Navigation – Plan du site

Représenter les acteurs sociaux

(Traduction assurée par Adèle Petitclerc, assistée de Philippe Schepens)
[Ce texte est la traduction de la totalité du texte anglais]
Theo Van Leeuwen

Texte intégral

1Dans ce texte, j’explore la question suivante : comment les participants des pratiques sociales peuvent être représentés dans le discours anglais. Dans une version précédente de ce texte j’ai utilisé le terme d’« acteur social » plutôt que celui de « participant », et dans la mesure où ce terme a gagné en audience, je garderai ici le terme d’« acteur social ».

1. Un inventaire sociosémantique

2Ma question : « comment les acteurs sociaux peuvent-ils être représentés en anglais ? » est une question d’ordre grammatical si, comme Halliday, nous envisageons la grammaire comme un « potentiel de signification » (« ce qui peut être dit ») plutôt que comme un ensemble de règles (« ce qui doit être dit »). Cependant, au contraire de nombreuses formes d’analyse critique du discours orientées linguistiquement, je ne partirai pas des opérations linguistiques, telles que la nominalisation et la suppression de l’agent au passif, ou des catégories linguistiques, comme les catégories de la transitivité, mais je dresserai à la place un inventaire sociosémantique des manières dont les acteurs sociaux peuvent être représentés et j’établirai la pertinence critique et sociologique de mes catégories avant de me tourner vers la question de savoir comment elles se réalisent linguistiquement.

3Il y a deux raisons pour procéder ainsi. La première provient du manque de bi-unicité du langage. L’agentivité par exemple, en tant que concept sociologique, est d’une importance majeure et classique dans l’analyse de discours critique : dans quels contextes les acteurs sociaux sont-ils représentés en tant qu’« agents » ou en tant que « patients » ? Mais l’agentivité sociologique n’est pas toujours réalisée par l’agentivité linguistique, par le rôle grammatical d’ » agent » : elle peut aussi être réalisée de bien d’autres façons, par exemple par les adjectifs possessifs (comme dans : « notre contingent de migrants » (our intake of migrants) ou par une expression prépositionnelle introduite par « from » comme dans l’exemple (1), dans lequel l’agent grammatical est sociologiquement « patient » :

(1) People of Asian descent say they received a sudden cold-shoulder from neighbours and co-workers.

(Les gens de descendance asiatiques disent que leurs voisins et collègues de travail leur ont soudainement tourné le dos).

4Il n’y a pas de correspondance bien nette entre catégories linguistiques et sociologiques, et si l’analyse de discours critique, par exemple lorsqu’elle étudie l’agentivité, s’attache trop étroitement aux opérations et aux catégories linguistiques, on court alors le risque que de nombreux cas d’agentivité soient négligés. Il semble que l’on ne puisse pas concilier les deux avec le langage. Soit la théorie et la méthode sont bien organisées sur le plan formel mais en désordre sur le plan sémantique (comme dans le dictionnaire : une forme, plusieurs sens), soit elles sont sémantiquement organisées mais formellement en désordre (comme dans un dictionnaire des synonymes : un concept, plusieurs réalisations possibles). Les linguistes tendent à vouloir préserver l’unité des catégories formelles. J’essayerai ici l’approche inverse.

5Halliday (1985 : chap.10) a approché le problème du manque de bi-unicité du langage d’une autre façon, à travers sa théorie de la métaphore grammaticale : certaines réalisations linguistiques sont « littérales » ou « congruentes », d’autres « métaphoriques » ou « non-congruentes ». Mais dans l’exposé d’Halliday, « congruentes » semble signifier « congruentes au système grammatical » au lieu de « congruentes avec la réalité », le type de congruence qui, en définitive, sous tend la plupart des définitions de la métaphore. Pour Halliday, une proposition comme « le rapport confirme que… » ne serait pas une métaphore, parce qu’elle ne viole pas le critère selon lequel les procès verbaux ne requièrent pas un « locuteur » humain pour sujet (voir Halliday, 1985 : 129). Je préfèrerai voir « le rapport confirme que… » simplement comme l’une des manières par lesquelles on peut faire référence aux acteurs sociaux dans leur rôle de « locuteurs », comme métaphorique ou non-métaphorique ou tout autre voie d’analyse, mais j’aimerais surtout que cette proposition soit dotée de sa propre charge sociosémantique et, de ce fait, de sa propre distribution sociale : il est probable qu’on la trouve dans des contextes où l’autorité des énoncés est liée au statut officiel ou au rôle des « locuteurs » et/ou aux genres. Dans le contexte de la littérature, il est au contraire moins probable qu’elle apparaisse, car l’autorité de l’énoncé est liée à la personnalité charismatique de l’écrivain ; c’est pourquoi nous pouvons nous attendre à : « t. S. Eliot dit que… » plutôt que : « le poème dit que… » par exemple. Je préfère donc questionner la manière dont les agents des processus verbaux peuvent être représentés – impersonnellement ou personnellement, individuellement ou collectivement, en référence à leur personne ou à leur énoncé, etc. – sans privilégier aucun de ces choix comme plus « littéral » qu’un autre, et par conséquent sans privilégier le ou les contexte(s) dans le(s)quel(s) l’un ou l’autre tend à apparaître comme étant plus ou moins normatif que les autres.

6La seconde raison est quelque peu différente et dérive de la supposition que les significations appartiennent à la culture plutôt qu’au langage et ne peuvent pas être liées à une sémiotique vraiment spécifique. Le langage peut représenter les actions sociales impersonnellement, comme dans ce titre :

(2) Allied air activity over battlefield intensifies.
(L’activité aérienne alliée au dessus du champ de bataille s’intensifie)

7Tout comme le peuvent les images – pensez à la différence entre d’un côté les images « personnalisées » des bombardements, disons dans des séquences filmiques montrant en gros plan les visages de l’équipage alors qu’ils larguent les bombes, et les visages des villageois en bas alors qu’ils sont sur le point d’être bombardés, et de l’autre côté, des schémas du même événement, par exemple des cartes avec de grosses flèches pointant sur des cibles et des dessins schématiques représentant les explosions. Les catégories que je proposerai ici pourraient être vues comme pan-sémiotiques : une culture donnée (ou un contexte donné dans une culture) n’a pas seulement son propre spectre spécifique de modes de représentations du monde, mais également ses propres manières d’organiser les différents modes sémiotiques dans ce spectre, ou d’imposer de manière plus ou moins stricte ce qui peut être réalisé verbalement et visuellement, ce qui peut l’être seulement verbalement, ou seulement visuellement, etc. Et ces arrangements seront également sujets à des changements historiques, certaines fois des changements violents mêmes, tels que dans les périodes iconoclastes de destruction des représentations. Ce point est important en analyse critique du discours car, avec l’augmentation de l’usage de la représentation visuelle dans une large gamme de contextes, il devient de plus en plus urgent d’être capable de poser les mêmes questions critiques tant pour les représentations verbales que visuelles. En fait, pour toutes les représentations présentes dans tous les « supports medias » qui forment les différentes parties des textes « multimédias » contemporains.

8Malgré cela, mon intervention à propos de la représentation des acteurs sociaux sera, dans ce texte, ancrée dans le linguistique. Chacun des choix représentationnels que je proposerai sera lié à des réalisations linguistiques et rhétoriques spécifiques. Pour retourner à mes exemples précédents, dans le cas de « t. S. Eliot », le choix représentationnel est celui de la nominalisation, et la réalisation linguistique l’usage du nom propre, alors que dans l’exemple : « le rapport confirme que … », le choix représentationnel est celui de « l’autonomisation de l’énoncé » et la réalisation la substitution de l’énoncé au locuteur, c’est-à-dire une forme de référence métonymique. La différence est que mon point d’intérêt premier est pour les catégories sociologiques (« nomination », « agentivité », etc.) plutôt que pour les catégories linguistiques (« nominalisation », « suppression de l’agent au passif », etc.) et que le réseau de systèmes que je vais présenter ci-dessous couvrira une variété de phénomènes linguistiques et rhétoriques, trouvant son unité dans le concept d’« acteur social » plutôt que dans un concept linguistique tel que, par exemple, le « groupe nominal ».

  • 1  NdT : corpus réunissant des récits racontant le premier jour d’école.

9On trouvera reproduits en annexe les trois premiers paragraphes de « Our Race Odyssey » (« L’Odyssée de notre race »), texte dont je tire beaucoup de mes exemples ici, et que j’utiliserai pour démontrer comment les catégories que je propose peuvent être employées pour l’analyse critique du discours raciste. Ce texte a été publié comme éditorial de la section magazine dans « Spectrum », le supplément du samedi du Sydney Morning Herald, un journal sérieux conservateur, le 12 mai 1990. J’utiliserai en supplément des exemples tirés du corpus du « premier jour d’école »1.

2. Procès d’Exclusion2 (Exclusion)

  • 2  NdT : nous avons fait un choix de traduction que nous voulons rendre aussi explicite que possible  (...)

10Le texte « Race Odyssey » manifeste une représentation de la pratique sociale de l’immigration elle-même, telle qu’elle est institutionnalisée en Australie, ainsi que la représentation d’autres pratiques sociales qui servent à la légitimer (ou à la délégitimer) : par exemple les pratiques d’écritures de rapports sur l’immigration, commissionnés par le gouvernement, ou d’enquêtes d’opinion sur le sujet. Toutes ces pratiques mettent en œuvre des ensembles spécifiques d’acteurs sociaux. Mais une représentation donnée telle que celle du texte « Race Odyssey » va inclure certains de ces acteurs, par exemple le Premier Ministre Bob Hawke, qui « dirige une politique d’admission quasi-record de migrants », et en exclure d’autres, par exemple les gens qui « désignent comme racistes » ceux dont « la voix légitime les peurs à propos de l’immigration ». Les représentations incluent ou excluent les acteurs sociaux en fonction de leurs intérêts et de leurs buts en lien avec le lectorat auquel elles sont destinées. Certaines exclusions peuvent être « innocentes », des détails que les lecteurs sont supposés déjà connaître, ou qui ne sont pas considérés comme pertinents pour eux ; d’autres exclusions sont étroitement liées aux stratégies de propagande qui visent à créer de la peur et à instaurer les immigrants comme les ennemis de « nos » intérêts.

11La question de l’exclusion a été à juste titre un aspect important de l’analyse de discours critique. Pour citer un exemple classique, Tony Trew (1979 : 97ff) a montré comment, dans le Times et le Rhodesian Herald (pendant l’année 1975), les policiers étaient exclus des comptes rendus des « émeutes » durant lesquelles ils avaient ouvertement tiré et tué des manifestants, parce que c’était dans l’intérêt de ces journaux et de leurs lecteurs d’essayer de « justifier la domination blanche en Afrique ». Cela requérait

une suppression du fait que les régimes blancs appliquent la violence et l’intimidation, et une suppression de la nature de l’exploitation qui rend possible tout cela. Cela requiert que les régimes et leurs agents soient mis constamment dans le rôle de promoteurs du progrès, de la loi et de l’ordre, soucieux d’éliminer le mal social et le conflit, mais n’en étant jamais responsables. (Trew, 1979 : 106)

12Certaines exclusions ne laissent pas de trace dans la représentation, excluant à la fois les acteurs sociaux et leurs activités. Une exclusion si radicale peut jouer un rôle dans une comparaison critique des différentes représentations de la même pratique sociale, mais pas dans l’analyse d’un texte seul, pour la simple raison qu’elle ne laisse pas de trace derrière elle. Dans mes textes de « premier jour d’école », par exemple, les père sont radicalement exclus des textes s’adressant aux enseignants, mais sont inclus dans beaucoup d’histoires pour les enfants, même s’il s’agit souvent de mentions brèves. Ils sont là lors du petit-déjeuner précédant le premier jour d’école ou ce sont eux qui offrent le cartable, la trousse et les autres objets nécessaires pour l’école. Les histoires pour enfants qui visent un marché de masse, incluent parfois les équipes d’aides maternelles, mais elles excluent le directeur, tandis que d’autres histoires pour enfants plus « haut de gamme » incluent le directeur mais excluent les gens qui, dans la hiérarchie de l’école, sont situés plus bas que les enseignants, dans ce qui est clairement un modèle d’inclusion et d’exclusion lié à la classe sociale (Van Leeuwen, 1993b).

13Quand les actions pertinentes (par ex., le meurtre des manifestants) sont inclues mais que certains des acteurs impliqués (par ex., la police) sont exclus, l’exclusion laisse une trace. Nous pouvons alors nous demander « Mais qui les a tués ? » ou « Mais qui a été tué ? » même si le texte ne procure pas de réponse. Dans ce cas, on pourrait peut-être faire une distinction plus précise, entre suppression et mise en arrière-plan. Dans le cas de la suppression, il n’y a aucune référence aux acteurs sociaux en question dans le texte. Ainsi nous apprenons dans le texte « Race Odyssey » que quelqu’un ou quelque institution a sondé l’opinion du public, mais nous ne savons pas quel individu ou entreprise l’a fait, ce qui enlève la possibilité de contester le résultat de ces « études ». Dans le cas de la mise en arrière-plan, l’exclusion est moins radicale : les acteurs sociaux exclus peuvent ne pas être mentionnés en relation avec une action donnée, mais ils sont mentionnés ailleurs dans le texte, et nous pouvons inférer de manière raisonnablement certaine (bien que ce ne soit jamais totalement sûr) qui ils sont. Ils ne sont pas vraiment exclus mais plutôt estompés, poussés à l’arrière plan.

14Comment la suppression est-elle réalisée ? Tout d’abord, il y a la réalisation classique à travers l’effacement de l’agent au passif. L’exemple (3) nous indique que « des préoccupations sont exprimées » mais pas qui les expriment :

(3) In Japan similar concerns are being expressed about a mere trickle of Third World immigrants.

