Navigation – Plan du site

L’émergence de la polémique autour de la formule « immigration choisie » dans la presse française (janvier-juillet 2005)

The emergence of a controversy over the phrase « chosen immigration » in the French press (January-July 2005)
Maria Brilliant
p. 113-128

Résumés

Tandis qu’il grimpe dans l’échelle du pouvoir de l’UMP, Nicolas Sarkozy se trouve confronté au problème d’une immigration incontrôlée en France – et tente d’y apporter des solutions. En janvier 2005, il décide de lancer un grand débat sur le sujet, en utilisant un syntagme lexical : « immigration choisie », qui retient immédiatement l’attention des médias, de ses confrères de l’UMP, des autres partis politiques, et qui conquiert l’espace public. Je montre que ces deux mots constituent effectivement une « formule », d’après les caractéristiques relevées par Alice Krieg-Planque (2003, 2009). J’expose également certaines des polémiques qui ont entouré sa naissance puis sa circulation, dans le champ politique relayé par les médias, ainsi que différentes interprétations qui ont pu lui être attribuées. Cet article analyse deux polémiques distinctes dans la première moitié de 2005 : celle qui oppose Sarkozy à de Villepin, et celle qui confronte l’UMP à d’autres partis politiques de France. Ce faisant, je montre les enjeux de la formule qui excédent le problème auquel elle semble offrir une possibilité de solution.

Haut de page

Texte intégral

1Il arrive parfois que dans la sphère publique, un terme, une expression soient lancés, et qu’au lieu de se déposer doucement sur les sédiments innombrables des discours précédents, ils rebondissent, sont repris au vol par les médias, et accaparent l’attention de l’auditoire varié qui les rencontre. On peut, par exemple, avancer que les termes de « mondialisation » ou de « globalisation » ont circulé, et continuent de le faire, dans l’espace politique, médiatique, économique, institutionnel ou social ; il serait sans doute ardu de les définir précisément, mais c’est justement leur imprécision, jointe à leur propagation et à leur « acceptabilité », qui justifieraient l’appellation de « formule ».

2Lorsque Alice Krieg-Planque s’attaque à l’étude d’une formule, en l’occurrence celle de « purification ethnique » dans le contexte de la guerre en ex-Yougoslavie, elle repère les occasions où les termes ont été utilisés, en établit la genèse et accomplit un travail d’analyse considérable en vue de cerner cette formulation sous tous les angles possibles – ce qui lui permet d’établir des définitions très affinées sur une base de travail heuristique. D’après l’auteur (2009 : 14), la quintessence de ce qu’est une formule réside dans la définition suivante :

À un moment du débat public, une séquence verbale, formellement repérable et relativement stable du point de vue de la description linguistique qu’on peut en faire, se met à fonctionner dans les discours produits dans l’espace public comme une séquence conjointement partagée et problématique. Portée par des usages qui l’investissent d’enjeux socio-politiques parfois contradictoires, cette séquence connaît alors un régime discursif qui fait d’elle une formule : un objet descriptible dans les catégories de la langue, et dont les pratiques langagières et l’état des rapports d’opinion et de pouvoir à un moment donné au sein de l’espace public déterminent le destin – à la fois envahissant et sans cesse questionné – à l’intérieur des discours.

3L’analyse linguistique conduite par Krieg-Planque lui permet donc de déceler l’une des problématiques posées par la formule : investie « d’enjeux socio-politiques parfois contradictoires », elle est constamment remise en question « à l’intérieur des discours » et peut faire l’objet d’âpres débats dans les médias. Ce sont justement de tels rapports conflictuels qui font l’objet de notre analyse de discours polémiques. Le cadre théorique et méthodologique mis en place par Krieg-Planque nous aide à repérer et à analyser, dans un contexte totalement différent, les discours divergents auxquels donne lieu une « formule » qui envahit l’espace public en France ces dernières années, y suscitant une polémique importante : il s’agit de la notion d’« immigration choisie ».

4Les travaux de Krieg-Planque sur la notion de « formule » semblent ainsi parfaitement appropriés à l’analyse argumentative d’une polémique politique et sociale cristallisée autour du concept d’« immigration choisie ». En me basant sur un corpus restreint d’articles parus dans deux quotidiens, Le Monde et Libération, et dans trois hebdomadaires : Le Point, l’Express et Le Nouvel Observateur, de janvier à juillet 2005 – à savoir les mois où cette notion fait son apparition et où elle commence d’être débattue en créant des polémiques publiques quant à sa signification et à ses enjeux – je voudrais montrer d’une part comment la notion s’est transformée en « formule » et, d’autre part, comment son emploi a été à l’origine de plusieurs polémiques dès son apparition au sein du débat public sur l’immigration en France, polémiques que je tenterai de recenser et d’analyser par la suite.

1. L’émergence de la formule « immigration choisie »

5Le 13 janvier 2005, lorsque Nicolas Sarkozy présente ses vœux à la presse en tant que président de l’UMP, il se sert des mots « immigration choisie » : « La question des quotas d’une immigration choisie au lieu d’une immigration subie doit faire l’objet de débats sans tabous et sans exclusive ». Quel est le « substrat événementiel » (Krieg-Planque 2003 : 30) sur lequel se développe cette formule ? La question de l’immigration était au centre de nombreux discours, qui estimaient qu’elle devenait « incontrôlable » et proposaient diverses lois censées « réguler » l’immigration clandestine, en même temps que des « régularisations » a posteriori avaient périodiquement lieu. Nicolas Sarkozy, quelques années plus tôt, alors qu’il était Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, avait décidé de promouvoir un débat public en France sur le sujet, et de manière très polémique. Sur un fond général d’incertitude économique, d’inquiétudes sociales, de désarroi politique du corps social Nicolas Sarkozy accole alors l’un à l’autre deux termes qui, dès leur apparition, attirent fortement l’attention du monde politique et médiatique : « immigration choisie ».

