Navigation – Plan du site

Lire la presse ancienne à travers le logiciel d'analyse morphologique PhPress

Ralph Schor et Matthieu Perez

Résumés

Construit dans le cadre d’une thèse en histoire contemporaine, PhPress est un logiciel d’analyse morphologique de la presse, inspiré de la méthode définie par Jaques Kayser. Il intègre des outils de traitement et d’organisation du corpus perfectionnés, qui augmentent la productivité du travail de recherche et fournissent une information plus riche. Ce logiciel crée ainsi de nouvelles pratiques de lecture de la presse quotidienne.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1De sa popularisation au XIXème siècle jusqu’à ce qu’il soit détrôné, dans les années 1960, par les médias audiovisuels, le journal imprimé a régné en maître sur l’opinion publique. Lien social essentiel, au poids politique considérable, il est incontournable pour l’historien. Cependant, il reste très difficile de l’étudier de façon systématique : le volume documentaire représenté par un journal quotidien est considérable. Des volumes documentaires importants appellent à l’usage de l’ordinateur ; mais, alors que les campagnes de numérisation des archives se sont multipliées, un outil d’analyse spécifiquement destiné à la presse quotidienne manquait.

2Dans le cadre d'une thèse, intitulée « La chronique des faits-divers dans la presse niçoise des années de crise : 1929-1939 »1, actuellement en cours d'élaboration, nous avons respectivement encouragé et mis en œuvre le développement d'un nouvel outil informatique destiné à l'analyse de la presse écrite, et visant à reproduire de façon partiellement automatisée la méthode morphologique conçue par Jacques Kayser2. Construit selon un modèle open-source3, ce logiciel, nommé PhPress4, est un système documentaire permettant un travail en mode image sur des sources imprimées, qui privilégie l'étude de la mise en page (surface des articles, position relative à la page, maquette du journal) et l'analyse de contenu, par l'étiquetage des documents selon différents critères.

3Si les conceptions méthodologiques qui sont à l'origine de PhPress restent très proches de celles employées pour une étude de presse classique, menée sans ordinateur, cet outil apporte une puissance de travail nouvelle, et permet de passer instantanément d'une vision très fine du détail d'un article, à un survol de la maquette complète du journal, et même à une observation de son fonctionnement sur une longue période, par exemple en calculant sa pagination mensuelle durant une décennie. Cette capacité à changer l'optique et le point d'observation, l'abondance des documents et la facilité à les croiser, à les relire, la connaissance immédiate de leur surface et de leur apparence dans l'ensemble plus vaste qu'est le journal, modifient profondément les pratiques de lecture.

4Dans cette communication, nous chercherons à expliquer dans quelles circonstances et sur quelles bases ce logiciel a été développé, avant de montrer sommairement comment il fonctionne. Nous tenterons enfin de mettre en évidence les nouvelles façons de lire la presse ancienne induites par ce système.

