Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31Une caractérisation praxéologique...

Une caractérisation praxéologique du désaccord polémique : ce qu’informer dans les médias veut dire

A praxeological approach to controversial disagreement: what is a stake with media information
Marcel Burger
p. 61-80

Résumés

Cette contribution propose une conception praxéologique du désaccord polémique. L’opposition irréductible de points de vue qui caractérise la dimension polémique d’un discours y est analysée compte tenu à la fois de l’activité située dans laquelle les polémiqueurs s’engagent et du processus interactionnel qui régule l’échange. A ce titre, le désaccord polémique est conçu comme une « négociation » particulière : les polémiqueurs collaborent pour se mettre d’accord de ne pas être d’accord. Une telle conception permet de penser la communicabilité de la dimension polémique d’un discours au delà des formes de violence qu’on y associe généralement. Quant au corpus analysé, il est constitué d’extraits d’une interaction entre un journaliste et un monteur d’images préparant un reportage pour un bulletin de nouvelles de la télévision de service public suisse.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Cette contribution aborde la question du désaccord polémique à partir d’une double considération explicitée par étapes. D’une part, le désaccord polémique s’entend ici, classiquement, comme une forme d’interaction verbale manifestant des procédures complexes de négociation de points de vue antagonistes. D’autre part, il est conçu comme une modalité de communication caractérisée par l’émergence d’enjeux psycho-sociaux liés aux pratiques sociales que les agents en désaccord réalisent. Sur le premier point, le désaccord polémique constitue une ressource langagière particulière de régulation de l’interaction, et, sur le second, un révélateur de normes sociales.

  • 1  C’est-à-dire tenir compte à la fois du rôle des activités langagières dans la construction du sens (...)

2Au plan théorique, la première considération suppose un ancrage dans les sciences du langage, en particulier le champ de l’analyse des interactions verbales (Vion 1992 ; Kerbrat-Orecchioni 1998). La seconde considération suppose quant à elle un ancrage dans les sciences de la communication, en particulier le champ de l’analyse des pratiques sociales (Scollon 2001 ; Filliettaz 2002). Notre propos se situe à l’articulation « focalisée » de ces deux champs disciplinaires, fondant ce que nous appelons une « analyse praxéologique des discours » qui a pour enjeu de penser la constitution dialectique des pratiques langagière et sociale1.

  • 2  Pour une présentation de cette recherche, voir Perrin, Burger, Fürer, Gnach, Schanne & Wyss (2009)

3Notre exposé se fait en quatre points. Dans un premier temps, nous discutons brièvement la notion de ‘désaccord polémique’ (§2) pour, dans un deuxième temps, et, respectivement, un troisième temps, considérer le désaccord polémique sous l’angle d’une dynamique interactionnelle particulière (§3) à la fois indexée et affectée par la spécificité des pratiques sociales dans lesquelles elle se déploie (§ 4). Chacun des points est illustré par des extraits d’un corpus d’interactions verbales médiatiques recueilli lors d’une recherche menée sur le terrain entre septembre 2006 et juin 20072. Il s’agit d’interactions en situation de travail engageant des journalistes de la télévision de service public suisse et d’autres collaborateurs : présentateur, monteur image, chef d’édition, rédacteur en chef. L’analyse que nous proposons porte sur le désaccord polémique engageant un journaliste et un monteur image à propos de la rédaction d’un reportage d’un bulletin de nouvelles diffusé par la chaîne de télévision TSR1 (télévision suisse romande 1).

4De fait, notre travail envisage dans le détail comment une production discursive qui apparaît monologique au téléspectateur – le bulletin de nouvelles télévisé – procède de négociations dialogiques. Fort complexes, ces négociations manifestent souvent une trame marquée par un désaccord polémique d’où émergent des enjeux socio-professionnels révélateurs : on observe non seulement la manifestation de propriétés typiques du genre « bulletin de nouvelles » mais aussi la conception particulière de l’information télévisée propre à une rédaction de service public. Dans ce sens, le désaccord polémique, en quelque sorte « mis au service de la pratique », permet de saisir la dynamique procédurale qui préside à l’établissement d’un « reportage télévisé » comme produit médiatique.

5Au plan théorique, ces considérations permettent, selon nous, de penser la dimension polémique d’un discours sur un mode intégratif, c’est-à-dire comme une modalité de communication impliquant des caractéristiques autant langagières que psychosociales dont l’émergence, en interaction, repose fondamentalement sur une dynamique particulière de négociation : les polémiqueurs collaborent pour se mettre d’accord de ne pas être d’accord, et s’appuient pour cela sur des procédures que notre analyse détaille.

6Dans ce sens, notre contribution propose de reconsidérer la notion de « polémique », pour tout à la fois en préciser et en étendre les contours. Le désaccord en ce qu’il est « polémique » se caractérise par l’impossibilité d’un consensus. Dans ce sens, loin d’être paradoxal (i.e. collaborer à mieux s’opposer), le désaccord polémique comme négociation représente une solution pragmatique à l’antagonisme irréductible des points de vue. C’est justement parce qu’il se caractérise par un impossible achèvement négociatif dans et par une procédure de négociation même, que le désaccord polémique rend possible la co-existence des contraires en garantissant leur communicabilité. La polémique se déploie alors dans un espace autre que la violence à laquelle on l’associe généralement.

2. Le désaccord polémique en général

2.1. Quelques traits définitoires

7De l’avis même des spécialistes de l’argumentation une définition généralement opératoire de la « polémique » comme forme du désaccord est problématique du fait d’impliquer une grande variété de propriétés (voir Plantin 2003 : 388 et ss.). Nous en reprenons certaines à notre compte pour formuler nos hypothèses de travail.

8a) Au plan de la communication, du fait de manifester une divergence de points de vue, le désaccord polémique implique « l’existence de deux débatteurs au moins (…) occupant dans un même champ spéculatif deux positions antagonistes » (Kerbrat-Orecchioni 1980 : 5). Dans ce sens, le désaccord polémique se manifeste dans le cadre d’une interaction effective ou représentée et relève par conséquent légitimement d’une analyse des interactions.

