Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Sémiotique et Communication en no...

Texte intégral

1Nous avons hésité entre deux intitulés pour notre article : « Quand la Sémiotique rehausse le goût de la Communication (à moins que ce ne soit le contraire…) » et « Sémiotique en Communication : Alice au pays des merveilles ? » mais, finalement, nous avons opté pour un titre plutôt prudent, factuel et non saugrenu. Si nous avons été tentée par ces intitulés c’est parce que le rapport « Sémiotique et Communication » est « troublant » : d’une part, c’est une relation privilégiée puisque constamment agrémentée d’investissements réciproques, d’autre part l’une – la Communication – aime faire semblant de duper l’autre, la Sémiotique. En ce qui nous concerne, ce lien ludique entre Sémiotique et Communication est le trait pertinent d’un état d’esprit scientifique.

2Notre projet pour « Sémiotique et Communication en nouvelles technologies » se construit en fonction du contact magnétique entre une force scientifique (les concepts, les notions, la méthode sémiotiques) et un « monde naturel »1 – celui des nouvelles technologies – de la sphère Communication. Par conséquent, le projet que nous proposons est de nature expérimentale en vue de la mise en lumière du lien entre deux patrimoines non pas en termes de hiérarchie disciplinaire mais en tant que compétence scientifique. Nous entendons par là que notre investissement dans des opérations scientifiques considère « Sémiotique et Communication » comme ce qui fait être – et dans les deux sens – la performance de l’une en fonction de la performance de l’autre. Aussi, la Sémiotique est pour nous le faire scientifique pour l’étude des nouvelles technologies en tant que mécanismes raisonnés de médiation et de médiatisation ; quant à la Communication, elle est le cadre épistémologique pour les actions que sont les discours et les pratiques. Si la Sémiotique est un faire scientifique potentiel pour la Communication, toutefois, selon notre point de vue, le rapport « Sémiotique et Communication » est unique pour parler du monde médiatique comme signification en construction. Il l’est en tant que « duo interdisciplinaire » d’une compétence de médiation du savoir, c’est-à-dire « Sémiotique et Communication » comme un seul « faire encadré d’un être scientifique ».

3C’est précisément dans cette perspective que nous développons la réflexion ici présentée : dans quelle mesure, la prise en charge critique de la valeur des phénomènes de la communication médiatique par le faire scientifique sémiotique est singulièrement féconde pour les discours et les pratiques ? Nous souhaitons interroger – tout en laissant au lecteur le choix de projeter les réponses possibles – « Sémiotique et Communication » comme compétence scientifique singulière que nous postulons opératoire. Pour ce faire, nous convoquerons les nouvelles technologies en fonction du rapport entre écriture et lecture en Internet par référence aux pôles production / réception, piliers de la problématique commune « Sémiotique et Communication » et en vue de l’étude du processus de communication comme valeur descriptive.

1. Le statut du lien Ecriture / Lecture en dispositif Site Internet

4Postulat : la pratique d’un site Internet est une pratique « de lecture par éclatement de l’écriture »

5Conformément à la définition de la pratique comme « ensemble signifiant syncrétique »2 et de la lecture comme « filtres cognitifs et effets de sens »3, nous postulons l’existence d’une relation orientée entre elles. Cette relation est celle de la « lecture par éclatement » comme la condition nécessaire en vue de la pratique Internet. Pour nous « lecture par éclatement » est une lecture détournée, c’est-à-dire « encouragée » par une réalité structurale et modale à être singulière dans ses enjeux sémiotiques et ce dès les modes de sa manifestation. C’est donc cette hétéromorphie de la lecture, et non la lecture dans ce qu’elle a (aurait) de régulier et d’homogène, qui nous interpelle dans le phénomène de communication qu’est Internet4.

6L’implication « si pratique en multimédia alors lecture par éclatement » présuppose que (comme toute implication) « lecture par éclatement » bénéficie d’une existence antérieure. En effet, que se soit dans le cadre de la pratique audiovisuelle (cf. zapping) ou de la pratique avec les médias de la presse écrite (cf. balayage), la « lecture par éclatement » est relative à la forme du plan de l’expression avec les effets que nous lui connaissons au niveau de la forme du plan du contenu. Par conséquent, il s’avérerait erroné de proclamer la relation de double présupposition en ajoutant « si lecture par éclatement, alors pratique en multimédia ».

