Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Le Discours poétique et son vocabulaire

Benveniste sur les « mots » et leur « jonction »
Jean-Marie Viprey
p. 99-118

Résumés

Le dossier de manuscrits de Benveniste édité par C.Laplantine sous le titre Baudelaire rend compte d’une réflexion du grand linguiste élargie à la langue, au langage et/ou au discours poétiques. Nous lisons dans ses hésitations terminologiques une oscillation, inachevée, entre une conception auto-référentielle de la poésie, dominante à l’époque, et celle d’une communication poétique orientée par une subjectivité vers un monde. Ce monde est notamment construit par le mot en poésie, rubrique majeure du dossier : pour écarter le signe au sens strict, l’auteur fait appel au mot, entre semiosis et iconicité, sans trancher, mais comme butant sur l’idée d’un mot vecteur. Ainsi y a-t-il donc récurrence lexicale, ce dont témoigne l’intense travail de dépouillement qu’attestent près de 60 feuillets de relevés, souvent à l’état d’ébauches, et dont l’exploitation semble elle-même avoir été empêchée, mais qui révèle une claire ouverture à la perspective lexicométrique, aspect jusqu’ici méconnu de Benveniste.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1On savait, dans la communauté des sciences du langage ainsi que parmi les spécialistes de Baudelaire, qu’Emile Benveniste avait laissé un ensemble consistant de « notes de travail », susceptible de constituer un ou des manuscrit(s), sur la poésie et sur Baudelaire. À la réception de l’ouvrage composé par Chloé Laplantine et édité par Lambert-Lucas, on est aussitôt tendu vers la découverte, nécessairement utile et stimulante, d’un pan entier de la production de ce penseur protéiforme et, si l’on est concerné par l’analyse du discours poétique, d’un pan pour l’essentiel jusqu’ici resté dans l’ombre d’une tragédie personnelle. Conformément au projet de ce numéro de Semen, mais aussi – tout simplement – de par les conditions de cette découverte, de par l’état des documents pris individuellement ou d’ensemble, il s’agit ici d’accompagner la parution de ce monument par des commentaires où le descriptif l’emportera quelque peu sur l’interprétatif. En effet, et les généticiens en parleront mieux que nous, ce dossier doit être balisé selon divers ordres de lecture qui dépendront d’un angle d’attaque toujours singulier, tout en respectant la matérialité de l’héritage manuscrit : son ordonnancement probable, sa textualité parfois problématique (mais aussi parfois très repérable), sa référence contextuelle.

2Dans un premier temps, nous tenterons de dégager brièvement les principaux reliefs que laisse apparaître ce dossier, où s’entremêlent plusieurs lignes de réflexion et d’élaboration, et notamment la poésie « en général » d’une part, Baudelaire de l’autre. Ces reliefs, tels qu’ils apparaissent à un lecteur assidu de Benveniste et de Baudelaire.

  • 1  On pense bien sûr aux travaux de Jean-Pierre Richard et à l’arrière-plan bachelardien, mais aussi (...)

3Puis nous explorerons l’hypothèse selon laquelle Benveniste, tel qu’il se présente dans ces écrits, navigue pour progresser vers une connaissance de la poésie (et de Baudelaire) cohérente avec son positionnement fondamental en sciences du langage (l’aboutissement à la « translinguistique »), entre deux rivages qui peuvent aussi être dits des écueils. Afin de rompre avec une conception structuraliste qu’il dénonce (avec prudence), il fait appel à la fois à l’autotélisme dont les formalistes restent alors des porteurs écoutés, et à des linéaments de phénoménologie1 (celle-ci jamais mentionnée explicitement) dont le mot-clé est « émotion » (et ses dérivés). De l’un et l’autre côté, le travail conceptuel semble hésiter à s’achever lui-même en système, butant sur la réalité empirique de ce qui tente de se constituer en « la poésie ».

4Nous serons alors amené à constater l’important statut du « mot » dans la définition et l’analyse du discours poétique, et donc la prééminence du vocabulaire dans les approches les plus précises du texte même des Fleurs du mal. En font foi les nombreux feuillets occupés de listes de vocables et parfois de fréquences recensées. Nous tenterons, avec des moyens dont ne disposait pas Benveniste à la fin des années 60, de donner corps à quelques-unes des hypothèses, largement implicites, que constituent ses relevés. Nous nous demanderons aussi jusqu’où il a envisagé de conduire une démarche qui rejoint, à certains égards, la lexicométrie.

2. Observations matérielles préliminaires

5D’autres ici l’écriront sans doute aussi, Chloé Laplantine a réuni 361 feuillets selon un ordre dont la cohérence est archivistique. On peut se demander si le titre d’un tel volume est approprié, en ce qu’il laisse entendre d’une part que Benveniste aurait eu un projet de livre, et d’autre part que ce livre aurait eu pour sujet Baudelaire. Or force est de constater que l’ensemble est dominé par une réflexion sur la poésie, qui le traverse de part en part et le travaille profondément. 140 des 361 feuillets relèvent de cet ensemble, et parmi les plus abondants en texte. Surtout, ils constituent progressivement (selon l’ordre de présentation du volume en tout cas) des blocs textuels de plus en plus cohérents et consistants : f° 50-52, 53-54 [et 59-60], 56-58 ; f° 107-109, 111-116 ; f°203-206, 249-252, 253-267, 275-287 ; 327-331, ainsi qu’un dernier ensemble masqué par le classement non continu des feuillets : 350-51, 53, 55-56.

  • 2  Cet ensemble lui-même, avant d’en venir (f°268) aux Fondements de la poétique baudelairienne, semb (...)

6En regard, 100 feuillets sont consacrés à ce que nous regroupons sous la rubrique des gloses de Baudelaire (pour l’essentiel, Les Fleurs du mal), mais ne constituant pas de tels blocs textuels cohérents, à la notable exception des f° 268-274 : mais ceux-ci se trouvent enchassés dans un immense ensemble que l’on peut considérer comme suivi, sur 70 feuillets (253-322)2, ne serait-ce qu’en raison de leur exceptionnelle unité de support (feuille de bloc-notes à petits carreaux 21x27), les encres demeurant toutefois variables.

  • 3  Nous laisserons de côté la question de savoir quelle(s) forme(s) d’exposition visait Benveniste : (...)
  • 4  Il faudra aussi rendre compte pour elle-même de cette ligne d’horizon très mallarméenne choisie pa (...)

7Il y a dans ce dossier un entrecroisement manifeste et croissant de ces deux lignes, sans pourtant que l’on puisse affirmer que le thème commun soit Baudelaire3. La formule inaugurale de l’ensemble 253-322, sous le titre « Le langage poétique », n’est toujours pas dénuée d’ambivalence : Je crois voir maintenant la clef du problème que pose le langage poétique (c’est-à-dire pour moi celui de Baudelaire) […]. Est-ce « pour moi » au sens de moi, Emile Benveniste (au sens où Baudelaire incarne l’archétype poétique), ou moi ici, auteur de cette tentative en poétique que j’illustre par Les Fleurs du mal, en ayant à l’horizon – Benveniste ne nous laisse pas l’oublier – Rimbaud, Mallarmé et les surréalistes4.

