Navigation – Plan du site

Deux modes de représentation idéologique people du pouvoir, lors du premier anniversaire de la présidence de N. Sarkozy

Alain Rabatel
p. 147-167

Résumés

Cet article analyse les effets idéologiques liés à deux modes de traitement de l’information représentatifs, à l’occasion du bilan de la première année du quinquennat de N. Sarkozy. Le premier est basé sur une sélection de petits textes autonomes, l’autre sur un portait : or ces discours de connivence produisent des effets idéologiques de proximité avec la personne critiquée, en contradiction avec la visée critique des articles, qui ressortit du persiflage. En effet, les éléments retenus sont appréhendés du point de vue du pouvoir, sans prendre en compte d’autres points de vue. De telles pratiques d’écriture sont problématiques : d’une part, elles ne facilitent pas la reconnaissance sociale de ceux qu’on rend invisibles, puisqu’on ne parle jamais d’eux ; d’autre part, elles naturalisent une représentation peopolarisée du pouvoir (spectacularisation, starisation, tensions entre des formes d’idéalisation et de dénigrement) et, en fin de compte, alimentent la thèse de l’idéologie comme méconnaissance.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Désormais PDV. On entend PDV en son sens le plus général, ici, d’après Ducrot 1984 : il s’agit du (...)

1Il nous est arrivé à maintes reprises d’insister sur les effets argumentatifs indirects qui résultent de la naturalisation des points de vue (désormais PDV) (Rabatel 2004, 2005, 2008b : 577-582)1. J.-M. Klinkenberg fait remarquer que parler de « découverte » de l’Amérique fait litière de ceux qui n’ont pas eu besoin de la découvrir, puisqu’ils y habitaient déjà (Klinkenberg 2010 : 57-8)… La naturalisation des PDV par effacement énonciatif est un procédé linguistique très largement partagé, sinon universel (et sans doute aussi les illusions sociologiques qu’il exprime). Comme le montre l’exemple critiqué par Klinkenberg, ce procédé linguistique est utilisé non seulement par des individus quelconques, mais aussi par des spécialistes reconnus, dans des discours analytiques ou théoriques, étant transverse aux discours ordinaires comme aux discours savants, et, de surcroît, au service de n’importe quelle thèse.

  • 2  Cette conception est toutefois revisitée à la lumière des travaux qui, depuis trois décennies, ont (...)
  • 3  D’un point de vue linguistique, parler de « rapport au monde », de « point de vue sur les choses » (...)

2On touche là, avec cet effacement de la source du PDV, à un ensemble de phénomènes particulièrement importants, qui pèsent sur l’interprétation des énoncés, en donnant à penser que ce qui est présenté comme une évidence ou une vérité n’a pas à être interrogé de façon critique, mais doit au contraire être accepté comme le cadre intersubjectivement partagé des échanges à venir. Ce double effet d’évidence et de vérité partagées forge la trame solide par où passe la navette de la circulation idéologique des discours conformes. L’effacement énonciatif porte tantôt sur l’effacement de la source des PDV dans tel ou tel énoncé (par impersonnalisation, passivation, etc.), tantôt sur des pans entiers du discours primaire, à l’instar de l’effacement de l’instance narrative dans un récit primaire (Rabatel 2006), ou encore de l’effacement de la voix du journaliste qui se borne à n’être que le porte voix de PDV antagonistes, sans prendre la peine (ou le risque) de se positionner en hiérarchisant les PDV cités dans son propre discours (Rabatel 2010a), comme si les choses se racontaient, s’expliquaient ou s’argumentaient d’elles-mêmes… Evidemment, il s’agit toujours d’un simulacre énonciatif, pour reprendre une formule de Charaudeau et de Vion, mais ce simulacre est coûteux, au plan interprétatif, plus gênant que le premier, car il affecte la compréhension de l’ensemble d’un texte. À ce titre, il est utile de s’interroger sur les effets idéologiques découlant de ces manières de dire qui sont aussi des manières de faire voir… Pour cela, il nous faut préciser la conception de l’idéologie à laquelle nous nous référons sans développer longuement, puisque notre article porte sur les effets idéologiques de certaines structures linguistiques et discursives. Nous définirons l’idéologie, selon une acception marxiste comme aliénation, illusion, méconnaissance2, bref, comme l’expression d’un rapport au monde illusoire, en ce que, dans l’ordre du discours, il pose comme naturels les choix de référenciation, donnant à croire que les PDV « sur les choses »3 sont conformes à une réalité ahistorique indépendante de la situation concrète des énonciateurs.

3Quant à la question de savoir si cette naturalisation est volontaire ou involontaire, consciente ou non, elle est relativement secondaire, d’un point de vue linguistique, même si elle a des implications politiques importantes. On pourrait discuter l’idée d’une coupure radicale entre le vrai et l’illusion (le vrai d’une époque devient une illusion ou une erreur pour la suivante), mais cette critique est malaisée, parce qu’il faut pouvoir maintenir l’idée d’une vérité (fût-elle sujette à discussion), pour ne pas verser dans un relativisme intégral. Nous reviendrons en conclusion sur cette question, dont nous voulons planter ici le jalon.

4Quelques mots sur le corpus. Ce dernier se borne à deux articles prélevés dans un cahier spécial du Monde, inséré dans le quotidien, le jour du premier anniversaire de la présidence de Nicolas Sarkozy (désormais NS). Ces articles paraissent à un moment marqué par la mise en cause du style personnel (« bling-bling ») du chef de l’Etat, qui a fait l’objet de maints commentaires toute l’année écoulée, et contre laquelle NS a tenté de mener une contre-offensive à travers l’interview qu’il donne à la presse à l’occasion de ce premier anniversaire. Ces articles ont été choisis parce qu’ils représentent des cas problématiques en raison des effets idéologiques implicites découlant de choix scripturaux, et moins pour leur représentativité, au sens quantitatif du terme, ni même pour ce qu’ils disent sur l’exercice du pouvoir de NS. Au demeurant, ces cas problématiques sont loin d’être des exceptions : le cas n° 1 ressortit aux articles qui procèdent par montage de petits textes autonomes lorsqu’il s’agit de faire le bilan d’une époque, d’un événement complexe (Rabatel 2006) et le cas n° 2 appartient au genre du portrait. Il est significatif que des articles si différents n’apparaissent pas n’importe quand ni à propos de n’importe qui : ils émergent toujours à des moments importants, dans des phases de bilan au cours desquelles la presse se donne les moyens d’approfondir sa connaissance des événements et de leurs protagonistes. Cela témoigne de la visée analytique de ces articles, quand bien même ils n’empruntent pas un tour analytique classique. Or, dans les deux cas, ces discours de connivence produisent des effets idéologiques de proximité avec la personne critiquée, de naturalisation de ses valeurs, en contradiction avec la visée critique des articles.

1. Les limites du persiflage, naturalisant une représentation spectacularisée du pouvoir, au prix d’une forte invisibilité des acteurs sociaux

5Le premier de ces textes est un article composite figurant dans le supplément du Monde consacré au bilan du premier anniversaire de l’élection de NS. L’objectif est d’analyser ce que le locuteur/énonciateur primaire (L1/E1) prend en charge dans le cadre de cette technique journalistique de plus en plus fréquente qui consiste à faire le point sur un événement, sur une période, à partir de petits articles de quelques lignes, qui sont censés être emblématiques des événements de la période ou de la personnalité qui lui imprime sa marque. La disposition de l’article mêle la technique de l’abécédaire, sélectionnant des référents par ordre alphabétique, avec celle du dictionnaire ou de l’encyclopédie, dont les entrées se terminent par des renvois à d’autres corrélats, indiqués en (1) par la couleur grisée.

