Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29Avenirs critiquesPêcheux est-il réconciliable avec...

Avenirs critiques

Pêcheux est-il réconciliable avec l’analyse du discours ? Une approche interdisciplinaire

Thierry Guilbert
p. 127-139

Résumés

Cet article pose la question de l’héritage dans les travaux actuels en analyse du discours. L’auteur s’interroge, en revenant sur son propre parcours notamment, sur les raisons de la quasi-absence de M. Pêcheux, tout en posant que sa théorie du discours ne peut figurer comme source épistémologique unique pour l’analyse du discours, même pour la branche de la discipline qui s’intéresse à l’idéologie. Ainsi l’article soutient que seule une approche interdisciplinaire permet d’appréhender cet objet complexe qu’est le discours. Grâce à quelques exemples, il montre que l’on doit cesser d’opposer les travaux essentiels de Pêcheux avec d’autres perçus à tort comme issus d’épistémologies différentes, puis il propose des pistes permettant de réconcilier et d’articuler de façon complémentaire ces travaux anciens avec les outils actuels de l’analyse du discours.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1  Colloque international et interdisciplinaire. L’interpellation Perspectives linguistiques et didac (...)

1À l’origine de cet article, il y a une discussion, avec Marie-Anne Paveau, qui porte sur l’intégration d’épistémologies différentes et la transmission de la mémoire en analyse du discours ; discussion initiée lors du colloque L’interpellation1 et relancée par le compte rendu critique (Paveau 2009) de mon ouvrage Le discours idéologique ou la force de l’évidence (Guilbert 2007). Je saisis donc – et salue – la proposition qui m’est faite de poursuivre ce débat et de revenir sur ma propre expérience en tant que « jeune chercheur » (qu’à 48 ans je ne représente que très imparfaitement) quant à la transmission des fondements épistémologiques de l’analyse du discours.

2La question de l’héritage, au centre de ce débat, peut être resserrée à la compatibilité de l’analyse du discours (idéologique) actuelle avec la théorie du discours de M. Pêcheux. Or, si l’on prend acte d’une certaine « dé-mémoire de l’analyse du discours » (Paveau 2009, 106), autrement dit si l’on admet que la théorie du discours est peu ou n’est pas connue, donc que les chercheurs actuels ont recours à d’autres épistémologies, il me semble dès lors que la question peut être retournée : Pêcheux est-il compatible avec l’analyse du discours idéologique actuelle ? La thèse, défendue ici quant à l’« actualité » de Pêcheux, est que si l’analyse du discours lui doit énormément, il ne peut figurer aujourd’hui comme son principal et unique héritage.

  • 2  « Ce que le sujet dit doit toujours être référé aux conditions dans lesquelles il le dit » (Pêcheu (...)

3J’argumenterai cette thèse selon trois axes. Le premier est que l’oubli actuel de Pêcheux et de son apport épistémologique est réel mais est à relativiser si l’on tient compte notamment des conditions de production de la publication d’une thèse2. Le deuxième est que l’approche de l’objet discours a tout intérêt à l’interdisciplinarité. Le troisième soutient, par l’exemple, que les travaux de Pêcheux ne sont non seulement pas incompatibles mais qu’ils sont conciliables avec d’autres épistémologies présentes dans l’analyse du discours. Enfin, en m’appuyant sur mes propres travaux, je présente en conclusion une proposition qui vise à articuler les apports de Pêcheux à l’analyse du discours actuelle. Il me semble d’ailleurs que c’est dans l’articulation des connaissances épistémologiques aux travaux personnels que réside l’actualité de la réflexion épistémologique.

2. Transmission d’une mémoire en analyse du discours

2.1. La publication d’un travail de thèse, conditions de production

4Comme tout discours, la publication d’une thèse de doctorat est le produit de conditions de production.

  • 3  C’est ce qui a guidé mon choix et, me semble-t-il, celui de R. Kerzazi-Lasri (2003).
  • 4  Ce « choix » n’est pas mécanique, ainsi von Münchow (2004) consacre une partie importante de son o (...)