9À ce titre, comme le suggère Plantin à propos de l’argumentation, on peut parler de polémicité plus ou moins forte d’une interaction. Située sur un axe du « désaccord », une interaction à haut degré de polémicité sera pleinement « polémique », au sens commun du terme : c’est-à-dire, elle se soutiendra d’opinions contraires exprimées avec passion, voire violence. Par contre, au pôle opposé sur l’axe du « désaccord », une interaction à faible degré de polémicité apparaîtra comme une simple dispute manifestant certes un entêtement des parties à ignorer l’opinion adverse, mais sans nécessairement user de violence verbale. Compte tenu de ce qui précède, nous proposons de parler de « désaccord polémique » pour qualifier tout événement communicationnel, oral ou écrit, manifestant une opposition irréductible de points de vue, avec ou sans affrontement verbal.

10b) Au plan du discours, le désaccord polémique ne saurait se déployer sans « bases discursives communes » singulières (Kerbrat-Orecchioni 1980 : 6). Si toute interaction quelle qu’elle soit implique une forme de coopération, celle propre au « désaccord polémique » se caractérise par une « persistance de la différence d’opinion » qui empêche un accord ou une clôture par consensus (Plantin 2003 : 379). Autrement dit, dans la conception que nous proposons, les interactants deviennent des « polémiqueurs » sitôt qu’ils se mettent d’accord de ne pas être d’accord.

  • 3  Dès lors, l’analyse praxéologique des discours tient compte des apports d’une perspective sociolog (...)

11Plus précisément, « le discours polémique ne se contente ni de dénigrer en tant que tel un individu, ni de combattre une thèse en tant que telle : il va et vient de l’attaque ad personam à la réfutation théorique, vise un individu (ou plusieurs) en tant qu’il est censé représenter une position discursive, et se constitue dans cette double activité de disqualification » (Kerbrat-Orecchioni 1980 : 18). On conçoit dès lors que le désaccord polémique met en jeu des identités complexes se construisant dans l’interaction : notamment celle d’un argumentateur et celle d’un polémiqueur. Plus spécifiquement, on peut poser que ce qui est vrai de l’argumentateur l’est aussi du polémiqueur : il ne saurait se constituer comme tel, indépendamment des enjeux impliqués par les pratiques sociales dans lesquelles il est engagé. Dans le cas qui nous occupe, les interactants en désaccord polémique sont des membres de catégories socio-professionnelles du milieu des médias télévisés : journalistes, présentateurs, monteurs d’images etc. À ce titre, ils sont motivés par les impératifs de la division du travail et des enjeux d’une entreprise médiatique spécifique (le service public), elle-même ancrée dans un marché particulier (celui de la globalisation impliquant des formes spécifiques de regroupement éditorial). Des déterminations sociologiques complexes contraignent dès lors non seulement les formes des discours d’information délivrés aux téléspectateurs, mais aussi les formes de l’ensemble des interactions verbales réalisées en amont par les instances médiatiques3.

2.2. Une première illustration

12Les deux ensembles de caractéristiques évoquées sont manifestes dans les extraits 1 et 2 de notre corpus, retranscrits ci-dessous. Il s’agit d’extraits d’une interaction entre un journaliste et un monteur d’images travaillant tous les deux pour le compte de la chaîne TSR1 de la télévision francophone du service public suisse. Tôt le matin du 7 mars 2007, lors de la première conférence de rédaction quotidienne, le journaliste se voit attribuer un peu à contrecœur un reportage délicat parce que dramatique. Il s’agit du crash d’un Boeing en Indonésie. À bord de l’avion se trouvaient des ressortissants suisses et des personnalités du monde politique du sud-est asiatique. Sur la base des images d’agences qu’il a reçues, le journaliste rédige dès huit heures une première version du texte, puis se rend en salle de montage, quelques heures plus tard, vers dix heures trente, pour finaliser le reportage avec le monteur. Le produit de leur travail doit être diffusé au bulletin de nouvelles de douze heures quarante-cinq.

Extrait 1 : « il est pas zencore à l’abri » (partie 1)

Extrait 1 : « il est pas zencore à l’abri » (partie 1)
  • 4  Les conventions de transcription sont les suivantes : (.) ou (..) ou (2s.) etc. indiquent les paus (...)

Chaîne TSR1, département ACTU, salle de montage, 07.03.2007 (00h : 10min : 30sec 4)

  • 5  On observe que les salles de montage des rédactions de radio et télédiffusion font office de « gue (...)

13À l’évidence, les deux acteurs manifestent des préoccupations antagonistes. À la ligne 1, le journaliste verbalise une phrase du texte rédigé le matin tôt pour en estimer la pertinence dans le reportage et sollicite l’approbation du monteur. D’emblée, celui-ci critique le jugement du journaliste (et non pas l’aspect formel du texte) ce qui déclenche une brève confrontation d’opinions (lignes 2 à 7). À la fin de la séquence, le journaliste, nonobstant, même s’il sollicite à nouveau l’appui du monteur, se détourne de lui sans attendre de réponse. Il écrit la phrase légèrement reformulée sur son clavier d’ordinateur, puis l’énonce à nouveau à haute voix pour en éprouver les qualités formelles (lignes 11 et 12)5.

14Dans l’extrait ci-dessous, les interactants répètent la même scène quelques minutes plus tard :

Extrait 2  « il est pas zencore à l’abri » (partie 2)

Extrait 2   « il est pas zencore à l’abri » (partie 2)

Chaîne TSR1, département ACTU, salle de montage, 07.03.2007 (00h : 12min : 08sec)

15Ensemble, le journaliste et le monteur visionnent la séquence vidéo et écoutent la phrase « incriminée ». Le monteur conteste à nouveau l’adéquation du texte journalistique avec la réalité des images. Il coupe même l’élan énonciatif du journaliste en arrêtant le dispositif vidéo, signifiant donc manifestement son désaccord.

16De ces brèves considérations initiales du corpus, il ressort les éléments suivants :

17a) une divergence d’opinion est clairement verbalisée dans le cadre d’un échange, c’est-à-dire un jeu d’actions et de réactions entre deux interactants ;

18b) chacun des interactants campe sur sa position, si bien que la divergence d’opinion persiste, rendant difficile un accord consensuel entre les parties ;

19c) le comportement de l’un au moins des interactants (ici les deux) témoigne obstinément de l’absence de prise en compte de l’avis de l’autre.

