Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27La linguistique de corpus : une a...

La linguistique de corpus : une alternative

Wolfgang Teubert
Traduction de Aurélie Lebaud
Cet article est une traduction de :
Corpus Linguistics: An Alternative
Autre(s) traduction(s) de cet article :
La linguistique de corpus : une alternative [version abrégée]

Notes de la rédaction

Note 1 : Ce texte est la traduction de la totalité du texte anglais de “Corpus Linguistics : An Alternative”, texte confié à Semen en tant que texte inédit.

Texte intégral

1. Philologie : la linguistique comme partie intégrante des sciences humaines

1Le XXe siècle a vu la linguistique accéder au rang de science, de discipline universitaire comparable en cela à la physique ou la chimie. Cette nouvelle perspective est, pour une large part, l’œuvre du linguiste suisse Ferdinand de Saussure, qui reprend le paradigme philologique prééminent tout au long des XVIIIe et XIXe siècles, mais en l’imposant désormais comme partie intégrante des Geisteswissenschaften, des Sciences humaines. Les philologues, jusqu’alors, prennent pour objets d’étude des textes, notamment issus de langues « mortes ». Ils s’intéressent avant tout à l’histoire des langues, cependant que la discipline historique est considérée comme le cœur même des Sciences humaines. L’histoire (re-)construit le passé par l’interprétation des discours du passé. Elle ne constitue pas une science dure, sans quoi on pourrait l’utiliser pour prédire l’avenir.

  • 2  Essai sur l’origine des langues, publication posthume en 1871.
  • 3 Abhandlung über den Ursprung der Sprache, 1770.

2Jean-Jacques Rousseau comptent parmi les philosophes des Lumières qui se sont penchés sur l’origine du langage2 ; Johann Gottlieb Herder est également l’un d’eux3. Des concordances évidentes entre certains penseurs font germer l’idée que les langues doivent procéder d’une origine commune et que certaines, sinon toutes, sont apparentées.

3Les philologues commencent à comparer les langues, en se fondant non pas sur leurs systèmes linguistiques abstraits mais sur les productions textuelles et les éléments, les mots, qu’ils trouvent dans ces textes. Ce sont des empiristes, engagés dans une perspective historique, qui insistent sur la nécessité de travailler sur des données du langage empirique. Si deux langues, ou plus, partagent des mots similaires, se demandent-ils, ont-elles une commune origine ? Jusqu’où, dans le temps, est-il possible de remonter ? Nombre de langues semblent être liées les unes aux autres au regard de leurs vocabulaires, ainsi que semble le prouver la célèbre famille des langues Indo-européennes dont parmi bien d’autres, le Sanscrit, le Hittite, les langues baltes, celtiques, germaniques et slaves, mais non le Turc ni le Hongrois et moins encore le Basque.

4Leurs analyses mettent en évidence de nombreuses régularités dans la manière dont les mots sont apparentés, d’une langue à l’autre, de par leur forme phonétique (ou écrite). Il n’est donc pas surprenant que beaucoup de philologues soient fascinés par la possibilité de reconstituer des stades anciens de l’Indo-européen ou d’autres langues malgré l’absence de données empiriques ; les « lois » qu’ils tentent de découvrir font émerger l’idée que les langues pourraient être considérées comme des systèmes nous permettant de « prédire » les changements linguistiques. Ils traitent par exemple de mutations phonétiques entre des phases plus ou moins stables, telle la « seconde mutation phonétique » entre le haut-allemand ancien et le moyen-haut-allemand. Ils fondent avant tout leurs études sur la comparaison entre différents dialectes ou langues apparentées qui ont survécu (souvent) dans des représentations écrites ultérieures. Mais des difficultés se présentent à eux lorsqu’ils tentent aussi de rendre compte des relations pour le moins complexes entre formes parlées et formes écrites, problèmes qui ne trouveront jamais de réponse satisfaisante. La fiabilité de ces supposées régularités n’est pas non plus clairement établie. Et bien sûr, toute preuve quant à la façon de prononcer ces mots est forcément mince. C’est ainsi que durant mon cursus scolaire, j’ai dû changer ma prononciation du /c/ latin devant /ae/ (caesar), devant /e/ (cena) ou /i/ (Cicero), en passant du [ts] au [k] en raison d’un changement d’opinion des experts. Mais néanmoins, l’idée s’est fait jour qu’une langue, ou du moins sa représentation phonétique au cours du temps, peut être étudiée en tant qu’objet systématique, en tant qu’objet existant, sous une forme idéale, en-dehors des textes, en-dehors des données du langage empirique. Il ne faut pas longtemps avant que les philologues n’entreprennent même de « normaliser » les textes trouvés, ainsi par exemple que les épopées en moyen-haut-allemand, présentant de nombreuses variantes dans des manuscrits plus ou moins complets, et qu’ils font se conformer au système de langue idéale imaginé par eux. Ils reconstituent également des stades antérieurs hypothétiques de langues indo-européennes pour lesquelles il n’y a aucun corpus écrit, allant même jusqu’à composer des textes dans ces langues.

  • 4  Edward B. Tyler (1871), Primitive culture, London:J. Murray, 1.
  • 5  Edward W. Saïd (1981), Orientalism, London: Penguin, pp. 123-148.

5S’il peut y avoir des régularités détectables au niveau du changement phonétique, on en trouve cependant peu sitôt qu’on se penche sur le sens. Les mots en eux-mêmes sont généralement imprécis et ambigus, comme l’ont démontré de nombreuses expérimentations. Toute tentative de faire correspondre systématiquement les significations que l’on trouve dans un dictionnaire aux occurrences de ces mêmes mots dans les textes réels est vouée à l’échec. Cela n’est pas si surprenant. Ce que les lexicographes ont à répertorier sont des généralisations, abstraites à partir du sens spécifique qu’un mot acquiert dans un contexte unique. La plupart des philologues, cependant, ont la certitude de pouvoir s’en remettre aux faits empiriques. Ils veulent que leurs comptes-rendus du latin, du Grec, de l’Hébreu et de diverses autres langues soient fiables d’un point de vue pratique pour chaque occurrence d’un texte donné du corpus de la langue en question. Ainsi, leurs glossaires ont pris bien plus d’ampleur que de simples dictionnaires, ne constituant plus seulement des conservatoires de mots mais, par le fait d’enchâsser ces derniers dans leurs contextes spécifiques, des interprétations de cultures lointaines, si l’on entend par culture ce qui a été décrit par Edward Tyler comme « cette totalité complexe qui inclut la connaissance, la croyance, l’art, la morale, les lois, les coutumes et tout autre aptitude et habitude acquises par un individu en tant que membre de la société »4. Toutes ces facettes de la culture, c’est-à-dire tous ses artefacts matériels et textuels, n’existent ou ne prennent sens que dans le discours, et nulle part ailleurs. Voilà ce que les philologues nous apprennent, ainsi que nous l’a rappelé avec force Edward W. Saïd dans son livre fondateur Orientalism5. Selon moi, les philologues ont été les véritables précurseurs de la linguistique de corpus.

6L’étude des langues au sein des institutions académiques connaît une période difficile durant le XIXe siècle. C’est l’âge de la science et de l’ingénierie. La découverte, l’une après l’autre, des lois de la physique ou de la chimie donne carrière au développement d’inventions sans précédent. La recherche scientifique devient le champ de bataille du monde occidental et les nations développées sont en compétition pour le leadership dans tous les domaines scientifiques. D’immenses investissements sont consacrés à l’accroissement des équipements de recherche dans les universités et autres institutions académiques. A la fin du siècle, la science est synonyme de progrès.

7Les sciences humaines n’ont pas la partie facile pour entrer dans la compétition. L’histoire et la géographie trouvent une nouvelle raison d’être en étayant et légitimant les fondements idéologiques des états nations modernes, afin de justifier leurs frontières anciennes ou nouvelles et pour doter les nations nouvelles d’un passé glorieux. Pour les études linguistiques cependant, les choses diffèrent. Dans la mesure où la langue nationale est entrée au programme universitaire au XIXe siècle, l’accent est mis sur la littérature et sur l’histoire de la langue. Il s’agit, comme pour l’étude des arts, d’une entreprise avant tout d’ordre ornemental. Dans une vaste mesure, la prolifération éditoriale des dictionnaires et des ouvrages de grammaire traitant des langues contemporaines a lieu en dehors de l’aire universitaire, à l’instigation d’éditeurs plus ou moins prestigieux. Le développement de cette littérature standardisée ne réclame pas le travail de la recherche universitaire, elle est donc rapidement devenue un mélange d’intérêts commerciaux et politiques. Les lexicographes et les auteurs de recueils scolaires visant à enseigner la langue nationale à l’école primaire et secondaire sont perçus comme des artisans, parents pauvres des vraies matières universitaires. De fait ces auteurs sont, ou ont été, de simples enseignants, et leur statut n’est qu’un reflet très lointain du fort impact qu’ils ont sur la normalisation et l’unification de la langue nationale. A partir de dialectes anarchiques existants, ils élaborent un langage standard fondé sur des règles. Ils rationalisent la grammaire, la purgent de variations d’emploi et introduisent de nouvelles normes. Leurs grammaires définissent encore pour nous aujourd’hui ce qu’est une phrase (complète) et ce qui ne l’est pas. En même temps qu’ils s’emploient à standardiser la langue écrite, ils insistent sur le fait que la langue orale doit être gouvernée par les mêmes règles. « Parlez par phrases complètes », enjoignent-ils à leurs étudiants, et cette maxime sous-tend encore nombre de théories linguistiques contemporaines, comme celle de Noam Chomsky. L’ingénierie des langues des états-nations modernes, qui mettent en place l’éducation de masse, se fait en-dehors des universités, où les philologues sont considérées comme des théoriciens non fiables, résistant largement aux appels à la compétition patriotique et préférant les coopérations transnationales. La philologie universitaire en vient à apparaître bien peu séduisante : pénible labeur que d’examiner des textes pour la plupart très ennuyeux, au mieux perçu comme un Orchideenfach, selon l’expression allemande, soit une discipline semblable à l’orchidée : rare, exotique et à peine utile.

2. Ferdinand de Saussure et la fondation de la linguistique comme science

8Telle est la situation lorsque Ferdinand de Saussure entre en scène. Il a étudié la philologie dans des universités allemandes, et se montre tout à fait conscient des défauts de cette matière, le plus grave d’entre eux étant qu’elle se définit elle-même comme partie intégrante des sciences humaines. A l’instar de son contemporain Sigmund Freud à Vienne, qui insiste sur le fait que la psychanalyse fait entrer la psychologie parmi les sciences dures, à l’instar d’Émile Durkheim à Bordeaux puis plus tard à Paris qui est devenu l’un des pères fondateurs de la sociologie moderne, Saussure redéfinit l’étude des langues en tant que linguistique moderne, comme une science à parité avec la physique et la chimie. On accorde à Émile Durkheim d’avoir transformé la sociologie en science, non pas science naturelle, mais discipline scientifique à tout point de vue aussi systématique et empiriquement fondée que ces dernières. Digne héritier d’Auguste Comte, il voit dans la société davantage qu’un assemblage d’individus, à savoir, un système en très grande partie régi par des lois générales susceptibles d’être mises à jour par une observation scientifique, impartiale, des faits sociaux. Dans l’optique de Durkheim, une société est plus qu’un assemblage d’esprits individuels : les personnes sont liées, dans leur comportement symbolique, par les contraintes que la société fait peser sur elles. En vue de décrire la société comme une objet de science, le chercheur doit se défaire de toute spéculation philosophique sur la société, telles que celles prônées par Jeremy Bentham et d’autres utilitaristes, mais encore davantage par Thomas Hobbes. Pour Durkheim, la société est un mécanisme, un mouvement d’horloge qui serait mu par ses propres lois et non par les caprices des roues dentées individuelles qui l’ont fabriqué.

  • 6  NdT : Titre donné en français dans le texte anglais de Wolfgang Teubert. Le texte du CLG est le su (...)
  • 7  « C’est un trésor déposé par la pratique de la parole dans les sujets appartenant à une même commu (...)

9Saussure n’a jamais explicitement cité Durkheim, mais la conception durkheimienne de la société comme une entité autonome imprègne le Cours de linguistique générale6. Pour Saussure, « la langue » est un système de communication et ainsi, il la perçoit comme une institution de la société, un phénomène social. Ainsi qu’il l’explique dans le Chapitre III, §17, la faculté de langage n’est pas, comme le prétend Paul Broca, quelque chose qu’on trouve dans une certaine partie du cerveau, mais il s’agit d’une « faculté plus générale de gouverner les signes » qui existe « au-delà et au-dessus du fonctionnement des différents organes ». Le comportement symbolique des humains ne doit pas être pris en compte en termes de faits mentaux ou neuronaux. Le sens ne se produit pas dans l’esprit d’un individu de façon isolée : il présuppose l’autre et la société. Il se peut que le système linguistique soit situé dans l’esprit des locuteurs, mais puisque la société l’emporte sur l’individualité, la faculté de langage d’un individu n’est rien de plus qu’un implant de la faculté de langage d’une société donnée :

C’est un fonds accumulé par les membres de la société à travers les pratiques du discours, un système grammatical existant potentiellement dans chaque cerveau, ou plus exactement dans les cerveaux d’un groupe d’individus ; car une langue n’est jamais achevée chez un individu isolé, mais elle n’existe parfaitement que dans la collectivité (Chapitre III, §2).

