Navigation – Plan du site

Manifestations rhétoriques des frontières idéologiques : le cas des minarets helvétiques

Thierry Herman
p. 127-146

Résumés

Le débat très intense et violent qui a suivi le refus du peuple suisse de permettre la construction de minarets offre un corpus qui révèle la force de ce qui est appelé ici une rhétorique de positionnement. En accentuant l’inscription de la rhétorique dans un espace social au détriment de l’art de persuader où elle ne se montre pas si efficace, l’article vise à montrer la construction d’une Cité dont l’identité collective se dessine par une idéologie qui va fixer des frontières et marquer des coupures violentes avec ceux qui ne s’y rallient pas. Dans cette Cité, il n’est pas nécessaire d’argumenter, mais d’imposer ou de rejeter. L’article s’attache à relever selon quelles formes rhétoriques et linguistiques cela se passe, à partir de commentaires postés sur des sites Internet d’actualité.

Haut de page

Texte intégral

1Jusqu’à très récemment, la rhétorique était vue comme un art de la conquête. On sait fort bien la méfiance qu’elle suscita dès Platon : l’usage malsain de la rhétorique pouvait pervertir le jugement du citoyen, le détourner de sa quête du juste, du bien et du beau au bénéfice de ces coupe-jarrets que sont les sophistes. La puissance rhétorique inquiète par son pouvoir de transmutation qu’acquièrent les maîtres du langage et qui rend floue, douteuse, inaccessible la vérité des philosophes. La rhétorique fait peur parce qu’elle est efficace. Certes, mais est-ce là, dans ce pouvoir de conviction ou de persuasion, dont on imagine parfois qu’il est capable de retourner nos croyances comme une crêpe, que se trouve l’essentiel de la rhétorique, ou, pour être plus précis, son principal modus operandi ?

2D’un autre côté, la rhétorique se présente selon différentes configurations : judiciaire, délibérative et épidictique. Là aussi, jusque très récemment, le genre épidictique a été méprisé, considéré comme un corps étranger dont la particularité est de ne pas faire débat. Le public de l’épidictique étant les « spectateurs » (Aristote, Rhétorique 1358 b5), le genre a été vu comme vain et ostentatoire. Sans intérêt donc car sans enjeux politiques et sans arguments et, qui plus est, boursouflé par sa technique propre : l’amplification.

  • 1  Nous avions déjà abordé une perspective similaire d’analyse d’affrontement entre deux camps, au su (...)

3En inversant radicalement ces deux perspectives, on découvre une rhétorique nettement plus imprégnée d’un territoire social, au sein duquel valeurs, idées et croyances circulent. Dans cet article, nous aimerions d’abord préciser le cadre théorique dans lequel s’exerce notre analyse de discours avant d’observer quelques procédés rhétoriques et linguistiques qui révèlent en creux les frontières idéologiques. Pour ce faire, nous prendrons un matériau presque caricatural tant il thématise la question des frontières idéologiques, sociales, religieuses ou communautaires : il s’agit de commentaires parus sur des sites Internet d’actualité suisse juste après le refus des citoyens d’offrir aux musulmans la possibilité de construire des minarets1 .

1. Pour une rhétorique de positionnement

4Aujourd’hui, les travaux d’Emmanuelle Danblon et ceux de Marc Angenot conduisent à radicalement changer notre point de vue sur ces deux aspects cités ci-dessus de la rhétorique. Tout d’abord, Marc Angenot met en évidence un constat : « les humains argumentent constamment, certes, et dans toutes les circonstances, mais à l’évidence ils se persuadent assez peu réciproquement, et rarement » (2008 : 8). Il y a là une faillite de la rhétorique si on continue à la considérer comme l’art de persuader par le discours. En lieu et place du désir de pacification après l’irruption d’un désaccord, qui est l’idéal de la discussion critique prônée par la pragma-dialectique (van Eemeren & Grootendorst, 2004), l’analyse du discours social révèle au contraire des coupures argumentatives entre communautés, « causes probables de dialogues de sourds » (Angenot 2008 : 19). De part et d’autre de la frontière-coupure, on trouve une doxa divergente, une lutte non entre des arguments dans ces cas-là, mais entre des évidences, celles qui devraient être communément partagées et qui, ne l’étant pas, conduisent à ce que Fogelin a appelé des « deep disagreements » (1985). Il y a dans cette expression un adjectif intéressant : les divergences ne se situent pas uniquement à la surface, mais en profondeur, autrement dit renvoient à des valeurs et des croyances difficilement tangibles.

5Évidences et valeurs se retrouvent dans le genre épidictique dont Emmanuelle Danblon (2001) met en lumière toute l’importance à la suite des travaux sur la rhétorique antique de Cassin (1995), Loraux (1981) et Pernot (1997). Le genre épidictique participe de l’homonoïa, dont l’habile traduction de Pernot par « communauté de sentiments » (1993 : 29) exhibe le mortier pathémique de ce qui nous unit dans chacune de nos Cités. L’homonoïa constitue une forme de rationalité propre à un champ, possédant sa logique propre : « Comme le dit Francis Goyet (1996), la raison antique est de nature collective, de sorte que l’homonoïa devient le garde-fou de la rationalité : avoir raison, c’est se ranger avec la collectivité, tomber d’accord avec le plus grand nombre, et donc respecter le sentiment d’allégeance à la cité » (Danblon 2001 : 29). Y déroger conduit l’individu à devenir atopos : « Est irrationnel (a-topos) celui qui ne peut alléguer aucune loi, aucun « lieu » (topos) fondant la collectivité » (Danblon 2001 : 31). On retrouve ici la congruité entre espace social et raison/folie que Marc Angenot analyse par ailleurs : celui qui n’est pas dans ma Cité, ne partage pas ma logique n’utilise pas les mêmes lieux communs (topoï) se voit taxer d’une logique irrationnelle, folle : « Devant le refus têtu de mon adversaire d’intégrer des raisonnements pour moi “évidents”, devant sa résistance aux “faits” pour moi les moins contestables, je suis fortement tenté de lui prêter une tournure d’esprit étrangère au sens commun » (Angenot 2008 : 28).

6Si on ose joindre ces deux travaux importants, l’image de la rhétorique est toute différente. Elle se définit moins comme un art de la persuasion que comme l’expression d’une façon collective de raisonner, non dénuée de pathos. Autrement dit, on a affaire non à une rhétorique de conquête, mais à une rhétorique de défense passionnée de territoire. Les genres épidictiques, délibératifs et judiciaires à bien y regarder n’ont aucun autre but que de perpétuer le bon fonctionnement d’une Cité. En se focalisant sur les sophistes que l’on condamnait, on a mis l’accent sur une habileté individuelle dans la maîtrise de la rhétorique en oubliant qu’elle est souvent l’expression d’une doxa communément partagée. Et pourtant, la rhétorique s’appuie sur un champ sémantique dans lequel fleurissent les sèmes collectifs : topoï, atopos, homonoïa, Cité, doxa inscrivent la réflexion rhétorique dans un espace social donné.

