Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Présentation

Présentation

Valeurs et enjeux des écrits de travail
Séverine Equoy Hutin
p. 7-13

Texte intégral

  • 1  Boutet J., 2001, « La part langagière du travail : bilan et évolution », Langage et Société, n° 98 (...)
  • 2  Boutet J., 2008, La vie verbale au travail, Toulouse, Octares Éditions.
  • 3  Borzeix A., Boutet J., Fraenkel B., 2005 (2001), « Introduction », in Borzeix A. et Fraenkel B. (c (...)

1La « part langagière du travail » (Boutet, 20011, 20082) constitue depuis les années 80 un objet de recherche fondamental pour tout un réseau de chercheurs appartenant à des horizons disciplinaires différents, à l’instar du Réseau Langage et Travail constitué en 1986 qui rassemble linguistes, sociolinguistes, spécialistes de sciences de la communication, ergonomes, psychologues, chercheurs en sciences de la gestion… Ce réseau propose des théories « à moyenne portée » (Borzeix, Boutet, Fraenkel, 20013) en lien avec la société et ses problématiques contemporaines en accordant une place réelle à l’Homme, l’ouvrier et à sa parole.

  • 4  Boutet J., Gardin B.; Lacoste M., 1995, « Discours en situation de travail », Langages, n° 117, p. (...)
  • 5  Boutet J. et Gardin B., 2005 (2001), « Une linguistique du travail », in Borzeix A. et Fraenkel B. (...)
  • 6  Fraenkel B., 2005 (2001), « La résistible ascension de l’écrit au travail », in Borzeix A. et Frae (...)
  • 7  Il s’agit par exemple des notes officielles, modes d’emplois, consignes…

2En partant de deux constats, l’apparition de nouvelles exigences professionnelles qui mettent l’accent sur le « capital communicatif » (Boutet, 2008) des salariés et l’intrication entre activités verbales et activités non verbales (Boutet, Gardin, Lacoste, 19954), les recherches menées dans ce cadre ont mis un point d’honneur à ne pas constituer la sphère du travail en simple terrain de recueil de données. En effet, comme le souligne Josiane Boutet : « il s’agit alors, en décrivant et en analysant les composants langagiers et communicationnels des situations de travail, d’en montrer la contribution à la réalisation du travail » (2008, p. 100). Ce parti pris scientifique associé à une collaboration interdisciplinaire nécessaire a permis l’émergence de nouvelles questions théoriques et la naissance, l’importation ou le réexamen de notions propres à certaines disciplines comme la linguistique (Boutet et Gardin, 20015), la pragmatique (Fraenkel, 20016) ou l’ergonomie. Il en va ainsi de la distinction conceptuelle entre le travail réel et le travail prescrit héritée de l’ergonomie qui a pu être utilisée avec pertinence par les linguistes dans le domaine des écrits de travail. C’est ce que constate J. Boutet lorsqu’elle distingue les écrits visibles7 et les écrits du travail réel : « Alerté grâce à l’ergonomie à la dimension du travail réel, le sociolinguiste ne se contente pas de ces écrits visibles mais tente de débusquer les écrits du travail réel : cahiers personnels, feuilles de route, petits carnets, etc. » (2008, p. 101). Ces transpositions ont suscité un nouveau champ d’interrogations sur les pratiques des chercheurs et sur leur façon d’appréhender les objets qu’ils se donnent.

  • 8  Cette introduction emploie indifféremment les formules « écrits au travail », « écrits du travail  (...)
  • 9  Bakhtine M., 1984 (1979), Esthétique de la création verbale, Paris, Gallimard.
  • 10  Fabre D., (dir), 1993, Écritures ordinaires, Paris, POL.
  • 11  Fabre D. (dir), 1997, Par écrit, ethnologie des écrits du quotidien, coll. « Ethnologie de la Fran (...)

