Navigation – Plan du site

« Où en est “la démocratie” ? » ou Le fonctionnement idéologique d’une formule déférente

Françoise Dufour
p. 107-125

Résumés

La démocratie est une formule déférente à un ensemble d’autorités discursives constituantes occidentales qui accréditent l’existence de la notion. L’idéologie partagée d’une progression vers un « état social » sur le modèle de l’exemple originel est inscrite dans le prédicat notionnel sous-jacent à la forme linguistique dont les propriétés constituantes de liberté et d’égalité sont aux fondements des droits de l’Homme. La forme linguistique et à travers elle son prédicat notionnel fonctionne comme un point de repère énonciatif qui organise une mise en ordre des places discursives et sociales. Son actualisation a une dimension d’acte normatif et prescriptif. Ses fondements philosophiques sont le support d’enjeux de pouvoirs : polémique à l’intérieur et influence politico-idéologique à l’extérieur. Cette pratique discursive est une forme linguistique de matérialisation d’un impensé collectif qui se manifeste dans des effets d’interdiscours à l’insu des locuteurs qui en font usage.

Haut de page

Texte intégral

1À l’occasion du 50e anniversaire des indépendances africaines, une chaîne de radio publique a choisi d’interroger l’état d’avancement de « la démocratie en Afrique » :

  • 1  Émission quotidienne Et pourtant elle tourne diffusée de 18h à 19h.

(e.1) Où en est la démocratie en Afrique, 50 ans après les indépendances africaines ? (France Inter, 10 mai 20101).

2La possibilité de l’existence d’une telle question a alerté ma sagacité d’analyste du discours. Elle prenait pour acquis « la démocratie » comme valeur universelle et le droit de regard sur son observance de par le monde comme légitime. C’est à partir du constat de cette double évidence que j’interrogerai le fonctionnement idéologique de la notion de démocratie en mobilisant les deux catégories identifiées par Louis Althusser (1976 : 98-99) qui différencie les idéologies « qui ont une histoire » de l’idéologie « en général » qui « n’a pas d’histoire » :

3i) Dans l’e.1, la question porte sur l’avancée de quelque chose de déjà connu des auditeurs et dénommé « la démocratie » sans pour autant que la notion ne soit ni définie ni questionnée : elle va de soi, elle « fonctionne à l’idéologie » selon l’expression d’Althusser (ibid. : 84). Ce qui relève de l’idéologie « en général » s’exerce dans des fonctions de reconnaissance et de méconnaissance (ibid. 122) : « la démocratie » est posée comme une évidence pour les auditeurs de la chaîne publique française.

4ii) La légitimité de la question d’une communauté discursive francophone sur l’avancée de « la démocratie en Afrique » suggère que la démocratie est également une idéologie, c’est-à-dire un système d’idées qui défend une vision du monde s’opposant à d’autres systèmes.

5Mon propos n’est pas de définir ni de discuter la notion de démocratie dans ces aspects sociopolitiques mais, en appui sur les travaux en sciences sociales, de questionner la potentielle charge idéologique de la représentation discursive de la notion en analysant des faits linguistiques récurrents dans différents usages discursifs (discours institutionnels, presse, blogs).

1. « La démocratie » : un discours normatif

  • 2  À la suite d’Antoine Culioli, je privilégie le terme de notion plutôt que celui de concept que je (...)

6La démocratie est ce qu’on appelle communément une notion2 sociopolitique. Qu’entend-on par notion, au sens courant du terme ? Sylvain Auroux, dans son dictionnaire des Notions philosophiques, définit la notion comme un « empaquetage » informationnel qui structure un univers culturel dans lequel « l’information et les connaissances sont stockées et manipulées par “paquets” » (Auroux 1990 : XI). La forme lexicale empaquette des contenus issus de la sédimentation des praxis socioculturelles qui, au fil des usages, se sont capitalisées dans le nom qui désigne la notion. Un terme-notion tel que démocratie est un « discours miniaturisé » qui condense une « pluralité de microdiscours » (Rémi-Giraud 2003 : 126) auxquels nous n’avons que partiellement accès lors de l’actualisation du terme linguistique qui représente la notion. Seuls les différents usages discursifs et parmi eux, ceux que les lexicographes répertorient dans les dictionnaires, permettent une reconstitution virtuelle du fonds de connaissance partagé par une communauté discursive.

7On peut identifier deux grands usages du terme-notion, différenciés par le déterminant qui actualise la forme en discours : la démocratie et une démocratie comme l’illustre l’e.2 :

  • 3  7 janvier 2009, S. Plasse, Afrik.com

(e.2) Comment le Ghana est-il devenu une démocratie exemplaire ? Le candidat de l’opposition, John Atta-Mils, est le nouveau président du pays. […] Un succès pour lui et la démocratie au Ghana, un exemple pour les autres États africains. […] Le nouveau président ghanéen, John Atta-Mils, a pris ses fonctions, mercredi, à Accra. C’est la deuxième fois, en dix ans, qu’un chef d’État élu au Ghana transmettra le pouvoir à l’opposition à l’issue d’un scrutin (Plasse 20093).

A. La démocratie :

8On distingue à nouveau deux usages : i) un mode de faire du gouvernement ; ii) un mode d’être social induit par i).

9En i) « Régime politique, système de gouvernement dans lequel le pouvoir est exercé par le peuple, par l’ensemble des citoyens » (TLFI). Le terme désigne une pratique de gouvernement par le peuple, une manière de régir ou de gouverner la cité (polis) qui, par extension, s’emploie pour désigner la doctrine politique correspondante.

  • 4  Le « programme de sens » (Lafont 1989) est un schème de sens capitalisé en mémoire lexicale qui se (...)

10Le programme de sens4 est actualisé en e.3 :

  • 5  Fortin 2007, « Le pouvoir du peuple », alterinfo.net, décembre.

(e.3) En démocratie, c’est le peuple qui décide. Il a le pouvoir de décider de ses dirigeants, des régimes politiques qu’il souhaite, des constitutions qu’il veut. Il est souverain et, en tout temps, il peut décider démocratiquement d’un changement de régime politique, économique et social. Il est le seul habilité à le faire (Fortin 20075).

11En ii) Par extension, c’est un « mode d’existence collective, où les mêmes avantages sont accordés à tous » ; « mode de vie où s’exerce la responsabilité collective » (TLFI).

  • 6  « À mesure cependant qu’il se découvre des routes nouvelles pour parvenir au pouvoir, on voit bais (...)