(Au Japon, des inquiétudes similaires se sont exprimées au sujet d’une quantité pourtant très faible d’immigrants du Tiers Monde.)

15La suppression peut également être réalisée à travers les propositions impersonnelles qui fonctionnent comme un participant grammatical. Dans l’exemple (4),

(4) To maintain this policy is hard.

(Maintenir cette politique est difficile.)

16la proposition infinitive « maintenir cette politique » est intégrée de manière à fonctionner comme le porteur d’une proposition attributive, et cela permet à l’acteur social ou aux acteurs sociaux responsable(s) du « maintien » de la politique d’être exclu(s) – et ils auraient pu être inclus en ajoutant par exemple « pour l’administration régionale en charge des affaires scolaires » (for local education authorities »). Le gommage du processus rend le fait plus difficile à appréhender ; la trace est un peu moins claire.

17Il est presque toujours possible d’effacer les « bénéficiaires », les acteurs sociaux qui tirent un bénéfice d’une action. L’exemple (5) par exemple n’inclut pas ceux auprès de qui l’« Agence de la Police Nationale » s’est excusée (les Pakistanais qui avaient été offensés ?) :

(5) Japan’s National Police Agency had to apologise recently for circulating an internal memo to police stations claiming that Pakistanis working in Japan « have a unique body odour, » carry infectious skin diseases and tell lies « under the name of Allah. »
(L’Agence de la Police Nationale du Japon a dû présenter des excuses pour avoir récemment fait circuler un mémo interne dans les postes de police indiquant que les Pakistanais travaillant au Japon « ont une odeur corporelle particulière », sont porteurs de maladies de peau contagieuses et racontent des mensonges « au nom d’Allah ».)

18Les nominalisations et les noms de processus rendent possible l’exclusion des acteurs sociaux de manière similaire. « Soutien » (« support ») et « arrêt » (« stopping ») dans l’exemple (4) fonctionnent comme des noms bien qu’ils réfèrent à des actions. La même chose s’applique à « immigration ». Là encore, les acteurs sociaux exclus pourraient avoir été inclus, par exemple grâce à des expressions modifiantes en fin de phrase en by, of, from, etc. mais ils ne l’ont pas été :

(6) The level of support for stopping immigration altogether was at a post-war high.

(Le soutien aux politiques d’arrêt total de l’immigration a rejoint le niveau qu’il avait après guerre)

19Les procès peuvent également être réalisés par des adjectifs comme c’est le cas avec « légitime » dans l’exemple (7) Qui « légitime » la peur ? Le scripteur ? Nous ne pouvons en être sûrs. Les peurs sont légitimes, d’après la représentation :

(7) Australians feel they cannot voice legitimate fears about immigration.

(Les Australiens ont le sentiment qu’ils ne peuvent pas exprimer de peurs légitimes à propos de l’immigration.)

(8) The door of the playhouse opened, and the teacher looked in.

(La porte du théâtre s’est ouverte et le maître a regardé à l’intérieur.)

20L’action dans l’exemple (8) met en scène un acteur humain, l’enseignant qui ouvre la porte. Mais coder l’action par la voix moyenne (Halliday, 1985 : 150-51) nécessite l’exclusion du participant agentif. Le contexte peut nous amener à inférer que l’enseignant est impliqué, mais il ne peut y avoir de certitude – cela aurait pu être le vent par exemple. La proposition suggère une lecture dans laquelle on donne à l’ouverture de la porte et à l’intrusion de l’enseignant dans le monde de jeu de l’enfant, la force d’un événement naturel inévitable.

21Il est souvent difficile de savoir s’il faut considérer que le lecteur, ou en fait l’auteur, peut inférer ou non l’existence par un autre biais des acteurs sociaux supprimés.

22L’exemple (6) par exemple ne nous dit pas qui est impliqué dans l’acte de « l’arrêt de l’immigration ». Est-ce parce que les lecteurs sont supposés déjà le savoir, et que de cette façon une référence plus détaillée serait superflue, ou est-ce pour bloquer l’accès à la connaissance d’une pratique qui, si elle était représentée en détail, pourrait faire naître de la compassion pour ceux qui sont « stoppés » ? L’important est de remarquer que cette pratique, telle qu’elle est représentée ici, ne permet pas d’aller plus loin dans l’examen ou la contestation.

23La mise à l’arrière plan (« Backgrounding ») peut résulter de simples ellipses dans des propositions impersonnelles avec des participes en –ing ou en –ed, dans des propositions infinitives en to et dans des propositions paratactiques. Dans tous ces cas, l’acteur social exclu est inclus quelque part dans la même proposition ou dans une proposition complexe. Cela peut également être réalisé de la même manière qu’une suppression mais par rapport aux acteurs sociaux qui sont inclus quelque part ailleurs dans le texte. Les deux réalisations mettent en arrière plan les acteurs sociaux à des degrés différents, mais elles jouent toutes les deux un rôle dans la réduction du nombre de fois où l’on fait référence de manière explicite à des acteurs sociaux particuliers.

24Pour discuter des modes d’inclusion et d’exclusion dans le texte « Race Odyssey », il est nécessaire de lister les différentes manières dont chaque catégorie d’acteur social est représentée sous un dénominateur commun. Ces dénominateurs communs ne forment évidemment pas une manière plus congruente ou transparente d’y référer. Ils servent simplement d’ancrage à l’analyse, et construisent une sorte de calibrage. Pour les objectifs de l’analyse, j’appellerai donc « racistes » ces acteurs sociaux qui de manière plus ou moins active s’opposent à l’immigration et aux immigrants dans des pays autres que l’Australie, et je référerai à ceux qui font la même chose en Australie par « nous ». Là encore, il ne s’agit pas de dire que ces derniers ne sont pas racistes, mais simplement d’utiliser une distinction qui rend visible la manière dont chaque scripteur argumente. Je référerai

  1. - aux immigrants eux-mêmes par « eux »,

  2. - au gouvernement (australien) par « le gouvernement »,

  3. - aux divers experts invoqués par le scripteur par « les experts »,

  4. - au scripteur lui-même par « le scripteur »,

  5. - et à ses lecteurs à qui il s’adresse parfois directement par « les destinataires ».

  6. - Bruce Roxton, le « raciste » que les Australiens adorent détester, est une catégorie à lui tout seul (« notre raciste »).

25Et enfin, il y a quelques personnages mineurs qui apparaissent une seule fois :

  1. - les « antiracistes » qui « désignent comme racistes » (« brand as racists ») les « peurs légitimes des Australiens, » (« legitimate fears of Australiens, »),

  2. - « Allah »,

  3. - « les gouvernements européens, » (« European governments »)

  4. - et les postes de police (japonais) (« police stations »).

26Le tableau [1] montre certains de ces motifs d’inclusion et d’exclusion.

27Bien que les différences ne soient pas spectaculaires, il est clair que les acteurs sociaux les plus fréquemment inclus sont le gouvernement australien et « nous » Australiens, qui font entendre « des peurs légitimes », alors que les acteurs sociaux les plus fréquemment supprimés ou mis en arrière plan sont d’un côté les immigrants, et de l’autre côté ceux qui dans d’autres pays commettent des actes racistes tels que « insulter » et refuser l’entrée de restaurants chics, et, en effet, les gens en général, en tant qu’ils sont « naturellement enclins au racisme » et font « montre de caractéristiques déplaisantes lorsqu’ils se sentent menacés ». Pour faire court, ceux qui ne prennent pas part au débat entre les Australiens et leur gouvernement et que le scripteur met en scène dans ses propres termes forment en quelque sorte la toile de fond de ce débat.

tableau [1] : Inclusion et Exclusion dans le texte « Race Odyssey »

Inclus (%)

Mis en
arrière-plan ( %)

Supprimés ( %)

« racistes » (N = 24)

67.25

20.25

12.5

« nous » (N = 46)

72

24

4

« eux » (N = 98)

61

38

1

« gouvernement »
(N = 32)

73

18

9

28Alors même que compter des fréquences peut révéler des motifs importants, je ne souhaite pas trop exiger des nombres. Au contraire, il est important de réaliser que les fréquences changent au fil des étapes de l’argumentation du scripteur et peuvent ne pas être une caractéristique globale du texte. Dans le premier paragraphe du texte, lorsque le scripteur examine le racisme dans d’autres pays, les migrants sont en arrière-plan dans 17 % des cas. Dès que le scripteur se penche sur la politique d’immigration australienne, cela atteint 36 %. En d’autres termes, les migrants près de chez nous sont mis à l’arrière-plan plus souvent. Dans tous les cas, les motifs d’inclusion et d’exclusion doivent être intégrés dans la manière dont les migrants sont représentés, ce que je vais examiner dans le reste de ce texte.

29Qu’est-ce qui reste finalement le plus opaque dans ce texte ?

30- Premièrement, la voix de l’opposition : ceux qui « désignent comme racistes » les Australiens qui « font entendre des peurs légitimes » sont totalement supprimés.

31- Deuxièmement, de nombreux « racistes » des autres pays : on ne nous dit pas exactement qui est responsable des « insultes envers les personnes de descendance asiatique » ou qui « leur refuse l’entrée de restaurants chics », par exemple.

32- Troisièmement, la voix de la légitimation, celle qui « légitime les peurs » et « autorise » Hawkes et « nous » à considérer des thèses que le scripteur, au vu de leur importance dans le texte, favorise de manière oblique.

33- Et enfin, ceux qui ont à faire le sale travail d’effectivement « stopper » les immigrés, à « mettre un coup d’arrêt à l’immigration », etc.

3. L’Affectation des Rôles (Role allocation)

34Je vais maintenant considérer les rôles qui sont donnés à jouer aux acteurs sociaux dans les représentations ; le rôle étant un aspect des représentations qui joue également une part importante dans le travail de nombreux linguistes critiques (voir Fairclough, 1989a ; Fowler, 1991 ; Fowler et al., 1979 ; Kress and Hodge, 1979 ; Van Dijk, 1991) : qui est représenté comme un « agent » (« acteur ») ? Qui comme un « patient » (« objet affecté ») ? En rapport avec quelle action ? La question reste d’importance dans la mesure où il n’y a pas besoin de congruence entre les rôles que les acteurs sociaux jouent vraiment dans les pratiques sociales et les rôles grammaticaux qu’on leur donne dans les textes. Les représentations peuvent réaffecter les rôles ou réarranger les relations sociales entre les participants. Voilà deux exemples pris dans le domaine des études télévisuelles :

(9) Children seek out aspects of commercial television as a consolidation and confirmation of their everyday lives. [...] The kids use it [television] subversively against the rule-bound culture and institution of the school. (Curthoys and Docker, 1989 : 68)

(Les enfants dénichent dans la télévision commerciale la consolidation et la confirmation de ce qu’ils vivent au quotidien. […] Les enfants l’utilisent [la télévision] pour subvertir les limites et les règles de la culture et de l’institution scolaire.)

 (10) Television affects children’s sex-role attitudes. [...] Furthermore, television has been shown to influence more subtle areas such as racial attitudes and cultural views. (Tuchman et al., 1978 : 232)

(La télévision modifie les attitudes des enfants concernant leur rôle sexuel […] De plus, on a montré que la télévision a une influence sur les zones les plus subtiles du comportement telles que les attitudes raciales et les points de vue culturels.)

35Laissons de côté les aspects de la représentation des acteurs sociaux que nous n’avons pas encore examinés (les objectivations telles que « télévision » et « zones les plus subtiles ») ; les abstractions telles que « les aspects de la télévision commerciale ») et les exclusions (par exemple les « attitudes raciales et les points de vues culturels »). Les deux catégories principales d’acteurs sociaux représentées sont les enfants et la télévision. Dans l’exemple (9) « children » et « the kids » sont grammaticalement les acteurs en rapport avec des actions telles que « seeking out » (dénicher) et « using » (utiliser) (ainsi que de « consolidation » (consolider) et « confirming » (confirmer) si l’on ignore la mise en arrière plan alors que la télévision est l’objet affecté par ces deux procès. Dans (10), « television » est l’acteur de « affect » et « influence », alors que les enfants sont l’objet affecté. En d’autres termes, dans l’une des représentations (celle d’une théorie populiste des « téléspectateurs actifs »), le rôle actif est donné aux enfants, le rôle passifs à la télévision, alors que dans l’autre (celle d’une théorie de la communication de masse des « effets » ou de « l’aiguille hypodermique »), le rôle actif est donné à la télévision, le rôle passif aux enfants. Les deux exemples traitent finalement de la même réalité, mais laquelle des deux correspond le mieux à la réalité, c’est évidemment un problème que l’analyse textuelle ne peut pas résoudre. Ce que nous pouvons faire néanmoins, c’est examiner quelles sont les options choisies, dans quels contextes institutionnels et sociaux, et pourquoi ces choix ont été faits, quels intérêts ils servent et quels objectifs sont remplis.

36Il me faut dire maintenant que les représentations peuvent doter les acteurs sociaux de rôles soit actifs, soit passifs. Le rôle actif (activation) survient quand les acteurs sociaux sont représentés comme les forces actives et dynamiques dans une activité, le rôle passif (passivation) quand ils sont représentés comme « subissant » l’activité, ou comme en étant « les récepteurs finaux ». Cela peut être réalisé à travers les rôles grammaticaux des participants, par les structures de transitivité dans lesquelles les acteurs sociaux qui ont un rôle actif sont encodés comme acteur dans des procès matériels, comme ayant un rôle comportemental dans les procès comportementaux, comme exerçant une faculté dans les procès mentaux, comme locuteur engagé dans les processus verbaux, comme celui qui attribue dans les procès relationnels (Halliday, 1985 : Ch.5). Dans (11) par exemple, ceux qui sont désignés par « they » (c’est-à-dire, « nous », Australiens) sont acteurs en relation avec le processus qui consiste à « ressentir » ; mais « immigration » (c’est-à-dire, les « immigrants », « eux ») est représenté avec un rôle actif en relation avec « besieging » (« assiéger, assaillir »). En (12), au contraire, les « jeunes voyous blancs » sont représentés avec un rôle actif et les « vendeurs des rues africains » le sont avec un rôle passif. En d’autres termes alors que dans d’autres pays, il peut y avoir des racistes ayant un rôle actif, en Australie ce sont les migrants qui jouent un rôle actif (de menace), et « nous » sommes représentés avec un rôle actif au mieux en tant que « ressentant » dans des processus mentaux, tels que « feeling ».