3Sans reconduire de façon systématique la distinction proposée par J. Boutet et sans tomber dans la dichotomie désormais caduque entre écrit et oral, ce numéro 28 de Semen s’est donné un objet d’analyse au sein des genres professionnels (Boutet, 2008) : les écrits du travail. Qu’il s’agisse d’écrits professionnels à usage interne – notes, rapports, courriels, manuels… -, à destination du public – brochures, lettres d’accompagnements – ou d’écrits destinés à la sphère professionnelle… – lettres de réclamation, retour d’enquêtes de satisfaction, lettres de demande de rapatriement… –, les écrits au travail8 (Fraenkel, 2001) ont souvent été considérés comme des écrits « ordinaires » avec toute la charge connotative que peut porter ce qualificatif. La partition opérée par Bakhtine (19849) entre genres premiers et genres seconds a pu y contribuer son insu, cette distinction ayant essentiellement permis d’extraire les propriétés spécifiques de ce que l’auteur s’était donné comme objet de recherche : les genres seconds. Les contributeurs réunis dans le présent numéro partagent cette volonté de se défaire d’une définition privative qui consisterait à considérer l’écriture du quotidien comme « une écriture sans écrivain, une écriture d’amateur, une écriture du dimanche » (Fabre, 1993, p. 2610). Certes, ces écrits du quotidien (Fabre, 199711) n’aspirent ni à l’exercice scrupuleux du « bon usage » ni à la sacralisation littéraire. Mais ils fourmillent, investissent, construisent et structurent le quotidien professionnel. Ils tissent la société des discours au plus près des activités quotidiennes, professionnelles ou non, et les recherches menées dans ce domaine ont le mérite de « faire porter l’effort de connaissance sur le quotidien de nos vies de lettrés qui se déroule […] en grande partie à notre insu » (Fraenkel, 2001 : 142).

4Cette première considération est à l’origine de l’orientation thématique de ce numéro : les valeurs esthétiques, affectives, opératoires (Fraenkel, 2007), cognitives, identitaires, sociales ou pragmatiques… que ces écrits détiennent, acquièrent, créent, déplacent ou bannissent dans la sphère du travail. Depuis une trentaine d’années, des publications internes au réseau Langage et Travail ou plus indépendantes témoignent en outre de l’intérêt et de la transversalité historique et disciplinaire de cette notion de « valeur ». Comme le souligne à juste titre Sophie Pène ici même, les mutations incessantes du travail, des activités et des outils qui permettent de le réaliser ouvrent de nouveaux champs de valeurs à explorer.

  • 12  Rezsohazy R., 2006, Sociologie des valeurs, Paris, Armand Colin.
  • 13  On pense ici au processus de réécritures multiples dont fait l’objet un brief annonceur dans le ca (...)

5L’historien Rudolf Rezsohazy (200612) dont les travaux se sont orientés vers la sociologie et les sciences politiques propose une réflexion dense et synthétique sur ce concept que l’on peut rencontrer sous différentes acceptions tant en sociologie, philosophie, qu’en sciences du langage et en sciences de l’information et de la Communication, pour s’en tenir aux sciences humaines. S’il est difficile d’en proposer une définition englobante satisfaisante, il est néanmoins possible d’ouvrir la réflexion par le constat simple que les valeurs requièrent un support qui les incarnent, les rend perceptibles, les traduit. Dans le cas des écrits au travail, la question des valeurs peut se poser au niveau du document en tant que discours circulant, travaillant des normes, prescrivant des conduites ou donnant corps à une idéologie revendiquée ou rejetée par l’organisation qui le génère. Un écrit de travail comme la fiche de poste peut en outre permettre de définir l’ensemble des tâches spécifiques à un métier et détenir une valeur identitaire et juridique. Cette question peut également se poser par le biais des porteurs de valeurs c’est-à-dire des acteurs individuels ou collectifs qui investissent délibérément ou non leurs écrits de leurs propres valeurs ou de celles qu’ils prêtent à leur lecteur ou à l’opinion commune. De ce point de vue, la valeur d’un écrit de travail peut aussi être assimilée au jugement que ceux-ci portent sur les écrits qui font leur quotidien professionnel. Penser la ou les valeur(s) d’un écrit de travail peut en outre susciter une réflexion sur le processus auquel celui-ci prend part : ainsi, la valeur attribuée sera fonction du statut, de la fréquence d’utilisation ou de la pertinence du document par rapport à l’action menée. Elle peut être inférée en observant l’évolution, les modifications, les réécritures que le document subit selon l’étape à laquelle il intervient et la nature de la chaine d’écriture ou du processus13 qu’il intègre, qu’il s’agisse d’une écriture collaborative ou d’un processus de conception de produit. Enfin, la valeur d’un écrit de travail peut être appréhendée par le lien que celui-ci entretient avec les interactions orales qui ont cours dans une organisation, un service ou, par exemple, lors d’une réunion du personnel.