7En même temps, il nous semble fécond d’interroger les modes de cet éclatement lié à la lecture en et hors pratique avec le multimédia. Nous entendons par là que mettre au même niveau « l’éclatement » indifféremment des supports et de leurs mises en discours, risque de masquer des hétérogénéités essentielles des points de vue structural et modal aussi bien pour la lecture comme relation que pour sa pratique comme expérience. Par conséquent, sans procéder à une description exhaustive des ruptures entre contrats de lecture des trois pratiques médiatiques convoquées (ce n’est pas notre objectif), signalons-en quelques-unes utiles pour escorter notre propos.

8Prenons l’exemple du journal de presse. Si la lecture du journal de la presse écrite se donne à faire (ce qui ne veut pas dire qu’elle « se fait ») selon un contrat qui est celui de l’éclatement par le mode « intra-page / inter-pages - intra-structure », celle du journal télévisé se donne à faire selon un éclatement par le mode « inter-pages – inter-structures », et celle du journal Internet se donne à faire selon un éclatement par le mode « intra-page / inter-pages – intra-structure / inter-structures ».

9Dans le premier cas, il s’agit d’une lecture par éclatement intense du fait d’une hiérarchie articulée uniquement au sein d’une même structure. Dans le deuxième cas, il s’agit d’une lecture par éclatement extense du fait d’une hiérarchie qui articule des structures différentes (mais sans possibilité d’intervenir dans la hiérarchie propre à chaque structure). Enfin, dans le troisième cas (qui est celui qui nous intéresse), il s’agit d’une lecture par éclatement à la fois intense et extense du fait d’une double hiérarchie, intra-structure et inter-structures, avec possibilité d’intervenir dans les deux hiérarchies5.

10Il est à souligner (même si notre lecteur l’a sans doute déjà remarqué), que les rapports entre « structure médiatique » et « éclatement » sont variablement modalisés, déterminant des « blocages » dans la pratique de la lecture à des niveaux différents de hiérarchie. Aussi, l’éclatement en presse écrite est l’éclatement selon un pouvoir-faire qui succède à un vouloir-faire : « je peux lire ce journal comme bon me semble ». L’éclatement en audiovisuel est l’éclatement selon un ne-pas-pouvoir-faire qui « dérange » le vouloir-faire : «  je peux changer de journal télévisé mais je ne peux pas « lire » le journal selon l’ordre que je veux ». Enfin, l’éclatement en multimédia est l’éclatement selon un pouvoir-faire qui « comble » instantanément le vouloir-faire (sous certaines conditions évoquées ailleurs6). Bien entendu, il y a également la pratique médiatique liée à la vidéo où l’enregistrement préalable permet de contourner la confrontation entre vouloir-faire et ne-pas-pouvoir-faire. Toutefois, il nous semble qu’il s’agit ici d’une lecture par éclatement en audiovisuel qui s’apparente à la lecture par éclatement en presse écrite, il s’agit donc d’un éclatement mitigé, composite. Ceci n’est pas le cas pour la lecture en Internet qui introduit une « lecture par éclatement » en fonction d’une pratique médiatique au rapport d’« intelligibilité sensible » avec l’écriture (à moins qu’il ne s’agisse de « sensibilité intelligible » ?).

2. La communication multimédia comme écriture-action

11En tant que relation, la lecture en multimédia est ce « lien » (au sens figuré) entre texte électronique et son lecteur au moyen de liens (au sens propre) : le lecteur est un utilisateur du texte, le lecteur fait fonctionner le texte avec la main, il le manipule, le lecteur transforme le texte, le texte fait savoir au lecteur son approbation (ou son refus) quant à la volonté du lecteur d’opérer des transformations. La lecture en multimédia comporte alors une dimension « écriture » au titre des traces laissées par le lecteur ; ces traces sont la condition pour qu’il y ait lecture, c’est-à-dire relation avec le texte électronique. Cette articulation entre « lecture conditionnée par l’écriture multimédia » et « écriture conditionnant la lecture en multimédia » est une façon supplémentaire, peut-être plus phénoménologique, de désigner l’interactivité. En fait, le mode d’existence de la lecture en multimédia consiste en la projection d’un mode d’écriture ; quant au mode d’existence de l’écriture en multimédia, il consiste en la projection d’un mode de lecture ce qui est, en soi, une évidence mais qui mérite quand même réflexion en termes de contrat de lecture. Nous souhaitons alors, d’une part, mettre à l’abri l’écriture du danger de se voir limitée à la notion de « trace », d’autre part, éviter les malentendus entre écriture multimédia comme ensemble de paradigmes constitutifs du texte électronique et l’écriture comme trace apportée par le lecteur lors de la lecture. A ce titre, nous proposons de désigner le lien écriture / lecture en multimédia en tant que « trace de production apportée par le lecteur » dans le texte que nous désignons par « écriture-action ». L’évidence pléonastique de cette désignation cherche, justement, à attirer l’attention sur ce surplus. Il s’agit d’insister sur une fonction sémiotique de l’écriture à partir d’une double spécificité : « être trace » et « faire trace ».

