Navigation – Plan du site

Résumés

Développant une conception de l’effacement énonciatif comme stratégie argumentative, l’article confirme la validité de l’approche énonciative pour des textes apparemment « sans locuteur ». Il montre, en étudiant trois recueils de poésie contemporaine (textes de Jean Grosjean, Marcel Migozzi et Lorand Gaspar), que cet effacement n’est jamais complet et qu’il fait sens par contraste avec des poèmes à la subjectivité plus marquée. La description précise de la subjectivité « résiduelle » dans ces poèmes qui frappent au premier abord par leur ton neutre et objectif est suivie d’une analyse des enjeux pragmatiques de cet effacement énonciatif tant au niveau de la construction du référent que de celle des relations entre scripteur et lecteur.

Haut de page

Texte intégral

1. Y a-t-il des poèmes sans locuteur ?

1Les études narratologiques font une place de choix, depuis les années 1970, à la figure du narrateur racontant l’histoire à un narrataire. Elles reconnaissent certes que ces deux instances ont des modes et des degrés de présence fort variables dans les textes, variations bien analysées dans Genette 1972 et 1983, mais elles se situent pour la plupart1 dans un paradigme communicationnel où le récit écrit est pensé comme reproduisant mutatis mutandis la situation ordinaire de communication en direct. L’influence de l’analyse du discours sur les études littéraires (cf. Amossy et Maingueneau 2003), l’impact des théories polyphoniques2 et le développement de concepts tels que celui d’éthos et de scène d’énonciation ont encore renforcé cette tendance dont Gilles Philippe (2005) rappelle les caractéristiques et souligne les risques. L’approche linguistique des textes poétiques, en revanche, est restée pendant longtemps relativement imperméable à ce « moment énonciatif », se concentrant davantage sur des faits de disposition (parallélismes), de métrique et de figuralité. Une telle indifférence aux questions d’énonciation3 peut sembler paradoxale à propos d’un hyper-genre qui, selon un processus de redistribution générique bien étudié par Genette (1979) et Combe (1989), s’est en grande partie restreint à partir du XIXe siècle à la seule poésie lyrique, définie canoniquement comme l’expression des sentiments intimes du poète4. Je ne reviendrai pas ici sur l’explication que je propose pour ce paradoxe (Monte 2007), préférant me concentrer dans les limites de cet article sur des poèmes qui, sans avoir rien d’épique, peuvent a priori apparaître quelque peu « déviants » par rapport au lyrisme puisqu’ils se caractérisent précisément par l’extrême discrétion du locuteur5.

2Je situerai ma réflexion dans le cadre des travaux récents sur l’effacement énonciatif, notion qui connaît depuis quelque temps un certain succès. On peut citer par exemple les travaux de Robert Vion (2001), le numéro 156 de Langages coordonné par Alain Rabatel (2004a) ou les réflexions de Gilles Philippe (2002 et 2005). Revisitant l’opposition benvenistienne entre histoire et discours, Vion, (cf. aussi Charaudeau 1992), conçoit l’effacement énonciatif comme une « stratégie, pas nécessairement consciente, permettant au locuteur de donner l’impression qu’il se retire de l’énonciation, qu’il “objectivise” son discours en “gommant” non seulement les marques les plus manifestes de sa présence (les embrayeurs) mais également le marquage de toute source énonciative identifiable6« (Vion 2001 : 334). La représentation « objective » du monde qui est, selon Vion, une des deux manifestations concrètes de cet effacement énonciatif7, est conçue comme un résultat dont il importe de comprendre le rendement argumentatif mais qui n’annule en aucune façon la pertinence de l’approche énonciative, comme le montre le travail de Rabatel (2004b) sur l’incipit du Mort qu’il faut de Semprun.

3Or c’est précisément cette approche énonciative que Gilles Philippe remet en question en la considérant comme inopérante pour un certain nombre de récits. Tout en récusant comme trop radicale la conception développée par Ann Banfield (1995) d’un récit « sans narrateur »8, Philippe considère que certains textes narratifs ne nécessitent pas, pour être interprétés, que l’on construise une source énonciative :

Tant que le texte n’invite pas à actualiser la source énonciative, ou tant qu’il ne fournit pas assez d’éléments pour le faire, le processus de lecture ne repose pas sur l’actualisation d’un énonciateur premier. Il y a bien des mots qui racontent une histoire, mais le travail interprétatif ne passe pas par l’actualisation d’une structure de communication. (2005 : 150)

4Bien plus, une telle actualisation parasiterait selon lui l’appréciation du style de ce genre de textes, qui devrait être appréhendé non pas comme définissant un certain éthos du locuteur mais comme proposant une certaine vision du réel9. Opposant une « dimension prioritairement référentielle du style » (2005 : 147) à un « tout énonciatif » qui aurait envahi les études stylistiques, Philippe, bien qu’il soulève à la fin de son article des problèmes très pertinents relatifs à la caractérisation des points de vue dans un texte, me semble néanmoins négliger l’interdépendance existant entre les choix linguistiques relatifs à la construction du référent et ceux qui concernent la scène énonciative, sans oublier la surdétermination de ces choix par des paramètres au moins autant génériques et socio-historiques qu’idiolectaux. Toutefois son invitation à « ne pas tomber dans l’ “extrémisme”du tout-énonciatif » (p.154) ne peut être ignorée et m’a incitée à aborder mon corpus avec le questionnement suivant : convient-il, pour rendre compte de l’effet à réception des poèmes sans locuteur explicite, de privilégier une analyse énonciative (et si oui, celle-ci est-elle effectivement à penser en termes de retrait, au moins relatif, du locuteur ou de construction d’une sorte d’instance impersonnelle dont il faudra préciser la nature ?) ou faut-il se centrer sur la cohérence interne du texte, en considérant que sa spécificité réside précisément dans le fait qu’il ne postule aucune source énonciative ?

