Navigation – Plan du site
Aventures théoriques

AAD69 : archéologie d’une étrange machine

Jacqueline Léon
p. 89-90

Résumés

L’objectif de ce texte est d’appréhender le programme de recherche d’analyse automatique du discours (AAD69) conçu et réalisé par Michel Pêcheux, de deux points de vue, celui de l’automatisation, considéré comme central, et celui de sa génèse avant sa publication en 1969. Nous montrerons qu’AAD69 a été conçu comme un dispositif automatisé devant faire pièce avec les systèmes existant d’analyse documentaire. Nous montrerons aussi que les emprunts au modèle harrissien, au coeur du dispositif, l’ont été à travers la documentation automatique, qui ont largement contribué à la réception de Harris en France. Enfin, nous montrerons que les deux tournants linguistiques : linguistique computationnelle, et théorie linguistique du discours, arriment l’oeuvre de Michel Pêcheux au structuralisme généralisé.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1  On désignera par « AAD69 » le programme de recherche, l’ouvrage paru en 1969 Analyse automatique d (...)

1Parler en 2010 de l’automatisation de l’analyse de discours dans le projet AAD691 est une affaire particulièrement complexe. Comme on le sait, ce projet, au moment même de son élaboration, a fait l’objet de nombreux et continuels travaux réflexifs, auto-critiques et remaniements. Une fois Michel Pêcheux disparu (désormais MP), de nouveaux travaux critiques ont été publiés, les plus récents étant la présentation de Denise Maldidier en 1990 d’un ensemble de textes de MP et, en 1995, la publication en anglais d’un autre recueil de textes précédée d’une introduction à plusieurs voix dirigée par Hak et al. (1995). Plutôt que d’ajouter une strate supplémentaire de commentaire auto-réflexif, je propose d’examiner, sur le plan historique, le contexte dans lequel AAD69 a été élaboré considérant qu’au moment de sa publication, il était certes une esquisse, comme le signale Hak et al. (1995), qui allait être développée dans la décennie suivante, mais qu’il constituait déjà une étape, le résultat d’un travail amorcé dans les années 1966-67.

2Je partirai de l’idée qu’AAD69 n’a pas été conçu comme modèle linguistique, ni plus généralement comme modèle des sciences du langage, dans la mesure où celles-ci ne faisaient pas partie de l’horizon de rétrospection (Auroux 1987) de MP. Il a été conçu comme modèle du sens, machine de guerre politique, et aussi comme dispositif pratique à visée documentaire ; ce qui explique qu’il s’est trouvé tiraillé entre la rigueur et la cohérence exigées d’un modèle théorique (théorie du discours) et les nécessaires ajustements et compromissions qui ont toujours été, et sont encore actuellement, le lot des dispositifs de traitement automatique des langues.

  • 2  Je remercie vivement Sophie Fisher de m’avoir donné accès à ses archives personnelles sur le group (...)

3Bien qu’il soit souvent difficile de désintriquer les trois volets de ce qui constitue AAD69, c’est à partir de la focale « automatique », c’est-à-dire à partir d’AAD69 comme dispositif d’analyse automatique, que je vais orienter mon étude historique. L’histoire d’AAD69 est courte, une vingtaine d’années, et je m’intéresserai particulièrement à sa phase de gestation, à savoir les années 1966-1969. Probablement parce qu’elles ont mis en jeu d’autres espaces que la linguistique, ces années ont peu fait l’objet de travaux critiques. Considérant que les premiers travaux d’un auteur sont toujours très éclairants d’un point de vue historiographique, je m’intéresserai surtout à la genèse d’AAD69 en examinant ses versions successives : l’article du Bulletin du CERP (Pêcheux 1967a) reçu en février 1967, une version rénéotée de sa thèse datée de novembre 1967 (Pêcheux 1967b), l’article de 1968 (Pêcheux 1968) et le texte publié de 19692. J’envisagerai cette étude à partir d’un certain nombre de questions.

4Quelle est cette machine étrange, dont les détracteurs et les concepteurs, MP le premier, ont souligné très tôt les insuffisances ? Au carrefour d’un certain nombre d’innovations technologiques et théoriques des années 1960, quelle place occupait l’AAD en termes d’automatisation et de formalisation des sciences humaines ? Comment comprendre la représentation linguistique des énoncés du corpus soumis au traitement automatique, représentation tant décriée par les linguistes, à commencer par ceux qui faisaient partie du propre groupe de recherche de MP, sachant que quasiment aucun linguiste n’a été « utilisateur » de la méthode AAD ?

2. AAD69 : une machine documentaire ?

5Pour p. Henry (1995), AAD69 est un instrument conçu à l’intérieur d’une théorie, la théorie du discours au sein de la théorie marxiste des idéologies. Les éléments constituant cet instrument, et empruntés aux diverses disciplines, linguistique, logique, ou informatique vont être incorporés à la théorie qui doit se les approprier. D’où la position « instrumentalisée » voire inféodée de ces disciplines face à la théorie du discours. C’est bien à la tâche définissant théoriquement cet instrument que se consacre Thomas Herbert dans les années 1966-68.

6Cet instrument a pour objectif la lecture symptômale althussérienne, que MP rappelle dans la conclusion d’AAD69 :

L’enjeu de cette entreprise est donc finalement de réaliser les conditions d’une pratique de la lecture, en tant que détection systématique des symptômes représentatifs des effets de sens, à l’intérieur de la surface discursive (1969 : 110).

7L’automatisation, lieu de transformation des sciences sociales et humaines pendant les années 1960, est au coeur du projet de MP : AAD69 ne serait pas seulement un instrument, ce sera aussi une machine, à la fois dispositif d’analyse documentaire et machine de guerre. Ce « cheval de Troie infiltré dans les sciences sociales » (Henry, 1995 : 40) doit faire pièce aux systèmes existants. Ce doit être une « machine », un processus implémenté sur ordinateur, avec des applications et des utilisateurs.

8Dans l’Avant-Propos de François Bresson de la publication de 1969, deux notes signées « MP » attestent de cette volonté de développer un « outil qui fonctionne effectivement », qui a déjà fourni des « résultats opérationnels » à l’aide « d’algorithmes réalisés » au sein d’un groupe de travail ; d’où la présence massive (et parfois considérée comme « incongrue » et inutilement « encombrante ») des algorithmes dans l’ouvrage.

  • 3  On désignait par sciences du comportement, la sociologie, la psycho-sociologie, la psychologie et (...)

9AAD69, conçu pour l’étude des processus discursifs et comme méthode alternative à l’analyse de contenu, se trouve à la croisée de la formalisation et de l’automatisation des sciences du comportement3 et de la linguistique, en plein essor dans les années 1960. Il va emprunter certains aspects de son automatisation aux deux grands domaine d’application non numérique des ordinateurs d’après la seconde guerre, la traduction automatique et la documentation automatique. En 1966-67, années de gestation d’AAD69, c’est l’objectif de machine documentaire qui prévaut. Ce n’est que dans un second temps, vers 1968-69, que la nécessité d’une formalisation linguistique s’est imposée et a pris de plus en plus d’importance dans le dispositif. On peut identifier plusieurs raisons à cette évolution, dont AAD69 garde les traces.

