Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Dossier thématiqueLes problèmes du discours poétiqu...

Dossier thématique

Les problèmes du discours poétique selon Benveniste

Un parcours de lecture
Jean-Michel Adam
p. 25-54

Résumés

De façon introductive à la lecture des notes manuscrites de Benveniste, cet article propose un parcours de lecture d’un ensemble dont nous ignorons encore la chronologie d’écriture. Cette lecture est guidée par l’idée que le projet sur le discours poétique et la langue de Baudelaire accomplit le programme de la « translinguistique des textes, des œuvres » qui termine le célèbre article « Sémiologie de la langue ». J.-M. Adam s’attarde sur la façon dont Benveniste définit l’analyse linguistique d’un texte littéraire comme une découverte de la langue d’un texte (ici Les Fleurs du Mal) qui n’est pas une application de la linguistique du signe, mais une pensée du discours fondée sur la linguistique de l’énonciation. Une relecture continue de l’ensemble formé par les feuillets 300 à 323 montre la cohérence du projet inachevé de Benveniste.

Haut de page

Texte intégral

Le poème fait quelque chose. Il fait quelque chose au langage, et à la poésie. Il fait quelque chose au sujet. Au sujet qui le compose, au sujet qui le lit.
Henri Meschonnic, Célébration de la poésie
(Paris, Verdier, 2001 : 43)

  • 1 Que connaissait Benveniste qui fait allusion (f°294) au premier article de Jean Starobinski, dans l (...)

1Les 386 feuillets d’Emile Benveniste (2011) édités par Chloé Laplantine se présentent comme le chantier d’un travail en cours dont l’ampleur va surprendre autant que les Cahiers d’anagrammes de Ferdinand de Saussure en leur temps1. La lecture de ces feuillets, dont très peu sont datés et dont 350, comme le montre ici-même Irène Fenoglio, sont de simples notes de travail, ne peut que très rarement se faire selon l’ordre linéaire de leur enregistrement formel et de leur édition. Il s’agit d’un ensemble à lire selon des modalités de parcours à inventer.

2C’est à un premier parcours de ce type que j’ai choisi de me livrer ici, en restant au plus près des feuillets de Benveniste d’abord à travers l’ensemble du corpus (dans les parties 2 et 3), ensuite à partir d’un ensemble situé entre les feuillets 300 et 323 (partie 4). La première partie de ce parcours (partie 1) croise les lectures déjà engagées ailleurs et ici-même par Chloé Laplantine (2011a, b, c) et par Gérard Dessons (2006). Je prolonge l’étude que j’ai donnée dans Relire Benveniste (Adam 2011a) et ce que je disais en ancrant la linguistique textuelle dans le prolongement du programme de Benveniste (Adam 2011b : 24-30 et 2001a & b). Mon hypothèse – qui rejoint celle de la plupart des contributeurs de ce volume de Semen – est que Benveniste n’a pas remis à Barthes son article sur « La langue de Baudelaire » prévu vraisemblablement pour Langages 12, en 1968, parce que sa recherche l’engageait dans un projet plus vaste et plus complexe auquel je me permettrai de donner un titre rêvé : Problèmes du discours poétique. On sait que le second volume des Problèmes de linguistique générale a été rassemblé après son attaque cérébrale. Je montrerai que l’étude consacrée au discours poétique est inséparable des deux derniers grands articles de Benveniste : « Sémiologie de la langue » (1969) et « L’appareil formel de l’énonciation » (1970) et qu’elle aurait pu constituer une section du volume, incroyablement novatrice dans le contexte de l’époque.

  • 2 Je souligne en gras.

3Gérard Dessons (2006 : 9-12) a fort justement montré que la pensée de Benveniste était une pensée par problèmes, c’est-à-dire une pensée qui transforme le compliqué en complexité : « […] Le langage est bien un objet difficile […]. Comme les autres sciences, la linguistique progresse en raison directe de la complexité qu’elle reconnaît aux choses ; les étapes de son développement sont celles de cette prise de conscience », écrit Benveniste dans l’avant-propos du premier tome des Problèmes de linguistique générale (1966). Les feuillets sur la langue de Baudelaire n’échappent pas à ce « mode de penser, cette attitude heuristique » par laquelle « chaque difficulté se transforme en configuration problématique » (Dessons 2006 : 11). On n’est donc pas surpris de lire que « Faire parler l’émotion, et que ces paroles la dénoncent sans la décrire, voilà le problème du poète2» (f°287 ; voir également le f°205) ou que « le problème de la poésie […] c’est de faire passer les mots, de l’état conceptuel de signes, à l’état actuel d’icones » (f°327). Dans le folio 253, Benveniste « croi[t] voir maintenant la clef du problème que pose le langage poétique (c’est-à-dire pour moi celui de Baudelaire) et en tant que problème linguistique » ; ce qu’il formule également ailleurs :

*Je cite les fragments courts sans tenir compte de leurs alinéas manuscrits, mais les fragments longs sont donnés dans leur pagination manuscrite, avec les mots barrés, les ajouts (signalés par les signes < et >) et les soulignements (en italiques). Par ailleurs, j’ai choisi de référencier les folios par la numérotation accessible au plus grand nombre : celle de l’édition des fac-similé des manuscrits accompagnés de la transcription de Chloé Laplantine.

4Une autre remarque de Gérard Dessons permet de comprendre l’inachèvement de la recherche de Benveniste : « Dans les sciences humaines, l’important n’est pas dans les réponses, mais dans les questions, dans les façons de les formuler. La question, si elle est un problème, n’est plus seulement une interrogation, elle est – quaesio – une recherche » (2006 : 12). C’est très précisément ce qui rend passionnant et instructif l’accès aux notes de travail d’un immense savant.

1. De « Sémiologie de la langue » aux Problèmes du discours poétique

  • 3 Julia Kristeva et Georges Redard livrent deux très beaux témoignages sur cette période terrible de (...)

5Henri Meschonnic (1997 : 307-325) a souligné l’importance de « Sémiologie de la langue », dont Benveniste a corrigé les épreuves à la fin du mois d’août 1969, paru dans les deux premières livraisons de Semiotica (1969),alors même qu’il venait d’entrer dans le silence à la suite de son accident cérébral du 6 décembre 1969 et de l’aphasie d’expression qui en a résulté3.

C’est sur cette voie que je situe la poétique du rythme. Elle est seulement annoncée par Benveniste comme un avenir de la théorie. Je n’ai pas vu, du moins dans les textes qu’on connaît de lui, qu’il y soit revenu. En 1969, son œuvre s’arrêtant, « Sémiologie de la langue » reste un programme futur. Mais, comme faisait Saussure, ce qui n’est pas encore découvert est prévu, sa place est là (Meschonnic 1997 : 324).

6Chloé Laplantine a montré que, précisément, Benveniste était en train d’élaborer cette « poétique ». Elle est aussi revenue (2011a : 71-95 ; 2011c : 146-147) sur cette fin de « Sémiologie de la langue » à laquelle j’accorde une grande importance parce que Benveniste y conclut fermement son propos en des termes dont les linguistes n’ont pas mesuré la portée :

En conclusion, il faut dépasser la notion saussurienne du signe comme principe unique, dont dépendraient à la fois la structure et le fonctionnement de la langue. Ce dépassement se fera par deux voies :
— dans l’analyse intra-linguistique, par l’ouverture d’une nouvelle dimension de signifiance, celle du discours, que nous appelons sémantique, désormais distincte de celle qui est liée au signe, et qui sera sémiotique ;
— dans l’analyse translinguistique des textes, des œuvres, par l’élaboration d’une métasémantique qui se construira sur la sémantique de l’énonciation.
Ce sera une sémiologie de « deuxième génération », dont les instruments et la méthode pourront aussi concourir au développement des autres branches de la sémiologie générale (1974 : 66).

