Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30Comptes-rendus de lectureUte Heidmann et Jean-Michel Adam,...

Comptes-rendus de lecture

Ute Heidmann et Jean-Michel Adam, Textualité et intertextualité des contes. Perrault, Apulée, La Fontaine, Lhéritier…

Fabienne Tissot
p. 193-199
Référence(s) :

Ute Heidmann et Jean-Michel Adam, Textualité et intertextualité des contes. Perrault, Apulée, La Fontaine, Lhéritier…, Paris, Éditions Classiques Garnier, Collection « Lire le xviie siècle », 2010, 400 p. 

Texte intégral

1La familiarité affective que nous entretenons avec Le Petit Chaperon rouge ou encore La Belle au bois dormant et l’idée bien ancrée, jusque dans les recherches les plus récentes, que ces récits sont issus en droite lignée d’une tradition orale, populaire et garante d’authenticité, leur confèrent à la fois une « aura mythique » et une sorte d’évidence et de transparence que cet ouvrage entend dépasser. Pour rendre à ces histoires leur part d’« étrangeté », Ute Heidmann et Jean-Michel Adam se proposent de les « (re)lire » au plus près du « texte » et dans leur historicité, c’est-à-dire dans le contexte de la fin du xviie. Ils visent ainsi à rendre compte d’œuvres d’écriture complexe réinventant le genre du conte, d’un dialogue intertextuel avec les textes anciens et modernes et de textes en prise avec leur contexte socio-historique et culturel de production et d’interprétation.

  • 1 . Notamment, Adam, J.-M. & Heidmann, U., (2009) Le texte littéraire. Pour une approche interdiscipl (...)

2L’introduction pose avec force les choix théoriques et méthodologiques qui fondent la cohérence de l’ouvrage, composé de deux parties signées par chacun des auteurs. Le point de vue, novateur, est celui des regards croisés et complémentaires de leur discipline et spécialité respective : le comparatisme littéraire des textes anciens et modernes (U. Heidmann) et l’analyse textuelle des discours (J.-M. Adam). Cette approche interdisciplinaire – éprouvée avec succès dans les travaux pour lesquels les auteurs ont déjà collaboré1 –, repose sur une interrogation commune portée aux textes littéraires et aux contes en particulier, celle de leur « mise en discours ». La perspective discursive des auteurs, originale en ce qu’elle s’intéresse à une dynamique d’inscription et de réinscription des textes à la fois dans des formes matérielles et langagières, des systèmes de genres, des contextes socio-culturels et des intertextes, l’est également par la méthode d’analyse comparative textuelle qu’elle met en place. Celle-ci consiste à comparer les différentes énonciations/textualisations des contes, autrement dit à analyser le « texte en variation ». La variation relève de différents niveaux – textualité, co-textualité, péritextualité et intertextualité – qui opèrent en faisceau, conférant ainsi à chacune des textualisations sa dynamique, son historicité et ses effets de sens propres. L’accent mis sur cette dynamique permet de comprendre l’inscription fluctuante et instable des textes dans un ou plusieurs genres – leur « généricité » – et de rendre compte ainsi de la plasticité des genres.

3La première partie de l’ouvrage, « Intertextualité et dialogicité des contes » (Heidmann) met en œuvre ce principe de « comparaison différentielle » pour explorer la manière complexe dont les contes de Perrault, notamment, « dialoguent » avec les textes anciens et modernes et comment par ce jeu de reprises/différenciations s’opère une « reconfiguration » du genre. La relecture qu’elle propose du Petit Chaperon rouge et de La Barbe bleue, à la manièrede « palimpseste(s) », rend compte de la densité de ce réseau intertextuel et de différents moments dans le processus de reconfiguration générique, dont nous allons retracer les grandes lignes.

