Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31Rubrique Comptes-rendus de lectureRuth Amossy, La présentation de s...

Rubrique Comptes-rendus de lecture

Ruth Amossy, La présentation de soi. Ethos et identité verbale

Séverine Equoy Hutin
p. 196-199
Référence(s) :

Ruth Amossy, La présentation de soi. Ethos et identité verbale, 2010, Presses Universitaires de France, 235 pages.

Texte intégral

1Cette synthèse des travaux sur le thème de l’ethos et de l’identité verbale proposée par Ruth Amossy se fonde sur l’idée que « la présentation de soi, ou ce que la tradition rhétorique appelle « ethos », est une dimension intégrante du discours » (Amossy, 2010 : 7). Le chapitre introductif qui présente l’ouvrage dans son ensemble permet à l’auteure de développer sommairement ses hypothèses et de souligner le point de vue croisé que celle-ci adopte en puisant dans les travaux issus de la sociologie, de la rhétorique et de l’analyse du discours. En effet, la perspective à la fois théorique, didactique et épistémologique de l’ouvrage est mise au service d’une réflexion plus globale sur les pratiques sociales, la communication et la construction identitaire d’un sujet qui ne maîtrise pas tout, qui est parlé au moins autant qu’il parle, mais qui reste à l’origine d’un projet argumentatif singulier.

2La première partie développe les soubassements théoriques de la perspective sociodiscursive que revendique à plusieurs reprises R. Amossy.

  • 1 . Amossy R, 2010 [2000], L’argumentation dans le discours, Paris, Colin.

3Méthodique, soucieuse de rendre accessible et de faire dialoguer des notions souvent assimilées sans motivation avérée et par commodité langagière, le chapitre premier propose une traversée disciplinaire qui glisse naturellement vers la théorie de l’argumentation dans le discours développée par l’auteure depuis une douzaine d’années (Amossy, 2010 [2000]1). L’héritage rhétorique dont est issue la notion d’ethos, la perspective sociologique goffmanienne qui intègre la « présentation de soi » dans le cadre de la dynamique interactionnelle et la question de l’image de soi dans le discours développée notamment par D. Maingueneau sont à la fois distingués et mis en convergence dans un champ qui s’intéresse tant aux discours à visée argumentative qu’aux discours à dimension argumentative (Amossy, 2000 : 24-26). Au terme de ce riche panorama théorique, l’auteure propose donc une refonte des différentes questions soulevées au « prisme » de la théorie de l’argumentation dans le discours, cadre fécond qu’elle articule autour de trois prises de position : l’argumentativité traversante du discours, l’assimilation de la notion d’ethos à celle de présentation de soi dans son sens étendu et l’ethos comme dimension constitutive du discours.