  • 1 . Déclaration de M. Dominique Galouzeau de Villepin, ministre de l’intérieur, de la sécurité intéri (...)
  • 2 . Krieg-Planque 2003 : Note 53 page 45. Krieg-Planque y synthétise la notion de « modalisation auto (...)

6Ce n’était pourtant pas la première fois que cette notion était utilisée telle quelle. Déjà, on avait pu la relever dans un discours prononcé par Dominique de Villepin (alors Ministre de l’Intérieur) deux mois plus tôt, lors d’un Congrès de l’Association des Maires : « Nous devons nous donner dès à présent les moyens d’une immigration choisie » déclarait-il1. Et plus tard, Alain Juppé prétendit qu’il avait déjà utilisé cette combinaison de mots en 1998 ! Mais la presse ne l’avait encore rapportée en utilisant des guillemets ; on ne pouvait encore leur attribuer cette « modalisation autonymique » qui, selon Jacqueline Authier-Revuz (1995 : 133), indique une « configuration énonciative particulière dans laquelle le segment modalisé est à la fois en usage et en mention »2.

7On remarque effectivement qu’en inscrivant « immigration choisie » entre guillemets, les articles de presse focalisent l’attention des lecteurs sur cette formule non seulement en tant que proposition concrète apportée par l’UMP au problème de l’immigration, mais aussi en tant que néologisme singulier, dont la constitution même mérite une attention particulière. On peut noter une différence entre les formulations qui mettent les deux termes entre les mêmes guillemets, et celles qui « choisissent » (c’est bien le cas de le dire !) de ne mettre que l’adjectif « choisie » entre guillemets. Dans ce dernier cas, on peut remarquer que très souvent, un attribut évaluatif s’attache à l’adjectif, tel l’immigration dite « choisie », ou bien : « l’immigration choisie, “telle qu’on la nomme”, est à l’ordre du jour ». Il s’agit ici d’un commentaire de modalisation autonymique, et tandis que l’emploi en usage indique une utilisation transparente du syntagme (« l’immigration choisie ouvre la voie à… »), l’emploi en mention (« “immigration choisie” : nouvelle manière d’appréhender le problème migratoire ») est plus opaque, et nécessite des éclaircissements.

8Ces deux mots, rapportés entre guillemets par la presse, semblent soudain cristalliser en eux l’essence du problème. À un moment donné du débat ouvert sur l’immigration dans l’espace public français, cette séquence accroche l’attention et semble, à une part du corps social et politique, ouvrir une voie là où celle-ci ne voyait plus qu’une impasse.

9Les lois antérieures sur l’immigration avaient déjà suscité des discours, au sein desquels différentes formules avaient activement circulé et étaient devenues une partie du lexique quotidien des instances politiques et publiques. C’est ainsi que les immigrants « irréguliers » ou « clandestins » devinrent des « sans-papiers », ce qui, par simple connotation, les assimilait automatiquement à des malfaiteurs en puissance, des hors-la-loi qu’il fallait pourchasser, regrouper dans des « camps de rétention » (autre notion lourde de connotations) afin de vérifier leur statut civique avant de les renvoyer vers leurs pays d’origine. C’est sur ce fond de suspicion que surgit la formule « l’immigration choisie », qui offre l’illusion d’une solution enfin trouvée : il s’agit tout simplement de refuser « l’immigration subie » et d’y substituer une immigration voulue, par laquelle la France n’ouvrirait ses portes qu’aux personnes qu’elle aurait choisi d’accueillir selon ses possibilités et ses besoins.

10Il ne suffit pas, cependant, que des termes deviennent médiatiquement omniprésents pour être qualifiés de formules. Une formule se distingue d’autres types d’énoncés qui font l’objet d’usages non-conflictuels tels que des slogans, ou des maximes, par le fait qu’elle comporte des enjeux socio-politiques sur lesquels, par définition, le consensus est rarement atteint. La formule « immigration choisie », lancée dans l’« arène » publique (selon la métaphore bakhtinienne) par une personnalité politique, reprise par d’autres, journalistes, chercheurs et intellectuels, ne continue son parcours que « grâce » aux polémiques qu’elle suscite dans l’espace public : la formule agit. Le syntagme « immigration choisie » est devenu une formule, née vraisemblablement en janvier 2005, figée dans sa forme mais constamment remise en cause dans ses significations (jusqu’à ce jour) et qui vit toujours par les interprétations mouvantes qu’elle suscite dans les débats polémiques qui l’entourent.

11Dans cette communication, pour laquelle mon corpus de presse ne s’étend que de janvier à juillet 2005, j’ai choisi de me limiter aux polémiques distinctes qui se sont déroulées sur le plan politique :

12a) la polémique Nicolas Sarkozy – Dominique de Villepin sur la « paternité » de la formule, et les significations que chacun d’eux lui attribue ;

13b) la polémique UMP – autres partis politiques.