5Tout d’abord, le sujet-docteur a affaire aux genres, il sait qu’il n’est pas question de publier sa thèse telle quelle : il doit corriger les défauts, supprimer quelques références, revoir le caractère trop académique... Ensuite, l’éditeur, ne souhaitant pas publier un volume trop coûteux au regard du profit qu’il escompte en tirer, impose un certain nombre de pages – voire le titre, l’estimant plus « porteur » que le titre proposé. Le jeune docteur doit donc opérer des choix déterminés par la « place » (au sens de Pêcheux) qu’il imagine occuper : nouvellement reconnu par ses pairs, il est maintenant chargé d’un statut et d’une « autorité » dont il pense qu’il va falloir les prouver. Son choix porte donc « tout naturellement » sur ce qu’il croit être « essentiel », « novateur » et « personnel » : les résultats obtenus3. Il « choisit » dès lors de faire l’impasse sur un certain nombre d’éléments déjà dits, notamment dans sa thèse mais également bien d’autres avant lui, et qu’il estime, à tort, superfétatoires : l’aspect épistémologique peut donc en souffrir en premier lieu4.

  • 5  C’est le cas de travaux récents qui semblent avoir pour but de présenter la polyphonie nordique po (...)

6Il serait exagéré d’en conclure que les questions épistémologiques sont de peu d’intérêt pour les jeunes chercheurs en analyse du discours (dorénavant AD) ; on peut simplement remarquer que celles-ci occupent une dimension réduite dans leurs publications car elles sont orientées vers d’autres fins5.

2.2. Une première approche de l’analyse du discours

  • 6  Ma propre expérience est bien sûr purement accessoire.

7Ma propre expérience6, je l’espère, donnera à réfléchir aux processus de transmission de l’héritage ; formation à « l’école de Rouen » à la fin des années 90 non exempte d’héritages : sociolinguistique française et américaine, Goffman, Bakhtine mais aussi Austin, Benveniste ou Bourdieu (1982). Pêcheux est totalement absent. En DEA, B. Gardin me donne à lire le numéro 117 de Langages sur « Les analyses du discours en France » (Maingueneau 1995).

  • 7  Maingueneau (1995, 5) souhaite une AD « ne plaçant plus le discours politique au centre de se réfl (...)
  • 8  Van Dijk (2006) oppose le « show how » au « show that ». Voir aussi l’approche de Reboul (1980) et (...)

8Je définis alors mon projet de thèse comme la recherche du fonctionnement discursif de l’idéologie (néolibérale), ma visée est d’écarter l’aspect connoté de l’idéologie et son approche politique scientifiquement suspecte7, sans pour autant nier sa fonction essentielle vis-à-vis du pouvoir et en prenant acte des avancées de l’AD : les remises en cause de la dichotomie saussurienne langue/parole, de la bi-univocité du rapport signifié/signifiant ou de l’unicité du sujet-parlant me semblent définitivement actées. C’est donc la question du comment8qui s’impose : comment le discours idéologique parvient à se constituer sous forme d’évidence. A défaut de celle de Pêcheux, la lecture d’Althusser (1970) confirmera mes intuitions quant à l’importance de l’évidence pour le fonctionnement idéologique.

2.3. La transmission des années 70

  • 9  Par exemple : Langages n° 23 et n° 24 de 1971, n° 36 et n° 37 de 1974 et Langue française n° 15 de (...)
  • 10  Notamment à la sortie du livre de Bakhtine/Volochinov en 1977.

9D’anciens numéros de Langages et de Langue française9 du début des années 70 complètent ces premières approches épistémologiques de l’AD : elles m’apparaissent comme une histoire qui s’écrit à mesure que la discipline se construit. Comment soupçonner derrière l’implicite de formules comme « théorie du discours » (Maldidier et al. 1972) ce débat violent qui produit les oublis et déformations dont parle Maldidier10 (1990) et qui oppose Pêcheux-Nanterre à l’école de Rouen ? D’autant que tous ces articles s’appuient sur la théorie althussérienne de l’interpellation :

les formations politiques représentatives des groupes dominants peuvent "fonctionner à l’idéologie" : […] ne pas expliciter en interpellant en sujet les interlocuteurs, en provocant chez eux la "reconnaissance" (Gardin 1974, 71).

10Ce sont « les formes d’assujettissement idéologiques qui gouvernent les mécanismes énonciatifs » (Maldidier et al. 1972, 123).

  • 11  Il faudrait étudier ce qu’il en est des références à Pêcheux dans les années 80. Est-il aussi prés (...)

