Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Dossier bibliographiqueDossier bibliographique et chrono...

Dossier bibliographique

Dossier bibliographique et chronologie documentée

L’actualité récente d’Émile Benveniste
Chloé Laplantine
p. 165-184

Texte intégral

Dossier bibliographique

1Directeur de recherche à l’École Pratique des Hautes études dès 1928 (il a alors 26 ans), et professeur au Collège de France dès 1937, Benveniste n’a commencé à avoir un auditoire important (et au Collège seulement) qu’à partir de la publication des Problèmes en 1966 – « combien étions-nous autour de lui, au Collège de France, en 1965 ? À peine une dizaine », se rappelle Jean-Claude Coquet (Coquet 1997 : 43). Benveniste écrivait une linguistique générale depuis ses premiers textes, même si cette généralité devait être saisie au travers de textes sur des problèmes précis de grammaire ou sur le vocabulaire d’une langue. Néanmoins, il aura fallu un livre chez Gallimard rassemblant des articles déjà parus dans des revues sous le titre de Problèmes de linguistique générale pour que Benveniste rencontre le grand public. Comme le note Michel Arrivé en 1997 dans sa préface des actes du colloque de Cerisy « Emile Benveniste vingt ans après » :

Le succès cette fois sans guillemets, le vrai succès, en somme, ne vient qu’à la fin des années 60. On me souffle que la publication en volume des Problèmes, en 1966, explique ce soudain changement. Oui. Mais il faut alors expliquer pourquoi c’est à ce moment qu’intervient la publication du volume : les éditeurs – Gallimard ne fait pas exception – ne publient que ce qu’ils savent (ou croient, pour eux, c’est la même chose…) pouvoir vendre. C’est-à-dire ce qui répond à des préoccupations actuelles des lecteurs possibles (Arrivé 1997 : 20).

  • 1  Aya Ono en 2004 soutient une thèse de sciences du langage, La notion d’énonciation d’Emile Benveni (...)

2Ce succès se poursuit toujours, les Problèmes de Benveniste continuent de se vendre très bien (et peut-être mieux que les Eléments de Martinet ?), à faire partie des livres fondamentaux des étudiants en sciences humaines. Depuis quelques années les colloques, les thèses1 et les publications se succèdent, Benveniste jouit d’une actualité importante, une actualité relancée par l’intérêt pour ses nombreuses archives manuscrites. Cet intérêt pour le linguiste mériterait une analyse. Il se comprend déjà en partie comme une réponse critique, toujours actuelle, à l’absence du sujet dans la démarche structuraliste, et trouve ainsi une place dans ce qu’on nomme le « retour du sujet ».

3Par rapport à Foucault, Lévi-Strauss, Lacan…, Benveniste apparaît comme une figure de second plan dans le paysage des sciences humaines du 20e siècle. Néanmoins on retourne actuellement à Benveniste comme on retourne à ces figures du siècle passé, pour retrouver les fondements d’une pensée critique et pour se situer intellectuellement. Dans la même collection que les cours de Michel Foucault, viennent de paraître les Dernières leçons de Benveniste (éditées par Jean-Claude Coquet et Irène Fenoglio), préfacées par Julia Kristeva et postfacées par Tzvetan Todorov. Ce geste éditorial donne à Benveniste et à son archive un statut qu’ils n’avaient pas encore acquis.

4Benveniste, depuis le succès de ses Problèmes, est « sorti » des départements de linguistique pour intéresser également les littéraires, les philosophes, les anthropologues, les psychanalystes…, ce qui est l’effet d’une pensée qui se déroule « dans toutes les directions » (Benveniste 1966 : 260). Néanmoins, il s’agit toujours là de quelques thèmes (l’énonciation, le discours, la subjectivité…) ou de quelques phrases utilisés pour appuyer des thèses, non de la connaissance d’une théorie d’ensemble, qui chez Benveniste se construit dans l’étude de langues réelles.

5En 1983 se tient à Tours un colloque Emile Benveniste aujourd’hui, deuxième événement monographique en date après les deux petits volumes de Lexique d’Emile Benveniste de Jean-Claude Coquet en Marc Derycke en 1971 et 1972. Ce grand colloque réunit des linguistes généralistes et des linguistes des langues, mais sépare surtout Benveniste en deux, ce dont témoigne clairement le geste éditorial qui divise les actes en deux volumes, le premier consacré à la « linguistique générale », le second à la « grammaire comparée » et aux « études iraniennes ».

