Navigation – Plan du site
Aventures théoriques

Enjeux de langue dans l’analyse de discours

Françoise Gadet
p. 111-123

Résumés

Cet article concerne les rapports entre l’analyse du discours et la sociolinguistique dans le contexte des années 1970. La perspective adoptée est celle, volontairement générale, de la prise en compte de la langue, et qui fait l’hypothèse que quelques éléments de parallèle avec la sociolinguistique permettront un regard décentré sur l’AD. Nous nous demanderons quelles questions sont adressées aux sciences du langage à travers des démarches qui reposent sur le fait linguistique, en privilégiant trois de ces questions traitées dans leur entrecroisement à partir de l’attention portée au matériau langagier : la relation entre lexique et syntaxe, le rapport entre oral et écrit, et le traitement quantitatif de données se présentant actuellement sous une forme massive.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Bien qu’il soit forcément simplificateur de fixer un point d’émergence au moment où une discipline est institutionnellement nommée et introduite dans les programmes universitaires, on peut dire que c’est dans les années 70, en France, que l’analyse du discours a émergé, parallèlement à la sociolinguistique et souvent avec les mêmes acteurs, ce qui constitue une raison pour les comparer. Les deux, parmi les disciplines interprétatives ayant affaire à des sujets énonciateurs et situés, ont eu à se situer par rapport à la discipline dans laquelle elles avaient émergé, la linguistique en tant qu’étude de la langue, qui tend à assigner un statut marginal à ces disciplines en émergence.

2. L’analyse de discours et la sociolinguistique dans le paysage des sciences du langage

2Les deux disciplines ont des précurseurs et des sources identifiables, ne provenant pas des mêmes traditions, comme par exemple pour l’analyse du discours (désormais AD) la lexicologie, avec ou sans ses aspects mesurables/quantifiables (voir Mazière 2005), et pour la sociolinguistique une reconfiguration de la dialectologie ou de la sociologie du langage. Elles partagent un intérêt pour les productions effectives naturelles (on pourrait aujourd’hui dire « écologiques »), ainsi que pour l’interprétation qu’en ont les acteurs. Parmi leurs différences, il faut déterminer lesquelles sont cruciales : un objet centré plutôt sur l’oral ou sur l’écrit, un intérêt pour les productions quotidiennes d’acteurs ordinaires ou pour les discours de collectifs ou d’institutions, l’appui sur le fonctionnement de catégories de langue différentes. Elles partagent ainsi un clivage à propos du statut attribué à la langue, entre ceux qui pratiquent la discipline à partir du « travail de la langue », et ceux pour lesquels seront convoquées d’autres catégories provenant d’autres disciplines (les disciplines du texte littéraire, les sciences sociales ou de la communication, l’histoire, par exemple). On pourrait résumer ces différents types d’engagement en les rapportant à des maîtres-noms de précurseurs, comme Saussure d’un côté, Bakhtine de l’autre, les références à Benveniste ou à Jakobson pouvant être plus ambivalentes.

3Dans cet article, nous considérerons à un niveau un peu général l’impact de la prise en compte de la langue, en faisant l’hypothèse que quelques éléments de parallèle avec la sociolinguistique permettront un regard décentré sur l’AD. Nous nous demanderons quelles questions sont adressées aux sciences du langage à travers des démarches qui reposent sur le fait linguistique, en privilégiant trois de ces questions : la relation entre lexique et syntaxe, le rapport entre oral et écrit, et le traitement quantitatif de données se présentant sous forme massive (on parlerait aujourd’hui de « grands corpus » (voir Gadet à paraître).

  • 1  Cette tendance à une représentation concentrique des sciences du langage n’a pu qu’être renforcée (...)

