Navigation – Plan du site
Rencontres et voyages

Analyse du discours en République démocratique du Congo : état des lieux

Antoine Musuasua Musuasua
p. 41-52

Résumés

L’analyse du discours est introduite en République démocratique du Congo par les enseignements et les recherches de V.Y. Mudimbe à l’Université de Lubumbashi en 1970 au retour de sa formation de romaniste en Europe. Trois périodes, dont la dernière ouvre l’analyse du discours à tous les domaines de la vie sociale, constituent les étapes de l’évolution de cette discipline en République démocratique du Congo. La première période (1970-1980) correspond à l’initiation aux méthodes d’analyse du discours, tandis que la deuxième, qui s’étend de 1980 à 1997, est affectée par des mutations politiques du pays.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Dans son article intitulé « Les théories sur le vocabulaire. Eléments pour une synthèse » (1978 : 77), Jacqueline Bastuji affirme que le Cours de linguistique générale propose deux hypothèses d’une remarquable fécondité. D’abord la langue est un système synchronique dont les unités se déterminent par le seul jeu de leurs rapports internes. Ensuite ces rapports sont doublés pour chaque unité : les uns s’établissent horizontalement sur l’axe syntagmatique des enchaînements, et les autres verticalement sur l’axe paradigmatique des associations, c’est-à-dire des substitutions virtuelles.

2Cette affirmation révèle l’importance de l’unité lexicale dans la structuration et/ou la déstructuration du tissu discursif à considérer, et en configure en même temps le sens et la signification. Davantage, ceux-ci se déterminent par la distribution et les relations d’opposition pertinente ou d’équivalence des unités lexicales. Celles-ci intéressent Vumbi Yoka Mudimbe qui, pour faciliter la rédaction de sa thèse en lexicologie consacrée au champ sémantique du mot air en latin, en grec et en français, complète sa formation de romaniste en Europe par des études de linguistique et de sociologie.

3En 1970, il rentre au pays où il mène de front ses enseignements et ses recherches. Il va donc être le pionnier de l’analyse du discours (AD) en République démocratique du Congo (RDC).

4Je voudrais parler dans ce travail de l’histoire de l’AD en RDC. Il paraît – selon les spécialistes de la linguistique historique – que les faits linguistiques sont étudiés aussi bien diachroniquement que synchroniquement. Raison pour laquelle, chaque fois que les faits le permettront, je ne manquerai pas d’évoquer la question de la disparité dans l’ensemble du tissu organique qui constitue l’AD en RDC.

5La présente étude comprend trois périodes correspondant aux différentes étapes de l’évolution de l’AD dans ce pays. La première s’étend de 1970, année d’initiation des étudiants de l’Université de Lubumbashi à cette discipline sous la direction de Mudimbe, à 1980, année de son exil personnel pour des raisons non révélées officiellement. La deuxième période va de son exil à l’année 1997. Cette année coïncide avec les mutations politiques intervenues en RDC. La troisième période enfin, part de l’avènement de la Troisième République à nos jours.

2. Analyse du discours de 1970 à 1980

6Cette étape correspond à la période d’initiation aux méthodes d’AD en RDC. Comme je l’ai dit, c’est Mudimbe qui, le premier, introduit les recherches en AD au Congo (qui est encore le Zaïre à l’époque) après sa courte formation en Europe où il soutient sa thèse à l’Université catholique de Louvain sous la direction de Willy Bal. Il devient alors professeur de lexicologie à l’Université Lovanium de Kinshasa, dont la Faculté des Lettres sera transférée à Lubumbashi.

7En effet, les recherches sur le vocabulaire politique du Congo/Zaïre, ainsi que l’affirme Nyunda Ya Rubango (1976 : 46), sont lancées par Mudimbe à l’Université Lovanium de Kinshasa, au cours de l’année universitaire 1970-1971, dans le cadre d’un séminaire de 2e cycle qui réunit linguistes, politologues et psychologues. Ce qui reflète déjà le caractère pluridisciplinaire de l’AD.

8Pendant sa formation, il s’est intéressé aux travaux du premier colloque de lexicologie politique de Saint-Cloud (1968) publiés dans la revue Les cahiers de lexicologie. On pouvait y lire un article de Jean Dubois intitulé « Lexicologie et analyse d’énoncé », où l’analyse du vocabulaire était présentée comme une partie de l’analyse des performances verbales, c’est-à-dire du discours, excluant la possibilité d’isoler l’analyse du vocabulaire de l’analyse des énoncés.

