Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25L’apport de la presse à l’histoir...

L’apport de la presse à l’histoire du théâtre en province au XIXème siècle

Christine Carrère-Saucède

Résumés

L’étude de la vie théâtrale au XIXème siècle se fonde sur le dépouillement systématique des documents d’archives générés par la surveillance à laquelle il était soumis de 1806 à 1864. Les témoignages les plus intéressants sur les spectacles des bourgs se lisent dans les journaux : la presse livre inlassablement des descriptions de salles, décors, costumes et mises en scène. Troupes et répertoires sont détaillés. Alors que les documents d’archives n’évoquent le public qu’en cas de comportement extraordinaire, la presse informe sur composition, son attitude, et sur le prix des places. Outre le fait qu’elle permet une meilleure connaissance de la matérialité des spectacles, la lecture des journaux renseigne sur les difficultés financières des directeurs. Enfin, la lecture de la presse est essentielle à la connaissance des petits spectacles de curiosités qui parcouraient la province. Les chroniques théâtrales se font aussi l’écho des valeurs et des pratiques de la société provinciale du XIXème siècle.

Haut de page

Texte intégral

1Reflet des conditions sociales, politiques et culturelles d’une période et d’un espace donnés, la presse est devenue un instrument essentiel pour la compréhension des sociétés et de leur évolution. Source irremplaçable de connaissance de la vie culturelle et sociale des petites villes de province, la presse locale permet d’appréhender l’histoire des spectacles dans leur matérialité, leur originalité et aussi leur imperfection. La lecture des journaux fournit un matériau fondamental pour mieux comprendre ce que furent les spectacles au XIXème siècle dans des bourgs provinciaux parfois très éloignés de l’effervescence culturelle de la capitale. Complément indispensable d’archives lacunaires, la presse informe sur des éléments factuels qui viennent enrichir considérablement la connaissance de la vie culturelle provinciale.

1. Informations sur les spectacles

2Les journaux de province, au XIXème siècle, n’assignent pas une place réservée à la relation et à l’analyse des spectacles. Les journalistes, la plupart du temps anonymes et vraisemblablement amateurs éclairés, signent suivant les semaines des comptes-rendus, des chroniques, des feuilletons ou de simples entrefilets de tailles variées suivant un rythme erratique. Le théâtre ne prend place dans le journal que lorsque l’actualité dite sérieuse a été traitée1. Cependant, malgré ce manque de régularité, la presse renseigne de façon précieuse sur l’organisation et la matérialité des spectacles.

3La lecture de la presse est nécessaire à l’étude de la vie théâtrale au XIXème siècle, particulièrement dans les petites villes de provinces qui ne possédaient pas de théâtre à l’année. Le décret2 de Napoléon de 1806 réglementait de manière très stricte la vie théâtrale, la plupart des bourgs de province recevant la visite de troupes d’arrondissement, itinérantes, seules autorisées à donner des représentations. La loi imposait, sur l’ensemble du territoire, une vie théâtrale régulière dont la mise en œuvre fut parfois difficile. La presse3 se fait l’écho de ces spectacles autorisés et dispense de précieux renseignements sur l’état des salles, le répertoire, la mise en scène ou le public.

4Lorsque les documents administratifs retrouvés dans les centres d’archives signalent laconiquement dans un rapport sur la situation du théâtre d’Auch au 2ème trimestre 1853 que «la salle du théâtre d'Auch a été récemment restaurée à neuf»4, le Courrier du Gers du samedi 24 avril 1852 fait sa Une sur l’inauguration de la salle restaurée et en donne une description très précise5 tout en évoquant le mauvais état préalable de la scène6. La relation des spectacles par les journaux enrichit notre connaissance de la mise en scène, des costumes, des décors7 et des décorateurs8 locaux, professionnels ou amateurs. Les remarques acerbes adressées au souffleur, les remontrances à l’égard des acteurs qui ne savent pas leur rôle en disent long sur la qualité de ces spectacles9. Enfin les améliorations matérielles apportées à la salle par les directeurs successifs font souvent l’objet d’un commentaire10 permettant de mieux connaître l’évolution des éléments de confort dans les lieux publics.