7J’ai résumé, dans Adam 2011b : 28 et ailleurs cette conception de la linguistique par un schéma qui souligne le rôle central de la « sémantique de l’énonciation » :

8Ce programme novateur prolonge la thèse de la double signifiance énoncée dans les pages précédentes : « Le privilège de la langue est de comporter à la fois la signifiance des signes et la signifiance de l’énonciation » (1974 : 65). Repartant de Saussure (Adam 2011b : 19-23), Benveniste oppose le signe à la phrase, le système de la langue à la prédication et il distingue deux domaines de la linguistique :

Du signe à la phrase il n’y a pas transition, ni par syntagmation ni autrement. Un hiatus les sépare. Il faut alors admettre que la langue comporte deux domaines distincts, dont chacun demande son propre appareil conceptuel. Pour celui que nous appelons sémiotique, la théorie saussurienne du signe linguistique servira de base à la recherche. Le domaine sémantique, par contre, doit être reconnu comme séparé. Il aura besoin d’un appareil nouveau de concepts et de définitions (1974 : 65).

9C’était déjà la position formulée, en 1964, dans « Les niveaux de l’analyse linguistique », où Benveniste repoussait la phrase au-delà du dernier niveau de l’échelle des combinaisons linguistiques codées : « Avec la phrase une limite est franchie, nous entrons dans un nouveau domaine » (1966 : 128). Ce domaine était celui de la linguistique de l’énonciation :

la phrase, création infinie, variété sans limite, est la vie même du langage en action. nous en concluons qu’avec la phrase on quitte le domaine de la langue comme système de signes, et l’on entre dans un autre univers, celui de la langue comme instrument de communication, dont l’expression est le discours.
Ce sont là vraiment deux univers différents, bien qu’ils embrassent la même réalité, et ils donnent lieu à deux linguistiques différentes, bien que leurs chemins se croisent à tout moment (1966 : 130).

10D’où la nécessité d’une « sémantique du discours » permettant d’assigner à la phrase un statut linguistique : « La phrase appartient bien au discours. C’est même par là qu’on peut la définir : la phrase est l’unité du discours. […] C’est une unité complète, qui porte à la fois sens et référence : sens parce qu’elle est informée de signification, et référence parce qu’elle se réfère à une situation donnée » (1966 : 130). Tandis que le domaine « sémiotique » de la langue peut s’appuyer sur la théorie saussurienne du signe, le domaine « sémantique » de la phrase-discours est appelé à se fonder sur la théorie de l’énonciation. Entre l’article de 1964 et celui de 1969, Chloé Laplantine a raison de souligner qu’il y a le travail commencé vraisemblablement en 1967 (certains feuillet datés le prouvent) sur l’étude de la « langue de Baudelaire » et du « discours poétique » (f°111 où Benveniste rature l’intitulé « Langue poétique » pour le corriger systématiquement par « discours poétique », voir également les f°116 et f°323). Comme l’ont relevé Chloé Laplantine et Gérard Dessons, les allusions aux « Correspondances » et au travail de l’art et de l’artiste déjà présentes dans le texte de 1969 prouvent le lien de pensée entre les manuscrits et la théorie générale du langage que forge alors Benveniste.

11L’étude de la fin du manuscrit de « Sémiologie de la langue » (Papiers Orientalistes 53, Enveloppe 221, f°76) que j’ai proposée ailleurs (Adam 2011a 128-131) montre que les corrections ont été peu nombreuses et, pour la plupart, entreprises dans le mouvement de l’écriture : « intérieurement » est remplacé par « intra-linguistique » et l’adjectif « translinguistique » est ajouté. Ces deux corrections mettent en évidence l’opposition entre « intra-linguistique » et « translinguistique ». Le dernier paragraphe souligne le rôle de la « métasémantique » dans les développements futurs de la sémiologie générale et il appelle à la fonder sur une « sémantique de l’énonciation » elle-même définie comme « signifiance […] du discours ». Ainsi appuyée sur la linguistique de l’énonciation, la linguistique du discours intègre une « translinguistique des textes [et] des œuvres » et ce dernier terme, si surprenant à première lecture, prend sens avec la découverte des recherches que Benveniste menait sur les Fleurs du Mal. La note manuscrite pour le congrès de Varsovie de l’été 1968, dont Irène Fenoglio révèle ici-même l’existence, parle de « projection translinguistique sur un domaine que le langage seul commande, celui du texte (littéraire, poétique), mais qui a son autonomie, parce que le langage y est instrument de quelque chose et que celui qui s’en sert le travaille, le modèle, pour le conformer à sa vision » (BnF, Pap Or, DON 0616, chemise 6). Les termes utilisés sont très proches des notes manuscrites, comme le dit très justement Irène Fenoglio.

12Dans le folio 267, après un développement sur Mallarmé qui prend acte de la valeur sémantique abolie par le vers (« le vers qui, de plusieurs vocables, refait un mot total, neuf, étranger à la langue, et comme incantatoire, achève cet isolement de la parole »), Benveniste se demande si on ne peut pas penser l’expression poétique comme « un niveau sémantique sui generis, étranger à la sémantique du langage ordinaire ». Et il conclut, au bas de ce même folio 267 : « Après tout il serait assez naturel que la langue poétique eût sa sémantique propre ». Cette insistance sur la « sémantique » correspond à la « signifiance du discours » dont il est question dans « Sémiologie de la langue ». Cette idée d’un « domaine sémantique [qui] doit être reconnu comme séparé [et qui] aura besoin d’un appareil nouveau de concepts et de définitions » (1974 : 65) est également présente dans le folio 303, dont nous reparlerons en fin d’article : « La langue poétique […] doit recevoir un appareil de définitions distinctes. Elle appellera une linguistique différente (f°303). Le début du folio 319 insiste : « l’analyse de la langue poétique exige dans toute l’étendue du domaine linguistique des catégories distinctes ».

13Que cette recherche ait pour objet le discours ou la « langue discursive » dont parle Saussure dans ses manuscrits (2002 : 95 & 117) est évident quand on lit cette superbe définition énonciative du poème : « Le poème est un dit privilégié. Il constitue un discours unique fait de mots unis>joints pour la première et pour cette seule fois » (f°272). Le folio 273, qui poursuit l’analyse, distingue très clairement le discours poétique comme « réalisation » et le langage poétique comme « langage émotion ». L’ancrage discursif est aussi évident quand le folio 338 n’oppose plus la langue ou même le langage ordinaire et la langue ou le langage poétique, mais le « discours prosaïque » au « discours poétique ». Dans le folio 253, Benveniste oppose le signe et le discours dans les mêmes termes que dans son identification du « sémiotique » au signe et du « sémantique » au discours :

14Ce premier parcours prouve que les feuillets manuscrits mettent en œuvre le programme de la « translinguistique des textes, des œuvres », seul capable de rendre compte d’un « discours entier » comme celui des Fleurs du Mal. Le folio 205 est explicite : « La langue poétique est toujours celle d’un poète, et elle est réinventée par lui dans chacun de ses poèmes ». Ce que le folio 183 appuie, en posant la question de la référence sur laquelle nous reviendrons et en introduisant, avec le concept de « noèse », un terme propre à la phénoménologie (voir ici-même Jean-Claude Coquet) :

15On est ainsi beaucoup moins surpris de voir Benveniste généraliser et radicaliser cette thèse en déclarant à Pierre Daix, dans un entretien du numéro de fin juillet 1968 des Lettres françaises :

Tout homme invente sa langue et l’invente toute sa vie. Et tous les hommes inventent leur propre langue sur l’instant et chacun d’une façon distinctive, et chaque fois d’une façon nouvelle. Dire bonjour tous les jours de sa vie à quelqu’un, c’est chaque fois une réinvention. A plus forte raison quand il s’agit de phrases, ce ne sont plus les éléments constitutifs qui comptent, c’est l’organisation d’ensemble complète, l’arrangement original, dont le modèle ne peut avoir été donné directement, donc que l’individu fabrique. Chaque locuteur fabrique sa langue (1974 : 18-19).

2. Une metabasis de tous les facteurs de la langue

16Conséquence logique du positionnement de Benveniste, le folio 203, daté du 20 septembre 1967, pose qu’« au principe même de la langue poétique, il y a […] une metabasis de tous les “facteurs” de la langue ». En Grec, Metabasis signifie changement, mutation, transformation et c’est cette transformation que Benveniste théorise tout au long de son travail. Le folio 210 définit l’ampleur d’un projet novateur :

17Cette position est très proche de la réponse apportée à Guy Dumur dans l’entretien du Nouvel Observateur de novembre-décembre 1968 :

G.D. — Vous avez prononcé le mot de poème. Est-ce que le langage poétique est intéressant pour la linguistique ?

