Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Benveniste auteur d’une recherche inachevée sur « le discours poétique » et non d’un « Baudelaire »

Irène Fenoglio
p. 121-162

Résumés

Dans un dossier du fonds Benveniste de la BNF, se trouve, un ensemble de 409 feuillets manuscrits. Dans cet ensemble, la part la plus importante est consacrée au « discours poétique » : des notes de travail qui s’appuient sur un corpus d’exemples tirés des œuvres de Baudelaire. L’acte éditorial qui présente cet ensemble de notes transcrites sous la forme d’un livre (énorme, 700 p) ayant pour titre, Baudelaire (titre qui ne vient pas de Benveniste) force le trait. En effet, de cet ensemble de notes, précieuses, on ne peut faire émerger qu’une auctorialité de travail. Benveniste était loin d’avoir bouclé son « essai ». Des points forts sont repérables, mais son argumentation n’est pas achevée : ni sur le dépassement de la notion de signe en mot, ni sur le passage du référent à la notion qu’il tente de circonscrire : l’évocant. En analysant – en linguiste – une langue d’un poète, Benveniste cherche à découvrir les propriétés du discours poétique.
La contribution, par un retour aux manuscrits eux-mêmes, s’attache à replacer cette recherche inaboutie dans l’économie générale des travaux de Benveniste et dans l’ensemble de ses archives et de ses habitudes de travail.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Ce qu’on a fait jusqu’ici c’est l’analyse descriptive du poème.
Ce que je tente de découvrir est le mode de fonctionnement de la langue poétique.
Benveniste, note manuscrite (BnF, Pap Or 0429, env 23, f°31)

1. Faits archivistiques et acte éditorial

  • 1  À l’époque Gérard Fussman, élève et ami de Georges Redard, était Professeur titulaire de la chaire (...)
  • 2  Gerges Redard (1922-2005), spécialiste de dialectes iraniens était Professeur à l’Université de Be (...)

1Dans un carton coté PAP OR DON 0429 du fonds Benveniste au département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, se trouve, à l’intérieur d’un dossier cartonné bleu, un ensemble de 409 feuillets déposés en 2004 par l’assistante de Gérard Fussman1 et provenant de Georges Redard2. Dans cet ensemble (que nous allons décrire précisément plus loin) la part la plus importante est consacrée au « discours poétique » : ensemble de notes de travail qui s’appuient sur un corpus d’exemples tirés des œuvres de Baudelaire.

2En mai 2011 paraît un livre sur la couverture duquel nous lisons :

3Le dos du livre porte le nom d’auteur « Emile Benveniste » et le titre « Baudelaire ». En quatrième de couverture nous pouvons lire : « Cette édition du Baudelaire de Benveniste » (je souligne)

4Plusieurs contradictions apparaissent d’emblée entre les faits archivistiques, irrévocables et vérifiables (même s’il sont susceptibles d’être modifiés par des découvertes ultérieures), et l’acte éditorial :
– Contradiction entre la matérialité du contenu archivistique : des notes et quelques feuillets de brouillons autographes (dont on ne connaît pas le statut d’avancement par rapport à un texte) et l’autorité d’une présentation désignant une œuvre-livre signée spécifiquement et définitivement titrée.
– Contradiction entre un projet indéterminé d’article (comme nous le verrons) et une présentation sous forme de livre… énorme (767 pages !).
– Contradiction entre un matériau textuel fragmentaire, épars, parfois formellement négligé (comme toute textualité propre aux notes de travail) et ce qu’annonce une présentation sous forme d’ouvrage : une certaine cohérence et une lisibilité. Rien, sur la couverture, ni sur la page intérieure de titre, n’annonce qu’il s’agit de manuscrits, a fortiori de notes de travail.

5Benveniste aurait donc écrit un Baudelaire, un livre sur Baudelaire ? À tout le moins, si l’on feuillette le livre et que l’on s’aperçoit qu’il s’agit de manuscrits, de cet ensemble de feuillets faut-il en faire un livre dont l’auteur serait Emile Benveniste et le titre Baudelaire ? On dira que je vais trop loin. Et pourtant, j’ai eu de nombreux appels et messages me demandant des nouvelles de ce livre, du Baudelaire de Benveniste, citant le Baudelaire de Benveniste. Car il est clair que si nous n’avons pas le livre ouvert dans les mains, nous ne disposons que de l’information bibliographique : Emile Benveniste, Baudelaire, et l’effet de lecture comme l’effet du volume au premier abord est immédiat.

6Cet état de fait a mis mal à l’aise la linguiste spécialiste de manuscrits que je suis, habituée du fonds Benveniste de la BnF. J’ai donc entrepris de tenter de comprendre mon embarras, puis de chercher à élucider les raisons profondes et « scientifiques » me permettant d’argumenter pour préciser que, si cet ensemble est indiscutablement très important, il est toutefois très inexact de dire que Benveniste a écrit un Baudelaire.

2. Le matériau d’archives relatif aux notes de Benveniste sur « le langage poétique »

7Ces réserves concernant l’édition mises à part, il demeure que ce dossier est d’une grande importance, en soi et en rapport avec les autres écrits et manuscrits de Benveniste. Nous y repérons, en effet, le fil rouge d’une recherche en cours, parfois fragile, parfois instable mais se précisant ici ou là avec force.

2. 1. Les documents archivistiques

2.1.1. Description de l’ensemble DON 0429

8En ouvrant, aujourd’hui, le carton référencé DON 0429 nous trouvons un dossier cartonné bleu à élastique, provenant très vraisemblablement de Gérard Fussman (son carton introduisant le don à la BnF est collé sur la couverture). Puis, à l’intérieur de celui-ci, nous ouvrons une chemise cartonnée gris vert, sur laquelle est écrit, en haut, à droite, de la main de Benveniste « Baudelaire ». À l’intérieur de cette chemise, visiblement d’origine (c’est à dire du temps de l’écriture) nous avons une série de 23 pochettes grises dans lesquelles, la BnF a rangé les feuillets manuscrits de Benveniste, sans aucun critère apparent. À la suite de cette série de pochettes (donc à la fin du dossier) une grande chemise cartonnée orange sur laquelle est inscrit – par une autre main que celle de Benveniste et qui pourrait être celle de Redard – « Langage poétique », elle-même vide hormis deux pochettes plastique, vides elles aussi (une rouge, une jaune), datant très probablement de Fussman ou Redard, mais non de Benveniste pour lequel, dans l’ensemble de ses papiers, nous ne retrouvons aucune chemise plastique de ce type. Quel était l’ordre original ? Quels feuillets contenaient les pochettes plastique ? Où se trouvait exactement la chemise intitulée par Benveniste « Baudelaire » et que contenait-elle exactement ? Nous ne pouvons plus le savoir. Nous sommes donc obligés de partir de cet ordre actuel mais en sachant qu’il s’agit de l’ordre archivistique choisi par la BnF après le dépôt et non de l’ordre de conservation de Benveniste, a fortiori l’ordre d’écriture.

  • 3  Dans les références, ces pochettes cartonnées grises sont désignées par le terme « enveloppe » soi (...)
  • 4  Pour le contenu des ces papiers, cf. Fenoglio, 2012b.

9Dans les cinq premières pochettes3 ainsi constituées par la BnF (et numérotées de 1 à 5) nous trouvons des feuillets manuscrits consacrés à « L’axiologie du langage »4. Directement à leur suite, un autre ensemble de pochettes grises BnF numérotées de 6 à 23 contenant des notes de travail de toutes formes et sur toutes sortes de supports concernent le langage poétique et la poésie de Baudelaire.

10On voit, là, que le dossier archivistique actuel ne représente certainement pas le rangement initial de Benveniste. Le contenu des cinq premières enveloppes n’étaient, au départ, vraisemblablement pas à l’intérieur de l’enveloppe intitulée « Baudelaire » contenant elle, uniquement des données relevées dans des textes Baudelaire et – peut-être – des notes théoriques sur le discours poétique.

11À quel moment ces deux ensembles extrêmement distincts ont-ils été placés à l’intérieur d’une même chemise ? Nous ne le saurons pas. Pourquoi ces deux dossiers – Axiologie et Langage poétique – se trouvent-ils ensembles ? Nous l’ignorons. Probablement parce qu’ils étaient sur la table de travail du linguiste au moment où celui-ci subit l’attaque qui le laissera aphasique et paralysé en décembre 1969, et qu’ils devaient donc être en train d’être travaillés ; ils n’ont rien en commun sinon cette proximité temporelle de travail. Les notes manuscrites relative à « L’axiologie du langage » partent d’un commentaire du livre d’Augusto Salazar-Bondy La science appliquée à l’homme peut-elle se passer d’axiologie ? publié en 1968. Ce qui laisse penser que ces deux dossiers, celui relatif à « L’axiologie du langage » et celui concernant « Le discours poétique » étaient travaillés en parallèle en 1968 et 1969 et sont restés parallèlement en rade à partir du moment où Emile Benveniste a été hospitalisé. Une preuve de cela est une note intitulée « Ma classification des signes », découverte dans le dossier des cours au collège de France (1968-1969), où l’on trouve une référence à ce travail sur la langue poétique :

« 1) Signes extérieurs
signes intérieurs à la société humaine
les signes extérieurs sont les signes naturels qui ne sont pas des signes (…)

Je laisse de côté la langue poétique où le poète institue librement des relations signifiantes. Baudelaire correspondances : la nature est un temple où de vivants piliers – laissent parfois sortir de confuses paroles (…) » (Pap Or boite 40, env. 80, f°61)

  • 5  Et non pas un bis pour désigner les versos, comme le fait Laplantine, ce qui peut prêter à confusi (...)

12Pour respecter la rigueur nécessaire à toute observation et analyse de manuscrits, je m’en tiendrais donc strictement, dans les pages qui suivent, au foliotage archivistique de la BnF (« env. » pour désigner la pochette grise et « f° » pour désigner le numéro de folio attribué par la BnF) avec l’indication de verso, le cas échéant5. Je renverrais, entre crochets, à la page où le fac simile du manuscrit apparaît dans le livre produit par Chloé Laplantine aux éditions Lambert-Lucas.

2.1.2. Transcription

  • 6  On peut noter par ex p. 33 : transcription par « le noyau » de « de rayon » pour de rayonnement (...)