12C’est un mode d’être du corps social, un « état social » (Tocqueville 1830 : 50) qui se concrétise dans la possibilité pour tous d’accéder à tous les statuts et les classes sociales, sans privilège de naissance6, ce que l’auteur de De la démocratie en Amérique avait nommé « l’égalité des conditions » (1830 : 34). Dans cet usage, la démocratie est un « terme d’indistinction » (Rancière 2005 : 102).

B. Une démocratie :

13Par métonymie de l’usage A, c’est « un État, pays vivant sous le régime politique de la démocratie » (TLFI). On parle alors non plus de « la » démocratie, mais d’« une » démocratie qui renvoie à une occurrence de démocratie incarnée dans une entité géopolitique, une représentation empirique des modes d’agir et d’être de la démocratie dont le caractère d’exemplarité est exhibé (e.2, 11, 33) ou les travers dénoncés (e.35).

14Et par extension, le terme désigne un « Parti s’inspirant des principes de la démocratie politique. Groupe de personnes dont l’organisation présente des caractéristiques identiques à celles du régime politique du même nom ».

15Dans une approche énonciative, le terme-notion est la représentation linguistique d’une « notion » entendue comme un « prédicat notionnel » ou « schéma prédicatif » d’ordre prédiscursif (relevant de la cognition et de la mémoire interdiscursive) et donc sous-jacent à sa représentation linguistique :

La notion correspond à un schéma prédicatif en attente d’une instance d’une occurrence-de-P. On peut la désigner par l’expression “avoir la propriété P” (Culioli 1999 : 10).

16En discours, le terme-notion n’est pas défini préalablement à son actualisation mais certains marqueurs cotextuels permettent de répertorier des propriétés définitoires de la notion : dans l’e.1, c’est l’événement des « indépendances africaines » qui a signé l’existence des états au moment de la décolonisation ; dans l’e.2, c’est l’avènement de l’alternance politique dans l’élection présidentielle : « transmettre le pouvoir à l’opposition à l’issue d’un scrutin » qui permet de désigner le Ghana comme un exemple de démocratie ; dans l’e.3, c’est le pouvoir de décision du peuple, la souveraineté.

17Les contours de la notion sont mouvants au gré des nécessités argumentatives et du contexte d’énonciation et bien que certains groupes politiques s’approprient l’adjectif démocrate, le terme peut servir des visions du monde opposées défendues par des camps adverses :

Comme l’a bien souligné George Orwell, elle permet en effet à des visions concurrentes du monde de s’en prétendre chacune la fidèle servante, nul ne se trouvant privé de faire usage du mot démocratie en raison de ses définitions variables (Rosanvallon 2000 : 10).

18Dans les questions au gouvernement de la 11e Législature (1997-2002), Anne-Laure Nicot avait relevé la variation de signification du terme selon les contextes doctrinaux :

Le contenu sémantique donné par les députés aux mots démocratie et démocratique diffère d’une intervention à l’autre, d’un député à l’autre, d’un groupe à l’autre, d’un camp à l’autre (Nicot 2007 : 16).

19Seuls les énonciateurs institutionnels s’attachent à définir la notion en listant, bien qu’en termes très généraux, les principes et valeurs de la démocratie dans une visée normative et prescriptive :

(e.4) La liberté, le respect des droits de l’homme et le principe de la tenue d’élections honnêtes et périodiques au suffrage universel sont des valeurs qui constituent des éléments essentiels de la démocratie (ONU7).

(e.5) La démocratie est une valeur universelle, qui émane de la volonté librement exprimée des peuples de définir leur propre système politique, économique, social et culturel et qui repose sur leur pleine participation à tous les aspects de leur existence (ONU 20058).

  • 9  « Déclaration universelle sur la démocratie », adoptée le 16 septembre 1997 au Caire par le consei (...)

(e.6) La démocratie est un idéal universellement reconnu et un objectif fondé sur des valeurs communes à tous les peuples qui composent la communauté mondiale, indépendamment des différences culturelles, politiques, sociales et économiques. Elle est donc un droit fondamental du citoyen, qui doit être exercé dans des conditions de liberté, d’égalité, de transparence et de responsabilité, dans le respect de la pluralité des opinions et dans l’intérêt commun (Union interparlementaire 19979).

20De son côté, l’Economist Intelligence Unit rattaché à l’hebdomadaire britannique The Economist a établi un classement des démocraties dans le monde à partir de cinq critères :

  • 10  « Index of Democracy 2008 ».

(e.7) un processus électoral et le pluralisme, c’est-à-dire des élections au suffrage universel ouvertes à différents partis ; des libertés civiles ; le mode de fonctionnement du gouvernement (transparence et efficience) ; la participation significative aux élections ; une culture politique de soutien à la démocratie (EIU 200810).

21Dans les discours de cadrage de la notion de démocratie (e. 4 à 7), les différentes formes associées dans le cotexte discursif permettent de regrouper les propriétés notionnelles sous deux grandes valeurs : la liberté et l’égalité. Dans les e.9 et 32, chacune des notions concurrentes auxquelles les locuteurs opposent la démocratie s’en distingue par l’absence de l’une ou l’autre de ces deux valeurs. Qu’elles soient inscrites dans le droit ou dans les institutions ou au contraire incarnées dans des pratiques, ces valeurs philosophiques posées comme des exigences sont aux fondements des droits de l’Homme : « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits » (article 1er). Les occurrences démocratie et droits de l’Homme sont souvent en régime de cotextualité :

  • 11  ONU, 2005, Résolution 60/1, Document final du Sommet mondial de 2005, article 119, 25 octobre, 22 (...)

(e.8) Nous renouvelons notre engagement à défendre et promouvoir activement tous les droits de l’Homme, l’état de droit et la démocratie dont nous savons qu’ils sont interdépendants, se renforcent mutuellement et font partie des valeurs et principes fondamentaux, universels et indivisibles de l’Organisation des Nations Unies de promouvoir les droits de l’homme et les libertés fondamentales conformément à leurs mandats respectifs (ONU, 200511 : 30).

  • 12  Nancy 2009 : 77.

