Navigation – Plan du site

AccueilNuméros25Une presse méconnue : la presse é...

Résumés

La prise de parole des étudiants est une histoire plus ancienne qu’il ne paraît. C’est en effet dès le début du XIXème siècle, sous la Restauration puis la monarchie de Juillet, que l’on trouve à la Bibliothèque Nationale les premiers exemplaires de journaux qui expriment les desiderata des jeunes, alors même que l’État et la pédagogie traditionnelle leur dénient d’exister socialement et d’exprimer des opinions politiques.

En dépit des difficultés rencontrées, de la censure omniprésente, la presse étudiante ne cesse de se développer, de se diversifier – la loi de 1881 facilitera cette croissance – cherchant toujours à tisser un lien entre les élèves des facultés françaises et étrangères. Elle sert aussi à interroger le monde qui les entoure – monde de proximité, composé des grisettes et des ouvriers – mais aussi la société bourgeoise et conquérante.

La grande presse n’accueille pas toujours avec beaucoup de tendresse la génération montante, – « classe » dangereuse ou courageuse ? – jeune et dynamique, qui inquiète tout autant qu’elle questionne, parfois avec véhémence, ses aînés.

Haut de page

Texte intégral

1Au XIXème siècle, le journal étudiant, qui débute sous le règne de Louis-Philippe, s’épanouit et se diversifie au fil du siècle. Il se distingue – au sens où l’entend cette recherche – par la volonté libre des rédacteurs de se constituer en groupe de travail et de fonder un journal, sans surveillance et censure provenant d’un directeur de publication adulte qui exercerait un contrôle hiérarchique sur les articles qui lui sont soumis. Il est rédigé par des jeunes gens qui se déterminent eux-mêmes comme des étudiants.

1. Les contenus

2Plusieurs difficultés techniques se posent pour dresser une liste exhaustive à partir des catalogues disponibles. L’absence de classement oblige à un dépouillement systématique de toutes les références trouvées par mots clés en vérifiant chaque périodique. La mauvaise qualité du papier, qui rend les journaux incommunicables et dont il faut chaque fois solliciter le prêt exceptionnel, les pertes de documents dues à une erreur de rangement, les cotations informatiques erronées compliquent l’accès aux journaux. Il se pose une ultime difficulté pour classer rigoureusement les journaux étudiants. Certains périodiques, désirant l’anonymat et la tranquillité de leurs auteurs, ne déclarent pas officiellement qu’ils sont l’œuvre d’étudiants. Seule une lecture attentive détermine le genre de presse dont il est question. Signalons enfin que les journaux retrouvés ne représentent sans doute qu’une petite fraction de l’ensemble des productions du XIXème siècle, celle conservée par la mémoire collective, officiellement reconnue, archivée et que le temps n’a pas altérée 1.

3Une centaine de journaux étudiants a pu donc être trouvée, majoritairement parisiens, dont le siège social est au Quartier latin2.

4En raison des ordonnances de juillet 1830 qui entravaient la liberté de la presse, Charles X est destitué. Le régime « libéral » de Louis Philippe abolit l’autorisation préalable et se trouve obligé de conserver une attitude relativement souple vis-à-vis de la presse.

5Cette période est propice à la presse étudiante qui se développe. La structure des journaux est similaire à celle des publications d’adultes. Le premier journal étudiant référencé, Les Cancans du Quartier Latin, en janvier 1837, sert de « matrice » aux suivants. L’organisation du journal et son contenu donnent donc de précieuses indications sur le « premier âge » de cette presse spécifique.

6Dans sa forme, le journal étudiant ressemble à la presse de la monarchie orléaniste dont les journaux, composés de quatre pages, sont bâtis verticalement. Les articles étant souvent assez longs, la presse s’adresse à un public averti. Les Cancans introduisent les mêmes rubriques. Les deux premières pages sont souvent divisées horizontalement en deux-tiers / un tiers comme les grands journaux, le dernier tiers étant consacré au « Feuilleton ». Les Cancans respectent aussi la place traditionnelle des « Variétés », petites pièces littéraires ou études historiques, placées en troisième ou éventuellement en quatrième page. Cette dernière accepte les petites annonces, la publicité, comme il est d’usage depuis 1828.

7L’actualité est traitée dans les deux premières pages des journaux. Celle des Cancans concerne le rythme des étudiants, leur quotidien, qui se décline en plusieurs volets au fil des numéros parfois provocateurs.

