherche d’un nouveau souffle, loin de la présence plus ancienne d’autres disciplines comme la psychologie, la sociologie, ou l’économie. La sémiotique, s’articulant facilement avec d’autres approches, ne peut que les enrichir conceptuellement et méthodologiquement en s’articulant facilement avec d’autres approches. Car le grand procès que l’on fait actuellement à la parente mal-aimée, la sémiotique, dans le milieu des Sic, celui de réduire la question de la communication à sa dimension syntagmatique, ne prend pas en considération les avancées faites par les sémioticiens, sur le plan théorique et épistémologique, ces derniers temps. Des pas qui ont failli lui coûter sa place au sein de la 7ème section du CNU. Ce faux procès émanant des Sic ne fait que confirmer un doute, formulé en question : quelles sont les références sémiotiques sur lesquelles se basent aujourd’hui les chercheurs en Sic pour parler de la « prétention » sémiotique ? Lorsque on jette un coup d’œil sur les travaux en Sic, la référence à la sémiotique se réduit à ce que l’on appelle la « théorie standard », celle justement qui réduisait la communication à « la combinatoire des signes », à un « système autonome » de dépendances purement internes, et dont le principal maillon est celui du « programme narratif, celle où les objets de valeur circulaient dans un univers axiologique fermé, celle qui n’étudiait pas les actions en tant que telles, mais les actions discursivisées, dégagées de leur gangue psychologique, c’est-à-dire des discours d’actions, des « actions de papier ». Rappelons aussi que le fait de voir les signes partout n’a pas facilité l’instauration d’une réelle collaboration avec les Sic, car toute la théorie du discontinu se voulait universelle. Le sens pour elle réside partout où il y a activité humaine ; il est structuré d’une façon narrativement indépendante. Les auteurs du Dictionnaire de sémiotique vont jusqu’à considérer les structures sémio-narratives comme une sorte de « formes de l’intelligence humaine ». 

  • 6  Cf. Berthelot-Guiet 2004 : 131
  • 7  Cf. Ablali 2003.

11Ceux qui ont donné de la sémiotique l’image d’une discipline fidèle à l’immanence et à l’universalité, qu’ils aient fait pour s’en démarquer ou pour l’en blâmer, ont généralement présenté les choses ainsi. Lorsqu’on lit, entre autres, le numéro de la revue Hermès qui présente une « bibliographie indicative » des livres pour comprendre les Sic, des sémioticiens y sont présents, et Greimas est cité uniquement pour le Dictionnaire de sémiotique. Toujours dans le même numéro, un article de J.-J. Boutaud, très utile pour comprendre « les malentendus qui ont bien tourné entre sémiotique et communication », ne retient dans son entreprise, encore une fois, que le Dictionnaire de Greimas, d’où cette remarque : « malgré la disposition du Dictionnaire Raisonné à fournir des entrées pragmatiques, on ne peut pas dire qu’il se libère totalement des deux pièges réductionnistes : l’attention prioritaire au message, plutôt qu’aux conditions de sa négociation et au linguistique, plutôt qu’au caractère multimodal de la communication » (2004 : 96). Boutaud a certainement raison dans ses critiques. La sémiotique du discontinu est une approche qui prône l’autonomie de la communication et relègue tout ce qui a trait à la référence et aux conditions de la signification aux disciplines connexes. Comme conséquence, le texte est considéré comme la manifestation d’un « tout de signification » préexistant. La cohérence et l’intelligibilité du texte dépendent d’un donné antérieur à la praxis énonciative. Et Greimas lui-même le reconnaît dans le célèbre débat qui l’a opposé à Ricœur en 1989 au collège de France : « on est obligé de reconnaître que le discours, ça bouge, qu’il y a des forces qui ne s’expliquent pas entièrement par les modalités, qu’il y a autre chose. Et c’est donc là le problème (…). D’où l’idée que derrière les structures les plus élémentaires — articulables —, de la signification (carré sémiotique), il y a un horizon ontique dont nous autres sémioticiens ne pouvons rien dire, parce qu’avec les instruments sémiotiques on n’est pas capable d’en dire quelque chose » (1989 : 203). Il n’est pas très difficile de trouver, chez d’autres spécialistes des Sic, les mêmes jugements sur la sémiotique. Ainsi K. Berthelot-Guiet6, dans « Instrumentalisations de la sémiotique », ne retient de la sémiotique qu’une partie de son histoire, comme si la sémiotique n’était que narrative et actantielle, une sémiotique des schémas des carrés, cette sémiotique que j’appelle une sémiotique du discontinu7 et qui se donne pour objet la construction des principes d’organisation de tous les discours, sans considération pour leur genre. Certes cette sémiotique ne fixe que les transformations, le changement d’un état de choses dans un autre état de choses, avec l’éviction des états d’âme, mais l’instrumentalisation sémiotique obéit aujourd’hui à d’autres règles qui vont au-delà des signes et des carrés, vers les discours, vers la référence, vers le corps et vers la cognition. Ainsi lorsque on lit les premières pages de Sémiotique des passions, ouvrage que les chercheurs en Sic ne citent jamais, on voit sans équivoque le tournant « phénoménologico-cognitif » qui a permis à la sémiotique d’ouvrir le texte sur « le monde naturel », en alléguant que la signification s’articule dans deux directions, l’une manifeste et réalisée, l’autre manifestante et réalisante. Si pour la première, les schémas actantiels et les programmes narratifs se sont montrés efficaces, ce sont plutôt la perception, l’intentionnalité, la cognition, le contexte social qu’il faut intégrer pour traiter de la seconde. Les concepts, on le sait, peuvent s’étioler jusqu’à disparaître, ou être repris et rajeunis par de nouveaux mariages. Beaucoup des critiques adressées à l’immanentisme et au générativisme de la sémiotique passent à côté de ces évolutions. La sémiotique a donc changé, elle n’est plus préoccupée des problèmes immanentistes et universalistes qui ont fait du texte un horizon indépassable, car elle considère maintenant la signification non pas comme étant dépendante du texte seul, mais bien issue de données extra-linguistiques, d’où les notions de »horizon tensif », « préconditions de la signification », « métamodalisations », »valences », « espace tensif », « esthésis », « protensivité et devenir », « tempo », « tensivité », « forme de vie », « fiducie », « praxis énonciative », que ne cite aucun chercheur en Sic, comme si les sémioticiens avaient cessé toute activité depuis le début des années quatre-vingt-dix.