9Ce dernier principe a beaucoup intéressé Mudimbe, qui fera du mot le point d’ancrage de l’AD au Congo/Kinshasa. Ce qui, plus tard, suscitera un intérêt accru des chercheurs s’intéressant à la sociolinguistique : le mot, un désignatif abstrait acquiert sa véritable valeur dans l’énoncé grâce au phénomène d’énonciation.

10S’inspirant des modèles des Cahiers de lexicologie, Mudimbe initie dans les années 70 des recherches sémantiques et lexicales qui s’inscrivent dans la tradition philologique. Celle-ci exige l’intelligence du texte par l’analyse des contenus formel et fonctionnel. Ce qui implique la connaissance grammaticale, lexicale, syntaxique de la langue.

11L’on sait que son portrait intellectuel porte les marques de divers maîtres, notamment Louis Althusser qui associe le concept d’idéologie emprunté au marxisme à celui d’inconscient, objet de la psychanalyse ; Michel Foucault qui s’interroge sur les rapports entre pratiques discursives et pratiques sociales ; et Jacques Lacan dont l’approche a le mérite d’intégrer la linguistique saussurienne dans la reprise de Freud et d’aborder la folie, autant qu’elle permet de comprendre l’être de l’humain.

12Mudimbe s’est aussi intéressé aux travaux de Harris : la traduction française de « Discourse analysis » (1959 [1956]) a captivé son esprit. Mais, dans ses travaux, il emprunte sa méthode à Dubois qui part des principes généraux énoncés par Harris : la segmentation et les transformations, et il inscrit dans cette opération grammaticale l’analyse du sens.

13Il est alors intéressant de se poser des questions sur les fondements de la recherche de Mudimbe. Partant des écrits et des discours politiques des Congolais, Mudimbe cherchait à savoir si le vocabulaire politique du Congo était différent de celui des autres pays francophones, en l’occurrence la Belgique et la France ; s’il était organisé autrement et s’il était influencé par les langues et les cultures congolaises.

14Mais, dans la recherche d’une originalité par rapport à ses formateurs occidentaux, Mudimbe introduit dans l’analyse du discours les techniques de l’imaginaire (études des images significatives et des représentations) et de l’argumentation. Cette étude analytique avec des détails grammaticaux n’avait pas de jonction avec les enjeux idéologiques et politiques du pays. C’est notamment le cas des articles publiés en 1973, 1976 et 1978, respectivement dans les revues Linguistique et Sciences humaines, Centre d’études de linguistique théorique et appliquée (Celta), et Recherche linguistique.

15Certains travaux parmi tant d’autres menés par les étudiants portaient sur l’étude formelle du vocabulaire (champ lexical, dérivation, composition). A ce sujet, Sesep N’Sial (1993 : 39) note que « la morphologie se ramène à l’étude des procédés formels de créativité et d’enrichissement lexical ainsi du système des genres […] et que des recherches ont prouvé que le vocabulaire ou mieux le lexique du français zaïrois provient de diverses sources et peuvent être structurés selon plusieurs critères dont le critère morphologique ». Aussi donne-t-il l’exemple des opérateurs nominaux verbaux, suffixés ou préfixés de quelques mots, parmi lesquels Zaïre : zaïrois, zaïroiserie, zaïriser, zaïrisme, zaïrianisme, zaïrianéité, zaïrologuezaïriades, zaïrianiser.

16On voit déjà, à ce niveau, le manque d’intérêt de Mudimbe pour la politique active de son pays, ou son refus de s’y engager.

17Ses études se situent à cheval entre plusieurs disciplines : philosophiques, économiques et sociologiques. C’est dans ce sens que la thèse de Nyunda Ya Rubango, parmi les travaux du début, sur l’Analyse du vocabulaire politique du Zaïre (1960-1965), ouvre de nouvelles perspectives. On peut aussi citer, en 1980, la thèse de Ntamunoza Mambo-Mbili, Vocabulaire et idéologie dans la chronique de la société des missionnaires d’Afrique (1892-1900), et celle de Matumele Maliya sur l’Analyse linguistique du discours politique de « Notre Kongo » (1959-1960).

