Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31De la rationalité et/ou de l’irra...

De la rationalité et/ou de l’irrationalité des polémiqueurs :Certitudes et incertitudes

On the Rationality and/or Irrationality of polemicists: Certainties and Uncertainties
Roselyne Koren
p. 81-95

Résumés

Cette étude analyse les postures rationnelles des protagonistes et les accusations d’irrationalité lancées à l’encontre de l’adversaire dans un corpus polémique médiatisé par Libération. Le rôle du journal se limite ici à la sélection de la polémique et des actants qui ont droit à la parole. Les trois articles retenus ont pour objet la critique des mises en scène médiatiques de la seconde guerre du Liban entre Israël et le Hezbollah. Le couple notionnel raison vs passion et/ou « fantasme » y joue un rôle central. Les polémiqueurs semblent savoir parfaitement ce qu’est la rationalité, mais leurs argumentaires oscillent entre rationalité « théorique » et rationalité « pratique », entre véridiction et appel à la justice et recourent, simultanément, à des coups de force. Cette contribution tente d’élucider ces paradoxes et de revisiter l’intrication de la rationalité et des passions au prisme de prises de position polémiques

Haut de page

Texte intégral

1Les arguments : X est « fou », « déraisonnable », « irrationnel », X « délire », jouent un rôle fréquent dans les polémiques médiatiques ou médiatisées qui ont pour fin de discréditer l’argumentaire ou l’image publique de leur cible. La question du devoir de rationalité est une norme d’évaluation si cruciale dans tous les domaines de la vie politique et sociale que nous avons, comme les polémiqueurs, le sentiment de savoir à quoi elle réfère et comment en faire usage. Mais dès que l’on tente d’en trouver une définition consensuelle, on est soudain envahi par un sentiment de désarroi. La seule évidence qui s’impose alors est ce constat de Boudon (1995 : 527) : « la notion de rationalité » est « indéfinissable et cependant indispensable ». Quitter les diverses et multiples définitions théoriques des sociologues, économistes, philosophes ou rhétoriciens et tenter de voir ce qu’il en est dans les polémiques à chaud de la vie politique et sociale « ordinaire », achève de déstabiliser l’analyste. Il n’est pas rare, en effet, que les polémiqueurs qualifient leur adversaire d’irrationnel alors même que celui-ci a dûment justifié ses prises de position et veillé à la cohérence et à l’intelligibilité de ses propos.

2La pertinence des questions posées par Angenot (2008 : 128 et 420) apparaît alors dans toute sa force : « pourquoi l’usage de la raison nous fait-il paraître ‘folle’ la raison d’autrui ? ». Selon lui, il n’y aurait « rien de plus confus et de plus chargé de polémiques latentes que les mots ‘irrationnel’, ‘rationnel’ » ; « ’irrationnel’ serait au fond un terme dont le contenu varie selon le positionnement de l’énonciateur ». On pourrait donc prétendre en désespoir de cause que seule une définition extrinsèque relativiste est apte à résoudre la question des acceptions incompatibles et contradictoires de la notion – comme dans le cas des notions d’idéologie et d’objectivité, où est « idéologique » le point de vue qui ne s’aligne pas sur le mien, et « objectif » celui qui confirme la validité de mes prises de positions subjectives.

3Il ne s’agit pas de proposer ici une définition intrinsèque inédite de la rationalité discursive et argumentative, mais d’explorer au prisme des notions de « rationalité » et d’« irrationalité » telles qu’elles ont été conceptualisées, les questions que suscite une polémique publiée par Libération en août–septembre 2006. Cette polémique a pour objet la présentation télévisuelle de la seconde guerre entre Israël et le Liban ou, plus précisément, le Hezbollah. La posture de rationalité qu’adoptent les trois polémiqueurs et l’argument d’irrationalité lancé contre leurs adversaires respectifs seront l’objet de cette étude.

4On passera d’abord en revue les critères qui permettent d’identifier les régimes de rationalité à l’œuvre dans les trois articles. On examinera dans ce cadre un argument qui y occupe une place centrale et que Perelman nomme « la règle de justice », règle dont il souligne l’efficacité pour tout argumentateur qui se targue de défendre une conception rationaliste absolue de la justice. On passera ensuite à l’analyse détaillée des méandres discursifs de la polémique, non pour évaluer la rationalité des protagonistes, mais pour explorer les voies qui conduisent de valeurs communes aussi puissantes que la rationalité, la vérité référentielle et la justice, à des prises de position conflictuelles. On défend donc ici la thèse suivante : les apparences de rationalité théorique affichées par les polémiqueurs et l’ancrage simultané de leurs positions dans une conception « pratique » antithétique de la raison ont à la fois pour fin d’œuvrer à la légitimation de leur ethos et à la délégitimation de l’image de leurs cibles ; la volonté d’imposer de force un point de vue inéluctablement discutable bloque les procédures discursives et argumentatives de rationalisation et aboutit dans les deux camps à des régimes de rationalité polémique tronqués.

