Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27Analyser une identité collective ...

Analyser une identité collective en discours : acteurs sociaux et contextes1

(Traduction assurée par Adèle Petitclerc assistée de Philippe Schepens)[Texte sans coupure]
Veronika Koller
Cet article est une traduction de :
Analysing collective identity in discourse: social actors and contexts

Résumés

Ce chapitre présente un modèle pour l’analyse des identités collectives en discours, modèle qui intègre une analyse du contexte social, du contexte du discours et du texte, et qui peut être appliqué à la fois à des études en synchronie et en diachronie. Nous suggérons un certain nombre de paramètres linguistiques pour l’analyse textuelle, à savoir la représentation des acteurs sociaux, la métaphore et l’interdiscursivité, dans la mesure où ils permettent d’aider à l’identification de la manière dont les identités de groupe sont construites en discours. Ce modèle est illustré par un exemple : l’analyse d’un texte hybride qui transpose les idées du féminisme lesbien des années 1970 dans la culture consumériste des années 1990. Cette analyse permet d’introduire la notion d’interdiscursivité multiple et montre comment les endogroupes n’ont pas besoin d’être représentés explicitement en termes positifs et peuvent être moins spécifiés que les exogroupes.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction : acteurs sociaux et contextes

  • 1 . Note des éditeurs : cet article est la traduction de “Analysing collective identity in discourse: (...)
  • 2 . Note des éditeurs : Texte remanié par son auteur, traduit et confié à Semen pour le présent volum (...)

1Cette contribution examine comment l’analyse des identités collectives en discours peut puiser dans les notions d’acteurs sociaux et de contextes, toutes deux centrales à la Critical Discourse Analysis (CDA). Nous devons le concept d’acteurs sociaux utilisé ici à la taxonomie de la représentation des acteurs sociaux de Theo van Leeuwen (19962), que nous associons à la description d’autres traits linguistiques tels que l’expression de l’évaluation, les types de procès et la modalité. La liste de ces paramètres peut être modifiée et étendue mais leur utilisation en tant que traits additionnels permettant de mieux analyser la représentation des acteurs sociaux met l’accent sur l’importance de cette catégorie dans toute analyse de l’identité en discours. En bref, les acteurs sociaux en tant que catégorie d’analyse discursive sont perçus comme les instanciations textuelles de modèles de soi et d’autrui, modèles à la fois individuels et collectifs.

  • 3 . Note des éditeurs : voir également ici même l’article de Van Dijk, inédit jusqu’alors.

2Pour ce qui est du contexte, le modèle sur lequel cette contribution s’appuie n’est pas tant emprunté à l’approche socio-cognitive du discours de Teun Van Dijk (2006)3 qu’à Fairclough (1995, 2003) et à sa notion de texte imbriqué dans les contextes de sa production, de sa distribution et de sa réception, ainsi que dans des contextes plus larges, sociaux, politiques, économiques et culturels. Dans ce cadre d’analyse, les traits linguistiques du texte à un niveau micro sont influencés par le niveau meso de la pratique discursive, laquelle régit l’accès aux types de textes et à leur compréhension, ainsi que leur production et leur distribution. La pratique discursive est donc liée de manière inhérente au pouvoir relatif des participants au discours, tel qu’il est organisé dans la formation sociale plus large et dans ses institutions ; institutions au sein desquelles les producteurs, les distributeurs et les récepteurs des textes agissent selon des rôles spécifiques. Étant donné les interconnexions entre texte et contextes, toute analyse de discours critique combinera la description des traits linguistiques au niveau micro du texte à leur interprétation au niveau meso du contexte du discours et à leur explication au niveau macro du contexte social. Linguistiquement, les contextes sont indexés essentiellement grâce à l’interdiscursivité, c’est-à-dire la combinaison au sein d’un même texte de genres et de discours différents et historiquement contingents. L’intégration de ce paramètre à la description linguistique d’un texte procure donc une passerelle vers les niveaux suivants de l’analyse. Lors de l’analyse d’une identité collective, le contexte est crucial dans la mesure où la représentation des acteurs sociaux est modelée, si ce n’est déterminée, par les pratiques et les formations sociales et discursives.

3Notre partie théorique à venir nous permettra de revenir sur ces notions de manière plus détaillée. Nous aborderons ensuite une partie méthodologique qui suggèrera des problématiques d’ordre générique et un choix possible de paramètres pour la sélection et l’analyse des données dans une étude qui porte sur l’identité collective. On analysera à titre d’exemple un texte sur le séparatisme lesbien, publié en ligne en 1998. Nous montrerons comment pratiquer une analyse critique à propos des acteurs sociaux et des contextes dans l’investigation des identités collectives en discours. La contribution s’achèvera sur quelques implications que cette étude soulève.

2. Texte et contexte dans une Perspective Historique des Discours (Discourse-Historical Perspective)

4Cette partie brossera les grandes lignes du cadre théorique utilisé ici en définissant les notions centrales de texte et de discours, et en montrant comment l’approche historique des discours en Critical Discourse Analysis (CDA dans la suite du texte) peut être appliquée pour analyser les identités collectives.

5Si l’on commence par le niveau micro, les textes peuvent être envisagés comme des unités de la langue écrite ou orale, sémantiquement cohérentes et syntaxiquement cohésives; c'est-à-dire que les textes instancient les usages de la langue dont les éléments s’assemblent pour former une entité signifiante. De telles entités textuelles sont autonomes en ce qu’elles peuvent être traitées comme des unités séparées, bien que leur compréhension requière souvent la connaissance préalable des contextes de leur production et d’autres textes qui les précèdent et auxquels un texte peut habituellement référer.

  • 4 . NdT : Les notions d'endogroupe (in-group) et d'exogroupe (out-group) sont issues de la psychologi (...)

6Un texte est typiquement produit, distribué et reçu dans le contexte des relations sociales qui existent entre le producteur du texte et son récepteur. L’une des fonctions principales des textes est de servir de médiateur dans ces relations, en les renforçant, les mettant en cause ou en les subvertissant. À partir d’un point de vue critique, ces relations sont souvent caractérisées par la distribution inégale du pouvoir ; dès lors le but de l’analyse est de révéler la manière dont les relations de pouvoir sont véhiculées à travers les textes et comment les textes peuvent contribuer à une distribution plus juste du pouvoir entre les individus et les groupes. D’après Gramsci (1971), le pouvoir peut être édicté de manière hégémonique à travers des idéologies naturalisantes telles que le sens commun, plus même que par la force pure. Les idéologies sont ici définies comme des structures cognitives combinant croyances, valeurs, normes et objectifs. Dans la mesure où les textes agissent comme des véhicules de l’idéologie, tout usage hégémonique de l’idéologie peut relever d’une étude qui s’interroge sur le langage et le pouvoir. Nous voyons le pouvoir en action dans l’exemple du texte sur le séparatisme lesbien analysé plus bas, notamment dans la manière dont l’auteure utilise des dispositifs linguistiques à un niveau micro pour établir la majorité hégémonique comme exogroupe (out-group)4 et construire une représentation de ses membres comme moralement et politiquement répréhensibles, cherchant en conséquence à persuader la lectrice d’adopter un mode de vie différent.

7On peut théoriser les textes comme des instanciations du discours, et le discours lui-même comme une action sociale médiatisée textuellement opérant un travail idéologique en « représentant et construisant la société » et en « [reproduisant] des relations de pouvoirs inégalitaires » Wodak, 1996 : 18). Le discours sert donc à la fois une relation idéationnelle en construisant et en négociant les réalités à travers les textes, mais aussi une fonction interpersonnelle. En bref, le discours constitue la société et la société est à son tour constituée par lui. La connexion entre les aspects linguistiques et sociaux du discours est représentée dans un modèle tridimensionnel comprenant le texte, le contexte du discours et le contexte social (Fairclough, 1995 : 9). La CDA prend pour point de départ un texte particulier comme l’instance d’une action sociale et elle tient compte, pour tirer des conclusions, à la fois du discours et du contexte social qui déterminele texte, et qui y est reproduit. L’interdépendance du texte, du contexte de production, de distribution et de réception et du contexte social plus large se reflète dans l’analyse linguistique elle-même, qui fonctionne également sur trois niveaux. On peut mener cette analyse linguistique en commençant par une description au niveau textuel des traits linguistiques, tels que la forme et la fréquence des références aux acteurs sociaux, et au niveau interdiscursif. Puis on analyse la pratique discursive qui rend compte du cadre, des participants, du genre et de la production, de la distribution et de la réception du texte. Enfin, on prend également en considération la formation sociale plus large qui détermine ces facteurs.