  • 4  En France, l’engagement tardif dans les projets de traduction automatique et le soutien du CNRS au (...)

10 (i) Après l’échec de la traduction automatique sanctionné par le rapport de l’ALPAC en 1966, c’est la documentation automatique qui occupe la place, soit par la reconversion des projets, soit parce que certains modèles, en particulier les analyseurs (appelés aussi parseurs) syntaxiques ont été adaptés à la documentation. Même si cette évolution a pris des formes atténuées en France, la documentation automatique y est tout à fait florissante à la fin des années 19604.

11(ii) MP a investi le champ de la psychologie sociale, un des domaines déjà les plus engagés dans le développement des langages documentaires.

12(iii) Une réflexion sur les langages et représentations formels en linguistique devenait indissociable de sa position sur le sens, d’autant plus que certains systèmes documentaires revendiquaient un fondement linguistique.

2.1. Psychologie sociale, analyse de contenu et systèmes documentaires : l’enjeu d’une machine

13On peut faire l’hypothèse qu’AAD69 a été conçu comme machine documentaire pour faire pièce aux systèmes existants. De plus en plus implantés en sciences humaines, ils sont au cœur de la formalisation de différentes disciplines, à travers la représentation, le stockage et l’extraction d’information. Les deux plus grands systèmes sont le General Inquirer (Stones et al. 1966) et Syntol (Gardin et al. 1964), tous deux figurant dans la bibliographie d’AAD69.

14La psychologie sociale, élue par MP comme champ d’application de ses recherches sur l’histoire des sciences et la théorie des idéologies est une des sciences humaines (indépendamment de la linguistique) où l’automatisation est la plus avancée, pour l’analyse documentaire.

  • 5  Les notes de ce projet de thèse figurent dans la liste des documents publiés et non publiés établi (...)

15C’est donc en psychologie sociale que MP, en parallèle avec ses activités de philosophe au sein de groupes de réflexion marxiste et althussérien, décide de développer une réflexion épistémologique. En juillet 1964, il rédige un projet de thèse « histoire et épistémologie de la psychologie sociale » qui devait être dirigée par Daniel Lagache, fondateur (en 1952) du laboratoire de psychologie sociale de l’Université de Paris5. C’est dans ce même laboratoire, alors dirigé par Robert Pagès, que MP est recruté en 1966 comme attaché de recherches au CNRS. Or le laboratoire de psychologie sociale est reconnu, dès la fin des années 1950, pour le Service de Documentation qui fait son originalité. Dans son ouvrage de 1964, Gardin mentionne d’ailleurs les importantes classifications établies par le Laboratoire de Psychologie sociale, sous la direction de R. Pagès, et son utilisation de fichiers documentaires sur cartes perforées préparant l’automatisation.

16C’est dans les revues de psychologie que MP publie ses premiers travaux (Pêcheux 1967, 1968) et AAD69 sera publié chez Dunod, dans la collection « Sciences du comportement », dirigée par deux psychologues, F. Bresson et M. de Montmollin.

2.2. Syntol : le défi

17Syntol, créé par J-C. Gardin et son équipe (Cros et al. 1964) est un système documentaire, destiné à la recherche automatique de documents scientifiques analysés et indexés. Fondé sur l’idée de traduire un texte (en langage naturel) dans un langage artificiel univoque avec son lexique et sa syntaxe propre, il est constitué d’un ensemble de règles et de procédures d’enregistrement et de recherche d’informations. C’est un projet de grande envergure qui a commencé à être développé en 1960 dans le cadre d’un projet piloté par l’Euratom, le CNRS et l’EPHE (6ème section).

18En 1964, Syntol est déjà testé de façon expérimentale par plusieurs équipes en sciences sociales. Un certain nombre de codes (ou lexiques documentaires spécialisés), compatibles entre eux, ont été réalisés pour l’analyse des documents graphiques en cartographie, pour les « films ethnographiques » du laboratoire de Jean Rouch, pour l’analyse de la bibliographie de la Préhistoire pour le centre du Musée de l’Homme dirigé par Leroi-Gourhan, pour le Centre d’Analyse Documentaire de l’Afrique Noire dirigé par Françoise Izard. Syntol, en pleine expansion, a déjà une renommée internationale : il est cité par le General Inquirer (1966) comme un des deux grands système de documentation ; l’autre étant SMART, le système de Harvard. En élaborant des lexiques spécialisés compatibles entre eux, Gardin a pour ambition une organisation « fédérale » de la documentation en sciences humaines en investissant les centres de calcul.

2.3. La critique de Syntol

19Le projet de Gardin intéresse particulièrement p. Henry et MP. Syntol repose, comme les autres systèmes documentaires, sur une réduction des synonymies et des polysémies du langage naturel pour obtenir un lexique artificiel, le langage documentaire, dont les termes ont un sens univoque et consensuel pour une discipline donnée. De plus, Syntol comprend un système de renvoi entre mots, une sorte de réseau sémantique, qui structure l’information.

20Paul Henry et Werner Ackermann dirigent en 1967 un numéro du Bulletin du CERP entièrement consacré à l’analyse de contenu et aux systèmes documentaires. Trois articles traitent de Syntol, en particulier un article critique de p. Henry.

21P. Henry admet la nécessité d’un langage de la science nécessairement réduit et comportant des invariants et des liens logiques. Par ailleurs, il reconnaît l’intérêt des exigences qu’imposent la formalisation en Syntol, obligeant le chercheur à une analyse plus rigoureuse et plus systématique. Il met toutefois en évidence les interventions subjectives de l’analyste à plusieurs moments-clés de la procédure, en l’absence de tout contrôle et de toutes règles. Il montre également que l’analyse effectuée à l’aide de Syntol morcelle le texte et détruit la logique de la classification proposée par le sujet pourtant légitime et naturelle, en ne gardant aucune trace des glissements de sens.

22C’est à une question épistémologique, la constitution de codes institutionnellement définis pour les sciences, que MP consacre le début de son article (Pêcheux 1967a) – repris dans le premier chapitre d’AAD69. Il interroge l’objectif de Gardin, archéologue de formation, consistant à classer des objets archéologiques, à partir de traits distinctifs univoques capables de couvrir tous les caractères de tous les objets, de quelque provenance ou époque qu’ils proviennent. MP questionne « l’analyse technologique destinée à établir le recensement de tous les traits distinctifs nécessaires à la description des objets »… « C’est donc parce qu’il existe déjà un discours institutionnellement garanti sur l’objet que l’analyste peut rationaliser le système de traits sémantiques qui caractérisent cet objet… le système d’analyse aura donc l’âge théorique (le niveau de développement) de l’institution qui le norme… » (1967a : 216).

