Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30La famille, valeur de droite ?

Résumés

Si les droites refusent le terme « d’idéologie », elles adossent leur réflexion politique et leurs programmes à un ensemble de valeurs, au centre desquelles est placée la famille. On la retrouve au fondement de tous les systèmes d’identités et d’appartenance construits par les droites. Après avoir examiné l’élaboration de cet appareil théorique depuis la Révolution, cet article s’intéresse à la période vichyste en cherchant si on peut parler d’un positionnement spécifique du régime réactionnaire sur les normes familiales. Dans une dernière partie, on étudiera les traces des valeurs familiales dans les discours contemporains de la droite, à travers la presse magazine.

Haut de page

Texte intégral

1La droite française refuse les idéologies. Elles sont pour elle le fruit d’un intellectualisme de gauche. Pourtant, les mouvements et partis de droite adossent leurs projets et leurs actions à un ensemble de valeurs et développent autour d’elles un discours normatif. Dans cet ensemble de valeurs, la famille a été centrale à toutes les époques. Première expérience de la présence au monde, elle est le lieu d’apprentissage des contraintes et des libertés :

  • 1 . Jacques Dupâquier et Antoinette Fauve-Chamoux, « La famille », Jean-François Sirinelli (dir.), Hi (...)

Sur elle, les droites ont bâti tous les systèmes d’identité et d’appartenance : à l’espèce, au groupe, à la communauté politique. En cela, la famille ouvre à la présence au monde comme à l’organisation de la Cité1.

  • 2 . Jacques Dupâquier et Antoinette Fauve-Chamoux, « La famille », chap. cit.

2La famille devient une institution après la Révolution. Napoléon y contribue avec la promulgation du Code civil. Pour formaliser leur vision du monde, les droites érigent la famille en contrepoids premier à l’État. Dès lors, « toutes les droites placent la famille au fondement de leur réflexion », quel que soit ensuite leur projet politique2.

3Il s’agit de voir ici comment la question familiale a été théorisée tout au long du XIXe siècle, jusqu’à ce que le « repeuplement » de la France devienne une priorité nationale pendant la Belle Époque. C’est ensuite la période de Vichy qui est centrale : la famille est la clef de la reconstruction du pays pour le nouveau régime réactionnaire. Récupérées pendant cette période par le camp conservateur, les valeurs familiales sont redevenues depuis un marqueur signifiant du paysage politique. À l’heure où le dynamisme de la presse magazine française fait figure de phénomène mondial, on peut se demander ce que ce support transmet du discours et des valeurs de la droite sur la famille.

1. Une valeur constitutive de la droite française

  • 3 . En 1939, tous les partis se rallient au Code de la famille.

4La famille étant pour elle un fondement idéologique commun, la droite l’a utilisée pour montrer sa différence avec la gauche et la combattre. C’est pourtant plus une certaine conception du rôle de la famille que la famille elle-même qui est contestée par la gauche3. Cette dernière réclame en effet depuis le mouvement des Lumières une réforme de la famille et de ses fondements traditionnels passant par exemple par la sécularisation du mariage ou l’autorisation du divorce. Alors que les députés de la Constituante s’étaient montrés extrêmement prudents sur ces questions, c’est l’assemblée Législative qui entame les réformes. Après la chute du roi, le mariage est laïcisé et le divorce légalisé. La Convention révolutionne ensuite l’institution familiale ; elle autorise les changements de nom, étend les possibilités de divorce, proclame l’égalité des enfants naturels avec les enfants légitimes, et supprime la liberté de tester. Comme sur d’autres chapitres, le Code civil est un compromis entre les traditions anciennes et les réformes de la Révolution ; il établit la dépendance de l’épouse par rapport au mari et son incapacité civile et supprime tous leurs droits aux enfants naturels.

  • 4 . Evelyne Pisier (dir.), Histoire des idées politiques, Paris, PUF, 2004, 596 p.
  • 5 . Cité par Jacques Dupâquier et Antoinette Fauve-Chamoux, « La famille », chap. cit., p. 35.

5Tout au long du XIXe siècle, on peut observer à droite d’abondantes constructions idéologiques autour de la famille4. Pour Joseph de Maistre et Louis de Bonald, elle est la seule institution matérielle et elle est première. Pour justifier leur propos, ils mobilisent l’histoire face à la philosophie contractualiste de la Révolution. Cette mobilisation de l’histoire de France pour en souligner les permanences et continuités est un ressort courant. Pour Fustel de Coulanges, la famille est une association de nature, qui est d’abord une association religieuse. Dans La Cité antique, il explique comment elle fait le lien entre les vivants et leurs ancêtres, en permettant aux uns de rendre hommage aux autres. Au-delà du lien à la terre, qui s’élargit à l’amour de la patrie, la famille permet de fonder la propriété dans la religion même. Frédéric Le Play, quant à lui, souligne la continuité et l’universalité historique de la famille souche, qu’il oppose à l’artificialité de la famille nucléaire sur laquelle les Lumières fondent le pacte social. Dans le discours catholique également, la réaction contre la Révolution passe par une défense de la famille. En 1860, le père Félix explique à Notre Dame de Paris : « La science révolutionnaire, en niant la propriété ou, ce qui revient à peu près au même, en restreignant indéfiniment dans la famille la faculté de posséder et de transmettre la possession, brise cette chaîne matérielle qui rattache la famille à la terre »5. Charles Maurras enfin reprend le modèle de hiérarchie pyramidale des autorités naturelles qui le conduit de la famille à la monarchie corporative.