12En principe, écriture et lecture bénéficient de la relation de double présupposition : l’une n’existe que grâce à l’existence de l’autre, présence/absence d’écriture présuppose présence/absence de lecture, écriture et lecture sont en relation de contrariété. Il s’agit là d’un point de vue « pragmatique » – pas de lecture sans écriture –, qui rejoint un point de vue « idéaliste » – pas d’écriture sans lecture –, or, du point de vue « réaliste » l’absence de lecture ne présuppose pas l’absence d’écriture mais la présence de « non écriture » au titre d’un état toujours virtuel.

13L’observation de la relation entre écriture et lecture en multimédia a donné naissance à la notion de « écrilecture »7 (et par extension à celle d’« écrilecteur »), il s’agit de « … concevoir un mode de lecture nouveau par l’intermédiaire de l’écriture. La lecture devient une action « interactive », un acte qui va agir sur le texte proposé »8. En effet, cet « acte qui va agir sur le texte » est celui que nous désignons par « écriture-action » ; aussi, en pratique Internet on est tenté d’envisager la pratique de la lecture au titre de la pratique de l’écriture. Mais, en ce qui nous concerne, ce que nous désignons par « écriture-action » doit être pensée pour « elle-même » et non comme fusion entre deux pratiques distinctes que sont écriture et lecture, et qui demeurent deux pratiques distinctes même en Internet. Ce serait, notamment, le statut de l’écriture-action qui ferait, selon nous, de la pratique Internet une pratique sémiotique autonome. Si c’est le cas, cette articulation inédite entre écriture et lecture, d’une part, émanerait des modifications inhérentes à l’écriture et non à la lecture mais qu’entraînerait forcément des modifications pour la lecture (en effet, « la lecture devient »), d’autre part, ce qui serait inédit ce serait l’écriture-action comme la grandeur qui permet le syncrétisme entre écriture et lecture.

14Le principe de syncrétisme implique qu’écriture et lecture conservent leur autonomie de valeur sémiotique, or, il semble que la notion d’écrilecture a perdu de vue la relation de contrariété qui caractérise écriture et lecture au profit d’une relation fusionnelle entre elles. La mise en examen de la notion d’« écrilecture »9 nous interpelle par rapport au type de relation communicationnelle qu’écriture et lecture initient en Internet  : « L’écriture et la lecture, ces deux actions qui paraissaient distinctes auparavant se révélaient être des actes complémentaires, étroitement liés, jusqu’à paraître pouvoir se substituer mutuellement l’un à l’autre, jusqu’à transformer le lecteur en un autre auteur, en un « co-auteur », en un « écrilecteur » ? »10. Selon la première partie de cette observation, ce que la pratique en multimédia semble déclencher c’est la relation de fusion entre deux actions, c’est-à-dire entre deux syntagmatiques distinctes, chacune articulant de façon spécifique des compétences en performance(s). Bien entendu, nous ne devons pas négliger que cette observation est donnée selon les modes du conditionnel et de l’interrogation.

15Selon la deuxième partie, il faudrait entendre par « co-auteur » un collaborateur au sens d’adjuvant de cette « interpénétration » entre écriture et lecture.

16Mais ce sur quoi cette observation attire notamment l’attention c’est sur l’écrilecture comme relation de complémentarité entre écriture et lecture, relation qui modifierait la présupposition réciproque entre écriture et lecture en implication - où l’une est le présupposé, l’autre le présupposant -, avant « l’interpénétration » totale entre elles entraînant la perte d’immanence pour chacune au profit de leur syncrétisme.

17Serait donc suggéré un processus de syncrétisme où la hiérarchie par superposition investit la forme d’une relation de complémentarité et où, on a « égaré » la grandeur « texte électronique négociateur ».

