Skip to navigation – Site map

HomeNuméros25Le titre des nouvelles locales da...

Le titre des nouvelles locales dans la presse québécoise à la fin du XIXème siècle

Jean de Bonville

Abstracts

At the end of the XIXth century, Quebec’s French-language press underwent important changes in the way the headings of local news were written. Headings became longer and level of information rose. Semantic content of headings as well changed strongly. Up to that period, headings used to index articles according to the themes they were dealing with. At the beginning of the 20th century, newspapers began to use headlines, most of the time multi-decked, which provided detailed information about the story reported.

Top of page

Full text

1Si l’on considère le journalisme comme une institution gardienne de la démocratie, comme une vocation ou une mission sociale, la perspective de s’intéresser à la forme des titres de journaux paraît bien dérisoire. En revanche, si l’on définit le journalisme comme une pratique discursive, les avatars de cette composante essentielle du journal contemporain acquièrent de l’importance. D’ailleurs les acteurs sociaux qui recherchent les gros titres à la une ne se trompent pas sur ce trait saillant de la presse.

2Pourtant, lorsque nous considérons la presse dans une perspective à long terme, cette caractéristique, qui nous paraît aujourd’hui essentielle, perd du relief. On en vient à penser que, loin d’être un trait constitutif du journalisme, le gros titre, voire le titre de presse lui-même,  n’est spécifique que d’un type de journal, le journal d’information contemporain. Ce trait s’est affirmé au début du XXème siècle du fait de la transformation d’une manière de composer les titres propre aux journaux du siècle précédent.

3Nous prendrons la mesure des changements qui ont marqué la pratique de la presse québécoise à cet égard entre 1885 et 1935. Cette période voit apparaître et se développer ce qu’il est convenu d’appeler le journalisme d’information. Comme toute pratique discursive ou, plus généralement, toute pratique culturelle, ce type de journalisme ne s’est institutionnalisé que progressivement et pour ainsi dire par expérimentation.

4Durant le XIXème siècle, au Québec, le journalisme de langue française est soumis à trois sources d’influence concurrentes. La presse française constitue un premier modèle, auquel les journaux québécois doivent leur prédilection pour la polémique et leur goût pour le roman-feuilleton. L’influence de ce modèle décline tout au cours du XIXème siècle. Par le truchement de leurs concurrents de langue anglaise, les journaux québécois subissent aussi l’influence de la presse britannique. Celle-ci se soucie de nouvelles et de publicité plus que d’idées et de littérature. Dans la seconde moitié du XIXème siècle, le « papier-nouvelle » britannique constitue sans doute le modèle auquel aspirent la plupart des éditeurs, y compris ceux de langue française. A la fin du siècle, toutefois, le newspaper d’inspiration britannique est soumis à forte concurrence de la part du journalisme de reportage américain, qui élève la nouvelle au niveau d’un genre journalistique.

5Le corpus analysé est tiré d’un quotidien montréalais, La Presse, qui, dès sa fondation en 1884, souhaite imiter les journaux locaux de langue anglaise. Dans les années 1890, toutefois, son éditeur se tourne vers les États-Unis et cherche à en importer le new journalism1. Composé de 1269 articles de faits divers2 d’origine locale ou régionale, le corpus, qui doit servir à l’étude du genre journalistique de la nouvelle3, est constitué de 26 sous-échantillons d’une cinquantaine de textes répartis à intervalles de deux ans entre 1885 et 19354.  En ce qui concerne plus précisément les titres, nous chercherons, dans une première partie, à en mesurer la longueur, à en caractériser la structure et le type, à en évaluer le contenu informatif ; dans la seconde partie, c’est la dimension  sémantique des titres qui retiendra notre attention.

1. Structure, longueur, type et contenu des titres

6L’emploi du titre ne s’est pas imposé d’emblée dans les journaux. Au XVIIème siècle, l’usage voulait que l’on mentionnât, en tête de certains textes, la provenance de l’information. Cet usage a persisté au cours des XVIIIème et XIXème siècles et il a été repris par les agences de presse. Au XIXème siècle, le titre devient plus courant et remplit une fonction essentiellement signalétique. Il indique l’emplacement des rubriques (Mélanges, Variétés, Faits divers, etc.), la source d’une information (Extraits de papiers français, Du Canadian Spectator, Correspondances particulières, etc.), l’origine des nouvelles (Nouvelles du Canada, Nouvelles d’Europe), le thème des nouvelles (Nouvelles ecclésiastiques, Commerce de Londres, etc.), l’instance politique dont on rapporte les débats (Assemblée législative, Conseil de ville, etc.), etc. Exceptionnellement, un événement particulier est indexé par un titre comme Accident ou Incendie, etc.

