Navigation – Plan du site

Discours protestant et polémique journalistique autour du problème juif pendant la Seconde Guerre mondiale en Suisse

The Protestant discourse and the journalistic polemic on the Jewish problem during the Second World War in Switzerland
Francine Edelstein
p. 163-176

Résumés

Cet article souligne l’importance d’une polémique dans la presse suisse romande autour du problème juif, suite aux arrestations massives en France, et plus particulièrement suite à la rafle du Vél’ d’Hiv les 16 et 17 juillet 1942. Cette polémique se déclenche à l’intérieur d’un espace consensuel ; tous se prononcent contre la persécution des juifs. L’affrontement des thèses se situe ailleurs : il s’agit de savoir s’il faut traiter la question sur le plan théologique ou sur le plan temporel et humain. L’échange polémique comporte un deuxième axe, étroitement lié au premier : c’est la question des représentations et des présupposés antisémites, soulevée à l’intérieur du consensus sur le refus des persécutions. On examinera les argumentaires des différentes parties et les modalités de leur affrontement pour voir comment la controverse théologique, publiée dans deux journaux d’obédience protestante, devient une polémique médiatique dotée d’enjeux socio-politiques cruciaux, destinée à influencer l’interprétation de l’évènement par les lecteurs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . « Fondés sur l’Écriture sainte, nous, pasteurs des Églises réformées de la Suisse, attestons que (...)

1Cette étude se propose de montrer la singularité et les enjeux d’une polémique qui a eu lieu dans la presse suisse autour de la persécution des juifs suite aux arrestations massives en France – entre autre la rafle du Vél’ d’Hiv les 16 et 17 juillet 1942. Elle a été déclenchée par une résolution votée à Liestal (Bâle) le 30 septembre 1942 par la société pastorale suisse1 où ont été débattus ce qu’on a appelé « la question juive » et l’antisémitisme. Cette polémique, dans laquelle sont engagés quatre éminents théologiens, se déroule dans les colonnes de deux journaux genevois d’obédience protestante assez largement diffusés en Suisse romande : La Vie protestante et Le Messager social. Il faut souligner qu’elle se donne libre cours à l’intérieur d’un espace consensuel. En effet, tous les auteurs de ces articles se prononcent contre la persécution des juifs, en accord avec la résolution de Liestal. L’affrontement des thèses se situe ailleurs. Il s’agit de savoir sur quel plan il convient de traiter la question : sur le plan théologique ou sur le plan temporel et humain ? Apparemment, ce choix n’est pas sans gravité, puisqu’il déclenche un échange polémique entre argumentateurs. On peut alors se demander quels sont les enjeux de ce débat et en quoi il soulève des questions cruciales.

2En situant les articles dans leur contexte historique, on les soumettra à une analyse argumentative en examinant les argumentaires des deux parties, et les modalités de leur affrontement sur la façon de traiter le « problème juif ». Après avoir examiné les voies de la querelle théologique et la façon dont elle se transforme en polémique dotée d’enjeux cruciaux dans les circonstances de la Seconde Guerre mondiale, on examinera un deuxième axe, étroitement lié au premier, mais qui divise les articles selon un autre critère : c’est la question des représentations et des présupposés antisémites qui est soulevée à l’intérieur du consensus sur le refus des persécutions.

1. Polémique à l’intérieur d’un espace consensuel

3La polémique est amorcée sous l’impulsion d’un premier article paru le 23 octobre 1942 dans La Vie protestante : « L’aspect théologique de la question juive », signé par le pasteur Edmond Grin, professeur de théologie à l’Université de Lausanne, invité à commenter cette réunion de Liestal. Précédé d’une note introductive de la rédaction : « Il importe, en effet, de n’envisager les solutions que réclame le problème juif sur le plan politique, juridique, et social qu’à la lumière des enseignements de la Parole de Dieu », cet article constitue un véritable réquisitoire, une diatribe contre les juifs. Tout en dénonçant leur persécution – « quiconque a un peu de coeur, dit-on, doit se révolter en face des persécutions odieuses dirigées contre les Israélites… C’est vrai. Et pourtant, poser le problème ainsi, c’est le mal poser » – Grin les rend responsables de leurs souffrances. Son discours se construit à travers un argumentaire chrétien, qui se nourrit d’interdiscours teinté d’antisémitisme :

Une seule chose rapproche tous les Juifs : leur refus du Christ. Ces certitudes expliquent aussi la haine que les Israélites inspirent. Par delà leur richesse qu’on envie, ou leur avarice qu’on méprise, il y a quelque chose d’autrement profond : leur infidélité à une vocation.