4Le dialogue intertextuel – entendu comme « réponse à une proposition de sens faite par un autre texte » – donne lieu à une premier reconfiguration qui consiste, selon l’auteure, à « supplanter » le conte ancien. L’analyse comparative textuelle de La Barbe bleue – que nous choisirons comme exemple dans un premier temps – révèle que Perrault a puisé des éléments narratifs, stylistiques et génériques à la fois dans la fabella de la Psyché d’Apulée (« la barbe bleue » et la « clé » d’un Dieu marin) et dans l’Enéide (l’insistante « sœur Anne » qui renvoie à l’« Anna soror » du texte virgilien) pour les recomposer en une nouvelle intrigue. L’auteure montre que Perrault s’ingénie à faire dialoguer les deux intertextes. La Barbe bleue se détache en effet de la fabella en un point crucial de l’intrigue, l’épisode de la « clé [qui reste] tachée de sang » – qui prend par là-même toute son importance – pour s’inscrire, dans sa seconde partie, dans l’Enéide, opérant ainsi une jonction entre le rôle des deux héroïnes antiques (par le passage entre « la clé du Dieu » et « le sang funeste ») et articulant ainsi les genres du conte ancien et de l’épopée.

5Pour l’auteure, Perrault n’imite pas les textes anciens – à la différence de La Fontaine dans sa reprise du mythe de Psyché par exemple – mais les transpose et en reconfigure la signification. Il détourne ainsi l’intrigue de Virgile en opposant à une Didon sacrifiée au projet héroïque de son époux, une femme capable de se soustraire à la mort sanguinaire promise par un assassin aux intentions bien plus basses. Cette reconfiguration plus réaliste du genre ancien se double d’une critique sociale en prise avec son temps : celle de la société de l’Ancien régime, qui « sacrifie ses filles nubiles en les vendant au plus offrant ». L’auteure montre que la relation inscrite avec les textes anciens – connus des lecteurs de Perrault – sous-tend et modifie l’interprétation des textes : ainsi l’épée des frères qui pourfend la Barbe Bleue fait écho à celle par laquelle Didon se donne la mort, rendant ainsi visible le contraste avec le « coutelas » de roturier de la Barbe Bleue.

6L’auteure rend compte par ailleurs de différentes strates de palimpsestes. Dans sa récriture parodique de la fabella antique, Basile – par le détour probable de Boccace – met en scène une Vénus figurée en ogresse et donnant les clés de sa maison, avec l’interdiction formelle d’ouvrir une des pièces. Ce texte pourrait ainsi constituer « un pont intertextuel », à partir duquel Perrault aurait transposé Vénus en Barbe bleue « monstrueux », par le relais de l’ogresse. De même, le dialogue avec l’Enéide serait « doublé » par le travestissement qu’en réalise Scarron et expliquerait les « effets de burlesque » que l’on relève chez Perrault.

7Le dépassement du genre ancien passe en outre, selon l’auteure, par l’ajout d’une morale utile aux « lecteurs modernes de son époque » dont la simplicité apparente incite à une lecture herméneutique. Perrault adopterait ainsi une posture de « pseudo-naïveté », que la comparaison différentielle avec le dispositif scénographique de la fabella permet de révéler. En attribuant ses contes à son jeune fils qui les aurait entendus raconter par une vieille femme, il transpose la mise en scène d’Apulée de l’âne Lucius relatant la fable qu’il aurait entendue raconter par une vieille.