8Les textes, bien qu’ils soient des unités autonomes, intègrent couramment des textes qui les ont précédés, et anticipent même occasionnellement des textes futurs. La dimension métaphorique de ce « dialogisme » (Bakhtine, 1986) indique que les textes sont toujours situés dans un contexte historique incluant les contextes de réception futurs qui sont anticipés de manière typique dans la communication asynchrone (par exemple l’auteure du texte pris en exemple plus bas anticipe la réaction des lecteurs en disant : “You may be asking yourself, 'why would I want to be a lesbian separatist ?' ”, (l. 6) (« Vous vous demandez peut-être, “pourquoi voudrais-je être une séparatiste lesbienne ?” »). Cela vaut également pour la notion plus abstraite de discours, qui est historique, au sens où il est toujours connecté au contexte et à d’autres discours (Wodak, 1996 : 17). Il est crucial de préciser que « historique » n’est pas ici synonyme de « diachronique », mais indique qu’une étude historique des discours n’examine pas les textes sur une période de temps donnée mais les analyse au moment particulier de leur production, de leur distribution et de leur réception. L’approche historique des discours se situe au sein de la CDA (de Cillia, Reisigl & Wodak, 1999 ; Reisigl & Wodak, 2001 : 31-85 ; Wodak, 2001, 2008). Elle est orientée vers les problèmes sociaux et prend comme point de départ un phénomène social spécifique qui prend naissance, se négocie et se renforce à travers le discours. Ce qui rend un tel phénomène social problématique d’un point de vue critique, c’est qu’il implique une distribution inégale du pouvoir entre les participants au discours, et le renforcement ou la subversion de ce pouvoir à travers une action médiatisée textuellement. En tant qu’approche orientée sur les problèmes sociaux, l’analyse historique des discours est par nature interdisciplinaire, puisant dans une gamme éclectique de méthodes analytiques, de données empiriques et de connaissances d’arrière-plan dans une tentative « de transcender la dimension purement linguistique et d’inclure les dimensions historique, politique, sociologique et/ou psychologique dans l’analyse et l’interprétation d’une circonstance discursive spécifique » (Reisigl & Wodak, 2001 : 35). En conséquence, la recherche historique des discours inclut un travail ethnographique et de terrain pour étudier le phénomène ou le problème de l’intérieur (Wodak, 2001 : 89) ; elle fait un va-et-vient entre l’analyse textuelle et le retour aux contextes de la production, de la distribution, et de la réception du discours ainsi que vers le contexte social plus vaste. L’approche historique des discours postule quatre niveaux de contexte :

9le cotexte immédiat d’une forme linguistique particulière trouvée dans le texte, c’est-à-dire son intégration dans le texte pris dans son intégralité ;

10les autres textes et discours auxquels le texte fait référence ;

11les conditions de production, de distribution et de réception du texte ;

12la formation sociopolitique plus large.

13Dans une variante de l’approche historique des discours, on appréhende ici l’intertextualité et plus encore, l’interdiscursivité (le second niveau ci-dessus) comme des aspects du texte lui-même, alors qu’on perçoit le cotexte comme différent du contexte en cela que le contexte est toujours externe au texte.

14La partie suivante développera les paramètres de l’analyse plus en détails afin de proposer un modèle pour analyser les identités collectives en discours.

3. Comment analyser les identités collectives en discours

15Cette partie méthodologique se concentre sur la représentation des acteurs sociaux et sur l’interdiscursivité dans la mesure où ce sont deux paramètres qu’on peut analyser pour montrer quelles identités collectives sont véhiculées dans les textes et de quelle manière. L’interdiscursivité en particulier pointe vers les contextes discursifs et sociaux du texte et nous permet donc de formuler une réponse quant à la raison pour laquelle la représentation prend une certaine forme linguistique. En conséquence, les problématiques motivant toute étude historique des discours sur les identités collectives, que ce soit en synchronie ou en diachronie sont les suivantes :

16- quelles sont les identités collectives pertinentes et que les auteurs communiquent dans des textes particuliers à un moment particulier ou sur une période particulière ?

17- Comment ces identités ou tout changement survenant dans ces identités sont-ils communiqués dans des textes concrets ?

18- Pourquoi les identités collectives sont-elles conceptualisées et communiquées de la manière dont elles le sont, ou pourquoi certains changements ont-ils eu lieu ?

19Alors que la première question aborde les types d’identité en jeu au niveau macro, la seconde question traite du niveau micro des textes et de leur description linguistique. La troisième question interprète et explique les conclusions tirées de cette description respectivement au niveau meso de la pratique discursive et au niveau macro du contexte social.

  • 5 . NdT : l’auteure parle d’autres « systèmes » déictiques en référence à la conception de la Linguis (...)

20La connaissance des textes faisant l’objet d’une analyse ainsi que des textes qui leur sont reliés, et de manière générale des textes qui construisent les identités collectives, rend possible l’établissement d’une liste de paramètres linguistiques qui peuvent être utilisés comme des dispositifs permettant de représenter les acteurs sociaux en contexte. Cet ensemble de paramètres doit être traité de manière systématique, tout en restant néanmoins suffisamment souple pour permettre l’usage de dispositifs supplémentaires et complémentaires pertinents pour un texte donné, par exemple les marqueurs de politesse. Lorsque l’on observe la construction d’un exogroupe et éventuellement d’un endogroupe, le paramètre le plus évident est celui de la représentation des acteurs sociaux car il indique qui fait partie de l’endogroupe, quel est le degré d’individualité représenté, jusqu’à quel point la représentation qu’on en fait est individualisée, et quel degré de précision atteint la représentation de ces acteurs sociaux. Au niveau de la forme, la représentation des acteurs sociaux peut être établie à travers les pronoms personnels et d’autres systèmes déictiques5. Dans son « inventaire sociosémantique des manières dont les acteurs sociaux peuvent être représentés » Van Leeuwen (1996 : 32) fait remarquer que les acteurs sociaux ne se confondent pas nécessairement avec les acteurs grammaticaux ; par exemple, les acteurs qu’il appelle « dépersonnalisés » peuvent être des entités non humaines et pourtant être représentés comme engagés dans des actions particulières, soit comme acteurs, soit comme objets affectés. L’analyse qui va suivre se concentrera sur les acteurs sociaux humains, à la fois en tant que groupes et en tant qu’individus. L’agentivité, qu’elle soit réalisée par les acteurs sociaux ou grammaticaux, n’est pas seulement réalisée dans la formule « X a fait Y (à Z) » mais elle peut également affleurer dans des expressions prépositionnelles telles que “women all over the world are raped and beaten by men” (l.15) (« les femmes dans le monde entier sont violées et battues par les hommes ») dans le texte analysé plus bas. Les acteurs génériques/assimilés et spécifiques/individualisés, c’est-à-dire des acteurs auxquels on fait référence en tant que catégorie de gens ou en tant qu’individus (van Leeuwen 1996 : 46-50) sont ici d’une importance plus grande encore. La généricisation en particulier peut être renforcée à travers des quantifieurs absolus tels que “every” et “all”.

21La représentation des acteurs sociaux est l’un des deux paramètres principaux analysés dans ce qui suit, avec d’autres paramètres tels que l’expression de l’évaluation, les types de procès(Halliday & Matthiessen, 2004 : 170-175) et la modalité qui s’y introduit. Un autre élément-clé pour toute analyse historique des discours, c’est l’interdiscursivité, parce qu’elle révèle sur quels autres discours l’auteur s’appuie et ainsi, les contextes sociaux sur lesquels il s’aligne ou avec lesquels il prend ses distances. La notion d’interdiscursivité fait référence à un mélange hybride de discours et de genres différents, combinés dans un texte donné, et elle peut être montrée à travers des marques lexicales, par exemple à travers l’usage de mots et d’expressions reliés à des discours particuliers dans l’esprit du producteur. Ainsi en est-il du discours religieux que l’on retrouve dans le texte exemple :: “your route to lesbianism is to become enlightened” (l. 34-5) (« au bout de ta route vers le lesbianisme, tu verras la lumière »),. Kress (1989 : 20) indique : [il y a] « des associations de prédilection entre des discours et des genres, et des associations prohibées », et bien que cela soit très certainement le cas, il faut noter qu’en temps de changement social important, les textes peuvent être remarquablement hybrides, combinant des discours passés et présents de manière souvent iconoclaste. Là encore, l’interdiscursivité se combine à un autre paramètre linguistique, à savoir la métaphore, dans la mesure où c’est l’un des moyens de parvenir à l’interdiscursivité.

  • 6 . Suivant les conventions de la sémantique cognitive, les métaphores conceptuelles seront indiquées (...)

22Cet article utilise la théorie cognitive et sémantique de la métaphore (Lakoff & Johnson, 1980 ; Lakoff, 1993 ; Kövecses, 2002 ; Cameron, 2003) qui postule que celle-ci est d’abord et avant tout un phénomène cognitif. Par définition, le niveau cognitif conceptualise une chose dans les termes d’une autre chose, par exemple le coming-out homosexuel peut être exprimé en termes de voyage (il s’agit en fait de la variation d’une métaphore omniprésente, à savoir “life is a journey ”) (« la vie est un voyage »)6. L’entité ainsi conceptualisée est donc définie comme étant « le domaine cible » (“target domain”), par exemple le coming-out, alors que l’entité qui est conceptualisée sans modification est appelée « le domaine source » (“source domain”), ici le voyage. Il faut noter que les prétendues projections du domaine source sur le domaine cible ne sont jamais que partielles ; les traits sémantiques projetés étant alors la base de la métaphore. Par exemple, le coming-out est conçu comme un voyage en puisant dans le trait sémantique d’un mouvement ayant un but, celui de se rendre d’un endroit à un autre. Cependant, d’autres traits sémantiques du champ du voyage, plus spécifiques, tels que les bagages égarés ou les trains en retard ne sont, eux, pas projetés. La métaphore, en tant que phénomène cognitif, structure la pensée, mais est reflétée en tant qu’expression métaphorique au niveau du langage. Les paramètres linguistiques de l’expression des acteurs sociaux, incluant l’évaluatif, les types de procès et la modalité, ainsi que l’interdiscursivité en combinaison avec la métaphore servent tous ensemble à représenter les acteurs sociaux de façons particulières et dans des contextes sociaux et discursifs particuliers. Dans la plupart des textes, ces dispositifs sont liés entre eux de manière accumulative, bien qu’ils puissent parfois se contredire, indiquant alors une identité hybride, changeante.