20Dans ce sens, on peut poser que les deux extraits témoignent d’un moment interactionnel à taux de polémicité manifeste, même si relativement faible. De tels moments caractérisent ce que nous appelons « désaccord polémique » et semblent correspondre à la vue synthétique que propose Catherine Kerbrat-Orecchioni de la polémique tout court : « c’est un dialogue de sourds (la polémique est plus souvent vaine que fructueuse), mais c’est un dialogue tout de même » (Kerbrat-Orecchioni 1980 : 26). Cependant, il faut préciser ici que le « désaccord polémique » représente l’une des formes, parmi d’autres, que peut prendre la dimension polémique d’un discours. D’une manière générale, la polémique semble impliquer un caractère public que l’interaction professionnelle, en quelque sorte à huis clos, entre le journaliste et le monteur d’images ne présente pas. On verra cependant plus loin dans le détail (§ 4) que tel n’est pas le cas.

21Plus précisément, le désaccord porte bel et bien sur un enjeu public : ce qu’informer dans les médias veut dire, et engage des instances tierces : la rédaction et le public cible du bulletin de nouvelles légitimant les positions antagonistes incarnées par les interactants. Dans ce sens, le journaliste et le monteur sont vus comme des représentants (ou des porte-parole) de conceptions antagonistes de l’information de service public en Suisse, et nous faisons l’hypothèse que leurs interactions – dont celle que nous analysons – concrétisent, au sens littéral, la dimension polémique d’un désaccord auquel le public de téléspectateurs n’a qu’un accès indirect et implicite en visionnant le bulletin de nouvelles de la chaîne TSR1.

3. Le désaccord polémique dans l’interaction

  • 6  Selon la définition originelle de Erwing Goffman : « par interaction (c’est-à-dire l’interaction e (...)

22Sur ces bases, on peut concevoir le désaccord polémique comme un phénomène interactionnel, c’est-à-dire comme se construisant progressivement en étant affecté par le jeu d’actions et de réactions des partenaires en situation de co-présence6.

3.1. Le concept de « négociation »

23Dans une conception interactionniste de l’analyse des discours (Kerbrat-Orecchioni 1998 ; Vion 1992), il est courant d’envisager une interaction comme une forme de « négociation » des points de vue des interactants. À ce titre, l’équipe genevoise d’analyse du discours autour d’Eddy Roulet a proposé une formalisation convaincante de la problématique de la négociation, comme ci-dessous :

Schéma de négociation (Roulet et al. 2001 : 56)

Schéma de négociation (Roulet et al. 2001 : 56)

24Plus précisément, toute interaction se comprend comme l’accomplissement séquentiel d’une phase de « proposition » impliquant une phase de « réaction » positive pour que le processus fasse l’objet d’une « ratification » dans son ensemble (c’est ce que montre le trajet horizontal le plus direct dans la partie supérieure du schéma) (voir Roulet et al. 2001 : 56-57).

25Dans le cas d’une réaction négative, l’interactant critiqué se voit dans l’obligation de négocier en formulant une « contre-proposition », qui devra à son tour faire l’objet d’une « réaction » positive pour entraîner une « ratification » synonyme de clôture du moment interactionnel (les décrochements descendants dans le schéma montrent ces cas de figure). On observe ainsi que chaque position dans le schéma peut potentiellement donner lieu à un développement dans le cadre d’une étape de négociation supplémentaire (ou sous-négociation).

3.2. La construction collaborative de la polémique

26Une conception de l’interaction comme négociation permet de rendre compte de l’aspect dynamique des procès d’intercompréhension propres à l’infinité des combinaisons interactionnelles possibles. Dans le cas qui nous occupe, le dispositif donne une image précise des interactions de désaccord polémique. Il permet en effet de localiser puis de borner les moments polémiques. Dans ce sens, on peut poser qu’une interaction (ou plus justement un moment interactionnel) de désaccord polémique consiste en un trajet particulier dans le schéma de négociation : celui qui rend impossible l’atteinte de la phase dite de « ratification ».

  • 7  Comme l’atteste le marqueur d’approbation ‘non’ (qui équivaut à ‘n’est-ce pas’) et l’intonation cl (...)
  • 8  A elle seule, cette réaction négative mériterait qu’on s’y attarde vu sa complexité : un acte expr (...)

27Reconsidérons compte tenu du dispositif de « négociation » le désaccord polémique à l’œuvre dans l’extrait 1. Le journaliste verbalise un objet de discours : « au péril de sa vie » (ligne 1) qui fait l’objet d’une négociation complexe. Dans une conception praxéologique des discours, le segment « au péril de sa vie » représente la part langagière d’une « proposition » interactionnelle à l’adresse explicite du monteur7. Or, on observe que la « proposition » donne lieu à une « réaction » négative qui bloque le processus, et force donc le journaliste à formuler une « contre-proposition » entraînant ainsi un décrochement descendant de la négociation8. Non seulement le monteur persiste à réagir négativement (lignes 6-7), déclenchant une nouvelle sous-négociation, mais il se comporte de manière à rendre improbable la poursuite de la négociation du même objet de discours. On observe en effet comme un refus définitif : « c’est tout hein », dont le journaliste semble prendre acte puisqu’il se détourne du monteur (voir les lignes 9 et 11-12). La clôture de la négociation est donc forcée, ce qui manifeste son inachèvement en tant que consensus.

28Plus fondamentalement, le fait que le journaliste, obstinément, écrive l’objet de discours contesté à l’aide de son ordinateur, puis le reformule (paraphrastiquement) à haute voix signe le désaccord polémique. En effet, le journaliste se dote bel et bien d’un ethos de « polémiqueur » au sens de Christian Plantin car il devient « celui qui refuse d’admettre que lepoint de vue de son opposant a été ‘défendu de façon concluante’, et qui pose que le sien est bien au-delà de tout doute raisonnable » (Plantin, 2003 : 379).

29D’une manière générale, une conception de l’interaction comme négociation possède au moins trois vertus heuristiques pour l’étude du désaccord polémique.

