Navigation – Plan du site

L’auto-citation comme stratégie de persuasion à la limite de l’irresponsabilité. Étude de l’effet d’impartialité obtenu au moyen de l’effacement énonciatif dans les forums de presse

Juan Manuel Lopez Muñoz

Texte intégral

1. Présentation

1Comme dans tout genre de débat, les participants aux forums de presse sont censés adopter une posture qui permette de parvenir à un consensus sur la question de départ de la discussion. Autrement leur contribution n’aurait évidemment aucun sens : l’expérience démontre que parler sans écouter personne et sans que personne ne vous écoute conduit de façon presque instantanée à l'épuisement du dialogue.

2Si la recherche du consensus est donc la responsabilité immanquable de chaque participant au débat, le moyen d’y parvenir ne peut être autre que la pratique de l’argumentation : il s’agit surtout de persuader l’autre, mais tout en se montrant comme une personne objective, impartiale, capable également de se laisser persuader à un moment donné. C'est-à-dire qu’il s’agit en bref de se montrer comme une personne responsable, qui prend en charge sa fonction dans le débat.

3Pendant le colloque tenu à Besançon et qui a donné lieu à ce numéro, on a entendu des critiques qui suggéraient que la responsabilité est un sujet qui ne relèverait pas de la linguistique, en questionnant ainsi le fondement même du débat qui nous avait réunis en tant que linguistes. À quel point cette critique avait-elle été motivée par un souci de responsabilité scientifique ou par un souci de responsabilité en tant que partenaires d’une discussion ? Se questionner sur la pertinence du sujet dont on discute est une manoeuvre très salutaire, et peut-être l’un des indices les plus clairs du fait que la responsabilité est un moteur indispensable pour le bon fonctionnement du débat, car elle suppose non seulement l’acceptation des règles tacites et explicites convenues pour le genre de débat en question (que ce soit un colloque ou un forum), mais, par delà celles-ci, le respect des principes qui régissent toute tentative de communication.

4Cet accord non signé, surtout dans une interaction sans vrai « face à face » comme c’est le cas des forums, doit laisser des traces linguistiques qui puissent le certifier, en guise de garantie du droit de participation à la discussion. Parmi ces traces, je vais m’occuper de celles qui situent le forumeur aux confins de la responsabilité, voire à la limite de l’irresponsabilité, par le recours à une énonciation égo-centrée (on dirait parfois hyper égo-centrée), au détriment de la personne de l’interlocuteur, qui apparaît brouillée ou, pire encore, effacée.

5Mon étude veut montrer que certaines formules d’auto-citation prennent en considération le point de vue de l’autre au point de fonctionner comme des stratégies de coénonciation ou de sousénonciation. Pour le reste, dans les cas où les auto-citations sont employées ouvertement comme une stratégie de surénonciation (formules de l’autophonie répétitive) la responsabilité du locuteur comme partenaire du débat est sauvegardée par l’appel à une voix qui, tout en étant la sienne, est présentée comme étant faite d’intersubjectivité.

2. Objectifs et délimitation du corpus

6J’aborderai donc la question de la responsabilité dans le sens de la position que le locuteur prend vis-à-vis de l’énonciateur qu’il met en scène dans ses auto-citations. Cet énonciateur n’est en l’occurrence, qu’une projection du locuteur lui-même, tous les deux étant incarnés, ou pouvant s’incarner, dans le même sujet empirique qui produit le discours.

7Au moment de déterminer qui (c’est-à-dire lequel des deux je mis en scène dans et par le discours) assume quoi, ma conception pragmatique du langage me conduira à m’interroger sur la position que le locuteur prend vis-à-vis de son interlocuteur, en orientant indirectement les interprétations par le choix d’une stratégie persuasive fondée sur la présentation d’opinions personnelles sous l’apparence de l’objectivité, de l’impartialité.

8L’emploi d’auto-citations comme démonstration d’impartialité pourrait sembler paradoxal à première vue, du moment que l’énonciation reste explicitement ancrée dans un domaine égo-centré. Le but argumentatif de cette stratégie d’objectivité fondée sur la permanence de la subjectivité n’est pas avoué : il s’agit de persuader de façon détournée, grâce à une communication négative. Les effets argumentatifs indirects se fondent sur des « presumptive meanings » (Levinson, 2000) ou implicatures généralisées, qui fonctionnent automatiquement, mobilisées par des connaissances métapragmatiques (Reyes, 2002). Les connaissances métapragmatiques sont constituées de tout un ensemble partagé de valeurs, de présupposés, de manières de voir et de (res)sentir, et surtout d’habitudes communicatives. Les implicatures généralisées rendent la communication très agile, en permettant de communiquer, en disant aussi peu que nécessaire, des signifiés sociaux (rapport entre locuteur et énonciateur, entre locuteur et interlocuteur, etc.) au-delà de la simple information.

9Je ne m’occuperai pas de déterminer sous quelles formes se manifeste l’objectivité dans une énonciation où il semble que « personne ne parle », c’est-à-dire que je ne m’occuperai pas d’étudier l’effet d’objectivité obtenu par l’énonciation non embrayée ou désembrayée (énonciation historique ou théorique). Au contraire, mon but est de déterminer sous quelles formes « s’atténue» ou se neutralise la subjectivité dans une énonciation embrayée, en particulier dans une énonciation personnelle ancrée dans le ego/hic/nunc.