1. Rationalité « théorique » et rationalité « pratique »

5Il s’agit de proposer ici une analyse critique des définitions notoires de la rationalité. L’hypothèse d’une définition extrinsèque du type : est « rationnel » l’argument qui abonde dans mon sens – est donc considérée ici comme une procédure heuristique ironique.Angenot (2008) et Boudon (1995 et 2009) considèrent ainsi le postulat de la raison, propre de l’homme, comme stérile et même discutable : aucun homme ne serait rationnel a priori, cette qualité serait le fruit de procédures verbales de justification. Les deux chercheurs déplacent l’objet du débat de la notion de Raison vers celle de régimes de rationalité, régimes multiples et divergents ayant cependant, dans les termes de Boudon (1995), un « air de famille ». Celui-ci est constitué par l’activité même de la production de raisonnements, de discours antagonistes, de justifications et d’argumentation. La notion de rationalité appartiendrait en fait à la catégorie des notions « polythétiques » (ibid : 538) que chacun de nous sait utiliser à bon escient sans être toutefois capable d’en proposer une définition consensuelle. Elle n’existerait jamais en soi a priori : la procédure aurait l’argumentation de nos dires pour condition de possibilité, et leur légitimation par l’Autre comme mode d’accomplissement. Sont donc considérées comme « rationnelles » par Boudon les explications argumentées dont on peut déduire que le proposant « X avait des raisons de croire (faire) Y, car... » et comme « irrationnelles » les explications introduites par une clause de type : « X n’avait pas de raisons de croire (de faire) Y, mais... » (ibid. : 541), soit : X affirme Y, bien qu’il soit incapable d’en justifier le bien-fondé, Y n’est pas une justification authentique, mais une affirmation gratuite, non-valide, un « fantasme ».

6On comprend mieux dès lors en vertu de quel principe la défense d’une croyance jugée « déraisonnable » par un rationaliste ou un positiviste convaincu peut néanmoins être qualifiée de « rationnelle » en vertu d’une clause comme « X avait des raisons de croire (faire) Y, car... ». Il ne s’agit plus d’une logique formelle décontextualisée, mais d’une logique procédurale ancrée dans un contexte socio-historique concret particulier. Les critères de cohérence interne et d’intelligibilité du discours, considérés par Reboul (1980 : 196-206) comme deux des critères majeurs de la rationalité discursive, confirment que ce qui compte avant tout ici, ce n’est pas seulement l’existence d’une procédure de justification, mais aussi son degré de transparence. La justification des motivations et des enjeux d’une prise de position renvoie enfin à ce que Reboul (ibid. : 197) considère comme le seul critère de rationalité à la fois nécessaire et suffisant : l’exercice d’une fonction critique et plus particulièrement, la pratique de l’autocritique. Ce terme n’est pas employé dans son sens marxiste ; il réfère à l’énonciation des présupposés du locuteur « comme tels », ou actes de parole précisant si l’énonciateur se fonde sur « une évidence, une probabilité, un fait constaté, une hypothèse, une convention, etc. ». Ainsi, conclut Reboul, « le discours s’offre de lui-même au libre examen ». La justification de soi implique alors en creux que l’on soit conscient du caractère discutable de ses propres dires et que l’on considère leur mise en cause ou leur éventuelle légitimation par l’opposant comme le critère de validation ultime de la rationalité pratique.

7Les multiples régimes de rationalité à l’œuvre dans le discours dépendent donc des contextes concrets dans lesquels un point de vue est argumenté. Ainsi, la notion de justice serait universelle, mais son référent différerait en fonction de l’identité du juge, de l’auditoire et du contexte socio-historique dans lequel le juge énonce son verdict. Cette prise de position implique que l’on ait choisi le camp de la raison pratique et que l’on tienne à se distancier de celui de la raison théorique, qualifiée par Kant de « spéculative ». Ce choix a cependant un prix : le renoncement aux privilèges de la raison théorique. Or, ce renoncement ne semble pas aller de soi, comme l’indique la fréquence du recours des polémiqueurs de notre corpus à une rhétorique de l’évidence qui multiplie les effets d’objectivité. Afficher une posture de rationalité revient dans ce cas à asserter que l’on détient le monopole de la vérité référentielle absolue, et donc à refuser toute forme de discussion.

  • 1 . Perelman précise ainsi p. 331 : « le type de rationalité de la justification philosophique est te (...)
  • 2 . Cf., au sujet du « rationalisme critique », Perelman (1983 : 681-682) et Danblon (2002 :   18-20)