7Dans la seconde partie du siècle, le télégraphe assure un flux d’information plus régulier et plus abondant si bien que les journaux commencent à attribuer un titre, en petits caractères, aux courtes nouvelles regroupées sous des rubriques comme Nouvelles télégraphiques. De moindre taille que les titres de rubrique, ces titres individuels (comme Tentative de suicide, Fatal accident, etc.) se multiplient. A la fin du siècle, au moment où débute notre analyse, ce type de titres s’émancipe de plus en plus souvent du cadre des rubriques qui les ordonnaient5.

8Les articles tirés des premiers sous-échantillons de notre corpus ne sont pas représentatifs de la manière de titrer les nouvelles à cette époque. En effet, seulement une petite proportion des nouvelles échappait au cadre des rubriques pour être coiffées d’un titre particulier. De plus, les nouvelles étaient en général plus courtes que celles de notre corpus. Comme nous nous intéressons à l’évolution d’une pratique de titrage, il nous suffit que le corpus permette de rendre compte de cette pratique, et il n’est pas nécessaire qu’il soit représentatif des autres aspects de la pratique journalistique, ni même de toutes les facettes du titrage.

9Au moment où s’instaure cette nouvelle pratique, un seul niveau de titre suffit au signalement des quelques nouvelles titrées. Parmi ces articles, si l’on se fie à notre corpus, le sous-titre se généraliserait dans les années 1880 et serait devenu la norme dès les années 1890. Lors du premier sondage bisannuel, en 1885, 44 % des articles contiennent un titre et un sous-titre. La proportion s’élève à 61 % en 1889, puis à 94 % en 1891. Par la suite, la presque totalité des articles possèdent un sous-titre ; le sous-titre à deux ou trois niveaux devient courant dès cette décennie.

10Non seulement, les éléments structurels du titre deviennent-ils plus nombreux, mais chaque composante s’allonge : de 1885 à 1935, la longueur du titre est multipliée par trois, tandis que les sous-titres s’allongent de 83% lorsqu’on les considère individuellement, et de 111% si l’on englobe tous les niveaux de sous-titres6. Envisagée du point de vue de l’ensemble du titre et de ses sous-titres, la progression (133 %) demeure très sensible7.

11Jusque dans les années 1880, on trouve fréquemment des titres comme ceux-ci :

La variole

La tempête

Pauvre femme

La journée d’hier

12Ces titres, qui évoquent une situation ou un état de fait, appartiennent à une catégorie de titres que nous qualifions de descriptifs. Bien qu’ils ne représentent que 6 % de l’ensemble du corpus, ces titres demeurent relativement nombreux jusqu’au milieu des années 18909 ; après 1915, ils disparaissent complètement du corpus. Ce type de titres est encore plus rare au niveau des sous-titres10.

13L’autre catégorie de titres, le titre narratif, occupe presque tout l’espace restant11. Nous rangeons dans cette catégorie les titres qui relatent succinctement une action comme dans :

Des bandits font feu sur un marchand

14et des titres beaucoup plus courts, mais qui suffisent à évoquer un schéma d’événement comme dans :

Vol à la poste

Grand incendie

Assaut grave.

15A la fin du XIXème siècle, le journalisme de reportage d’origine américaine se répand dans l’ensemble des pays occidentaux. Il trouve évidemment un écho au Québec où plusieurs quotidiens, dont La Presse d’où provient notre corpus, ne tardent pas à en adopter la formule.  Ce journalisme d’inspiration américaine repose principalement sur la relation d’événements, relation conçue comme la réponse à une liste de questions, les 5 W du journalisme américain12.

16Ce nouveau journalisme ne représente qu’une nouveauté relative. En effet, dans la liste des lieux communs ou topiques considérés comme sources d’invention par la rhétorique traditionnelle (définition, analogie et différence, hypothèse, témoignage, etc.), il s’intéresse particulièrement au lieu commun des circonstances. Aussi appelées lieux communs intrinsèques, les circonstances concernent le sujet proprement dit du discours (qui, quoi, où, avec l'aide de qui, pourquoi, comment, quand) et se distinguent des lieux communs extrinsèques, qui concernent les rapports avec d'autres sujets. C’est précisément de ces lieux communs intrinsèques que sont tirés les 5 W américains. Nous retiendrons donc ici l’appellation topiques journalistiques13, non pas que ces derniers soient exclusifs au journalisme, mais parce qu'ils constituent l'ensemble des lieux communs présents dans la nouvelle. Ces topiques, qui ne sont qu'une des sources de l'invention retenues par la rhétorique, sont donc les catégories privilégiées de référents dans les textes journalistiques : ces derniers se distinguent des autres textes par la préséance accordée au lieu commun des circonstances14.