8Les articles de commentaire sont assez longs. La forme narrative est préférée lorsqu’une histoire jugée symptomatique du mode de vie des étudiants est racontée. Ainsi, si la notion d’« actualité » des premières pages – billet d’humeur, évocation des mœurs des étudiants, de leurs lieux et habitudes privilégiés – tranche nettement avec la grande presse, l’organisation de l’ensemble du journal est similaire, et parfois certaines rubriques ressemblent aux quotidiens « sérieux ».

9C’est le cas du « Feuilleton », qui est un article de critique littéraire, une chronique mondaine ou une causerie scientifique. Que ce soit le compte rendu d’une visite à François de Lamennais, l’explication du suicide d’une jeune femme « noyée dans la nuit du 9 janvier, près du Pont-Neuf et dont le corps est resté si long-temps inconnu sur les dales [sic] de la Morgue 3», la critique d’Othello jouée au théâtre Molière, ou la chronique des rencontres possibles dans un café, le « Feuilleton » des Cancans correspond à la définition globale de cette rubrique telle qu’elle était utilisée dans les années 1830 par la presse.

10Concernant le contenu, les articles concernant les étudiants sont nombreux. Le but de ces papiers est de circonscrire la vie de l’étudiant : son habitation, ses mœurs, sa façon de se vêtir et de manger, les opportunités qu’il saisit pour s’amuser, son budget. Les études apparaissent secondaires, le ton des articles volontiers hardi.

11À l’intérieur du site général que représente l’arrondissement des facultés où les jeunes résident et travaillent, des lieux plus circonscrits, représentatifs du mode de vie estudiantin sont détaillés. Les nombreuses descriptions des lieux de rencontre des étudiants en démontrent l’importance. C’est qu’il faut affirmer de plusieurs manières la virilité affichée de jeunes hommes qui se voient refuser une existence citoyenne autonome. La sociabilité masculine du XIXème siècle repose sur la séparation des sexes. Les jeunes gens veulent délimiter leur territoire en ayant des endroits qui leur soient réservés, affirmant à la fois leur identité sexuelle et leur identité sociale, cette dernière étant déterminée par leur âge et leur classe. Peu importe que certains endroits soient visités par des grisettes, les femmes du peuple ne mettent pas en péril la virilité de l’espace public et parfois privé masculin. Les lithographies comme les descriptions du journal mettent en scène des postures corporelles hiérarchisées, une appropriation spatiale qui prouve que l’espace public fréquenté par la jeunesse des Écoles leur « appartient » : ils gardent leur couvre-chef, ne se lèvent pas et n’offrent pas les meilleures places aux jeunes femmes présentes.

12Monde en abyme, le Quartier latin est une microsociété, miroir déformant où sont exacerbées tares et qualités, peuplé de toutes les classes réfractaires (filles de joie, ouvriers, jeunes aimant la bohème) ou brillantes (intellectuels, artistes, étudiants) qui s’entremêlent et se fascinent mutuellement. Une volonté tribale de forger un groupe homogène, gommant les altérités, s’inventant un code de conduite et des repaires communs favorisant la reconnaissance des membres du groupe, s’exprime au sein du journal. Les jeunes gens, solidaires, forment une confrérie soudée par le manque d’argent et la quête des plaisirs, l’un étant souvent la conséquence de l’autre. Mal nourris, mal logés, ils sont quasiment obligés de faire des dettes et de partager leurs moyens de subsistance. La péréquation des revenus revient en ritournelle dans la plupart des articles.

13Trois oppositions servent d’acception à leur « tribu » : l’esprit de clan repose sur leur misère passagère mais néanmoins réelle (versus bourgeoisie), sur le machisme (opposée à l’univers féminin) et leur représentation de la jeunesse, impétueuse, aux idées neuves (contre la gérontocratie).