1. Les origines du logiciel

1.1. La méthode Kayser

5Jacques Kayser, journaliste, membre influent du parti radical, pionnier des sciences politiques, avait, à partir de sa grande expérience de la presse écrite, élaboré une série d’indications méthodologiques, conçues comme des pistes de réflexion plutôt que comme une méthode rigide, qui fournissaient des techniques révolutionnaires d’analyse de la presse quotidienne. Son ouvrage Le quotidien français5 proposait ainsi trois axes complémentaires permettant d’aborder l’étude des journaux quotidiens : la « fiche signalétique », destinée à recueillir et à rassembler le plus possible de renseignements à propos du titre étudié, de sa structure financière, des hommes qui le font vivre, de ses pratiques rédactionnelles ; l’analyse morphologique, qui consiste à mesurer et à comparer l’espace occupé par les différentes composantes thématiques du journal ; enfin, l’étude de la mise en valeur, fondée sur un système de notation des articles en fonction de leur emplacement dans le journal, de leur titraille, de la présence ou non d’illustrations. Ces trois axes méthodologiques restaient très ouverts, chaque chercheur étant encouragé à adapter ces techniques à son propre travail : Jacques Kayser ne souhaitait aucunement construire un dogme ou une échelle de comparaison fixe et définitive, mais offrait aux chercheurs un outil susceptible d’être adapté à de très nombreuses situations. Débordant rapidement leur discipline d’origine, les sciences politiques, ces techniques trouvèrent de nombreuses applications en histoire contemporaine. Si la construction des fiches signalétiques est devenu un passage obligé des études de presse, les deux autres éléments de cette méthode souffrent d’une certaine désaffection, ou du moins ne sont utilisés qu’avec parcimonie : ces techniques sont en effet harassantes pour le chercheur qui travaille sur un corpus important. La partie morphologique de la méthode, qui impose de mesurer les articles, est de surcroît compromise car, en raison des impératifs de conservation des collections anciennes, le chercheur a de moins en moins accès aux exemplaires originaux, mais travaille désormais à partir de microfilms ou d’images numériques. Si mesurer des articles sur une page de journal est fastidieux, le faire sur l’écran d’un ordinateur ou d’un lecteur de microfilms est pratiquement impossible, d’une part parce qu’il n’est pas commode d’appliquer sur un écran un mètre mesureur, d’autre part parce que les documents ne sont pas affichés à leur taille réelle : il faut réaliser de nombreux calculs pour remettre à l’échelle les résultats obtenus, ce qui représente un surcroît de travail insensé. La méthode consistant à compter les lignes ne remplace qu’imparfaitement le calcul de la surface : la perte de point de comparaison avec la surface de l’ensemble du journal et l’effacement des différences typographiques limitent nettement la portée de l’analyse.

1.2. La construction du système

6À partir d’une première expérience menée dans le cadre d’un travail de maîtrise6, qui s’appuyait sur un petit logiciel7 construit spécialement pour faciliter les calculs de surface et référencer les articles dans une base de données, l’idée a germé d’aller plus loin, et de construire un système informatique automatisant largement la méthode d’analyse morphologique de Jacques Kayser, en confiant à l’ordinateur le soin de calculer la surface des articles sélectionnés à la souris par le chercheur. Un tel dispositif impliquait de travailler à partir d’images numériques, et laissait entrevoir la possibilité d’explorer une voie peu fréquentée des études de presse, l’analyse du journal en tant qu’objet graphique, une analyse qui pourrait se construire autour d’une nouvelle façon de gérer les sources documentaires du travail de recherche historique.

7Le projet s’est davantage structuré au cours du DEA suivant cette maîtrise, qui constituait à la fois un projet de thèse et un projet de développement informatique permettant de construire les outils nécessaires à la réalisation de cette thèse. Une enquête a été également menée en direction des industriels de la gestion électronique de documentation8, afin de comparer les choix techniques retenus aux pratiques et aux normes industrielles – et aussi pour vérifier qu’aucun système documentaire existant ne remplissait le cahier des charges de notre projet.

8Le développement du logiciel, commencé durant le DEA, a pris plus de temps que ce que nous avions prévu, et a été mené en grande partie en parallèle avec le travail de dépouillement des sources de la thèse : de ce fait, le projet a évolué en cours de route, influencé par des points imprévus de la recherche. Conçu au départ pour permettre de numériser la documentation depuis des périphériques externes tels que des scanners de microfilms, le logiciel a du être profondément modifié en raison des campagnes de numérisation de la presse ancienne lancées par les Archives départementales des Alpes-Maritimes : nous avons ainsi construit de nouvelles fonctionnalités permettant d’exploiter ces nouveaux documents numérisés. Surtout, la conception du traitement des documents et de l’analyse de contenu a beaucoup évolué au cours du développement, gagnant progressivement en simplicité d’utilisation – les routines trop complexes, trop lentes, étant peu à peu améliorées pour faciliter le travail. Cette simplicité – relative – d’utilisation allait de pair avec une plus grande complexité conceptuelle, la pratique montrant la nécessité de ne pas se contenter d’une organisation de la documentation par tableaux, mais d’y ajouter des possibilités hypertextuelles et des modes de classement et d’interprétation plus avancés. La progression du dépouillement de la documentation et du travail de recherche a ainsi profondément modifié l’outil technique. A contrario, les premiers résultats obtenus grâce au logiciel ont fortement pesé sur les orientations du travail de recherche, notamment grâce à la nouvelle perception du rythme de publication des journaux étudiés, révélé par le logiciel, et qui a fourni une grille temporelle nouvelle pour l’interprétation des documents.

