Navigation – Plan du site

Introduction

Linguistique et poésie : état des lieux et perspectives
Joëlle gardes tamine et Michèle Monte

Texte intégral

1Quand nous avons conçu le projet d’un numéro de revue consacré à « Linguistique et poésie », nous pensions qu’il susciterait un grand nombre de propositions. Notre appel à communication proposait en effet différents axes de travail susceptibles de retenir l’attention de chercheurs d’horizons divers. Des analyses précises de textes pouvaient permettre de s’interroger sur des points particuliers, comme la déixis, la question du rythme, la construction du sens, toutes analyses qui auraient constitué des supports conduisant à s’interroger sur la spécificité de la langue de la poésie, sur son rapport au monde et sur son ontologie. Une réflexion paraissait nécessaire sur la pertinence de l’application à la poésie d’outils élaborés pour d’autres types de textes, par exemple ceux de la linguistique de l’énonciation ou de la rhétorique et sur les enseignements que les nouvelles linguistiques pouvaient apporter sur la nature du fait poétique. Nous souhaitions que théorie et pratique, épistémologie et description des faits se conjoignent dans ce numéro et conduisent à enrichir, disions-nous, « notre compréhension du fonctionnement linguistique des textes poétiques et de la façon dont s’élabore leur signification, mais également de la spécificité de la praxis poétique en regard d’autres pratiques littéraires et langagières. » Or, si les propositions que nous avons reçues étaient pour la plupart conformes à ce cahier des charges, elles se sont révélées peu nombreuses peut-être parce que c’est l’oral qui concentre actuellement l’attention des linguistes, notamment ceux qui s’intéressent à l’énonciation et aux échanges, peut-être aussi parce que les stylisticiens, que les questions que nous posions auraient dû intéresser au premier chef, se livrent surtout, ne serait-ce que parce qu’ils sont souvent liés aux contraintes de la préparation aux concours de recrutement, à des analyses particulières sans chercher à généraliser ou à s’interroger sur leur propre pratique. Quoi qu’il en soit, les articles regroupés dans ce numéro apportent quelques éléments de réponse aux questions que nous souhaitions voir débattues, mais il reste encore bien des pistes à explorer que nous indiquerons plus loin.

2Des contributions rassemblées, plusieurs points de réflexion se dégagent. Le premier concerne la nature même de la linguistique à appliquer au texte poétique. Dans les années 1970, quand littérarité et poéticité étaient au cœur des débats, il était facile d’y répondre : pour le dire brutalement, le structuralisme triomphant n’autorisait pas d’autre approche qu’une linguistique de la phrase et une analyse par niveaux, phonique, morphologique, syntaxique, lexical, etc., dont la mise en relation permettait de dégager de grandes lignes de convergence sur lesquelles, éventuellement, se détachaient quelques contrastes. Le modèle en était évidemment la célèbre analyse des Chats de Jakobson et Lévi-Strauss. Aujourd’hui, la situation a changé : la linguistique n’est plus une discipline refermée sur quelques grands principes saussuriens, et les paramètres qui en avaient été exclus ont fait leur retour, qu’il s’agisse de la sémantique, longtemps parente pauvre de la discipline, ou du sujet, dont l’individualité était évacuée au profit d’un fantôme abstrait et interchangeable. Quant à la belle autonomie que la discipline avait conquise sur l’histoire ou la psychologie, elle a volé en éclats. La psychanalyse nous a montré les failles du sujet locuteur, l’histoire littéraire, les échos de texte à texte, et l’Histoire, l’influence des événements sur les conceptions poétiques. La sociologie a conduit à l’étude de l’insertion des locuteurs dans des groupes et à leurs interactions verbales, les sciences cognitives ont mis l’accent sur les mécanismes mentaux : la linguistique aujourd’hui s’appelle psycho-linguistique, sociolinguistique, linguistique cognitive… L’étude du texte poétique ne saurait être attachée une fois pour toutes à telle ou telle linguistique. Tout au plus l’article de Marc Dominicy donne-t-il l’exemple d’une théorie globale du texte poétique, qui relève de l’évocation, mais il reste alors à s’interroger sur le passage de cette théorie à l’analyse de détail. Celui de Joëlle Gardes Tamine s’interroge sur la pertinence de l’application d’outils rhétoriques, qui ne sont pas spécifiques au texte poétique, mais il s’agit là seulement d’une branche de la linguistique. D’une certaine façon, c’est l’éclectisme, ou le choix d’un seul niveau d’analyse, qui domine le plus souvent dans ces différentes contributions : Lucien Victor s’interroge sur le rôle de la syntaxe en poésie, et sur son évolution possible au cours des siècles, Hugues Laroche montre les changements dans le lexique poétique au xixe siècle, Jean-Michel Gouvard analyse la métrique d’un recueil de Bonnefoy. Le texte, ou le recueil, on y reviendra, apparaît d’abord comme un lieu clos, que l’on peut décrire exhaustivement sous un certain angle (l’article de Jean-Michel Gouvard en particulier présente des statistiques), et d’une certaine façon, les meilleures leçons du structuralisme n’ont pas été oubliées. Toutes ces communications posent cependant un problème que les analyses structuralistes ne posaient pas, celui de l’interprétation. Ou plutôt, elles le posaient sans sortir du texte, considéré comme autoréférentiel, et détaché aussi bien de l’acte qui l’avait créé que de la réception de ses lecteurs. Les analyses actuelles débouchent cette fois sur une interprétation qui nécessite la prise en compte d’un au-delà du texte, une mise en série, pour reprendre cette notion de l’analyse sémiologique, qui insère le poème au sein d’autres objets du même type, et le met en relation avec une situation d’énonciation, une prise de parole liée à des conditions historiques ou à un projet poétique personnel, explicite ou non.