8Pour en finir avec un dépouillement quantitatif qui pourrait se révéler lassant (et qui ne tient pas compte à ce jour de la quantité de chaque feuillet), nous distinguerons encore un ensemble de près de 60 feuillets, de listes plus ou moins étendues et plus ou moins commentées, pour l’essentiel de vocables (et parfois de « mots-outils »), sur lesquelles nous reviendrons plus loin ; un quatrième ensemble de 35 feuillets portant sur le relevé et l’étude des temps verbaux et de la temporalité ; 14 feuillets traitent de « structures » diverses, pour l’essentiel syntaxiques. Ce qui est frappant, c’est que parmi le petit reliquat marginal, seuls 8 feuillets s’occupent principalement des « sonorités » et 3 de métrique.

Un projet incertain mais aux proportions discernables

9Synthétiquement, nous avons donc du chantier de Benveniste l’image d’une matrice :

- qui développe le projet d’une nouvelle définition de la poésie, ancrée dans ses travaux des années 60 ;

- qui enchâsse des développements conséquents, en partie illustratifs et en partie autonomes, sur la poétique baudelairienne ;

- qui laisse entrevoir des percées vers le vocabulaire, non réalisées mais dont l’importance et la minutie préparatoire laisse à penser qu’il s’agissait de la porte d’entrée essentielle à la matérialité textuelle ;

- qui se préoccupent, comme on l’espérait, de la temporalité en rapport lisible avec la dialectique discours/récit travaillée par les PLG, et d’une façon moins prévisible centrée ici sur l’imparfait (et secondairement sur le futur) ;

- qui enfin n’est nourrie que marginalement par des considérations sur les sonorités et les mètres.

3. Le discours poétique entre auto-référence et communication

10Nous avons jusqu’ici manié avec prudence le terme-clé poésie, et lui seul, à l’exception de [analyse du] discours poétique.

  • 5  La langue sensitive est une langue pour soi. Elle s’énonce solitaire […]

11En effet, même si certains feuillets semblent vouloir s’appuyer sur une définition entendue de la poésie, l’essentiel du chantier semble bien être une entreprise visant à une telle définition, encore non adoptée. Comme il est assez difficile de dater relativement toutes les pièces, on peine à détecter une évolution, sauf à considérer le bloc textuel 253-322 comme une sorte d’aboutissement au moins provisoire. Comme le noteront tous les lecteurs, Benveniste hésite manifestement entre plusieurs expressions pour désigner son objet : poésie, mais aussi langue poétique, langage poétique, discours poétique, sans vraiment vouloir dégager les enjeux de cette hésitation, ce qui ne laisse pas de surprendre. Tout au plus en donne-t-il ça et là des marques explicites. Cependant, un trait définitoire s’impose de bout en bout à la lecture : la poésie (avec ses variantes désignatives) est ce qui s’oppose au langage ordinaire, à la langue ordinaire (tous deux au f°12 puis passim), au langage cognitif (f°21, 353), notionnel (f°50), à un message informatif (f°56) au langage courant, et assez exceptionnellement même à la prose (f°249) et au discours prosaïque (f°338). Elle s’y oppose en tant aussi que langage spécial (f°12), et à la fin du dossier (f°356) comme langue sensitive5.

12On n’en finirait pas d’énoncer, ni surtout de quantifier les variantes sous lesquelles cette opposition est présentée ; le f°355 oppose la langue de sentiment à la langue d’utilité et de communication ; et soudain (f°343), la formule la plus épurée, inaugurant une séquence brève (f°343-348 sur un support identique) : le langage communique ; la poésie révèle (=dévoile). Et on avait lu, juste auparavant (au terme du f°339) : Mais alors ce n’est plus le langage, c’est l’écriture.

13Ce qui frappe en fin de compte au-delà du détail décisif, c’est certes l’hésitation terminologique, signe chez un auteur de la précision de Benveniste d’un ébranlement fondamental, entre langue et langage et plus encore entre ces deux termes et discours.

  • 6  Le f°54 vient à la suite du 53 dans une séquence de 2, intitulée : « Structure du discours poétiqu (...)

14Mais c’est plus encore le caractère irréductible, malgré toutes les prises de vue et saisies successives qui occupent tant de feuillets, de cette opposition au cœur du travail de définition de la poésie. Il est significatif à ce titre d’observer le f°54, parce qu’il comporte les traces d’un remords. C’est le seul énoncé où Benveniste envisage que la poésie [puisse être] une langue intérieure à la langue6. Il poursuit même : elle est dans le langage ordinaire. Mais il concède aussitôt : Elle est vouée à s’en éloigner complètement (Mallarmé, symbolistes, surréalistes) et, plus énigmatiquement : ou à le réintégrer (récitatif). Pourtant, la concession formulée en première intention n’aura pas suffi : Benveniste, à l’encre rouge, ajoute (et nous semble-t-il corrige) : ?? Plutôt langue distincte, ce qui restitue l’opposition dans sa crudité et, par ailleurs, frappe de nullité la phrase suivante (éloignement/réintégration).

15Quand on se souvient de l’extrême minutie avec laquelle il revendique et établit les continuités épistémologiques entre les catégories qu’il est amené à former (discours et récit, linguistiques intra-phrastique et transphrastique), on a alors envie de se tourner vers les traits positifs qu’il prête à cette langue poétique ainsi isolée du langage ordinaire (nous avons retenu ici les 2 expressions les plus employées dans le dossier).

16Deux rivages bordent la navigation de Benveniste en cette matière : le trait d’autotélisme d’une part, le concept multimodal d’émotion de l’autre.

Autotélisme ?

  • 7  Nous ne développerons pas ici une critique de détail de ce qui reste hautement hésitatif dans ce p (...)
  • 8  Exemples non exhaustifs de titres soulignés et surplombant un passage re-définitionnel d’un feuill (...)
  • 9  Exemples (dont l’absence jusqu’au milieu du dossier semble étayer l’hypothèse d’un ordonnancement (...)

17Dans le passage « inaugural » déjà cité supra, Benveniste écrit (de la « clef du problème ») : C’est que le langage poétique n’a pas de dénotation, au sens ou le langage ordinaire a pour fonction de dénoter.7 Déjà au f°2 on lisait : En poésie le référent est à l’intérieur de l’expression qui les [sic] énonce : c’est pourquoi le langage poétique renvoie à lui-même. À de nombreuses reprises, et notamment à chaque fois qu’il reprend son souffle et pose « solennellement » un titre d’aspect inaugural8 et/ou énonce une marque d’articulation forte du cheminement de sa pensée9, il redéploie ce thème de l’absence de référent, de l’autoréférence ou de la référence « intérieure » (citons à nouveau, sous un nouvel éclairage, « la poésie […] langue intérieure à la langue – f°54).

18Les références explicites à Roman Jakobson sont rares : f°80, sous le titre « Préliminaires », Benveniste écrit : Quelques progrès ont été faits sur la voie de cette reconnaissance [de la spécificité des catégories de la langue poétique]. En particulier R. Jakobson (ici préciser) [souligné par nous].

  • 10  Il n’est pas difficile de reconnaître ici un euphémisme prototypique – même si non exclusif d’élog (...)

19Benveniste fait-il référence au célèbre « schéma de la communication » dans le § suivant (Il faut bien voir que les schémas fonctionnels […] ne conviennent pas à l’analyse de la poésie) ? On peut en douter de par la logique même du §, et surtout le feuillet suivant (de même matérialité, intitulé « Différences d’approche »), renvoie au bel article10 de Lévi-Strauss et Jakobson sur « Les Chats », qui n’est pas le texte où ce dernier développe le plus clairement la notion autotélique.

De l’autoréférence à la communication

  • 11  La suite-fin qui spécifie lesdites entités reste plus énigmatique et en attente de clarification : (...)