11Il est remarquable que Pêcheux, quand il est cité, y apparaît alors comme un nom parmi d’autres, son importance n’est encore11 manifeste ni pour l’AD ni même pour les notions utilisées et plus ou moins définies : discours, formations discursives, préconstruit…

12Cette rapide description rétrospective se résume donc à un premier brouillage des repères et à une difficulté à se positionner. La substitution de l’analyse du discours par les analyses du discours (Maingueneau 1995) ou l’analyse de discours (von Münchow 2004) est le signe d’un second brouillage avec tous les risques afférents de ruptures de digues et/ou de dissolutions théoriques allant du général au particulier.

3. Pêcheux et l’analyse du discours actuelle

  • 12  Le seul nom cité dans l’avant-propos de Charaudeau et Maingueneau (2002) est celui de Foucault. L’ (...)
  • 13  Par exemple, la notion d’« interdiscours » comme reprise d’éléments du discours d’un autre et non (...)

13Pourquoi Pêcheux est-il l’objet d’un tel oubli12 alors que les notions qu’il a forgées sont régulièrement utilisées en AD aujourd’hui ? Sans ironie, on peut penser que le double processus d’oubli qu’il a conceptualisé s’applique à son propre travail : ses propositions « inquiétantes » (Maldidier 1990) seraient à la fois refoulées ou ignorées et déformées par les reformulations13. Pourtant il serait vain et absurde de tenter de les restaurer, notamment parce que, pour parler comme Pêcheux, la formation discursive dans laquelle leur signification s’est originellement formée est déterminée aujourd’hui par de nouvelles conditions de production sociohistoriques. On considérera alors ces glissements de sens comme des évolutions.

3.1. Une nouvelle approche de l’analyse du discours

  • 14  Pour une mise en perspective, voir la distinction « sciences » vs « discours sur le discours » (Ma (...)

14Je reprends une réflexion de Maldidier (1990, 8) utile, me semble-t-il, pour décrire cette nouvelle approche. Le discours et la réflexion théorique dont celui-ci est l’objet – en tant que « nœud » et objet non empirique – se déroule sur un « double plan »14 que je schématise ainsi :

15Si Pêcheux a tenté d’articuler effectivement ces deux plans, il a cherché surtout à développer une théorie du discours,sans y parvenir selon ses propres dires (Mazière 2005, 6).

  • 15  Par exemple : les nouvelle argumentation, les interactions verbales, la critical discourse analysi (...)

16Actuellement, pour des raisons multiples et complexes que je ne définirai pas ici, c’est l’approche dispositif qui semble privilégiée. Plus encore qu’une boîte à outil, l’AD est considérée, me semble-t-il, comme un grand atelier comportant des étagères remplies de nombreuses boîtes à outil. Les questions que se pose le (jeune) chercheur, pour filer la métaphore, sont plus souvent « quel est l’outil dont j’ai besoin et dans quelle boîte se trouve-t-il ? », « comment améliorer cet outil ? » ou « comment concevoir de nouveaux outils ? »15 plutôt que « qui a conçu cet outil ? » et « était-il en accord avec tel autre concepteur d’outils ? ».

  • 16  Maldidier (1990, 56). Dogmatisme très présent au début des années 70, par exemple : « à l’horizon (...)

17Par ailleurs, cette nouvelle approche est concomitante de la « décrue » de l’importance, dans les sciences humaines, du matérialisme historique qui est au fondement de l’AD comme de la théorie du discours. Il faut reconnaître que la pensée de Pêcheux n’est pas exempte d’un dogmatisme en ce qu’il s’inquiète toujours de ne pas s’écarter de la doctrine matérialiste16. N’est-ce pas poser à l’avance « la connaissance du résultat qu’il s’agit précisément d’obtenir » (Pêcheux 1969, 132) ? Ce dogmatisme postule un déterminisme – dont il ne s’agit pas de nier ici l’existence – qui pense avec difficulté la créativité discursive ou l’existence de révoltes contre l’idéologie dominante (Maldidier 1990, 63).

  • 17  En 1974, Laborit indique par son titre La nouvelle grille qu’il peut y avoir une autre grille d’an (...)

18Mon hypothèse est que ce matérialisme, quand il se fait dogmatique, a gêné la transmission de la mémoire de l’AD. Car en rejetant le dogmatisme, on risque de passer sous silence toute une théorie du sujet qui est pourtant à la base de l’épistémologique de cette discipline. Ne pas tenir compte des places des sujets-parlants ou du rôle déterminant des formations discursives ôte à l’AD toute sa spécificité. Cela étant dit et réaffirmé, ne plus penser le discours à travers une grille unique17 est une évolution enthousiasmante de la discipline.