  • 4  Autres entrées : Attali ; Guaino (Henri), Guéant (Claude) ; Hyperpésident ; Khadafi : Laïcité ; Mi (...)

(1) Nicolas Sarkozy un an à l’Elysée4

Bling-bling.

Tendance du hip-hop américain revenue à a mode à l’aube de l’an 2000, accessoires clinquants à la clé : « Lunettes Ray-Ban, chaîne en or, chronographe Breitling au poignet : comme [les rappeurs] le candidat de l’UMP aime les marques, le luxe, ce qui brille. Bref, ce que, dans la mythologie du hip-hop, on appelle le "bling-bling" »

Banlieues, Benoît XVI, Besson, Blum, Bolloré, bouclier, Bruni, Bush

Carla, Cécilia.

« Cécilia, c’est mon seul souci », assurait le président nouvellement élu. « Entre Carla et moi, c’est du sérieux », a-t-il affirmé le 8 janvier, avant de se marier, le 2 février à l’Elysée, avec Carla Bruni-Tedeschi, 40 ans.

Changement, Chine, Chômeurs, commissions, couacs, couple, courage

Femmes.

« Je voudrais leur dire qu’elles sont belles », déclare le président, le 14 juillet 2007, au sujet de Cécilia et de ses deux filles. « Très belles », dira-t-il de Rachida (Dati), Rama (Yade) et Christine (Lagarde), en prenant un verre avec des journalistes au bar de l’Hôtel Willard, à Washington.

Fidèles, Fillon, Fouquet-s, Françafrique, France, Front national

Neuilly.

Commune très huppée des Hauts-de-Seine, ex-fief de Nicolas Sarkozy, transformée en « Dallas-sur-Seine » le temps d’une campagne municipale. Héritier désigné du président, le porte-parole de l’Elysée, David Martinon, a été trahi par le fils du chef de l’Etat, Jean Sarkozy, puis désavoué par le père, qui l’a congédié du Palais.

Ouverture.

Bernard Kouchner, le plus célèbre des French Doctors, promu ministre des affaires étrangères d’un gouvernement de droite, a été la plus belle « prise » de Nicolas Sarkozy à la gauche. Les ralliements de Jean-Pierre Jouyet, ancien directeur adjoint du cabinet de Lionel Jospin, et d’Eric Besson, ancien secrétaire national à l’économie du Parti socialiste, sont moins « grand public » mais tout aussi déstabilisants pour le PS. Martin Hirsch, ancien président d’Emmaüs France, et Fadela Amara, fondatrice de Ni putes ni soumises, complètent ce tableau de chasse.

Objectifs, OGM, omniprésident, opposition, otages, OTAN

Pauv’ con (casse-toi).

Réplique du président au salon de l’agriculture, le 23 février, lancée à un homme qui avait refusé de lui serrer la main pour ne pas être « sali ». La séquence a été visionnée par plus de trois millions d’internautes. « J’aurais mieux fait de ne pas lui répondre », concédera ultérieurement M. Sarkozy au Parisien.

Pape, peule, police, portable, pouvoir, pouvoir d’achat, promesses

Rupture.

Le mot magique de sa campagne. Pour Sarkozy, il fallait rompre avec tout : le modèle social, le style présidentiel de ses prédécesseurs. Ainsi le voit-on grimper les marches de l’Elysée en short et chaussures de jogging en mai. Un an plus tard, il court dans le parc à l’abri des regards.

Recadrer, réformes, religion, République, retraites, rigueur, rythme

Salaire.

Le salaire mensuel de Nicolas Sarkozy a été revalorisé fin octobre de 172 %, de 7084 à 19331 euros nets, afin de l’aligner sur celui de ses homologues étrangers et de ne pas gagner moins que Jacques Chirac, qui cumulait son salaire avec ses différentes retraites. « Ce n’est pas une augmentation des revenus du président, c’est une diminution de l’ordre de 15 à 20 % », a plaidé Laurent Wauquier, le porte-parole du gouvernement.

Scénario, sécurité, Ségolène Royal, show-bizz, sondages, stratégie, style

Yacht.

La « retraite » qui devait permettre à M. Sarkozy d’ « habiter la fonction de président et prendre la mesure de la gravité de la charge » eut lieu du 7 au 9 mai 2007, sous la forme d’une escapade pour milliardaire, à bord du yacht de son ami, l’homme d’affaires Vincent Bolloré. « L’hospitalité fait partie de nos valeurs », expliqué le PDG du groupe homonyme. (Le Monde, Supplément, 6 mai 2008 : III)

  • 5  Éventuellement éclairé par la tonalité critique de l’article en regard, qui occupe l’essentiel de (...)

6L’effacement du discours primaire englobant, dans ce montage kaléidoscopique de petits textes qui ne relèvent pas de l’hyperstructure, pose problème en matière de hiérarchisation des informations et des PDV. L’objectif de (1), par-delà l’information sur des faits connus, est de tenir un discours explicatif et/ou argumentatif sur un ensemble d’une période et d’un régime, comme si la juxtaposition des faits et leur additiondevaient révéler la vraie nature du pouvoir de NS. Cette forme d’argumentation par les faits n’est pas explicitée, et c’est au lecteur qu’échoit ce travail5.

7L’absence de discours primaire pris en charge par L1/E1 pourrait être reprochée, en vertu de la distinction journalistique entre faits et commentaire, mais celle-ci n’a pas de pertinence linguistique. De surcroît, on peut toujours parler en se retranchant derrière la parole des autres ou de la doxa, comme c’est ici le cas, en sorte que les arguments précédents ne sont pas les plus fiables pour mettre en avant le caractère problématique de cette façon d’écrire. Plus fondamentalement, ce qui est en cause ici relève de ce que Ph. Schepens nomme un « discours de masquage ». L’article commence par « bling-bling » et se termine par « yacht », indiquant de la sorte un balisage argumentatif et un registre : il s’agit d’emblée de poser l’existence d’une critique dont la tonalité est celle du persiflage. Or voila bien ce que nous voudrions mettre en lumière : la fonction idéologique du persiflage, dont la dimension critique est remise en cause par l’existence d’une forme de connivence fondamentale avec le persiflé, en l’absence des armes de la critique qui permettraient de déplacer radicalement la critique en ne se situant pas sur le terrain de l’adversaire.

  • 6  Nous ne savons pas si ces textes sont rédigés par un ou plusieurs journalistes : comme ils exprime (...)
  • 7  Ce genre d’approche est également utilisé p. VI du supplément du Monde, dans une première colonne (...)

8Les divers petites textes de (1) qui composent le méta-texte de l’article ont donc une visée informative qui se double d’une dimension argumentative, au sens où Amossy 2006 oppose cette dimension indirecte et, souvent, implicite, à la visée argumentative directe et explicite. Le PDV exprimé dans le méta-texte émane d’un méta-énonciateur qui ne doit pas être confondu avec un sujet parlant journaliste, car il est bien connu que ce genre d’articles est un composé de textes rédigés par des sujets parlants différents, et éventuellement récrits par un autre… La construction sociale syncrétique de l’énonciateur est un problème de première importance, au plan interprétatif, car l’article, non signé, émane d’une instance journalistique surplombante, la rédaction, dont elle exprime le PDV. Or la représentation des événements découlant des choix énonciativo-argumentatifs (sélection, mode de donation de la référence)6 privilégie de façon sélective l’événementiel, le spectaculaire, non sans exprimer une certaine connivence avec une conception people de la politique7.