5L’annonce presque systématique de l’intégralité des programmes joués permet de compléter les documents d’archives tels que les états de recettes qui, le plus souvent, s’en tiennent à la pièce principale, et de dresser un état précis du répertoire11 effectivement joué qui ne coïncide pas forcément avec le répertoire déposé auprès du ministère de tutelle. On donnait ordinairement deux fois par semaine une pièce en trois actes et deux pièces en un ou deux actes, vaudevilles ou opérettes, entrecoupées de chansonnettes. Le 20 mars 1853, Le Papillon dresse un bilan de la campagne théâtrale12 qui se termine : « Les artistes sont partis, voici les pièces qui ont été jouées (…) : 2 tragédies, 14 comédies, 21 drames, 29 vaudevilles en 1 acte, 7 vaudevilles en 2 actes et 2 vaudevilles en 3 actes ». Les pièces rédigées par des amateurs et jouées par des troupes officielles ou non font aussi l’objet de compte-rendus ou d’annonces qui viennent parfaire notre connaissance des intelligentsias locales13. Les traditionnelles revues de fin d’année, reflets des préoccupations locales, sont régulièrement mentionnées14.

6Les fréquentes collaborations entre la troupe brevetée et les militaires des villes de garnison sont relatées avec force détails15 : spectacles militaires de charité, participation aux chœurs, prestations musicales, sont évoqués16 de même que l’intervention systématique des sociétés musicales ou des amateurs de la ville pour étoffer un orchestre trop maigre17. Lors des soirées au bénéfice d’un acteur, il n’est pas rare que des amateurs viennent seconder la troupe. Les programmes, ces soirs-là, cherchent à se démarquer des répertoires habituels, et comportent un certain nombre de parodies et de morceaux choisis qui constituent une sorte de palmarès des airs préférés du public local. La pratique de l’hommage, fréquente sur les scènes parisiennes, n’est pas absente des scènes provinciales, l’anniversaire de la mort de Molière est l’occasion de cérémonies particulières18, de même que la mort de Rossini19. En outre, les journalistes ont à cœur de manifester leur reconnaissance à certains directeurs à l’occasion de leur départ. Les cérémonies d’adieux sont narrées par le menu et les divers discours reproduits20. Les chroniqueurs saisissent souvent ces occasions pour retracer la biographie des directeurs21 et de leurs acteurs vedettes.

7Très régulièrement, on publie les tableaux de troupes22, les résultats des épreuves des débuts ainsi que les modifications apportées au personnel en cours d’année. Les déplacements des directeurs à Paris pour constituer leurs troupes sont signalés23. Les excursions dans les bourgs des troupes des scènes sédentaires voisines, en particulier l’été, sont indiquées. Enfin, la presse suit aussi avec une certaine fierté le devenir des acteurs provinciaux qui connaissent une ascension professionnelle soit en direction d’une troupe sédentaire dans une grande ville, soit à l’international24.

8Néanmoins, les journalistes ne se contentent pas d’analyser répertoire et mise en scène, ils informent aussi sur certains aspects économiques et financiers de l’entreprise théâtrale. Le prix des places est régulièrement indiqué25, renseignant sur les types de places et les augmentations ponctuelles lors du passage de monstres sacrés parisiens. Si l’indication des salaires demeure rare26, les polémiques sur la nécessité d’une subvention sont légion27 informant sur la qualité des relations entre les directeurs et les municipalités, sur le montant de la subvention et les conditions qui l’accompagnent28. Les difficultés récurrentes des directeurs de troupe au XIXème siècle apparaissent dans la presse au travers d’anecdotes révélatrices : refus de jouer d’acteurs qui attendent depuis des mois leur salaire29, départ précipité d’un directeur30 ou réunion des artistes en société31.

9La presse apporte également un témoignage sur le public : sa rareté ou son nombre, son comportement, ses souhaits. La répartition dans la salle entre parterre debout32 et loges grillées ou non, les manifestations tant de satisfaction que de déception sont notées avec des précisions suffisantes pour permettre une analyse de sa composition et de ses habitudes33. Les archives officielles – lorsqu’elles ont été conservées - se contentent de chiffres, alors que la presse fait vivre ce public bruyant et agité.

10Ainsi, la vie théâtrale autorisée pendant la période du privilège trouve un écho dans les colonnes des journaux où succès et échecs sont régulièrement commentés. La mention parfois allusive, parfois extrêmement détaillée de la concurrence (cirques, concerts, séances de physique, spectacles d’animaux savants34 …) permet de lire en filigrane, dans les explications données sur l’absence du public dans les salles « officielles », une histoire des petits spectacles itinérants. Les programmes exhaustifs des spectacles de foires, curiosités ou des spectacles scientifiques mériteraient quant à eux une étude à part entière35.

