Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Maurice Tournier, Des noms et des gens en République (1879-1914)

Virginie Lethier
p. 200-203
Référence(s) :

Maurice Tournier, Des noms et des gens en République (1879-1914), Paris, L’Harmattan, 2010.

Texte intégral

  • 1 . Antoine, G. & Martin, R. (dir) Histoire de la Langue Française (1880-1914), tome 14. Paris : CNRS (...)

1Il y a près de 25 ans paraissait un ouvrage imposant, intitulé Histoire de la Langue Française (1880-1914)1. Il s’agissait d’un premier état des recherches collectives sur le vocabulaire du pouvoir de 1879 à 1914 menées par Maurice Tournier, Simone Bonnafous et Jean-Paul Honoré. Des noms et des gens en République (1879-1914) est une manière de récidive. Ce nouvel ouvrage « creuse la mémoire » (p.9) des désignations des acteurs et des forces politiques engagés dans les trente premières années de la Troisième République. Objectif ambitieux s’il en est, tant la période étudiée, témoin de la constitution des partis et des syndicats, se caractérise par une profusion d’étiquettes, dont les référents et les valeurs sémantiques mutent au fil du rythme soutenu des congrès politiques et des polémiques.

  • 2 . Propos d’Étymologie sociale, 1, 2, 3. Lyon : ENS-Éditions, 2002, 3 vol. 

2L’ouvrage est dense et précisément documenté, muni d’une bibliographie sélective, d’un glossaire, d’un appareil de notes important, d’une chronologie et d’un répertoire des sigles. Des noms et des gens en République (1879-1914) rassemble des études inédites et un ensemble de contributions précédemment publiées, que le lecteur familier des Propos d’Étymologie sociale2et de la Revue Mots trouvera ici remaniées et approfondies. Au fil des quelques 250 pages d’un ouvrage qui présente un fort intérêt socio-historique, les désignants et leurs trajets se font écho, s’éclairent mutuellement grâce à une mise en série soigneusement pensée. Celle-ci, au même titre que la copie des contextes d’emploi des désignants interrogés, donne toute sa dimension à l’un des nombreux enseignements de Maurice Tournier : les « mots » ne prennent sens que les uns par rapport aux autres, dans leur opposition ou leur rapprochement.

3L’ouvrage s’organise autour d’un plan qui distingue trois ensembles dénominatifs dont la nécessaire interdépendance est mise en exergue.  Ainsi, l’ouvrage prend pour entrée un système de collectifs regroupeurs et envisage dans un second temps le lexique de désignants socio-politiques. Enfin, sous-tendu par une conception du sens inspirée des auteurs du Marxisme et la philosophie du langage, le troisième chapitre de l’ouvrage répertorie et analyse les principaux registres de marquages idéologiques et affectifs qui colorent les désignants et les collectifs.

4Interrogeant les appellations officielles que les groupements choisissent d’investir pour se situer sur l’échiquier politique, le premier chapitre de l’ouvrage examine les conditions d’emploi et les valeurs sémantiques des substantifs collectifs regroupeurs, tels que ligue, bloc ou section. C’est à partir de ces collectifs, auxquels succède un qualifiant, qu’est en effet formé l’essentiel des dénominations politiques de la Troisième République. Caisse de résonance de la rivalité des usages, les analyses menées par M. Tournier mettent en relief les conditions d’emploi spécifiques et les colorations politiques d’une trentaine de collectifs. S’ils relèvent d’une lexie figée, les substantifs collectifs n’en sont pas moins le lieu et l’objet d’antagonismes socio-politiques vifs. C’est ce qu’illustre le trajet de parti, organisation sous l’égide de laquelle se réalise en 1905 l’unification complète des socialistes, et qui s’est imposé à nous comme « le signe dominant du politique » (p.31). Pourvu d’un sens large jusqu’aux années 1890, puisqu’il désignait toutes sortes de regroupements d’intérêts et de doctrines, parti tend progressivement vers sa valeur moderne en raison de l’évolution des usages parlementaires et électoraux, tout en devenant le lieu même d’un conflit inter-socialiste d’idées entre centralisateurs et décentralisateurs. À la perspective centraliste de J. Guesde qui préside à la naissance du Parti ouvrier en 1882, s’opposent en effet p. Brousse et J. Allemane, qui investissent pour leur part le terme de fédération. Le collectif parti devient ainsi marqueur, c’est-à-dire un label porteur d’évaluations, et s’impose lentement en diachronie au détriment du substantif fédération, réservé à la désignation de l’échelon départemental des partis.  

5À cette première prise de vue sur la profusion des étiquettes politiques de la Troisième République, succède le deuxième chapitre qui envisage la charge et l’évolution sémantique des principaux désignants de la Troisième République tels qu’attestés en discours. L’étude se fonde sur l’examen de 10 000 fiches d’attestations, résultant du dépouillement de discours politiques, de publications, ainsi que de sources moins définissantes telles que des journaux (Le Père Peinard, Le Journal des Débats, L’Humanité, etc.) et des chansons, qui offrent un éclairage précieux sur la circulation des désignants dans l’espace public de la Troisième République de 1879 à 1914. Remarquons que ce riche corpus d’attestations a été accumulé, au fil de recherches individuelles et collectives, pendant 35 ans par le Laboratoire de lexicologie et de lexicométrie politique de l’ENS de Saint-Cloud.