23Dans une analyse critique de discours aboutie, les résultats de la description au niveau micro du texte sont interprétés dans le contexte de la production, de la distribution et de la réception du texte, et le texte lui-même est à son tour expliqué à la lueur de l’influence du contexte social plus large du moment. En plus d’identifier les paramètres pertinents pour une telle analyse, la sélection du ou des texte(s) effectivement utilisé(s) sera basée sur les connaissances d’arrière-plan, telles qu’elles peuvent être acquises par une familiarisation avec les textes mis en relation et par un travail ethnographique de terrain qui prend pour objet la formation discursive et sociale dans laquelle les textes sont inclus. Le texte analysé dans ce chapitre est intitulé “Finding your inner lesbian separatist” (« Trouver sa lesbienne séparatiste intérieure ») ; il a été écrit par Carynn Hanson et publié aux États-Unis en 1998 sur le site internet de l’auteure (voir en annexe). Ce choix est basé sur la lecture extensive des textes initiaux de la période historique, ce qui a rendu possible l’identification de ce texte-ci comme central dans la manière dont il incorpore des traits typiques du discours lesbien à un moment donné. Pour garder à l’analyse un caractère succinct, on a reproduit le texte sous forme d’extraits. Pour s’assurer que ceux-ci sont représentatifs, on a analysé le texte entier et on a identifié un ensemble de paramètres et d’extraits qui montrent les traits caractéristiques qui le constituent.

24L’analyse suivante procédera donc selon les trois dimensions soulignées plus haut, en insistant sur la description linguistique des traits textuels.

4. Analyse d’un échantillon

25Cette partie fournira tout d’abord des informations complémentaires sur le thème central du texte, à savoir le séparatisme lesbien, et donnera les grandes lignes de la doctrine et des développements historiques de ce programme politique. L’analyse se tournera ensuite vers la discussion des conditions de production du texte, de sa distribution et de sa réception, selon la pratique que les auteurs de textes centrés sur la problématique lesbienne mettaient en œuvre au moment où le texte échantillon a été publié. Cette section se terminera par un résumé qui répondra aux questions posées dans le cadre de cette recherche.

4.1. Le contexte social

26Le séparatisme lesbien est pratiqué à des degrés divers à chaque fois que les femmes cherchent à gagner « une chambre à soi » pour les causes politiques qu’elles promeuvent. Dans le discours lesbien hautement politisé des années 1970, le séparatisme était vu par beaucoup de femmes comme l’extension logique du féminisme. Considérant les conditions patriarcales auxquelles les femmes continuaient d’être assujetties et les souffrances qui en résultaient et qui leur étaient infligées, il semblait logique aux avocates du séparatisme que toutes les femmes dussent être lesbiennes et toutes les lesbiennes, séparatistes (Lettice, 1987 : 109). Les femmes qui maintenaient des relations de quelque ordre que ce soit avec les hommes étaient considérées par les séparatistes comme incapables de se dissocier d’une société structurée en termes d’hétérosexualité et de pouvoir masculin disproportionné. Le but final était de renverser le patriarcat, et la manière dont ce but pouvait être atteint exigeait que les femmes retirent totalement l’énergie qu’elles avaient dirigée vers les hommes jusque-là. Toute forme de coopération avec les hommes, telle qu’elle était proposée par les féministes socialistes et par les femmes qui se liaient avec le mouvement homosexuel masculin, ou même tout contact superficiel avec des hommes, allait dans le sens opposé à l’idée du séparatisme parce que « lorsque l’on s’engage dans un système (…) on contribue par consensus à sa structure sous-jacente même lorsqu’on le conteste » (Hoagland, 1987 : 25).

27Cependant, le séparatisme ne devait pas s’arrêter à ce retrait et à cette forme d’exclusion. On supposait que le mouvement séparatiste devait aller plus loin et créer une véritable contre-réalité lesbienne/féminine, redéfinissant des concepts aussi larges que l’éthique, le langage, la sexualité et la culture (Geraldine T., 1988 : 4-5). Cette contre-société devait comporter un contre-discours donnant du pouvoir aux femmes qui y participaient. Le séparatisme dans sa forme idéale devait être centré sur les femmes et donner la priorité à leurs besoins et à leurs préoccupations. Cette approche avait cependant un inconvénient majeur : elle voyait la vie des femmes comme « l’objet même de la révolution » (Lorde & Star, 1982 : 67), déplaçant ainsi sur les femmes la responsabilité d’un changement sociétal effectif.

28Abolir le patriarcat et donner la priorité aux femmes, ces visées féministes furent interprétées de manière littérale par les séparatistes, au point qu’elles impliquaient des démarches concrètes pour changer la vie quotidienne. Toute manifestation du discours patriarcal, – n’incluant pas seulement les textes écrits ou oraux, mais également la musique, la peinture, etc. – devait être chassée de la vie d’une lesbienne séparatiste. Cet isolement conduisit à l’autosuffisance et à l’émergence de logements collectifs et de coopératives de travail réservés aux femmes dans les années 1970. Alors que les femmes dans les zones urbaines formaient des collectifs axés sur une tâches donnée (par exemple des collectifs de publication), les communautés séparatistes qui avaient collectivisé leur lieux de résidence étaient souvent localisées géographiquement à la campagne dans la mesure où le contact avec les hommes pouvait y être évité plus facilement (Faderman, 1991 : 238 ; Shugar, 1995 : 57). En outre, “women’s land” (« la terre des femmes ») semblait promettre une relation plus proche avec la nature. Celle ci était perçue comme un exemple paradigmatique du viol de la femme par le pouvoir masculin et la technologie, et devint ainsi un sujet important dans le discours séparatiste. Cependant, la dureté du travail physique et le manque de compétences et d’expérience des séparatistes auparavant citadines fit que les plupart des communautés séparatistes à la campagne durèrent moins de dix ans (Faderman, 1991 : 239). Pendant une certaine période malgré tout, l’idéal de nombreuses femmes fut le séparatisme ou tout du moins une vie uniquement entre elles.

29Dans la mesure où l’adoption du séparatisme représentait une coupure difficile dans la vie de nombreuses femmes, et que « les gens adhèrent d’autant plus fortement à une institution que les rites initiatiques qu’elle leur a imposés ont été plus sévères et plus douloureux. » (Bourdieu, 2001 : 183), la fidélité au mouvement était assurée jusqu’à un certain point. Pourtant, un contrôle social additionnel était exercé pour garantir l’uniformité, au point que les séparatistes étaient considérées par les dissidentes comme “social policemen” [sic] (une « police sociale ») (Doyle 1996:184). L’extrémisme engendré par ce type de contrôle social a presque toujours le même effet : le monde extérieur prend la communauté en question pour cible et la tourne en ridicule. Et c’est bien ce qui s’est passé dans ce cas-là : les communautés séparatistes furent accusées par les autres lesbiennes de diviser le mouvement des femmes, ainsi que d’être élitistes, de fuir la réalité, d’être racistes et même, dans le pire des cas, fascistes. Cette hostilité et ces affrontements conduisirent les séparatistes à se retirer davantage encore de la société, puis à se draper dans un rôle quasi-religieux de martyres (sur les liens entre séparatisme et puritanisme, voir Koller, 2008 : 118-121, 123-124) et à renforcer encore les liens qui les attachaient entre elles au sein de leur communauté.

30Cependant, au fil des années, l’isolement devint étouffant, l’image du séparatisme évolua de l’utopie à l’extrémisme contre-productif, et la pression extérieure s’avéra trop forte. Le mouvement séparatiste se trouva acculé et se mit petit à petit à tourner son énergie et son agressivité contre la communauté même, c’est-à-dire contre ses propres membres. Un comportement oppressif, expliqué par la théorie séparatiste comme de la « fausse conscience », commença à poindre sous la forme du racisme ou du parti pris de classe (Shugar, 1995 : 94-99). A un autre niveau, des scissions apparurent, liées au débat pour savoir si les enfants mâles devaient être autorisés dans les communautés séparatistes, débat qui blessa et brouilla de nombreuses femmes avec le mouvement (Shugar, 1995 : 101 ; Stein, 1997 : 119). Ironie du sort, ce débat inversa le discours hégémonique et la haute valeur qu’il attribue à toutes les choses de genre masculin. En effet, certaines de celles qui participaient au discours séparatiste finirent par le percevoir comme focalisé sur les hommes, et considérèrent que « du temps et de l’énergie [étaient] dépensés dans des discussions sans fin sur les maux apportés par les hommes ».(Dixon, 1988 : 81) Donner aux hommes la priorité, que ce soit sous forme de sentiments anti-homme ou même en tenant contre les hommes des discussions violentes et haineuses, contredisait l’idéal séparatiste consistant à toujours mettre les femmes au premier plan.