11S’appuyant sur ce qui a été et non sur ce qui a été prévu dans des textes à caractère officiel36, la presse informe sur la réalité du spectacle et aide à mesurer l’écart entre la déclaration d’intention des directeurs et sa mise en œuvre. L’exemple le plus probant concerne les itinéraires déposés qui ne correspondent que très rarement aux dates réelles des spectacles. C’est par la presse que l’on sait avec certitude qu’un spectacle a eu lieu. C’est encore dans les journaux que nous apprenons que des représentations non autorisées ont été données.

12Après la période du privilège, la vie théâtrale dans les bourgs est laissée à l’initiative de directeurs audacieux – ou inconscients - et d’entrepreneurs de tournées. Les spectacles se font rares, la presse le déplore et rend compte avec minutie des tournées parisiennes ou exotiques37 auxquelles le développement du chemin de fer permettra des itinéraires plus diversifiés. Une étude du goût pour l’exotisme dans la province française pourrait aisément être menée grâce à un dépouillement systématique des journaux du dernier quart du siècle38. De la même manière, c’est souvent par la seule presse que nous avons connaissance, après 1864 de l’existence de sociétés théâtrales regroupant des amateurs. A Auch, Le Carillon du 9 janvier 1865 indique : «la liberté des théâtres ne favorise point, jusqu'à ce jour, le chef-lieu de département. Des troupes se sont installées à Condom, à Lectoure, à Fleurance. Le théâtre d'Auch reste fermé. (...). Il existe cependant un théâtre à Auch, mais qui n'est pas une entreprise officielle. (…). Quelques jeunes gens se sont, en effet, constitués en une sorte de société dramatique, et ils ont fondé un théâtre privé qui porte le nom de Folies auscitaines. On y représente, devant un public ami, mais nombreux, toutes les pièces de notre répertoire ancien et moderne ; le drame lui-même, le délicat proverbe, n'y sont pas dédaignés. Le difficile était d'avoir des actrices ; ces messieurs ont courageusement passé la crinoline et endossé le costume d'Augustine Brohan, de Mme Fargueil et de Mme Laurent. (...) ». C’est toujours grâce à la presse que nous savons que cette société a perduré plusieurs années puisque le 4 juin 1868 le même journal écrit sous le titre Théâtre des Folies auscitaines, «l'organisation d'une association dramatique locale résulte, selon nous, d'une intelligente et louable initiative qu'il convient d'encourager, surtout lorsqu'elle est basée, comme dans le cas actuel, sur un règlement sérieux qui y maintient le bon ordre (...) ». Entre temps, le répertoire, le public, le jeu des acteurs travestis ont été analysés. Les archives ne mentionnant aucunement cette société, seule la lecture de la presse peut nous aider à en retracer l’histoire.

2. L’information sur la vie locale et les valeurs de la société provinciale

13La lecture de la presse se révèle donc indispensable pour écrire une histoire du théâtre en province au XIXème siècle, cependant, les articles consacrés au théâtre dans les divers journaux sont également riches en enseignements sociaux.

14Les rubriques théâtrales renseignent sur les prises de position politiques des journaux : les attaques d’ordre esthétique que se livrent les chroniqueurs ne sont souvent qu’un écho des dissensions présentes dans les éditoriaux39.

15La manière dont sont vécus, dans les petites villes, les moments forts de l’histoire du siècle - révolutions de 1830 ou de 1848, guerre de 1870 – est perceptible dans ces articles. L’utilisation politique de la salle de théâtre40 ou de la représentation théâtrale ne manque pas d’être indiquée. La valeur éducative accordée au théâtre au XIXème siècle, sa participation au maintien de l’ordre public41 transparaissent régulièrement dans les chroniques.

16Du point de vue anecdotique, lorsque les compte-rendus de spectacle abordent la question du public, c’est presque toujours en lien avec la météorologie. Il s’agit d’un topos qui s’appuie toutefois sur des données factuelles qui intéresseraient peut-être un historien du climat42 : on apprend ainsi que le 22 mars 1853, il faisait à Agen une « température glaciale (moins douze degrés en dessous de zéro)43 » ou encore que le 5 juin 1854 « a été bon pour le théâtre ; c’est dire que [le directeur] a eu le meilleur auxiliaire sur lequel il pouvait compter : le mauvais temps44 ». L’allusion météorologique bien réelle se combine au poncif pour justifier aussi bien la présence que l’absence du public.