(11) They felt « besieged » by immigration.

(Ils se sentaient « assiégés » par l’immigration.)

(12) [Eighty] young white thugs attacked African street vendors.

[Quatre-vingt] jeunes voyous blancs ont agressé des vendeurs de rue africains

37Quand le rôle actif est réalisé par la « participation » (rôles grammaticaux de participants), comme c’est le cas dans ces exemples, le rôle actif de l’acteur social est mis au premier plan de la manière la plus claire qui soit ; voyez comment dans les exemples (11) et (12) les rôles actifs sont réalisés par la participation alors que les rôles passifs le sont de manières beaucoup plus indirectes. Mais l’attribution du rôle actif peut également être réalisée d’autres façons, à travers la « circonstancialisation » (« circumstantialization »), c’est-à-dire par des compléments circonstanciels prépositionnels en by et from, comme dans « from neighbours and co-workers » dans

(13) People of Asian descent suddenly received a cold-shoulder from neighbours and co-workers.

(Les gens de descendance asiatiques disent que leurs voisins et collègues de travail leur ont soudainement tourné le dos).

38La prémodification (par exemple la prémodification de « public » en « public support » (« soutien public »)) ou la postmodification (par exemple de « of Asians » (« d’asiatiques ») en « the influx of Asians » (« l’afflux d’asiatiques »)), des nominalisations ou des noms de processus peuvent également réaliser l’attribution d’un rôle actif. Une forme fréquente est la « possessivation » (possessivation), c’est-à-dire l’usage d’un pronom possessif pour attribuer un rôle actif (« our intake » – « notre contingent ») ou passif (« my teacher » – « mon professeur ») à un acteur social. En comparaison avec la participation, cet agencement met en arrière-plan l’agentivité en la changeant en un procès qui exprime la « possession » et qui a lui-même auparavant été transformé en une « chose ».

39La passivation nécessite une autre distinction : l’acteur social à qui a été attribué un rôle passif peut être détrimentaire ou bénéficiaire (subjected or beneifcialized). Les acteurs sociaux détrimentaires sont traités comme des objets dans la représentation, par exemple comme des objets d’échange (les immigrants sont « pris » en échange de leur compétence ou de l’argent qu’ils apportent). Les acteurs sociaux bénéficiaires forment un tiers qui tire un bénéfice positif ou négatif de l’action. Dans (14) par exemple, « environ 70 000 migrants » sont détrimentaires dans l’action de « récolter ». En (15), « des villes comme Vancouver » (« cities like Vancouver ») sont bénéficiairees en relation avec la « récolte » (« bringing in ») :

(14) Australia was bringing in about 70,000 migrants a year.

(L’Australie a récolté environ 70 000 immigrants en un an.)

(15) [Twenty-two thousand] Hong Kong Chinese arrived last year, bringing bulging wallets to cities like Vancouver.

([Vingt-deux mille] Chinois de Hong Kong sont arrivés l’année dernière, apportant des portefeuilles pleins à craquer dans des villes comme Vancouver.)

40Il y a un critère cryptogrammatique à considérer pour chacune de ces deux attributions de rôles passifs : les objets affectés tout comme les bénéficiaires peuvent devenir des sujets dans les propositions passives. Mais il y a bien sur un critère grammatical pour les distinguer : les compléments où les acteurs sociaux sont représentés comme bénéficiaires peuvent prendre une préposition (bien que cela ne soit pas forcément nécessaire, voir Halliday, 1985 : 132ff), ceux où ils sont représentés comme objets affectés ne le peuvent pas.

41Comme l’attribution d’un rôle actif, le procès de subjectivisation peut être réalisé de différentes manières. Il est réalisé par la « participation » (« participation ») quand l’acteur social à qui est attribué un rôle passif est l’objet affecté dans un procès matériel, le phénomène dans un processus mental, le porteur dans un procès attributif effectif (Halliday, 1985 : 43) : « African street vendors » dans (12) en est un exemple. Cela peut également être réalisé par la « circonstancialisation » à travers une expression prépositionnelle introduite par against par exemple comme dans (16) où « ethnic Asians » sont des acteurs sociaux à qui est attribué un rôle passif :

(16) A racist backlash against ethnic Asians has been unleashed by those who resent the prominence of centrist candidate Alberto Fujimoro.

(Ceux qui nourrissent du ressentiment quant à la notoriété du candidat centriste Alberto Fujimoro ont déchaîné une violente réaction raciste à l’encontre des minorités asiatiques.)

42Et cela peut également être réalisé à travers la « possessivation » (« possessivation »), habituellement sous la forme d’une expression prépositionnelle avec of postmodifiant une nominalisation ou un nom de processus, comme dans « of some 54,000 skilled immigrants » en (17)

(17) An intake of some 54,000 skilled immigrants is expected this year.

(On attend un contingent de près de 54 000 immigrants qualifiés cette année.)

43Enfin, la prémodification adjectivale peut également attribuer un rôle passif comme avec « racial » dans « racial tolerance » par exemple, où les (gens de différentes) races sont des acteurs sociaux à qui on attribue des rôles passifs ; l’exemple construit également une représentation abstraite des acteurs sociaux.

44L’attribution d’un rôle de « bénéficiaire » (« beneficialization ») peut être réalisée par la participation ; auquel cas le participant bénéficiaire est le destinataire ou le client par rapport au procès matériel, ou bien le récepteur en relation avec un procès langagier (Halliday, 1985 : 132-33). Le tableau [2] montre comment le texte « Race Odyssey » distribue les rôles aux acteurs les plus fréquemment représentés.

tableau [2] Distribution des Rôles dans le texte « Race Odyssey »

Attribution d’un role actif%

Attribution d’un rôle subjectif %

Attribution d’un rôle de bénéficiaire %

« racistes » (N= 21)

81

14

5

« nous » (N= 40)

85

12.5

2.5

« eux » (N= 66)

53

45

2

« gouvernement » (N= 29)

86

7

7

45Il est clair que « les racistes », « le gouvernement » et « nous » agissent le plus souvent sur les immigrants, que ce soit matériellement ou symboliquement, et que les immigrants eux-mêmes sont ceux à qui on attribue un rôle actif uniquement ou presque uniquement en relation avec une action, l’acte d’immigrer (« influx », « arriving », etc.) et ceci majoritairement dans des formes nominalisées et très enchâssées.

4. Procès de Généricisation et de Spécification (Genericization and Specification)

46Le choix entre une référence générique et une référence spécifique est un autre facteur important dans la représentation des acteurs sociaux ; ils peuvent être représentés en tant que classe ou en tant qu’individus spécifiques et identifiables. Comparons par exemple les deux énoncés suivants:

(18) The reference is specific since we have in mind specific specimens of the class tiger. (Quirk et al., 1972 : 147)

(La référence est spécifique dans la mesure où nous avons en tête des spécimens spécifiques de la classe tigre (Quirk et al., 1972 : 147).)

(19) Classification is an instrument of control in two directions: control over the flux of experience of physical and social reality . . . and society’s control over conceptions of that reality. (Kress & Hodge, 1979 : 63)

(La classification est un instrument de contrôle à deux dimensions : un contrôle sur le flux de l’expérience de la réalité physique et sociale … et le contrôle de la société sur les conceptions de cette réalité.)

47Le premier exemple trahit une conception de la réalité dans laquelle des essences généralisées, des classes constituent le réel, et dans lequel des participants spécifiques sont des spécimens de ces classes. Dans le second exemple, le réel est constitué par « le flux de l’expérience », par un monde concret et spécifique, peuplé par des gens, des lieux, des choses et des actions concrets et spécifiques, et la « classification » (« classification ») est vue comme une opération sur la réalité, qui crée une sorte de réalité de second ordre, une « conception de réalité ».

  • 3  Bourdieu, Pierre. 1979. La Distinction : Critique sociale du jugement. Paris : Les Editions de Min (...)

48Les sociologues ont fait le lien entre de tels concepts de la réalité et la classe sociale. Pour Bourdieu (1979), une référence concrète à l’expérience immédiate est le lien vers l’habitus de la classe ouvrière, c’est-à-dire, vers les principes et les valeurs qui reposent derrière leur appréciation de l’art, la musique, et la littérature ; leur morale et leurs jugements politiques ; et ainsi de suite. « La distance, la hauteur, la position en survol de l’observateur qui se situe au-dessus de la mêlée » (Bourdieu, 1979 : 5203) de l’autre côté, sont liées à l’habitus de la classe dominante, de la bourgeoisie, et Bourdieu cite de manière approbatrice la maxime de Virginia Woolf disant que les idées générales sont toujours des idées de général (« general ideas are always Generals’s ideas »). De cette perspective, dit-il, la référence spécifique est « vision aveugle, partiale et étroite » (ibid.). Dans une veine similaire, Bernstein (voir par ex. 1971 : 197) a soutenu que « les codes élaborés » donnent accès aux « ordres universalistes de la signification » et que l’accès à ces codes est déterminé par la classe sociale.

49La différence peut être observée par exemple dans la manière dont sont représentés les acteurs sociaux dans les différents secteurs de la presse. Dans les journaux tournés vers la classe moyenne, les agents du gouvernement et les experts ont tendance à être désignés spécifiquement, et les « gens ordinaires » génériquement : le point d’identification, le monde dans lequel les spécificités personnelles existent n’est pas le monde des gouvernés, mais le monde des gouvernants, des « généraux ». Dans les journaux orientés vers la classe ouvrière, d’un autre côté, on réfère fréquemment aux « gens ordinaires » de manière spécifique. Les deux exemples suivant illustrent cette différence. Ils traitent du même sujet et les articles dont ils sont extraits ont été publiés le même jour, leur valeur informative venant de la même déclaration du ministre australien des sports et loisirs. Le premier est tiré du Sydney Morning Herald, un journal orienté vers la classe moyenne, le second du Daily Telegraph, orienté vers la classe ouvrière :

(20) Australia has one of the highest childhood drowning rates in the world, with children under 5 making up a quarter of the toll, this is the grim news from government studies of Australia’s high incidence of drowning. The studies show over 500 people drown in Australia every year, with backyard swimming pools the biggest killers for children under 15. The Minister for Sport and Recreation, Mr. Brown, said the childhood drowning rate was higher than developed countries such as Britain and the US and comparable with many Asian countries. He said children should be encouraged to swim and parents should learn resuscitation techniques.

(L’Australie a l’un des taux de mortalité infantile par noyade les plus élevés au monde. Les enfants de moins de 5 ans représentent un quart du nombre des victimes, voilà la sinistre nouvelle issue des études du gouvernement sur la fréquence élevée des noyades en Australie. Les études montrent que plus de 500 personnes se noient en Australie chaque année ; ce sont les piscines de jardins qui font le plus de victimes chez les moins de 15 ans. Le Ministre des Sports et des Loisirs, M. Brown, a déclaré que le taux de noyade des enfants était plus élevé que dans les pays développés tels que la Grande Bretagne et les Etats-Unis, et comparable avec celui de nombreux pays d’Asie. Il a dit que les enfants devaient être encouragés à pratiquer la natation et que les parents devaient apprendre les techniques de réanimation.)

(21) The tragic drowning of a toddler in a backyard swimming pool has mystified his family. Matthew Harding, two, one of twin boys, had to climb over a one-metre « child-proof fence before he fell into the pool. Mrs. Desley Harding found Matthew floating in the pool when she went to call the twins in for tea yesterday. « I have no idea how he got in the pool, » said Mrs. Harding at her home in Wentworthville South today.

(La noyade tragique d’un tout-petit dans la piscine de son jardin a laissé sa famille abasourdie. Matthew, deux ans, un des jumeaux Harding, a dû passer par-dessus une barrière de sécurité de plus d’un mètre avant de tomber dans la piscine. Mme Desley Harding a trouvé Matthew flottant dans la piscine alors qu’elle appelait les jumeaux pour le dîner hier. « Je ne sais vraiment pas comment il a pu se retrouver dans la piscine » a déclaré Mme Harding chez elle à Wentworthville South aujourd’hui.)

50La généricisation (« genericization ») peut être opérée par le pluriel sans article, comme dans (22) :

(22) Non-European immigrants make up 6.5 percent of the population.

(Les immigrants non-européens représentent 6,5 % de la population.)

Et cela peut également être réalisé par le singulier avec l’article défini (23) ou indéfini (24) :

(23) Allow the child to cling to something familiar during times of distress.

(Il faut permettre à l’enfant de s’accrocher à quelque chose de familier durant les moments de stress.)

(24) Maybe a child senses that from her mother.

(Peut-être qu’un enfant le ressent par l’intermédiaire de sa mère.)

51Si des noms collectifs sont utilisés pour une référence générique à un groupe de participants, l’article sera absent, mais cette forme peut également être utilisée pour une référence spécifique : la référence générique est clairement dépendante d’un complexe de facteurs, dont le temps verbal. On interprète l’exemple (25) comme référence spécifique principalement à cause de l’absence du présent d’habitude ou du présent :

(25) Staff in both playgroups and nurseries expressed willingness to supply information if asked and regretted that their opinions were not valued more.

(L’équipe dans les haltes-garderies et les crèches a exprimé sa volonté de mettre à disposition l’information si on la lui demandait et a regretté que ses points de vue ne soient pas plus valorisés.)