18Les études d’AD, orientées vers l’imaginaire (la rhétorique) et la sémantique du discours, vont attirer l’attention des chercheurs : elles montrent comment le vocabulaire, les images et les figures du discours sont assumés par la langue pour exprimer les sentiments, indiquer les positions sociale et culturelle, révéler les objectifs d’un groupe. Cette voie conduit à appréhender ce que le comportement linguistique des groupes sociaux révèle de spécifique et de particulier.

19La démarche circonscrit donc la description du langage, la découverte des valeurs d’emplois marqués dont le langage est investi par le biais de certaines réalités extralinguistiques.

20Dès lors, l’analyse fait ressortir les fonctions assignées au langage : mettre en lumière la manière dont certaines normes socioculturelles assujettissent le langage et déterminent le comportement linguistique. A ce sujet, Matumele étudie la spécificité du discours politique de Notre Kongo, une revue de l’époque coloniale, dans son originalité par rapport au discours politique occidental. Il s’écarte de la démarche lexicologique classique et prend en compte tout ce qui entre en jeu dans l’acte de communication : les faits de langue, les déterminations psychologiques et sociopolitiques qui influencent le locuteur, bref le contexte dans lequel le discours est produit. C’est déjà une disparité dans le principe posé au départ, celui de la démarche lexicologique.

21Enfin, pendant cette période, les études menées dans le cadre de l’AD visaient la recherche de l’originalité du discours politique congolais. Aussi recherchait-on des marques particulières au niveau des associations, des identifications et des oppositions entre le vocabulaire politique et les images significatives ; des créations nouvelles aussi par rapport au vocabulaire politique de la langue française. Un extrait du discours de p. E. Lumumba prononcé le 30 juin 1960 marque l’opposition entre colonisé et colonisateur et permet d’apprécier les spécificités du discours au niveau des associations et /ou oppositions :

Ce qui fut notre sort en 80 ans de régime colonialiste, nos blessures sont trop fraîches et trop douloureuses encore pour que nous puissions les chasser de notre mémoire. Nous avons connu le travail harassant exigé en échange de salaires qui ne nous permettaient ni de manger à notre faim, ni de nous vêtir ou de nous loger décemment, ni d’élever nos enfants comme des êtres chers. Nous avons connu les ironies, les insultes, les coups que nous devions subir matin, midi et soir, parce que nous étions des nègres. Qui oubliera qu’à un noir on disait « Tu », non certes comme à un ami, mais parce que le « Vous » honorable était réservé aux seuls blancs ?
Nous avons connu nos terres spoliées au nom de textes prétendument légaux, qui ne faisaient que reconnaître le droit du plus fort, nous avons connu que la loi n’était jamais la même, selon qu’il s’agissait d’un blanc ou d’un noir, accommodante pour les uns, cruelle et inhumaine pour les autres. Nous avons connu les souffrances atroces des relégués pour opinions politiques ou, croyances religieuses : exilés dans leur propre patrie, leur sort était vraiment pire que la mort même. Nous avons connu qu’il y avait dans les villes des maisons magnifiques pour les blancs et des paillotes croulantes pour les noirs : qu’un noir n’était admis ni dans les cinémas, ni dans les restaurants, ni dans les magasins dits européens, qu’un noir voyageait à même la coque des péniches au pied du blanc dans sa cabine de luxe.
Qui oubliera, enfin, les fusillades où périrent tant de nos frères, ou les cachots où furent brutalement jetés ceux qui ne voulaient pas se soumettre à un régime d’injustice ?
(cité dans Van Lierde J., 1963, La pensée politique de Patrice Lumumba, Paris, Présences Africaine,   198-199).

22Dans ce texte, nous pouvons en effet remarquer que le blanc élevé à l’honorabilité est désigné par « vous », le « tu » de mépris étant utilisé à l’égard des Noirs. Les mélioratifs sont associés au désignatif blanc et les dépréciatifs au désignatif noir. Mais les expressions souffrances atrocespaillotes croulantes, coque des péniches et l’adjectif inhumaine se trouvent ainsi opposés à cabine de luxe, magnifiques, cruelle.

23Mais le départ de Mudimbe du pays en 1980, pour des raisons personnelles, décourage les disciples qui, sous la pression sans doute des politiques congolais, ne peuvent analyser les textes non conformes aux opinions des gouvernants. Ce qui préfigure un vide dans l’exercice de l’AD.