18L’interrogation devient affirmation quand il est confirmé que « l’écrilecture » désigne « la transformation profonde des relations entre l’écriture et la lecture »11, permettant d’ « envisager un lecteur qui se révélait être un « co-auteur » et un « co-créateur »… (et que) dans cette perspective « écrire » devait permettre d’être « lu » de manière à pouvoir « récrire », recréer, modifier sans cesse un texte… », propos qui déclenche une « course de relais » entre présupposition simple et présupposition double, puisqu’à la relation entre complémentaires succède une relation entre contraires :

19« non sans songer que cette démarche valait tout autant par son contraire, par ce qu’on pourrait qualifier d’une « lecture-par-l’-écriture »12

20laquelle passe le relais à nouveau à la relation de complémentarité :

21« l’écriture tend alors à se transformer en un miroir dans ce processus où un auteur paraît se dérober et s’effacer en déléguant une partie de son pouvoir de création au profit d’un lecteur actif, d’un lecteur écrivain, bref d’un « écrilecteur »13 »,

22avant de conclure en termes de »communion directe entre lecteur et auteur, le « lecteur » devenant un « écrilecteur » en un acte de création qui se trouve partagé avec un « auteur » dans le cadre d’un dialogue plus ou moins prédéterminé à l’avance »14

23soit en termes d’eucharistie syncrétique rappelant le point de départ « pouvoir se substituer mutuellement l’un à l’autre ».

24Si, en effet, nous partageons l’avis d’un syncrétisme écriture / lecture et une conversion des relations entre écriture et lecture, en revanche nous ne pensons pas qu’il y ait substitution de l’une par l’autre. Par conséquent, pour nous, il ne s’agit pas d’une question de substitution mutuelle qui transforme le lecteur. Par ailleurs, s’il y a bien conversion, elle ne concerne pas le lecteur mais la lecture. Expliquons ces positions.

25Il nous semble nécessaire de « défaire » le lien qui unit écriture et lecture au profit d’une approche de leur rapport en termes de jonction en tant qu’écriture-action. En fait, nous pensons que la relation de complémentarité entre écriture et lecture n’est qu’une relation possible parmi d’autres, mais qu’en revanche de façon constante cette fois, l’écriture projette la lecture sur le « mode de la complémentarité » ce qui est sensiblement différent de la « relation de complémentarité » effective. La notion d’écrilecture présente écriture et lecture selon la relation de complémentarité (parfois de contrariété), or, elle est « pensée » selon la relation de substitution. L’apparence « fusionnelle » entre écriture et lecture présente alors les dangers de l’amalgame dans la mesure où ce qui concrétise cette fusion, la pratique sémiotique, n’est pas un garant des rapports de complémentarité au sens de ce qui fonde une entente mutuelle entre écriture et lecture.

26En effet, il existe entre écriture et lecture un contrat axiologique qui, comme tout contrat, en définissant explicitement les règles, il définit implicitement les écarts.

3. La communication multimédia comme troc modal

27La communication Internet est pratique de la « lecture par éclatement » également en ce qui concerne les valeurs modales en jeu. Plus précisément, l’éclatement de la structure du texte électronique est issu d’un éclatement modal. Selon le contrat élaboré autour et en fonction de l’écriture-action, le lecteur est apporteur de « faire » au titre de « devoir » et de « savoir » au sein d’une négociation établie par l’écriture multimédia comme production du texte électronique. Il s’agit d’un éclatement modal du fait que c’est l’écriture multimédia qui projette - via le texte électronique qui est son chargé en négociation - le « vouloir » et le « pouvoir » en direction du lecteur. Or, la communication Internet (et c’est là un cas de son « faire semblant ») se présente comme le processus dont la raison d’être est dans le « vouloir-pouvoir » de son récepteur et que ce dernier comble avec le « savoir-faire » que l’écriture met à sa disposition (de plus en lui faisant croire qu’il est le tenant du « savoir-faire » mais nous ne traiterons pas de cela ici). Nous avons ici les fondements de la pratique médiatique au rapport physique d’« intelligibilité sensible » / « sensibilité intelligible » avec l’écriture.