7Allons plus loin. Le bon fonctionnement de la communauté nécessite certes des arguments, mais la force épidictique, le poids de la doxa que l’on partage, le désir d’être transporté dans la même homonoïa jusqu’à adopter la logique irrationnelle du type « Nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts », bref la force défensive de la rhétorique, nous pousse à nous demander si les humains argumentent vraiment constamment. L’adverbe posé par Marc Angenot nous paraît douteux. Car à la puissance modérée de l’argumentation, on peut substituer le caractère inoxydable, inaliénable et, en somme, indiscutable de l’affirmation de valeurs avec autant sinon plus d’efficacité. L’argumentation comporte une dimension centrifuge : on accepte de livrer des justifications à ses opinions, on tend à l’ennemi les raisons pour nous faire battre. L’évidence affirmative à l’inverse est de nature centripète, elle ne nécessite pas de justification, elle permet de se recentrer sur ses valeurs, sa communauté ou son territoire social, dans un geste de clôture puisqu’on ne daigne même pas discuter, renforçant par-là les coupures argumentatives entre communautés de pensée.

8À la différence par exemple de Marc Angenot qui ne fait aucune différence entre rhétorique et argumentation (Angenot, ms.), je postule, sur la base de ce qui précède, qu’il y a déjà de la rhétorique dans l’affirmation d’une opinion, même si elle est évidentielle, non justifiée et donc non argumentée. La rhétorique, pour moi, se manifeste lors de la livraison discursive d’au moins une opinion qui est en rapport avec un territoire social et qui vise à faire adhérer un auditoire particulier. Affirmer une forme de croyance ou une opinion évaluative me semble donc constituer l’étape minimale pour parler d’une démarche rhétorique.

  • 2  Notons toutefois que ma perspective se situe entre l’argumentativisme généralisé de la langue (tou (...)
  • 3  Voir Micheli (2008) pour éclairer les prises de position de Ruth Amossy et celles de Christian Pla (...)

9Je n’ai pas la place ici de développer largement ces points de définitions cruciaux (cf. Herman à paraître a)2. Mais j’insisterai sur un point pour éclairer ma position. À la bipartition entre visée argumentative (où « le discours comporte comme qualité intrinsèque la capacité d’agir sur autrui » [Amossy 2008 §9]) et dimension argumentative (« tentative de faire voir les choses d’une certaine façon et d’agir sur l’autre » [Amossy 2008 §7])3, je préfère une division entre rhétorique argumentative, rhétorique de positionnement (présence d’une opinion s’offrant à la possibilité du rejet) et non-rhétorique (absence d’opinion ou de demande d’adhésion).

  • 4  En sciences économiques, on fait la différence entre « push » et « pull » : une stratégie « push » (...)
  • 5  En ce sens, la définition qu’en donne Boyer, des représentations mobilisées pour manipuler des esp (...)

10Quel rapport me demandera-t-on avec la question de l’idéologie qui traverse ce numéro ? L’idéologie se situe à mon sens dans cette rhétorique de positionnement. En exprimant ses croyances, ses manières de voir le monde, ses valeurs, l’orateur peut faire adhérer au propos, sans le vouloir expressément, l’auditoire ou une partie de celui-ci ou fortifier une adhésion que son auditoire avait déjà. En disant que la visée rhétorique est de l’ordre de l’adhésion et non de la persuasion, nous ne pratiquons pas une simple reformulation : la persuasion est un essai d’emprise sur autrui, une tentative de modifier ses croyances – ce qui ne fonctionne que rarement –, l’idée plus passive de faire adhérer met en exergue un discours où l’on fait venir l’auditoire dans son camp, où on fait une proposition par rapport à laquelle l’auditoire réagit par le refus ou l’adhésion4. Pour moi, l’idéologie n’est pas ailleurs que dans cette inscription dans un territoire social des manifestations rhétoriques qui visent plus ou moins directement à le réguler et à lui donner des contours. À ce titre, l’idéologie ne s’argumente pas, elle se livre et elle appelle à s’y reconnaître ou non. L’idéologie, c’est l’indiscuté ou l’indiscutable du discours5.

  • 6  Non que les frontières géographiques ne créent pas de Cité. On verra dans l’analyse qu’un lieu de (...)
  • 7  Dans une perspective proche de la mienne, Patrick Charaudeau parle « d’imaginaires sociodiscursifs (...)

11L’analyste de discours que je suis vise à rendre compte de l’idéologie d’un groupe en mesurant les forces qui lui donnent une identité et des valeurs, et les forces de rejet des autres groupes, celles qui dessinent les frontières du lieu au-delà duquel le ticket de la rationalité d’autrui n’est plus recevable. À l’inverse de l’actuelle Critical Discourse Analysis, de certains courants de gender studies, ou de l’ancienne école française d’Analyse de discours marquée par Althusser, je n’accole aucun adjectif au mot idéologie, qui n’est rien d’autre à mes yeux que cet indiscuté ou indiscutable, une doxa partagée par une communauté discursive (communauté sans cesse malléable, mobile, non définie par un lieu géographique6 ou une étiquette partisane)7 qui se présente comme évidente. Je ne recherche pas les particularités du discours communiste, néo-libéral, bourgeois ou machiste ou les rapports de domination ou d’aliénation d’une idéologie, mais j’étudie « les divergences et coupures gnoséologiques et argumentatives dans toute leur diversité » (Angenot 2008 : 419).

12Autrement dit, étudier la part indiscutée des fondations d’une Cité suppose d’abord de pouvoir circonscrire cette Cité. La question de la frontière est donc cruciale. Bien qu’une approche anthropologique ait sans doute beaucoup à apporter à cette question, notre ancrage disciplinaire vise à montrer de quelle façon les coupures/frontières se marquent dans le discours8. Pour ce faire, le corpus sur lequel je m’appuierai est riche de plusieurs enseignements. Je me propose d’analyser ce corpus constitué de plus de trois cents commentaires postés sur des sites d’actualité à la suite directe de l’acceptation de l’initiative populaire visant à interdire la construction de minarets en Suisse, le 29 novembre 2009. Le résultat du vote a fait le tour de la planète et a déclenché une véritable logorrhée sur les sites Internet de journaux qui tentent de modérer ceux-ci par le biais de l’article 261bis du code pénal suisse9 interdisant la discrimination raciale. Les trois sites pris pour corpus sont un quotidien régional et généraliste, La Tribune de Genève, un quotidien populaire, Le Matin, et un site à vocation plus élitiste, qui se dit « contre le néo-conformisme » et assez clairement positionné à droite, Commentaires.com10 .

2. Marques de clôture

13Sans prétendre à l’exhaustivité, nous signalerons dans les pages qui suivent quelques caractéristiques renvoyant au marquage polémique des frontières entre les camps pro- et anti-minarets. Il s’agit des indices de fermeture du débat, du flou de l’objet du débat, des marques pathémiques, des figures de l’atopos, et des défenses par l’ironie et l’ad consenquentiam.