5Les poètes se réclamant d’une certaine impersonnalité en réaction au subjectivisme romantique n’ont pas manqué depuis le XIXe siècle, et leurs positions politico-esthétiques autant que leurs choix formels ont été fort divers10. Je pensais donc lors de la constitution de mon corpus réunir sans peine un ensemble de textes qui se caractériseraient par l’absence de pronoms de première et deuxième personne, la prédominance de modalités assertives et la rareté de lexèmes affectifs et axiologiques. Je me suis orientée pour ce faire vers des textes à dominante descriptive où les lieux et les moments semblent saisis pour eux-mêmes plutôt que pour les émotions qu’ils ont suscitées chez l’auteur du texte. Or ma première constatation a été qu’il était très difficile de trouver des textes répondant parfaitement aux critères énoncés ci-dessus : si cela était aisé pour un poème isolé, cela s’avérait presque impossible si je souhaitais examiner un ensemble de poèmes formant un tout. Or isoler un poème de l’ensemble auquel il appartient11 revient à ne pas prendre en compte son cotexte et cela me semble presque aussi artificiel pour une linguistique qui se veut modestement énonciative et textuelle que de travailler en syntaxe ou sémantique sur des exemples fabriqués. Le premier enseignement que j’ai tiré de mes recherches est donc que les poèmes impersonnels s’insèrent dans des ensembles où ils dialoguent avec d’autres poèmes où l’embrayage sur la situation d’énonciation est manifeste. Si on considère par exemple la section « Sefar » de Patmos et autres poèmes de Lorand Gaspar12, évoquant le massif du Sefar au Sahara, on observe que les quatre poèmes impersonnels sont encadrés par un poème initial et deux poèmes finaux où le locuteur se met en scène. Ainsi la description des peintures rupestres évoquées dans ces quatre poèmes est-elle cotextuellement rattachée au regard d’un locuteur, ce que confirme ensuite une étude interne des poèmes. De façon plus systématique, Sol absolu13, du même Lorand Gaspar, joue de l’alternance entre des poèmes très impersonnels qui empruntent nombre de caractéristiques aux catalogues, aux guides de voyage et aux traités de géographie, et des poèmes relevant de l’énonciation embrayée et de l’expérience intime. Etudier les uns sans observer le contrepoint que les autres leur apportent serait se condamner à une analyse partielle ne respectant pas l’hétérogénéité voulue de ce recueil14. De façon moins obvie mais tout aussi essentielle, la section « Le voile du temps » de Nathanaël de Jean Grosjean15 joue sur l’alternance de poèmes sans embrayeurs et de poèmes comportant des je, des nous, des tu ou des on, ainsi que sur la juxtaposition entre des énoncés à l’objectivité affichée et d’autres appuyés sur les ressources traditionnelles de l’expressivité (apostrophes avec ô, place en tête de phrase de l’attribut adjectival). Les quatre ensembles finalement retenus (cf. les références en fin d’article) présentent tous des textes relevant de l’effacement énonciatif et d’autres où la situation d’énonciation repasse au premier plan, ainsi que des textes hybrides comportant quelques traces d’ancrage énonciatif au sein d’un discours massivement objectivant. Un tel constat m’amène donc à récuser, au moins pour la poésie descriptive contemporaine, la possibilité d’une analyse qui se passerait de l’instance énonciative. Cette position peut être étendue à des textes poétiques plus expérimentaux où figurent effectivement des textes « sans locuteur » (annuaires, catalogues, notices de montage, manuels scolaires, etc.) mais inscrits dans des dispositifs citationnels où une instance surplombante agence ces discours et les affecte d’une valeur modale16. Je considère donc que dans les poèmes sur lesquels se concentrera mon étude la source énonciative est masquée mais latente, et que cette stratégie d’effacement énonciatif (désormais EE) est à comprendre dans l’interaction que ces poèmes entretiennent avec les poèmes du cotexte à la subjectivité affichée. Ce sera l’objet de ma troisième partie, d’orientation pragmatique. Mais auparavant, il me semble important dans une deuxième partie de cerner à la fois les contours et les limites de cet EE dans les œuvres que j’ai choisi d’étudier.

2. Effacement énonciatif et subjectivité « résiduelle »

6Rappelons tout d’abord que, sauf exception, le dispositif énonciatif des poèmes en première personne est analogue à celui de l’autobiographie : l’instance enchâssante du scripteur qui s’adresse à un lecteur potentiel se confond avec l’instance enchâssée du locuteur qui s’adresse à un allocutaire plus ou moins spécifié. Autrement dit, en l’absence d’autres précisions dans le paratexte ou le texte lui-même, le lecteur réel interprète le je du poème comme renvoyant à son auteur et non à un personnage. Ceci posé, je considère comme relevant de l’effacement énonciatif (désormais EE) des poèmes satisfaisant à trois critères conjoints, tous négatifs :

7– absence de pronoms déictiques (je, tu, nous, vous17),

8– absence de forme temporelle autre que le présent18,

9– absence de modalité interrogative ou injonctive.

10A ces critères négatifs, s’ajoute un critère positif qui consiste en la parcimonie des subjectivèmes affectifs et axiologiques. Il s’agit toutefois d’un critère relatif, comme nous le verrons ci après. Soixante-neuf poèmes sur 147 répondent à ces quatre critères, soit 47% du corpus, la proportion variant de 40% pour Sol absolu19 à 68% pour « Ce qui est (Maroc 1993) ».

11Malgré leur absence d’embrayage énonciatif, ces poèmes contiennent malgré tout des traits linguistiques qui subjectivisent leur mode de donation du référent. Ces traits me semblent pouvoir être regroupés en six catégories inégalement réparties selon les poèmes, et qui permettent donc de définir plusieurs sortes de subjectivité paradoxale dans des textes relevant de l’EE. On observe en effet de façon variable dans ces textes :

121. des lexèmes dénotant un ancrage aspectuel ou spatial qui suppose un observateur ;

132. des lexèmes impliquant un jugement ou une affectivité ;

143. des négations ou des marqueurs d’orientation argumentative indiquant que le référent décrit fait l’objet d’une évaluation dialogique ;

154. des comparaisons ou métaphores véhiculant une recatégorisation idiolectale du référent ;

165. un ordre des mots ou une ponctuation blanche dont la prégnance opacifie le discours, dénaturalise le référent et donne au texte un rythme propre ;

176. des citations plus ou moins marquées impliquant en creux un locuteur citant.

18 Je me propose non pas de passer en revue successivement ces manifestations de la subjectivité mais plutôt d’observer comment leur présence plus ou moins forte et les interactions qui s’établissent entre elles font osciller les poèmes du corpus d’un EE quasi complet à une présence plus marquée du locuteur.

19En ce qui concerne le premier trait, il faut tout d’abord rappeler que les embrayeurs temporels sont par définition absents de ces poèmes où le présent n’inscrit pas l’évènement dans un temps différencié en époques. On y trouve en revanche des déictiques spatiaux, des adverbes aspectuels et des adverbes de succession chronologique qui construisent un centre perceptif circonscrivant un espace et/ou observant les modifications d’une scène au fil des heures. Ceci s’accompagne souvent d’une personnification (trait n°4) de l’objet décrit :

( 1)

      VOLUBILIS

Lenteur du jour, mufle des bœufs. Rien encore, rien de décisif. Le vent hésite en haut des trembles, mais chaque ombre est prête à tourner. La lumière dans les ailes d’insectes et dans les toiles d’araignées. Ah le jour s’incline comme un volubilis avec des enjôlements de couleurs. Les bribes de phrases montent du village à l’angle du jour et de la nuit. (NA 88, je souligne)

20Ce poème me permettra de revenir pour les contester sur certains des traits considérés parfois comme caractéristiques de l’EE : si les phrases averbales20 peuvent effectivement favoriser « le surgissement de l’objet (du discours) indépendamment du locuteur » (Rabatel 2004b : 113), l’emploi du substantif « enjôlements » préféré à l’épithète « enjôleuses » pour qualifier les couleurs, les verbes de mouvements « s’incline » et « montent », la personnification explicite du vent et de l’ombre par les prédicats « hésite » et « est prête » sont à mon sens des procédés ambigus qui, certes, donnent aux référents concernés l’autonomie d’un sujet humain, mais qui peuvent être perçus comme la projection de la conscience percevante sur l’objet perçu. Par ailleurs la prédominance des articles définis renvoyant à un univers partagé, l’attente créée par « encore », le dialogisme introduit par la négation « rien » et l’interjection « ah » inscrivent sans ambages la subjectivité de celui qui perçoit la scène. Lorsque la personnification se fait encore plus prégnante21, comme dans l’exemple (2), elle me semble être porteuse de deux effets contradictoires puisque, d’une part, elle permet à l’objet, en l’absence de tout humain explicite, d’occuper le devant de la scène en affirmant son existence, et d’autre part, elle exhibe par la figure l’instance anonyme de production du texte, arrachant l’énoncé à la transparence :