14D’autre part, les journalistes des Cancans sont très conscients du caractère transitoire de leur état. Il faut donc témoigner « pour plus tard, comme le souvenir de leur vie passée, de cette vie de jeunesse 4». Protéiformes, ils se sentent tour à tour sérieux et noceurs, emportés et réfléchis, possédant quelques caractéristiques qui les distinguent du reste du monde : jeunes, sans emploi stable, étudiants à l’Université, dépendants des ressources parentales. Émancipés à Paris, soumis en province, ponctuellement romantiques, traditionnellement pragmatiques, désireux de réussir, à la recherche d’aventures amoureuses avec des jeunes filles modestes…

15Les journaux qui se succèdent dans la première moitié du siècle reprennent dans leur déclaration d’intention un grand nombre d’arguments similaires. Il faut d’une part doter les étudiants d’un organe spécifique, qui renforce leur unité, leur solidarité, leur confraternité, le sentiment d’appartenir à une élite, les aider en transmettant des renseignements sur les cours et la vie des facultés, les défendre en leur servant de tribune. La presse étudiante a aussi le but plus général de donner une définition de ce qu’est la jeunesse, diffuser ses idées, faire connaître les talents de plume.

Valeur testimoniale d’une génération

16Au-delà du sentiment iconophile émergeant de la conscience de soi, une conscience collective générationnelle de l’élite s’affirme, qui tend à devenir un conflit à l’intérieur d’une même classe, la bourgeoisie.

17Quelle signification donner à la captation de l’écrit public par les étudiants des années 1830 ? Le contexte historique fournit plusieurs pistes :

18- l’intérêt fort vif que suscite tout ce qui a trait à la jeunesse bien que ce soit la plupart du temps sur le mode de la suspicion et de la peur, dû en partie au poids démographique que représente l’ensemble de la jeunesse face à une gérontocratie campée sur ses privilèges,

19- l’émergence d’un ensemble de jeunes gens qui après une décennie passée derrière les grilles des collèges détient une relative aisance de style,

20- une soif de libre expression de sa pensée.

21La presse écrite va plus avant vers la découverte de soi, de ses désirs tout en rencontrant chez l’autre, son alter ego, une quête similaire. La presse étudiante affirme autant l’apparition d’un ensemble de jeunes hommes qui, pour un certain temps, se retrouvent cantonnés à un statut d’enfant alors qu’ils ont des pulsions et des envies d’hommes adultes, que la force avec laquelle leur est déniée d’exister socialement, ce qui les pousse à se manifester.

Un acte fondateur

22Autant qu’une famille idéale, c’est la composition tribale entre pairs que procure l’aventure du journal, rite initiatique d’une classe d’âge qui se donne à voir. Moins formelle que celle des journaux d’initiative adulte, l’histoire du journal étudiant reste un peu celle de l’amitié préoccupée par la fugacité des instants partagés, obéissant tout autant à une démarche distinctive qu’à une logique de fusion. Le désir de distinction est opératoire à trois niveaux :

23- il engendre chez un cercle le besoin de se nommer, de se démarquer, les étudiants se présentant comme groupe social déterminé, 

24- les membres du journal se distinguent à leur tour, en tant que clan qui ose un acte fondateur,

25- enfin une distinction individuelle s’opère lorsque les journalistes signent leurs articles, exposent leur sentiment, prenant une responsabilité personnelle.

26Frontière du journal intime qui ravive le souvenir, mémorial pour ancrer la jeune génération dans une tradition, presse moderne pour parler de l’instant… Le journal s’expose sur la place publique et facilite une réflexion identitaire et sociale. La volonté de co-construction de sens avec les adultes est sous-tendue par le média, ce qui nourrit le ton si particulier de la presse jeune.

27Jusqu’à la fin du Second Empire les journaux étudiants ont donc à cœur de se nommer, ne formant qu’un seul groupe uni et indifférencié. La loi de 1881 les protégeant pour la première fois du pouvoir fait exploser cette logique.

28La multiplication des feuilles étudiantes affine les lignes éditoriales. Cette évolution est à corréler avec le développement du milieu associatif étudiant dans les années 1880. Les associations étudiantes s’épanouissent au sein de tous les grands centres universitaires français, et après quelques mois ou quelques années d’existence, fondent un journal pour relayer et faire connaître leurs activités.

29Une presse étudiante confessionnelle apparaît aussi, dont l’implantation géographique est assez représentative de la prégnance éducative régionale des collèges catholiques : la Bretagne, le Nord, le Pas de Calais, le Jura.