4L’aspect théologique de la question juive est à chaque fois réaffirmé : « le problème juif est avant tout un problème théologique ». Puis, en abordant le sionisme comme éventuelle solution du problème juif, l’auteur feint de se placer sur un autre plan, « purement humain », pour mieux l’annihiler et déclarer avec force que « le seul lieu de repos du peuple élu, c’est Jésus-Christ ».

5Cet article n’est pas polémique en soi, mais se pose comme déclencheur de la polémique. Il est symptomatique d’une situation agonique (Garand 1998), à l’origine de la « question juive ». Les arguments mobilisés dans cette logique agonique ont pour enjeu la primauté d’une identité sur l’autre, du christianisme sur le judaïsme. Pour mettre fin à leurs persécutions, aux juifs de renoncer à leur appartenance identitaire, de reconnaître le messie en Jésus-Christ et de se convertir au christianisme.

6C’est à cette prise de position purement théologique, dans laquelle la responsabilité des persécutions serait aussi, finalement, déléguée à Dieu, puisque « le problème juif est avant tout un problème théologique. Par quoi il ne faut pas entendre l’affaire de spécialistes ; mais un problème relatif à Dieu lui-même, et dont seul il peut nous donner la solution par sa révélation », que réagit l’écrivain Jean-H. Rilliet par un article publié le 6 novembre 1942 : « Le problème juif : une réalité politique et sociale ». Le titre est significatif, il ne s’agit plus de la question juive qui appellerait une réponse, mais du problème juif qui appelle une solution (Milner 2003) et le sous-titre : « une réalité politique et sociale » annonce le glissement du problème vers un autre plan, un plan terrestre et humain. Bien que Rilliet partage les convictions religieuses et les attentes de Grin – la conversion des juifs au christianisme – il se présente en Opposant : aucune explication ou responsabilité théologique ne pourrait justifier ou légitimer les atrocités dont les juifs sont victimes. Et d’en appeler à un sentiment de charité et d’empathie à leur égard :

Rien n’est aussi pénible que de devoir prendre la plume aujourd’hui dans l’atmosphère créée par d’odieux traitements, pour contredire certains points du plaidoyer en faveur d’Israël présenté dans ces colonnes par M. le prof. Edmond Grin. On voudrait pouvoir tout approuver, tant répugnent les actes de violence dont nous sommes les témoins. En écrivant ces lignes, j’espère qu’aucun de nos lecteurs n’y trouvera la moindre approbation des brutalités actuelles. Nous assistons à une solution par la violence de la question juive, à une révolution. Comme jadis les charrettes de guillotines, les wagons d’Israélites roulent vers un destin atroce. Quiconque a gardé un peu de coeur, ne peut que s’indigner contre ce qui se passe et je crois qu’au nom de tout l’enseignement dont elle est la dépositaire, l’Église doit crier son horreur devant les scènes douloureuses dont nous sommes les témoins [c’est moi qui souligne].

7Mais selon Rilliet, les pasteurs réunis à Liestal ne se sont pas placés sur ce plan de charité chrétienne, ils ont « examiné le problème en se mettant sur un plan purement théologique et en se basant sur les conclusions qu’ils tirent de quelques passages de l’épître aux Romains » ; ils ne se sont attachés « qu’à une partie du problème », et ont « discuté hors du temps et de l’espace. » Puis, en s’attachant au problème juif, qui d’ailleurs peut être assimilé aux problèmes que posent toute minorité raciale et religieuse, comme celles des Balkans, il propose deux solutions : l’instauration d’un numerus clausus qui limiterait l’influence sociale, politique et économique des juifs et, en se référant à la Bible (verset d’Ézéchiel), le sionisme, envers lequel, le Proposant, Edmond Grin, « témoigne le plus complet mépris ».

8À ces deux articles va s’opposer le pasteur et théologien Auguste Lemaître du Messager social, autre journal genevois d’obédience protestante. Par son article « La détresse d’Israël… et notre théologie » paru le 10 novembre 1942, Auguste Lemaître ne se placera que sur le plan humain, il s’élèvera contre toute mesure d’exception à l’égard des juifs – par conséquent, les juifs n’ont pas besoin de retrouver une terre qui soit la leur – et réfutera d’une façon véhémente « toute subtilité théologique » : la souffrance des juifs ne fait pas partie d’un plan divin, la Bible n’est pas un livre de prédictions et d’oracles, la persécution des juifs n’est en rien légitimée, « la détresse d’Israël est le fruit de la méchanceté humaine ».