2.1. Le refus de la discussion

14Le paradoxe est frappant. Alors que les journaux appellent à laisser des commentaires, nombre d’entre eux invitent à se demander pourquoi encore commenter maintenant que le vote est clos.

  • 11  Pour toutes les citations du corpus, syntaxe, orthographe et ponctuation sont livrées telles quell (...)

(1) Que de théorie. Je pense que le peuple a voté l’interdiction pour envoyer un signal point final11.

(2) Peu importe désormais, c’est voté alors pas besoin de débattre là-dessus encore des heures… Le peuple a décidé et pis c’est tout !

(3) Pourquoi tant d’histoire et d’encre coulée au sujet des minarets ? Les partisans du non à l’initiative qui ont « honte d’être suisses » sont de mauvais perdants !

(4) Bientôt Noël, perlez en un peu, on a assez entendu de ramadan et minaret !

(5) En votant OUI dimanche dernier les Suisses ont vu juste et ont voulu dire STOP ! ! Préoccupons nous plutôt maintenant des problèmes de notre pays au lieux de s’offusquer de minarets qui n’appartiennent même pas à notre culture.

(6) Le peuple a donc tranché et ceux qui se disent démocrates devraient maintenant la fermer.

(7) Le peuple a décidé. Point. […] Le peuple souverain le dit : ici, c’est encore chez nous et c’est encore nous qui décidons. Un point c’est tout.

  • 12  Autre exemple : « La populations Suisse à voter ! c’est très clair ».
  • 13  Ce qui doit être un particularisme helvétique, étant donné qu’une des plus anciennes et regardées (...)

15On le voit aux formules figées – « point final », « un point, c’est tout », « et pis c’est tout » –, de nombreux efforts sont déployés pour rendre, de manière abrupte, le débat illégitime. Les exemples 1 à 7 illustrent une série d’opinions qui se passent de justifications et qui sont empreintes de pathos : de nombreuses phrases nominales, plusieurs points d’exclamation exhibent la volonté d’en finir et de passer à autre chose, comme l’illustre l’adverbe « maintenant » en (5) et en (6). Le raisonnement se fonde sur l’inutilité effective du débat : il n’est évidemment plus possible de revoter. D’ailleurs le temps accompli du passé composé domine, au point que c’est parfois la valeur aspectuelle de l’accompli qui semble l’information la plus importante. En effet, « Le peuple a décidé » (7) ou « Le peuple a donc tranché » (6) n’apportent aucune connaissance nouvelle – c’est plutôt l’irrémédiable effet de clôture du passé composé qui est mis en avant12. Dans le même ordre d’idées, nous avons relevé au moins quatre commentaires qui se terminaient soit par ABE13 soit par « À bon entendeur ». L’usage de cette expression est intéressant car il signale un double mouvement : le mouvement identitaire – « j’ai dit ce que j’avais à dire » et le mouvement dissociatif – « que celui qui n’est pas d’accord soit mis en garde ». Elle stigmatise parfaitement le choc entre communautés qui ne peuvent pas se comprendre.

16Sur le plan de la science politique, on voit bien l’effet pervers de la votation populaire : avant le vote, les sondages prédisaient une large défaite de l’initiative, sans doute parce que les sondés refusaient de livrer leurs véritables intentions de vote, mais après celui-ci, certains ne souhaitent pas s’exprimer non plus et souhaitent tourner la page. On peut donc se demander si la place du large débat démocratique souhaité par les nombreux référendums proposés aux citoyens suisses n’est pas menacée lorsqu’il est exercé dans de telles conditions.

  • 14  Ce refus peut-il être réinterprété comme une peur de se laisser persuader ? La peur d’éprouver une (...)
  • 15  À cet égard, l’expression est typique de la pensée conspiratoire : le vote a prouvé que le peuple (...)

17Sur le plan symbolique, qui m’intéresse plus particulièrement, il s’agit d’une forte politique de défense de territoire mettant en scène d’une part le dialogue de sourds (le refus de discuter14), d’autre part l’appui sur l’évidence factuelle du vote passé rendant ridicule (« Que de théorie ») la nécessité d’argumenter. Les vainqueurs du vote, auxquels le résultat a donné raison, se félicitent de leur propre clairvoyance (« ont vu juste ») sans l’expliquer vraiment : « sur quoi ont-ils vu juste ? »15. On notera l’isotopie de la clarté dans plusieurs messages : « le message est claire pour tous le monde », « c’est un signal clair » sont des expressions qui semblent s’alimenter de leur propre luminescence. Parce que le résultat est net, l’idée serait juste.

18On voit enfin tout l’intérêt de définir l’idéologie comme étant de l’indiscuté : la valeur évidentielle du résultat de la votation pousse en effet littéralement certains internautes à ne pas ou ne plus discuter. Il n’y a pas là à mon sens que le critère pragmatique – discuter ne sert de toute manière plus à rien – qui pousse à écarter la discussion, mais l’appel au respect de la décision prise par la Cité. On assiste au fond à une forme de « gel idéologique » dans le sens où ce qui est voté apparaît dès lors comme inscrit dans les valeurs ou les croyances intangibles du groupe et définit son identité. Au point, comme on va le voir plus loin, de pousser au rejet de ceux qui n’acceptent pas le résultat de la votation.

2.2. La dérive de l’objet du débat

19Plusieurs intervenants, à l’instar de la citation (1), réinterprètent le vote comme un signal identitaire face à ce qui est perçu comme une menace. On voit l’interjection « stop » en majuscules en (5) et ce n’est pas son unique mention. C’est bien là un des enjeux de cette votation et une des raisons de la chambre d’écho qu’elle a trouvée.

20Peut-on dès lors aussi simplement résumer cette votation comme cet intervenant qui semble déployer une forme d’ingénuité appuyée à grands renforts de variations lexicales autour de l’évidence (nous soulignons) :

(8) Pour ma part, depuis vingt ans que je vote, je me dois de remercier les initiants. C’est la première fois que j’ai à me prononcer sur une question courte, précise et sans équivoque : « art. 72, al. 3 : La construction de minarets est interdite ».
On ne m’a pas posé la question si j’aimais les musulmans, ce que je pense de leur pratique religieuse, de leur tenue vestimentaire ou de leurs habitudes alimentaires, … Non, j’ai répondu simplement à une question simple et simplement posée.
Alors, j’ai répondu simplement que, non, je ne souhaitais pas voir un minaret dans mon village. C’est tout. Aux dernières nouvelles, je ne crois pas que cela soit un crime.

21Il faut saluer ici l’habileté des initiants qui ont maîtrisé la différence entre le posé et le sous-entendu. En s’attaquant à un symbole musulman qui n’est pas indispensable à la pratique religieuse, ils avaient beau jeu de se défausser de toute accusation d’islamophobie ou d’affirmer qu’il s’agit d’une initiative dont le but était urbanistique sans aucune volonté de nuire aux musulmans qui pourront toujours continuer à pratiquer leur culte. La dimension offensante sous-entendue du vote est ainsi reléguée dans l’indiscuté. En somme, la première défense du territoire, c’est de prétendre ne pas en avoir attaqué un autre :

(9) Pour votre information rient ne change avec cette votation, car les musulmans pourront toujours construire leur église, mais sans aucun minaret.