E.B. — Immensément. Mais ce travail est à peine commencé. On ne peut dire que l’objet de l’étude, la méthode à employer soient encore clairement définis. Il y a des tentatives intéressantes mais qui montrent la difficulté de sortir des catégories utilisées pour l’analyse du langage ordinaire (1974 : 37).

18Le sens de l’adverbe « Immensément » (également souligné par Laplantine 2011a : 78), qui sert de première réponse à la question, devient évident maintenant que nous savons avec quelle passion Benveniste s’est intéressé au discours poétique. Cette réponse concorde bien avec le folio 210 et cet espoir de « hâter un peu » l’avènement de la théorie de la langue poétique qui manquait encore à la linguistique. Le folio 80, intitulé « Préliminaires », reconnaît que « quelques progrès ont été faits » et mentionne explicitement Roman Jakobson, en ajoutant : « (ici préciser) ». Mais il souligne surtout le fait que les modèles adaptés « à l’analyse du langage en général » et à la prose ne le sont pas à l’analyse du langage poétique et il se propose d’aller « radicalement » plus loin en engageant une « conversion du point de vue » et la « création d’un nouveau modèle » dont je pense qu’il n’est autre que la « translinguistique des œuvres » :

19Benveniste reproche à la démarche courante de l’analyse de la poésie d’être purement descriptive : « Ce qu’on a fait jusqu’ici c’est l’analyse descriptive du poème » (f°354). Il lui oppose la recherche du « mode de fonctionnement de la langue poétique » (f°354). Le folio « Différences d’approche » oppose clairement la description, démontage d’une pièce de vers « comme un objet », celle « appliquée aux Chats dans le bel article de Lévi-Strauss et Jakobson » (f°81), à une tout autre approche de Baudelaire, qui « s’efforcera d’atteindre la structure profonde de son univers poétique dans le choix révélateur des images et dans leur articulation » (f°81). Ce qui intéresse manifestement l’auteur de « Sémiologie de la langue », c’est le fait que le « discours poétique » et plus particulièrement le « discours chez Baudelaire » paraissent utiliser « les mêmes procédés linguistiques, la même matière linguistique que le discours usuel ». Par une formule intéressante, mais qui demande à être précisée, Benveniste déclare que « Le discours poétique n’a que l’appareil du discours » :

20Ce fonctionnement « radicalement spécifique » du langage dans le discours de la poésie devient hypothèse de travail : « Nous n’hésitons pas à dire que le matériel même de la langue poétique est distinct comme est distincte la diction poétique et la phonétique poétique. Il sera bon, en tout cas, de prendre comme hypothèse de travail le caractère radicalement spécifique de la langue poétique dans tous ses aspects et dans sa structure entière » (f°323). Le folio 281, centré sur « le problème du mot » reprend la même exigence de transformation (metabasis) de la théorie du langage :

21Le fait que l’étude soit centrée sur Baudelaire est précisée par le folio 82 (« Articulation de l’étude ») : « Nous étudions à la fois une poésie et un poète » et le folio 210bis affirme superbement :

22C’est précisément parce que sa poétique présente un « problème » que Baudelaire intéresse autant Benveniste : « Nombreux sont les aveux des critiques : on ne sait que dire de ce discours, que rien ne distingue de tout autre. On ne voit pas comment c’est fait. Il semble que Baudelaire à ce point de vue ne se distingue pas de Hugo. Rien que de traditionnel chez lui. Même Bonnefoy fait cette constatation décevante et découragée » (f°323). C’est ce défi qui fascine Benveniste : « J’ai longtemps partagé ce sentiment. Ce qui néanmoins m’a retenu de désespérer et d’abandonner a été la conviction qu’il devait y avoir quelque chose de particulier, et même d’unique dans ce discours » (f°323). C’est par une longue phrase inachevée du folio 323 que se termine la prise de position méthodologique capitale de Benveniste sur les problèmes que pose le paradoxe baudelairien :

Cette conviction ne se fondait que sur un argument qui était – singulièrement – plutôt de logique que de sentiment : si ce quelque chose n’existait pas, même dans le discours en apparence dans le discours le plus régulier et « prosaïque » de Baudelaire, toute la structure poétique de l’œuvre entière (f°323).

23On peut facilement compléter le propos : c’est « toute la structure poétique de l’œuvre entière » qui produit la singularité sémantique et discursive de la langue de l’œuvre de Baudelaire.

24Le folio 113 confirme le choix de Baudelaire : « Situation fondamentale et décisive de Baudelaire. Il est le dernier à tenir un véritable discours ». En revanche : « Après lui cette notion s’abolit dans la tendance Mallarmé – vers l’évanouissement profond de tout message et de l’organisation syntaxique du discours » (f°113). Et Benveniste en vient à définir le symbolisme comme une « tendance à souligner l’impressif » (f°113). Cette opposition, souvent utilisée par Benveniste, entre Mallarmé et Baudelaire est nuancée dans le folio 359 qui situe Baudelaire à la charnière historique d’une transformation de la langue poétique : « C’est avec Baudelaire qu’apparaît la première fissure entre la langue poétique et la langue littéraire non-poétique. Et la rupture sera consommée chez Mallarmé » (f°359). L’originalité de Baudelaire, et c’est la raison explicite de son choix par Benveniste, tient au fait que « fonctionnent parallèlement et […] s’entrecroisent » ce qu’il désigne comme des « codes » prosaïque et poétique : « le vers bâti comme une proposition régulière et le vers qui invente sa structure en se développant » (f°359). Par une note laconique, le folio 73 reconnaît la modernité de « Rêve parisien » qui, dit Benveniste : « anticipe tout à tour Mallarmé et Rimbaud. On pourrait le montrer strophe par strophe ».

25En formulant l’hypothèse d’un langage iconique, le folio 5 est plus précis :

26Le magistral folio 253, dont nous avons déjà parlé, pose que « le langage poétique […]garde l’allure d’une langue, et prend la forme d’un discours ». Comme on l’a vu plus haut, ce paradoxe revient à la question de « l’œuvre entière » et à la centralité du discursif dans la théorie du langage : « C’est le discours entier qui révèle la nature de la langue dans laquelle il est construit » (f°253).

27Les rares folios datés de septembre et octobre 1967, et donc de la période de préparation de l’article prévu pour le numéro de Langages dirigé par Barthes, mettent en évidence la radicalité du propos de Benveniste. En particulier le folio 203, cité plus haut : « Il faut contraster pour chacun d’eux la langue poétique (au sens où Baudelaire la représente) et la langue ordinaire ». Je cite longuement le recto (f°203) et le verso (f°204) de ce feuillet car il résume la radicalité de la recherche engagée par Benveniste et montre idéalement qu’on ne saurait « appliquer » la linguistique de la langue (sémiotique) au discours poétique (sémantique et trans-linguistique d’une œuvre) :

28Cette « reconstruction de fond en comble » est bien destinée à penser l’invention de langage des Fleurs du Mal comme un fait singulier d’énonciation. Le folio 357 reprend et confirme cette idée : si, dans la « langue ordinaire », « le langage s’identifie à la pensée qui organise la réalité, et la réalité est comme pénétrée de langage », en revanche :

29Le linguiste doit donc accepter de perdre ses repères et de s’engager dans une exploration tâtonnante d’un corpus, comme le fait Benveniste dans le folio 53 sur la « Structure du discours poétique » : « Il faut chez Baudelaire distinguer le code grammatical, qui est le code reçu (jamais il ne semble avoir souffert de cette sujétion), et le code linguistique [ ? terme à trouver] de la poésie ». Dans le même sens, le folio 72 porte ce titre : « Terminologie à inventer ».