  • 14  Nous regrettons vivement l’absence de Josiane Boutet et Béatrice Fraenkel qui avaient toutes deux (...)

6Cette livraison de SEMEN se veut une contribution aux recherches menées dans ce cadre et propose un espace de renouvellement et de prolongement de la réflexion en croisant un objet, les écrits de travail, et une notion, la valeur. Les contributeurs14, chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication et Sociologues, appartiennent au réseau Langage et Travail, collaborent régulièrement avec ses membres ou s’y réfèrent dans leurs travaux. Ils se côtoient tout au long de ce numéro pour nourrir la problématique initiale à travers une hétérogénéité des objets et des points de vue.

7Trois contributions interrogent des écrits de travail « traditionnels » et ont le mérite d’éclairer, sous l’angle de leur(s) valeur(s), le fonctionnement de pratiques plus ou moins familières.

8Le premier article est centré sur la performativité des écrits juridiques. À partir d’une récente enquête auprès d’huissiers de justice, David Pontille (EHESS – CNRS) analyse l’écrit juridique par le biais de la notion d’ “acte” qui désigne l’accomplissement d’une action par un professionnel du droit mais également le document qu’il produit au moment même ou à la suite de son intervention. Dans ce cadre, les écrits apparaissent comme des éléments graphiques ayant une certaine signification et comme des objets dont la matérialité participe étroitement de leur consistance et de leur valeur. D. Pontille montre comment un écrit acquiert progressivement une valeur juridique et s’intéresse également à un cas d’acte défectueux dans le cadre d’un processus avorté. L’auteur s’interroge ensuite sur les activités déployées pour restaurer un acte d’huissier en saisissant les opérations textuelles et matérielles nécessaires pour que cet écrit retrouve sa capacité d’action juridique et sa valeur performative.

9C’est le rôle d’agent du journal de communication interne sur le terrain de la direction régionale d’une entreprise française, leader mondial des services à l’environnement, que propose de questionner Laurent Morillon (Université de Toulouse 3) en prenant appui sur une vision managériale qui considère le journal de communication interne comme un écrit recouvrant une valeur stratégique dans l’entreprise. Afin d’étudier comment le journal est « investi » et comment, en retour, il « investit » l’organisation, l’auteur opère un repérage de deux phénomènes symptomatiques de cette agentivité : la mise en relation de l’organisation et de son personnel dans une construction sociale non restreinte à la transmission d’informations d’une part et la mise en récit d’autre part, le journal étant dépositaire d’un certain nombre de contenus symboliques et de représentations destinés à unifier spatialement, temporellement et socialement les groupes de travail.

  • 15  Le corpus sur lequel se fonde cette étude a été recueilli aux archives du Centre d’Accueil et de T (...)