6Du côté de la droite libérale, la famille est une institution stratégique pour exiger de l’État qu’il respecte la liberté politique moderne. Pour Benjamin Constant, l’éducation des individus modernes revient à la famille, le gouvernement se bornant à assurer leur instruction, comme il met à disposition des voyageurs les routes sans leur indiquer quelles directions prendre pour leurs déplacements. Tocqueville va encore plus loin : face à la révolution qu’est la démocratie, la famille est devenue l’institution dans laquelle se joue l’essentiel du devenir politique du pays. Il regrette le remplacement de la famille aristocratique par la famille démocratique, car la supériorité de la première était de se maintenir dans le même lieu, ce qui sensibilisait l’homme à la nécessité de se sacrifier, pour ses ancêtres et ses descendants.

  • 6 . Jacques Dupâquier et Antoinette Fauve-Chamoux, « La famille », chap. cit., p. 18.

7Pour les penseurs de droite, l’ère démocratique est d’ailleurs, plus largement, l’âge de tous les dangers pour la famille. Après l’abolition des privilèges par la Révolution, l’espace public devient politiquement et socialement homogène et la famille reste « le seul foyer de transmission des solidarités organiques et identitaires que pouvaient encore définir l’appartenance religieuse, la transmission de traditions, les récits historiques communautaires »6. La famille est le microcosme primordial de la construction sociale.

8La droite défend dès lors l’institution familiale attaquée par la Révolution, en se concentrant sur trois piliers : l’autorité du père, la transmission du patrimoine et l’indissolubilité du mariage. C’est sur ces trois fronts que la droite combat pendant la période de la Restauration ; mais son seul succès significatif est l’abolition du droit au divorce en 1816. Il faut dire que les Républicains du XIXe siècle défendent parfois des idées proches, comme Lamartine qui milite pour le suffrage familial :

  • 7 . Alphonse de Lamartine, Le Conseiller du peuple, Livre IV, chapitre XXVII, p. 248-249, cité par Ja (...)

Un jour viendra, je n’en doute pas, où le père de famille aura autant de voix dans le suffrage qu’il y a de vieillards, de femmes et d’enfants à son foyer ; car, dans une société mieux faite, ce n’est pas l’individu, c’est la famille qui est l’unité permanente. L’individu passe, la famille reste7

9Après une période de statu quo, les hostilités entre la droite et la gauche sur les questions de famille reprennent avec les débuts de la IIIe République. Sans déclarer la guerre à l’institution familiale, les gauches s’attaquent à la conception catholique du mariage, dans un contexte où, malgré le catholicisme social, l’Église se confond avec les droites. C’est l’ouvrage d’Alfred Naquet, Religion, propriété, famille, qui, en 1869, a rouvert le débat sur la légalisation du divorce en faisant scandale. Alexandre Dumas s’engage dans la bataille pour soutenir la légalité du divorce avec son roman L’Homme-femme, publié en 1878. Mais ce sont les trafics d’annulation de mariage par l’Église qui achèvent de convaincre l’opinion publique de la nécessité de la légalisation du divorce, finalement votée en 1884. À cette époque, alors que pour la littérature engagée du XIXe siècle l’individu étouffe dans la cellule familiale et doit s’en évader, les romanciers conservateurs de la période (comme Henry Bordeaux, René Bazin ou Paul Bourget) exaltent les valeurs familiales et montrent les effets terribles du déracinement.

  • 8 . Antoine Prost, « Histoire de la politique familiale en France depuis 1938 », Le Mouvement social,(...)

10Pendant la Belle Époque, avec l’essor du mouvement familial, les droites reprennent de la vigueur dans ce domaine. Elle accusent les gauches « anticléricales, individualistes et malthusiennes » d’affaiblir la France face à l’Allemagne en favorisant la dénatalité. Les arguments familialistes sont utilisés contre la République laïque, la perte de la foi en Dieu étant censée conduire fatalement à la diminution de la natalité. Étudiant le vocabulaire des proclamations électorales de 1881, Antoine Prost a bien montré que les mots « famille » et « enfant » restent des monopoles des droites, alors que « moderne », « égalité », « état », « progressiste » et « réforme » figurent surtout dans les programmes des gauches8. Les droites réussissent alors à faire passer la question de l’affaiblissement démographique dans le débat public, et de nombreux ouvrages sont publiés sur ce thème dans les années 1880. Par conviction, et pour ne pas laisser le monopole de la défense de la famille à la droite, les Républicains fondent en mai 1896 l’Alliance nationale pour l’accroissement de la population française. Pour eux, la dénatalité vient plus des problèmes financiers des familles que du recul de la religion.

  • 9 . Auguste Isaac, animateur du Mouvement familial, La Réforme sociale, juin 1908, cité par Jacques D (...)

11Après la Première Guerre mondiale, la crainte de la dénatalité conduit à une nouvelle union nationale autour des questions familiales. Le Mouvement familial, regrettant la dénatalité, poursuit la défense de la famille traditionnelle et des valeurs chrétiennes : « Je crois que ni les lois ni les prescriptions d’hygiène n’y peuvent rien changer. Ce qui fait la population, c’est la natalité ; ce qui entretient la natalité, c’est avant tout la morale9. » Si le projet de vote familial échoue, l’influence de l’Alliance dans les milieux parlementaires s’étend et de nombreuses mesures législatives en faveur des familles sont votées à la fin des années 1930. Dans ce contexte, la politique mise en place par le régime de Vichy n’apparaît pas comme une rupture, la famille étant l’objet d’un consensus politique.