28Au centre de cet éclatement modal se trouve le syncrétisme de l’écriture-action et non la fusion entre écriture et lecture. Plus que ça, l’écriture–action conditionne l’éclatement de structure par l’éclatement modal : « lire » le texte électronique c’est s’engager dans sa structure au moyen d’un troc qui, comme tout troc, repose sur une estimation, de part et d’autre, des valeurs, ici modales. Les conditions (effectives ou vraisemblables) que l’écriture multimédia établit entre valeurs modales sont nécessaires pour qu’il y ait contrat selon le syncrétisme entre écriture en lecture. Toutefois, la jonction entre valeurs ne peut être une conjonction que dans le cas d’une relation de complémentarité entre écriture et lecture. Mais, une fois que cette complémentarité s’établit (quand elle s’établit) au moyen du troc modal comme seuil premier de la pratique Internet, la lecture comme « trace de production apportée par le lecteur » - à savoir écriture-action - se fera au moyen de relations qui peuvent être de contrariété, de contradiction, et bien sur de complémentarité mais pas par définition de complémentarité. Or, la désignation par « écrilecture » de la relation écriture / lecture implique uniquement une relation de complémentarité entre elles ce qui est, par ailleurs, clairement formulé : « Les fonctions de l’écriture sont donc conçues comme complémentaires de l’acte de lecture »15. Par conséquent, il nous semble important de distinguer du point de vue de la réception « mode complémentaire » (c’est-à-dire : si écriture-action, alors « bonne » pratique de la communication), de « relation complémentaire de base » (c’est-à-dire troc modal par écriture-action). Le « mode complémentaire » est relatif à « paraître », la « relation complémentaire » est relative à « être ». Pour son récepteur, Internet par écriture-action « paraît » la « communication réussie » par transformation du texte électronique. Mais, pour son récepteur, Internet par écriture-action « est » une transformation du rapport du récepteur à la communication médiatique. A notre avis, Internet « affiche » le point de vue idéaliste : « pas d’écriture-action sans communication » (la pratique de l’écriture-action équivaut « communiquer », vouloir c’est pouvoir-savoir). Mais, Internet fonctionne selon le principe « pas de communication sans écriture-action » à savoir le troc modal « pas de vouloir sans devoir-savoir ».

4. Après la négociation de valeurs, la métastase du sens par le savoir

29C’est le mode de « lecture par éclatement », qui en Internet est de type écriture-action à savoir « trace de production apportée par le lecteur », que nous appelons « lecture par métastase ». En fait, ce sur quoi porte la métastase c’est la sémiosis.

30La dysphorie impliquée par le contexte pathologique de l’emploi du terme « métastase » doit ici s’éclipser au profit de la valeur originelle générale du terme - « changement »16-, de sa valeur sémantique courante - « changement de place »17-, ainsi que de sa valeur culturelle « abandon d’un rang idéologique pour un autre »18. Dans notre propos, la « lecture par métastase » est la valeur de communication qui engage le faire du récepteur comme transformation pour la sémiosis. C’est comme si le récepteur détenait « entre ses mains » le « devenir du sens » grâce à son emprise sur le processus de communication par écriture-action. C’est le « devenir du sens » dans son mécanisme de savoir-pouvoir que nous appelons « métastase ». Ce devenir n’est pas celui du travail de coopération qui a lieu, par définition, lors de la lecture, ni celui du texte par la promotion des intentions du récepteur-lecteur, mais c’est le devenir de l’écriture-action comme « sort du sens » …. L’existence du texte électronique par « trace de production apportée par le lecteur » rend le lecteur appropriateur du destin sémiotique du texte. Le « mécanisme de savoir-pouvoir » qui génère cette appropriation (effective ou vraisemblable) est celui du lien hypertexte.

31La définition de l’écriture-action est donc en relation avec la fonction sémiotique du lien hypertexte, paramètre inhérent au fonctionnement d’Internet au titre de connecteur entre écriture et lecture. En tant que connecteur, le lien hypertexte transforme la relation écriture / lecture puisqu’il permet au lecteur d’intervenir directement sur le savoir (mis) en circulation en fonction d’un scénario d’interventions autorisées permettant la coopération écriture / lecture. Aussi, le savoir circule en fonction de la prise en charge par le lecteur d’interventions autorisées. Le savoir fait l’objet de manipulations et se trouve à la base d’une syntagmatique combinant ses compétences sémantique et modale. Au cœur de cette combinatoire il y a le lien hypertexte. Il est avant tout un opérateur pragmatique : il est décisif pour mettre en réseau le savoir propre à un univers sémiotique donné tel le domaine de connaissance « Art » ; il le fait en articulant des micro-univers sémiotiques (ex. futurisme) constitutifs d’un univers macro-sémiotique de base qui est ici art abstrait 19.