9En effet, sur les 15 entrées,

  • 6 renvoient à des noms propres (Np), dont 5 à des anthroponymes (prénom ou nom) et un à un toponyme (Neuilly).

  • 6 entrées sur 15 (« bling-bling », « Carla, Cécilia », « femmes », « Pauv’con (Casse-toi) », « salaire », « yacht ») portent sur le style de vie personnel du président, même si la différence entre le style personnel et le style présidentiel d’habiter la fonction ou d’exercer le pouvoir n’est pas toujours aisée à établir.

  • 6 entrées évoquent l’exercice du pouvoir : « Attali », « hyperprésident », « Guaino (Henri), Guéant (Claude) », « Neuilly », « Ouverture », « Rupture ». Ces 6 entrées portent exclusivement sur des personnalités, des stratégies de brouillage et d’affaiblissement de l’adversaire. Deux entrées portent plus spécifiquement sur la majorité, avec l’évocation des luttes d’influence des deux membres du cabinet du président, ou font allusion à la trahison du fils à Neuilly, Shakespeare se transformant en Dallas, selon une stratégie de carnavalisation explicitement mise en scène par le journaliste.

  • 2 entrées touchent à des questions de politiques internationales (« Khadafi », « Laïcité ») et sont traitées à travers des polémiques de politique intérieure.

  • 1 entrée (« Mittal ») est consacrée aux questions économiques, appréhendées à travers l’exemple de l’aciérie de Gandrange.  

  • 8   Le trait d’union avec lequel nous évoquons la re-présentation met l’accent sur le fait que cette (...)

10Au total, donc, 6 entrées sur la personne de NS, 6 autres de politique autocentrées autour de NS, confirmant les représentations médiatiques de NS que rapporte Le Monde, à savoir son « exhibitionnisme » et son « narcissisme ». S’y ajoutent une re-présentation8 de la scène politique comme théâtre, intrigues, décalage entre discours pour la communication et l’action, une centration sur la sphère politique elle-même réduite à une guerre. À quoi il faut ajouter un certain nombre d’absences significatives : l’article n’évoque pas le gouvernement ni ses décisions, ni ne mentionne le nom du premier ministre, sauf dans un renvoi. Il sous-estime les problématiques économiques, financières, la politique étrangère (réduite à des postures et des calculs politiciens à visée de politique intérieure). Il fait totalement l’impasse sur les questions sociales, éducatives et culturelles, il fait comme si la société, les institutions, les classes sociales, les corps intermédiaires n’existaient pas ou n’étaient pas un prisme pertinent pour aborder le bilan de la première année du quinquennat de NS.

11Il y a là, au plan des valeurs, du fait des choix et des non choix opérés par le(s) journaliste(s) (Rabatel 2008a), une facilité à ne rendre compte d’une société qu’à travers le prisme de l’événementiel et de la proximité. On est ici en amont de choix idéologiques partisans, entre droite et gauche, sans avoir déserté pour autant le terrain idéologique : car ce qui est reproduit ici, c’est une vision de la politique réduite aux coups, aux jeux de pouvoir, toutes choses qui existent bel et bien mais qui ne représentent pas l’ensemble de la politique, si l’on part de l’idée que la politique c’est l’organisation de la vie des gens. Or la logique des choix des entrées privilégie la coupure entre monde politicien et citoyens, renvoyant aux problématiques sociales et sociétales, de façon limitée, dans les autres entrées possibles. Les citoyens sont « invisibles » dans ce théâtre (selon la notion empruntée à Beaud), et donc en deçà de tout processus de reconnaissance sociale.  

  • 9  Il n’entre cependant pas dans notre propos, disant cela, d’opposer émotion et raison.

12On pourrait faire la même analyse des termes en grisé sous l’entrée de l’Abécédaire, qui correspondent à d’autres entrées possibles de la lettre, à l’instar des couvertures auxquelles le lecteur a échappé dans Charlie Hebdo. Toutes ces entrées possibles relèvent d’une stratégie de sélection exprimant une conception similaire de la politique. Par exemple, les autres entrées possibles à S sont « scénario, sécurité, Ségolène Royal, show-bizz, sondages, stratégie, style » : ces termes prolongent la représentation de la politique précédente comme coup, stratégie, co-élaborés par des communicants, des conseillers, des politiques qui partagent les mêmes conceptions. La « sécurité » (mais bien sûr pas la sécurité sociale) relève de cette logique. Toutes choses égales, c’est la même chose avec les renvois sous M : « Mai 68, médias, méthode, Môquet, morale, multirécidiviste ». Cette façon de faire le bilan par des Np privilégie l’approche par l’événementiel, le spectaculaire, l’anecdote, et, pour tout dire, par l’émotion9.

13On objectera qu’un article n’est jamais exhaustif, que les choix du journaliste sont légitimes, à la condition que le journal ait la responsabilité de couvrir de façon plus complète la période. L’argument est théoriquement juste. Mais, pratiquement, le supplément complet évoque la politique du point de vue du pouvoir, sauf en page internationale, où l’avis extérieur est celui de la presse étrangère. Partout ailleurs, tout est centré sur NS. La page I présente la silhouette de NS, avec l’annonce des titres principaux et un court article intitulé « Désenchantement ». Les pages II et III comprennent les articles dont sont extraits (1) et (2). Page IV, un grand article porte sur « la relance ratée » (plus deux articles plus petits sur les grands chantiers et sur les relations avec les syndicats). Page V, des petits articles reviennent sur des décisions (ou des résistances) touchant les « Universités autonomes », l’immigration, la justice, la carte judiciaire, la santé, l’environnement. Les pages VI et VII sont consacrées à la « la diplomatie médiatique ». La dernière page comprend un entretien avec le sociologue D. Muzet. S’ajoutent deux articles évoquant la première année de J. Chirac (p. IV) et de F. Mitterrand (p. V), plus une courbe de la popularité de NS (p. VIII). Bref, nulle part l’avis des citoyens, des corps intermédiaires, des partis n’est sollicité, tout est envisagé du point de vue unilatéral de NS. Le seul expert extérieur est un spécialiste des médias, qui se trouve érigé en unique commentateur autorisé.

14Mais revenons à (1) : ce qui pose problème, ce sont les limites intrinsèques du mode du persiflage, dans la mesure où la critique est en elle-même suspecte, puisqu’elle imite par sa spectacularisation une pratique critiquée…

  • 10  Sur la différence entre prise en charge et prise en compte, voir Rabatel 2009.
  • 11  Si l’on étend la notion, qu’Authier-Revuz n’emploie qu’avec le DI. Mais il nous semble que la noti (...)