10Ainsi qu’il semble à Roy Harris, son traducteur anglais et critique le plus sévère,

  • 8  Roy Harris (1987), The language machine, Ithaca: Cornell University Press, p. 44.

le programme saussurien de la linguistique est un ingénieux compromis permettant de sauver la face. Il débouche, en un seul et même temps, sur l’identification d’un objet d’étude dans l’individu et d’une institution sociale dans la communauté »8.

11Pour Saussure, pour Durkheim, il n’y a pas de compromis : les membres d’une société ne sont jamais entièrement libres mais sont contraints par ses institutions. Pour communiquer, ils doivent nécessairement user du langage comme d’un système social.

  • 9  En français dans le texte. Dans la suite également, langue et parole figuraient toujours en frança (...)

12Ce qui pour moi fait problème chez Saussure réside en sa division du langage entre langue et parole9. Il définit la langue comme un système, un dispositif, un mécanisme, un mouvement d’horloge qui doit être étudié par abstraction de ce qui est dit en acte. En même temps qu’il est intériorisé de façon plus ou moins achevée dans l’esprit des membres d’une communauté linguistique, il fait partie d’une société qui contrôle ce que les locuteurs peuvent dire ou ne pas dire. Les éléments clés de ce système linguistique sont les signes, réalisés en mots, qui sont pour leurs utilisateurs des « unités concrètes », en dépit des questions concernant leur délimitation et la relation entre lemmes et formes de mots. En tant que signes, ils ont deux aspects : le signifiant (la forme) et le signifié (le contenu). La valeur, ou sens, d’un signe particulier est déterminée, selon Saussure, par ses relations avec tous les autres signes, plutôt que par sa référence à quelque réalité extérieure au discours. Cette définition, telle que je la perçois, est une conséquence de la modélisation de la langue au sein d’un espace strictement synchronique, excluant ainsi toutes les négociations antérieures entre les membres de la communauté linguistique qui ont servi à fixer cette valeur. Cette définition suggère également que les items lexicaux possèdent par eux-mêmes une valeur déterminée, de façon isolée, hors contexte. Dans la conception saussurienne, les mots dans le contexte n’ont aucun impact sur son sens. Les phrases ou les idiomes plus ou moins figés n’ont aucune place dans le système de Saussure. Le phénomène de collocation, cette pierre angulaire de la linguistique de corpus, n’entre pas dans la discussion. Le sens d’une phrase est ainsi fixé de façon systématique et non pour le besoin d’une interprétation ; le sens résulte de la combinaison entre la structure syntaxique de la phrase et les valeurs des mots qui la composent ; il peut faire l’objet d’un calcul de la même manière que, par exemple, les physiciens peuvent calculer le mouvement. Le calcul est chose scientifique, l’interprétation ne l’est pas. Une interprétation est un acte contingent dont l’issue est imprédictible ; tel est le lot commun des sciences humaines. Leurs attributions consistent à dégager du sens.

13La langue nous conduit à calculer le sens d’une phrase en utilisant une méthodologie scientifique et nous donne une équation vérifiable. C’est une action qu’un ordinateur bien programmé peut faire. La parole nous conduit à interpréter la même phrase dans le contexte d’un texte et d’un discours insondable. Les ordinateurs ne peuvent le faire. La perspective de la langue nous livre une formule prédictible, la perspective de la parole nous donne une paraphrase possible. La langue dissocie une phrase de la réalité du discours, de ce qui a été dit en acte. Mais seul le discours est réel. La phrase prise isolément est une entité hypothétique, artificielle. Abstraite de ses bases empiriques, elle ne signifie rien. Même si l’on considère la formule comme équivalente à la représentation mentale de la phrase, elle demeure insensée, sauf si elle peut être mise en lien avec l’interaction symbolique entre les membres de la société.

14Bien entendu, il est possible de construire un modèle de ce que nous posons pour être un système linguistique. Mais pour savoir si ce modèle est plausible, s’il aide à donner du sens à ce qui a été dit, cela nécessiterait que le modèle soit mis à l’épreuve en opposition au discours, contre les données du langage empirique qui constituent la parole. La tentative d’instituer la linguistique comme science à parité avec les sciences naturelles, dans le cadre du paradigme que Durkheim a préconisé pour sa sociologie, s’est en fin de compte avérée autodestructrice, puisque l’exclusion des données linguistiques effectives signifie qu’il n’y pas de fait qui puisse être scientifiquement observé.

3. Du structuralisme au cognitivisme

  • 10  Eugenio Coseriu (1952) Sistema, norma y habla, Montevideo et (1959), Sincronía, diacronía e histor (...)

15Il ne fait pour autant pas de doute que Saussure a donné le ton de la linguistique du XXe siècle. Son approche a permis l’émergence de ce que l’on a nommé par la suite le structuralisme, méthode qui permet de classer les éléments que l’on traite et de les ranger dans des casiers, en définissant pour chacun les traits qui le distinguent de tous les autres éléments. Louis Hjelmslev et Roman Jakobson ont plus tard développé par une méthodologie concrète ce que Saussure lui-même n’avait qu’esquissé. Cela signifie qu’ils ont abandonné dans une certaine mesure la division radicale préconisée par Saussure et se sont dirigés vers une réintégration de la parole dans la langue. En résulte un concept de langage susceptible d’être étudié sous trois angles de vue corrélés entre eux : le système, la norme et l’usage. Ce concept trouve sa formulation la plus accomplie dans les écrits d’Eugenio Coseriu, où est également réintroduite la perspective diachronique exclue par Saussure pour l’étude de la langue10.

16Il serait intéressant d’examiner dans quelle mesure les structuralistes européens (et sur ce sujet, les structuralistes américains Leonard Bloomfield et Zellig Harris aussi) considèrent le système linguistique qu’ils décrivent, comme la « vraie » faculté de langage elle-même, ou bien comme un modèle de cette faculté, une construction utile qui idéalement serait un équivalent fonctionnel de la « vraie » faculté de langage. Saussure n’explicite jamais clairement s’il considère que ses observations mènent à des descriptions fidèles de la langue, ou seulement à un modèle qui soit plus ou moins un équivalent fonctionnel de la faculté de langage. Il me paraît évident que les structuralistes ultérieurs tels Jakobson ou plus encore Algirdas Greimas et Bernard Pottier, visent à développer une théorie qui montre comment marche le langage, mais qu’ils n’envisagent pas cette théorie comme le dévoilement d’un fonctionnement qui serait, en quelque sens que ce soit, ontologiquement réel.

17Noam Chomsky en revanche se voit fort bien dans le rôle du découvreur d’une faculté de langage « réelle », ce qu’il appelle fréquemment l’organe du langage. Pour lui, cette faculté fait partie de notre patrimoine génétique, elle est un phénotype humain (et seulement humain). Il la localise dans l’esprit, non dans le cerveau. En tant que part intégrante de notre équipement génétiquement déterminé, elle doit être universelle, identique pour chaque être humain. Ce n’est donc pas un phénomène social, non plus qu’un élément de l’organisation contingente d’une culture ou d’une société. Quelle que soit la langue que les gens parlent empiriquement, ils partagent la même faculté de langage qui régule ce qu’ils peuvent dire et ne pas dire. Le français, le chinois ou l’anglais et le Tzeltal ne sont rien d’autre que des variations de surface du même mécanisme sous-jacent qui génère (du moins selon la grammaire chomskienne des débuts) des structures profondes similaires. La faculté de langage est un module de l’esprit. On doit donc en déduire que pour lui, l’esprit est plus qu’une commode construction théorique : il existe en réalité, de la même manière que les logiciels informatiques existent dans un ordinateur. C’est ce qui place la linguistique de Chomsky au sein du même paradigme que les diverses linguistiques cognitives, qui toutes, prennent l’existence de l’esprit pour un fait certain et toutes, utilisent l’ordinateur comme un modèle de l’esprit. De fait, l’émergence de l’ordinateur et la fascination pour son fonctionnement qui, idéalement, pourrait prétendre à produire de la pensée (il suffit de songer à la machine de Turing), marquent également le début de toutes les sciences cognitives. Tandis qu’aujourd’hui peu se réfèrent explicitement à la théorie computationnelle de l’esprit, elle continue à hanter les coulisses du mentalisme et du cognitivisme de toutes sortes. Google répertorie encore 2500 entrées pour “computational theory of mind” (« théorie computationnelle de l’esprit »).

18La linguistique cognitive, qui incarne actuellement le courant principal de la linguistique théorique mondiale, se fonde sur l’hypothèse d’un langage universel interne de la pensée, que tous nous employons dans nos représentations mentales des contenus et que nous devons encoder (en tant que locuteurs) ou décoder (comme récepteurs) en une langue naturelle. C’est une conception de la signification bien différente de l’approche des philologues, mais qui comporte une certaine ressemblance avec celle de Saussure. Les mots sont conçus comme des unités figées, des signes pouvant être étudiés isolément les uns des autres, comme des éléments du système linguistique dans lesquels une forme concrète correspond à une valeur concrète, un sens ou un concept, sans considération aucune pour le fait que les mots sont la matière constitutive du discours lui aussi. Tandis que pour Saussure, la valeur d’un mot est déterminée par sa relation à tous les autres mots, selon les linguistes chomskiens et cognitivistes, les mots d’une langue naturelle correspondent à des concepts mentaux, avec lesquels nous sommes peut-être nés, ou qui sont composés de primitifs sémantiques (nous rappelant les sèmes de Greimas) inclus au patrimoine génétique de chacun. Mentalistes et cognitivistes avancent le postulat d’un mécanisme situé dans nos esprits, qui traduit automatiquement la langue naturelle en concepts mentaux et vice versa, sans que normalement, nous n’en soyons conscients. Selon cette idée, nous partageons tous un langage de la pensée dont nous n’avons pas conscience, un mécanisme qui transforme la pensée exprimée dans ces concepts mentaux en phrases de la langue naturelle, et les phrases de la langue naturelle dont nous sommes récepteurs en concepts mentaux. Là ils sont traités par un mécanisme qui travaille comme un ordinateur sans que l’on se rende compte de ces traitements. Ainsi qu’un programme informatique, il comprend des « instructions » ou « commandes ». Il y a des « lois » ou « règles » qui déterminent la façon dont l’esprit opère. Nous n’avons nous-mêmes pas notre mot à dire dans ces opérations. La linguistique chomskienne, ou la linguistique cognitive, est une science au même titre que la physique chimie ; elle n’est pas une « science sociale » durkheimienne à parité avec les sciences naturelles et ne prend pas pour objet un contenu symbolique en tant qu’artefact social contingent (comme Saussure a envisagé le langage). Selon mentalistes et cognitivistes, les lois de la faculté universelle de langage et les concepts mentaux basiques représentant un contenu, sont tout aussi réels, permanents, inaltérables et universels que les lois de la physique.

4. Qu’est-il arrivé à la linguistique de la parole ?

  • 11  Wilhelm Dilthey (1910, 1981),Der Aufbau der geschictlichen Welt in den Gesiteswissenschaften. Fran (...)
  • 12  Stanley Fish (1967), Interpreting Variorum, réimprimé en 1980 in Is there a text in this class, Ca (...)

19Le langage possède cependant une autre face, comme Saussure ne l’ignore pas : c’est la parole, c’est-à-dire la langue en tant qu’elle a été proférée ou écrite, et c’est ce que j’appelle le discours. Il constitue l’objet d’étude des philologues déjà évoqués, qui cherchent à établir ce que signifie une expression dans un contexte donné, dans un discours donné. Eux ne croient pas possible de formuler les lois présidant au sens d’un mot, de manière à rendre possible de calculer avec exactitude ce que signifie ce mot dans un contexte donné. A leurs yeux, la philologie constitue le cœur des sciences humaines ; elle n’a rien à voir avec la découverte des lois de systèmes naturels, mais s’emploie à interpréter un contenu. Dans l’optique de Wilhelm Dilthey (contemporain de Saussure) qui a formulé ce programme il y a environ un siècle, l’interprétation (qu’il nomme Verstehen) doit être un dialogue entre l’interprétant et le texte ou le segment de texte11. Mais en même temps, ce que ne mentionne pas Dilthey, l’interprétation implique aussi un dialogue avec sa communauté interprétative, ainsi que Stanley Fish le décrit dans son célèbre essai Interpreting Variorum12.