8La mise en regard avec les pratiques discursives des auteurs contemporains à Perrault révèle deux autres moments dans le processus de reconfiguration générique. Celui-ci passe d’abord par le dialogue que Perrault entretient avec La Fontaine, lecteur également assidu des textes anciens, qu’il a modernisés en les inscrivant dans les normes génériques du « conte galant », plaisant et frivole. Par contraste avec le style badin de La Fontaine jugé trop ambigu et potentiellement « dangereux » pour ses lecteurs, il va s’attacher à inscrire dans ses propres contes une morale cachée mais non équivoque, fondant ainsi « son propre projet discursif et poétique ». L’auteure montre que l’« expérimentation générique » se poursuit avec Lhéritier, nièce de Perrault, qui tout en s’inscrivant dans les conventions qu’il a instaurées va les infléchir à son tour. Celle-ci valide le projet discursif de Perrault visant à « éduquer » les jeunes gens et tout particulièrement les jeunes femmes, et poursuit en ce sens le débat qui l’oppose à Boileau. Elle reprend également le procédé en « trompe l’œil » du conte pseudo-naïf, en le transposant de manière tout aussi ingénieuse, mais elle guide de manière plus explicite l’interprétation des contes, notamment par l’ajout de commentaires. Perrault répondra à son tour à cette « proposition » en réécrivant ses morales de manière plus explicite. Les « nouvelles » de Lhéritier dialoguent, à la fois, avec Le Petit Chaperon rouge et La Barbe bleue, par l’invention du personnage de Finette, héroïne moderne et perspicace, capable d’interpréter les signes dans ce qu’ils peuvent avoir de feints. Lhéritier fait ainsi apparaître les textes de Perrault, tels qu’il les dit lui-même, comme des « contes du passé ». L’expérimentation ne s’arrête pas là et le genre trouve une nouvelle réalisation avec les Grimm qui inscriront leurs textes dans une esthétique romantique et dans le contexte protestant de leur époque pour en faire des « contes du foyer ».

  • 2 . Cf. Jean Peytard, (1993), « D’une sémiotique de l’altération », in Semen, n° 8, 145-177. Cette sé (...)

9La seconde partie de l’ouvrage, « La textualité des contes de Perrault » (Adam) complète la première en ce qu’elle s’intéresse à ce qui fonde le projet d’écriture des contes de la fin du xviie, mais se focalise sur le « corpus-Perrault » qu’elle envisage dans sa cohérence interne, sa « complexité signifiante » et ses caractéristiques langagières propres. En préalable à l’analyse, l’auteur montre que les textes sont des constructions modifiées au gré des textualisations successives – récritures auctoriales et éditions successives – qui affectent différents niveaux de la textualité (co-textualité, péritextualité et métatextualité) ainsi que leur généricité. La rupture avec l’illusion de « naturalité » des textes implique, du point de vue du chercheur, un « établissement philologique » des différents « états » du texte et une attention particulière à ce qui le rend « autre », dans la perspective d’une « sémiotique différentielle »2.

10Dans un premier temps, l’auteur met en évidence les vertus d’une lecture « à la lettre » des textes, dans leur édition originale et dans leur épaisseur variationnelle. L’examen de la génétique d’écriture des textes – entre 1695 et 1697 – révèle en effet l’importance des éléments microstructurels dans la construction du sens. Il montre comment, d’une version à l’autre, une simple modification syntaxique change la causalité narrative ; comment une ambiguïté lexicale, maintenue et retravaillée, crée des effets ironiques ; que le système des majuscules, en tant qu’instaurant une axiologie positive, peut être modifié pour infléchir la signification morale de l’histoire ou encore que les expansions/réductions de la trame narrative correspondent à une option d’écriture en liaison avec le contexte de publication et opèrent un « flottement » dans le genre. Les éditions récentes, en normalisant ou effaçant certaines marques typographiques, en modifiant des éléments morphosyntaxiques ou syntaxiques, en créant des paragraphes changent ainsi le rythme du texte original et oblitèrent ses effets de sens.