20On se reportera aux passages inaugurés par les titres cités en note 6 pour mieux asseoir le sentiment d’une évolution marquée vers une autre conception, décalée, bien reflétée par la citation déjà faite plus haut (et donc, à nouveau, éclairée ici un peu différemment et, nous semble-t-il, mieux : Le langage communique ; la poésie révèle (=dévoile) (f°343). De même au f°356 : La langue poéti sensitive est une langue pour soi. Elle s’énonce solitaire, ne s’adresse à personne qu’aux entités qui participent à cette nouvelle communauté [nous soulignons cette fin de phrase parce que la négation restreinte y marque un progrès substantiel sur l’autotélisme « traditionnel »11.

21Avant d’en venir à cette dimension « émotive », il faut encore noter que Benveniste ne se risque qu’à deux reprises à parler de communication poétique, mais toujours sous l’égide de l’émotion. En « ballon d’essai » au f°56 : La communication poétique consiste à communiquer l’émotion associée aux mots qui la portent et l’iconisent. Et au f°107 l’expression est en titre, puis reprise en sous-titre (1- Nature de la communication poétique), pour dire alors que le poète s’adresse à la zone émotive de l’auditeurqui n’est pas un interlocuteur.

À propos de l’« émotion »

  • 12  Que voulait-il faire de cette citation de Vigotsky (f°194) : Le langage des chimpanzés est « stric (...)

22Que pouvons-nous dire de ce qu’il en est de cette « émotion » ? D’abord, qu’elle est le mot-clé le plus fréquent et le plus régulier de tout le dossier. Pas un secteur de celui-ci n’en est indemne. Des études plus approfondies raffineront ce relevé, mais on peut sommairement dire que le champ lexical des feuillets concernés est dominé par quelques séries où Benveniste semble essayer les termes : oppositives (cognitif f°21, rationnel f°54, informatif f°56) ; intensives (sentiment extrême f°254, émotion unique, non encore ressentie f°259, immortel besoin f°308) ; topologiques (zone émotive f°107) ; graduatives (impression f°304, irradiation f°306, inspiration f°307, vibration f°312) ; lorsqu’il étudie Baudelaire (nos « gloses », 100 feuillets), il poursuit sur ce registre (alors qu’il abandonne presque complètement celui de la théorie du langage proprement dite) : mémoire affective f°23, faire revivre f°25, les minutes heureuses f°130 et 289 ; prégnances affectives f°35, pulsion verbalisée f°273, révéler l’homme souffrant f°313, entre maints autres exemples. Mais Benveniste ne théorise pas la question de l’émotion (du côté de la psychologie, notamment), en tant que telle12, bien qu’il lui fasse porter la charge essentielle du chantier définitoire qu’il a ouvert (avec l’aide sporadique d’équivalents comme affectif ou sensitif). Pas une fois non plus n’est mentionnée la « fonction émotive » comme telle ; seul l’adjectif « lyrique » se présente de place en place.

Vers le monde, et quel monde ?

  • 13  […] l’émotion […] finit par instituer un véritable contre-monde <ou ultra-monde> qui se prête à l’inventaire […]

23En revanche le monde, très régulièrement évoqué, fait l’objet d’un investissement émotif qui est autant celui du critique que celui du poète. Les premiers mots du dossier sont pour écrire : Baudelaire ne veut pas voir le monde : il veut l’étreindre, et guère plus loin : Ce poète peut embrasser d’un vers le monde entier, où le monde est alternativement monde intérieur (f°53), ultra-monde (f°26613), univers d’expérience (f°301), univers des sens (f°93), dans les profondeurs duquel le poète se montre en immersion (f°185), enseveli (f°60), mais surtout solitaire. Un monde dont la loi d’équivalence ontique (correspondance esthétique) serait l’équation x est y où x est un être et y la nature [en] correspondance primordiale (f°178).

24Dans un feuillet intitulé « Fondement de la poétique baudelairienne », Benveniste glose que La nature du monde, c’est l’aspect caché, profond des choses, et ce dernier mot revient lui aussi très souvent, mais beaucoup plus explicitement pris en charge par Benveniste lui-même, notamment dans tous les nombreux fragments qui ont trait à la référentialité.

Les statuts de la vérité et de la réalité

  • 14  Parfois mêlée elle-même à la « réalité ». On aurait bien tort de confondre trop rapidement celle-c (...)

25Or si l’essentiel de la réflexion référentielle de Benveniste lisant Baudelaire est rapportée à la discussion du langage poétique en tant que question de linguistique, elle ne s’en entremêle pas moins avec une question connexe examinée sous un angle tout différent : celle de la « vérité14 » (parfois mêlée elle-même à la « réalité »). C’est dans les feuillets « théoriques » que Benveniste, non abrité par son objet d’étude, évoque avec une forte prise en charge la vérité des choses (f°188), la voix profonde des choses (f°310), et la fonction de dévoile[ment] de la poésie (f°343 déjà cité). Et de Baudelaire il écrit qu’il veut la vérité (f°321).

  • 15  De l’esthétique nous ne pourrons parler ici, qu’elle soit ouvertement convoquée à travers Hegel (f (...)

26Ainsi, l’iconie (développée dans un autre article de cette livraison) a-t-elle partie liée à une vérité […] distincte de la vérité signifique, à travers les propriétés pathétiques et esthétiques15 du mot poétique, auquel nous en venons maintenant.

27Car cette question du « mot poétique » est celle sur quoi Benveniste semble avoir choisi de mettre l’accent le plus fort, en même temps que celle sur quoi il a le plus douloureusement buté.

4. Le « mot en poésie »

Du signe au mot : un changement de plan

  • 16  Le parallélisme signifiant/évoquant indique clairement qu’il s’agit ici d’un participe, du verbe s (...)
  • 17  À ce moment de sa réflexion Benveniste semble ne pas encore avoir stabilisé la dialectique paradig (...)

28Ce syntagme est le titre (souligné) d’un feuillet (non continué) du grand ensemble 253-322 (f°277). Il « corrige » sans équivoque le titre (souligné lui aussi) d’une fiche isolée indiscutablement antérieure (f°118) – « Le signe en poésie ». La première phrase du f°277 est en effet : Nous éliminons de la poésie le concept de signe (emporté par le rejet des notions de référent et de dénotation). Au f°118, Benveniste opposait le signe […] pris comme signifiant16 au signe […] pris comme évoquant, et il exemplifiait par l’adjectif nocturne, signe d’évocation [parce qu’il] rime avec taciturne, urne et qu’il est associé à voûte et à nuit17.

  • 18  Termes d’évocation propres à susciter une vision exotique.

29À partir du f°277, il systématise l’emploi de mot, qui est presque absent de toute la première moitié du dossier. Il apparaît véritablement au f°190, sous le titre « Poésie » : Dans le langage ordinaire […] les mots <s’y abolissent> disparaissent. Ce passage est important, dans la mesure où il est presque le seul à comporter une définition différentielle, même si radicalement implicite, signe/mot. Elle est dans la phrase suivante : Quand les mots attirent l’attention sur eux-mêmes [dans le discours ordinaire] c’est une faute de style. Les mots sont donc, il est permis de le déduire, les unités du discours tels que « palpables », pour reprendre la célèbre formule de Jakobson dans le chapitre 11 des ELG, mais à la grande différence près que Benveniste n’attribue plus ce « coté palpable » aux signes, mais commence ici à les en séparer radicalement. Au f°198, à nouveau sous le titre « Poésie » Benveniste récuse (1°) à nouveau le signe (y compris l’idée de signe isolé […] propre à la langue poétique, au profit (2°) de la jonction, de l’assembl[age de] mots en ensembles soumis à la mesure. Il ne donnera un premier exemple de ces jonctions qu’au f°274, juste avant d’aborder de front la construction de sa notion (D’acheter au bazar ananas et bananes18). Dans cet exemple s’annoncent les hypothèses du f°277, si difficiles d’interprétation : le mot, de signe, devient symbole. Il s’identifie à la chose dénommée au point d’en prendre l’apparence et les propriétés physiques. Comment peut-il s’identifier ainsi aux choses ? Par le son. La sonorité en poésie devient évocatrice de la chose parce qu’elle en émane.