52Enfin on peut interpréter la présence d’un quantifieur comme réalisant une référence spécifique.

53Bien que l’on s’attende à une certaine quantité de références génériques dans une discussion générale, ce que le texte « Race Odyssey » prétend être, cela ne signifie pas que toutes les catégories d’acteurs sociaux soient pris dans des procès de généricisation avec la même fréquence. Les « racistes » des autres pays et « eux », les immigrants le sont le plus souvent (respectivement 32 et 48 %) et ainsi ils sont effacés symboliquement du mode de l’expérience immédiate des lecteurs, ils sont traités comme des « autres » distants plutôt que comme des gens avec lesquels « nous » avons des contacts dans notre vie quotidienne. Le « gouvernement » et « nous » d’autre part sont moins fréquemment pris dans un procès de généricisation (respectivement 17 et 15 %).

5. Procès d’Assimilation (Assimilation)

54La référence aux acteurs sociaux peut se faire en terme d’individus, auquel cas je parlerai de procès d’individualisation, ou en terme de groupes, auquel je parlerai de procès d’assimilation. Étant donné la grande valeur attribuée à l’individualité dans de nombreuses sphères de notre société (et la valeur attribuée à la conformité dans d’autres), ces catégories sont d’une signification de première importance dans l’analyse de discours critique. Les exemples (20) et (21) ont déjà montré que les journaux orientés vers la classe moyenne ont tendance à présenter les membres de l’élite dans un procès d’individualisation, et les « gens ordinaires » dans un procès d’assimilation, alors que les journaux à destination de la classe ouvrière présentent assez souvent « les gens ordinaires » dans un procès d’individualisation. Mon corpus de textes sur « le premier jour à l’école » inclut un élément provenant du programme de radio Offspring de l’Australian Broadcasting Commission (ABC) qui traite de sujets d’intérêt pour les parents. L’un des invités experts du programme a lancé un appel explicite pour l’individualisation, mais – les experts sont les experts, et les écoles des écoles – l’individualisation était elle-même assimilée. Les enfants, malgré l’insistance sur la différence, étaient représentés comme des groupes :

(26) However you manipulate the age of entry into school, you are always going to have the situation where you have children of different kinds of development and with different skills coming into a school programme. And the important thing is to make sure that the programme is adapted to meet the needs of all these children coming in.

(Peut importe la façon dont vous manipulez l’âge d’entrée à l’école, vous aurez toujours cette situation où des enfants, qui sont à différents stades de développements et qui ont des capacités différentes, sont dans un même programme scolaire. Et ce qui est important c’est de s’assurer que le programme est adapté pour répondre aux besoins de tous ces enfants.)

55Je vais distinguer deux grands types de procès d’assimilation : l’agrégation et la collectivisation (aggregation and collectivization). La première quantifie des groupes de participants, les traitant comme des statistiques, la dernière ne le fait pas. L’agrégation joue un rôle crucial dans de nombreux contextes. Dans notre société, la majorité règne, non seulement dans des contextes où des procédures démocratiques formelles sont utilisées pour arriver à une décision, mais également et particulièrement dans les autres, à travers des mécanismes tels que les sondages et les enquêtes d’opinions, les études, les recherches marketing, etc. Même les réformes législatives sont de plus en plus basées sur « ce que la plupart des gens considèrent comme légitime ». Pour cette raison, l’agrégation est souvent utilisée pour réguler des pratiques et pour fabriquer une opinion de consensus, même si elle se présente comme un simple constat de faits. L’exemple (27) peut être vu comme un exemple de cet usage de l’agrégation :

(27) This concern, the report noted, was reflected in surveys which showed that the level of support for stopping migration altogether was at a post-war high.

(Le rapport a noté que cette préoccupation se reflétait dans des études montrant que le soutien à la politique d’arrêt total de la migration a rejoint le pic qu’il avait après guerre.)

56L’individualisation est réalisée par un procès de singularisation (singularity) et l’assimilation par un procès de pluralisation, comme dans « Australiens » et « Muslims » dans l’exemple (28) :

(28) Australians tend to be sceptical about admitting « Muslims. »

(Les Australiens ont tendance à être sceptiques quant à l’admission de “musulmans”.)

57De manière alternative, l’assimilation peut être réalisée par un nom collectif ou un nom referant à un groupe de personnes, comme avec par exemple « cette nation » en (29) et « la communauté » en (30) :

(29) Is he [Prime Minister Hawke] entitled to believe that this nation, which only recently shed the White Australia Policy, is somehow impervious to racist sentiment?

(A-t-il [le Premier Ministre Hawke] le droit de croire que cette nation, qui n’a que récemment remisé la Politique de l’Australie Blanche, est en quelque sorte imperméable au sentiment raciste ?)

(30) The 250,000-strong Sikh community has pressed for the right to have Mounties in turbans

(La communauté Sikh, forte de 250 000 membres, a fait pression pour le droit de porter le turban dans la police montée.)

58L’agrégation est réalisée par la présence de quantifieurs définis ou indéfinis qui fonctionnent soit comme un numéraire soit comme le noyau d’un groupe nominal, comme dans « a number of critics » (un certain nombre de critiques) dans (31) et « forty percent of Australians » (quarante pour cent d’Australiens) en (32) :

(31) A number of critics want to see our intake halved to 70,000.

(Un certain nombre d’opposants veulent voir notre contingent divisé de moitié et ramené à 70 000.

(32) Forty percent of Australians were born overseas.

(40 % d’Australiens sont nés à l’étranger.)

59Le texte « Race Odyssey » n’individualise « les racistes » et les « immigrants » que lorsque ce sont aussi des membres de l’élite (Valéry Giscard d’Estaing, le maire de Kawaguchi et le candidat présidentiel qui est le fils d’immigrants péruviens, le seul « immigrant » dans cette catégorie). L’individualisation du racisme à l’intérieur de l’Australie, en la personne de Bruce Roxton, « notre raciste », montre que dans la presse, la notoriété confère tout autant un statut d’élite que ne le fait une haute fonction.

60« Nous », le peuple d’Australie est évidemment le plus largement soumis à un procès de collectivisation, non seulement à travers la première personne du pluriel, mais aussi à travers des termes comme « Australia », « this nation », « the community » ; etc. Le gouvernement par contre est le plus soumis à un procès d’individualisation – le chef comme un individu fort, le peuple comme un groupe homogène et consensuel.

61Les « experts » sont présentés dans un procès de collectivisation (« the committee » (le comité), « the surveys » (les études) ce qui aide à signifier leur accord. Dans le reste de l’article cependant, ils sont souvent individualisés, ce qui permet de mettre en valeur leurs titres, leurs qualifications et les affiliations institutionnelles.

62Comme nous l’avons déjà indiqué, les immigrants sont les plus fréquemment agrégés, traités comme des « statistiques » ; ce mode de présentation n’est pas tant utilisé pour coder une modalité de fréquence (comme dans « many Australians »), que pour les transformer en sujets de calculs économiques « rationnels », aussi bien d’ailleurs qu’en une large horde, qui est alors tellement « légitimement crainte » (so “legitimately feared”) par les Australiens.

6. Procès d’Association et de Dissociation (Association and Dissociation)

63Il y a une autre manière par laquelle les acteurs sociaux peuvent être représentés comme des groupes : c’est l’association. L’association, au sens où j’utiliserai ce terme ici, réfère aux groupes formés par les acteurs sociaux et/ou aux groupes d’acteurs sociaux (auxquels on réfère de manière spécifique ou générique) qui ne sont jamais étiquetés dans le texte (bien que les acteurs ou les groupes qui constituent l’association puissent bien sûr être eux-mêmes nommés et/ou catégorisés). La réalisation la plus commune de l’association est la parataxe, comme dans cet exemple :

(33) They believed that the immigration program existed for the benefit of politicians, bureaucrats, and the ethnic minorities, not for Australians as a whole.

(Ils croyaient que le programme d’immigration existait pour les politiciens, pour les bureaucrates et pour les minorités ethniques, pas pour les Australiens dans leur ensemble.)

64Ici, « politicians, bureaucrats, and the ethnic minorities » (« les politiciens, les bureaucrates et les minorités ethniques ») sont associés pour former un groupe opposé aux intérêts des « Australians as a whole » (des « Australiens dans leur ensemble »). Mais plutôt que d’être représentés comme stable et institutionnalisé, le groupe est représenté comme une alliance qui n’existe qu’en relation avec une activité ou un ensemble d’activités spécifiques, dans ce cas, leur rôle de bénéficiaires en rapport avec l’immigration.

65L’association peut également être réalisée par des « circonstances d’accompagnement », Halliday, 1985 : 141), comme dans

(34) They played « higher and higher » with the other children.

(Ils jouaient à aller « encore plus haut » avec les autres enfants.)

66Dans ce cas, l’association est peut-être encore plus fugace et instable.

67Les pronoms possessifs et les propositions possessives attributives avec des verbes comme « have » et « belong » (avoir et appartenir) peuvent rendre une association explicite sans avoir besoin de nommer le groupement social qui en résulte. Dans ce cas cependant, l’association est représentée sous une forme plus stable, durable et « possessive », comme dans cet exemple où « problems » est clairement une référence abstraite à un type spécifique d’immigrant. Avec d’autres types d’immigrants, une association peut être formée ; avec ce type d’immigrants-là, on doit l’« éviter » :

(35) We have avoided most of the problems that bedevil Western Europe because few of our non-European migrants have been poor, black, unskilled, Muslim, or illegal.

(Nous avons évité la plupart des problèmes qui rongent l’Europe de l’Ouest grâce au fait qu’une faible proportion de nos migrants non-européens sont pauvres, noirs, illettrés, musulmans ou illégaux.)

68Dans de nombreux textes, les associations sont formées et dissoutes au fur et à mesure de l’avancée du texte. Dans une histoire pour enfants que j’ai étudiée, il y avait, avant leur entrée à l’école pour la première fois, une association entre deux enfants du même quartier. Alors qu’ils marchent en route pour l’école et partagent leurs inquiétudes, on réfère toujours à eux sous l’appellation « Mark et Mandy ». Mais l’association se dissout dès qu’ils entrent dans la salle de classe. Dès ce moment, ils sont mentionnés soit séparément soit comme faisant partie du collectif de la « classe ».

69Il n’y a que quelques associations dans le texte « Race Odyssey » : les limites entre les différentes parties sont distinctement dessinées. Deux de ces associations rassemblent différentes origines ethniques (« Asia and the Middle East », « Lebanese, Turks, and Vietnamese ») ; une autre associe les « voisins et collègues » qui tournent le dos aux hommes d’« ethnie Asiatique ». J’ai déjà mentionné les cas de « our non-European migrants » et de « politicians, bureaucrats, and ethnic minorities ».

7. Procès d’Indétermination et de Différenciation (Indetermination and Differentiation)

70Le procès d’indétermination survient quand les acteurs sociaux sont représentés comme non-spécifiés, comme des groupes ou des individus « anonymes » ; le procès de détermination a lieu quand leur identité est spécifiée d’une manière ou d’une autre. L’indétermination est réalisée de manière typique par les pronoms indéfinis (« somebody, » « someone, » « some, » « some people ») utilisés en fonction nominale, comme dans cet exemple tiré d’un livre pour enfants, où un membre de l’équipe des aides maternels est indéterminé :

(36) Someone had put flowers on the teacher’s desk.

(Quelqu’un avait mis des fleurs sur le bureau du professeur.)

71Ici, le procès d’indétermination rend anonyme un acteur social. Le scripteur traite son identité comme non pertinente pour le lecteur. L’indétermination peut aussi être réalisée par une référence exophorique généralisée, et dans ce cas les acteurs sociaux sont dotés d’une sorte d’autorité impersonnelle, sans même avoir besoin d’être mis en vue, mais par là même dotés d’une force coercitive fortement ressentie :

(37) They won’t let you go to school until you’re five years old.

(Ils ne te laisseront pas aller à l’école avant tes cinq ans.)

72Le procès d’indétermination peut également être présenté sous forme d’agrégation, comme dans « many believe… » (« beaucoup croient… »), « some say… » (« certains disent… »).

73Le procès de différenciation différencie explicitement un acteur social individuel ou un groupe d’acteurs sociaux d’un autre acteur ou d’un autre groupe similaire, en créant une différence entre le « soi » et « l’autre », ou entre « nous » et « eux », comme avec « others » dans :

(38) And though many of the new migrants are educated high-achievers from places like Singapore and Hong Kong — « uptown » people in American terminology, others are « downtown » people from places like Vietnam, the Philippines, and Lebanon.

(Et bien que beaucoup des nouveaux migrants soient éduqués et issus de la classe supérieure, venant d’endroits comme Singapour et Hong Kong – des gens « d’en haut » selon la terminologie américaine, d’autres sont des gens « d’en bas » venant d’endroits comme le Vietnam, les Philippines et le Liban.)

74Il y a seulement deux cas de différenciation dans le texte « Race Odyssey », le premier cité dans l’exemple (28) (Australians tend to be sceptical about admitting “Muslims.”) et l’autre cas dans « other community leaders » (des dirigeants d’une autre communauté) (c’est-à-dire, autres que « politicians and bureaucrats »).

75Lors d’une comparaison entre des histoires pour enfants sur le « premier jour d’école » orientées pour la classe moyenne et pour le marché de masse (Van Leeuwen, 1993b), j’ai trouvé que la différenciation joue un rôle important dans la première catégorie mais ne survient pas énormément dans la seconde. Les enfants de la classe moyenne sont apparemment encouragés à se percevoir comme des individus, différents des « autres enfants », et la part essentielle du traumatisme de ce « premier jour » tel qu’il est représenté dans ces histoires, consiste en une sorte de crise d’identité où l’enfant découvre qu’il/elle n’est pas unique :

(39) Mummy, did you know there is another Mary in my class?