17Nous avons repéré, dans les titres du corpus, les éléments correspondant à chacun de ces topiques journalistiques15. Soit les titre et sous-titre suivants:

Titre : Quatre enfants mordus par un chien furieux

Sous-titre : L’un d’eux a dû être hospitalisé à Sainte-Justine après-midi

18La proposition contenue dans le titre serait catégorisée comme correspondant au topique événement (ou comme répondant à la question What ?).  Par ailleurs, la proposition présente dans le sous-titre relèverait du topique des conséquences. Les mots soulignés répondent au topique de l’acteur.

19Dans l’ensemble du corpus, nous avons repéré 5960 topiques, dont 1961 (33 %) dans les titres et 3999 dans les sous-titres. Dans les titres, le topique de l’événement (48,8 %) et celui de l’acteur (36,4 %) sont de loin les plus courants16. Dans les sous-titres, l’acteur passe en premier (45,9 %), l’événement (23,8 %), en deuxième place, tandis que, ensemble, les topiques de lieu (9,8 %), de conséquences (9,2 %) et de temps (5,4 %) représentent plus *de 25 % des topiques. Ces observations suggèrent une pratique assez conforme à ce que prescrivent à l’époque les manuels américains  de journalisme : « the top tells the story »17. Le titre contient donc, dans l’ordre, deux éléments clés : ce qui s’est passé et les principaux protagonistes de l’événement. Les autres éléments présentent une importance moindre. Lorsque le lieu n’est pas mentionné, comme c’est généralement le cas dans les nouvelles locales qui composent notre corpus, le lecteur doit comprendre que l’événement s’est déroulé dans la ville même où paraît le journal18. Déjà, dans les quotidiens de la fin du XIXème siècle, les événements rapportés sont réputés avoir eu lieu la veille. Il devient donc superflu de mentionner le moment où se déroule l’action sauf pour insister sur un moment particulier19.

20Le nombre de topiques connaît une augmentation sensible bien que moins forte que celle que nous avons observée dans la longueur des titres et des sous-titres. Si l’on compare les cinq premiers sondages bisannuels (1885 à 1893) aux cinq derniers (1927 à 1935), le nombre de topiques augmente de 48 %  dans les titres proprement dits et de 72 % dans l’ensemble des titres et sous-titres.

21Considérées d’un autre point de vue, soit celui du nombre de topiques présents dans les titres et sous-titres d’un article, les mêmes données nous permettent de cerner les configurations les plus typiques. Ainsi, au début de la période (1885 à 1893), les cas les plus fréquents sont dans l’ordre celui de l’article dont le titre et les sous-titres contiennent 3 topiques (en moyenne 11,2 articles par année20), puis de l’article à 4 topiques (10 articles par année) et ensuite de l’article à 1 seul topique (9,4 articles par année). Suivent enfin les configurations de 5 topiques (en moyenne 6,6 articles par année) et de 6 topiques ou plus (4,8 articles par année). A la fin de la période (1927 à 1935), cet ordre est bouleversé. Les configurations les plus courantes sont les articles dont les titres et les sous-titres contiennent 6 topiques ou plus (en moyenne 14,2 articles par année), puis 5 topiques (14 articles par année) et 4 topiques (9,8 articles par année). Les configurations à 3 topiques (5,4 articles par année), 2 topiques (3 articles par année) et 1 topique (1,2 article par année) sont plus rares.

22Les figures 1 à 3 détaillent l’évolution d’un sondage à l’autre. En conséquence, les variations annuelles y prennent beaucoup de relief. Au niveau des sondages individuels, les écarts peuvent s’expliquer par la petite taille des sous-échantillons bisannuels ; il n’y a donc pas lieu de s’y attarder longuement. Toutefois, au niveau de l’ensemble de la période, la force et la cohérence de la tendance de fond laisse peu de doute sur la validité de l’évolution structurelle qui se dégage de l’ensemble des observations. Entre les dimensions structurelle et ponctuelle, enfin, des mouvements conjoncturels sont aussi perceptibles. Nous n’entrerons pas dans le détail de ces fluctuations sauf pour indiquer que le plateau observé dans chacune des figures, entre 1900 et 1920, correspond à une période d’innovations dans la presse nord-américaine que le syntagme yellow press a stigmatisées dans l’esprit des contemporains21.

23Ces données suggèrent un accroissement du niveau informatif des titres, mais elles demeurent très abstraites. Tentons d’illustrer comment elles se traduisent « littéralement » dans les titres.