2. Les polémiques

2.1. La Polémique Sarkozy – Villepin

  • 3 . Déclaration de M. Dominique Galouzeau de Villepin, ministre de l’intérieur, de la sécurité intéri (...)
  • 4 . Le Nouvel Observateur, rubrique « social », 16.12.2004.

14Ainsi que nous l’avons vu précédemment, c’est lorsque Nicolas Sarkozy – alors chef de file de l’UMP entre deux portefeuilles ministériels – utilise les termes « immigration choisie » le 13 janvier 2005, dans ses vœux à la presse, que cette notion est reprise par les médias. On invite son énonciateur sur les plateaux radiophoniques, il est interviewé dans plusieurs journaux, dans le but d’obtenir des éclaircissements sur cette formule qui venait de frapper l’imagination publique. On peut postuler que Sarkozy n’ignorait pas que le Ministre de l’Intérieur de l’époque, Dominique de Villepin, avait déjà utilisé ces mêmes termes dans une déclaration faite à l’association des Maires de France, le 18 novembre 2004, dans laquelle il exposait sa conception de ce que devait être l’immigration : « La France est UNE. Pour préserver cette unité, nous devons nous donner dès à présent les moyens d’une immigration choisie. »3 Le mois suivant, le Nouvel Observateur rapporte des propos tenus avec le Ministre dans lesquels Villepin déclarait : « Je souhaite m’engager dans la voie d’une immigration choisie » en précisant son idée : il proposait des « CDD » (contrats à durée déterminée) qui offriraient selon lui une souplesse juridique nécessaire à l’économie du pays : des immigrants viendraient pour une durée déterminée, pour des travaux saisonniers ou des métiers spécifiques par exemple, ce qui ne signifierait pas « qu’ils viennent remplir des besoins pour toujours », indiquait le Ministre. Par contre, il manifestait son hostilité à la politique des quotas d’immigration : « l’idée de dire on va prendre tant de personnes originaires de tel pays, tant de personnes originaires de tel autre pays – ne correspond pas à notre culture et à notre tradition française. »4

  • 5 . Le Monde, 14.01.2005, rubrique signée Philippe Ridet.

15Or, lorsqu’en Janvier 2005, Sarkozy propose une politique d’immigration choisie à l’image de ce qui se fait outre-Atlantique (auparavant basée sur une politique de quotas par nationalités, puis transformée en quotas par professions), c’est justement sur ce différend avec le Ministre de l’Intérieur qu’il base son raisonnement ; il suggère « l’instauration de quotas par compétence professionnelle et par pays. »5 Les prémisses des deux locuteurs semblent êtres les mêmes, ou du moins basées sur la même formule : « immigration choisie », et cependant il se forme déjà un désaccord qui se cristallise sur l’idée différente qu’ils renvoient au public, par l’intermédiaire des médias, sur la signification de cette formule. Le désaccord se concrétise sur la notion de « quotas », et chacun d’entre eux s’en explique séparément, en construisant un argumentaire correspondant à ses idées personnelles de ce que doit représenter la France.

2.1.1. À quel, ou quels auditoires s’adressent-ils, en attaquant ou en défendant les quotas supposés exprimer l’ « immigration choisie » ?

16« C’est en fonction d’un auditoire que se développe toute argumentation » (Perelman 1992 : 7). Or, il semblerait que de Villepin et Sarkozy tentent d’abord tous deux de convaincre les adhérents de leur propre parti. On pourrait présumer qu’ils s’adressent dès lors à un auditoire homogène. Mais il est notoire que des camps partisans se constituent au sein de mêmes confréries, et Nicolas Sarkozy était souvent en confrontation avec la ligne officielle de l’UMP. Indépendamment de ce débat, il avait pris le contre-pied de Chirac sur plusieurs autres sujets débattus précédemment par le gouvernement, et c’est sur ce fond de divergences politiques qu’il lance son appel à une « immigration choisie » basée sur des « quotas », terme qui rebute le Ministre de l’Intérieur, Dominique de Villepin.

  • 6 . Le Nouvel Observateur, 28.1.2005.
  • 7 . Le Nouvel Observateur, 8.6.2005.

17Faute de pouvoir convaincre un auditoire composé de membres dont les opinions, établies bien à l’avance, portent plus sur leur fidélité à l’un ou l’autre des « proposants » que sur leur propre attitude vis-à-vis des quotas, les deux protagonistes se projettent vers un auditoire plus composite lorsqu’ils utilisent les médias pour faire passer leur message. Ils visent moins cependant à convaincre un auditoire universel par les moyens de la raison, qu’à amadouer leur public. C’est ainsi que de Villepin présente aux Français une image d’eux-mêmes dans laquelle ils aimeraient (peut-être) se reconnaître, dans l’« Égalité » qui est l’un des fondements de la République française : « Il faut être fidèle à ce que nous sommes, nous tenons à ce respect de l’égalité, du mérite […] »6. Il semblerait que la stratégie adoptée par Nicolas Sarkozy soit moins de renvoyer à l’auditoire une image complaisante dans laquelle les Français aimeraient se reconnaître que de faire passer sa propre image de leader intransigeant, mais juste : « La France n’a pas vocation à accueillir tous les sans-papiers… Si on veut intégrer les gens il faut que le robinet de clandestins s’arrête ».7 Notons au passage que tous deux parlent au nom d’une même France dichotomisée, dont une des faces représenterait, pour l’un, la fidélité à ses idéaux séculaires, et pour l’autre, le désir d’avancer en rejetant certains impératifs sclérosés. Il s’agit pour tous deux d’une « immigration choisie », mais Sarkozy incite d’abord à faire cesser l’immigration dite subie, tandis que de Villepin montre que chacun, issu de l’immigration ou pas, a des chances égales dans la République française.