3. Retour aux sources

12Oui la sémiotique a changé, elle a évolué loin de l’immanence et la clôture, en rencontrant d’autres courants, moins formalistes, qui se risquent sur des terrains conceptuels rebelles aux dichotomies d’usage, et pourtant les chercheurs en Sic la regardent toujours comme universaliste, générative et immanentiste. En effet l’objectif indirect des travaux sémiotiques de la dernière décennie est de rejoindre le giron des Sic. C’est le vœu de beaucoup de sémioticiens qui ont la conviction d’être rejetés aux confins des sciences du langage. D’ailleurs les thèses en sémiotique soutenues ces dernières années et qui ne traitent pas directement de la question du langage et des langues ont du mal à convaincre les membres du jury de la 7ème section, comme le précise le passage suivant, tiré du compte-rendu de la 7ème section du CNU 2005 en matière de qualification :

13« De nombreux dossiers sont rejetés parce qu’ils n’appartiennent pas au champ disciplinaire couvert par les sciences du langage. On peut rappeler que les fondements de la discipline sont constitués par le langage et les langues, que celles-ci soient appréhendées à travers leurs systèmes, leurs usages, leur appropriation et leur transmission ». (Compte-rendu de la 7ème section du CNU, qualifications 2005).

14Les réticences que les spécialistes en sciences du langage manifestent à l’égard des derniers travaux sémiotiques, sur des questions fort intéressantes comme la sémiotique du sport ou de l’automobile, la sémiotique du goût, la sémiotique de l’affichage, la sémiotique du multimédia et de l’hétérogénéité du visuel, tiennent sans doute au fait qu’on a tendance à les juger en prenant pour point de référence le noyau de la linguistique « dure ». Or, ces recherches sémiotiques peuvent être abordées aussi bien en partant de la linguistique qu’en partant des Sic, de la sociologie, de l’anthropologie, de la théorie littéraire, etc. Les sciences du langage n’ont pas le monopole des questions du langage et des langues. Et ce nombre croissant de travaux qui ont de grandes difficultés à se reconnaître dans les partages traditionnels des sciences du langage sont contraints malheureusement de se ranger sous l’étiquette des Sic pour se donner un minimum d’autorité, en se rattachant à un domaine qui a l’avantage de se présenter comme un domaine ouvert. On a beau multiplier les colloques, les journées d’étude, les nouveaux diplômes, les chercheurs en Sic, à quelques rares exceptions près, ne veulent pas d’une nouvelle compagnie. Point de hargne, ni même d’ignorance, et même une certaine révérence, dont témoignent certaines références. Mais une indifférence presque totale. La sémiotique est aujourd’hui bien oubliée, bien mal aimée, injustement. Il faut aussi reconnaître que tout semble opposer la sémiotique et les Sic. Ils ne sont pas faits pour s’entendre, encore moins pour partager la même demeure. Leur statut épistémologique est complètement différent. Et les Sic le disent ces derniers temps à haute voix. Car, il « souffle actuellement dans les Sic, comme nous le rappelle à juste titre Y. Jeanneret, (ici-même), un vent de liquidation de la question sémiotique », au moment où la sémiotique cherche à quitter le pavillon des sciences du langage pour chercher refuge auprès des Sic. Ces dernières ont beaucoup de choses à balayer devant leur porte avant de tendre la main aux sémioticiens, car toujours au sein des Sic se développent des ensembles de recherche transverses qui se