15Cette connivence peut se lire à d’autres niveaux. Le souci d’écrire de façon accrocheuse entraîne un autre effet idéologique problématique, dans la mesure où la façon d’écrire du point de vue des acteurs de l’événement, et donc ici du point de vue de ceux qui participent de la sphère du pouvoir semble irriguer l’ensemble du texte, au point qu’on peut se demander si L1/E1 ne reconduit pas involontairement des manières de penser ou de dire qui sont peu compatibles avec la visée critique (implicite) du texte. Ainsi, en (1), les femmes sont citées par leurs prénoms (tandis que dans le reste du texte, les personnalités politiques françaises le sont par leur nom de famille et leur prénom entre parenthèses et les personnalités étrangères par leur seul nom de famille). Sans doute faut-il voir ici d’abord la trace de la façon habituelle (mais cependant non sans signification) dont la presse évoque les femmes et les hommes. Dans le co-texte, cette différence accroît le sexisme de la distribution, comme si le personnel politique féminin n’avait de poids que par une sorte de proximité privilégiée avec le président, évoquée et exhibée par lui, très directement. Cette vision sexiste est prise en charge par NS, dans la rubrique « femmes ». Mais qu’en est-il du journaliste ? Le choix de nommer les femmes par leur prénom se justifie sans doute par la nécessité « technique » de les inclure dans la même rubrique, mais en suivant cette stratégie, on se demande si le journaliste se contente de prendre en compte10le PDV de Sarkozy, ou s’il ne prend pas en charge une certaine conception des rapports homme/femme dans les sphères du pouvoir, comme trophées qui accompagnent les chefs de guerre. Ainsi encore, en (1), dans le petit texte intitulé « Rupture », le débauchage de personnalités de gauche, est présenté comme une « prise », les guillemets indiquant une citation, ou un îlot textuel11 de NS. L’hypothèse de guillemets de distanciation paraît impossible compte tenu du fait que la fin du texte évoque sans distanciation « ce tableau de chasse », en sorte que l’anaphore résomptive témoigne d’une porosité entre la façon de voir de NS et celle de parler/de voir du journaliste. Ce genre de procédé est bien évidemment une façon de se mettre au niveau de son sujet, selon une stratégie de captatio benevolentiae efficace. Il n’en reste pas moins que, corrélée à l’ensemble des procédés qu’on vient de voir, il en ressort une sorte de brouillage entre l’événement, le point de vue de NS et celui du journaliste, dans la mesure où la façon de représenter l’événement emprunte des façons de dire et donc des manières de voir dont on ne sait plus si elles sont partagées ou non. Et comme nulle part elles sont explicitement mises à distance, elles sont aisément naturalisables…

16Dans les exemples précédents, l’effet de brouillage des points de vue repose sur l’absence de discours primaire autonome de L1/E1. La présence d’un texte primaire explicite ne serait toutefois pas une garantie suffisante, comme le montre l’exemple (2), dès lors que le discours primaire adopte pour le portrait de NS des techniques empathiques qui traitent d’une personnalité comme d’un personnage, dont la perspective est présentée d’une façon si consonante qu’on aboutit à un effet de brouillage tout aussi problématique que l’exemple (1), par des voies bien différentes.

2. Quand l’empathisation journalistique sur les hommes politiques alimente une vision people héroïsante

  • 12  Qui occupe les quatre cinquièmes de la double page contenant aussi, à droite, le texte reproduit p (...)

17Certains procédés d’empathisation sont fréquents dans l’écriture journalistique, et ce depuis longtemps. On se rappelle notamment le travail de Mulhmann 2004a sur le New Journalism. Ce qui nous intéresse ici, c’est la mesure des effets idéologiques découlant de ces pratiques romanesques dans la presse d’information. Voyons d’abord un extrait de ce portrait, qu’il n’est pas utile pour notre démonstration de reproduire en entier, ce que nous voulons interroger concernant uniquement certains procédés d’empathisation. Dans cet article12, intitulé « L’impossible président », p. Ridet revient sur les « erreurs » commises selon Sarkozy durant la première année de son mandat et termine en relativisant la portée de la stratégie de rectification de l’image du président (« faire président »), lors de l’émission télévisée du 24-4-2008, avec le dernier sous-titre de son long article, « Je veux faire du pognon » :

(2) L’opération Sarkozy a changé est sur les rails. Pour l’heure, les sondages, eux, ne bougent pas. […] Son gouvernement, dont il était si fier, se révèle souvent inexpérimenté. « La prochaine fois je les vire », menace-t-il à chaque « couac », sans que cela soit suivi d’effet. Une petite musique monte dans les rangs de la majorité excédée : « Sarkozy est un faux dur ». Parfois, il aurait presque envie de tout planter là. Il rêve de ne faire qu’un seul mandat, de réformer la France et de partir. « Je ne ferai qu’un seul mandat », glisse-t-il à ses visiteurs qui n’en croient pas un mot. « Je veux faire du pognon », insiste-t-il en tâtant la poche poitrine de sa veste. Le retour du naturel ?
Pourtant, il fait ce qu’on lui demande. Il a « fait » président. S’est montré discret, a remisé ses gros chronographes Breitling au placard. A la place, il porte une Patek Philippe. Une montre suisse discrète comme le sont les vraies grosses fortunes des bords du Léman. Parfois, il la fait circuler entre ses invités qui partagent sa table de déjeuner, entre deux conversations sur les réformes et la politique étrangère. « Elle vaut quatre fois plus cher que l’autre ! » s’amuse-t-il. Puis il reprend la conversation en s’efforçant de ne pas interrompre ses hôtes comme il le faisait avant. Devant eux, il joue les fiers à bras, dit qu’il n’a dû renoncer à aucune réforme, au contraire de Giscard, de Mitterrand et de Chirac, ces modèles dont on voudrait qu’ils l’inspirent. Dédaigneux, il rappelle leurs échecs. Et, fanfaron, il lâche : « je ne repeins pas la réalité en rose, mais finalement, gouverner, c’est plus facile que je croyais. »
(P. Ridet, Le Monde, Supplément, 6 mai 2008 : III)

18P. Ridet met en scène NS en utilisant des techniques romanesques de représentation de la vie intérieure du Président. Les extraits (3) et (4) montrent que le journaliste adopte la pose du narrateur omniscient d’un récit hétérodiégétique, campant les scènes de discussion avec les interlocuteurs du président, comme s’il y était :

(3) Parfois, il aurait presque envie de tout planter là. Il rêve de ne faire qu’un seul mandat, de réformer la France et de partir. « Je ne ferai qu’un seul mandat », glisse-t-il à ses visiteurs qui n’en croient pas un mot. « Je veux faire du pognon », insiste-t-il en tâtant la poche poitrine de sa veste. Le retour du naturel ? (P. Ridet, Le Monde, Supplément, 6 mai 2008 : III)

(4) Parfois, il la fait circuler entre ses invités qui partagent sa table de déjeuner, entre deux conversations sur les réformes et la politique étrangère. « Elle vaut quatre fois plus cher que l’autre ! » s’amuse-t-il. (P. Ridet, Le Monde, Supplément, 6 mai 2008 : III)

19Le journaliste utilise le présent pour donner de la vivacité à la scène, tandis que l’adverbe « parfois », en tête des deux exemples, signale la dimension itérative des scènes, confirmant l’omniscience du narrateur/journaliste. Certes, on pourrait dire que la question sur « le retour du naturel ? » indique une distance, mais celle-ci n’entame pas le fait que l’article repose sur un mode de narration empathisant sur NS, érigeant ce dernier en centre de perspective. La preuve en est que le paragraphe qui suit la question commence par un « Pourtant, il a fait ce qu’on lui demande, il a "fait" président » : le mouvement argumentatif initié par le connecteur est très significatif, il peut renvoyer à une prise en compte par le journaliste, qui commente et analyse (en utilisant le passé composé), ou à une quasi prise en charge (Rabatel 2009) par l’énonciateur second Sarkozy, centre de perspective (et dans cette occurrence, le passé composé, et l’ensemble de l’énoncé, peut être interprété comme une autojustification de NS : « pourtant, j’ai fait tout ce qu’on m’a demandé »). Dans les deux cas, la stratégie indique une connivence, puisque la voix du narrateur épouse le PDV du personnage. L’hypothèse de NS centre de perspective est bien sûr renforcée par le passage du passé composé au présent, avec la scène (« il porte une Patek Philippe »), qui suit le sommaire précédent. Quant à la connivence du journaliste/narrateur avec la personnalité/le personnage (comme avec les témoins), elle est bien marquée par le choix des verbes de parole : « glisse-t-il à ses visiteurs qui n’en croient pas un mot », « insiste-t-il », « s’amuse-t-il »…

  • 13  Certes, ce sont des écrivains qui sont sollicités, mais le fait que ce soit dans la presse brouill (...)