23A cette norme a priori garantie par l’institution, MP oppose de prendre en compte les processus de production des textes seuls susceptibles de déterminer ce sens et qu’il convient de théoriser :

Tout système sémiologique [représenté par un discours empiriquement donné] doit être référé aux places d’où les discours correspondants peuvent être respectivement prononcés et entendus, ce qui suppose une saisie psycho-sociologique des conditions de communication, mettant en évidence le système des places possibles (1967a : 219-220).

24A partir des concepts saussuriens qu’il développe longuement dans cet article (partie également reprise dans AAD69), MP adopte, contre la pratique de l’analyse de contenu dans les sciences humaines, une position structuraliste constructiviste sur le sens. Cette conception non réductionniste du langage dans l’histoire des sciences aboutira plus tard sur une réflexion sur la sémantique dans les sciences du langage.

25Il systématisera sa critique dans un article de 1968 (Pêcheux, 1968), en mettant au jour les hypothèses implicites à l’œuvre derrière les différentes pratiques d’analyse de contenu, dont l’analyse automatique documentaire de type Syntol postulant des classes d’équivalence apriori. À ces hypothèses, il oppose des contre-hypothèses fondatrices d’une « technique d’analyse du discours », première ébauche d’AAD69, où les classes d’équivalence ne sont pas données a priori mais sont des résultats : après avoir évalué la comparabilité sémantique de deux configurations, on forme des chaînes de similitudes sémantiques susceptibles d’être regroupées en classes d’équivalence ou domaines sémantiques.

26Avec le numéro du Bulletin du CERP et l’article de 1968, les hostilités avec Syntol sont ouvertes et ne font que commencer. Dans son ouvrage Les analyses de discours, Gardin (1974) ne mentionne ni MP ni AAD69, ni d’ailleurs les travaux de Dubois. De plus, parmi les critiques d’AAD69, on trouvera celles des collaborateurs de Gardin, (cf. §4 ci-dessous).

2.4. AAD69 : un système alternatif d’analyse documentaire

  • 6  Dans la version ronéotée de sa thèse (1967b), MP avait d’ailleurs réservé trente pages à Jean Boui (...)

27L’enjeu de la documentation automatique est très présent pour AAD69. De nombreuses références bibliographiques en témoignent, et on peut en tracer divers aspects dans les différentes versions du texte. Dans la conclusion de l’article de 1968, Pêcheux signale que c’est à Jean Bouillut, un de ses collègues chercheurs du laboratoire de psychologie sociale engagé dans la fabrication d’un langage documentaire à partir de Syntol, pour la psychologie sociale et la sociologie, qu’il doit le principe de l’analyse de comparaison des relations binaires, la formation des chaînes et le regroupement en classes d’équivalence (1968 : 117)6.

  • 7  Dans Syntol « Syntagmatic Organization Language », les graphes de couples de mots-clé Mi, Mj, liés (...)

28Il n’est donc pas étonnant que cette partie de la procédure, directement issue de l’analyse documentaire, emprunte certains de ses éléments à Syntol : notamment la représentation d’une phrase comme graphe de relations binaires7, et l’idée de faire intervenir des pondérations dans la procédure de comparaison. C’est cette partie de la procédure qui sera d’ailleurs très vite écrite sous forme d’algorithmes (présents dans AAD69) puis programmée.

29Dans AAD69, outre que la partie théorique se présente comme une critique de l’analyse de contenu, MP continue à faire référence à la documentation automatique. Dans le tout dernier paragraphe de l’ouvrage, figure une référence au résumé codé de la documentation automatique, et aux connaissances a priori du sens que cette technique suppose :

[…] toute réduction arbitraire préalable de la surface Dxn par des techniques du type “résumé codé” doit être évitée puisqu’elle suppose en fait la connaissance du résultat qu’il s’agit précisément d’obtenir […] (1969 : 112).

3. Discourse Analysis de Harris : un modèle linguistique pour l’analyse documentaire

30Les linguistes du groupe ADELA ont été intrigués (Hak et al. 1995 :52) de la faible importance accordée à Harris dans AAD69. Celui-ci n’est mentionné qu’une seule fois à propos d’une transformation mineure (ajout de la copule dans le cas d’un adjectif épithète), alors que la représentation en phrase-noyaux des énoncés élémentaires, la méthode par classes d’équivalence, et le nom même d’« Analyse du discours » lui sont dus. MP a, par la suite, fait plusieurs fois amende honorable et a reconnu sa dette envers Harris. En particulier, dans le cadre des grands remaniements présentés dans Langages 37 (1975), sont discutés deux aspects fondamentaux de la théorie harrissienne, absents d’AAD69 parce qu’ils n’en étaient pas alors l’enjeu : la notion de paraphrase et les questions associées d’identité et de synonymie ; l’opposition à la conception harrissienne du corpus réduit à un seul texte.

31On peut avancer deux tentatives d’explication à cette singulière référence à Harris:

321. C’est en tant que modèle documentaire que MP prend connaissance des travaux de Harris.

332. Au moment de la publication de AAD69, le modèle de MP est déjà en pleine mutation concernant la représentation linguistique des énoncés élémentaires, passant du modèle harrissien des phrases noyaux au modèle culiolien des schémas de lexis.

34Au moment de l’élaboration d’AAD69, Harris n’est pas encore traduit en français. Les premiers textes en français seront publiés en 1969 dans Langages 13. Auparavant, on trouve quelques références et compte rendus épars dans des travaux de linguistique qui, selon toute évidence, ne faisaient pas partie de l’horizon de rétrospection de MP à ce moment-là. C’est par l’intermédiaire des travaux en documentation automatique qu’il entend parler des travaux de Harris.

35L’analyse distributionnelle harrissienne est en effet reconnue par les auteurs de systèmes documentaires comme méthode documentaire à base linguistique (Stone et al. 1966 : 53).

  • 8  D’octobre 1964 à juillet 1965, Maurice Gross est détaché de l’Institut Blaise Pascal à l’universit (...)

36Il ne faut pas oublier qu’Harris, dans le sillage de ses travaux en traduction automatique, a lui-même publié des textes proposant une méthode de documentation automatique (information retrieval) et un analyseur syntaxique fondé sur sa grammaire en chaîne (Harris 1959a, 1959b). D’ailleurs, les premiers Harrissiens français, Maurice Coyaud et Maurice Gross8, font partie de la Section d’Automatique Documentaire (SAD) dirigée par Gardin, que M. Gross dirigera à son tour et transformera en LADL (Laboratoire d’Automatique Documentaire et Linguistique) en 1970. L’objectif de Harris est d’utiliser les transformations pour la recherche d’information dans les textes scientifiques, dans la mesure où, dans son approche, les transformations conservent l’information dans les textes scientifiques – ce qui n’est pas le cas dans des textes littéraires. Cette approche le conduira, sur les traces de Carnap, à proposer une grammaire de l’information des sous-langages des sciences (Léon 2008).