3Il existe ainsi un au-delà du texte que les analyses ne peuvent plus ignorer. Les contributions de Jean-Michel Gouvard, de Jean-Michel Adam et Ute Heidmann et de Michèle Monte montrent toutes les trois que l’analyse d’un poème isolé ne peut trouver son sens que dans la mise en relation de ce poème avec l’ensemble du recueil au sein duquel il s’insère. Les structures métriques (rythme du vers, système des rimes) ou prosodiques (récurrences phoniques), ainsi que les choix énonciatifs observables dans un poème ne prennent leur sens que par contraste ou similitude avec les choix récurrents à l’échelle du recueil. Mais l’au-delà du texte ne se borne pas là. L’étude de la subjectivité, telle qu’elle est menée dans l’article de Michèle Monte, ou celle de l’èthos dans l’acception de ce concept que propose Joëlle Gardes Tamine, supposent que le texte soit envisagé comme le lieu où se construit une image du locuteur qui influencera la lecture du poème. De ce fait, l’analyse interne du poème se trouve reliée à son amont et à son aval, à l’étape de sa fabrication comme à celle de sa réception. Ces deux contributions montrent ainsi que la question du lyrisme ne saurait être posée dans les termes où l’avaient fait les Romantiques qui opposaient la sincérité du Moi à l’observation des règles prônées par les Classiques. Le locuteurdu poème, qu’il s’exhibe ou se masque derrière une apparente impersonnalité, qu’il prétende mettre son cœur à nu ou s’effacer derrière la description du monde, est la résultante d’un ensemble de choix énonciatifs, et doit être pensé comme une construction argumentative due à l’action mi-consciente mi-inconsciente du sujet parlant avec lequel on ne saurait le confondre. Le lyrisme apparaît ainsi non pas comme l’expression spontanée d’une subjectivité mais comme un positionnement dont il convient d’évaluer la dimension argumentative.

4La prise en compte de l’au-delà du texte débouche aussi sur des analyses et des réflexions qui adossent l’analyse du poème à celle de son contexte historique : l’article de Jean-Michel Adam et Ute Heidmann nous conduit ainsi de Goethe à Baudelaire en passant par Nerval, en montrant comment la poésie n’échappe pas au dialogisme interdiscursif ; l’article d’Hugues Laroche montre combien la poésie est tributaire de l’évolution des conceptions sur le langage élaborées par le monde savant ; celui de Lucien Victor amène à s’interroger sur le statut de la poésie au sein de l’ensemble de la littérature. Est-il d’ailleurs vraiment légitime de parler de la poésie en général, tant la place de celle-ci au sein du discours littéraire a évolué depuis le temps où tout discours, fût-il scientifique ou didactique, était versifié, jusqu’à notre époque où coexistent au sein d’un ensemble appelé poésie des textes versifiés et des textes en prose, mais où la majeure partie de la littérature, et plus largement des discours écrits, échappe à la poésie ?