9Quant au pasteur Ch. Brütsch, dans son article « Le rôle de l’Église dans l’étude du problème juif », paru le 4 décembre 1942 dans la Vie protestante, il va s’opposer au premier Opposant, l’écrivain Rilliet, et s’aligner sur la position du Proposant, Ed. Grin. Selon lui, n’y a pas de « cloison étanche entre la théologie, l’exégèse des textes bibliques (et en particulier pauliniens) et l’humanité et ses problèmes concrets ». L’Église ne peut pas se prononcer sur les questions pratiques du problème juif « en dehors d’une mûre réflexion théologique, d’une étude approfondie des textes bibliques ». Ainsi, se référant au numerus clausus et au sionisme, il déclare que « l’Église doit faire de la bonne théologie et non de la mauvaise jurisprudence ». Cependant, l’Église chrétienne est solidaire du peuple juif et répudie tout antisémitisme.

2. Sur quel plan traiter la question juive ?

10Nous l’avons vu, cette polémique se déclenche à l’intérieur d’un espace consensuel en ce qui concerne la persécution des juifs. L’affrontement des thèses se situe ailleurs – le plan sur lequel il convient de traiter la question (théologique ou temporel et humain). Il semble que les enjeux de ce choix soient assez importants pour déclencher un échange polémique entre argumentateurs qui partagent la même foi et s’alignent sur les conclusions de la résolution de Liestal. Comment s’effectue cette confrontation et en quoi met-elle en jeu des questions cruciales ?

2.1. Polémique à partir d’un même argument d’autorité

11Il s’agit clairement d’un débat théologique qui s’appuie sur l’argument d’autorité (les Écritures Saintes) au sein d’un échange où les interactants sont d’accord, à la fois sur les préceptes de l’Église et sur l’attitude qu’elle doit prendre par rapport aux persécutions des juifs, mais dans lequel ils font une utilisation différente de la parole des Évangiles ou de la Bible par le choix des versets et par leur interprétation, ainsi que par le maniement du discours rapporté et de la citation qui alimentent l’argumentaire de chacun. Il ne s’agit pas cependant d’opposer des gloses divergentes, mais de mettre en question ou de renforcer le statut du texte sacré dans le débat qui divise les parties. Alors que le Proposant le mobilise pour en faire un argument d’autorité, ses deux Opposants lui refusent ce rôle pour mieux saper la base sur laquelle repose sa démonstration.

12Quel est le choix de ces versets, ou de ces citations, et comment sont-ils utilisés dans ces articles qui s’opposent ? Tous les actants se réfèrent aux mêmes passages du texte paulinien (Romains, chap.11 :25-33), qui fait autorité d’une manière générale – et ici, plus spécifiquement, puisque c’est à partir de ces textes que la société pastorale suisse réunie à Liestal a examiné le problème juif, et en a tiré des conclusions, commentées et soutenues par le pasteur Grin qui, par là, se pose en Proposant. Il cite l’apôtre Paul : « Après que la totalité des païens sera entrée dans l’Église, tout Israël sera sauvé », pour en conclure que seule la conversion d’Israël amènera le salut du monde.

2.2. Les voies argumentatives de la polémique

13Pour les Opposants, des hommes d’Église, il s’agit donc de réfuter une argumentation qui repose sur un texte sacré dont la vérité est indiscutable. Il leur faut trouver un biais pour s’attaquer à un texte qui s’appuie sur une autorité reconnue par tous. Comment discréditer une argumentation fondée sur une autorité incontestable ? D’où les arguments qui portent

14a) sur le fait que l’épître n’est qu’un des aspects des promesses divines, et Rilliet de reprocher au Proposant de s’y limiter au détriment d’autres textes. C’est donc la limitation à un seul texte sacré et la sélection de ce texte précis dans l’ensemble des Écritures Saintes qui est contestée. L’épître n’est qu’un texte parmi d’autres : « Si l’on tient si fort à l’éternité des promesses divines – et l’on a bien raison de le faire – pourquoi se limiter à quelques textes pauliniens dont on pourrait dire aussi qu’ils se sont déjà accomplis par la longue liste des conversions juives au christianisme » ?