30À ce stade de notre parcours, insistons surtout sur le folio 355, dans lequel la réflexion linguistique est appelée à dépasser le sémiotique pour la sémantique du discours :

31Le folio 53, consacré à la « Structure du discours poétique » et déjà cité plus haut, permet d’entrer dans l’étrangeté de la langue du monde étranger du poème :

32Le folio 54 fait un pas de plus mais hésite entre l’idée de « langue distincte » (dans un ajout ponctué de deux points d’interrogation : « ? ? Plutôt langue distincte ») et celle de « langue intérieure à la langue ». Benveniste pose cette contradiction constitutive : « Elle est dans le langage ordinaire. Elle est vouée à s’en éloigner complètement (Mallarmé, symbolistes, surréalistes) » (f°54). Ainsi se dégage la méthodologie de recherche qu’applique Benveniste en explorant la langue à la fois proche et « distincte » de Baudelaire.

3. Une énonciation poétique fondée sur l’émotion

Le poème entier a pour fin de maintenir ou de renouveler une certaine émotion, non de faire progresser une argumentation (f°210).

3.1. Une « langue émotion » ?

  • 4 Œuvres, volume I, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1957 : 1361-1378.

33Dans les hésitations terminologiques de ce cheminement, Benveniste prend très tôt, et de façon continue, quelques repères. À commencer par la piste de la « langue émotion » qu’il déduit d’un fonctionnement référentiel particulier du poème et qui rapproche singulièrement ses propos des « Propos sur la poésie » de Paul Valéry4. Quelques axes sont énoncés sous formes de principes, comme les deux premiers principes d’un feuillet daté du 3 octobre 1967 : « 1°) En poésie la distinction de la forme et du fond (à supposer qu’elle ait en soi un sens) est abolie. Le “fond” de la poésie, c’est la “forme”. 2°) En poésie l’ensemble prime et détermine l’unité » (f°198). Le folio suivant affine les autres principes : en poésie « la référence est toujours l’expérience émotive du poète, et le sens résulte de mots combinés pour éveiller chez le lecteur cette expérience émotive en tant que verbalisée » (f°199). La conséquence sur le plan énonciatif est forte :

Benveniste résume le « problème du poète » à cette question de mise en mots-poème de l’émotion :

34Le folio 208, sur « La langue poétique », dans lequel Benveniste déclare : « Je vois maintenant qu’une des clés du problème est la distance entre le signifié des mots et l’intenté de l’énoncé », définit d’abord cet « intenté » que nous trouvions déjà dans les Problèmes de linguistique générale : « L’intenté est une certaine référence au monde, concret ou abstrait, il n’importe. C’est un mode conceptuel » (f°208). En cela, il diffère de l’intenté poétique : « En poésie l’intenté n’est pas conceptuel, mais affectif » (f°208). L’agencement des mots étant destiné à « produire sur les sens telle impression », « il n’y a donc pas d’intenté au sens d’une idée à communiquer, mais une expérience […] à faire ressentir ». La fin du folio 2 formule très explicitement cette question de « l’intenté émotif » :

35La thèse de fond de ces feuillets prend appui sur une citation de William Carlos Williams : « La poésie est un langage chargé d’émotion. Des mots organisés rythmiquement » (f°138). Qu’il soit question de langage, de langue ou de discours, la définition est répétée (je souligne en gras) :

36Cette formule du folio 335 : « La poésie est la verbalisation de l’émotion » prolonge le folio 199, et cette mise en avant de la verbalisation dessine la « tâche du poète » :

37Revenant sur cette notion de « verbalisation » au folio 202 : « Le langage poétique n’a pas pour objet la communication d’une pensée, mais la verbalisation d’une émotion, ressentie à travers l’imagination », Benveniste prend soin de préciser dans une parenthèse : « je dis “verbalisation” pour éviter “expression” qui est galvaudée en sens très différents, et pour dire “conversion en langage” ».

38Comme je le disais plus haut, il ne faut pas oublier que, dans le même temps, Benveniste donne corps à sa théorie générale du langage avec « Sémiologie de la langue » et « L’appareil formel de l’énonciation ». Mon hypothèse est que les feuillets-Baudelaire accompagnent et sont interrompus par – entre autres sollicitations multiples – l’écriture de ces deux articles. Le célèbre article sur « L’appareil formel de l’énonciation », qui paraît en 1970 dans Langages 17, dirigé par Tzvetan Todorov, met en place l’appareil nouveau de concepts nécessaire à la sémantique du discours. Je rappelle seulement ce passage qui résume la position de Benveniste relative à l’énonciation en général, et qui articule ses propositions avec « Sémiologie de la langue » : l’énonciation est d’abord un procès de « sémantisation de la langue » qui « suppose la conversion individuelle de la langue en discours » (1974 : 81). On connaît la célèbre formule : « Avant l’énonciation, la langue n’est que la possibilité de la langue. Après l’énonciation, la langue est effectuée en instance de discours […] » (1974 : 81). Dès que le « locuteur s’approprie l’appareil formel de la langue », « dès qu’il se déclare locuteur et assume la langue, il implante l’autre en face de lui […]. Toute énonciation est, explicite ou implicite, une allocution, elle postule un allocutaire » (1970 : 82). À ces trois premiers paramètres de la langue, du sujet de l’énonciation et de l’« allocutaire », Benveniste en ajoute un quatrième :

Dans l’énonciation, la langue se trouve employée à l’expression d’un certain rapport au monde. La condition même de cette mobilisation et de cette appropriation de la langue est, chez le locuteur, le besoin de référer par le discours, et, chez l’autre, la possibilité de co-référer identiquement, dans le consensus pragmatique qui fait de chaque locuteur un co-locuteur. La référence est partie intégrante de l’énonciation (1974 : 82).

39C’est sur cette base que Benveniste contraste le langage ordinaire comme énonciation et le langage poétique comme « énonciation poétique » (f°311). Un passage du folio 13 intègre les quatre composantes de base de l’énonciation : « Le langage du poète veut nous faire éprouver son expérience émotionnelle et il faut qu’il nous l’adresse dans une forme qui puisse la dépeindre et la transmettre » (f°13). Essayons de voir ce que les feuillets disent de ces quatre composantes.

3.2. Le sujet de l’énonciation ou la subjectivation poétique de la langue

40Le folio 204 parle de l’énonciateur-poète en termes de « sujet unique » : « Il faut donc inventer une expression adéquate à une émotion […] et par suite créer un langage pour une émotion unique d’un sujet unique » (f°204). Cette unicité est transférée au discours : « L’émotion suscitée par la poésie est celle que provoque une expression ressentie comme unique » (f°250). Benveniste a une conception claire de la position de l’énonciateur en poésie : « La poésie la langue poétique et plus précisément la poétique ne consiste pas à dire, mais à faire. Elle poursuit un <la production> d’un certain effet, émotionnel et esthétique » (f°184).

41C’est précisément là que « l’auteur » est au sens étymologique : « le “faiseur, poiètés” », celui qui utilise et agence les moyens linguistiques dont il dispose. Plusieurs des folios dont nous parlerons plus loin vont dans le même sens : « Le poète combine des mots. Les mots sont le matériau sur lequel il travaille » (f°309) ; « Le poète fabrique lui-même sa référence, qui est son monde intérieur, et en conséquence il fabrique lui-même les “signes” (ou icones) qui s’y réfèrent selon une relation neuve » (f°317). Cette conception non romantique et non idéaliste de la création artistique est importante et elle fait penser à El Hacedor de Jorge Luis Borges (Adam 2011b : 273-276) ou à la position matérialiste de Francis Ponge.

3.3. Le lecteur-destinataire de l’énonciation poétique

42Le principe de base est clair : « La poésie vise à communiquer l’émotion » (f°52). Le folio 107 explicite le plus clairement le statut propre du destinataire de cette communication d’émotion : « Nature de la communication poétique. Le poète s’adresse à la zone émotive de l’auditeurqui n’est pas un interlocuteur (il n’attend pas de réponse de lui) ». Le folio 13, cité plus haut, « nous » impliquait dans cette forme adressée : « Le langage du poète veut nous faire éprouver son expérience émotionnelle et il faut qu’il nous l’adresse dans une forme qui puisse la dépeindre et la transmettre » (je souligne). L’interrogation récurrente de Benveniste porte sur la façon dont le poète-énonciateur parvient à communiquer son émotion au(x) lecteur(s). Alors que « Le langage ordinaire est essentiellement notionnel » et « tend à convoquer un message, à dire qq chose sur qq chose » (f°54), la poésie vise à susciter l’émotion (f°54), à la « rendre sensible » (f°19) : « La poésie veut seulement communiquer une émotion. Il n’y a pas de message, mais seulement un éveil, une réceptivité » (f°54).