(10) C’est pas la religion qui est interdite, c’est une construction.

(11) Les musulmans de Suisse gardent tout leur droit à leur mosquée et à la pratique de leur religion. Ce n’est que les minarets symboliques qui seront symboliquement interdits.

(12) La question des minarets n’était pas trop problématique aux yeux des votants et c’est pour cela que la majorité a voté cette interdiction.

(13) Je trouve cela comme une immense manipulation médiatique : ce n’est pas dans les minarets que les musulmans se retrouvent pour prier

(14) Arrêtez ! De plus les minaret ne sont pas obligatoire a la pratique religieuse (Puisqu’ils sont égaux au cloches de nos églises, et personnellement ça ne me dérangerai en aucun cas d’aller à l’église sans les cloches ! ) Pour finir nous ne les empêchons pas de pratiquer leur religion en Suisse. Donc je ne vois pas ou est le problème.Ile me semble que beaucoup de gens dramatise cet loi,le peuple Suisse ne veux pas de minarets un point c’est tout !

22On mesure avec l’exemple (9) le fossé culturel : tout en minimisant jusqu’à la négation un changement pourtant effectif et entériné par le peuple (« rient ne change »), l’intervenant s’abstient de désigner le lieu de culte musulman par « mosquée ». La portée agressive de la votation n’est pas reconnue par certains défenseurs de l’initiative qui affirment ainsi « ne pas voir le problème » (14). Il n’y a pas agression quand bien même l’interdiction est sans équivoque ; du coup, les minimisateurs font florès : « rien », « ce n’est que », « pas trop ». Ce qui n’est jamais discuté, c’est le saut modal. En effet, les discours développent un raisonnement logique (les minarets n’étant pas indispensables, on peut donc les interdire), mais la loi votée est déontique : il faut les interdire. Le fondement de cette nécessité est clairement idéologique. Elle repose sur une intention vexatoire que d’aucuns exprimeront plus franchement ailleurs (« on en a marre », « on ne veut pas de ») mais qui ne s’avoue pas ici, dans ce type de défense faussement ingénu, à l’instar de (14) qui affirme ne pas voir le problème sans dire pour autant en quoi les minarets (qui sont au nombre de quatre sur tout le territoire helvétique) lui posent problème.

  • 16  Pour la procédure évidentielle du comme-si, voir Danblon (2002).

23Dans l’ombre d’une construction particulière attenant à une mosquée, il y a le 11-Septembre, l’islamisme radical, la charia, la lapidation mais certains font comme si16 ce n’était pas la question. D’autres en revanche ne se privent pas de faire l’inverse : leurs commentaires évoquent à peine l’objet du vote pour donner libre cours à des formes de ressentiment islamophobes :

 (15) C’est un signal clair pour toutes les femmes voilées, elles ne sont pas la bienvenue en Suisse. […] En plus, on ne veut pas de la charia et de ces coutumes barbares, où les homosexuels sont décapités, les voleurs ont les mains coupées et les femmes fouettées si elles portent des vêtements trop courts.

(16) C’est un signal clair, le peuple ne veut pas de mélange de religion dans la vie publique, le peuple ne veut pas de femme voilées dans les rues et ne souhaite pas qu’elles soient rétrogradées au rang de moins que rien, le peuple ne veut pas de polygamie, c’est tout cela qui est contenu dans l’initiative.

(17) Le peuple Suisse à très clairement voulu montrer ce week-end son raz le bol vis-à-vis de la politique laxiste menée par nos politiciens. A eux maintenant d’assumer et d’aller se justifier. Le peuple en à marre, c’est pourquoi il a voté OUI ! !

(18) Une fois que l’islam cessera de rejeter tout ce qui est différent de leurs propres écrits inventés sur papyrus on pourra construire quelque chose. Pour le moment c’est pas le cas, cette religion de paix et d’amour obligatoire doit d’abord évoluer dans le respect du monde et de ses différences.

(19) Pourquoi j’ai voté oui ? Parce que ces fameux musulmans modérés dont les médias et la gauche bien-pensante se garagarisent, on ne les voit pas beaucoup se manifester contre les islamistes. Après le 11 septembre 2001, pratiquement aucun d’entre eux n’a condamné les attentats par exemple. Ils ne sont pas non plus intervenus dans la campagne pour lutter contre l’initiative anti-minarets, c’est dire comme ils sont « intégrés ».

(20) Bien d’accord avec hocuspocus : les musulmans modérés ne sont pas audibles lorsqu’il s’agit de condamner sans appel tous les agissements d’un autre temps : coups de fouet à une Soudanaise en jupe, idem pour une femme avec un jeans, lapidations diverses. Mais aussi inégalité hommes-femmes, refus de l’humour, séparation des garçons et des filles à la natation, blocage des rues pour prier à Paris, etc…

(21) L’islam va conquérir l’Europe non seulement par une immigration massive, mais surtout par les naissances ! Une fois la majorité quantitative atteinte, ils pourront dicter leurs lois démocratiquement, En toute logique, malheureusement.

24On découvre ici toutes les formules de rejet, de ressentiment et ce qu’il est convenu d’appeler des votes protestataires. Deux figures clés tissent la trame de ce discours. D’une part, le rejet épidermique des valeurs qui font figure de repoussoir : l’anaphore rhétorique de (16), avec « le peuple ne veut pas » montre bien la rhétorique défensive face à une menace de « conquête caricaturalement mentionnée en (21) et la nécessité exprimée en (18) sur la reconnaissance des différences. D’autre part, la puissance de l’amalgame entre différentes manières de pratiquer l’islam, avec la dénonciation de pratiques liées à un islamisme fanatique radical, amalgame rendu possible par le silence coupable des musulmans modérés (19 et 20). Des faits isolés servent de catalyseur à l’amalgame généralisant. Cette série d’affirmations extrêmement fortes, où l’on notera l’absence de mention de la problématique des minarets, met en scène des différences de valeurs qui figent le dialogue de sourds : en effet, ce qui est exigé pour entrer en discussion est l’absence de différences alors que sans les différences, il n’y aurait précisément pas de discussion. En quelques lignes décisives, Marc Angenot cerne parfaitement cette forme d’idéologie du ressentiment que l’on voit ici à l’œuvre :

[Le ressentiment] dévide ses raisonnements non pour convaincre le monde des « autres » dont il n’attend rien de bon, mais pour ressasser sa vérité particulière aux oreilles des siens et dissuader de toute velléité critique les membres de sa tribu qui seraient tentés de raisonner « par eux-mêmes ». […] La pensée du ressentiment a ainsi pour conséquence le repli sur les siens, le refus de l’altérité, de la diversité, le rejet rageur de toute aspiration à l’universel. En valorisant ses valeurs « propres », la tribu de ressentiment exalte le mérite qu’il y a à se restreindre et à se refermer sur son contentieux à l’égard du monde extérieur en se purifiant de la diversité. Le ressentiment classe, juge et interprète constamment, mais il le fait avec sa souffrance, ses griefs remâchés, ses déceptions et ses haines (Angenot 2008 : 347).