6Emilie Brunet et Rudolf Mahrer, à travers l’organisation d’une journée d’étude en juin 2008 à Paris, « Regards croisés sur l’énonciation. Actualité d’Emile Benveniste dans les sciences du langage », puis la direction de l’ouvrage collectif qui lui faisait suite, Relire Benveniste. Réceptions actuelles des Problèmes de linguistique générale, ont proprement mis en scène les réceptions multiples de Benveniste dans les sciences du langage, en invitant à parler puis à écrire ceux qui s’intéressent selon des perspectives différentes à sa linguistique générale, se donnant dans l’introduction de leur ouvrage comme les premiers spectateurs de l’évènement qu’ils ont organisé, cette attitude distanciée s’analysant comme la démarche critique et épistémologique d’une histoire des théories linguistiques. Le parti pris critique de cette entreprise diffère catégoriquement de la démarche d’un autre colloque, qui s’est tenu en novembre 2011 à Marne-la-Vallée, « Les théories énonciatives aujourd’hui : Benveniste après un demi-siècle » (j’en parle plus bas), qui au lieu de s’intéresser à la diversité des approches cherchait à poser une uniformité, un « projet commun » de la recherche énonciative. L’intérêt de l’ouvrage dirigé par Brunet et Mahrer est de faire apparaître que si Benveniste est fondateur pour certains courants des sciences du langage, ce n’est pas nécessairement le même linguiste que l’on convoque, les lectures sont différentes ainsi que les perspectives – ce que Claudine Normand énonçait de manière critique : « Aucun linguiste français aujourd’hui n’ignore Benveniste, mais à quel Benveniste s’arrête-t-il ? » (Normand 1997 : 26).On trouvera dans ce numéro un compte-rendu précis de Vincent Capt concernant cet ouvrage.

7S’il est une notion qu’on associe immédiatement avec le nom de Benveniste c’est bien souvent celle d’« énonciation ». Non seulement cette notion a pris de l’importance dans les sciences du langage (Ducrot, Culioli, Kerbrat…) faisant entrer la linguistique dans une ère de l’analyse non plus de la « langue » mais du « discours », mais de manière plus massive elle est devenue le levier nécessaire de l’analyse des textes dans les études secondaires, et universitaires. Un grand colloque s’est tenu en novembre 2011 à l’Université de Marne-la-Vallée, organisé par des anglicistes de l’école culiolienne (Lionel Dufaye et Lucie Gournay), « Les théories énonciatives aujourd’hui : Benveniste après un demi-siècle ». Ce colloque qui prenait « Benveniste comme thème central » avait pour objet de « poursuivre le principe d’une discussion et d’une confrontation de points de vue en l’élargissant à l’énonciation en elle-même, c’est-à-dire en tant que façon de poser et traiter des problèmes en linguistique, par opposition à l’appréhension des faits de langue dans les autres grands courants théoriques d’aujourd’hui », posant ainsi la « perspective » ou la « recherche énonciative » comme un « projet commun », une « spécificité scientifique qui demande à être entretenue et pérennisée » (ces citations sont tirées de l’argumentaire du colloque).

8Aya Ono a consacré sa thèse, devenue en 2007 un livre, La notion d’énonciation chez Emile Benveniste, à une étude précise de la notion d’énonciation chez Benveniste. Elle part du constat que la notion d’énonciation est devenue essentielle dans les sciences du langage depuis les années 1970, cet intérêt naissant notamment de la lecture de Benveniste et principalement de son dernier texte publié, « L’appareil formel de l’énonciation » (publié en 1970 dans le numéro 17 de Langages que T. Todorov organise précisément sur L’Enonciation, c’est dire que la question était déjà bien présente). Cet article fournissait une « définition »– « L’énonciation est cette mise en fonctionnement de la langue par un acte individuel d’utilisation » (Benveniste 1974 : 80) –, qui a pu servir et sert toujours de point de départ pour une réflexion sur le langage en tant qu’acte ou activité linguistique, et qui à l’époque dialoguait avec la théorie pragmatique des actes de parole. En témoigne la présence de Malinowski à la fin de l’article de Benveniste, en témoigne autrement des définitions d’époque comme celle d’Anscombre et Ducrot en 1976, « L’énonciation sera pour nous l’activité langagière exercé par celui qui parle au moment où il parle » (Ancombre et Ducrot 1976 : 18) qui, si elle semble prendre acte de la formulation de Benveniste, la font glisser d’une linguistique à une psychologie. A. Ono montre qu’il n’est pas rare d’imputer à Benveniste l’absence de définition claire de cette notion (j’ajoute pour ma part qu’Antoine Culioli en 1983 faisait de ce vague un trait constant et négatif de l’écriture de Benveniste). Elle note avant cela que l’écriture de Benveniste est une écriture par « problèmes », et suivant la réflexion de Barthes, qu’elle a son implicite (on pourrait dire autrement qu’elle laisse de la place à son lecteur, étant une pensée et une écriture de l’intersubjectivité). L’ouvrage d’Aya Ono se propose « d’observer de près comment [la notion d’énonciation] se forme au cours du temps et au sein des différents problématiques de la linguistique benvenistienne, et comment elle s’articule avec d’autres notions, théoriques ou non » (p.19). L’enquête de l’auteur ne se limite pas aux articles des Problèmes de linguistique générale, elle cherche à observer l’élaboration de la notion dans les « textes plus techniques », Noms d’agent et noms d’action, ainsi que le Vocabulaire des institutions indo-européennes. D’autre part, elle mène un travail de comparaison de la notion d’énonciation chez Benveniste et Malinowski, propose d’observer la lecture que Benveniste donne de Saussure, et reprend le travail de distinction des théories des « actes de paroles » chez Benveniste et Austin. Il s’agit donc pour Aya Ono de mettre au clair la spécificité de la démarche de Benveniste et de sa notion d’énonciation. L’ouvrage est préfacé par Michel Arrivé, et postfacé par Claudine Normand. On trouvera un compte-rendu de l’ouvrage par Jacques Guilhaumou dans Semen 24, 2008, p. 167-171.