3.4. Le fonctionnement de la référence dans l’énonciation poétique

43Le folio 260 est assez radical : « La poésie ne réfère à rien ». Le folio 9 précise et nuance cette idée : « en poésie le référent et l’intenté sont implicites », alors qu’ils sont explicites dans le discours prosaïque ordinaire ; le référent est explicite « parce que, sans cela, on ne saurait pas de quoi on parle le locuteur » et l’intenté également « parce que, sans cela, on ne saurait pas ce que le locuteur veut dire » (f°9). Comme on l’a vu plus haut, le folio 205 développe l’idée de « référence intérieure ». Le folio 59 confirme : « La réalité à laquelle leur langue se réfère est donc leur expérience vécue <émotive> de la réalité ». C’est le langage qui rend possible la construction d’une telle référence doublement « intérieure » car « la “réalité” est, en poésie, intérieure aux mots » (f° 262) ; ce que précise le folio 260 :

44La conséquence est la création d’une représentation discursive : « La langue poétique imite la dénotation, mais renvoie à une “réalité” entièrement fictive, qui est créée par la sensibilité et l’émotion » (f°253). Cette représentation discursive propose un « véritable contre-monde ou ultra-monde » (f°266), une « réalité entièrement fictive », une « réalité seconde », comme le dit le folio 263 :

45Le résultat de ce processus est une « réalité qui n’est que sensation ou émotion translittérée en paysages, en mouvements, en relations » (f°264), un fonctionnement pathémique de la référence : « Le “référent” sera désigné comme empathie pathème » (f°64).

3.5. Mise en fonctionnement et subjectivation de la langue dans l’énonciation poétique

46Dans le folio 143, où il cite en référence la page 14 de Logique et langage d’Hans Reichenbach, Benveniste pose que « Le langage poétique appartient à l’usage suggestif de la langue […] et doit être catégorisé comme tel », et il ajoute ce point de méthode sur lequel va reposer toute son étude des temps et du temps chez Baudelaire : « Les catégories du langage poétique, et en particulier les catégories temporelles, doivent être définies à partir de cette propriété, et non dans la structure du langage parlé » (f°143).

47La création d’un monde second, fictif et pathémique est produite par un langage qui modifie la dénotation : « La langue poétique ne dénote pas, elle émeut, elle imite <dessine> dans sa forme sonore le sentiment qu’elle suggère » (f°257). La création d’une « dénotation d’émotion » (f°254) est réalisée par des « agencements particuliers de mots, qui restent des signes, mais valorisés à neuf par des alliances nouvelles » (f°254). Ce sont ces « alliances nouvelles » et uniques de mots qui vont permettre la « suggestion émotive » (f°256, f°55), « L’intenté fait donc place à un suggéré », écrit Benveniste dans le folio 341 où il note que le discours de Baudelaire a la particularité d’être « en même temps une description et une suggestion de l’expérience vécue » (f°341). L’émotion ne doit pas être nommée : « […] la sensibilité ou l’émotion doivent être présentes, mais non nommées : se dire ému n’est pas le moyen d’émouvoir » (f°13). Cela passe par deux processus : l’iconicité et l’évocation.

  • 5 Sur l’iconicité, voir ici-même la contribution de Jean-Claude Coquet, et, sur le glissement de l’ic (...)

48Le folio 56 introduit la notion d’iconicité qui sera complétée ailleurs par une définition de l’image5 : « La communication poétique consiste à communiquer l’émotion associée aux mots qui la portent et qui l’iconisent ». À la différence de l’énonciation ordinaire où « les mots signifient l’idée » (f°55), dans l’énonciation poétique, « les mots iconisent l’émotion » (f°55). Benveniste se livre à une très belle explication de cette iconisation à partir du lexème « nuit ». « Nuit », pris comme « pathème » ou comme « iconie » (Benveniste hésite entre ces termes et rature le premier dans le folio 55), est distinct de « nuit comme signe » ; cette différence réside dans les collocations créées dans des poèmes précis : nuit associé à luit et à reluit dans « Les petites vieilles », pièce XCI des Fleurs du Mal,ou nuit et clarté dans « Correspondances » (pièce IV). Le folio 58 mentionne ce fonctionnement « ambigu » de « l’iconisé NUIT », « à la fois obscur et scintillant » dans « Les yeux de Berthe » (CXL).

  • 6 Pour une approche récente et très fine de l’évocation, voir Poétique de l’évocation de Marc Dominic (...)

49L’évocation, définie comme « une catégorie capitale chez Baudelaire et peut-être en général en poésie » (f°121)6, est opposée à la description, bien que Baudelaire soit un poète qui parvient encore à mêler le « discours sur » descriptif et le « discours qui évoque » (f°337). Dans le folio 350, « Rêve parisien » est pris comme exemple de « paysage évoqué ». Autre particularité de l’évocation qui nous renvoie au poème : « Dans l’évocation le mot est traité comme matériau » (f°350). Le folio 118, consacré au « signe en poésie », théorise cette différence :

50Dans le folio 57, estimant que « la décomposition du signe en signifiant-signifié ne suffit pas » et qu’« Il faudrait alors un terme nouveau qui serait pour le langage poétique ce que “signe” est au langage ordinaire », Benveniste ajoute une dimension nouvelle : « celle de l’évocation qui réfère non à la “réalité” (concept du langage ordinaire) mais à la “vision poétique de la réalité” ». Benveniste va jusqu’à proposer une récriture du rapport :

51sous une forme qu’il ne reprendra plus par la suite, mais qui donne une idée de ses recherches d’ajustements terminologiques :

52Les moyens linguistiques utilisés dans les Fleurs du Mal et identifiés par Benveniste sont très nombreux. Dans le folio 111, il en relève quatre :

  1. Adresse à des entités (Dieu, la nature, le lecteur) plutôt qu’à un co-énonciateur ;

  2. Questions rhétoriques et, plus largement l’interrogation (f°295-296) ;

  3. « Toutes les formes de phrases sont employées en fonction émotionnelle, surtout exclamation et interrogation » (f°112) ;

  4. Usage fréquent de l’invocation (voir le f°127), des formes d’appel (vocatif) et des exclamations ; le folio 104 dresse une liste complète des emplois de « ô » et le feuillet 88 distingue le « ô d’invocation » et le « ô d’exclamation ».

53Ces procédés doivent être complétés par deux processus majeurs : d’une part les « mots organisés rythmiquement », selon un principe que Benveniste emprunte à William Carlos Williams (f°138), d’autre part la comparaison et les « structures de coordination » (f°129) associées aux correspondances : « Je crois que correspondance est le mot-clé de sa poétique » (f°129). Benveniste consacre à cette dernière des développements importants des folios 20 et 100, en particulier.

54De ce qu’il définit dans le folio 21 comme une « Loi fondamentale de la poésie », à savoir le fait qu’« elle est émotion dans sa source » et « tend à l’émotion dans son expression », il tire une conséquence : « la poésie est ambivalence ». Et il note que « Baudelaire a installé dans la connaissance de l’homme <moderne> l’image de la sensibilité double, attirée par ses contraires : “je suis la plaie et le couteau ”, ses contraires et l’extrême de ses contraires ». Il prend l’exemple des couples d’adjectifs comme « ardent et morne » et l’on pense aussitôt aux Chats « puissants et doux » et leurs « amoureux fervents » et « savants austères ». Benveniste dégage également le schème syntaxique de « l’alternative interrogative » : « Es-tu ceci ou cela ? Qu’importe ! » (f°295) et il ajoute : « Dans cette oscillation entre « tu es… » et « es-tu… ? toute la dialectique de l’existence métaphorique se déploie » (f°296).