25On voit dans les exemples cités le repli vers une pure rhétorique de positionnement avec un effet de porte-parole (le « je » s’exprime au nom du « on » ou du peuple) et l’accentuation d’une volonté de résistance : « On ne veut pas » (15), « le peuple ne veut pas » (16), « le peuple suisse a voulu montrer ». Considérer que le refus des minarets signale un refus de la charia montre la chambre d’écho qu’a eu l’initiative, l’amplification des menaces que certains qualifient nommément d’islamisation. L’idéologie se nourrit de ces peurs amplifiées d’une décadence ou d’une dissolution de la civilisation au profit d’une autre. L’exemple (7) en est une illustration : « on est encore chez nous » présuppose que cela pourrait bientôt ne plus être le cas.

2.3. L’exclusion idéologique et l’évidence

26En principe, l’idéologie du ressentiment ressasse des échecs. Quelles sont les conséquences lorsqu’elle récolte un succès contre l’élite politique et médiatique ? Le corpus permet d’en voir au moins deux, du côté des vainqueurs, qui ne sont pas inattendues : le rejet de l’atopos et des efforts accomplis pour déciller « l’autre ».

(22) Et si [les musulmans] ne sont pas contents c’est une démocratie (Dieu merci) ils peuvent repartir librement, pas comme dans certains pays gouvernés par des dictateurs psychopathes et syphilitiques au dernier degré

(23) C’est un signal clair pour les Musulmans, allez à Genève Vaud, Neuchâtel et Bâle-Ville allez vous voilez là-bas comme les casseurs hier, allez faire votre polygamie dans ces cantons. L’Angleterre connait des régions de Londres qui sont musulmans avec leur coutumes dans ces espaces musulmans, ils appliquent la charia et ont les coutumes islamiques, alors allez à Genève faire cela ` !

(24) N’avez vous pas vu, p. ex., le vidéo somalien de quelques musulmans qui coupent la gorge (live !) d’un somalien chrétien, tout en récitant fièrement des versets du Koran ? Des milliers d’examples du même genre existent sur le Net - allez voir. Ne croyez pas au mensonges qu’on vous enseigne.

(25) Mais, à voir vos différents posts, vous vous sentez très mal à Genève. Pourquoi n’allez-vous pas vivre en France (on y est très bien, je peux vous le dire) ou ailleurs, plutôt que vous faire du mal ?

(26) Que tous les Suisses qui ont honte de l’être au lendemain de ce scrutin aillent en France. Allez lire les commentaires dans les sites internet des journaux francais (pas des politiques qui font dans la langue de bois) mais la subltance du peuple français. Tout le monde nous félicite et nous envient. Alors je propose que l’on devrait faire un échange. La France envoyez-nous vos citoyens qui ont envie de notre démocratie et on vous envoye nos Suisses qui ne sont pas fiers de l’être ;-)

(27) Merci à pauls32822 ! ! ! Pour les pro minarets vous pouvez aussi aller voir les réactions sur les sites français et vous verrez que beaucoup d’intervenants envient notre vote. Quand à moi je n’ai aucune honte à être Suisse

(28) ben moi je trouve au contraire qu’on a été très courageux. Et je suis sûre que plusieurs pays d’europe le pensent aussi. Pis si tu as honte d’être suisse, va en Lybie, là-bas on s’occupera bien de toi...

(29) Si tu te trouve pas bien dans notre minuscule pays, emigre...

(30) Moi je propose à tous les Suisses qui ont hontes d’être Suisse de partir vivre à l’étranger.........comme ça tout le monde sera content ! !

(31) Dison clair et net vous aimer les minaret ? changer de pays je suis suisse et fier de l’être.

  • 17  À l’heure où j’écris cet article, Nicolas Sarkozy subit un tollé pour avoir d’une part menacé de f (...)

27Avec ce vote, la communauté se redéfinit et ses membres se voient remis en question. Plusieurs d’entre eux, parce qu’ils ne peuvent pas échapper à la Cité des citoyens suisses, déclarent leur honte devant le résultat du vote. Cette inadéquation pathémique entre l’individu et sa communauté ne suscite aucune réaction empathique de la part des vainqueurs. Au contraire, cela signe la sortie de la Cité et cela renforce le sentiment d’appartenance. Ainsi plusieurs messages disent la fierté d’être suisse ou mentionnent le même syntagme de « honte » pour le nier (26, 28, 30). La communauté du ressentiment se resserre autour des membres qui en sont dignes et expulse les vaincus du jour, désormais atopos, par divers impératifs : « émigre », « va en Libye » ou, moins agressivement, des propositions ironiques « pourquoi n’allez-vous pas vivre en France »… On mesure avec ces exemples l’indiscutabilité des positions de chacun et on aperçoit le danger civique de la rhétorique de positionnement idéologique. Le lien entre valeurs et identité nationale pousse à réduire le rôle de l’espace public habermassien. L’important n’est pas de défendre ou d’expliquer ses idées, c’est de se situer par rapport à elles : ne pas être d’accord n’est pas un problème puisque je peux écarter l’autre au lieu de discuter avec lui selon le modèle du « si tu n’es pas avec moi, alors tu es contre moi » ; l’exemple (31) réduit ce mouvement à sa plus simple expression. Ce type de « raisonnement » permet de révéler la force de pression idéologique de l’homonoïa : quiconque la discute est menacé d’expulsion17.

28L’autre mouvement fréquent dans les commentaires du corpus est celui de la mise en scène de l’évidence. Les vainqueurs espèrent que le résultat du vote va permettre de déciller les yeux de leurs adversaires. On le voit à la présence de l’impératif du verbe « aller (23, 24, 26, 27 28). La rationalité des vainqueurs étant légitimée, ils convoquent des évidences selon lesquelles il suffit « d’aller voir » pour que les vaincus se rendent à l’évidence : le camp de la raison n’était pas chez eux. Les arguments trouvés sont des arguments par le signe (l’exemple de la décapitation dont le locuteur s’étonne par une interronégative que le poids évidentiel puisse ne pas susciter une réaction contre la construction des minarets) ou l’ad populum (les sites Internet des journaux français nous donnent raison). Ce dernier argument contribue à marginaliser le vaincu en renforçant la rationalité qui sous-tend la Cité des vainqueurs.

2.4. La résistance des vaincus

29De manière quantitative, les commentaires des vaincus sont peu nombreux. Cela s’explique par la théorie de la spirale du silence (Noelle-Neumann 1989) : lorsque des citoyens se croyant minoritaires se révèlent constituer une majorité, les langues se délient. À l’inverse, la majorité a plutôt tendance à faire le poing dans la poche.

30Est-ce que les pro-minarets argumentent de manière plus sereine que l’exaltation vue dans les précédents exemples ? Non. Trois stratégies sont employées : dire la honte devant ce qu’ils tentent de faire reconnaître comme de l’islamophobie, user de l’ironie désabusée devant le résultat du vote ou faire appel à des conséquences propres à susciter la peur. Les trois stratégies laissent le camp des vainqueurs de marbre.