2. Les relations avec le pouvoir

30Deux mesures brident l’expression politique des jeunes : les ordonnances concernant les associations et les lois régissant la presse. Les ordonnances du 5 juillet 1820, (elles-mêmes inspirées par les décrets napoléoniens) servent de modèle pendant un demi-siècle au Ministère de l’Instruction publique pour annihiler les tentatives de regroupement des étudiants et appliquer des sanctions aux contrevenants par l’Université.

31Concernant la presse, Louis-Philippe n’ose pas l’affronter directement, cette erreur ayant été fatale à Charles X. Les contraintes financières imposées aux journaux sont un moyen aisé de la contraindre, soit par le biais de procès coûteux, soit au moyen du cautionnement (pour les quotidiens et les bihebdomadaires parisiens le gérant doit disposer de cent mille francs en fonds propre). Il est interdit à la petite presse de parler de politique. Cette mesure va être suivie avec une rigueur extrême pour la presse étudiante. Celle-ci ne se remet jamais d’un procès, les pénalités financières étant lourdes. On peut s’étonner de l’extrême sévérité avec laquelle sont considérés les journaux étudiants.

32Certes, la critique de la société existe à un premier niveau par l’apologie de la liesse, du libertinage et des beuveries. Mais le pouvoir subversif de cette presse réside davantage dans son existence que par la violence de ses attaques : la presse abolit les cloisonnements de l’espace privé pour mettre en scène la vie intime de la jeunesse. Double hiatus qui rompt à la fois le silence qui cimente la vie privée et qui met en lumière les écarts de conduite et les revendications sociales des jeunes bourgeois. La famille doit être le tombeau des secrets de ses membres. La rupture symbolique de l’espace privé familial – par des mineurs – brise le pacte du silence, de ce qui ne se dit pas et s’écrit encore moins.

33La presse représente ainsi une « déviance » en brisant le silence traditionnel imposé par la famille, sorte de « fin des patriarches » dans la mesure où elle prouve que les fils n’attendent pas la mort du père pour exister, pour s’exprimer. Elle paraît aussi une remarquable émancipation face à l’État qui refuse la position de citoyen aux jeunes hommes jusqu’à l’âge de vingt-cinq ans.

34Les dernières années de la monarchie de Juillet voient l’émancipation politique des journaux étudiants, ainsi qu’une orientation différente de la presse d’opposition. De plus en plus virulente à l’égard de la monarchie censitaire, elle accueille chaleureusement la presse estudiantine. Il est vrai que l’étiquette de tapageurs, de manifestants, d’opposants « naturels » au régime joue cette fois en leur faveur. Il paraît bon de s’aliéner une partie de la population fougueuse et lettrée, appelée à la fois à jouer un rôle si des désordres armés surviennent et à occuper des postes clés par la suite. Les journaux parus peu avant la chute de Louis-Philippe souhaitent pouvoir disserter de ce qu’ils estiment juste, et cela peut toucher le politique, lorsque celui-ci interfère de manière violente avec leurs droits. A la parenthèse enchantée des dernières années du régime censitaire et de l’éphémère seconde république succède un pouvoir impérial autoritaire.

35Tous les journaux étudiants disparaissent et peu de titres les remplacent la première décennie du Second Empire. S’ils subissent un procès, l’article 14 du décret du 17 février 1852 les empêche d’en faire état. En 1858, une loi de sûreté porte particulièrement atteinte à la liberté : toute personne suspecte d’être séditieuse peut être emprisonnée ou déportée sans autre forme de procès. La liste des avertissements aux journaux, des suspensions provisoires ou définitives, des déportations en Algérie de journalistes impénitents s’allonge au point que l’Empereur s’aliène des journaux impérialistes. Le pouvoir impérial, affaibli, se voit contraint d’assouplir la réglementation concernant la presse, ce dont profite la presse étudiante.

36Mais ce n’est que sous la IIIe république, avec le tournant décisif des lois de 1881, que la presse étudiante jouit d’une certaine liberté. Les journaux étudiants risquent néanmoins sporadiquement des ennuis. La répression fixe son attention sur les dessins, nombreux à partir des années 1880. Les caricatures de professeurs, le corps féminin et les scènes de rue concernant les étudiants sont les sujets croqués préférés. Un dessin jugé trop leste ou dégradant pour l’enseignant risque de se voir interdire. Cela reste néanmoins une mesure d’exception.