Mot et sonorité : aller plus loin

  • 19  Signes, car leur relation dans le vers repose bel et bien aussi sur une isotopie. Ce qui pose le p (...)
  • 20  En d’autres termes, est-il si différent du discours politique ou institutionnel, qui semblent parf (...)

30Ce moment est très important car il montre Benveniste en même temps touchant du doigt le nœud de son problème, et impuissant à le défaire, comme l’avait été Jakobson. En effet, au f°279, sur un vers d’Hugo (Les souffles de la nuit flottaient sur Galgala), il réitère une mise en relation directe entre la sonorité (fl) et la « chose », réduisant l’effet poétique de la répétition de la séquence sonore à une question de perception, sans en venir de manière explicite à la relation et au renfort mutuel des ?signes?19 souffles et flottaient. Il faudra, et ce sera sans doute un des enjeux majeurs de la lecture de ces écrits inachevés, éclairer ce qu’énonce ensuite le f°280 : Ce qu’il [le poète] veut dire n’est qu’un dessin […] parfois assez vague sur lequel se détachent, en relief interne, les mots évocateurs qu’il a choisis et assemblés. Cette formule, qui reste à déployer avec l’aide des interprétants que sont les autres feuillets et les textes achevés, notamment les derniers, contient en germe une théorie encore à naître. Quid notamment de ce relief ? Quelle place pour ces mots évocateurs dans la métrique et dans la rime ? Ce fonctionnement où le discours semble destiné à porter, à illustrer des « mots », est-il vraiment circonscrit à la poésie20 ?

  • 21  Nous reviendrons un peu plus loin sur la définition de ces éléments.

31Ceci nous semble en tout cas à rapprocher de l’unique occurrence, beaucoup plus précoce sans doute, d’un « terme » envisagé, (c’est le titre du feuillet 72 : « Terminologie à inventer ») d’une importance inaperçue, celui de vecteur : terme qui véhicule des associations poétiques personnelles. Au personnelles près (on peut en effet se demander si cette vectorisation ne constitue pas, même conflictuellement, le mode de référence d’un poète à ses « maîtres » dans le flux ininterrompu du discours poétique), et en y intégrant les notions obsédantes (dans tout le dernier tiers du dossier) de jonction et/ou de relation, cette vectorisation n’est-elle pas la manière que cherche Benveniste de définir la fonction même de la poésie ? Mettre en relief des éléments21 destinés à être le siège et le véhicule d’une invention linguistique-discursive relevant du domaine de l’émotion (de l’investissement du sujet) ?

L’invention continuée des « mots »

  • 22  Mis en parallèle avec couleurs, matière et sons respectivement pour peintre, sculpteur et musicien(...)

32Ainsi, lorsque Benveniste identifie abondamment les mots au matériau du poète22, il ajoute significativement (f°309) : les mots ne peuvent plus être les signes de l’usage commun. Où « plus » ne devrait pas être pris en un sens argumentatif (paraphrase : « en passant dans le domaine où je les envisage désormais »), mais en rapport avec la chronologie perpétuelle de la langue dans le discours, où pour ainsi dire les signes sortent en permanence de l’usage commun, leur stabilisation n’étant qu’un artifice lexicographique et demeurant impossible avant du moins leur chute hors de tout usage.

  • 23  Donner un sens plus pur aux mots de la tribu (« Tombeau d’Edgar Poe »).
  • 24  Benveniste insiste fréquemment sur le fait que Baudelaire serait le dernier à maintenir en poésie (...)

33On est tenté ici de citer, mais aussi de « rectifier », le fameux vers de Mallarmé23, en y remplaçant plus pur, qui oriente l’effort vers une musicalité sans verbe, par nouveau. En effet, il est permis de se demander si l’opposition dressée au f°318 entre Mallarmé (traiter ces matériaux en vue d’un effet musical [ou] visuel) et Baudelaire, où un discours reste constitué24, est pertinente en ce qu’elle concernerait vraiment la réflexion sur le « mot en poésie ».

  • 25  Le discours sera construit alors sur les images et il liera ces images produites par les mots en u (...)

34Pour bien interpréter en tout cas le dernier § du f°31825, il est nécessaire de donner leur juste poids à tous les termes, d’une part, et d’autre part de garder à l’esprit que dans ladite cohéren[ce] interviennent les modalités spécifiques de la jonction des mots.

  • 26  Cette question semble bien conclusive, car elle ne reçoit ni réponse ni reformulation nulle part d (...)
  • 27  Terme jamais employé ailleurs, sauf erreur de notre part.

35C’est pourquoi nous achèverons cette trop brève recension en mettant en exergue la question que pose finalement26 Benveniste, sur l’un des derniers feuillets (f°353) : Mais quelle est l’unité de la langue poétique, comme corrélat du signe dans le langage cognitif ? Juste avant, f°351, il est dit des « mots poétiques »27 que par leur jonction ils « donnent à entendre » […] et surtout peut-être (début f°353) que C’est donc 1°) le choix 2°) la jonction qui fait les « mots poétiques ». La disposition des guillemets lève toute équivoque : la jonction de « rend » pas les « mots » (préexistants) poétiques ; elle « crée » les « mots poétiques », ce qui remet en jeu la nature véritable du matériau du poète (qu’il ne saurait ainsi prélever dans un stock disponible).

De la jonction à la cooccurrence ?

  • 28  Peut-être faudra-t-il un jour revenir aussi sur la lecture dogmatiquement « linguistique » de cett (...)

36On rejoindrait ici, sans forcer la lecture mais en interrogeant les zones d’indécision et d’inachèvement, des conceptions du vocabulaire de la poésie et de sa mise en évidence, qui se sont développées notamment contre (tout contre) la notion de puissance évocatrice des sonorités par elles-mêmes, et des mots qui les « contiennent » (Viprey 1998, 2002). Plus encore et selon un régime plus complexe que dans d’autres domaines de discours, le vocabulaire serait fait en poésie de ces jonctions et relations dont l’appui est indécidablement, dialectiquement syntagmatique ET paradigmatique28, et que sont les rimes, les allitérations, la saisie métrique des mots.

  • 29  Condé, Follet , 1994.

37Pour ne pas conclure prématurément cette trop brève approche, nous signalerons seulement une piste pour travailler la question de Benveniste. Si l’unité de la langue poétique – en ce qu’elle se différencie d’une langue « commune » à définir – était, précisément, les résultats de ces jonctions chères à Benveniste ? Ceux que, parmi les premiers, Claude Condé et Lionel Follet ont tenté de repérer dans Alcools, sous le nom de « nexons »29, et que nous avons « généralisés » (peut-être au détriment de leur individuation, ce qui resterait à refaire) sous le nom d’isotropie, c’est-à-dire de système ou d’engrenage de jonctions dans la « cooccurrence généralisée ». Ceux auxquels fait sans aucun doute référence Damon Mayaffre lorsqu’il répète inlassablement que la véritable unité atomique du texte, c’est la cooccurrence.