9Si cette organisation a induit des retards dans le déroulement du travail de recherche, retards en partie compensés par la vitesse de dépouillement de la documentation autorisée par le logiciel, le gain est toutefois considérable : l’historien, développeur de son propre outil de recherche, n’est pas ici dans une relation de dépendance vis-à-vis de la technique, mais contrôle l’ensemble du dispositif, qui influence la recherche et est en retour influencé par elle.

2. Le fonctionnement de PhPress

2.1. Le dispositif technique

10D’un point de vue technique, le résultat final est un système complexe qui fonctionne selon un principe client-serveur : PhPress n’est pas un logiciel que l’on installe sur un ordinateur individuel, mais un service proche des sites Web dynamiques. Les documents et les données, dont le volume peut être considérable, sont stockés dans un serveur Linux auquel les utilisateurs de PhPress se connectent à travers leur navigateur Web9. Outre les documents numérisés, le serveur contient une base de données MySQL, le logiciel Apache, PHP5, des applications de traitement graphique en ligne de commande actionnées automatiquement par PhPress, et une collection de scripts Shell et PHP qui constituent le système PhPress proprement dit. La mise en service et la configuration du serveur, malgré le développement d’outils simplifiant cette étape, reste une tâche délicate et difficile, qui doit être confiée à un informaticien. Tous les logiciels mis en œuvre sur le serveur sont des logiciels Open Source, libres et gratuits. Le chercheur n’a, en principe, aucunement accès au serveur, et n’utilise que l’interface Web. Les contrôles et les indications de cette interface sont traduits en français et en anglais. PhPress permet l’identification des utilisateurs, et inclut un système de privilèges limitant leurs actions : un « Administrateur » peut agir sur le fonctionnement du serveur, sauvegarder ou restaurer la base de données, initialiser PhPress, fixer les privilèges des autres utilisateur ; les utilisateurs standards peuvent être autorisés à ajouter des pages de journal numérisées, ou à analyser les articles – analyse dont le résultat est public : tous les utilisateurs peuvent y accéder. Un utilisateur sans privilège peut accéder aux pages et aux articles sans les modifier, et utiliser le système de prise de notes. Ce dispositif est destiné à permettre un travail collaboratif, plusieurs chercheurs pouvant ainsi utiliser en même temps les mêmes ressources documentaires. Cette possibilité n’a cependant pas encore été expérimentée in situ. Utiliser PhPress à travers Internet est tout à fait possible, mais n’est pas recommandé en raison de la lenteur des connexions actuelles, qui risquent de rendre peu maniable le système (les pages de journal numérisées sont des fichiers très lourds). D’autre part, un risque existe en termes de sécurité informatique, l’auteur du logiciel n’étant pas rompu à ces techniques : il est préférable, en attendant qu’un audit de sécurité complet ait été réalisé, de confiner ce système dans un réseau sécurisé accessible seulement aux personnes autorisées – typiquement, le réseau d’un laboratoire.

2.2. Les pages et leur surface

11Le système de numérisation des documents est très souple et permet, soit d’intégrer de façon automatique une collection déjà numérisée, soit de procéder manuellement à l’acquisition numérique à partir d’un scanner de microfilms, d’un scanner à plat ou de tout autre appareil. Avec un appareil déjà ancien, un scanner de microfilms Minolta MS700, nous avons observé un temps d’acquisition et de référencement moyen de 25 secondes par page. Une fois les opérations d’acquisition réalisées, PhPress permet d’accéder très rapidement aux pages de journal, à travers différents modes d’affichage qui créent des représentations de la collection numérisée sur une base calendaire. Les lacunes de la collection, l’état d’avancement du dépouillement, le nombre de pages publiées et d’articles analysés apparaissent au premier coup d’œil dans ces systèmes de représentation, qui permettent un feuilletage aisé et rapide des numéros. Des commentaires peuvent être ajoutés afin d’attirer l’attention sur un numéro particulier ou de schématiser l’évolution d’une situation (étapes d’un processus politique, événements…).