4Nous ne traiterons pas ces trois points en succession, car c’est leur entrecroisement dans l’attention portée au matériau langagier qui est en cause. En effet, dans la représentation courante des sciences du langage, un cœur de la discipline serait constitué par les disciplines les plus anciennes (phonologie, morphologie, syntaxe ; le jugement sur la sémantique est déjà davantage réservé). AD comme sociolinguistique sont alors renvoyées à la marge1, et plus souvent à l’extérieur de la discipline. La question est dès lors posée de comment la discipline accueille ses couronnes : parvient-elle à sortir d’un héritage qui semble immuable, produit d’une version rigidifiée de la pensée saussurienne qui sacralise la coupure interne/externe ? Soit, classiquement, il s’agit d’une prise en compte qui pourrait n’intervenir qu’en un deuxième temps (ou jamais), soit de l’opportunité de poser des questions majeures sur la langue, en des débats de linguistique générale, en accordant de l’intérêt à ce que l’institution d’une linguistique formelle avait rejeté hors du champ : les conditions d’emploi de la langue (voir Courtine, 1991).

5L’AD cherche ainsi une voie refusant à la fois un rapport d’application (de la linguistique au texte, par exemple, voir Rastier 2001) et une intégration pure et simple à la linguistique, de même que, parallèlement, la sociolinguistique a à récuser la co-variation entre deux ordres disciplinaires constitués indépendamment, le linguistique et le social.

6Nous parlerons d’abord de la manifestation de tendances discursives en des fonctionnements de langue. Nous prolongerons la réflexion en montrant le caractère nodal de la distinction oral/écrit, dont l’impact a été lourdement sous-estimé, par les sciences du langage en général, qui revendiquent une possible neutralité de ce point de vue, et tout autant par l’AD et par la sociolinguistique, bien qu’elles y aient affaire dans la façon dont du sens se forge, selon des processus qui ne sont pas les mêmes à l’oral et à l’écrit.

3. Langue et travail discursif : ce que nous a appris la lecture des textes

  • 2  Il y a là encore une raison pour rapprocher analyse de discours et sociolinguistique : il n’y a pa (...)

7Parmi les catégories grammaticales, certaines ont des caractéristiques comparables dans toutes les langues (comme la différence entre nom et pronom dans l’établissement de la référence), d’autres diffèrent (comme les temps).En considérant le matériau qu’offre la langue et les lieux d’enjeux discursifs, on se demandera quels phénomènes s’avèrent discursivement intéressants2 à un niveau global, à travers la construction de catégories, leur mise en fil de texte, et leur relation aux autres discours.

3.1. Mode de donation des acteurs, des actions, des événements

8La donation de la référence passe d’abord par les dénominations, qui semblent privilégier un point de vue lexical et la possibilité d’entrer dans un texte par des mot-pivots. Cette démarche se heurte aux dénominations multiples : inexistantes ou limitées à la hiérarchie pour les artefacts et les espèces naturelles (meuble, table, guéridon ; mammifère, chien, caniche), elles sont au contraire la règle pour les entités sociales, personnages ou concepts, envisageables selon différents points de vue sociaux (M. Jacques Chirac, l’ancien maire de Paris, l’ancien président de la République, le mari de Bernadette, le fondateur de l’UMP…).

9La syntaxe est alors immédiatement en jeu dans le rapport au lexique. Ainsi, le passif permet de modifier l’équilibre entre actions des protagonistes (sujet/objet), au profit d’une marginalisation de l’agent renvoyé en fin de séquence et de son éventuelle mise à l’écart par effacement (séquences de (1) à (1b). Une mise à distance progressive (de (1c) à (1e)) par nominalisation peut jouer entre présentation par un passif, un réfléchi, ou il y a :

(1) toutes les 10 mn, en France, un homme viole une femme

(1a) une femme est violée par un homme

(1b) une femme est violée

(1c) un viol est perpétré

(1d) un viol se perpétue

(1e) il y a viol

10La nominalisation permet la dissémination discursive (reprise en titre ou intégration en séquence longue). Elle rend donc le même type de service discursif que le passif, avec l’avantage de partir sur une pré-assertion (ou assertion antérieure), comme en (2) :

(2) la crise du pétrole a entraîné une réorganisation des structures économiques

11La crise du pétrole est donné ici comme une évidence, c’est le préconstruit de Henry 1977. S’il est facile de discuter sur la réorganisation, ou sur le lien entre celle-ci et la crise du pétrole, il est discursivement plus coûteux de mettre en doute l’existence même d’une crise du pétrole.