32En même temps, le lien hypertexte est un opérateur cognitif : le long de cette combinatoire il convoque entendement et jugement en vue du passage du non savoir (ou du mal-savoir, ou du croire-savoir) au savoir. Signalons que le cas du passage du croire-savoir au savoir fait du lien hypertexte un instrument de reconnaissance : le lien hyperetexte assume le rôle de pivot cognitif du fait que c’est par lui (grâce à lui / à cause de lui) que se mettent en place des programmes cognitifs inhérents à la paradigmatique du savoir en circulation (futurisme, rayonnisme, abstraction lyrique…) et l’élaboration de la syntagmatique de l’univers sémiotique de base art abstrait. Comme opérateur pragmatico-cognitif le lien hypertexte consiste en une compétence modale, c’est ce qui fait être le savoir, ce qui permet au savoir d’exister. Mais le lien hypertexte est aussi porteur d’une compétence sémantique puisqu’il investit (comme forme de l’expression) un mot (ex. artistes), un syntagme (ex. théorie néo-impressionniste), une image, un graphisme… .

33D’une part, le lien hypertexte comme forme d’expression du savoir mis en circulation (ex. théorie néo-impressionniste) « fige » hiérarchiquement un contenu (par rapport aux autres contenus disponibles dans la même page écranique sans fonction sémiotique de lien hypertexte) par un effet de clôture entre contenus sélectionnés (que sont dans notre exemple « néo-impressionnisme » et « abstraction »).

34D’autre part, le lien hypertexte comme forme de contenu du savoir, morcelle le savoir mis en circulation en déléguant à d’autres pages appartenant, éventuellement, à d’autres sites (tel le principe du lien profond) son organisation sémantique (au sens large). Aussi le lecteur est en quête du savoir à travers l’éclatement constant de sa forme de contenu dénoté par sa forme d’expression. Rassembler du savoir en vue de le partager c’est donc reconstituer par l’écriture-action une sorte de puzzle dont les morceaux sont éparpillés, le lecteur devant faire preuve d’une certaine ingéniosité surtout qu’il est seul à juger de la « vérité » de son montage, il s’agit d’un puzzle dont on aurait perdu le « modèle » …

35Le savoir ainsi mis en circulation est un savoir qui bondit et qui rebondit. Il investit trois états de transformations horizontales, caractérisées par une complémentarité interne, déterminant trois paliers :

36- savoir en exposition / savoir en circulation

37- savoir assemblé / savoir éclaté

38- savoir attribué / savoir approprié.

39Le passage d’une transformation à une autre (circulation, éclatement, appropriation) consiste à des conversions, celle de l’éclatement étant décisive puisqu’elle présuppose un savoir donné à la transformation et détermine un savoir, à nouveau, rassemblé. Il s’agit ici des conversions pour le savoir comme objet de valeur : si exposer du savoir c’est le donner à la transformation, le mode « éclaté » lié à la circulation par lien hypertexte modifie de façon irréversible le « savoir exposé » en « savoir manipulé » dans la mesure où le savoir devenu « savoir manipulé » n’est pas resté pour autant « savoir exposé ». Si cliquer sur futurisme (que ce soit au moyen d’un lien intra-page, intra-site ou extra-site) est avant tout quitter un assemblage du savoir pour un autre et même si la « marche arrière » s’avère parfois possible sur le plan technique de la manipulation, elle ne l’est plus sur le plan cognitif de la manipulation. En effet, après avoir cliqué sur futurisme la dimension cognitive est au service d’une autre exposition du savoir ayant ses propres modes d’exposition du macro-univers sémiotique « art abstrait ». Que ce mode d’exposition s’apparente, éventuellement, au mode d’exposition précédent ne doit pas être confondu avec une transformation pour le savoir mais être compris comme une mutation entre un état cognitif 1 à un état cognitif 2 (qui peut être de niveau +1 ou de niveau –1 par rapport au savoir en question).

40De même, le mode éclaté comme mode d’attribution lié au savoir détermine le passage d’un mode d’acquisition à un autre : le passage du mode transitif au mode réfléchi est une transformation drastique sur le plan cognitif pour le lecteur, une fois que l’appropriation remplace l’attribution. La structuration du savoir par lien hypertexte est donc une structuration par éclatement : le savoir est à la fois condensé et brisé, à la fois figé et fragmenté. Le partager c’est le reconstituer : ce sont là la fonction du lien hypertexte et la mission de l’écriture-action. Le lien hypertexte est donc ce qui permet de structurer le savoir en multimédia et la pratique écriture-action lui est indissociable : est ici impliqué qu’en l’absence de lien hypertexte, il ne s’agit pas de pratique en Internet mais de pratique en (audio)visuel.