2. Les valeurs familiales au cœur de la Révolution nationale

  • 10 . Sur ces questions, voir les travaux de Virginie de Luca, en particulier « Reconquérir la France à (...)
  • 11 . L’Alliance milite alors pour des mesures législatives en faveur des familles nombreuses. Voir Fra (...)

12Caractérisée par les débuts précoces de la transition démographique, l’histoire de la France contemporaine est aussi marquée par l’influence idéologique du mouvement nataliste et familialiste. Entre-deux-guerres, il s’agit tout d’abord de créer un climat favorable à la famille chez les enfants à travers l’enseignement. L’aboutissement de ce processus est la promulgation du décret-loi du 29 juillet 1939 (dit « Code de la famille ») qui prescrit l’enseignement des questions de population à l’école10. Il faut dire que le thème de la « dépopulation » est entré dans le débat public dès les années 1890, en particulier avec la création de l’Alliance nationale pour l’accroissement de la population française11. Dès la fin de l’entre-deux-guerres, on peut dire qu’il y a eu introduction de la morale familiale dans toutes les disciplines enseignées. Les outils de la démographie, pouvant traduire les évolutions de la population, sont également présentés à l’ensemble des jeunes élèves.

  • 12 . Robert Paxton estime toutefois que c’est dans la politique familiale que Vichy s’est le moins dém (...)
  • 13 . Dans son discours du 9 juillet 1941, cité par Christophe Capuano, Vichy et la famille. Réalités e (...)
  • 14 . Annick Lantenois « La propagande sous Vichy », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, n°28, octobre- (...)

13La Révolution nationale veut montrer qu’elle est une rupture en remplaçant la doctrine « Liberté, égalité, fraternité » par « Travail, famille, patrie »12. Bien sûr ce dernier slogan montre que la famille est un des mots d’ordre du régime de Vichy. Pétain affirme ensuite que la famille doit occuper une place centrale dans le projet organiciste et corporatiste du régime pour la mise en place d’un nouvel ordre social et politique13. Il choisit de considérer la défaite comme une chance de redressement national et de placer la famille au cœur de ce qui unit la nation. Vichy assoit sa propagande sur la notion de permanence et développe les analogies entre la patrie et le foyer : « Cette patrie, celle des ancêtres et des morts, cette mère-terre nourricière et féconde du travail des Français, ce foyer qui réunit les forces vives à l’image du foyer familial, puiserait dans son seul corps ses forces et sa jeunesse »14.

  • 15 . Voir Jérôme Cotillon, « Jeunesses maréchaliste et collaborationniste dans la France de Vichy », M (...)
  • 16 . Rémi Dalisson, « La propagande festive de Vichy. Mythes fondateurs, relecture nationaliste et con (...)
  • 17 . Rémi Dalisson, art. cit.
  • 18 . Cité par Rémi Dalisson, art. cit..
  • 19 . On peut se demander si cette mobilisation populaire n’est pas une forme alternative de mobilisati (...)

14La Révolution nationale est une contre-révolution dont les sources idéologiques relèvent à la fois du maurrassisme et du catholicisme. Pour lui apprendre à bien servir sa patrie, la jeunesse doit être prise en charge par l’État qui complète l’éducation donnée par la famille. La création du Secrétariat général à la Jeunesse et des Chantiers de jeunesse en juillet 1940 montre bien cette volonté15. Le régime considère la famille comme la « cellule de base de la société future », elle est donc un des piliers de la propagande et de l’imaginaire du régime16. Deux fêtes sont principalement mises en place pour propager ses valeurs tout en bénéficiant des infrastructures passées : la « Journée des mères de famille françaises » et la « Fête de Jeanne d’Arc ». La première avait été créée en 1926 à l’instigation du Conseil supérieur de la natalité et des ligues de défense des familles nombreuses. Après l’hécatombe de la Grande Guerre, son programme était tout à fait consensuel et toutes les tendances politiques se félicitent de la création d’une médaille récompensant les mères d’au moins cinq enfants. Après 1940, « politique sociale, patriotisme et fécondité correspondant aux volontés nouvelles, l’occasion fut vite annexée »17. Dès 1941, une circulaire est distribuée à 700 000 exemplaires dans le pays, pour expliquer aux enseignants comment participer au mieux, et comment faire participer la jeunesse, à cette « fête des mères ». En 1942, la circulaire du préfet de Seine Inférieure reprend les paroles du Maréchal : « la famille est la cellule essentielle et l’assise même de l’édifice social, c’est sur elle qu’il faut bâtir »18. L’ensemble de la société est donc mobilisé pour participer au culte maternel19.

  • 20 . Cette brochure est publiée par l’Association du mariage chrétien et les éditions familiales de Fr (...)

15La célébration de la fête des mères est alors récupérée par l’Église catholique ; c’est aussi à ce titre qu’elle figure dans le panthéon de la droite. La Bibliothèque Nationale de France conserve les traces de cette alliance de l’époque de l’Occupation. On y trouve par exemple une brochure intitulée La Fête chrétienne des mères à Saint-François Xavier de Paris. Une expérience de Mgr Chevrot20. Il s’agit du récit de la journée du 25 mai 1941 dans cette paroisse où la « grand messe de ce jour est consacrée à un hommage aux mères, en particulier par les enfants ». La brochure reprend les prières, cantiques et compliments récités par les enfants. Elle est publiée au printemps 1942 ; on peut imaginer que c’est pour servir à d’autres cérémonies cette année-là. L’auteur mentionne quelques réactions négatives face à cette récupération par l’Église de la fête mise en place par l’État. Il justifie donc la spécificité de la fête religieuse :

La réplique fut donnée sans peine par nos émissaires : notre réunion ne faisait pas double emploi avec celle que la mairie projetait pour l’après-midi ; nous nous adressions seulement aux catholiques pour compléter la « JOURNEE » officielle par un acte religieux qui donnerait à nos mamans avec un sentiment plus vif encore de la grandeur de leur vocation, le secours spirituel capable de les aider à mieux remplir leur tâche souvent difficile. 