(2)

NOCTURNE

Le jour s’éteint, le livre est fermé. L’odeur des feuillages monte avec la nuit. La lune monte les marches du temple. La lune quête aux portes des granges. La lune fugueuse dans les branches. Mais son mouchoir oublié sous la fenêtre. (NA 109)

21On voit bien dans cet autre poème de Jean Grosjean comment les choix linguistiques opèrent dans deux directions différentes : les énoncés brefs non modalisés, la forme passive « est fermé », l’évocation stéréotypée de la tombée du jour coïncidant avec le déploiement des odeurs22 et l’apparition de la lune mettent en place un univers sans locuteur, ou un énonciateur universel, alors que les personnifications de plus en plus insistantes de la lune et le marqueur d’orientation argumentative mais ainsi que la métaphore in absentia du rayon de lumière assimilé à un mouchoir imposent peu à peu la vision d’un locuteur singulier dont la mise en mots transfigure le quotidien. Très souvent, dans ce corpus, des traits de type 4 accompagnent la présence de traits de type 1 et concourent à singulariser un point de vue que le lecteur assimilera par défaut à celui du locuteur anonyme :

( 3)

Grandes feuilles, poil sec,

L’âne odeur de vieux lait,

Le figuier battu par les mouches.

De la même famille

Que Sœur Poussière.

Rêche et revêche quelque chose

Des premiers temps s’entête ici. (DA 53)

22Dans ce poème de Marcel Migozzi, les échanges de prédicats entre l’âne et le figuier, la personnification de la poussière et la syllepse sur « Sœur23«, joints au travail ostensible du signifiant au vers 6, donnent corps à un locuteur auquel l’ »ici » final apporte l’actualisation spatiale qui lui manquait. On note en revanche que seul « revêche » implique un jugement et que l’actualisation modale reste très faible. La rareté du trait n°2 est en effet une caractéristique de cet auteur qui n’hésite pas en revanche à recourir dans des poèmes en EE aux négations et aux marqueurs d’orientation argumentative : le locuteur effacé apparaît donc en filigrane dans son texte sous les espèces non pas d’un évaluateur imposant ses jugements sous couvert d’objectivité mais d’un coénonciateur n’hésitant pas par moments à modaliser ses énoncés et à jouer de la connotation autonymique :

( 4)

(vers Taroudant)

Les chèvres noires

N’obéissent qu’aux broussailles.

Broussailles peut-être

Moins touffues que le mot.

Puits

Rarement au pluriel. (DA 72, les italiques sont de l’auteur)

23La non-coïncidence entre les choses et les mots (Authier-Revuz 1995) vient ici limiter l’EE puisqu’elle exhibe le processus d’élaboration du texte en brisant sa transparence référentielle. Il en est de même, me semble-t-il, quoiqu’à un degré moindre, de tous les traits qui attirent l’attention du lecteur sur la structure du poème, qu’il s’agisse de certains phénomènes relatifs à l’ordre des mots ou de choix typographiques qui mettent à nu l’opération de cadrage du référent sous-jacente à toute description (trait n°5). Ainsi, on trouve dans « Le voile du temple » plusieurs poèmes (NA 81, 83, 103, 111) qui, tout en répondant parfaitement aux critères minimaux de l’EE, se signalent, outre quelques personnifications et comparaisons, par des phrases averbales à deux termes (Lefeuvre 1999) où la position frontale est occupée par le prédicat adjectival. Répétée deux ou trois fois dans le poème, cette structure très marquée qui impose le jugement prédicatif avant que l’on sache sur quoi il porte va à l’encontre des attentes usuelles et met en lumière le caractère concerté du poème ; d’autre part, dans le poème cité ci-dessous, le pluriel du titre et la structure grammaticale réactivent le texte évangélique « Heureux ceux qui… », affichant une relation intertextuelle latente24 :

(5)

    

BÉATITUDES

Fidèles les herbes et les pierres chaque jour sur le sentier des heures. Constant le jour à venir chaque jour noyer de sa lumière le monde. Tranquille le jour comme un lierre dans un frêne, comme une brise au bras de l’été. Le jour s’en va comme un ruisseau mais les roches le frangent d’écume. (NA 81)

24Du coup, malgré l’EE, le lecteur peut ici construire un locuteur singulier à l’éthos complexe qui se démarque du texte évangélique en déplaçant du souhait au constat l’acte de langage effectué par le texte et en célébrant non plus des comportements humains mais une certaine présence des éléments naturels. La syntaxe et le rythme jouent ici un rôle important dans le dialogisme du poème mais aussi dans la construction de l’éthos, conçu comme donnant une corporalité au locuteur-énonciateur (Maingueneau et Philippe 2002 : 360) : assurance et sérénité, familiarité avec la nature, tels sont les traits qu’on attribue à celui-ci à la lecture. Il me semble en effet possible de défendre l’idée que, dans les textes poétiques, même lorsque le locuteur s’efface, le ton du texte (Philippe 2002 : 28) est rapporté à une voix qui, quand bien même tout autre subjectivème serait absent25, serait perceptible dans les faits de rythme et de syntaxe.

25Les deux ensembles de Lorand Gaspar que j’ai retenus dans le corpus illustrent quant à eux deux autres aspects de cette subjectivité résiduelle présente dans tout texte marqué par un fort EE. Dans « Sefar », les poèmes impersonnels encadrés par des poèmes en je sont centrés sur des perceptions qui renvoient implicitement à un centre déictique que le lecteur interprétera comme le je des poèmes initiaux et finaux :

( 6)

ocres levées dans la brume

du matin et le soleil brille

déjà sur la lyre des cornes

rend veloutée la peau sombre

des femmes aux seins pointus — (P 94)

26On atteint dans ce poème à un degré maximum d’EE mais l’adverbe « déjà », l’inscription du texte dans le rythme du jour, les références aux couleurs et au toucher supposent un sujet percevant. Dans Sol absolu, le locuteur est explicite dans les poèmes en italiques qui combinent une forte affectivité, marquée par le lexique et la modalité exclamative, un auto-dialogisme découlant des nombreux énoncés interrogatifs, une narrativité intermittente, marquée par de nombreux passés simples ou passés composés, l’emploi conjoint ou alterné du je, du tu et du nous et une écriture de type oraculaire où les deux isotopies du corps et de l’espace se mêlent constamment, faisant du désert le lieu d’un parcours initiatique :

(7)

Le jour enflé de fatigue cherche nos failles

l’argile fendu au fond de nos bouches

la langue verte de notre humidité

et comme il s’émeut de nos rires !