10Parmi tous les documents et les textes qui accompagnent les rapatriés tout au long de leur retour et de leur réinsertion en France, Axel Pohn Weidinger (Université de Paris VIII), proche collaborateur de Jean-François Laé, s’intéresse quant à lui à trois séries d’écritures qui renvoient à trois moments et lieux de prise d’écriture différents mais qui gravitent toutes autour du problème de l’absence d’une famille à reconstituer15. Dans les lettres de demande de rapatriement envoyées depuis le pays d’origine, les grilles d’observation des rapatriés constituées par les éducateurs lors de l’accompagnement et les cartes postales envoyées à l’équipe par les rapatriés après leur séjour au Centre, c’est le modèle familial de protection et d’éducation qui se tient à l’arrière-plan, sorte de point de fuite de la prise en charge et de l’action éducative mises en place dans le cadre du dispositif de rapatriement. En balayant différentes étapes du « parcours de prise en charge par l’Institution », Axel Pohn montre que ces écrits participent d’une longue procédure de substitution à la famille.

11Les quatre autres contributions de ce numéro s’intéressent à des écrits émergents :

12Arlette Bouzon, (Université de Toulouse 3) propose de pénétrer à l’intérieur d’une activité de conception à partir desbrouillons, compte-rendus, plans, analyses, plannings… L’auteur montre que ces écrits recouvrent des valeurs diverses : ceux-ci sont considérés tantôt comme des analyseurs du processus de conception, des traducteurs plus ou moins fidèles de l’activité ou de l’état des relations entre les acteurs et de la représentation en cours du nouveau produit, tantôt comme médiateurs de l’activité socio-cognitive des concepteurs et comme des supports de mémoire ou de l’action, permettant de décharger les acteurs de certaines tâches et de structurer leurs activités. Le propos d’A. Bouzon dépasse la valeur opératoire de ces objets et l’auteure montre en définitive que la qualité communicationnelle de ceux-ci est très variable.

13Jérôme Denis (TELECOM ParisTech)appréhende la sécurité informatique comme un monde où la question de la valeur est essentielle : il s’agit en effet d’un domaine où se pose sans cesse la question de l’évaluation des données électroniques et informatiques à protéger face à l’éventualité de vol, d’espionnage, de perte ou de dégradation. Adoptant une posture qui considère que la ou les valeur(s) d’un écrit de travail se rapporte(nt) aux préoccupations directes des personnes observées, J. Denis part d’une série d’entretiens menés auprès de responsables informatiques et d’utilisateurs de quarante-trois entreprises. Il montre que ce domaine constitue un registre de valeurs spécifiques – ancrage dans l’activité, duplication… - pour les écrits de travail et dresse ainsi un panorama des formes de qualification des écrits électroniques au travail.

14Sophie Pène (Université René Descartes Paris 5)qui représente ici le Réseau Langage et travail part du constat selon lequell’écrit a été le moyen du passage au capitalisme dit cognitif : la valeur des biens produits dépend dès lors de la documentation, de la communication, de la conception, de "l’intelligence" qui leur sont associées et dont la substance est le plus souvent contenue dans des écrits. Le secteur de l’industrie spatiale auquel se consacre son analyse traverse une crise profonde. L’écriture collective, le travail coopératif, l’innovation ouverte font partie des moyens sollicités pour aider l’entreprise à explorer un futur devenu illisible et très menaçant. L’étude de ces écrits d’exploration permet de défendre, au-delà de ce cas singulier, l’hypothèse selon laquelle les nouveaux modes d’écrits sont le symptôme d’une recherche de création de valeur et de nouveaux modèles productifs.

15Enfin, Pascale Vergely (Université de Toulouse 2)interroge les manuels de communications téléphoniques mis en place dans le cadre de la formation initiale des élèves à l’Ecole Nationale de l’Aviation Civile (ENAC) et plus précisément les consignes de communication idéalisée dont elle constate qu’elles sont sans cesse réadaptées par les contrôleurs qui sont constamment confrontés à des situations de coordinations atypiques. Elle propose une réflexion sur le rapport à la norme et à la variation à partir d’extraits de communications réelles en situation de travail et montre que le manque de normes écrites spécifiques dans les coordinations entre contrôleurs aériens, corrélé aux différentes formations dispensées pour les contrôleurs civils, militaires ou étrangers, peut donner lieu à des déviances terminologiques entraînant des ambiguïtés dans les communications. La place et le rôle de l’écrit (et donc des consignes) dans cette activité de travail sont de fait déterminants.