2. La dimension sémantique

24Dans les années 1880, rappelons-le, les quotidiens québécois n’ont pas encore abandonné les règles qui président à leur édition depuis des décennies, notamment en ce qui concerne les titres. Les principaux titres servent à indiquer la matière des textes placés sous une rubrique. On peut y lire, par exemple, des titres comme : Dépêches télégraphiques, A travers la ville, Commerce et finance. D’autres titres, guère nombreux, désignent un thème conjoncturel récurrent comme dans L’insurrection du Nord-Ouest, c’est-à-dire la seconde rébellion des Métis, qui s’étend sur plusieurs mois en 1885. La plupart des nouvelles locales ou étrangères, souvent très courtes, n’ont d’autre titre que celui de la rubrique où elles sont classées. Un petit nombre de nouvelles, en revanche, bénéficient d’un titre particulier. C’est de cette catégorie de titres dont il est question.

25Le modèle suivi par les rédacteurs des titres est emprunté à la tradition éditoriale du livre. En effet, la table des matières des livres de l’époque contient souvent une liste détaillée des sujets abordés dans chaque chapitre. Cette liste apparaît même, à l’occasion, au début des chapitres. Ouvrons un ouvrage d’histoire politique de l’époque. Le chapitre portant sur la formation de la confédération canadienne débute par une liste des sujets contenant plus de 70 courts énoncés détaillant le contenu d’un texte d’une quarantaine de pages. L’auteur de l’ouvrage, avocat, professeur et politicien, est aussi un journaliste réputé et l’éditeur d’un journal politique22. Les titres dont il coiffe chacun des chapitres de son ouvrage ressemblent à ceux qui précèdent certains articles de son journal.

26Par exemple, l’extrait suivant, placé au début du chapitre 7 :

La conférence de Québec et l’opinion en Angleterre  – M. George

Brown à Londres – Approbation générale –Les résolutions de Québec soumises aux Chambres – L’opposition du parti libéral bas-canadien – etc.

27découle du même modèle que les titres et sous-titres suivants tirés de La Presse de 1885 :

Les voleurs – Toujours le même système – Effraction – Le révolver - Pas de traces des voleurs

Un bandit – Attaque nocturne – Un gardien de la paix battu – Lutte terrible

28Ces deux titres ne visent pas d’abord à décrire un événement, mais plutôt à indiquer un sujet (Les voleurs, Un bandit) et à signaler les propos qui seront abordés dans le corps de l’article, généralement dans l’ordre. Titre et sous-titre sont alors dans un rapport thème -rhème23.

29Cette fonction du titre, typique du journalisme du XIXème siècle, détermine évidemment des caractéristiques sémantiques, lexicales et syntaxiques. La centaine de titres que contiennent les deux premiers sous-échantillons du corpus (1885 et 1887) fournit ample matière à dégager des tendances. Deux modèles complémentaires, le premier portant sur les occurrences et l’autre sur les protagonistes, rendent compte de plus des trois quarts des cas.

30Le modèle basé sur les occurrences24 comporte cinq éléments, dont un, le type d’occurrence, est obligatoire, et les quatre autres (détermination, spécification, qualification et précisions) sont facultatifs. Le premier élément permet de classer l’occurrence dans une catégorie spécifique : Accident, Drame, Incendie, Meurtre, Suicide, Vol, etc. Les autres éléments correspondent à quatre opérations qu’il est possible de faire à propos de cette occurrence. La détermination actualise l’occurrence au moyen notamment d’un article comme dans Un plongeon fatal, L’arrestation, etc.  La spécification a pour effet d’ajouter un trait à la compréhension du concept, ce qui donnera, par exemple, Vol avec effraction, Vol à l’étalage, Accident de chasse, etc. La qualification consiste à apprécier l’occurrence comme dans Terrible accident, Affaire tragique, Incendie considérable, Évasion audacieuse, etc. Enfin, les précisions introduisent des circonstances relatives à l’occurrence, comme dans Accident sur le fleuve,  Vol à l’Hôtel de ville, etc.

31Le modèle autorise un grand nombre de cas de figure dont l’exemple suivant ne donne qu’un aperçu :

Accident (Occurrence)

Terrible accident (Occurrence Qualification)

Un terrible accident (Occurrence Détermination Qualification)

L’accident de Rigaud (Occurrence Détermination Précisions)

Accident de chemin de fer (Occurrence Spécification)

Terrible accident de chemin de fer (Occurrence Spécification Qualification)

Un terrible accident de chemin de fer à Rigaud (Occurrence Détermination Spécification Qualification Précisions)

32Dans notre sous-échantillon, les configurations les plus fréquentes sont les suivantes, en ordre décroissant : 

Occurrence / Qualification, comme dans :

Triste accident

Accident fatal

Assaut grave

Grève sanglante

Occurrence, comme dans :

Meurtre

Querelle de ménage

Tentative de suicide

Occurrence / Précisions, comme dans :

Accident à l’île Sainte-Hélène

Incendie à Sainte-Geneviève

Suicide d’un Italien

Occurrence / Spécification, comme dans :

Vol à l’étalage

Vol avec effraction

Vol de cheval

Vol de lettres

33Les configurations Occurrence / Précisions / Qualification, comme dans Assaut grave à Maisonneuve, et Occurrence / Spécification / Qualification, comme dans Terrible accident de chasse, sont plus rares.