  • 13  Georg Gadamer (1960), Wahrheit und Methode, seconde édition 1965, Tübingen: J.C.B. Mohr.

20Le sens d’un texte (segment) est dans une large mesure ouvert. Il ne résulte pas de la mise en application d’un jeu de procédures définies. Pour nous, la seule manière d’approcher le sens d’un texte (segment) c’est de l’interpréter. Notre interprétation doit se fonder sur des données de discours. Mais notre façon d’assembler ces données et les conclusions qu’on en tire resteront toujours contingentes et non prédéterminées. Habituellement, nous n’interprétons pas un texte à notre seule intention, mais produisons nos lectures généralement en tant que membre d’une communauté interprétative qui possède ses conventions spécifiques, et le but poursuivi est de voir nos contributions reconnues par les autres membres de la communauté. L’interprétation, ainsi que Georg Gadamer ne se lasse pas de le répéter, est un art, non une science. Il n’y a pas de méthodologie au sens où si l’on suivait un ensemble d’instructions explicites, on arriverait à la « vraie », la seule et l’unique interprétation. Tel est le point central dans son grand opus intitulé ironiquement Wahrheit und Methode 13. Rares sont les linguistes, au XXe siècle, qui axent leur travail sur une telle conceptualisation du sens. L’herméneutique est perçue par la plupart comme l’antithèse de la « vraie » science du sens, tout juste bonne pour la vieille école des philosophes continentaux, et notamment, à côté de Gadamer, son maître Martin Heidegger, puis Jürgen Habermas et Paul Ricœur. Mais l’herméneutique n’est pas seule à rechercher le sens d’un texte (segment) non dans la tête des gens mais dans le discours. Le sens est chose soumise à de constantes et incessantes négociations entre membres d’une communauté de discours ; qu’il n’y ait pas de sens sans dialogue est aussi la leçon à retenir de Mikhail Bakhtine (ou de son double V. Voloshinov). En Occident, sa pensée arrive sur le devant de la scène en plein éclatement du structuralisme traditionnel, à l’ordre du jour en France dans les années soixante et soixante-dix. Son importance s’observe par exemple dans le travail de Michel Foucault (sur les formations discursives en particulier), dans la conceptualisation de l’intertextualité par Julia Kristeva et dans la contextualisation des expressions lexicales chez Roland Barthes. Que tous les signifiants que nous sommes amenés à rencontrer dans le discours ne se réfèrent jamais à autre chose qu’à d’autres signifiants antérieurs (et non à quelque « concept mental » extérieur au discours, à quelque expression formelle ou à une réalité ininterprétée du monde « hors d’ici ») constitue le legs de Jacques Derrida. Mais ni le discours ainsi conçu, ni la parole de Saussure ou la performance de Chomsky ne seraient susceptibles de séduire les linguistes du courant majoritaire possédés par la Science. Il ne faut pas s’étonner que Saussure n’en soit jamais venu à écrire, comme promis, sa linguistique de la parole.

5. L’avènement de la linguistique de corpus

  • 14  John McH. Sinclair, “Collocation Studies”,in Ramesh Kishnamurthy (ed.) (2005), English Collocation (...)

21La linguistique de corpus n’est pas entrée en scène avant les années soixante du siècle dernier. Le corpus est une collection, réglée par des principes, de données du langage empirique, de textes (ou de fragments de textes), qui sont des échantillons d’un discours donné, dotés en conséquence d’une valeur représentative. Dès ses débuts, la linguistique de corpus telle que John Sinclair la conçoit est strictement empirique. Il est fort surprenant de constater à quel point les principes formateurs de ce nouveau paradigme sont présents dès ses balbutiements, comme le montre une lecture attentive du premier ouvrage d’importance sur la linguistique de corpus, English Collocation Studies. Écrit au milieu des années soixante, il n’est publié qu’en 200514. On y apprend que les items lexicaux acquièrent un sens non pas de manière isolée mais seulement pris dans leur contexte. Leur sens dépend largement de leurs collocats, des unités pertinentes, grammaticales ou lexicales, qui les entourent. La constitution du sens est le résultat d’une collocation, d’un enchaînement de mots dans un contexte donné, répétant les enchaînements qui se sont formés encore et encore dans le discours, et donc, dans le corpus. La linguistique de corpus est venue originellement répondre au besoin d’enseigner l’Anglais comme langue étrangère. Les dictionnaires traditionnels et leur attention exclusive portée sur les mots pris isolément, sont incapables de dire à leurs usagers comment employer un mot. La linguistique de corpus est une approche susceptible de pallier cette carence. Elle n’est pas conçue, en réaction aux efforts auto-destructeurs de la linguistique cognitive et chomskienne, pour décrire la façon dont l’esprit individuel traite le langage, mais s’ancre dans ce que les Britanniques appellent applied linguistics (la linguistique appliquée) qui centre son effort sur l’enseignement de la langue et l’élaboration de dictionnaires. La linguistique de corpus n’entend pas se poser en alternative ou en concurrente face aux paradigmes qui prétendent découvrir, ou du moins modéliser, la réalité d’une faculté de langage spécifique ou d’une faculté universelle de langage.

22Initialement, la linguistique de corpus ne s’intéresse pas à l’interprétation d’occurrences uniques ni ne cherche à se situer dans la tradition herméneutique. Elle est conçue et développée comme méthodologie visant à faire des découvertes sur une langue en général, pour soutenir la linguistique appliquée dans sa tâche. Les outils statistiques mis en place sont destinés à mettre à jour ce qu’il y a de commun entre toutes les occurrences d’un item lexical. Quels sont les autres mots pertinents dans tous les contextes de ces citations combinés entre eux, extraits du corpus et présentés comme des lignes de concordance ? Des logiciels statistiques sophistiqués peuvent découvrir quels autres mots se trouvent en co-occurrence, de façon signifiante, avec l’item lexical en question (le nœud), leur valeur significative impliquant qu’ils apparaissent plus (ou moins) fréquemment qu’une distribution aléatoire le laisserait attendre. Ces mots constituent les collocats du l’unité nodale ; nœud et collocats pris ensemble composent une collocation. Le but est de formuler des généralisations, susceptibles d’être enseignées ou intégrées à un dictionnaire. L’accent est porté sur ce qui est commun à toutes les occurrences d’un item lexical (ou à un sous-ensemble parmi elles), ou encore commun à toutes les occurrences d’une unité plus large comme une phrase plus ou moins figée. Cette finalité nécessite d’adopter une perspective synchronique, exactement telle que celle qui fonde la langue saussurienne.

23C’est à dessein que j’emploie ici le terme d’« item lexical » et non celui de « mot ». Un item lexical est une unité de sens ; c’est un monosème, selon un certain angle de vue qui demande à être défini. Les items lexicaux consistent souvent en un ou plusieurs mots, parfois même, comme dans le cas de certains idiomes, en une phrase entière. Un item lexical représente davantage qu’une simple combinaison aléatoire de mots. Le sens de « monde civilisé », tel qu’on le rencontre dans les médias aujourd’hui, ne peut se réduire aux sens respectifs de « monde » et de « civilisé ». En tant qu’item lexical, ce syntagme sert à « nous » distinguer d’« eux » et il assigne à ce « nous » un statut supérieur à celui accordé à « eux ». Que l’on considère cet exemple trouvé sur Internet : The Iranian regime is an affront to the entire civilized world.”(« Le régime iranien est un affront au monde civilisé tout entier »). Le sens de l’item lexical a peu à voir avec le fait d’être civilisé ou d’afficher un comportement civilisé. Le locuteur sait que l’Iran n’est pas moins civilisé que les États-Unis et que le gouvernement iranien ne l’est pas moins que l’administration américaine, si l’on prend civilisé au sens de « poli et possédant de bonne manière ». Le syntagme « monde civilisé » est en tant que tel une unité de sens. Telle qu’on la trouve dans nos médias occidentaux, elle ne réfère presque jamais à autre chose qu’aux nations occidentales : aux États-Unis à coup sûr, souvent aussi au Royaume-Uni et parfois encore à leurs alliés occidentaux. Il y a quelque temps, j’ai analysé 450 articles post-11 Septembre, contenant ce syntagme dans le Times de Londres, et voici la liste de collocats qui se lit comme un résumé de ses significations courantes, un condensé de ce qui a été et est encore dit à son propos :

The civilised world is peaceful, legitimate, dignified and solemn, his fundamental responsabilities, is full of innocent people asking for freedom, democracy, reason, and tolerance.

Its (sworn) enemies are : terrorism, (irrational) fanaticism, (global) terror, terrorists, fanatics, suicide murderers, agressive dictators, Muslims militants, the Muslim world, religious extremists, religious hatreds, bigotry, this cancer.

The civilised word is under (ruthless) attack, assault, terrorist attacks, but when stirred to anger and to action it will wage a (titanic) struggle for freedom and security, it twill bring its ennemies to account, punish them and hound these people down

(Le monde civilisé est pacifique, légitime, digne et solennel, possédant des responsabilités fondamentales, peuplé de gens qui demandent la liberté, la démocratie, la raison et la tolérance.

Ses ennemis (jurés) sont : le terrorisme, le fanatisme (irrationnel), la terreur (globale), les terroristes, fanatiques, auteurs d’attentats suicide, les dictateurs vindicatifs, militants islamistes, extrémistes religieux, les haines religieuses, le sectarisme, ce cancer.

Le monde civilisé subit une attaque impitoyable, un assaut, une attaque terroriste, mais une fois poussé à la colère et à l’action, il engagera une lutte (titanesque) pour la liberté et la sécurité, il forcera ses ennemis à rendre des comptes, les punira et les pourchassera sans relâche.)

24Pas un seul des grands dictionnaires monolingues anglais ne répertorie monde civilisé comme item. Les linguistes traditionnels ont longtemps négligé le fait que nos énoncés sont beaucoup moins le résultat d’une créativité linguistique infinie qu’elles ne constituent des ressassements continuels et des variations sur des formules toutes faites. Notre oreille n’est pourtant pas exercée à identifier des phrases, même souvent récurrentes, comme des unités de sens potentielles, à moins qu’elles n’appartiennent à l’ensemble limité des idiomes que l’on reconnaît comme notre héritage linguistique. Seule une analyse statistique d’un nombre important de données du langage empirique révèle des co-occurrences signifiantes de mots isolés, occurrences qui nous indiquent que nous n’avons pas trébuché là sur une combinaison aléatoire mais sur une unité de sens répertoriée jusqu’à présent dans aucun dictionnaire. Il n’y a que la linguistique de corpus pour nous avertir de telles unités de sens. Il n’y a que grâce aux corpus et à des logiciels appropriés qu’on a pu réaliser que le sens émerge seulement lorsque des mots isolés se trouvent en co-occurrence avec d’autres mots et sont enchâssés dans un contexte plus vaste, à l’intérieur d’un texte lui-même inclus au sein d’un discours.

6. Quoi de neuf sur la linguistique de corpus ?

  • 15  NdT : approche Bottom up : c’est à dire ascendante, ou encore de bas en haut, à l’inverse d’une ap (...)

25Pendant longtemps, on n’a pas pris la peine de se demander si la linguistique de corpus, en tant qu’élément de la gamme de la linguistique appliquée, était à égalité avec les sciences dures. Elle a été créée pour servir un but : fournir de meilleures descriptions des langues naturelles et de leurs variantes. La linguistique de corpus est donc solide sur le plan des méthodes ; mais on n’a peu parlé de ses relations avec d’autres façons de mener les études linguistiques. Ce qui la distingue des autres théories du courant principal de la linguistique est son insistance à proposer une approche bottom-up15. Les générativistes par exemple, postulent l’existence de structures telles que des syntagmes nominaux, verbaux, qu’ils considèrent comme des composants de phrases, et les structuralistes conçoivent des traits sémantiques appelés « sèmes » qu’ils envisagent comme les blocs constitutifs des sémèmes, c’est-à-dire les représentations du sens des mots. Ce sont des catégories top-down, élaborées pour décrire l’évidence avant que cette évidence ait fait l’objet d’un examen. La linguistique de corpus ne tient aucune catégorie descriptive pour acquise, non plus que les mots, les parties du discours, les composants de la grammaire de constituants, ou les traits sémantiques. Elle commence par interroger l’évidence et la mettre à l’épreuve. Quel phénomène linguistique trouve-t-on dans un corpus, quels éléments présentent une tendance à la co-occurrence, quels conditionnements sont observables ? Alors seulement la linguistique de corpus se demande comment les données peuvent être catégorisées. Les outils informatiques sont les résultantes d’une méthodologie impartiale. L’ordinateur compte, mesure, compare et classe. Les programmes informatiques employés pour effectuer ces tâches sont disponibles à l’examen et doivent être approuvés par la communauté examinatrice. Les résultats qu’ils produisent sont reproductibles et chaque fois que ces programmes sont appliqués au même corpus, leurs résultats sont identiques. Voici qui rend la méthodologie de la linguistique de corpus analogue à celles des sciences naturelles comme la physique chimie. En effet, sa méthodologie est davantage en droit de prétendre à la scientificité que la linguistique de Chomsky ou des cognitivistes. La linguistique de corpus ne se préoccupe pas des modèles émanant de systèmes putatifs et inaccessibles, elle traite les donnés du langage empirique, données offertes à quiconque veut les observer.