37Dans le numéro du CERP (1967), après avoir présenté la méthode de Harris (1952, 1957), p. Henry tente de l’appliquer, de façon comparative avec Syntol sur le corpus d’Ackermann et Zigouris. Bien qu’il en repère les limites, en particulier pour l’analyse d’énoncés stylistiquement complexes, il note qu’Harris ne prétend pas qu’il soit possible en partant de l’analyse distributionnelle et des transformations d’atteindre le contenu sémantique des textes analysés. Ce que p. Henry nomme la « culture de l’analyste » va devoir intervenir au niveau de l’interprétation et de la comparaison des énoncés. Dans le même numéro, MP emprunte explicitement à Harris (1963), tout en la discutant, la méthode par classes d’équivalence puis son analyse en phrases-noyaux qu’il intégre dans une esquisse de grammaire de reconnaissance. Une telle méthode permettait de fournir les conditions d’interprétation du discours sans avoir recours au sens a priori comme les systèmes documentaires.

38On sent toutefois que MP est mal à l’aise à l’égard de Harris, et ne le cite qu’en note de façon plutôt lapidaire. En fait, si MP adopte l’idée de classes d’équivalence pour « générer » les discours, définis comme systèmes sémiologiques, il critique la « taxinomie » effectuée par Harris pour qui les classes d’équivalence sont stables sur tout le discours, ce qui ne permet pas de rendre compte des« formes de progression du discours ».Il propose d’ailleurs une ébauche de typologie des discours, où « la forme présentative (rapport, récit, histoire, légende) » s’opposerait à « la forme démonstrative (preuve, justification, argumentation) » (1967a : 221). La question du discours ramené à un seul texte ne se pose pas encore.

  • 9  Aussi n’est-ce que dans l’après-coup et la réinterprétation, que l’institution de Discourse Analys (...)

39Ce qui est dû à Harris, c’est la méthode documentaire de comparaison aboutissant à des classes d’équivalence, et c’est, de fait, Bouillut qui est l’auteur du transfert des classes d’équivalence harrissiennes vers une méthode d’analyse des processus discursifs9. MP emprunte également à Harris la notion de « phrase-noyau » pour représenter les séquences de surface, et propose une esquisse de grammaire pour les générer. Cette grammaire assimile des éléments de la représentation de Harris, à savoir la phrase noyau en tant que suite de classes de morphèmes, et des éléments de la grammaire générative de Chomsky. Le résultat est assez étrange : les règles ne sont pas des règles de réécriture, elles ne sont ni syntagmatiques, ni récursives et ne génèrent rien. Ce qui les rend assez peu « linguistiques » et en tous cas peu opérationnelles. Toutefois l’idée de grammaire de reconnaissance est là, ainsi que celle d’automatisation. Il conclut, à propos de cette ébauche de grammaire :

L’effectuation « manuelle » de ces différentes opérations est évidemment très lourde pour une séquence dépassant quelques lignes ; notre conviction est que des procédés analogues à ceux de la traduction automatique (transformation des phrases en « arbres » chomskiens) permettent une mécanisation des premières opérations, et que la troisième (phase d’analyse) est également automatisable : l’essentiel est sur ce point de réduire le volume des mémoires et le temps de comparaison, donc de définir un - algorithme optimum d’analyse (Pêcheux, 1967a : 223).

40C’est en effet vers la traduction automatique qu’il va se tourner pour élaborer sa grammaire et fabriquer les premiers algorithmes. Mais au lieu des « arbres chomskyens », c’est la lexis culiolienne qui va devenir le modèle linguistique.

4. Le tournant linguistique et computationnel

4.1. Lexis et grammaires de reconnaissance

  • 10  D’après Chevalier (2006 : 51), ce colloque organisé par Antoine Culioli et rassemblant de nombreux (...)

41Le terme « grammaire de reconnaissance » apparaît dans l’article de 1968. Dans le même paragraphe, apparaît également le terme « lexis » que MP dit devoir à A. Culioli qu’il a rencontré en été 1967 au colloque de l’AFLA à Nancy10. Dans la version ronéotée de novembre 1967, bien que Culioli ne figure pas encore dans la bibliographie, une note (qui sera reprise dans AAD69 p. 70) indique que sera fait « grand usage des distinctions et mises au point relevant de la méthodologie linguistique, que M. Culioli a eu l’amabilité de nous communiquer spécialement sur les questions du mode de détermination du SN, des marques attachés au syntagme verbal et de la lexis. » A partir de là, les énoncés élémentaires seront présentés comme une réalisation de la lexis dans le discours : « Les énoncés élémentaires E1… Ex représentent des unités discursives correspondant à la réalisation d’une lexis dans le discours » (Pêcheux, 1968 : 116). Dans la pratique, les énoncés élémentaires constituent une forme mixte entre phrase-noyau (suite de catégories de surface) avec une place (la forme de l’énoncé) pour les modalités d’énonciation, forme qui ne satisfera jamais les linguistes.

42A partir de fin 1967, l’élaboration d’une grammaire de reconnaissance sur la base de la formalisation de la lexis de Culioli fait l’objet d’un groupe de travail, le « groupe d’Aussois », groupe informel rassemblant des psycho-sociologues, et des linguistes et informaticiens culioliens (dont Culioli lui-même), ainsi que les deux autres membres du « BCG », le logicien Jean-Blaize Grize et le psychologue François Bresson.

  • 11  C’est à l’EPRASS qu’est mis en place le premier enseignement de linguistique formelle et mathémati (...)

43Deux lieux institutionnels sont investis par ce groupe de travail, au sein desquels MP expose et discute une première version d’AAD69. L’EPRASS (Enseignement Préparatoire à la Recherche Approfondie en Sciences Sociales), créé de 1965 à 1970 à l’EPHE 6e section pour former à la recherche en anthropologie, comprend, en 1967-68, quatre sections, dont une section de sémantique et linguistique, avec une sous-section « analyse de contenu » où MP enseigne dès septembre 1967, en compagnie de p. Henry11. Le second groupe institutionnel est l’équipe TAL (traitement automatique des langues) dirigée par Jacques Rouault au sein du CETA (Centre d’Etudes de Traduction Automatique) lui-même dirigé par Bernard Vauquois. Ce groupe travaille en même temps sur une seconde version d’un analyseur (Pivot II) pour la traduction automatique.

44Deux esquisses de grammaires de reconnaissance voient le jour :

45Sophie Fisher, Catherine Fuchs et Hélène Pauchard, membres du groupe d’Aussois, élaborent, dans le cadre du CETA et d’un mémoire de l’EPRASS, une esquisse d’analyseur syntaxique en 1967-68. La grammaire de reconnaissance utilise le cadre formel du CETA et est appliquée sur un corpus de phrases fournies par MP. Le parseur construit des regroupements binaires et des arbres de dépendance à l’aide d’automates à états finis, selon une stratégie gauche-droite (Fisher et al. 1968).

46Un second analyseur morpho-syntaxique est envisagé en 1973 (Fuchs et al. 1973) ayant pour objectif d’associer aux unités analysées morphologiquement une description constituant l’amorce d’une reconnaissance syntaxique. Au préalable, un analyseur morphologique est chargé de décomposer les unités en formes de base et terminaisons à partir d’un dictionnaire de formes et de règles.