22Si le sens de la notion reste flottant, l’existence de discours normatifs et prescriptifs, la recherche de critères objectifs valables de par le monde, son appropriation par des groupes politiques adverses, consacrent la vocation d’universalité de la notion (mentionnée dans les e.6, 7, 8 et 13). En conséquence, la notion de démocratie, « à force de représenter le tout de la politique vertueuse et l’unique façon d’assurer le bien commun »12, comme d’autres notions discursives bien pensantes telles que celle d’aide humanitaire, « est, presque par essence, empreinte de qualités indiscutables, voire inattaquables » (Morin et Sourd 2007 : 23). C’est un « discours sans opposants » (Juhem 2001 : 10) :

  • 13  Masse M., 2002, « La démocratie contre la liberté », Le québécois libre 115, Montréal, http://www. (...)

(e.9) Le concept de démocratie a une connotation positive pour presque tout le monde. Il s’oppose à tyrannie, oligarchie, monarchie, hiérarchie, totalitarisme (Masse 200213).

Et de ce fait, la démocratie est revendiquée :

  • 14  De la démocratie en France, Bruxelles, Kiessling et cie.

(e.10) Un fait me frappe et m’inquiète beaucoup : c’est l’ardeur que la République a mise à se nommer expressément et officiellement démocratique (Guizot 1849 : 3614).

(e.11) À 64 ans, l’ancien leader du parti de l’opposition (le Congrès national démocratique), peut se vanter d’être à la tête d’une nation érigée en modèle de démocratie pour l’Afrique (Plasse 2009).

Alors qu’on peut plus difficilement se prévaloir des autres notions, comme le relevait Jean-Pierre Faye, « l’état qu’a fondé le parti bolchévik ne s’est nommé à aucun moment “totalitaire” » (Faye 1972 : 131).

2. Une formule déférente qui fait consensus

23L’absence de définition du terme lors de la première actualisation permet d’inférer qu’il est reconnu de tous :

(e.12) La crise économique menace la démocratie (Jeune Afrique, 11/05/2009).

  • 15  Intitulé et préambule de la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance, (...)

(e.13) Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance. […] Résolus à promouvoir les valeurs universelles et les principes de la démocratie, la bonne gouvernance, les droits de l’Homme et le droit au développement (Union africaine 200715 : 2).

(e.14) L’Afrique du 21e siècle est-elle prête pour la démocratie ? […] En Afrique subsaharienne, la remise en cause des régimes en place a eu lieu dans un contexte de profonde crise économique et sociale, où les administrations subissaient de plein fouet les affres des ajustements structurels. Le difficile enracinement de la démocratie en Afrique au cours des années 1990 n’est donc pas plus mystérieux que l’épisode de stagnation économique qu’ont connu les économies du sous-continent à la fin du 20e siècle (Ray 201016).

  • 17  « Un ensemble de formulations qui, du fait de leurs emplois à un moment donné et dans un espace pu (...)

24L’actualisation discursive par le déterminant défini « la » fait « évidence », c’est-à-dire « moyen de justification » d’une preuve d’existence sans pour autant que la source du savoir ne soit indiquée ni qu’elle puisse être inférée (Dendale et Tasmowski 1994 : 3-7). Ce fait linguistique témoigne de l’existence d’une construction antérieure au temps de l’énonciation. L’actualisation nominale est une prédication de réalité (Benveniste 1966 : 154) et de dénomination : le nom prédique que la « réalité » existe et qu’elle a été associée à une dénomination par un lien référentiel durable (Kleiber 1984 : 79-80). Pourtant, les dénominations de notions sociopolitiques sont des noms dits abstraits ou syncatégorèmesqui, ne disposant pas d’autonomie référentielle, ont une « intension médiate » (Wilmet 1996 : 71), contrairement aux catégorèmes (dits noms concrets) qui apportent la référence avec eux et ont par conséquent une « extension immédiate » (ibid.). Le syncatégorème démocratie ne désigne pas un objet de la réalité sensible mais une « articulation du sens social » (Lafont 1978 : 209) considérée comme validée antérieurement par la communauté discursive et que les pratiques discursives ont figé en formule17. En l’actualisant, le locuteur n’effectue pas une référence à une catégorie déterminée mais il fait « déférence » (Kaufmann 2006) à un sens social autorisé qui accrédite le prédicat d’existence de la notion :

Le mode déférentiel de cette validation indique que l’usager ordinaire renonce à sa propre capacité de jugement, fondée notamment sur l’expérience et la perception, pour s’en remettre au jugement d’existence certifié par la collectivité et/ou ses représentants (Kaufmann 2006 : 100).

  • 18  L’homme politique et historien athénien Thucydide reprend l’oraison funèbre de Périclès en l’honne (...)

25La voix collective qui donne crédit à la notion de démocratie à travers son nom se fonde en première instance sur le récit mythique des origines grecques qui fonctionne comme un discours « constituant » (Maingueneau 1999 : 45), parce que les textes grecs, notamment le discours de Périclès repris par Thucydide18, témoignent de l’acte de baptême de la notion :

(e.15) Notre constitution politique n’a rien à envier aux lois qui régissent nos voisins ; loin d’imiter les autres, nous donnons l’exemple à suivre. Du fait que l’État, chez nous, est administré dans l’intérêt de la masse et non d’une minorité, notre régime a pris le nom de démocratie. Pour les affaires privées, tous sont égaux devant la loi ; mais la considération ne s’accorde qu’à ceux qui se distinguent par quelque talent. C’est le mérite personnel, bien plus que les distinctions sociales, qui fraye la voie des honneurs. Aucun citoyen capable de servir la patrie n’en est empêché par l’indigence ou par l’obscurité de sa condition » (Thucydide, livre 37).

  • 19  La déférence à la Révolution américaine est également relayée par Tocqueville et par Guizot : « Le (...)

26Le régime politique de l’agora athénienne baptisé démocratie, posé en « exemple à suivre » pour les « voisins », est consacré par la postérité comme la représentation typique de la démocratie et on reconnaît dans « l’égalité des conditions » tocquevillienne l’interdiscours avec le texte grec. À partir de cette représentation typique, des exemplaires modernes, notamment les Révolutions française et américaine19, ont prolongé la chaîne déférentielle occidentale (relayée ici comme là et y compris dans les contre-discours comme en e.17) :

(e.16) La démocratie est apparue en divers lieux, à différentes époques et sous différentes formes. Bien avant la Révolution française de 1789, il y a deux mille six cents ans, Athènes inventait la démocratie (Assemblée nationale, « Pourquoi la démocratie ? »).