2.1.2. L’ethos des protagonistes

  • 8 . Le Monde, 14.1.05.

18Les stratégies adoptées par Sarkozy comme par de Villepin pour séduire leurs auditoires sont dépendantes de et liées à l’ethos que chacun d’eux a déjà cultivé ou projeté dans l’espace public – son ethos préalable (Amossy 1999 : 176). Sarkozy s’est maintes fois présenté dans le rôle de celui qui « rue dans les brancards », c’est-à-dire quelqu’un dont le discours rompt avec les règles de la bienséance et dont « l’obsession (selon des termes du journaliste Philippe Ridet, dans Le Monde) est de garder une idée d’avance »8 sur ses partenaires politiques, souvent au prix de les choquer – stratégie qui rencontre parfois de l’écho chez un public fatigué de la langue de bois des personnalités politiques. Sarkozy se base donc sur cette image préalable pour continuer à surprendre ses auditoires. Quant au Ministre de l’Intérieur, Dominique de Villepin, son ethos discursif se fonde sur l’autorité institutionnelle dont il est investi, et sur sa certitude de représenter les valeurs françaises et républicaines par excellence. Il est amusant de constater à quel point les deux interlocuteurs renvoient une image parfaitement stéréotypée de caractères nationaux français : d’un côté le Français « de souche », qualifié d’« aristocrate mondain et de poète » à particule noble (sans cependant faire partie de la noblesse ancestrale du pays), dont le discours est majestueux et empreint des valeurs qu’il pense personnifier, et de l’autre le « roturier », partiellement fils et petit-fils d’immigrés, arrivé à de hautes fonctions (par son mérite dans une France égalitaire ? Ceci pourrait renforcer les arguments de de Villepin), et dont le discours garde parfois la marque d’une certaine gouaille populaire.

2.1.3. Fondements de leur argumentation

19« Le savoir partagé et les représentations sociales constituent […] le fondement de toute argumentation », synthétise Amossy (2006 : 99). Le savoir partagé par la classe politique de la France se base sur des chiffres, rapports et statistiques (notamment sur le chômage et le nombre présumé de sans-papiers) que les médias, selon leur appartenance, choisissent de montrer à la société civile – avec les interprétations qui conviendront à leur public et, par ricochet, aux intérêts des partis politiques qui s’en font les porte-parole.

  • 9 . Discours de Sarkozy et de Villepin, Convention de l’UMP, 8.6.05, reproduits dans le Nouvel Observ (...)

20Sur ce fond doxique, il est aisé de repérer le lien causal entre l’immigration non contrôlée dont la France serait victime et les maux qui en découleraient. Selon les termes de celui que l’on surnomme « Sarko », « il n’y a pas assez de boulot, pas assez de logements pour régulariser tous les sans-papiers ». De manière plus délicate, de Villepin l’affirme aussi : « Nos citoyens nous demandent de faire respecter les règles dans l’intérêt de tous. »9

21On notera les niveaux de langue différents utilisés par chacun d’eux. Sarkozy utilise un registre populaire, voire familier, et l’on pourrait le soupçonner d’opérer une manœuvre de simulation par laquelle « le locuteur emprunte le vocabulaire d’un groupe qui n’est pas le sien » (Maingueneau 1976 : 138), mais il semblerait qu’il cherche sans doute aussi une connivence avec ses concitoyens, agissant ainsi sur la conscience d’un large public qui pourrait voir en lui quelqu’un qui les « aurait compris » (selon la formule ressassée du Général de Gaulle). L’utilisation du mot « boulot » le montre clairement, et l’on serait pour le moins surpris si de Villepin l’utilisait. Ce dernier, par contre, se sert d’un vocabulaire plus recherché, par lequel il se place au niveau d’une certaine élite responsable du peuple qui l’a choisi pour le guider et pour veiller à ses intérêts sécuritaires en ce qui concerne l’immigration – ce qu’illustre bien son emploi de « nos citoyens… ». En effet, l’on est frappé par l’écart que met de Villepin entre la classe dirigeante (dont il fait partie) et ses concitoyens, dont il semble se faire l’« exégète » et le porte-parole, – écart inexistant dans le discours de Sarkozy, dont l’assertion péremptoire semble être l’écho de la parole populaire reprise et assumée par lui.

  • 10 . Interview de Sarkozy sur France 2, 14 janvier 2005.

22L’« immigration choisie », comme nécessité issue de la situation et de la demande tacite des Français, a donc été un « topos » commun aux deux protagonistes. Mais concrètement, que signifient ces termes pour chacun d’entre eux ? Sarkozy s’explique, d’abord de manière générale et assez vague : « Repenser, redéfinir et profondément renouveler la politique de l’immigration ». Ces termes sont suffisamment brumeux pour exiger des éclaircissements : « revendiquer une immigration voulue et assumée ». Mais très vite, ses propositions se concrétisent : « éviter la constitution de véritables ghettos, dus à une population non maîtrisée », faisant allusion à ces îlots de banlieue, à la périphérie des grandes villes, dans lesquels s’entassent des populations généralement immigrées, démunies, îlots considérés par une partie de la société française comme étant de véritables abcès de délinquance en puissance. La crainte de l’insécurité posée par ces « ghettos » était certaine de trouver un écho dans une certaine partie de son auditoire national. Puis vient sa suggestion la plus pratiquement réalisable : réfléchir à « l’instauration de quotas d’immigrants par compétence professionnelle et par pays »10 afin de passer « d’une immigration subie à une immigration choisie et sélective ».