31Le résultat fut qu'un nombre grandissant de femmes à la fin des années 1980 se mirent à penser que le séparatisme [avait] « cessé d’être cette expérience folle et merveilleuse et [était devenue] un dogme » (Doyle, 1996 : 185). Le séparatisme avait commencé à imploser, et bien que de petites communautés existaient toujours dans les années 1990, leurs membres déploraient la nature hédoniste et apolitique des communautés lesbiennes contemporaines, l’absence d’un réseau séparatiste, l’isolement global et la censure dont ils souffraient (Jo, Strega & Ruston, 1990). Le séparatisme a pu survivre dans les années 1990 et même au-delà, mais le mouvement a décliné pour n’être plus qu’un phénomène marginal. Le séparatisme à plein temps en tant que stratégie politique semblait avoir échoué.

32Pourtant, le mouvement séparatiste était toujours propagé dans les années 1990. L’analyse du texte échantillon montrera comment des traits du discours des années 1970 se combinent avec des dispositifs que l’on trouve de manière typique dans les discours consuméristes contemporains. Le fait que ces textes sur le séparatisme, plus récents et hybrides, soient distribués à travers les médias électroniques émergeants indique un changement dans les pratiques de production, de distribution et de réception des textes dans les communautés lesbiennes.

4.2. Contexte du discours

33Dans les années 1990, les communautés lesbiennes discursives prirent deux voies pour construire et médiatiser textuellement leurs identités collectives et individuelles : alors que certaines cherchaient à exploiter l’édition commerciale pour promouvoir les intérêts des lesbiennes, d’autres choisissaient la voie opposée et développaient des maisons d’édition indépendantes. Depuis les années 1970, les séparatistes ont eu peu de débouchés médiatiques pour disséminer leurs idées, soit parce que ces idées étaient perçues comme trop radicales pour trouver un public, soit parce que les séparatistes elles-mêmes préféraient rester dans un splendide isolement :

Quelques organes de presse féministe (…) s'étaient établis et publiaient de la documentation séparatiste ; pour la majeur partie cependant, les séparatistes faisaient circuler des copies de leurs propres travaux parmi leurs amies, et publiaient leurs propres revues (…) même quand l’accès à des éditeurs classiques ou aux grands médias était possible, les séparatistes refusèrent souvent d’emprunter ces voies à cause de l’impossibilité de contrôler la composition du public ou encore par réticence à faire faire des profits à ce qui était perçu comme des organisations dominées par les hommes (Shugar 1995:38).

  • 7 . NdT : En français dans le texte.

34Les comptes-rendus oraux et les médias non-commerciaux ont continué à être les canaux de distribution privilégiés par les séparatistes lesbiennes dans les années 1990. Ce type d’édition de communauté peut être vue comme un « mouvement pour s’éloigner de la consommation passive de significations, faite et imposée par les autres » (Gregory, 1991 : 113) et pour aller en direction de la production ; de quitter la représentation (erronée) construite par d’autres et de se diriger vers la représentation de soi, de s’éloigner de la conversation privée invisible pour se diriger au contraire vers la reconnaissance publique. En conséquence, publier était d’une importance capitale à l’intérieur de la communauté séparatiste. La réflexion constante sur des thèmes politiques se manifestait dans l’importance accordée à l’écriture en tant que processus politiquement et socialement pertinent, mettant en œuvre une écriture de soi7 foucaldienne.

  • 8 . A la fin des années 1990, presque toutes les lesbiennes séparatistes présentes sur Internet décla (...)

35Le discours hétérogène des lesbiennes des années 1990 (voir Koller, 2008 : 110-147) était caractérisé par des modèles qui étaient en concurrence les uns avec les autres : le lesbianisme était alors pensé soit comme agenda politique, soit comme mode de vie. Ces discours trouvaient leur reflet dans différentes formes de médias et d’édition, mais également dans des textes hybrides qui montraient une combinaison entre discours politiques radicaux et discours consuméristes. En effet, ce caractère hybride est définitoire pour l’exemple choisi dans le cadre de cette analyse : on verra que différents discours sont utilisés par une seule et même auteure qui essaie d’adapter un programme politique des années 1970 au contexte sociopolitique des années 1990. Ce texte, reproduit à partir de la page d’accueil du site de son auteure, est l’un des rares sites séparatistes que l’on peut trouver sur Internet. Alors qu’il y a un nombre important de sites lesbiens en général, il semble que les séparatistes n’ont pas trouvé leur chemin dans ce média. Bien que certaines d’entre elles aient tout d’abord espéré que « durant les années 1990, la messagerie électronique et Internet deviennent partie intégrante du réseau [séparatiste lesbien] » (Brown, 1995) et qu’elles aient commencé à utiliser ce média pour divulguer leurs idées et contacter d’autres personnes, la plupart des séparatistes semble être restées critiques quant au média lui-même. Une telle position montre une sorte de critique de l’intérieur, que ce soit par l’absence d’apparition sur ce média ou par l’attitude suspicieuse et défensive véhiculée à l’égard d’Internet. Les séparatistes sur Internet veulent garder leur indépendance vis-à-vis des hommes « avec leurs ordinateurs à 5 000$8 qui se font l’avocat de la pornographie infantile comme exemple ultime de la libre expression ». Elles insistent sur leur politique en mettant en garde leurs lecteurs/visiteurs : s’ils ne « recherchent qu’un frisson de plaisir hétéro-patriarcal, ils seront probablement plus heureux en retournant chez eux » (Brown 1997). Il est évident que le libre accès à l’information, qui est la pierre angulaire de l’Internet, relève de l’anathème pour le séparatisme lesbien. En effet, le fait même de restreindre l’accès à ce média est considéré comme un moyen de soustraire à la culture dominante l’énergie dont celle-ci se nourrit. Dans la mesure où la plupart des textes sur le séparatisme sont publiés sous forme non-numérique (pamphlet, articles, anthologies), le texte que nous analysons est l'une des rares exceptions au moment de son écriture.

36Pourtant, c’est précisément la forme exceptionnelle de ce texte, ainsi que le fait qu’il adapte des concepts des années 1970 aux années 1990, qui le rend particulièrement intéressant pour l’analyse linguistique. L’analyse montrera que l’auteure combine des traits provenant de trois discours différents, à savoir le discours lesbien séparatiste ou féministe lesbien radical des années 1970, le discours religieux, et une nouvelle influence venant du discours publicitaire. Une telle hybridité indique des changements identitaires qu’une génération plus jeune de lesbiennes a apportés dans les années 1990.

4.3. Analyse du texte

37L’analyse au niveau micro se focalisera sur les acteurs sociaux et l’interdiscursivité, cette dernière reliant le texte à ses contextes.

Les acteurs sociaux

38L’acteur social le plus important et de loin dans le texte est la lectrice, à laquelle on fait référence par la deuxième personne (‘you’). Elle est mise au premier plan et on s’adresse directement à elle depuis le début, dans le pronom possessif du titre : “your inner lesbian separatist” (« ta séparatiste lesbienne intérieure »). Le pronom de la deuxième personne est utilisé 27 fois sur l’ensemble du texte. L’adresse directe est présente dans des déclarations : “you too can be a lesbian”, (l. 3), (« toi aussi tu peux être une lesbienne »), et de manière encore plus marquée dans les questions rhétoriques : “[a]re you thoroughly disgusted by men?” (l. 31), (« n’es-tu pas profondément dégoutée par les hommes ? ») et par l’impératif : “Turn off the TV” (l. 40) (« éteins la télé »). L’impératif de “write” (« écris ») mérite une attention toute particulière dans la mesure où il est répété neuf fois presque successivement (l. 48-51). Il n’est pas fait mention d’un destinataire au texte écrit, l’accent est donc mis uniquement sur le processus d’écriture, ce qui confirme ainsi que l’écriture puisse être une forme de pratique politique, et qu’elle est en tant que telle particulièrement remarquable pour les séparatistes. Cette « vision élargie, démystifiée et moins déférente de la publication » (Gregory, 1991 : 117) que l’on trouve souvent dans des publications alternatives se reflète dans le conseil de ne pas essayer “to write the way you’re ‘supposed’ to” (l. 50-51) (« d’écrire de la manière dont on est “supposée” le faire »). L’identification de l’acte d’écriture comme “part of discovering yourself” (l. 51) (« faisant partie de la découverte de soi ») montre que « l’écriture dans les [médias alternatifs] (…) fonctionne comme une séance thérapeutique » (Sutton, 1999 : 170).