5L’au-delà du texte, c’est également le monde auquel il fait référence, et de ce point de vue, ainsi que nous le disions plus haut, on note un net déplacement de perspective depuis l’époque structuraliste. L’article de Michèle Monte, par une analyse du dispositif énonciatif dans certains recueils, montre comment le texte poétique contemporain, en rendant implicites certaines relations sémantiques, sollicite l’activité interprétative du lecteur et remodèle les rapports entre le locuteur, l’objet du poème et le récepteur, en travaillant à la fois sur la relation au référent et sur les modèles génériques. Quant à la théorie de Marc Dominicy, elle vise à déterminer des modalités sémantiques de prise en charge de l’indécision et du flou inhérents à nos relations avec le réel dans lequel nous sommes plongés, l’évocation poétique constituant une de ces modalités. Évoquer et décrire apparaissent ainsi comme des conduites linguistiques correspondant à des prises en charge différentes du réel, engageant des processus cognitifs distincts chez le récepteur. Il n’y a donc nulle dichotomie entre un usage non littéraire qui fait du langage un instrument d’appropriation et de construction du réel et un usage littéraire qui le refermerait sur lui-même. Si la densité des réseaux intertextuels jointe à la richesse des parallélismes internes donne au texte poétique un statut particulier, il est cependant justiciable d’une analyse globale qui envisage l’évocation poétique comme un cas particulier d’une procédure plus générale d’évocation discursive. Il y a sans doute encore beaucoup à faire pour préciser les contours linguistiques de cette évocation, en particulier pour déterminer si elle se répercute sur tous les niveaux de la construction du texte ou si elle n’en affecte que certaines composantes. Mais il ne semble pas déplacé de conclure de ces travaux que la poéticité réside au moins pour partie dans une certaine configuration de la communication.

  • 1 Structure du langage poétique, Flammarion, 1999 [1e éd. 1971] et Le haut langage, Flammarion, 1993.
  • 2  Voir Henri Mondor, Vie de Mallarmé, Gallimard, 1941-1942, p. 506-507.
  • 3 Œuvres Complètes, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », p. 524.

6Cette question de la poéticité, même si elle ne se pose plus avec autant d’acuité qu’à l’époque du structuralisme, ou lors de la publication des ouvrages qui l’ont mise sur le devant de la scène, comme ceux de Jean Cohen1, continue à surgir régulièrement. Il est vrai que la plupart des critiques, en particulier les critiques littéraires, y répondent par une de ces formules incantatoires un peu creuses dont sont friands les esprits épris de certitudes : la poésie serait ainsi une subversion des codes. On oublie un peu facilement que, durant des siècles, elle a été au contraire une soumission à des règles, des « rhétoriques et des prosodies », selon l’expression de Baudelaire, qui, pour ne pas s’appliquer à la prose, n’en constituaient pas moins des règles strictes. Le tout de la poésie n’est pas celle de Laforgue, Rimbaud ou Artaud, et encore faudrait-il déterminer exactement comment et où se fait la subversion, car, du moins pour la syntaxe, les libertés prises ne le sont jamais qu’à l’intérieur des possibilités de la langue. Mallarmé, pourtant souvent pris comme chef de file de l’évolution de la poésie vers une autre langue, se disait résolument « syntaxier2«, et Saint-John Perse, dont la poésie est souvent hermétique, louait pourtant Léon-Paul Fargue dans la préface à la nouvelle édition de ses Œuvres de ne « répudier jamais le grammairien secret que porte en lui tout vrai poète articulé.3« L’article de Lucien Victor, s’il attire l’attention sur les usages différents que font de la syntaxe les poètes au cours des siècles, ne fait pas apparaître de constructions qui seraient réservées à la poésie, et celui d’Hugues Laroche, qui montre l’évolution du lexique, ne décèle pas non plus de spécificités, sinon dans les « reflets réciproques » dont s’allument les mots, selon l’expression de Mallarmé : particularité de l’usage et non du système. Serait-ce alors du côté de la subjectivité, de l’énonciation, que la poéticité devrait être cherchée ? L’article de Michèle Monte analyse chez Lorand Gaspar comment le lecteur est sollicité par le texte lui-même pour combler des lacunes ou investir de sens certains traits du poème : « l’effacement énonciatif » qu’elle met en lumière joue pourtant de traits que l’on retrouverait ailleurs, comme la citation, l’apposition, le recours à certaines modalités, etc. Ce n’est donc pas dans la langue que se fait la différence, mais dans la combinatoire, dans la construction du texte, dans le lien entre les différents niveaux. L’article de Jean-Michel Gouvard montre bien par exemple celui qui unit la syntaxe et la métrique. Dans la poésie versifiée, l’organisation métrique implique un travail sur la langue, mais il s’agit plus de la « creuser », selon le terme qu’utilisait Mallarmé pour le vers, que de la « subvertir » ou de s’en écarter. Il ne faut donc pas isoler la langue poétique, ni séparer radicalement la poésie de l’ensemble des discours. L’article de Joëlle Gardes Tamine insiste sur le fait que plusieurs procédures rhétoriques, à l’œuvre dans l’argumentation, sont utiles pour analyser une poésie qui cherche à toucher, à movere, ou à atteindre le sublime.