4. Les feuillets 300 à 320 : synthèse de la théorie du discours poétique de Benveniste ?

  • 7 Je remercie Irène Fenoglio d’avoir attiré mon attention, dès 2010, sur cette pochette 22 des manusc (...)

55Les folios 300 à 315 de la pochette 227 présentent un état synthétique, rédigé, assez stabilisé et continu qui laisse à penser qu’ils formulent un état avancé de l’article prévu pour Langages. Le folio 300 porte pour titre souligné : « Approche du sujet ». Le folio 316 laisse à l’état de note un projet de comparaison de l’Albatros et d’Harmonie du soir. Les folios 317 à 320 poursuivent l’argumentation dont le fil s’interrompt avec les notes des folios 321 et 322 et avec le folio 323 dactylographié et intitulé « Le discours poétique » dont j’ai déjà parlé plusieurs fois. Fort de cette hypothèse d’une rédaction avancée et continue que confirme la note ajoutée dans le folio 319 : « Je pourrais mettre en exergue de mon article cette phrase du Projet de préface aux Fleurs du Mal : “Questions d’art — terrae incognitae” » et de l’impression de synthèse des autres notes manuscrites qui se dégage de ces feuillets, il me paraît intéressant de suivre le développement de l’argumentation.

56Plus que partout ailleurs, Benveniste opte pour le syntagme « discours poétique ». Il commence par raturer le syntagme « langue poétique » qu’il va réserver à un autre usage pour écrire : « cette langue le discours poétique » (f°300), puis « la “référence” du discours poétique » (f°300), « les mots du discours poétique » (f°301), « le discours poétique » (f°306), « le cadre formel du discours poétique » (f°307), « le discours poétique » (f°308), « le discours poétique chez Baudelaire » (f°310), « une conception du discours poétique » (f°311) et « le principe même du discours poétique » (f°311). Choix que stabilise fermement le folio dactylographié 323 avec ses trois emplois du syntagme en une seule page. Dans la section qui touche plus particulièrement à Baudelaire, c’est du « discours chez/de Baudelaire » qu’il est question (f°310, 316, 319 et 323). Il semble donc qu’au point le plus avancé et synthétique de cette recherche, le principe même d’une approche discursive est affirmé. Un premier plan de cette « Approche du sujet » se dégage aussi : les folios 300 à 309 portent exclusivement sur le discours poétique en général. Baudelaire intervient en appui des thèses avancées au folio 310 et la suite de l’analyse se concentre de plus en plus sur le cas des Fleurs du Mal, mais jamais exclusivement.

57Le folio 300 part d’une différence de fonctionnement de la référence dans les usages ordinaire et poétique du langage :

58Dans le poème, la langue cesse d’être « une convention collective » pour devenir « une langue que le poète est seul à parler », une langue qui « n’est donc pas connue a priori ». Dans une parenthèse, Benveniste insiste sur la lecture : « le rôle de la lecture est immense, peut-être plus important que celui de l’audition ». En effet, face à cet idiolecte, le lecteur « doit s’y former, l’apprendre, et accéder par cet apprentissage à l’intenté du poète ». C’est très précisément ce principe d’une langue dans la langue qui porte Benveniste au type d’étude qu’il entreprend.

59La suite du folio 300 et le début du folio 301 revient sur la différence de fonctionnement référentiel qui sépare les pratiques discursives ordinaires et poétiques : « […] le discours poétique n’a pas de référence objective, sinon l’expérience intime du poète. Là est la “référence” du discours poétique : la réalité vécue, tel est le monde de la référence » (f°300-301).

60Benveniste fixe alors deux tâches à la recherche. Il laisse la première sous forme de note : « décrire l’“univers de l’expérience” chez Baudelaire. [Enumérer les thèmes principaux de cette description] », et il s’attarde plus sur la seconde : « Ensuite il faut voir de quelle manière, par quels procédés formels les mots du discours poétique se rapportent à cet univers » (f°301). Cette section planifiée attend d’être rédigée à partir des notes accumulées dans le reste du dossier.

61Le folio 302 poursuit la réflexion sur la référence. Alors que le langage ordinaire dénote : « le dénoté est extérieur aux signes ; et les signes se réfèrent au dénoté » :

62Substituant « provisoirement » le syntagme « mots poétiques » à « signes », il ajoute : « Les “mots poétiques” […] ne signifient pas (au sens de “renvoyer à un dénoté”), ils suscitent l’idée, ils donnent à entendre, ils font surgir dans l’esprit une conjecture quant au sens » (f°302). Benveniste insiste, d’une part, sur la question du travail interprétatif de la lecture (f°300) et folio 305 : « A son tour le lecteur-auditeur se trouve en présence d’une langue qui échappe à la convention essentielle du discours. Il doit s’y ajuster, en recréer pour son compte les normes et le sens », et, d’autre part, il met l’accent sur les conséquences théoriques de ce qu’il affirme.

63Le folio 303 prolonge ce que nous disions plus haut du folio 300 : « Il semble que la langue poétique nous révèle un type de langue dont on n’a jusqu’à présent à peine soupçonné l’étendue, la richesse, la nature singulière » (f°303). Pour cette raison et du fait de son mode de signification très différent : « La langue poétique doit être considérée en elle-même et pour elle-même » et « elle doit recevoir un appareil de définitions distinctes. Elle appellera une linguistique différente » (f°303). Nous sommes, là encore, très proches de « Sémiologie de la langue ».

64Le folio 305 pose en effet comme « principe premier » le fait que « en poésie, les mots ne sont pas des signes, au sens saussurien. Dès qu’on fait de la poésie, on quitte la convention des signes, qui régit le langage ordinaire » (f°305) et l’on entre, par « assemblages nouveaux et libres de mots », dans une « sémiologie nouvelle ». Cette altération (au sens de rendre autre) de la langue entraîne une modification plus profonde : « L’art n’a pas d’autre fin que celle d’abolir le “sens commun” et de faire éprouver une autre réalité, plus vraie, et que nous n’aurions su découvrir sans l’artiste » (f°304). L’éloignement de l’usage ordinaire du langage emporte donc avec lui une profonde transformation de la vision du monde. Tout cela passe fondamentalement, insiste Benveniste, par les mots sur lesquels porte tout « l’effort du poète » et sur lesquels se concentre « l’attention du lecteur ou de l’auditeur » (f°304).

65Les folios 305 et 306 insistent sur une nouvelle différence : dans le langage ordinaire « les mots sont subordonnés à l’intenté » (f°305), alors que dans la poésie : « ils sont surordonnés à l’intenté, qui n’est plus que le résultat de leur assemblage nouveau » (f°306). Après avoir hésité sur le choix des mots pour désigner ce « “sens” <qui n’en est pas un> qui est produit par le choix et l’union des mots », Benveniste distingue « trois plans successifs du discours poétique » :

66Pour cerner le « cadre formel du discours poétique », Benveniste part d’un passage du projet de Préface des Fleurs du Mal qu’il considère comme « une des vérités les plus profondes sur la forme de la poésie ». Il résume le propos de Baudelaire ainsi : « pour un poète, ne pas savoir combien un mot comporte de rimes rend incapable d’exprimer une idée quelconque ». Les mots et l’ensemble des rimes associées forment les « données du jeu poétique », « c’est-à-dire les pièces nécessaires de la combinaison formelle que le poète est voué à agencer » (f°307). La « possibilité de l’idée » (f°307) est soumise à cette « condition première » (f°308) : « établir un lien entre les mots qui riment » (f°308). De cette « règle fondamentale de l’écriture poétique », Baudelaire lui-même tirait une critique « de la vanité et du danger de l’inspiration » (f°308). Et c’est tout naturellement que le folio 309 revient sur la définition du poète comme poïètès : « Le poète combine des mots » comme « le peintre agence les couleurs, le sculpteur modèle une matière, le musicien combine des sons ». Les mots étant le matériau sur lequel il travaille, « Il est dès lors évident que, devenus matériaux du poète, les mots ne peuvent plus être les “signes” de l’usage commun » (f°309). Alors que le peintre réalise un tableau à partir des couleurs, le sculpteur une sculpture avec la matière et le musicien une composition musicale avec les sons, « Le poète, avec ses mots, fait un “poème”, une création qui exploite les mots à certaines fins » (f°309).