  • 1  Pour un développement de la notion d’effacement énonciatif je renvoie notamment au nº 156 de la re (...)

10Je vais essayer de montrer comment le recours à un effacement énonciatif1 partiel très subtil opéré dans les auto-citations (notamment l’effacement ou le brouillage de l’interlocuteur) permet de mettre en avant la composante intersubjective du je-énonciateur, c’est-à-dire la part de l’Autre qu’il y a dans notre réalité foncièrement intersubjective (je veux dire intersubjectivité à la Bakhtine), tout en confinant le je-locuteur dans ce que j’appelle une «zone de subjectivité minimale » (López & Romeral, 2006).

11J’ai utilisé comme corpus de travail les forums en ligne du journal Le Monde. L’ensemble des forums analysés compte un total de 630605 messages, regroupés autour de 39404 débats. Le moteur de recherche disponible sur le site des forums m’a permis de réaliser une fouille sélective de ces formules d’auto-citations qui, à mon avis, pouvaient constituer un échantillon suffisamment représentatif des différentes stratégies utilisées par les forumeurs pour présenter leurs opinions de façon impartiale sans pour autant s’empêcher de se dire. J’ai relevé un total de 1928 messages contenant un ou plusieurs exemples d’auto-citations illustrant trois stratégies argumentatives différentes.

12À première vue, le nombre relativement réduit des messages considérés par rapport au total du corpus (seulement 0.3 % !) pourrait nous faire penser soit que le corpus choisi n’est pas suffisamment pertinent, soit que les forumeurs se soucient, après tout, assez peu de l’impartialité. De plus, les forums, de par leur nature (face-à-face virtuel, sans vrai tête-à-tête, entretenu dans l’incognito par un nombre non déterminé de locuteurs anonymes, sans qu’aucun geste vienne trahir leurs mensonges ou confirmer leur sincérité) sembleraient plutôt une sorte de « jardin des délices » où la subjectivité peut s’épanouir, un lieu où la diversité des opinions et des jugements l’emporterait sur les contraintes de la nécessaire prise en charge commune dans les interactions « réelles ». Par ailleurs, pour ce qui concerne le média qui soutient les forums, cela pourrait bien être le but de ceux-ci. La présentation libre et pluraliste de témoignages ou d’opinions polarisées et antithétiques via les forums de discussions en ligne contribue certainement à l’image positive du média, la liberté de pensée et d’expression étant l’une des fins essentielles de l’écriture de presse et l’une des garanties de sa nature démocratique.

13Je dois cependant rappeler, pour justifier l’importance effective des conclusions que je présenterai par la suite, que mes recherches n’ont visé que ces stratégies d’impartialité fondées sur une énonciation ancrée dans le je, celles qui, précisément, par leur nature même, devraient être considérées a priori peu efficaces ou d’une efficacité nulle pour exprimer impartialement une opinion. Mon hypothèse est que, si je peux démontrer que les forumeurs utilisent pour se montrer impartiaux ces stratégies si indirectes et subtiles, alors qu’ils peuvent utiliser des stratégies beaucoup plus ouvertes et conventionnelles (énonciation théorique et historique, recours à la voix des autres, etc.), cela prouve suffisamment que les forumeurs se soucient vraiment beaucoup de l’impartialité.

3. Formes de l’auto-citation impartiale (ou comment l’effacement ou le brouillage de l’interlocuteur peut-il provoquer, comme par ricochet, la désubjectivisation du locuteur)

14En partant de la ferme volonté du forumeur d’occuper explicitement, comme sujet de l’énoncé, le devant de la scène au moment d’exposer ses idées (dont je traiterai plus bas des enjeux), la seule issue possible pour la désubjectivisation de son énonciation consiste à faire disparaître ou à brouiller les marques de la deuxième personne, c'est-à-dire les marques de son interlocuteur.

15Pour l’élaboration de mon étude, j’ai choisi un certain nombre de formules qui ne constituent pas une liste fermée ou définitive. Celle-ci est montrée à titre représentatif de la diversité des rapports que le locuteur peut instaurer avec son énonciateur et avec son interlocuteur. L’analyse de ces rapports, parfois très subtils, permet de mieux comprendre comment se construit l’interaction entre forumeurs dans les discussions virtuelles encouragées par les médias.

16Pour la description et la classification des formules, je propose deux critères énonciatifs superposés. Dans un but simplificateur, je ne vais considérer que les caractéristiques du discours enchâssant, évitant ainsi une dérivation non souhaitable de la question vers le problème du classement des différentes formes syntaxiques et typographiques du discours rapporté.

17Le premier critère permet de classer les formules en deux groupes, selon le traitement accordé à l’interlocuteur, dont les marques peuvent être soit ouvertement effacées, soit brouillées.

18Le deuxième critère permet de classer en trois groupes les formules selon le type de rapport qui se crée entre le locuteur et son énonciateur : je vais me permettre d’emprunter au langage des mathématiques trois termes courants désignant des opérations arithmétiques qui, à mon avis, définissent aisément les trois types de rapports en question : je parlerai donc d’addition (ou cumul d’au moins deux points de vue), de soustraction (dans les cas où l’un des points de vue apparaît retranché) et de puissance (ou multiplication d’un point de vue par lui-même).