3. Période de 1981 à 1997

24Cette période est relativement peu productive de travaux en AD. C’est peut-être aussi une question de recherche de la nouveauté : on a étudié, suivant les époques, les emprunts, les interférences, le vocabulaire politique, la grammaire générative, etc. Avec le vent de la Perestroïka, la plupart des intellectuels se lancent dans la politique active. Les chercheurs ne bénéficient pas de financements, les étudiants n’ont pas de bourse. Autant de facteurs qui expliquent a posteriori la léthargie au niveau de la recherche universitaire nationale.

25Néanmoins, quelques travaux élaborés à l’étranger peuvent être cités en cette période. En 1983, à l’Université de Bordeaux III, en France, Romain Kasoro Tumbwe présente les résultats de ses recherches sur le vocabulaire de la rébellion à l’Est du Congo pendant les années 1964-1965. Dans l’analyse, il tient compte non seulement du sens des mots dans les discours (emplois, valeur, champs sémantique et lexical, définitions des concepts), mais aussi de leurs fonctions discursives, de leurs rapports avec l’idéologie des discours, de l’effet de l’idéologie sur le(s) sens des mots. Il se propose ainsi de dégager le contenu idéologique de ces discours et d’en découvrir la sémantique.

26En effet, « pour apprécier des comportements ou des hommes politiques, Notre Kongo se réfère soit au passé glorieux kongo, soit à la tradition, bref à la culture kongo. Celle-ci est magnifiée ; tout ce qui fait partie de la culture kongo fait l’objet d’éloge. A tel point qu’il y a une sorte d’équation des discours de Notre Kongo : la culture kongo est bonne, donc le comportement politique des Bakongo est bon. » (Matumele Maliya, 1980 : 294).On peut aussi découvrir dans Notre Kongo la valeur de manquement moral accordée au mot « péché » :

Ainsi Paul Bolya se sent absous de son péché, car demander l’indépendance quand on appartient à un parti à la solde de l’Administration coloniale, c’est vraiment un péché mortel (17 février 1960, p. 3).

Ironie du sort, M. Kanza est puni par où il a péché (3 avril 1960, p. 5).

27Encore une fois, il s’agit de la spécificité du vocabulaire politique (de la rébellion de l’Est, différent des discours de leurs adversaires) ou encore du vocabulaire des groupes politiques. Ce qui augure une disparité entre l’appartenance politique et le vocabulaire utilisé. Le vocabulaire est ainsi adapté à l’expression des besoins, des préoccupations, des objectifs ou idéaux des groupes.

28La même année, à la Sorbonne nouvelle, à Paris, Bajana Kadima Tshimanga analyse les écrits d’évolués congolais parus dans La Voix du Congolais, une revue de l’époque coloniale de janvier 1945 à décembre 1959. Il s’agissait du vocabulaire des associations culturelles (entre autres) ou plutôt des groupes représentés par des partis politiques.

29Dans les travaux réalisés en France, la démarche est principalement lexicologique et vise l’appréhension du sens des mots dans les productions orales et/ou écrites des groupes sociaux et politico-militaires de la République démocratique du Congo pendant ou après la période coloniale. Le travail d’Ilunga Kandolo, présenté à Rouen, en 1994, sur le discours politique de Lumumba (1958-1961), plonge le lecteur dans une analyse basée sur le modèle de la grammaire générative et transformationnelle. On se trouve en présence des concepts et des règles élaborés pour le fonctionnement linguistique des objets linguistiques. L’étude s’organise ainsi autour de la syntaxe considérée comme « lieu théorique central où s’articulent les concepts de structure profonde et de structure superficielle » (Slakta 1971 : 62). C’est encore l’univers sociopolitique du Congo de la période coloniale et postcoloniale, qui est le centre de l’activité discursive.

4. Période de 1997 à 2009

30La reprise de la coopération internationale grâce au changement de régime intervenu le 17 août 1997 marque un fait déterminant pour la relance de la recherche en RDC. Des projets sont mis à jour. L’AD se libère des carcans politiques. Elle traite de toute matière, sans limites. Les discours politiques non favorables au régime peuvent être analysés sans crainte de poursuite de l’analyste par la police politique.