rattachent à des espaces dont les objets et les démarches sont encore mal identifiés.Mais à moyen ou à long terme une telle situation n’est pas saine pour la sémiotique. L’avenir de la sémiotique, à mon avis, est derrière elle. Il est du côté des sciences du langage, pas forcément dans un ancrage linguistique, mais dans une collaboration avec la linguistique textuelle, l’analyse de discours, les linguistiques de corpus, les théories de l’argumentation et la rhétorique. Cela ne veut pas dire qu’il faut couper tout contact entre les deux disciplines. Les rencontres doivent continuer, et il faudrait une bonne dose de pessimisme, voire de cynisme épistémologique pour croire en la rupture. Mais un retour aux sources, utile à ceux qui nourrissent aujourd’hui le même dessein, devient imminent pour réinvestir, une fois convenablement réélaborées, un grand nombre de catégories et de problématiques issues de ces disciplines ou d’autres pratiques. Il est vrai que rabattre la sémiotique sur l’étude des phénomènes transphrastiques lui donnerait une respectabilité et une visibilité qu’elle n’a pas quand elle se présente comme un ensemble confus de travaux aux frontières des sciences du langage. C’est un grand pas à faire en arrière vers de nouveaux départs.

Haut de page

Bibliographie

ABLALI, D. [2003] La sémiotique du texte, Paris, L’Harmattan.

ABLALI, D. [2004] « La sémiotique est-elle idéaliste ? Le problème du continu et le texte », Cahiers de Praxématique, 42, Du continu. Son et sens. Driss Ablali & Mathieu Valette (éds), 19-38.

BERTHELOT-GUIET, K. [2004] « Instrumentalisations de la sémiotique », Études de communication, n° 27, 121-131.

BOUTAUD, J.-J. [2004] « Sémiotique et communication. Un malentendu qui a bien tourné », Hermès 38, Les sciences de l’information et de la communication. Savoirs et pouvoirs, 96-102.

GREIMAS, A.-.J. [1976] « Sémiotique et communications sociales », Sémiotique et sciences sociales, Paris, Seuil, 45-60.

GREIMAS, A.-J et COURTES, J. [1979] Sémiotique. Dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Paris, Hachette.

GREIMAS, A.-.J. & FONTANILLE, J. [1991] Sémiotique des Passions Paris, Seuil.

GREIMAS, A.-.J. [1989] « Débat entre Greimas et Ricœur », Hénault, Anne, Le Pouvoir comme passion, Paris, PUF, 195-216.

JEANNERET, Y. [2007]« La prétention sémiotique dans la communication. Du stigmate au paradoxe », Semen 23.

RASTIER, F. [1996] « Pour une sémantique des textes. Concepts et applications », www.revue-texto.net.

TÉTU, J.-F. [2002] « Sur les origines littéraires des sciences de l’information et de la communication », dans Boure, R., dir., Les origines des sciences de l’information et de la communication : regards croisés. Lille, Presses du Septentrion, 71-93.

Haut de page

Notes

1 Semiotics n’est un pluriel que d’un point de vue morphologique ; sémantiquement et syntaxiquement il fonctionne comme non comptable. En français, il faudrait traduire par « de la sémiotique », « dans le domaine sémiotique ».

2  Pour plus d’informations sur ces concepts, cf. Ablali 2003 et 2004.

3  Pour plus d’informations, cf. Ablali 2003.

4  Cf. Tétu 2002.

5  Greimas 1976.

6  Cf. Berthelot-Guiet 2004 : 131

7  Cf. Ablali 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Driss Ablali, « Sémiotique et Sic : je t’aime, moi non plus », Semen [En ligne], 23 | 2007, mis en ligne le 18 janvier 2012, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/semen/4911

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page