9Notion-clé dans le cadre de l’analyse des textes littéraires ou non littéraires, dans les études secondaires et à l’université, l’énonciation, sous l’aspect des « marques de l’énonciation », amène les élèves à approcher les textes en relevant les pronoms, les déictiques, etc., à différencier l’énonciation de récit et l’énonciation de discours. Mais autrement que par la mise en application lointaine de quelques textes sur le système des temps et des personnes en français, il apparaît en effet que la théorie du langage de Benveniste ouvre sur une poétique. Du moins est-ce l’avis de personnes ayant travaillé autour d’Henri Meschonnic, qui lui-même écrivait en 1982 dans Critique du rythme : « Ce que j’entreprends ici n’est possible que par Benveniste, et ne vise qu’à le continuer » (Meschonnic 1982 : 45). Serge Martin par l’organisation d’une journée d’étude à Caen le 30 mai 2008, « Benveniste aujourd’hui. Où sont les titres du langage à fonder la subjectivité ? », puis la publication en 2009 des actes dans un volume, Emile Benveniste. Pour vivre langage, premier livre d’une collection d’« Essais pour la poétique », appelle à dépasser l’instrumentalisation qu’on a fait de Benveniste, notamment dans l’enseignement secondaire, à lire et relire Benveniste pour apercevoir la force critique de ses Problèmes, et à le redécouvrir avec les manuscrits sur le langage poétique. On pourra se reporter pour le détail aux comptes-rendus de lecture de cet ouvrage par Sandrine Larraburu-Bédouret dans Europe, n° 971, mars 2010, p. 775-476, et dans Le français aujourd’hui, n° 168, mars 2010, p. 125-129, et par Jean-Claude Coquet dans Littérature, n° 157, 1/2010, p. 107-114. En avril 2013 à Bayonne la question très large de la relation de Benveniste à la littérature sera de nouveau réouverte lors de journées d’étude organisées par Sandrine Larraburu-Bédouret et Chloé Laplantine (voir l’argumentaire plus bas).

10Gérard Dessons en 1993 parle dans son Emile Benveniste, qui est le tout premier ouvrage monographique concernant le linguiste, d’une « poétique du discours » mise en route par Benveniste et qu’il a également rendue possible. Il termine ainsi son ouvrage :

Benveniste a donc désigné les ouvertures de sa propre théorie du langage. Elles impliquent de “coordonner” la théorisation de la littérature et la théorisation de la langue, cette coordination impliquant la réciprocité de la relation. Si la linguistique de l’énonciation, qui est une linguistique de l’historicité, permet de penser la littérature, la théorisation de la littérature oblige la linguistique de l’énonciation à désenclaver l’étude du langage de la seule perspective du “langage ordinaire”. C’est en ce sens que la théorie du rythme de Henri Meschonnic réalise la poétique du discours qui était en puissance dans la linguistique de l’énonciation de Benveniste. (Dessons 1993 : 125 ; repris à l’exception de la dernière phrase en 2006 :199)