17La lecture des compte-rendus théâtraux renseigne sur le rythme saisonnier de la vie des spectateurs. Une fois encore, leur présence comme leur absence sont expliquées par des contraintes d’emploi du temps. Ainsi à Auch, bourg rural, le critique s’attarde-t-il sur la mention des travaux agricoles : « les vendanges, l’absence de beaucoup de citadins, les vacances pendant lesquelles on préfère la campagne à la ville sont autant d’obstacles qui nuisent aux bonnes recettes45 ». L’absence de femmes au théâtre en juin s’explique aussi par des occupations saisonnières : « la raison en est sans doute à un commencement de villégiature, aux préparatifs de départ pour les résidences thermales, aux apprêts des enfants pour les prochaines solennités de la Fête-Dieu46 ».

18A Pau ou à Bayonne, bourgs plus importants, villes de villégiature ouvertes au tourisme international, les préoccupations sont quelque peu différentes. En octobre, « il est encore trop tôt pour ouvrir les salons47 » même si c’est le mois qui « ramène tous nos émigrants » qui quitteront la ville en avril48. Le taux de remplissage du théâtre est tributaire des migrations touristiques : « La représentation donnée par M. Levassor, samedi dernier, a eu tout le succès qu’on pouvait en attendre, à une époque de l’année où la chaleur est accablante, et où les personnes aisées, ainsi que les étrangers, nos hôtes, sont allés chercher les frais ombrages des stations thermales49. » Dans le feuilleton de 1er janvier 1866, le critique apostrophe les Palois : « Pourquoi bâtissez-vous à profusion des hôtels princiers et préparez-vous ces somptueux appartements (…) si ce n’est pour attirer la fine fleur du high life ? Plusieurs milliers d’étrangers répondent chaque hiver à votre appel ». L’économie paloise50 est toujours évoquée dans sa relation au tourisme aristocratique et le spectacle doit participer de l’attrait de la ville.

19La presse indique avec régularité les spectacles de bienfaisance donnés par la Société Anglaise de Pau51 et en donne les recettes ainsi que la liste des participants et souscripteurs. D’une manière plus générale, les journaux annoncent toutes les manifestations de charité52 qui s’appuient sur des spectacles, auxquels participent de nombreuses sociétés, en particulier musicales. L’histoire des orphéons pourrait être complétée par cette lecture. La valeur bourgeoise de la charité privée s’exprime tout au long de ces chroniques qui constituent un témoignage intéressant.

20Les arguments utilisés par les journalistes pour inciter le public à se rendre au théâtre livrent sur l’époque un éclairage particulier. C’est la présence de femmes belles et élégantes53 dans le public qui attirera la foule. Voir et surtout être vu, telle pourrait être la devise de ces bourgeois qui font de la salle une scène. La qualité d’un spectacle se mesure aussi à la qualité sociale de son public, en particulier féminin. La promesse d’une présence féminine nombreuse dans les loges devient un argument de vente aussi important que le programme.

21La fascination pour Paris s’exprime de manière récurrente dans tous les journaux consultés. Comme Villon, les journalistes pensent qu’il n’est de bon bec que de Paris et font de la mention de la capitale un argument publicitaire : la pièce a fait « courir tout Paris »54, l’opéra représenté est « fort goûté à Paris»55, les provinciaux ne seront donc pas déçus, ils se doivent d’accourir au théâtre en nombre. En 1869 en revanche « le drame est si usé que les titis parisiens n’en veulent plus»56, le public provincial non plus. Les journalistes se targuent d’avoir vu à Paris ou sur d’autres scènes réputées57 les acteurs en vogue, expérience qui leur donne toute légitimité pour procéder à la critique de spectacle. Le public de province suit les modes parisiennes, en est parfois victime. Au XIXème siècle, dans les petites villes, il n’est nullement question d’identité culturelle singulière, il s’agit plutôt de manifester le même bon goût qu’à Paris.

22La lecture de la presse se révèle donc capitale pour la connaissance de l’histoire des spectacles dans les petites villes de province au XIXème siècle. Les divers articles renseignent sur les aspects visuels, auditifs et artistiques dont les archives officielles, souvent lacunaires, ne font presque jamais état. La presse témoigne de la réalité et de la matérialité du spectacle, de sa pauvreté, de ses imperfections. Elle informe également sur les formes de la sociabilité provinciale : la vie des entractes, l’organisation de bals masqués, par exemple, pourraient être analysés au travers de ces témoignages. Les pratiques de spectacles de charité, les collaborations avec des amateurs, civils ou militaires, sont détaillées. Les goûts du public – du moins celui des chroniqueurs – s’expriment dans ces lignes et il reste à écrire une histoire de la réception du drame romantique ou des grands opéras dans les bourgs. Toutefois la lecture des seules chroniques théâtrales des journaux de province, au-delà de l’histoire des spectacles, offre de la matière à qui souhaite étudier tant la vie quotidienne que l’histoire des idées ou des représentations. Il sera donc nécessaire dans les années à venir de mener une campagne de numérisation de ces supports qui constituent, pour l’historien, un matériau irremplaçable.