31Entretemps, les sociolinguistes analystes du discours congolais prennent en compte les apports de la sociologie, de la psycholinguistique, de l’anthropologie et de la science politique africaine lors des études d’AD, et ils tiennent à l’adoption d’une position critique vis-à-vis des réflecteurs épistémologiques et méthodologiques. Dans cette voie, s’inscrivent les travaux de François Mpamba (2002), qui, dans sa thèse sur l’Analyse du discours syndical en République Démocratique du Congo (1960-1986). Essai de sociolinguistique praxéologique, paraît répondre à l’une des préoccupations des chercheurs sociolinguistes.

32Cette thèse, en effet, intègre dans ses réflecteurs épistémologiques et méthodologiques un procédé de la sociologie du langage, en l’occurrence la méthode praxéo-interdiscursive initiée par Kambaji wa Kambaji (1985 et 1997) dans la praxéologie du langage. Celle-ci considère que le discours ou toute production langagière est une « praxis », c’est-à-dire une action susceptible de provoquer des transformations sociales sur terrain. Cette méthode, qui, selon Kambaji wa Kambaji (2006 : 96-99), facilite la découverte du sens sociologique du discours, est une démarche théorique et appliquée ; et elle permet de reconstituer la raison d’être de valeurs sociales et culturelles qui sous-tendent les œuvres significatives. Elle comprend des opérations d’identification, de thématisation et de classement. La première opération s’intéresse aux indices syntagmatiques et paradigmatiques dans la mise en relation des segments langagiers avec le savoir partagé d’une communauté. La thématisation consiste dans la rétention des thèmes récurrents dans le discours ; le regroupement des séquences significatives à analyser constitue l’essentiel de l’opération de classement. C’est finalement la reconstitution du sens sociologique ou praxéologique des pratiques langagières qui devient le fondement de la recherche.

33Dans cette veine, François Mpamba analyse le discours syndical congolais pluraliste (1960-1967) et unitariste (1967-1986). Le discours pluraliste constitue le reflet de la période du pluralisme syndical au Congo, alors que le discours unitariste représente l’espace du monolithisme syndical.

34En effet, avec l’accession du pays à l’indépendance, les structures politiques sont encore démocratiques, puisque les Assemblées provinciales continuent à siéger. Il faut attendre deux ans après le coup d’Etat militaire du 24 novembre 1965 pour voir le pays tomber dans la dictature avec la création du Corps des Volontaires de la Révolution (CVR), qui sera transformé en Mouvement Populaire de la Révolution (MPR), organe du futur parti-Etat.

35François Mpamba compare les deux sortes de discours du point de vue sociolinguistique et praxéologique.

36Mais la question principale est restée la même depuis 1970 : elle consiste dans la recherche des spécificités du discours (dans ce contexte, syndical pluraliste ou unitariste) congolais, leurs contrastes et leurs convergences au niveau sociolinguistique et praxéologique. Et l’on peut se demander si ces deux types de discours évoquent une symbolique de libération ou une représentation de la marginalisation du peuple.

37C’est dans l’optique de la libération des Congolais qu’Alexis Matangila Ibwa travaille en 2004 sur Les enjeux de l’analyse pragmatique du discours des Eglises de réveil en République Démocratique du Congo. Dans sa démarche qui est pragmatique, l’auteur subdivise d’abord le champ idéologique du christianisme en plusieurs formations discursives antagonistes dont l’Eglise catholique, l’Eglise protestante, les Eglises de réveil et le kimbanguisme. Ensuite, il pose l’hypothèse selon laquelle chaque formation discursive détient une enveloppe spécifique de données lexicologiques, une grammaire particulière du discours et ses propres stratégies langagières. Ses recherches ont essentiellement porté sur l’analyse du discours des Eglises de réveil grâce à une grille analytique ancrée dans l’énonciation et la pragmatique argumentative.

38Me conformant au modèle classique de l’AD, j’ai étudié, en 2006, Le vocabulaire politique des leaders nationalistes congolais : de p. E. Lumumba à L.D. Kabila. J’ai décrit le contexte sociopolitique dans lequel ont évolué les leaders politiques et j’ai présenté les conditions de production des discours avant d’en établir les genres. Puis, à partir de la syntaxe, j’ai étudié la fonction (des mots révolution, indépendance, ennemi, libération, etc.) qui traduit le rôle des référents, et détermine le contenu idéologique des mots du discours.