26Cette méthodologie computationnelle rend compte de l’avantage que la linguistique de corpus possède sur son prédécesseur, la philologie. Aussi vastes leurs cabinets de classement soient-ils, aussi attentifs qu’ils se montrent envers l’exhaustivité et l’impartialité de leurs travaux, les philologues ne peuvent démêler leurs découvertes objectives de leurs interprétations et sont dans l’impossibilité de rendre justice à la totalité de leur corpus. Ils ne peuvent traiter que ce que leur regard peut embrasser. Or, les conditionnements (patternings) ne sont souvent rendus visibles que par une approche statistique. Il faut attendre l’arrivée de l’informatique pour démontrer l’ubiquité de la collocation.

  • 16  Michael Stubbs (2007), “On Texts, Corpora and Models of Language”, in Michael Hoey, Michaela Mahlb (...)

27Le linguiste de corpus Michael Stubbs s’est récemment demandé quel rapport cette nouvelle approche entretient avec la notion de système du langage. Il rejette, quoique non explicitement, la revendication chomskienne et cognitiviste de le localiser dans l’esprit. Stubbs insiste en revanche sur l’impossibilité de séparer le système linguistique du discours, des données du langage empirique. Ce que l’on peut définir comme système linguistique est la généralisation que l’on peut faire à partir du comportement symbolique des individus, à partir de la réalité de leurs interactions verbales. La linguistique de corpus révèle des « patrons qui restent sans cela invisibles : ce que l’usage linguistique laisse attendre et prédire, ce qu’il y a d’usuel, de normal et de typique en lui ». Mais, concède-t-il, « nous n’avons jusqu’à présent que les contours d’une théorie capable de mettre système et usage en relation »16.

  • 17  Elena Tognini Bonelli (2001), Corpus Linguistics at Work. Amsterdam : Benjamin, p. 61.
  • 18  NdT : qui utilise le corpus pour confirmer ou infirmer une hypothèse.
  • 19  NdT : approche inductive du corpus, préférant explorer sans a priori les données.

28D’aucuns pourraient avancer que la linguistique est victime de son succès. Son appareillage scientifique rend sa méthodologie attirante même pour des linguistes qui travaillent dans des cadres théoriques autres. Il fournit les bases pour toute négociation scientifique à l’intérieur de la communauté des chercheurs. Aujourd’hui, la plupart des linguistes théoriques insistent sur la confiance qu’ils accordent aux données empiriques et à la méthodologie de corpus. Il existe même un périodique intitulé Corpus Linguistics and Linguistic Theory, qui pose implicitement, dans son titre même, que la linguistique de corpus n’est pas une nouvelle approche du langage mais qu’elle offre seulement une nouvelle palette de méthodes et d’outils computationnels pour accéder aux données du discours. Mais il y a une différence majeure entre la linguistique de corpus et les autres paradigmes. Un linguiste cognitif aurait conçu une théorie particulière définie selon des catégories et des relations qu’elles entretiennent et toute hypothèse qu’il voudrait mettre à l’épreuve serait exprimée selon les termes de ces catégories. En conséquence, les corpus avec lesquels travaillent les linguistes cognitifs se manifestent habituellement sous des formes annotées, annotations soit automatisées, soit semi-manuelles, indiquant les catégories pré-conçues (pre-conceived categories) en question. Les résultats d’une telle analyse computationnelle ne peuvent donc pas mettre en question les catégories elles-mêmes. Au fond, les chercheurs qui adoptent cette approche recherchent, dans les corpus, des exemples pour illustrer les structures ou les entités dont ils ont fait l’hypothèse. Cette pratique de la linguistique de corpus est désignée par Elena Tognini Bonelli17 comme corpus-based18en opposition à corpus-driven19 qui qualifie l’approche bottom-up. Les linguistes de corpus nous exhortent à faire preuve de prudence face à ce genre de spéculations non testées expérimentalement, et à nous assurer de ne pas utiliser l’ordinateur pour valider en apparence la réalité ontologique de ces spéculations. La notion de « mot » n’est qu’une construction théorique, et non une unité qu’un ordinateur peut détecter et recenser. Une machine ne détecte pas des mots, elle détecte uniquement des chaînes de caractères alphabétiques entre des espaces. Qu’il s’agisse de mots est affaire d’interprétation. Un tagger n’identifie pas les noms ; il assigne un tag (une étiquette) sur la base d’une liste de « noms » ou sur la base de certaines « instructions », reproduisant ce qui sont des notions posées par des êtres humains faillibles. Il n’existe pas de noms au sens où il existe des oranges. Un nom est un concept créé par l’homme ; il peut ou non faire sens. Mais ceci est également vrai pour la « signification » assignée par des programmes statistiques. Ceux-ci (et nombre d’entre eux délivrent toute une gamme de résultats incroyablement différents) reflètent les notions théoriques sur la signification statistique des auteurs de ces programmes. Toutefois, il s’agit là de considérations qui s’appliquent non seulement à la méthodologie de la linguistique de corpus, mais aussi à toutes les méthodologies à l’œuvre dans les sciences dures.

7. En quoi la linguistique de corpus est-elle scientifique ?

29Cependant que la méthodologie de la linguistique de corpus peut prétendre à la scientificité, il est davantage problématique de déterminer si le paradigme lui-même peut être décrit comme scientifique. Les méthodes, mises en pratique par les outils computationnels, délivrent des résultats, des constatations reproductibles et inattaquables. Mais en quoi ces résultats sont-ils révélateurs ? Le tableau ci-dessous montre ce que statistiques et fréquence nous apprennent, lorsqu’on recherche les vingt collocats les plus signifiants du mot nodal heron au sein d’un large corpus anglais, la Bank of English riche de plus de 500 millions de mots. Qu’apprend-on réellement sur le sens de cet item lexical ? Signification n’est en aucun cas synonyme de pertinence, elle est évaluée selon l’écart par rapport à la distribution aléatoire. Un collocat est un mot co-occurrent dont la fréquence est significative dans le contexte immédiat du nœud heron, c’est-à-dire dans un intervalle de cinq mots à gauche et cinq mots à droite du nœud. Notre tableau statistique donne les cinquante premiers « mots » (ou : items entre des espaces), listés en fonction de leur rang que l’on obtient en appliquant à chacun le t-score et le MI : le Mutual Information test (test d’Information Mutuelle). On trouve dans la troisième colonne les cinquante mots contextuels les plus fréquents, avec leur fréquence de rang (Raw frequency). Aucune de ces listes ne nous révèle grand-chose. Il n’est pas surprenant que la plupart des mots en tête de la liste de fréquence de rang soient des mots grammaticaux. Mais les listes t-score et MI ne donnent guère plus d’informations. D’évidence, le t-score donne la priorité aux mots détenteurs de la fréquence la plus élevée, tandis que le MI test néglige totalement la fréquence. Les deux listes relèvent beaucoup de collocats qui ne font apparemment aucun sens. Certains d’entre eux ont sans doute partie liée avec les conventions de codage du corpus ; les autres semblent complètement aléatoires.

30Les collocats qui apparaissent dans les trois listes sont soulignés ; les mots qui ne figurent que dans la première et la seconde sont en italique ; une astérisque est adjointe aux collocats relevés dans la première et la troisième colonne. Une fois que l’on a déselectionné les noms propres, Patrick, Ronson, Liz, Scott etc., il ne reste que peu de collocats appartenant aux trois listes. Dans l’ensemble, la liste t-score possède le nombre le plus élevé de collocats pertinents, tels que night, flight, kingfischer, blue, crowned, fish, grey, lake (nuit, vol, martin-pêcheur, bleu, couronné, poisson, gris, lac). Pour les identifier comme pertinents, on doit posséder des connaissances préalables sur les hérons, par exemple qu’ils volent, qu’il en existe différentes variétés (des hérons couronnés, bleus, gris), qu’ils sont friands de poisson, vivent à proximité de lacs et ainsi de suite. La liste Mutual Information en dit peu : elle ajoute cormorant (cormoran) au kingfischer de la première liste, les deux étant des oiseaux comparables au héron.

t-score

Mutual Information

Raw frequency

patrick

scott

gil

island

s

rc

flight

blue

and*

liz

night*

great*

ronson

artist

kingfisher

chick

was*

st

crowned

gerald

painter

taylor

james

international

by*

pippa

nolan

green

abstract

mike

fish

city

<p>*

lyne

purple

stakes

painting

white

grey

ives

001

1981

tower

2*

a

</date>

corporation

lake

baby

park

79

66

51

42

149

28

28

28

276

22

27

26

17

14

13

13

93

15

11

11

11

12

13

14

64

9

9

11

9

10

10

14

122

8

8

8

8

12

8

7

7

7

7

17

218

9

7

7

8

9

8.851986

8.064827

7.136570

6.358066

5.778779

5.283019

5.193544

5.102982

4.984057

4.661392

4.482823

4.333431

4.120879

3.648895

3.597146

3.595990

3.512002

3.463732

3.305039

3.285298

3.284370

3.282829

3.278711

3.065846

3.027831

2.997651

2.982007

2.973864

2.968457

2.964786

2.913201

2.884250

2.847704

2.825549

2.785454

2.751572

2.728219

2.717118

2.710228

2.638379

2.625273

2.556060

2.552501

2.547713

2.522361

2.517748

2.506733

2.504475

2.498620

2.475114

cyclerama

aorg

triandis

6730

allyn

merganser

0749

lanyon

grebe

ronson

bishopsgate

metronome

gil

pippa

19990322

cormorant

lyne

herons

rc

dipper

snipe

sisterhood

729

crested

osprey

kingfisher

chick

ives

paragon

crowned

burghley

kempton

patrick

denton

heron

nocturnal

beak

turtles

mystique

breasted

nolan

albans

liz

scott

001

002

stevie

suzuki

headingley

cooks

6

3

4

4

5

3

4

3

5

17

4

5

51

9

4

4

8

3

28

3

3

3

3

4

3

13

13

7

3

11

3

5

79

3

4

3

3

4

3

3

9

3

22

66

7

3

4

3

3

4

15.523910

15.331246

13.576183

13.102205

12.395493

11.938590

11.679830

11.658454

11.497974

10.856020

10.690538

10.567891

10.522654

10.319519

10.094710

9.990863

9.941615

9.302739

9.285664

9.145754

9.026837

8.946905

8.942592

8.808995

8.753161

8.745627

8.559589

8.488213

8.190983

8.161973

7.997359

7.949833

7.940231

7.906339

7.749760

7.692048

7.542567

7.511884

7.497575

7.438675

7.382086

7.356036

7.337060

7.100897

7.014135

6.977266

6.951845

6.927396

6.803897

6.751075

the

and*

a

of

s

to

in

<p>*

was*

is

patrick

for

on

scott

by*

at

with

as

gil

that

his

island

from

it

but

has

one

this

an

blue

flight

rc

he

night*

or

had

all

great*

who

who

said

liz

be

are

our

which

up

when

will

2*

373  

276  

218  

171  

149  

126  

125  

122  

93  

81  

79  

77  

76  

66  

64  

60  

55  

53  

51  

50  

43  

42  

36  

32  

32  

29  

29  

28  

28  

28  

28  

28  

27  

27  

26  

26  

26  

26  

24  

24  

23  

22  

21  

21  

19  

19  

18  

17  

17  

17

  • 20  Cobuild English Dictionary for Advanced Learners, troisième édition, 2001, Glasgow : Harper Collin (...)

31Voilà comment le héron est décrit dans le Cobuild English Dictionary20 :

A heron is a large bird which has long legs and a long beak, and eats fish.

(Un héron est un grand oiseau qui a de longues pattes et un long bec, et qui mange des poissons)

32De nombreuses interprétations sont nécessaires pour passer des résultats fournis par l’ordinateur à cette phrase. Bien sûr, nous autres linguistes de corpus ne nous contentons pas seulement de traquer des collocats. On peut aussi rechercher paraphrases, définitions ou explications de heron, chercher par exemple toutes les citations commençant par a heron is. Voici quelques résultats (sur 73 en tout) davantage pertinents, fournis par Google :

A heron is a large wading bird in the family Ardeidae
A Heron is a bird that hangs out around the water ; by the beach.
A heronis a beautiful creature.
A heron is a huge target. Hard to miss.
An image is no more a representation of an existing reality than a heron is a representation of the landscape through which it is flying.
A heron is a lonely and solitary creature often found sobbing in ladies washrooms lamenting its gothic heritage
To some, the appearance of a heron is a good omen, but to others, it warns of fire and drought.
A Heron is a bad omen, heralding parsimony and evil.