3.2. Le dialogue avec d’autres disciplines

19Cette nouvelle approche prend acte que l’AD est un carrefour et utilise les outils de disciplines proches (sociologie, philosophie du langage, histoire...). L’intégration de concepts-nomades est un risque d’éclectisme, voire de syncrétisme, mais quelques garde-fous peuvent être posés. On peut postuler comme le fait Darbellay (2005, 25) « qu’un processus de négociation est aux commandes du développement des connaissances scientifiques » et que, les savoirs produits n’étant pas « des vérités révélées a priori », ce processus est également « un espace intertextuel préconstruit et en continuelle re-co-construction ».

20Un autre garde-fou consiste à ne pas oublier que les discours sont des pratiques sociales inscrites dans la sphère socio-idéologique et que « […] dans la société moderne et contemporaine (postmoderne), le discours a pris une importance majeure dans la reproduction et le changement socioculturels »(Fairclough 1995, 2).

21Ces deux exemples montrent que l’AD analyse aujourd’hui encore son propre dispositif, ce qui n’est pas étranger aux conceptions de Pêcheux relatives au discours scientifique (1975, 242-244), mais en associant des notions d’auteurs différents : préconstruit, intertexte, co-construction du sens, reproduction/transformation des rapports de production.

22D’ailleurs, depuis ses origines, l’AD postule « l’exigence d’une nouvelle forme d’interdisciplinarité » (Maldidier et al. 1972, 117) ; aujourd’hui, il faut « admettre que le discours ne p[eut] être l’objet d’une discipline unique, fût-ce l’analyse du discours » (Maingueneau 1995, 7). Darbellay propose de favoriser une « inter- et transdisciplinarité » qui articule des concepts venus de disciplines différentes à propos d’un même objet complexe, c’est-à-dire « un processus de co-construction des savoirs qui traverse littéralement les disciplines concernées » (2005, 51). Cet « au-delà des partages disciplinaires » n’est pas la disparition des disciplines, non seulement parce que le dialogue avec les autres disciplines prolonge et enrichit l’AD (Darbellay 2005, 50), mais parce qu’il me semble que l’AD est l’appui indispensable à la réflexion sur l’objet complexe qu’est le discours.

23Ainsi plutôt que de fixer comme préalable une définition du discours, l’AD se présente comme un dispositif de recherche et une méthode heuristique et interprétative (Maingueneau 1991, Mayaffre 2002, von Münchow 2004, Darbellay 2005). Méthode qui, là encore, n’est pas si éloignée du projet initial de Pêcheux (1969).

4. Utiliser Pêcheux aujourd’hui en AD

24Prenant acte de ce qu’est l’AD actuelle, il me semble que la théorie du discours ne peut être considérée comme l’unique référence ou comme le moule servant à forger les autres outils, et qu’il faut cesser de postuler son incompatibilité car ce dogmatisme, considéré alors comme inhérent à cette pensée, conduit à l’alternative Pêcheux/non Pêcheux, donc à son oubli. 

  • 18  Il me semble que Pêcheux (1969) a également des points communs avec les approches quantitatives de (...)

25Montrer par contre comment il peut être compatible avec d’autres épistémologies est salutaire – mais, du fait de son oubli, ce travail reste à faire. Quelques points de rapprochement essentiels avec Bakhtine/Volochinov et Fairclough me serviront d’exemples18 de conciliation. Il s’agit uniquement d’ouvrir quelques pistes de réflexions épistémologiques.

4.1. Bakhtine vs Pêcheux ?

26L’« incompatibilité » de Bakhtine/Volochinov avec les travaux de Pêcheux tient beaucoup, on le sait (Maldidier 1990, 51-53), au contentieux entre les tenants de l’école de Rouen et ceux du « cercle de Pêcheux ». Or ma première remarque est que les deux auteurs adossent pourtant leurs travaux au matérialisme historique et qu’ils en reprennent les principaux éléments : la lutte des classes, l’idéologie, la superstructure.