13Disons un mot, tout d’abord, de la transcription des manuscrits établie par Laplantine. Elle est fidèle. Il y a quelques erreurs, mais elles sont peu nombreuses6. Cependant, le parti pris par Laplantine de marquer, dans une transcription linéarisée, les passages à la ligne par un slash, n’est d’aucune utilité ni pertinence. Ce choix a, en revanche, un effet très négatif, celui de gêner la lecture et de provoquer une lecture hachée qui coupe une linéarité et un flux discursifs rendant encore plus illisible la suite ininterrompue de notes fragmentaires.

  • 7  Ainsi, par exemple, env. 8, f°10 p. 65 « ressemblance » ;  env. 14, f° 1 p. 185 « spécifité » (...)

14Laplantine a systématiquement transcrit les soulignés manuscrits en italique, or cela n’est pas toujours justifié, surtout pour ce qui est des notes de travail, où Benveniste a l’habitude de souligner ce qui lui paraît important ou ce sur quoi il va revenir. D’autre part, elle a transcrit par un même italique les soulignements francs et les soulignements ondulés marquant l’incertitude7. Une mise en italique systématique dénature parfois la scription du linguiste, en ôte la marque spécifique. Dans les manuscrits à l’état de notes, à part les titres d’ouvrage on n’est jamais sûr que le soulignement doive être transformé en italique. Je garderai, dans les transcriptions du travail qui suit, le soulignement tel que Benveniste l’a utilisé.

15Par ailleurs, une transcription loin de « donner directement le sens » du manuscrit correspondant, comme les éditeurs le disent dans leur avertissement (p. 23), ne fait que transcrire, c’est à dire rendre verbalement lisible ce qui ne l’est pas sur le manuscrit. Quant au sens… c’est une autre affaire, et il doit toujours être reconstruit.

16Un mot encore de regret sur le non respect de l’échelle pour la reproduction des manuscrits. Celui qui ne peut voir les originaux aura beaucoup de mal à se représenter la différence des supports utilisés car dans les reproductions du livre, il n’est pas rare de trouver, par exemple, une minuscule note inscrite sur l’équivalent d’un post-it reproduite dans un caractère plus gros qu’une longue note sur un support de type A4.

2.1.3. Tout ensemble de manuscrits ne constitue pas forcément un brouillon

17Un brouillon ne peut être configuré comme tel que par rapport à un écrit déterminé qui le suit ou qui l’aurait suivi. Le terme brouillon désigne, en effet, par delà la matérialité qu’il représente, l’actualisation d’une place dans un processus d’écriture : entre des notes préparatoires, quelles qu’en soient la forme et la teneur, et une mise au net ou un projet de mise au net (dactylographie, édition). Il n’y a de brouillon que d’un projet de texte à venir et le brouillon ne vient généralement qu’après des notes préparatoires, même si une part de celles-ci peuvent accompagner tout le processus.

  • 8  L’ensemble des notes préparatoires et des brouillons est désigné par les généticiens du terme « Av (...)

18Les généticiens utilisent le terme brouillon pour les manuscrits de travail suffisamment élaborés pour pouvoir être mis en lien avec un texte final. Les notes et le ou les brouillons représentent ce qui reste de visible et consultable du travail privé d’un auteur pour construire un textequi sera publié ou non8. Le brouillon est plus qu’une ébauche, il est l’actualisation textuelle préparée éventuellement par des notes et des ébauches successives de plans, projets et fragments rédactionnels. La limite n’en est donc pas la publication – même si celle-ci représente la limite la plus confortable parce qu’irrévocable –, mais l’élaboration et la rédaction d’un texte final lisible et transmissible.

  • 9  Fonds Benveniste du Collège de France, CDF 28/18, liste manuscrite reproduite dans Laplantine, 201 (...)

19Que Benveniste ait écrit dans sa liste d’« articles promis » : « Langages (la langue de Baudelaire) »9 ne signifie pas forcément que son intention ait été de donner ce titre à l’article qu’il aurait publié. Il a vraisemblablement écrit « Baudelaire » dans la liste parce que par souci de cohérence il s’en est tenu à un corpus unitaire et que Baudelaire avait été choisi pour le constituer. Nous verrons plus loin qu’il s’agit d’une exigence de la recherche qu’il se propose : s’interroger sur la possibilité de déterminer linguistiquement les éléments fondant la particularité d’un discours poétique, étant entendu que tout discours poétique se spécifie selon son créateur.

20Nous ne mettons pas en doute le fait qu’il y ait un lien entre cet article mentionné comme « promis » et cet ensemble, bien entendu, mais cette inscription ne donne pas autorité de titre pour un texte à venir. Nous savons tous, dans notre pratique, que nous pouvons désigner un travail en cours de façon très métonymique. La longue fréquentation de différents ensembles de manuscrits de différents types montre que cela est une constante : un habitus cognitif propre à tout chercheur et rédacteur.

  • 10  Fonds Benveniste du Collège de France, CDF 28/18.

21Par ailleurs, nous avons trouvé dans le fonds Benveniste du Collège de France un très grand nombre de listes intitulées par exemple « Travaux à achever », « Articles à écrire », « Etudes à faire », « Articles promis », « Travaux à faire d’urgence » « Travaux à faire en rentrant à Paris » etc…10.

22C’est dans une de ces nombreuses listes, intitulée « Articles promis » que se trouve l’indication :

Image2

d’où l’on peut déduire que Benveniste préparait un article dont la poésie de Baudelaire constituerait le corpus d’appui. Mais « la langue de Baudelaire », ce n’est déjà pas la même chose que « Baudelaire » !

  • 11  « Académie » renvoie à l’Académie des Inscriptions et Belles lettres dont Benveniste était membre.

23Dans une autre de ces listes intitulée « Académie. Communications possibles »11 nous pouvons lire « Méditerranée ». Il est certain que nous nous trouvons là-aussi devant un titre métonymique. Métonymique de quoi, nous ne savons pas exactement, mais Benveniste n’aurait pas fait une conférence sur la Méditerranée en général, on peut légitimement penser que « Méditerranée » devait renvoyer à un projet concernant « les langue de… » ou « l’espace culturel et linguistique de… » ou encore « l’évolution historique des langues en méditerranée… », etc…

24Sur cette même liste, nous trouvons, en sixième position : « Les problèmes du style », voilà un titre qui nous rapproche de notre objet. On voit là qu’il y a bien une préoccupation de Benveniste pour la question de l’écriture, de l’écriture littéraire et du style singulier de tout auteur. Le « Baudelaire », inscrit sur la chemise des archives, s’il doit désigner autre chose que le corpus de données poétiques que la chemise a sans doute contenu, ne peut que désigner métonymiquement le style de Baudelaire ou la langue de Baudelaire, préalable matériel, exemplier, pour une étude du « discours poétique ».

  • 12  L’exploitation de ces notes de cours a été menée par Jean-Claude Coquet et moi-même. Ce travail a (...)

25Quant au titre qui suit, toujours dans cette liste : « La langue et l’écriture », nous pourrions aussi penser qu’il s’agit du langage poétique si nous n’étions pas allé chercher dans le fonds Benveniste de la BnF ses notes de cours au Collège de France. On y voit que ce thème constitue l’un des thèmes majeurs du cours de 1968-196912. Or l’objet n’en est pas l’écriture littéraire mais le rapport linguistique entre la langue et l’écriture.

26Nous insistons sur tous ces éléments pour montrer la nécessité de relativiser ce que l’on trouve dans les archives. Le titre « Baudelaire » sur la chemise des notes concernant Baudelaire ne doit pas être pris de manière positiviste et il faut un long parcours dans l’ensemble des papiers d’un auteur pour comprendre, un peu, son fonctionnement de travail.

2.1.4. Si tout ensemble manuscrit contient du texte, il ne constitue pas un texte pour autant

  • 13  Visibles dans l’ouvrage de C. Laplantine de la p. 26 à la p. 759.

27L’ensemble des papiers de Benveniste concernant le « discours poétique » et la poésie de Baudelaire comprend 386 feuillets13 dont 351 ne portent que des notes sans aucune rédaction ou avec de très partiels fragments phrasés. Seuls 35 feuillets portent des fragments rédigés pouvant, éventuellement, tenir lieu de brouillon mais nous ne trouvons aucun brouillon mis au net. Un seul feuillet s’apparente à une mise au net, il s’agit d’une dactylographie inachevée ou dont la suite est manquante (env. 22, f°71 (p. 681)).

28350 notes de travail sur 386 feuillets et dont certaines se réduisent à quelques mots, comme par exemple (env. 21, f°36 (p.523)) :

29Alors, qu’est ce qu’une note ?

  • 14  A. Piolat, La prise de notes, PUF, 2001, p. 5-6

Le dictionnaire (le Petit Robert, 1996) (…) définit les notes comme des « marques faites pour garder mention, indication de quelque chose ». Les notes constitueraient donc une mémoire externe stable de bribes d’informations. (…). Toujours selon le dictionnaire ces notes seraient de « brèves indications recueillies par écrit en écoutant, en étudiant, en observant ». Ces écrits auraient donc pour fonction de ramasser l’information distribuée dans un cours, dans un livre ou dans tout autre situation (…). Les notes seraient des traces d’informations sélectionnées et condensées.14

  • 15  Pour un abord général, on peut se référer à Piolat A. et PelissierA. (eds) La rédaction de textes. (...)

30Les travaux, paraissant depuis maintenant une dizaine d’année15, sur le phénomène de prises de notes et sur le processus de rédaction tendent tous à montrer que prendre des notes ou inscrire des notes (noter) constitue un outil cognitif de gestion des informations dont les fonctionnalités sont multiples et qui donnent lieu à toutes sortes de techniques partielles diversement employées : abréviations, procédés métonymiques, substitutions lexicales. La note est bien du verbal, du matériau textuel, du texte, peut-être, si du phrasé s’y trouve, cependant, une série de notes ajoutée à des notes, et qui plus est, sans ordonnancement raisonné, ne peuvent constituer un texte. Elles ne peuvent constituer qu’« une entité dépourvue encore des propriétés qui font le texte en tant que tel. » (Mahrer, 2009 : 55)

31Les actualisations de ces notes, c’est à dire leurs utilisations sont très diversifiées et la plupart du temps partielles mais elles doivent toutes passer par un processus rédactionnel pour être lisibles et transmissibles ; un processus rédactionnel, c’est à dire un processus de redéploiement, de développement rédigé, entrepris pour stabiliser l’expression d’une pensée et la rendre transmissible.