47On retrouve, à travers ces tentatives, les questionnements et tâtonnements des premiers expérimentateurs de parseurs et d’analyseurs morphologiques pour la traduction automatique des années 1950. L’analyse en bases et terminaisons, déterminée par les contraintes et les limites de la machine, mais aucunement justifiée linguistiquement, avait suscité de nombreuses critiques de la part des linguistes qui y voyaient, à raison, une « linguistique pour ingénieurs » (Léon 1999). Ce décalage entre les travaux américains et les tentatives du groupe d’Aussois doit être interprété comme un des nombreux aléas de la réception en France de la linguistique computationnelle, dont une des caractéristiques est le retard et le décalage français en matière de construction de calculatrices électroniques, puis d’expérimentations en traduction automatique, associés à un manque de soubassement pour la réception des modèles formels logico-mathématiques (Léon 1998).

48Le projet de grammaire de reconnaissance, resté à l’état d’ébauche et comme problème non résolu et à résoudre pour le dispositif AAD69, resurgira dans les années 1980.

4.2. AAD69, un système de TAL des années 1970 ?

49A partir de sa programmation 1971, on peut considérer AAD69 comme un véritable système de TAL. Au début des années 1970, les algorithmes d’AAD69 sont programmés et implémentés en machine. Une version en Fortran IV, programmée en 1971 par Philippe Duval, est implémentée sur IBM360 sur deux sites : à l’Université de Bologne et, en 1973, au Service de Calcul pour les Sciences Humaines. En 1972, une version en AlgolW programmée par Mireille Dupraz est implémentée à l’Université de Grenoble, toujours sur IBM360. Contrairement à Fortran, langage de programmation créé pour le traitement des données numériques et donc très malaisé à manipuler pour les chaînes de caractère, AlgolW, permettant de programmer la récursivité, est plus proche des langages comme COMIT et LISP, créés au MIT pour le traitement des listes (et donc les arborescences) à des fins d’analyse syntaxique.

50Avec le manuel d’utilisation publié par Claudine Haroche et MP dans TAInformations en 1972 (Haroche, Pêcheux, 1972), AAD69 devenait un véritable système opérationnel pouvant concurrencer les systèmes documentaires et d’analyse de contenu. Avec le programme mis au point par le Centre de lexicométrie de l’ENS de St Cloud, il devenait l’un des rares « programmes d’analyse de textes » (par opposition aux traitements numériques), opérationnels en France. A ce titre il a fait l’objet d’une recension par David Hays, un des chefs de file et fondateurs de la Computational Linguistics aux Etats-Unis, qui, tout en signalant le malentendu radical concernant la grammaire de Chomsky, et regrettant la pauvreté de la grammaire fournie en regard des ambitions théoriques – « to give so many pages to a grammar with such limited validity seems unwise » (Hays, 1973 :1089) – salue l’apparition de l’idée d’une linguistique pour l’analyse de discours.

  • 12  Certaines thèses ont été soutenues plus tard, mais dès 1979, les nouveaux projets n’étaient plus a (...)
  • 13  Geneviève Provost-Chauveau 1970, dans son compte-rendu d’AAD69, souligne la constitution d’une typ (...)

51Le programme AAD69, pendant sa courte période d’activité (de 1971 à 1980)12, va être utilisé par une dizaine de doctorants et chercheurs en sciences humaines, la plupart du temps sur des corpus de discours politiques. Ces chercheurs ne sont pas des « utilisateurs » ordinaires, de simples consommateurs de programmes, posture d’ailleurs très rare à l’époque, étant donné l’investissement considérable que représentait l’utilisation d’une méthode automatisée. Ils participaient souvent de façon très active aux débats sur l’analyse de discours et ses enjeux théoriques. MP lui-même a appliqué la méthode sur trois corpus, en collaboration avec des historiens et des psycho-sociologues, déterminant ainsi une typologie de corpus, archives et expérimentation, dont il avait esquissé l’idée en 196713. Une de ses applications la plus aboutie, sans doute parce qu’elle donna lieu à de nombreuses discussions, fut l’étude du rapport Mansholt, menée par MP, p. Henry et Jean-Pierre Poitou, et dont l’objectif était de rendre manifeste les lectures d’un texte ambigu idéologiquement (Pêcheux et al. 1979).

52En tant que système de TAL, AAD69 présentait un certain nombre de faiblesses dues à la technologie de l’époque (mémoire et vitesse limitées des ordinateurs, impossible interactivité entre l’usager et la machine, langages de programmation non adaptés au traitement des chaînes de caractère etc…), et à l’incompatibilité de la représentation linguistique avec un modèle de linguistique formelle cohérent et un traitement computationnel par un parseur syntaxique. AAD69, de ce point de vue, peut être considéré comme un système de TAL « classique » avec tous les défauts, failles, imperfections, voire illusions que cela implique. Il est clair que l’idée d’un système complet de TAL à large couverture était une gageure majeure, et comme tous les systèmes globaux des années 1960-70, il devait être abandonné au profit de systèmes plus modulaires.

5. Critiques, auto-critiques, remaniements, abandons

53La phase suivante est davantage connue ayant déjà fait l’objet d’études critiques (Maldidier 1990, Hak et al. 1995). Elle est aussi très riche, et nous ne l’aborderons que du point de vue qui nous occupe ici, l’automatisation et la formalisation linguistique.

  • 14  Je nomme ainsi les linguistes, comme Jean-Marie Marandin et Jean-Jacques Courtine, qui ont fait le (...)
  • 15  3AD75 pour « Approximation Automatique de l’Analyse du Discours » fut implémentée sur IBM360/67 so (...)

54Très rapidement, les critiques d’AAD69 s’accumulèrent, les remaniements aussi. Elles émanent de diverses sources (« ennemis », membres de l’équipe de MP, « nouveaux analystes » du discours14). MP lui-même et son groupe de travail ont émis un certain nombre de critiques méthodologiques comme le caractère hybride des énoncés élémentaires, l’arbitraire des pondérations, ou la difficulté de comparer des structures complexes à l’aide des procédures algorithmiques (Pêcheux 1975). Claude del Vigna, de l’équipe TAL de Grenoble, élabore une version du programme qui tente de répondre à ces divers problèmes, notamment celui de comparer des chaînes de longueur variable. Interactive, 3AD7515 donne la possibilité à l’utilisateur de faire varier les pondérations (Del Vigna 1977).