  • 21 . Paul-André Rosental, « Préface », Christophe Capuano, Vichy et la famille, op. cit., p. 12.

16Si les historiens s’interrogent aujourd’hui sur l’efficacité de la politique familiale de Vichy, l’importance de la propagande diffusée autour de ces questions ne fait pas de doute : « La politique familiale du régime de Vichy fut pour l’essentielle chiche, pusillanime et inconséquente. La propagande en fut la facette la plus résolue et la plus efficace. Si efficace qu’à la différence de l’opinion publique du temps, les historiens sont restés durablement prisonniers de son message en perpétuant à leur corps défendant l’illusion du volontarisme du régime »21. En consacrant sa thèse de doctorat à l’étude du traitement des questions familiales par le régime de Vichy, Christophe Capuano a récemment montré la diversité des constellations de l’État vichyssois, et les combats autour de cette politique. La question de la famille y est souvent disputée entre diverses compétences (et les budgets qui lui sont alloués sont faibles). L’ouvrage, jouant sur les différentes échelles, montre l’instabilité structurelle d’un État soumis à de constantes mutations. Il s’agit de fait de s’interroger sur la diversité des formes possibles des politiques publiques. En retraçant des parcours individuels, il montre l’osmose de départ entre fonctionnaires vichyssois et responsables familialistes, puis comment ils s’éloignent.

  • 22 . Éric Jennings, « Discours corporatiste, propagande nataliste, et contrôle social sous Vichy », Re (...)
  • 23 . Eric Jennings, art. cit.
  • 24 . C’est par exemple ce que recommande le préfet de Bordeaux dans sa circulaire de 1942, citée par E (...)

17Après avoir travaillé sur l’ensemble des tracts produits par le régime de Vichy, l’historien américain Eric Jennings souligne quant à lui l’uniformité du style de la propagande vichyste autour des questions familiales22. Si, comme on l’a vu plus haut, les campagnes de Vichy dans ce domaine s’inscrivent dans une longue tradition de promotion de la natalité, leur nouveauté est d’associer l’effort nataliste au modèle corporatiste prôné par Pétain : « l’objectif final de la propagande nataliste vichyste n’était donc pas seulement le repeuplement, mais aussi l’éradication de la lutte des classes, par la substitution d’une mystique familiale et corporatiste »23. Un tract de 1943 proclame ainsi : « Le bonheur des familles, c’est la paix sociale ». Cette dimension corporatiste de la propagande nataliste se traduit aussi pour la Fêtes des mères pour laquelle il est recommandé aux enseignants de s’appuyer sur différents groupements et associations familialistes qui sont les piliers du régime24.

  • 25 . Circulaire du ministre de l’Éducation nationale du 16 novembre 1944 aux recteurs et aux inspecteu (...)

18À la Libération, l’Éducation nationale prescrit la poursuite de l’enseignement des problèmes démographiques, sous leurs aspects statistiques, aussi bien que « dans leurs rapports avec les questions morales et familiales »25. La politique familiale du régime de Vichy s’inscrit donc dans une continuité, de l’entre-deux-guerres à la période gaulliste. Dans l’immédiat après-guerre, la famille n’est pourtant plus présentée comme une valeur discriminante de la droite. Il s’agit maintenant de voir comment elle le devient à nouveau dans la période très contemporaine.

3. Portraits de familles au XXIe siècle

  • 26 . Jacques Dupâquier et Antoinette Fauve-Chamoux, « La famille », chap. cit., p. 22.

19Les mouvements et partis de droite dénoncent la crise de la famille (et/ou du mariage) depuis les événements de Mai 68. Pourtant, si ce sont bien le mouvement féministe et les contestataires de Mai 68 qui donnent l’impulsion, ce sont des gouvernements de droite qui révolutionnent l’institution familiale. Au cours des années 1970, les lois promulguées reviennent à accorder la liberté du mariage et du non mariage, celle du divorce, à promouvoir l’égalité entre les époux, celle des enfants naturels avec les légitimes. En plaidant pour la liberté de l’avortement à l’Assemblée nationale en décembre 1974, Simone Weil ne fait qu’ajouter un jalon dans le processus. C’est depuis cette période que la famille est « de retour dans le discours propagandistes des droites contemporaines »26.

  • 27 . Sur l’histoire de la presse magazine et son importance dans la culture de masse contemporaine, vo (...)

20L’étude proposée ici veut examiner quelques prolongements contemporains de la place de la famille dans la culture politique de droite. Il s’agit de travailler sur la presse magazine, considérée comme un de principaux vecteurs contemporains des normes et valeurs sociales27. Pour étudier ces normes et valeurs dans les discours de droite, le corpus sélectionné est tiré de trois magazines identifiés comme liés à la droite française d’aujourd’hui.

  • 28 . Véronique Odul, « Le Point et ses lecteurs : une affaire de fidélité », Le Temps des médias, n°3, (...)
  • 29 . Voir François Quinton, « Le Figaro magazine entre droite et Nouvelle droite (octobre 1978-juillet (...)
  • 30 . C’est essentiellement pour eux que l’offre de magazines se diversifie ensuite avec la naissance d (...)
  • 31 . Le choix s’est porté sur l’année 2009 car les numéros de 2010 ne sont pas encore disponibles à la (...)