8Dans le cas de la raison pratique, il ne s’agit plus d’« évidences » théoriques « inébranlables » (Perelman, 1990 :331-333)1, ni d’une conception positiviste « scientiste » (Carrilho 1995 : 172, 177) de la raison et de la vérité référentielle, mais de vraisemblance et d’aspiration au raisonnable dans le cadre d’une logique des valeurs et du préférable. La raison théorique se veut atemporelle et formelle, elle se situe nécessairement hors contexte, dans les sphères de la spéculation abstraite ; la raison pratique est ancrée dans un contexte socio-historique concret, la logique y est naturelle et informelle. La première est dogmatique, alors que la seconde est intrinsèquement a-dogmatique : il ne s’agit pas d’imposer l’acceptation sans réserves de vérités préétablies, mais de partager des questionnements critiques2 sur des dilemmes existentiels au terme desquels chacun doit assumer ses responsabilités, trancher et agir. L’auditoire du défenseur de la raison théorique a le choix entre s’aligner ou être exclu, c’est un auditoire dit « universel », en fusion avec le sens commun ; l’opposant de la raison pratique est à la fois un alter ego et un juge incontrôlable, il fait partie d’un auditoire particulier dont les croyances et les valeurs sont à analyser au prisme d’un contexte socio-historique précis. La raison théorique exclut la distance critique et la réfutation, la raison pratique voit dans le dissensus et la polémique une composante vitale de la vie sociale. La première a donc l’assertion catégorique et la proposition pour énoncé type, tandis que la seconde a la rhétorique figurale et argumentative pour outil. Bref la rationalité pratique vient au langage quand l’énonciateur justifie le point de vue défendu dans ses dires et soumet ses justifications au regard critique de l’auditoire dans l’espoir que celui-ci légitimera ses prises de position et que la réflexion commune mènera à l’action.

  • 3 . Cf., Plantin (1990 : 14) : La règle de justice « apparaît comme un principe résolument positivist (...)

9On peut considérer que l’importance accordée dans les trois articles du corpus à l’argument de la « règle de justice » est significative de la hiérarchie qui, dans la doxa du sens commun, place encore la raison théorique au dessus de la raison pratique. Cette règle « exige, affirment Perelman et Olbrechts–Tyteca (1983 : 294-296), l’application d’un traitement identique à des êtres ou à des situations que l’on intègre à une même catégorie » ; elle possède un « aspect de rationalité » et de « cohérence » « indéniables » et permet à l’énonciateur d’arborer une posture valorisante de rationaliste égalitariste, même s’il conteste simultanément, dans le feu de la discussion, la possibilité de proposer une définition consensuelle absolue de l’égalité. L’argument de la règle de justice contribue donc à l’élaboration d’un régime de rationalité pratique, mais il peut simultanément être exploité par tout polémiqueur désireux de bénéficier des avantages conférés par les apparences rationalistes théoriques de la règle3.

10On tentera donc de démontrer ci-dessous que la rhétorique des polémiqueurs de notre corpus se situe dans le cadre de la raison pratique, mais tente simultanément de mettre à profit l’autorité et le prestige de l’ethos du « rationaliste more geometrico » (Angenot 2008 : 424) et de s’arroger des droits que seule possède la raison théorique à des fins stratégiques : a) donner à ses dires le statut d’évidence irréfutable, raisonner dans un cadre abstrait, décontextualisé, où seuls comptent les grands principes et la fidélité à ces grands principes ; b) afficher une éthique de conviction qui, conformément à la définition de Max Weber, s’arroge le droit de ne pas se soucier des conséquences de ses dires ; c) pouvoir se soustraire à toute forme de justification et de critique, ne pas avoir à assumer la responsabilité de ses dires puisque ce que l’on dit serait le reflet spéculaire exhaustif de réalités ou de vérités extralinguistiques ; d) réduire l’Autre impunément au silence (une évidence, cela ne se discute pas), bref délégitimer et exclure toute forme de délibération, de justification et de désaccord avec l’aplomb de celui qui détient le monopole de la Vérité ;   e) faire l’apologie d’un égalitarisme impartial afin de soustraire la diabolisation des uns et l’angélisation des autres à la critique.

2. De la théorie à la pratique : étude de cas

11Les trois articles de Libération analysés ci-dessous ont pour titres : « Guerre, mensonges et vidéos » (31/08/2006), « Une manipulation fantasmée » (05/09/2006), « Israël, un État comme un autre » (05/09/2006). Ils ont été publiés dans la rubrique « Tribune ». Leurs auteurs respectifs sont Shmuel Trigano, sociologue, « président de l’Observatoire du monde juif, directeur de la revue Controverses », Bruno Stevens, « photojournaliste belge indépendant » et Michel Tubiana, « président d’honneur de la Ligue des droits de l’homme ». L’article de Trigano constitue le coup d’envoi de la polémique, tandis que Bruno Stevens et Michel Tubiana ont son article pour cible. Celui-ci n’évoque ni Stevens ni Tubiana : ses attaques sont dirigées contre la présentation du conflit israélo-arabe à la télévision en particulier, et dans les médias français en général. Pascal Riché, alors directeur des pages « Débats », précise le 05. 09. 2006 que les « Tribunes » de Stevens et de Tubiana constituent des réponses au « Rebond »/ « Tribune » de Trigano et définit l’article en ces termes : « article très polémique », le sociologue y « accuse les médias arabes de réactiver le mythe antisémite du “Juif tueur d’enfant ”, et les médias occidentaux de gober passivement ce type de représentation ». La sélection de la réponse de Stevens est justifiée en ces termes : le « photojournaliste [...] a couvert la plupart des événements dont parle Shmuel Trigano et rentre de quatre semaines au Liban ». Tubiana, « président d’honneur de la Ligue des droits de l’homme, reproche à Trigano de verser dans la “généralisation à sens unique” (« Toutes les images mettant en cause l’armée israélienne sont “sous contrôle” ») dans un raisonnement qui, selon lui, conduit à “justifier l’intolérable” ». L’ethos préalable des deux juges de Trigano donne du poids à leurs points de vue : Stevens a fait ses preuves, c’est un professionnel fiable et crédible, témoin oculaire des événements ; sa défense des médias est donc validée par un savoir. La fonction de Tubiana implique nécessairement un sens particulièrement aigu de la justice et de l’éthique. La teneur des articles est cependant plus complexe que ne le dit Riché : Trigano fait le procès de la différence de traitement médiatique entre les victimes des conflits militaires dans le monde, il dénonce la manipulation idéologique de l’image, l’occultation des violences subies par les civils en Israël et la réactivation de mythes antisémites qui sous-tendent les mises en scène des événements. Stevens lui reproche sa « macabre comptabilité des victimes », son engagement partisan à l’égard d’Israël, son injustice à l’égard de l’impartialité des médias ; Tubiana dénonce la partialité des prises de position de Trigano et leur transgression des règles de la rectitude éthique.