6Examinant avec minutie les désignants en emploi et les rapports qu’ils entretiennent entre eux, M. Tournier rend compte de l’insécurité des étiquettes (p. 57), dont les charges sémantiques sont en perpétuelle mouvance au fil des luttes pour l’appropriation de signes-pouvoirs (Bonnafous, Tournier, 1995). Entre autres exemples, radical se pose comme un désignant particulièrement emblématique d’un contenu flou et évolutif, tant ses valeurs de sens et ses référents ont fluctués dans la seconde moitié du XIXe siècle. Substitut du désignant républicain interdit par les lois de septembre 1835, puis revendiqué, après 1848, par la tendance légaliste des républicains, le désignant radical est investi par une droite républicaine à partir de 1872. Notamment sous l’effet du discours de L. Gambetta, revendiquant en 1873 « une république radicale et loyale », le terme radical se voit accolé à celui d’opportuniste dans les discours de M. Barrès, d’E. Pouget, et d’E. Vaillant. La forme radical, dès lors irrémédiablement compromise, sera progressivement abandonnée par les radicaux, qui se présenteront désormais comme « des vieux républicains ». L’étiquette deviendra synonyme de conservateurs après la rupture du Bloc des gauches, jusqu’à être revendiquée et investie par les royalistes durant les élections de 1910. Remarquons au passage l’exemple d’un « retournement d’étiquette » (p. 63) fourni par le trajet du terme opportuniste, désignant intrinsèquement péjoratif convoqué par les adversaires des « modérés ». Dès 1876, L. Gambetta tente de contrer le caractère péjoratif du terme en multipliant les considérations métalinguistiques par lesquelles il impose une nouvelle définition du terme, jusqu’à le revendiquer par disqualification de son antonyme inopportuniste.

7Enfin, le dernier chapitre de l’ouvrage analyse les différents registres de marquages, qui colorent les labels en vue de disqualifier l’autre, tout en affirmant en creux une identité et une culture partagée. Dans ce cadre, Maurice Tournier met notamment au jour les différents mythes populaires qui sous-tendent, dans les débuts de la Troisième République, une multitude de désignants marqueurs, bien souvent moqueurs. L’auteur pointe ainsi la prégnance des désignants inspirés ou véhiculés par le théâtre et les chansons populaires, parmi lesquels le surnom Fesse-Mathieu, arraché à la prose de l’Avare pour devenir une insulte antisémite durant l’affaire Dreyfus, ou celui de Ramollot, désignant, dans les chansons d’Eugène Pottier et de Paul Avenel, les députés qui dorment à la Chambre. Comme le reflètent les formes Mammon, minotaure et moloch capitalistes désignant le culte de la richesse et les grands capitalistes, les modèles bibliques et mythologiques inspirent également bon nombre de désignants populaires. M. Tournier relève par ailleurs la récupération des modèles des épisodes révolutionnaires. Entre autres exemples, en écho au coup d’État de Napoléon III le 2 décembre 1851, la forme décembraillard est ainsi employée dans les dernières décennies d’un long XIXe siècle pour désigner les partisans d’un État fort et militarisé et l’extrême-droite.

8Car si la Troisième République opère bien une reconfiguration du vocabulaire politique, cette reconfiguration se fonde nécessairement sur un déjà-dit, sur d’anciens clivages et combats socio-discursifs cristallisés dans la mémoire discursive. C’est ainsi qu’un registre de marquages caractéristiques de la Troisième République, opéré par les métaphores de l’art culinaire par lesquelles sont disqualifiés les banqueteux gouvernementeux, les bouffe-galettes et autres gavés, doit être mis en perspective avec une tradition déjà solidement instaurée sous la Monarchie de Juillet, décriant ventrus et goulus. On insistera d’ailleurs sur le réinvestissement et le détournement massifs du vocabulaire et de la rhétorique socio-politique de la Monarchie de Juillet et de la Révolution. Comme le met en relief M. Tournier dans le cadre d’une analyse des transferts de site d’emploi socio-historique, les labels de l’Ancien Régime et de la Révolution abondent en effet dans l’espace public des débuts de la Troisième République, où sont décriés despotes, Girondins, ou autres néo-jacobins, forme par laquelle sont désignés les radicaux intransigeants, les socialistes centralistes, voire les républicains parisianistes.

9Quelques bévues éditoriales regrettables (des signes de ponctuation non-justifiés ou en doublons, principalement) ne sauraient déparer la valeur de cet ouvrage, dont la qualité réside dans la finesse des analyses, ainsi que dans une approche socio-historique rigoureuse, qui se garde de « forcer le mot vers une signification » pour rendre compte des sens du mot « dans la multiplicité des discours » (p.227).

Haut de page

Notes

1 . Antoine, G. & Martin, R. (dir) Histoire de la Langue Française (1880-1914), tome 14. Paris : CNRS Éditions, 1995.

2 . Propos d’Étymologie sociale, 1, 2, 3. Lyon : ENS-Éditions, 2002, 3 vol. 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Lethier, « Maurice Tournier, Des noms et des gens en République (1879-1914) », Semen [En ligne], 30 | 2011, mis en ligne le 03 février 2011, consulté le 18 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/semen/9040

Haut de page

Auteur

Virginie Lethier

Laseldi, Université de Franche-Comté

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page