15b) Le deuxième argument avancé par Auguste Lemaître est plus radical car il porte sur le statut à donner aux Écritures Saintes dans leur rapport à l’Histoire. Il récuse une certaine lecture de la Bible, et attaque fortement le Proposant en présentant la lecture qu’il en fait comme périmée, voire relevant de la superstition : « Nous ne lisons plus la Bible comme un livre de prédictions et d’oracles, capable de nous dévoiler à l’avance le dessein de l’histoire. »

16c) Un troisième argument, avancé par le même Lemaitre, va plus loin encore en s’attaquant à la pertinence argumentative du texte paulinien, le présentant comme une opinion personnelle et n’apportant pas de vérité sur le sujet en question : « L’apôtre Paul a eu ses conceptions à lui sur le destin d’Israël qui ne nous lient pas. Bornons-nous à admirer les sentiments qui lui ont inspiré les chapitres 9 à 11 de l’Épître aux Romains : fidélité dans l’attachement à son peuple, confiance dans la victoire finale de l’amour de Dieu qui, un jour, ouvrira les yeux des aveuglés ». C’est une attaque très forte non pas contre la source d’autorité, mais contre celui qui s’y réfère.

17d) Un quatrième article, celui de Ch. Brütsch, se présente comme un Adjuvant de la proposition défendue par le Pasteur Grin, qui se fait ici le porte parole de la société pastorale suisse réunie à Liestal. Ce n’est donc pas la validité de l’épître qui est mise en cause – il la reprend tout au contraire à son compte pour la développer – ni les textes bibliques qu’il soutient fortement. C’est l’argumentation de Rilliet portant sur une séparation entre la théologie et les affaires humaines qu’il récuse. Brütsch s’oppose fermement à Rilliet en lui reprochant cette « cloison étanche ». Il s’aligne donc sur la position du Proposant. Mais il va encore plus loin dans son développement en affirmant qu’il n’est pas de la compétence de l’Église de s’occuper des problèmes du monde et que, concernant le problème juif, ce n’est pas à elle non plus de « s’élever contre des mesures attentatoires à la volonté divine ». En vue d’alimenter son argumentation, Brütsch discrédite, voire humilie son adversaire – qui proposait l’application d’un numerus clausus et soutenait l’idée de sionisme – en mettant en doute ses compétences juridiques et sociologiques : « L’Église doit faire de la bonne théologie et non de la mauvaise jurisprudence ».

18Nous le voyons, Proposants et Opposants arrivent, à partir d’un même texte, à des positions contradictoires, à une controverse. Mais s’agit-il réellement d’une controverse théologique ? Autrement dit, d’une dispute sur une opinion religieuse ou sur une interprétation scripturaire divergente ? Et quel est le rapport entre la controverse et la polémique ?

19Sans doute la question de l’autorité des Écritures Saintes sur les attitudes et les comportements à adopter dans l’ordre temporel – dans les affaires humaines – est-elle importante pour l’Église comme pour les fidèles. Néanmoins, il ne s’agit pas vraiment d’une controverse théologique, car d’une part, il n’y a pas de dissension sur des questions de doctrine et d’autre part, cet échange ne s’adresse pas seulement aux spécialistes entre eux. Il apparaît sur les pages d’un journal servant, non seulement à une tentative de persuasion mutuelle des théologiens, mais aussi et surtout à orienter le public sur la compréhension des évènements. Le fait même de paraître dans la presse où il est donné à lire au public du journal, lui confère un autre statut et un autre but. C’est au tiers, et pas seulement à l’adversaire, que s’adresse l’argumentation ; c’est pour lui qu’est mis en scène le débat.

20Comment oriente-t-on la compréhension des évènements du lecteur dans un affrontement verbal qui doit être à la fois polémique – en tant que confrontation de thèses antagonistes – et didactique – en tant qu’édification des Chrétiens ? Le recours à la violence et à la passion, surtout sous la plume d’hommes d’Église chargés de diriger les fidèles, pourrait rebuter le public. Au sein d’un échange entre personnes d’autorité, l’agresseur risque de déconsidérer ses propres propos. Par conséquent, il faut trouver une forme atténuée de polémique qui maintient les formes et respecte le mode courtois. Il faudra donc se demander comment s’effectue la polémique à l’aide de marques discursives claires et néanmoins dénuées de violence verbale : Quelles sont ici les voies de la réfutation ? Comment les auteurs construisent-ils leur argumentaire ? Y a-t-il malgré tout des marques de véhémence ?