L’épure d’une aile serrée dans le marbre

la voix tranchée, clouée, oubliée.

Quelque part pourtant court encore

l’allégresse du chant qui d’un bond déplia

l’espace à jamais du matin —

les neuf voûtes célestes se penchent

sur les fontaines taries de nos sèves. (SA 121)

27Face à ces poèmes lyriques, les poèmes en caractères romains ont la sécheresse et l’impassibilité des traités ou des inventaires. Leur présent est de type gnomique, ils sont quasiment exempts des traits de subjectivité 1 à 426 et permettent rarement de construire un sujet percevant. Pourtant, s’ils opposent fortement leur scénographie (Maingueneau et Philippe 2002 : 354) à celle des poèmes en italiques, ils réintègrent la subjectivité dans des choix de mise en espace qui les distinguent fortement de ces traités auxquels ils semblent dans un premier temps faire allégeance. Leur disposition qui fait jouer à plein les possibilités offertes par la ponctuation blanche (Favriaud 2004) les apparente à des partitions et donne une place éminente au rythme du poème. Si leur locuteur reste anonyme, il se manifeste néanmoins puissamment dans ces choix qui rompent avec la linéarité usuelle du texte écrit :

28Dans ce texte dont je ne donne que les deux premiers mouvements, la mise en page fait de l’énumération de parties ou propriétés du thème-titre, degré zéro de la mise en texte descriptive (Adam et Petitjean 1989 : 122 sq.), un ensemble fortement organisé et hiérarchisé, doté en outre d’une signification symbolique sensible dans l’évaluation finale27. Le jeu des caractères et de leur espacement, autant qu’il organise le référent, construit un sujet du poème qui échappe à l’anonymat du catalogue pour apparaître comme l’ordonnateur du réel, le révélateur de ses structures cachées, de ses correspondances latentes, et dont la signature apparaît dans le mot « parole » qui clôt la deuxième énumération.

29Certaines mises en page (p.122-124, 126-129), isolant des thèmes-titres grâce à une disposition tabulaire, apparaissent comme l’équivalent dans un texte poétique des titres dans les manuels ; toutefois le jeu sur l’absence/présence de déterminants, la mise en colonne de mots aux connotations antithétiques comme « graines » et « épines » (p.123), la substantivation des adjectifs (« les succulentes », p.124) signalent la distance prise par rapport au discours théorique, sensible également dans la présence, plus abondante que dans les textes des autres auteurs du corpus, de lexèmes affectifs et axiologiques :

30Plusieurs lexèmes (que j’ai placés en italiques) expriment dans ce texte un jugement du locuteur, qu’il s’agisse des adjectifs évaluatifs ou affectifs, de la personnification des plantes, ou du marqueur d’orientation argumentative « pourtant ». On peut y ajouter les démonstratifs présupposant un espace perceptif partagé avec le lecteur et on observe aussi que les infinitifs initiaux introduisent une lecture symbolique de ce passage, les plantes donnant au poète des leçons d’écriture. Cette analogie entre la nature et le langage était déjà thématisée dans le poème par ailleurs très impersonnel lui aussi de la page 97 assimilant l’effritement/recomposition de la langue dans le poème à l’action de l’érosion.

31On voit à travers ces exemples comment ces textes qui semblent a priori détonner dans une œuvre poétique créent en réalité une scénographie spécifique combinant l’exactitude et la neutralité scientifique avec l’investissement axiologique d’un espace, le désert, doté de valeurs symboliques. Cet investissement s’appuie sur une appréhension de la page conçue non plus comme un espace indifférencié mais comme un lieu ouvert à différentes structurations permettant la mise en dialogue de plusieurs discours. Ainsi voit-on dans l’exemple (9) que la colonne de gauche relève d’une énonciation objectivante à laquelle s’oppose l’énonciation plus subjective, à la fois par la densité des métaphores et par l’affectivité inhérente aux adjectifs, de la colonne de droite cependant que la colonne centrale, où l’espacement des caractères est plus grand, apparaît comme un résumé où se superposent les dimensions dénotative et connotative de la description.

32Dans d’autres textes (p.98 ou 11728), le travail sur ce que Michel Favriaud appelle la ponctuation blanche différencie à ce point les espaces que l’on peut lire trois poèmes simultanément : les deux premiers, qui alternent régulièrement29, s’opposent quantitativement et qualitativement, le troisième poème résultant de leur union. La partie gauche, faite de vers isolés où abondent les expressions nominales, constitue l’ossature de la page entière, que la partie droite amplifie de façon plus discursive. Le poème complet fait donc dialoguer la version courte et la version longue et combine les vertus du resserrement et celles de l’expansion, comme on peut le voir dans l’extrait suivant :

33Les textes 9 et 10, tout en restant dans une actualisation30 spatio-temporelle minimale ne permettant pas l’individualisation du locuteur, font coexister des référenciations différentes du réel porteuses de points de vue différents mais simultanés. On voit ainsi que dans Sol absolu l’EE peut se combiner avec une très grande sophistication du rythme de la page qui introduit une dimension dialogique au sein même de poèmes dont le locuteur semble absent. On peut observer un phénomène similaire de différenciation/identification (Barbéris et Brès 2002 : 117) dans une autre manifestation du dialogisme implicite : celle qui résulte de la présence de discours rapportés qui ne font l’objet d’aucune prise en charge évaluative par le locuteur citant (SA 95, 104, 112, 136, 138, 166). Le lecteur peut identifier la citation grâce aux guillemets et les notes à la fin du texte lui indiquent la source du discours cité, mais aucun verbe introducteur ou aucun commentaire n’orientent la réception de ces discours, donnés en quelque sorte « bruts de décoffrage » par un locuteur qui refuse de les évaluer, adoptant ainsi une posture caractéristique de sousénonciation qui peut aller jusqu’à une disparition complète du locuteur premier derrière le discours cité (p.113 où les guillemets ont disparu alors qu’il s’agit d’une citation du Lévitique31). Dans ces textes, le discours cité constitue généralement un pas de côté, une autre façon d’aborder la notion thématisée, ou bien condense de façon emblématique une thématique centrale (la soif et le désir aux p.136 et 138) selon le régime de la citation d’autorité.

34Dans d’autres textes, au contraire, le locuteur citant rapporte les propos cités sur le mode du discours scientifique, qui évalue la véracité des propos cités, les résume parfois, les met en perspective les uns par rapport aux autres, les insère dans son discours propre sous la forme d’îlots citationnels (Rosier 1999). On trouve ainsi, accompagnant des citations de textes anciens, les expressions suivantes : « Quelques historiens pensent que » (p.140), « dans les “liturgies” de Tammouz, Edin est d’abord décrit comme un endroit verdoyant » (ibid.), « il s’agit sans doute des mêmes nomades (…) à ne pas confondre avec » (p.143), « notons que les noms de certains de ces Asiatiques appartiennent au groupe sémitique du nord-ouest » (p.144), « on pense communément que » (p.145), « ainsi débute la prière « (p.146), « pour l’Egypte antique / le désert est un monde d’exil, un monde “extérieur”« (p.154). On voit donc que les textes de Sol absolu ressortissant à l’EE appartiennent à deux catégories différentes :

35– dans les uns, le locuteur anonyme dispose les énoncés ou les syntagmes selon un rythme et une logique qui donnent à l’énumération ou à la caractérisation une portée symbolique ; ces textes sont parfois enrichis de citations non commentées dotées d’une dimension d’évidence énigmatique ;

36– dans d’autres, il adopte la posture du scientifique qui passe au crible les renseignements dont il dispose et montre comment les savoirs se bâtissent dans une circulation incessante des discours.