12Enfin, un effet de procès sans sujet humain peut être obtenu par la présence de noms inanimés en position sujet (parmi d’autres, Johnstone 2002), comme en (3) :

(3) Les marchés, rendus nerveux, nourrissent une suspicion nouvelle quant à la capacité des États eux-mêmes à se désendetter (Le point, 18 fév. 2010).

13Cette problématique centrée sur les fonctions linguistiques des éléments de discours converge avec des approches provenant d’autres problématiques, en particulier de la réflexion sur oral/écrit. Ainsi, l’effet de compactification des énoncés est un trait par lequel Halliday 1985 compare les deux ordres. Blanche-Benveniste 1993, dans une perspective de syntaxe de l’oral, a aussi montré l’effet de « compactification » de l’abondance de sujets nominaux (vs pronominaux), à laquelle elle réfère l’opacité du discours administratif que ressentent les usagers. Ces effets de « langue de bois » des nominalisations avaient déjà été montrés par Sériot (1982 inter alia) pour le discours politique soviétique. Un élargissement linguistique au rôle de la nature des sujets dans la qualification des genres discursifs et dans la probabilité d’apparition d’une forme à l’oral a fait l’objet d’un article récent de Blanche-Benveniste (2008).

3.2. Le fil du discours

14Par leur capacité à s’inserrer dans des séquences longues, les nominalisations permettent des constructions syntaxiques complexes, qui donnent lieu à un « empaquetage informationnel » souvent donné comme typique de l’écrit (en fait, de certains écrits). Elles jouent ainsi un rôle dans la construction de la cohésion discursive, en constituant une modalité de présentation de l’information dite « intégration » (par opposition à la « fragmentation », donnée comme typique de l’oral, passant plus par les verbes) : empaquetage de plusieurs informations en une seule unité discursive, comme le montre le démontage auquel se livre B en (4) :

(4) A - qu’est-ce que ça veut dire < / la forte minéralisation du paysage parisien <

B - ça veut dire qu’à Paris / y a plus d’arbres > (cité par Gadet 2007)

15Les nominalisations constituent ainsi un élément de « densité lexicale » pouvant entrer dans une cascade de nominalisations, comme en (5) :

(5) la forte minéralisation du paysage parisien a pour contrepartie la nécessité de procéder à une réélaboration de la conception de l’espace

16Cette propriété, travaillée dans les entours de la sociolinguistique par exemple par Chafe 1982 ou Halliday 1985, rejoint, quoique selon des objectifs différents, le pré-asserté de Culioli ou le préconstruit de Henry 1977, repris dans Pêcheux 1981 et travaillé par Sériot 1982. En retravaillant la notion de présupposition, ces auteurs voient dans certaines structures syntaxiques qui permettent la présentation d’éléments en dehors de l’assertion d’un sujet (structures de détermination, relatives, adjectifs...) les traces de constructions antérieures, d’éléments discursifs dont on a effacé l’énonciateur.

3.3. Attitudes des énonciateurs face à l’asserté

17Je ne parlerai d’interdiscours que sous l’angle du tissu de discours qui se reprennent et se font écho. Ici aussi, sont concernés à la fois des termes lexicaux et des fonctionnements syntaxiques élaborés : des choix adverbiaux comme juste, sans aucun doute, peut-être, vraisemblablement…, ou des verbes d’attitude propositionnelle (je pense que, je suis sûr que, il me semble que…). Mais aussi les temps, comme une formulation au présent donnant un statut atemporel à un énoncé. Si tout discours est à plusieurs voix, il est construit d’intertextualité, de référence à des discours tenus antérieurement ou supposés tenus (voir Pêcheux 1975, et sa fameuse formule « ça parle toujours avant, ailleurs et indépendamment » ; et la réflexion que l’évolution de Pêcheux sur ces points suggère à Maldidier 1993).