(32) Maintenant allez vendre des produits suisses dans les pays du golf. Ils vont vous rire au nez et pour les fêtes de Genève passez votre chemin. On vient de perdre des dizaines de millions de francs et cela se ressentira sur l’emploi donc sur le citoyen moyen...

(33) Au fait, à quand l’interdiction des stupas bouddhistes (la pointe monte haut) ou même -soyons fou- des clochers (bruyants le dimanche matin) ? Au pays des libertés et de l’égalité, qui se veut donneur d’exemple et dire au musulmans ce qu’il ne faut pas faire (être violent, dénigrer la femme)...

Honte à nous

(34) bonjour, moi aussi aujourd’hui j’ai honte d’être suisse.. ! ! J’AI 23 ANS personnellement je suis mariée a un musulman et tout va bien on a pas de problème. on vit bien je n’ai pas été obligée a me convertir rien de tout cela.. mais la vraiment c’est grave que l’initiative a passée ! l’udc va le regretter vous pouvez pas imaginer l’image négative de la suisse.. maintenant avec ça en plus les répercussions que ça va faire sur la suisse.. on va payer pour ces certain raciste de suisse qui ont dit oui ! ! et les attentats on sais jamais maintenant vous avez chercher les histoire avec les musulmans sûrement que les terroriste a l’extérieur vont voir ça et qui sais ce qui vont faire ! ! et c’est nous les genevois qui vont payer ! !

(35) LA suisse pays des droits de l’homme, fondateur de cicr etc...mon oeil, je réalise que les suissea sont les plus grans des hypocrites. Quel honte comment être sérieux aux yeux des autres pays. Malheureusement on a voulu faire les forts avec notre miniscule pays, maintenant il faut assumer car aucun pays va nous soutenir. Et ça sera bien fait pour notre gueule.

(36) On vient de montrer au monde que l’on est aussi intolérant et fermé d’esprit que les pays que l’on critique... il ne reste plus qu’à payer l’addition... ! ! ! et bonnes vacances à ceux qui se renderont bientôt en Egypte ou en Turquie, l’acceuil devrait être chaleureux... ! ! ! ! Bel autogoal patriotique... Merci Oskar, merci...

(37) C’est bien vrai, pas contre l’ecroulement de l’economie quand les arabes du golfe auront retire leur argent de Suisse et que les organisations internationales se mettront a demenager pour un pays respectant les droits de l’homme, ca risque fort de changer les choses. Entre temps ca fera quelque dizaines de milliers de chomeurs suisses en plus, dont vous peut-etre. Enfin bon, il faut assumer les consequences de ces actes, vous ne pourrez vous en vouloir qu’a vous meme.

(38) C’est drole, quand un pays arabe met des limites vous les appelez extremistes, et pour je ne sais quelle raison vous en faisant la meme chose ne seriez pas extremistes ? C’est si dur que ca d’etrehonnete avec soi-meme et reconnaitre sa xenophobie ?

31L’argument ad consequentiam est largement utilisé, sur fond de menaces de retombées du vote, soit financières (32, 36, 37), soit terroristes (34), soit en termes d’image donnée à l’étranger (34, 35, 36). Assez logiquement et conformément au dialogue de sourds, la réplique ne se fait pas attendre : « Vos menaces vous pouvez vous les mettre au même endroit que vos minarets » dit un commentateur sans ambiguïté. Lorsque les internautes entrent dans le jeu de la menace ou disent leur honte, la réplique est immédiate et l’escalade ne se fait pas attendre. L’intervention (38) est désespérée : faire avouer la xénophobie est une entreprise qui ne récolte que le mépris des adversaires.

  • 18  Pour un développement, voir Herman (2010b).

32L’ironie semble au final recevoir moins de répliques de la part des anti-minarets : le jeu de détachement ironique permet de contourner la frontière du dialogue de sourds, de feindre de s’y désintéresser. Les adversaires ne manquent pas de signaler ce que d’aucuns appellent l’ad hominem circonstanciel18 : on met en évidence la rupture ou la contradiction entre les principes fondateurs de la Suisse (pays des droits de l’homme, pays de liberté et d’égalité, créateur du CICR) et son comportement par la votation populaire. On voit par ce biais le poids symbolique de la votation : la Cité triomphante – celle qui dit non à la construction de futurs minarets – est par extension la Suisse. Le processus de généralisation conduit à condamner les Suisses comme « les plus grands des hypocrites » (35). Cette extension à la totalité marque la puissance d’une idéologie dominante qui annihile la diversité d’opinions, écrase le vote minoritaire représentant 42,5 % des 53,4 % des citoyens ayant le droit de vote.

3. L’argument de réciprocité

  • 19  L’argument par les conséquences est une justification externe au débat, « en dehors de la cause » (...)
  • 20  D’après un témoignage entendu à la radio après le vote.

33N’y a-t-il pas à face à cette violence idéologique qui empêche tout débat de la place pour une véritable argumentation ? Autrement dit, hormis la rhétorique de positionnement écrasante qui redessine une idéologie dont on a vu le contenu islamophobe, existe-t-il une rhétorique argumentative qui légitime le rejet ou l’acceptation des minarets19 ? A lire tout le corpus, nous ne voyons qu’un seul raisonnement qui ait quelque poids : l’argumentation de réciprocité. Le raisonnement a été avancé par les initiants et a eu une efficacité considérable, sous-estimée par les politiciens dans leur campagne en faveur du rejet de l’initiative20. Il consiste à dire que les pays musulmans de leur côté ne permettent pas de construire des églises. Rappelons les termes définissant le raisonnement :

Les arguments de réciprocité visent à appliquer le même traitement à deux situations qui sont le pendant l’une de l’autre. […] Les arguments de réciprocité […] ne peuvent donc pas toujours être utilisés car l’identification des situations, valable du point de vue où l’on se place, peut néanmoins négliger des différences essentielles (Perelman & Olbrechts-Tyteca, Traité, §53, passim).

34Si Perelman et Olbrechts-Tyteca édictent une forme de norme – « ne peuvent être utilisés » – celle-ci est loin d’être respectée dans notre cas. La norme éthique voulue par certains théoriciens de l’argumentation résiste peu à l’efficacité rhétorique. On peut le voir au cours d’un intéressant échange :

(39a) Vous êtes-vous déjà posé la question, si des églises protestantes ou catholiques existent dans les pays musulmans ? ? Personnellement, je ne pense pas qu’il y en aie, autant que les deux cents Mosquée que compte notre ci petit pays ! Je suis déçu que tous se retournent contre l’UDC, car que je sache ce n’est pas ce parti qui a lancé l’initiative au départ ! !

(39b) C’est beau l’ignorance quand meme, rien qu’en Iran il y en a plus de 600, avec clochers, et quasiment tous les pays musulmans ont des eglises, avec clocher. Eh oui, la Suisse est maintenant a ranger dans la meme categorie que l’Arabie Saoudite niveau tolerance, on est en belle compagnie ! Vous pouvez etre fier de vous amis xenophobes !