  • 11 . Le Nouvel Observateur, 28.1.2005.
  • 12 . Ibid.
  • 13 . Le Nouvel Observateur, 11.06.2005.

23Bien qu’ayant lui-même préconisé une « immigration choisie », de Villepin prend le contre-pied de son adversaire dès que le mot « quotas » est prononcé : « L’idée que nous sélectionnions tel et tel en fonction de son ethnie, de son origine, de son pays, ce n’est pas l’esprit de notre pays, nous sommes fidèles à une tradition humaniste ».11 Or, à cette remarque, de Villepin ajoute qu’il préfère « travailler à une forme d’immigration qui serait choisie sur le critère de certaines activités professionnelles ».12 Si nous le lisons bien, où se situe la différence entre lui et Sarkozy, sinon dans la forme ? Villepin se dit favorable à une immigration qui serait choisie sur le critère d’activités professionnelles, tout en se disant hostile aux quotas. Il semble bien que c’est le mot qui rebute, plus que sa signification, dans l’idée de présenter la chose. D’autre part, la sélection ethnique répugne aux idées humanistes que projette de Villepin mais, selon lui, « travailler en liaison avec les pays sources de l’immigration, quoi de plus naturel »13. Un analyste du Point ne s’y trompe pas, lorsqu’il titre : « Querelle de Mots ». La polémique est ouverte entre Nicolas Sarkozy, qui parle d’« immigration choisie » (c’est maintenant que les guillemets apparaissent, indiquant par là l’emploi “en mention” de la formule), et Villepin, qui en parle aussi – mais différemment : « L’un et l’autre revendiquent la paternité du mot. Sur les modalités, l’épaisseur d’une feuille de papier les sépare » ironise le chroniqueur du Point (n° 1688-20.1.2005), qui ajoute qu’il s’agit d’une « lutte rhétorique » entre les deux hommes forts du parti.

24Pour autant, la « Querelle de Mots » continue à enfler, chacun campant sur sa position en essayant de trouver des arguments supplémentaires en faveur de la thèse qu’il soutient. Il est à noter cependant que, de même que Sarkozy ne prononce jamais ouvertement le nom de Villepin comme opposant à sa thèse de l’« immigration choisie », de même ce dernier ne met pas son rival ouvertement en cause. Quoi que… Le Nouvel Observateur du 28 Janvier 2005 titre « Villepin se redit opposé aux quotas », et dans le corps de l’article, le journaliste cite le Ministre de l’Intérieur : « Les quotas ne règlent pas le problème de l’immigration irrégulière, donc ce n’est pas la solution magique dont ON veut bien nous parler. » Qui est donc ce « on » mystérieux, à qui peut-il se rapporter sinon au proposant principal des quotas, c’est-à-dire Nicolas Sarkozy ? Une tentative subtile de disqualification du rival s’opère ici par l’emploi d’un pronom qui peut nommer n’importe qui, mais qu’un public attentif n’aura aucun mal à rapporter à Sarkozy.

25L’argumentation entre ces deux « hommes forts » et leurs associés parmi les factions diverses de leur parti ne vire jamais à des altercations violentes de part et d’autre, tout au moins aucune qui soit rapportée par les journaux, semblant ainsi infirmer les théories pour lesquelles la violence fait partie intégrante de la polémique. Les conventions sociales de présentation de désaccord sont respectées. On peut toutefois soutenir qu’il s’agit d’une réelle polémique car le principe de conflictualité accompagne les protagonistes tout au long de leur parcours commun, et il se cristallise autour des ethos divergents qu’ils projettent par leur positionnement par rapport à la formule de l’“immigration choisie”, où chacun essaye de discréditer ce que représente l’autre aux yeux des Français. La polémique n’est pas un combat, comme on veut bien le croire trop souvent, mais plutôt un procès (selon le terme utilisé par Antoinette Ehrard [1985]) dans lequel on n’entend pas tant convaincre celui auquel on s’oppose, que persuader le tiers qui assiste à l’affrontement.

26On remarque que si la polémique ne s’enclenche pas autour d’enjeux importants concernant l’interprétation de la formule, les positions des deux protagonistes étant en fait très proches, elle se met néanmoins en place autour de ce que chacun des adversaires représente aux yeux de l’autre. Ainsi, de Villepin attaque Sarkozy en le présentant comme un anti-humaniste, un homme de préjugés qui en appelle aux critères ethniques et raciaux, et qui méconnaît les valeurs ancestrales de la France républicaine. C’est une accusation indirecte, car il ne la porte pas expressément contre son adversaire, mais il la laisse entendre en exposant ce qu’il refuse dans l’interprétation de la formule. Par contre, dans mon corpus succinct, je n’ai trouvé trace d’aucune attaque, même voilée, de Sarkozy envers de Villepin, mais il me semble que ce silence même est assez significatif. Que Sarkozy continue avec détermination dans la voie qu’il s’est tracée, et ignore ostensiblement les remarques d’un rival, peut aussi être considéré comme étant une stratégie dévalorisante.