11Dans un second temps, l’auteur rend compte de la cohérence du « projet discursif » de Perrault par l’analyse des éléments péritextuels et co-textuels. Il montre comment le dispositif discursif, qui introduit le recueil de 1697, inscrit à la manière d’un « mode d’emploi » sa visée didactique et sa posture enfantine et populaire. Le brouillage de la source énonciative s’accompagne de celui de la généricité, perceptible notamment dans le titre qui chapeaute le recueil (« Histoires ou Contes du temps passé. Avec des moralités ») tandis que la présence de vignettes est conforme aux pratiques génériques de l’époque. L’auteur pointe un certain nombre d’éléments récurrents qui participent à la cohérence de l’ensemble du recueil : au niveau péritextuel toujours, la quasi-systématicité des titres composés à valeur figurative et, à la frontière du péritexte et du métatexte, la présence des morales – instaurant, par le biais du commentaire, un lien entre le « monde fictionnel déclaré » et la réalité sociale contemporaine –, se doublant, pour certains contes, d’une seconde morale qui engage le lecteur dans un « décodage herméneutique ». L’auteur montre encore comment les relations co-textuelles balisent, au sein du recueil, un réseau de signification. La composition est signifiante par la continuité de sens qu’elle instaure entre les textes et vignettes successifs. La recomposition du recueil, en 1697, l’est tout autant, puisque l’ajout de textes reconfigure les « contes du passé » en les distanciant du genre merveilleux et en accentuant la critique sociale. La lecture « réticulaire » de l’ensemble des textes éclaire, par ailleurs, la manière dont s’instaure, par un jeu d’oppositions et de correspondances, un univers fictionnel propre au recueil : relations familiales et homme/femme de nature euphorique ou dysphorique, faibles contre puissants (ogre, marâtre, loup, époux meurtrier, etc.). La cohérence du recueil est renforcée encore par un système d’échos entre les contes placés à son ouverture et à sa fermeture, opérant ainsi une sorte de clôture signifiante. La mise en évidence d’une structure binaire dans les différents textes argue en outre d’une « nature littéraire particulière » des contes de Perrault.

12La suite de l’ouvrage – troisième et quatrième moments de l’analyse – nous fait entrer de plain pied dans les textes et leurs caractéristiques stylistiques par les angles de la construction narrative de la fiction et de la représentation de la parole et de la pensée des personnages. L’auteur montre d’abord que la mise en place de l’univers fictionnel est assurée par le rôle conjoint de l’incipit (« Il était une fois ») et des « intensives » (« si…que », « la/le plus...que ») qui opèrent un embrayage de la dynamique narrative, en soulignant de manière hyperbolique un attribut ou une situation hors du commun. Ces éléments, à la fois constants et variables dans leur réalisation syntaxique, instaurent un écho entre les différents textes tout en révélant une double inscription générique, dans le conte et la « nouvelle historique galante ». L’auteur met en évidence par ailleurs la présence de la « voix » du narrateur, par le biais d’incises explicatives qui fonctionnent sur le mode de la connivence et assurent la continuité, la lisibilité et la crédibilité du récit ou/et signalent l’irruption d’un regard distancié et ironique. L’analyse du système onomastique révèle deux points principaux : d’une part, la prégnance d’une incise d’insistance (« Car c’est ainsi qu’… s’appelait ») qui apparaît, parce que présente dans les intertextes anciens et modernes, comme une marque de « style » propre au genre et, d’autre part, un jeu linguistique et un travail philologique spécifiques à l’écrivain Académicien, notamment dans les surnoms attribués à ses personnages qui actualisent les possibilités de « collocation » prévues par le Dictionnaire de l’Académie.

13L’étude du système de représentation de la parole et de la pensée des personnages permet encore à l’auteur de montrer la singularité d’une (ré)inscription auctoriale dans les formes génériques et stylistiques disponibles : réinvestissement complexe des formes de discours présentes dans les intertextes anciens et modernes (dialogue antique et rhétorique de la conversation mondaine, notamment) ou encore flottement – propre au genre – dans les marques de prise de parole des personnages qui renvoie là encore à la représentation d’un lecteur « expert ». Mais l’analyse rend compte surtout de l’importance de la maîtrise de la parole dans l’économie narrative des contes de Perrault. La longueur des interventions, leur nature initiative ou réactive, leur qualité en termes de finesse et d’aisance et la manière dont les personnages l’utilisent à des fins manipulatrices et trompeuses révèlent la situation des personnages en termes de pouvoir. La rhétorique apparaît ainsi, selon l’auteur, comme une arme qui permet de triompher des plus puissants.