34Le second modèle, basé sur les acteurs, fait appel aux mêmes opérations bien que leur application soit légèrement différente. Dans le cas du premier élément, le type d’acteur, l’alternative suivante se présente : soit le type est neutre du point de vue axiologique, soit il est orienté. Par exemple :

Neutre : Femme, Fils, Mari, Marchand,  etc.

Orienté : Bandit, Voleur, Meurtrier, etc.

35Si le type d’acteur est orienté, il peut figurer comme tel dans le titre : Un bandit ; Un nid de voleurs, etc. S’il est neutre, il lui faut une qualification axiologique pour pouvoir accéder au titre. Par exemple :

Pauvre femme ; Mauvais fils ; Mari brutal ;  Marchand malhonnête; etc.

36Des précisions peuvent accompagner le type d’acteur comme dans : Voyous à l’oeuvre ; Les voleurs de la Longue-Pointe. Le modèle autorise des complications comme dans : Incendiaire ou fou, qui présente une alternative entre deux types orientés du point de vue axiologique.

37Notre sous-échantillon contient un nombre nettement moins grand de cas répondant à ce second modèle (environ 15 % des titres des deux premiers sous-échantillons), tandis que le premier modèle justifie plus de 60% des titres. Parmi les titres dont ces modèles ne rendent pas compte, les trois titres suivants méritent une attention particulière : C’est un tueur ; Sheppard arrêté ; Brûlée vive. Ces titres appartiennent à deux classes de titres plus rares qui vont se généraliser au cours des décennies suivantes comme l’indique un second coup de sonde, réalisé dans le sous-échantillon composé des titres de 1933 et de 1935.

38En effet, les titres des années 1930 obéissent à un tout autre principe. Alors qu’au XIXème siècle, comme nous l’avons dit plus haut, la visée narrative du titre s’épuisait généralement dans un substantif dénotant une action, à la fin de la période, il est de règle de formuler un énoncé narratif dans lequel l’action s’exprime au moyen d’un verbe25. Dans notre sous-échantillon, près de 80 % des titres répondent à l’une des deux constructions suivantes : soit une proposition à l’indicatif comportant un sujet, soit une proposition articulée autour d’un acteur (animé ou inanimé) accompagné d’un verbe au participe passé. Par exemple :

Indicatif : Des bandits font feu sur un marchand  

Participe : Un vieillard trouvé asphyxié par le gaz.

39Le premier modèle repose sur les éléments suivants : Acteur / Action / Objet de l’action. Chacun de ces éléments de base peut faire l’objet, comme les occurrences ou les acteurs des titres du XIXème siècle, de détermination, spécification, qualification ou précisions. Les configurations possibles s’en trouvent donc multipliées de sorte que le titre colle de plus près à l’événement particulier sur lequel porte l’article. Par exemple :

Une femme donne la vie à un bébé dans un taxi

Des bandits armés s'emparent d'une sacoche contenant $2,5

40Le deuxième modèle présente l’action à la voix passive et exploite le participe passé : Objet de l’action / Action / Acteur ou Objet de l’action / Action. Par exemple :

Un gardien assommé par des bandits

Deux personnes blessées dans une explosion

41Ce modèle autorise aussi les mêmes types de transformations que le modèle précédent.

42Dans les titres découlant de ces deux modèles, les verbes sont, sauf rares exceptions, conjugués au présent. Le passé composé est utilisé à l’occasion, et nous n’avons relevé qu’un seul usage du passé simple. Il s’agit sans doute d’une pratique en voie de disparition.