(e.17) Si la Révolution Américaine constitue une date incontestable dans l’histoire de la démocratie et une référence significative dans la promotion de la liberté et de l’État de droit, dans la trajectoire évolutive des droits humains, il lui a fallu engager une guerre meurtrière (1861-1865) pour mettre à la raison un Sud demeuré farouchement attaché à l’esclavage. Le phénomène de l’inégalité n’avait, cependant, pas pour autant, disparu (Der Thiam 200920).

27Le discours onusien sur les Droits de l’Homme tente de se rattacher rétroactivement à cette chaîne déférentielle en raison de sa vocation « instituante » (Maingueneau 2002 : 120) :

(e.18) Bien que la Charte des Nations Unies ne mentionne pas le terme « démocratie », les premiers mots de la Charte, « Nous, peuples des Nations Unies », sont le reflet du principe fondamental de la démocratie, à savoir que la volonté des peuples est la source de la légitimité des États souverains et donc de l’ensemble des Nations Unies (ONU21).

28Dans les discours qui n’activent pas le lien de « déférence générique » (Kaufmann 2006 : 111), des traces d’impensé collectif émergent à la surface discursive qui témoignent de cette relation déférente. C’est par exemple le cas de la métaphore récurrente du procès d’enracinement de la démocratie dans d’autres cultures et chez d’autres peuples (e.14, 19 à 21) :

  • 22  Assemblée parlementaire de la francophonie, discours du vice-président Roch Marc Christian Kaboré, (...)

(e.19) Cinquante ans après les indépendances, force est de constater que la démocratie s’enracine sur le continent africain et particulièrement dans les États membres de notre assemblée et donc dans l’espace francophone de cette région » (Kaboré 201022).

  • 23  Moyiga Nduru, IPS Inter Press News Agency.

(e.20) La démocratie s’enracine dans certains pays, vacille dans d’autres. Les avancées de la démocratie en Afrique ont été débattues la semaine dernière à une conférence dans la capitale économique sud-africaine, Johannesburg (Moyiga Nduru23).

  • 24  lefaso.net

(e.21) Rapport du MAEP sur le Burkina Faso : "La démocratie s’enracine, le développement humain attend toujours" (G. Sama24).

29Le prédicat d’enracinement mobilise l’analogie biologique fréquente dans les discours économiques ou sociopolitiques car, selon Pierre Achard, « la biologie est le nœud essentiel qui conceptualise la prétention universaliste » (1977 : 205). Le procès du <prendre racine dans> est une métaphore du repiquage d’une plante dans une nouvelle terre qui rappelle l’antériorité d’une souche originelle qui a vocation à « se propager » (e.22 à 24), le procès de propagation étant un des marqueurs de « la transmission des valeurs de civilisation propres à la formation discursive depuis les Lumières » (Dufour 2010 : 207) :

(e.22) La propagation de la démocratie dans le monde compte parmi les grandes réalisations de notre époque, et ce, grâce aux élections qui rendent possible l’acte d’autodétermination envisagé dans la Charte des Nations Unies (ONU).

  • 25  Elhadj Abdoulaye Diallo, Aminata.com, Des nouvelles de la République de Guinée.

(e.23) Il est évident que la démocratie n’a pas pénétré l’esprit et le cœur de tous les dirigeants africains pour l’instauration d’une véritable démocratie et pour le respect des droits de l’Homme et des libertés fondamentales. Mais la propagation de l’idéal démocratique a fait un grand chemin depuis le sommet France-Afrique de la Baule, portant çà et là un coup fatal aux dictateurs cachés ou visibles. Ceci permet de comprendre que la démocratie est un combat constant pour lequel tous les peuples adhèrent afin de bouter hors du continent toute forme de dictature comme l’avait si heureusement recommandé le sommet France-Afrique en 1990 (Diallo25).

  • 26  « Les stratégies politiques des États du Maghreb face à la globalisation », IRG.

(e.24) La gouvernance constitue pour les bailleurs de fonds et les organisations internationales l’instrument « moderne » par excellence de la propagation démocratique dans les pays en développement. Mais, de façon paradoxale, cette notion reste une problématique interne à ces institutions » (Elle M. 200726).

30Si la notion « ne correspond […] à rien de précis ni de concret pour l’ensemble des citoyens qui la rendent possible » (Morin et Sourd 2007 : 23), son actualisation discursive produit des effets d’« interpellation » qui ont une fonction injonctive et qui sont créateurs de consensus :

L’effet rhétorique induit par le fait que le discours fait comme si “tout le monde sait bien que…” l’emporte sur l’effet “réel” de consensus ou plus exactement le crée (Achard 1989 : 799).

31L’effet de consensus se manifeste tout particulièrement dans les discours sur les progrès de la démocratie de par le monde et singulièrement dans les pays dits « du Sud », mais il ne doit pas obérer que, parallèlement, s’élèvent un certain de nombre de critiques, notamment de la part de citoyens d’États démocratiques dans lesquels se développe une « haine de la démocratie » (Rancière 2005) :

Les mêmes critiques qui dénoncent sans relâche cette Amérique démocratique d’où nous viendrait tout le mal du respect des différences, du droit des minorités et de l’affirmative action sapant notre universalisme républicain sont les premiers à applaudir quand la même Amérique entreprend de répandre sa démocratie à travers le monde par la force des armes (Rancière 2005 : 9).

  • 27  « La contre-démocratie n’est pas le contraire de la démocratie, c’est plutôt la forme de démocrati (...)

32Cette double face de la notion – la démocratie consensuelle et la « contre-démocratie27 » (Rosanvallon 2006) – ne fait qu’alimenter la construction idéologique de la notion qui se développe dans l’« espace de dissensions multiples » (Foucault 1969 : 203) qu’est une formation discursive caractérisée notamment par « des pratiques discursives qui traversent les époques et les événements, donnant lieu à un mode d’agencement d’énoncés, à des régularités de formes, à des modalités de catégorisation et de recomposition, à des contradictions spécifiques qui prennent valeur de règles (Dufour 2010 : 244) ».

3. Un point de repère énonciatif qui détermine des places

  • 28  D’autres similitudes existent avec le développement, notamment la propension à être l’objet de ref (...)

33Le mode d’agencement des énoncés est l’une de ces règles. La similitude de fonctionnement actanciel des énoncés actualisant le lexème démocratie avec celui d’autres termes-notions telle que celui de civilisation puis, depuis les indépendances, de développement28, suggère l’hypothèse que ces formules relèvent d’un même registre-maître ou en d’autres termes, qu’elles sont traversées par une même idéologie. On observe en effet que ces termes-notions sont placés dans des rôles actanciels d’agent de procès en faire de mouvement directionnel sur un axe en plus-et-moins :

(e.25) Afrique : malgré la crise au Zimbabwe, la démocratie avance (Courrier international n° 921 du 26 juin 2008).