19Le tableau suivant présente, de façon résumée et organisée en fonction des critères cités, les formules que je me propose d’étudier :

3.1. Je me dis

20Un total de 578 messages (désormais « fils » pour reprendre le terme utilisé par les forumeurs) contient cette formule, illustrée par l’exemple suivant :

1) je ne crierai pas "la laïcité est en danger !!!", je me dis juste que certains partis et mouvements d'extrême gauche, certains titres de presse, certaines personnes au sein des Verts ou du PS jouent un jeu dangereux en réintroduisant la religion dans la sphère publique (kurukuru, 31/12/2005 14:51)

  • 2  J’ai relevé un total de 133 fils contenant la formule « je me disais ». Je les ai laissés de côté (...)

21Dans la formule je me dis la place libérée par la marque effacée de l’interlocuteur est occupée par celle de l’autre moi né du dédoublement du je : le dialogue je-tu cède sa place au dialogue je-moi. Il se crée ainsi l’illusion d’un auto-dialogue « au présent2 » et en « présence » de l’interlocuteur, qui dit beaucoup en faveur du caractère réfléchi et négociateur du locuteur. De l’entente de nature réflexive entre les deux facettes du je, de l’addition de leurs points de vue, découle une conviction qui semble, aux yeux de l’interlocuteur, énoncée en commun (coénoncée), et non pas une conviction contaminée de partialité.

3.2. Je dis/pense comme toi

22Cette formule est beaucoup moins abondante que la précédente : elle se retrouve dans 29 fils.

23Quelques exemples :

2) Oui je pense comme vous qu'il faut dépasser la polémique passionnelle - et souvent idéologiquement orientée (caxias, 23/12/2005 18:11)

2) Mais je pense comme vous que ceux qui ne veulent pas d'un tel enseignement peuvent être d'une part certains milieux religieux qui craignent une "déconstruction" rationnelle du religieux, et d'autre part certains milieux athées pour qui la religion doit disparaître. D'autres s'en méfient, ce qui est légitime, mais il faut apprendre à rationaliser ses méfiances et aussi à faire confiance (james, 14/12/2005 6:08)

24Malgré les apparences, cette formule n’implique pas une adoption complète par le locuteur du point de vue de son interlocuteur. Cela nous inciterait, au contraire, à l’interpréter comme étant une formule de soustraction plutôt que d’addition. En fait, l’opération comporte ici une vraie somme de points de vue conduisant à un nouveau point de vue commun (à une coénonciation) : elle doit être le résultat d’un processus d’union, et non pas de simple adhésion. Par ailleurs, le discours enchâssé s’accompagne généralement de prolongements, souvent marqués par des connecteurs de type « et » ou « mais », qui sont le lieu pour des ajouts du locuteur au discours commun. Dans le premier des deux exemples cités pour illustrer cette formule, l’idée « additionnée » au compte du locuteur est doublement marquée par un trait d’union suivi du connecteur « et ». Cependant, les limites ne sont pas d’habitude si précises (comme dans 3). La difficulté pour discerner les apports vraiment attribuables à l’interlocuteur rend sa figure assez brouillée.

3.3. On se dit

25La formule on se dit est employée dans 338 fils. En voici un exemple :

3) Si on examine la liste des pays contre lesquels les Etats-Unis ont fait la guerre depuis 1989 et la liste que Bush mijote dans sa tête, on se dit : voici une superpuissance intouchable qui fait la guerre où et quand elle le désire. J'ai eu cette idée jusqu'au moment où nous nous sommes attelés à ce livre. Mais j'ai dû revoir mon opinion (Fiddish, 30/10/2002 11:13)

26Ici, l’apparence d’impartialité est obtenue par une double sous-énonciation : celle de l’interlocuteur et celle du locuteur, en vertu d’une soustraction des personnes interlocutives de par leur inclusion dans une collectivité indéfinie désignée par on. En tout cas, le locuteur reste le maître de la manœuvre : il peut abandonner cette combinaison une fois réussi l’effet voulu. Dans (4), le locuteur ne semble pas avoir de pudeur à révéler sa ruse, en avouant qu’il ne s’agissait que d’une idée à lui (« j’ai eu cette idée ») à laquelle, d’ailleurs, il ne tient plus. Et pour réparer l’échange après le coup de cet aveu, et continuer de s’assurer de la crédibilité, il se présente comme capable d’accepter l’erreur de son point de vue (« j’ai dû revoir mon opinion »).

3.4. Tu te dis

27Cette formule est rare, sans doute à cause de son ambiguïté énonciative ; elle ne se trouve que dans 15 fils :

4) Arriviste......? Excuses moi, mais l'arrivisme c'est ailleurs qu'il se situe. Quand tu vois les difficultes qu'il y a à militer au FN ou au MNR, tu te dis, sauf à avoir ses convictions chevillees au corps, que l'on aurait mieux fait de militer à gauche et promettre tranquillement "la semaine des 4 jeudis", le SMIC à 2000 euros, ça coute pas chere et ça peut rapporter gros (du moins pendant un certain temps, à trop tirer sur la corde comme le fait le PC depuis des decennies, elle finit par casser) , ou de militer au RPR et attendre tout aussi tranquillement les dividendes des echecs de la gauche ,pour gagner les elections, comme cela se passe chaque fois qu'elle passe au pouvoir (valera, 12/06/2002 19:01)

28Au premier abord, la formule tu te dis n’a pas l’apparence d’une auto-citation. Le statut de ce genre de rapport de paroles n’est pas simple : alors que l’on conçoit plus ou moins aisément la possibilité de représenter au présent sous forme réflexive les discours d’autrui (« il se dit »), collectifs (« on se dit ») ou siens (« je me dis »), rapporter au présent les réflexions de l’interlocuteur devant lui-même ne semble acceptable qu’à condition d’y reconnaître une stratégie de travestissement du locuteur, une simulation d’une situation où le locuteur se trouverait « sous la peau » de son interlocuteur. La personne ainsi appelée « tu » est brouillée : une personne qui en cache une autre.