Haut de page

Notes

1Le Mémorial des Pyrénées, 17 avril 1866 : « Nous sommes en retard avec le théâtre, mais, emporté souvent par d’autres soins, par les exigences de la partie sérieuse du journal, nous n’avons pas toujours la faculté de suivre la marche rapide de la direction de M. Bousquet (…). ».

Ce journal sera désormais désigné sous le seul nom de Mémorial.

2 Ce décret procède à une division géographique de la France en 25 arrondissements regroupant plusieurs départements desservis par une ou plusieurs troupes privilégiées, stationnaires dans les grandes villes, ambulantes sur le reste du territoire. Ces troupes bénéficient d’un monopole absolu sur le territoire qui leur est imparti. Les nominations sont accordées pour trois ans maximum, renouvelables. Le directeur dispose d’un mois pour transmettre au ministère de l’intérieur le tableau de sa troupe qui doit être apte à jouer l’opéra et la comédie. Tous les six mois, il doit soumettre son répertoire et son itinéraire au ministère de l’Intérieur.
3 Le corpus dépouillé est vaste : il s’agit essentiellement de journaux publiés dans des préfectures de petite taille qui appartenaient à des arrondissements théâtraux et ne bénéficiaient pas de théâtre à l’année et dont les collections sont consultables en province : pour Auch L’Opinion du Gers, 1840 et 1841, Le Courrier du Gers, 1852, Le Gers 1865, 1867 à 1875 et Le Carillon 1865-68 ; pour Agen, Le Papillon, journal des beaux-arts, de la littérature, des modes, etc, qui paraît le dimanche, année théâtrale 1853-54 ; pour Pau, le Mémorial des Pyrénées, une quinzaine d’années entre 1841 et 1867 ; pour Bayonne, Le Libéral bayonnais, 1869 et 1870.
4 A.D. Gers, T 89.
5 « Un fer à cheval, à côtés parallèles, comprend, indépendamment des différentes loges, trois principales catégories de places qui sont le parterre, les premières et les secondes galeries. Un quatrième ordre de places est ménagé derrière les secondes galeries.

Le parterre contient dix bancs de longueur inégale ; sur les deux côtés sont deux baignoires. L'orchestre est très spacieux, et le plancher sur lequel il repose est disposé de manière à faire fonction de table d'harmonie. Enfin, six loges d'avant-scène et cinq loges dans le fond des premières galeries complètent la distribution de la salle et la disposition des places.

Quatre colonnes d'ordre corinthien encadrent les loges d'avant scène ; un entablement du même ordre contourne toute la salle en passant au-dessus du rideau d'avant scène ; il est supporté par douze colonnettes. (...) Le second rang des deuxièmes galeries est, dit-on, disposé de manière à ce que des deux côtés on n'aperçoive qu'une partie de la scène ; des loges des premières on ne voit ni le plafond ni les secondes galeries. Enfin, les colonnes qui encadrent les loges d'avant-scène, au lieu de se détacher, sont effacées par la saillie du balcon des premières et des secondes. (...)

Les peintures de la salle sont dues à M. Baudoin, de Montpellier. La décoration est dans le style renaissance ; le plafond de la salle est circulaire et divisé en quatre compartiments. A chaque angle, un génie-grisaille, faisant relief, supporte la couronne du milieu qu'entoure le ventilateur. Les quatre motifs principaux du plafond représentent la Poésie, l'Eloquence, la Musique et la Peinture. Les éléments qui servent de cadre aux tableaux sont grisaille et or.

Un plafond d'avant-scène suit ce plafond et est divisé en trois caissons d'un goût exquis. La corniche du plafond est supportée par des colonnes marbre et or.

Les deuxièmes galeries sont divisées en compartiments. Des instruments de musique forment le centre de chaque motif avec arabesques, oiseaux, coloris et or. Les séparations de chaque loge sont arrêtées par des motifs en relief, bleu et or.

Les premières galeries sont divisées en autant de compartiments que les deuxièmes. Le centre de chaque loge représente un auteur célèbre. Ces portraits sont entourés d'un cartouche en or, avec ornements et chimères coloris.