21Rappelons qu’il s’agit ici d’une polémique à trois positions discursives (Kerbrat-Orecchioni, 1980), même si ses acteurs peuvent être regroupés en deux catégories d’actants – Proposants et Opposants. En effet, si le premier Opposant (Rilliet) s’oppose au Proposant (Grin), le deuxième Opposant (Auguste Lemaître) reprend à la fois la thèse du Proposant (Grin) et de l’Opposant (Rilliet) pour s’en distancier et les réfuter. Quant à Ch. Brütsch, il s’aligne sur la position du Proposant (Grin), mais le fait en réfutant ses adversaires.

22Comment le premier Opposant s’oppose-t-il au Proposant ?

23Par rapport à l’article de Grin « L’aspect théologique de la question juive » où l’auteur prend nettement position : « le problème juif est avant tout un problème théologique », Rilliet marque son opposition dès le titre de son article qui suppose une conflictualité sous-jacente et amorce une interaction polémique. « Le problème juif une réalité politique et sociale » fait en effet glisser le problème vers un autre plan : le plan temporel, terrestre et humain. Dès sa première prise de parole, dans l’introduction, Rilliet utilise un verbe d’action : « contredire », indice d’une situation conflictuelle que lui dicte une autre approche du problème : une approche humaine et compatissante. Aucune explication ou responsabilité théologique ne pourrait justifier ou légitimer ces atrocités dont les juifs sont victimes, et d’en appeler à un sentiment de charité et d’empathie à leur égard. Un contre-discours, mais qui, néanmoins, ne discrédite pas ouvertement l’éminent homme d’Église, car l’Opposant commence par abonder en son sens en soutenant l’argument d’autorité avancé, avec l’emploi d’un axiologique : « quelques passages de l’épître aux Romains ont effectivement une importance considérable ».

24S’attachant ensuite au problème juif auquel il s’agit de trouver une solution, il se place sur un autre plan et montre que l’argument d’autorité est insuffisant et que, par conséquent, certaines évidences cruciales n’ont pas été évoquées. Il mobilise alors des arguments et des axiologiques dans une logique de réfutation : « il est un peu trop simpliste de passer sous silence le problème social […] le problème juif est une réalité non seulement religieuse, mais politique aussi et qu’il faut avoir le courage de regarder en face […] M. Grin témoigne le plus complet mépris à cette proposition [sionisme] […] ». Et il termine ainsi son article :

Ces lignes, déjà trop longues, suffiront cependant à relever ce qui nous paraît constituer l’erreur de la Société pastorale et de son rapporteur. Pour une raison que nous n’arrivons pas à comprendre, les pasteurs réunis à Liestal ne se sont attachés qu’à une partie du problème [attaque ad hominem qui exprime une certaine véhémence]. Ils ont discuté hors du temps et de l’espace en faisant abstraction des faits les plus évidents et les plus douloureux [pathos]. Le devoir de charité, ici-bas, nous paraît s’opposer à ces spéculations trop théoriques (et d’ailleurs insuffisantes même sur le plan biblique). Israël constitue un de ces problèmes sociaux auxquels il faut absolument donner une solution terrestre, si imparfaite soit-elle. […] mais ne vaut-il pas mieux l’auberge du sionisme – ou une autre – en attendant la conversion d’Israël, que des discussions académiques qui passent à côté de toutes les contingences ? [je souligne].

25Ces marques discursives de la polémique qui sont assez claires et véhémentes permettent, par la voie de la réfutation, de passer d’un plan à l’autre. Les arguments sont alors construits sur une opposition systématique entre spéculation et faits, qui donne la prééminence aux faits. Le topos ou, dans les termes de Perelman, le lieu du préférable sous-jacent est que le réel l’emporte sur le théorique. Que les faits soient plus importants que les spéculations est posé sous forme de présupposé à l’aide de questions rhétoriques qui contiennent déjà en soi les réponses (Amossy 2008). Dans cette optique, le polémiste construit une argumentation en faveur de la notion de « problème social » ancré dans la réalité des faits qui doit recevoir une solution pratique.