33Beaucoup d’autres citations, des occurrences contextualisées du mot heron, contiennent aussi un contenu paraphrastique de ce genre. Dans le British National Corpus, un corpus issu du domaine public, riche de 100 million de mots représentant l’anglais britannique du début des années 90, on trouve par exemple parmi les 289 occurrences de heron, ces citations qui énoncent ce que l’on peut dire de cet oiseau (et que nous soulignons en italique) :

a tall stooped grey figure, like a heron

statuesque heron stared balefully into shallow pools

a heron ... would hunch on the garage roof as I left for work, and I could well imagine the thoughts of piscicide running through its reptilian brain.

This long neck and dignified strut makes the heron’s posture an enduring image.

A heron scraiked below the steep slabs of stone

Forget shrill heron’s stark cry

watching a heron gliding around like a poker with a crick in its neck

a heron rose on gaunt wings, its legs dangling

The old heron ... flaps his melancholy wings.

That most attractive bird, the heron can be observed more easily

34En prélevant des contenus paraphrastiques fournis par Google, des échantillons de la Bank of English et du National Corpus, nous pourrions en arriver à cette interprétation de sens (le contenu paraphrastique en italique, copié verbatim) :

A heron can be found close to the water,by the beach. It displays a tall stooped, statuesque, posture, featuring a long neck and a dignified strut. Its wings are gaunt and perhaps even melancholy. When it flies, it may look like a poker with a crick in its neck. The heron’s cry can be called shrill and stark, a kind on skraiking. It lives of piscicide, and humans may disagree with its baleful intentions ascribed to its mind. Because it presents a huge target, it can easily be shot dead by those who do not like it. Others may find it a beautiful creature and a most attractive bird. Whether herons are seen as a good omen, or a bad omen, warning of fire or drought or heralding parsimony and evil, is an open question. In some cultures, a herons is ridiculed as a king among a hundred crows. More context would be needed to understand why it is said that a heron is a lonely and solitary creature often found in ladies washroomslamenting its gothic heritage.

35Mon interprétation, telle qu’elle se donne à lire, est entièrement adossée aux données du langage empirique. Mais elle ne constitue pas une conclusion scientifique. Il ne s’agit pas du sens de heron, pas même au sein des discours que représentent les trois corpus. Il ne s’agit pas du résultat direct issu de l’application d’une méthodologie scientifique. D’autres chercheurs travaillant avec les mêmes corpus prendraient des options différentes sur les collocats à définir comme pertinents (à l’opposé de significatifs), sur les citations à choisir, également sur ce que constitue un contenu paraphrastique. Le sens de heron à l’intérieur d’un discours, ou d’un corpus, c’est tout ce qui est à propos de heron. Mais quel est ce « tout » ? Le sens, tel que je le conçois, ne fait pas de distinction entre le savoir des mots et le savoir du monde, entre savoir lexical et savoir encyclopédique. L’ordinateur ne peut « décider » pour nous ce qui est à mettre au compte de tel savoir ; un acte décisionnel de cette nature demeure le fait d’une conscience et comme tel, il est contingent, subjectif et jamais ultime. Je puis offrir mon interprétation à la communauté interprétative à laquelle j’appartiens. Là, elle fera l’objet de négociations et sera soumise à d’autant plus d’actes interprétatifs. Quand bien même on s’accorderait au final sur une seule interprétation, celle-ci ne pourrait être qualifiée de scientifique ou reproductible. La même communauté interprétative, examinant demain les mêmes données, pourrait bien en tirer une conclusion divergente.

36Telle qu’elle m’apparaît, la linguistique de corpus ne peut être conçue que partiellement comme une science dure. Sa méthodologie et ses outils computationnels sont susceptibles de délivrer des résultats fiables et reproductibles. Mais ceux-ci ne nous révèlent pas grand-chose, ils requièrent d’être interprétés. Ce faisant, cette étape verse la linguistique de corpus au nombre des sciences humaines, interprétatives.

8. Dans quelle mesure la linguistique cognitive est-elle scientifique ?

37La tâche du linguiste cognitiviste, selon Ronald Langaker, est de fournir des analyses structurales et des descriptions explicites des pensées et des concepts. Langaker ne serait pas un linguiste cognitiviste s’il ne plaçait pas avec conviction la signification dans le royaume de l’esprit. Pour lui:

  • 21  Ronald W. langaker (2002), The cognitive Basis of Grammar. Berlin : Mouton de Gruyter, p. 2.

la signification équivaut à la conceptualisation. La linguistique sémantique doit donc rechercher l’analyse structurale et la description explicite des entités abstraites tels que les pensées ou les concepts … Parce que la conceptualisation réside dans les processus cognitifs, notre objectif ultime doit être de caractériser les types d’événements cognitifs dont l’apparition constitue une expérience mentale.21

38Mais il garde un esprit ouvert :

  • 22  Ronald W. Langaker (1997), “The contextual basis of cognitive semantics”. In Jan Nuyts and Eric Pe (...)

Se pourrait-il, par exemple, que le langage réside entièrement dans les esprits individuels ? … A l’autre extrême, il pourrait être soutenu – peut-être dans une perspective strictement platonicienne ou interactionniste – que le langage n’a aucune sorte de représentation mentale.22

39C’est à travers :

  • 23  Ibid. pp. 233-234.

l’interaction et la mutuelle accommodation que les schémas conventionnels d’activités – que nous appelons « langage » – naissent, se soutiennent elles-mêmes, et subissent de continuels ajustements. L’étude des bases interactives du langage est en conséquence essentielle pour rendre pleinement compte de son acquisition, sa structure, et son usage. J’insiste, néanmoins pour dire qu’il n’y a pas d’équivalent d’un tel compte-rendu, qui doit aussi embrasser les ajustements mentaux spécifiques et qui rendent les locuteurs capables de communiquer d’une manière sanctionnée conventionnellement. Insister exclusivement sur les interactions per se serait aussi inutile que de toutes les ignorer – chaque option omets un composant essentiel du langage, l’un ne peut être bien compris sans l’autre.23

  • 24  Ibid. p. 242.

40Au bout du compte, néanmoins, c’est par la signification que nous sommes concernés. Une fois que les conventions, les règles mutuellement admises, sont acceptées, nous ne devons pas hésiter à regarder dans l’esprit des gens : « Les significations des expressions linguistiques sont des conceptualisations, et les conceptualisateurs pertinents sont le locuteur et l’interlocuteur »24.

  • 25  Ibid. p. 235.
  • 26  Ibid p. 240.

41La signification, donc, c’est ce que nous cherchons dans les profondeurs de l’esprit, la façon dont une « expression est effectivement comprise – sa compréhension pleine, richement détaillée »25 ; « le but immédiat de la sémantique, par exemple, est d’identifier les composants conceptuels et d’élucider la structure des conceptualisations complexes évoquées par les expressions linguistiques »26. C’est à peu près là que Langaker nous emmène. Ce qui ne nous est pas proposé est une illustration de ce en quoi consiste une telle conceptualisation et de ce que peuvent être de tels composants conceptuels. Qu’est-ce qu’« une compréhension contextuelle pleine, richement détaillée » ? Ceci ne nous est pas dit. Aucun exemple de « représentation cognitive » n’est donné. A la place, nous trouvons l’échappatoire qui est habituellement utilisée par les scientifiques cognitiviste quand le lecteur attend une lueur d’activité mentale : un saut brutal de l’esprit au cerveau :

  • 27  Ibid., p. 239.

Maintenant, je parle bien des représentations mentales, mais le terme ne réfère pas à des entités figuratives complexes stockées comme telles. Il indique simplement l’apparition des ajustements neurologiques, particulièrement des changements dans le flux des connections synaptiques qui influencent les traitement subséquents et facilitent l’émergence de schémas d’activité constitutifs de types particuliers d’expériences mentales. Un locuteur, à l’évidence, n’a pas d’accès introspectif à ces ajustements, qui en aucune façon ne ressemblent à l’expérience émergente qu’ils engendrent. En fait, même si cette expérience reste pour nous hors d’atteinte, en ce que nous n’avons aucun accès conscient aux caractéristiques du traitement cognitif qui la constitue. Bien que, dans une certaine mesure, nous contrôlions notre expérience, et puissions même essayer de l’analyser, pour l’essentiel nous ne faisons que l’avoir.27

42Ainsi, je crains que la « compréhension contextuelle pleine, richement détaillée » d’un énoncé ne soit une expérience dont nous devrions mais ne puissions réellement avoir conscience. Nulle introspection ne nous permet d’observer nos états mentaux, notre propre intentionnalité. Il n’existe qu’une échappatoire : les représentations peuvent, au mieux, être décrites en termes d’ajustements neurologiques. L’expérience elle-même demeure ineffable. En dernier recours, les linguistes cognitifs de tout poil semble s’accorder à penser que seules les neurosciences sont capables de nous éclairer sur le sens des mots, des syntagmes et des énoncés. La sémantique a pour tâche d’« élucider la structure des conceptualisations complexes évoquées par les expressions linguistiques ». Mais en dernière instance, ces représentations n’ont pas à être recherchées dans l’esprit mais doivent être comprises comme des « ajustements neurologiques » dont le locuteur est inconscient. A l’instar d’autres linguistes cognitifs et philosophes de l’esprit, Langacker lui aussi échoue à produire un seul exemple de concept mental.

43Est-ce que la neurolinguistique, dont l’aura s’élargit de plus en plus de nos jours, offre les réponses que les linguistes cognitifs sont impuissants à fournir ? L’étude du cerveau, partie intégrante de la biologie, appartient d’évidence aux sciences dures. Peut-elle nous éclairer sur le « vrai » sens du mot heron ? L’a-t-on découvert une fois que l’on sait quels neurones s’activent et quelles connections synaptiques sont sous tension chaque fois que quelqu’un profère ou entend heron ? Quelle est la différence entre un concept mental et des neurones ? La question cruciale qui agite la philosophie occidentale depuis que Descartes l’a initiée, nous reste encore posée : la relation entre le corps et l’âme.

44Le langage est symbolique ; il consiste en des items lexicaux dotés d’un sens. Les symboles sont des formes qui valent pour un contenu. Mais de quelle nature est ce contenu ? Tous les signes présupposent des personnes et présupposent un dialogue. Je peux seulement savoir qu’un item lexical signifie quelque chose pour quelqu’un (moi y compris) si l’on me dit que c’est un signe et quelle signification il a. C’est la négociation discursive sur leur contenu qui transforme des séquences phonétiques, par exemple, en signes. Dans un monde privé d’interaction symbolique, il n’existe pas de signes. Sans des gens qui savent ce que représentent les signes et peuvent en débattre, il n’existe pas de signes. Si les concepts mentaux et les phénomènes neuronaux sont des entités dont nous n’avons pas conscience, alors il ne peut exister de signes, car ils n’auront aucune signification pour personne, pas même pour des neurones. Les neurones ne peuvent pas débattre pour décider de s’activer ou non, lorsqu’une séquence phonétique est perçue par le cerveau. Les neurones sont indéniablement des objets d’enquête scientifique. Mais pour autant, il n’y a pas de pont qui nous permette de connecter les neurones activés au sens. Le sens ne peut être qu’un produit social, et ne se tient ni dans l’esprit ni dans le cerveau.

9. Intentionnalité et discours comme pensée collective

  • 28  Terrence W. Deacon (1997), The Co-Evolution of Language and the Brain, New-York: W. W. Norton & Co (...)

45La linguistique cognitive envisage le langage dans une perspective mentale, psychologique. Mais le langage présuppose la société. Coupés de la communication, les enfants n’acquièrent pas le langage. Cependant, comme « espèce symbolique », pour citer le titre du livre de 1997 de Terrence W. Deacon28, nous sommes génétiquement prédisposés à communiquer par interaction symbolique ; comprendre qu’il y a des objets qui représentent des contenus symboliques est quelque chose qui doit être appris par interaction. Les signes, les mots, par exemple, signifient quelque chose pour nous. Nous sommes conscients de leur signification. Nous savons de quoi parle la séquence graphique heron. Nous pouvons dire aux gens ce qu’elle signifie, nous pouvons nous en souvenir et nous pouvons l’oublier. Les êtres humains sont doués d’intentionnalité. Ils n’ont pas seulement des comportements, ils peuvent se rendre conscients de ce qu’ils font, de ce qu’ils écoutent et de ce qu’ils viennent juste de dire. On dit que les fourmis, les chats, les dauphins, les primates aussi communiquent. Mais ils ne sont pas conscients du fait qu’ils sont en train de communiquer. Ils ne peuvent pas discuter pour savoir si la finalité de ce qu’ils ont fait était de communiquer ou non. Ils ne sont pas doués d’intentionnalité. Les processus mentaux ou neuronaux dont on n’est pas conscient ne sont pas intentionnels.