(39c) ça c’est drôle. on va quand même pas prendre exemple sur l’Iran comme pays de tolérances... franchement, même sans minaret je préfère la modernité suisse et je pense que les 3/4 des iraniens aussi s’ils avaient le choix...

(39d) Ahahahahaha.....les églises sont en permanence surveillées par la police religieues, les chrétiens sont persécutés, les instances religiseuses priée de se taire, interdiction de sonner la moindre cloche.....vous parlez d’une tolérance......

(39e) Je deviens fou quand je lis des messages comme celui-ci. Pour la MILIEME fois il y A des églises dans la plupart des pays musulmans. Et si vous critiquez les pays dans lesquels la liberté de religion n’est pas garantie, pourquoi avez vous voulu les imiter ? ?

(39f) Oui, il y en a, et même un certain nombre. Mais des chrétiens libres de pratiquer leur culte, et de nouvelles églises dans les pays à majorité musulmane, nettement moins !

(39g) Oui il y a des églises dans les pays musulmans. D’anciennes églises, établies par les communautés chrétiennes avant qu’elles ne soient déportées ou massacrées par leurs tolérants voisins. Quand avez-vous vu dans un pays musulman une église bâtie depuis, disons, moins d’un demi-siècle ?

(39h) ça ne répond pas à ma question. Si vous critiquez les travers des autres pays (qui sont tout aussi scandaleux) pourquoi tenez vous donc à les imiter absolument ? Vous en avez mare de la paix publique c’est ça ?

35Le débat circule sur la plupart des sites Internet, comme le montre l’agacement de 39e. S’il est possible, c’est que les deux camps accordent une certaine légitimité à l’argument de réciprocité. Mais la correction factuelle – il y a des églises dans les pays musulmans (39b) – aboutit à l’impasse. En effet, alors que (39b) veut restaurer la symétrie, on lui signifie clairement que la symétrie n’est pas possible. L’intervention (39d) éclate de rire avant d’exposer l’asymétrie entre les deux situations. L’intervenant de (39e) et (39h) pose alors une question fondamentale qui ne reçoit aucune réponse : « Pourquoi tenez-vous à imiter les travers des autres pays ? ». Mais cette question n’est possible qu’après avoir relevé la faiblesse de l’argument de réciprocité initial. Les pro-minarets sont en situation de double contrainte : s’ils disent que l’argument est bon, ils perdent, s’ils disent qu’il est mauvais, l’argument de réciprocité se retourne encore contre eux en devenant du coup plus solide. Mais le piège se referme uniquement parce que l’auditoire universel peut admettre comme raisonnable le principe de la comparabilité des situations. Alors qu’il eut fallu éviter d’entrer dans le débat en posant que les différences dans les situations sont trop importantes pour avoir une quelconque épaisseur.

36Jusqu’ici, l’idéologie renvoyait à de l’indiscuté, des évidences affirmées sinon martelées. Mais là où elle tente de se justifier, elle renvoie à de l’indiscutable. Le débat tourne court sur le seul point qui semblait s’offrir à discussion en dehors des valeurs posées comme intangibles. La réciprocité se fait rétorsion.

Conclusion

37Le corpus choisi pour cette analyse montre la violence de la rhétorique de positionnement dont on relèvera ici la dimension profondément identitaire. Il rappelle à notre mémoire ces mots de Pierre-André Taguieff en 1986 qui s’interrogeait sur le lien qui semblait se tisser entre crise de l’identité et « surinvestissement des identités collectives dans les nationalismes, les racismes, les "intégrismes" » (1986 : 91). Le même affirmait avec force :

[…] dans les mythologies politiques, les identités collectives sont surinvesties, unifiées, substantialisées, pétrifiées enfin en objets de convictions, en assises de certitudes. Elles sont pour ainsi dire gelées, et, comme l’eût déploré Proudhon, érigées en autant d’absolues et d’idoles (Taguieff 1986 : 92).

38Par la voie rhétorique et l’analyse de discours, on arrive à une constatation similaire. Le discours identitaire se fonde sur des effets d’évidence qui vitrifient le dialogue de sourds : une idéologie se construit ainsi selon un processus simple et efficace d’assimilation ou de rejet des membres d’un espace social. À l’intérieur de cet espace social se crée une forme de Cité dans la Cité qui diffuse son idéologie. L’idéologie n’est pas à mes yeux une forme de domination inconsciente et secrète du discours que l’analyste devrait révéler. Elle peut se dire. Mais si elle est cachée, c’est parce qu’elle ne se discute pas et qu’elle n’a dès lors pas besoin de se livrer à l’examen critique. Elle n’a pas besoin de convaincre, elle rallie à elle ceux qui s’y retrouvent et laisse les autres sur le bord de la route, comme étrangers en leur propre pays.

Haut de page

Bibliographie

Adam Jean-Michel (1995), Les textes : types et prototypes, Paris : Nathan.

Amossy Ruth (2008), « Argumentation et Analyse du discours : perspectives théoriques et découpages disciplinaires », Argumentation et Analyse du Discours, n° 1 | 2008, [En ligne], mis en ligne le 06 septembre 2008. http://aad.revues.org/index200.html.

Angenot Marc (2008), Dialogues de sourds, Paris : Mille et Une Nuits.

Angenot Marc (ms), « Argumentation et théorie du discours social ».

Aymes Marcet Stéphane Péquignot, « Questions d’identité : l’apport de Fredrik Barth », Labyrinthe, 7 | 2000, [En ligne], mis en ligne le 05 avril 2005. URL :http://labyrinthe.revues.org/index503.html.

Boyer Henri (1998), « La part des représentations partagées dans la dynamique des conflits sociolinguistiques », in Ve Trobada de Sociolingüistes Catalans, Barcelona, Generalitat de Cataalunya-Departament de Cultura, 133-152.

Breton Philippe (2003), « Le plaider “en dehors de la cause” d’Aristote, un critère technique pour séparer argumentation et manipulation ? », in Bonnafous S., Chiron P, Ducard D. et Lévy C., Argumentation et discours politique, Presses Universitaires de Rennes.

Cassin Barbara (1995), L’effet sophistique, Paris : Gallimard.

Charaudeau Patrick (2005), Le discours politique. Les masques du pouvoir, Paris : Vuibert.

Danblon Emmanuelle (2002), Rhétorique et rationalité, Bruxelles : Editions de l’ULB.

Danblon Emmanuelle (2001), « La rationalité du discours épidictique », in Dominicy M. et Frédéric M., La mise en scène des valeurs, Paris-Lausanne : Delachaux et Niestlé.

Danblon Emmanuelle et Nicolas Loïc (à paraître), Les rhétoriques de la conspiration, Paris : CNRS éditions.

Fogelin Robert J. (1985), The logic of deep disagreements, Informal Logic, 7, 1-8.

Goyet Francis (1996), Le sublime du lieu commun. L’invention de la rhétorique dans l’Antiquité et à la Renaissance, Paris : Champion.