12Après une première étape de repérage de la surface imprimée totale de la page de journal, l’utilisateur peut y sélectionner des articles : cette opération se fait en cliquant avec la souris aux quatre coins du bloc de texte ou d’image. Un article utilisant plus d’une colonne sera sélectionné de la même façon, mais l’utilisateur devra répéter autant de fois cette manipulation qu’il y a de blocs rectangulaires dans l’article. On ne peut sélectionner que des quadrilatères : PhPress n’est pas adapté à l’analyse de journaux illustrés, dont la mise en page complexe comporte des arrondis. Cette technique de sélection fonctionne cependant très bien pour la quasi-totalité des articles publiés dans la presse quotidienne ancienne, construits autour d’une répartition de l’espace par colonnes. La sélection de l’article déclenche une série d’opérations automatiques sur le serveur, qui permettent à l’ordinateur de calculer la surface de l’article (surface réelle en millimètres carrés, et relative à la surface imprimée en pourcentage). Ce calcul est une estimation, car les journaux anciens, même numérisés, sont souvent détériorés, pliés ou déformés ; de plus, la précision de la sélection réalisée manuellement par le chercheur peut varier, surtout lorsque la copie est en mauvais état. À partir des coordonnées indiquées par la souris, PhPress calcule la surface de deux quadrilatères rectangles correspondant aux valeurs les plus fortes et aux valeurs les plus faibles des coordonnées saisies ; la surface ensuite enregistrée est une moyenne entre l’hypothèse haute et l’hypothèse basse. Les calculs sont réalisés en utilisant comme échelle la surface imprimée de la page, que l’on aura pris soin de mesurer sur un échantillon d’originaux sur papier au moment de l’acquisition numérique des documents. Les tests que nous avons réalisés avec des échantillons calibrés ont révélé une marge d’erreur faible, d’environ 1%, qui est négligeable.

2.3. Les articles et leur contenu

13Un article sélectionné doit être référencé : l’utilisateur doit indiquer le titre de l’article, et le classer selon différents indicateurs prédéfinis. On distingue ainsi le type d’article (rédactionnel, publicité, rubrique de servitude ou manchette), une catégorie (politique, fait-divers, économie…) et une sous-catégorie qui dépend de la catégorie (politique locale, politique nationale… meurtre, vol, suicide… et ainsi de suite). L’utilisateur peut construire de nouvelles catégories et sous-catégories pendant l’étiquetage des articles. Un indicateur géographique facultatif est également disponible, qui permet d’associer l’article à un continent, un pays – la liste des choix n’est pas modifiable par l’utilisateur, mais intègre les noms de la plupart des pays ayant existé durant la période contemporaine – et, pour la France, un département et une commune. Le système est prévu pour accélérer autant que possible cet étiquetage, qui est ascendant : il suffit de rechercher et de sélectionner une commune de France pour que l’article soit marqué à la fois du nom de la commune, du département, du pays et du continent. Un dispositif alternatif permet d’associer les articles à des données géographiques construites par l’utilisateur, et qui peuvent faire référence à des lieux non répertoriés dans notre base de donnée géographique ; il est ainsi possible de relier un article à une ville étrangère, à une rue, un lieu-dit, une référence correspondant à une carte… Quatre champs facultatifs permettent également d’affiner la répartition par catégories, en ajoutant des précisions concernant les raisons de l’événement (suicide d’amour ou causé par la misère, la neurasthénie…), son issue (fatale ou bénigne), l’action proprement dite (le revolver ou le poison) et la thématique principale de l’article (les femmes, les étrangers, les jeunes, l’alcool, le jeu…). Conçue principalement pour l’analyse du fait-divers, cette analyse de contenu reste cependant très souple et doit permettre de traiter efficacement tous les articles publiés, l’utilisateur adaptant le questionnaire aux besoins de sa recherche.