39Une autre manière d’impliquer la lectrice dans le texte est d’anticiper et de répondre à ses questions au fil de la lecture. C’est notamment fait de manière elliptique avec l’expression emphatique : “[t]hat’s right, you too can be a lesbian” (l. 3) (« c’est exact, toi aussi, tu peux être une lesbienne »), et de manière explicite dans “You may be asking yourself, ‘why would I want to be a lesbian separatist ?’ ” (l. 6) (« Tu te demandes sûrement : “pourquoi voudrai-je être une lesbienne séparatiste ?” »). Cet ensemble de questions rhétoriques, d’impératifs et d’anticipations aide à impliquer la lectrice et lui permet de s’identifier avec le texte. La lectrice est envisagée comme étant une femme, et les femmes en tant que groupe sont en effet le second acteur le plus présent du texte, auquel il est fait référence onze fois dans l’extrait. Il y a cependant une grande variation dans ces références, allant des pluriels indéfinis : “women”, et des singuliers indéfinis ; “a woman”, “each woman”, à des femmes considérées pour leur dimension paradigmatique comme dans : “your friend” (« ton amie »). Les références générales : “women (...) are being raped” (l. 15) (« des femmes (...) se font violer »), alternent avec les références spécifiques : “your friend” (l. 17) (« ton amie »). Les exemples spécifiques sont supposés être ceux de la lectrice, qui est en plus impliquée au moyen de compléments circonstanciels : “as you read this” (l. 15-16) (« alors que tu lis ceci »). En rassemblant la lectrice, ses amies et les femmes en général, l’auteure juxtapose le plan personnel et politique, indiquant que la souffrance individuelle est une conséquence de la violence structurelle. L’identification prévue de la lectrice avec les femmes en tant que groupe se reflète également dans les lignes d’ouverture du texte où la généralisation « chaque femme » (l. 2) se transforme en première personne du pluriel : “our own” (l. 2) (« notre propre ») qui inclut l’auteure, la lectrice et toutes les autres femmes dans une identité collective.

40Les lesbiennes en tant que sous-groupe de femmes sont mentionnées avec une fréquence similaire, la plupart du temps dans la collocation “lesbian separatist” ou simplement “lesbian”. En tant que groupe, les lesbiennes sont souvent définies en creux, comme “anyone ... who isn’t white, male, Christian, rich, straight or temporarily able” (l. 38-39) (« n’importe qui … qui ne soit pas blanc, de sexe masculin, chrétien, riche, hétéro ou compétent à titre provisoire ». Les seules définitions positives qui disent qui est ou ce qu'est une lesbienne se trouve dans la partie introductive du texte : “a lesbian who, in profound enlightenment, can live independently of males” (l. 3-4) (« une lesbienne qui, dans l’éveil de la connaissance, peut vivre indépendamment des hommes »)

  • 9 . NdT : Le « classisme » (sur le même mode que « racisme » ou « sexisme ») est l’ensemble des préju (...)

41. Il est remarquable qu’une telle évaluation positive du mode de vie que l’on cherche à diffuser soit plus sommaire et moins variée que l’évaluation négative de la société traditionnelle, définie comme “cruel” (l. 20) (« cruelle »), “sexist, racist, classist, and homophobic” (l. 24) (« sexiste, raciste, classiste9 et homophobe ») et “sick and wrong” (l. 26-27) (« malade et mauvaise »). Il semble que l’auteure ne décrive pas (peut-être ne le peut-elle pas) une communauté lesbienne en détails, que ce soit en termes positifs ou négatifs, et que la culture patriarcale dominante soit toujours le point de référence. Il faut également noter que l’attirance pour d’autres femmes n’est pas mentionnée comme partie intégrante de l’identité lesbienne : le moment définitoire semble plutôt être une vie centrée sur les femmes, ouverte à “each woman” (l. 2) (à « chaque femme »). Cette indifférence au désir et l’équation des lesbiennes avec les femmes est typique du discours lesbien féministe des années 1970 (voir Koller, 2008 : 48-74).

42Étant donné que l’agenda séparatiste est de vivre sans les hommes, il faut noter que “men” (« les hommes ») sont mentionnés en tant que groupes d’acteurs sociaux 18 fois, qu’il y soit fait référence en termes génériques : “males”, “men”, “a man” (« les individus de sexe masculin », « les hommes », « un homme ») ou en termes absolus tels que “Every man” (l. 27) (« Tout homme »), et plus spécifiques comme dans “some men” (l. 29) (« des hommes »). Le type de référence est de ce fait très semblable à celle qui est faite aux femmes en tant que groupe, ce qui indique qu’on comprend chaque groupe comme homogène et chaque représentant comme typique du groupe entier. Le nombre plus élevé des références aux hommes montre la préoccupation paradoxale des séparatistes pour ce groupe d’acteurs sociaux. Les hommes sont identifiés comme “the leaders of [society]” (l. 27) (« les dirigeants de la [société] ») et tout au long du texte, l’acteur abstrait “society” (« société ») est étroitement lié aux hommes. Par exemple, on dit de la société qu’elle a “made it impossible for [a woman] to imagine living without a man” (l. 18-19) (« rendu impossible pour [une femme] le fait d’imaginer vivre sans un homme »), et on y fait référence comme “the patriarchal, cruel world” (l. 20) (« le monde patriarcal et cruel ») ayant été “created by males” (l. 24-25) (« créé par les hommes »). L’auteure stabilise ainsi les bases du séparatisme lesbien : pour développer une identité collective, les femmes doivent quitter cette société définie par/autour du masculin.

43Dans l’ensemble, la lectrice est donc beaucoup mise en avant et accompagnée de références généralisées aux femmes et aux hommes, entendus comme des groupes d’acteurs sociaux. Cette manière d’engager directement la lectrice est une stratégie originale qui s’associe avec le but persuasif global du texte. On montre la lectrice engagée dans une série de processus relationnels, ce qui est réalisé pour l’essentiel grâce à l’usage de questions rhétoriques. Par exemple : “Are you sickened by the fact” (l. 13) (« Cela te rend-il malade de savoir que »). Il est intéressant de remarquer que ce type de procédé n’est pas réellement utilisé ici pour construire une identité (de groupe) mais plutôt pour décrire un état de fait évalué négativement et qui doit pousser au changement. Le changement est le motif central du texte, il se signale dans le présent continu (Be + V-ing) du titre, et son point de départ est l’insatisfaction et la répulsion.

44Une autre particularité du texte consiste dans le nombre élevé de processus réflexifs, dans lesquels la lectrice est à la fois l’actrice et l’objet affecté de l’action. Ce double rôle s’élabore dans des procès matériels : “You can ... surround yourself with your sisters” (l. 20-21) (« Tu peux (…) t’entourer de tes sœurs ») ainsi que dans un procès de parole : “You may be asking yourself ” (l. 6) (« Tu te demandes »). Ce dispositif linguistique manifeste la croyance séparatiste selon laquelle les femmes doivent changer leur propre conscience et se retirer du monde, et il suggère que l’agenda séparatiste n’est pas seulement préoccupé par le fait de changer le monde mais aussi par celui de viser une transformation de soi.

45Le texte inclut, juste après l’usage très visible de la deuxième personne, quelques occurrences – trois – du pronom de la première personne du singulier, qui constituent les trois seules références à l’auteure. Mis entre parenthèses, le pronom se trouve à un moment délicat du texte (l. 41-42), où il est utilisé comme une marque de politesse pour réparer une offense éventuelle faite à la lectrice. Ce moment problématique se matérialise par l’utilisation par l’auteure de la modalité déontique pour exprimer la permission : “at most, you can watch one or two hours of TV a week” (l. 41) (« tu peux regarder la télé une heure ou deux par semaine au maximum »). Cet exemple de modalité déontique renforce les impératifs qui sont présents de manière importante ailleurs dans le texte. Donner la permission représente d’une certaine manière le geste d’un pouvoir condescendant par lequel l’auteure se positionne comme un parent qui contrôle un enfant, ici la lectrice. Cependant, l’auteure atténue l’expression condescendante trop manifeste en faisant remarquer entre parenthèses sa propre consommation télévisuelle. En employant la première personne du singulier pour la première et seule fois du texte, elle fait montre d’une attitude qui contraste fortement avec celle qui est la sienne dans le reste du texte, indiquant ainsi que, même elle, n’est pas infaillible. Les connaissances supposées partagées sur les séries télévisées et ces deux phrases entre parenthèses ont pour but de créer de la solidarité entre l’auteure et la lectrice et de modifier le ton autoritaire qui précède. Ces éléments constituent donc un dispositif de politesse utilisé pour des travaux de réparation dans la conversation feinte entre le scripteur et la lectrice.

46De manière globale, la représentation des acteurs sociaux est centrée sur la lectrice qui est vue comme une représentante des femmes en tant que groupe. Ce groupe est enclavé dans une société définie par/autour du masculin, qui porte préjudice aux femmes. En conséquence, la lectrice est encouragée à quitter cette société et à devenir une lesbienne séparatiste. La figure 1 résume la représentation des acteurs sociaux dans le texte sous forme d’un diagramme.

47Figure 1. Représentation des acteurs sociaux dans le texte

48De manière essentielle, la nouvelle identité proposée à la lectrice est individuelle plutôt que collective. Pour pouvoir rendre compte de ce résultat, il est utile de se tourner vers l’analyse de l’interdiscursivité qui permet de faire la lumière sur les contextes sociaux et discursifs du texte.

Interdiscursivité

49Ce texte est remarquable dans la mesure où il mélange un certain nombre de discours et de genres. Il combine en particulier le discours lesbien féministe (voir Koller, 2008 : 37-74) – et le discours religieux qui est l’une des ressources utilisées par les auteuresféministes lesbiennes – avec des genres tels que les publicités et les manuels de développement personnel. Ce faisant, le texte illustre qu'« [en tant qu’]organisations de langage historiquement spécifiques, les discours se présentent au pluriel, coexistant à l’intérieur de cadres temporels et instituant des convergences imprévisibles et inattendues » (Butler, 1999 [1990]).