11Après la mise au jour des manuscrits de Benveniste sur le langage poétique, qui précisément tentent de « désenclaver l’étude du langage de la seule perspective du “langage ordinaire”« , en opposant presque tout au long des feuillets le « langage ordinaire » et le « langage poétique » comme des modes de significations différents, comme des rapports différents du sujet au langage, on peut dire que Gérard Dessons en 1993 a déjà, bien avant de connaître cette archive, l’intuition de ce qu’elle contenait, ou plutôt de ce qu’elle engageait. Gérard Dessons corrige et augmente son livre de 1993 (alors épuisé depuis longtemps) et publie en 2006 Emile Benveniste, l’invention du discours (on trouvera des comptes-rendus de cet ouvrage, notamment celui qu’en donne Arnaud Bernadet en 2007, dans L’Information grammaticale, n° 114, Paris, Société pour « L’Information grammaticale », et Nathalie Vincent-Arnaud en 2008, sur le site de Fabula.org, « Portrait d’un linguiste en passeur de frontières » http://www.fabula.org/​revue/​document4354.php). L’ouvrage de 2006 ajoute notamment les apports des manuscrits sur le langage poétique (par exemple sur la question de la « rime »), ainsi qu’une réflexion sur le mode de pensée par « problème » particulier à Benveniste. Cet ouvrage situe Benveniste dans la perspective d’une anthropologie du langage « où ce qu’on sait du langage apparaît indissociable de ce qu’on sait de l’homme, les deux savoirs s’impliquant réciproquement (2006 : 6). Il inscrit le linguiste dans la poursuite des travaux de Bréal, Saussure et Meillet, références que Benveniste énonce lui-même dans l’entretien « Structuralisme et linguistique » en 1968 et qui pour G. Dessons, si elles sont faites « au nom de la linguistique comparée – avec pour cadres institutionnels l’Ecole des Hautes Etudes et le Collège de France –, construit un paradigme théorique qui fait de la question de la signification la composante majeure de la filiation intellectuelle de Benveniste (2006 : 27). Dans la partie la plus importante de son ouvrage, intitulée « Une anthropologie du langage », G. Dessons appréhende la théorie du langage de Benveniste par des thèmes directeurs (« la communication », « le discours », « la langue et le langage », « la signification », « la subjectivité », « le temps ») mais au-delà de ces grands thèmes, et suivant le mode de pensée propre à Benveniste, il avance dans son ouvrage en questionnant des relations, l’objet et l’enjeu n’étant pas les mêmes selon la perspective dans laquelle on se place, ainsi les sous-parties s’intituleront « communication et langage », « langage et société », « langage et culture », « langue, parole, discours », « mot, signe, phrase », etc. G. Dessons rend ainsi compte d’une théorie d’ensemble dont l’originalité est de se formuler sous la forme de « problèmes ». « L’invention du discours », c’est à la fois une problématique nouvelle, un point de vue nouveau sur la langue, celui du « discours », et indissociablement la manière dont cette pensée s’invente dans l’écriture. La théorie du langage de Benveniste est dans son écriture, ici la pratique et la théorie du langage ne se séparent pas, et en cela travailler sur Benveniste implique une poétique de la théorie.

12Les archives manuscrites de Benveniste (auxquelles personne ne s’était intéressé particulièrement avant 2003) ont été un nouveau point de départ pour les travaux autour du linguiste. Lorsqu’en janvier 2003 avec l’aide M. DjafarMaïnfar j’ai trouvé la trace de cette archive au département des Manuscrits Orientaux de la Bibliothèque nationale de France, archive dont l’inventaire était alors très sommaire et qu’il fallait donc traverser entièrement, je me suis notamment aperçue que les fameux manuscrits sur le langage poétique en était absents. Cette lacune m’a permis de rencontrer, en Suisse, Georges Redard, qui était l’exécuteur testamentaire de Benveniste et qui conservait encore de nombreux papiers. À ma demande il a remis à la BnF les manuscrits sur le langage poétique. Ceci a permis l’écriture de ma thèse et la publication de ces manuscrits. Lors d’une seconde visite faite à Georges Redard, quelques jours avant son décès en janvier 2005, il m’avait laissé regarder deux cartons qu’il conservait encore. C’est à cette occasion que j’ai eu sous les yeux des notes sur des langues d’Alaska ainsi qu’un certificat de don de nombreux autres cahiers à la bibliothèque de Fairbanks (Alaska), où je me suis rendue en avril 2005. Cette archive est le matériel avec lequel se poursuivra pour moi la découverte du travail de Benveniste et de ses enjeux. Car il s’agissait clairement pour ce linguiste en allant travailler sur des langues amérindiennes de questionner un savoir indo-européen sur les langues.

13L’archive que l’on trouve à la BnF contient, pour de nombreux articles toutes les étapes du travail de rédaction. Irène Fenoglio s’est particulièrement intéressée, du point de vue d’une génétique des textes, à ce laboratoire du chercheur, en mettant notamment en lumière les habitudes de travail de Benveniste, et le cheminement d’une conceptualisation, en particulier à travers l’examen des manuscrits des articles « Le langage et l’expérience humaine », et « Sémiologie de la langue ».