32Autrement dit, la textualité n’est pas la scripturalité. L’écrit potentiel inféré à partir de notes doit-être établi. Tant que l’auteur n’a pas stabilisé, au moins provisoirement, une inscription ou un ensemble d’inscriptions en un discours phrasé, il n’y a ni texte, ni écrit référençable en tant que tel. « Le texte est garant du sens, parce qu’il est unité formelle. (…) Entrelacs de matérialités verbales, potentiellement complexes et multiples, il fait corps » (Mahrer, 2009 : 54). Le texte est « une suite d’unités signifiantes (jugée cohérente) de signes entre deux interruptions marquées de la communication. Cette suite, généralement ordonnée linéairement, possède la particularité de constituer une totalité dans laquelle des éléments de grandes différences de complexité entretiennent les uns par rapport aux autres des relations d’interdépendance » (Adam, 2002 : 572).

33Les notes sont marquées par une potentialité incommensurable de fragmentation, le textuel – quel que soit son état de finalisation – est marqué par une lisibilité linéaire, cohérente et cohésive.

34Lorsqu’on voit la faible proportion de feuillets rédigés par rapport aux notes de travail, on reste nécessairement circonspect : il est clair que Benveniste était loin d’avoir terminé sa réflexion, a fortiori la rédaction de son « essai » (env. 21, f°2 (p.453)). La confrontation avec ses habitudes particulières de travail nous le confirmera.

35Et de fait, le livre intitulé par Laplantine, Baudelaire, n’est pas, à proprement parler, lisible. Il ne peut être lu en continu car aucune cohérence textuelle ne peut être suivie et il ne peut prêter d’emblée à une lecture organisée, car rien ne la prépare. Il ne se prête qu’à une lecture fragmentaire, hachée, qui ne sera, dans le meilleur des cas, qu’une préparation à une recherche : recherche de la chronologie d’écriture, recherche d’organisation des feuillets, partage entre notes de recueil de données et notes de travail théorique, recherche d’autres écrits de l’auteur se rapportant à la même problématique… etc. je tenterai dans les pages qui suivent d’ouvrir quelques pistes.

36Ouvrir à la recherche est donc son principal intérêt.

2. 2. Méthodologie d’exploitation des documents manuscrits

2.2.1. Les habitudes de travail patientes et rigoureuses du linguiste

37Plusieurs études m’ont permis de comprendre les habitudes de travail de Benveniste, puis de vérifier que ces habitudes constituaient bien des habitus, pour une part hérités socialement dans un champ particulier de pratiques (nous avons pu constater que Meillet suivait les mêmes procédés, or Benveniste est l’élève de Meillet), pour une autre part singulièrement réappropriés et reflétant une façon propre d’élaborer sa pensée et de la textualiser pour l’offrir à la lecture (Fenoglio 2009a, 2009b, 2010, 2011).

38Je ne reprendrai pas, ici, ce parcours qui, par la découverte d’une toujours même suite d’éléments manuscrits et de documents pour de nombreux articles permet d’imaginer la façon dont Benveniste se mettait à écrire.

  • 16  Voir le repérage des archives et brouillons correspondant aux articles des PLG, disponible en lign (...)
  • 17  Les dactylographies ne sont jamais de la main de Benveniste. Nous le savons par Jean de Menasce, s (...)

39J’indique, cependant, le type de dossiers que l’on peut en général reconstituer dans les archives du linguiste (alors même que les éléments du dossier peuvent être dispersés dans diverses boites d’archivages séparées voire éloignées les unes des autres), pour un projet d’article16, puisqu’il semblerait que nous sommes dans ce cas avec ce dossier sur le « discours poétique ». Les avant-textes d’articles de Benveniste comportent en général :
1 - un ensemble de notes éparses, diverses, sur différents supports ;
2 - un premier brouillon : partie rédigée en continu dont les pages sont souvent numérotées par Benveniste ;
3 - un deuxième brouillon mis au net avec beaucoup moins de repentirs que le premier et dont les pages sont toujours numérotées de sa main, avec les notes de bas de page en fin de rédaction ;
4 - une dactylographie17, souvent corrigée de sa main même très partiellement ;
5 - parfois un jeu d’épreuves ;
6 - le texte édité.

40Face à ce schéma, nous sommes, avec le dossier « discours poétique », loin du compte.

41Benveniste ne se passait jamais de "notes", nombreuses, sur divers supports, parfois répétitives ou, comme j’ai pu le montrer (2009a), ruminatives. Leur présence est massive et toujours avérée et leur observation est fondamentale car on s’aperçoit alors que le moment essentiel pour la textualisation théorique est proprement le passage de ces notes au premier brouillon. Or nous n’avons pas ce passage des notes au brouillon dans le dossier « Discours poétique » sauf peut-être pour de très courts fragments que nous verrons plus loin (en 4.). Et pourtant nous sommes bien devant un projet d’article. Le projet d’article est, d’une façon générale, un objet très pertinent pour ce champ de recherche, car, d’une part, il s’agit forcément d’écriture et non pas de notations ou d’aide-mémoire destinées à soutenir un discours oral comme pour un cours, ou une communication, et, d’autre part, le processus de textualisation y est en général conduit jusqu’à son terme.

42Mais nous n’avons pas, dans le dossier archivistique concernant le « discours poétique », de procès d’écriture mené à son terme, nous n’avons, pratiquement, qu’un ensemble de notes plus ou moins rédigées.

2.2.2. Etablirun texte et/ou reconstituer la genèse d’un texte

  • 18  Emile Benveniste, Dernières leçons. Collège de France 1968 et 1969, texte établi par J.-C. Coquet (...)
  • 19  Dans sa grande rigueur, Benveniste préparait une chemise par cours avec titre du cours et date exa (...)

43Nous avons pu établir un texte pour les derniers cours de Benveniste au Collège de France18 à partir de notes éparses. Nous avons pu l’établir parce que la lecture des notes manuscrites de Benveniste a été soutenue par les notes de trois auditeurs à ces cours : trois ensembles concordant exactement, permettant d’ordonner à coup sûr l’ordre d’énonciation des cours. À coup sûr, car aucune contradiction n’est apparue entre les notes des divers auditeurs d’une part, ni entre le contenu des notes d’auditeurs et le contenu des notes de Benveniste. Il est juste arrivé que certains feuillets manuscrits de Benveniste aient dû être virtuellement déplacés d’un cours à un autre19. Ajoutons aussi que nous n’étions pas devant un projet d’écriture mais de cours, à prononcer, sans publication. Il n’empêche, malgré tous ces points favorables et concordants, le résultat demeure un texte établi par dont la construction est explicitée en ouverture de l’édition.

44On ne peut établir un texte à partir de notes éparses appartenant à un dossier constitué par Benveniste en vue, très certainement d’un texte à publier mais dont aucun aspect fini, aucun plan, aucune présentation rédigée, aucune annonce rédigée par l’auteur ne nous est parvenu. Ces feuillets épars, aussi intéressants soient-ils, demeurent des feuillets épars. On peut les lire mais on ne peut guère les étudier sans les classer – reste à définir le principe de classement – et on ne peut les interpréter sans les mettre en rapport avec d’autres documents.

45Car il y a une différence considérable entre le fait d’écrire un texte et le fait de noter. Les notes découvrent un fait ou un trait relatif à un objet, fixent une information, avancent un essai d’hypothèse, répètent, reformulent, etc. toute opération qui permet, tout en différant la rédaction, de préparer l’écriture. Tout auteur sait qu’il s’adresse à un lecteur devant lequel il ne pourra plus rien rectifier, développer, compléter, alors que devant un auditeur il aurait la possibilité de répondre, et des notes suffiraient. Cela est d’autant plus flagrant et constitutif de l’écriture en sciences où l’objectif est d’argumenter une innovation conceptuelle, voire, une découverte. L’objectif du scripteur est donc l’écriture d’un ensemble cohérent qui se suffise à lui-même, qui demeurera autonome à jamais, même s’il sera ultérieurement repris et modifié, même s’il peut aussi être mis en relation avec d’autres textes ou d’autres documents. Dans le cas de Benveniste, cela est encore plus vrai. Les différents travaux qui ont été maintenant publiés sur ses manuscrits ont montré très précisément sa rigoureuse manière de travailler et de corriger jusqu’au bout, en des étapes bien précises de façon à ne rien laisser au hasard. Les notes de travail ont toujours joué un rôle majeur, préparant la rédaction d’un brouillon, d’où l’intérêt de cet ensemble ; mais c’est le brouillon que Benveniste titre et signe.

46Devant les notes concernant le « discours poétique » nous sommes devant des manuscrits dont nous ne pouvons dire l’état exact d’avancée par rapport à ce que le scrupuleux Benveniste aurait rédigé, a fortiori publié. Il est donc impensable, en l’état actuel du dossier sur le « discours poétique », d’établir un texte. Certes, Laplantine ne l’a pas établi, ni ne dit qu’elle l’a fait, mais le livre, du fait même de son appareil méta-textuel tend à l’évoquer sinon à l’afficher. Le titre choisi par Laplantine, et qui fait édition sous le nom d’auteur Benveniste, est : « Baudelaire ». Or, le titre porté par le seul feuillet mis au net et dactylographié existant dans le dossier a pour titre : Le discours poétique.

47Il est donc difficile d’envisager une ou des études génétiques concernant ce dossier ; seules quelques études très fragmentaires pourraient être menées à partir de différentes versions de notes partiellement rédigées, mais cela ne permet en aucun cas d’établir un texte ; seulement de comparer différentes versions d’un même fragment rédigé.

48Livrer cet ensemble de notes dans leur nudité et sans aucune indication, comme le fait le livre de Laplantine, rend l’ensemble peu exploitable si l’on ne retourne pas aux manuscrits eux-mêmes et si l’on ne procède pas à un classement des notes. Sans reprendre systématiquement la typologie que j’ai tentée dans un article précédent (2009a), il sera nécessaire, devant cette masse de feuillets d’opérer un premier partage entre les notes constituant des relevés de données sur les textes de Baudelaire, et les notes réflexives.