  • 4  Victor Hugo, Préface de Cromwell, coll. « Bouquins », Robert Laffont, 1985, p. 29.
  • 5  Joëlle Gardes Tamine, « Où il est dit que les poètes sont aussi des grammairiens », Littératures e (...)
  • 6  C. Détrie : De la non-personne à la personne : l’apostrophe nominale, 2006, CNRS éditions ; M. Mon (...)

7Si la poésie n’est pas une langue à part, cela ne signifie pas pour autant qu’elle ne présente pas une certaine étrangeté car, si elle utilise les faits de langue habituels, il est fréquent qu’elle les sélectionne et les amplifie d’une manière particulière : « elle est une exploitation particulière des ressources de la grammaire, tout comme la prose en est une autre. […] Hugo se justifiait d’employer dans ses pièces l’alexandrin en affirmant que le théâtre est un “point d’optique” qui a besoin “d’une forme de bronze qui encadre la pensée dans son mètre4”. Grâce à cette forme de bronze, la poésie se révèle un observatoire particulièrement fécond de la langue5 ». Les jeux d’accord et de discordance entre la syntaxe et le rythme, les « vertus du resserrement et de l’expansion », selon l’expression de Michèle Monte, attirent l’attention sur des faits de langue dont la prose minimiserait l’importance. Un phénomène comme l’apostrophe, réduit à quelques noms propres ou quelques appellations dans l’oral, déploie en poésie une diversité bien propre à en faire surgir toute la complexité6. Quant aux figures, comme la métaphore ou la synecdoque, si elles ne sont pas réservées, tant s’en faut, à la poésie, leur emploi concerté, couplé comme dans Sonnet d’automne avec des unités métriques, met en lumière ce qui constitue leur nature profonde. La poésie se révèle ainsi comme un laboratoire particulièrement intéressant pour l’étude de la langue et si la linguistique nous éclaire sur la poésie, l’inverse est également vrai.

8L’article d’Hugues Laroche le montre sur un exemple, celui du lexique. Le xixe siècle est celui où la linguistique se constitue et propose de nouvelles façons de concevoir le langage et les langues, que la littérature, et la poésie, ne peuvent ignorer : « au moment où la linguistique s’approprie le principe poétique pour en faire une particularité de la langue, la poésie se renouvelle par une révolution lexicale ». Hugo la revendique et le dictionnaire est pour Mallarmé, plus tard pour Apollinaire ou Saint-John Perse, « un objet poétique ». Les poètes collectionneurs de mots ne peuvent ignorer les enseignements de la linguistique de leur époque et la réflexion qu’ils conduisent sur leur pratique en fait des linguistes qui ne s’ignorent pas toujours. Linguistique et poésie ont ainsi beaucoup à apprendre l’une de l’autre.

9Il nous semble d’ailleurs que de nombreux aspects de leur relation ont été jusqu’à présent insuffisamment étudiés. Si l’on excepte certains phénomènes particuliers liés aux contraintes métriques (les inversions par exemple), relativement bien analysés, les aspects grammaticaux et rhétoriques du langage poétique offrent encore matière à de nombreuses recherches. Les études concernant le traitement de la déixis, le rôle de l’adjectif, l’expression de la temporalité ou la caractérisation non pertinente restent encore trop peu nombreuses et trop parcellaires. Seules des approches contrastives telles celles sur l’apostrophe évoquées plus haut permettraient de dégager une éventuelle spécificité de la poésie confrontée à d’autres genres de discours. Joëlle Gardes Tamine esquisse ici même à propos de la périphrase une étude comparative des figures de style qui nous offrirait de nombreux enseignements.