14Ces marqueurs permettent ensuite d’opérer un tri dans la base de données, et de créer des listes d’articles répondant aux critères choisis par le chercheur. Le système d’étiquetage par catégories permet un classement cohérent et systématique des articles, nécessaire à la cohérence documentaire de la base de données. Il peut cependant être trop rigide pour rendre compte du caractère sériel de la publication des articles de presse et de la forte intertextualité qui les caractérise. Nous avons donc ajouté des marqueurs supplémentaires, toujours facultatifs, permettant d’associer un article à une rubrique du journal, à une « affaire » ou à un « dossier » ; les « affaires » sont des séries d’articles traitant d’un même fait et qui se suivent dans le temps (les différentes étapes d’une enquête, d’une campagne électorale…), les « dossiers » des regroupements d’articles que le chercheur aura jugé nécessaire de relier entre eux – un article pouvant être relié à plusieurs dossiers. Enfin, un système de « prise de notes » a été ajouté, qui permet d’associer librement du texte rédigé par le chercheur à des dossiers, des affaires ou des articles ; ce dernier dispositif est destiné à préparer la rédaction des travaux de recherche et servira peut-être, dans l’avenir, de base à des applications pédagogiques intégrées à PhPress, à travers des systèmes de construction de CDROM ou de pages Web documentaires.

15Le chercheur conserve ainsi une grande liberté dans son travail d’analyse, et peut choisir de traiter de façon sommaire et rapide les articles accessoires, ou de réaliser une analyse très fouillée des articles plus importants pour sa recherche. Il est toujours possible de modifier ou d’enrichir l’étiquetage d’un article après sélection. Naturellement, la qualité de la base documentaire dépendra directement de la qualité de l’étiquetage et du travail de sélection des articles.

3. Une nouvelle pratique de la lecture

3.1. Les étiquettes

16Ce travail de sélection et d’étiquetage n’est pas un travail facile : il demande une grande attention et une pratique de lecture des documents particulière, qui doit permettre de synthétiser le contenu d’un article en quelques marqueurs prédéfinis. La tentation est grande de multiplier les catégories et sous-catégories, car le chercheur se trouve en permanence confronté, et notamment en étudiant le fait-divers, à des contenus imprévus ou qui ne correspondent pas exactement à une catégorie définie. Il faut cependant se tenir à une discipline rigoureuse pour maintenir la cohérence de la base de données et limiter le nombre de choix disponibles : plus il y a de choix possibles, plus l’analyste risque de s’y perdre et de construire des catégories redondantes qui éparpilleront inutilement les résultats de l’analyse. Mais en même temps, il faut se garder d’un effet inverse, qui par crainte de surcharger la liste des choix possibles, pousserait le chercheur à gonfler des catégories non signifiantes (avec des étiquettes comme « Autres », « Divers »…). Pour éviter ces deux écueils, nous avons opté pour une pratique d’étiquetage qui consiste à classer de façon temporaire les hapax dans des catégories d’attente, que nous explorons régulièrement pour vérifier si un groupe d’articles peut donner lieu à la création d’une catégorie nouvelle. Si ce système n’est pas parfait, il permet du moins de limiter les dérives. Face à un article ambivalent, qui pourrait être classé de plusieurs façons, l’analyste est forcé de faire un choix difficile, un simple marqueur informatique ne pouvant naturellement rendre toutes les nuances d’un texte ou d’une situation. Les marqueurs facultatifs et les systèmes de commentaires, de liens, de dossiers, permettent d’atténuer le caractère brutal de ces catégorisations, et de diminuer les scrupules du chercheur tout en préservant la possibilité d’une indexation ultérieure plus précise. Dans PhPress, tout est en permanence accessible, consultable et modifiable : un choix erroné peut toujours être corrigé, un point douteux peut toujours être vérifié, ce qui représente un avantage considérable sur les méthodes traditionnelles d’étude de la presse. À moins de vouloir vérifier un point capital, qui peut s’amuser à dérouler un rouleau de microfilm à la recherche d’un article lu une fois et noté de façon imprécise ? Avec PhPress, la relecture des articles est un point essentiel du processus de recherche – relecture qu’il faut d’ailleurs savoir restreindre, car l’excès peut compromettre la productivité de l’analyse.

3.2. Hypertexte

17Lecture et relectures sont fortement influencées par les différents dispositifs hypertextes qui permettent de relier entre eux les articles et les ensembles d’articles. Les systèmes de « notes », de « dossiers », d’« affaires », les classements thématiques et géographiques, qui chacun correspondent à une méthode d’organisation du corpus différente et complémentaire, constituent des regroupements d’articles qui ne sont plus linéaires, mais réticulaires. Le fait de construire puis d’utiliser ces regroupements de documents, de matérialiser leurs relations par des liens hypertextes et des ensembles, crée un processus intellectuel nouveau, un point d’observation tout à fait original pour l’étude de la presse écrite – d’autres logiciels d’analyse documentaire, comme le logiciel Arcane10, exploitaient déjà des concepts proches, notamment pour l’édition d’ego-documents.