37La presse politique étudiante ne prend vraiment une figure particulière et identifiable que les deux dernières décennies du XIXème siècle. Un « virage » à gauche d’une forte majorité de titres de la presse étudiante au cours de la IIIe république se remarque. Les œuvres de Marx et d’Engels emportent l’adhésion. Elles sont largement citées par la presse étudiante engagée, qu’il s’agisse d’une presse religieuse catholique ou protestante. Hormis la personnalité de Boulanger qui réveille amitiés ou fortes haines journalistiques, les autres figures politiques républicaines n’inspirent pas de réactions particulières, si ce n’est celle de Maurice Barrès à la fin du siècle. Le nationalisme de celui-ci éclos au moment de l’affaire Dreyfus semble pour eux la résurrection sous un autre vocable des doctrines du boulangisme qu’ils méprisent.

38L’idée d’un socialisme chrétien se développe, des journaux politiques de gauche ainsi que des périodiques « généralistes » se rapprochent du milieu ouvrier sans se confondre avec lui. L’humanisme concret propose l’enseignement aux plus défavorisés et des opérations caritatives, ponctuelles, au nombre desquelles les éphémères occupent une bonne place à la fin du siècle.

39Jusqu’à 1881, la grande presse, en butte à l’hostilité des pouvoirs publics, militant pour une véritable indépendance, aurait pu relayer les insatisfactions de la presse étudiante. Parce qu’elle intègre et retranscrit les valeurs de son époque, parce qu’elle rencontre des difficultés pour affirmer son indépendance, elle aurait pu représenter la fibule entre la jeunesse et une société gérontocratique. Si à certaines périodes de désordres, elle s’intéresse à la presse des jeunes lettrés, les rapports demeurent tendus.

3. Sociabilité, réseaux, relations avec la presse adulte

40Le soutien de la grande presse, sous le règne de Louis-Philippe, s’est avéré aléatoire. La presse étudiante, muselée avant d’apparaître, s’impose pourtant. Les professionnels la voient avec une certaine incrédulité tenter de se faire une place au soleil. Un peu dédaigneux, et vaguement inquiets que des jeunes gens sans expérience puissent se prévaloir des mêmes prérogatives qu’eux. Un des reproches récurrents que la presse adresse aux étudiants est imputé à leur âge, qui n’est pas celui où on s’octroie le droit d’exercer un jugement, d’autant moins si celui-ci est politique. Représentés comme des brailleurs inconséquents, il n’est pas question que les jeunes bourgeois du Quartier latin usurpent l’écrit à leur profit. La presse adulte se montre particulièrement tatillonne dès qu’il s’agit de morale. Les remontrances d’un grand quotidien suffisent à ce que le couperet tombe, plus vite et plus durement que pour la presse adulte, même si celui-ci est minoritaire à s’irriter contre les jeunes journalistes. La grande presse a donc une responsabilité si les périodiques jeunes sont pérennes ou non.

41La presse paraît prête à corroborer le portrait d’une jeunesse étudiante lascive, avide de plaisirs faciles, parfois vénale, immorale et violente. C’est aussi la même – peu gênée par ses contradictions – qui rudoie la jeunesse lettrée dès qu’elle s’avise de s’exprimer politiquement. Les journalistes, dès que la jeunesse des Écoles est impliquée dans des incidents ou des actes qui s’assimilent à des gestes politiques, ont tendance à accentuer leur participation, déformer leurs propos, exagérant le degré de dangerosité des jeunes auprès de l’opinion publique. Certes le romantisme, les figures littéraires et le poids démographique de la jeunesse sont autant de facteurs qui augmentent l’inquiétude des adultes. La presse n’invente pas les stéréotypes des étudiants factieux et dévoyés, elle se contente de les entretenir et de les amplifier.

42L’affaiblissement du pouvoir transforme les rapports qu’entretiennent journalistes amateurs et journalistes professionnels. Le Journal des Écoles ne s’y trompe pas : « Nous venons d’assister à une politique nouvelle. La jeunesse des écoles a fait acte de virilité ; elle a manifesté sa puissance. Les hommes de la presse en avaient jusque là parlé avec dédain. Désormais, ils compteront avec elle. »5

43Et pourtant, dès le mois de mai 1848, les périodiques étudiants rencontrent des difficultés sans que la grande presse ne les aide.