38Nous n’oublierons pas cette hypothèse dans la dernière partie de cet article, où nous allons maintenant nous pencher sur la manière dont Benveniste a tenté, sous forme essentiellement de listes, de systématiser son approche du vocabulaire des Fleurs du mal.

5. Les « listes » d’Emile Benveniste

Trois types de listes

39Cet effort de systématisation se manifeste, dans le dossier, par le fait que près de 20% de l’ensemble des 361 feuillets ont pour consistance principale la mention d’un ou généralement de plusieurs vocables des Fleurs du mal, le plus souvent sous forme de listes. Dans quelle intention Benveniste a-t-il entrepris de constituer de telles listes ? À quelle méthode d’analyse lexicale sont-elles destinées ? Autant de questions pour lesquelles nous ne pouvons avancer que des suppositions éclairantes, en partant encore une fois d’une description aussi précise que possible.

40Il convient de noter d’abord que cette soixantaine de fiches se répartissent majoritairement en trois séries assez cohérentes dans l’ordre de la matérialité du dossier, séries auxquelles nous donnerons des dénominations conventionnelles.

41- Un « premier » ensemble (VocA)  de 6 fiches de même format (13.5 x 20.9) regroupe les f° 43 à 49 – 47 exclu –, qui se distinguent par leur très forte consistance : toujours des listes, avec mention de la fréquence des éléments.

  • 30  Les généticiens nous aideront puissamment lorsqu’ils auront éventuellement déterminé si les rédact (...)

42- Entre le f°83 et le f°99, huit fiches (vocB) portant une combinaison de glose et de liste lexicale, apparentées par le format du support et par cette dimension de glose au très massif ensemble, discontinu dans le dossier, des notes prises sur papier à en-tête de la Société de Linguistique de Paris (50 feuillets consacrés à Baudelaire)30.

43- Et « enfin » plus de la moitié de ces 60 fiches appartiennent à un important bloc de feuillets (VocC) de même support (papier blanc 10.7 x 13.6 cm, f° 215 à 247).

  • 31  Il est donc permis de se demander si cet ensemble de fiches est bien, comme on est porté à le croi (...)

44Ici se pose un problème lié à la chronologie « génétique » du dossier. Si nous examinons l’ensemble vocC, nous sommes frappés par l’état le plus souvent embryonnaire du relevé qu’il comporte, et plus encore par un point précis. Prenons le f° 246 comme exemple de départ ; la liste est ainsi constituée : abreuver, apaiser, calmer, appétits, assouvir, avide –ité, boire. On aura remarqué que tous ces vocables ont pour initiale a, b ou c. Ce trait se retrouve, sans que le hasard puisse être invoqué, dans la grande majorité des fiches VocC. Seules y échappent 6 fiches sur 30, celles des f° 227 (sons), 228 (souvenir), 235 (arme), 238 (femme), 239 (métaux), 242 (vie vitalité). Cela semble indiquer qu’à ce stade, il a bien fallu que Benveniste dispose d’une manière ou d’une autre d’aperçus lexicaux peu différenciés, mais en ordre alphabétique, et dont nous n’avons pas aujourd’hui la trace. Ainsi, les fiches qu’il constitue avec ce matériau, et qu’il nous a « laissées », sont de simples amorces qui n’ont pu être utilisées à aucune fin d’exploration31.

  • 32  Les f° 15 et 16, qui comportent eux aussi gloses et listes, appartiennent à ce même ensemble, mais (...)

45Il en va déjà autrement de vocB (f° 83, 84, 88, 93, 96 à 99), puisque ces feuillets ne présentent pas le trait « début de l’alphabet ». Cependant, ils n’ont pas non plus le caractère de véritables listes : celles-ci sont plus ou moins relinéarisées dans des gloses rédigées (voir supra), et la matérialité de leur support (papier à en-tête de la SLP32) les soumet, nous l’avons dit, au problème de chronologie génétique. Ce ne sont que « secondairement » des relevés de vocabulaire. Néanmoins, on ne saurait négliger dans ces feuillets ceux (84, 93, 96, 97) qui commencent par une glose et se terminent sur l’énumération de 10 à 25 vocables (84 : à partir de nager ; 93 : sur l’univers des sens et l’odeur ; 96 : sous le titre Métaphores – liquides et le verbe verser; 97 : sur la dialectique vaste/large et les grandes émanations lumineuses…).

  • 33  On laissera de côté la considération occasionnelle et inaboutie que Benveniste accorde aux vocable (...)

46Pas plus que ceux de vocB, les six feuillets de VocA ne se limitent aux premières initiales de l’alphabet. De surcroît, ils mentionnent la fréquence des vocables énumérés (i.e. leur nombre d’occurrences). Il semble donc que ces feuillets, bien qu’ils soient placés en début de dossier, reposent sur une documentation plus poussée que ceux qu’on trouvera plus loin. Ce sont eux que nous allons examiner plus en détail33.

Benveniste et la lexicométrie

47Ce qui nous frappe d’emblée à l’examen de ces 6 feuillets, c’est que Benveniste a décidé de s’appuyer sur des chiffrages. Certes il n’énonce nulle part un rapport entre la « fréquence » et l’« importance » – ces deux termes sont partout dans le dossier – des vocables, mais il n’en franchit pas moins un pas décisif en direction d’une lexicométrie. En effet, il n’est en rien anodin, pour l’interprétation que nous serons désormais « autorisés » à faire du travail de Benveniste en poétique, de mettre ainsi en équivalence toutes les occurrences d’un même vocable dans un ensemble textuel. Cela implique de leur rechercher une dimension invariante et cela obligera à nuancer la récusation du caractère de « signe » pour le vocable poétique.

48Énoncer la fréquence d’un vocable, cela comporte deux conséquences indissociables : c’est évoquer son poids dans le texte (en tant que « mot-thème » pour reprendre la terminologie de Guiraud 1954) ; c’est envisager la série de ses occurrences dans la trame textuelle, le tissage de ses contextes.

  • 34  Qui se développe aujourd’hui sous le nom de textométrie.
  • 35  Ceux-ci font référence, pour Les Fleurs du mal, à un recensement antérieur, Madison 1939. Les fréq (...)

49Énoncer les fréquences d’un nombre conséquent de vocables en parlant par ailleurs de l’importance des jonctions et des relations, c’est par conséquent inaugurer une approche qui dépasse déjà la lexicométrie « traditionnelle » (recensement des « mots-clés » par Guiraud : vocables proportionnellement plus employés dans une œuvre que dans un corpus de référence) vers une lexicométrie « textuelle »34. Soyons clair : Benveniste n’emploie pas les termes de ce domaine, ni son nom, mais deux remarques surgissent. D’abord, il a bien fallu qu’il ait recours à des fonctions lexicométriques pour pouvoir énoncer des fréquences précises ; il ne s’appuie pas sur les décomptes de Guiraud 195435. Ensuite, aucune suite n’est donnée à ces chiffrages ; lorsqu’ils figurent avec des gloses sur certains feuillets, c’est plutôt à la fin, après l’exposé d’une intuition, comme pour préparer une exploration plus « outillée » ; n’est-ce pas l’absence des fonctions lexicométriques dont il aurait pu avoir besoin qui l’a, sinon découragé, du moins retardé sans remède ?