29Dans ce cas, le point de vue du locuteur semble disparaître. L’auto-dialogue ego-centré se déplace vers un auto-dialogue ancré sur le tu. Mais l’annihilation du je n’est qu’apparente : il ne s’agit probablement pas d’une prétention sincère à se laisser « soustraire », puisque c’est le point de vue du locuteur qui est finalement exprimé, mais de la démonstration d’une aptitude à l’entente, à l’acceptation du caractère échangeable des rôles, et par conséquent à l’impartialité.

3.5. J’ai dit ailleurs, je dis souvent

30La formule j’ai dit ailleurs, ou sa variante en incise (comme) je (l)’ai dit ailleurs, est présente dans 41 fils.

5) Vues vos réponses, je pense tout de même que vous pouvez imaginer cela possible. et comme j'ai dit ailleurs, je pense qu'on peut considérer les koweitiens comme de grands alliés des USA (slavic, 09/09/2004 00:46)

31De son côté, la formule je dis souvent, ou sa variante en incise (comme) je (le) dis souvent, se retrouve dans 33 fils

6) Comme je dis souvent, la nature des rapports hommes/femmes reflète (découle de) la nature des rapports humains dans une société donnée (moussama, 21/09/2005 22:17).

32Je considère les formules j’ai dit ailleurs et je dis souvent équivalentes : elles répondent au même schéma de la puissance de je : (je)n. Leur seule différence se situe au niveau de l’exposant, qui indique combien de fois le discours cité est censé déjà dit. Toutes deux jouant volontairement sur l’imprécision (« ailleurs », « souvent »), la formule « je dis souvent » implique cependant une plus grande fréquence de répétition (n > 2) par rapport à « j’ai dit ailleurs ».

  • 3  En voici un exemple : « Je le dis souvent à mes élèves lycéens, que ma situation de professeur de (...)
  • 4  La recherche dans les forums des formes « je t’ai dit ailleurs » et « je te dis souvent » ne donne (...)

33Elles ont également en commun le fait que l’opération de puissance s’accompagne de l’effacement de la personne de l’interlocuteur. Cet effacement peut atteindre un degré maximal lorsqu’il frappe également la personne de l’énonciataire, ce qui est d’ailleurs le plus habituel. L’énonciataire, dans les rares cas où il est indiqué3, n’est jamais l’interlocuteur4. En effet, et contrairement à la formule que nous étudierons par la suite, ici la puissance de je n’implique pas la puissance de tu.

34Il est intéressant de noter une caractéristique spécifique de la formule je dis souvent qui ne se retrouve pas dans j’ai dit ailleurs : dans la plupart des cas, elle introduit des discours qui circulent déjà dans la communauté (proverbes, phrases célèbres, etc.) :

 7) Car comme je dis souvent d'un ane on n'a jamais fait un cheval de course..... (Le-pequenot, 13/05/2002 16:32)

8) "I have a dream", comme je dis souvent (midoni, 08/03/2003 14:21)

  • 5  Voir la notion de « détachement aphorisant » proposée par Maingueneau, 2005 : 365.

35ou des discours qui, comme dans l’exemple 7 cité, ont la vocation de circuler, parce qu’ils condensent une opinion exemplaire, une prise de position responsable. Ce faisant, le forumeur montre son discours comme détachable5 et par là, répétable.

3.6. Je (te/vous) répète

36Cette formule est employée dans 812 fils. Quelques exemples :

9) Mais je repete qu'on ne peut pas exporter ces lois physiques directement dans l'Homme. Et liberte n'est pas imprevisibilite ni spontaneite (Lucius, 30/10/2005 03:32)

10) Simplement, je vous répète que venir agresser quelqu'un sur un de ses messages n'est pas la meilleure façon de commencer un débat (Letel, 16/12/2003 11:59)

37Que les marques de la deuxième personne soient implicites, comme dans l’exemple 10 (82,3% des cas) ou explicites, comme dans l’exemple 11 (17,7% des cas), la figure de l’interlocuteur reste toujours brouillée à cause de sa participation dans une chaîne de répétition. En effet, je répète, contrairement à je dis souvent je, implique l’idée d’une puissance de tu résultant de l’ensemble de toutes les fois où le même interlocuteur a fonctionné comme destinataire de chaque réitération du même discours. Cela signifie la victoire du « comme » sur le « parce que » : les répétitions tentent de contrebalancer le caractère foncièrement immédiat et fugace du débat d’idées surgi comme réaction à un événement lui aussi immédiat et vite balayé par l’émergence d’autres événements médiatisés (voir plus bas : sensation vs émotion). Ils créent une sorte de lapse, une sorte de temps circulaire propice à la réflexion et à la reconstruction identitaire. La constance, l’immuabilité obtenue par cette sorte de dialogue circulaire, est perçue comme une prérogative de l’objectivité : « l'immutabilité n'appartient point aux hommes », pour reprendre les mots célèbres de Voltaire.