20Cette technique romanesque est bien connue, à défaut d’être originale. Mais le problème, c’est que NS n’est pas un héros de roman, que p. Ridet n’est pas romancier et que Le Monde n’est pas Détective. Certes, on a beau savoir que l’énergie du président attire un certain nombre d’écrivains (Rambaud, Lambron, Rouart, Reza, ainsi que le rappelle un article de G. Bacqué, dans le même supplément du Monde, page VII), il n’en reste pas moins que ce mode de présentation chez un journaliste participe à la fictionnalisation de l’information, un peu comme les mêmes techniques participaient de la fictionnalisation de l’histoire, ainsi que Ricœur l’a montré dans Temps et Récit. Cette tendance à la fictionnalisation se répand dans la presse, en témoigne la série de Libération, l’été 2009, demandant à 14 écrivains « de se mettre dans la tête de notre président pour en explorer les facettes les plus folles » (Libération 15-7-2009, p. VI)13. Il se dégage de ce genre de mise en récit un portrait vivant, une forme de connivence qui pose problème du point de vue des effets idéologiques d’une critique qui se met à la place de la personne critiquée au point qu’on peut se demander si le journaliste ne les naturalise pas, voire ne les partage pas au moins en partie, puisque ces valeurs uniques sont les seules valeurs de référence.

  • 14  On pense également aux Versets sataniques de Rushdie. Qu’on nous comprenne bien : nous sommes pers (...)

21On entend l’objection : empathiser sur un personnage, ce n’est pas être d’accord avec ses façons de penser, de parler ! Nous ne nous donnerons pas le ridicule de recommencer le procès de Flaubert. Mais enfin, si le mélange des voix et des points de vue, qui a donné naissance à des chefs d’œuvre, a pu faire problème sans aller jusqu’à nécessiter un procès ou des fatwas14 il se pose a fortiori pour le journaliste ou pour l’historien qui devraient s’interroger sur les effets de l’emploi de certaines techniques narratives (Rabatel 2008b). D’autant que les romanciers des narrations hétérodiégétiques réalistes ne se privaient pas de donner leur avis, par de courtes intrusions d’auteur, comme Stendhal, ou par de longs commentaires, comme Balzac, Hugo, Sue, ou Dumas, ce que le journaliste s’interdit en vertu des règles de déontologie.

22En se mettant à l’intérieur d’une vision du monde, en donnant vie à cette logique, en traitant une personnalité politique comme un personnage de roman, le journaliste qui rend vivant son texte ne participe-t-il pas de la spectacularisation, de la mythification et de la déréalisation (peopolisée) de la vie politique ? Cette stratégie d’empathisation a un coût pour le journaliste : elle l’installe dans une familiarité présupposée avec les grands de ce monde, puisque le journaliste/narrateur est dans leurs « secrets » – suprême illusion d’ailleurs, car ces secrets-là sont anecdotiques pour les citoyens et pour la démocratie… Cette façon de citer des propos publics ou privés se répand, on la retrouve dans l’exemple (1) à propos des relations avec Carla Bruni et Cécilia Sarkozy. Il vaut la peine de s’interroger sur le rôle du journaliste qui rapporte ces propos. Certains se trouvent sans doute prononcés pour être rapportés (on pense aux relations avec « Carla » et « Cécilia »), d’autres ont plutôt une dimension privée (les considérations sur l’argent, le renvoi des ministres), encore qu’on ne puisse écarter l’idée d’une instrumentalisation des médias pour faire passer certains messages. Il n’en reste pas moins que le mélange des sphères privées et publiques semble aller de soi y compris pour des journalistes du Monde, qui se positionnent ainsi en familiers de la parole présidentielle, à contre-front de la distance qu’ils revendiquent. Il est vrai que les limites entre sphères privée et publique tendent à s’estomper dans le discours public.

3. Idéologie, empathie, méconnaissance, reconnaissance et connaissance

3.1. Des modes de représentation people à une idéologie populiste ? Brouillages entre formes et contenus

  • 15  Sur le style de NS, voir Calvet et Véronis 2008, De Cock et alii 2008. La starisation des politiqu (...)

23Les techniques narratives d’empathisation et d’héroïsation des personnages propres aux romans et l’effacement du discours primaire devant la mise en scène des faits ne sont pas sans rappeler certaines pratiques d’écriture et de mise en page de la presse people : spectacularisation, vivacité, connivence, cumul d’effets d’idéalisation avec des effets de proximité, notamment à travers certaines façons de parler – quand le personnel politique veut lui-même marquer sa proximité avec le peuple15. Cette forme de peopolisation a une dimension idéologique car la représentation héroïsée et conventionnelle du pouvoir alimente une méconnaissance des rouages du monde social. Certes, la presse people est plus complexe que les représentations à charge, « entre le marteau du populisme et l’enclume de la démagogie » (Dakhlia 2007 : 264), mais ces représentations ont leur part de vérité.

  • 16  Voir l’exemple du référendum de 2005 sur le traité européen dans Rabatel 2006.
  • 17  Mais pas les élites économiques…

24Faut-il établir un lien (Taguieff 2007, Rabatel 2008) entre peopolisation et populisme ? Il existe des variétés historiques, géographiques et idéologiques de populisme si différentes qu’il semble vain de leur trouver un dénominateur commun significatif (Charaudeau 2008). De plus, parler de « populisme » relève de présupposés ambigus, car derrière la stigmatisation de certains politiques se profile le mépris du peuple ou de la défense des intérêts populaires16. Des valeurs ambivalentes sont accolées à la notion de peuple, valeur négative de la plebs à laquelle s’oppose le critère quantitatif du populus critère quantitatif qu’on retrouve dans le souci de l’audimat. Nous éviterons donc de ranger sous une dénomination commune des expériences politiques très différentes, mais considérerons le populisme, par-delà les axiologies diverses, comme une catégorie descriptive indiquant certaines formes d’exercice de la politique, reposant sur un rapport direct avec le peuple, un leader charismatique qui prend la posture d’un Chef, qui adopte un ethos de volonté, par-dessus les instances de médiations traditionnelles élites intellectuelles17, corps intermédiaires , érigés en boucs émissaires (voir Taguieff 2007 et Charaudeau 2008). Ainsi défini, le populisme est un ensemble de pratiques rhétoriques du pouvoir.

25Ce populisme-là ne doit pas être confondu avec la peopolisation, même si les deux notions sont parfois imbriquées. La spectacularisation, l’héroïsation du pouvoir, l’image idéalisée d’un président héros de roman, avec son volontarisme et son aura, tout cela n’est pas sans susciter un certain malaise quand on pense au culte du Chef (et aux attributs du Chef), au volontarisme, dans les diverses idéologies qui se réclament du populisme (Charaudeau 2008b : 82). Cette proximité formelle, en deçà de tout contenu, nous interroge, parce qu’il n’est malgré tout pas de forme sans contenu.