44La configuration observée pendant la monarchie de Juillet est reproduite sous le règne de Napoléon III. La dureté impériale raréfie les productions étudiantes, peu prises en compte par la grande presse. Fustiger et mettre en doute la morale des autres revient à prouver la sienne, ce dont a bien besoin une presse opprimée, oppressée par la législation du régime impérial. En période de contrôle de la presse, celle-ci serre les rangs et tente de creuser l’écart entre elle et la petite presse, dont la presse étudiante est elle-même une expression quelque peu marginale.

45Les adultes lisent et décryptent l’expression étudiante par le prisme de la confession. Cela présuppose que toute écriture jeune est un récit de l’aveu. La jeunesse, parce qu’elle ne compte pas encore officiellement comme classe de la société civile, est abordée en tant qu’entité de l’étrange, du bizarre. À cela s’ajoute l’obsession des journalistes adultes pour leur propre âge d’or, celui de leur jeunesse, toujours différente de la nouvelle génération de jeunes gens. Dans leurs souvenirs ils étaient plus courageux, plus travailleurs, plus sobres, plus énergiques, plus moraux…alors que les adolescents de leur âge mûr se montrent paresseux, avides de plaisirs faciles, pervers, cherchant à salir la réputation des jeunes femmes de bien, ne pensant qu’à l’alcool et au jeu.

46Le tournant des années 1860 encourage une certaine liberté de ton. Dans ce contexte, alors que le régime se fracture et que Louis Napoléon se montre plus libéral envers la presse, un regain d’intérêt de la part de la presse adulte vis-à-vis des journaux étudiants se produit. Les cercles d’amitiés jouent un rôle non négligeable : qu’un jeune collaborateur d’une feuille étudiante œuvre pour un grand journal et celle-ci a toutes les chances d’en obtenir une publicité. Les jeunes collaborateurs de la presse professionnelle sont parfois à peine plus âgés que leurs confrères de la jeunesse des Écoles. Des jeunes gens se rencontrent sur les bancs du lycée ou de la faculté, puis en raison de fortunes diverses, se séparent, certains fréquentant plus longtemps et plus assidûment que les autres l’Université, retardant ainsi leur entrée dans la vie active tout en conservant des liens d’amitié avec leurs anciens camarades. Émile de Girardin propose même aux étudiants une colonne pour l’expression politique et sociale de leurs idées.

47Dans cette quête avide de reconnaissance, la presse étudiante n’adopte pas toujours une cohérence sans faille. Elle requiert l’assistance de ses aînés tout en affirmant sa différence. Attirée par la grande presse, elle clame tout à la fois sa répulsion : « Tous les journaux politiques, tous les journaux quotidiens forcément se ressemblent. Ils vivent des mêmes événements ; ils vivent surtout les uns pour les autres : pour faire un journal, tous les jours on se contente de s’éventrer mutuellement à coups de ciseaux. 6»

48Ils exigent qu’elle soit courageuse, engagée, amicale avec eux, tout en lui reprochant d’être uniforme. Il y a attraction et répulsion, adjonction et disjonction, désir de reconnaissance et désir d’affranchissement qui rendent complexes les rapports entre la presse adulte et la presse étudiante. La première est toujours guettée par l’indifférence et le désir d’affirmer son professionnalisme. La seconde est tentée par la raillerie et le désir narcissique d’être reconnue et appréciée.

49Si les relations s’avèrent tendues entre presse adulte et presse étudiante, les journaux étudiants ont à cœur de nouer des relations d’amitié envers les autres périodiques étudiants français ou étrangers.

50Au Second Empire, La Voix des Écoles ouvre la voie en appelant de ses vœux une correspondance entre étudiants du Quartier latin et jeunes gens des facultés européennes. Les journaux étrangers les félicitent : celui de Leyde, qui consacre dans un de ses numéros « une colonne entière 7» dans laquelle il appelle les étudiants à entretenir une relation épistolière avec les Français, celui de Brême, des journaux italiens – la Voix de l’Italie et le Mouvement qui reproduisent la profession de foi, assurant ainsi un large retentissement auprès des élèves des universités italiennes de leur proposition de correspondance.