Un tapis fond damassé vert, avec trois figures allégoriques, forme le rideau d'avant-scène. Au milieu, le lambrequin du rideau figure une étoffe en velours brodé. Sur la loge de la préfecture, à droite de la scène, sont les armes de M. d'Etigny. Sur celle de M. le Maire, à gauche, celles de la ville d'Auch. Dans le fond et au milieu, des premières galeries se trouve la loge du général et de l'état major, ornée aussi d'un lambrequin. »

6 « Nous avons donc un théâtre, un vrai. Plus de toiles d'araignées et de poutres vermoulues comme autrefois, plus de nids à rats, mais des lambris dorés, un lustre à breloques de cristal, du velours dans les loges, du luxe partout ».
7 Par exemple : Le Papillon, 24 avril 1853 : « quelques toiles assez mal peintes consistant en un salon rustique, une salle de palais et trois ou quatre sites plus ou moins pittoresques, voilà, à peu près, le modique mobilier de notre scène. »
8 Mémorial, 7 mai 1867 : à Pau, « (…) [la pièce fantastique] les Filles de l’enfer (…) a été montée avec un soin particulier et les décors dus au talent de MM. Bœuf, père et fils, étaient très réussis, surtout ceux des premier, troisième et dernier actes ».
9 Le Gers, 19 janvier 1875 : « (…) les rôles avaient été incomplètement appris : aussi le souffleur, qui avait oublié de prendre une sourdine, était-il entendu distinctement par les spectateurs (...) ».
10 Opinion du Gers, 29 août 1843 : «le public des premières sait gré à M. Hermant d'avoir substitué des chaises aux banquettes peu rembourrées qui faisaient le désespoir des spectatrices».
11 Voir le travail de François Cavaignac sur le répertoire du théâtre d’Etampes à partir du journal L’Abeille d’Etampes, dans La Culture théâtrale à Etampes au XIXème siècle, l’Harmattan, coll. Univers théâtral, 2007, 263 p.
12 D’autres fois, c’est l’annonce de l’ouverture des abonnements qui nous renseigne sur la composition des spectacles.
13 Opinion du Gers, 10 juin 1841, « l'affiche de ce jour nous annonce, pour être représentés incessamment Un Scandale à Auch et L'Aspirant de la marine par des auteurs de cette ville ».
14 Le Libéral bayonnais, 29 décembre 1869 : « relâche jusqu’à la Saint-Sylvestre pour les répétitions générales de : Le 4ème budget de la ville de Bayonne, Opéra-comique en plusieurs actes et une infinité de tableaux ».
15 Voir Christine Carrère-Saucède, « Les militaires et le théâtre dans le Sud-Ouest au XIXème siècle, de la salle à la scène », Annales du Midi de la France, n° 242, septembre-décembre 2003, pp. 559-570.
16 Mémorial, 21 février 1854, « Théâtre de Pau : soirées dramatiques données par les Sous-Officiers du 10e au profit des petites sœurs des pauvres et du bureau de bienfaisance » ; 24 décembre 1868 à propos de Faust : « L’hymne guerrier, chanté par les soldats de Valentin, au 3e acte, a été enlevé avec beaucoup d’ensemble et de bravoure ».
17 Observateur des Pyrénées, 18 août 1841 : « L’orchestre sera composé de MM. Les Artistes et Amateurs de cette ville ».
18 Le Papillon, Programme du 16 janvier 53 : 233ème anniversaire de la naissance de Molière « Le spectacle sera terminé par le Couronnement du buste de Molière par toute la troupe, précédé d’un discours en vers prononcé par M. Tournier »
19 Mémorial, 12 décembre 1868.
20 Le Journal du Lot-et-Garonne, 13 mars 1864, à l’occasion des adieux du directeur qui part tenter sa chance à Toulouse : « M. Montcravel, dans sa direction, a fait preuve de tant d’intelligence pour varier les plaisirs du public (…) Le Directeur de notre scène, d’une voix bien accentuée, (…), les couplets suivants improvisés pour cette circonstance : (…). » Suit le texte intégral des couplets chantés par l’artiste.
21 Le Papillon, 17 avril 1853, consacre un feuilleton au directeur Delmas : cet article permet de compléter l’entrée Delmas du Dictionnaire de Lyonnet (Tome I, p. 496) :