46Les fourmis réagissent aux données sensibles, mais elles ne les interprètent pas. C’est l’auto-référentialité du discours, la possibilité de considérer et d’interpréter ce qui a été dit qui rend compte de l’émergence de l’intentionnalité, de la conscience. Notre aptitude à discuter ce qui a été dit, à délibérer, à évaluer, à savoir ce que nous pensons, à réfléchir sur des contenus individuels et collectifs n’est pas quelque chose avec quoi nous sommes nés ; c’est une capacité que nous développons seulement en engageant un dialogue avec d’autres membres de notre communauté de discours. Notre dialogue intérieur n’est rien de plus qu’un simple miroir du dialogue qui se déroule dans le discours. Sans une entrée verbale venue de l’extérieur, nous pouvons encore agir à certains niveaux, mais nous ne dominons pas les contenus. L’esprit individuel monadique est muet. Comme Mikhaïl Bakthine l’a dit il y a longtemps, c’est l’hétéroglossie du dialogue qui nous transforme d’automates en acteurs créatifs.

47La signification existe seulement dans le discours, dans la parole. Linguistes saussuriens, chomskiens et cognitivistes espéraient être capable de traiter de la signification en se limitant au système de la langue. Mais pour un système linguistique qui est modélisé indépendamment du discours, la signification est une propriété fixée qui vient avec la forme. La signification de heron n’aurait pas été accessible à la négociation ; nous, sujets parlants, n’aurions pas pu dire en quoi il signifie. Il aurait été une formule invariable, comme l’ardea dans la taxinomie de Linné et rien de plus. Que certaines personnes trouvent l’oiseau attirant et que des pêcheurs puissent le considérer comme leur ennemi ne serait pas une partie de sa signification. Il s’agit d’une description de la langue aussi fascinante que les tables de logarithme ou que les manuels de maintenance d’un aéroplane. Dans une langue de cette sorte nous n’aurions pas à avoir conscience de la signification, puisque nous n’aurions rien à dire à son propos ; nous ne pourrions pas la changer. Un mécanisme, comme un ordinateur, défini comme un ensemble de processus mentaux ou neuronaux, pourrait la traiter. Le concept de signification que nous trouvons au 20ème siècle dans les principales théories linguistiques n’a pas à prendre en compte l’intentionnalité. Leurs systèmes linguistiques marcheraient aussi bien, sinon mieux, s’il n’y avait pas de locuteurs du tout.

48La linguistique de corpus considère le langage dans une perspective sociale. C’est la linguistique non pas du système de la langue mais de la parole, du discours. Cependant, plus nous acceptons cette conception, moins nous pouvons regarder la linguistique de corpus comme une science dure. Les chercheurs occupés par les fourmis peuvent étudier le système de communication de leurs fourmis de l’extérieur. Ils occupent une posture archimédienne. Ils peuvent attribuer des fonctions aux phénomènes produits par les fourmis sans leur en parler. Les fourmis n’ont rien à dire dans le système de communication que les chercheurs modélisent. Les fourmis n’ont pas d’intentionnalité. Elles ne savent pas qu’elles communiquent. Un chercheur spécialiste des fourmis ne dépend pas de leur approbation. Aussi longtemps que les méthodes sont suffisamment explicites, que les données sont rendues accessibles et que les expérimentations peuvent être reproduites, les autres chercheurs accepteront les découvertes qui sont issues de cette recherche. Pour les linguistes de corpus, la situation est sensiblement différente. Ils doivent interpréter les résultats fournis par leur méthodologie. Ils doivent négocier leurs interprétations avec leurs collègues linguistes de corpus. Mais leur communauté interprétative est plus large : elle inclut aussi la communauté de ceux dont ils analysent le discours.

49La signification est sociale. Donc nous devons l’étudier dans le discours, non dans l’esprit des individus. Le propos d’un texte (segment de texte) est quelque chose qui est négocié dans une interaction dialogique. L’intentionnalité peut être envisagée comme un phénomène social et non pas simplement mental ; elle devient observable une fois que nous la considérons comme une propriété émergente du discours. La manière dont elle affecte un esprit individuel n’entre pas dans le champ de la linguistique. Une approche du langage dans une perspective sociale analysera un discours comme un esprit collectif. La signification d’une contribution à un discours est l’équivalent des traces qu’il laisse dans le texte subséquent, à l’impact qu’il a sur le discours.

50La linguistique de corpus intéressée par la signification doit donc progresser à partir du rôle qu’elle a joué lors des 40 dernières années. Comme partie de la linguistique appliquée, elle utilise une méthodologie bottom up pour reconsidérer les généralisations que les études linguistiques traditionnelles, travaillant avec un corpus canonique de catégories linguistiques héritées, ont produites. Mais elle était corrélée à un type de savoir linguistique appelé par des applications telles que l’enseignement des langues et la lexicographie. Là, elle a provoqué l’apparition d’innovations divergentes. Tous les dictionnaires récents prétendent s’appuyer sur des données de corpus. L’enseignement des langues a été bouleversé par l’usage des corpus.

51Mais une généralisation seule ne peut jamais capturer le phénomène de la signification. La signification n’est jamais stabilisée. Le discours consiste en couches successives d’interprétation. Chaque nouvelle négociation de signification, chaque nouvelle interprétation ajoute à la signification de ce qui a déjà été dit. Le discours a une dimension diachronique. C’est là que je vois l’avenir de la linguistique de corpus. Les linguistes de corpus ont appris à appréhender ce qui est commun à toutes les occurrences d’un item lexical dans un corpus synchronique. Maintenant ils doivent apprendre à découvrir ce qui distingue une occurrence particulière de toutes les occurrences antérieures et postérieures. Ils doivent développer des méthodes qui leur diront ce qui fait qu’une occurrence est unique.

10. Linguistique de corpus et herméneutique

52Quoi que nous puissions dire, nous ne partons jamais de rien. Les textes qui constituent un discours ne sont pas entrés en lui en même temps. Chaque fois qu’une contribution à un texte est apportée, nous avons à la comprendre comme une réaction à quelque chose qui a été dit auparavant, et comme une demande de commentaire à apporter à son propos. Dans le texte Le marxisme et la philosophie du langage, attribué à Valentin Voloshinov mais dont l’auteur est vraisemblablement Mikhaïl Bakhtine, nous trouvons ces phrases :

  • 29  NdT : Nous avons repris pour l’occasion la traduction de Marina Yaguello, Ed. de Minuit, 1977, pou (...)

Et pourtant l’énonciation-monologue est déjà en elle-même une abstraction (...). Toute énonciation, même sous forme écrite figée, est une réponse à quelque chose et est construite comme telle. Elle n’est qu’un maillon de la chaîne des actes de parole (p. 105).29

53Tout texte nouveau répète, dans une large mesure, des choses qui ont déjà été dites. Les segments de texte, collocations, items lexicaux simples et complexes qui ont été utilisés auparavant sont recombinés, permutés et insérés dans de nouveaux contextes, contenant quelques nouveaux contenus paraphrastiques joints avec les anciens. Un nouveau texte reprend, accepte, commente, modifie, réinterprète ou rejette des textes préalables. L’essentiel de ce que nous disons est une reformulation de choses dites avant, mais chaque production, normalement, apporte une petite innovation. C’est cette innovation qui en fait un énoncé unique, quelque chose qui, sous certains aspects, diffère de toutes les occurrences antérieures et à venir.

54En conséquence, ce qui fait sens c’est de regarder le discours comme une séquence de contributions textuelles. Les textes précédents laissent des traces dans les textes suivants, et les derniers textes font référence aux textes antérieurs, parfois explicitement, mais le plus souvent implicitement. C’est le phénomène d’intertextualité qui établit des liens entre les textes. Le mot et le concept d’intertextualité est relativement récent. Il est attribué à Julia Kristeva, qui l’introduit dans son exégèse des termes bakhtiniens de dialogue et ambivalence :

  • 30  “Kristeva’s emphasis” p. 39, in Toril Moi (1986), The Kristeva Reader (Toril Moi Ed.), New York: C (...)

[T]out texte se construit comme mosaïque de citations, tout texte est absorption et transformation d’un autre texte. À la place de la notion d’intersubjectivité s’installe celle d’intertextualité.30.

55Le contexte le plus large montre que ce que Kristeva décrit ici n’est pas tant le discours que le procès d’une pensée individuelle qui, dans la perception des liens intertextuels, engendre une communication entre un auteur et son lecteur ou sa lectrice. Depuis son introduction, ce nouveau terme a été utilisé de différentes façons.

  • 31  Graham Allan (2000) Intertextuality, London: Routledge, p. 58.

l’intertextualité, comme concept, a une (courte) histoire, celle des différentes articulations qui reflètent les différentes situations à partir desquelles ce concept a émergé. 31.

56Comme je n’ai, en tant que linguiste de corpus, aucun savoir sur l’intertextualité comme phénomène mental, j’exclus l’interprétation psychologique de ce concept. Comme, en un certain sens, l’intertextualité est directement observable, les citations explicites et les cas évidents de plagiat sont de bons exemples. D’un point de vue plus large, l’intertextualité implique des liens implicites ou explicites entre des textes et des segments de texte d’un discours. En faisant référence à ce qui a été dit précédemment, la fonction de l’intertextualité ajoute une nouvelle couche d’interprétation à quelque chose qui a été dit auparavant. Ma communauté interprétative peut maintenant négocier dans quelle mesure ce que j’ai dit est acceptable au titre d’une nouvelle interprétation. Ce qui signifie que le concept d’intertextualité est arbitraire. Alors que de nouveaux outils nous aideront à découvrir des candidats à la fonction de lien intertextuel, la décision de savoir si quelque chose est un lien intertextuel repose sur nous. Il n’y a pas de mécanisme formel qui nous dit si deux textes sont intertextuellement liés. Des similarités peuvent après tout être accidentelles. Ce qui est présenté comme étant des liens intertextuels doit être assumé par la communauté interprétative. Prenons par exemple la phrase trouvée dans le San Francisco Sentinel du 02-02-09:

Confidence in Britain’s ability to overcome the economic turmoil is sinking by the day, as evidence by the precipitous decline of the pound, which has almost reached parity whith the euro. 

(La confiance en la Grande-Bretagne à surmonter la crise économique s’effondre jour après jour, comme le prouve le chute précipitée de la livre qui se retrouve presque à parité avec l’euro.) 

57Quatre semaines plus tard, le 28-02-09, nous trouvons dans le Times cette phrase :

Unlike Britain, [Portugal, Ireland, Greece and Spain] have been unable to devalue their currency.

(A la différence de la Grande-Bretagne, [le Portugal, l’Irlande, la Grèce et l’Espagne] ont été incapables de dévaluer leur monnaie.)

58Y-a-t-il un lien entre “the precipitous fall of the pound” et la capacité “to devalue their currency” ? L’intertextualité est établie non par un ordinateur mais par son interprétation.

59J’aimerais développer la linguistique de corpus de telle manière qu’elle nous aide à découvrir ce qu’un texte, un segment de texte ou un item lexical signifie dans un contexte particulier, à un moment donné. Comme Hans-Georg Gadamer l’a montré, une telle entreprise ne peut jamais réussir. Si j’écoute la musique de Bach aujourd’hui, je ne peux empêcher qu’elle soit perçue d’une manière différente de celle de ses contemporains. Ce qui était alors révolutionnaire est devenu, après Haydn, Mozart, Beethoven, une tradition reconnue. Mais la musique de Bach a certainement été influencée par les autres compositeurs baroques. Il y a des liens intertextuels qui relient ses succès à ceux de ces prédécesseurs et de ses successeurs. La même chose vaut pour le discours. La signification de chaque item lexical dans une nouvelle contribution est chaque occurrence antérieure contextualisée, c’est-à-dire, tout ce qui a été dit, jusqu’au moment où cette contribution apparaît dans le discours. Plus spécifiquement, c’est la totalité du contenu paraphrastique que l’on trouve pour cet item lexical. Cette définition implique qu’il n’est pas important que les membres de la communauté de discours soient avertis de sa signification. En fait, en raison des limitations d’accès aux données pertinentes, la pleine signification ne peut jamais être garantie. C’est une définition de la signification qui ne prend refuge ni dans des représentations mentales ni dans le monde réel.

60L’interprétation d’un texte, d’un segment de texte ou d’un item lexical est différente de sa compréhension. Dans mon interprétation privée d’un poème, je me l’approprie en tant qu’expérience à la première personne. Je ne serai jamais capable de décrire à quelqu’un d’autre ce qu’il signifie pour moi. C’est seulement en donnant un témoignage verbal de cette expérience que je peux franchir le pas qui va de la compréhension à l’interprétation. Comprendre est quelque chose qui prend place dans un esprit individuel. Comprendre ne requiert pas de verbalisation. Une interprétation est toujours exprimée verbalement et dirigée vers les autres qui ont leurs propos en elle. Donc c’est un acte collaboratif qui implique les autres membres de ma communauté interprétative.