Pour les notes constituant des relevés de données, nous pourrions, par exemple, indiquer cette longue note rédigée sur 4 feuillets (Env. 22, f° 16 à 19 (p. 571)), intitulée « Fondements de la poétique baudelairienne », dans laquelle Benveniste explicite le thème des « correspondances » chez Baudelaire ; ou bien, par exemple, ce type de notes beaucoup plus élémentaires (Env. 21, f°20, (p. 491)) :

Benveniste parle lui-même de « données » (env. 14, f°2 (p. 187)), ou de « relevé » (env. 14, f°25 (p. 233) : « Relevé que je crois complet » et f°26, (p.235)) : « J’ai abandonné ce relevé qui ne semble pas démonstratif… ». Par ailleurs, il constitue des fiches pour lesquelles il met, à l’avance, un titre de rubrique, par exemple « Prégnances affectives », « Personnalisation de choses, figuration énergisantes », « Le temps chez Baudelaire » (env. 10, f° 2, 3 et 5 (p. 95-101)) etc… et qu’il remplit ensuite de données ; ainsi aussi cette fiche titrée au feutre noir : « L’emploi des temps chez Baudelaire I les Fleurs du mal », et qui se remplit sur 18 feuillets. Plusieurs titres de fiches semblables (feuille de bloc, ½ A4 lignées) au feutre noir avec des données en différentes couleurs d’encre, permettent de constater ce procédé. Visiblement, Benveniste s’est constitué un programme de relevés de données.

— Pour ce qui est des notes réflexives, il faudra faire un nouveau partage entre

  • les notes réflexives directement liées à Baudelaire, comme la note suivante, extrêmement importante car elle dit exactement l’usage qui est fait de Baudelaire par Benveniste (Env. 21, f°2V° (p. 455) :

Cette note, dans son précipité, dit expressément qu’il y a eu choix de Baudelaire, comme d’« un certain poète » développant une « langue poétique » particulière, expression singulière ayant son propre système de fonctionnement et jouant le rôle de matériau d’étude pour la compréhension du discours poétique comme fait linguistique. Qu’il y ait plusieurs langues naturelles n’a pas empêché Benveniste d’inventer le « discours » car le discours est une instance qui fonctionne quel que soit le système de la langue utilisé. De même, le discours poétique ne se révèle qu’à travers des « langues poétiques », langue de tel poète, ou de tel autre… parmi lesquels Baudelaire.

49 Enfin les notes relevant d’une tentative de formulation théorique générale pour le discours poétique qui sont les plus rédigées, comme cette note intitulée « le temps linguistique (env. 9, f°10 (p.91) » :

ou celle-ci de recherche purement théorique, essentielle à ce dossier (env. 12, f°5 (p. 139)) :

3. Mise en perspective de ces papiers relatifs au « discours poétique »

3. 1. La recherche d’une spécification linguistique de discours : le discours poétique

3. 1. 1. Titres relevés dans cet ensemble de notes manuscrites

50Hors de quelques titres en tête de relevés de données du corpus – comme par exemple « Les images de la mer » ou « Le miroir » ou encore « Femme » etc. –, les titres inscrits par Benveniste sont toujours linguistiques et interviennent le plus souvent en tête de fragments rédigés. Nous trouvons, dans l’ensemble des 386 feuillets, 23 titres théoriques :

- « Loi fondamentale de la poésie » (env. 8, f°11 (p. 67))

- « Le temps linguistique » (env. 9 f°10 (p. 91))

- « Structure du discours poétique » (env. 12, f°1 (p. 131))

- « La poésie et la ‘réalité’« (env. 12, f°7 (p.143))

- « La communication poétique » (env. 15, f°1 (p. 239))

- « Langue <Discours> poétique ». (env.15, f°5 (p. 247))

- « Discours poétique » (env.15, f°10, (p. 257))

- « Le signe en poésie » (env.16, f°1 (p. 261))

- « Sonorités associatives/évocatives » (env.16, f°4 (p. 267))

- « Rapport de coordination » (env.17, f°1 (p. 269))

- « Poésie » (env.17, f°17 (p. 300-301))

- « Langage poétique » (env. 17, f°22 (p. 310-311))

- « La référence en poésie » (env.18, f°10 (p. 398-399))

- « <Langue> Poétique » (env. 18, f°11 (p. 400-401)) où « Langue » a été ajouté après l’inscription première de « Poétique »

- « Principe de la ‘vie du langage’« (env. 18 f°13 (p. 404-405))

- « Poésie » (env. 19, f°2 (p. 409))

- « Poésie » (env. 19, f°4 (p. 412-413))

- « Poésie » (env. 20, f°4 (p. 429))

Ce folio porte deux titres et est daté : 3/10/67.

- « Principe de la langue poétique » (env. 20, f°9 (p. 439))

Ce folio est aussi daté (« 20 Septembre 67 » et précède donc le précédent.

- « Langue poétique » (env. 20, f°13 (p. 447))

- « Langue poétique » (env. 20, f°14 (p.449))

- « Le discours poétique » (env. 22, f°71 (p. 681))

- « Différence de la poésie » (env. 23, f°19 (p. 721))

51Ces titres non seulement sont de type linguistique mais ils pointent un objet théorique général.

52Six titres seulement particularisent l’objet de la note à Baudelaire : « Baudelaire » (deux fois), « Langage chez B. », « Baudelaire et le langage », « Fondements de la poétique baudelairienne », mais toutes les notes correspondantes visent un contenu propre à la poésie du Poète et s’apparentent à une note de corpus.

53Ces titres sont des titres de notes et non des titres de textes assumés. Mais cela fait justement leur force : une inscription répétée, reprise plus ou moins différemment, pour, chaque fois, récupérer, ruminer les éléments trouvés et faire repartir, sur un nouveau point, la réflexion.

54Enfin, il faut bien remarquer que si « poésie » ou « poétique » sont toujours présents dans l’ensemble des titres (19 occurrences sur 23), les deux substantifs les plus présents pour supporter cet attribut sont : « discours » et « langue ».

55En tenant compte de cela et du fait que c’est « Le discours poétique » qui a été choisi pour le seul feuillet dactylographié, on peut penser que c’est le choix vers lequel se dirigeait Benveniste.

3.1.2. Des questions linguistiques dont l’analyse descriptive d’une poésie particulière est le matériau

56Les notes se partagent donc, entre recueil de données sur les écrits de Baudelaire et tentatives de formulations théoriques. Les formulations théoriques et méthodologiques sont, évidemment, les plus intéressantes car, extraites de l’ensemble, elles peuvent permettre de repérer l’objet de la recherche de Benveniste qu’il a pointé dans les titres.

  • 20  Tzvetan Todorov, « Emile Benveniste, le destin d’un savant », Postface à Emile Benveniste, Dernièr (...)

57Benveniste n’analyse pas Baudelaire en « littéraire », ni en stylisticien, il n’y est pas meschonicien, il cherche – en linguiste, en linguiste fondateur de la perspective énonciative, et donc en linguiste du discours – à comprendre ce qui distingue l’« écrit poétique » de tout autre écrit ; autrement dit, il se pose la question : dans l’usage de la langue, dans l’exercice de l’écriture qu’est-ce qui, linguistiquement, détermine l’effet poétique. Lecteur et admirateur de Baudelaire, il se propose comme corpus sa poésie mais son objet est « Le langage poétique » et plus précisément le « discours poétique ». De la même façon que dans ses articles de linguistique générale, il soutient les propositions qu’il avance par des exemples provenant de telle ou telle langue, il explore, ici, un corpus choisi, constitué par les écrits poétiques de Baudelaire. Todorov remarque que « C’est en effet un postulat pour lui que “la réflexion sur le langage n’est fructueuse que si elle porte d’abord sur les langues réelles” (PLG I, p. 1) ».20

58Ce n’est pas la première fois que Benveniste utilise des exemples littéraires ou renvoie à des écrivains ou poètes. Par exemple, dans l’article « La blasphémie et l’euphémie », il renvoie à Artaud et Bataille. Dans les notes manuscrites de « L’appareil formel de l’énonciation » il cite Verlaine. Mallarmé est cité dans « Sémiologie de la langue » et dans bien d’autres articles d’ailleurs.

59Mais, se demander pourquoi Benveniste a choisi ce corpus, est une vraie question d’ordre épistémologique. Baudelaire n’est pas choisi au hasard, même si existe une part subjective, un goût de lecture dans ce choix. Benveniste explicite son choix à plusieurs reprises et donne des arguments théoriques et méthodologiques. Si l’on fait de ce choix une pure évidence subjective de Benveniste (il aime Baudelaire, il le choisit), on oublie sa pratique de linguiste rigoureux où rien n’est amené, dans son argumentation questionneuse, par hasard ou par complaisance. On ne peut considérer le choix de ce corpus que comme proposant une plus grande potentialité démonstrative quant au « discours poétique ».

60D’une part l’œuvre de Baudelaire est immense, connue de tous ; elle permet de circuler, sans quitter le discours « poétique », entre différentes formes ou genres dont les deux extrêmes, ou les plus nommables sont la forme poème et la prose. À cette raison générale s’ajoute une perception d’éthique culturelle, civilisationnelle, pour ne pas dire historique : le souci de Baudelaire est la vérité ; être vrai passe par une perception aigue de la “Modernité”, on voit dans la note suivante l’insistance sur ce terme de vérité (trois occurrences à quoi s’ajoute « réalité vécue ») :

Baudelaire veut la vérité. Et son souci de la modernité revient à cela : être moderne, c’est être vrai, c’est abandonner les déguisements historiques, les fictions cosmologiques et dire l’homme dans sa réalité vécue, dans la vérité de ses sentiments et de ses expériences (env. 22, f° 69, (p. 677)).

61Mais nous passons très vite à des arguments linguistiques. Benveniste veut comprendre le fonctionnement linguistique du « discours poétique » via l’étude d’une « langue poétique », celle de Baudelaire dont il tente de démonter le système pour pouvoir le décrire. Baudelaire est choisi parce que son utilisation de la langue n’est pas exceptionnelle et que cette "facilité" doit pouvoir permettre de mettre en valeur le fonctionnement poétique. La poésie de Baudelaire s’appuie sur un ensemble linguistique structurel (syntaxe et lexique) plus « ordinaire » que celle de Mallarmé, par exemple, qui aurait d’emblée demandé des analyses d’ordre linguistique pour en stabiliser la lecture compréhensive, ce qui n’est pas le cas chez Baudelaire.

Le langage iconique ne rompt pas avec le système général de la langue, il n’emploie pas d’éléments phoniques ni signifiques qui soient étrangers à la langue, et Baudelaire conserve une syntaxe qui est dans l’ensemble celle de la langue commune.
(…)
(C’est la différence entre le langage de Baudelaire et celui de poètes plus récents, à partir du dernier Mallarmé jusqu’aux surréalistes : ceux-ci veulent substituer le langage iconique au langage signifique (Env. 6, f°5 (p.35)).
… la plupart du temps Baudelaire est encore fidèle au sens global (…)

Puis vient Mallarmé qui divorce entièrement du sens global, qui ne veut même plus de mots distincts mais que le poème soit un seul mot, une longue musique (Env. 22, f°39 (p. 617)).