  • 29  Mallavaës T.,Ouest-France, août.

(e.25’) Sao : le développement avance, à petits pas (Mallavaës t. , 201029).

  • 30  Despic-Popovic H., Libération, 29/06/2010.

(e.26) La démocratie progresse au Kirghizistan (Despic-Popovic 201030).

  • 31  Zarour Medang D., 2010, « Les acteurs prônent le respect de normes nationales et internationales » (...)

(e.26’) En Afrique, la démocratie régresse de plus en plus. Des foyers de tension naissent, des coups d’État se font sentir et toutes ces turbulences affaiblissent la démocratie dans le continent noir (Zarour Medang D., 201031).

  • 32  Afrik.com, 19 mai 2000.

(e.28) Au Swaziland, quand les chefs font la loi, la démocratie piétine (Afrik.com 200032).

  • 33  Ouattara,Le Pays N°4592, 12 avril 2010.

(e.28’) La province regorge également de beaucoup de potentialités notamment agricoles. Cependant, le développement piétine toujours (Ouattara 201033).

  • 34  Démocratie directe, page consacrée à la participation active des citoyens à la démocratie : http:/ (...)

(e.29) Un constat : la démocratie stagne et risque de reculer (Démocratie directe34).

(e.29’) Les mines terrestres s’attaquent à leurs victimes de diverses façons. Comme la plupart ont été posées dans les pays les plus pauvres, leurs effets dévastateurs s’aggravent à mesure que leurs victimes cherchent à rebâtir leurs vies, leurs communautés et leurs habitations pendant que le développement stagne (Affaires étrangères et commerce international Canada35).

  • 36  Lexpress.fr , publié le 09/10/2009.

(e.30) Onze pays d’Afrique où la démocratie recule (Lexpress.fr36).

  • 37  Cérémonie inaugurale de la 8ème session du Conseil des gouverneurs du Fonds international de Dével (...)

(e.30’) Après avoir stagné, le développement recule et la famine s’aggrave (Mitterrand 198437).

34D’un point de vue syntaxique, les syncatégorèmes la démocratie comme le développement (et la civilisation) préexistent à l’acte de mouvement, ils sont des thèmes sur lesquels s’exerce une prédication. Ils sont en place d’actant confirmé ou actant actif, qui représente la responsabilité d’un acte : « l’actant est devant son acte, avant lui » (Lafont 1978 : 245). Cette place confère à la notion une autonomie d’existence et d’action.

35Les progrès de la démocratie sont également réflexifs, ils ne bénéficient qu’à elle-même. Dans l’e.2, les élections qui ont permis l’alternance politique sont un succès, non pas pour la population ghanéenne, mais pour « la démocratie au Ghana », de même que dans l’e.26’, les « turbulences affaiblissent la démocratie dans le continent noir ».

36Ce mode de donation de l’action à des non-humains, ce que Pêcheux nommait « la “donnée” d’un objet pour un sujet », est une des expressions du « fonctionnement notionnel-idéologique » (1975 : 246).

37Les prédicats verbaux de mouvement dont le syncatégorème est l’agent – avancer ; reculer ; progresser ; régresser ; piétiner ; stagner – font état d’une « marche » vers plus de démocratie ou de développement dans d’autres discours :

(e.31) "La dégradation de la conjoncture économique pourrait bien mettre à mal certaines avancées [...] en termes de démocratisation et de gouvernance", note l’OCDE, selon qui "la marche vers la démocratie a récemment marqué le pas" avec les récents renversements de régime en Guinée, Guinée-Bissau et à Madagascar.

  • 38  Nafissatou Ngom Loum, Le Messager, 12 août 2009.

(e.31’) Dialogue ou pas, le Sénégal poursuit sa marche vers le développement ! (Ngom Loum, 200938 ).

  • 39  Voir Dufour 2010 : 105.
  • 40  Classe d’occurrences linguistiques qui représentent la notion qui « n’est pas matérialisable, qui (...)
  • 41  « Le mot démocratie tend à s’émanciper de tout paradigme, à s’isoler, à se poser (et s’exposer) co (...)

38La métaphore morale de la marche est un des topos de la formation discursive du progrès qui, depuis les Lumières, prône un idéal de perfectionnement non borné39 : « la perfectibilité est indéfinie » (Condorcet 1794 : 84). L’e.32 illustre cette ouverture du domaine notionnel40 de la démocratie vers un absolu41 d’« état social » (Tocqueville 1830) :

  • 42  Fitoussi J.-P., 2002, « Démocratie et mondialisation », Revue de l’OFCE (hors série), mars, 7-18.

(e.32) On ne peut en aucune manière dire qu’il [le capitalisme] a triomphé de la démocratie c’est-à-dire d’une recherche incessante de formes supérieures de contrat social. […] La démocratie n’est pas seulement un régime politique mais une valeur (Fitoussi 2002 : 742).

39La démocratie, comme représentation linguistique d’une valeur absolue qui « se construit par l’impossibilité même de fonder une valeur ultime » (Culioli 1999 : 13), a un rôle de « terme opérateur », c’est-à-dire que le prédicat notionnel qu’elle représente organise les occurrences qui sont sous sa portée énonciative et qu’elle « commande un certain nombre, fixe, de places » (Achard 1984 : 238). Son actualisation constitue le point de repère énonciatif qui détermine les places des uns et surtout celles des « autres ». En témoignent deux faits linguistiques qui présentent une récurrence discursive dans les discours sur la démocratie dans les pays non occidentaux.

40D’une part, la désignation de modèle ou d’exemplarité attribuée aux pays en conformité avec la représentation typique originelle : « nous donnons l’exemple à suivre » (e.15) ancre la fonction normative et injonctive de la formule envers les « autres » :

(e.2) Comment le Ghana est-il devenu une démocratie exemplaire ?

(e.11) Une nation érigée en modèle de démocratie pour l’Afrique.

  • 43  Déclaration de Ban Ki Moon, le secrétaire général des Nations unies en visite officielle au Bénin,(...)

(e.33) Le Bénin reste un modèle de démocratie dans le monde (Ki-Moon 2010 cité par Houngbadji43).

41D’autre part, des propositions introduites par le marqueur interrogatif comme en e1 – « où en est la démocratie ? » et e34 :

  • 44  France Info, Blog de Bernard Thomasson, mars 2010.