37Il n’est pas anodin que les textes de la première catégorie se rapportent surtout aux caractéristiques naturelles du désert et les textes de la seconde à des aspects historiques et linguistiques. Il y a en quelque sorte un mimétisme entre l’univers du texte et ses choix énonciatifs puisque l’énonciation se fait transparente lorsqu’il s’agit de ce qui échappe à l’humain et se montre elle-même lorsque l’histoire humaine entre en jeu. Mais au-delà de ces différences, l’ensemble de ces textes, caractérisés, rappelons-le, par le choix des caractères romains, un travail spécifique sur la ponctuation blanche, une absence d’embrayeurs personnels hormis quelques « on » et des impératifs métadiscursifs comme « notons », s’oppose aux textes en italiques déjà évoqués.

38Après avoir envisagé quelques-unes des manifestations de la subjectivité dans ces textes relevant de l’EE insérés dans des recueils où ils coexistent avec des textes embrayés, je vais dans une troisième partie tenter de préciser à quelle posture énonciative peut correspondre ce choix intermittent de l’EE et les effets à réception qui peuvent en découler.

393. L’effacement énonciatif au service de la dimension argumentative

40Je partirai dans cette partie du principe que tout discours s’efforce d’une certaine façon d’agir sur son destinataire en l’invitant à adhérer à la vision du monde qu’il propose. Si l’on accepte ce principe, on admettra, sans nier la spécificité des discours à visée persuasive explicite, que les autres discours possèdent malgré tout une « dimension argumentative », selon la distinction établie par Amossy (2000 : 25-26) entre visée et dimension argumentatives. Or mon hypothèse est que l’EE est précisément porteur d’effets argumentatifs indirects32 que je voudrais essayer de préciser.

41Globalement les œuvres auxquelles appartiennent ces poèmes relèvent de l’énonciation personnelle : elles mettent en scène un locuteur qui dit je et qui, parfois, s’adresse par des questions ou des injonctions à un destinataire non spécifié ou inclus dans un nous. Les poèmes en je apparaissent comme mimétiques du discours quotidien33, mais avec des caractéristiques propres qui résultent d’un processus de généralisation et de décontextualisation que j’ai étudié antérieurement (Monte 2003). De la sorte, les poèmes à ancrage déictique tendent déjà vers l’EE, comme le signale Rabatel (2004b : 115). Il n’y a donc pas de rupture radicale entre les textes qui relèvent de l’EE et leur cotexte, l’ensemble des œuvres étudiées construisant une textualité en même (idem) où le pôle du locuteur et du coénonciateur restent peu différenciés, plutôt qu’une textualité en soi-même (ipse) fondée sur une interaction explicite entre les deux pôles34. On voit néanmoins sur le corpus que j’ai constitué que la valeur énonciative des poèmes relevant de l’énonciation personnelle ne peut être pensée indépendamment de leurs relations avec les poèmes relevant de l’EE : dans « Ce qui est », « Le voile du temple » et « Sefar », les poèmes embrayés se caractérisent par une énonciation personnelle discrète, de sorte qu’ils apparaissent comme des variantes légèrement plus subjectives des poèmes relevant de l’EE, majoritaires ou faisant part égale avec eux. On assiste à une convergence des effets énonciatifs qui fait du je une instance faiblement singularisée. Dans Sol absolu, au contraire, la structure du recueil crée une tension entre deux plans d’énonciation distincts, le plan d’énonciation personnelle et le plan d’énonciation théorique, et le sens global de l’œuvre est à construire à partir de cette tension.

42Ce cadre général étant posé, comment apprécier l’effet de l’EE dans ces poèmes ? L’effacement du locuteur me semble avoir un impact à la fois sur la représentation du référent et sur la relation intersubjective proposée au coénonciateur, ces deux aspects étant d’ailleurs interreliés. Avant de préciser cet impact, il convient de resituer ces poèmes dans leur contexte d’énonciation. La poésie française post-1945 se construit dans un souci d’allégeance au réel qui passe par une subjectivité tenue en bride et dans un éthos de modestie qui empêche un déploiement exacerbé de l’ego. Ces deux traits sont encore très prégnants dans la conscience des poètes de mon corpus au moment où ils écrivent les œuvres que j’ai retenues35 et l’EE correspond donc à l’éthos d’une génération de poètes. Par ailleurs, les spécificités de chaque œuvre expliquent aussi que leur scripteur ait travaillé, consciemment ou non, dans le sens de l’EE. Ainsi, D’autres étés, plus au sud, que sa quatrième de couverture présente comme une sorte de journal de voyage « qui s’efforce de résister à l’encombrement des émotions », manifeste pourtant dans son titre et son exergue36 que le point de repère des textes est bien le je, caractérisé notamment par son ancrage dans le Sud (de la France) et son œuvre poétique antérieure37. On voit que le paratexte situe le livre dans un réseau d’exigences contradictoires où s’opposent l’émotion et la retenue, moi et autrui, le journal de voyage et la poésie. L’alternance entre des textes plus personnels et des textes relevant de l’EE va permettre le jeu entre ces pôles antithétiques. En mettant en retrait le je, l’EE fait échapper le texte au caractère trop individuel de tout récit de voyage, vite menacé par l’anecdote et la contingence, et permet au lecteur d’investir facilement un poème peu marqué par le locuteur. La fréquence des déictiques spatiaux (« voici », « c’est ») et du « on »38 construit une scène accueillante au lecteur, alors que les marqueurs d’orientation argumentative et les négations introduisent un dialogisme qui, rapprochant le texte du récit oral, font participer le lecteur à son évaluation. Les poèmes de « Sefar » relèvent pour leur part d’une stratégie de décontextualisation (absente de l’autre texte de Gaspar sur les Bovidiens39) qui les marque comme poétiques (Dominicy 1989) tout en facilitant l’adhésion du lecteur à l’émotion évoquée, même s’il n’a jamais vu les gravures rupestres du Sahara. Dans ces deux ensembles, l’EE permet donc d’arracher le texte au trop singulier et d’inclure le lecteur dans la scénographie, pour peu qu’il accepte d’entrer dans le jeu de cette subjectivité où les deux pôles de la communication sont peu marqués.