62Mais l’argument le plus puissant en faveur du choix de Baudelaire est exprimé dans la note suivante, où l’on remarque immédiatement le style ramassé, télégraphique, propre aux notes de travail : Baudelaire est choisi parce qu’il s’exprime en discours, son discours poétique est du discours, matériau idéal pour le linguistique du discours qui cherche à repérer les particularités du discours poétique

Situation fondamentale et décisive de Baudelaire. Il est le dernier à tenir un véritable discours.
Après lui cette notion s’abolit dans la tendance Mallarmé - vers l’évanouissement profond de tout message et de l’organisation syntaxique du discours (Env. 15, f°7 (p. 251)).

63Avec ce choix de corpus et, au-delà, cet ensemble de notes dessine les préalables et les orientations engagées d’une recherche précise : l’étude linguistique du discours poétique, soit comprendre quels sont les éléments linguistiques pouvant rendre compte de l’« émotion » qui caractérise l’effet poétique. Ces préalables et ces orientations se dessinent par le biais de recherches théoriques et de tâtonnements méthodologiques.

– Perspectives théoriques

64Nous souhaiterions faire le parcours de toutes les amorces de théorisation que contient cet ensemble de notes, tant ces perspectives sont innovantes ; elles signent la préoccupation profondément linguistique de Benveniste et sa recherche. Mais nous ne pourrons, ici, que renvoyer à quelques exemples que nous ne pouvons développer (c’est moi qui souligne les expressions en les mettant en italique) :

65Env. 7, f°1 (p.37) :

Où commence exactement la divergence entre la prose et la poésie au point de vue linguistique ? Chez Baudelaire, le code grammatical est entièrement celui de la prose (de sa prose)

Env. 14, f°1 (p. 185) où l’ajout de « linguistique » ainsi que le soulignement ondulé sous « spécificité » marquent la préoccupation du linguiste :

La principale difficulté – une très grave difficulté – de l’étude <linguistique> de la langue poétique vient de ce qu’on n’a guère pris conscience de la spécificité des catégories de cette forme de langage.

Env. 12, f°1 (p. 131) :

Je crois apercevoir un aspect décisif fondamental de la structure du discours poétique (…) Il faut chez Baudelaire distinguer le code grammatical, qui est le code reçu (jamais il ne semble avoir souffert de cette sujétion), et le code linguistique ( ? terme à trouver) de la poésie.

Env. 20, f°14 (p. 449) :

Langue poétique. Je vois maintenant qu’une des clés du problème est la distance entre le signifié des mots et l’intenté de l’énoncé.

Env. 21, f°41 à 44 (p. 539) :

…s’il faut fixer les éléments d’une théorie générale

Env. 21, f° 2 (p. 453) :

La théorie de la langue poétique est encore à venir <n’existe pas encore>. Le présent essai a pour but d’en hâter un peu l’avènement.

Env. 22, f°67 (p. 673) :

(Je pense, au bout du compte, que l’analyse de la langue poétique exige dans toute l’étendue du domaine linguistique des catégories distinctes. On ne saurait être assez radical.

66– Points de vue méthodologiques

67Benveniste est toujours soucieux de méthodologie. Ses avancées théoriques ne sont jamais nues et indiquent toujours les voies par lesquelles l’argumentation peut procéder. Cela est visible dans les textes publiés mais dans les notes de travail, toujours extrêmement nombreuses, cela est encore plus visible. Dans ce dossier, en particulier, elles ne manquent pas. Là aussi nous ne pouvons que relever quelques exemples particulièrement pertinents :

Env. 6, f°2 (p.29) :

Dans le langage ordinaire, il y a les signes, et il y a le référent (objet ou situation) qui est hors du signe (…) En poésie le référent est à l’intérieur de l’expression qui les énonce ; c’est pourquoi le langage poétique renvoie à lui-même. Mais comment démontrer cette proposition ? (…).

Env. 22, f°71 (p. 681) :

Il sera bon, en tout cas, de prendre comme hypothèse de travail le caractère radicalement spécifique de la langue poétique dans tous ses aspects et dans sa structure entière.

Env. 20, f°4 (p. 429) :

(…) 3°) le linguiste a donc à étudier : 1°) le principe de cette syntagmatique particulière – 2°) les relations signifiantes ainsi obtenues. 

Env. 22, f°67 (p. 673) :

Il faudra donc poser : une phonétique poétique, une syntaxe poétique, une lexicologie poétique.

Env. 19, f°2 (p. 409) :

Toute la linguistique de la poésie devra procéder de la notion d’image et la conceptualiser pour en tirer l’articulation d’un nouveau système de significations.

Env. 14, f°3 (p. 189) :

Articulation de l’étude (…) Il faut donc ressaisir et amener au jour ces thèmes majeurs, trahis ou énoncés par certains termes-clefs (…) Alors vient l’étude des procédés par lesquels le poète arrange/assure l’expression de ce qu’il veut communiquer, c’est-à-dire de son émotion.

Env. 18, f° 3 (p. 385) :

Voir comment s’actualise en langue le principe des ‘Correspondances’.

3.2. En relation avec les recherches toujours ouvertes de Benveniste

68On voit qu’un long travail reste à faire sur cet ensemble, mais, en l’état d’ouverture du dossier on ne peut échapper à la question de savoir comment évaluer l’importance de ces manuscrits face à l’œuvre linguistique de Benveniste.

3.2.1. Par rapport à la réflexion générale de Benveniste sur l’instance énonciative

  • 21  « L’appareil formel de l’énonciation », PLG 2, Gallimard (coll. Tel) p. 81.

69Nous retrouvons, à travers tout ce dossier, le trio essentiel à Benveniste : langage, langue, discours. La partition langage / langue(s) héritée de Saussure, à quoi il a ajouté le discours, véritable entité linguistique désignant le fonctionnement de la phrase en énonciation : « L’énonciation suppose la conversion individuelle de la langue en discours »21.

70Dans ces notes de travail, la question qu’il se pose est : comment distinguer et caractériser, à l’intérieur de l’instance énonciative du discours, le fonctionnement d’un genre de discours particulier, le « discours poétique » ?

71Certes, la concomitance, dans cet ensemble de notes, des expressions proches comme « langage poétique », « langue poétique » et « discours poétique » n’aide pas. Cette concomitance est pourtant constitutive de l’état de travail dont ces manuscrits sont la trace.

72Par ailleurs, on sait que dans les articles des Problèmes de linguistique générale il y a parfois instabilité entre la distribution des termes : « langage », « langue » et discours » pourtant, par ailleurs, bien définis. Nous retrouvons, cette instabilité, ici mais accentuée. Cette instabilité est, ici, normale, puisqu’il s’agit de notes de travail, rapides, allant à l’efficacité de la notation et forcément tâtonnantes et n’ayant pas encore déterminé la formulation finale à offrir au lecteur. Ainsi, dans ce passage,

si Benveniste affirme bien que pour lui le problème est linguistique, il ne prend pas le temps de discriminer l’emploi du terme « langage » : « langage poétique », « langage de Baudelaire » alors que l’on aurait pu attendre : discours poétique et langue de Baudelaire par rapport à bien d’autres notes et par rapport à ce que l’on peut comprendre de son objectif.

73« Langage » et « discours » y sont toujours flanqués de « poétique ». Dans le champ de l’écrit et plus précisément dans le champ de la poésie écrite, langage et discours sont génériques ; la langue, elle, va demander un système particulier : il y a la « langue de Baudelaire », comme on peut imaginer qu’il y a la « langue de Verlaine » ou la « langue de Mallarmé », que Benveniste oppose à celle de Baudelaire.

74Il n’y a pas de parole, de « discours » donc, sans le passage par une langue particulière qui, elle-même, est la médiation pour l’actualisation du langage. Benveniste a choisi la langue particulière de Baudelaire pour comprendre le discours poétique ; matériau linguistique du « langage poétique »

75La langue est contrainte. Le discours syntagmation. De fait, par métonymie, Benveniste vise « la langue de Baudelaire », titre noté dans la liste d’articles à faire. Mais rappelons-nous la note suivante (env.15, f°5 (p. 247)) qui marque, me semble-t-il une réelle étape où la rature – réitérée trois fois – qui permet la substitution de « discours » à « langue » a force de décision théorique :

763.2.2. Par rapport à la découverte par Benveniste du couple conceptuel « sémiotique/sémantique »

  • 22  Du 25 Août au 1er septembre 1968.
  • 23  Publié en 1969 (revue Semiotica) mais écrit en 1968.
  • 24  Cf. E. Benveniste Dernières leçons. Collège de France 1968, 1969, op. cit.

77La période entre 1967 et 1969, années précédant la très longue période d’immobilité pour Emile Benveniste et le non moins long silence dû à l’aphasie, avant sa mort, en 1976, est une période d’activité intense. Tous les genres de recherche et d’écriture sont simultanément présents mais tous tournent autour de la question du sens, et du sens en discours : le chercheur poursuit les élucidations théoriques de sa conception du sens dans le langage et les expose au premier Symposium sémiotique qui se tient à Varsovie22 ; le théoricien écrit et publie « Sémiologie de la langue »23, article dans lequel il explicite le concept pivot du couple « sémiotique /sémantique » exposé déjà à ses pairs lors du Symposium ; le professeur transmet, dans ses Cours au Collège de France24, ses acquis de savant et les problèmes théoriques du chercheur à propos desquels il développe des domaines dont les résultats n’ont pas encore été stabilisés en article, telle la problématique de l’écriture.

78Dans ses dernières préoccupations, le couple conceptuel « sémiotique / sémantique » et l’instance spécifique du « sémantique » qui permet de comprendre le sens dans la phrase au-delà de la compréhension du mot dans la langue prend une part privilégiée.

79Rappelons les définitions accomplies (c’est à dire stabilisées en édition) que Benveniste en donne dans Sémiologie de la langue :

La langue combine deux modes distincts de signifiance, que nous appelons le mode sémiotique d’une part, le mode sémantique de l’autre. (…)

Le sémiotique désigne le mode de signifiance qui est propre au signe linguistique et qui le constitue comme unité. (…)

Avec le sémantique, nous entrons dans le mode spécifique de signifiance qui est engendré par le discours. Les problèmes qui se posent ici sont fonction de la langue comme productrice de messages. Or le message ne se réduit pas à une succession d’unités à identifier séparément ; ce n’est pas une addition de signes qui produit le sens, c’est au contraire le sens (l’« intenté »), conçu globalement, qui se réalise et se divise en « signes » particuliers, qui sont les mots. En deuxième lieu, le sémantique prend nécessairement en charge l’ensemble des référents, tandis que le sémiotique est par principe retranché et indépendant de toute référence. L’ordre sémantique s’identifie au monde de l’énonciation et à l’univers du discours. (…)

  • 25  « Sémiologie de la langue », PLG 2, p. 63-65.