55Emanant du groupe des « empirio-criticistes » proches de Gardin, la critique porte sur la circularité entre hypothèses et interprétation (Borillo et Virbel 1973). C’est également la critique, démontrée à l’aide d’un exemple, que portent Fisher et Veron (1973). On la retrouve formulée de façon réflexive dans (Lecomte et al. 1984 : 153) : « Il a été maintes fois reproché à l’AD de n’être qu’un détour qui retrouve, comme résultat à la fin de l’analyse, le savoir à propos d’un extérieur du discours (condition de production, situation d’énonciation, histoire des idées) qu’elle a mobilisé pour clôre un corpus ». MP a tenté d’y répondre dans Langages 37, en distinguant deux responsabilités, celle de la construction de corpus à partir d’hypothèses extra-discursives d’ordre socio-historique, et celle de la responsabilité de la procédure, « à savoir la responsabilité de réaliser une lecture non-subjective […]. Sans cette distinction entre les deux responsabilités, on est fatalement conduit à l’idée d’une circularité par laquelle l’AAD court le risque “de retrouver comme résultat de l’analyse le contenu même introduit et organisé par cette catégorisation” » (1975 : 26 ; la citation est de Borillo et Virbel 1973).

  • 16  Ce que MP, dans son très curieux texte « L’étrange miroir de l’analyse de discours » dénonce de fa (...)

56Un troisième ensemble de critiques provenant d’analystes du discours eux-mêmes, utilisateurs ou non d’AAD69, dénonce la discordance entre la lourdeur de la mise en œuvre de la procédure16 et la pauvreté des résultats (Ramognino 1978), entre son apparente scientificité et la subjectivité de l’interprétation : « Tout cela concourt à donner l’impression à l’utilisateur de l’AAD69 que les objets appelés “domaines” sont l’effet de la mystérieuse instrusion de la subjectivité lectrice dans l’objectivisation mathématique » (Bonnafous 1981 : 146). En l’absence de toute théorie de la paraphrase, le statut des équivalences produites par substitution pose problème : comment en effet évaluer les résultats de cette « machine à produire de l’identité » ? (Pêcheux et al. 1982 : 119).

57Ces critiques en rejoignent une autre, maintes et maintes fois réitérée, et qui conduira à l’abandon définitif d’AAD69 : celle de la discordance entre les exigences théoriques d’une part, la faiblesse de la représentation linguistique et les manquements de la procédure, d’autre part. La nécessité de rattraper l’écart qui sépare l’analyse du discours de la théorie du discours devient urgente. Les formules sont sans appel :

… [ce] qui vaut à l’analyse du discours condescendance ou mépris, c’est la pratique du “collage théorique” (emprunt “sauvage” de notions à des corps théoriques hétérogènes et du bricolage pratique. Voilà une donnée de départ qu’il faut travailler (Marandin 1979 : 17).

58Enfin, un dernier ensemble de critiques émanent des linguistes proches de MP, qui outre la répulsion que leur inspirait la structure hybride des énoncés élémentaires, refusaient l’instrumentalisation de la linguistique par AAD69 (et plus largement l’AD), et le statut de sous-discipline qu’elle imposait. « L’AD a besoin de résultats et la linguistique n’a besoin de rien » (Gadet, Marandin, 1984 : 20). Ceci suppose que l’objet de l’AD soit distinct de celui de la linguistique, même si, comme l’indiquait MP, « La frontière entre le linguistique et le discursif est constamment remise en cause dans toute pratique discursive » (1975 : 3).

  • 17  Il faut noter que cette problématique était déjà discutée lors de séances de la sous-section « ana (...)

59À partir de ces critiques, on peut dire qu’AAD69 a connu un second tournant linguistique, pouvant se décliner en deux volets : l’émergence d’une théorie linguistique du discours17, et, pour ce qui nous intéresse ici, la réapparition de la question de l’analyseur syntaxique face à l’urgence et la priorité qu’il y avait à construire une grammaire de reconnaissance pour un nouveau dispositif d’AAD.

60L’abandon officiel d’AAD69 en 1982 (Pêcheux et al. 1982), relayé par le texte de Marandin et Pêcheux (1984) sur la formalisation, ont clairement remis la syntaxe au centre de l’AD. L’hypothèse centrale est qu’aucune manipulation d’expressions linguistiques n’est possible sans prendre en compte leur structuration syntaxique, considérant toutefois que le questionnement sur l’autonomie de la syntaxe dans les phénomènes discursifs implique que d’autres dimensions soient prises en compte comme l’énonciation, le lexique ou la séquence. Ainsi, la séquence et l’intra-discours et leur appréhension à l’aide « d’algorithmes syntagmatiques » se retrouvèrent légitimés au même titre que la dimension de l’énoncé, traditionnelle de l’AAD, qu’appréhendaient les « algorithmes paradig-matiques ».

61Le renouveau vient alors d’Amérique… du Canada, qui fait bénéficier le projet des avancées technologiques des années 1980. Le logiciel Déredec, mis au point par p. Plante de l’UQAM permettait ces évolutions. Développé sur micro-ordinateur, en particulier sur Macintosh, dont la convivialité de l’interface était sans commune mesure avec le MS-DOS beaucoup plus répandu en France à l’époque, le logiciel pouvait être utilisé par des linguistes non-informaticiens tout en permettant un travail collectif et partagé. Ecrit en LISP, un des deux langages créés au MIT au début des années 1960 pour l’intelligence artificielle et les analyseurs syntaxiques, il offrait enfin une interface adaptée au traitement des langues naturelles, aux représentations arborescences, à l’analyse syntaxique. On va enfin pouvoir construire la grammaire de reconnaissance souhaitée par MP dès 1967. Un nouveau projet d’AAD, AAD80, devient alors possible.

  • 18  D’autres projets d’AD utilisant les potentialités de Déredec comme outil de modélisation d’objets (...)

62Avec la disparition de MP, le projet d’AAD, de même que l’existence de l’équipe « Analyse du Discours et Lectures d’Archive » perdent tout sens. Les travaux sur les algorithmes séquentiels se poursuivent quelques années à partir de la reconnaissance de la matérialité du texte dans le discours (Lecomte et al. 1984 ; Léon, Marandin 1986)18 ; le projet d’analyseur syntaxique s’autonomise du projet d’AD et devient un enjeu pour la théorie syntaxique elle-même jusqu’à ce que Marandin (1993), montrant qu’un parseur syntaxique ne peut pas être une instance d’expérimentation pour la syntaxe, remette en cause la nécessité d’une interaction entre informatisation et théorie syntaxique. Le projet d’analyseur est à son tour abandonné.

6. Conclusion

63Même s’il est intéressant d’évaluer AAD69 en tant que système de TAL, ce qu’il prétendait aussi être, il est bien entendu totalement réducteur de ne l’appréhender que de ce point de vue, et nous espérons que ces lignes l’ont montré. Si l’on veut envisager cette aventure qu’a été AAD69, à la fois programme de recherche et dispositif informatisé, d’un point de vue plus global et rétrospectif, on est tenté, comme l’a fait d’ailleurs MP lui-même, de l’inclure dans le mouvement post-structuraliste :

Les références théoriques (positives et négatives), qui, à partir de 1966, ont présidé à la construction du dispositif AAD (analyse automatique du discours paru en 1969 chez Dunod, premier programme informatique « opérationnel » en 1971), s’inscrivent dans l’espace du structuralisme philosophique des années 1960, autour de la question de l’idéologie et en particulier celle de la lecture des discours idéologiques (1982 : 95).