43Les deux modèles observés dans le journal du XIXème siècle persistent. On trouve encore, en effet, plusieurs titres articulés sur l’occurrence ou l’acteur. Par exemple :

Mort affreuse d'un employé de la cie Bell  (modèle de l’occurrence)

Deux bandits pris, leur coup perpétré (modèle de l’acteur)

44Toutefois, les titres de ce genre sont presque invariablement accompagnés d’un sous-titre construit sur l’un des deux nouveaux modèles que nous venons de présenter. Par exemple :

Mort affreuse d'un employé de la cie Bell –  Ralph Elliott, jeune inspecteur, est écrasé à mort par un ascenseur

Deux bandits pris, leur coup perpétré – La chasse – Ils avaient volé 195 $ à un épicier rue Duluth est

45Les indicateurs quantitatifs analysés au début (longueur des titres, nombre de topiques) laissaient entrevoir un changement important, mais l’analyse sémantique et syntaxique autorise des conclusions plus radicales encore. En effet, nous sommes en présence d’un véritable changement de paradigme. La manière de concevoir le titre, la visée discursive qui préside à sa rédaction et les modèles dont le journaliste s’inspire plus ou moins consciemment pour les rédiger ont changé radicalement. A la fin du XIXème siècle, le titre demeure un moyen de catégoriser ou d’indexer les nouvelles. L’information qu’il apporte se limite au niveau générique. C’est un titre indicatif, axé sur le thème. Le titre de 1935, au contraire, est informatif26 et axé sur le rhème.

Conclusion

46L’espace nous manque pour donner une explication exhaustive de cette transformation. Les changements dans la rédaction des titres, d’un intérêt en apparence secondaire et sans justification manifeste, découlent de transformations dans l’ensemble de la production du journal ; elles en sont aussi un indice tout à fait significatif.

47Les modèles de rédaction de règle dans les années 1920 existent en 1885, mais ils sont utilisés surtout dans les sous-titres et sont subordonnés aux modèles les plus typiques à cette époque27. Bien que les titres de 1920 se rapprochent d’assez près de la manière « naturelle » de décrire des événements, cette manière ne s’est pas imposée d’emblée au XIXème siècle quand il s’est agi de titrer les nouvelles locales. Car les journalistes de cette époque vivaient dans un environnement professionnel soumis à des contraintes institutionnelles qui n’autorisaient le recours à ces procédés qu’exceptionnellement et interdisaient qu’on les érigeât en règle.

48En effet, la presse du XIXème siècle ne justifie pas son existence à partir de la transmission des nouvelles ; les nouvelles y sont encore relativement peu nombreuses, et les textes pour les relater demeurent courts. Il n’y a donc pas lieu de chercher à singulariser chaque nouvelle par son titre ; d’autant moins que, compte tenu des contraintes techniques de la typographie, le titre de rubrique, plus court, demeure la solution la plus simple et la moins onéreuse. De toute façon, les lecteurs se satisfont de la formule.

49Ce n’est que lorsque les conditions sur le marché de la presse changent, sous l’influence de transformations socio-économiques comparables à celles qu’ont connues les grandes villes américaines dans la seconde moitié du XIXème siècle, que l’opportunité d’adapter les habitudes de production, y compris les règles de rédaction des titres, s’impose aux éditeurs québécois. Le titre des nouvelles apparaît alors comme un moyen stratégique, parmi d’autres, d’augmenter le lectorat. Dès lors, les nouveaux modèles deviennent avantageux, et l’augmentation importante du nombre de pages lève la contrainte qui interdisait leur généralisation28.

50Mais l’augmentation du nombre de pages n’est possible que moyennant des changements techniques importants dont l’effet cumulatif se fait sentir à la fin du XIXème siècle, à savoir la mise au point d’un papier-journal à bon marché adapté aux nouvelles rotatives très performantes et l’invention de la linotype. Ces innovations permettent dès lors de composer et d’imprimer rapidement des journaux beaucoup plus volumineux. Encore faut-il, toutefois, que les coûts de l’opération n’excèdent pas la capacité de payer des lecteurs. Or grâce à l’explosion de la demande d’espace publicitaire, les éditeurs peuvent refiler ces coûts aux annonceurs, qui ne demandent pas mieux parce que, plus attrayant, le nouveau journal d’information leur donne accès à des millions de consommateurs en puissance29.

Top of page

Bibliography

Bonville J. (de), Vermette J., 1989, « Le journal télévisé : proposition d'une méthode d'analyse de la télévisualisation », Communication (Revue québécoise des recherches et des pratiques en communication et information), vol. 10, no 1.

Bonville J. (de), 1996, « Les notions de texte et de code journalistiques : définition et critique »,  Communication (Revue québécoise des recherches et des pratiques en communication et information), vol. 17, no 2.

Bonville J. (de), Sauvageau F. (dir.), 1999, « Le « nouveau journalisme » américain et la presse québécoise à la fin du XIXe siècle », Variations sur l’influence culturelle américaine. Québec, Presses de l’Université Laval.

Ducrot O., Schaeffer J.-M., 1995, Nouveau dictionnaire encyclopédique des sciences du langage,  Paris, Seuil.

Garst R.E., Bernstein T.M., 1933, Headlines and deadlines : manual for copyeditors, New York, Columbia University Press.