27Ma deuxième remarque porte sur la notion de préconstruit et la conception des relations entre pensée et langage. Pêcheux précise que « tout "contenu de pensée" existe dans le langage sous la forme du discursif » et que parler d’un élément « préconstruit » signifie : « comme si cet élément s’y trouvait déjà » (1975, 194). Or Bakhtine considère également que pensée et langage ne font qu’un, que « la conscience ne devient conscience qu’une fois emplie de contenu idéologique (sémiotique) » (1977, 28) ou encore qu’on utilise toujours un discours préexistant par l’intermédiaire du discours intérieur lui-même « rempli » des « paroles d’autrui » et des « objectivations de signes idéologiques ». De même, si la « forme-sujet » n’est pas un point de départ mais un effet pour Pêcheux, si « tout "point de vue" est le point de vue d’un sujet » (1975, 244), pour Bakhtine, la conscience est le produit de l’idéologie.

28Ma troisième remarque concerne la notion d’oubli, si singulière à la pensée de Pêcheux : très schématiquement, l’interpellation et la détermination du sujet par la formation discursive, oubli 1, sont masquées au sujet (forme-sujet) par la formulation-paraphrase du préconstruit, oubli 2 (1975, 241). Or ceci n’est pas éloigné de la pensée de Bakhtine (1984 [1959], 386) :

Le processus d’oubli progressif des auteurs – dépositaires du mot d’autrui. Le mot d’autrui devient anonyme, familier (sous une formeretravaillée bien entendu) ; la conscience se monologise. On oublie complètement le rapport dialogique originel du mot d’autrui, ce rapport semble être incorporé, s’être assimilé au mot d’autrui devenu familier. 

29Certes Bakhtine, à la différence de Pêcheux, ne fait pas appel à la psychanalyse mais les rapprochements sont troublants : chez l’un comme chez l’autre, le processus idéologique est oublié par les sujets/auteurs. Les éléments déjà-là, qu’ils soient préconstruits ou incorporés à une pensée remplie d’idéologie, sont « reformulés », « retravaillés » en toute inconscience de leur origine idéologique et apparaissent comme familiers et évidents. Sans vouloir assimiler la pensée des deux auteurs, on voit qu’il existe une base commune à partir de laquelle ils peuvent être (ré)conciliés, voire complémentaires.

4.2. Fairclough et Pêcheux

30La Critical Discourse Analysis (CDA) fournit un exemple de l’intégration de l’AD à une dimension plus large. Dès l’introduction de son ouvrage éponyme, N. Fairclough (1995, 2) pose clairement sa volonté d’« intégrer l’analyse du discours dans l’analyse sociale des changements socioculturels » en lui donnant la place centrale qu’occupe le discours « dans la reproduction et le changement socioculturels ».

  • 19  Une seule référence à Pêcheux 1982, version anglaise de Pêcheux 1975.

31Bien que son travail, qui se réfère à Althusser, concerne le langage, l’idéologie et le pouvoir, il considère que les « approches de l’analyse (critique) du discours qui ont un biais idéationnel [ideational] ([…] Pêcheux 1982, van Dijk 1988) sont mal équipées pour saisir l’interaction entre cognition et pratique qui est une caractéristique cruciale de la pratique textuelle »19 (1995, 6). Ce qui est une vraie divergence de fond.

32Pourtant, Fairclough a posé deux pages plus tôt que la « texture de l’évidence » est à la fois « linguistique » et « intertextuelle » (ibid. 4-5), quand Pêcheux pose l’articulation entre le « rapport de base (linguistique) » et le « processus (discursif-idéologique) » pour l’évidence du sens : « le sens se constitue dans chaque formation discursive » (1975, 226) et non dans le sujet. De plus, Fairclough conclue, comme Pêcheux, que toute analyse du sens d’un texte doit « s’intéresser à ce qu’on pourrait appeler le contenu de la structure (ou le contenu de sa forme) » (1995, 5), c’est-à-dire s’intéresser à l’implicite de l’idéologie inscrite dans la matérialité du discours. Ce dispositif programmatique jette donc le doute sur une « incompatibilité » de la CDA avec Pêcheux totalement improductive pour la recherche sur l’évidence de l’idéologie.

5. Conclusion : articuler la théorie du discours à l’AD

33En guise de conclusion, je ferai deux remarques et une proposition relatives à l’intégration de Pêcheux à l’AD actuelle, mon propre travail servira ici d’exemple. Plutôt que de sceller son oubli, je postule que Pêcheux a beaucoup à apporter à l’analyse des discours idéologiques, à condition d’articuler ses apports, c’est-à-dire de définir de façon explicite la cohérence de son travail avec d’autres courants issus d’épistémologies différentes.