18Un cas d’hétéroglossie ambivalent est constitué par le jeu, spontané ou construit, de l’ensemble questions/réponses. Le dialogue, outre le prototype de mise en relation de deux voix, constitue aussi une généralisation du modèle de l’interview, de la didactique traditionnelle (ou plutôt du pédagogisme) ou du catéchisme. Questions rhétoriques, dialogues mis en scène, où ce n’est que pour la réponse anticipée que la question se formule, comme en (6), question d’un prestataire de service ayant annoncé, après une plainte, un rabais dérisoire sur l’abonnement :

(6) vous êtes contente de ce geste commercial Madame Gadet ?

  • 3  C’était aussi une interrogation récurrente chez Pêcheux, qui évoque à ce sujet le risque de la bêt (...)

19Briggs 2001 a montré le rôle, dans nos sociétés, de l’interviewet de questions dont la formulation induit la réponse, et Fairclough 1994 souligne ce que la mise en place de systèmes experts suppose d’analyse du monde dans une démarche processuelle en questions/réponses3.

3.4. Langue et effets de sens

  • 4  La sociolinguistique est largement demeurée tributaire de sa naissance sous les auspices de la pho (...)

20Le « travail » effectué par une catégorie discursive n’est jamais univoque et prévisible, et ce sont les rapports entre les discours qui lui donnent sens. Un effet discursif semblable (qui pose d’ailleurs toute la question de l’espace entre le même et l’autre) peut ainsi être obtenu par différents moyens linguistiques, comme on l’a vu avec l’ensemble passif/nominalisation/verbe impersonnel. On peut ainsi opposer une hypothèse sémantico-pragmatique selon laquelle si on dit autrement, on dit autre chose, à celle qui est devenue emblématique de la sociolinguistique classique et sa notion de variable, définie comme « différentes façons de dire la même chose »4. L’enjeu est rien moins que le débat entre formalisme et fonctionnalisme, la vieille question de saisir la langue d’abord par sa forme ou par ses fonctions/usages.

21Le jeu de l’interdiscours met aussi en cause d’autres catégories linguistiques, de différents niveaux, pour aboutir à de la cohérence et de la cohésion : rôle des thématisations dans le fil du discours, implication du locuteur par adverbes, adjectifs, incises, négations, emphatiques, verbes d’attitudes propositionnelles, amplificateurs/atténuateurs, mise en place de la structure interactionnelle dans des questions, la recherche de l’assentiment ou de l’implication de l’autre… Toutes ces catégories sont bien identifiées comme des lieux d’enjeu discursif.

22Soit l’AD dans une fonction critique à l’égard de la linguistique, interpellant le centre supposé de la discipline depuis sa périphérie, la forçant à un autre regard sur son matériau. Ce qui nous conduit à une question principielle quant à la fécondité de la démarche : l’analyse du discours a-t-elle progressé sur l’étude du matériau linguistique pour les discours ? Le champ est-il en mouvement quant au travail sur la langue ? Est-il enfin parvenu à articuler analyse syntaxique et problématique de l’énonciation ? (voir Courtine 1991). Sans contester l’intérêt d’études qui mettent à jour les réseaux des fonctionnements de discours, est-ce que les enjeux ne sont pas aujourd’hui davantage du côté des interprétations sociales et historiques, que du côté du matériau linguistique ?

4. Un enjeu discursif : l’émergence de l’oral

23L’étude des effets linguistico-discursifs ne relève spécifiquement d’aucune sous-discipline des sciences du langage. C’est finalement essentiellement dans l’étude de la relation oral/écrit, elle non plus objet spécifique d’aucun secteur de la discipline, que se rencontrent en creux des interrogations sur l’apport communicatif des catégories de langue, dans des travaux de sociolinguistique ou d’anthropologie linguistique (voir Johnstone 2002). A l’opposition matérielle entre canaux (l’ensemble bouche/oreille d’un côté, main ou instrument/yeux de l’autre), stable, s’oppose la « conception » discursive, historiquement déterminée et instable selon les aires communicatives (Koch & Œsterreicher 2001). Les changements qui ont affecté les nouvelles technologies de communication et les modalités de gestion des activités publiques soulignent la mutabilité de cette relation.