4Les chapitres 2 et 3 prolongent l’arrière-plan théorique et les questions soulevées en proposant deux axes majeurs de réflexion centrés respectivement sur le lien entre les représentations sociales et la présentation de soi d’une part, et les enjeux de pouvoir que recouvre la notion d’autre part. Le chapitre 2 est en effet consacré à l’imaginaire social et à l’appropriation des images stéréotypées dans la construction identitaire. Partant du constat que « le degré de stéréotypage et la liberté octroyée au locuteur par rapport aux modèles dominants varient en fonction des genres de discours qu’il mobilise » (Amossy, 2010 : 49), ce chapitre met notamment en relation le poids des représentations collectives et le degré de contraintes imposées par les genres de discours. Il s’intéresse également aux cas où le locuteur ne dispose pas de modèle préfabriqué pour montrer qu’il compense alors cette absence par le recours à un réservoir de représentations stratégiquement adaptées à une situation donnée. Sans omettre d’évoquer les cas de situations interculturelles ou de conflits d’interprétations qui peuvent apparaître dans le temps, le propos se prolonge dans des considérations toujours illustrées sur les fonctions sociales et politiques du stéréotypage de l’ethos : catégorisation identitaire, enjeux de domination et luttes de pouvoir se traduisent dans le recours, l’adoption ou le rejet des modèles activés, plus ou moins consciemment par le locuteur. Le chapitre 3 est centré sur les questions du statut et de l’autorité dont dispose le locuteur qui tente d’agir sur son auditoire au moment où il prend la parole. En effet, l’image que l’auditoire se fait de l’orateur avant sa prise de parole est en lien direct avec l’efficacité de la présentation de soi que celui-ci va construire pendant l’échange. La capacité du locuteur à procéder à un retravail de son ethos préalable est donc fondamentale. Après avoir défini et resitué théoriquement la notion d’ethos préalable, Amossy pose, dans le sillage de D. Maingueneau, J-M. Adam et P. Charaudeau, l’épineuse question des traces à partir desquelles l’analyste est susceptible de le reconstituer. Si l’auteure souligne l’intérêt du recours à des enquêtes de terrains et à la mobilisation de compétences extralinguistiques, elle n’en propose pas moins d’examiner deux types d’éléments sociodiscursifs : « ceux inscrits dans la matérialité du discours » (2010 : 79) et « ceux qui renvoient à la situation de l’échange ou aux discours ambiants dont se nourrit le nouvel énoncé » (Ibid.). Le chapitre progresse ensuite avec un éclairage bourdieusien qui permet à l’auteure d’insister sur la dynamique de la présentation de soi et de montrer que celle-ci ne se négocie pas seulement dans l’interaction immédiate mais qu’elle est « tributaire du champ, de ses règles et de sa structure au moment de l’échange » (Ibid. : 88).

5La seconde partie de l’ouvrage est consacrée aux différentes modalités verbales de la présentation de soi dans un souci d’articulation entre matérialité du langage et dimension communicationnelle : Amossy prolonge le catalogue organisé et raisonné d’études de cas qu’elle puise autour d’elle, sans jamais forcer ni l’analyse ni les conclusions qu’elle en tire.

6À partir de la définition benvenistienne du discours qui lui permet d’esquisser différentes ramifications en sociologie (Bourdieu), en sciences du langage (Pêcheux, Flahault, Bakhtine), en psychanalyse et en philosophie (Foucault, Derrida), le chapitre 4 s’attache ainsi à examiner comment la négociation identitaire s’opère par le biais du couple « je »/« tu » et des marques de subjectivité. La construction de l’ethos est également examinée dans des cas d’effacement de la subjectivité, d’adresse directe, de double adresse, d’auditoire composite et d’absence d’adresse. Quel que soit le cas de figure, Amossy conclut que « toute mise en scène de soi est étroitement dépendante de l’image qu’on se fait du partenaire » (Ibid. : 130) et que « la présentation de soi repose toujours sur une négociation d’identité à travers laquelle le locuteur tout à la fois se pose, et tente d’imposer ou, tout au moins, de faire partager, ses façon de voir » (Ibid.).

7Le chapitre 5 se focalise quant à lui sur les interactions orales ou écrites et sur la gestion collective de l’ethos. L’auteure reprend les bases théoriques de l’analyse conversationnelle pour examiner notamment un extrait d’interview d’Alain Robbe-Grillet, un débat télévisé, des conversations numériques ou encore des conversations quotidiennes. Cette diversité d’exemples permet d’illustrer les parcours plus ou moins sinueux qu’empruntent, selon les différents formats génériques, les images de soi dans la dynamique de leurs négociations plus ou moins maîtrisées et de la gestion collective des faces. Ce chapitre se clôt sur la question de la circulation des discours, de la réception des images de soi et de sa participation à la dynamique globale de la construction de l’ethos.

8Le chapitre 6 s’intéresse aux cas où le locuteur projette une image « qui n’est pas seulement la sienne, mais aussi celle du groupe auquel il appartient et au nom duquel il dit parler » (Ibid. : 156). Se posent alors d’autant plus les questions de la légitimité, de la crédibilité, de l’unification et de l’équilibre entre le singulier et le collectif. Amossy s’interroge sur les procédés qui tendent à créer une homogénéité dans la génération d’une image de groupe. Si l’analyse d’un rapport de commission gouvernementale, d’un discours de parti politique, d’une pétition citoyenne illustrent les cas où la voix individuelle se dissout au service d’une prise de position et d’une action publique, d’autres exemples issus du discours testimonial et du discours politique sont destinés à observer les relations complexes entre l’ethos personnel et l’ethos collectif.