Chronologie documentée

14On trouvera ici dans l’ordre chronologique la liste des ouvrages, mémoires universitaires et manifestations scientifiques qui ont été consacrés, ou se consacreront dans un futur proche, spécifiquement à Benveniste (on se reportera à la bibliographie élaborée par Emilie Brunet et Rudolf Mahrer dans leur Relire Benveniste pour une documentation plus complète, notamment concernant les articles). Il m’a semblé intéressant de ne pas me limiter à un inventaire, mais de donner également à lire les 4e de couverture des ouvrages, les résumés des thèses, et les argumentaires des colloques et journées d’étude. Ceci permet peut-être un regard distancié d’histoire et d’épistémologie de la linguistique sur l’intérêt que l’on porte à Benveniste depuis 40 ans.

151971 et 1972 : Jean-Claude Coquet et Marc Derycke, Lexique d’Emile Benveniste (I et II), Centro Internazionale di Semiotica, Università di Urbino.

1628-30 septembre 1983 : « Emile Benveniste aujourd’hui », Colloque international du CNRS, Université François Rabelais, Tours.

171984 : Guy Serbat, Jean Taillardat et Gilbert Lazard (sous la direction de), E. Benveniste aujourd’hui : Actes du colloque international du C.N.R.S., Université François Rabelais, Tours, 28-30 septembre1983, Volume 1, Linguistique générale ; Volume 2, Grammaire comparée, Études iraniennes, Bibliothèque pour l’information grammaticale, Paris, Société pour l’information grammaticale.

181992 : Annie Montaut et Claudine Normand (sous la direction de), Lectures d’Emile Benveniste, LINX, 26, Nanterre, Université Paris X.

191993 : Gérard Dessons, Emile Benveniste, Paris, Bertrand Lacoste (épuisé –remanié, actualisé augmenté en 2006).

2012-19 août 1995 : « Emile Benveniste vingt ans après », Colloque de Cerisy, organisé par Claudine Normand et Michel Arrivé.

21Argument : Assez peu de travaux, somme toute, ont été consacrés spécifiquement à l’œuvre de Benveniste. Pourtant, depuis les années 70, son influence n’a cessé de s’affirmer ; dans de nombreux domaines des sciences du langage et de leurs connexions, invitant à les dépasser et à ouvrir, à partir d’elles, de nouvelles pistes. C’était le rôle qu’il assignait lui-même à Saussure.

22Linguistique indo-européenne, linguistique générale, sémiologie, étude des institutions, etc., l’abondance et la diversité de l’œuvre de Benveniste expliquent sans doute que les lectures qui en sont faites soient généralement partielles et disjointes. Chacun choisit en fonction de ses intérêts : ce n’est pas forcément faire justice à l’ensemble de l’œuvre !

23D’où la nécessité de ce colloque, dans la suite de celui qui fut consacré à Saussure en 1992, déjà à Cerisy. En organisant la rencontre des compétences les plus diverses, nous réussirons sans doute à cerner de plus près ce qui fait de Benveniste une figure de notre modernité.

241997 : Claudine Normand et Michel Arrivé (sous la direction de), Emile Benveniste vingt ans après, Numéro spécial de LINX, Nanterre, Université Paris X.

252003 : Chloé Laplantine, Emile Benveniste : poétique du concept, DEA : « Texte, Imaginaire, Société », sous la direction de Gérard Dessons, Université Paris 8.

26Présentation : La recherche amorcée ici est une relecture des travaux d’Emile Benveniste, principalement des articles réunis dans les deux volumes des Problèmes de linguistique générale en ce qu’ils sont fondateurs d’une théorie du langage renouvelant une conception de l’humain. Délégitimant l’idée du langage comme instrument de communication pour un langage qui « bien avant de servir à communiquer, […] sert à vivre », Benveniste développe une théorie où le discours n’est que spécifique, subjectif et intersubjectif en tant qu’il réalise toujours l’invention du présent, par où « dire bonjour tous les jours de sa vie à quelqu’un, c’est chaque fois une réinvention » . Contre une grammaire métaphysique du même, du signe ou du mot pensés dans une perspective du sens et non de la valeur et consécutivement comme matériau discontinu de la phrase dans une conception toujours fonctionnelle du langage, Benveniste construit une « grammaire de l’énonciation » qui pense l’altérité radicale constitutive de tout discours. La critique des évidences sur lesquelles la réflexion en linguistique se construit, comme la logique d’analyse des mots en nature et fonction, le paradigme des pronoms, ou la typologie des temps verbaux, aboutit à faire apparaître le grand absent et impensé de la grammaire traditionnelle, le sujet. L’appropriation du langage est toujours le signe d’une sémantique propre par laquelle le sujet s’invente en même temps qu’il invente son discours, « c’est dans et par le langage que l’homme se constitue comme sujet ».