18La relecture des articles se fait aussi plus simplement par affichage d’un index analytique montrant le contenu du numéro étudié ; cet index fournit pour chaque article un résumé, placé dans un petit tableau, de l’essentiel des informations dont on dispose à propos de l’article : sa surface, sa position, l’indice de mise en valeur qui lui a été attribué à partir des informations saisies, son classement par catégories, sa localisation géographique. Ce tableau contient un lien hypertexte vers la fiche complète de l’article, qui affiche le document original, des informations plus précises, des liens vers les dossiers et affaires dont l’article fait partie, une représentation schématique de la mise en page de l’article construite automatiquement par le logiciel, et un système d’édition de toutes ces informations. Ce tableau contient également des liens vers la page où se trouve l’article et vers la fiche « affaire » qui lui correspond, ainsi que des commentaires de l’analyste. Sur une surface restreinte, on dispose ainsi d’une information très riche et aisément accessible, dont on prend connaissance très rapidement. Il est également possible de comparer le sommaire analytique de deux journaux différents, dont les contenus respectifs sont ainsi affichés en vis-à-vis ; ce type d’affichage peut être réalisé pour une seule journée comme pour une période plus longue, de 30 jours au maximum, les articles étant répertoriés selon différents critères (pagination, chronologie, thématique, surface,…). Ce dispositif permet de relever aisément les divergences et les points communs dans le traitement des nouvelles par des journaux différents, et d’établir des comparaisons particulièrement intéressantes.

19D’autre part, PhPress est équipé d’un moteur de recherche interne, peu sophistiqué, mais efficace, qui permet de trier et de rechercher les articles en fonction de leur catégorisation, de leur date et de leur localisation géographique. Il autorise également des recherches par mots du titre des articles, qui donnent de très bons résultats. Les réponses à ces requêtes sont affichées sous la même forme que les index analytiques, ou sous une forme condensée fournissant une information minimale et un lien vers la fiche article complète. Il sera aussi possible, à partir de la version 0.3.1 de PhPress11, d’enregistrer les résultats d’une recherche d’articles sous la forme d’un fichier texte spécialement formaté pour être aisément inséré et exploité dans une feuille de calcul Excel ou OpenOffice. Cette dernière fonction est destinée à faciliter l’exploitation des données statistiques de la base de données, dont l’accès direct est compliqué par les nombreuses clés étrangères que contiennent les tables – ce qui rend leur lecture difficile sans une traduction en langage naturel par l’ordinateur.

3.3. La morphologie du journal

20La surface des articles, calculée automatiquement par l’ordinateur, est une information très précieuse. Exprimée en surface relative à la page ou en millimètres carrés, elle fournit une indication très claire et chiffrée de l’importance accordée par la rédaction à un sujet. Lors d’un travail de comparaison entre deux journaux, cette information est particulièrement riche, et les anomalies observées du point de vue de la surface permettent de repérer de façon très claire les sujets sensibles, les divergences profondes et les centres d’intérêt des rédactions. Les possibilités d’analyse statistique sont ici très nombreuses et fournissent un éclairage remarquable sur le traitement à long terme de l’information par les journaux analysés.

21Les coordonnées des points relevés par l’utilisateur lors de la sélection des articles servent, outre le calcul de la surface, à indexer la mise en page du journal : les fiches « article » fournissent ainsi un petit graphique représentant la page de journal en miniature, dans laquelle la forme de l’article est dessinée. Une fonction « maquette » permet de construire de telles représentations en miniature de la mise en page d’un numéro complet, selon des critères de sélection similaires à ceux utilisés dans le moteur de recherche ; tous les articles répondant aux critères sont surlignés selon un code de couleurs simple et placés dans un graphisme représentant le numéro dans son ensemble, tel qu’il apparaissait au lecteur. Il est possible d’utiliser cette fonction sur une série de numéros assez longue, allant jusqu’à trente jours consécutifs. Ce dispositif fournit ainsi une vue d’ensemble de la publication, mettant en lumière les méthodes d’organisation de l’information choisies par les responsables de la rédaction. Ici aussi, les anomalies sont généralement très significatives.