  • 32  Cité dans Mueller-Vollmer, Kurt (ed.), 1986: The hermeneutics Reader. Oxford: Blackwell, p. 27.
  • 33  Ricœur, Paul (1981), Hermeneutics and the HumanSciences. Edited and translated by John B. t. Thomp (...)
  • 34  Cité par Fritz Hermanns (2002), Linguistische Hermeneutik, in Angelika Linke, Hanspeter Ortner, Pa (...)
  • 35  Cité dans Frank, Mandfred (ed.) (1977), F. D. E. Schleiermacher, Hermeneutik und Kritik. Frankfurt (...)

61L’herméneutique, art (ou savoir faire, comme certains la considèrent) de produire le sens des textes, est concernée par du matériel langagier écrit ou enregistré. Aussi n’est-ce pas une surprise si la linguistique partage les mêmes contraintes. Même quand le fait de parler est pensé comme étant la forme primordiale des langues, les linguistes, Saussure par exemple, ont travaillé à partir de transcriptions. Wilhelm Dilthey pose explicitement que l’herméneutique concerne « l’interprétation des témoignages écrits de la vie humaine »32. C’est à peine surprenant. Les textes écrits (avec quelques exceptions) ne nous fournissent pas la possibilité d’interroger leurs auteurs sur leurs intentions. Dans les termes de Paul Ricœur, « l’écrit rend le texte autonome par rapport aux intentions de l’auteur. (...) la relation entre l’écriture et la lecture n’est plus un cas particulier de la relation entre parler et écouter ».33 Aux 18ème et 19ème siècles, cependant, sous l’influence de l’invention de l’homme comme personne unique et autonome et la psychologisation des relations humaines qui s’ensuit, l’écrit est compris comme un accès vers le moi profond de l’auteur. Emmanuel Kant, apparemment, a été le premier à exiger que le but de l’analyse herméneutique soit « de comprendre l’auteur mieux qu’il ne s’est compris lui-même. »34 Ce qui a été rendu célèbre, d’abord, par Friedrich Schleiermacher qui a défini la tâche de l’herméneutique comme celle de « comprendre un énoncé d’abord aussi bien, puis mieux que son auteur »35 et ensuite, de cette manière par le philologue August Boeckh : « L’interprète par conséquent comprend l’auteur mieux que l’auteur ne se comprend lui-même ».

62L’herméneutique aujourd’hui, est moins concernée par l’esprit que par la signification d’un texte, d’un segment de texte ou d’un item lexical. Cette signification a peu à voir avec les intentions de l’auteur. À leur propos, nous ne savons rien, nous n’avons affaire qu’à ses mots à lui ou à elle, qui de nouveau peuvent recéler des intentions propres. La tâche de l’herméneutique c’est de prendre le discours comme objet. Pour son interprétation, il importe peu de savoir si le livre mentionné ci-dessus, Le Marxisme et la Philosophie du langage, a été vraiment écrit par Voloshinov ou par Bakhtine. Michel Foucault, Roland Barthes et beaucoup d’autres ont marginalisé le rôle de l’auteur. De la même façon, Paul Ricœur, faisant référence à Truth and Method (Vérité et méthode) de Hans-Georg Gadamer, soutient que l’écrit « rend le texte autonome par rapport à l’intention de l’auteur. » (Ricœur 1981 : 139) et ajoute : « Ce que le texte signifie ne coïncide plus avec ce que l’auteur voulait dire. » (Ricœur 1981 : 91).

63Néanmoins comment fonctionne l’herméneutique ? Si nous pouvons savoir ce que chaque texte ancien, disons La République de Platon, ou n’importe quel segment de texte, n’importe quel item lexical clé, signifie, il n’est pas suffisant de le lire dans l’horizon de notre conceptualisation contemporaine. Nous avons plutôt à l’interpréter dans le contexte des autres textes qui appartiennent en gros à la même période, des textes envers lesquels La République réagit, des textes qui y font référence. Mais ce n’est pas assez. Nous avons aussi à comprendre dans quelle mesure notre lecture est débitrice de tout ce qui a été produit depuis. Nous avons à comprendre combien les textes suivants ont influencé notre perception. Il n’y a pas de chemin direct qui permette de retrouver la fraîcheur de l’expérience que l’œuvre de Platon a connue en son temps. La seule façon d’approcher la signification originale est de prendre conscience des traces que le texte de Platon porte depuis son origine. Nous trouvons ces traces sous forme de citations explicites ou implicites, de remarques et de beaucoup d’interprétations à part entière que l’on appelle commentaires. Néanmoins nous avons aussi à prendre en compte toutes les idées qui ont été inventées après, qui constituent une part intégrale de nos moyens de réfléchir à la société. Pouvons-nous imaginer un temps où le concept d’égalité ou de droits humains n’étaient pas encore accessibles ?

64La communauté qui interprète La République de Platon repose alors sur des données, données tirées du discours. Seul un cadre linguistique capable de s’occuper de ces données, de s’occuper de la parole, est en position de fournir de tels faits. La linguistique de corpus et l’herméneutique se complètent l’une l’autre. La linguistique de corpus offre une méthodologie qui nous assure qu’aucune possibilité n’a été négligée ; et l’herméneutique nous (la communauté interprétative) donne alors le niveau de réflexion propre à offrir un nouveau sens à ce qui a déjà été l’objet d’innombrables interprétations.

  • 36  Hans-Georg Gadamer (1965), Warheit und Methode. 2ème édition Tübingen : J. C. B. Mohr, p. 289.

65Considérons un exemple concret. Dans la toute première phrase de La République, nous rencontrons le verbe grec προσευχομαι. Ce verbe existe encore en grec modern et il est normalement traduit en anglais par To pray. (prier) Mais qu’est-ce que προσευχομαvoulait dire à l’époque de Platon ? Ce que nous nommons prier maintenant est une sorte de communication avec Dieu très particulière, très personnelle, bilatérale bien qu’asymétrique. Était-ce également vrai à l’époque de Platon ? Ou les prières étaient-elles alors l’équivalent verbal des sacrifices que le peuple offrait à ses dieux ? Ce serait alors plutôt une forme unilatérale de communication. Le peuple ne s’attendait pas à ce que ses dieux lui répondent, même si le sacrifice était destiné à s’attirer leurs bonnes grâces. Le texte de Platon en lui-même n’offre pas de réponse. Il reprend, sans commentaire ni paraphrase, ce qui était généralement compris comme concept de προσευχομα. Cependant ce concept était le résultat de négociations au sein de l’ensemble de la communauté de discours de la Grèce antique. Il y a abondance de textes classiques grecs qui en traitent. Les experts les ont parcourus bien des fois dans le but de suggérer des interprétations de ce vieux concept. Les différentes traductions que nous avons trouvées de ce livre prennent en compte ces interprétations. Une analyse d’un corpus comprenant douze traductions de La République propose les équivalents suivants de προσευχομα : make by prayers, offer up by prayers, offer up by prayer, say a prayer, pray, pay my devotions, pay my devoirs, worship. Toutes peuvent être entendu comme des paraphrases qui essaient de combler le gouffre entre ce que προσευχομαsignifiait et ce qu’est prier de nos jours. Ces équivalents en traduction sont des interprétations qui relient un concept ancien à notre compréhension actuelle. L’herméneutique nous sensibilise à ceci : toute interprétation du mot en grec ancien devra également tenir compte du concept actuel de prière. C’est le message essentiel de Gadamer: « L’horizon du présent ne peut pas être constitué sans le passé … Comprendre [ce que j’appelle interpréter] suppose toujours un procès de fusion entre ces horizons prétendument différents.36. Le fameux cercle herméneutique devrait être conçu comme une spirale infinie qui nous permet, nous communauté interprétative d’aujourd’hui, d’approcher la signification de quelque chose qui a été dit auparavant, sur la base de données fournies par la linguistique de corpus.

  • 37  NdT : En français dans le texte.
  • 38  Ibid.

66L’approche herméneutique de la signification, comme je l’ai esquissé ci-dessus, abandonne tout espoir que la signification soit quelque chose de stable ou systématique. Il n’y a pas d’ensemble de concepts langagiers indépendants qui soit universel, hors du temps, inné et gravé dans le granit de quelque ontologie sémantique métaphysique. L’herméneutique ne concerne pas la langue : elle concerne la parole. Dans cette perspective, la signification n’est jamais une donnée établie définitivement, elle est toujours provisoire. Chaque nouvelle occurrence d’un item lexical dans un texte, chaque nouvelle mention à un texte ajoute quelque chose à sa signification. Ce qui peut laisser penser que la linguistique de la parole37 est moins satisfaisante que la linguistique de la langue38. Mais si notre réalité sociale est une construction du discours, ce n’est que la linguistique de la parole qui peut nous permettre d’y accéder.

11. Le linguiste et la communauté interprétative

67Pas plus les linguistes que les lexicographes ne sont des experts de la signification. Leur tâche est d’être de fidèles gardiens de ce qui est négocié comme signification entre les membres d’une communauté de discours. Ils peuvent montrer comment des items lexicaux sont utilisés et paraphrasés, ils peuvent signaler de possibles liens intertextuels fondés sur des similarités entre des textes, mais il n’y a pas de linguistes habilités à nous dire ce qui est juste et ce qui est faux. Si les gens veulent donner crédit aux intentions normalisatrices de l’Académie française, tant mieux, mais personne ne peut les y contraindre. Les linguistes de corpus nous apprennent qu’ils n’y a pas d’interprétation « vraie » ou « correcte » d’un item lexical, d’un segment de texte ou d’un texte. La signification d’un item lexical est tout ce qui a été dit à son propos dans le discours : nous la trouvons dans les négociations entre les membres d’une communauté de discours. Il peut y avoir désaccord et il peut y avoir discorde. Le pluralisme est la marque de toute société démocratique. Seul un régime totalitaire voudrait imposer un usage uniforme de la langue. Les communautés de discours peuvent discuter si l’on doit distinguer globalisation de mondialisation, et chaque contributeur au discours peut offrir ses paraphrases préférées. S’il ne peut pas convaincre ses partenaires et donc s’il demeure isolé dans ses interprétations, alors ces nouvelles paraphrases ne laisseront aucune trace dans les textes à venir. En conséquence, il est dans l’intérêt de chacun de nous d’utiliser et de paraphraser des items lexicaux de telle sorte que d’autres trouvent intéressant de faire de même dans leurs usages.

68Le discours est, en principe, un système démocratique ; tout le monde a, en principe, le droit inaliénable d’y contribuer. Si globalisation signifie « pétrole et guerre » et mondialisation « coopération dans la construction d’un futur prometteur », ce n’est pas une question de vérité mais de persuasion. Ce que nous disons ne réfère pas à une réalité hors du discours, c’est une réaction à ce qui a déjà été dit. Que nous tendions à penser différemment, que nous prenions le langage comme un miroir de la réalité, est presque une conviction innée qui remonte aux temps immémoriaux où le langage n’était rien de plus qu’une extension de l’ostentation, du pointage des choses. Globalisation ou mondialisation ne sont que des objets de notre discours et non de quelque réalité extérieure. Nous ne parlons pas à propos de la réalité mais à propos de ce que d’autres ont dit à propos de la réalité.

69Les linguistes de corpus regardent le discours comme un système auto-poétique, auto-référentiel. Ce qui ne signifie pas qu’il ne soit pas en quelque manière connecté aux intentionnalités particulières de ses contributeurs. Mais ces intentionnalités ne sont pas pertinentes : ce n’est pas ce que nous pensons qui compte, mais ce que nous faisons, notre comportement symbolique, nos contributions au discours. Ces contributions transforment le discours en notre esprit collectif, sans jamais attenter à la liberté que nous avons en tant qu’individus de dire ce que nous voulons. La tâche des linguistes de corpus est de nous aider à donner du sens à la réalité que nous avons construite pour nous-mêmes dans le discours en extrayant, organisant et présentant les données. Cependant ils n’ont certainement pas le monopole de l’interprétation : nous sommes tous membres, égaux en statut et en droits, de la communauté interprétative humaine dans son ensemble. La linguistique, la linguistique de corpus en particulier, devrait être un programme de libération, non pas d’assignation de signification.