14Le dernier moment de l’analyse est consacré au mode d’énonciation des contes et à leur caractère métafictionnel et plus particulièrement métaénonciatif (retours réflexifs du narrateur sur la fiction et sa propre énonciation). Du point de vue énonciatif, l’auteur analyse notamment l’inscription plus ou moins discrète et intrusive de la voix du narrateur dans le cœur des récits. Il met en évidence le rôle du présent à fonction d’« hypotypose » et du pronom « on » – dans « on la croyait morte » par exemple – qui ont pour effet d’opérer un brouillage énonciatif à la manière d’un glissement insensible, par contraste avec l’effet de décrochage que produirait l’irruption d’un « je » ou d’une incise explicative. Du point de vue métadiscursif, cette fois, l’auteur montre que La Belle au bois dormant, placé à l’ouverture du recueil, met en scène la problématique de l’origine de l’histoire, invitant ainsi, par le signal de sa reprise, à opérer un retour sur l’histoire et celles qui suivront. À la fin du Petit Poucet, dernier conte du recueil, c’est un arbitraire de la fiction qui pointe, par la proposition de deux interprétations possibles du dénouement de l’intrigue, ouvrant ainsi de manière étonnamment moderne sur un ensemble de « possibles » narratifs. L’auteur montre par ailleurs que Le Petit Chaperon rouge, dans la mesure où son ressort narratif fonctionne majoritairement sur le dédoublement du sens des mots, peut être considéré comme une mise en abyme du projet discursif de l’écrivain, en faisant apparaître ses contes comme le « lieu d’une initiation au décodage des signes ». Une ultime comparaison entre différentes écritures révèle encore le parti pris, chez Perrault, d’une apparence simple qui cacherait son érudition dans une écriture sophistiquée.

15À l’image d’un Perrault, transcripteur et censeur d’une authentique tradition orale, U. Heidmann et J.-M. Adam opposent celle d’un écrivain/conteur érudit et moderne, non par une rupture consommée avec les anciens, mais plutôt dans sa faculté à réinvestir les formes génériques et langagières disponibles pour en créer de nouvelles, et à questionner son propre projet social et esthétique. Contre les approches folklorique et morphologique du conte, décontextualisantes et « universalisantes », ils démontrent avec brio la contextualité des textes, leurs essentielles textualité et intertextualité et la variabilité du genre. L’ouvrage permet d’opérer un dépassement parce qu’il ne pose pas a priori un genre avec ses caractéristiques propres et qu’il ne considère pas les textes dans leur clôture et comme des entités extérieures à un contexte, mais au contraire comme relevant d’emblée de pratiques discursives et socio-culturelles. Les concepts de textualité et de généricité permettent d’envisager ces pratiques dans leurs différentes dimensions (textuelle, intertextuelle, péritextuelle et métatextuelle), dans leurs relations à des contextes socio-culturels et à d’autres modalités de mise en texte/discours. La méthodologie d’analyse comparative textuelle – d’une rigueur exemplaire – prend ici tout son sens, puisqu’elle interroge les textes dans leur dynamique d’inscription différentielle et qu’elle analyse le sens en termes de variation et de renouvellement. Finalement, c’est bien à une lecture génétique des pratiques, des textes et des sens que les auteurs nous convient, mais une génétique qui n’est pas celle des origines.

Haut de page

Notes

1 . Notamment, Adam, J.-M. & Heidmann, U., (2009) Le texte littéraire. Pour une approche interdisciplinaire, Louvain : Bruylant, et (2010) « Une approche interdisciplinaire des contes écrits », in Linguistique et littérature. Cluny, 40 ans après, Besançon : Presses de l’Université de Franche-Comté, 215-234.

2 . Cf. Jean Peytard, (1993), « D’une sémiotique de l’altération », in Semen, n° 8, 145-177. Cette sémiotique envisage la prise en compte des variations comme essentielle à la description des effets et des procédures de sens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabienne Tissot, « Ute Heidmann et Jean-Michel Adam, Textualité et intertextualité des contes. Perrault, Apulée, La Fontaine, Lhéritier… », Semen, 30 | 2011, 193-199.

Référence électronique

Fabienne Tissot, « Ute Heidmann et Jean-Michel Adam, Textualité et intertextualité des contes. Perrault, Apulée, La Fontaine, Lhéritier… », Semen [En ligne], 30 | 2011, mis en ligne le 03 février 2011, consulté le 27 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/semen/9036 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.9036

Haut de page

Auteur

Fabienne Tissot

Laseldi, Université de Franche-Comté

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search