(e.34) À l’occasion de la présidentielle au Togo, nous avons dans le 12-14 cherché à savoir où en est la démocratie en Afrique. Selon les pays, elle n’avance pas à la même vitesse. Et le rôle des anciennes puissances coloniales, notamment la France, n’aide pas forcément à une bonne émancipation des nations (Thomasson B. 201044).

  • 45  Selon Hadermann, la désignation de pronom n’est pas adéquate pour qui ne peut pas être substitu (...)

42Selon Pascale Hadermann (1993 : 42), les énoncés introduits par la « proforme locative prépositionnelle45 » présentent une structure hiérarchique de changement d’un lieu (spatial, temporel ou « conceptuel ») initial vers un lieu final en passant par le lieu médian actuel posé comme indéterminé (non connu, objet de la question). L’ordre de la hiérarchie locative est orienté à partir du « point imaginaire » qui marque l’origine de la notion et surtout de son prédicat représentés linguistiquement par le terme opérateur la démocratie. C’est la représentation d’une valeur idéale de démocratie pleine et entière (en plus) qui constitue la visée locative finale dans le parcours de repérage sur le gradient notionnel en plus-et-moins car c’est elle qui est le pôle de référence fixe du système (Culioli 1999 : 104). Le lieu médian est représenté par le pronom partitif en, comme partie indéterminée de la quantité totale. Le lieu initial est donné par des marqueurs chrononymiques de « politisation du temps » (Bacot et al. 2006) – « 50 ans après les indépendances africaines » ; « émancipation des nations » en lien avec une situation postcoloniale : « anciennes puissances coloniales » –, situation qui présuppose que la quantité de démocratie en ces lieux était en moins et que l’événement des indépendances est déclencheur d’une marche vers le plus.

43En revanche, dans les pays qui se nomment des démocraties, où « la démocratie » n’est plus à conquérir, la même question adressée à des adversaires politiques prend un tour polémique :

  • 46  Site internet de la section Paris 12e Philippe Farine du Parti socialiste, 29 mai 2010 :

(e.35) Où en est la démocratie dans le 12e arrondissement ? […] En permettant aux élus de l’opposition de siéger aux commissions d’attribution des places en crèche et des logements, d’avoir un bureau dans la mairie… comme en laissant à tous les groupes politiques une possibilité équivalente de s’exprimer sur ces pages, nous honorons la démocratie représentative. […] Mais, quand les élus de l’opposition ne siègent pas au conseil d’arrondissement, ils refusent de s’informer et de donner leur avis, et par là ils n’honorent pas la démocratie et ne respectent pas le mandat confié par les électeurs (PS 201046).

  • 47  Ici le groupe de la majorité présidentielle dans un arrondissement gouverné par le Parti socialist (...)
  • 48  Althusser 1976 : 112.

44Le tour en ne porte pas sur les progrès de la démocratie : aucun chrononyme ne balise une progression, mais les marqueurs de dénonciation des pratiques déviantes du groupe adverse47 qui menacent la « toujours-déjà48 » démocratie contribuent à construire la force injonctive du prédicat notionnel normatif.

45Alors qu’à « l’intérieur », la question est polémique, le droit de regard sur l’état de démocratie des « autres » s’impose comme une évidence pour les auditeurs des chaînes de radio publique françaises. La légitimité du questionnement a été observée par A.-L. Nicot qui, dans les questions au gouvernement, a noté une fréquence plus faible du terme démocratie dans les questions de politique intérieure que dans celles de politique étrangère : « cela s’explique sans doute en partie par la présomption de légitimité attachée à la France, à son régime et à ses dirigeants » (Nicot 2007 : 15).

  • 49  Bayart J.-F., 2002, Le dispositif de promotion de la démocratie et des droits de l’Homme, Rapport (...)

46Le rapport49 sur le dispositif de promotion de la démocratie et des droits de l’Homme commandité par le ministère des Affaires étrangères et qui a vocation de « fonder une réflexion sur les nouvelles formes d’action de l’État dans ce domaine » (Védrine dans Bayart 2002 : 3) rend compte d’une légitimité assumée en termes d’enjeu d’influence pour la politique étrangère française :

(e.36) La promotion de la démocratie et des droits de l’homme (PDDH) constitue désormais un enjeu tangible des relations internationales, et partant de la politique étrangère. Elle représente à la fois une exigence philosophique, singulièrement pour les pays démocratiques, et une ressource politique ou idéologique en termes d’influence. Elle est désormais indissociable du processus de mondialisation puisque la définition de la démocratie ou des droits de l’Homme est au cœur du débat sur l’universalité. De tous les points de vue, elle revêt une acuité particulière pour la France, à la fois en raison de son héritage historique, de la conception de la citoyenneté qui lui est associée et de son attachement à la francophonie comme pôle de diversité culturelle (Bayart 2002 : 5).

47Ce discours qui a vocation à être écouté par les autorités politiques relève à nouveau le double enjeu de la démocratie, ici, une valeur philosophique « toujours-déjà » et là, le support d’une action politico-idéologique d’influence dans le cadre d’une mondialisation des valeurs occidentales qui constitue le registre-maître des notions idéologiques de développement et de démocratie.

4. En conclusion : une notion idéologique qui « fonctionne à l’idéologie »

48L’énoncé « où en est la démocratie ? » donne le spectacle linguistique d’un parcours de repérage au sein d’une représentation notionnelle tendue vers un haut degré de valeur de démocratie qui assure une mise en ordre discursive et sociale.

49La « démocratie » est un discours normatif et injonctif. Son avancée est observée à « l’extérieur », et en particulier dans les pays qui en sont notoirement « carencés » (Memmi 1966 : p. 129). Ses manquements sont dénoncés à « l’intérieur », dans les démocraties où la démocratie est toujours-déjà là.

50Dans tous les cas, la formule est reconnue par les locuteurs de la communauté discursive. Cette reconnaissance est fondée sur une relation de déférence, parfois explicite et souvent implicite, aux discours politiques de la Grèce antique relayés par ceux des Révolutions française et américaine, puis par les organisations à vocation instituante. Cet impensé collectif qui leste le prédicat notionnel explique que la formule se prête peu à la définition, contrairement à celle de développement, qui présente le même mode d’agencement énonciatif mais dont l’acte de baptême n’est pas datable et qui est sujette à de multiples gloses d’explicitation.