39Cette démarche facilite la connaissance de l’évolution du sens des mots en République démocratique du Congo et contribue à l’histoire des idées politiques et à la connaissance des usages linguistiques du Congo.

40Actuellement, à l’Université de Lubumbashi où V.Y. Mudimbe avait initié les recherches en AD, un vide s’est créé dans ce domaine ; et des chercheurs ne semblent pas s’y intéresser. Ceux-ci envisagent la pragmatique comme méthode et la sociolinguistique comme discipline. La pragmatique joue de cette manière un rôle important dans l’organisation de la recherche à Lubumbashi.

41En revanche, à l’Université de Kinshasa, autour de R. Kasoro Tumbwe, un laboratoire s’organise et se fixe pour objectifs la constitution d’une banque de données et des corpus sur le discours social et culturel congolais, la description et l’analyse de différents types de discours produits en République démocratique du Congo et l’étude de leurs procédés interactifs et cognitifs. Le laboratoire vise aussi l’amélioration de la connaissance des représentations des sociétés africaines, et croit, de cette manière, éclairer les opinions, les idées, les mentalités et les faits sociaux que véhicule le discours social.

42De son côté, Léonce Bouka mène avec des groupes d’étudiants, des recherches éparses en statistique linguistique. Il examine les productions culturelles africaines et en évalue la valeur à partir des calculs des produits matriciels.

5. En conclusion

43L’analyse du discours en RDC s’occupe des vocabulaires politique et social. Les mots sont employés dans des énoncés et se rapportent aux structures et institutions politiques et religieux, aux idéologies et aux formes de gouvernement. Ils sont, en fait, inséparables des constructions phrastiques auxquelles ils sont associés.

44Le triptyque « colonialisme – indépendance – nationalisme » résume ces études du discours de 1970 à 1997. Les emprunts aux langues nationales et l’emploi des procédés sémantiques d’extension et de restriction de métaphore favorisent une abondante créativité lexicale.

45L’AD traite donc des spécificités du vocabulaire congolais. Elle soulève la question de l’interprétation des énoncés produits ou effectivement réalisés et s’appuie notamment sur la syntaxe et la sémantique en vue de la découverte des valeurs assignées aux mots et aux énoncés considérés.

46Mais les travaux réalisés à partir des années 2000 prouvent, par la diversité des contenus de leur analyse, que l’AD ressemble à une discipline carrefour de la linguistique où la grammaire, la syntaxe, la pragmatique et la sociolinguistique concourent à la véritable expression du sémantisme discursif.

47On peut aussi constater qu’en RDC, l’AD n’a pas connu une évolution systématique des principes méthodologiques de fond. Le cheminement s’apparente, dans la quasi-totalité des cas, aux modèles d’analyse préconisés par les différents Centres de recherches qui ont émaillé les écrits français en AD : déstructurer le texte pour rendre plus visible sa lisibilité. C’est justement ce principe contenu dans les textes de Harris (1951), repris par Dubois (1962 ; 1968) et ses disciples, et vulgarisé par Régine Robin (1973) qui conditionnent la diversité des orientations des recherches actuelles en AD en RDC.

48Actuellement, les analyses en RDC se focalisent sur le discours politique, religieux et syndical. Sur le plan théorique, l’interaction, la sociolinguistique, la rhétorique et la sémantique constituent l’essentiel des préoccupations du groupe de l’Université de Kinshasa dont les recherches visent la découverte d’une méthode à appliquer aux réalités congolaises des discours.

Haut de page

Bibliographie

Bastuji, J. (1978), « Les théories sur le vocabulaire. Éléments pour une synthèse », Pratiques, n° 20, 75-89.

Dubois, J. (1969), « Lexicologie et analyse d’énoncé », Cahiers de lexicologie, vol. XV- 2, 115-126.

Dubois, J. (1962), Le vocabulaire politique et social en France de 1869 à 1872, Paris, Larousse.

Harris, Z.S. (1969), « Analyse du discours », trd. Fr. , Langages, 13, 8-45 (1ère éd. 1952), « Discourse analysis », Language, vol. 28, 1-30).

Ilunga, Kandolo, L.M. (1994), Le discours politique de Patrice Lumumba (1958-1961). Essai d’analyse linguistique, thèse inédite, Rouen.