3 .2. Idéologie, invisibilité et lutte pour la reconnaissance

  • 18  Ces descriptions passent par le discours, comme dans nos exemples, mais elles peuvent aussi corres (...)

26Si l’idéologie emprunte souvent la forme de discours de justification, celle-ci n’est pas unique. L’effacement énonciatif ou l’empathisation jouent un rôle moteur dans un mode de justification indirect par description (Renault 2008 : 85), qui rend visibles tels acteurs, forces, valeurs au détriment de tels autres. La répétition de ces descriptions18 augmente leur prégnance : « institutionnalisées, elles éduquent le regard et orientent l’attention individuelle et collective vers certains types d’objets déterminés tout en confirmant les justifications qui les prennent préférentiellement pour objet » (ibid. : 86).

27Lorsque nous plaidons contre la spectacularisation et une certaine peopolisation, c’est moins par esprit moralisateur que parce que nous avons la conviction que ces formes de connivence sont suspectes par leurs effets de naturalisation de valeurs discutables, et que, concomitamment, les conflits ne peuvent se régler en déni de fractions contractantes du corps social, sauf à fragiliser le pacte social.

  • 19  Voir Honneth 2007 sur le lien entre reconnaissance,  la notion de souci chez Heidegger, proche de (...)

28Ce qui se joue, c’est la capacité d’alimenter la co-construction non naturalisée des valeurs, de faciliter leur discussion et la gestion des conflits, de façon à faire émerger un « nous » (Muhlmann 2004b) qui donne corps à une citoyenneté réinventée. Non pas parce que l’éthique de la discussion (Habermas 1992) et la démocratie sont une norme indépassable, mais parce que, d’un point de vue purement pragmatique, il n’est pas d’autre moyen pour faire société ensemble que le souci de soi et des autres. Cette conception du politique repose sur le refus d’un point de vue unique, globalisant ou surplombant et sur la conviction qu’une confrontation régulée des points de vue permet d’appréhender le complexe, en invitant les individus à tourner autour des problèmes pour les envisager selon divers aspects, en associant des individus différents dans un processus plus ou moins partagé de compréhension et de construction du lien social (Delamotte-Legrand et François 1997 : 7s, François 1997 : 143-151). L’objectif n’est pas la recherche de la vie bonne abstraite (à quoi vise la morale), mais la détermination pragmatique des procédures qui favorisent des jugements sur l’acceptabilité de telle norme ou pratique pour une communauté donnée19.

29Revenons, à la lumière de ces remarques, sur la notion d’idéologie et de lutte pour la reconnaissance. L’absence de pans entiers des acteurs sociaux, en (1) et en (2), rend les acteurs invisibles et complique leur reconnaissance. Parler de « lutte » de reconnaissance signifie concevoir le conflit non comme une menace pour l’ordre social (comme dans la tradition hobbesienne) mais comme le médium même de l’intégration sociale : « C’est par les multiples luttes pour la reconnaissance sans cesse rejouées qu’une collectivité peut accroître les chances de réunir les conditions nécessaires à l’autoréalisation de ses membres », souligne Voirol dans la substantielle introduction à Honneth 2008 : 21. Ces luttes pour la reconnaissance ne se limitent pas aux seules dimensions matérielles (la lutte pour l’existence), elles concernent d’autres niveaux, qu’il s’agisse de celui de l’amour (générateur de confiance en soi), du droit (générateur de respect de soi) et de la solidarité (génératrice de l’estime de soi) : c’est seulement l’ensemble de ces réalisations intersubjectives qui permet une pleine autoréalisation des sujets. Et inversement, leur absence entraîne diverses formes de mépris et menacent l’identité des sujets (Honneth 2000 : 159). Autrement dit, le dépassement de Marx doit se comprendre comme le refus de limiter la critique à la domination, à la réification, à l’aliénation purement et simplement, dans la mesure où toute forme de dysfonctionnement est à lire aussi en fonction de l’exigence de disposer, fût-ce implicitement, de critères pour esquisser des contours négociés de la « vie bonne », critères qui ne se bornent pas à des dysfonctionnements ou à des altérations, mais qui intègrent aussi un potentiel de développement, pour la personne, son entourage comme pour la société.

3.3. Empathie, méconnaissance, reconnaissance, connaissance

  • 20  Voirol fait utilement le point sur les conceptions de l’idéologie relativement « paternalistes » ( (...)

30À rebours des luttes de reconnaissance, la méconnaissance est le signe d’une appréhension idéologique, autrement dit erronée, de son rapport au monde. Le sujet se pense, dans l’illusion de sa valeur et de sa puissance, alors qu’il n’est qu’un rouage qui vient s’insérer dans le système, et qu’il ne tire sa reconnaissance (pour soi et aux yeux des autres) que dans cette illusion. En ce sens, le regard idéologique est un regard torve, qui croit se connaître et qui est dans la méconnaissance des mécanismes structurants qui font agir les sociétés et les individus. Le sujet n’acquiert son identité sociale qu’au prix d’un assujettissement à un système de règles pratiques et de valeurs (le sujet est celui qui est sous un joug, certes métaphorique, mais bien réel). Selon Honneth 2008 : 246-247, Althusser (1973, 1974, 1976) décrit « le processus institutionnel de la reconnaissance comme un mécanisme de constitution de sujets conformes au système ». Or cette reconnaissance/méconnaissance, qui ne sert pas à accroître l’autonomie personnelle, mais « à produire des attitudes conformes à la domination », n’est valable que dans l’après-coup, d’un point de vue surplombant de contestation du système. Mais dans le cours des choses, le processus est moins unilatéral que ne le dit Althusser20.

En tant que contemporains d’une époque qui tient pour moralement supérieure au passé, nous sommes convaincus que l’estime conférée à l’esclave vertueux, à la bonne ménagère et au soldat héroïque relève de la pure idéologie. Mais dès que nous nous plaçons dans des contextes passés, il devient infiniment plus difficile de distinguer entre une forme de reconnaissance juste, porteuse d’exigences morales, et une forme de reconnaissance fausse, ‘idéologique’. En effet, les critères qui étaient auparavant pour nous les plus sûrs se brouillent soudainement : pourquoi l’estime de ses maîtres ne devrait-elle pas permettre à l’esclave d’accéder à une forme de sentiment de sa propre valeur et d’atteindre ainsi un certain stade d’autonomie intérieure ? Et la reconnaissance publique acquise par les femmes en tant que mères dévouées n’a-t-elle pas été une compensation partielle pour l’humiliation infligée par leur mise à l’écart des rôles et fonctions publics ? […] Ces interprétations possibles montrent chaque fois clairement qu’un dispositif précis d’estime que nous tenons rétrospectivement pour de la pure idéologie peut s’avérer, lorsqu’on se penche plus précisément sur ses conditions historiques, offrir les conditions d’acquisition d’une valeur de soi rehaussée dans le cadre de groupes spécifiques. (Honneth 2008 : 249)

31S’il est loisible de porter un jugement critique sur les mécanismes scripturaux de (1) et (2), il est aussi possible, compte tenu de ce qui précède, de considérer qu’ils peuvent construire des analyses distanciées : car il n’est jamais fatal que de telles pratiques scripturales maintiennent les sujets dans des formes d’assujettissement à ces reproductions fallacieuses du pouvoir, ni n’entraînent automatiquement de processus interprétatif générateur d’illusions. C’est ce que souligne Dakhlia 2010, à propos de la presse people qui se prête « à différentes formes de critiques – envers l’ordre social et/ou politique – qui définissent son ancrage dans une culture populaire plus seulement définie par l’appartenance sociale mais par une réappropriation contestataire de la culture de masse » et qui fait descendre dans l’arène politique des thématiques personnelles (Dakhlia 2007 : 274-276).