12 Il s’agit ici d’explorer les procédures qui agencent l’élaboration de régimes de rationalité. En effet, Shmuel Trigano, Bruno Stevens et Michel Tubiana arborent trois postures de rationalité communes : celle de « rationaliste more geometrico », celle du juge qui applique une logique des valeurs et celle du censeur qui dénonce l’irrationalité de sa cible sans pour autant se livrer lui-même à la moindre autocritique. Nous passons donc à présent à la justification et à l’illustration de chacun de ces trois points.

132.1. La posture de « rationaliste more geometrico » est structurée par un ensemble de techniques dont on propose ici un recensement critique. Ces pratiques discursives et argumentatives instrumentalisent le régime de rationalité théorique. Elles sont de deux ordres : il s’agit soit de tactiques d’objectivisation de l’opinion, soit de la mise en œuvre de la règle de justice. L’article le plus riche en matière d’effets d’objectivité est celui de Trigano. On y recense pas moins de cinq stratégies notoires :

141) l’effacement énonciatif compensé par le recours au présentatif « c’est » dans des énoncés comme « ce qui est en question, c’est Israël ou, plus exactement, les Juifs », ou « ce sur quoi il faut attirer l’attention de l’opinion, c’est la résurgence de l’accusation de meurtre rituel ». Des hypothèses explicatives nécessairement subjectives y sont présentées, comme des faits avérés.

152) Le recours à un ton péremptoire, aux apparences assertives dogmatiques comme dans : « Toute personne sensée aura remarqué, depuis l’année 2000, quelque chose d’étrange » (Trigano) ou : « Vous avez raison, M. Trigano, de vous demander où... », « Mais sur tout le reste ou presque, vous avez tort » (Stevens). Le ton autoritaire y serait celui d’un rationaliste autorisé par la vérité et l’évidence absolues de ses dires à contraindre les tiers à s’aligner sur ses positions ou à encourir le risque de perdre publiquement la face.

163) Le constat spéculaire qui donne à un point de vue accusateur les apparences de la transcription pure et simple : « quoiqu’il en soit de la réalité exacte des différentes affaires [...], on constate qu’un scénario du type du légendaire ‘génocide de Jénine’ [...] sous-tend tous ces exemples » (Trigano, je souligne).

17 4) La rhétorique du « ça parle » : « ce récit montre que subsiste un fond archaïque, toujours vivace » au lieu de : je montre.

185) L’argument de la correspondance parfaite des mots et des choses qui crée un effet de vérité référentielle et de rectitude : il s’agit ainsi pour Stevens de s’en tenir à la « réalité » et à la contestation d’« idées erronées » au lieu de « démonter » des « allégations calomnieuses » et de montrer ainsi que les « témoignages » recueillis garantissent l’exactitude des faits.

19La règle de justice peut contribuer à la création d’un effet d’objectivité supplémentaire, en dépit de son appartenance au régime de rationalité pratique. La décision de traiter de façon similaire des individus soumis au même sort ou des actes jugés identiques, valorise le raisonnement qui bénéficie du prestige d’un « rationalisme égalitaire » (Perelman 1989 : 202) « théorique ». Le polémiqueur donne ainsi à ses jugements de valeur les apparences du jugement de fait impartial. Ce qui rend communément le constat de l’égalité absolue réfutable, c’est le contexte socio-historique dans lequel s’inscrivent les termes rapprochés ; ce dernier permet en effet de percevoir et de désigner des différences constituant un obstacle à l’établissement de l’égalité. Qu’à cela ne tienne, on les décontextualise et les essentialise et l’on affirme par exemple que le communisme doit être condamné avec la même sévérité que le nazisme puisque les deux régimes ont tous deux causé la mort de millions de victimes. La démonstration y gagne en abstraction et en déclarations de principe générales difficilement réfutables. Les trois polémiqueurs accordent une importance centrale à ce raisonnement. Ils défendent avec véhémence l’application la plus stricte possible de la règle. Seul Stevens passe, comme on le montrera ci-dessous, de ce type de conception absolutiste de la justice à la prise en compte lucide de ce qu’elle peut avoir d’utopique et même de profondément injuste, et arbore simultanément la posture du tiers impartial refusant de distinguer entre les victimes, et celle du tiers engagé, parfaitement conscient que l’égalité absolue est un mythe.