  • 50  Terme emprunté à Dominique Maingueneau.

51Grâce au crédit d’universalité attaché aux valeurs constituantes de liberté et d’égalité, la formule « la démocratie » active un prédicat d’injonction normative adossé sur des effets d’évidence partagée au service d’un procès d’influence politique et idéologique. Les marqueurs d’interdiscours, notamment les différents prédicats verbaux de progression vers une visée idéalisée, rendent compte d’une dominance discursive50, comme dimension d’acte exercée par des pratiques discursives, souvent à l’insu des locuteurs qui en font usage, et dont « la démocratie » est une forme linguistique de matérialisation, un opérateur idéologique ou « idéologème » (Medvedev 1928 : 8).

Haut de page

Bibliographie

Achard Pierre (1984), « Mémoire et production discursive du sens », in Achard p. , Gruenais M-P, Jaulin D. (éd), Linguistique et histoire, Paris : Editions Maison des sciences de l’homme, 235-241.

Achard Pierre et al. (1977), Discours biologique et ordre social, Paris : Seuil.

Achard Pierre (1989), La passion du développement : une analyse du discours politique, thèse non reproduite, Université Paris 7.

Althusser Louis (1976), Positions (1964-1975), Paris : éditions sociales.

Auroux Sylvain (ed.), (1990), Les notions philosophiques : dictionnaire, t. 1, Paris : PUF.

Bacot Paul, Douzou Laurent, Honoré Jean-Paul (2006), « Chrononymes. La politisation du temps », Mots 87.

Benveniste Émile (1966), Problèmes de linguistique générale, t. 1, Paris : Gallimard.

Condorcet, (1794) [1998], Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, Paris : GF Flammarion.

Constantin de Chanay, Hugues, & Rémy-Giraud Sylvianne (2007), « Démocratie et ses dérivés. De la dénomination à l’argument sans réplique », Mots 83 : Dire la démocratie aujourd’hui, mars, 81-99.

Culioli Antoine (1990, 1999), Pour une linguistique de l’énonciation, t. 1 et 2, Paris et Gap : Ophrys.

Dendale Patrick et Tasmowski Liliane (1994), « Les sources du savoir et leurs marquages linguistiques », Langue française 102, Paris : Larousse.

Dufour Françoise (2010), De l’idéologie coloniale à celle du développement : une analyse du discours, Paris : L’Harmattan.

Faye Jean-Pierre (1972), Théorie du récit, Introduction aux langages totalitaires: critique de la raisonnarrative et de l’économie narrative, Paris : Hermann.

Foucault Michel (1969), L’archéologie du savoir, Paris, Nrf Gallimard.

Franckel Jean-Jacques (1998), « Aperçus de la théorie d’Antoine Culioli », Langages 129, Paris : Larousse, 52-63.

Hadermann Pascale (1993), Etude morphosyntaxique du mot où, Paris : Duculot.

Juhem Philippe (2001), « La légitimation de la cause humanitaire : un discours sans adversaires » in Mots, n° 65, L’Humanitaire en discours, mars, 9-27.

Kaufmann Laurence (2006), « Les voies de la déférence. De la nature des concepts sociopolitiques », Langage et Société, 117, p. 89-116.

Kleiber Georges (1984), « Dénomination et relations dénominatives », Langages 76, Paris : Larousse, 77-94.

Krieg-Planque Alice (2009), La notion de « formule » en analyse du discours. Cadre théorique et méthodologique, Besançon : Presses Universitaires de Franche-Comté.

Maingueneau Dominique (1999), « L’analyse des discours constituants », in Mari H. (ed.), Fundamentos e dimensiones da analise do discurso, Belo Orizonte, Carlos Borges, 45-59.

Maingueneau Dominique (2002), « Les rapports des organisations internationales : un discours instituant », Les mots du pouvoir : sens et non-sens de la rhétorique internationale, Nouveaux Cahiers de l’IUED 13, Paris et Genève : PUF et IUED.

Lafont Robert (1989), « Programme de sens » in Barbéris et al., Concepts de la praxématique, Montpellier, Publications de la recherche université de Montpellier, 78.

Medvedev (1928) [2008], La méthode formelle dans la science de la littérature. Introduction à une poétique sociologique, Toulouse : PUM.

Memmi Albert (1966), Portrait du colonisé précédé de Portrait du colonisateur, Paris : Gallimard.

Morin Aurélie, Sourd Cécile (2007), « Usages et usagers du mot démocratie et de ses dérivés. Une étude des professions de foi des candidats aux élections législatives et cantonales », Mots 83 : Dire la démocratie aujourd’hui, mars, 23-35.

Nancy Jean-Luc (2009), « Démocratie finie et infinie », Agamben G., Badiou A., Bensaïd D., Brown W., Nancy J-L, Rancière J., Ross K ., Zizek S., Démocratie, dans quel état ?, Paris : La Fabrique.

Nicot Anne-Laure (2007), « La démocratie en questions. L’usage stratégique de démocratie et de ses dérivés dans les questions au gouvernement de la 11e Législature (1997-2002) », Mots 83 : Dire la démocratie aujourd’hui, mars, 9 -21.

Pêcheux Michel (1975), Les vérités de la Palice, Paris : François Maspero.

Rancière Jacques (2005), La haine de la démocratie, Paris : La Fabrique.

Rosanvallon Pierre (2000), La démocratie inachevée : histoire de la souveraineté du peuple en France, Paris : Nrf, Gallimard.

Rosanvallon Pierre (2006), La contre-démocratie : la politique à l’âge de la défiance, Paris : Seuil.

Thucydide 460-395 av. JC, [2000], La guerre du Péloponnèse, Paris : Gallimard.

Tocqueville (1830) [2010], De la démocratie en Amérique, Paris : GF Flammarion.

Wilmet Marc (1996), « A la recherche du nom abstrait », in Flaux Nelly, Glatiny Michel, et Samain Didier, Les noms abstraits : histoire et théories, Villeneuve d’Asc, Presses universitaires du Septentrion, 67 76.

Haut de page

Notes

1  Émission quotidienne Et pourtant elle tourne diffusée de 18h à 19h.

2  À la suite d’Antoine Culioli, je privilégie le terme de notion plutôt que celui de concept que je réserve aux concepts scientifiques.

3  7 janvier 2009, S. Plasse, Afrik.com

4  Le « programme de sens » (Lafont 1989) est un schème de sens capitalisé en mémoire lexicale qui se matérialise dans des actualisations discursives productrices de sens.