41La manipulation par écriture-action donnera alors lieu à des sanctions hétérogènes par rapport à la quête du savoir en fonction de l’éclatement idiosyncrétique du savoir. Illustrons cela en revenant une dernière fois à notre exemple. Soit l’exposition syntagmatique du savoir relatif à « art abstrait » en fonction des liens hypertexte qui se suivent de façon parsemée dans le texte d’une même page d’écran : abstraction lyrique, néoplasticisme, suprématisme, orphisme, futurisme, rayonnisme, art optique, tachisme…. Selon l’exposition du savoir par le site l’acquisition du savoir par rapport à l’art abstrait est prévue selon le fil chronologique. Le principe de lien hypertexte est donc ici un principe « de principe » : le pouvoir de sélection du savoir au moyen de la paradigmatique exposée n’a ici qu’une fonction d’apparence. Il en serait tout autrement si les liens hypertexte en question étaient parsemés dans le texte sans obéir à cette chronologie. Dans tous les cas, le lecteur,

42soit, il cliquera sur tous les liens hypertexte selon l’ordre d’exposition (selon une « fausse » paradigmatique),

43soit, il cliquera sur quelques liens hypertexte dans l’ordre et/ou dans le désordre (au titre d’une « non fausse » paradigmatique),

44soit, il cliquera sur tous les liens hypertexte dans le désordre (au titre d’une « vraie » paradigmatique)

45soit, il cliquera sur tous les liens hypertexte selon l’ordre inverse de leur exposition (au titre d’une « non vraie » paradigmatique).

46Quoi qu’il en soit, c’est par écriture-action que le lecteur entrera dans le processus de communication. En fonction de ses choix en termes d’intervention sur le savoir exposé, il le fera « éclater » en le faisant circuler et il le fera circuler parce qu’il le fera « éclater ».

47L’éclatement du savoir est alors une transformation par principe de métastase, ce dernier impliquant le statut semi immanent du savoir en circulation en Internet contrairement au statut du texte électronique en Internet qui est plus immanent que jamais : les « traces de production apportées par le lecteur » dans le texte sont du vouloir de l’écriture et du devoir de la lecture.

48Il pourrait alors s’agir d’un processus médiatique qui initie un nouveau rapport idéologique avec la Communication dont le processus devient la valeur à acquérir.

49Nous ne saurions conclure sans réserver au lecteur le « mot de la fin » ainsi que nous l’avons promis : alors, quel gain de savoir pour le faire scientifique et pour le cadre épistémologique abordés en tant que compétence singulière ?

Haut de page

Bibliographie

Actes sémiotiques VI-27 [1983] Sémiotiques syncrétiques, Paris, EHESS.

ANIS, J. et LEBRAVE, J.-L. (sous la direction de) [1991] Texte et ordinateur, les mutations du Lire-Ecrire, La Garenne-Colombes, Editions de l’espace Européen.

ARABYAN, M. et KLOCK-FONTANILLE, I. (textes réunis et présentés par) [2005] L’écriture entre support et surface, Paris, L’Harmattan.

BOUTAUD, J.-J. [1998] Sémiotique et communication, Du signe au sens, Paris, L’Harmattan.

CABIN, P. (coordonné par) [1998] La Communication – Etat des savoirs, Auxerre, Sciences Humaines.

CHARAUDEAU, P. [1999] La médiatisation de l’espace public comme phénomène de fragmentation, « La médiatisation des problèmes publics », Lille 3, ANRT, Etudes de communication n° 22.

CHARLES, M. [1977] Rhétorique de la lecture, Paris, Seuil.

DUFAYS, J.-L. [1994] Stéréotype et lecture, Liège, Mardaga.

ECO, U. [1992] Les limites de l'interprétation, Paris, Bernard Grasset.

FONTANILLE, J. [1987] Le savoir partagé, Sémiotique et théorie de la connaissance chez Marcel Proust, Paris-Amsterdam, Hadès-Benjamins.

FONTANILLE, J. [2006] Pratiques sémiotiques : immanence et pertinence, efficience et optimisation, Limoges, Pulim NAS n°104, 105, 106.