50La référence générique aux “women” (« femmes ») ou à “a woman” (« une femme ») des lignes 7 à 19 est une trace du discours féministe lesbien. A plusieurs endroits du texte, l’auteure passe du général : “Lesbians are enlightened” (l. 34) (« Les lesbiennes sont éclairées par la connaissance ») à ce qui est spécifique à la lectrice : “therefore your route to lesbianism is to become enlightened” (l. 34-35) (« ton chemin vers le lesbianisme est donc de t’éveiller à la connaissance ». Dans la même veine, “women” (« les femmes ») sont juxtaposées à “you” (« toi ») et à “your friend” (« ton amie ») (l. 15-17), représentant le plan personnel comme un effet du politique, et encodant donc linguistiquement un des points centraux de la doctrine féministe des années 1970. Il y a d’autres dispositifs linguistiques également adaptés du discours féministe lesbien, la nominalisation et l’agentivité abstraite : “society has made it impossible for her” (l. 18-19) (« la société a rendu impossible pour elle ») et “oppressive ideas of our dominant culture”(l. 44-45) (« les idées opprimantes de notre culture dominante ») ainsi que les quantificateurs absolus et les déclaratives : “Every man is responsible for the oppression against women” (l. 27-8) (« chaque homme est responsable de l’oppression des femmes »). La nature universelle de l’endogroupe affleure également dans la déclaration suivante, trouvée sur le site internet sur lequel le texte a été publié : “I personally believe every woman’s life can be enriched by becoming a Lesbian Separatist” (« Je crois personnellement que la vie de chaque femme peut être enrichie lorsqu’elle devient une Lesbienne Séparatiste »). En ouvrant la catégorie “lesbienne” à toutes les femmes, l’exemple illustre l’observation selon laquelle « on peut être “invité dans” la communauté imaginée » (Anderson, 1983 : 133).

  • 10  NdT : difficiles à traduire par un seul mot, ces termes font référence à un éveil de la conscience (...)

51Un autre trait distinctif du discours féministe lesbien réside dans les liens interdiscursifs instaurés avec le discours religieux. Dans le texte analysé, les traces principales du discours religieux sont les différentes formes des termes “enlightenment” et “enlightened”10. Ils sont certaines fois intensifiés au moyen d’une attribution : “profound enlightenment” (l. 3) (« un éveil profond ») et sont certaines fois mis dans une liste commune avec “a series of epiphanies or revelations” (l. 23) (« une série d’épiphanies et de révélations »). Ce dernier point en particulier corrobore le point de vue de Stein (1997 : 218, n°3) qui compare le coming-out à une épiphanie, et l’histoire du coming-out à une conversion narrative. La reprise des marques du discours religieux afin qu’il intègre le discours féministe lesbien fait du texte considéré un exemple d’interdiscursivité multiple.

52L’un des moyens de parvenir à l’interdiscursivité, qu’elle soit simple ou multiple, c’est la métaphore, et en effet, nous retrouvons la métaphore du voyage (“journey”) qui est employée typiquement pour conceptualiser le développement personnel et le coming-out. L’auteure l’utilise lorsqu’elle promet à la lectrice : “you will emerge into your new ... identity” (l. 5) (« Tu émergeras dans une nouvelle identité » et lorsqu’elle parle de “your route to lesbianism” (l. 34) (« ton chemin vers le lesbianisme »), bien qu’ailleurs dans le texte elle nie que la fabrication d’une telle identité puisse être “a step by step process” (l. 22) (« un processus étape par étape »). La seconde métaphore centrale dans le texte est celle de la maladie (sickness”) (par exemple dans “Are you sickened by the fact” (l. 13 et 15) (« Cela te rend-il malade de savoir que ») ; son utilisation par les féministes lesbiennes est souvent présentée comme caractéristique. Ainsi, la pensée féministe lesbienne passe pour être centrée autour de l’idée que « le soi peut surmonter les effets nocifs de la socialisation dans une culture dominée par le masculin » et sur l’idée également [qu’] « il y a une sorte de théorie implicite de la contamination dans la structuration des relations féministes lesbiennes lorsqu'on estime que plus quelqu’un a de contacts avec les hommes, plus sa force intérieure et sa capacité à trouver des ressources sont sapées » (Wolf 1979:170-171). Dans le texte étudié, la métaphore sert à intensifier l’évaluation négative d’une existence non-séparatiste.

53Il y a enfin une métaphore spatiale : “core is authenticity ”(« lenoyau central est l’authenticité »), qui est réalisée à travers l’attribut “inner” (« intérieure ») de la collocation “lesbian separatist”(l. 1, 2-3, 53) (« séparatiste lesbienne »). Les élaborations de cette métaphore incluent la mention “Deep inside each woman” (« Profondément à l’intérieur de chaque femme », l. 2) et l’idée que l’identité séparatiste “true” (« vraie ») de chaque femme peut être “discovered” (l. 22, 31, 51, 52) (« découverte »). L’adjectif attribut “inner” (« intérieure ») présuppose l’existence d’un noyau essentiel de la personnalité d’un individu qui n’est pas construit dans les interactions discursives et autres, mais qui peut être révélé à travers le changement de sa conscience. Sur le mode essentialiste, une identité particulière est donc présupposée comme inhérente et authentique, devant être découverte et mise en acte si l’on veut vivre sa vie pleinement. Les trois métaphores – voyage, maladie et noyau central – servent ainsi à recontextualiser le discours féministe lesbien.

  • 11  NdT : “do-it-yourself manual”.

54En opposition totale avec les marques du discours féministe lesbien, l’auteure appelle son texte [a] “self-help essay” (un « essai de développement personnel ») et promet à la lectrice de lui donner “ [a] few simple tips” (l. 4-5) (« quelques trucs simples »). Les marques du genre procédural des manuels de bricolage de la catégorie « faites-le vous-même »11 que l’on trouve de la ligne 36 à la ligne 51 sont combinées avec des caractéristiques d’autres types de texte à visée persuasive qui ont pour but d’influencer le comportement et les croyances (Longacre, 1974). Ainsi, l’objectif défini des genres procéduraux : “the elements described above will help you” (l. 52) (« les éléments décrits plus haut t’aideront ») est sur la même ligne que des caractéristiques des types de texte à visée persuasive, telles que l’accent mis sur le destinataire, encodé par la deuxième personne : “when you read papers and magazines” (l. 42-43) (« quand tu lis les journaux et les magazines »), et un certain nombre d’ordres et de suggestions : “Involve yourself in the arts ... You can join a choir” (l. 46-47) (« Implique-toi dans les arts … Tu peux faire partie d’une chorale »). Ici, le texte exprime de manière paradoxale à la fois l’autorité et la solidarité.

55La visée persuasive de certains types de textes se manifeste de manière tout particulièrement évidente dans les publicités, et en effet, les lignes 6 à 21 empruntent massivement à ce genre. On en trouve des traces dans les questions qui anticipent celles de la lectrice, dans les questions rhétoriques, dans l’adresse directe, et dans la dernière proposition du séparatisme lesbien : celle-ci est présentée comme une alternative et donc comme une solution à un problème établi dans le texte, à savoir l’évaluation négative de la société patriarcale. L’auteure cherche à créer graduellement l’attention, l’intérêt, le désir et en conséquence l’action chez la lectrice, utilisant alors – peut-être inconsciemment – la formule AIDA utilisée dans la promotion publicitaire des produits. Dans le contexte du marketing, l’action vise à amener le consommateur à acheter un produit particulier. Dans le contexte qui nous intéresse, l’action consiste à amener la lectrice à adhérer à l’idée d’un certain mode de vie et à travailler à sa réalisation. L’auteure utilise ainsi sans retenue les genres promotionnels, chose que les féministes lesbiennes précédentes avaient pourtant tourné en ridicule et rejeté (voir Koller, 2008 : 70-71). A la fin des années 1990, on observe cependant sur Internet la promotion d’un mode de vie politiquement orienté sans la moindre pointe d’ironie. Les deux discours, celui du féminisme lesbien d’un côté, et celui des genres publicitaires et des manuels de développement personnel de l’autre sont juxtaposés au début, là où “a dedications [sic]” (« un dévouements » [sic]) exigé de la lectrice est coordonné avec “[a] few simple tips” (l. 4) (« quelques trucs simples ») donnés par l’auteure. Quand on connaît la position strictement anti-consumériste et collectiviste affichée par le discours féministe lesbien, mélanger celui-ci avec des genres publicitaires ciblés sur le consommateur individuel semble pour le moins audacieux.