  • 19  Ils rappellent d’ailleurs que Les Vérités de la Palice (1975) a été le seul ouvrage de MP traduit (...)

64On sera tenté aussi de ne pas limiter cette appartenance au structuralisme philosophique comme l’ont fait Hak et Helsloot (1995) qui signalent que MP est, dans le monde anglo-saxon, plus connu comme philosophe et théoricien des idéologies que comme analyste de discours19. Les deux tournants linguistiques que nous avons tentés de mettre au jour, linguistique computationnelle et théorie linguistique du discours, nous semblent totalement inscrire l’oeuvre de MP dans le « structuralisme généralisé » (Chiss et Puech 1987 : 270). Le rapport complexe à la linguistique, devenue incontournable, l’attrait pour les horizons de formalisation, axiomatisation (Harris) et mathématisation (Chomsky) qu’elle offrait, élargissait et enrichissait sa réflexion sur le sens et plus généralement le langage. L’automatisation, qui fait lien entre les deux théories concurrentes à visée hégémonique des années 1960, théorie de l’information et structuralisme, doit aussi être perçue du point de vue du structuralisme généralisé, contribuant ainsi à ce qui fait l’originalité indéniable de l’œuvre de Michel Pêcheux.

Haut de page

Bibliographie

Auroux, S. (1987) « Histoire des sciences et entropie des systèmes scientifiques. Les horizons de retrospection », in Peter Schmitter (Hrsg.) Zur Theorie und Methode der Geschichtsschreibung der Linguistik, Tübingen, Narr, 20-42.

Bonnafous, S. (1983) « Processus discursifs et structures lexicales. Le congrès de Metz (1979) du Parti Socialiste », Langages 71.

Borillo M., Virbel, J. (1973) « Une maladie infantile de l’analyse des données textuelles dans les constructions scientifiques en histoire, la “théorie du discours” », repris dans : « Remarques méthodologiques à propos des “recherches sur le discours illuministe au 18ème siècle, Louis-Claude de Saint-Martin et les « circonstances » ”. G. Gayot et M. Pêcheux » juin 1973. URADCA document de travail.

Chevalier, J.-C. (2006) Combats pour la linguistique, de Martinet à Kristeva, Lyon, ENS Editions.

Chiss, J.-L., Puech C. (1987) Fondations de la linguistique, Bruxelles, De Boeck.

Courtine, J.-J. (1981) « Quelques problèmes théoriques et méthodologiques en analyse du discours, à propos du discours communiste adressé aux chrétiens », Langages 62, 9-128.

Coyaud, M., Siot-Decauville, N. (1967) L’analyse automatique des documents, Paris, La Haye, Mouton.

Cros, R.C., Gardin J.-C., Levy, F. (1964.) L’automatisation des recherches documentaires. Un modèle général. Le Syntol, Paris, Gauthier-Villars.

Culioli, A., Fuchs, C., Pêcheux, M. (1970) « Considérations théoriques à propos du traitement formel du langage », Documents de linguistique quantitative n° 7, Paris, Dunod.

Del Vigna, C. (1977) « Paraphrase discursive – Essai d’évaluation quantitative : le système informatique AAAD75 », TA Informations, vol. 18-1, 47-61.

Dubois, J. (1960) « Les notions d’unité sémantique complexe et de neutralisation dans le lexique » Cahiers de lexicologie, vol. 2, 62-66.

Fisher, S., Fuchs, C., Pauchard, H. (1968) Modèle réduit d’un analyseur syntaxique du français. Document CETA sept. 1968 non publié.

Fisher, S., Veron, E., (1973) « Baranne est une crème », Communications 20,  162-181.

Fuchs, C., Haroche, C., Henry p. , Leon J., Pêcheux M. (1973) Premiers éléments d’un analyseur morpho-syntaxique du français. Document de travail non publié.

Gadet, F., Marandin, J.-M. (1984) « La linguistique comme contexte de l’analyse de discours » Mots 2, 19-24.

Gardin, J.-C. (1974) Les analyses de discours, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé.

Gardin, J-C. , Jaulin, B. (1968) « Introduction », Calcul et formalisation dans les sciences de l’homme, Actes des Journées internationales d’études sur les méthodes de calcul dans les Sciences de l’Homme, Rome 4-8 juillet 1966, Unesco et MSH, Paris : Editions du CNRS.

Hak, T. , Hesloot, N. (éds), (1995), Michel Pêcheux. Automatic Discourse Analysis, Amsterdam, Rodopi. Version anglaise remaniée de ………..

Gadet, F., Hak, t. , (éds) (1990) Por uma análisa automática do discurso. Uma Introdução à Obra de Michel Pêcheux. Unicamp, Editora da Unicamp.

Haroche, C., Pêcheux, M., (1972), « Manuel pour l’utilisation de la méthode d’analyse automatique discours (AAD) » Ta informations 1972-1, 13-55.

Harris, Z.S. (1952) « Discourse Analysis », Language 28, 18-23. Reprint in Harris 1970, 313-348.

Harris, Z.S. (1957) « Co-occurrence and transformation in linguistic structure », Language 33 283-340. reprint in Harris 1970, 390-457.

Harris, Z.S. (1959a) « Linguistic Transformations for Information Retrieval », reprint in Harris 1970, 458-471. 

Harris, Z.S. (1959b) « Computable Syntactic Analysis : the 1959 Computer Sentence-Analyzer »reprint in Harris 1970, 253-275.

Harris, Z.S. (1963) Discourse Analysis. Reprints. La Haye, Mouton and Co.

Harris, Z.S. (1970) Papers in Structural and Transformational Linguistics, Dordrecht, D. Reidel.

Hays, D.G., (1973). « Review of Analyse automatique du discours by M. Pêcheux » TheAmerican Anthropologist 75, 1088-1090.

Henry, p. (1967) « Analyse de contenu, connaissances scientifiques et langage documentaire ; questions méthodologiques » Bulletin du CERP 16-3, 245-263.

Henry, p. (1995) « Theoretical issues in Pêcheux’s Automatic discourse analysis (1969) » in HAK et al., 21-40.

Lecomte, A., Leon, J., Marandin, J.-M. (1984) « Analyses du discours : stratégie de description textuelle » Mots 9, 143-165.

Léon, J., Marandin, J.-M. (1986) « Sarrasine revisited : a perspective in text-analysis », Computers and the Humanities, Vol 3, 217-224.

Leon, J., Maziere, F. (1990) « Modélisation d’énoncés définitoires de dictionnaire à l’aide du logiciel Déredec et Analyse du Discours », Literary and Linguistic Computing, Vol 5 n° 2, Oxford University Press.

Leon, J. (1998), « Les débuts de la traduction automatique en France (1959-1968) : à contretemps ? », Modèles Linguistiques, tome XIX, fascicule 2, 55-86.