  • 21  Distincte de la sympathie (plaindre autrui) l’empathie repose sur le partage des émotions, l’aptit (...)

32Ce qui vaut pour certains usages de la presse people peut valoir pour bien d’autres pratiques discursives, y compris celles que nous venons d’interroger. À quelles conditions ? Il nous semble que le lien entre la méconnaissance, la reconnaissance et la connaissance, c’est la disposition empathique qui porte au souci de l’autre, à la compréhension participante de l’autre. Honneth 2007 : 47-56, 64-69 évoque des arguments externes à la philosophie pour justifier sa théorie, notamment les acquis de la psychologie piagétienne de l’enfant (pour le dire vite), et, en amont ceux de la psychologie sociale de George Herbert Mead auquel il avait consacré le chapitre quatre de La lutte pour la reconnaissance (Honneth 2000) qui établissent un lien entre la construction d’une relation interpersonnelle, la construction empathique du tu et la construction de la faculté symbolique. Nous ferions volontiers l’hypothèse (en n’allant pas plus loin, pour ne pas sortir trop de notre domaine de compétence) que la faculté empathique se transforme au cours du développement, et que ce n’est pas la même chose que l’empathisation « en deuxième personne » (pour paraphraser Jankélévitch) et l’empathisation en troisième personne, comme lorsque l’on se donne les moyens pour penser du point de vue des autres, de voir de leur place, sans utiliser le je ou le tu. Ainsi que nous l’avons dit dans l’introduction d’Homo narrans, le point de vue ne se borne pas qu’à une compréhension participante et émotionnelle dénuée de distanciation critique : être avec n’implique pas qu’on ne soit qu’avec, et c’est tout le jeu des postures énonciatives que de permettre cette dialectique de la reconnaissance vers la connaissance et c’est aussi ce qui contribue pour une part décisive à la différence entre l’empathie animale (de Wall 201021) et l’empathie humaine qui se joue dans et par le langage en interaction, entre émotion et raison.

Haut de page

Bibliographie

Althusser Louis (1973), Réponse à John Lewis, Paris : Editions Maspero.

Althusser Louis (1974), Philosophie et philosophie spontanée des savants, Paris : Editions Maspero.

Althusser Louis [1970], « Idéologie et appareils idéologiques d’état », La Pensée 151, repris in Positions (1976), Paris : Éditions sociales.

Amossy Ruth (2006) [2000], L’argumentation dans le discours,Paris : Armand Colin.

Calvet Louis-Jean et Véronis Jean (2008), Les mots de Nicolas Sarkozy, Paris : Le Seuil.

Charaudeau Patrick (2008), Entre populisme et peopolisme. Comment Sarkozy a gagné ! Paris : Vuibert.

Dakhlia Jamil (2007), « People et politique : un mariage contre nature ? Critères et enjeux de la peopolisation », Questions de communication 12, 259-278.

Dakhlia Jamil (2010), « Populaire, la presse people ? » Présentation de la conférence du 7 mai 2010, Laboratoire Communication et Politique, 20 rue Berbier du Mets, 75013, Paris.

De Cock Laurence, Madeline Fanny, Offenstadt Nicolas, Wahnich Sophie (dir.) (2008), Comment Nicolas Sarkozy écrit l’histoire de France, Marseille : Agone.

Delamotte-Legrand Régine (1997), « Langage, socialisation et constitution de la personne » in R. Delamotte-Legrand, F. François, L. Porcher (éds.) Langage, éthique, éducation, Publications de l’université de Rouen, 63-115.

Delamotte-Legrand Régine et François Frédéric (1997), « Ouverture » in R. Delamotte-Legrand, F. François, L. Porcher (éds.) Langage, éthique, éducation, Publications de l’université de Rouen, 7-10.

Ducrot Oswald (1984), Le dire et le dit. Paris : Editions de Minuit.

François Frédéric (1997), « Discuter pour quoi faire ? », in R. Delamotte-Legrand, F. François, L. Porcher (éds.) Langage, éthique, éducation, Publications de l’université de Rouen, 119-176.

Habermas Jürgen [1991] (1992), De l’éthique de la discussion, Paris : Flammarion.

Honneth Axel (2000) [1992], La lutte pour la reconnaissance, Paris : Cerf.

Honneth Axel (2007) [2005], La réification. Petit traité de Théorie critique, Paris : Gallimard.

Honneth Axel (2008) [2006], La société du mépris. Vers une nouvelle Théorie critique, Paris : Editions de la Découverte.

Jankélévitch Vladimir (1977), La Mort. Paris : Flammarion

Klinkenberg Jean-Marie (2010), Périphériques Nord, Liège : Les Editions de l’Université de Liège.

Laugier Sandra (2007), « Le care : enjeux politiques d’une éthique féministe », Raison publique 6, 29-47

Muhlmann Géraldine (2004a), Une histoire politique du journalisme, Paris, Le Monde/PUF.

Muhlmann Géraldine (2004b), Du journalisme en démocratie, Paris : Payot.

Rabatel Alain (2004a), « Effacement argumentatif et effets argumentatifs indirects dans l’incipit du Mort qu’il faut de Semprun », Semen, 17, 111-132.

Rabatel Alain (2004b), « Des images d’utopie(s) aux stylèmes de la pensée utopique. Pour une lecture non dogmatique des utopies », Protée, 32, fasc. 1, 68-79 ;

Rabatel Alain (2005), « Effacement énonciatif et argumentation indirecte. "On-perceptions", "on-représentations" et "on-vérités" dans les points de vue stéréotypés », in p. -Y. Raccah (éd.) Signes, langues et cognition, Paris : L’Harmattan, 85-116.

Rabatel Alain (2006), « L’effacement de la figure de l’auteur dans la construction événementielle d’un journal de campagne électorale et la question de la responsabilité, en l’absence de récit primaire », Semen 22, 71-85.

Rabatel Alain (2008a), « Pour une conception éthique des débats politiques dans les médias : répondre de, devant, pour, ou les défis de la responsabilité collective », Questions de communication 13, 47-69.

Rabatel Alain (2008b), Homo narrans. Pour une analyse énonciative et interactionnelle du récit. Tome 2. Dialogisme et polyphonie dans le récit, Limoges : Editions Lambert-Lucas.

Rabatel Alain (2009), « Prise en charge et imputation, ou la prise en charge à responsabilité limitée… », La notion de prise en charge énonciative, Langue française 162, 71-87.

Rabatel Alain (2010a), « Le traitement médiatique des suicides à France Télécom de mai-juin à mi-août 2009 : la lente émergence de la responsabilité du management dans les suicides en lien avec le travail », Studia universitas Babès-Bolyai, Philologia LV-1, 31-52.

Rabatel Alain (2010b) « Du style en politique dans les commentaires métadiscursifs médiatiques des deux premières années de présidence de N. Sarkozy », in E. Bordas et G. Molinié (éds), Style, langue, société, Paris : Presses universitaires de Paris-Sorbonne.

Renault Emmanuel (2008), « L’idéologie comme légitimation et comme description », Actuel Marx 43, 80-95.