Le sémiotique (le signe) doit être reconnu ; le sémantique (le discours) doit être compris. La différence entre reconnaître et comprendre renvoie à deux facultés distinctes de l’esprit…25

  • 26  BnF, Pap Or, DON 0616, chemise 6. Cet ensemble n’est pas encore folioté.

80Mais il faut aussi se référer aux notes manuscrites (inédite à ce jour) de préparation au Symposium de Varsovie (été 1968). Voici par exemple ce folio26 :

Sémiologie

Le dépassement des positions saussuriennes se fait par deux procès

1°) intérieurement au langage par l’ouverture d’une nouvelle poss dimension, la dimension sémantique, par rapport à laquelle la dimension saussurienne se définira comme sémiotique

2°) extérieurement au langage, par une projection translinguistique sur un domaine que le langage seul commande, celui du texte (littéraire, poétique), mais qui a son autonomie, parce que le langage y est instrument de quelque chose et que celui qui s’en sert le travaille, le modèle, pour le conformer à sa vision. 

81Benveniste utilise un corpus d’exemples textuels pris dans l’œuvre de Baudelaire en linguiste, non en poéticien. C’est le fonctionnement du langage poétique qui l’intéresse : comment le sémantique du discours poétique se construit en rapport au nécessaire sémiotique de la langue. Autrement dit, comment le fonctionnement sémantique propre à toute langue mise en emploi dans un discours se spécifie en un sémantisme propre à tel type de discours, le discours poétique caractérisé par les effets émotifs qu’il provoque chez le lecteur-auditeur. Il fait place là à un niveau supplémentaire à l’intérieur de l’instance linguistique du discours où le « mot » et son « effet émotif » prendra le pas sur le signe (voir en 4.)

82Ce qui l’intéresse c’est comment, linguistiquement un espace peut être déterminé pour un rapport sémiotique/sémantique serré autour d’une subjectivité d’auteur, subjectivité qui va offrir son matériau sémiotique à la compréhension sémantique finale.

83Toutes ces questions peuvent ne pas laisser indifférent le chercheur qui souhaite comprendre le fonctionnement littéraire du poétique, mais c’est en linguiste que Benveniste se les pose et qu’il cherche y répondre, non en poéticien. Relevons quelques exemples qui en témoignent :

Env. 22, f°67 (p. 673) :

Ce sont donc en réalité deux attitudes opposées. Elles se séparent sur un point essentiel à mettre en lumière : sur ce que j’appellerai la grammaire sémantique (ou poétique ?) (…) Il faut insister, pour la bien définir, sur l’originalité de la grammaire poétique de Baudelaire.

84Où l’on voit que le sémantique du discours peut par certains traits caractéristiques, donner lieu au sémantique du discours poétique, ce serait ce qu’il veut appeler « Grammaire sémantique/poétique » qui se singulariserait selon chaque poète en un « ordre sémantique spécifique ». C’est bien ce qu’il spécifie dans la note suivante (env. 17, f°17, (p. 301) :

85Telle sémantique poétique – instance qui permet au lecteur d’accéder à la poésie – passe par la langue singulière (le sémiotique) de tel poète.

86Il se peut, c’est du moins ce que je pense après avoir circulé dans l’ensemble des manuscrits (ceux du « discours poétique » et ceux relatifs à l’article « Sémiologie de la langue » travaillés en même temps : 1967 et 1968) que penser le discours poétique a contribué à engager Benveniste dans cette distinction théorique essentielle sémiotique/sémantique. En effet, le sémiotique est le matériau de la langue qui se « reconnaît » et qui est semblable pour le langage ordinaire comme pour la poésie, le sémantique, en revanche, qui se constitue dans la syntagmation phrastique va se construire sur des composés différents : notions, intentés conceptuels pour le « langage ordinaire », images, intentés émotionnels pour le « discours poétique » :

Il faut donc distinguer
la compréhension liée à la connaissance de la langue, à l’emploi correct des signes conceptuels à l’usage commun,
et la perception (émotion) liaisons inédites de mots chargés d’évoquer l’expérience intime. » (env. 22, f°32 (p. 603))
« Ces mots se suivent ; ils se combinent et composent des figures neuves. Ici vaut l’observation profonde de Saussure sur la consécutivité comme principe fondamental (Anagrammes de F. de S. Merc de Fr., 1964, p. 254) (env. 22, f°42 (p. 623)).

87Nous sommes bien là au coeur d’une réflexion de fond sur le fonctionnement du langage et sur sa structuration linguistique contrainte (les signes puis les mots de la langue) mais ouverte (le conceptuel et l’émotion).

4. Ruminations et Genèse

88Même dans son désordre et son caractère élémentaire, cette édition des manuscrits relatifs au « discours poétique » a un grand mérite : elle donne à voir l’ampleur du travail préparatoire chez Benveniste, pour l’écriture d’un article ; travail préparatoire nécessaire avant toute auto-permission de rédaction. Cette préparation à la rédaction est « ruminante » ; « une écriture hésitative, répétitive, pensante où la répétition est la marque à la fois de l’hésitation et de l’insistance. Hésitation pour continuer de rechercher la formulation la plus adéquate. Insistance car la pensée est là qui fraye dans le fil des mots son chemin » (Fenoglio, 2009a).

89Le linguiste prend et reprend le même problème, les mêmes éléments conceptuels, les mêmes termes qui les désignent et les ressassent dans des tentatives d’énoncés cherchant la formulation la plus appropriée. Il pense en écrivant. « Le linguiste en reformulant son énonciation apprivoise ce qu’il est en train de découvrir » (Fenoglio, 2009a : 43). Un bel exemple en est donné autour de la notion de « mot ». Il essaie de penser la relation du mot dans le discours poétique avec le signe linguistique, avec l’idée, avec l’émotion. Combien de feuillets ruminent ce rapport où le linguiste sent bien qu’est le nœud du problème. Lui-même est conscient de sa rumination-reprise (je souligne) :

Le mot en poésie. Quand on dit – je l’ai dit moi-même ci-dessus quelque part – que le poète emploie les mots du langage ordinaire, on succombe à une fallacie. Ce ne sont pas les même mots… (Env. 22, f°22 (p. 582)).

4.1. Les termes couplés de la rumination réflexive

4.1.1. Langage ordinaire/langage poétique

90Benveniste « approche son sujet » par le biais d’une détermination contrastive du « langage ordinaire » et du « langage poétique », son objet de recherche (env. 22, f°48 (p. 635) où nous sommes bien obligés de constater, à nouveau, la correction : cette langue remplacé par : le discours.

Le feuillet suivant donne aussi un exemple de cette partition (env. 23, f°17 (p. 717)) :

91Nous pourrions continuer à l’envi les citations. Les notes reprenant cette approche contrastive sont extrêmement nombreuses : Benveniste écrit et ré-écrit sous diverses formules, cette même différence entre deux domaines d’expression langagière : l’ordinaire et le poétique.

4.1.2. Signe / mot (évoquant), référent / émotion (expérience) 

92Rappelons-nous ces explicitations dans « Sémiologie de la langue » :

ce n’est pas une addition de signes qui produit le sens, c’est au contraire le sens (l’« intenté »), conçu globalement, qui se réalise et se divise en « signes » particuliers, qui sont les mots
(…)

  • 27  « Sémiologie de la langue », PLG 2, p. 64-65.

Le sémiotique (le signe) doit être reconnu ; le sémantique (le discours) doit être compris. La différence entre reconnaître et comprendre renvoie à deux facultés distinctes de l’esprit… »27.

93Si nous nous reportons parallèlement à l’article « L’appareil formel de l’énonciation » :

  • 28  « L’appareil formel de l’énonciation », PLG 2, p. 82.

En tant que réalisation individuelle, l’énonciation peut se définir, par rapport à la langue, comme un procès d’appropriation. Le locuteur s’approprie l’appareil formel de la langue et il énonce sa position de locuteur par des indices spécifiques, d’une part et au moyen de procédés accessoires, de l’autre.28

on verra que Benveniste avec le « discours poétique » reste en parfaite adéquation avec ses orientations théoriques déjà explicitées ; simplement, comme nous venons de le voir, une instance supplémentaire interne au fonctionnement du discours se spécifie par appropriation singulière et je dirai optimale de la part du poète. Cette appropriation singulière fait que les mots de la langue ordinaire inscrivent, par leur choix et leurs concaténations, l’expérience d’une émotion.

94Combien d’exemples pourraient être donnés de cette élaboration longue et ruminante !

95Combien de fois les éléments de la note suivante (env.12, f°3 (135)) seront repris autrement mais pour trouver la voie théorique d’explicitation de son objet :

Env. 22, f° 57 (p. 653) :

Env. 18, f°10 (p. 399) :

96On voit qu’ici, Benveniste frôle le performatif et il serait intéressant de mettre sa découverte du discours poétique en lien avec le performatif. La note suivante (env. 18, f°11 (p. 401) est encore plus explicite de ce point de vue, l’opposition dire/faire est d’autant plus mise en valeur que faire est souligné deux fois et qu’insiste le terme « production ». On pense immanquablement à « quand dire c’est faire ». On y voit aussi combien Benveniste insiste sur le caractère linguistique de ce phénomène il ajoute « langue » deux fois :

Env. 22, f°54 (p. 647) où l’on voit la recherche du terme adapté à sa découverte :

Benveniste cherche le mot approprié. La note suivante (env. 23, f°19 (721)) est typiquement de travail, de recherche terminologique pouvant indiquer cet ultime élément (« unique » que représente la spécificité singulière, « cet objet », « cette expérience » où l’on voit le rôle joué par le soulignement dans le geste d’écriture.

97Il faudrait citer tous les folios 4 à 6 de l’enveloppe 12 ((p. 137 à 141)). Très corrigés, ils témoignent de la recherche par Benveniste de termes appropriés à son innovation ; relevons juste ces deux paragraphes (f°4et f°5) :

Env. 16, f°1 (p.261) :

Chez le poète le signe est pris comme signifiant mais il est en même temps pris comme évoquant, et il est doublement évoquant par sa sonorité et par ses associations.