Que « compte/comptait » Benveniste ?

50Il semble certain en tout cas que Benveniste s’est arrêté en chemin. Cela donne à l’ensemble VocA un caractère à la fois sans doute lacunaire, et très émouvant. Certains ne manqueront pas de supposer qu’il s’est arrêté en connaissance de cause devant la contradiction que nous avons nous-même pointée supra entre toute approche dénombrante et la récusation du signe, et d’en faire un argument de plus contre les méthodes taxées anachroniquement de « quantitatives ». Peut-être, peut-être pas. Le saurons-nous un jour avec certitude ?

  • 36  Benveniste ne précise pas sur quelle édition des FDM il fonde son étude.
  • 37  Par exemple maison, aurore, crépuscule, qui ont moins de 10 occurrences, voire demeure ou obscurit (...)
  • 38  Nous entendons définitivement ici des unités lexicales à l’exclusion des « mots-outils ». Pour mém (...)

51Plutôt que de supposer, poursuivons l’exploration de ce que nous avons sous les yeux. Benveniste, de toute évidence, compte les lemmes et non les formes fléchies36, ce qui ne contribue pas peu à renforcer la notion de vocable récurrent et de son invariance. Il s’intéresse à une gamme de fréquence moyenne et forte, à quelques exceptions près37. 25% des vocables38 de fréquence 11 et plus dans le recueil figurent dans ces listes.

Fig.1 : listes des vocables énumérés par Benveniste, en haut aux f°43 (à g.) et 44, en bas aux f°48 (à g.) et 49.

52Nous ne commenterons pas ces listes, si ce n’est pour en signaler le double caractère de cohésion thématique (non explicitée par un titre) et de disparate (à l’exception peut-être de la liste du f°49). Nous ne les retiendrons que pour ce qu’elles indiquent d’un rapport préliminaire de Benveniste à la démarche lexicométrique. Il est ainsi frappant de constater :

53a) qu’il tendrait à regrouper, et à additionner, les occurrences de termes apparentés par la signification, comme les marqueurs de comparaison (f°48) ;

54b) qu’il manifeste ici une demande implicite à l’égard d’une exploration lexicométrique, consistant à traiter des « thèmes », à examiner leur fonctionnement dans la structure textuelle du vocabulaire (dans cette approche thématique il est susceptible de s’intéresser aux « contrastes » – antonymies ; or la majorité des spécialistes de ces méthodes ont mis du temps à comprendre ce point et son grand intérêt : ici Benveniste se montre comme souvent précurseur).

  • 39  Pour être aussi clair que possible : établir une relation significative entre deux vocables au mot (...)

55c) Qu’il n’hésite pas à mettre en regard, dans une perspective contrastive, deux vocables qui ne sont pas strictement sur le même plan, comme soleil et nuit, au seul motif qu’ils sont quantitativement équivalents, qu’ils « s’équilibrent » ; cela, au « détriment » si l’on peut dire de la relation jour/nuit par exemple ; il y a donc là un véritable « privilège » à la fréquence, qui reste purement spéculatif dans la destinée de ce chantier, mais dont le caractère spéculatif est par lui-même la preuve d’une recherche de méthodes inédites39

  • 40  Nous ne voyons pas, en tout cas, sur quelle recension pré-existante à la fin des années 60 il aura (...)

56d) Le f°43 présente une remarquable particularité rejoignant la remarque précédente : elle regroupe 14 adjectifs classés par ordre de fréquence strictement décroissante, ce qui semble établir que Benveniste est parti d’un index classé, dont nous ignorons l’origine, et qu’il a peut-être établi lui-même40.

Jonction, concurrence, réseau

57Il semble malheureusement impossible de tirer parti de ces listes pour partir « avec Benveniste » à la découverte du vocabulaire des Fleurs du mal sans tomber dans la gratuité, tant il est clair qu’elles sont des ébauches. On aura certainement plus de profit à tirer, dans des études approfondies à venir, des notations lexicales plus éparses intégrées à des fiches de glose.

58Nous avons cependant entrepris d’établir si les listes 43 à 49, les plus abouties répétons-le de tout ce dossier préparatoire, sont de nature à éclairer la notion de « jonction » que Benveniste développe à propos du « mot poétique ».

  • 41  Nous ne traiterons pas ici des collocations, cooccurrences intra-syntagmatiques, rares et très peu (...)
  • 42  Plus les constituants sont fréquents, plus leur couplage en cooccurrence est probable indépendamme (...)
  • 43  Il est à noter que ces deux couplages sont formés de vocables présents dans les 4 fiches « chiffré (...)

59Force est de constater d’abord que les vocables de ces listes ne sont pas liés par des relations de cooccurrence (« jonction » directe41) très fréquentes. Dans les limites de la strophe, ce sont sans surprise des couplages par la rime qui sont les plus fréquents, surtout rapportés à la fréquence relative de leurs constituants42 : funèbre/ténèbres (10-16), mer/amer (9-7.5)43 ; on relève néanmoins aussi sans rime femme/sein(7-6), fleur/profond (6-4.5), soir/bon (6-4), cœur/soleil (12-1).

  • 44  Pour l’application de l’AFC au vocabulaire, voir Viprey 2002. On soumet à l’AFC un tableau à doubl (...)

60Quelle(s) place(s) occupe(raie)nt ces vocables mis en évidence par Benveniste dans une structure « jonctionnelle » (cooccurrentielle, associative) globale du vocabulaire des Fleurs du mal ? Cette question nous projette très loin en avant des préoccupations et de l’horizon explicites du chantier du linguiste-poéticien de l’époque, mais elle se pose dans la perspective de rechercher, avec prudence, des hypothèses sous-jacentes. Nous disposons d’une représentation graphique, sous forme d’un nuage de points, des rapports d’ensemble entre tous les profils associatifs des principaux vocables (par la fréquence) du recueil44. Nous avons tenté de repérer la position collective des vocables de chacune des listes dans ce nuage, et fait trois constats :

61a) pour l’essentiel, les points ainsi repérés dans le nuage sont dispersés, et ne dévoilent donc rien par leur position collective ;

62b) ces « éclairements » d’un tel nuage, dans le cadre de la mise en œuvre de l’environnement d’étude « assistée » par l’ordinateur et surtout la statistique, contribuent néanmoins puissamment à raffiner, sinon les « hypothèses » (supposées) de Benveniste, du moins le rapport entre ses listes, ses gloses, et une lecture du recueil aux nouveaux frais de ce que l’on a retiré de la fréquentation des fiches (sans parler de ce qui pourra en être mis en ordre dans le futur) ;

63c) la position des vocables du f°49 est intéressante, puisque ces points sont en grande majorité regroupés au « sud-est » du nuage, constituant ainsi un outil de repérage dans celui-ci dans la perspective d’un retour alterné au texte (fig.2).

64Nous ignorons si Benveniste aurait été intéressé, ou au contraire rebuté, par de telles approches qui ne font que développer, du côté où elle s’est d’abord montré insuffisante voire décevante, et trop peu attentive à la textualité, les principes de la « lexicométrie » dans l’engrenage duquel le maître à pour ainsi dire « mis le doigt ». Mais nulle part dans le dossier il ne formule l’intention de retirer ce doigt. Répétons-le près de notre conclusion : il semble plutôt avoir renoncé, par manque des moyens adéquats, à des éléments de méthode qui l’ont suffisamment intéressé pour l’amener à des comptages et à des listages sans doute très fastidieux.