27Un mini coup de théâtre se produit après l’échec de l’UMP à convaincre les Français de voter « oui » au rattachement à l’Europe en mai 2005 : Chirac nomme de Villepin Premier Ministre, et il lui accole Sarkozy en le restituant à ses fonctions de Ministre de l’Intérieur. Obligés, par la force des choses, de présenter un front commun à la Convention de l’UMP de juin en exposant ensemble leur politique d’immigration, il ne s’agit pour tous deux ni plus ni moins que de trouver une nouvelle stratégie : on adopte ensemble le principe de l’« immigration choisie » basée sur des quotas – mais on se garde bien de prononcer le mot.

28Derrière leur controverse publique sur le sens que chacun d’eux donne à l’« immigration choisie » se profilent déjà en filigrane les élections présidentielles de 2007. Les différences de forme entre les deux « proposants » de la formule semblent dues au moins autant aux querelles intestines et à l’anticipation des prochaines élections présidentielles, qu’à la résolution immédiate du problème que pose l’immigration. Et c’est ici, me semble-t-il, que l’on aperçoit finalement l’enjeu le plus important, bien que le plus voilé, de la polémique qui met en confrontation ces deux personnalités politiques de l’UMP. Sarkozy et de Villepin sont les deux candidats de l’UMP pressentis pour la présidence, leur rivalité est donc mieux comprise lorsqu’on prend cette donnée en ligne de compte.

  • 14 . “Clearstream” est une chambre de compensations internationale, doublée d’une banque, située au Lu (...)

29J’aurais sans doute pu continuer à fournir des exemples de conflictualité constante entre MM. Sarkozy et de Villepin concernant l’« immigration choisie » si un évènement extérieur n’était venu mettre fin à leur polémique. Impliqué en 2006 dans l’affaire Clearstream14, de Villepin démissionne officiellement de la course aux présidentielles et laisse le champ libre à son rival de l’UMP. Cette fin inopinée renforce les constatations établies à partir de cas précédents sur le mode de résolution des polémiques publiques – en l’occurrence politiques. L’échange polémique tourne court lorsqu’un événement extérieur se greffe sur lui et l’enraye (Demers 1998). C’est bien ce qui s’est passé dans cet exemple de polémique entre Nicolas Sarkozy et Dominique de Villepin.

2.2. La polémique UMP – autres partis politiques

30À la question : « Vous défendez le concept d’“immigration choisie”. Mais que recouvre-t-il exactement ? » qu’on lui pose dans un entretien publié par Le Figaro (30.5.2005), Nicolas Sarkozy répond :

Tout d’abord, l’expression signifie que je refuse de plaider pour l’immigration zéro, car je ne me reconnais pas dans le visage d’une France qui se referme. Mais elle signifie que je ne veux plus de détournements de procédure : mariage arrangé, demande d’asile politique bidon, regroupement familial détourné, visa de tourisme frelaté.

  • 15 . Le Nouvel Observateur, 9.6.2005. Intégralité du discours de Nicolas Sarkozy.

31Il est facile ici de cerner l’argumentaire sur lequel s’appuie le président de l’UMP, redevenu Ministre de l’Intérieur au mois de mai 2005 après que son rival à ce poste, de Villepin, fut promu au rang de Premier Ministre. Ce n’est pas par un quelconque argument valorisant qu’il défend son idée. Il la rehausse par le fait qu’il disqualifie les autres : d’une part, celle de l’extrême droite, pour qui le concept d’« immigration zéro » est un credo, ainsi que le martèle Philippe de Villiers, et d’autre part, implicitement, celle de la gauche, dont le « laxisme » aurait été responsable d’avoir entraîné les dérives qu’il énumère dans sa réponse. Dans cette réponse apparemment spontanée, il polémique donc contre les autres tendances politiques en se positionnant dans le champ. Il se distingue de l’extrême droite à laquelle on voulait parfois l’assimiler puisque, à l’opposé de leurs dirigeants, il ne veut pas totalement verrouiller les frontières ; mais en même temps, il attaque la gauche et s’en démarque en se proclamant pour la lutte contre les détournements de procédure dont se sont rendues « coupables » les personnes cherchant à s’installer en France de manière clandestine – ce qui était, selon lui, rendu possible par un manque de poursuites à leur encontre dû à l’absence de fermeté des mesures prises par des gouvernements précédents. L’allusion au PS est d’ailleurs clairement précisée dans le discours de Sarkozy à la Convention de l’UMP, où il dévoile son programme : « Depuis 2002 (lorsque Chirac – UMP – remplace Jospin – PS – à la tête du pays), des progrès importants ont été accomplis » dit-il dans le domaine de l’immigration : « L’immigration légale qui avait augmenté de plus de 70 % entre 1997 et 2002 est maîtrisée ; la lutte contre l’immigration illégale est devenue une priorité de l’action publique »15, entre autres « progrès » énumérés par la suite.

32Voyons maintenant quelles sont les réactions à la formule dans une autre partie de la sphère politique après son lancement.

  • 16 . Le Monde, 20.1.2005.
  • 17 . Libération, 10.6.2005.
  • 18 . Le Monde, 12.6.2005.