67Ces fins sont aussi profondes que le disaient déjà les folios 304 et 308. S’appuyant sur le projet de Préface de Baudelaire, Benveniste en était revenu, au folio 308, à ce qui est au centre de son propre projet :

68Confirmant ainsi l’ampleur de ses domaines d’intérêt, Benveniste ajoute des considérations sur les recherches menées en psychologie sur l’action des répétitions, rythmes et sonorités sur le psychisme humain. Mais le « problème » du linguiste est le suivant :

69Dans l’« énonciation poétique », la syntaxe et le lexique sont assujettis « à des fins tout autres » (f°310) que dans l’usage ordinaire du langage. En dépit d’une syntaxe régulière qui rend le discours poétique intelligible, chez Baudelaire « le principe même du discours poétique est […] distinct, malgré l’apparence » (f°311). Le mot est « l’unité fondamentale, mais une unité de nature tout autre que celle qui est admise pour le mot lexical » (f°312). C’est l’intenté qui gouverne le choix des mots : « [Le poète] aura à choisir et à associer les mots les plus vifs, les plus suggestifs, qui susciteront chez le lecteur l’état émotionnel que la tâche du poète a été de convertir en mots » (f°312). Le folio 313 donne à cet intenté émotionnel une portée assez étonnante, dans une formulation elle aussi assez surprenante :

70Dans sa postface des Derniers cours, Todorov trouve paradoxal le fait que « le théoricien de la “subjectivité dans le langage” s’en tient, dans ses écrits, à une approche strictement objective : il parle toujours et seulement du langage, jamais de lui-même, ni de ce qui l’a conduit à penser de la manière dont il le fait » (2012 : 194-195). La lecture de ces pages et d’un feuillet comme le folio 313 aurait certainement éclairé d’un jour nouveau ce jugement de Todorov. En ne cessant pas de parler du langage, Benveniste parle de lui-même, de sa vision propre de Baudelaire, et l’ensemble des feuillets éclaire le cheminement du savant, ses choix et leurs raisons profondes.

71Les folios 314 et 315 reviennent à « un principe fondamental » : celui de la double détermination de la langue poétique « par sa nature propre » et « par la forme du poème ». Chaque mot est déterminé par une double « condition structurale externe » (f°314-315) : par un « paradigme poématique » qui correspond à l’ensemble de ses possibilités de rime (sur lequel le folio 307 a insisté), d’une part, et par une « syntagmatique poématique », qui est « commandée par la mesure du vers », d’autre part. En ajoutant la strophe et la structure du poème, on peut dire que « La composition poétique détermine en partie la langue poétique » (f°314). Toutefois, tout ce qui est poématique est de « condition structurale externe » et « ne laisse rien prévoir quant à l’expression poétique » (f°315). Par exemple, les « deux sortes de discours chez Baudelaire » que le folio 316 laisse à l’état de notes : « le discours sur le poète, sur les choses, et le discours du poète, des choses ». « L’Albatros » illustrant le premier cas et « Harmonie du soir le second ».

72La question de la référence détermine la langue poétique : « Ce qui trouble toute l’analyse de la langue poétique, c’est l’absence ou la perversion <transformation> du référent » (f°317). Les folios 317 et 318 résument ce que nous avons dégagé du reste des feuillets. Au lieu d’être « commun à tous, communicable à tous et immédiatement intelligible », comme c’est le cas dans le langage ordinaire, « Le référent poétique est quelque chose que nous devons découvrir, comprendre – avec peine souvent – et dans la perplexité, parce qu’il est constitué par la vision intérieure du poète : vision du monde, de lui-même, évocation, etc. » (f°317-318). Le double obstacle tient au fait que non seulement « Le poète fabrique lui-même sa référence, qui est son monde intérieur » (f°317), mais, pour ce faire, « il fabrique lui-même les “signes” (ou icones) qui s’y réfèrent selon une relation neuve » (f°317). C’est, pour Benveniste, un point important :

73Benveniste revient alors sur les deux possibilités théoriques que réalisent et illustrent Mallarmé et Baudelaire :

74Ces deux « attitudes opposées » se séparent sur un point essentiel que Benveniste propose d’appeler « la grammaire sémantique (ou poétique ?) » (f°319). Au début du f°319, il retrouve, dans une parenthèse, la radicalité des folios 80 et 203 :

75La fin du folio 319 et le début du folio 320, en insistant sur son originalité, justifient le choix du corpus-Baudelaire :

76Et Benveniste conclut en revenant sur le fait que « Ce que Baudelaire a réalisé n’est qu’en apparence une syntaxe de discours usuel » (f°320).

5. Conclusion provisoire

77L’article ou l’essai auquel les notes préparatoires de Benveniste auraient pu mener n’aurait certainement pas bouleversé les études baudelairiennes et leur publication ne le fera pas plus aujourd’hui. Mais une telle publication aurait certainement changé l’analyse linguistique des textes littéraires et de la poésie en ouvrant le champ de la « translinguistique des textes, des œuvres » dont l’auteur des Problèmes de linguistique générale n’a pu qu’esquisser le programme. Les feuillets manuscrits montrent qu’une approche d’un corpus littéraire n’est pas une application de la linguistique, mais un questionnement linguistique du discours poétique et d’une œuvre particulière qui, en retour, questionne aussi les catégories de l’analyse linguistiques. C’est toute la théorie du langage qui bouge avec les problèmes que soulève Benveniste. L’indéniable apport de cette recherche inachevée est de voir cet immense savant avancer pas à pas, s’émerveiller et hésiter, différer une publication qui n’est pas encore aboutie. Il y a là une éthique de la démarche scientifique.

78Nous qui n’avons pas eu la chance d’assister aux cours du Collège de France, nous pouvons éprouver à la lecture de ces feuillets un peu de l’attrait que cette parole exerçait sur ses auditeurs. Tzvetan Todorov, dans sa postface des Derniers cours, a ces mots superbes : « J’avais l’impression d’assister au déroulement exemplaire de la démarche scientifique, prudente et ferme à la fois, et d’être mis en même temps en présence d’un savant archétypique, discret, modeste, timide même, mais dont l’esprit s’élançait audacieusement » (2012 : 184). C’est, pour ma part, ce que j’éprouve à la lecture des notes sur le discours poétique et la langue de Baudelaire.

79Dans ses pages manuscrites, Benveniste franchit les frontières que Todorov lui reproche par ailleurs de ne pas franchir dans ses autres écrits : « Comme presque tous les savants de son temps, Benveniste vit avec un idéal assez austère de la science, l’empêchant de traverser ce qu’il juge être ses frontières pour lui permettre d’y introduire des éléments extérieurs, historiques ou politiques, littéraires ou philosophiques » (2012 : 196). Avec quelle audace, au contraire, le voyons-nous, dans ces pages manuscrites, franchir les frontières établies de la linguistique, introduire la littérature dans la réflexion théorique sur le langage, au point de lui ouvrir, avec l’énonciation, avec le discours et avec la translinguistique des textes et des œuvres, de toutes nouvelles perspectives ! Reprenant la formule du folio 54, soumise à interrogation par Benveniste lui-même : « La poésie est une langue intérieure à la langue. < ? ? Plutôt langue distincte> Elle est dans le langage ordinaire », Chloé Laplantine a admirablement montré que Benveniste n’oppose pas deux registres du langage, mais :

[…] deux points de vue, deux rapports au langage et au monde. Et cette opposition est le point de départ d’un projet, qui est l’écriture d’une poétique : d’une linguistique de la poésie. Il s’agit de critiquer en premier une linguistique de la dénotation et de la communication, et de découvrir une nouvelle manière d’aborder le langage, manière que la poésie, celle de Baudelaire par exemple, sa langue poétique, nous enseigne, parce qu’elle réalise à son maximum un principe inhérent au langage (Laplantine 2011c : 204).