27Le présent travail tente de mettre à jour et de dégager les enjeux de cette théorie du langage de trois manières qui sont les trois étapes de ce mémoire. En mettant tout d’abord en continuité les recherches en linguistique comparative et en linguistique générale par l’observation d’une poursuite méthodologique et donc théorique des découvertes de Ferdinand de Saussure déterminant l’approche qui donne à ces travaux, traditionnellement séparés de ceux de linguistique générale proprement dits, une perspective dépassant la recherche stricte d’un savoir sur les langues, sur les cultures dans leur spécificité, pour la recherche d’un continu entre langue et culture, d’une méthodologie permettant de rendre compte de l’indissociabilité d’un dire et d’un vivre. La deuxième étape de notre réflexion vise à définir dans la nécessaire mutualité par laquelle ils se définissent les concepts mis en œuvre par Benveniste dans sa théorie du langage. La dernière étape du mémoire essaie de défaire les erreurs d’interprétation que la majorité des commentateurs ont formées et rendues communes, pensant poursuivre le travail de Benveniste et le menant à l’inverse de sa visée ; ses travaux ont été réduits à une série de dichotomies et les concepts, défaits du système de tensions réciproques dans lequel ils fonctionnent, ont souvent été détournés pour servir d’appui par exemple à des linguistiques pragmatiques envisageant le langage comme instrument.

282004 : Aya Ono. La notion d’énonciation d’Émile Benveniste : formation et problématiques, thèse de Doctorat en Sciences du langage, sous la direction de Michel Arrivé, Université Paris 10 - Nanterre.

29Présentation : L’énonciation occupe une place de plus en plus importante dans les sciences du langage. Dans l’histoire de cette notion, les travaux d’Émile Benveniste (1902-1976) servent de point de repère à de nombreuses recherches contemporaines. Notre thèse a pour objectif de comprendre comment cette notion s’est formée dans l’œuvre de Benveniste. En effet, ce n’est pas comme une notion théorique que l’énonciation est originellement conçue : elle est employée pour désigner, dans les études comparatives de Benveniste, l’acte de langage ritualisé. Trois problématiques principales se dégagent de notre enquête historique préliminaire : (1) la problématique du sens qui accompagne chez Benveniste un essai de dépassement de la linguistique saussurienne ; (2) la célèbre problématique de la subjectivité dans le langage, construite autour de la notion de sui-référentialité ; enfin (3) la problématique de l’acte de parole, où Benveniste critique l’abandon par Austin de la catégorie du performatif. Nous analysons ensuite comment la notion théorique d’énonciation s’élabore, adossée au développement des trois problématiques décrites ci-dessus.

302006 : Gérard Dessons, Emile Benveniste, l’invention du discours, Paris, In-Press.

314° de couverture : Emile Benveniste est un linguiste à part : ses travaux dans le domaine de la linguistique générale ont fondamentalement modifié le paysage des sciences humaines. Visant une théorie d’ensemble du langage, il a dû se mêler de ce qui, a priori, ne le regardait pas : art, philosophie, sociologie, psychanalyse, littérature... Et de cette manière, il a assumé pour son propre compte le risque qu’il reconnaissait à toute réflexion sur le langage : être une chose « difficile et dangereuse ».

32Ses propositions concernant les relations entre le langage, la société et la subjectivité se révèlent, aujourd’hui, d’une remarquable lucidité. Relues dans le contexte du tournant éthique où se trouvent prises les sciences humaines et sociales, elles commencent seulement à être considérées dans toute leur pertinence.

33Et toute cette œuvre s’écrit sans jargon. Benveniste « fait penser » avec des mots du langage ordinaire.

34Le présent ouvrage propose une approche contemporaine des travaux d’Emile Benveniste, et trace les lignes de force de cette œuvre majeure.

352007 : Aya Ono, La notion d’énonciation chez Emile Benveniste, Limoges, Lambert-Lucas.

364° de couverture : « Implicite », « vague » ou « changeante » voire « instable » selon ses critiques, la théorie de l’énonciation d’Emile Benveniste est-elle aussi « inachevée » ? Elle a en tout cas été à la base de profonds bouleversements, ouvrant la linguistique française à la parole, mettant l’accent sur la place du sujet parlant et soulignant l’importance des interactions dans la communication verbale. D’où l’intérêt de lui consacrer une étude de fond depuis les premières occurrences jusqu’à la dernière publication, « L’appareil formel de renonciation » (1970).