30a) D’abord, elle permet de caractériser avec précision la polémicité d’un moment interactionnel. Plus le nombre de décrochements descendants est grand, plus l’interaction sera caractérisée comme fortement polémique.

31b) Ensuite, les étapes de la négociation fixent l’identité du polémiqueur car elles témoignent d’une bonne ou au contraire d’une mauvaise volonté négociative. Le polémiqueur invétéré persiste en effet dans des réactions négatives quelle que soit la situation de la négociation de premier niveau.

32c) Enfin, mutatis mutandis, une considération du désaccord polémique comme négociation interactionnelle permet de ne pas limiter la problématique du désaccord polémique à la présence de marques langagières infâmantes.

  • 9  la technè – qui est maîtrise, voire ruse communicationnelle – et la spontanéité ne sont pas exclus (...)

33De fait, les chercheurs s’accordent sur le fait que les polémiques tempérées, sans insultes ni débordements émotionnels, sont autant attestées que les polémiques violentes9. On se saurait polémiquer sans formes langagières. Cependant, la conception de la polémique comme négociation montre que la valeur sémantique axiologique des unités langagières – par quoi on cherche à disqualifier l’autre – est souvent moins déterminante que la valeur pragmatique des unités – par quoi on marque les étapes de la dynamique de contestation qui caractérise le désaccord polémique.

4. Le désaccord polémique dans l’activité située

  • 10  Pour un exposé sur les pratiques et enjeux des médias d’information, on se reportera aux travaux d (...)

34Toute interaction, polémique ou non, s’inscrit dans un cadre de communication dont les enjeux déterminent les comportements. Ainsi, en construisant de manière collaborative un cadre d’échange pertinent, les interactants se dotent en même temps d’identités qui les spécifient en tant que membres de groupes sociaux. Pour ce qui nous occupe, les interactants « se font » journaliste et monteur d’images engagés dans une activité spécifique : « produire un reportage pour un bulletin de nouvelles » qui relève plus généralement de la pratique des médias d’information de service public10.

4.1. Identités professionnelles en interaction

35Au début de leur rencontre en salle de montage, les interactants visionnent les images d’agence à leur disposition. Le commentaire de celles-ci par l’un et par l’autre rend manifestes des identités socio-professionnelles qui paraissent impliquer des conceptions différentes, voire antagonistes du travail journalistique et peuvent entraver la gestion collaborative de la relation de travail. Observons, les extraits 3 et 4 du corpus :

Extrait 3 : « il faut le dire non ça quand même non »

Extrait 3 :  « il faut le dire non ça quand même non »

Chaîne TSR1, département ACTU, salle de montage, 07.03.2007

Extrait 4 : « ah putain t’as vu ça »

Extrait 4 :  « ah putain t’as vu ça »

Chaîne TSR1, département ACTU, salle de montage, 07.03.2007

36En premier lieu, on constate que le journaliste et le monteur se dotent d’une identité dans un domaine d’expertise : le texte, respectivement l’image. Par exemple, le journaliste verbalise l’importance qu’il accorde aux choix thématiques et lexicaux pour la bonne facture du reportage : « il faut le dire non ça quand même non ? ». Il semble ainsi assigner au texte une fonction explicative, voire pédagogique.

37Par ailleurs, on note qu’il ne commente pas tant les images d’agence que sa propre réflexion en cours au regard de la mise en texte (voir la manière dont il verbalise le processus de construction phrastique par reprise et reformulation). Enfin, dans le même ordre d’idées, le journaliste explicite le déroulement même de son programme discursif en énonçant à haute voix la ponctuation qu’il confère au phrasé (« sa caméra est enclenchée virgule »).

38Si ces éléments nous amènent à caractériser schématiquement le journaliste comme un expert ès textes, une attention portée aux mêmes types de marqueurs langagiers, nous fait envisager le monteur comme un expert ès images. Attentif, le regard rivé sur l’écran vidéo, celui-ci commente les images directement, sans médiation, comme en témoignent les nombreux déictiques qui saturent l’extrait 4 : « ça », « ça », « c’est », « là ». Dans le même ordre d’idées, on note aussi les occurrences du verbe « voir » (en distinction du verbe « dire » chez le journaliste), ou encore les phrases dont l’énonciation est interrompue marquant ainsi ponctuellement la prédominance des images sur les mots : « c’est vachement ssu », « là c’est juste un mm ». D’une manière générale, le monteur semble manifester une conception du reportage télévisé où domine la dimension visuelle et une fonction esthétique.

39Les extraits du corpus montrent des profils identitaires qui s’opposent aussi d’une manière plus générale par l’attitude énonciative. Une composante « émotive » domine le discours du monteur qui tranche avec la dominante « réflexive » du discours du journaliste. En effet, les mots configurent un monteur s’exprimant largement par onomatopées, et qui se montre positivement ahuri, voire amusé par la catastrophe qu’il voit en images : « ah putain la classe (rires) woahhh ». Le monteur semble ainsi privilégier un reportage faisant la part belle au sensationnalisme, contrairement au journaliste qui souhaite marquer la pertinence et l’objectivité factuelle.

4.2. Une clôture par défaut de la dynamique de négociation

40Si des profils identitaires opposés expliquent pour une part le tour polémique que prend l’interaction entre le journaliste et le monteur, les enjeux liés à la pratique du bulletin de nouvelles dans un service public permettent de mieux saisir la spécificité du désaccord polémique. Au moins trois ordres de déterminations de l’activité située sont ici pertinents.

41a) Une contrainte individuelle sur l’activité collaborative : le style

42Le journaliste entre en salle de montage après avoir rédigé un premier état de texte. Bien loin de le considérer comme un « brouillon », il estime le texte satisfaisant. Il en a éprouvé les qualités formelles et, manifestement, son entêtement à conserver les objets de discours déjà rédigés montre qu’il tient à son « style » journalistique. A ce propos, on peut poser que le style représente une contrainte individuelle sur l’activité collaborative.

43b) Une contrainte collective sur l’activité collaborative : la décision de la rédaction

44En outre, le journaliste constate que la diffusion du reportage du crash aérien est prévue au début du bulletin, c’est-à-dire une position essentielle en termes d’accroche du téléspectateur. A ce titre, on peut poser que les décisions des supérieurs hiérarchiques représentent une contrainte collective sur l’activité collaborative.