16Cette livraison de Semen permet donc d’embrasser une grande variété d’écrits de travail et d’orientations de recherche. Distinguant, pour les besoins d’une organisation satisfaisante des contributions, les écrits traditionnels et les écrits émergents à l’intérieur de cette étiquette générique, ce numéro a notamment pour objet de pointer le dynamisme des recherches, la richesse des pratiques d’écritures en milieu professionnel et leurs constantes évolutions. Il ambitionne enfin de réaffirmer la pertinence scientifique d’une notion, qui, bien qu’utilisée souvent sans grande spécification, conserve encore toute sa validité et mérite l’intérêt des chercheurs pour son adaptabilité et son important potentiel de renouvellement.

Haut de page

Notes

1  Boutet J., 2001, « La part langagière du travail : bilan et évolution », Langage et Société, n° 98, Paris, p. 17-42.

2  Boutet J., 2008, La vie verbale au travail, Toulouse, Octares Éditions.

3  Borzeix A., Boutet J., Fraenkel B., 2005 (2001), « Introduction », in Borzeix A. et Fraenkel B. (coord.), Langage et Travail, Communication, cognition, action, Paris, CNRS Éditions, p. 9-17.

4  Boutet J., Gardin B.; Lacoste M., 1995, « Discours en situation de travail », Langages, n° 117, p. 68-85.

5  Boutet J. et Gardin B., 2005 (2001), « Une linguistique du travail », in Borzeix A. et Fraenkel B. (coord.), Langage et Travail, Communication, cognition, action, Paris, CNRS Éditions, p. 89-111.

6  Fraenkel B., 2005 (2001), « La résistible ascension de l’écrit au travail », in Borzeix A. et Fraenkel B. (coord.), Langage et Travail, Communication, cognition, action, Paris, CNRS Éditions, p. 113-142.

7  Il s’agit par exemple des notes officielles, modes d’emplois, consignes…

8  Cette introduction emploie indifféremment les formules « écrits au travail », « écrits du travail » et « écrits de travail ».

9  Bakhtine M., 1984 (1979), Esthétique de la création verbale, Paris, Gallimard.

10  Fabre D., (dir), 1993, Écritures ordinaires, Paris, POL.

11  Fabre D. (dir), 1997, Par écrit, ethnologie des écrits du quotidien, coll. « Ethnologie de la France », cahier n° 11, Paris, Éd. de la MSH.

12  Rezsohazy R., 2006, Sociologie des valeurs, Paris, Armand Colin.

13  On pense ici au processus de réécritures multiples dont fait l’objet un brief annonceur dans le cadre d’une conception publicitaire.

14  Nous regrettons vivement l’absence de Josiane Boutet et Béatrice Fraenkel qui avaient toutes deux répondu à notre sollicitation avec enthousiasme. Malheureusement, pour des raisons personnelles que nous comprenons, la co-directrice de rédaction de Langage et Société et la directrice de l’équipe « Anthropologie de l’écriture » (IIAC-UMR CNRS-EHESS) n’ont pas été en mesure de contribuer à ce numéro.

15  Le corpus sur lequel se fonde cette étude a été recueilli aux archives du Centre d’Accueil et de Transit du Centre d’Entraide aux Français Rapatriés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Séverine Equoy Hutin, « Présentation », Semen, 28 | 2009, 7-13.

Référence électronique

Séverine Equoy Hutin, « Présentation », Semen [En ligne], 28 | 2009, mis en ligne le 22 octobre 2010, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/semen/8754 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.8754

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search