5.1. Deux remarques

  • 20  En voici un exemple : « La conscience individuelle n’est pas l’architecte de cette superstructure (...)
  • 21  Travail que j’ai entrepris dans ma thèse soutenue en 2005 (voir Guilbert 2007, 70-96).

34Je remarque tout d’abord que décrire le fonctionnement « à l’évidence » du discours idéologique, et ce sans renvoyer à Pêcheux, m’a permis de m’affranchir des frontières. L’« incompatibilité » de Bakhtine/Volochinov et d’Althusser vient en grande partie du « désordre chronologique » de la réception des textes. Mais on peut également s’intéresser à leur production : lire l’ouvrage de 1929 sans le rapporter, dans un premier temps et de façon systématique, à celui d’Althusser permet d’y voir une formidable réflexion de philosophie du langage jetant les premières bases d’une analyse de l’idéologie20. Althusser et Bakhtine/Volochinov n’apparaissent alors plus inconciliables même si le premier n’a pu avoir accès aux écrits des seconds et inversement. Leur articulation théorique incombe aux chercheurs actuels ; il en va de même avec Reboul (1980), Bourdieu (1982, 2001) et la CDA21.

  • 22  Voir respectivement : Avertissement p. 9, et p. 95 (Guilbert 2007).

35Il faudrait alors intégrer à cet appareillage le travail de Pêcheux avec lequel ma proximité, c’est ma seconde remarque, ne fait aucun doute : elle se retrouve jusque dans la volonté d’analyser le fonctionnement discursif de l’idéologie : les processus dialectiques de « consentement/imposition » et de « double dissimulation »22 au sujet. Toutefois cette intégration doit être pensée dans le cadre de l’approche actuelle de l’AD, laquelle considère la pragmatique, par exemple, comme un outil complémentaire ; ce qui me permet de proposer cette schématisation à deux niveaux :

  • 23  Cela aussi reste à démontrer. Ainsi les « cadres primaires » de Goffman (1981) sont compatibles av (...)

36Je propose donc de distinguer deux échelons (présents dans le schéma ci-dessus) pour l’articulation de Pêcheux à l’AD actuelle : d’une part, le fonctionnement discursif, auquel appartiennent le couple consentement/imposition et plus généralement les formes complexes et les processus discursifs d’assujettissement, et d’autre part, les procédés discursifs dont l’implicite et le performatif. Ces derniers s’inscrivent dans le fonctionnement discursif général comme des « moyens de surface » auxquels a accès, au moins en partie, le sujet-parlant – les formes « retravaillées » de Bakhtine ou la « formulation-paraphrase » de l’oubli 2 de Pêcheux – et ressortissent d’autres épistémologies (énonciation, pragmatique, argumentation…), lesquelles ne remettent pas fondamentalement en question les bases épistémologiques que sont les déterminations sociales, la conception althussérienne du sujet, etc.23

37Les procédés se distinguent du fonctionnement en ce qu’ils ne sont pas constitutifs du discours idéologique ; la présupposition, par exemple, se retrouve dans d’autres types de discours (Ducrot 1984). Pourtant ces procédés participent à la réalisation de l’évidence discursive, ainsi la présupposition est l’un des moyens utilisés par le discours idéologique pour se dissimuler et obtenir le consensus (Guilbert 2008).

38La théorie du discours, avec son apport psychanalytique spécifique, est donc bien l’une des approches du fonctionnement et je fais l’hypothèse que les approches épistémologiques présentes dans l’AD actuelle lui sont complémentaires. L’analyse et la théorisation du fonctionnement discursif global de l’idéologie – par définition inaccessible au sujet – ne peut se satisfaire d’une approche unique et nécessite des points de vue différents.

39Ainsi l’épistémologie interdisciplinaire en analyse du discours peut se concevoir comme un éclectisme bien pensé, c’est-à-dire l’utilisation et/ou la constitution d’outils venus d’horizons divers mais qui convergent vers un objet commun, le discours, et qui sont à articuler à une base épistémologique solide qui est celle de l’AD. Ce travail reste en grande partie à faire, les apports de Pêcheux devront y trouver leur (juste) place.

Haut de page

Bibliographie

Althusser, L. (1976 [1970]) « Idéologie et appareils idéologiques d’État. Notes pour une recherche », Positions, 67-125. Éditions Sociales.

Bakhtine, M./Volochinov, V. N., (1977 [1929]) Le marxisme et la philosophie du langage, Paris, Minuit.