Herman Thierry et Micheli Raphaël (2003), « Renforcement et dissociation des valeurs dans l’argumentation politique », in Pratiques, « Didactique des valeurs », 9-28.

Herman Thierry (2010a), « Prémisses indéniables, mais dialogue de sourds quand même : la liberté d’expression au prisme d’une votation helvétique (initiative « muselière ») », Argumentation et Analyse du Discours, n° 4 | 2010, [En ligne], mis en ligne le 15 avril 2010. http ://aad.revues.org/index776.html.

Herman Thierry (2010b), « L’argument ad hominem en question : de Gaulle et la désignation de l’ennemi (1940-1942) », in Albert, Luce et Nicolas, Loïc, Polémique et rhétorique. De l’Antiquité à nos jours, Bruxelles : de Boeck, 365-380.

Herman Thierry (à paraître a), L’analyse rhétorique des discours.

Herman Thierry (à paraître b), « L’irrésistible rhétorique de la conspiration : le cas de l’imposture de la Lune », in Danblon et Nicolas, 219-238.

Loraux Nicole (1981), L’invention d’Athènes. Histoire de l’oraison funèbre dans la « cité classique », Paris, La Haye, New York : Mouton, éd. de l’EHESS.

Micheli Raphaël (2008), « La construction de l’objet dans quelques approches discursives et interactionelles de l’argumentation : une perspective métathéorique », in AtayanVahram et Pirazzini Daniela (Eds), Argumentation : théorie – langue – discours, Frankfurt am Main [etc] : Peter Lang, coll. Rhethos.

Noelle-Neumann Elisabeth (1989), Öffentliche Meinung : die Entdeckung der Schweigespirale, Frankurt am Main : Ullstein.

Perelman Chaïm et Olbrechts-Tyteca Lucie, (2008), Le traité de l’argumentation, Bruxelles : éd. de l’ULB, 6e éd. [1ère éd. 1958].

Pernot Laurent (1993), La rhétorique de l’éloge dans le monde gréco-romain, Paris : Études Augustiniennes.

Poliakov Leon (1980), La causalité diabolique, Paris : Calmann-Lévy.

Taguieff Pierre-André (1986), « L’identité nationale saisie par des logiques de racisation. Aspects, figures et problèmes du racisme différentialiste », in Mots, 12, 91-128.

Toulmin Stephen (1958), The Uses of Argument, Cambridge University Press.

Van Eemeren Frans et Rob Grootendorst (2004), A systematic theory of argumentation : the pragma-dialectical approach, Cambridge University Press.

Haut de page

Notes

1  Nous avions déjà abordé une perspective similaire d’analyse d’affrontement entre deux camps, au sujet d’une autre votation helvétique, dans (Herman 2010a). Cet article s’inscrit aussi dans une continuité de pensée avec la question de la polémique abordée dans (Herman 2010b) et avec la question des valeurs que nous abordions avec Raphaël Micheli en 2003.

2  Notons toutefois que ma perspective se situe entre l’argumentativisme généralisé de la langue (tout n’est pas argument ou rhétorique : je fais de l’expression d’une opinion – dont les contours doivent être définis – la condition nécessaire de la rhétorique) et la séquence argumentative classique reliant données et conclusion (Toulmin 1958, Adam 1992).

3  Voir Micheli (2008) pour éclairer les prises de position de Ruth Amossy et celles de Christian Plantin.

4  En sciences économiques, on fait la différence entre « push » et « pull » : une stratégie « push » amène le produit vers le client (persuader) tandis que la stratégie « pull » amène le client vers le produit (faire adhérer).

5  En ce sens, la définition qu’en donne Boyer, des représentations mobilisées pour manipuler des esprits (1998 : 10), me semble inadéquate car trop tournée vers un usage conscient et volontaire de domination par la persuasion.

6  Non que les frontières géographiques ne créent pas de Cité. On verra dans l’analyse qu’un lieu de tension se crée pour les Suisses (Cité géographique) qui ne reconnaissent pas dans le résultat du vote contre les minarets (Cité idéologique). À la fois dehors et dedans, ils optent souvent pour la distance ironique comme moyen de fuite devant l’inacceptable tension.

7  Dans une perspective proche de la mienne, Patrick Charaudeau parle « d’imaginaires sociodiscursifs » (2005 : 160-161).

8  Le « parrain » anthropologique de ce type d’analyse serait sans doute Frederik Barth. « Aussi l’idée centrale de F. Barth (et sans doute son apport le plus essentiel) est-elle de privilégier l’interaction entre individus comme unité d’observation : c’est là que se jouent les divers processus d’attribution et d’identification qui construisent les cultures et les identités » (Aymes et Péquignot 2000).

9  http://www.admin.ch/ch/f/rs/311_0/a261bis.html.

10  http://www.tdg.ch/actu/suisse/minarets-materiel-guerre-suisses-trancher-2009-11-29 ;
http://www.lematin.ch/actu/-debat/rejet-minarets-197752 ;
http://www.commentaires.com/suisse/minarets-n %20 %E2 %20 %80 %20 %99ayez-pas-peur.

11  Pour toutes les citations du corpus, syntaxe, orthographe et ponctuation sont livrées telles quelles.

12  Autre exemple : « La populations Suisse à voter ! c’est très clair ».

13  Ce qui doit être un particularisme helvétique, étant donné qu’une des plus anciennes et regardées émissions de consommation de la Télévision Suisse romande se nomme « À bon entendeur » et se désigne souvent par les trois initiales.

14  Ce refus peut-il être réinterprété comme une peur de se laisser persuader ? La peur d’éprouver une dissonance cognitive peut, me semble-t-il jouer un rôle, mais ce n’est qu’une piste de réflexion.

15  À cet égard, l’expression est typique de la pensée conspiratoire : le vote a prouvé que le peuple suisse peut écarter les rideaux de fumée et trouver la vérité cachée. Cf. Poliakov (1980), Angenot (2008 : 336 sqq), Danblon & Nicolas (à paraître), Herman (à paraître b).

16  Pour la procédure évidentielle du comme-si, voir Danblon (2002).

17  À l’heure où j’écris cet article, Nicolas Sarkozy subit un tollé pour avoir d’une part menacé de faire déchoir de la nationalité française les étrangers naturalisés qui auraient attenté à la vie des gendarmes et, d’autre part, fait expulser des camps illégaux de Roms. Y a-t-il un glissement de l’identité nationale – à supposer qu’un tel concept existe – vers l’idéologie nationale ?

18  Pour un développement, voir Herman (2010b).

19  L’argument par les conséquences est une justification externe au débat, « en dehors de la cause » dirait Breton (2003), et ne porte pas sur la légitimité à construire ou non des minarets.

20  D’après un témoignage entendu à la radio après le vote.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Herman, « Manifestations rhétoriques des frontières idéologiques : le cas des minarets helvétiques », Semen [En ligne], 30 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2011, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/semen/9003

Haut de page

Auteur

Thierry Herman

Linguiste, Université de Neuchâtel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page