45c) Une contrainte pratique sur l’activité collaborative : livrer le reportage à l’heure

46Enfin, arrivés en salle de montage aux environs de dix heures trente le matin, les deux interactants disposent d’à peine plus de deux heures pour livrer le reportage destiné à être diffusé à douze heures quarante-cinq précises. À ce propos, on peut poser que la contrainte temporelle représente un ordre de détermination majeur du travail collaboratif.

47Dans le cas qui nous occupe, les motivations stylistiques (faire passer ses idées formelles) se doublent donc d’une contrainte de temps (finaliser le reportage à l’heure) et d’enjeux idéologiques (éviter ou affirmer une dimension dramatisante imposée par la rédaction). Ces trois impératifs alimentent de manière continue le désaccord polémique entre le journaliste et le monteur. Observons la dynamique du désaccord à l’aune de ces considérations à la dernière étape du schéma de négociation, tel que manifeste dans l’extrait 5 ci-dessous :

Extrait 5 : « non non mais il n’est pas encore à l’abri (.) ou bien (.) non »

Extrait 5 : « non non mais il n’est pas encore à l’abri (.) ou bien (.) non »

Chaîne TSR1, département ACTU, salle de montage, 07.03.2007 (00h : 12min : 40sec)

48Plus de deux minutes et quinze secondes après le début de la négociation, le journaliste persiste à vouloir imposer l’idée de la témérité du passager et donc de la dangerosité de la situation (« ce passager n’est pas encore à l’abri »). Le monteur, on l’a vu, refuse systématiquement de ratifier un tel contenu. Or, après huit contre-propositions identiques, le journaliste force littéralement la clôture de ce moment interactionnel. On observe qu’il fixe longuement le monteur dans les yeux, insistant et obtenant de guerre lasse une forme d’approbation (lignes 57-58). La dynamique négociative est ainsi achevée et validée comme telle par le journaliste lui-même, comme en témoigne le marqueur de structuration : « bon » (ligne 60).

49Cependant, même si elle est explicitement négociée en surface, on peut douter que la clôture soit réellement le produit d’un double accord. Au moins deux arguments plaident en faveur d’un achèvement sous contrainte de la négociation. D’abord, on observe que le journaliste s’obstine remarquablement à s’opposer à l’opposition du monteur : toutes ses interventions débutent en effet par « non » ou « non mais », et sont ponctuées de marques de recherche d’approbation (voir par exemple : « non » marqué d’une intonation montante, ligne 57). La dimension du dialogue de sourds propre au désaccord polémique apparaît donc clairement. Ensuite, le comportement du monteur confirme la primauté d’une gestion autoritaire – c’est-à-dire monologique – de la clôture de la négociation. De fait, la dernière « proposition » du journaliste est caractérisée par une sorte de flottement interactionnel. Le monteur y réagit sans voix (que pourrait-on ajouter après avoir rejeté huit fois la même proposition ?) en validant très timidement le point de vue journalistique, après quatre secondes de silence, par un geste des mains qui signifie, par convention, « fais ce que tu veux » ou « qu’on en termine » (ligne 59).

50Les propriétés de l’activité en cours expliquent cette dynamique interactionnelle spécifique. Au département « Actualité » d’une télévision de service public, les contraintes logistiques de l’activité journalistique sont déterminantes. Elles obligent les interactants à « avancer » dans leur travail en dépit des divergences. Plus précisément, un tel contexte est appelé à se reproduire chaque fois que les deux acteurs sont amenés à travailler ensemble. De ce fait, le désaccord polémique, lorsqu’il se manifeste, prend nécessairement un tour particulier. Il implique en même temps un achèvement forcé de la dynamique de contestation et, paradoxalement, des marqueurs langagiers d’une retenue polie et d’un comportement en apparence sollicitatif. Dans le cas qui nous occupe, le corpus de la négociation considérée entièrement montre que le journaliste et le monteur feignent d’accepter tour à tour un point de vue adverse auquel ils n’adhèrent pas dans les faits. Dit autrement, les deux interactants optent pour une logique de type « donnant-donnant ». Ils imposent à tour de rôle un point de vue à défaut de tomber d’accord par la négociation. Autrement dit, ils sont d’accord de ne pas être d’accord.

4.3. Émergence d’enjeux professionnels

  • 11  Le cadre proposé par Noam Chomsky et Edward Herman pour l’analyse des médias états-uniens s’appliq (...)
  • 12  Pierre Bourdieu thématise clairement cet enjeu complexe : « le champ journalistique, comme les aut (...)
  • 13  En effet, « il faut, pour polémiquer, un credo, un dogme, une thèse, une foi ; des valeurs à défen (...)

51Hormis les profils identitaires divergents et les contraintes de temps, la dynamique du désaccord polémique est affectée par les crédos rédactionnels propres à la chaîne de télévision11. Parce qu’il se nourrit de divergences d’opinions, le désaccord polémique entre le journaliste et le monteur est un révélateur privilégié de l’existence de présupposés journalistiques et de la manière dont ceux-ci déterminent les comportements interactionnels12. Par ce biais sociologique que nous ne pouvons pas développer ici, on rejoint les considérations des analystes du discours et de l’argumentation qui soulignent le rôle du « tiers » dans la logique de fonctionnement du désaccord polémique. Ainsi, pour Catherine Kerbrat-Orecchioni et Ruth Amossy, les deux « polémiqueurs », pour proposer et s’opposer, convoquent nécessairement une instance tierce qui garantit institutionnellement le bien-fondé de la position attaquante en l’ancrant dans une communauté de valeurs13. Au même titre, le polémiqueur, qui est aussi un argumentateur, « tient compte de son auditoire, dont il est nécessairement amené à se construire une image. En tant que construction de l’orateur, l’auditoire est toujours une fiction, même s’il est crucial que celle-ci ne soit pas trop éloignée de la réalité du public empirique » (Amossy 2003 : 413).

  • 14  Les entretiens de journalistes et de managers menés dans le cadre de notre recherche de terrain mo (...)