Shuman E.L., 1903, Practical journalism : a complete manual of the best newspaper methods, New York, D. Appleton & Co.

Top of page

Notes

1 Jean de Bonville, « Le « nouveau journalisme » américain et la presse québécoise à la fin du XIXe siècle »,  Florian Sauvageau (dir.), Variations sur l’influence culturelle américaine. Québec : Presses de l’Université Laval, 1999, p. 73-100.
2 Des 1269 articles qui constituent le corpus, plus de 54 % portent sur des activités criminelles ou judiciaires, tandis qu’un bloc de 38 % concernent des catastrophes (17, 3 %) ou des accidents (20,7 %). Les crimes contre la propriété (24,9 %) ou contre la personne (14,9 %), les incendies (11,6 %) et les accidents de transport (9,4 %) sont les sous-catégories thématiques les plus importantes.
3 Le texte complet de chaque article a été saisi et codé. La constitution de ce corpus a été réalisée dans le cadre d’un projet de recherche plus vaste portant sur les transformations du journalisme québécois à la fin du XIXème siècle ; ce projet a été subventionné par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada.  Le présent article ne s’intéresse qu’à une partie du corpus, à savoir les titres, et qu’à un nombre limité de dimensions des titres.
4 La sélection a été faite par des auxiliaires de recherche inscrits au premier cycle universitaire sur la base des critères suivants : étaient retenus les articles de 300 mots ou plus, ayant un titre propre, dont le texte pouvait être attribué à un journaliste (sont donc exclus les lettres de lecteurs, les dépêches d’agence, etc.). L’auxiliaire commençait normalement la sélection au début de l’année et, pour chaque édition quotidienne, à la première page du journal. Aucune consigne explicite n’interdisait de commencer la sélection ailleurs dans le journal. Nous verrons plus loin, à propos de l’année 1921, que le fait de ne pas commencer au début du journal était susceptible d’affecter les caractéristiques du sous-échantillon. La sélection s’interrompait lorsque le nombre voulu de textes était recueilli.
5 Ces rubriques se maintiennent un temps et continuent de réunir des textes brefs, mais les nouvelles plus longues sont en général présentées indépendamment de la rubrique.
6 La longueur moyenne des titres est de 16,5 caractères pour les cinq premiers sondages (1885-1893) et de 49,5 caractères pour les cinq derniers (1927-1935). Nous additionnons les observations des cinq années et établissons la moyenne générale sur l’ensemble des observations de ces années. Nous procédons ainsi afin de neutraliser les effets d’un sous-échantillon moins représentatif. Le calcul se fait alors sur environ 250 articles au lieu d’une cinquantaine dans un sous-échantillon annuel. Cette précaution ne gomme pas d’information essentielle, puisque la pratique du titrage ne change pas si rapidement.  La longueur moyenne des sous-titres pris individuellement, c’est-à-dire niveau par niveau, est de 30,2 caractères pour les premiers sondages et de 55,4 caractères pour les derniers. Pour les mêmes périodes, la longueur moyenne du groupe des sous-titres, tous niveaux confondus (un même article peut compter plus d’un sous-titre), est de 47,4  caractères et de 100,1 caractères, respectivement. Cette différence s’explique du fait que non seulement la longueur des sous-titres augmente, mais aussi que le nombre moyen de niveaux de sous-titre par article s’élève.
7 La longueur moyenne par article de l’ensemble des titres et sous-titres est de 64  caractères pour les cinq premiers sondages et de 149,6 caractères pour les cinq derniers.
8 Dans les figures 1 à 3, nous avons omis l’année 1921. En effet, les résultats ont établi le caractère atypique à plusieurs égards de ce sous-échantillon. À cause d’un biais de sélection, il semble que, en comparaison avec les sous-échantillons voisins, une proportion plus importante d’articles de 1921 provient des pages 12 et suivantes où les titres sont généralement plus courts. À l’époque, dans La Presse, un grand nombre de nouvelles locales sont placées dans les pages 9 et 11 ou à la page 1. De plus, ce sous-échantillon contient 40 articles au lieu de plus ou moins 50 (une dizaine d’articles trop courts n’ont pas été saisis), ce qui accentue l’effet du biais de sélection. Cette anomalie sera corrigée éventuellement.
9 Dans les cinq premiers sondages bisannuels, ils représentent 17,5 % des titres.
10 Moins de 1 % dans l’ensemble du corpus et 1,6 % des sous-titres entre 1885 et 1893.
11 Les titres narratifs représentent 92 % du corpus. Un petit nombre de titres ne peuvent être classés dans aucune des deux catégories principales. Ce sont les titres en forme de question ou de citation ; ils ne constituent que 1,6 % du corpus.