26Comment le deuxième Opposant (Auguste Lemaître) s’oppose-t-il à la fois au Proposant et à l’Opposant pour s’en distancier et s’y opposer ? Il commence par réfuter formellement toute explication théologique à la souffrance des juifs :

Les souffrances passées et présentes du peuple juif sont-elles l’expression d’un jugement particulier de Dieu ? Font-elles partie d’un plan divin, dont nous puissions trouver les contours dans la Bible ? D’aucuns le pensent, et nous sommes surpris de voir des théologiens distingués leur donner aujourd’hui raison. Sans discuter ici à fond cette thèse, bornons-nous à préciser les raisons qui nous empêchent d’y souscrire [je souligne].

27Mais « l’attaque ne porte pas seulement sur les thèses avancées, mais aussi sur celui qui s’en fait le porte-parole […] argument ad hominem » (Amossy 2003). C’est une attaque ad hominem apparemment modérée parce que masquée – la cible n’est pas désignée nominalement bien que l’allusion n’en soit pas moins claire dans le corps du texte par l’argumentation qui le constitue. Il faut compter également la petite note au bas de l’article – « Voir […] le récent article du prof. Grin dans la Vie protestante » – dont on ne sait cependant si elle vient du scripteur ou de la rédaction. L’auteur de l’article parle des autres théologiens qui soutiennent cette thèse en termes élogieux : « théologiens distingués », mais le « nous sommes surpris » qui précède et qui s’adresse au tiers, aux lecteurs, avec le « nous » de majesté qui peut aussi se lire comme un « nous » de complicité, tronque cet éloge, et implicitement dévalorise le(s) Proposant(s) transformés en cible. Il annonce la confrontation, confirmée avec l’énoncé : « les raisons qui nous empêchent d’y souscrire » (qui sous-entend : on aimerait bien mais on ne peut pas...). Pourquoi cette stratégie ? Pour ne pas braquer certains lecteurs supposés adeptes du Proposant et tenter ainsi d’orienter différemment leurs perceptions des évènements ? Peut-être aussi pour maintenir, malgré les divergences de points de vue, un certain respect collégial qui sied à la dignité des personnalités engagées dans un débat très vif ?

28Puis l’Opposant reprend point par point, par le biais du discours rapporté, l’utilisation d’axiologiques et même la dénonciation de Non sequitur (v. plus bas, point 5), les arguments contestés, pour mieux les réfuter et avancer les siens :

291. L’épître n’est pas un argument d’autorité ; 2. Les problèmes politiques, économiques ou moraux ne peuvent être résolus théologiquement, « c’est escamoter les vrais problèmes » ; 3. « Ne voir les Juifs unis entre eux que par leur refus du Christ » est « une manifeste injustice », et ne pas tenir compte de « l’apport d’Israël à la civilisation ». 4. La « sévérité tranchante » de l’Église à l’égard des Juifs auxquels elle reproche ce qu’elle ne reproche pas à elle-même. 5. Continuation du point 4. et dénonciation de Non sequitur : « Si le cruel destin d’Israël est pour une large part le résultat de l’injustice des chrétiens, notre théologie ira-t-elle jusqu’à affirmer : cette infidélité des disciples aux principes du Maître, à sa prédication de justice et de pardon, est finalement voulue de Dieu pour l’accomplissement de ses desseins ? Une telle théologie ébranlerait les axiomes fondamentaux de la morale ». 6. Mise en avant de sa prise de position : « La détresse d’Israël est le fruit de la méchanceté humaine », bien plus que le résultat d’une volonté divine inéluctable ». C.Q.F.D. Il y a là, une redéfinition capitale des juifs par rapport au christianisme. Nous y reviendrons.

30Comment le troisième argumentateur répond-il aux deux Opposants en se mettant du côté du Proposant ? Il utilise contre Rilliet, l’argument ad hominem circonstanciel en montrant qu’il se contredit, mettant par là en cause la cohérence de son raisonnement : « Il nourrit d’un côté l’espoir de la conversion finale du peuple juif ; mais de l’autre, il assimile le problème juif aux problèmes de minorités, tels qu’ils se posent dans les Balkans et préconise des mesures en conséquence ». C’est donc la définition du problème juif qui fait l’objet de deux approches contradictoires et incompatibles. Par là, il dénonce une inclination à vouloir résoudre les problèmes du monde, alors que même « l’Église chrétienne ne peut pas suivre la sagesse de Dieu dans le domaine spirituel et la sagesse du monde dans les contingences politiques et sociales ». A partir de ce postulat, il réfute l’argumentation du premier Opposant, et indirectement celle du second, il revalorise le recours à l’épître et se présente ainsi comme l’Adjuvant du Proposant et celui qui répond à sa place aux attaques lancées contre lui.