43Dans « Le voile du temple » et Sol absolu, l’arrachement au particulier produit par l’EE n’est pas à négliger, mais l’enjeu me semble surtout se situer dans un bouleversement des relations homme/nature impliquant des changements discursifs. Ces deux ensembles de poèmes effacent l’humain au profit de la nature tout en exhibant l’écriture des textes à travers des figures de personnification très marquées, la répétition de patrons syntaxiques peu courants ou une mise en page inhabituelle. Ceci entraîne à mon avis des conséquences importantes sur la réception de ces textes. Alliées à l’EE, les personnifications introduites par Grosjean évitent le risque de platitude qui découlerait de descriptions trop objectivantes sans pour autant réintroduire massivement la subjectivité d’un locuteur qui projetterait ses émotions sur le paysage. Les éléments naturels deviennent des actants tout en restant indépendants de l’homme et les textes évoluent ainsi vers des sortes de micro-récits d’autant plus mystérieux qu’ils restent lacunaires et manquent notamment d’une évaluation. On voit bien dans les exemples (1) et (2) que le texte laisse entendre que quelque chose pourrait arriver ou est arrivé sans pourtant aller plus loin. Carte blanche est laissée au lecteur pour investir le texte de la dimension configurationnelle40 qui lui manque. On retrouve ici, dans un paradigme littéraire bien différent de celui du roman réaliste, la tension entre récit et description et les tentatives pour faire passer celle-ci du côté de celui-là41. Quant à l’hétérogénéité discursive de Sol absolu, elle permet de tenir ensemble deux appropriations de l’espace en neutralisant les risques potentiels de chacune. Les poèmes lyriques subjectivisent à l’extrême la relation au désert en perturbant la distinction entre l’extérieur et l’intime (cf. l’exemple 7) et si leur énonciation décontextualisante accueille le lecteur dans la scénographie, ils ne font pas totalement justice à ce paysage qui s’impose d’abord dans son altérité et son étrangeté. L’insertion de textes fortement didactiques permet alors d’assurer l’équilibre entre deux approches différentes du désert : celle qui, le constituant en objet de savoir et d’analyse, le laisse dans son extériorité et celle qui, s’attachant à son effet sur l’homme qui le découvre, l’incorpore à l’expérience humaine. Juxtaposer ces deux approches dans deux sortes de textes différents ou à l’intérieur d’un même texte par le jeu de la ponctuation blanche permet d’allier deux modes de connaissance et de renouveler la poésie par l’apport de discours qui, depuis la fin de la poésie didactique, lui étaient restés étrangers.

44Par ailleurs, tous ces textes, en effaçant au moins partiellement le locuteur, recentrent l’effort interprétatif du lecteur sur le texte lui-même, et sur l’activité d’écriture qui lui a donné naissance. S’il est possible, sur la base de la subjectivité résiduelle que j’ai étudiée dans la deuxième partie, d’attribuer au locuteur un éthos, ce qui est montré dans ces textes, – et sur ce point je rejoins Philippe –, c’est plus l’activité du scripteur (énonciation enchâssante) que les émotions ou affects du locuteur, volontairement mis au second plan. Le poème me paraît alors jouer argumentativement sur deux tableaux : au niveau du dit, il se donne grâce à l’EE comme le rapport fidèle d’un réel qui serait préservé d’interprétations humanisantes déformantes42, tandis qu’au niveau du dire, il montre à l’œuvre une énonciation qui organise très activement la mise en texte de ce réel. Quoique modeste et effacé, le poète apparaît ainsi comme un artisan qui possède des qualités homologues de celles du monde naturel qu’il met en scène43. Comme ceci est montré plutôt que dit, le lecteur a la satisfaction d’établir lui-même les liens suggérés entre par exemple l’acte de création poétique et l’aridité/fécondité du désert dans Sol absolu ou entre la pauvreté des villages marocains et la banalité voulue de l’écriture dans D’autres étés, plus au Sud. Le texte devient ainsi le manifeste du projet poétique dont il est porteur sans que rien pourtant ne soit explicité.

45Le rendement d’un tel choix discursif reste bien sûr partiellement imprévisible : certains lecteurs seront séduits par la rupture qu’apporte le texte au sein des conventions poétiques et adhèreront d’autant mieux au projet qu’ils feront tout seuls le travail interprétatif qu’il appelle, mais d’autres lecteurs risquent de se détourner d’un texte si peu en accord avec leurs attentes en matière de description poétique. On peut penser alors que la gradualité de l’EE (qui accepte des textes où existe de façon latente un centre perceptif ou un sujet modal porteur de valeurs) et la présence de textes plus ancrés sur la situation d’énonciation permettra de « récupérer » ces lecteurs déroutés par l’objectivisme de certains textes. L’inconvénient d’une telle analyse est qu’elle transforme en stratégies conscientes des décisions d’écriture dont la motivation échappe en grande partie à leur auteur et qui témoignent surtout de l’impact de la situation historique sur les choix discursifs : mise en retrait de la subjectivité, refus des prises de position explicites, valorisation du réel dans son étrangeté, jeu avec les modèles génériques, voilà autant de traits qui correspondent bien à la situation socio-historique de la poésie de la fin du XXe siècle. Mais il serait réducteur de ne voir dans les textes que le pur produit de leur époque. Leur argumentativité indirecte est d’autant plus puissante qu’elle naît, non pas d’un projet clairement formulé a priori, mais du travail d’écriture lui-même sur lequel pèsent bien sûr les déterminations multiples du champ littéraire, mais qui, en retour, invente de nouvelles façons de dire le monde qui vont modifier ce champ. Cherchant à dire un rapport aux lieux où ceux-ci s’émanciperaient au moins partiellement du regard humain qui les façonne et existeraient sinon en soi du moins pour une conscience peu spécifiée, ces auteurs créent des poèmes descriptifs véritablement nouveaux en ce qu’ils posent autrement le rapport entre l’énonciateur et son objet. La relation au lecteur s’en trouve nécessairement affectée puisque c’est à lui qu’incombe de valoriser les choix d’écriture affichés par le texte en les revêtant d’une dimension symbolique et de formuler le jugement évaluatif que le locuteur laisse en suspens. L’ouverture du texte à l’activité interprétative du lecteur, corollaire de l’EE, construit ainsi la poésie en opposition à d’autres discours contemporains – médias, publicité – massivement évaluatifs et incitatifs. En présentant le monde comme libéré de toute emprise humaine trop univoque, une telle poésie peut désarçonner mais apparaît comme emblématique d’une littérature contemporaine valorisant la litote et la mise en suspens du sens sans pour autant sacrifier à l’hermétisme ou à l’autoréférentialité.

Haut de page

Bibliographie

Corpus :

P : Gaspar Lorand, 2004 (1e éd. 2001), « Sefar » dans Patmos et autres poèmes, Poésie/Gallimard, Paris

SA : Gaspar Lorand, 1982 (1e éd. 1972), Sol absolu et autres textes, Poésie/Gallimard, Paris,

NA : Grosjean Jean, 1996, « Le voile du temple » dans Nathanaël, Gallimard

DA : Migozzi Marcel, 1996, « Ce qui est (Maroc 1993) » dans D’autres étés, plus au sud, L’Harmattan

Adam J.-M., 1994 (1985), Le texte narratif, Paris, Nathan.

Adam J.-M. & Petitjean A., 1989, Le texte descriptif, Paris, Nathan.