33Le porte-parole du PS admet que l’« établissement de quotas en matière d’immigration est une nécessité, mais en y associant les pays d’origine ». Sans entrer dans une étude approfondie des implications de l’expression « associer les pays d’origine », on peut remarquer que les propositions sarkozyennes dans le cadre d’une « immigration choisie » mentionnent des sortes de partenariats avec les pays d’origine de forte immigration ; si les modalités peuvent en être différentes, il n’en demeure pas moins que le principe se ressemble étrangement. Pour François Hollande aussi, il parait avantageux de remplacer le mot : « quotas », par celui de « contrats », lorsqu’il propose : « Il faut passer des contrats entre pays d’accueil et pays d’origine pour maîtriser les flux migratoires ». De même que dans la polémique Sarkozy-Villepin, celle qui oppose l’UMP au PS serait plus bâtie sur des détails de forme que sur des enjeux cruciaux. Rien de nouveau ni de révolutionnaire n’apparaît dans les propositions du PS. De plus, il est à remarquer qu’un rapport de Malek Boutih, secrétaire national du PS chargé des questions de société après avoir été dirigeant de SOS Racisme, avait établi en 2004 un rapport sur l’immigration dans lequel il prônait une politique de quotas modulables, adoptée également par Dominique Strauss-Kahn16. Il y indiquait entre autres que pour sortir de « l’impasse des dispositifs actuels », on ne peut compter « ni sur la politique inefficace et injuste de la droite, ni sur “l’action réparatrice” d’une gauche qui n’a jamais engagé de véritable politique alternative permettant de mettre fin à la non-maîtrise des flux migratoires. »17 Les dirigeants du PS ne furent pas très empressés à publier ce rapport, semble-t-il, et Malek Boutih fut fort critiqué au sein de son propre parti par sa prise de position trop « sarkozyenne »18. Il est à noter que ce rapport fut établi avant l’apparition de la formule « immigration choisie », mais le PS n’en débat qu’aux approches de la convention de l’UMP, en relation avec les prises de position du parti majoritaire.

  • 19 . Le Nouvel Observateur, 11.6.2005.

34Également à gauche, le MRC (Mouvement Républicain et Citoyen) utilise la même stratégie que le PS : concéder qu’il y a problème, mais qu’il faut le traiter un peu différemment : « la maîtrise des flux migratoires est une nécessité », indique son premier secrétaire, mais « la politique des quotas ne serait pas conforme à la tradition française, qui est une tradition d’accueil humaniste »19. Proche des arguments de Villepin, le MCR semble une fois de plus accuser Sarkozy de trahir la tradition républicaine – mais au-delà du reproche, aucune proposition concrète contraire n’est suggérée.

  • 20 . L’Humanité, 22.1.2005.
  • 21 . Ibid.
  • 22 . L’Humanité, 11.6.2005.

35Les réactions du PCF, sont plus nettes dans leur suspicion, affichée dans l’Humanité, dès le 22 janvier, à l’égard de la formule : « Nicolas Sarkozy n’a pas son pareil pour habiller de neuf de vieilles lunes politiques », les « vieilles lunes » en question étant bien évidemment le « débat jamais tranché » sur l’immigration en France20 – sans avoir encore d’arguments précis à contrecarrer, puisqu’il ne s’agit que d’une formule qui vient d’apparaître, entourée d’un flou sémantique inquiétant. Puis en reprenant exactement la même stratégie dont il accuse Sarkozy de se servir, à savoir tirer parti des « vieilles lunes », le PCF remet à jour les craintes soulevées par la question plus ancienne des quotas, en disqualifiant ce qui cause l’inquiétude : « L’idée d’instaurer des quotas en fonction des professions ou qualifications semble profondément injuste et dangereuse ». Conséquemment, le Parti Communiste adopte la politique de l’argumentation par l’appel aux émotions, en l’occurrence la peur et la compassion : « Que se passe-t-il pour tous les immigrés de la misère, ceux qui sont le plus en difficulté ? On les repousse à l’extérieur ? On les met dans des “camps portails” aux portes de l’Union Européenne ? »21 Il est à remarquer, ici encore, qu’aucune proposition constructive contraire n’est envisagée. Après la Convention de l’UMP de Juin 2005, les points négatifs de la politique d’« immigration choisie » sont exposés dans le quotidien communiste, accompagnés de dénominations dépréciatives telles que : « Sarkozy déborde Le Pen sur la droite », « … premier flic de France »22. À ce stade, la polémique semble encore se restreindre à des réactions hostiles au représentant du gouvernement, et aux politiques migratoires qu’il compte instaurer. Le Parti se positionne résolument dans son camp d’opposition ; la polémique argumentée surviendra plus tard, avec l’union du PCF à certaines ONG.

3. Conclusion

36Une double conclusion s’impose ici, l’une sur la notion de formule dans son rapport à la polémique, l’autre sur la nature de la polémique politique.

37On a vu comment est apparue dans l’espace public français une expression dont l’emploi « cristallise des enjeux politiques et sociaux qu’elle contribue dans le même temps à construire » (Krieg-Planque 2009 : 7), et dont l’une des caractéristiques est sa dimension polémique. La formule « immigration choisie », qui a réussi à se poser en évidence et à s’inscrire dans tout discours qui a l’immigration pour référent social, donne lieu à des controverses d’une personnalité politique à l’autre et d’un parti politique à l’autre. Les enjeux des controverses qu’elle provoque dépassent le référent social auquel elle se rapporte : les immigrés. C’est une expression aux significations floues et mouvantes, devenue un lieu de passage incontournable pour qui veut parler de l’immigration en France, et qui est véhiculée par tout l’éventail politique et médiatique du pays. Elle semble représenter la synthèse de la problématique de l’immigration en France, et les commentaires qu’elle suscite sont polémiques non seulement à cause de la position qu’elle condense, mais aussi par les débats métadiscursifs qu’elle engendre.