GERVAIS, B. [1990] Récits et actions, Pour une théorie de la lecture, Québec, Le préambule.

GREIMAS, A.-J. et COURTES, J. [1979] Sémiotique, dictionnaire raisonnée de la théorie du langage, Tome 1, Paris, Hachette Université.

GREIMAS, A.-J. et COURTES, J. [1986] Sémiotique, dictionnaire raisonnée de la théorie du langage, Tome 2, Paris, Hachette Université.

JOST, F. [2005] Comprendre la télévision, Paris, Colin cinéma.

LAMIZET, B. et SILEM, A. [1997] Dictionnaire encyclopédique des sciences de l'information et de la communication, Paris, Ellipses.

MASSELOT-GIRARD, M. [2000] « Lire, interpréter, évaluer : des lecteurs-acteurs », « Multimédia et construction des savoirs », Paris, PUFC.

MITROPOULOU, E. [2006] « Lecteur et lecture : une nouvelle dimension pour le savoir ? » sur http ://semiologie.net/page.php ?page=33

MUCCHIELLI, A. [1998] Les sciences de l’information et de la communication, Paris, Hachette supérieur.

PICARD, M. [1986] La lecture comme jeu, Paris, Les éditions de minuit, Paris.

RICOEUR, P. [1986] Du texte à l’action, Paris, Seuil.

SOUCHIER, E. JEANNERET, Y. LE MAREC, J. (sous la direction de) [2003] Lire, Ecrire, Recrire, Objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris, Bibliothèque publique d’information.

VERON, E. [1981] Construire l’événement, Paris, Les éditions de minuit.

VERON, E. [1985] L’analyse du « contrat de lecture » : une nouvelle méthode pour les études de positionnement des supports presse, Paris, IREP.

VERON, E. [1978] Sémiosis de l’idéologie et du pouvoir, Communications n°28, Paris, Seuil.

VIGNAUX, G. [2003] Du signe au virtuel - Les nouveaux chemins de l'intelligence, Paris, Seuil.

VUILLEMIN, A. et LENOBLE, M. (textes réunis par) [1999] Littérature, Informatique, Lecture, de la lecture assistée par ordinateur à la lecture interactive, Limoges, Pulim.

ZINNA, A. [2003] Les objets d’écriture et leurs interfaces, Limoges, Juin 2003, Bulletin de l’Association Française de Sémiotique, n°3.

Haut de page

Notes

1 Expression par référence à celle d’Yves Jeanneret, ici même, que nous remanions au profit de notre propos.
2 Fontanille, 2006.
3 Dufays, 1994.
4 Désormais nous désignons le dispositif Site Internet par Internet voire par Multimédia. Ce choix ne doit pas être compris comme un amalgame de notre part entre les différents protocoles ou entre Internet et Multimédia, mais comme le pressentiment d’une typologie que, pour l’instant, nous faisons porter par l’intérêt d’une formulation économique.
5 Nous avons abordé cette problématique dans notre communication « Écriture multimédia et processus d'axiologisation :l'exemple des sites culturels helléniques », colloque IASS, Lyon 2004, à paraître.
6 Mitropoulou, 2006.
7 Introduite par Perdro Barbosa.
8 Gillot Arnaud dans Littérature, Informatique, Lecture, 1999, p. 178.
9 Tel que le fait l’ouvrage collectif Littérature, Informatique, Lecture, 1999. Il nous semble pertinent d’aborder la notion de « écrilecture » en fonction de ses retombées épistémologiques c’est-à-dire en fonction de son appropriation et des applications qu’elle induit.
10 Gillot, 1999, p. 175.
11 Ibidem., p. 176.
12 Ibidem., p. 176.
13 Ibidem, p. 182-183.
14 Ibidem, p. 186, c’est nous qui soulignons.
15 Vuillemin, 1999, p. 103.
16 Dictionnaire du grec contemporain, Atlas, Athènes, 1961.
17 Petit Robert, 1989.
18 Dictionnaire du grec contemporain, op.cit..
19 Notre exemple est inspiré de www.artyst.net/03mouvements/artabstrait.htm .
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eléni Mitropoulou, « Sémiotique et Communication en nouvelles technologies », Semen [En ligne], 23 | 2007, mis en ligne le 22 août 2007, consulté le 26 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/semen/5141 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.5141

Haut de page

Auteur

Eléni Mitropoulou

Laseldi - Université de Franche-Comté

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search