10Il y a d’ailleurs fort à parier qu’en retour de telles études enrichiraient et nuanceraient notre connaissance du fonctionnement de la langue. Ainsi, la poésie pose-t-elle de façon cruciale la question du préconstruit dans le discours : on sait en effet – et Marc Dominicy le rappelle ici même – qu’elle recourt de façon privilégiée à des structures syntaxiques (apostrophe, apposition, expressions nominales définies) qui présentent les objets de discours comme déjà connus, créant ainsi une scène d’énonciation où locuteur et allocutaire sont censés partager les mêmes références. Toutefois, un examen minutieux de ces structures soulève un certain nombre de questions : il n’est pas sûr que l’opposition binaire entre posé et présupposé qui rattache les structures énumérées ci-dessus à la catégorie du présupposé soit très satisfaisante. La notion de prédication seconde, parfois utilisée à propos de l’apposition, laisse entendre qu’il y a place peut-être dans la langue pour une catégorie intermédiaire entre l’asserté hic et nunc que représente le posé et l’archivé dans la mémoire partagée qui définit d’ordinaire le présupposé. L’apposition, l’apostrophe, ou certains circonstants en position frontale, semblent bien, dans certains cas au moins, apporter des informations nouvelles. Plutôt que de penser que la poésie (opérant une espèce de coup de force discursif) présenterait un usage déviant de ces structures, on aurait peut-être intérêt à revoir et à affiner la définition habituelle du présupposé pour intégrer ces divers fonctionnements. Une référence trop englobante à la mémoire partagée présente d’ailleurs l’inconvénient de ne pas faire de distinction entre les cas où cette mémoire est purement discursive (comme pour certains types d’anaphores), ceux où elle consiste plutôt en connaissances encyclopédiques partagées par une communauté et ceux où le récepteur active des inférences sémantiques propres à la représentation attachée à certains lexèmes dans une langue donnée. On voit ici ce que la connaissance du fonctionnement des textes poétiques peut apporter à notre compréhension de la langue en général.

  • 7  « L’horizon du style » in Qu’est-ce que le style ?, P. Cahné et G. Molinié (dirs.), 1994, PUF, col (...)

11Le rythme a été un des paramètres les mieux étudiés du langage poétique : le travail de Jean-Michel Gouvard proposé ici offre une bonne synthèse des acquis des vingt dernières années en matière de métrique et montre l’efficacité d’une telle approche pour caractériser la stylistique interne d’un recueil et ouvrir des pistes à l’interprétation. Par ailleurs, les propositions d’Henri Meschonnic et Gérard Dessons fournissent des instruments pour une approche du rythme qui excède le mètre et peut se révéler fort utile pour aborder la question du rythme dans la prose. Il nous semble toutefois qu’une clarification épistémologique s’impose sur ces questions. On parle fort peu de « style » en poésie, ainsi que le faisait remarquer Dominique Maingueneau lors d’un colloque7. Ce linguiste faisait l’hypothèse que parler de style implique une distance au moins minimale entre l’auteur et la matière de son texte, or, « dans le cas de la poésie, l’extrême investissement de la substance provoque une sorte de dissolution du style : […] tout devient style, substance et sens tendent à se réfléchir idéalement » (p.191). De fait, pour rendre compte de la singularité des textes poétiques, et notamment de la façon dont le langage y construit le sujet, le rythme entendu dans un sens très large semble avoir la faveur de certains analystes et tend à se substituer à la notion de style, voire d’écriture, mais cela signifie-t-il que la spécificité du poétique soit vraiment mieux prise en compte ? Si le recours au concept de style paraît ainsi à certains inapproprié pour penser le texte poétique, il n’est pas sûr qu’une vision très extensive du rythme soit plus opératoire, surtout si elle conduit à isoler la poésie des autres discours sans pour autant cerner avec précision ses spécificités. En revanche, l’intégration des faits graphiques (typographie ou « ponctuation blanche ») dans le rythme et l’étude de leur interaction avec d’autres composantes linguistiques s’annonce prometteuse. Il conviendrait également de mieux théoriser l’articulation entre le rythme et l’èthos, afin de dépasser les cloisonnements qui affectent actuellement la linguistique. L’analyse de discours et la pragmatique textuelle, qui accordent la plus grande importance à la construction de l’èthos à travers les phénomènes de scénographie et d’incorporation, invitent à considérer la dimension corporelle et rythmique de l’èthos et il y a peut-être là matière à faire converger deux regards différents sur le texte poétique, celui qui cherche à décrire son dispositif énonciatif et celui qui est sensible au ton et à la voix présents dans le discours. Une autre articulation serait à trouver entre la théorie sémantique générale de Marc Dominicy et les approches énonciatives qui insistent sur la singularité et la diversité des scénographies d’un poème à l’autre : la modalité de l’évocation serait-elle l’invariant de ces diverses scénographies ou bien l’évocation est-elle à penser comme un phénomène graduel, susceptible d’être plus ou moins actualisé selon les poèmes ?