52Les deux figures du « tiers » et de l’« auditoire » sont bien présentes dans le corpus. Dans les termes d’une analyse praxéologique du désaccord polémique, on peut soutenir que le « tiers » pris à témoin par les polémiqueurs est représenté par la direction de la chaîne TSR1 et plus concrètement encore par la rédaction du département « Actualité ». Quant à l’auditoire imaginé par les polémiqueurs, il est constitué par les téléspectateurs du bulletin de nouvelles. S’agissant de médias, une telle cible a pour caractéristique d’être à la fois collective et anonyme, ce qui force à en dresser des contours nécessairement imprécis14. Considérons ces deux figures dans l’extrait suivant où le désaccord polémique est saisi quelques minutes avant la clôture forcée que nous avons déjà examinée ci-dessus :

Extrait 6 : « si ils sont pas contents le soir on améliore »

Extrait 6 : « si ils sont pas contents le soir on améliore »

Chaîne TSR1, département ACTU, salle de montage, 07.03.2007 (00h : 07min : 22sec)

  • 15  L’accord est répété : trois fois « ouais » ; varié : « ok », « ouais » ; et ponctué : par l’anapho (...)
  • 16  L’accord « ouais ok » est ipso facto remis en question implicitement : « on est à midi on fait un (...)

53En contrepartie de la phrase qu’il imposera plus tard, le journaliste accepte une proposition de structure globale du reportage édictée par le monteur. Au début de l’extrait 6, on observe en effet des marques d’accord variées et répétées de la part du journaliste : « ouais ouais alors on essaye comme ça ok ouais » (ligne 26)15. Cependant, le journaliste ponctue sa réaction en relativisant très clairement son accord16. De fait il évoque le rôle d’un « tiers », qu’on peut concevoir comme le jugement de la rédaction quant à la qualité du travail accompli, compte tenu d’un ancrage dans le genre « bulletin de nouvelles de service public ». Trois motifs critiques sont explicités :

54a) D’abord, le journaliste souligne le caractère provisoire du travail, ce qui relativise par conséquent l’enjeu de sa relation au monteur : « on est à midi on fait un peu le laboratoire » (ligne 27). Par là, une pratique routinisée au sein de la rédaction émerge implicitement : celle qui consiste à tester des reportages dans le bulletin de 12h45 afin de produire des versions améliorées pour le bulletin le plus important diffusé en « prime time » à 19h30.

55b) Ensuite, dans le même ordre d’idées, le journaliste évoque plus précisément la possible réaction critique de la rédaction. D’abord, sur un mode implicite : « on verra les risques hei heu » (ligne 27) ; ensuite en référant à l’instance critique : « ben heu) si ils ne sont pas contents le soir on améliore ».

  • 17  Le journaliste prononce un « s » final à Trier.
  • 18  Il est intéressant de noter que le journaliste critique par là essentiellement la dimension de l’i (...)

56c) Enfin, le journaliste donne progressivement les raisons de la critique de la rédaction : « non parce que c’est une image qui est très heu chhu c’est du Lars von Triers17 hein » (lignes 32-33). Autrement dit, pour la rédaction, un reportage du bulletin télévisé ne saurait être apparenté à du cinéma d’avant-garde18.

  • 19  Une telle conception prévaut dans les cultures médiatiques contemporaines, du moins à la télévisio (...)

57En convoquant le « tiers » – c’est-à-dire les supérieurs hiérarchiques incarnés par le rédacteur en chef et le chef d’édition – à l’appui de son argumentation, le journaliste fait émerger du désaccord polémique à la fois une routine rédactionnelle et un élément de catégorisation du genre « bulletin de nouvelles ». Les chevauchements de paroles (marqués par les soulignements dans la transcription) témoignent de deux conceptions de l’information qui s’opposent bel et bien. En effet, le monteur rejette en deux temps la critique de son collègue : « nan c’est de l’immédiat » (ligne 34) puis « nan c’est du news nan » (ligne 37). Par là, le monteur convoque une autre figure déterminante : l’« auditoire », c’est-à-dire les téléspectateurs qui sont les destinataires du bulletin de nouvelles. Il signifie indirectement que l’accès des téléspectateur au cœur de l’événement représente un critère essentiel de l’information télévisée. Il n’est pas anodin que le monteur utilise dans sa justification un terme anglo-saxon (« news »). La référence au jargon témoignerait de l’emprise d’une conception dramatisante et spectaculaire de l’information.19

58L’un dans l’autre, le désaccord polémique favorise et même implique autant l’émergence de la figure du tiers que celle de l’auditoire, deux instances dont la fonction est de supporter le point de vue exprimé et de lui conférer une forme de légitimation.

5. Conclusion

59La conception praxéologique du désaccord polémique que nous avons proposée suppose un double ancrage épistémologique. En tant que phénomène dialogique processuel, le désaccord polémique relève de l’ordre de l’interaction. Analyser des moments de désaccords polémiques c’est ancrer le propos dans une théorie des interactions verbales dont l’objet est la description fine des étapes par lesquelles deux interactants au moins ajustent mutuellement leurs comportements. Le concept de « négociation » permet de saisir celles-ci avec précision. À ce titre, un moment de désaccord polémique se repère par la présence de marqueurs langagiers d’opposition de points de vue. Cependant, le désaccord se caractérise plus fondamentalement par un trajet « négociatif » particulier. Il témoigne de l’impossibilité d’envisager une complétude dialogiquement ratifiée du processus de négociation et, sur un plan local, de la complexité des décrochements descendants qui sont le symptôme d’incessantes sous-négociations. Dans cette optique, une conception du désaccord polémique comme négociation permet d’évaluer précisément le degré de polémicité d’une interaction sans limiter l’attention à des marques langagières infâmantes.

  • 20  Par exemple, les interactants montrent qu’ils sont conscients de l’importance du droit de regard d (...)

60En tant que phénomène communicationnel, le désaccord polémique suppose un ancrage dans des activités situées porteuses d’enjeux complexes. L’analyse de notre corpus montre comment le journaliste et le monteur d’images produisent de manière collaborative un reportage pour un bulletin de nouvelles télévisé. À ce titre, le trajet négociatif du désaccord polémique révèle, de manière plus ou moins explicite selon le niveau de négociation, comment les polémiqueurs se définissent comme des membres de groupes socio-professionnels (les journalistes et les monteurs d’images). La négociation montre aussi comment leur appartenance identitaire engage les acteurs dans une division du travail qui implique une hiérarchisation spécifique des relations de travail et favorise l’émergence des critères de définition des produits médiatiques conçus pour le public20.