37Dans cet ouvrage issu d’une thèse soutenue à Paris X - Nanterre, l’auteure analyse, occurrence par occurrence, non seulement les deux tomes des Problèmes de linguistique générale (1966 et 1974), mais aussi Noms d’agent et noms d’action en indo-européen (1948) et le Vocabulaire des institutions indo-européennes (1969). Cette analyse exhaustive, conduite comme une fouille archéologique, permet de retracer l’émergence et l’évolution de la notion. Certes, Benveniste n’en est pas l’inventeur, mais il la porte à un tel point de développement qu’elle accède avec lui au rang de nouveau paradigme des sciences humaines.

3830 mai 2008 : Benveniste aujourd’hui. Où sont les titres du langage à fonder la subjectivité ? », Journée d’étude à l’abbaye d’Ardenne (Caen) organisée par Serge Martin, dans le cadre du séminaire IMEC/IUFM de Basse-Normandie « Littérature et enseignement : archives, vie et théorie du langage ».

39Argument : En 2001, le Collège de France dépose à l’IMEC trois cours d’Émile Benveniste (1902-1976) :

40« Problèmes de syntaxe générale » (1949-1950), « Syntaxe des cas » suivi de « La flexion dans les langues indo-européennes » (1954-1955) et « Les pronoms » (1955-1956), le tout constituant une boîte d’archives. C’est peu ! Ajoutons que ces notes ne sont pas de la main de Benveniste mais de Georges Redard, son élève. Et l’on sait que les fonds les plus importants sont déposés depuis quelques années à la Bibliothèque Nationale de France1. Toutefois, nous aurions de bonnes raisons de saisir ce peu pour en apercevoir la force et l’enjeu qu’une formule de Benveniste frappe par le défi qu’elle fait encore aujourd’hui à toutes les sciences humaines et sociales et à toutes les lectures qui ont pu être faites de son oeuvre : « Où sont les titres du langage à fonder la subjectivité ? » (« De la subjectivité dans le langage », 1958, repris dans Problèmes de linguistique générale, 1, Gallimard, 1966).

41Cette journée d’étude permettra de poser l’actualité vive de Benveniste pour la recherche et l’enseignement d’au moins trois points de vue :

42- tout d’abord, « l’invention du discours », pour reprendre à Gérard Dessons, ne semble pas avoir été vraiment considérée autrement qu’à travers de rapides instrumentalisations (en particulier dans l’enseignement secondaire) qui ignoraient la visée d’une théorie d’ensemble du langage ;

43- ensuite, la découverte des archives « Benveniste » est en cours et il semble que bien des problèmes soulevés par Benveniste risquent d’être relancés pour qu’on puisse considérer la portée de sa lucidité, en particulier s’agissant d’une poétique des discours ;

44- enfin, Benveniste oblige à « mettre en question l’évidence » et à travailler sans cesse contre « toute notion simpliste du langage », ce qui demande à la recherche une éthique qui s’entend dans l’écriture même de Benveniste : « l’instance de discours est ainsi constitutive de toutes les coordonnées qui définissent le sujet et dont nous n’avons désigné sommairement que les plus apparentes » (ibid.). Cette journée devrait donc être l’occasion d’encourager les travaux en cours et à venir pour que les « problèmes » de Benveniste continuent de nourrir les recherches linguistiques, didactiques, anthropologiques et autres, attentives à la vie et la théorie du langage.

45Liste des interventions :

46Ouverture par Albert Dichy et Jean-Marc Guéguéniat (IUFM, administrateur). Gérard Dessons, « La place du poème dans la théorie du discours » ; Daniel Delas, « Subjectivité et discours post-colonial » ; Chloé Laplantine, « La poétique d’Émile Benveniste » ; Émilie Brunet, « Les archives de Benveniste : ouvertures » ; Jérôme Roger, « Émile Benveniste : l’écriture de l’essai » ; Serge Martin, « Émile Benveniste : la relation dans et par le langage » ; Discussion générale et conclusion par Albert Dichy et Serge Martin.

476 juin 2008 : « Regards croisés sur l’énonciation. Actualité d’Emile Benveniste dans les sciences du langage », Journée thématique de l’association ConSciLa organisée par Emilie Brunet et Rudolf Mahrer.

48Argument : Alors que sont parus récemment deux ouvrages sur des notions clés des Problèmes de linguistique générale et que les manuscrits de leur auteur connaissent leur premières explorations systématiques, il semble qu’on puisse, à nouveau et utilement, sacrifier au rituel, en se demandant : quelle est, aujourd’hui encore, l’héritage des notions d’Emile Benveniste (1902-1976) dans les sciences du langage ?