38En ce qui concerne la polémique politique, elle est constitutive du champ même qui la produit. Si, ainsi que le démontre Bourdieu, tout champ est également un « champ de luttes pour transformer ou conserver ces champs de forces » (Accardo – Corcuff 1986 : 88), cette caractéristique s’applique d’autant plus au champ politique dans lequel les dissensions sont les rouages et forment les enjeux qui contribuent à lui conserver sa structure antagonique sans laquelle il ne pourrait fonctionner. Au sein de ce champ, chaque partie s’auto-légitime en proposant « des modèles de comportements ou d’opinions qui peuvent acquérir un statut d’évidence. On parle souvent au nom de la “majorité silencieuse” (Le Bart 1998 : 46) », cette fameuse « opinion publique » (les Français pensent que…) que chacun des actants s’approprie pour faire passer son propre message. Il ressort de ceci que la polémique dans le discours politique, dont j’ai exposé ici une infime partie, ne provoque pas vraiment de confrontations sur des thèses antagonistes mais se présente plutôt comme un jeu sur l’échiquier politique : elle traduit des stratégies de positionnement plus que des affrontements idéologiques.

Haut de page

Bibliographie

Accardo, Alain et Philippe Corcuff (1986), La sociologie de Bourdieu. Textes choisis et commentés, Bordeaux, Le Mascaret.

Amossy, Ruth (1999), Images de soi dans le discours. La construction de l’ethos, Genève, Delachaux et Niestlé.

Amossy, Ruth (2006, 2ème éd.), L’argumentation dans le discours, Paris, Armand Colin.

Authier-Revuz, Jacqueline (1995), Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidences du dire, (tome 1) Paris, Larousse.

Demers, Jeanne (1998), “Les limites du polémique », dans Les États du Polémique, Garand, Dominique et Hayward, Annette, Canada, Éditions Nota Bene.

Ehrard, Antoinette (1985), « Art et Polémique », dans Roellenbleck, Georg, Le discours polémique. Aspects théoriques et interprétations, Paris, Éditions Place.

Krieg-Planque, Alice (2003), Purification ethnique. Une formule et son histoire, Paris, CNRS Éditions.

Krieg-Planque, Alice (2009), La notion de « formule » en analyse du discours. Cadre théorique et méthodologique, Presses Universitaires de Franche-Comté.

Le Bart, Christian (1998), Le discours politique, Paris, PUF, Coll. Que sais-je ?

Maingueneau, Dominique (1976), Initiation aux méthodes de l’analyse du discours, Paris, Hachette.

Perelman, Chaïm et Lucie Olbrechts-Tyteca (1992, 5ème éd.), Traité de l’Argumentation, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles.

Haut de page

Notes

1 . Déclaration de M. Dominique Galouzeau de Villepin, ministre de l’intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales, au 87ème congrès de l’Association des Maires de France, à Paris, du 15 au 18 novembre 2004.

2 . Krieg-Planque 2003 : Note 53 page 45. Krieg-Planque y synthétise la notion de « modalisation autonymique » développée par Jacqueline Authier-Revuz (1995 : 133). Cette dernière élabore la manière dont les « signaux » (guillemets, italiques ou intonations) réalisent une « coïncidence au plan du signifiant entre l’énonciation et son reflet opacifiant », en créant un « dédoublement méta-énonciatif » du segment modalisé. L’élément univoque linéaire, dans sa continuité verbale, est dédoublé par l’opacification qui s’y superpose avec l’ajout du « signal » que forment les guillemets.

3 . Déclaration de M. Dominique Galouzeau de Villepin, ministre de l’intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales, au 87ème congrès de l’Association des Maires de France, à Paris, du 15 au 18 novembre 2004.

4 . Le Nouvel Observateur, rubrique « social », 16.12.2004.

5 . Le Monde, 14.01.2005, rubrique signée Philippe Ridet.

6 . Le Nouvel Observateur, 28.1.2005.

7 . Le Nouvel Observateur, 8.6.2005.

8 . Le Monde, 14.1.05.

9 . Discours de Sarkozy et de Villepin, Convention de l’UMP, 8.6.05, reproduits dans le Nouvel Observateur.

10 . Interview de Sarkozy sur France 2, 14 janvier 2005.

11 . Le Nouvel Observateur, 28.1.2005.

12 . Ibid.

13 . Le Nouvel Observateur, 11.06.2005.

14 . “Clearstream” est une chambre de compensations internationale, doublée d’une banque, située au Luxembourg. Un scandale éclata à la suite de la parution de listes de personnalités politiques qui y auraient investi des fonds à blanchir, suite à des affaires de vente d’armes. De Villepin fut mis en examen pour avoir, semblerait-il, indiqué que Sarkozy figurait sur une des listes. Il fut blanchi de cette accusation en 2010.

15 . Le Nouvel Observateur, 9.6.2005. Intégralité du discours de Nicolas Sarkozy.

16 . Le Monde, 20.1.2005.

17 . Libération, 10.6.2005.

18 . Le Monde, 12.6.2005.

19 . Le Nouvel Observateur, 11.6.2005.

20 . L’Humanité, 22.1.2005.

21 . Ibid.

22 . L’Humanité, 11.6.2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Brilliant, « L’émergence de la polémique autour de la formule « immigration choisie » dans la presse française (janvier-juillet 2005) », Semen [En ligne], 31 | 2011, mis en ligne le 01 avril 2011, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/semen/9105

Haut de page

Auteur

Maria Brilliant

ADARR (Analyse du discours, argumentation, rhétorique), Université de Tel-Aviv

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page