Leon, J. (1999) « La mécanisation du dictionnaire dans les premières expériences de traduction automatique (1948-1960) », History of Linguistics 1996 vol. II (D.Cram, A. Linn, E. Nowak eds.), John Benjamins Publishing Company : 331-340.

Leon, J. (2008) « Empirical traditions of computer-based methods. Firth’s restricted languages and Harris’ sublanguages » Beiträge zur Geschichte der Sprachwissenschaft 18.2, 259-274.

Lima M.E. t. , (1990) A construção discursiva do povo brasileiro, Unicamp : Editora da Unicamp.

Maldidier, D. (éd.) (1990) L’inquiétude du discours. Textes de Michel Pêcheux, Paris, Editions des Cendres.

Marandin, J.-M. (1979) « Problèmes d’analyse du discours - Essai de description du discours français sur la Chine », Langages 55.

Marandin, J.-M., PECHEUX, M., (1984), « Informatique et analyse du discours », Buscila n° 1, 64-65.

Marandin, J.-M. (1993) « Analyseurs syntaxiques. Equivoques et problèmes » TAL 1993-1, 5-33.

Pêcheux, M. (1967a) « Analyse de contenu et théorie du discours » Bulletin du CERP, 16-3, 211-227.

Pêcheux, M. (1967b) Analyse automatique du discours, document ronéoté novembre 1967.

Pêcheux, M. (1968) « Vers une technique d’analyse de discours » Psychologie Française 13-1, 113-117.

Pêcheux, M. (1969) Analyse Automatique du Discours, Paris : Dunod.

Pêcheux, M. (1975) « Analyse du discours, langue et idéologies », Langages 37.

Pêcheux, M. (1981) « L’étrange miroir de l’analyse du discours », Langages 62, 5-8.

Pêcheux, M., Haroche, C., Henry, p. , Poitou, J.-P., (1979), « Un exemple d’ambiguïté idéologique : le rapport Mansholt », Technologies, Idéologies, Pratiques, 2, 1-83.

Pêcheux, M., Bonnafous, S., Léon, J., Marandin, J.-M., (1982), « Présentation de l’analyse automatique du discours (AAD69) : théorie, procédures, résultats, perspectives », Mots 4, 95-124.

Provost-Chauveau, G. (1970) « Compte-rendu de Michel Pêcheux, Analyse automatique du discours », La Pensée, 135-138.

Ramognino, N. (1978) « A propos de l’analyse automatique du discours et de son utilisation en sociologie », Sociologie du Sud-Est n° 16, 23-43.

Stone, Ph., Dunphy, J., Colboyd, D. (1966) The General inquirer : a computer approach to content analysis, Cambridge (Mass.), London, MIT Press.

Haut de page

Notes

1  On désignera par « AAD69 » le programme de recherche, l’ouvrage paru en 1969 Analyse automatique du discours et le dispositif informatisé.

2  Je remercie vivement Sophie Fisher de m’avoir donné accès à ses archives personnelles sur le groupe d’Aussois et sur l’EPRASS, à la version ronéotée de la thèse de Michel Pêcheux (novembre 1967), ainsi que pour toutes les indications précieuses qu’elle a pu me fournir sur la pré-histoire d’AAD69.

3  On désignait par sciences du comportement, la sociologie, la psycho-sociologie, la psychologie et la psycho-physiologie.

4  En France, l’engagement tardif dans les projets de traduction automatique et le soutien du CNRS au sein duquel ont été créés les centres de TA, ont eu pour conséquence le maintien d’un important centre (le CETA) à Grenoble (voir Léon 1998).

5  Les notes de ce projet de thèse figurent dans la liste des documents publiés et non publiés établie par Angélique Pêcheux (T64a).

6  Dans la version ronéotée de sa thèse (1967b), MP avait d’ailleurs réservé trente pages à Jean Bouillut afin qu’il expose la méthode.

7  Dans Syntol « Syntagmatic Organization Language », les graphes de couples de mots-clé Mi, Mj, liés par une relation Rn sont des chaînes de « syntagmes » élémentaires, représentant le contenu des documents scientifiques.

8  D’octobre 1964 à juillet 1965, Maurice Gross est détaché de l’Institut Blaise Pascal à l’université de Pennsylvanie, où il est chargé de cours et de recherches sous la direction de Z.S. Harris (sources : archives du CNRS).

9  Aussi n’est-ce que dans l’après-coup et la réinterprétation, que l’institution de Discourse Analysis de Harris comme texte fondateur de l’AD française ne sera possible (Marandin 1979).

10  D’après Chevalier (2006 : 51), ce colloque organisé par Antoine Culioli et rassemblant de nombreux jeunes linguistes a eu un retentissement considérable et a contribué à lancer la linguistique formelle en France.

11  C’est à l’EPRASS qu’est mis en place le premier enseignement de linguistique formelle et mathématique (statistiques, théorie de l’information) pour tous les doctorants de linguistique, qu’ils viennent de linguistique générale ou de linguistique formelle. Des chercheurs proches de Pêcheux seront diplômés de l’EPRASS, dont Catherine Fuchs et Claudine Haroche.

12  Certaines thèses ont été soutenues plus tard, mais dès 1979, les nouveaux projets n’étaient plus acceptés.

13  Geneviève Provost-Chauveau 1970, dans son compte-rendu d’AAD69, souligne la constitution d’une typologie des discours, comme une des caractéristiques d’AAD69.

14  Je nomme ainsi les linguistes, comme Jean-Marie Marandin et Jean-Jacques Courtine, qui ont fait leur thèse en en dehors d’AAD69, mais sont devenus des acteurs cruciaux du débat et ont fait partie de la RCP ADELA (Marandin 1979, Courtine 1981).

15  3AD75 pour « Approximation Automatique de l’Analyse du Discours » fut implémentée sur IBM360/67 sous le système conversationnel CP/CMS. AAD69, en phase d’abandon, n’a malheureusement pas intégré ces innovations.

16  Ce que MP, dans son très curieux texte « L’étrange miroir de l’analyse de discours » dénonce de façon très ambigue, comme « cette laborieuse série de dispositifs artificiels de lecture » (1981 : 6).

17  Il faut noter que cette problématique était déjà discutée lors de séances de la sous-section « analyse de contenu » de l’EPRASS en 1970. Il était déjà admis qu’une théorie du discours existait mais qu’une théorie linguistique pour le discours restait à construire.

18  D’autres projets d’AD utilisant les potentialités de Déredec comme outil de modélisation d’objets discursifs ont vu le jour dans les années 1980 (cf. Léon, Mazière 1990).

19  Ils rappellent d’ailleurs que Les Vérités de la Palice (1975) a été le seul ouvrage de MP traduit en anglais sous le titre de Language, Semantics and Ideology (1982).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacqueline Léon, « AAD69 : archéologie d’une étrange machine », Semen [En ligne], 29 | 2010, mis en ligne le 21 octobre 2010, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/semen/8823

Haut de page

Auteur

Jacqueline Léon

Histoire des Théories Linguistiques, CNRS, Université Paris-Diderot

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page