4.1. Changements dans les régimes de discursivité : aspects technologiques et communicatifs

  • 5  Pauvreté vraiment, ou surtout poids demeuré considérable de l’inertie des représentations, donc de (...)

24Les connaissances sur l’oral tel qu’il fonctionne vraiment demeurent insuffisantes5, de même que la prise en compte de comment les locuteurs construisent le sens (particulièrement à l’oral). Y a-t-il une nouvelle donne à partir des années 70, avec l’émergence de la linguistique de corpus ? Celle-ci hésite en effet entre les deux pôles de constituer un prolongement systématiquement outillé de l’AD, et de poser les linéaments d’une nouvelle façon de faire de la linguistique (avec des outils qui auraient des capacités heuristiques).

  • 6  C’est vers la même époque qu’ont été constitués de grands corpus dans différents pays, avec un net (...)

25Ce qui permet les corpus est une étape de la sensibilité manifestée par la langue/discours aux technologies de la parole, qui ont constamment brouillé la frontière entre oral et écrit depuis la fin du 19e siècle, et ébranlé la frontière entre parole publique et privée (Gadet 1999). Le téléphone a entraîné la relation d’interlocuteurs hors proximité spatiale et particularités linguistiques locales ; la radio, le cinéma parlant, la télévision, ont confronté passivement les usagers à des accents diversifiés dans leur langue ; le magnétophone, devenu maniable et portable vers les années 50, a permis la collecte de grands corpus oraux6 ; le micro a eu des effets sur la rhétorique de la parole publique, l’auditeur ayant moins besoin de balancements rhétoriques quand l’audibilité est assurée par la technique ; internet et les SMS valident un retour de l’écrit, mais plus spécialement sous une forme travaillée. L’usage de la langue s’est vu reconfiguré à partir d’effets culturels induits par ces technologies, qui toutes conduisent à réévaluer le face-à-face (Goffman 1979 pour les effets sur les places de producteur/récepteur de parole) : il pourrait ici y avoir synergie entre AD et sociolinguistique.

26Mais les changements sont aussi communicatifs : les prises de parole publiques sont moins réservées à des professionnels de la parole (démocratie locale, débats publics, vie associative, médias). Après une longue domination de l’éloquence et de la rhétorique (l’oral), un enseignement valorisant les phrases courtes et concises et la construction selon des stéréotypes de l’écrit fait sentir ses effets jusque dans des formes de discours publics. De nouvelles modalités de travail et de nouveaux fonctionnements des institutions rendent ordinaires, pour un nombre important d’usagers, des formes communicatives qui combinent oral et écrit.

4.2. Une opposition sociale plus que médiale

27La relation entre oral et écrit n’est donc ni stable, ni intemporelle, elle est située, comme l’ont montré les tenants d’une approche contextuelle pour lesquels ce sont non des essences mais des activités conduites dans l’un ou l’autre ordre qui diffèrent (Street 1995), qu’il s’agisse de parole publique, d’expertise, ou de discours ordinaires.

  • 7  Ces deux auteurs britanniques, dont les points de vue au départ très différents se rejoignent ains (...)