  • 4 . Cf., à ce sujet, Perelman et Olbrechts-Tyteca (1983 : 296).

20Trigano ouvre le feu en dénonçant « la différence de traitement » appliqué par les institutions politiques internationales et les médias aux victimes des conflits armés : les victimes de tous les conflits internationaux devraient donc être considérées comme méritant un égal intérêt. Sa position est justifiée dans la suite du texte, raison pratique oblige, par une série de preuves : silence des médias sur la guerre entre « l’armée sri-lankaise » et « le mouvement terroriste des Tigres tamouls » alors que toutes les guerres devraient avoir droit au même type de couverture, sur les bilans de victimes en Irak, « projecteur braqué » par contre sur les victimes libanaises de l’armée israélienne, mais occultation des victimes civiles israéliennes, occultation du fait que les « bunkers » du Hezbollah sont « systématiquement placés au milieu des civils, utilisés comme boucliers ‘moraux’ », ce qui nuit à l’intelligibilité des raisons des bombardements dans ces lieux. Stevens réfute l’argument de la différence de traitement en évoquant la présentation médiatique des enfants tués et des « civils innocents » dans les deux camps. Les « victimes israéliennes » auraient droit à un espace équivalent à celui des victimes que Trigano appelle arabo-musulmanes. Mais à peine a-t-il soutenu cette thèse, qu’il entreprend de la mettre en cause en invoquant une différence jugée « essentielle »4 : « présenter de manière équivalente des choses qui ne le sont pas, donner autant d’espace aux quarante morts civils israéliens qu’aux mille morts civils libanais », « un rapport de un à vingt-cinq » qui « dénote une asymétrie manifeste » « sur laquelle il est éthiquement impératif de se pencher ».

21Tubiana, quant à lui, se présente comme un défenseur radical de la règle de justice. Il affiche un ethos de moraliste intraitable et s’arroge le droit de procéder en tant que tel à la décontextualisation inhérente au régime de rationalité théorique. Cette démarche lui permet d’affirmer que « bombarder des populations civiles volontairement où que ce soit » est « un crime de guerre ». Ce à quoi il renonce donc délibérément, en extrayant le « crime » de son contexte, c’est à l’option de chercher à comprendre les tenants et aboutissants de chaque conflit – et par comprendre je ne veux pas dire admettre. La posture de « rationaliste more geometrico » le dispense de rendre compte de la complexité des dilemmes que les armées et les hommes d’État peuvent avoir à résoudre et de chercher à contribuer à l’intelligibilité de leurs motivations et de leurs décisions. Ce qui semble compter uniquement alors, c’est l’auto-défense de l’ethos d’homme fidèle à ses principes de façon absolue, auto-défense qui ne laisse pas de place à la moindre forme d’autocritique et/ou d’ analyse critique interactionnelle, et constitue donc un obstacle à toute tentative de discussion ad rem.

22 2.2. On a vu plus haut que l’une des différences majeures opposant la raison pratique à la raison théorique consiste dans le fait que la prise en charge du juste y est jugée aussi importante que celle du vrai et, de fait, il n’est pas rare que les polémiqueurs de ce corpus arborent une posture de juge qui active un régime de rationalité pratique axiologique. Stevens se lance ainsi dans un argumentaire qui oppose l’argument de la quantité à celui de la qualité afin de soutenir la thèse que la « macabre comptabilité des victimes » à laquelle recourt Trigano est « abjecte ». « Une seule victime innocente d’un conflit » n’est « en aucune manière justifiable, par aucune cause, quelle qu’elle soit ». Ce qu’il attaque ici, c’est le fait que Trigano ait eu recours à un argumentaire quantitatif jugé indécent pour motiver sa thèse de la différence de traitement. On peut se demander toutefois, au nom des critères de cohérence et d’autocritique invoqués par Reboul, en quoi l’argumentaire quantitatif de Trigano diffère du raisonnement analysé ci-dessus où Stevens évoque l’« imposture » qui consiste à occulter « l’asymétrie manifeste » du rapport entre le nombre des victimes palestiniennes et israéliennes. Stevens rappelle qu’il ne veut pas « tomber dans ce travers de comptabilité », et prouve ainsi en l’occurrence qu’il exerce une distance critique rationnelle à l’égard de ses propres dires. Il se serait rendu compte qu’il recourt comme Trigano à un argument quantitatif, mais cela suffit-il à transformer son argumentaire sur l’asymétrie des bilans de victimes du conflit en argumentaire purement qualitatif et à annuler le fait qu’il y ait ici recours à une tactique de prétérition ? À verser aussi au compte d’une rationalité pratique qui valorise l’autocritique et dévalorise la conviction d’avoir raison en tout : l’accusation de Trigano selon laquelle « la gent médiatique occidentale » a renoncé à tout « recul critique », elle « sous-traite enquêtes et reportages auprès d’acteurs engagés dans le conflit aux côtés de mouvements totalitaires » comme le Hezbollah et « gomme le caractère de milice fasciste du parti, ses tirs centrés sur la population civile israélienne », en dépit de son statut d’institution démocratique. Stevens et Tubiana usent du même type de raisonnement contre Trigano. Ils affirment ainsi que « le mal est profond, qui consiste à jeter l’opprobre sur le messager plutôt que sur la faute » (Stevens), soit sur les médias français plutôt que sur Israël, et qu’« un vieux proverbe chinois édicte que, lorsque le doigt montre la lune, l’imbécile regarde le doigt » (Tubiana). Ils stigmatisent, ce faisant, ce qu’ils désignent comme l’auto-aveuglement de Trigano, incapable à leurs yeux de percevoir et de reconnaître son propre refus de voir et de savoir.