Env. 22, f°4 (p. 547) :

La poésie est identification de la matière linguistique à la signification des mots. Il faut que le son suggère ou imite le sens, mais le sens pris comme suggestion émotive non come signifié lexical. 

Env. 23, f° 4 (p. 689) :

Le problème de la poésie, c’est de faire passer les mots, de l’état conceptuel de signes, à l’état actuel d’icones.
(Icones très particuliers, car ils évoquent l’objet, ils l’installent dans sa présence).

Env.19, f°2 (p.409) :

La langue poétique n’assemble pas des mots-concepts, mais des mots-images.

98Ces deux dernières notations semblent plus primitives dans la genèse réflexive de cette question que les précédentes. Le linguiste est bien en train de penser l’évocation, mais il n’a pas encore tenté la nomination du rapport « évoquant/évoqué ».

99Ces notes (mais nous aurions pu en mentionner bien d’autres) cadrent d’emblée les points de réflexion récurrents qui tournent toujours autour des termes et rapports contrastifs entre signe et mot, mot-notion et mot-image, référent extérieur et émotion, « intenté conceptuel » et « intenté ‘affectif’« .

4. 2. Genèse d’une oeuvre impossible ; genèses fragmentaires utiles

100L’état du dossier rend impossible un travail de genèse. Elles ne peuvent être qu’extrêmement parcellaires. Intéressantes pour ce qui est du travail de formulation énonciative, elles ne peuvent permettre un retour sur un ensemble suffisamment long et cohérent pour voir se construire un texte ; on n’y voit que de la textualité en élaboration : cela met d’autant plus en valeur les points forts, repris sans cesse et que nous venons d’examiner.

101En l’absence d’autres feuillets à éventuellement découvrir, on ne peut que conclure que la réflexion de Benveniste n’avait pas encore fait le tour de son objet. Nous avons l’impression, qu’il a plusieurs fois commencé de rédiger, un texte en continu, et chaque fois, il s’arrête, repris par le foisonnement des exemples et la rumination des mêmes éléments de réflexion.

4.2.1. Des fragments de genèse très parcellaires mais utiles comme sur ces deux feuillets, où il est clair qu’il y a reprise :

102On voit que de la version 1 à la version 2, le linguiste a avancé. La version 2, en effet, avance la notion d’« émotion » en la liant directement au « sens » ; le sens est fonction de l’émotion.

4.2.2. Genèse du fragment dactylographié : « Le discours poétique » impossible

103J’ai vainement tenté de reconstituer la genèse de cette page dactylographiée. Même inachevée, il me semblait pouvoir retrouver les étapes antérieures à sa rédaction. Or, si j’ai trouvé un grand nombre de notes directement liées au contenu de cette page dont je peux faire la liste, et à travers lesquelles je peux, parfois, retrouver une éventuelle chronologie, aucune identification de brouillon n’a pu être établie.

104Si l’on se fie aux habitudes de travail de Benveniste, ce brouillon manque, car ne tapant pas lui-même à la machine, il a dû le rédiger pour en demander la dactylographie. Brouillon terminé ? Brouillon partiel ? Il ne nous est pas possible, en l’état de le savoir.

105Les notes préparant directement cette rédaction sont nombreuses. Il semblerait que les plus primitives soient celles de l’enveloppe 20 f°14    (p. 449), dans la même enveloppe, le f°12 (p. 445) prépare directement le quatrième paragraphe de la dactylographie ; toujours dans la même enveloppe, les notes des f° 9 et 10 (datées de 1967) (p. 439-441) pourraient être une deuxième version du f°5 (p. 431). Mais dans l’enveloppe 19, les f° 5 (p. 415) et 3 (p. 411) sont liés au développement dactylographié comme le sont aussi les notes des f°34 (p.751) et f°15 (p. 713) de l’enveloppe 23 et les notes des f° 50 (p.639) et 6 (p. 551) de l’enveloppe 22.

106Je ne peux, dans le cadre de cet article toutes les reprendre et les analyser. En l’absence de brouillon rédigé et ordonnant l’ensemble du propos, cela n’aurait guère de sens. Il reste que ce qui apparaît de ce tâtonnement, de cet éparpillement à l’intérieur de cet ensemble, est bien la rumination qui permet à Benveniste de penser, d’avancer en répétant mais déplaçant les pensées qu’il formule.

Conclusion : L’intérêt de Benveniste pour le littéraire, n’est pas lui-même “littéraire”

107Cette rumination, ostensible dans cet ensemble de manuscrits, me pousse à penser que Benveniste était loin d’avoir bouclé son « essai », encore moins la rédaction de son article. Des points forts sont repérables, mais son argumentation n’est pas achevée : ni sur le dépassement de la notion de signe en mot, ni sur le passage du référent à cette notion qu’il tente de circonscrire « l’émotion ».

108La seule rédaction est bien partielle par rapport au travail de recherche, immense : Benveniste a-t-il abandonné ? A-t-il seulement différé ? Ou bien a-t-il rédigé un texte qui se serait perdu ou qui serait conservé ailleurs ? Il est clair en tout cas qu’entre 1967 (seules datations connues relatives à la rédaction de notes) et 1969 (fin de son activité d’écriture du fait de sa paralysie), deux ans ont passé et le travail d’avancement de la rédaction d’un texte n’est pas visible.

109L’acte éditorial qui consiste à titrer un livre : « Baudelaire », ayant pour auteur Benveniste, a pour effet premier de tirer Benveniste du côté de la littérature. Cela ne constitue pas un problème en soi. Le problème naît à partir du moment où cet effet éditorial se conjugue avec une méconnaissance de l’ampleur de son travail linguistique et de l’apport de ses recherches à la linguistique. L’intérêt pour le littéraire, chez lui, n’est pas lui-même littéraire.

110Ces notes de travail peuvent être citées, croisées avec d’autres écrits définitifs ou avant-textuels du linguiste mais elles ne peuvent être interprétées hors de leur relation aux écrits du linguiste. « Chez le scientifique, la note est à la fois lieu et matériau de réflexion, une étape de création : l’espace-temps de l’invention de la pensée » (Fenoglio 2009a : 45).

111De cet ensemble de notes, précieuses, on ne peut faire émerger qu’une auctorialité de travail, et non une œuvre exploitable et interprétable en tant que telle ; l’acte éditorial, tel qu’il se présente, force le trait.

112Cependant, éditer ces papiers et s’y intéresser est nécessaire : Benveniste est lecteur de poésie et de Baudelaire en particulier, c’est une information intéressante en soi. Reprendre le fil rouge de la recherche avec l’avancée relativement visible d’une entreprise théorique, dans une reconfiguration continue au fur et à mesure d’énoncés plus ou moins stabilisés et non encore arrêtée est un travail à mener impérativement. Car l’importance de cette recherche dans l’économie générale des travaux de Benveniste mérite que l’on reste en alerte sur une possible découverte, la découverte d’un brouillon, d’un texte concernant le « discours poétique ». Mais faire de ces papiers des « écrits » qui bouleverseraient la vision que l’on doit avoir du linguiste Benveniste serait une grave erreur scientifique et un irrespect vis à vis de tout son travail antérieur car s’il spécifie une forme et un fonctionnement de discours il ne contredit pas sa théorie générale du discours. Benveniste a forgé la notion de discours pour rendre compte du sens de la phrase, c’est à dire d’une langue mise en emploi dans la syntagmation. Or, il dit bien que la phrase est un « événement évanouissant » ou que « dire bonjour tous les jours de sa vie à quelqu’un, c’est chaque fois une réinvention ». Si « tout homme invente sa langue et l’invente toute sa vie » comme il le dit encore, le poète lui, pousse cette faculté à l’extrême et fait son système d’écriture. C’est ce fonctionnement extrême de la poésie que Benveniste veut mettre linguistiquement au jour.

  • 29  Julia Kristeva, « Emile Benveniste, un linguiste qui ne dit ni ne cache, mais signifie », Préface (...)

113« Qu’est-ce qu’un grand linguiste ? » se demande Julia Kristeva dans sa préface à l’édition des Dernières leçons de Benveniste. « Les grands linguistes se distinguent en ceci que, connaissant et analysant les langues, ils découvrent des propriétés du langage au travers desquelles ils interprètent et innovent l’ « être au monde » des sujets parlants. »29 En analysant une langue d’un poète, Benveniste cherche à découvrir les propriétés du discours poétique, par lequel l’être au monde du poète, comme celui du lecteur de poésie, se dévoile.

114Il se trouve deux feuillets absolument magnifiques (env. 20, f°1 et 2 (p. 423, 425) où nous avons l’impression que Benveniste se lâche, très exactement se laisse flotter au grè des eaux de son esprit, magnifiques fragments rédigés, le f°2, beaucoup plus corrigé a très certainement été écrit avant car il est corrigé du même stylo qui a écrit le f°1 qui serait donc second ; du reste, ce f°1 (donc version 2) est plus ramassé et beaucoup plus retenu : Benveniste censure son lâché poétique et se distancie de ses propres émotions et sensualité, palpables dans la version 1, en donnant un titre réflexif à ce paragraphe. Peut-être ces deux folios expriment-ils, de façon presque lyrique, ce que Benveniste est allé chercher – pour lui-même alors et non seulement pour le linguiste – dans la théorie de la poésie.

Haut de page

Bibliographie

– Références

Fonds Benveniste, département des manuscrits de la BnF (Secteur « oriental »)

Fonds Benveniste du Collège de France

Benveniste E., Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard, Tel, T1 et 2, 1966 et 1974.

Benveniste E., Baudelaire, édition de C. Laplantine, Limoges, éd. Lambert-Lucas, 2011.

Benveniste E., Dernières leçons. Collège de France 1968 et 1969 (texte établi par J.-C. Coquet et I. Fenoglio), éd. Gallimard/Seuil/EHESS, coll. « Hautes Études », 2012.

– Autres

Adam J.-M., 1997, Le style dans la langue : une reconception de la stylistique, Lausanne, Delachau et Nieslé.

–– 2002, « Texte », article du Dictionnaire d’Analyse des discours, D. Maingueneau et P. Chareaudeau éds., Paris, Seuil.

–– 2006, « Autour du concept de texte. Pour un dialogue des disciplines de l’analyse des données textuelles », publication en ligne sur le site : (http://www.cavi.univ-paris3.fr/lexicometrica/jadt/JADT2006-PLENIERE/JADT2006_JMA.pdf).