(Maman, tu sais qu’il y a une autre Marie dans ma classe ?)

76Les lecteurs des histoires orientées pour le marché de masse sont par contre encouragés à prendre plaisir comme d’un succès à leur capacité de conformité.

8. Procès de Nomination et de Catégorisation (Nomination and Categorization)

77Les acteurs sociaux peuvent être représentés soit à partir de leur identité propre, en étant nommés, soit à partir de leur identité et des fonctions qu’ils partagent avec d’autres (par catégorisation), et là encore, il est toujours intéressant d’examiner quels acteurs sociaux, dans un discours donné, sont catégorisés et lesquels sont nommés. Dans les histoires, par exemple, des personnages sans nom ne remplissent que des rôles fonctionnels et temporaires et ne deviennent pas des points de repères pour le lecteur ou pour celui qui écoute. Dans les « histoires » qu’on trouve dans la presse, la même chose se produit. Nous avons vu par exemple comment un journal de la classe moyenne a nommé seulement une seule personne de haut statut, un ministre du gouvernement, alors qu’un journal de la classe ouvrière, dans un article sur le même sujet nommait des « gens ordinaires », exemples (20) et (21). La presse (et pas seulement la presse) a aussi tendance à nommer les femmes et les hommes de manière différente, en référent au statut marital seulement dans le cas des femmes, c’est l’exemple (40), ou en référant à une femme officier seulement comme « un capitaine » (« a captain ») plutôt que comme « Capitain Carole Maychill », dans l’exemple (41), tout deux tirés du Guardian :

(40) Dwight Harris aged 32 . . . his wife, Beverley, aged 33.

(Dwight Harris, 32 ans … sa femme Beverley, 33 ans.)

(41) Carole Maychill, a 32-year-old captain . . . Colonel Robert Pepper.

(Carole Maychill, un capitaine de 32 ans … Colonel Robert Pepper.)

78La nomination est typiquement réalisée par les noms propres, qui peuvent être formels (nom de famille seulement, avec ou sans titres honorifiques), semi-formels (le prénom et le nom de famille comme en (40) « Dwight Haris ») ou informels (le prénom seulement comme en (40) avec Beverley). Occasionnellement, il peut y avoir ce que nous appellerons un « obscurcissement du nom » : des lettres ou des nombres remplacent les noms (par ex., « M. X ») afin que la nomination puisse être signifiée tout en ne divulguant pas le nom. Toutes les nominations peuvent être utilisées comme des vocatifs et n’apparaissent pas avec un adjectif possessif, sauf dans des contextes affectifs particuliers (par exemple « my Cathy ») – du moins en anglais, car dans d’autres langues l’usage de l’adjectif ne signale par forcement une affection particulière (voir en français « mon Capitaine », « mon Général »).

79Des éléments autres que les noms propres peuvent être utilisés pour la nomination, tout particulièrement quand dans un contexte donné, seul un acteur social occupe un certain rang ou remplit une certaine fonction. Les nominations de ce type sont en fait à la limite de la nomination et de la catégorisation. Elles sont communes dans les histoires pour les jeunes enfants avec des personnages comme « le Petit Garçon », « le Géant », « le Lapin », etc., même dans des vocatifs :

(42) Turkish Sultan, give me back my diamond button.

(Sultan Turc, rends-moi mon bouton en diamant.)

80Les nominations peuvent être sous forme de titres, avec l’ajout d’appellations honorifiques ou standard, de rangs, etc., comme « Dr. » en (43) ou sous forme d’affiliations, l’addition des termes signifiants des relations personnelles ou de parenté comme avec « Auntie Barbara » en (44) :

(43) In 50 years, Dr. Price says, 26 percent of the Australian population will be Asian.

(Dans 50 ans, indique le docteur Price, 26 % de la population australienne sera asiatique.)

(44) They started out, Auntie Barbara pushing Debbie in her pram.

(Elles se mirent en marche, Tante Barbara poussant Debbie dans son landau.)

81Les journalistes de presse utilisent souvent ce que Bell (1985 : 98) appelle des « pseudo-titres », tel que « controversial cancer therapist Milan Brych » (« le controversé thérapeute du cancer Milan Brych »). Comme pour les titres standards, l’article défini est absent pour des pseudo-titres de ce type, mais autrement la catégorisation et la nomination se mélangent, ou plutôt, les catégorisations sont utilisées comme des identités propres, tout comme dans les histoires pour enfants citées plus haut.

82Le texte « Race Odyssey » nomme des chefs de gouvernement (Valéry Giscard d’Estaing, le Premier Ministre Bob Hawke), « notre raciste » Bruce Roxton, des « experts » et le scripteur qui de ce fait se place en bonne compagnie. Ceux qui ne sont pas nommés (les absences sont tout aussi signifiantes dans l’analyse de discours critique que les présences) sont les « racistes » d’autres pays, « nous » les Australiens, et bien sûr les immigrants, à l’exception d’Alberto Fujimoro, en raison de son statut de fils d’immigrants haut placé, et de candidat péruvien à l’élection présidentielle.

9. Procès de Fonctionnalisation et procès d’Identification (Functionalization and Identification)

83Je distinguerai deux types-clé de catégorisation : le procès de fonctionnalisation et le procès d’identification. Le procès de fonctionnalisation survient lorsque l’on fait référence aux acteurs sociaux en termes d’activité, de quelque chose qu’ils font : une occupation ou un rôle. Voici les différentes réalisations possibles :

84- premièrement, par un nom, formé d’après un verbe, additionné de suffixes tels que –er, –ant, –ian, –ee, par exemple « interviewer » (« interviewer »), « celebrant » (« officiant »), « correspondent » (« correspondant »), « payee » (« bénéficiaire ») ;

85- deuxièmement, par un nom qui dénote un lieu ou un outil étroitement lié à une activité (un nom qui selon les termes d’Halliday [1985 : 134ff] forme la « portée de cette activité » – « the range of that activity ») grâce à des suffixes comme –ist, –eer, par exemple, « pianist » (« pianiste »), « mountaineer » (« montagnard ») ;

86- troisièmement, par la composition de noms dénotant des lieux ou des outils étroitement liés avec une activité et des catégorisations très généralisées telles que « man » (« homme »), « woman » (« femme »), « person » (« personne »), « people » (« gens ») (et occasionnellement des fonctionnalisations comme « assistant ») (« assistant »), comme dans « cameraman » (« cameraman »), « chairperson » (« président »).

87Le procès d’identification se produit quand les acteurs sociaux sont définis, non pour ce qu’ils font mais pour ce qu’ils sont, inévitablement ou de manière plus ou moins permanente. J’ai distingué trois types : la classification, l’identification relationnelle, et l’identification physique (classification, relational identification, and physical identification).

  • 4  Michel Foucault, Histoire de la sexualité I, La volonté de savoir Gallimard, coll TEL, 1976, Miche (...)

88Dans le cas de la classification, on fait référence aux acteurs sociaux à partir des catégories majeures par lesquelles une société ou une institution donnée instaure des différences entre des classes de gens. A l’Ouest, ces catégories incluent à l’heure actuelle l’âge, le sexe, la provenance, la classe sociale, la richesse, la race, le groupe ethnique, la religion, l’orientation sexuelle, et ainsi de suite. Mais les catégories de classification sont historiquement et culturellement variables. Ce qui dans une période ou une culture est représenté comme du « faire », comme un rôle plus ou moins provisoire, peut dans une autre période ou une autre culture être représenté comme de l’« être », c’est-à-dire, une identité plus ou moins fixe. Foucault4 (1976) a décrit comment à la fin du XIXe siècle, le discours de la sexologie a introduit une nouvelle catégorie de classification, « l’orientation sexuelle ». Les acteurs sociaux qui étaient auparavant fonctionnalisés (« sodomites ») ont alors été de plus en plus classifiés :

L’homosexualité est apparue comme une des figures de la sexualité lorsqu’elle a été rabattue de la pratique de la sodomie sur une sorte d’androgyne intérieure, un hermaphrodisme de l’âme. Le sodomite était un relaps, l’homosexuel est maintenant une espèce. (Foucault, 1976: 59)

Homosexuality appeared as one of the forms of sexuality when it was transposed from the practice of sodomy onto a kind of interior androgyny, a hermaphrodism of the soul. The sodomite had been a temporary aberration; the homosexual was now a species. (Foucault, 1981 : 42)

89À présent, la catégorie d’« appartenance à une entreprise ou à une organisation » joue un rôle plus important dans l’identification (par exemple « un scientifique de l’université de Warwick », « un représentant de la chaîne nationale Hambro »).

90L’ampleur de la distinction entre le procès de fonctionnalisation et le procès de classification est également culturellement et historiquement variable. Dans les années 1960, la théorie des rôles sociologiques a largement contribué à troubler la distinction entre les deux types de catégorisation :

Chaque rôle social a une certaine identité qui lui est attachée. Comme nous l’avons vu, certaines de ces identités sont banales et temporaires, comme dans ces occupations qui n’exigent que peu de modifications dans l’existence de ceux qui les pratiquent. Il n’est pas difficile de changer pour passer d’éboueur à veilleur de nuit. Il est considérablement plus difficile de passer de Noir à Blanc. Et il est presque impossible de passer d’homme à femme. Ces différences dans la facilité à changer de rôles ne doivent pas nous aveugler quant au fait que même les identités que nous considérons comme faisant intrinsèquement partie de nous-mêmes nous ont été socialement assignées (P. L. Berger, 1966 : 115).

91Les discours psychologiques ou psychologisants, d’autre part, insistent fortement sur les frontières, comme dans cette question de la journaliste Caroline Jone, dans le programme radio The Search for Meaning sur l’Australian Broadcasting Commission (la radio nationale australienne) :

Alors que voudriez-vous dire à propos de cette division que nous avons l’air d’avoir créée dans la manière dont nous pensons habituellement ce que nous sommes (notre être) et dont nous le valorisons, et notre activité, nos performances, notre travail. Il y a là une réelle division dans notre société, n’est-ce pas ? (Jones, 1989 : 136)

92Avons-nous une identité derrière les nombreux rôles que nous jouons ? Où notre identité est-elle la somme des rôles que nous avons appris à jouer ? Ma préoccupation ici n’est pas de résoudre ce problème, mais de pointer le fait que la langue anglaise nous permet de faire un choix entre la fonctionnalisation et l’identification et que l’utilisation de ce choix dans le discours est d’une importance essentielle pour l’analyse du discours.

93Que ce choix ait une base grammaticale, une base dans le langage lui-même, on peut le repérer à l’ordre des mots lorsqu’on examine les deux types de catégorisation dans les groupes nominaux : les identifications peuvent être et sont fréquemment des classificateurs dans les groupes nominaux, alors que c’est rarement le cas des fonctionnalisations. On peut par exemple dire « the Asian teacher » (« le professeur asiatique »), « the homosexual musician » (« le musicien homosexuel »), « the woman doctor » (« la femme docteur ») mais pas (ou seulement dans un sens dérogatoire) « the teacher Asian » (« l’asiatique professeur ») « the musician homosexual » (« l’homosexuel musicien »), « the doctor woman » (« la femme docteur »). Seule l’identification relationnelle (voir plus bas) permet occasionnellement aux fonctionnalisations de devenir des classificateurs comme dans « your teacher friend » (« votre ami professeur ») par exemple. De plus, les classifications et les identifications physiques ne peuvent pas être construites sur la base d’un possessif, sauf là encore dans un sens dérogatoire (voir mon usage de « our racist ») (« notre raciste »). Les identifications relationnelles par contre sont presque toujours construites sur la base d’un possessif. Mais cette construction ne joue pas le même rôle ici que dans la fonctionnalisation : les fonctionnalisations qui sont construites sur la base d’un possessif signifient un procès où le participant qui possède est rendu actif (comme dans « his victim ») (« sa victime ») ou un procès où le participant qui possède est détrimentaire (comme dans « my attacker ») (« mon agresseur »), alors que les identifications relationnelles construites sur la base d’un possessif signifie un procès d’« adéquation », un procès « relationnel » entre les acteurs sociaux qui possèdent et ceux qui sont possédés (comme dans « ma fille » ou « ma mère »).

94L’identification relationnelle représente les acteurs sociaux en termes de relations personnelles, de relations de parenté ou de travail existant entre eux, et c’est un ensemble fermé de noms dénotant de telles relations : « friend », (« ami ») « aunt » (« tante »), « colleague » (« collègue »), etc. qui le réalise. Généralement, ils sont construits sur la base d’un possessif, soit par l’usage d’un adjectif possessif (« her friend ») (« son ami ») ou par un génitif (« the child’s mother ») (« la mère de l’enfant ») ou par une expression post-modifiante en of (« a mother of five ») (« une mère de cinq enfants »).

95Dans la culture occidentale contemporaine, le rôle de l’identification relationnelle a graduellement perdu en importance au profit de la classification et de la fonctionnalisation, surtout lorsqu’il est question de relations personnelles et de parenté. S’immiscer dans de telles relations en considérant qu’elles font partie de la sphère des activités publiques peut être qualifiée de « népotisme » ou de « corruption » (à moins d’être un monarque). Dans d’autres sociétés cependant, elles jouent un rôle clé. Von Strumer (1981) a décrit comment les Aborigènes d’Australie, lorsqu’ils se rencontrent pour la première fois, se présentent principalement en termes d’identification relationnelle. Ils « cherchent la famille qu’ils partagent et établissent leurs rapports sur cette base » (1981 : 13). Cela diffère des présentations occidentales contemporaines, où la nomination et la fonctionnalisation (« Que faites-vous ? » sont la clé pour établir une relation et où la classification (« D’où venez-vous ? ») ne rentre en compte que lorsqu’un acteur social présente des signe d’« altérité », de différenciation par rapport à la norme sociale, par exemple un accent étranger ou une peau foncée. Ce n’est pas le cas chez les Aborigènes :

mareeba man : Where you from ?

mickey: I’m Edward River man. Where you from?

mareeba man: I’m Lama Lama man... Do you know X?

mickey: No, do you know Y?

mareeba man: No, do you know Z?

mickey: Yes, she’s my auntie.

mareeba man: That old lady is my granny. I must call you daddy.
mickey: I must call you boy. You give me a cigarette.