Kadima, Nzuji Mukala et GBANOU, Sélom Komlan (2003), L’Afrique au miroir des littératures. Mélanges offerts à V.Y. Mudimbe, Paris, l’Harmattan.

Kadima, Tshimanga (1983), L’Univers sociopolitique de l’évolué Congolais en 1955 et 1958. Une étude du vocabulaire de la voix du Congolais, Thèse inédite, Sorbonne (Paris III).

Kadima, Tshimanga (1984), « Le vocabulaire nationaliste zaïrois dans les discours mobutiens (1965 – 1975) », Nationalisme. Racisme. Sexisme dans les mots du discours politique contemporain, 3ème colloque International de lexicologie politique, 10-13 Septembre 1984.

Kambaji, wa Kambaji (1985), La symbolique de la domination coloniale et néocoloniale au Zaïre (1956-1962). Contribution à l’explication de l’ordre social à la lumière des discours des colonisateurs, de Kasavubu, de Lumumba et des syndicalistes, thèse inédite, Lubumbashi.

Kambaji, wa Kambaji (2006), Dictionnaire critique du kambajisme. Pour mieux comprendre la société, ses maîtres oppresseurs et ses peuples opprimés à la lumière de la praxéologie sociologique, Kinshasa, Editions La Dialectique.

Kasoro, Tumbwe (1983), Vocabulaire politique et idéologie. Etude des discours politiques de la rébellion de l’Est du Congo (Zaïre), Thèse inédite, Université de Bordeaux III.

Kasoro, Tumbwe (1988), La Rébellion congolaise (Zaïre) de 1964 à 1965. Etude des discours politiques, Thèse inédite, Université de Bordeaux III.

Matangila, Ibwa A. (2004), Les enjeux de l’analyse pragmatique du discours des églises de réveil. Etude d’un discours en milieu diglossique, Thèse inédite, Université de Kinshasa.

Matumele, Maliya (1980), Analyse du discours politique de « Notre Kongo » (1959-1960), Thèse inédite, Lubumbashi.

Maziere, F. (2005), L’analyse du discours, Paris, PUF, « Que sais-je ? »

Mpamba, Kamba-Kamba (2002), Analyse du discours syndical en R.D.C (1960-1986). Essai de sociolinguistique praxéologique, thèse inédite, Lubumbashi.

Mudimbe, V.Y. (1973), « Recherches sur le vocabulaire politique », Linguistique et sciences humaines, I., Lubumbashi ,Celta. 

Mudimbe, V.Y. et al. (1976), Le vocabulaire politique Zaïrois : une étude de sociolinguistique, Lubumbashi, Celta, « Travaux et Recherches ».

Mudimbe, V.Y. (1978), « Le français et les langues africaines. Problème de collaboration », Recherche linguistique 1, Centre International de Sémiologie, Lubumbashi.

Mudimbe, V.Y. (1978), « Langues africaines et langues européennes en Afrique noire. Problèmes de collaboration », Groupe de Recherche sur le contact de culture, Centre International de Sémiologie, Lubumbashi, 11-26.

Musuasua Musuasua, A. (2006), Le vocabulaire politique des leaders nationalistes congolais : de p. E. Lumumba à L.D. Kabila, thèse inédite, Université Paul-Verlaine, Metz.

Ntamunoza, Mambo-Mbili (1980), Vocabulaire et idéologie dans la chronique de la société des missionnaires d’Afrique (1892-1900), thèse inédite, Lubumbashi.

Robin, R. (1973), Histoire et linguistique, Paris, Armand Colin.

Rubango, Nyunda ya (1976), Analyse du vocabulaire politique au Zaïre (1960-1965). Essai de sociolinguistique immédiate, thèse inédite, Lubumbashi.

Sarfati, G.-E. (2001 [1997]), Eléments d’analyse du discours, Paris, Nathan, VUEF.

Slakta, D. (1971), « L’acte de “demander” dans les “cahiers de doléances” », Langue Française, 9, 62-73.

Sesep, N’Sial (1993), La francophonie au cœur de l’Afrique. Le français zaïrois, Paris, Didier Erudition.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Musuasua Musuasua, « Analyse du discours en République démocratique du Congo : état des lieux », Semen [En ligne], 29 | 2010, mis en ligne le 24 janvier 2012, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/semen/8761

Haut de page

Auteur

Antoine Musuasua Musuasua

Université de Kinshasa – RDC

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page