  • 6  J’ai laissé tomber, de peur de ne pas trop m’étendre, des formules en principe équivalentes telles (...)

38Ces formules de répétition6, et j’inclus maintenant dans ce groupe les formules j’ai dit ailleurs et je dis souvent, semblent avoir une fonction stratégique que ne partagent pas les autres formules étudiées. Les formules de répétition cherchent à brouiller l’origine énonciative (les personnes interlocutives) au profit de la circulation du discours. Ce faisant, elles fonctionnent comme marqueurs de la circulation du discours ou circulèmes (cf. Rosier 2006).

39Un effet maximal peut être obtenu par le cumul de formules de répétition :

11) je répète ce que j'ai dit ailleurs : le nombre d'attentats qui était de 50 par jour lorsque Saddam n'avait pas encore été capturé est maintenant de 20 (felicité, 03/01/2004 23:41)

40L’autophonie répétitive permet au forumeur de réaffirmer sa position, en même temps que la démonstration de la stabilité de ses opinions augmente sa crédibilité. Ce faisant, le forumeur s’attribue un discours simple et constant, pour s’assurer une réalité permanente, une identité responsable et reconnaissable.

4. Pourquoi effacer le tu au lieu d’effacer le je?

  • 7  La notion d’ethos n’a pas une définition univoque. Dès son origine dans l’Antiquité grecque elle a (...)

41Un désir de reconnaissance précède la recherche de connaissance. La transmission d’une opinion passe par l’affirmation de soi, par la reconnaissance de moi par/dans l’Autre. À mon avis, il s’agit essentiellement pour le forumeur de construire son identité, en s’interrogeant sur lui-même et sur ses pratiques. La question de la construction de l’identité est liée à celle de l’ethos7, que je conçois comme une notion foncièrement socio-discursive : « l’image » discursive du locuteur (par opposition à son « image » extérieure à la parole), son comportement dans l’interaction, où les traits discursifs individuels (caractère, mœurs, ton, etc.) sont évalués en fonction des représentations collectives (des stéréotypes) et des habitudes locutoires partagées par la communauté. Il ne peut y avoir de construction d’image de soi et d'activité interprétative correspondante sans exercice de l’argumentation (persuasion et adhésion), car elle suppose un calcul et une stratégie. L’importance de cette notion se trouve bien au-delà d’une simple analyse en termes purement individuels et stratégiques, en tant qu'elle éclaire les croyances collectives et les représentations dominantes d'une époque, d'un milieu, d’un genre, etc. (cf. Bonnafous, 2002).

42Création, donc, d’identité, mais dans un ancrage social fort, permettant une reconfiguration constante, rapide et simultanée de l’individu et de la collectivité. Dans ce sens, les forums contribuent notablement à la naissance d’une nouvelle collectivité globale, inscrite dans un nouvel imaginaire collectif.

43De plus : une opinion radicalement désubjectivisée ou exocentrée peut-elle capter ses destinataires ? À quoi servent les échanges si le tu ne sait plus à quel je il s’adresse, où s’il est confronté à une telle multiplicité d’identités diluées ? Pour que la co-construction d’opinion ait lieu, le débat doit se mener à « visage découvert ».

44La problématique de la construction de l’identité est inséparable de la question de genre de discours. Des études sur l’évolution du journalisme, à l’occasion du développement de l’Internet et des nouvelles technologies de l’information, suggèrent l’idée d’une crise du journalisme (cf. Utard, 2003). Cette crise aurait été provoquée notamment par l’émergence de nouveaux acteurs et de nouveaux rapports avec le public, la recomposition des territoires, le brouillage de genres et des voix. De nouveaux jeux stratégiques sont mis en place pour masquer-brouiller les limites entre transmission de l’information et communication (cf. F. Barbier et C. Bertho-Lavenir, 2003 ; D. Bougnoux, 1995 et 2001), entre espace public et espace privé.

45Par ailleurs, du fait de ses nouvelles dimensions culturelles et de sa circulation mondiale, l’information est gérée de plus en plus par les grands groupes de communication qui contrôlent les médias comme une marchandise de grande valeur économique. Cela a des conséquences directes au niveau des pratiques discursives, entre autres la part grandissante accordée à la subjectivité et à la pluralité des points de vue dans le traitement de l’information. L’égo-centrisme est reconnu comme une valeur moins négative qu’auparavant, et s’occulte par conséquent moins. Les émotions acquièrent aussi un poids informatif (cf. M. Lits, 2001). L’information est souvent « consommée » sous forme de débats que nous pouvons même co-construire simultanément (chats, forums, etc.). Contre l’idéologie de la transparence énonciative, les médias semblent choisir de plus en plus une opacité relative (information présentée sous des patrons narratifs ou dramatiques, mise en scène de l’information, accompagnée d’anecdotes et de débats. Les forums fonctionnent sur un principe d’immédiateté, de proximité temporelle vis-à-vis de l’évènement qui suscite la discussion. L’opinion, pouvant se confondre dans l’immédiateté avec la nouvelle elle-même (je propose ici l’appellatif d’infopinion), est ainsi porteuse de sensation plutôt que d’émotion : elle est donc plus destinée à influencer, à faire croire, qu’à s’exprimer, qu’à manifester une subjectivité. À l’information transmise et transparente se substitue l’infopinion co-construite et opaque.