Amossy R., 2000, L’argumentation dans le discours. Discours politique, littérature d’idées, fiction, Nathan.

Amossy R. & Maingueneau D. (éds.), 2003, L’analyse du discours dans les études littéraires, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail.

Auroux Guy, 2005, « Jean Grosjean : de l’élégie divine à une plainte sans sujet » dans Elégies, n°12 de Babel, Faculté de Lettres de l’Université du Sud Toulon Var, p.211-249.

Authier-Revuz J., 1995, Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidences du dire, Paris, Larousse, 2 vol.

Banfield A., 1995 (texte anglais : 1982), Phrases sans parole. Théorie du récit et du style indirect libre, Paris, Seuil.

Barbéris J. & Brès J., 2002, « Analyse textuelle de l’incipit » dans Roulet et Burger éds., p. 83-123.

Benveniste E., 1966, Problèmes de linguistique générale, tome 1, Paris, Gallimard.

Brophy M. & Mary Gallagher M. (éds.), 2006, Sens et présence du sujet poétique. La poésie de la France et du monde francophone depuis 1980, Amsterdam-Atlanta, Rodopi.

Charaudeau P., 1992, Grammaire du sens et de l’expression, Paris, Hachette.

Combe D., 1989, Poésie et récit, une rhétorique des genres, Paris, José Corti.

Détrie C., 1998, « Entre ipséité et altérité. Statut énonciatif de “on” dans Sylvie », L’Information grammaticale 76, Paris, S.P.I.G., p.29-33.

Détrie C., Siblot P. & Verine B., 2001, Termes et concepts pour l’analyse de discours. Une approche praxématique, Paris, Champion.

Détrie C. & Vérine B., 2003, « Modes de textualisation et production du sens : l’exemple de “‌Complainte d’un autre Dimanche” de Jules Laforgue », dans Amossy et Maingueneau (dirs.), p.213-226.

Dominicy M., 1989, « De la pluralité sémantique du langage. Rhétorique et poétique », Poétique n° 80, 499-514.

Ducrot O., 1984, Le dire et le dit, Paris, Minuit.

Favriaud M., 2004, « Quelques éléments d’une théorie de la ponctuation blanche par la poésie contemporaine », L’Information grammaticale 102, Paris, S.P.I.G., p.18-23.

Gardes Tamine J., 1996, Saint-John Perse ou la stratégie de la seiche, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence

Genette G., 1972, Figures III, Paris, Seuil.

Genette G., 1979, Introduction à l’architexte, Paris, Seuil.

Genette G., 1983, Nouveau discours du récit, Paris, Seuil.

Gleize J-M., 2006, « [j’] » dans Brophy M. & Gallagher M. éds., p. 143-152.

Hamon Ph., 1981, Introduction à l’analyse du descriptif, Paris, Hachette.

Jaubert A., 2003, « Genres discursifs et genres littéraires : de la scène d’énonciation à l’empreinte stylistique », dans Amossy R. & Maingueneau D., éds., p. 281-293.

Lefeuvre Fl., 1999, La phrase averbale en français, Paris, L’Harmattan.

Maingueneau D. & Philippe G. , 2002, « Les conditions d’exercice du discours littéraire », dans Roulet et Burger éds., p. 351-377.

Mellet S., 1998, « Présent et présentification : un problème d’aspect » dans Sv. Vogeleer, A.Borillo, C.Vetters, M. Vuillaume (éds.), Temps et discours, Louvain, Peeters, p. 203-213.

Monte M., 2002, Mesures et passages. Une approche énonciative de l’œuvre poétique de Philippe Jaccottet, Paris, Champion.

Monte M., 2003, « Essai de définition d’une énonciation lyrique. L’exemple de Philippe Jaccottet », Poétique n° 134, avril 2003, p.159-181

Monte M., 2006, « Runes de Jean Grosjean et La grande neige d’Yves Bonnefoy : de l’étrangeté pragmatique à la lecture allégorique », dans Brophy M. & Gallagher M. (éds), p. 227-241.

Monte M., 2007, Le poème : parole et texte. De la linguistique énonciative à la stylistique de la poésie, Note de synthèse en vue de l’HDR, document dactylographié, 216 p.

Nølke H., Flottum K. & Norén C., 2004, Scapoline. La théorie scandinave de la polyphonie linguistique, Paris, Kimé

Philippe G., 2002, « L’appareil formel de l’effacement énonciatif et la pragmatique des textes sans locuteur » dans Pragmatique et analyse des textes, Amossy Ruth (dir.), Presses Universitaires de Tel-Aviv, p.17-34

Philippe G., 2005, « Le style est-il une catégorie énonciative ? », dans De la langue au style, Gouvard J.-M. éd., Presses Universitaires de Lyon, p.145-156.

Rabatel A., 2004a, « Stratégies d’effacement énonciatif et posture de surénonciation dans le Dictionnaire philosophique de Comte-Sponville » Langages 156, décembre 2004, Paris, Larousse, p. 18-33.

Rabatel A., 2004b, « Effacement énonciatif et effets argumentatifs indirects dans l’incipit du Mort qu’il faut de Semprun », Semen n°17, Université de Besançon, p.111-132.

Reuter Y., 1998, « La description en questions », dans La description, Reuter Y., (éd.), Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, p. 33-59.

Ricoeur P., 1984, Temps et récit II. La configuration dans les récits de fiction, Paris, Seuil.

Rosier L., 1998, Le discours rapporté. Histoire, théories, pratique, Bruxelles, Duculot.

Roulet E. et Burger M. (éds.), 2002, Les modèles du discours au défi d’un “dialogue romanesque”, Presses Universitaires de Nancy.

Verine Bertrand 1998, « Un exemple d’actualisation en idem : “Walcourt” de Paul Verlaine », L’Information grammaticale 77, Paris S.P.I.G., p.38-42.

Vion R., 2001, « “Effacement énonciatif” et stratégies discursives », in André Joly & Monique De Mattia (éds.), De la syntaxe à la narratologie énonciative, Paris, Ophrys, p. 331-354.