12. La linguistique de corpus a-t-elle un avenir ?

70Au cours de l’été 2008, il y a eu une discussion prolongée à propos de la nature de la linguistique de corpus sur une weblist appelée corpora-list (corpora-list@uob.no), avec un grand nombre de contributions venues de partout. On peut les trouvez en entrant dans corpora-list et en cherchant bootcamp. De façon intéressante, la majorité des contributions ne venaient pas des linguistes de corpus qui travaillent dans la suite de John Sinclair mais de gens travaillant en linguistique théorique ou linguistique cognitive, dans le traitement des langues naturelles, dans la traduction automatique et en intelligence artificielle. Ce n’est pas que ces personnes ont cessé de modéliser leurs systèmes linguistiques et se sont tournés vers le discours ; ce qui a changé, c’est que c’est devenu une nécessité de mettre ses théories à l’épreuve des faits. Ces contributeurs considèrent encore la linguistique comme une science, peut-être même comme une science dont les résultats peuvent être maintenant transformés en ingénierie d’applications commercialisables, au même titre que les sciences dures ont données les bases de l’industrie automobile. L’industrie de la langue demande une quantité énorme de corpus pour tester des applications, Mais les premiers résultats sont là pour que nous les utilisions. Ces derniers temps beaucoup d’entre nous se sont servis des outils de traduction automatique qui sont peut-être loin d’être parfaits, mais qui sont meilleurs que le fait de ne rien comprendre du tout. On a même soutenu que les textes écrits dans une langue très fortement contrôlée, avec une terminologie très spécialisée, tels que les manuels de maintenance en aéronautique, sont mieux traduits par des ordinateurs que par des traducteurs humains. L’industrie de la langue est encore dans son enfance ; elle aura un impact grandissant sur ce que nous pouvons dire ou pas. Aujourd’hui les correcteurs orthographiques nous disent si notre texte est conforme aux normes orthographiques. Dans dix ans, il pourrait y avoir des outils qui contrôleront le contenu de ce que nous écrirons ; il y a déjà des filtres sur l’internet dont le raffinement est en progrès constant qui permettent d’interdire l’accès à des sites au contenu subversif. En ce sens, la méthode scientifique de la linguistique de corpus a sans aucun doute un brillant avenir. L’industrie de la langue contrôlera de plus en plus notre discours. Les experts en langage s’assureront que ce soit le cas.

71Mais plus nos sociétés sont assujetties aux décisions des experts, moins nous sommes nombreux à être convaincus que les décisions qu’ils prennent sont fondées sur des faits irréfutables. Aujourd’hui, il y a un nombre croissant de philosophes des sciences, par exemple Steve Fuller, Philipp Kitcher, Bruno Latour, Helen Longino ou Jonathan Potter qui prétendent que toute factualité est au bout du compte basée sur une interprétation. Ce que sont les entités et les catégories que définit une discipline scientifique, quelles méthodes sont considérées comme objectives pour détecter, compter et mesurer ce que sont les outils que nous acceptons pour mettre en œuvres ces procédures, c’est quelque chose qui doit être négocié par une communauté de pairs. Le nouveau paradigme de l’épistémologie sociale accepte qu’au fondement de la vérité et de la factualité, il y a toujours interprétation : la négociation de ce qui a été dit. Que ce soit la mécanique quantique ou l’évolution ou la globalisation : la seule réalité qui nous est accessible c’est la réalité du discours, c’est ce qui a été dit à propos de ces idées. Tout ce que nous savons c’est quelque chose qui a été dit dans le discours. Nous donnons du sens à notre environnement en construisant de manière collaborative une réalité que nous acceptons.

72Une linguistique indépendante du discours est sans signification. Jusqu’à maintenant, la linguistique de corpus est la seule approche qui peut prétendre à être une linguistique de la parole.

Haut de page

Bibliographie

Graham Allan, (2000), Intertextuality. London: Routledge.

Elena Tognini Bonelli (2001), Corpus Linguistics at Work. Amsterdam: Benjamins.

T.W. Deacon (1997), The Symbolic Species: The Co-evolution of Language and the Brain. New York: Norton.

Eugenio Coseriu (1952), Sistema, norma y habla, Montevideo

Eugenio Coseriu (1959), Sincronía, diacronía e historia. El problema del cambio lingüístico, Montevideo.

Wilhelm Dilthey (1981), Der Aufbau der geschictlichen Welt in den Gesiteswissenschaften. Frankfurt a. M.: Suhrkamp.

Stanley Fish (1967), Interpreting Variorum, reprinted 1980 in Is There a Text in This Class, Cambridge, Mass.: Harvard University Press.

Hans-Georg Gadamer (1960), Warheit und Methode. Grundzüge einer philosophischen Hermeneutik, (2nd edition 1965). Tübingen : J.C.B. Mohr.

Roy Harris (1983), F. de Saussure: Course in General Linguistics, London: Duckworth.

Roy Harris (1987), The Language Machine. Ithaca: Cornell University Press.

Johann Gottlieb Herder (1770), Abhandlung über den Ursprung der Sprache.

Fritz Hermanns (2002), “Linguistische Hermeneutik”, in Angelika Linke, Hanspeter Ortner, Paul R. Portmann-Tselikas (eds. ), Sprache und mehr : Ansichten einer Linguistik der sprachlichen Praxis, Tübingen : Niemeyer.

Ronald W. Langacker (1997), “The contextual basis of cognitive semantics”, In Jan Nuyts and Eric Pedersen (eds.): Language and Conceptualization. Cambridge: Cambridge University Press.

Ronald W. Langacker (2002), The Cognitive Basis of Grammar. Berlin: Mouton de Gruyter.

Toril Moi (1986),The Kristeva Reader (Toril Moi Ed.), New York : Columbia University Press.

Frank, Manfred (ed.) (1977), F. D. E. Schleiermacher, Hermeneutik und Kritik. Frankfurt am Main: Suhrkamp.

Kurt Mueller-Vollmer (ed.) (1986), The Hermeneutics Reader : Texts of the German Tradition from the Enlightenment to the Present, New York :Blackwell Publishers

Paul Ricoeur (1981), Hermeneutics and the Human Sciences. Edited and translated by John B. t. Thompson. Cambridge: Cambridge University Press.

Jean-Jacques Rousseau, Essai sur l’origine des langues, 1871.

Edward W. Said (1981), Orientalism, London: Penguin.

John Sinclair (2005), English Collocation Studies, in Ramesh Krishnamurthy (ed.), English Collocation Studiesby John McH. Sinclair, Susan Jones and Robert Daley. London: Continuum.

Edward B. Tyler, (1871), Primitive Culture. London: J. Murray

Michael Stubbs (2007), “On Texts, Corpora, and Models of Language”, in: Michael Hoey, Michaela Mahlberg, Michael Stubbs and Wolfgang Teubert: Text, Discourse and Corpora. London: Continuum.

V.N. Voloshinov (1989), Marxism and the Philosophy of Language. Cambridge, Mass.: Harvard University Press.

Haut de page

Notes

2  Essai sur l’origine des langues, publication posthume en 1871.

3 Abhandlung über den Ursprung der Sprache, 1770.

4  Edward B. Tyler (1871), Primitive culture, London:J. Murray, 1.

5  Edward W. Saïd (1981), Orientalism, London: Penguin, pp. 123-148.

6  NdT : Titre donné en français dans le texte anglais de Wolfgang Teubert. Le texte du CLG est le suivant dans l’édition Tullio de Mauro, Payot, 1972, 1985 : « Tout cela nous amène à croire qu’au-dessus du fonctionnement des divers organes il existe une faculté plus générale, celle qui commande aux signes, et qui serait la faculté linguistique par excellence (p. 27) ». Teubert explique plus loin qu’il utilise la traduction anglaise de Roy Harris : sans doute celle-ci F. de Saussure : Course in General Linguistics, 1983, London, Duckworth.

7  « C’est un trésor déposé par la pratique de la parole dans les sujets appartenant à une même communauté, un système grammatical existant virtuellement dans chaque cerveau , ou plus exactement dans les cerbveau d’un ensemble d’individus ; car la langue n’est complète dans aucun, elle n’existe parfaitement que dans la masse (CLG, p. 30) ».

8  Roy Harris (1987), The language machine, Ithaca: Cornell University Press, p. 44.

9  En français dans le texte. Dans la suite également, langue et parole figuraient toujours en français.

10  Eugenio Coseriu (1952) Sistema, norma y habla, Montevideo et (1959), Sincronía, diacronía e historia. El problem del cambion lingüístico, Montevideo.

11  Wilhelm Dilthey (1910, 1981),Der Aufbau der geschictlichen Welt in den Gesiteswissenschaften. Francfort a. M.: Suhrkamp.

12  Stanley Fish (1967), Interpreting Variorum, réimprimé en 1980 in Is there a text in this class, Cambridge, Mass.: Harvard University Press, pp. 167 et sq.

13  Georg Gadamer (1960), Wahrheit und Methode, seconde édition 1965, Tübingen: J.C.B. Mohr.

14  John McH. Sinclair, “Collocation Studies”,in Ramesh Kishnamurthy (ed.) (2005), English Collocation Studies: The OSTI Report,John McH. Sinclair, Susan Jones and Robert Daley. London : Continuum.

15  NdT : approche Bottom up : c’est à dire ascendante, ou encore de bas en haut, à l’inverse d’une approche top-down, analytique ou du haut vers le bas.

16  Michael Stubbs (2007), “On Texts, Corpora and Models of Language”, in Michael Hoey, Michaela Mahlberg, Michael Stubbs et Wolfgang Teubert: Text, Discourse and Corpora, London: Continuum, p. 155.

17  Elena Tognini Bonelli (2001), Corpus Linguistics at Work. Amsterdam : Benjamin, p. 61.

18  NdT : qui utilise le corpus pour confirmer ou infirmer une hypothèse.

19  NdT : approche inductive du corpus, préférant explorer sans a priori les données.

20  Cobuild English Dictionary for Advanced Learners, troisième édition, 2001, Glasgow : Harper Collins Publishers, le tout premier dictionnaire à être strictement fondé sur des données de corpus, et édité par John Sinclair.

21  Ronald W. langaker (2002), The cognitive Basis of Grammar. Berlin : Mouton de Gruyter, p. 2.

22  Ronald W. Langaker (1997), “The contextual basis of cognitive semantics”. In Jan Nuyts and Eric Pedersen (eds): Language and Conceptualization. Cambridge University Press, pp. 229-252.

23  Ibid. pp. 233-234.

24  Ibid. p. 242.

25  Ibid. p. 235.

26  Ibid p. 240.

27  Ibid., p. 239.

28  Terrence W. Deacon (1997), The Co-Evolution of Language and the Brain, New-York: W. W. Norton & Company.

29  NdT : Nous avons repris pour l’occasion la traduction de Marina Yaguello, Ed. de Minuit, 1977, pour l’édition française, considérant qu’il n’était guère nécessaire de rajouter une traduction de l’anglais au français à celle qui a été produite du russe à l’anglais. Nous n’ignorons pas cependant que celle-ci est en cours de réévaluation dans les travaux bakhtiniens actuels : cf. le travail en cours du Centre de recherches en épistémologie comparée de la linguistique d’Europe centrale et orientale (CRECLECO de l’Université de Lausanne) : http://www2.unil.ch/slav/ling/index.html. Wolfgang Teubert donne pour sa part la référence anglaise : V. N. Voloshinov (1989) : Marxism and the philosphy of language. Cambridge, Mass.: Harvard University Press, 1972: [T]he monologic utterance is, after all, already an abstraction. … Any utterance – the finished, written utterance not excepted – makes response to something and is calculated to be responded in turn. It is but a link in a continuous chain of speech performances.

30  “Kristeva’s emphasis” p. 39, in Toril Moi (1986), The Kristeva Reader (Toril Moi Ed.), New York: Columbia University Press. [NdT : traduit de (1969) Semeiotiké : recherches pour une sémanalyse, Paris, Seuil, p. 85].

31  Graham Allan (2000) Intertextuality, London: Routledge, p. 58.

32  Cité dans Mueller-Vollmer, Kurt (ed.), 1986: The hermeneutics Reader. Oxford: Blackwell, p. 27.

33  Ricœur, Paul (1981), Hermeneutics and the HumanSciences. Edited and translated by John B. t. Thompson. Cambridge: Cambridge university Press, p. 139.

34  Cité par Fritz Hermanns (2002), Linguistische Hermeneutik, in Angelika Linke, Hanspeter Ortner, Paul R. Portmann-Tselikas (eds.): Sprache und mehr: Ansichen einer Linguistik der sprachlichen Praxis, Tübingen: Niemeyer: 125-163, 139.

35  Cité dans Frank, Mandfred (ed.) (1977), F. D. E. Schleiermacher, Hermeneutik und Kritik. Frankfurt am Main : Suhrkamp, p. 94.

36  Hans-Georg Gadamer (1965), Warheit und Methode. 2ème édition Tübingen : J. C. B. Mohr, p. 289.

37  NdT : En français dans le texte.

38  Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Wolfgang Teubert, « La linguistique de corpus : une alternative », Semen [En ligne], 27 | 2009, mis en ligne le 10 décembre 2010, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/semen/8923 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.8923

Haut de page

Auteur

Wolfgang Teubert

University of Birmingham

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search