28Des différents ébranlements intervenus depuis le 19e siècle, manifestes pour l’écrit dans la littérature ou dans la prose journalistique, on s’arrêtera pour l’oral à ce que Fairclough 1994 a nommé conversationnalisation. Le 20e siècle a en effet été le théâtre d’évolutions contradictoires, d’une période dominée par la consigne de parler comme un livre, à une période dominée par écrire comme on parle et toujours parler comme on parle d’ordinaire, celle de la conversationnalisation. Celle-ci n’est pas sans rapport avec l’informalisation notée par Armstrong 2002, qui désigne ainsi un changement social convergent vers l’adoption par les locuteurs de valeurs informelles, que l’on pourrait relier à des changements politiques, à l’évolution des mentalités comme aux mutations technologiques (voir Courtine 1991). Si c’est pour l’essentiel sur le plan phonique qu’Armstrong observe l’informalisation, il s’intéresse aussi à des phénomènes morphologiques et syntaxiques classiques dans les études variationnistes, qui concernent en général des phénomènes syntaxiques peu élaborés, étant donné les exigences de la variable7.

29Ici aussi, on trouve un point de comparaison entre AD et sociolinguistique. Un obstacle auquel se heurte la sociolinguistique variationniste appliquée à des textes suivis est le fait que le repérage quantitatif est ponctuel, ce qui retrouve un trait de l’AD originelle avec la technique des mots-pivots : l’absence de prise en considération du fil du discours comme tel, au profit d’un tronçonnage du texte renforcé aujourd’hui par les pratiques des concordanciers, qui fait que la plupart des descripteurs n’ont ni maîtrise ni connaissance globale des discours de leur corpus.

5. Conclusion : re-confronter analyse de discours et sociolinguistique

  • 8  Mais une sociolinguistique de l’écrit commence à se faire jour aujourd’hui, de même qu’une socioli (...)

30La confrontation entre sociolinguistique et analyse de discours a constitué la distinction entre oral et écrit comme un enjeu entre les deux disciplines, la sociolinguistique s’étant donné comme objet central8 l’étude de l’oral spontané. Quant à l’analyse de discours, elle s’est pratiquement sinon théoriquement scindée entre des traditions européennes travaillant surtout sur le texte et l’écrit (il n’en va plus tout à fait ainsi aujourd’hui), et la tradition anglo-saxonne plus axée sur l’oral et l’analyse de conversation (Johnstone 2002).

31Y a-t-il là des germes d’opposition décisive ? Il n’y a aucune raison, pourtant, d’adhérer trop fortement aux découpages parmi les sciences humaines, pour les disciplines du locuteur et du discours aussi peu qu’ailleurs. Ainsi, un courant américain comme l’anthropologie linguistique, en s’interrogeant sur des thèmes comme l’identité, rejoint les objectifs de courants « critiques », d’anthropologie linguistique, de sociolinguistique ou d’analyse de discours (voir par exemple Blommaert 1999, pour les débats idéologiques sur le langage et les langues). La dérive du courant majoritaire de la sociolinguistique (un peu moins en France qu’ailleurs) vers un rêve de scientificité prêtée au chiffre et aux statistiques en constitue un exemple, ayant eu pour conséquence, selon les orientations positivistes dominantes, de marginaliser les courants interprétatifs appuyés sur les connaissances du membre, au profit du quantifiable et de l’empiriquement mesurable, plus accessibles à un observateur externe (voir Cameron 1990 pour une critique).

32En revanche, ce qui apparaît crucial dès que l’on sort d’oppositions illusoires comme oral vs écrit, c’est le poids des genres, au-delà des catégories traditionnelles de la rhétorique ou des consignes scolaires. Ce thème, longtemps assimilé à des problématiques littéraires (ou discursives, en fin de compte), a fait un véritable retour depuis une vingtaine d’années. On peut l’illustrer avec le travail de Biber 1988, qui a constitué un relevé de tous les traits ayant pu être donnés dans la littérature comme typiques de l’oral ou de l’écrit. Il établit ainsi une hiérarchie entre traits linguistiques, au terme de laquelle on ne peut que renoncer à distinguer oral et écrit, un récit oral étant plus proche d’un récit écrit que de l’oral de conversation, et le récit écrit se distinguant maximalement de l’écrit juridique. Ce au profit de quoi la distinction s’atténue, c’est une typologie des genres, qui ne recoupe d’ailleurs pas les genres traditionnels mais montre d’autres convergences, pas toujours attendues, comme c’est aussi le cas chez Bilger & Cappeau 2004, qui font par exemple émerger un genre « récit de voyages collectifs », sur la base de la présence de nombreux nous en position sujet, ce qui comme on le sait est rare dans l’oral ordinaire de la majorité des locuteurs.