22Ces informations concernant la surface des articles et la mise en page peuvent aisément être confrontées à une donnée supplémentaire, la pagination : à partir des données mises en évidence par PhPress, et concernant une dizaine d’années, nous avons pu observer que les journaux azuréens constituant notre corpus étaient soumis à un rythme saisonnier très particulier, directement lié à l’activité touristique de la région. Ce rythme, jusqu’alors inconnu, fournit une clé de lecture nouvelle de cette presse, et permet de replacer les articles analysés dans un contexte saisonnier et annuel, dans un temps long essentiel pour l’historien.

Conclusion

23C’est sans doute le changement d’échelle qui caractérise le mieux PhPress : construit à partir d’une méthode de recherche éprouvée, ce logiciel permet de gérer et d’étudier un volume documentaire considérable, tout en fournissant au chercheur, et de façon immédiate, une information bien plus riche, plus précise et plus fiable que les méthodes de travail traditionnelles. Désormais, l’article de presse n’est plus un simple texte : il peut être observé également en tant qu’objet graphique, replacé dans un contexte bien plus vaste et relié, à travers plusieurs méthodes complémentaires de classement et d’organisation du corpus, aux autres articles.

24Plus qu’à un système de calcul, PhPress pourrait être comparé à un appareil d’optique : microscope permettant d’observer des détails infimes, dont un changement de focale permet d’embrasser une longue période, ou la composition d’un numéro complet, et révèle ainsi ce que l’œil humain ne peut percevoir naturellement.

25Ce nouvel outil, qui a donné de premiers résultats de recherche très intéressants et qui permet d’espérer de nouvelles découvertes encore plus riches, annonce certainement une nouvelle façon de faire l’histoire de la presse, et montre la validité d’un modèle de construction des outils informatiques de l’historien qui semblait délaissé depuis l’époque de l’histoire quantitative : en maîtrisant la totalité des opérations de développement, nous avons pu forger un outil qui n’impose pas sa règle au chercheur, mais est au contraire l’émanation directe de la recherche.

Kayser J., 1967, Le quotidien français, Paris, Armand Colin, coll. "Cahiers de la fondation nationale des sciences politiques", 169 p.

Perez M., 2003, La rubrique des faits-divers dans un journal d’extrême droite : L’Ami du Peuple (1928), Mémoire de maîtrise sous la direction de M. Ralph Schor, Université de Nice Sophia-Antipolis, 97 p.

Perez M., « Gestion électronique de documents et Sciences humaines », Historiens et Géographes, Bulletin de la Régionale de Nice, n°40-2004, pp. 14-28

Perez M., 2007, « Analyser la presse ancienne avec le progiciel PhPress », in F. Rastier et M. Ballabriga (dir.) Corpus en Lettres et Sciences Sociales. Des documents numériques à l'interprétation, Toulouse, pp.137-148

GNU Public Licence : http://www.gnu.org/​

PhPress : http://www.phpress.org/​

Logiciel Arcane : http://arcanews.univ-montp3.fr/​arcane/​ (site consulté le 6 février 2008)

Figure 1: affichage calendaire de la collection

Figure 1: affichage calendaire de la collection

Figure 2 : affichage d'une page en mode Analyse

Figure 2 : affichage d'une page en mode Analyse

Figure 3 : Fiche "Article" complète

Figure 3 : Fiche "Article" complète

Figure 4 : le système de recherche d'articles

Figure 4 : le système de recherche d'articles

Figure 5 : comparaison de la maquette de deux journaux

Figure 5 : comparaison de la maquette de deux journaux

Figure 6 : une "note" construite par l'utilisateur

Haut de page

Bibliographie

Kayser J., 1967, Le quotidien français, Paris, Armand Colin, coll. "Cahiers de la fondation nationale des sciences politiques", 169 p.

Perez M., 2003, La rubrique des faits-divers dans un journal d’extrême droite : L’Ami du Peuple (1928), Mémoire de maîtrise sous la direction de M. Ralph Schor, Université de Nice Sophia-Antipolis, 97 p.