5  Fortin 2007, « Le pouvoir du peuple », alterinfo.net, décembre.

6  « À mesure cependant qu’il se découvre des routes nouvelles pour parvenir au pouvoir, on voit baisser la valeur de la naissance » (Tocqueville 1830 : 34).

7  Page web de l’ONU, « la démocratie et les Nations Unies » : http://www.un.org/french/events/democracyday/democracy.shtml

8  Sommet mondial, Résolution 60/1 : http://www.un.org/french/documents/view_doc.asp?symbol=A/RES/60/1

9  « Déclaration universelle sur la démocratie », adoptée le 16 septembre 1997 au Caire par le conseil interparlementaire lors de sa 161e session.

10  « Index of Democracy 2008 ».

11  ONU, 2005, Résolution 60/1, Document final du Sommet mondial de 2005, article 119, 25 octobre, 22 p.

12  Nancy 2009 : 77.

13  Masse M., 2002, « La démocratie contre la liberté », Le québécois libre 115, Montréal, http://www.quebecoislibre.org/021207-2.htm, décembre.

14  De la démocratie en France, Bruxelles, Kiessling et cie.

15  Intitulé et préambule de la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance, 2007, adoptée par la 8e session ordinaire de la conférence de l’Union Africaine (UA), Addis-Abeba, 30 janvier, 20 pages.

16  Ray O., De la démocratie en Afrique, mai, http://www.letempsdelafrique.com/inde.php/accueil.html

17  « Un ensemble de formulations qui, du fait de leurs emplois à un moment donné et dans un espace public donné, cristallisent des enjeux politiques et sociaux que ces expressions contribuent dans le même temps à construire (Krieg-Planque 2009 : 7) ».

18  L’homme politique et historien athénien Thucydide reprend l’oraison funèbre de Périclès en l’honneur des guerriers morts au combat. Périclès avait été élu stratège de 461 à 431 av. JC.

19  La déférence à la Révolution américaine est également relayée par Tocqueville et par Guizot : « Les États-unis d’Amérique sont dans le monde le modèle de la république et de la démocratie » (1849 : 36).

20  Pr. Iba Der Thiam, « Réflexion sur la démocratie et l’Afrique : et si les lumières avaient une origine africaine ? » parue dans Sud Quotidien le 16 juin 2009 et reproduite sur le blog du Goréen, http://legoreen.over-blog.com/

21  ONU (http://www.un.org/french/events/democracyday/democracy.shtml).

22  Assemblée parlementaire de la francophonie, discours du vice-président Roch Marc Christian Kaboré, Dakar, 6-8 juillet 2010.

23  Moyiga Nduru, IPS Inter Press News Agency.

24  lefaso.net

25  Elhadj Abdoulaye Diallo, Aminata.com, Des nouvelles de la République de Guinée.

26  « Les stratégies politiques des États du Maghreb face à la globalisation », IRG.

27  « La contre-démocratie n’est pas le contraire de la démocratie, c’est plutôt la forme de démocratie qui conforte l’autre, sur le mode de l’arc-boutant, la démocratie des pouvoirs indirects disséminés dans le corps social, la démocratie permanente de la défiance face à la légitimité électorale (Rosanvallon 2006 : 14-15) ».

28  D’autres similitudes existent avec le développement, notamment la propension à être l’objet de reformulations : démocratie directe, démocratie participative… cf. Krieg-Planque (à paraître), « La formule développement durable : un opérateur de neutralisation de la conflictualité », Langage et société et Dufour (à paraître), « Développement durable, humain : la cohérence discursive des contradictions », Mots.

29  Mallavaës T.,Ouest-France, août.

30  Despic-Popovic H., Libération, 29/06/2010.

31  Zarour Medang D., 2010, « Les acteurs prônent le respect de normes nationales et internationales », à propos d’un colloque sur la démocratie en Afrique, 28 et 29 janvier, Dakar, http://www.sudonline.sn/spip.php/IMG/plugins/thickbox2/spip.php?article664

32  Afrik.com, 19 mai 2000.

33  Ouattara,Le Pays N°4592, 12 avril 2010.

34  Démocratie directe, page consacrée à la participation active des citoyens à la démocratie : http://hap.chez.com/demo.htm

35  http://www.dfait-maeci.gc.ca/mines/background-apercu/barriers-obstacles.aspx?lang=fra

36  Lexpress.fr , publié le 09/10/2009.

37  Cérémonie inaugurale de la 8ème session du Conseil des gouverneurs du Fonds international de Développement Agricole (FIDA), le 22 octobre 1984.

38  Nafissatou Ngom Loum, Le Messager, 12 août 2009.

39  Voir Dufour 2010 : 105.

40  Classe d’occurrences linguistiques qui représentent la notion qui « n’est pas matérialisable, qui n’est pas exhibable, ni dicible en soi » (Franckel 1998 : 100).

41  « Le mot démocratie tend à s’émanciper de tout paradigme, à s’isoler, à se poser (et s’exposer) comme une sorte d’absolu » (Constantin de Chanay et Rémy-Giraud 2007 : 84).

42  Fitoussi J.-P., 2002, « Démocratie et mondialisation », Revue de l’OFCE (hors série), mars, 7-18.

43  Déclaration de Ban Ki Moon, le secrétaire général des Nations unies en visite officielle au Bénin, http://www.jolome.com/dir/n.php?i=6544&t=direct

44  France Info, Blog de Bernard Thomasson, mars 2010.

45  Selon Hadermann, la désignation de pronom n’est pas adéquate pour qui ne peut pas être substitué par un nom comme qui, que, quoi mais par un syntagme prépositionnel locatif.

46  Site internet de la section Paris 12e Philippe Farine du Parti socialiste, 29 mai 2010 :

http://www.ps-paris12.org/spip.php?article213

47  Ici le groupe de la majorité présidentielle dans un arrondissement gouverné par le Parti socialiste.

48  Althusser 1976 : 112.

49  Bayart J.-F., 2002, Le dispositif de promotion de la démocratie et des droits de l’Homme, Rapport au ministère des Affaires étrangères, Janvier, 52 pages.

50  Terme emprunté à Dominique Maingueneau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Dufour, « « Où en est “la démocratie” ? » ou Le fonctionnement idéologique d’une formule déférente », Semen [En ligne], 30 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2011, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/semen/8995

Haut de page

Auteur

Françoise Dufour

Linguiste, Praxiling UMR5267 CNRS-Montpellier3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page