51Le journal reproduit avec une certaine fierté les relations épistolières et les articles qui lui sont envoyés de l’étranger. Un étudiant d’Oxford répond en français, détaillant les habitudes collégiales de ses condisciples. Le président de la Société des étudiants de Gand félicite les étudiants français de leur initiative, s’abonne au journal et enjoint les étudiants belges à faire de même. Plusieurs articles sont d’ailleurs écrits par des étudiants belges de Gand et de Louvain. Le périodique reçoit aussi des témoignages d’amitié de Russie. Le jour où la Voix des Écoles arrive à Saint-Pétersbourg, les étudiants sont justement réunis, décidés à fonder un recueil qui serve de lien entre les diverses universités russes et demandent aussitôt l’autorisation gouvernementale de correspondre avec les étudiants français8. Les étudiants du Quartier latin y voient le signe que toute la jeunesse cultivée de l’Europe entre en action dans un mouvement intellectuel fraternel. La Voix des Écoles se targue, au bout de deux mois d’existence, d’avoir des bureaux « pour l’abonnement » à Leyde en Hollande, à Berlin en Prusse, à Gand, Liège, Louvain en Belgique, à Zurich en Suisse. Le fait qu’ils obtiennent des nouvelles des universités étrangères les assure de la pertinence de leur démarche. À l’intérieur des frontières, des liens se tissent aussi, la Voix des Écoles répercute régulièrement des nouvelles de Toulouse, Montpellier, Rennes, Dijon, Poitiers et parvient à ouvrir des bureaux à Caen, Strasbourg, Marseille et Aix.

52Le lien entre élèves français et étrangers semble opératoire à la fin du Second Empire. Des étudiants bruxellois adressent à l’annonce de la parution en juin 1870 de l’Impartial, organe universel de la jeunesse instruite, périodique français, une lettre où ils émettent leurs vœux de réussite. La missive est accompagnée d’une soixantaine de signatures d’élèves belges des diverses facultés de l’Université de Bruxelles. En point d’orgue, la profession de foi de l’Impartial accentue encore la connivence entre le nouveau périodique et les étudiants européens : « L’Impartial est une tribune à laquelle la jeunesse de tous les pays défendra vaillamment les conquêtes modernes de la science et de la philosophie. 9»

53Le traditionnel désir de former une unité au sein de laquelle les étudiants sont fraternellement réunis grâce au périodique qui leur sert de trait d’union l’emporte très majoritairement et reste toujours prégnant dans les professions de foi sous la IIIe république. L’accent est donc mis, et c’est d’autant plus le cas lorsqu’il s’agit de périodiques régionaux, sur la nécessité de correspondre avec les étudiants de la France entière et de l’étranger. En retour, la presse étudiante du Quartier latin prend conscience que les élèves des facultés régionales sont susceptibles de la lire, de s’y intéresser. Elle les invite à envoyer leurs productions au siège des comités de rédaction10. Des périodiques choisissent des titres globalisants, incluant ainsi toute la jeunesse estudiantine.

54Le mot d’ordre des étudiants socialistes est de nouer le plus de contacts épistoliers possibles entre étudiants français et étrangers, formant « une sainte alliance de la jeunesse 11», qui serait un obstacle aux guerres – la guerre de Crimée, la guerre de Sécession, l’insurrection polonaise, la guerre franco-prussienne ont avivé les consciences – qui entravent durablement la paix et la justice européennes auxquelles ils aspirent.

55L’espoir d’un monde solidaire transcendant les frontières, les patries, les nations, résonne aussi dans le cœur des élèves pacifistes des facultés.

56En 1897, une Association de la Jeune Presse est fondée, dont le but explicite est de réunir solidairement les étudiants de la Presse parisienne et les jeunes gens qui débutent dans des organes de jeunesse. Il y a là la volonté affirmée de professionnaliser l’ensemble de la presse jeune. Cette décision réactive est en harmonie avec les agissements de leurs homologues plus âgés. En 1881, l’Association Syndicale Professionnelle des Journalistes Républicains Français est fondée, l’année suivante le syndicat de la Presse Parisienne voit le jour.

57L’affaire Dreyfus fait pendant quelques années éclater cette volonté d’unité. Elle avive les positions les plus opposées et regroupe les jeunes gens des facultés en deux partis, pour ou contre Dreyfus. Chaque camp a ses hérauts, ses champions, ses symboles. Du côté des antisémites, il y a bien sûr la Libre Parole, son rédacteur en chef Édouard Drumont, et le Baron Jules Legoux. Chez les « Dreyfusards », le journal l’Aurore et la figure emblématique de Zola, membre de l’Association des Étudiants de Paris, qui prend la plume pour remercier le journal étudiant le plus lu, le Réveil, citant expressément Guy Péron, le rédacteur en chef qui lui avait assuré que la jeunesse du Quartier latin soutenait clairement le combat de l’écrivain. 