65En outre, la très difficile tentative dont nous venons de rendre compte (dégager les aspects du vocabulaire dans l’énormité et la complexité du chantier, inférer des hypothèses benvenistiennes jusqu’à se demander s’il était parvenu seulement à ce stade, et les confronter à l’outillage statistique), n’aura pas été stérile pour la méthode lexicométrique elle-même et un retour critique sur les approches antérieures des Fleurs du mal. L’analyse cooccurrentielle que nous avons appliquée jusqu’ici semble en effet souffrir d’une insuffisance que les questionnements de Benveniste mettent en relief.

  • 45  Guiraud (1954 :78) détecte une dispersion modérément forte (tendance à une moindre répétition) et (...)

66Baudelaire exclut, ou limite, à un point dont nous n’avions pas pris conscience, la répétition non pas de tel ou tel vocable45, mais en tout cas de collocations et de cooccurrences, exception faite de certaines rimes. Le réseau ainsi constitué par les « jonctions » de vocables apparaît donc extrêmement ténu, arachnéen, beaucoup plus (sans qu’il soit possible à la statistique d’en donner aujourd’hui une preuve/mesure chiffrée) que par exemple dans un ensemble narratif voire argumentatif. Est-ce propre au discours poétique ? Cela n’est aujourd’hui pas établi. Mais Benveniste nous invite doublement à creuser cette question.

  • 46  « Le Guignon ».

67Quoi qu’il en soit, c’est du côté des méthodes statistiques de mise en évidence, visualisation et exploration des réseaux lexicaux à proprement parler qu’il nous oblige à nous tourner. Cette ample tâche, prometteuse, n’a pas sa place dans cet article ni dans ce volume, destinés à donner les premiers coups de pioches et de sondes46.

Fig.2 : position des vocables du f°49 dans la structure concurrentielle du recueil.

Haut de page

Bibliographie

Condé C., Follet L., 1994, « D'informatique et d'Apollinaire » in Mélanges offert à Jean Peytard, tome 1, Paris, Les Belles-Lettres.

Guiraud P., 1954, Les Caractères statistiques du vocabulaire, Paris, P.U.F.

Jakobson R., 1963, Essais de linguistique générale, Paris, Minuit.

Jenny L., 1982, La Parole singulière, Paris, Belin.

Viprey J-M., 2002, Analyses textuelles et hypertextuelles des Fleurs du mal, Paris, Champion.

Haut de page

Notes

1  On pense bien sûr aux travaux de Jean-Pierre Richard et à l’arrière-plan bachelardien, mais aussi à ceux de Laurent Jenny (1982 notamment).

2  Cet ensemble lui-même, avant d’en venir (f°268) aux Fondements de la poétique baudelairienne, semblant d’abord sur 15 feuillets récapituler les fondements d’une conception du langage poétique.

3  Nous laisserons de côté la question de savoir quelle(s) forme(s) d’exposition visait Benveniste : article, essai ?

4  Il faudra aussi rendre compte pour elle-même de cette ligne d’horizon très mallarméenne choisie par Benveniste, en ce qu’elle le limite nécessairement – par opposition à un choix plus ouvert, où pourraient figurer un Apollinaire, un Perse, un Aragon par exemple.

5  La langue sensitive est une langue pour soi. Elle s’énonce solitaire […]

6  Le f°54 vient à la suite du 53 dans une séquence de 2, intitulée : « Structure du discours poétique ». Notre citation renvoie en haut du feuillet, après la mention d’ordre « 2) ».

7  Nous ne développerons pas ici une critique de détail de ce qui reste hautement hésitatif dans ce passage. Notons que l’auteur ajoute aussitôt : C’est […] la raison qui rend le poème inconvertible en prose, remarque étrange quand on sait qu’il étudie aussi, certes marginalement, les… Petits poèmes en prose ! Et ensuite : C’est une langue sans dénotation, là où on attendrait discours, et enfin et qui néanmoins garde l’allure d’une langue, et prend la forme d’un discours(souligné par nous) : mode d’articulation des deux concepts pour le moins inhabituel chez Benveniste.

8  Exemples non exhaustifs de titres soulignés et surplombant un passage re-définitionnel d’un feuillet et souvent de plusieurs : « Loi fondamentale de la poésie » (f°21) ; « Structure du discours poétique » (f°53) ; « Préliminaires » (f°80) ; « La communication poétique » (f°107) ; « La référence en poésie » (f°183) ; « Poésie » (f°198) ; « Langue poétique » (f°208) ; « Le langage poétique » (f°253) ; « Approche du sujet » (f°300).

9  Exemples (dont l’absence jusqu’au milieu du dossier semble étayer l’hypothèse d’un ordonnancement chronologique massivement fiable) : « je le discerne à présent » (f°203) ; « je crois voir à présent la clef du problème » (f°253) ; le pathétique/pathémique « Mais encore une fois » (f°259) précédant de peu le lâcher effusif du f°261 (« O miracle permanent, ô confuse merveille que cette fiction devenant suprême réalité dans et par les mots ») ; « Poursuivons d’abord notre propos général » (f°265) ; « Mais quelle est l’unité de la langue poétique […] ? » (f°353). Sans omettre au f°210 « Le présent essai a pour but d’en [la théorie de la langue poétique] hâter un peu l’avènement », formule typique de Benveniste, destinée à rythmer la publication définitive, en oeuvrant à la mise en contexte de l’avancée conceptuelle présentée. Ni l’un des tout derniers feuillets : « Ce qu’on a fait jusqu’ici c’est l’analyse descriptive du poème. / Ce que je tente de découvrir est le mode de fonctionnement de la langue poétique » où l’on reconnaît, à la fin du dossier, un moule formulaire favori.

10  Il n’est pas difficile de reconnaître ici un euphémisme prototypique – même si non exclusif d’éloge.

11  La suite-fin qui spécifie lesdites entités reste plus énigmatique et en attente de clarification : l’âme du poète, Dieu, la nature, l’absente, la créature de souvenir ou de fiction.

12  Que voulait-il faire de cette citation de Vigotsky (f°194) : Le langage des chimpanzés est « strictement émotionnel » ?

13  […] l’émotion […] finit par instituer un véritable contre-monde <ou ultra-monde> qui se prête à l’inventaire […]

14  Parfois mêlée elle-même à la « réalité ». On aurait bien tort de confondre trop rapidement celle-ci et la référentialité. Dès le f°59, sous le titre « La Poésie et la ‘réalité'« , Benveniste écrit : Le poète est un homme qui fait un effort désespéré pour atteindre et communiquer la réalité des choses. La réalité des choses n’est ici ni la réalité entendue comme référent, ni les choses entendues de mêmes. D’ailleurs il ajoute aussitôt : Les poètes sont les plus grands réalistes. Il s’agit donc bien d’esthétique et non de référence triviale.

15  De l’esthétique nous ne pourrons parler ici, qu’elle soit ouvertement convoquée à travers Hegel (f°187), les vues comparatives sur les arts (musique, peinture, scultpure), évoquée par allusions à la beauté toujours proches de celles de vérité (f°328 notamment), ou encore et surtout conduite vers le sujet central par le medium du mécanisme de l’image poétique (f°333) – évocation de Delacroix qui rejoint celle du f°précédent.

16  Le parallélisme signifiant/évoquant indique clairement qu’il s’agit ici d’un participe, du verbe signifier, et non du concept de signifiant.