46En ce qui concerne le rôle des forums dans la création d’un nouvel espace public de débat, c’est dans la construction et l’identification des positions énonciatives que se joue probablement un nouveau dispositif de communication. En vertu de cet espace, le récepteur de l’information a le sentiment d’être en même temps le co-producteur. L’énonciation devient partagée, mais risque en contrepartie de se diluer dans la masse des échanges. Elle représente la fin du schéma classique linéaire au profit d’une discursivité circulaire et circulante. Mais ce regain relationnel s’accompagnerait d’une perte identitaire à moins qu’on ne mette en place des stratégies d’affirmation de soi et de construction identitaire comme celles que nous sommes justement en train d’étudier.

5. Pourquoi le forumeur reproduit-il son propre discours alors qu’il peut tout bonnement le produire ?

47Le DR étant une forme montrée du dialogisme, son emploi est perçu comme une démonstration de la capacité pour le dialogue, que ce soit avec l’Autre ou avec Soi (l’Autre Moi). Il apparaît comme le fruit d’une négociation préalable. Le recours à une forme de dialogisme montré donne à son utilisateur l’image d’une personne sociale, capable de transcender son individualité, sa subjectivité. D’une manière plus ou moins consciente, tout le monde sait que le dialogue est à l’origine de la société humaine, à la base du langage (cf. Bakhtine, 1929/1977). La dimension dialogique de la parole suggère, à l’appui de la thèse de Flahault, 2005, la préexistence de la société par rapport à l’individu. D’un côté, en tant qu’instrument essentiel pour la cohésion du groupe, à la base de toute négociation, il est notamment prôné par les sociétés démocratiques. De l’autre, en tant qu'outil pour la hiérarchisation du groupe, certaines sociétés en font un instrument de pouvoir. Qu’il permette d’entretenir des rapports démocratiques et des rapports de domination peut sembler un paradoxe. Mais si l’humanité ne semble pas se mettre d’accord pour classer le dialogue comme une arme de paix ou comme arme de guerre, ce qui est sûr c’est que tout le monde semble accepter unanimement l’idée qu’il a une énorme valeur.

  • 8  La rentabilité du rôle défensif/agressif de l’auto-citation dans les débats électoraux a été finem (...)

48Un dialogue réalisé à l’intérieur d’une structure d’apparence monologique, comme l’auto-citation, a le double avantage de permettre au forumeur de se montrer comme une personne prête au dialogue et à la réflexion, sans pour autant contribuer au risque permanent d’éclatement énonciatif par la difficulté d’identification des sources de chaque point de vue dans la masse anonyme, plurielle et brouillée des échanges multipolaires. L’effet d’auto-affirmation, d’auto-promotion, obtenu par l’emploi de l’auto-citation s’accompagne aussi d’un effet défensif-agressif non négligeable8.

6. Et enfin : pourquoi le forumeur se montre-t-il impartial, alors que le média lui offre la possibilité et le lieu pour exprimer sa subjectivité ?

49L’idée d’impartialité renvoie aux notions de vérité morale, de responsabilité et d’honnêteté, des notions qui constituent au sein d’un débat autant de principes d’action permanents. La volonté de se maintenir dans l’impartialité est en quelque sorte l’oxygène qui alimente le débat, et qui l’empêche de devenir ridicule, et par là même de s’éteindre. Le forumeur doit veiller à ce que la perception par autrui de son ethos ne nuise pas à l’exercice de sa participation à la construction d’une opinion. L’engagement à rester « neutre » constitue une condition tacite pour l’obtention du droit à la parole dans les forums (notamment dans les débats prémodérés !), mais aussi dans de nombreuses pratiques discursives (cf. R. Koren & R. Amossy, 2004).

50Pour présenter une opinion personnelle sous l’apparence de la neutralité, les formules d’auto-citations étudiées mettent en place un énonciateur homophonique intersubjectif (désormais je-intersubjectif) Cette notion est proche de celle d’« être discursif » (Nølke & Olsen, 2000 : 53). Comme celui-ci, le je-intersubjectif n’existe que par rapport au point de vue exprimé, dont il est le responsable ; mais à la différence de l’être discursif, qui peut éventuellement assumer le rôle de locuteur virtuel, le je-intersubjectif ne peut jamais devenir locuteur : il n’existe qu’à condition de ne pas « être », son essence intersubjective l’empêche de s’incarner, même virtuellement ; il est insaisissable et nécessairement négatif : la part de moi qui n’est pas moi, la part de nous (ou de on) qu’il y a dans le je et de je dans le nous (on) ; il est tout le monde et en même temps personne. On peut le concevoir comme l’essence même de l’intersubjectivité du langage. Le fameux principe de Descartes adopté par la linguistique sous la forme de « je dis, donc je suis » devient dans cette nouvelle perspective « je dis, donc on est ». Cet énonciateur est avant tout une réalité non pas subjective, mais intersubjective : il est le produit de la relation entre le locuteur et l’interlocuteur.

51En fonction du type de rapport qui s’établit entre locuteur et je-intersubjectif, je distingue trois stratégies argumentatives destinées à séduire l’interlocuteur, que je présente de façon résumée ci-après :

6.1. Stratégie 1 : auto-citations en coénonciation : séduire par la disposition au consensus

52Le locuteur joue le rôle de médiateur, à égale distance de la source (l’être du monde), de l’énonciateur et de l’interlocuteur. Il s’agit d’une coénonciation obtenue par l’addition de deux points de vues, homophoniques (auto-citations du type « je me dis que… »), diaphoniques (« je dis/pense comme toi que … ») ou hétérophoniques (« je dis/je pense comme X que… »). Au moyen de la coénonciation, l’effet visé est la séduction par une image de disposition au consensus.