23Tubiana dénonce enfin ce qu’il considère comme un comportement « hors de toute éthique », comme « une impossible morale ». Trigano pratiquerait « la généralisation à sens unique », soit la défense partiale et égoïste des intérêts de son propre camp. Ceci aurait pour conséquence en creux la « relativisation » de « l’horreur » du sort de l’autre et donc la justification de « l’intolérable ». Trigano serait « inquiétant » parce que dénué de tout scrupule en matière de rectitude éthique. Tubiana affiche et défend donc bien ici, comme Stevens, une conception moralisatrice de la raison pratique, flatteuse pour sa propre image publique, mais destructrice pour celle de Trigano. Celui-ci dénonce « la différence de traitement » appliqué par les médias aux victimes de conflits militaires d’origine sri-lankaise, libanaise ou israélienne, mais cela ne parvient pas à enrayer aux yeux de ses adversaires la procédure qui transforme son image publique en parangon de l’injustice et de l’esprit partisan. La procédure de rationalisation du jugement de valeur est donc enrayée dans chacun de ces cas de figure par la volonté de détruire coûte que coûte l’image publique de l’Autre.

242.3. La troisième et dernière posture de rationalité caractérisant les trois polémiqueurs est celle du critique qui accuse son adversaire d’irrationalité. Les questions d’Angenot : « pourquoi l’usage de la raison nous fait-il paraître ‘folle’ la raison d’autrui ? Et n’y a-t-il pas quelque inconséquence à l’affirmer publiquement ? » trouvent ici un écho dans celles posées par Trigano à propos des médias : « que recherchent-ils ? Le spectacle brut et violent ? Les belles images ? Se rendent-ils compte que celles-ci incitent à la haine et au meurtre ? » Tubiana abonde d’ailleurs dans son sens lorsqu’il reconnaît l’existence du phénomène de « manipulation de l’information » et celle du danger d’« attiser la haine » ; mais le désir polémique de délégitimation radicale de l’adversaire et celui d’être le seul à avoir raison paraît néanmoins plus fort que ce questionnement éthique sur les conséquences des actes de parole publics. Trigano accuse les médias de diffuser des versions « délirantes » du conflit motivées par un avatar moderne de la haine antisémite. Il défend la thèse suivante : les médias ne peuvent avouer ni justifier leur antisémitisme foncier, ils remédient donc à l’absence de preuves attestant la culpabilité de l’État d’Israël en diffusant des images « manipulées ». Leurs « fantasmes » leur tiennent lieu d’argumentaire. Ce « mal profond » est ainsi qualifié successivement de « quelque chose d’étrange », de « fabrication délirante », de « mensonge », d’« affabulation », de « trucage », de « suggestion » « plus forte que des cadavres » lorsque l’image de jouets enfouis dans les ruines réfère « à l’enfant absent ». Il s’agit pour les médias d’« attirer l’attention de l’opinion » sur « la résurgence de l’accusation du meurtre rituel » et de faire entrer l’actualité dans un moule explicatif préétabli. Il y a décontextualisation de l’événement, mais pas au nom d’un régime de rationalité théorique essentialiste ; la stratégie est en l’occurrence, affirme Trigano, une tactique de manipulation de la vérité référentielle à des fins idéologiques partisanes. L’irrationalité des médias serait motivée par une haine qui conduit à évoquer chaque épisode du conflit conformément au « scénario du type du légendaire ‘génocide de Jénine’ » appelé à sous-tendre « la représentation de chaque “exemple” et cela toujours en isolant comme par enchantement l’événement de son contexte et de la guerre menée contre les populations civiles israéliennes ». Ce type de mise en scène rendrait l’information inintelligible et substituerait « un antisémitisme compassionnel » à l’analyse équitable des motivations des protagonistes des deux camps et à la justification de cette analyse.