17  À ce moment de sa réflexion Benveniste semble ne pas encore avoir stabilisé la dialectique paradigme poématique/syntagmatique, poématique qui se fixera au f°314, puisqu’il parallélise ici la rime (plus tard rapportée à la seule paradigmatique), et deux modes d’association orthogonaux : paradigme pour nuit, syntagme pour voûteJe t’adore à l’égal de la voûte nocturne.

18  Termes d’évocation propres à susciter une vision exotique.

19  Signes, car leur relation dans le vers repose bel et bien aussi sur une isotopie. Ce qui pose le problème, non abordé de front, de ce qu’est fondamentalement la valeur évocatrice d’une sonorité dans un mot.

20  En d’autres termes, est-il si différent du discours politique ou institutionnel, qui semblent parfois si exclusivement destinés à charrier, à démultiplier, à familiariser des « mots », des formules, etc. ?

21  Nous reviendrons un peu plus loin sur la définition de ces éléments.

22  Mis en parallèle avec couleurs, matière et sons respectivement pour peintre, sculpteur et musicien (f°309).

23  Donner un sens plus pur aux mots de la tribu (« Tombeau d’Edgar Poe »).

24  Benveniste insiste fréquemment sur le fait que Baudelaire serait le dernier à maintenir en poésie un discours. En cela il privilégie ostensiblement la filiation Baudelaire/Rimbaud/Mallarmé sur l’héritage d’un Apollinaire, ou d’un Aragon, pour ne mentionner qu’eux.

25  Le discours sera construit alors sur les images et il liera ces images produites par les mots en un propos cohérent, qui aura la « grammaire » formelle d’un énoncé « ordinaire ».

26  Cette question semble bien conclusive, car elle ne reçoit ni réponse ni reformulation nulle part dans le dossier.

27  Terme jamais employé ailleurs, sauf erreur de notre part.

28  Peut-être faudra-t-il un jour revenir aussi sur la lecture dogmatiquement « linguistique » de cette articulation.

29  Condé, Follet , 1994.

30  Les généticiens nous aideront puissamment lorsqu’ils auront éventuellement déterminé si les rédactions 253-322 sont postérieures (ce que nous tendons à croire) ou antérieur aux notes prises sur les papiers à en-tête SLP.

31  Il est donc permis de se demander si cet ensemble de fiches est bien, comme on est porté à le croire, antérieur aux deux autres évoqués en note 29.

32  Les f° 15 et 16, qui comportent eux aussi gloses et listes, appartiennent à ce même ensemble, mais en début de dossier…

33  On laissera de côté la considération occasionnelle et inaboutie que Benveniste accorde aux vocables absents ou rares (f°24, 224, 232, 233 notamment). Il sera également difficile de savoir ce qu’il entendait par prégnant pour caractériser « despotique » (f°30), ou encore les 3 adjectifs du f°240.

34  Qui se développe aujourd’hui sous le nom de textométrie.

35  Ceux-ci font référence, pour Les Fleurs du mal, à un recensement antérieur, Madison 1939. Les fréquences indiquées par Guiraud ne correspondent pas à celles notées par Benveniste ; elles leur sont systématiquement supérieures, comme celles de Benveniste sont supérieures à celles que nous avons repérées dans Viprey 2002.

36  Benveniste ne précise pas sur quelle édition des FDM il fonde son étude.

37  Par exemple maison, aurore, crépuscule, qui ont moins de 10 occurrences, voire demeure ou obscurité, absents du texte.

38  Nous entendons définitivement ici des unités lexicales à l’exclusion des « mots-outils ». Pour mémoire cependant, Benveniste inclut dans le f° 48 quelques-uns de ces derniers : comme, ainsi que, tel.

39  Pour être aussi clair que possible : établir une relation significative entre deux vocables au motif que leur fréquence est très voisine est une audace de méthode qui pourrait être taxée de fétichisme par des critiques ignorant ou méprisant la statistique. Cela s’applique bien sûr aussi à la remarque d.

40  Nous ne voyons pas, en tout cas, sur quelle recension pré-existante à la fin des années 60 il aurait pu s’appuyer.

41  Nous ne traiterons pas ici des collocations, cooccurrences intra-syntagmatiques, rares et très peu récurrentes. Le néant vaste et noir, La vaste mer, n’ont 2 occurrences que de par la structure des deux poèmes (« Harmonie du soir » et « Moesta et Errabunda ») où ils s’insèrent. De vastes voluptés est un « hapax » (« Le Voyage »). Il faut sortir des listes de Benveniste pour trouver les syntagmes qui, excepté les répétitions structurelles (comme celles de « L’Invitation au voyage »), présentent 5 occurrences – ce qui est un maximum : grands yeux, jamais avec le même déterminant (« Sed non satiata », « Le Portrait », « À une Dame créole », « À une Malabaraise », « Les Yeux de Berthe ») ; beaux yeux, (« Semper eadem », « Le Chat », « Le Jet d’eau », « Les Yeux de Berthe »). On repère encore yeux pleins (« Le Flambeau vivant », « Rêve parisien », « La Destruction », « Femmes damnées – Delphine et Hippolyte »), et cœur plein (« L’Horloge », « Le Cygne », « Brumes et pluies », « La Fin de la journée »). Il n’est pas anodin que ces quelques rares récurrences forment un micro-réseau lexical (on passe d’un couple à l’autre par l’un de ses constituants), et il est clair qu’ils contribuent, par leur rareté même, à former un micro-réseau textuel entre les poèmes où ils sont actualisés.

42  Plus les constituants sont fréquents, plus leur couplage en cooccurrence est probable indépendamment de tous autres facteurs. On donne en italique l’écart réduit à une distribution neutre (au-dessous de 2, cet indice est considéré comme non significatif).

43  Il est à noter que ces deux couplages sont formés de vocables présents dans les 4 fiches « chiffrées », mais chaque fois dans 2 fiches différentes ; avec un (seul) vocable des fiches de Benveniste, nous avons encore : noir/soir, âme/flamme, nuit/ennui (tous 5) ; hors fiches : fleur/pleur (7), fleur/couleur (5).

44  Pour l’application de l’AFC au vocabulaire, voir Viprey 2002. On soumet à l’AFC un tableau à double entrée (en lignes et en colonnes les vocables étudiés, et à l’intersection le nombre de cooccurrences dans un empan cotextuel déterminé ; ici, les vocables de fréquence supérieur à 10, un empan de 15 mots limité à la strophe). Sur deux axes reflétant les deux premiers facteurs de l’analyse, on projette un nuage de points ; les points figurant dans la même direction depuis l’intersection des axes ont des profils proches ; dans une direction opposée, des profils opposés ; à angle droit, des profils indifférents l’un à l’autre. Les vocables de la liste f°43 sont en italiques sur la fig.2.

45  Guiraud (1954 :78) détecte une dispersion modérément forte (tendance à une moindre répétition) et une caractérisation forte (tendance à une plus grande répétition des vocables spécifiques).

46  « Le Guignon ».

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig.1 : listes des vocables énumérés par Benveniste, en haut aux f°43 (à g.) et 44, en bas aux f°48 (à g.) et 49.
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9508/img-1.png
Fichier image/, 360k
Légende Fig.2 : position des vocables du f°49 dans la structure concurrentielle du recueil.
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9508/img-2.png
Fichier image/, 113k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Viprey, « Le Discours poétique et son vocabulaire », Semen [En ligne], 33 | 2012, mis en ligne le 15 mai 2012, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/semen/9508

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Viprey

ELLIADD, Université de Franche-Comté

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page