(Von Sturmer, 1981 : 13)

l’homme de mareeba : Tu viens d’où ?

mickey : Je suis de la Rivière Edward. Tu viens d’où ?

l’homme de mareeba : Je suis de Lama Lama... Connais-tu X ?

mickey : Non, Connais-tu Y ?

l’homme de mareeba : Non, Connais-tu Z ?

mickey : Oui c’est ma tante.

l’homme de mareeba : Cette vieille dame est ma grand-mère. Il faut que je t’appelle Papa.

mickey : Je dois t’appeler Fils. Tu me donnes une cigarette.

96Lorsque les relations de parenté continuent à être fonctionnellement importantes dans notre société, comme c’est le cas particulièrement pour la relation entre mère et enfant, le terme adéquat devient polyvalent :

97- « mother » peut être utilisé comme une fonctionnalisation (« mothering » n’est pas l’action de mettre un enfant au monde mais l’action de prendre soin d’un enfant, alors que « fathering » signifie seulement l’engendrement d’un enfant),

98- « mother » peut être utilisé comme une nomination (« Mother »),

99- et comme une relation d’identification (« my mother ») ;

100De manière similaire, « child » peut être une classification ainsi qu’une relation d’identification.

  • 5  NdT : « a caregiver » est une personne qui prend soin d’une autre, qui lui est apparenté ou pas, q (...)

101On peut également noter que, selon les critères développés ici, des termes comme « lover » (« amant ») et « caregiver »5 (comme synonyme de « parent ») permettent de mesurer ce qu’il en est du procès de fonctionnalisation dans la sphère des relations personnelles et des relations de parenté. Les projections dans le futur, comme celles qu’on trouve dans Futureshock (1970) d’Alvin Toffler, prédisent en effet l’accroissement de la fonctionnalisation, par exemple, l’institutionnalisation de « familles professionnelles », des couples élevant les enfants d’autres couples pour de l’argent, alors que les vrais parents se consacrent à leurs carrières.

102L’identification physique (« physical identification ») représente les acteurs sociaux en termes de caractéristiques physiques qui les identifient de manière unique dans un contexte donné. Cela peut être réalisé par des noms dénotant des caractéristiques physiques (« blonde » (« blonde »), « redhead » (« rousse »), « cripple » (« handicapé »), et ainsi de suite) ou par des adjectifs (« bearded » (« barbu »), « tall » (« grand ») ou par des expressions prépositionnelles introduites par with (avec) ou without (sans) postmodifiant des classifications très généralisées telles que « man » et « woman ».

(45) A little girl with a long, fair pigtail came and stood next to Mary Kate.

(Une petite fille blonde avec une longue queue de cheval arriva et se mit à côté de Mary Kate.)

(46) « What are you doing there? » shouted the man with the large mustache.

(« Qu’est ce que vous faites ici ? » cria l’homme à la grosse moustache.)

103Le procès d’identification physique survient souvent dans les histoires, parfois seulement quand un personnage est présenté, comme dans (45), parfois tout au long du récit, comme dans l’histoire dont l’exemple (46) est tiré. Cela fournit aux acteurs sociaux une identité unique en l’absence temporaire ou permanente de nomination, et par le biais de détails remarquables. Mais en même temps, cela amène également le lecteur ou l’auditeur à se fixer sur les caractéristiques physiques, et cela peut être fait de manière sélective par exemple sur la base de l’âge ou du sexe, comme dans ces exemples du Daily Mirror (australien) : « stunning blonde Toby Bishop » (« la sensationnelle blonde Toby Bishop »), « chubby-cheeked Laura Vezey » (« Laura Vezey aux joues rondes »).

104A la différence du procès de nomination, le procès d’identification physique est toujours surdéterminée (overdetermined) : les attributs physiques ont tendance à être connotés, et cela peut être utilisé pour catégoriser ou fonctionnaliser de manière indirecte les acteurs sociaux. Les grosses moustaches par exemple (voir l’exemple 46) dérivent peut-être des moustaches des officiers de l’armée Prussienne, qui connotent la rigidité disciplinaire, pas seulement dans les armées ou à l’école mais aussi dans d’autres contextes. La limite entre l’identification physique et la classification est donc loin d’être claire, comme nous le montre de manière évidente l’utilisation de la couleur de la peau pour la classification, ou les connotations qui collent aux « blondes » ou aux « rousses ». Cependant, même quand elle est utilisée à des fins de classifications, la catégorie de l’identification physique reste distincte, à cause de son indirection, de sa surdétermination et de son apparente innocence « empirique ».

105En dernier lieu, on peut faire référence aux acteurs sociaux en termes interpersonnels plutôt qu’expérientiels. Pour ces occurrences, j’utilise le terme de valuation (appraisement) : les acteurs sociaux peuvent être valués axiologiquement lorsqu’on fait référence à eux en des termes qui les évaluent comme bons ou mauvais, aimés ou détestés, admirés ou pris en pitié. L’ensemble de noms et d’expressions qui réalise ce mode de référence dénote une telle valuation (et seulement une telle valuation) comme « the darling » (« le chéri »), « the bastard » (« le salaud »), « the wretch » (« le miséreux ») ou « thugs » (« voyous ») dans

(47) [Eighty] young white thugs attacked African street vendors.

([Quatre-vingts] jeunes voyous blancs ont agressé des vendeurs de rue africains.)

106À ce propos, il se pourrait bien que les valuations négatives soient plus abondantes que les valuations positives, surtout dans certains registres, par exemple celui qui est parlé par Miles Davis dans l’autobiographie qu’un assistant a écrite pour lui.

(48) I told the motherfucker as he was going out of the door « I told you not to go there stupid. » (Davis, 1990 : 13)

(J’ai dit à cet enfoiré qui sortait par la porte “Je t’ai dit de pas aller là, imbécile” (Davis, 1990 : 13).)

107Comme nous pouvons nous y attendre, le texte « Race Odyssey » ne catégorise pas au même rang les individus et les groupes qu’il représente. Les « racistes » et les « immigrants » sont beaucoup plus catégorisés que « nous » les Australiens. Et quand « nous » est catégorisé, c’est en construisant les termes d’une identité nationale partagée (« Australians »), la seule instance fonctionnalisée étant « critics » (« les opposants »).

108Les « racistes » sont classifiés en fonction de leur provenance et de leur origine ethnique (« Japanese », « native Vancouverites ») et dans un cas par l’âge et la race (dans « young white thugs »). Les « immigrants » sont classifiés en fonction de leur provenance ou de leur origine ethnique dans 50 % des cas, par le critère du niveau d’éducation ou de compétence dans 10 % des cas et une seule fois en fonction de la richesse (« poor ») et de la religion (« Muslim »). En général, la manière dont les « immigrants » sont représentés n’est pas du tout différente de la manière dont les « racistes » sont représentés. Les « racistes » et les « immigrants » sont également les seules catégories d’acteurs sociaux qui soient occasionnellement représentés en termes d’identité nationale. Tous deux constituent, dans le discours, les principaux « autres » pour « nous », Australiens, et de ce fait ils sont également le principal objet des procès de classification.

109D’autre part, les acteurs sociaux qui ont un haut statut social, tels que le « gouvernement » ou les « experts » sont toujours fonctionnalisés. Les quelques occurrences de fonctionnalisation des « racistes » et des « immigrants » concernent également des personnes qui ont un haut statut social, telles que le maire de Kawaguchi, et le candidat présidentiel Péruvien. C’est un motif qui, je pense, n’est en aucun cas spécifique à ce texte.

10. Procès de Personnalisation et de Dépersonnalisation (Personalization and Impersonalization)

110Jusqu’à présent, j’ai examiné les choix représentationnels qui font entrer les acteurs sociaux dans un procès de personnalisation, qui les représentent en tant qu’êtres humains comme c’est le cas au travers de réalisations par des pronoms possessifs ou personnels, des noms propres ou communs (et parfois des adjectifs, comme dans « maternal care » (« soins maternels ») par exemple) dont la signification inclut le trait « humain ». Mais les acteurs sociaux peuvent également être dépersonnalisés, représentés par d’autres moyens, par exemple, par des noms abstraits ou concrets dont les significations n’incluent pas le trait sémantique « humain ». Je distinguerai deux types de dépersonnalisation : l’abstraction et l’objectivation (abstraction and objectivation). L’abstraction survient quand les acteurs sociaux sont représentés au moyen d’une qualité qui leur est attribuée par et dans la représentation. Par exemple la manière dont on fait référence aux immigrants « pauvres, noirs, non qualifiés, musulmans ou illégaux » (« poor, black, unskilled, Muslim, or illegal ») par le terme « problems » en (49) : on leur attribue la qualité d’être problématiques, et cette qualité est ensuite utilisée pour les dénoter. Autre exemple : la substitution de « the changing face of Australia » (« le visage changeant de l’Australie ») à « the new immigrants » (« les nouveaux immigrants ») en (50) :

(49) Australia is in danger of saddling itself up with a lot of unwanted problems.

(L’Australie court le danger de s’encombrer de beaucoup de problèmes dont elle ne veut pas).

(50) Many Australians . . . were « bewildered » by the changing face of Australia.

(De nombreux Australiens … ont été « décontenancés » par le visage changeant de l’Australie.)

111Le procès d’objectivation survient quand les acteurs sociaux sont représentés au moyen de la référence à un lieu ou à une chose étroitement associé soit avec leur personne soit avec l’action dans laquelle ils sont représentés. En d’autres termes, l’objectivation est réalisée par une référence d’ordre métonymique. Un certain nombre de modes d’objectivations sont particulièrement courants : la spatialisation, l’autonomisation d’énoncé, l’instrumentalisation, et la somatisation (spatialization, utterance autonomization, instrumentalization, and somatization)

112La spatialisation est une forme d’objectivation dans laquelle les acteurs sociaux sont représentés au moyen de la référence au lieu avec lequel ils se trouvent étroitement associés dans un contexte donné. Par exemple quand on substitue « Australie » à « Australiens » comme dans (51) :

(51) Australia was bringing in about 70,000 migrants a year.

(L’Australie engrangeait environ 70 000 migrants chaque année.)

113L’autonomisation d’énoncés est une forme d’objectivation dans laquelle les acteurs sociaux sont représentés au moyen de la référence à leurs énoncés. C’est le cas, par exemple, avec « the report » (« Le rapport ») et « surveys » (« des études ») dans (52) ; et parce que cela prête une sorte d’autorité impersonnelle aux énoncés, ce mode de réalisation linguistique est souvent utilisé en connexion avec les énoncés de porte-parole de haut statut ou « officiels » :

(52) This concern, the report noted, was reflected in surveys which showed that the level of support for stopping immigration altogether was at a post-war high.

(Le rapport a noté que cette préoccupation se reflétait dans des études montrant que le niveau de soutien à l’arrêt total de la migration rejoignait le pic d’après-guerre.)

114L’instrumentalisation est une forme d’objectivation dans laquelle les acteurs sociaux sont représentés au moyen de la référence à l’instrument avec lequel ils accomplissent l’action en cours et dans laquelle ils sont représentés :

(53) 120mm mortar shell slammed into Sarajevo’s marketplace.

(Un obus de mortier de 120 mm s’est abattu sur une place de marché de Sarajevo.)

115La somatisation, enfin, est une forme d’objectivation dans laquelle les acteurs sociaux sont représentés au moyen de la référence à une partie de leur corps, comme dans les expressions du genre « a safe pair of hands » (« des mains adroites »), ou comme dans :

(54) She put her hand on Mary Kate’s shoulder.

(Elle mit la main sur l’épaule de Mary Kate.)

116Le nom dénotant une partie du corps est presque toujours prémodifié par un adjectif possessif ou un génitif référant au « propriétaire » de la partie du corps, ou peut-être devrions-nous dans ce cas parler de « semi-objectivation ». Cependant la somatisation, quand elle se réalise linguistiquement avec un possessif, construit une représentation qui connote une forme d’aliénation, dans la mesure où Mary-Kate n’est pas impliquée elle-même : ce n’est pas Mary-Kate, mais le corps de Mary-Kate qui est touché, dans une intrusion (possiblement) non-désirée et intimidante.

117Plus généralement, le procès de dépersonnalisation peut avoir un ou plusieurs des effets suivants : il peut mettre en arrière-plan l’identité et/ou le rôle des acteurs sociaux ; il peut donner une force ou une autorité impersonnelle à l’action ou à la qualité d’un acteur social ; et cela peut ajouter des connotations positives ou négatives à l’action ou à l’énoncé d’un acteur social. Quand par exemple, « Australia » est activé en relation avec l’action de « bringing in migrants » en (53), le texte ne dit pas au lecteur qui est responsable de l’action, de la même manière que dans la nominalisation ou dans la suppression de l’agent au passif. Pour cette raison, le procès de dépersonnalisation regorge dans le langage de la bureaucratie, une forme d’activité humaine qui est gouvernée par les procédures impersonnelles. En dernier lieu, les abstractions ajoutent des significations connotatives : les qualités abstraites de leurs porteurs servent en partie à les interpréter et à les évaluer.

118Le texte « Race Odyssey » dépersonnalise les « immigrants » souvent (dix-huit fois), alors qu’il ne le fait que rarement pour la plupart de autres catégories d’acteurs sociaux : les « racistes » sont dépersonnalisés une seule fois, « nous, Australiens » trois fois, le « gouvernement » une fois, et les « experts » deux fois. Par ailleurs, l’auteur de l’article se dépersonnalise lui-même à chaque fois qu’il réfère à ses actions (« italicizing » (« mettre en italiques ») « highlighting, » (« souligner ») « calling into question, » (« interpeller » etc.) et la seule référence personnalisée est dans l’accroche (« David Jenkins argues… ») (« David Jenkins prend position … »).