56En résumé, nous pouvons maintenant répondre à la question : quelles sont les identités collectives pertinentes que les auteurs communiquent dans des textes particuliers à des moments particuliers ? Le modèle de l’identité collective tel qu’il est véhiculé dans le texte que nous avons analysé ici est celui de l’identité lesbienne telle qu’elle est définie sur la base de lignes politiques, et cette catégorie est élargie pour inclure potentiellement toutes les femmes. Il faut cependant noter que, de manière cruciale, cet endogroupe est sous-défini et moins spécifié que l’exogroupe. Lorsque nous regardons la manière dont le modèle est communiqué dans un texte concret, nous voyons qu’un groupe d’acteurs sociaux est nommé « les femmes », groupe dont la lectrice fait partie. Cela fait contraste avec « les hommes » qui eux constituent la société. La société est évaluée négativement, et de manière plus détaillée que les femmes, ou les lesbiennes, en tant que groupe. De plus, l’identité de lesbienne séparatiste que la lectrice, et par inférence toutes les femmes, devrait adopter, n’est liée que de manière hésitante à quelque identité collective que ce soit (“you can surround yourself with your sisters”) (l. 20-21) (« tu pourras t’entourer de tes sœurs »). En outre, l’auteure mélange le discours féministe lesbien avec les genres du discours promotionnel et celui des textes de développements personnels, ce qui conduit à la constitution d’un conflit conceptuel dans le texte et transforme involontairement le discours lesbien et le modèle d’identité collective qu’il véhicule. En effet, le texte entier est étonnamment hétérogène, combinant différentes ressources discursives afin de transmettre des modèles d’identité collective.

  • 12  NdT : nous avons repris la traduction française établie par Marina Yaguello (Éditions de Minuit, 1 (...)

57Cela nous amène à cette question : pourquoi les identités collectives sont-elles conceptualisées et véhiculées comme elles le sont ? Le texte que nous examinons est un très bon exemple de la manière dont les notions d’identité collective et d’idéologies particulières sont recontextualisées dans des contextes différents. Dans la mesure où elle prône le séparatisme lesbien – un mouvement qui a eu son heure de gloire dans les années 1970 –, l’auteure cherche à adapter ses croyances et ses revendications aux années 1990 en choisissant un canal de diffusion moderne (Internet), et en empruntant massivement au discours consumériste. En « vendant » à la lectrice des revendications idéologiquement marquées, elle inverse la déclaration de Bakhtine : « n’importe quel produit de consommation … peut être transformé en signe idéologique » (1929/1973 : 10)12. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette contradiction dans les textes, telle qu’on peut l’observer dans l’exemple : en premier lieu, il y a une structure narrative du texte qui progresse ; elle va de l’établissement du problème (les femmes qui souffrent de l’oppression patriarcale) à la construction d’une certaine réaction de la lectrice comme réaction logique : “If you don’t like this society, ... then you can’t like the males who are the leaders of it” (l. 26-27) (« Si tu n’aimes pas cette société, (…) alors tu ne peux pas aimer les hommes qui en sont les dirigeants »), jusqu’à la suggestion d’une solution et à l’explication de la manière dont la lectrice peut la mettre en œuvre. Cette structure de base exige des éléments provenant de différents genres et de différents discours, ce qui amène à l’hybridité. En second lieu, l’auteure peut souhaiter viser plus de lectrices que ce qui serait possible si elle se confinait à un discours ou à un genre particulier. Étant donné les croyances politiques qui sont au cœur du séparatisme lesbien et l’objectif des séparatistes qui est de les répandre, ces éléments constituent probablement une autre raison d’avoir cette interdiscursivité marquée dans le texte. Enfin, l’hybridité et la contradiction présentes dans les textes peuvent refléter le changement social. C’est même cette raison qui semble la plus importante, puisque l’auteure prend un concept issu du discours des années 1970 et le transplante dans le contexte des années 1990, au sein duquel le consumérisme et l’individualisme sont devenus des valeurs sociétales dominantes. Le fait que ce texte soit publié sur Internet n’est que la manifestation extérieure de ce nouveau contexte. Les raisons de l’hétérogénéité de ce texte sont donc économiques et idéologiques, avec la marchandisation des modes de vie dans le capitalisme de la deuxième moitié du XXème siècle. Cela a impliqué un essor des genres promotionnels qui, associés à l’individualisme, le font percevoir comme une manière positive de conceptualiser sa propre personne. Les contradictions inhérentes au texte montrent cependant que le féminisme lesbien est incompatible avec le capitalisme consumériste.

5. Implications

58Les deux implications principales de cette étude sont que les identités collectives ne se développent pas de manière linéaire et que la construction négative de l’exogroupe n’a pas besoin d’être corrélée par la construction positive de l’endogroupe. En ce qui concerne cette dernière, l’analyse a montré qu’un texte peut être remarquablement hybride, tout spécialement à des moments de changement social, en combinant des discours et des genres en conflit, et même contradictoires. Les auteurs peuvent se positionner, eux et leurs lecteurs, à des places contradictoires en combinant des caractéristiques de discours divers et historiquement contingents. Ce faisant, il est possible qu’ils cherchent à préserver une identité collective particulière, mais, en réalité, ils la transforment. Quant à la construction de l’endo et de l’exogroupe, une part importante de la littérature en CDA (par ex. Van Dijk, 2001) montre que les endogroupes sont construits positivement, alors que les exogroupes sont représentés de manière presque uniformément négative. L’analyse que nous présentons remet l’universalité de ces résultats en question, suggérant plutôt qu’à travers la représentation des acteurs sociaux, les auteurs sont à même de construire une représentation de l’exogroupe de manière plus détaillée que l’endogroupe. De plus, l’évaluation négative de l’exogroupe n’a pas besoin d’avoir pour correspondance une évaluation aussi fortement positive de l’endogroupe. Ce résultat peut être en partie expliqué par le fait que l’auteure du texte analysé ici, écrit depuis une position marginalisée et relativement impuissante, alors même qu’elle essaye de représenter la majorité hégémonique de manière négative. Une recherche plus poussée devra définir s’il s’agit de quelque chose que l’on retrouve régulièrement dans d’autres discours comparables, et également à d’autres moments historiques.

59L’étude a corroboré le fait que les textes sont historiquement liés et qu’à la fois les discours et les contextes historiques ont un impact sur la sélection des caractéristiques linguistiques. Un centrage sur le texte et le contexte, par l’analyse du discours, montre comment les récits historiques sont produits, distribués et reçus, et cela offre ainsi une contribution complémentaire à des études historiques, sociologiques et psychologiques de l’identité collective. Là où la psychologie se pose la question de ce que sont les identités et pourquoi elles émergent, l’analyse de discours critique, tout en traitant également de ces questions, va au-delà et procure une réponse sur comment ces identités sont communiquées.

Haut de page

Bibliographie

Références bibliographiques

Anderson, B.R. O’Gorman (1983), Imagined Communities: reflections on the origin and spread of nationalism, London: Verso.

Bakhtin, M. (1929), Marxism and the Philosophy of Language; trans. L. Matejka and I.R. Tutnik (1973), New York: Seminar Press.

Bakhtin, M. (1986), Speech Genres and Other Late Essays; trans. V.W. McGee, Austin: University of Texas Press.

Bourdieu, P. (1991), Language and Symbolic Power; trans. G. Raymond and M. Adamson, Cambridge, MA: Harvard University Press.

Brown, B. (1995), “The art of the impossible: some thoughts on lesbian separatist political strategy”, Off Our Backs, December: 8-10.

Brown, B. (1997), “Welcome, cranky dykes. Others beware”. Available: <http://www.efn.org/~b_brown/b_brown.html> (accessed 22 June 1998).

Butler, J. (1990/1999), Gender Trouble, 2nd edn, New York: Routledge.

Cameron, L. (2003), Metaphor in Educational Discourse, London: Continuum.

De Cillia, R., Reisigl, M. and Wodak, R. (1999) “The discursive construction of national identities”, Discourse & Society, 10(2): 149-73.

Dixon, J. (1988), “Separatism: a look back at anger”, in B. Cant and S. Hemmings (eds) Radical Records: thirty years of lesbian and gay history, London: Routledge.

Doyle, G. (1996), “No man’s land: lesbian separatism revisited”, in N. Godwin, B. Hollows and S. Nye (eds) Assaults on Convention: essays on lesbian transgressors, London: Cassell, pp. 178-97.

Faderman, L. (1991), Odd Girls and Twilight Lovers: a history of lesbian life in twentieth-century America, New York: Penguin.

Fairclough, N. (1995), Critical Discourse Analysis, London: Longman.

Fairclough, N. (2003), Analysing Discourse: textual analysis for social research, London: Routledge.

Geraldine T. (1988), “Practising separatism”, Lesbian Ethics, 3(2): 3-5.

Gramsci, A. (1971), Selections from the Prison Notebooks, trans. J. Matthews, London: Lawrence & Wishart.

Gregory, G. (1991), “Community publishing as self-education”, in D. Barton and R. Ivanič (eds) Writing in the Community, London: Sage, pp. 109-42.

Halliday, M.A.K. and Matthiessen, C.M.I.M. (2004) Introduction to Functional Grammar, 3rd edn. London: Arnold.

Hoagland, S.L. (1987), “Lesbian separatism: an empowering reality”, Gossip, 6: 24-36.

Jo, B., Strega, L. and Ruston (1990), Dykes Loving Dykes: dyke separatist politics for lesbians only, Oakland: published by the authors.

Köveceses, Z. (2002), Metaphor: a practical introduction. Oxford: Oxford University Press.

Koller, V. (2008), Lesbian Discourses: images of a community, New York: Routledge.

Kress, G. (1989), Linguistic Processes in Sociocultural Practice, Oxford: Oxford University Press.

Lakoff, G. (1993), “The contemporary theory of metaphor”, in A. Ortony (ed.) Metaphor and Thought, 2nd edn, Cambridge: Cambridge University Press, pp. 202-51.