33Ce qui apparaît alors pertinent pour caractériser l’analyse de discours dans sa confrontation à la sociolinguistique, ce ne sont avant tout ni les objets, ni les méthodes, ni les modes d’argumentation, forcément présents mais sans vraiment constituer des points d’enjeux, mais les options épistémologiques qu’ils engagent, comme cette question toujours vivante : dans quelle mesure ce qu’il y a de langue en jeu dans les discours et dans l’usage de la langue.

Haut de page

Bibliographie

Armstrong, N. (2002) « Nivellement et standardisation en anglais et en français, Langage & Société 102, 5-35.

Biber, D., 1988, Variation across speech and writing, Cambridge Uiversity Press.

Bilger M. & Cappeau C. (2004) « L’oral ou la multiplication des styles », Langage & Société 109, 13-30.

Blanche-Benveniste, C. (1993) « Variations syntaxiques et situations codifiées » in D. Latin, A. Queffelec, J. Tabi-Manga (Dir), Inventaire des usages de la francophonie, Paris, J. Libbey, 373-82.

Blanche-Benveniste, C. (2008) « Le français parlé au 21e siècle : Réflexions sur les méthodes de description : système et variations », in M. Abecassis et al. (Dir.), Le français parlé au XXIe siècle. Norme et variations géographiques et sociales, Paris, L’Harmattan, 17-39.

Blommaert, J. (1999) « The Debate is open », in J. Blommaert Ed, Language Ideological Debates, Berlin/New York, Mouton de Gruyter, 1-38.

Briggs, C. (2001) « Interviewing, Power/knowledge, and Social Inequality », in J. Gubrium & J. Holstein Eds, Handbook of Interview Research, Context and Method, Thousand Oaks and London, Sage Publ., 911-22.

Cameron D. (1990) « Demythologizing sociolinguistics: why language does not reflect society », in J. Joseph & t. Taylor eds, Ideologies of language, London and New York, Routledge, 79-93.

Chafe, W. (1982) « Integration and Involvement in Speaking, Writing and Oral Literature », in D. Tannen Ed, Spoken and Written Language, New York, Ablex p. C., 35-53.

Courtine, J.-J. (1991) « Le discours introuvable : marxisme et linguistique (1965-1985) », Histoire Epistémologie Langage 13/II, 153-71.

Fairclough, N. (1994) « Conversationalization of public discourse and the authority of the consumer », in R. Keat, N. Whiteley & N. Abercombrie (Eds), The authority of the consumer, London & New York, Routledge.

Gadet, F. (1999) « L’émergence de l’oral », in J. Chaurand (dir), Nouvelle histoire de la langue française, Paris, Le Seuil.

Gadet, F. (2007) La variation sociale en français, Paris, Ophrys.

Gadet, F., à paraître, « Les corpus oraux et la diversité des productions langagières », Verbum.

Gadet, F., et al. (2009) « Sociolinguistique, écologie des langues, etc. », Langage & Société n° 129.

Goffman, E. (1979) « Footing », Semiotica n° 25, 1-29.

Halliday, M. (1985) Spoken and Written Language, Oxford University Press.

Henry, p. (1977) Le mauvais outil, Paris, Klincksieck.

Koch, p. & W. Oesterreicher (2001) « Langage oral et langage écrit », Lexicon der romanistischen Linguistik, Tome 1-2, 584-627, Tübingen, Max Niemeyer Verlag.

Johnstone, B. (2002) Discourse Analysis, Oxford, Blackwell.