119La plupart des procès de dépersonnalisations des « immigrants » sont construits par des abstractions (83 %) et ce qui est représenté de manière abstraite c’est la quantité dans huit cas sur quinze ; on réfère aux immigrants en utilisant les termes de « levels », (« niveaux ») « settings », (« cadre ») etc. Dans les autres cas, les immigrants ont la qualité d’être « problématiques » (exemple 51), la capacité de « changer l’Australie » (52) et on évoque également leur qualité « raciale » (comme dans « racial tolerance »).

120L’autonomisation d’énoncés survient en relation avec les « experts », et aussi en relation avec l’auteur de l’article. Celui-ci se représente à chaque fois comme si, bien que ce soit à travers sa personne, « les faits parlaient d’eux-mêmes ». Cet effet de sens est réalisé en substituant la référence anaphorique aux paragraphes du texte qui précède à la référence à la personne :

 (55) They [these developments] highlight the fact that racism is seldom far below the surface.

(Ils [ces développements] soulignent le fait que le racisme n’est jamais très loin.)

12. Le procès de Surdétermination (Overdetermination)

121La surdétermination survient quand les acteurs sociaux sont représentés comme participants à plus d’une pratique sociale en même temps. Dans l’une des histoires pour enfants que j’ai analysée, une histoire néerlandaise intitulée « De Metro van Magnus » (Van Leeuwen, 1981) il y a un personnage appelé « le Soldat Inconnu ». Magnus, le héros de l’histoire, trouve le Soldat Inconnu (qui a « peut-être 18 ans » mais « qui a plus l’air d’un garçon que d’un homme ») sur la Place du Soldat Inconnu. Il est assis, plutôt malheureux, au pied d’un énorme monument abstrait dédié au Soldat Inconnu. Comme le monument ne comporte que peu de ressemblances avec un soldat, Magnus suppose que l’« homme-garçon » doit être le Soldat Inconnu. Ce dernier, après quelque hésitation, acquiesce. Il est content d’avoir un nom, parce qu’il ne sait pas lui-même qui il est (il est « inconnu »). Magnus et le Soldat Inconnu vont ensuite à un endroit « qui ressemble assez à une école » ; le Soldat Inconnu échoue misérablement à répondre aux questions posées par « l’homme à la grosse moustache » (déjà mentionné dans l’exemple 42). Ainsi, le Soldat Inconnu est lié au moins à deux pratiques sociales, l’art de la guerre et l’école, et il en arrive à symboliser un participant représenté de manière subjective dans ces deux pratiques ; et en effet, dans les deux pratiques, cela produit des victimes et des opprimés. Le nom de Magnus aussi est surdéterminé, dans la mesure où il est à la fois « petit » et « magnus » : à travers son nom, il transcende la différence entre « ce que les adultes (peuvent) faire » et « ce que les enfants (peuvent) faire ».

122J’ai distingué quatre catégories principales de surdétermination : l’inversion, la symbolisation, la connotation et la distillation (inversion, symbolization, connotation, and distillation).

123L’inversion est une forme de surdétermination dans laquelle les acteurs sociaux sont liés à deux pratiques qui sont en un sens leur exact contraire. Cela se produit par exemple dans la célèbre bande dessinée La famille Pierre à feu (the Flintstones), et d’autres bandes dessinées similaires, comme Hagar the Horrible. Les activités des Pierre à feusont pleinement celles d’une famille de banlieue américaine du XXe siècle. Les Pierre à feueux-mêmes sont cependant surdéterminés : ils font les choses qu’une famille du vingtième siècle fait, mais ils ressemblent et ont un nom de famille semblable à celui d’habitants d’une grotte préhistorique. En d’autres termes, ils ont été transformés de contemporains+ à contemporains, tout en étant toujours impliqués dans des activités contemporaines. La référence s’élargit donc pour inclure les pratiques préhistoriques en plus des activités contemporaines, peut-être pour que ces dernières puissent être vues comme « naturelles », comme transcendant l’histoire et la culture : la surdétermination est l’un des moyens par lesquels les textes légitiment les usages. L’exemple de Magnus plus haut est également un cas d’inversion : Magnus a été transformé de enfant+ à enfant tout en étant toujours impliqué dans des activités similaires à celles des enfants.

124La symbolisation, selon la définition que j’en fais, survient quand un acteur social « fictionnel » ou un groupe d’acteurs sociaux représente(nt) des acteurs ou des groupes dans des pratiques sociales non fictionnelles. L’acteur « fictionnel » appartient souvent à un passé mythique et distant. Cette distance autorise alors les acteurs et les activités qu’ils pratiquent à faire référence à plusieurs activités et acteurs non fictionnels. Will Wright (1975), dans une étude du genre du western a montré comment les participants et les actions dans les westerns ont changé au début des années 1960 vers un motif qu’il appelle « l’intrigue professionnelle » (« professional plot »). La caractéristique de ce type d’intrigue est de représenter le passage de l’individu (la fine gâchette solitaire qui arrive en ville sur son cheval) au groupe (l’équipe d’hommes farouchement indépendants qui travaillent pour l’argent plutôt que pour l’amour, la justice ou l’honneur, qui sont techniquement très compétents et hautement organisés, et forment une élite très soudée qui partage un puissant code de solidarité). Wright montre alors comment ces « héros professionnels » et leurs exploits peuvent être reliés à un certain nombre de pratiques sociales et aux acteurs sociaux impliqués par ces pratiques, notant par exemple comment dans les affaires un entrepreneur individuel a laissé la place à une équipe de cadres, comment dans la science le génie individuel s’est effacé au profit de l’équipe de recherche efficace, et ainsi de suite, et comment les valeurs de telles équipes sont hautement similaires aux valeurs des héros dans les « westerns professionnels » : ici aussi, on trouve une compétence technique élevée, un travail consenti en vue d’une récompense financière, la solidarité du groupe face aux concurrents, etc. Ainsi, les « héros professionnels » dans les westerns peuvent représenter une variété d’acteurs dans les pratiques sociales actuelles : des docteurs, des scientifiques, des politiciens, des directeurs d’entreprise, etc. La commune, la « société faible » pour laquelle les « héros professionnels » travaillent et qu’ils sont chargés de protéger, peut représenter des acteurs sociaux tels que les patients de docteurs, la corporation des consommateurs, les électeurs des politiciens, etc. En d’autres termes, les acteurs sociaux et, en effet, les autres éléments des « westerns professionnels » sont surdéterminés. Bruno Bettelheim (1979) a de manière équivalente tracé les correspondances entre les acteurs sociaux et les actions dans les contes de fées et dans les pratiques sociales contemporaines et réelles, notamment celles de la famille moderne qui appartient à la classe moyenne.

  • 6  Barthes : faire correspondre références françaises avec biblio.
    Mythologies, Éditions du Seuil, Par (...)

125La connotation survient quand une détermination unique (une nomination ou une identification physique) est à la place d’une classification ou d’une fonctionnalisation. Cette définition s’accorde sur l’essentiel avec la manière dont Barthes6 (1957, 1961, 1965) définit le « mythe » ou la « connotation ». Les connotations, dit Barthes (1961), sont « discontinues », des « traits éparpillés », dont la connaissance est établie par la tradition culturelle :

Une « grammaire historique » de la connotation iconographique devrait donc chercher ses matériaux dans la peinture, le théâtre, les associations d’idées, les métaphores courantes, etc., c’est-à-dire précisément dans la « culture ».
Barthes, 1961, « Le Message photographique » (in Communications 1), repris dans L’Obvie et l’Obtus, 1982, Paris : Seuil.

126Nous en avons déjà rencontré un exemple lorsque nous examinions le cas de « l’homme aux grosses moustaches » (exemple 42) : la connaissance que le lecteur a de la culture populaire lui permet d’associer de telles moustaches avec les militaires prussiens, et de projeter ensuite dans « l’homme aux grosses moustaches » toutes les qualités que la tradition de la culture populaire associe avec les militaires prussiens. De telles connaissances ne sont pas nécessairement conscientes. Ce sont des connaissances « mythiques ». Les signes « ne sont pas compréhensibles, mais seulement évocateurs de leçons culturelles à demi apprises » (J. Berger, 1972 : 140) — peut-être le plus fréquemment à travers les médias de masse, les films, les bandes dessinées, et ainsi de suite.

127La distillation réalise la surdétermination à travers une combinaison de généralisation et d’abstraction (a combination of generalization and abstraction). Il vaut mieux l’expliquer à travers un exemple. Un paragraphe d’un chapitre de Deschooling Society de Ivan Illitch (1973) que j’ai analysé en détail dans un autre article (Van Leeuwen, 1993b), établit au cours du texte la taxonomie exposée dans le tableau [2] ci-dessous.

Tableau [3] : Taxonomie de la distillation

Tableau [3] : Taxonomie de la distillation

128On peut faire trois observations à propos de cette taxonomie. Premièrement, si « psychiatrist » (« psychiatre ») et peut-être également « guidance counselor » (« conseiller pédagogique ») peuvent être vus comme de véritables hyponymes de « therapist » (« thérapeuthe »), de « schoolteachers » (« professeur des écoles »), par contre « ministers » (« ministre du culte »), « job counselors » (« conseiller d’orientation ») et « lawyers » (« avocat ») ne sont généralement pas classés comme des « therapists ». Ils peuvent adopter certaines des valeurs et des manières des thérapeutes, mais la thérapie n’est pas l’aspect central de leurs activités. En d’autres termes, Illich a abstrait ce qui serait considéré normalement comme des qualités plutôt périphériques, et les a ensuite élevées au statut de généralités. La confirmation provient de la manière dont il formule le terme hyperonyme : « professional » (« professionnel ») peut être considéré comme une généralisation réelle de « schoolteachers », « ministers », etc., et c’est ce terme qui doit être utilisé comme noyau du groupe nominal.

129Deuxièmement, la « therapie » est incluse seulement dans le qualificatif du groupe nominal. Le terme ne peut pas être utilisé en tant que tel pour référer aux enseignants. Dans d’autres formulations, Illich utilise « therapist » comme une circonstance du rôle (« the teacher-as-therapist ») ; là encore, « therapist » est un circonstanciel plutôt qu’un trait central. La même chose peut être dite à propos de « with captive audience » et « without captive audience » : en relation avec « schoolteacher », « minister », etc., ces éléments sont circonstanciels et de ce fait construisent une abstraction plutôt qu’une généralisation. On ne peut pas dire que les enseignants soient des sortes de thérapeutes « avec un public captif ».

130Troisièmement, et c’est le point le plus important dans le contexte présent, la taxonomie n’est pas exhaustive. Elle n’est pas construite afin de cartographier le champ de la thérapie, mais afin de disqualifier les actions des enseignants au moyen d’une comparaison (lorsque, dans une argumentation, on voit s’introduire dans un souci de comparaison des domaines autres que ceux qui constituent le thème principal d’un texte, c’est toujours avec une fonction de légitimation ou de disqualification) Illich compare les actions des enseignants à celles des ministres du culte et des prêtres. L’église est une institution qui, aux yeux des lecteurs « radicaux » auxquels Illich s’adressait quand il a écrit ce livre dans les années 1960, avait déjà été disqualifiée depuis bien longtemps. La disqualification des écoles, d’autre part, était et est toujours un sujet beaucoup plus polémique. En surdéterminant les enseignants, c’est-à-dire en les liant à la fois à l’école et à l’église, ce qui a déjà fait l’objet d’une disqualification réussie concernant l’Eglise peut être transféré à l’école, aux enseignants et à leurs actions : « Les enfants ne sont protégés ni par le Premier amendement ni par le Cinquième lorsqu’ils sont confrontés à ce prêtre laïque, l’enseignant » (Illich, 1973 : 38).

131Ainsi, la distillation est une forme de surdétermination qui relie les acteurs sociaux à plusieurs pratiques sociales en faisant en sorte de rendre abstrait une même caractéristique chez chacun des acteurs sociaux impliqués dans ces différentes pratiques.

132En dernier lieu, j’examinerai brièvement les deux formes les plus communes de l’inversion : l’anachronisme et la déviation. A propose de la première, nous avons déjà rencontré un exemple, celui de la famille Pierre-à-feu ; la science-fiction peut nous en fournir un second. Là, les acteurs sociaux y sont projetés dans le futur (et peut-être également sur une autre planète) – mais leurs actions ont souvent une ressemblance remarquable avec les pratiques contemporaines. L’anachronisme est souvent utilisé pour dire ce qui ne peut pas être dit directement, par exemple pour offrir une critique sociale et politique dans des circonstances où la censure officielle ou commerciale l’interdit, ou pour naturaliser des discours idéologiques.

133Dans le cas de la déviation, les acteurs sociaux impliqués dans certaines activités sont représentés au moyen de références à des acteurs sociaux qui n’auraient normalement pas le droit de pratiquer ces activités. Dans les histoires pour enfants à propos du premier jour d’école par exemple, la référence aux enfants peut être remplacée par une référence à des animaux, une transformation du trait humain+ en humain :

(56) The teacher wrote the name down in the register: NOIL.
Then she finished calling the register.

« Betty Small, » she said.

« Yes, » said the little girl.

« Noil, » said the teacher.

« Yes, » said the lion. He sat next to the little girl, as good as gold.

L’institutrice écrivit le nom sur le cahier d’appel : NOIL.

Puis elle finit de faire l’appel.

« Betty Small », dit-elle.

« Oui », dit la petite fille.

« Noil », dit la maîtresse.

« Oui », dit le lion. Il était assis à côté de la petite fille, sage comme une image.