  • 8  Cf. le numéro 111 de la revue belge Degrés sur « poésie et narrativité ».

12La question du rapport de la poésie aux genres ou à des conduites discursives telles que la narration, qui a déjà fait l’objet de réflexions très stimulantes8, est loin d’être épuisée : la plupart des genres présents en poésie (pensons par exemple à la fable, à la méditation, à l’épître) ne sont pas propres à la poésie, ce qui pose la question de leur éventuelle transformation lors de leur intégration à un texte poétique gouverné par des principes de retour et de répétition qui peuvent entrer en conflit avec les normes génériques. Par ailleurs, il serait intéressant d’observer si les structures formelles présentes en poésie (en particulier les formes fixes, sonnet, ode, ballade…) entraînent ou non des prescriptions de type sémantique ou thématique qui, dans d’autres formes de discours, seraient prises en charge par le genre. L’interaction des formes et des genres offre ainsi des perspectives d’étude qui ne sont pas à négliger.

13Dans chacun de ces trois chantiers – le fonctionnement grammatical du langage poétique, la singularité rythmique du texte poétique, la place des modèles génériques en poésie –, nous pensons que la démarche ne consiste nullement à opposer la poésie à d’autres pratiques discursives mais à mieux la situer au sein de ces pratiques, dans un va-et-vient constant entre une perspective interne au texte, attentive à sa structure et à ses déterminations, et une perspective externe qui le relie à sa production et à sa réception envisagées dans leurs dimensions historiques, intertextuelles et pragmatiques. Les articles réunis ici, chacun à leur façon, s’inscrivent dans ce programme et susciteront, espérons-nous, de nombreux prolongements.

Haut de page

Notes

1 Structure du langage poétique, Flammarion, 1999 [1e éd. 1971] et Le haut langage, Flammarion, 1993.

2  Voir Henri Mondor, Vie de Mallarmé, Gallimard, 1941-1942, p. 506-507.

3 Œuvres Complètes, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », p. 524.

4  Victor Hugo, Préface de Cromwell, coll. « Bouquins », Robert Laffont, 1985, p. 29.

5  Joëlle Gardes Tamine, « Où il est dit que les poètes sont aussi des grammairiens », Littératures et Langages, CRDP, Académie de Versailles, 2003 , p. 168.

6  C. Détrie : De la non-personne à la personne : l’apostrophe nominale, 2006, CNRS éditions ; M. Monte, « Tension énonciative et cohésion textuelle dans Vents, Chronique et Chant pour un équinoxe : le rôle des vocatifs », inQuestions de style, n°4, revue électronique de l’Université de Caen, Laure Himy (éd.), 2007.

7  « L’horizon du style » in Qu’est-ce que le style ?, P. Cahné et G. Molinié (dirs.), 1994, PUF, coll. « Linguistique nouvelle », p.187-199.

8  Cf. le numéro 111 de la revue belge Degrés sur « poésie et narrativité ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joëlle gardes tamine et Michèle Monte, « Introduction », Semen [En ligne], 24 | 2007, mis en ligne le 02 juillet 2012, consulté le 28 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/semen/6583

Haut de page

Auteurs

Joëlle gardes tamine

Université de Paris Sorbonne

Articles du même auteur

Michèle Monte

Université du Sud Toulon-Var, BABEL EA 2649

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page