9Le septième et dernier chapitre s’intéresse aux discours pour lesquels le locuteur est dissimulé : à la question « peut-il y avoir une prise de parole qui ne construise aucune identité discursive ? » (Ibid : 184), Amossy répond, en s’appuyant notamment sur Benveniste, que l’absence de « je » est « le fait d’un gommage, non d’un manque » (Ibid. : 187). Certes, dans les cas d’effacement énonciatif, l’origine de la parole s’en trouve brouillée mais cette dissimulation n’est pas dénuée de sens. Elle sert un effet d’objectivité qui participe de la construction de l’ethos et de l’efficacité du discours, ce qu’Amossy illustre en s’attardant sur trois types de discours : le discours scientifique, le discours philosophique et le discours journalistique.

10Enfin, la conclusion répond efficacement aux ambitions que dévoile l’auteure dans les premières pages dans la mesure où elle reprend les acquis de l’ouvrage tout en redynamisant la réflexion sur ce thème de la présentation de soi et de l’identité verbale. Le recul dont fait preuve Amossy dans les toutes dernières pages lui permet en effet d’ouvrir un nouveau chantier de réflexion qui s’articule autour de trois points : la présentation de soi en situation de fiction, la question de l’interprétation, la question du lien entre présentation de soi, adhésion et rationalité. Plutôt que de raisonner dans une polarisation ethos/pathos, Amossy propose d’opter pour une combinaison qui prend en compte les fonctions et les modalités de construction de l’ethos selon les formats de communication. Comme le soutient à juste titre l’auteure dans un ultime et vigoureux paragraphe, qu’il s’agisse de discours politique, médiatique, philosophique, scientifique ou de discours issus de conversations familières ou d’échanges électroniques, « la présentation de soi s’effectue à travers un discours désireux d’amener l’auditoire aux vues du locuteur par des moyens qui ne sont pas seulement ceux de l’empathie et l’identification aveugle : elle s’insère dans un ensemble de stratégies verbales où les éléments de l’ethos, du logos et du pathos s’imbriquent étroitement les uns dans les autres. » (Ibid. : 219).

11Le grand intérêt de cet ouvrage réside essentiellement dans sa cohérence panoramique, la qualité de l’analyse, la solidité théorique, la rigueur méthodologique et la diversité des exemples sélectionnés. Cette synthèse ne revendique pas l’exhaustivité : elle propose au contraire un point de vue centré sur une question transversale, « la dimension langagière de la présentation de soi » (Ibid. : 6), une sélection des objets, une diversité des exemples et un niveau de précision que le lecteur, même non spécialiste, est en mesure d’apprécier, d’appréhender et de réinvestir au quotidien. L’étendue du brassage s’avère ici nécessaire à la mise en évidence des régulations et des spécificités de la construction de l’ethos que l’auteure ambitionne de dégager. Cette synthèse est nourrie d’un catalogue hétérogène, mais organisé et raisonné d’études de cas qui, loin d’entacher l’unité et la cohérence de l’ouvrage, souligne la volonté de l’auteure de faire partager les acquis de la recherche en les mettant au service de la notion et non de son propre ethos.

Haut de page

Notes

1 . Amossy R, 2010 [2000], L’argumentation dans le discours, Paris, Colin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Séverine Equoy Hutin, « Ruth Amossy, La présentation de soi. Ethos et identité verbale », Semen, 31 | 2011, 196-199.

Référence électronique

Séverine Equoy Hutin, « Ruth Amossy, La présentation de soi. Ethos et identité verbale », Semen [En ligne], 31 | 2011, mis en ligne le 01 avril 2011, consulté le 18 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/semen/9159 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.9159

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search