3. Construction argumentative de l’image du juif

31Il s’avère que l’échange polémique comporte un deuxième axe, étroitement lié au premier, mais qui divise les articles selon un autre critère : c’est la question des représentations et des présupposés antisémites qui, une fois de plus, est soulevée à l’intérieur d’un consensus sur le refus des persécutions. On peut en effet se demander quelle représentation et évaluation des juifs donne l’argumentation engagée dans cette polémique. Est-ce à chaque fois la même image du juif qui est représentée ?

32L’image du juif diffère en fait selon le plan sur lequel se déroule la polémique.

33- S’il est question de débattre de la question juive sur le plan théologique – je me réfère aux articles du Proposant et de son Adjuvant –, la représentation du juif relève essentiellement d’un antijudaïsme (« le peuple juif constamment se dérobe » ; « si impie qu’ait été Israël » ; « ne parvient jamais à s’assimiler » ; « la déchéance du peuple infidèle est-elle proclamée ? »). Cette approche, cependant, n’exclut pas des présupposés antisémites pour étayer l’argumentation. Par exemple, le Proposant, Grin, écrira, pour montrer à quel point la non-reconnaissance du Christ est grave : « Par delà leur richesse qu’on envie, ou leur avarice qu’on méprise, il y a quelque chose d’autrement profond : leur infidélité à une vocation ». Son Adjuvant, Ch. Brütsch, voulant rompre, ou du moins atténuer, une certaine doxa portant sur la damnation d’Israël, rapporte la question d’un collègue – « Puisque les Juifs ont rejeté le Christ, ils en supportent les conséquences. La damnation est un fait. Pourquoi les Églises chrétiennes veulent-elles voir dans tout antisémitisme, le plus raisonnable soit-il, une attaque indirecte contre l’Église du Christ ? » – pour y répondre que l’Église rejette tout antisémitisme. Cette construction argumentative est à la fois nette et ambiguë, car en revenant sur cette doxa, en vue de mettre fin à l’antisémitisme, Brütsch l’entretient indirectement par le fait même de la mentionner…

34Il faut souligner que l’article du premier Opposant, Rilliet, présente lui aussi une image du juif qui relève de présupposés doxiques – « Une minorité religieuse forte par le soutien effectif que se prêtent ses membres » ; ils « sont parvenus à occuper dans la vie économique une influence disproportionnée à leur nombre » ; ils « ont saisi trop de leviers de commande ». Cette représentation défavorable vient cependant étayer une logique d’exclusion. Elle est destinée à soutenir l’argumentation en vue d’une solution terrestre du problème : c’est en effet Rilliet qui propose l’instauration d’un numerus clausus, mesure défavorable aux juifs, et soutient l’idée de sionisme – les juifs auront une terre à eux et c’est une façon de s’en défaire...

35- Se situant lui aussi sur le plan temporel, l’article d’Auguste Lemaître, le deuxième Opposant, contredit formellement l’image du juif que proposent Grin et Rilliet, et la revalorise : « Israël a ses caractères propres. Sa tradition morale, religieuse et philosophique a fait de lui le porteur d’une idée messianique et prophétique annonciatrice d’une communauté humaine et universelle. Et il y aurait bien d’autres choses à dire sur l’apport d’Israël à la civilisation ». On trouve donc là une nette rupture par rapport aux représentations colportées par l’antijudaïsme et l’antisémitisme des autres auteurs : l’image du juif est réhabilitée face au christianisme. On voit que sur ce point, Lemaître se pose contre les autres articles, quelles que soient les thèses qu’ils prônent.

4. Conclusion

36On peut s’étonner qu’au moment où les juifs étaient déportés et exterminés – Rilliet, d’ailleurs, le mentionne dans l’introduction de son article : « Comme jadis les charrettes de guillotines, les wagons d’Israélites roulent vers un destin atroce » – les lecteurs suisses étaient pris dans ce vain débat dans lequel il était question de savoir s’il fallait considérer la persécution et les souffrances du peuple juif sur le plan divin ou humain... On a vu, cependant, qu’à travers ce débat, illustrant ou, en quelque sorte, mettant en abyme les dissensions sur le problème ou la question juive qui traversent toute l’histoire et l’exégèse chrétiennes – c’est une « question polémique par nature » (Plantin 2003) – et qui deviennent plus aiguës pendant la guerre, se jouent des questions cruciales, dont le sort réservé aux juifs et l’image qu’on s’en fait. Ces deux questions sont liées et l’analyse argumentative de cette polémique met en lumière le sens de la querelle, ses enjeux théologiques, sociaux et politiques, et la façon dont les lecteurs de la presse protestante ont été orientés dans la compréhension ou l’interprétation de ces évènements tragiques. Ainsi, à partir d’une interprétation scripturaire divergente, et dans une tentative de persuasion, cette controverse théologique se transforme en polémique médiatique, car elle ne s’adresse pas seulement à des spécialistes entre eux, mais aussi au tiers, au public du journal.