12 Edwin  L. Shuman écrit, en 1903 : « Every newspaper should answer the question « What ? Who ? Where ? When ? Why ? and should do it in the first paragraph as early as possible ». (Practical journalism : a complete manual of the best newspaper methods. New York : D. Appleton & Co, p. 60).
13 Pour une discussion plus approfondie ou des exemples d’application de ce concept, voir Jean de Bonville et Jacques Vermette, « Le journal télévisé : proposition d'une méthode d'analyse de la télévisualisation », Communication (Revue québécoise des recherches et des pratiques en communication et information), vol. 10, no 1 (1989), p. 63-93 et Jean de Bonville, « Les notions de texte et de code journalistiques : définition et critique »,  Communication (Revue québécoise des recherches et des pratiques en communication et information), vol. 17, no 2 (1996), p. 99-142.
14 Il est évident que le journaliste, au moment où il recueille l'information et élabore son article, peut faire appel à d'autres lieux communs, en particulier l'analogie et la différence, l'hypothèse ou le témoignage. Cependant, les topiques journalistiques recouvrent l'univers référentiel de la nouvelle en tant que genre.
15 Notre liste se compose des sept topiques suivants : acteur, événement, cause, conséquence, manière, lieu et temps.
16 Ensemble, les cinq autres topiques ne représentent que 14,6 % des occurrences.
17 Robert E. Garst et Theodore M. Bernstein, Headlines and deadlines : manual for copyeditors. New York : Columbia University Press, 1933, p. 106.
18 Garst et Bernstein, Headlines and deadlines, p. 139.
19 Garst et Bernstein, Headlines and deadlines, p. 138.
20 Rappelons qu’un sous-échantillon annuel contient une cinquantaine d’articles.
21 Ces années mériteraient un article à elles seules.
22 Il s’agit de Thomas Chapais et de son Cours d’histoire du Canada. Il a dirigé Le Courrier du Canada de 1884 à 1901 et collaboré à plusieurs autres journaux, dont La Presse.
23 « Le thème d’un énoncé, c’est ce dont parle le locuteur [...] ; le propos, ou encore rhème, c’est l’information qu’il entend apporter relativement à ce thème » (Oswald Ducrot et Jean-Marie Schaeffer, Nouveau dictionnaire encyclopédique des sciences du langage. Paris : Seuil, 1995, p. 541).
24 Nous employons occurrence dans un sens voisin d’événement. Ce dernier terme désigne l’occurrence telle qu’interprétée par le journal ou le journaliste.
25 Garst et Bernstein, Headlines and deadlines, p. 124.
26 Si l’on définit l’information comme la mesure de la réduction de l’incertitude du destinataire à propos du donné spatio-temporel dont il est question dans le message.
27 Par exemple : Terrible noyade – Cinq personnes périssent sur le fleuve ; Assassinat à Verdun – Un jeune homme de 20 ans assassiné.
28 L’édition quotidienne du journal d’où provient notre corpus, La Presse, ne compte que quatre pages en 1885, mais de douze à seize, quinze ans plus tard, puis 24, voire 32 pages.
29 Faute d’espace, nous nous limitons ici à un schéma sans doute trop simple des phénomènes à l’origine de la transformation. Celle-ci fait appel à une dialectique complexe entre facteurs économiques, démographiques, techniques et socioculturels. Nous avons décrit plus en détail cette mutation dans La presse québécoise de 1884 à 1914 : genèse d’un média de masse (Québec : Presses de l’Université Laval, 1988), en particulier p. 358-367.  Nous abordons aussi la question à un niveau plus abstrait dans Jean Charron et Jean de Bonville, «  Les mutations du journalisme : modèle explicatif et orientations méthodologiques »,  Colette Brin, Jean Charron et Jean de Bonville (dir.), Nature et transformation du journalisme : théorie et recherches  empiriques.  Québec : Presses de l’Université Laval, 2004, p. 87-120.
Top of page

List of illustrations

Title Figure 18
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/8195/img-1.jpg
File image/jpeg, 16k
Title Figure 2
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/8195/img-2.png
File image/png, 2.9k
Title Figure 3
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/8195/img-3.png
File image/png, 6.5k
Top of page

References

Electronic reference

Jean de Bonville, “Le titre des nouvelles locales dans la presse québécoise à la fin du XIXème siècle”Semen [Online], 25 | 2008, Online since 24 February 2009, connection on 05 March 2024. URL: http://journals.openedition.org/semen/8195; DOI: https://doi.org/10.4000/semen.8195

Top of page

About the author

Jean de Bonville

Département d’information et de communication, Université Laval, Québec

Top of page

Copyright

CC-BY-4.0

The text only may be used under licence CC BY 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search