–– 2011, « Postface » à Le français aujourd’hui n° 175 : Littérature et linguistique : dialogue ou coexistence ?, Paris, éd. Armand Colin, p. 103-113.

Brunet E. et Mahrer R., 2011, Relire Benveniste. Réceptions actuelles des Problèmes de linguistique générale, Louvain la Neuve, éd. L’Harmattan/Academia.

Chepiga V., Eguchi Y., Fenoglio I., Lefebvre J., 2012, « Trois types discursifs pour un seul objet théorique. Le couple conceptuel sémiotique/sémantique dans les manuscrits d’Emile Benveniste », Actes CMLF 2012.

Coquet J.-C. et Fenoglio I., 2012, « Introduction » à Benveniste Dernières leçons. Collège de France 1968 et 1969, Paris, éd. Gallimard/Seuil/EHESS, coll. « Hautes Études », p. 41-58.

Fenoglio I, 2007, « Du texte avant le texte. Formes génétiques et marques énonciatives de pré-visions textualisantes », Langue française n° 155 : Avant le texte : les traces de l’élaboration textuelle, Paris, Larousse, p. 8-34.

–– 2008, « Observer un manuscrit. Transmettre un “document de genèse” » in L’édition du manuscrit. Du manuscrit de création au scriptorium électronique (A. Crasson eds.), Louvain la Neuve, Academia-Bruylant (coll. “Au coeur des textes”) p. 53-64.

–– 2009a, « Les notes de travail d’Emile Benveniste » in Langage & Société n° 127 Ecritures scientifiques. Carnets, notes, ébauches, Paris, éd. de la MSH, p. 23-49.

–– 2009b, « Conceptualisation et textualisation dans le manuscrit de l’article “Le langage et l’expérience humaine” d’Emile Benveniste. Une contribution à la génétique de l’écriture en sciences humaines » in Modèles linguistiques, Tome XXX-1, vol. 59, 71-99.

–– 2010, « Conceptualisation linguistique : du manuscrit au texte. Contribution à l’étude des spécificités de l’écriture scientifique », Actes du Congrès Mondial de Linguistique Française (CMLF 2010), CD-Rom. En ligne

http://www.linguistiquefrancaise.org/index.php?option=com_toc&url=/articles/cmlf/abs/2010/01/contents/contents.html(ethttp://www.item.ens.fr/index.php?id=57

––– 2012a « Le fonds Émile Benveniste de la BnF est-il prototypique ? Réflexions théoriques et méthodologiques sur les potentialités d’exploitation d’archives linguistiques », Enjeux théoriques de l’édition des manuscrits de Saussure, Presses universitaire de Liège, à paraître.

––– 2012b, « “L’axiologie du langage et le langage de l’axiologie”. Notes manuscrites pour un article en cours de travail d’Émile Benveniste », in Hommage à J. Authier-Revuz, Limoges, éd. Lambert-Lucas.

Fuchs C., 1982, « Eléments pour une approche énonciative de la paraphrase dans les brouillons de manuscrits », dans La genèse du texte : les modèles linguistiques, Paris, CNRS Editions, pp. 73- 102.

Laplantine C., 2011, « “La langue de Baudelaire”. Une approche de Baudelaire et du langage poétique avec Benveniste », Le français aujourd’hui n° 175 : Littérature et linguistique : dialogue ou coexistence ?, Paris, éd. Armand Colin, p. 47-54.

Langages n° 147, Avant le texte : les traces de l’élaboration textuelle (Fenoglio I. et Chanquoy L. eds, Paris, Larousse, 2002.

Mahrer R., 2009, « De la textualité des brouillons. Prolégomènes à un dialogue entre linguistique et génétique des textes », Modèles linguistiques t. XXX, vol. 59 Génétique de la production écrite et linguistique (J.-M. Adam et I. Fenoglio eds.), p. 51-69.

Sofia E., 2011, « Qu’est-ce qu’un brouillon en sciences du langage ? Notes préalables à une édition numérique des manuscrits de F. de Saussure », Cahiers Ferdinand de Saussure, vol. 63, pp. 11-27.

Vaudrey-Luigi Sandrine, 2011, « De la signature stylistique à la reconnaissance d’un style d’auteur », Le français aujourd’hui n° 175 : Littérature et linguistique : dialogue ou coexistence ?, Paris, éd. Armand Colin, p. 37-45.

Haut de page

Notes

1  À l’époque Gérard Fussman, élève et ami de Georges Redard, était Professeur titulaire de la chaire du monde indien au Collège de France.

2  Gerges Redard (1922-2005), spécialiste de dialectes iraniens était Professeur à l’Université de Berne. Proche de Benveniste, celui-ci l’avait désigné comme devant être son légataire universel à la mort de sa sœur, Carmelia Benveniste.

3  Dans les références, ces pochettes cartonnées grises sont désignées par le terme « enveloppe » soit « env. ».

4  Pour le contenu des ces papiers, cf. Fenoglio, 2012b.

5  Et non pas un bis pour désigner les versos, comme le fait Laplantine, ce qui peut prêter à confusion.

6  On peut noter par ex p. 33 : transcription par « le noyau » de « de rayon » pour de rayonnement ;  env. 11, f°2 transcription par « s’expand » de « s’exprime » …

7  Ainsi, par exemple, env. 8, f°10 p. 65 « ressemblance » ;  env. 14, f° 1 p. 185 « spécifité » souligné ondulé parce que terme incertain, est mis dans la transcription sur le même plan que le titre-rubrique « Préliminaires ».

8  L’ensemble des notes préparatoires et des brouillons est désigné par les généticiens du terme « Avant-texte ».

9  Fonds Benveniste du Collège de France, CDF 28/18, liste manuscrite reproduite dans Laplantine, 2011, p. 763.

10  Fonds Benveniste du Collège de France, CDF 28/18.

11  « Académie » renvoie à l’Académie des Inscriptions et Belles lettres dont Benveniste était membre.

12  L’exploitation de ces notes de cours a été menée par Jean-Claude Coquet et moi-même. Ce travail a fait l’objet d’une publication et « La langue et l’écriture » constitue le chapitre 2 de : Benveniste Dernières leçons. Collège de France 1968 et 1969, éd Seuil-Gallimard-EHESS, 2012.

13  Visibles dans l’ouvrage de C. Laplantine de la p. 26 à la p. 759.

14  A. Piolat, La prise de notes, PUF, 2001, p. 5-6

15  Pour un abord général, on peut se référer à Piolat A. et PelissierA. (eds) La rédaction de textes. Approche cognitive, Lausanne, Delachaux et Niestlé, 1998 ; Rinck F. « Images of scientific activity through the research article : a comparison between linguistics and literary studies » Academic prosa, Flottum K. and Korsners O., University of Bergen, 2005, p. 76-86. Pour un abord particulier à Benveniste, voir Fenoglio I. « Les notes de travail d’Emile Benveniste : où la pensée née via son énonciation », Langage & Société n° 127, 2009, p. 23-49.

16  Voir le repérage des archives et brouillons correspondant aux articles des PLG, disponible en ligne sur le site : http://www.item.ens.fr/index.php?id=200861

17  Les dactylographies ne sont jamais de la main de Benveniste. Nous le savons par Jean de Menasce, son ami, qui le décrit comme « un homme qui ne s’était jamais servi d’une machine à écrire » (« Observations d’un dysarthrique sur ses moyens de communications », Journal de Psychologie normale et pathologique, n° 1-2, Janvier-juin 1973, p. 218).

18  Emile Benveniste, Dernières leçons. Collège de France 1968 et 1969, texte établi par J.-C. Coquet et I. Fenoglio, Op. cit.

19  Dans sa grande rigueur, Benveniste préparait une chemise par cours avec titre du cours et date exacte. Dans chaque chemise, les feuillets portant les notes préparatoires plus ou moins rédigées.

20  Tzvetan Todorov, « Emile Benveniste, le destin d’un savant », Postface à Emile Benveniste, Dernières leçons. Collège de France 1968, 1969, Op. cit., p. 183-197.

21  « L’appareil formel de l’énonciation », PLG 2, Gallimard (coll. Tel) p. 81.

22  Du 25 Août au 1er septembre 1968.

23  Publié en 1969 (revue Semiotica) mais écrit en 1968.

24  Cf. E. Benveniste Dernières leçons. Collège de France 1968, 1969, op. cit.

25  « Sémiologie de la langue », PLG 2, p. 63-65.

26  BnF, Pap Or, DON 0616, chemise 6. Cet ensemble n’est pas encore folioté.

27  « Sémiologie de la langue », PLG 2, p. 64-65.

28  « L’appareil formel de l’énonciation », PLG 2, p. 82.

29  Julia Kristeva, « Emile Benveniste, un linguiste qui ne dit ni ne cache, mais signifie », Préface à Emile Benveniste, Dernières leçons. Collège de France 1968, 1969, paris, éd. Gallimard-Seuil-EHESS, 2012, p. 13.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9519/img-1.png
Fichier image/png, 255k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9519/img-3.png
Fichier image/png, 34k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9519/img-4.png
Fichier image/png, 51k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9519/img-5.png
Fichier image/png, 139k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9519/img-6.png
Fichier image/png, 82k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9519/img-7.png
Fichier image/png, 172k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9519/img-8.png
Fichier image/png, 104k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9519/img-9.png
Fichier image/png, 145k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9519/img-10.png
Fichier image/png, 216k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9519/img-11.png
Fichier image/png, 180k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9519/img-12.png
Fichier image/png, 121k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9519/img-13.png
Fichier image/png, 152k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9519/img-14.png
Fichier image/png, 260k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9519/img-15.png
Fichier image/png, 129k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9519/img-16.png
Fichier image/png, 157k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9519/img-17.png
Fichier image/png, 137k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9519/img-18.png
Fichier image/png, 96k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9519/img-19.png
Fichier image/png, 119k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9519/img-20.png
Fichier image/png, 305k
URL http://journals.openedition.org/semen/docannexe/image/9519/img-21.png
Fichier image/png, 218k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irène Fenoglio, « Benveniste auteur d’une recherche inachevée sur « le discours poétique » et non d’un « Baudelaire » », Semen, 33 | -1, 121-162.

Référence électronique

Irène Fenoglio, « Benveniste auteur d’une recherche inachevée sur « le discours poétique » et non d’un « Baudelaire » », Semen [En ligne], 33 | 2012, mis en ligne le 15 mai 2012, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/semen/9519

Haut de page

Auteur

Irène Fenoglio

ITEM (CNRS/ENS)

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page