25 Stevens accuse Trigano de se rabattre sur des « allégations calomnieuses » car il n’a pas le savoir nécessaire à la prise en charge de ce qui se passe réellement sur le terrain. Donc, Trigano est irrationnel du fait qu’il accorde à des croyances et à des préjugés sans fondement le statut de justification valide. Il serait légitime de stigmatiser son manque de compétence et de rectitude car il parle de ce qu’il ne connaît pas et ne peut donc pas justifier son analyse par des arguments rationnels ancrés dans l’observation directe des événements. Stevens, par contre, qui est un professionnel du photojournalisme, a été un « témoin direct » qui est « retourné trois fois personnellement sur les lieux ». C’est donc lui qui détient le monopole de la vérité référentielle et de la rationalité.

  • 5 . Cf., au sujet des tenants et aboutissants de la notion de “diabolisation”, Amossy et Koren (2010)

26 Tubiana considère que le comportement de Trigano est « inquiétant » donc irrationnel, parce que ses justifications n’en sont pas : ne serait juste, vrai et valide que ce qui a été dûment prouvé ; or, aucune preuve ne peut avoir les intérêts communautaristes et partiaux du défenseur d’une cause pour fondement. Ce qui rendrait le point de vue de Trigano irrationnel, c’est le fait que ce dernier « userait du vieux procédé selon lequel toute information est nécessairement mensongère dès lors qu’elle va à l’encontre » de la thèse qu’on soutient. Trigano systématise, selon Tubiana, un point de vue partial et injuste qui l’empêche de voir que les médias respectent la règle de justice et rendent compte des tragédies qui ont lieu dans les deux camps. Il refuserait de voir et de savoir que la politique d’Israël est « critiquable », sa partialité l’aveugle et cause l’« évaporation » de toute forme de rationalité. Bref, pour avoir osé accuser les médias d’« antisémitisme compassionnel » et avoir revendiqué que les victimes civiles des deux camps aient droit pendant la seconde guerre du Liban au même type de présentation, Trigano est accusé d’avoir transgressé toutes les règles de « l’éthique ». En recourant à ce raisonnement qui dénonce l’irrationalité de l’adversaire, les trois polémiqueurs usent en fait de la stratégie que Tubiana impute uniquement à Trigano : « interdire tout dialogue : l’Autre est d’ores et déjà diabolisé »5, soit emprisonné dans une image publique caricaturale qui le dépossède impunément du droit à la parole et de toute forme de légitimation et de crédibilité.

3. Quelques mots de conclusion

27Le ton assertif véhément des trois polémiqueurs présente pour l’analyste du discours et de l’argumentation des avantages précieux : il est un des signes les plus visibles du recours à un régime de rationalité pseudo-théorique. Un polémiqueur qui prétend détenir le monopole de la vérité référentielle et de la rectitude pourrait légitimement essayer d’obtenir que l’auditoire s’aligne sur ses positions et renonce à toute velléité de réfutation ou de mise en cause. De plus, si ce même protagoniste est convaincu de détenir simultanément le monopole du parler juste et de la mise en œuvre d’un « rationalisme égalitaire », il pensera pouvoir diaboliser impunément ses adversaires et afficher un ethos fort valorisant de défenseur inflexible des droits de l’homme.

28La polémique analysée ci-dessus illustre en outre remarquablement l’axiome selon lequel un régime de rationalité pratique a la justification pour procédure fondamentale : chacun des polémiqueurs s’investit en effet avec passion dans la justification de ses dires. Celle-ci les conduit néanmoins à accorder une place centrale et presque exclusive à une argumentation ad hominem. Ce que l’autre présente comme une preuve dûment justifiée se voit refuser ce statut car il aurait le tort de prendre ses fantasmes et ses préjugés partisans pour des vérités irréfutables. L’argument ad hominem ne constitue pas une preuve d’irrationalité en soi ; les uns et les autres tentent de fonder en raison, comme l’affirme Brinton cité par Amossy (2003 : 412), la conviction que l’adversaire « n’a pas l’autorité morale exigée sur la question dont on traite ». Ils dénoncent des travers que le sens commun considère effectivement comme graves : la déperdition de tout esprit critique au profit de présupposés idéologiques, la violation de la « règle de justice » ou la diabolisation de l’adversaire dépossédé de tout droit à la parole. La rationalité des polémiqueurs est cependant relativisée par le fait que l’argumentation ad hominem est si prégnante, qu’elle ne laisse pas de place à une argumentation ad rem. Or, un régime de rationalité pratique cohérent et complet implique que l’argumentation ad hominem soit intégrée dans un espace de discussion ad rem. Le désaccord n’y est pas perçu comme une preuve de malveillance, d’hostilité ou de partialité, mais comme un droit lié à une conception de la rationalité qui accorde une place centrale à la connaissance et à la compréhension des thèse adverses et un rôle fondamental à la confrontation et – si accord il y a, mais ce n’est pas une obligation – à l’adhésion et au consensus.