61Impliquant une double dimension interactionnelle et communicationnelle, une conception praxéologique nous paraît bien rendre compte de la complexité du désaccord polémique. Celui-ci n’est pas défini essentiellement par des configurations de marques langagières, ni par des propriétés psycho-sociologiques, mais par des caractéristiques communicationnelles. Autrement dit le désaccord polémique, représente un mode de gestion particulier d’une activité située. Plus précisément, le désaccord en ce qu’il est « polémique » rend manifeste comment des interactants s’accordent pour ne pas être d’accord. Ils sont engagés dans un travail collaboratif de négociation qui se caractérise par l’impossibilité d’un consensus. Dans ce sens, loin d’être paradoxal (i.e. collaborer à mieux s’opposer), le désaccord polémique représente une solution pragmatique à l’antagonisme irréductible des points de vue. En effet, parce qu’il se caractérise par un impossible achèvement négociatif dans et par une procédure de négociation même, le désaccord polémique marque non seulement la co-existence des contraires, mais aussi et surtout il garantit leur communicabilité. En cela, on doit envisager le désaccord polémique comme une sorte d’antidote à la dérive vers la violence verbale, voire le conflit, lequel est justement rupture de communication.

62À l’aune de ces considérations, on peut soutenir qu’un moment de désaccord polémique représente toujours le symptôme d’une mise en crise d’un système de valeurs soutenant un ensemble social plus vaste que les « polémiqueurs » en interaction. Dans le cas qui nous a occupé ici, un tel ensemble est abstrait, et pourrait se définir comme la mission sociétale des médias de service public telle qu’impliquée par la pratique de l’information : ce qu’informer dans les médias veut dire.

Haut de page

Bibliographie

Amossy Ruth (2003), « L’argument ad hominen dans l’échange polémique » in Declercq Gilles, Michel Murat et Jacqueline Dangel : La parole polémique, Paris, Honoré Champion, 409-424.

Bourdieu Pierre (1996), Sur la télévision. Suivi de L’emprise du journalisme. Paris, Editions Raisons d’agir.

Burger Marcel, Jérôme Jacquin et Raphaël Micheli (éds) (2011), La parole politique en confrontation dans les médias, Bruxelles, DeBoeck.

Burger Marcel (2009), « Le cadrage de la communication dans les médias : apports d’une analyse linguistique », Communication, volume 27/2, 18-50.

Burger Marcel (éd.)(2008), « Une analyse linguistique des discours des médias », in L’analyse linguistique des discours médiatiques. Entre sciences du langage et sciences de la communication, Québec, Nota Bene, 7-38

Charaudeau Patrick (2005), Les médias et l’information. L’impossible transparence du discours, Paris-Bruxelles, DeBoeck, 21-102.

Chomsky Noam et Edward Herman ([1988] 2008), La Fabrication du consentement, Paris, Ed Agone.

Perrin Daniel, Marcel Burger, Mathias Furer, Aleksandra Gnach, Michael Schanne & Vinzenz Wyss (2009), "Talk and action : Practicing internal multilingualism in the newsroom" in ZITIMATA EPIKINONIAS (Communication Issues) n° 3(9), 24-39.

Filliettaz Laurent (2002), La parole en action. Eléments de pragmatique psycho-sociale, Québec, Nota Bene.

Goffman Erwing (1987), Façons de parler, Paris, Minuit.

Goffman Erwing (1973), La mise en scène de la vie quotidienne, t. 1 et 2, Paris, Minuit.

Kerbrat-Orecchioni Catherine (1998 [1990]), Les interactions verbales. Approche interactionnelle et structure des conversations, tome 1, Paris, A. Colin, chap.1 & 4.

Kerbrat-Orecchioni Catherine (1980), « La polémique et ses définitions » in Le discours polémique, PUL, 3-40.

Livingstone Sonia & Peter Lunt (1994), Talk on Television. Audience Participation and Public Debates, London, Routledge.

Neveu Erik (2009), Sociologie du journalisme, Paris, La Découverte, 22-80.

Plantin Christian (2003), « Des polémistes aux polémiqueurs », in Declercq Gilles, Michel Murat et Jacqueline Dangel : La parole polémique, Paris, H. Champion, 377-408.

Roulet Eddy, Laurent Filliettaz & Anne Grobet avecla collaboration deMarcel Burger (2001), Un modèle et un instrument d’analyse de l’organisation du discours, Berne, Lang, chap. 3 et 6.

Vion Robert (1992), La communication verbale, Paris, Hachette.

Haut de page

Notes

1  C’est-à-dire tenir compte à la fois du rôle des activités langagières dans la construction du sens des réalités sociales et, inversement, de l’importance des enjeux psycho-sociaux des pratiques sociales pour la signification des formes discursives (voir Burger 2008 ; 2009).

2  Pour une présentation de cette recherche, voir Perrin, Burger, Fürer, Gnach, Schanne & Wyss (2009).

3  Dès lors, l’analyse praxéologique des discours tient compte des apports d’une perspective sociologique. Pour notre part, nous adhérons au propos de la sociologie des médias dite « réaliste » (voir par exemple Neveu 2009 ; Chomsky & Edward 2008 ; Bourdieu 1996).

4  Les conventions de transcription sont les suivantes : (.) ou (..) ou (2s.) etc. indiquent les pauses plus ou moins longues (avec ou sans indication de durée) ; les soulignements indiquent des chevauchements de paroles ; (XXX) indiquent des paroles inaudibles ; les flèches : indiquent une intonation montante ; les annotations entre [crochets droits] informent des réalités non verbales ; les majuscules indiquent que le locuteur élève la voix ; dans la marge de gauche sont indiqués les statut et nom du locuteur ; enfin, les numéros dans la marge de gauche renvoient aux lignes de la retranscription du texte.