 « En 1826, Delmas faisait son premier début dans la carrière du barreau. (…) Il continua sa vie de plaideur pendant trois ans (…) Mais (…) il abandonna le métier des lois pour se faire comédien (…) En 1832, Delmas tenait l’emploi de premier comique au théâtre de Bordeaux. Ses succès de chaque jour durèrent 3 ans (…) Delmas partit donc pour l’île Maurice (…). Pendant quatre années, il fit la joie de Maurice et de Bourbon (…) Il se fit directeur, il se fit homme d’affaires. (…) Delmas se fixa à Auch où il prit la direction du théâtre ; et en 1851 le privilège d’Agen lui fut concédé. Il y a bientôt deux ans que nous possédons cet éminent artiste. (…). »

22 Ils contiennent le nom des artistes et leurs emplois, indiquent la scène sur laquelle se produisait l’artiste l’année précédente, information précieuse lorsque l’on souhaite retracer un itinéraire professionnel. Enfin, ils listent les administrateurs (directeurs, régisseur, bibliothécaire…), qui sont souvent aussi acteurs. Ces tableaux parus dans les pages locales sont parfois, dans la période qui suit la liberté des théâtres, la seule trace que nous ayons de ces troupes qui n’étaient plus tenues de se déclarer.
23 Le Papillon, 25 juin 1854 : « M. Josset est parti pour Paris où il va composer sa troupe nouvelle. »
24 Mémorial, 3 novembre 1842, « Tous les journaux de Madrid font le plus grand éloge du ténor Sinico (celui que nous avions entendu à Pau cet hiver) qui vient de débuter au théâtre du Cirque dans la Lucia di Lammermoor ».
25 Par exemple, prix pour la saison d’opéra à Auch, en 1870 : Le Gers, 2 avril 1870 :

à la soiréeà l'abonnementLoges et fauteuils d'orchestre3, 50 fr.2, 50 fr.Boxes3 fr.2, 25 fr.Premières2, 50 fr2 fr.Parterre1, 50 fr.1 fr.Secondes 1, 25 fr.1fr.Troisièmes1fr.Le Lectourois du 23 janvier 1870 indique, pour un spectacle d’adresse, premières : 1 fr., parterre 60 centimes, secondes 40 centimes.

26 Voir cependant l’intéressant article dans le journal agenais Le Papillon du 13 novembre 1853 dans lequel sont listés les salaires et prorata des acteurs où on apprend, par exemple, que le jeune premier touche 300 francs, le souffleur 150, le chef d’orchestre 100. Voir aussi Le Libéral bayonnais, 11 novembre 1869.
27 Mémorial, 25 février 1867 : Théâtre Italien : (…) La subvention de la ville a été portée de 2000 à 3800 francs et la Société des fêtes qui avait déjà donné 1000 francs (…) a accordé de nouveau 1500 francs.
28 Le Papillon, 5 mars 1854 : « le conseil municipal a voté une subvention de 6000 francs à la condition que notre théâtre fut desservi par une troupe d’opéra-comique ».
29 Le Libéral bayonnais, 10 août 1869.
30 Opinion du Gers, 23 janvier 1844 : «une direction théâtrale est, par le temps qui court, chose si orageuse, qu'il mérite le titre d'habile entre tous, celui qui échappe au naufrage ! Demandez plutôt à ce pauvre M. Roland que tous les malheurs viennent d'assaillir à la fois ... et qui a renoncé à son privilège de se ruiner pour amuser le public».
31 Mémorial, 15 mai 1866 : départ précipité du directeur Bousquet déclaré en faillite et organisation des artistes en société dénommée « les artistes réunis ».
32 Il persiste assez tardivement dans les petites villes : Mémorial, 23 août 1847.
33 Voir Christine Carrère-Saucède, « l’image du public de théâtre dans la presse des petites villes de province en France au XIXème siècle », journée d’études sur les publics de théâtre, Université d’Arras, février 2006, en ligne sur le site de l’ Université de Rouen :

http://www.univ-rouen.fr/irshs/users/thenor/article.php?id_article=123

34 Mémorial, 17 juin 1848, « il y avait encore assez de monde (…) malgré la tombola et les Arabes du cirque ».
35 Voici deux exemples de ce que l’on peut lire beaucoup plus longuement dans la presse : tout d’abord l’annonce du programme de l’exhibition des tableaux électriques de M. LASCOTT à Agen le 30 avril 1853 dans Le Papillon :

Première partie

Tung-Thin-Skan, vue prise en Chine

Intérieur de la Chapelle du Christ à Jérusalem

Le Bosphore à Constantinople

Les ruines du couvent de Sainte-Rosalie, de Robert le Diable, avec effet de lune (grande scène des nonnes)