21Le Point est un hebdomadaire politique fondé en 1972 par une équipe de journalistes qui, autour de Claude Imbert et Jacques Duquesne, viennent de quitter L’Express de Jean-Jacques Servan-Schreiber. Ils veulent créer le premier newsmagazine de droite et visent le public des cadres, dont la place est de plus en plus grande au sein de la société française28. Après avoir quitté le groupe Hachette en 1981, le titre a changé plusieurs fois de propriétaire. Depuis 1997, il est contrôlé par le groupe Artemis de François Pinault, Claude Imbert restant un de ses principaux éditorialistes et le garant de la continuité. En 2009, sa diffusion moyenne était de 434 745 exemplaires par semaine. Créé en 1966 par Raymond Bourgine, l’hebdomadaire Valeurs actuelles prend la suite d’une ancienne feuille d’information financière. Longtemps détenu par le groupe Dassault, il appartient depuis 2006 au groupe Sud Communications, de Pierre Fabre. En 2009, il tire chaque semaine à 87 832 exemplaires. Fondé en 1978, Le Figaro magazine est un des atouts de Robert Hersant pour relancer le groupe de presse. Il s’agit de dynamiser les ventes du quotidien par une politique offensive de suppléments. Dirigé par Louis Pauwels, Le Figaro magazine accueille à ses débuts les doctrinaires de la Nouvelle droite29. Il attire surtout les annonceurs qui trouvent là un support de qualité au lectorat favorisé30. Vendu avec le quotidien du samedi, il tire environ à 400 000 exemplaires en 2009. La période choisie pour cette étude est celle de la Fête des mères. Les numéros de mai et juin 2009 des trois hebdomadaires ont donc été systématiquement dépouillés31.

3.1. La défense des valeurs de droite

22C’est dans leurs éditoriaux que ces magazines développent le plus clairement un discours programmatique sur les valeurs de droite. Ainsi dans Le Point, Claude Imbert choisit de parler du projet de grand musée de l’Histoire de France, pour en défendre bien sûr le principe et surtout pour mettre en avant une certaine conception de l’histoire. Dans son texte, les historiens sont accusés d’avoir déconstruit la mémoire nationale par leurs travaux de réécriture. Il distingue donc l’histoire telle qu’envisagée pour ce projet, qui n’est pas celle des historiens, et celle des historiens qui ne signifie rien :

  • 32 . Claude Imbert, Éditorial, Le Point, jeudi 28 mai 2009, n°1915, p. 3.

Le projet a, c’est vrai, je ne sais quoi de romantique. Il y flotte la nostalgie populaire du passé. Et le charme déclinant des Parques de l’imaginaire national dont les fils énigmatiques tissent la Patrie, la Nation. Or les doctes, là-dessus, n’ont pas le fin mot. Car il est une histoire, celle de la mémoire collective, qui n’appartient pas aux historiens32

23On retrouve ici le mythe d’une transmission (familiale ?) qui, en dehors des cadres de l’Instruction publique, serait plus à même d’assurer la pérennité de la patrie et de la nation :

L’Histoire, c’est entendu, n’y sera plus ce qu’elle était. Jadis on croyait à l’Histoire comme aux Évangiles. On la voyait tragique, rythmée par les massacres. On savait que le glaive a fait la France, ses armes plus que ses lois et Richelieu autant que Molière. On glissait sur les périodes heureuses qui font les pages blanches de l’Histoire. La France ainsi dessinée n’est plus qu’un souvenir d’enfance…Le désenchantement de cette Histoire-là vient de loin. L’école des Annales a fait brillamment déferler, avec l’économique et le social, un déluge de nouvelles vérités sur le folklore d’Épinal. Elle expédia au bric-à-brac les armures et les perruques, les canons et les pourpoints… 

24On retrouve ici deux axes principaux du discours conservateur : une perception mythifiée de la période pré-révolutionnaire et la place de la notion de foi. Il est à nouveau reproché à la science historique d’avoir remis en cause ces « croyances », mais aussi de céder à l’idéologie : « Nos savants historiens, tous férus du doute méthodique, n’ont pas eux-mêmes échappé aux visions de l’imaginaire idéologique. Celui de la vulgate républicaine, de son culte du progrès, de sa dévotion révolutionnaire. » Le grand tort de l’Éducation nationale est au final pour Imbert d’avoir perdu le sens de la chronologie dans l’enseignement de l’histoire. On retrouve bien là aussi les constructions du discours de droite étudiées pour le XIXe siècle. Pour asseoir la nation, il faut montrer sa permanence et la continuité du récit historique.

3.2. Dans la famille people

25Mais les éditoriaux ne sont qu’un pan minoritaire du discours de la presse magazine, qui transmet par ses reportages des portraits des familles du XXIe siècle. Pour la semaine de la fête des mères, et sans qu’il y soit explicitement fait référence, Le Figaro magazine nous présente ainsi une « Rencontre à l’Élysée » :

  • 33 . Le Figaro magazine, 29 mai 2009.