Maldidier D. (1993) « L’inquiétude du discours. Un trajet dans l’histoire de l’analyse du discours : le travail de Michel Pêcheux », Semen n° 8, mis en ligne le 21 août 2007. URL : http ://semen.revues.org/document4351.html. Consulté le 01 mars 2010.

Maziere, F. (2005) L’analyse du discours. Histoire et pratiques, Paris, PUF Que Sais-je ?

Pêcheux, M. (1975) Les vérités de la Palice, Paris, Maspéro.

Pêcheux, M. (1981) « L’énoncé : enchâssement, articulation et déliaison », in B. Conein, J.-J. Courtine, F. Gadet, J.-M. Marandin et M. Pêcheux (dir), Matérialités discursives, Lille, Presses Universitaires de Lille, 143-8.

Rastier, F. (2001) Arts et sciences du texte, Paris, PUF.

Seriot, p. (1982) « Langue de bois et discours de vent », in Essais sur le discours soviétique n° 2, 5-39.

Street, B. (1995) Social literacies, London & New York, Longman.

Haut de page

Notes

1  Cette tendance à une représentation concentrique des sciences du langage n’a pu qu’être renforcée par le récent surgissement du traitement automatique des langues, qui a donné une nouvelle légitimité au supposé centre tout en bouleversant la donne traditionnelle par le statut du texte. Voir Gadet et al 2009 pour des considérations sur l’évolution récente du champ (rapport centre-périphérie), du point de vue de disciplines liées au social (en l’occurrence, sociolinguistique, créolistique, dialectologie et contacts de langues). D’un autre point de vue, voir aussi Courtine 1991, qui revient sur les fondements de l’AD et de la sociolinguistique dans les années 70.

2  Il y a là encore une raison pour rapprocher analyse de discours et sociolinguistique : il n’y a pas plus de prédictibilité structurelle des lieux de variation sociolinguistique que de ceux d’enjeux discursifs. Si certains éléments sont de meilleurs candidats pour des raisons de fonctionnement ou de place dans la structure, les lieux de variation ne se laissent pas davantage dire en système linguistique que les points d’enjeux discursifs.

3  C’était aussi une interrogation récurrente chez Pêcheux, qui évoque à ce sujet le risque de la bêtise (voir par exemple 1975).

4  La sociolinguistique est largement demeurée tributaire de sa naissance sous les auspices de la phonologie (Labov et les courants variationnistes), sans avoir beaucoup retravaillé le postulat d’équivalence de sens entre formes différentes en syntaxe, alors que l’AD prend au sérieux la question du sens, avec l’interrogation : si on le dit autrement, est-ce que l’on dit la même chose ?

5  Pauvreté vraiment, ou surtout poids demeuré considérable de l’inertie des représentations, donc des mythes ? Les préjugés sur l’oral demeurent foison.

6  C’est vers la même époque qu’ont été constitués de grands corpus dans différents pays, avec un net retard de la France et du français (sauf à la périphérie de la francophonie, Canada et Afrique) par rapport aux autres grandes langues internationales.

7  Ces deux auteurs britanniques, dont les points de vue au départ très différents se rejoignent ainsi sur une observation de changements sociaux en cours dans les sociétés occidentales, peuvent être regardés comme emblématiques, le premier de la Critical Discourse Analysis, le deuxième de la sociolinguistique variationniste.

8  Mais une sociolinguistique de l’écrit commence à se faire jour aujourd’hui, de même qu’une sociolinguistique historique, double ouverture qui atteste que le paysage de la discipline se modifie et devrait d’ici peu renégocier sa marginalité parmi les domaines des sciences du langage. Voir Gadet et al. 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Gadet, « Enjeux de langue dans l’analyse de discours », Semen, 29 | 2010, 111-123.

Référence électronique

Françoise Gadet, « Enjeux de langue dans l’analyse de discours », Semen [En ligne], 29 | 2010, mis en ligne le 21 octobre 2010, consulté le 18 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/semen/8812

Haut de page

Auteur

Françoise Gadet

Université Paris Ouest Nanterre la Défense & MoDyCo

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page