Intérieur d’un riche palais ducal à Venise

Un chalet d’hiver avec effet de neige

Intérieur de la cathédrale de Lyon

La cascade de Brajandan à Constantinople où l’on est le témoin émerveillé de la marche des eaux se heurtant contre les rochers, bouillonnant dans l’abîme et agitant les feuilles des iris qui croissent sur les bords du fleuve

Deuxième partie

Vue de l’intérieur du palais de cristal (exposition de Londres)

Ruines du couvent de Saint-Vincent à Rome (avec effet de lune)

Grande ascension d’un ballon dans le jardin du Tivoli à Copenhague

La fête des lanternes dans le canal du Hou-Dony-Ovith, en Chine

Voici un extrait d’une longue et très intéressante description d’un théâtre nomade qui fit une halte à Agen en 1853 à l’occasion de la foire : « La loge était splendidement éclairée au gaz ; quelques lanternes vénitiennes projetaient une lumière bleuâtre d’un effet délicieux ; les tentures étaient posées avec un goût exquis ; les banquettes étaient cependant un peu dures ; mais l’ensemble ne laissait guère rien à désirer. On remarquait au fond de l’enceinte de rideaux disposés avec symétrie, divers symboles brodés avec art en faisaient le principal ornement ; c’était le foyer de la troupe. », Le Papillon, 27 mars 1853.

36 Qu’il s’agisse d’itinéraire, d’état de troupe ou de répertoires, tous communiqués au ministre de tutelle par le truchement du préfet.
37 Le Gers, 16 août 1874, annonce « la célèbre troupe de la tribu des BENI ZOUG ZOUG composée de 30 personnes sous la direction de Hady-Aly-Ben- Mohamed » suivie le 23 août du Grand cirque anglo-américain sous la direction de MM. Bell et Hutchinson.
38 Voir Nicolas Bancel, Pascal Blanchard et alii, Zoos humains, de la Vénus Hottentote aux reality shows, Ed. la découverte, Paris, 2002, 480 p.
39 Voir à ce propos la guerre sans merci que se livrent à Agen Le Chat et Le Papillon.
40 Le 15 novembre 1870 à Auch, « une conférence patriotique » est donnée au théâtre, Le Gers, 14 novembre 1870.
41 En particulier dans les villes de garnison.
42 Dans le département du Gers les premiers relevés ponctuels datent de 1872 et ne concernent que les hauteurs de pluie.
43 Le Papillon, 27 mars 1853.
44 Le Papillon, 11 juin 1854, article : « Théâtre d’Agen ».
45 Le Gers, 21 septembre 1867.
46 Le Gers, 1er juin 1872.
47 Mémorial, 19 octobre 1841.
48 Observateur des Pyrénées, 4 avril 1841, p. 4 : « c’est alors qu’aura lieu le départ des étrangers qui ont passé l’hiver dans notre ville »
49 Mémorial, 23 juillet 1866.
50 On peut lire par exemple dans un compte-rendu de concert dans le Mémorial du 14 décembre 1858 : « la grande salle de la mairie offrait, samedi soir, un spectacle rassurant pour les personnes qui se plaignent que la société étrangère est trop peu nombreuse cette année ».
51 « Les pièces seront empruntées au répertoire anglais et jouées par des amateurs appartenant au meilleur monde britannique », Mémorial, 19 mars 1868.
52 Elle évoque même parfois le montant du droit des pauvres.
53 « Nos jolies dames ne manqueront pas, nous en sommes certains, d’embellir de leur présence cette représentation qui promet d’être brillante », Le Papillon, 8 mai 1853.
54 Mémorial, 17 décembre 1844 repris dans les mêmes termes le 10 juillet 1846.
55 Mémorial, 15 mai 1866.
56 Le Libéral bayonnais, 11 novembre 1869.
57 Le plus snob est sans conteste le chroniqueur palois qui énumère régulièrement les villes dans lesquelles il a vu des spectacles : Paris certes, mais aussi Bordeaux et Toulouse, et surtout Barcelone en Espagne.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Carrère-Saucède, « L’apport de la presse à l’histoire du théâtre en province au XIXème siècle », Semen [En ligne], 25 | 2008, mis en ligne le 22 février 2009, consulté le 22 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/semen/8133 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.8133

Haut de page

Auteur

Christine Carrère-Saucède

LERASS, Université Paul Sabatier, Toulouse 3

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search