5  On observe que les salles de montage des rédactions de radio et télédiffusion font office de « gueuloir » : les journalistes y ‘testent’ leurs productions textuelles.

6  Selon la définition originelle de Erwing Goffman : « par interaction (c’est-à-dire l’interaction en face à face), on entend à peu près l’influence réciproque que les partenaires exercent sur leurs actions respectives lorsqu’ils sont en présence physique immédiate les uns les autres » (Goffman 1973 : 23).

7  Comme l’atteste le marqueur d’approbation ‘non’ (qui équivaut à ‘n’est-ce pas’) et l’intonation clairement montante.

8  A elle seule, cette réaction négative mériterait qu’on s’y attarde vu sa complexité : un acte expressif (‘ho’) appuie une assertion formulée avec une modalité objectivante qui marque une évidence (‘faut’) laquelle marque la légitimité de la critique (‘faut pas exagérer’), ponctuée par une sorte de moquerie à l’adresse du journaliste (‘ah ah’).

9  la technè – qui est maîtrise, voire ruse communicationnelle – et la spontanéité ne sont pas exclusives l’une de l’autre (voir Kerbrat-Orecchioni 1980 ; Plantin 2003).

10  Pour un exposé sur les pratiques et enjeux des médias d’information, on se reportera aux travaux dans le domaine de la sociologie des médias et de l’analyse du discours (en particulier, Livingstone & Lunt 1984 ; Charaudeau 2005).

11  Le cadre proposé par Noam Chomsky et Edward Herman pour l’analyse des médias états-uniens s’applique aux médias d’information suisses : « cette fonction, les médias l’assument de différentes manières : à travers la sélection des sujets, la mobilisation de l’intérêt, le cadrage des questions, le filtrage des informations, l’insistance et le ton, ainsi qu’en maintenant le débat dans les limites d’axiomes acceptables » (Chomsky & Herman 2008 : 586).

12  Pierre Bourdieu thématise clairement cet enjeu complexe : « le champ journalistique, comme les autres champs, repose sur un ensemble de présupposés et de croyances partagés (par delà les différences de position et d’opinion). Ces présupposés, ceux qui sont inscrits dans un certain rapport au langage, dans tout ce qu’implique par exemple une notion comme « passe-bien-à-la-télévision », sont au principe de la sélection que les journalistes opèrent dans la réalité sociale, et aussi dans l’ensemble des productions symboliques (Bourdieu, 1996 : 54).

13  En effet, « il faut, pour polémiquer, un credo, un dogme, une thèse, une foi ; des valeurs à défendre et d’autres à pourfendre, du vrai et du faux, des bons et des méchants, des orthodoxes et des hérétiques à excommunier » (Kerbrat-Orecchioni 1980 : 11).

14  Les entretiens de journalistes et de managers menés dans le cadre de notre recherche de terrain montrent que les médias d’information de service public ciblent « tous les citoyens » (le plus grand nombre), mais atteignent de fait la catégorie des quinquagénaires (une catégorie spécifique).

15  L’accord est répété : trois fois « ouais » ; varié : « ok », « ouais » ; et ponctué : par l’anaphore résomptive « comme ça », et le marqueur de réactualisation « alors ». À cela s’ajoute l’occurrence de « on », pronom englobant qui a ici valeur de : « nous deux ».

16  L’accord « ouais ok » est ipso facto remis en question implicitement : « on est à midi on fait un peu le laboratoire et on verra les risques hei heu ».

17  Le journaliste prononce un « s » final à Trier.

18  Il est intéressant de noter que le journaliste critique par là essentiellement la dimension de l’image, c’est-à-dire le travail du monteur, expert ès images, comme on l’a vu.

19  Une telle conception prévaut dans les cultures médiatiques contemporaines, du moins à la télévision. Dans ce cadre, la finalité dominante d’un reportage ne serait pas d’expliquer des événements d’intérêt public et de faire réfléchir des téléspectateurs-citoyens, mais de divertir des consommateurs-de-nouvelles.

20  Par exemple, les interactants montrent qu’ils sont conscients de l’importance du droit de regard du rédacteur en chef et rendent manifeste ce qu’est pour eux un « reportage » du bulletin de nouvelles.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Extrait 1 : « il est pas zencore à l’abri » (partie 1)
Légende Chaîne TSR1, département ACTU, salle de montage, 07.03.2007 (00h : 10min : 30sec 4)
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9183/img-1.png
Fichier image/png, 91k
Titre Extrait 2  « il est pas zencore à l’abri » (partie 2)
Légende Chaîne TSR1, département ACTU, salle de montage, 07.03.2007 (00h : 12min : 08sec)
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9183/img-2.png
Fichier image/png, 40k
Titre Schéma de négociation (Roulet et al. 2001 : 56)
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9183/img-3.png
Fichier image/png, 163k
Titre Extrait 3 : « il faut le dire non ça quand même non »
Légende Chaîne TSR1, département ACTU, salle de montage, 07.03.2007
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9183/img-4.png
Fichier image/png, 19k
Titre Extrait 4 : « ah putain t’as vu ça »
Légende Chaîne TSR1, département ACTU, salle de montage, 07.03.2007
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9183/img-5.png
Fichier image/png, 22k
Titre Extrait 5 : « non non mais il n’est pas encore à l’abri (.) ou bien (.) non »
Légende Chaîne TSR1, département ACTU, salle de montage, 07.03.2007 (00h : 12min : 40sec)
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9183/img-6.png
Fichier image/png, 47k
Titre Extrait 6 : « si ils sont pas contents le soir on améliore »
Légende Chaîne TSR1, département ACTU, salle de montage, 07.03.2007 (00h : 07min : 22sec)
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9183/img-7.png
Fichier image/png, 40k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcel Burger, « Une caractérisation praxéologique du désaccord polémique : ce qu’informer dans les médias veut dire », Semen, 31 | 2011, 61-80.

Référence électronique

Marcel Burger, « Une caractérisation praxéologique du désaccord polémique : ce qu’informer dans les médias veut dire », Semen [En ligne], 31 | 2011, mis en ligne le 01 avril 2011, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/semen/9183 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.9183

Haut de page

Auteur

Marcel Burger

CLSL (Centre de linguistique et des sciences du langage), Université de Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search