6.2. Stratégie 2 : auto-citations en sousénonciation : séduire par la modestie

53Le locuteur semble s’éloigner de sa source, au point de se travestir en son interlocuteur (auto-citations du type « tu te dis que ») ou en une collectivité quelconque (« On se dit que »). Il se soustrait, se retire au second plan. Il soumet (ou peut-être joue-t-il le simulacre de soumettre) son point de vue à celui de l’énonciateur. Au moyen de la sousénonciation, le locuteur entend séduire son interlocuteur par une image de personne modeste, prête à changer de rôle dans la discussion et d’assumer le point de vue de l’adversaire.

6.3. Stratégie 3 : auto-citations en surénonciation : séduire par l’auto-affirmation

  • 9  Pour un développement de cette question, voir López Muñoz, 2006.

54Le locuteur se rapproche de sa source au même degré qu’il s’éloigne de son interlocuteur. Le locuteur se retranche derrière une armée d’énonciateurs cloniques obtenue par une multiplication à l’infini (une « puissance ») de lui-même. Le point de vue du locuteur surplombe ainsi celui de son interlocuteur. Au moyen de cette surénonciation, l’effet visé est la séduction par l’auto-affirmation, par une démonstration de force et d’autorité9.

7. Pour conclure

55Je voudrais signaler que j’ai cru constater une forte tendance chez la plupart des forumeurs à manifester le même souci d’impartialité que le média qui soutient les forums, ne fût-ce qu’au niveau des apparences vis-à-vis de leurs interlocuteurs directs et/ou potentiels. Le forumeur semble avoir besoin de faire croire qu’il peut produire des opinions, qui, tout en étant les siennes, peuvent être assumées par quiconque. L’engagement à rester neutre semble un accord convenu tacitement, probablement dû à une sorte d’effet de halo : quelqu’un qui exprime ses opinions dans un média de presse « impartial » est considéré comme étant « impartial » lui aussi.

56L’effet de halo, dont l’importance dans la vie quotidienne et dans les stratégies de marketing a été remarquée par la psychologie sociale notamment après Thorndike, 1920, n’est cependant pas la seule raison qui peut justifier ce souci d’impartialité chez le forumeur, comme j’ai essayé de le montrer dans ce travail. Nous avons vu qu’il s’agit aussi de se montrer comme un partenaire responsable, de se forger une identité respectable, source de discours aptes à circuler, des discours à citer.

57Les formules d’autocitation visiblement plus abondantes sont celles qui se construisent sur l’effacement de l’interlocuteur. Parmi celles-ci, les formules qui résultent de l’opération de puissance du locuteur sont beaucoup plus utilisées que celles qui résultent de l’addition et de la soustraction. Dans tous les cas, le but argumentatif n’est pas avoué : le forumeur persuade de façon détournée, grâce à une communication négative. Les effets argumentatifs obtenus se fondent sur des connaissances métapragmatiques, notamment l’idée qu’une opinion rapportée (voire répétée, circulante) compte plus qu’une opinion assertée, en combinaison avec l’idée que la vérité, l’objectivité, la responsabilité et la neutralité, sont des notions à valeur universelle positive, interagissantes en proportion directe, que tout le monde imagine caractérisant l’esprit et l’attitude de ces hommes et de ces femmes qu’on appelle « sages », c'est-à-dire cette classe de gens qui ont su réunir dans un équilibre parfait, d’un coté, force et autorité (« puissance ») et, de l’autre, modestie (« soustraction ») et disposition au vrai dialogue (« addition »).

Haut de page

Bibliographie

AMOSSY R., (dir.) [1999] Images de soi dans le discours, la construction de l'ethos, Lausanne, Delachaux et Nietslé.

BAKHTINE M./V.N VOLOCHINOV [1929/1977] Le marxisme et la philosophie du langage, Minuit.

BARBIER F. & BERTHO-LAVENIR, C. [2003] Histoire des médias. De Diderot à Internet, Armand Colin.

BONNAFOUS S. [2002] : « La question de l’ethos et du genre en communication politique », Actes du Premier colloque franco-mexicain – Version téléchargeable : http://www.cerimes.fr/colloquefrancomexicain/actes

BOUGNOUX D. [1995] La communication contre l’information, Hachette.

BOUGNOUX D. [2001] « Trans-communiquer/ com-mettre », Cahiers de Médiologie, 11, 343-349.

FLAHAULT F. [2005] Le paradoxe de Robinson, 1001 nuits.

HABERMAS J. [1992] De l’éthique de la discussion, Flammarion.

KOREN R. & AMOSSY R. [2004] Semen 17 : Argumentation et prise de position : pratiques discursives, P. de l’Université de Franche-Comté.

LEVINSONS. C. [2000] Presumptive meanings: the theory of generalized. Conversational implicature, Cambridge MA, MIT Press.

LITS M. [2001] « Information, médias et récit médiatique », Belphegor, vol. 1, nº 1. disponible sur le site : http://etc.dal.ca/belphegor/vol1_no1

LÓPEZ MUÑOZ J.M. [2004] « Effacement énonciatif et co-construction de l’opinion dans les forums du journal Le Monde :extractions et recours à une autorité non définie », Langages, 156, 79-95.