Haut de page

Bibliographie

Les articles :

Edmond Grin, « L’aspect théologique de la question juive », La Vie protestante, 23 octobre 1942.

Jean-H. Rilliet, « Le problème juif : une réalité politique et sociale », La Vie protestante, 6 novembre 1942.

Auguste Lemaître, « La détresse d’Israël… et notre théologie », Le Messager social, 10 novembre 1942.

Charles Brütsch, « Le rôle de l’Eglise dans l’étude du problème juif »,La Vie protestante, 4 décembre 1942.

Articles et ouvrages consultés :

AMOSSY, Ruth (2003), « L’argument ad hominem dans l’échange polémique », dans Gilles DECLERCQ, Michel MURAT et Jacqueline DANGEL (éds), La parole polémique, Paris, Champion, pp. 409-423.

AMOSSY, Ruth (2008), « Modalités argumentatives et registres discursifs : le cas du polémique », dans Lucile GAUDIN-BORDES et Geneviève SALVAN (éds), Les registres. Enjeux stylistiques et visées pragmatiques,Paris, Academia-Bruylant.

AMOSSY, Ruth (2010), « The functions of polemical discourse in the public sphere », dans Michelle SMITH and Barbara WARNICK (eds), The Responsibilities of Rhetoric, Long Grove, Illinois, Waveland Press, Inc., pp 52-61.

DROUX, Joëlle (2000), « En un combat douteux : un journal protestant romand face à l’antisémitisme (1940-1944) », dans Guerres et paix, Mélanges offerts à Jean-Claude Favez, Genève, pp. 615-638.

DROUX, Joëlle (2002), « Témoignage de chrétiens : deux journaux protestants genevois face au problème des réfugiés (1942-1944) », dans Le passage de la frontière durant la Seconde Guerre mondiale,Genève, Archives d’Etat, pp. 77-99

GARAND, Dominique (1998), « Propositions méthodologiques pour l’étude du polémique », dans Anette HAYWARD et Dominique GARAND, (éds), Etats du polémique, Montréal, Nota Bene, pp. 211-268.

KERBRAT-ORECCHIONI, Catherine (1980), « La polémique et ses définitions » dans La parole polémique, Lyon, PUL, pp. 3-40.

MILNER, Jean-Claude (2003), Les penchants criminels de l’Europe démocratique, Lagrasse, Éditions Verdier.

PERELMAN, Chaim, OLBRECHTS-TYTECA,Lucie (2008),Traité de l’argumentation. La nouvelle rhétorique, Éditions de Université libre de Bruxelles. (Coll. « UB lire Fondamentaux ».)

PLANTIN, Christian (2003), « Des polémistes aux polémiqueurs » dans Gilles DECLERCQ, Michel MURAT et Jacqueline DANGEL (éds), La parole polémique, Paris, Champion, pp. 377-408.

Haut de page

Notes

1 . « Fondés sur l’Écriture sainte, nous, pasteurs des Églises réformées de la Suisse, attestons que la grâce et la fidélité de Dieu en Jésus-Christ unissent étroitement le peuple d’Israël à l’espérance de l’Église. Nous déclarons toute espèce d’antisémitisme incompatible avec la foi en Jésus-Christ. En conséquence, chaque chrétien a le devoir sacré de manifester son amour par l’intercession et par la charité active en faveur des Juifs persécutés. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francine Edelstein, « Discours protestant et polémique journalistique autour du problème juif pendant la Seconde Guerre mondiale en Suisse », Semen [En ligne], 31 | 2011, mis en ligne le 01 avril 2011, consulté le 21 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/semen/9171

Haut de page

Auteur

Francine Edelstein

ADARR (Analyse du discours, argumentation, rhétorique), Université de Tel-Aviv

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page