Bakhtine, M. (1984 [1952]) Esthétique de la création verbale, Paris, Gallimard.

Bourdieu, p. (1982) Ce que parler veut dire, Paris, Fayard.

Bourdieu, p. (2001) Langage et pouvoir symbolique, Paris, Points Seuil.

Charaudeau, p. & Maingueneau, D. (2002) Dictionnaire d’Analyse du discours, Paris, Seuil.

Darbellay, F. (2005) Interdisciplinarité et transdisciplinarité en analyse des discours, Genève, Slatkine.

Ducrot, O. (1984) Le dire et le dit, Paris, Minuit.

Fairclough, N. (1995) Critical Discourse Analysis: The Critical Study of Language, Edimburg, Longman Group Limited.

Gardin, B. (1974) « La néologie. Aspects sociolinguistiques », Langages 36, 67-73.

Goffman, E. (1981 [1974]) Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit.

Guespin, L. (1971) « Problématique des travaux sur le discours politique », Langages 23, 3-24.

Guilbert, t. (2007) Le discours idéologique ou la force de l’évidence, Paris, L’Harmattan.

Guilbert, t. (2008) « Discours d’évidence. Constitution discursive des normes et des connaissances », Normativités du sens commun, S. Laugier et C. Gauthier (éd.), 275-300, Paris, PUF.

Guilbert, t. (à par.) « La perception de Goffman par la pragmatique discursive. La ségrégation des cadres primaires à l’heure de la "crise" », Goffman et l’ordre de l’interaction, Paris, PUF.

Haroche, C., Henry, p. & Pêcheux, M. (1971) « La sémantique et la coupure saussurienne : langue, langage, discours », Langages 24, 93-106.

Harris, Z. S. (1969 [1952]) « Analyse du discours », Langages 13, 8-45.

Kerzazi-Lazri, R. (2003) La métaphore dans le commentaire politique, Paris, L’Harmattan.

Laborit, H. (1991 [1974]) La nouvelle grille, Paris, Folio essais.

Longhi, J. (2008) Objets discursifs et doxa. Essai de sémantique discursive, Paris, L’Harmattan.

Maingueneau, D. (1991)L’Analyse du discours, Paris, Hachette supérieur.

Maingueneau, D. (1995) « Présentation », Langages 117, 5-11.

Maldidier, D. (1990) L’inquiétude du discours. Textes de Michel Pêcheux, Paris, Editions des Cendres.

Maldidier, D., Normand, C. & Robin, R. (1972) « Discours et idéologie : quelques bases pour une recherche », Langue française 15, 116-142.

Marcellesi, J.-B. (1971) « Eléments pour une analyse contrastive du discours politique », Langages 23, 25-56.

Mayaffre, D. (2002) « L’Herméneutique numérique », Ottawa, L’Astrolabe http ://2010icles/art0031.htm, consulté le 5 mars 2006.

Maziere, F. (2005) L’Analyse du discours, Paris, PUF.

Orlandi, E. (1989) « La parole a plusieurs tranchants. Les formes du silence », Cahiers de praxématique 13, 83-99.

Paveau, M.-A. (2009) « Analyse du discours, génération 2008 », à propos de l’ouvrage de t. Guilbert, Le discours idéologique ou la Force de l’évidence, Langage & société 127, 105-113.

Pêcheux, M. (1969) Analyse automatique du discours, in Maldidier 1990, 97-132.

Pêcheux, M. (1975) Les vérités de La Palice, in Maldidier 1990, 175-244.

Roitman, M. (2006) Polyphonie argumentative. Forskningsrapporter Cahiers de la Recherche 31. Stockholm : Universitetesservice US-AB.

Slatka, D. (1971) « Esquisse d’une théorie lexico-sémantique : pour une analyse d’un texte politique (Cahiers de doléances) », Langages 23, 87-134.

Van Dijk, t. (2006) « Politique, idéologie et discours », Semen 21, 74-102.

Von Münchow, p. (2004) Les journaux télévisésen France et en Allemagne. Plaisir de voir ou devoir de s’informer, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle.

Haut de page

Notes

1  Colloque international et interdisciplinaire. L’interpellation Perspectives linguistiques et didactiques, 16-17 mai 2008, Maison de la Recherche, Paris (actes à paraître dans la revue électronique Corela).

2  « Ce que le sujet dit doit toujours être référé aux conditions dans lesquelles il le dit » (Pêcheux 1969, 131). Les références à Pêcheux renvoient à ses textes in Maldidier 1990, bien que je donne les dates originales.