Perez M., « Gestion électronique de documents et Sciences humaines », Historiens et Géographes, Bulletin de la Régionale de Nice, n°40-2004, pp. 14-28

Perez M., 2007, « Analyser la presse ancienne avec le progiciel PhPress », in F. Rastier et M. Ballabriga (dir.) Corpus en Lettres et Sciences Sociales. Des documents numériques à l'interprétation, Toulouse, pp.137-148

GNU Public Licence : http://www.gnu.org/

PhPress : http://www.phpress.org/

Logiciel Arcane : http://arcanews.univ-montp3.fr/arcane/ (site consulté le 6 février 2008)

Haut de page

Annexe

Figure 1: affichage calendaire de la collection

Figure 1: affichage calendaire de la collection

Figure 2 : affichage d'une page en mode Analyse

Figure 2 : affichage d'une page en mode Analyse

Figure 3 : Fiche "Article" complète

Figure 3 : Fiche "Article" complète

Figure 4 : le système de recherche d'articles

Figure 4 : le système de recherche d'articles

Figure 5 : comparaison de la maquette de deux journaux

Figure 5 : comparaison de la maquette de deux journaux
Haut de page

Notes

1 Matthieu Perez, sous la direction de M. Ralph Schor, CMMC, Université de Nice.
2 Jacques Kayser, Le quotidien français, Paris, Armand Colin, coll. "Cahiers de la fondation nationale des sciences politiques", 1967, 169 p.
3 GNU Public Licence (G.P.L). L'auteur du logiciel, M. Matthieu Perez, reste propriétaire du code, mais celui-ci peut être copié et modifié librement. Pour plus d'information à propos de la G.P.L, voir le site http://www.gnu.org/
4 Copyright Matthieu Perez 2004-2008. PhPress peut être téléchargé librement depuis le site http://www.phpress.org/
5 Jacques Kayser, op.cit..
6 Matthieu Perez, La rubrique des faits-divers dans un journal d’extrême droite : L’Ami du Peuple (1928), Mémoire de maîtrise sous la direction de M. Ralph Schor, Université de Nice Sophia-Antipolis, 2003, 97 p.
7 PostNP, Copyright Matthieu Perez 2002-2003. Il s’agissait d’une collection de scripts BASH et d’une base de données PostgreSQL. Diffusé sur un CDROM fourni avec les exemplaires du mémoire de maîtrise, ce logiciel n’est pas maintenu et n’est plus développé.
8 Matthieu Perez, « Gestion électronique de documents et Sciences humaines », Historiens et Géographes, Bulletin de la Régionale de Nice, n°40-2004, pp. 14-28
9 Nous recommandons l’usage du navigateur Firefox sous Mac OSX, le rendu graphique des pages de journal et des articles étant très supérieur à ce que l’on obtient avec d’autres systèmes.
10 http://arcanews.univ-montp3.fr/arcane/ (site consulté le 6 février 2008)
11 PhPress version 0.3.1 est en cours de développement et n’a pas encore été publié à l’heure où nous rédigeons ce texte. La version actuellement disponible est 0.3.0.
Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/8246/img-1.png
Fichier image/png, 21k
Titre Figure 1: affichage calendaire de la collection
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/8246/img-2.png
Fichier image/png, 112k
Titre Figure 2 : affichage d'une page en mode Analyse
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/8246/img-3.png
Fichier image/png, 25k
Titre Figure 3 : Fiche "Article" complète
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/8246/img-4.png
Fichier image/png, 23k
Titre Figure 4 : le système de recherche d'articles
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/8246/img-5.png
Fichier image/png, 22k
Titre Figure 5 : comparaison de la maquette de deux journaux
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/8246/img-6.png
Fichier image/png, 14k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ralph Schor et Matthieu Perez, « Lire la presse ancienne à travers le logiciel d'analyse morphologique PhPress », Semen [En ligne], 25 | 2008, mis en ligne le 04 mars 2009, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/semen/8246

Haut de page

Auteurs

Ralph Schor

CMMC, Université de Nice Sophia-Antipolis

Matthieu Perez

CMMC, Université de Nice Sophia-Antipolis

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page