80En faisant du présent article une simple introduction à la lecture des 386 feuillets aujourd’hui accessibles, en choisissant un parcours de lecture d’une pensée éclatée par le chantier manuscrit et les « ruminations » dont parle ici-même Irène Fenoglio, je n’ai pas cherché à mettre le doigt sur certaines hésitations, contradictions, voire l’« insuffisance présente » dont parle d’ailleurs Benveniste lui-même, dans le folio 80, en ajoutant : « notre tentative semblera radicale. Nous sommes sûr qu’un jour on lui reprochera de ne pas l’avoir été assez » (f°80).

81Avant d’en venir à un tel regard critique, il m’a paru nécessaire d’essayer de comprendre son travail, ses arguments, sa méthodologie, car ces notes préparatoires éclairent d’un jour nouveau les propos tenus dans ses derniers articles publiés. Chloé Laplantine n’hésite pas à dire que « Sémiologie de la langue » « est né du travail sur Baudelaire, ou du moins n’aurait pas été possible sans lui » (2011c : 147). Je pense surtout que le travail sur le discours poétique et la langue de Baudelaire n’aurait pas été possible si Benveniste n’avait pas été le linguiste des langues qu’il était. Ce comparatiste des langues anciennes et lointaines (langues iraniennes, afghanes, pamiriennes et non indo-européennes comme les langues athapaskes d’Alaska) était aussi le président de la toute jeune Association internationale de sémiotique et celui que nous reconnaissons comme le fondateur de la linguistique du discours.

Haut de page

Bibliographie

Adam J.-M., 2001, « Barthes en 1970 : de la translinguistique à la déconstruction », inA. Boissinot et alii. (eds), Littérature et sciences humaines, Paris, Les Belles-Lettres – CRTH de l’université de Cergy-Pontoise.

— 2011a, « Le programme de la “translinguistique des textes, des œuvres” et sa réception au seuil des années 1970 », in Relire Benveniste. Réceptions actuelles des Problèmes de linguistique générale, Emilie Brunet & Rudolf Mahrer éds., Louvain-la-Neuve, Academia.

— 2011b [2008], La linguistique textuelle. Introduction à l’analyse textuelle des discours, Paris, A. Colin.

Adam J.-M. & Goldenstein J.-P., 1976, Linguistique et discours littéraire, Paris, Larousse.

Benveniste E., 1966, Problèmes de linguistique générale I, Paris, Gallimard.

— 1974, Problèmes de linguistique générale II, Paris, Gallimard.

— 2011, Baudelaire, édition établie par Chloé Laplantine, Limoges, Lambert-Lucas.

— 2012, Dernières leçons, édition établie par J.-C. Coquet & I. Fenoglio, Paris, EHESS-Gallimard-Seuil.

Dessons G., 2006 [1993], Emile Benveniste, l’invention du discours, Paris, Editions In Press.

Dominicy M., 2011, Poétique de l’évocation, Paris, Classiques Garnier.

Fenoglio I., 2009, « Les notes de travail d’Emile Benveniste », Langage & Société 127, Paris, éd. De la MSH., pp. 23-49.

Jakobson R., 1973, Questions de poétique, Paris, Seuil.

Laplantine C., 2011a, « La poétique d’Emile Benveniste. Benveniste et les “correspondances” », in Relire Benveniste. Réceptions actuelles des Problèmes de linguistique générale, Emilie Brunet & Rudolf Mahrer éds., Louvain-la-Neuve, Academia,71-95.

— 2011b, « “La langue de Baudelaire”. Une approche de Baudelaire et du langage poétique avec Benveniste », Le Français aujourd’hui n° 175, déc. 2011, 47-54.

— 2011c, Emile Benveniste, l’inconscient et le poème, Limoges, Lambert-Lucas.

Meschonnic H., 1997, « Benveniste : sémantique sans sémiotique », in Cl. Normand, M. Arrivé (dir.), Benveniste, vingt ans après. Actes du colloque de Cerisy la Salle, 12 au 19 août 1995, numéro spécial de LINX, Nanterre, CRL–Université Paris X, pp. 307-325.

Saussure F. de, 2002, Écrits de linguistique générale, Paris, Gallimard.

Starobinski J., 1964, « Les anagrammes de Ferdinand de Saussure », Mercure de France, février, 243-262.

— 1971, Les mots sous les mots, Paris, Gallimard.

Todorov T., 2012, « Emile Benveniste, le destin d’un savant », in Benveniste 2012, Dernières leçons, Paris, EHESS-Gallimard-Seuil, 183-197.

Haut de page

Notes

1 Que connaissait Benveniste qui fait allusion (f°294) au premier article de Jean Starobinski, dans le Mercure de France de février 1964. Pour une récente mise au point sur ces manuscrits, je renvoie au livre de Federico Bravo : Anagrammes. Sur une hypothèse de Ferdinand de Saussure, publié chez Lambert-Lucas (Limoges, 2011). J’avais déjà soulevé l’intérêt de ces Cahiers dans Linguistique et discours littéraire (Adam & Goldenstein 1976 : 42-82).

2 Je souligne en gras.

3 Julia Kristeva et Georges Redard livrent deux très beaux témoignages sur cette période terrible de la vie du grand linguiste dans l’édition des Derniers cours (2012) que Jean-Claude Coquet et Irène Fenoglio viennent de publier.

4 Œuvres, volume I, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1957 : 1361-1378.

5 Sur l’iconicité, voir ici-même la contribution de Jean-Claude Coquet, et, sur le glissement de l’icône à l’image, à Essais de linguistique analogique de Philippe Monneret (Dijon, ABELL, 2004 : 99-128).

6 Pour une approche récente et très fine de l’évocation, voir Poétique de l’évocation de Marc Dominicy (2011).

7 Je remercie Irène Fenoglio d’avoir attiré mon attention, dès 2010, sur cette pochette 22 des manuscrits qu’elle m’a communiquée alors pour que je puisse l’étudier.

Haut de page

Table des illustrations

Légende *Je cite les fragments courts sans tenir compte de leurs alinéas manuscrits, mais les fragments longs sont donnés dans leur pagination manuscrite, avec les mots barrés, les ajouts (signalés par les signes < et >) et les soulignements (en italiques). Par ailleurs, j’ai choisi de référencier les folios par la numérotation accessible au plus grand nombre : celle de l’édition des fac-similé des manuscrits accompagnés de la transcription de Chloé Laplantine.
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-1.png
Fichier image/png, 21k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-2.png
Fichier image/png, 46k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-3.png
Fichier image/png, 22k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-4.png
Fichier image/png, 27k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-5.png
Fichier image/png, 16k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-6.png
Fichier image/png, 23k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-7.png
Fichier image/png, 21k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-8.png
Fichier image/png, 20k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-9.png
Fichier image/png, 17k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-10.png
Fichier image/png, 40k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-11.png
Fichier image/png, 66k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-12.png
Fichier image/png, 23k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-13.png
Fichier image/png, 22k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-14.png
Fichier image/png, 28k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-15.png
Fichier image/png, 20k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-16.png
Fichier image/png, 16k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-17.png
Fichier image/png, 32k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-18.png
Fichier image/png, 61k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-19.png
Fichier image/png, 26k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-20.png
Fichier image/png, 25k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-21.png
Fichier image/png, 32k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-22.png
Fichier image/png, 32k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-23.png
Fichier image/png, 18k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-24.png
Fichier image/png, 27k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-25.png
Fichier image/png, 25k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-26.png
Fichier image/png, 19k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-27.png
Fichier image/png, 26k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-28.png
Fichier image/png, 29k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-29.png
Fichier image/png, 22k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-30.png
Fichier image/png, 26k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-31.png
Fichier image/png, 17k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-32.png
Fichier image/png, 51k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-33.png
Fichier image/png, 22k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9454/img-34.png
Fichier image/png, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Adam, « Les problèmes du discours poétique selon Benveniste », Semen, 33 | -1, 25-54.

Référence électronique

Jean-Michel Adam, « Les problèmes du discours poétique selon Benveniste », Semen [En ligne], 33 | 2012, mis en ligne le 15 avril 2012, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/semen/9454 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.9454

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Adam

Centre de recherche en langues et littératures européennes comparées, Université de Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search