134La surdétermination combine « ce que les enfants (peuvent) faire » et « ce que les animaux (peuvent) faire » et forment donc une représentation de l’enfant à la fois comme humain et animal, « civilisé » et « non civilisé », ainsi qu’également en même temps comme faible (« small », « little ») et fort. La déviation repose sur la transgression de la règle selon laquelle les animaux ne peuvent pas aller à l’école : des histoires plus naturalistes à propos du premier jour d’école incluent invariablement l’épisode où le chien veut aller à l’école aussi mais n’y est pas admis, et se sent alors triste et abandonné, alors que l’enfant ne comprend pas (du moins au début) pourquoi son chien ne peut pas aller à l’école. Quand dans une histoire fantastique comme celle citée en (56), les animaux transgressent les règles d’admissibilité et vont à l’école, ils doivent nécessairement échouer. Dans le cas de Noil, le lion, cela ne se produit cependant pas avant que Noil effraie le garçon qui taquine Betty Small dans la cour.

135La déviation sert presque toujours l’objectif de la légitimation : l’échec de l’acteur social déviant confirme les normes. Dans le cas de Noil et de Betty Small, la déviation justifie la règle d’admissibilité et donc légitime l’école comme la transition nécessaire entre l’état où les enfants « sont à l’unisson avec les animaux » et l’état où ils « s’élèvent au dessus des animaux », un état dans lequel, paradoxalement, ils sont représentés comme « small », « little » et craintifs, plutôt que confiants et assurés dans leur nouveau statut.

136Le texte « Race Odyssey » ne présente qu’une seule surdétermination, le titre, qui surdétermine un processus plutôt que les acteurs sociaux qui y sont impliqués, le processus de « rentrer à la maison après un long voyage », de trouver « notre » identité (« raciale ») et qui bien sûr est également un jeu de mot basé sur le titre du film de Kubrick 2001 : A Space Odyssey. Si j’avais choisis d’exemplifier mon rapport à propos des acteurs sociaux impliqués dans le processus d’immigration avec un exemple fictionnel, j’aurais probablement eu un plus grand nombre d’instances de surdétermination à examiner.

13. Conclusion

137Le tableau [4] résume sous la forme d’un réseau systématique ma réponse à la question avec laquelle j’ai commencé : quelles sont les moyens principaux par lesquels les acteurs sociaux peuvent être représentés dans le discours ? Les crochets dans le schéma représentent un choix en ou bien, ou bien (par exemple, les acteurs sociaux doivent être ou bien représentés de manière active (« activation ») ou bien représentés de manière passive (« passivation »), les accolades courbes représentent des choix possibles simultanément (par exemple, les acteurs sociaux peuvent être à la fois représentés de manière active (« activation ») et « représentés de manière personnalisée (« personnalisation »), et ainsi de suite). J’espère que mon examen des différentes catégories du réseau a rendu clair le fait que dans les pratiques discursives réelles, les choix n’ont pas besoin d’être posés de manière rigide en soit X soit Y. Les limites peuvent être brouillées délibérément, dans le but d’obtenir des effets représentationnels spécifiques, et les acteurs sociaux peuvent être par exemple à la fois « classifiés » et « fonctionnalisés ». Dans de tels cas, les catégories restent néanmoins distinctes et utiles pour expliciter la manière dont les acteurs sociaux sont représentés.

138Le réseau rapproche ce que les linguistes ont tendance à séparer : il implique un certain nombre de systèmes lexico-grammaticaux et linguistiques discursifs distincts, la transitivité, la référence, le groupe nominal, les figures rhétoriques, etc., parce que tous ces systèmes sont impliqués dans la réalisation des représentations des acteurs sociaux. Néanmoins, il existe une cohérence linguistique dans le réseau. Initialement, il implique trois types principaux de transformation : l’effacement (deletion) (systèmes 1 et 2), le réarrangement (rearrangement) (systèmes 3-5) et la substitution (substitution) (systèmes 6-22). Chaque type de transformations met en œuvre des systèmes linguistiques différents : l’effacement implique les voix, ainsi que la nominalisation et l’adjectivisation ; le réarrangement fonctionne principalement au niveau de la transitivité ; alors que la substitution est en premier lieu réalisée par les aspects de la structure du groupe nominal – les déictiques et post-déictiques, c’est-à-dire le système de référence (systèmes 7, 8, 10 et 12) et les numératifs (système 9 ; voir Halliday, 1985, ch. 6 ; Matthiessen, 1992, ch. 3.2) – et aussi par le lexique, les différentes classes de nom, incluant les aspects de la structure morphologique (systèmes 13-18). Les systèmes 19-22, enfin, utilisent les différentes formes de la métaphore et de la métonymie. Plus globalement, les trois paragraphes 7-12, 13-18 et 19-22 impliquent respectivement la référence, le lexique (le champ de noms référant aux êtres humains) et la métaphore.

Tableau [4] : Réseau de représentations des acteurs sociaux dans le discours

Tableau [4] : Réseau de représentations des acteurs sociaux dans le discours

139Je voudrais enfin résumer ma discussion sur le texte « Race Odyssey » qui a bien entendu été restreinte à la représentation des acteurs sociaux et n’a donc traité d’aucune autre caractéristique importante ou remarquable du texte.

140Ceux qui d’une manière ou d’une autre sont représentés comme « s’inquiétant de » ou s’opposant réellement à l’immigration et aux immigrants de pays autres que l’Australie, je les ai appelés « racistes » : dans cet article ; ils sont comparés de manière péjorative aux opposants d’une « haute » migration en Australie, qui ont des inquiétudes « raisonnables » et non pas « racistes » concernant l’immigration. Comme nous l’avons vu, la représentation de ces « racistes » est relativement souvent supprimée ou mise en arrière-plan. On doit mettre cela en balance avec le fait que les exclusions suivent des catégorisations très définies, telles que « 80 young white thugs ». On peut avancer que cet article nous invite à interpréter ces représentations vagues ou manquantes à la lumière de la catégorisation de départ, qui n’a pas d’équivalent dans la représentation des opposants australiens à l’immigration. On fait également souvent référence aux « racistes » de manière générique. Et ils sont individualisés et nommés seulement quand les membres de l’élite sont concernés. D’un autre côté, ils sont fréquemment activés en relation avec les immigrants (passivés), et cela par rapport à des procès à la fois matériels et langagiers, tels que « refuser l’entrée » et « insulter », et des procès mentaux, tels que « être concerné ». Quand ils sont classés, ils sont fréquemment classés à peu près de la même manière que le sont les immigrants, selon « leur provenance », ce qui fait qu’ils ont au moins cela de commun avec ces autres indésirables, les immigrants eux-mêmes. La valuation négative, enfin, survient en lien avec cette catégorie d’acteurs sociaux et cela se produit lors de la toute première fois où on fait référence à eux (là encore dans le cas des « 80 jeunes voyous blancs »).

141Bruce Roxton, le « raciste » bien de chez nous est représenté de manière également indésirable. Mais au contraire des « racistes » étrangers, il est fortement activé en relation avec les immigrants (passifs). En d’autres termes, sur le terrain domestique, on peut facilement distinguer les quelques individus déviants qui, au contraire de « nous » Australiens, méritent l’épithète de « raciste », et les transformer ensuite en personnifications notoires des préjugés et de l’intolérance que « nous » adorons tous (et particulièrement les médias) détester. À l’étranger par contre, le racisme est beaucoup plus omniprésent.

142Un autre groupe d’acteurs sociaux qui s’opposent ou s’inquiètent à propos des immigrants et de l’immigration est formé par « nous », le peuple australien « comme un tout ». Ce groupe est traité plus sympathiquement – moins souvent mis en arrière-plan, on fait moins souvent référence à lui de manière générique et classifié, et si c’est le cas, alors c’est seulement en tant qu’« Australiens ». S’ils sont activés, c’est en relation à des procès mentaux, comme d’être « déconcertés, perplexes », et « ne comprenant pas », « ne se sentant pas capable de gérer », et ainsi de suite, plutôt qu’en relation avec des procès matériels ou langagiers comme c’est le cas pour les « racistes ». Et finalement, ils forment un collectif, ce qui souligne sur la question de l’immigration le supposé consensus qui les rassemblerait.

143J’ai fait référence aux immigrants eux-mêmes par « eux », et « ils » sont relativement souvent mis en arrière-plan, et mentionnés de manière générique, ce qui aide à établir une distance entre le lecteur et eux. Ils sont plutôt assimilés ou agrégés, et les agrégats aident à les représenter comme une « horde » nombreuse sur le point de « nous » envahir, ainsi que comme objet de calculs « rationnels », plutôt que comme semblables humains. Ils sont aussi représentés de manière abstraite, et là encore, cela implique fréquemment l’abstraction de leur nombre. Plus que toute autre catégorie d’acteurs sociaux, il sont classés – par leur « origine ethnique », classe, race, niveau d’éducation, richesse, et ainsi de suite – différences qui ne sont pas faites en relation à « nous », Australiens. Et les immigrants de différentes origines ethniques sont parfois amalgamés ensemble dans ce que j’ai appelé des « associations » pour créer d’autres catégories de migrant. S’ils sont activés, enfin, c’est presque toujours en relation avec une activité, celle d’« immigrer » : dans tous les autres cas, ce sont eux sur qui on agit.

144Le gouvernement est rarement mis en arrière-plan ou mentionné de manière générique, et il est souvent individualisé et nommé, c’est-à-dire personnifié en la personne du Premier Ministre. Il transcende également la classification, et il est toujours fonctionnalisé, jouant un rôle actif en relation avec les immigrants. Les acteurs sociaux qui forment le bras exécutif du gouvernement cependant, ceux qui doivent réellement « stopper » les immigrants, sont supprimés : l’article de presse laisse cette réalité : « réduire l’immigration » à une distance confortable du lecteur.

145Les « experts » sont représentés de deus façons. Soit ils sont traités comme des membres de l’élite (très activés, fonctionnalisés, individualisés, nommés, avec leurs titres), soit leurs énoncés sont autonomisés et/ou collectivisés, pour les imprégner d’autorité impersonnelle et faire valoir l’idée que le consensus règne parmi les experts.

146L’auteur de cet article fait également référence à lui-même et à ses lecteurs. Il s’adresse à ces derniers directement, alors qu’il fait parler « les faits » à sa place. Ce n’est pas le scripteur lui-même par exemple mais « ils » (« they », mis pour « these developments » - « ces développements ») qui « soulignent le fait que le racisme est rarement loin de la surface ». Une chose n’est pas claire : la question de savoir si le scripteur est ou non l’acteur social qui légitime les « peurs » de « nous » australiens et « nous » « donnent le droit » (et le Premier Ministre Hawke avec nous) d’éprouver nos sentiments de fierté, d’inquiétude, etc. Bien que cet acteur social légitimant joue un rôle important dans le processus de l’immigration, sa référence est toujours supprimée. Peut-être ne sommes nous pas si éloignés de la vérité quand nous reconnaissons ici, à travers les traces du texte lui-même, le rôle actif des médias dans le processus social, en dépit de leur position prudente de neutralité telle qu’elle est suggérée par la manière dont la majeure partie de la représentation est attribuée à des sources extérieures au scripteur.

Haut de page

Notes

1  NdT : corpus réunissant des récits racontant le premier jour d’école.

2  NdT : nous avons fait un choix de traduction que nous voulons rendre aussi explicite que possible : Théo Van Leeuwen essaie dans cet article de donner un nom à chaque forme de représentation des acteurs sociaux qu’il trouve tout au long d’analyses très fines. Cependant certains néologismes forgés en anglais ne passent pas toujours très bien en français dans une traduction littérale. Nous avons donc fait le choix de trouver une traduction aussi correcte que possible pour ces néologismes, en privilégiant à la fois la bonne forme et la clarté notionnelle, et à redonner entre parenthèses et immédiatement derrière le mot anglais puis sa traduction littérale. En effet, au fur et à mesure qu’on progresse dans la lecture de l’article, on comprend de mieux en mieux l’intérêt de ces néologismes et « on s’y fait » ; et par ailleurs, à la fin de cet article, l’auteur rassemble en un tableau de liens l’ensemble de ses créations néologiques, et il n’était alors pas possible de traduire chaque nom anglais par une phrase en français.

3  Bourdieu, Pierre. 1979. La Distinction : Critique sociale du jugement. Paris : Les Editions de Minuit.

4  Michel Foucault, Histoire de la sexualité I, La volonté de savoir Gallimard, coll TEL, 1976, Michel Foucault, The history of sexuality. vol. 1, An introduction. Harmondsworth : Penguin, 1981, c1978. translated from the French by Robert Hurley.

5  NdT : « a caregiver » est une personne qui prend soin d’une autre, qui lui est apparenté ou pas, qui peut être salarié ou pas.

6  Barthes : faire correspondre références françaises avec biblio.
Mythologies, Éditions du Seuil, Paris, 1957.

Eléments de sémiologie, Denoël/Gonthier, Paris, 1965.

Image, Music, Text : Barthes, 1961, « Le Message photographique » (in Communications 1), repris dans L’Obvie et l’Obtus, 1982, Paris : Seuil.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau [3] : Taxonomie de la distillation
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/8876/img-1.png
Fichier image/png, 62k
Titre Tableau [4] : Réseau de représentations des acteurs sociaux dans le discours
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/8876/img-2.png
Fichier image/png, 841k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Theo Van Leeuwen, « Représenter les acteurs sociaux », Semen [En ligne], 27 | 2009, mis en ligne le 10 décembre 2010, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/semen/8876

Haut de page

Auteur

Theo Van Leeuwen

Articles du même auteur

  • (Traduction assurée par Adèle Petitclerc, assistée de Philippe Schepens)
    [Cette traduction présente un texte raccourci avec l’autorisation de l’auteur pour la publication papier initiale]
    Paru dans Semen, 27 | 2009
Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page