29 Bref, ce qu’il y a de troublant pour l’auditoire de cette polémique, c’est que la justification de soi puisse aboutir, dans les termes d’Angenot (2008 : 21 et 19), à de telles « coupures argumentatives » et/ou « cognitives » et à de tels degrés d’« imperméabilité persuasive ». Cette imperméabilité est-elle une preuve d’irrationalité ? Nous ne souhaitons pas franchir la ligne rouge qui devrait toujours séparer en principe les polémiqueurs du chercheur qui les observe, ni prendre parti en faveur de l’un d’entre eux, mais il nous semble néanmoins possible, au terme de cette analyse, de proposer la réponse suivante : les trois polémiqueurs sont rationnels lorsqu’ils justifient les motivations de leurs points de vue respectifs, et pseudo-rationnels lorsqu’ils instrumentalisent le prestige et les droits d’un régime de rationalité « théorique » pour s’exonérer du devoir d’autocritique et de discussion avec l’Autre. Ils sont enfin également pseudo-rationnels, au prisme de la rationalité pratique, lorsqu’ils renoncent à articuler justification de soi, acceptation du droit de l’autre à la critique et responsabilité envers les victimes du conflit qui tiennent une place considérable dans leurs argumentaires – et par responsabilité, je veux dire pratique de l’autocritique et négociation de solutions, soit passage de la critique à l’action.

Haut de page

Bibliographie

Amossy, Ruth (2003), « L’argument ad hominem dans l’échange polémique », dans Gilles Declercq, Michel Murat et Jacqueline Dangel, La parole polémique, Paris, Honoré Champion, 409-423.

Amossy, Ruth, et Koren, Roselyne (2010), « La”Diabolisation” : un avatar du discours polémique au prisme de la présidentielle 2007 », dans Delphine Denis, Mireille Huchon, Anna Jaubert, Michael Rinn et Olivier Soutet, Au corps du texte, Paris, Honoré Champion, 219-236.

Angenot, Marc (2008), Dialogues de sourds, Traité de rhétorique antilogique, Paris, Essai Mille et une nuits, département de la Librairie Arthème Fayard.

Boudon, Raymond (1995), Le juste et le vrai, Études sur l’objectivité des valeurs et de la connaissance, Paris, Fayard.

Boudon, Raymond (2009), La Rationalité, Paris, Que sais-je ? N° 3857, PUF.

Carrilho, Manuel Maria (1995), « Rhétorique et rationalité », Hermès, 15, 171-178.

Danblon, Emmanuelle (2002), Rhétorique et rationalité, Essai sur l’émergence de la critique et de la persuasion, Éditions de l’Université de Bruxelles.

Perelman, Chaïm, et Olbrechts-Tyteca, Lucie ([1970] 1983), Traité de l’argumentation, La nouvelle rhétorique, Éditions de l’Université de Bruxelles.

Perelman, Chaïm (1989), Rhétoriques, Éditions de l’Université de Bruxelles.

Perelman, Chaïm (1990), Éthique et Droit, Éditions de l’Université de Bruxelles.

Plantin, Christian (1990), Essais sur l’argumentation, Paris, Kimé.

Reboul, Olivier (1980), Langage et Idéologie, Paris, PUF.

Riche, Pascal, Libération, « En réponse à un “Rebond” sur les médias et le Proche-Orient », http ://www.liberation.fr/tribune/010959362-en-reponse-a-un-rebond-sur-les-medias-et-le-proche-orient

Stevens, Bruno, Libération, 05. 09. 2006, « Une manipulation fantasmée », http : www.liberation.fr/tribune/010159361-une-manipulation-fantasmee

Trigano, Shmuel, Libération, 31.08.2006, « Guerre, mensonge et vidéos », http : www.liberation.fr/tribune/010158940-guerre-mensonges-et-videos

Tubiana, Michel, Libération, 05. 09. 2006, « Israël, un État comme un autre », http ://www.liberation.fr/tribune/010159360-israel-un-etat-comme-un-autre

Haut de page

Notes

1 . Perelman précise ainsi p. 331 : « le type de rationalité de la justification philosophique est tel qu’elle n’est jamais achevée. Une rationalité achevée ne peut que se réaliser dans un système fermé, qui ne tient pas compte des critiques, qui repose sur des évidences inébranlables, qui se développe en une espèce de monologue », « la justification est indispensable quand la démonstration est impossible ».

2 . Cf., au sujet du « rationalisme critique », Perelman (1983 : 681-682) et Danblon (2002 :   18-20).

3 . Cf., Plantin (1990 : 14) : La règle de justice « apparaît comme un principe résolument positiviste, schématique, et d’application universelle ».

4 . Cf., à ce sujet, Perelman et Olbrechts-Tyteca (1983 : 296).

5 . Cf., au sujet des tenants et aboutissants de la notion de “diabolisation”, Amossy et Koren (2010).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roselyne Koren, « De la rationalité et/ou de l’irrationalité des polémiqueurs :Certitudes et incertitudes », Semen, 31 | 2011, 81-95.

Référence électronique

Roselyne Koren, « De la rationalité et/ou de l’irrationalité des polémiqueurs :Certitudes et incertitudes », Semen [En ligne], 31 | 2011, mis en ligne le 01 avril 2011, consulté le 18 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/semen/9061 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.9061

Haut de page

Auteur

Roselyne Koren

ADARR (Analyse du discours, argumentation, rhétorique), Université de Bar Ilan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search