C’est le dialogue entre deux femmes engagées. Bernadette Chirac et Carla Bruni-Sarkozy mettent leur temps et leur énergie au service d’associations caritatives. Et elles n’ont pas attendu d’être femmes de Président pour s’y engager à corps perdu. Des blessures ou des drames intimes les avaient conduites sur cette voie33

26Il s’agit donc de chercher dans l’histoire familiale des deux femmes l’origine de leur mobilisation pour des œuvres caritatives. La famille est bien la cellule de base qui justifie, conditionne et explique une insertion dans le groupe plus étendu de la société. L’article veut permettre aux lectrices de s’identifier aux deux héroïnes qu’il lui présente et leur pose donc des questions sur leur emploi du temps : « Ces activités humanitaires vous laissent-elles le temps pour faire autre chose ? » Pourtant, ni l’une ni l’autre n’ont en ce domaine les préoccupations de la plupart des salariées, et leurs réponses relèvent plutôt des rôles sociaux traditionnels des femmes de l’aristocratie. Elles y soulignent toutefois l’importance de la « vie de famille » :

Bernadette Chirac – Comme toutes les femmes depuis toujours je tente de concilier ma vie de famille, mes activités, mes obligations. Certes, mon emploi du temps est bien rempli, car, comme vous le savez, je suis une élue d’un canton rural de Corrèze, et, depuis deux ans, à la demande de mon amie Claude Pompidou, je préside la fondation qu’elle avait créée et qui porte son nom (…).

Carla Bruni-Sarkozy – Moi, mon petit canton, comme dit madame Chirac, c’est la musique. Toutes les femmes d’aujourd’hui doivent jongler entre plusieurs activités, gérer horaires, transports, garde des enfants, etc. Je suis moi dans une position extrêmement favorisée, je n’ai fait qu’un sacrifice, ne pas partir en tournée, mais qu’importe, je recommencerai quand mon mari ne sera plus président. 

27Les enfants ne sont pas évoqués dans le texte de l’article, mais une légende de photo indique : « Dans une des allées ombragées du parc. C’est ici qu’Aurélien, le fils de Carla, et Louis, celui de Nicolas, aiment se retrouver le soir. Ils jouent à se faire peur avec leurs lampes électriques. » On voit ici apparaître la nouvelle image de la famille introduite à l’Élysée depuis 2007, celle d’une famille recomposée. Après s’être présenté avec ses enfants et ceux de Cécilia lors de sa prise de fonction, le président de la République met en scène les liens entre le fils de sa nouvelle épouse et le jeune Louis.

3.3. La reconquête de la famille

  • 34 . Valeurs actuelles, jeudi 28 mai 2009, n° 3783.

28Magazine engagé, au tirage bien inférieur à ceux des deux autres titres étudiés, Valeurs actuelles développe un discours plus offensif et montre par exemple comment la famille veut être au cœur de la reconquête idéologique menée par la droite en 2009 : « Travail dominical, politique familiale, place des religions, fin de vie… Valeurs actuelles vous révèle le plan de bataille de l’UMP34. » L’article commence par reprendre une interview de Jean-François Copé à La Croix en décembre 2008 où il évoque cette offensive, et le fait que la droite revienne sur des thématiques où elle a eu des « inhibitions » : « je pense à la vie personnelle, intime, familiale… » Le magazine présente le rapport qui vient d’être remis : « c’est une réflexion de fond, d’une évidente qualité, où il est question de « valeurs » et même de « soubassements idéologiques ». Les débats sont lancés à droite. Valeurs actuelles y contribuera aussi activement. »

29Dans les extraits du rapport présentés ici, le traitement des questions de société, et en particulier au tour de la famille occupe une large place. Le texte souligne que la droite est souvent à la remorque des idées de gauche, dont elle reprend les suggestions en les « adoucissant », ce qui donne l’impression d’un sens de l’histoire après lequel courraient les hommes de droite (l’exemple du mariage gay est donné). Le fait de reprendre cette dialectique (force de progrès à gauche) est dénoncé comme une erreur politique et intellectuelle. Le texte encourage donc la droite à reprendre la main pour ne pas paraître « dépassée ». Pour cela : « Il faut briser quelques tabous et proposer des initiatives crédibles et audacieuses, fidèles à nos valeurs mais ouvertes et innovantes. » La reprise en main consiste, sur les questions de famille, à quitter le théorique pour revenir aux problèmes du quotidien :

Pour reprendre la main, fixons nous mêmes l’agenda sur les questions de société, en partant des problèmes que vivent la majorité des Français au quotidien et avançons ensuite nos propres propositions.

Par exemple, sur les questions de famille, le cœur du débat politique porte aujourd’hui souvent sur des questions symboliques qui ne correspondent pas aux attentes majoritaires de l’opinion, ni aux enjeux les plus préoccupants pour notre pays. N’ayons pas peur d’affirmer clairement nos valeurs mais ne nous laissons pas enfermer dans des débats réducteurs.

La modernité c’est d’abord d’apporter des réponses aux principaux problèmes qui touchent toutes les familles, concrètement. Au premier rang de ces problèmes, par exemple :

- les difficultés dans l’éducation des enfants (quelle que soit la structure familiale) ;

- l’instabilité des couples qui a un impact fort dans la vie des différentes personés concernées mais aussi au niveau de la société (taux de pauvreté des familles monoparentales : 19,8 % contre 7,1 % sur l’ensemble des Français – taux qui monte à 46,2 % pour une mère inactive avec enfants ; problèmes de logement…)

Voilà deux sujets sur lesquels notre famille politique peut apporter des réponses en posant des questions sans tabous :

- que faire pour aider les familles à mieux prendre en charge leur mission de transmission ou d’éducation ?

- que faire pour prévenir l’instabilité dans les familles et apporter un appui aux couples en difficulté qui le souhaitent (sensibilisation en amont, médiation familiale…) ?

Ces champs sont très peu explorés par les partis politiques alors qu’ils répondent à une attente prioritaire des Français, qui sont très attachés à la « famille », quelles que soient ses évolutions récentes.