Taguieff Pierre-André (2007) [2002], L’Illusion populiste, Paris : Flammarion.

Voirol Olivier (2008), « Idéologie : Concept culturaliste et concept critique », Actuel Marx 43, 62-78.

Wall Frans de (2010) [2009], L’Age de l’empathie. Leçons de la nature pour une société solidaire, Villeneuve d’Ascq : Les liens qui libèrent.

Haut de page

Notes

1  Désormais PDV. On entend PDV en son sens le plus général, ici, d’après Ducrot 1984 : il s’agit du PDV qui émane de la référenciation d’un contenu propositionnel (modus + dictum), les choix de donation des référents indiquant la façon dont le sujet énonciateur envisage ce dernier. Le locuteur est l’instance de production de l’énoncé, l’énonciateur l’instance source du PDV, prenant en charge ce dernier. Les cas de syncrétisme entre locuteur et énonciateur sont indiqués par un slash, et le numéro 1, assorti de majuscule (L1/E1), indique les instances premières, le numéro 2 assorti de minuscules (l2/e2) indique des instances enchâssées. On code e2 (sans l2) les PDV qui renvoient à un énonciateur interne dans des « phrases sans paroles », c’est-à-dire sans locuteur explicite d’un acte de parole explicite.    

2  Cette conception est toutefois revisitée à la lumière des travaux qui, depuis trois décennies, ont remis en question l’illusion dans laquelle certains théoriciens et un certain marxisme se pensaient, en extériorité et en surplomb par rapport à l’illusion idéologique, tout en refusant de considérer que l’expérience ordinaire puisse construire des représentations vraies. Voir infra, 3.3 et note 19.

3  D’un point de vue linguistique, parler de « rapport au monde », de « point de vue sur les choses » est vague : il faut entendre les signes qui renvoient aux référents, et parmi ceux-ci, des objets, des notions ou des processus, mais encore des référents que peuvent être les mots eux-mêmes (en mention), des discours, ainsi que les interlocuteurs, leur situation d’énonciation, etc.  

4  Autres entrées : Attali ; Guaino (Henri), Guéant (Claude) ; Hyperpésident ; Khadafi : Laïcité ; Mittal.

5  Éventuellement éclairé par la tonalité critique de l’article en regard, qui occupe l’essentiel de la double page, et qui se trouve partiellement analysé en (2).

6  Nous ne savons pas si ces textes sont rédigés par un ou plusieurs journalistes : comme ils expriment la même conception de l’écriture et la même vision du monde, ils réfèrent à un énonciateur unique.

7  Ce genre d’approche est également utilisé p. VI du supplément du Monde, dans une première colonne qui liste des dates importantes, privilégiant des événements ponctuels et des déclarations d’intention ou des décisions. Le choix reproduit, naturellement, sans discussion, la conception de la politique comme une communication faite d’annonces à l’usage des médias. Or la politique ne se réduit pas aux annonces, elle est un art de l’exécution. Le travail du journaliste ne peut pas privilégier sans dommage l’un de ces aspects.

8   Le trait d’union avec lequel nous évoquons la re-présentation met l’accent sur le fait que cette notion signifie plus qu’une représentation fidèle d’une réalité préexistante, fût-elle mise en scène – même si elle est cela aussi – : elle signifie une construction nouvelle, une manière de présenter les objets du discours qui joue sur des effets de réel, à des fins argumentatives particulières, en sorte que la re-présentation est la trace de points de vue de l’énonciateur, dans tous les cas de figure, y compris lorsqu’elle prend l’apparence d’une représentation objectivante des choses.

9  Il n’entre cependant pas dans notre propos, disant cela, d’opposer émotion et raison.

10  Sur la différence entre prise en charge et prise en compte, voir Rabatel 2009.

11  Si l’on étend la notion, qu’Authier-Revuz n’emploie qu’avec le DI. Mais il nous semble que la notion ne perd rien à être appliquée à d’autres contextes.

12  Qui occupe les quatre cinquièmes de la double page contenant aussi, à droite, le texte reproduit partiellement sous (1).

13  Certes, ce sont des écrivains qui sont sollicités, mais le fait que ce soit dans la presse brouille les repères, d’autant plus quand les journalistes utilisent les mêmes procédés.

14  On pense également aux Versets sataniques de Rushdie. Qu’on nous comprenne bien : nous sommes persuadé que le travail sur l’ambiguïté peut produire des chefs d’œuvre. Mais, compte tenu du brouillage des voix, des points de vue et des repères, il est compréhensible que les lecteurs réagissent plus ou moins violemment, surtout s’ils se sentent concernés.    

15  Sur le style de NS, voir Calvet et Véronis 2008, De Cock et alii 2008. La starisation des politiques fait l’objet de négociations serrées avec leur entourage et donne des résultats ambivalents, mélioratifs par certains aspects, péjoratifs par d’autres, montrant les hommes et les femmes politiques de premier plan tantôt comme des stars inaccessibles, tantôt comme des individus proches du commun des mortels (Dakhlia 2007 : 267).

16  Voir l’exemple du référendum de 2005 sur le traité européen dans Rabatel 2006.

17  Mais pas les élites économiques…

18  Ces descriptions passent par le discours, comme dans nos exemples, mais elles peuvent aussi correspondre à des images : sur ce point, voir Rabatel 2004b, à propos des contenus idéologiques des images de lieux utopiques chez Th. More et N. Ledoux.  

19  Voir Honneth 2007 sur le lien entre reconnaissance,  la notion de souci chez Heidegger, proche de la notion d’empathie (Honneth 2007 : 47, notamment). La place manque pour le lien aussi avec la théorie du care : voir sur ce point Laugier 2007.  

20  Voirol fait utilement le point sur les conceptions de l’idéologie relativement « paternalistes » (à l’instar de celle d’Althusser), dans la mesure où elles présupposent que la connaissance vraie serait le « privilège exclusif de la théorie qui prétend être libre des illusions idéologiques » (Voirol 2008 : 66). Habermas, Giddens, Latour, les travaux ethnomédologistes ont fortement contesté ces conceptions, avant Honneth, en refusant la posture omnisciente du théoricien qui serait en totale rupture avec l’expérience ordinaire (ibid. : 67).    

21  Distincte de la sympathie (plaindre autrui) l’empathie repose sur le partage des émotions, l’aptitude à se mettre dans la peau de l’autre (De Wall 2010 : 134-135). Cette « primitive universelle » (ibid. : 305) repose, chez les humains, sur un trajet du ressenti au pensé, puisque les comportements imitatifs précèdent l’intériorisation de l’autre, ce « soi étranger » (ibid. : 103). Ces  processus étayent selon de Wall l’hypothèse de la co-émergence (ibid. : 221) : l’empathie, c’est une forme de cognition incarnée, auto-centrée, visant la protection des siens et de soi-même, avant de se transformer (éventuellement) en un altruisme véritable, hétéro-centré (ibid. : 116-117, 174-175). Il est intéressant de noter de larges communautés de vue avec les cadres de la psychologie sociale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Rabatel, « Deux modes de représentation idéologique people du pouvoir, lors du premier anniversaire de la présidence de N. Sarkozy », Semen, 30 | 2011, 147-167.

Référence électronique

Alain Rabatel, « Deux modes de représentation idéologique people du pouvoir, lors du premier anniversaire de la présidence de N. Sarkozy », Semen [En ligne], 30 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2011, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/semen/9010 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.9010

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page