LÓPEZ MUÑOZ J.M. [2006] « La répétition autophonique dans des séquences explicatives et argumentatives : de la surénonciation à la circulation des discours. L’exemple des forums de Le Monde, Cahiers de Praxématique, 46 [sous presse]

LÓPEZ MUÑOZ J.M. & ROMERAL F. [2006] « Discours permanents, discours en co-énonciation et écho-énonciation dans les entretiens : la pratique de l’auto-citation chez Annie Ernaux», Travaux de Linguistique, 52 [sous presse].

MAINGUENEAU D. [2005] « De la surassertion à l’aphorisation », in López Muñoz J.M., Marnette S. et Rosier L., Dans la jungle des discours : genres de discours et discours rapporté, Cadix, S.P. Université de Cadix, 359-368.

NØLKE H. & OLSEN M. [2000] « Polyphonie : théorie et terminologie », Polyphonie linguistique et littéraire, 2, P. de l’Université de Roskilde, 45-171.

RABATEL A. [dir.] [2004] Effacement énonciatif et discours rapporté, Langages, nº 156.

REYES G. [2002] Metapragmática. Lenguaje sobre lenguaje, ficciones, figuras. Presses de l’Université de Valladolid.

ROSIER L. [2006] « Nouvelles recherches sur le discours rapporté : vers une théorie de la circulation des discours », Tranel [à paraître].

THORNDIKE E. L. [1920] « A constant error in psychological ratings», Journal of Applied Psychology, 4, 469-477.

UTARD J.-M. [2003] « Du discours de l’information aux genres journalistiques: proposition pour une étude socio-discursive du journalisme », communication présentée à la Ie CIFSIC, Bucarest [texte disponible sur internet : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00000723.html

VINCENT D. & TURBIDE O. [2004] : « Le discours politique dans le débat politique : une arme de séduction », in López Muñoz J.M., Marnette S. et Rosier L., Dans la jungle des discours : genres de discours et discours rapporté, Cadix : S.P. Université de Cadix, 307-318.

Haut de page

Notes

1  Pour un développement de la notion d’effacement énonciatif je renvoie notamment au nº 156 de la revue Langages, dirigé par A. Rabatel, 2004.

2  J’ai relevé un total de 133 fils contenant la formule « je me disais ». Je les ai laissés de côté pour le moment, en attendant de pouvoir analyser dans des travaux postérieurs les nuances dérivées de l’emploi du verbe au passé.

3  En voici un exemple : « Je le dis souvent à mes élèves lycéens, que ma situation de professeur de lycée me positionne plus près de clochard que des milliardaires des feuilletons de Dallas, d’où ma solidarité avec le clochard et mon mépris pour ces milliardaires des romans photos et des feuilletons télévisés ! » (milka, 17/03/2002 11:58)

4  La recherche dans les forums des formes « je t’ai dit ailleurs » et « je te dis souvent » ne donne aucun résultat. Je pense que cela est dû à la nature virtuelle de ce genre de discussions, où il est quasiment impossible que les mêmes personnes interlocutives se retrouvent souvent en dehors de l’interaction qui les a ponctuellement réunies.

5  Voir la notion de « détachement aphorisant » proposée par Maingueneau, 2005 : 365.

6  J’ai laissé tomber, de peur de ne pas trop m’étendre, des formules en principe équivalentes telles que je (te/vous) redis et je (te/vous) recopie. J’ai tout de même vérifié qu’elles sont beaucoup moins utilisées que je (te/vous) répète. Par ailleurs, en ce qui concerne je recopie, il faudrait différencier les cas où ce qui est recopié est un passage d’un texte lu ailleurs par le locuteur des cas où ce qui est recopié est un fragment de discours écrit antérieurement par le locuteur lui-même, seuls ces derniers cas pouvant en effet s’assimiler à ceux qui nous occupent dans ce paragraphe. Je ne considèrerai pas non plus d’autres formules de répétition comme « je maintiens », « j’insiste », qui, me semble-t-il (mais c’est juste une intuition) ne fonctionnent pas comme « je répète », au moins au niveau d’une théorisation sur la circulation des discours.

7  La notion d’ethos n’a pas une définition univoque. Dès son origine dans l’Antiquité grecque elle a successivement été l’objet d’interprétations très diverses. Ce n’est pas ma tâche ici de présenter ou de commenter la multitude des emplois proposés jusqu’ici. Je renvoie pour un développement de ses aspects épistémologiques à l'ouvrage dirigé par Ruth Amossy, 1999.

8  La rentabilité du rôle défensif/agressif de l’auto-citation dans les débats électoraux a été finement analysée par Vincent et Turbide, 2004, notamment les pages 313-314.

9  Pour un développement de cette question, voir López Muñoz, 2006.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/6633/img-1.png
Fichier image/png, 213k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juan Manuel Lopez Muñoz, « L’auto-citation comme stratégie de persuasion à la limite de l’irresponsabilité. Étude de l’effet d’impartialité obtenu au moyen de l’effacement énonciatif dans les forums de presse », Semen [En ligne], 22 | 2006, mis en ligne le 02 juillet 2012, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/semen/6633

Haut de page

Auteur

Juan Manuel Lopez Muñoz

Université de Cadix

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page