30On peut penser que les « questions symboliques » qui n’intéressaient qu’une minorité des Français sont justement celles de l’homoparentalité et de l’ouverture du mariage aux couples de même sexe. Ces questions sont alors présentes dans le débat public du fait des projets de Nadine Morano pour donner un statut aux beaux-parents, car ce statut pose la question de la place du « parent social » dans les familles homoparentales. Refusant un questionnement jugé idéologique (terme péjoratif), il s’agit pour l’UMP, comme au temps de la politique familialiste de l’entre-deux-guerres, de valoriser le statut de la mère de famille. La cellule familiale est, quant à elle, réinvestie de ses missions de « transmission » des valeurs. Dans le même numéro, Valeurs actuelles nous propose un reportage sur une famille aux activités modernes (elle fait le tour du monde) mais à la composition bien traditionnelle. La rubrique « Tendances » s’ouvre sur un article de trois pages (long) « Sur les routes du Nouveau Monde » sur-titré : « Évasion. Sept enfants en camping-car ». On suit donc les aventures d’une famille de neuf personnes originaire de Dijon qui, après l’Atlantique en voilier, découvre le continent américain en camping-car. L’article est rédigé par les parents qui se félicitent de ce que leurs « chères petites têtes blondes » leur permettent de passer facilement les frontières en amadouant les fonctionnaires.

3.4. Quand la famille fait vendre

31Les annonces commerciales occupent une grande partie de la surface rédactionnelle des magazines. Il faut, pour finir, attirer l’attention sur les images de la famille qu’elles transmettent car elles font pleinement partie des normes et valeurs véhiculées par cette presse, même si elles ne sont pas spécifiques aux titres étudiés. La publicité utilise le plus souvent la famille pour créer un cadre rassurant pour présenter ses produits. Elle est aussi l’image de la perpétuation des traditions, comme ici la réclame pour les « Sablés des prés » de Bonne Maman. L’image représente deux enfants dans une maison de campagne de carte postale aux boiseries roses. La petite fille aux boucles blondes regarde avec envie l’assiette de petits gâteaux posés à côté des deux tasses et de la cafetière en porcelaine blanche.

32Dans Le Point, comme dans Le Figaro magazine, Toyota nous présente une famille plus moderne pour donner une image dynamique (et écologique) de son nouveau véhicule tout terrain. Il s’agit du Toyota RAV 4 « sans malus écologique », « Le 4x4 de ceux qui ne voulaient pas de 4x4 ». Il est présenté avec photo d’une femme enceinte portant une petite fille dans ses bras, une autre est derrière elle. Dans la période étudiée, on trouve aussi une campagne de la Fondation de France proclamant : « Mon argent, je le donne à ce que j’ai de plus cher : mes trois enfants et des dizaines d’inconnus. » Suivant le même mécanisme que celui observé dans l’interview croisé de Bernadette Chirac et Carla Bruni-Sarkozy, la famille est présentée comme la cellule sociale de base ouvrant l’individu à une solidarité élargie. Cela reprend la conception conservatrice étudiée pour le XIXe siècle.

33Ainsi, valeur fondatrice pour l’ensemble des droites française, la famille a souvent été au cœur des débats politiques depuis la Révolution. Au tournant des XIXe et XXe siècle, la politique familialiste fait l’unanimité. Le régime de Vichy la reprend pour servir de ferment à l’unité nationale. La Quatrième République en reprend les axes principaux, mais les bouleversements des années 1970 remettent en question la place de l’institution familiale. Or, c’est la droite qui orchestre les grandes évolutions législatives de l’après Mai 68. Ce n’est donc que tout récemment qu’elle tente à nouveau d’utiliser cette thématique pour se démarquer de la gauche. La famille est aujourd’hui un thème sur lequel la droite est en reconquête, comme sur les questions sociales en général. On peut donc dire que c’est plutôt une valeur en hausse, même si elle témoigne bien de la diversité et des difficultés de la droite d’aujourd’hui. Mais la famille, c’est aussi ce qui reste à la droite quand elle ne sait plus comment s’en sortir par ailleurs, sur le plan politique ou économique. Comme ce fut le cas pendant l’Occupation.

Haut de page

Bibliographie

Capuano Christophe (2009), Vichy et la famille, Rennes : PUR

Delporte Christian, Jean-Yves Mollier, et Jean-François Sirinelli (dir.) (2010), Dictionnaire d’histoire culturelle de la France contemporaine, Paris : PUF

Gervereau Laurent et Peschanski Denis (1990), La Propagande sous Vichy 1940-1944, Nanterre : BDIC

Jennings Eric (2002), « Discours corporatiste, propagande nataliste, et contrôle social sous Vichy », in Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 49, p. 101-131.

Lantenois Annick (1990), « La propagande sous Vichy », in Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 28, p. 115-118

Pisier Evelyne (dir.) (2004), Histoire des idées politiques, Paris : PUF

Sirinelli Jean-François (dir.) (2006), Histoire des droites en France, tome 3, « Sensibilités », Paris : Gallimard

Haut de page

Notes

1 . Jacques Dupâquier et Antoinette Fauve-Chamoux, « La famille », Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire des droites en France, tome 3 « Sensibilités », Paris, Gallimard, coll. « Tel », 2006, p. 15-48.

2 . Jacques Dupâquier et Antoinette Fauve-Chamoux, « La famille », chap. cit.

3 . En 1939, tous les partis se rallient au Code de la famille.

4 . Evelyne Pisier (dir.), Histoire des idées politiques, Paris, PUF, 2004, 596 p.

5 . Cité par Jacques Dupâquier et Antoinette Fauve-Chamoux, « La famille », chap. cit., p. 35.