3  C’est ce qui a guidé mon choix et, me semble-t-il, celui de R. Kerzazi-Lasri (2003).

4  Ce « choix » n’est pas mécanique, ainsi von Münchow (2004) consacre une partie importante de son ouvrage aux questions épistémologiques.

5  C’est le cas de travaux récents qui semblent avoir pour but de présenter la polyphonie nordique pour Malin Roitman (2006) ou l’orientation lexico-sémantique pour Julien Longhi (2008).

6  Ma propre expérience est bien sûr purement accessoire.

7  Maingueneau (1995, 5) souhaite une AD « ne plaçant plus le discours politique au centre de se réflexion ». Je définis alors l’idéologie a minima comme un « système d’idée à vocation prosélyte » bien qu’il me semble clair qu’« en voulant chasser l’idéologie par la porte, celle-ci s’est réintroduite par la fenêtre, notamment avec les notions de DC [discours constituants] et de positionnement » (Guilbert 2007, 105).

8  Van Dijk (2006) oppose le « show how » au « show that ». Voir aussi l’approche de Reboul (1980) et même celle de Harris (1969, 8) : étudier non pas « ce que le texte dit mais […] déterminer comment il le dit ».

9  Par exemple : Langages n° 23 et n° 24 de 1971, n° 36 et n° 37 de 1974 et Langue française n° 15 de 1972.

10  Notamment à la sortie du livre de Bakhtine/Volochinov en 1977.

11  Il faudrait étudier ce qu’il en est des références à Pêcheux dans les années 80. Est-il aussi présent que dans Orlandi (1989) qui lui reprend la notion d’oubli ?

12  Le seul nom cité dans l’avant-propos de Charaudeau et Maingueneau (2002) est celui de Foucault. L’oubli pour Pêcheux est une notion centrale, voir infra 3.1.

13  Par exemple, la notion d’« interdiscours » comme reprise d’éléments du discours d’un autre et non de l’Autre.

14  Pour une mise en perspective, voir la distinction « sciences » vs « discours sur le discours » (Maldidier et al. 1972, 127).

15  Par exemple : les nouvelle argumentation, les interactions verbales, la critical discourse analysis, la political discourse analysis, les méthodes quantitatives…

16  Maldidier (1990, 56). Dogmatisme très présent au début des années 70, par exemple : « à l’horizon de toute notre recherche, nous posons l’exigence d’une élaboration matérialiste et dialectique de ces problèmes » (Maldidier et al. 1972, 117).

17  En 1974, Laborit indique par son titre La nouvelle grille qu’il peut y avoir une autre grille d’analyse : la systémique. Dans Les vérités de La Palice (1975), Pêcheux reprend de nombreux termes de la systémique. A-t-il eu accès à cet ouvrage ?

18  Il me semble que Pêcheux (1969) a également des points communs avec les approches quantitatives de l’AD.

19  Une seule référence à Pêcheux 1982, version anglaise de Pêcheux 1975.

20  En voici un exemple : « La conscience individuelle n’est pas l’architecte de cette superstructure idéologique, mais seulement un locataire habitant l’édifice social des signes idéologiques » (1977, 31).

21  Travail que j’ai entrepris dans ma thèse soutenue en 2005 (voir Guilbert 2007, 70-96).

22  Voir respectivement : Avertissement p. 9, et p. 95 (Guilbert 2007).

23  Cela aussi reste à démontrer. Ainsi les « cadres primaires » de Goffman (1981) sont compatibles avec l’étude de l’idéologie, comme l’un des moyens du fonctionnement idéologique, voire de l’assujettissement, car les cadres primaires sont culturels et idéologiques : ils permettent l’illusion, la représentation imaginaire du rôle ou de la place que le sujet s’assigne (Guilbert 2007 et Guilbert à par.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Guilbert, « Pêcheux est-il réconciliable avec l’analyse du discours ? Une approche interdisciplinaire », Semen, 29 | 2010, 127-139.

Référence électronique

Thierry Guilbert, « Pêcheux est-il réconciliable avec l’analyse du discours ? Une approche interdisciplinaire », Semen [En ligne], 29 | 2010, mis en ligne le 21 octobre 2010, consulté le 03 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/semen/8803 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.8803

Haut de page

Auteur

Thierry Guilbert

CURAPP UMR 6054, Université de Picardie

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search