58Leur division, si elle n’était restée que sur le terrain politique, aurait sans doute été moins marquée. Mais le procès du capitaine est pour beaucoup le procès de la République, la mise en cause de l’armée, du respect de la patrie.

59L’innocence de Dreyfus ne faisant guère de doute, les querelles entre la presse adulte et les journaux étudiants se calment à la toute fin du siècle.

60Le XIXème siècle aura vu s’affirmer, en dépit d’obstacles importants d’ordre financier, politique et fantasmatique, une presse particulièrement pugnace. Démiurge, la jeunesse étudiante se rêve et s’invente, nostalgique d’un avant plus tumultueux, d’un âge d’or. Ce sont pour ceux de 1880 les « lionceaux de 1830 » qui obtenaient la liberté dont ils rêvent, qui eux-mêmes imaginaient la jeunesse napoléonienne s’illustrant au rythme des tambours. La jeunesse du Second Empire se réfère aux étudiants des barricades de 1848… et pour l’ensemble des étudiants qui prennent la plume de 1830 à 1900, l’ « escholier », l’espiègle étudiant du Moyen Âge, symbolise le mieux l’esprit libre auquel ils aspirent. Corporatiste, beau parleur, conquérant de l’espace urbain, effrayant le bourgeois et affolant la vertu des filles... C’est au nom de cet « escholier » que la jeunesse lettrée, s’appuyant sur une filiation hypothétique, prend la parole ; c’est en pensant à lui encore que les adultes répondent, ce spectre du libre penseur, de l’anarchiste, du poète, de l’artiste, du séducteur et désormais de l’étudiant qui s’accapare l’espace public…

61L’adulte, cet interlocuteur impossible, n’en est pas moins espéré. Si l’ancien, forme bienveillante du compagnonnage refuse le dialogue proposé, le journal affirme sur un mode agressif le rejet de la parole de la jeunesse, et pose de manière aiguë le problématique regard de l’adulte sur le jeune.

Haut de page

Notes

1 Des collections fragiles, sont désormais à notre demande microformées et peuvent même pour certaines être consultables à distance sur Gallica.

Le catalogue informatisé de la Bibliothèque Nationale comprend aussi les fonds détenus par la Bibliothèque de l’Opéra et de l’Arsenal datant au plus tôt du Second Empire. Mais l’état de ces collections est particulièrement dégradé et difficile d’accès.

2 En travaillant le catalogue informatisé de la Bibliothèque Nationale rien n’apparaît de prime abord. C’est en procédant par mots clés qui caractérisent la jeunesse universitaire et son lieu d’habitation (le Quartier latin en est le symbole la majeure partie du siècle), par recherches croisées, que les résultats aboutissent au total à 3000 références à dépouiller. Une recherche particulière concernant les jeunes filles a été entreprise, le fonds se révélant fort pauvre.
3 Les Cancans du Quartier latin, n°4, jeudi 12 janvier 1837, p. 1.
4 Prospectus des Cancans du Quartier latin, décembre 1836, Paris, p. 3.
5 Journal des Écoles, n°2, 5 juin 1847, p. 6.
6 Le Chercheur, n°1, février 1869, p. 1.
7 La Voix des Écoles, n°3, samedi 7 mars 1857, p. 1.
8 Ibid., n°13, samedi 15 mai 1857, p. 2. Le tout nouveau journal russe prend le titre de Recueil des Travaux des étudiants de l’université impériale de Saint-Pétersbourg.
9 L’Impartial, n°1, 18-25 juin 1870, Paris, p. 4.
10 Voir Les Écoles, journal des étudiants paraissant le dimanche, n°1, 11 mars 1877, Paris, p. 1.
11 La Jeunesse socialiste, n°2, février 1895, Toulouse, p. 68.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Corroy, « Une presse méconnue : la presse étudiante au XIXème siècle », Semen [En ligne], 25 | 2008, mis en ligne le 22 février 2009, consulté le 27 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/semen/8140 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.8140

Haut de page

Auteur

Laurence Corroy

CIM, Université de Paris 3-Sorbonne Nouvelle

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search