6 . Jacques Dupâquier et Antoinette Fauve-Chamoux, « La famille », chap. cit., p. 18.

7 . Alphonse de Lamartine, Le Conseiller du peuple, Livre IV, chapitre XXVII, p. 248-249, cité par Jacques Dupâquier et Antoinette Fauve-Chamoux, « La famille », chap. cit., p. 36.

8 . Antoine Prost, « Histoire de la politique familiale en France depuis 1938 », Le Mouvement social, n°129, octobre-décembre 1984, p. 7-28.

9 . Auguste Isaac, animateur du Mouvement familial, La Réforme sociale, juin 1908, cité par Jacques Dupâquier et Antoinette Fauve-Chamoux, « La famille », chap. cit., p. 38.

10 . Sur ces questions, voir les travaux de Virginie de Luca, en particulier « Reconquérir la France à l’idée familiale. La propagande nataliste et familiale à l’école et dans les casernes (1920-1939) », Population, 2005/1-2, Volume 60, p. 13-38.

11 . L’Alliance milite alors pour des mesures législatives en faveur des familles nombreuses. Voir Françoise Thébaud, « Le mouvement nataliste dans la France de l’entre-deux-guerres : l’Alliance nationale pour l’accroissement de la population française », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n°32, 1985, p. 276-301.

12 . Robert Paxton estime toutefois que c’est dans la politique familiale que Vichy s’est le moins démarqué du régime précédent. Voir Robert Paxton, La France de Vichy, Paris, Le Seuil, 1973, p. 166.

13 . Dans son discours du 9 juillet 1941, cité par Christophe Capuano, Vichy et la famille. Réalités et faux-semblants d’une politique publique, Rennes, PUR, 2009, 354 p., p. 13.

14 . Annick Lantenois « La propagande sous Vichy », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, n°28, octobre-décembre 1990, p. 115-118.

15 . Voir Jérôme Cotillon, « Jeunesses maréchaliste et collaborationniste dans la France de Vichy », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n°74, avril-juin 2004, p. 29-36.

16 . Rémi Dalisson, « La propagande festive de Vichy. Mythes fondateurs, relecture nationaliste et contestation en France de 1940 à 1944 », Guerres mondiales et conflits contemporains, 2002/3, n° 207, p. 5-35.

17 . Rémi Dalisson, art. cit.

18 . Cité par Rémi Dalisson, art. cit..

19 . On peut se demander si cette mobilisation populaire n’est pas une forme alternative de mobilisation alors que les mobilisations militaires sont interdites par l’occupation. Sur les formes de cette mobilisation voir Laurent Gervereau et Denis Peschanski, La Propagande sous Vichy 1940-1944, Nanterre, BDIC, 1990, 228p.

20 . Cette brochure est publiée par l’Association du mariage chrétien et les éditions familiales de France, et conservée sous la cote 8- R PIECE- 22830.

21 . Paul-André Rosental, « Préface », Christophe Capuano, Vichy et la famille, op. cit., p. 12.

22 . Éric Jennings, « Discours corporatiste, propagande nataliste, et contrôle social sous Vichy », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2002/4, no49-4, p. 101-131.

23 . Eric Jennings, art. cit.

24 . C’est par exemple ce que recommande le préfet de Bordeaux dans sa circulaire de 1942, citée par Eric Jennings, art. cit..

25 . Circulaire du ministre de l’Éducation nationale du 16 novembre 1944 aux recteurs et aux inspecteurs d’académie, citée par Virginie de Luca, art. cit. Sur ces continuités, voir également Paul-André Rosental, L’Intelligence démographique. Sciences et politiques des populations en France (1930-1960), Paris, Odile Jacob, 368 p.

26 . Jacques Dupâquier et Antoinette Fauve-Chamoux, « La famille », chap. cit., p. 22.

27 . Sur l’histoire de la presse magazine et son importance dans la culture de masse contemporaine, voir notre synthèse « Presse magazine », Christian Delporte, Jean-Yves Mollier et Jean-François Sirinelli (dir.), Dictionnaire d’histoire culturelle de la France contemporaine, Paris, PUF, 2010.

28 . Véronique Odul, « Le Point et ses lecteurs : une affaire de fidélité », Le Temps des médias, n°3, 2004, p. 74-82.

29 . Voir François Quinton, « Le Figaro magazine entre droite et Nouvelle droite (octobre 1978-juillet 1979) », mémoire de l’IEP de Rennes sous la direction de Gilles Richard, 2005.

30 . C’est essentiellement pour eux que l’offre de magazines se diversifie ensuite avec la naissance de Madame Figaro en 1980. Voir Claire Blandin, « Madame Figaro, un projet politique et commercial, Claire Blandin et Hélène Eck (dir.), La Presse féminine (XIXe-XXe siècles), éditions Panthéon-Assas, 2010, 150 p.

31 . Le choix s’est porté sur l’année 2009 car les numéros de 2010 ne sont pas encore disponibles à la Bibliothèque nationale.

32 . Claude Imbert, Éditorial, Le Point, jeudi 28 mai 2009, n°1915, p. 3.

33 . Le Figaro magazine, 29 mai 2009.

34 . Valeurs actuelles, jeudi 28 mai 2009, n° 3783.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Blandin, « La famille, valeur de droite ? », Semen, 30 | 2011, 71-86.

Référence électronique

Claire Blandin, « La famille, valeur de droite ? », Semen [En ligne], 30 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2011, consulté le 27 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/semen/8972 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.8972

Haut de page

Auteur

Claire Blandin

Historienne, Centre d’histoire de Sciences Po,et Céditec,Université Paris 12-Val De Marne

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search