Lakoff, G. and Johnson, M. (1980), Metaphors We Live By, Chicago: University of Chicago Press.

Lettice (1987), “Separatism”, Gossip, 6: 107-10.

Longacre, R.E. (1974), “Narrative versus other discourse genres”, in R.M. Brend (ed.) Advances in Tagmemics, Amsterdam: North-Holland.

Lorde, A. and Star, S.L. (1982), “Interview with Audre Lorde”, in R.R. Linden, D.R. Pagano, D.E.H. Russell and S.L. Star (eds) Against Sadomasochism: a radical feminist analysis, East Palo Alto: Frog in the Well Press, pp. 66-71.

Reisigl, M. and Wodak, R. (2001), Discourse and Discrimination, London: Routledge.

Shugar, D.R. (1995), Separatism and Women’s Community, Lincoln: University of Nebraska Press.

Stein, A. (1997), Sex and Sensibility: stories of a lesbian generation, Berkeley: University of California Press.

Sutton, L. (1999), “All media are created equal: do-it-yourself identity in alternative publishing”, in M. Bucholtz, A.C. Liang and L. Sutton (eds) Reinventing Identities: the gendered self in discourse, New York: Oxford University Press, pp. 163-80.

Van Dijk, T. (2001), “Multidisciplinary CDA: a plea for diversity”, in R. Wodak and M. Meyer (eds) Methods of Critical Discourse Analysis, London: Sage, pp. 95-120.

Van Dijk, T. (2006), “Discourse, context and cognition”, Discourse Studies 8(1): 159-77.

Van Leeuwen, T. (1996), “The representation of social actors”, in C.R. Caldas-Coulthard and M. Coulthard (eds) Text and Practices: readings in critical discourse analysis. London: Routledge, pp. 32-70.

Wodak, R. (1996), Disorders of Discourse, Harlow: Longman.

Wodak, R. (2001), “The discourse-historical approach”, in R. Wodak and M. Meyer (eds) Methods of Critical Discourse Analysis. London: Sage, pp. 83-94.

Wodak, R. (2008), “Discourse studies: important concepts and terms”, in R. Wodak and M. Krzyżanowski (eds) Qualitative Discourse Analysis in the Social Sciences, Basingstoke: Palgrave, pp. 1-29.

Wolf, D.G. (1979), The Lesbian Community, Berkeley: University of California Press.

Haut de page

Annexe

Annexe

‘Finding your inner lesbian separatist’ (Hanson, 1998) (extraits)

http://www.geocities.com/​Athens/​9884/​separatist.html

1

Finding Your Inner Lesbian Separatist

2

Deep inside each woman is a little voice crying out. It is our own, inner lesbian

3

separatist. That’s right, you too can be a lesbian who, in profound enlightenment, can

4

live independently of males. With a dedications [sic] and the few simple tips provided

5

in this self-help essay, you will emerge into your new, enlightened, dyke identity.

6

You may be asking yourself, ‘why would I want to be a lesbian separatist?’ perhaps

7

you’ve notice [sic] that women make less money than men, to this very day, even when

8

a woman is compared to a man in the same job with the same amount of education. Or

9

perhaps you have become aware that every few minutes, a woman is sexually assaulted

10

Perhaps you’ve noticed that nine out of ten people who suffer from debilitating eating

11

disorders are female. You may be tired by now of the portrayal of women as helpless

12

creatures, always mutilating and torturing themselves to look good for men. Or you may

13

be tired of seeing real women do those things. Are you sickened by the fact that women

14

get breast enlargements to look good for men despite the risks involved? Are you

15

sickened knowing that women all over the world are being raped and beaten by men as

16

you read this? Are you tired of the rude stares or comments about your looks from

17

complete strangers? Are you horrified by the fact that your friend is in a physically and

18

emotionally abusive relationship with a man but won’t get out of it because society has

19

made it impossible for her to imagine living without a man? Then you can benefit from

20

being a lesbian separatist. You can take yourself out of the patriarchal, cruel world and

21

surround yourself with your sister

22

This is not a step by step process. Your lesbian separatist identity is discovered through

23

enlightenment and a series of epiphanies or revelations. It starts with you being sick and

24

tired of the sexist, racist, classist, and homophobic society you live in; a society created

25

by males, with laws made by males, a government and education system run by white

26

males. Starting to get the picture? If you don’t like this society, if you think it’s sick and

27

wrong, then you can’t like the males who are the leaders of it... . Every man is

28

responsible for the oppression against women. And how many of them do you see

29

fessing up? Sure some men may say ‘I think it’s awful that women are oppressed,’ but

30

what do they do about it?

31

Are you thoroughly disgusted by men? Good, now, to discover your lesbian separatist

32

you must educate yourself. Evidence of enlightenment leading to lesbianism abounds in

33

our history... . It has been found in contemporary studies that lesbians tend to complete

34

a higher level of education. Lesbians are enlightened, therefore your route to lesbianism

35

is to become enlightened... .

36

Read books ─ lots of books ─ on judaism, buddhimsm [sic], taoism. Books on thje [sic]

37

history of Native Americans, Blacks in America and the women’s movements. Books

38

by lesbians, natives, Chicanos and anyone else who isn’t white, male, Christian, rich,

39

straight or temporarily able.

40

Turn off the TV. TV is a major source of sexist, homophobic, and oppressive

41

propaganda. At most you can watch one or two hours of TV a week (I still watch x-files

42

and Startrek a couple of times a month. I guess I’m addicted). Also, when you read

43

papers and magazines ─ don’t believe everything you read. Be critical. Try to pick out

44

untruths or stereotypes. Analyze articles and pictures: do they reflect the oppressive

45

ideas of our dominant culture? ...

46

Involve yourself in the arts, whatever arts you can afford. A pen and paper is all you

47

need to draw. You can join a choir, learn to paint, crate [sic] fimo beads, or anything.

48

Art is a part of enlightenment. And write. Write poetry or prose. Write a diary or

49

journal. Write anything, write about yourself and the world. Write about the pizza you

50

had for lunch. Write about the meaning of life. Don’t try to write the way you’re

51

‘supposed’ to, just write. That’s part of discovering yourself... .

52

All of the elements described above will help you to discover yourself and your world.

53

Ultimately, chances are that you will find your inner lesbian separatist

Haut de page

Notes

1 . Note des éditeurs : cet article est la traduction de “Analysing collective identity in discourse: social actors and contexts”, texte confié à Semen en tant que texte inédit.

2 . Note des éditeurs : Texte remanié par son auteur, traduit et confié à Semen pour le présent volume.

3 . Note des éditeurs : voir également ici même l’article de Van Dijk, inédit jusqu’alors.

4 . NdT : Les notions d'endogroupe (in-group) et d'exogroupe (out-group) sont issues de la psychologie sociale et ont été introduites en CDA notamment par Teun A. Van Dijk. En reprenant un manuel de psychologie sociale, nous trouvons sous la plume de Bourhis et Gagnon les éléments suivants de définition: « L'endogroupe est composé des individus qu'une personne a catégorisés comme membres de son propre groupe d'appartenance et avec qui elle a tendance à s'identifier. Par contre, on peut définir l'exogroupe comme étant composé de tous les individus qu'une personne a catégorisés comme membres d'un groupe d'appartenance autre que le sien et avec qui elle n'a pas tendance à s'identifier » (Bourhis, R.-Y. & Gagnon, A. (1994), « Les préjugés, la discrimination et les relations intergroupes. » in Vallerand, J.-R., Les Fondements de la psychologie sociale, pp. 708-773. Montréal : Gaëtan Morin Editeur, cité dans Pétard, J.-P. (1999), Psychologie Sociale, Rosny : Bréal, p. 322).

5 . NdT : l’auteure parle d’autres « systèmes » déictiques en référence à la conception de la Linguistique Systémique Fonctionnelle de M.A.K. Halliday qui conçoit la langue en termes de microsystèmes à l’intérieur desquels le locuteur fait des choix. Le système des pronoms personnels en est un.

6 . Suivant les conventions de la sémantique cognitive, les métaphores conceptuelles seront indiquées en petites majuscules.

7 . NdT : En français dans le texte.

8 . A la fin des années 1990, presque toutes les lesbiennes séparatistes présentes sur Internet déclaraient utiliser de vieux ordinateurs et procuraient une aide pour l’utilisation des systèmes informatiques démodés sur leur page personnelle.

9 . NdT : Le « classisme » (sur le même mode que « racisme » ou « sexisme ») est l’ensemble des préjugés et la discrimination basés sur l’appartenance à une classe socioéconomique.

10  NdT : difficiles à traduire par un seul mot, ces termes font référence à un éveil de la conscience spirituel/religieux ou/et par la connaissance, à une illumination. « The Age of Enlightenment » désigne en anglais le Siècle des Lumières.

11  NdT : “do-it-yourself manual”.

12  NdT : nous avons repris la traduction française établie par Marina Yaguello (Éditions de Minuit, 1977), p. 26.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/8676/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Veronika Koller, « Analyser une identité collective en discours : acteurs sociaux et contextes », Semen [En ligne], 27 | 2009, mis en ligne le 10 décembre 2010, consulté le 14 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/semen/8676 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.8676

Haut de page

Auteur

Veronika Koller

Lancaster University, United Kingdom

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search