Haut de page

Notes

1 On en exceptera bien sûr les travaux de Banfield (cf. plus bas).
2 Mais on sait qu’à l’inverse la théorie de Ducrot est fortement redevable aux études narratologiques.
3 Il faut en excepter, bien sûr, les travaux de Marc Dominicy, les recherches du courant praxématique sur lesquelles je vais revenir et certaines autres études qui n’ont pas eu peut-être le retentissement qu’elles méritaient (Gardes Tamine 1996).
4 Dictionnaire historique de la langue française, Le Robert 1998.
5 J’emploie ici le mot « locuteur » pour désigner l’instance - construite par l’acte d’énonciation - responsable des repérages déictiques, le « locuteur-L » de Ducrot (1984). Ce locuteur est en même temps le seul énonciateur de l’énoncé si les points de vue exprimés ne peuvent être rattachés à aucun autre être discursif (Nølke, Fløttum et Korén 2004).
6 Rappelons que Benveniste définissait les textes régis par « l’énonciation historique » de la façon suivante : « Personne ne parle ici ; les évènements semblent se raconter eux-mêmes. » (1966 : 241)
7 L’autre consiste à construire un énonciateur « universel ».
8 On sait que pour Banfield le récit se distingue radicalement de la communication en je/tu en ce qu’il associe deux formes linguistiques spécifiques : le récit proprement dit, dépourvu de marques énonciatives, et les paroles et pensées représentées rattachables non pas à un énonciateur mais à un soi à la conscience duquel le lecteur se trouve avoir ainsi accès. Pour une critique sommaire de cette position, on pourra lire Genette (1983 : 66-69).
9 On peut, par parenthèses, se demander si le procès fait par Philippe à l’approche énonciative ne rate pas un peu sa cible dans la mesure où le « style » est généralement rattaché à l’instance (anonyme ou identifiée à l’auteur en tant que tel) productrice du texte plutôt qu’au locuteur responsable de l’énoncé, même si une telle distinction devient problématique dans les textes à la première personne.
10 Pour ne citer qu’un exemple, l’impersonnalité du Parnasse et celle de Mallarmé ou Rimbaud, si elles ont des racines communes, relèvent de projets fort différents et donnent naissance à des œuvres très dissemblables.
11 L’agencement des recueils à partir d’éléments d’abord indépendants montre l’importance qu’attachent les poètes eux-mêmes à la question du cotexte, et, dans la poésie contemporaine, l’unité pertinente est généralement non pas le poème isolé, qu’il ait ou non un titre, mais la suite de poèmes. L’analyse linguistique de la poésie gagnerait beaucoup à considérer le poème « isolé » comme partie intégrante d’un tout, au même titre que le chapitre de roman.
12 p.91-99 du livre dans la collection Poésie/Gallimard, Paris, 2004.
13 p.87-208 de Sol absolu et autres textes, Poésie/Gallimard, Paris, 1982.
14 Dans ce livre très composé qui part des roches, passe par la flore et la faune pour aboutir aux habitants humains du désert, la typographie oppose assez vite des poèmes en caractères romains et d’autres en italiques et cette opposition coïncide progressivement avec l’opposition énonciative entre discours théorique et discours embrayé.
15 p. 77-111 de Nathanaël dans la collection blanche, Gallimard, Paris, 1996. J’ai proposé une lecture pragmatique d’une autre partie de ce recueil dans Monte 2006.
16 Je pense entre autres à Olivier Cadiot. Sur ces dispositifs, on pourra lire Gleize 2006.
17 Je n’ai pas exclu a priori les poèmes en on, ce pronom pouvant selon les cas correspondre à des plans d’énonciation embrayée ou débrayée.
18 Rappelons que, dans beaucoup de théories, le présent est une forme non temporelle ou prétemporelle (Cf., par exemple, Mellet 1998 ou l’article « Présent » dans Détrie, Siblot et Vérine 2001.
19 Mais 78% des poèmes en caractères romains, qui constituent la moitié du corpus, répondent à ces quatre critères.
20 « Lenteur du jour » peut être senti comme plus neutre que « le jour est lent » ou « le jour passe lentement » parce que l’opération de prédication sous-entendant une évaluation du locuteur y est moins sensible, thème et prédicat se trouvant amalgamés.
21 On peut citer par exemple NA 79 et 82 (où elle est renforcée par le discours rapporté faisant de l’ombre ou du soleil des locuteurs) ou NA 111.
22 Bertrand Verine me fait remarquer qu’ici comme en (3), la présence de sensations olfactives, gustatives et tactiles, plus intimes que les sensations visuelles ou auditives, peut, même en l’absence de foyer explicite, être sentie comme une marque de subjectivité.
23 On a ici une réécriture amusée du Cantique des créatures de François d’Assise.
24 Le titre de la section, « Le voile du temple », active d’entrée cette relation intertextuelle : dans l’évangile de Mathieu (chap.27, verset 51), le voile du temple se déchire lors de la mort du Christ.
25 Ce n’est pas le cas ici où on observe un mais, et plusieurs comparaisons et métaphores.
26 Concernant le trait 2, une bipartition se fait entre des poèmes ou parties de poèmes dépourvus de tout affectif ou axiologique (cf. ex.8) et d’autres où ils sont assez abondants (cf. ex.9).
27 Le distique final – « la familiarité du vide / sous les noms disséminés » – apparaît comme une reformulation impliquant un changement de perspective (Reuter 1998 : 47) et donnant à l’espace décrit une valeur (Jaubert 2003 : 288).
28 Ces textes font exception aux règles que j’ai posées pour la constitution du corpus car ils comportent chacun un embrayeur personnel (je à la p. 98, tu à la p. 117). Toutefois, j’en parle ici car ces marques, contrairement à ce qui se passe dans les poèmes en italiques, se bornent à une seule occurrence et le choix des caractères romains les inclut dans la catégorie des poèmes à tendance objectivante.
29 Ils se distinguent visuellement par l’espacement de leur police et par le démarrage de leurs lignes à gauche de la page pour l’un, au centre pour l’autre.
30 Sur ce concept développé par la praxématique, cf. Verine 1998 et Barbéris et Brès 2002.
31 Chap. 14, versets 43, 45, 49-53.
32 Je n’entrerai pas ici faute de place dans l’étude des mécanismes de l’argumentation indirecte. Le lecteur pourra se reporter à Rabatel 2004b : 124-127.
33 Sur la mise en représentation des genres premiers du discours quotidien par les textes littéraires, cf. Détrie et Vérine 2003 : 214.
34 Sur cette opposition cf. Détrie, Siblot et Verine 2001 : 329-334 et 354.
35 On a pu montrer (Auroux 2005) comment Grosjean avait évolué vers une élégie asubjective alors même que la scène générique s’y prêtait peu.
36 « En voyage, ne jamais oublier ici : qu’on est toujours au centre. » (Danièle Sallenave)
37 On peut penser que ce livre dialogue avec Juillet, voyages, un autre recueil lié à des voyages, qui valut à son auteur le prix Malrieu 1985.
38 Sur « on » cf. Détrie 1998 et Monte 2002, p.134-141.
39 Journaux de voyage, Picquier-Le Calligraphe, 1985.
40 Sur cette dimension capitale du récit, cf. Ricoeur 1984 et Adam 1994.
41 Pour plus de détails sur le statut de la description en régime réaliste, cf. Hamon 1981 et Adam et Petitjean 1989 : 25 sq.
42 De ce point de vue, ces poèmes s’inscrivent nettement dans un paradigme anti-humaniste.
43 On se souvient aussi que plusieurs textes de Gaspar évoquent explicitement ce parallélisme entre l’action du monde naturel et l’activité d’écriture.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michèle Monte, « Poésie et effacement énonciatif », Semen [En ligne], 24 | 2007, mis en ligne le 25 janvier 2008, consulté le 02 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/semen/6113 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.6113

Haut de page

Auteur

Michèle Monte

Université du Sud Toulon-Var, BABEL EA 2649

Articles du même auteur

  • Introduction [Texte intégral]
    Linguistique et poésie : état des lieux et perspectives
    Paru dans Semen, 24 | 2007
Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page