49Les deux recueils d’articles publiés en 1966 et 1974 par Gallimard et régulièrement réédités depuis ont érigé Benveniste en référence incontournable des sciences du langage, du moins dans les pays francophones. A quoi Benveniste doit-il cette ferveur ? Pas à la diffusion d’une théorie homogène appliquée à un objet d’analyse clairement délimité ; pas, autrement dit, au succès d’une école. Son rayonnement semble plutôt justiciable d’une attitude théorique, qui consiste non pas tant à s’attaquer à des objets positifs et spécifiques de la linguistique, qu’à formuler des « problèmes » qui sont l’abord sémiologique de questions regardant largement les sciences de l’humain. La capacité à inscrire la réflexion linguistique dans l’horizon d’une science de la culture – qui est une anthropologie, en ce que l’homme y est conçu comme un animal symbolique : voilà sans doute une des raisons de la diffusion des écrits de Benveniste au sein du cercle des linguistes et au-delà. De sa méthode – que l’étude des manuscrits récemment (re)découverts pourrait venir éclairer – résulte une façon de produire, au détour d’une analyse, des concepts au long cours : qu’on pense par exemple aux oppositions histoire/discours, sémiotique/sémantique, ou à l’appareil formel de l’énonciation.

50Quelque explication qu’on donne à cette postérité, le fait est que nombre de linguistes, travaillant sur des objets très différents s’engagent à parler – ou se désengagent en parlant – « selon Benveniste ». Mais alors : que disent-ils ? De quelles idées Benveniste est-il aujourd’hui considéré comme la caution, la ressource ou, parfois aussi, le fauteur ? Au prix de quelles accommodations les problèmes de linguistique générale sont-ils les solutions de linguistiques spécifiques ? Qu’en est-il aujourd’hui de l’héritage de celui qui – en approfondissant la matrice saussurienne – a été conduit sur les traces de l’énonciation ? Enfin, quel sort connaît cette dernière notion lorsqu’elle est réinvestie par les linguistes contemporains ?

51Plutôt qu’une épistémologie externe qui viserait à distinguer les vrais et les faux héritiers, au regard d’une hypothétique orthodoxie, on s’intéressera à la diversité et la diversification de l’héritage. L’idée est d’identifier, non des écarts et des errements, mais la fécondité et l’adaptation des concepts benvenistiens, celui d’énonciation en particulier, selon les milieux théoriques divers où ils sont implantés et où ils opèrent. Une telle démarche comparative est profitable autant pour l’histoire et l’épistémologie de la linguistique que pour son développement. Tel est notre présupposé. C’est pourquoi nous souhaitons réunir quelques-uns des chercheurs contemporains qui parlent et écrivent le plus souvent « selon Benveniste ».

52Liste des interventions :

53Emilie Brunet & Rudolf Mahrer, Présentation de la journée ; Chloé Laplantine, « Poétique d’Emile Benveniste » ; Claude Calame, « Sujet de discours et énonciation : la construction d’un soi collectif (à l’exemple d’un poème rituel grec) » ; AlmuthGrésillon & Jean-Louis Lebrave, « Génétique et énonciation – mode d’emploi » ; Irène Fenoglio, « Les manuscrits d’Emile Benveniste. Déplier l’écriture pensante pour expliciter l’article publié » ; Sarah de Voguë ; « L’énonciation dans le lexique : actualité du concept benvenistien d’intégration dans la théorie culiolienne des formes schématiques » ; Mathieu Valette, « Problématiques cognitives chez Emile Benveniste » ; François Sauvagnat, « Quelques remarques sur le dialogue entre Benveniste et Lacan concernant l’énonciation », Jean-Claude Coquet, Gérard Dessons, Claudine Normand, Christian Puech : table-ronde.

542008 : Chloé Laplantine, Emile Benveniste ; poétique de la théorie. Transcription et publication des manuscrits inédits d’une poétique de Baudelaire, thèse de Doctorat en Langue et littérature françaises, sous la direction de Gérard Dessons, soutenue le 28 novembre 2008, Université Paris 8.

554° de couverture : Dans une liste d’ “articles promis”, listes dont Benveniste avait l’habitude, nous lisons ceci : “Langages / (la langue de Baudelaire)”. Cet article, Benveniste ne le publiera jamais. Nous ne connaissons pas la raison de cela. Mais nous découvrons, à travers les nombreux manuscrits que cette recherche a laissés, que cette poétique qu’il était en train d’écrire, engageait pour lui une transformation du regard, ce qu’il appelle une « conversion du point de vue ». Le langage poétique est pour Benveniste le point de vue qui permet la critique du langage ordinaire, c’est à dire d’une conception réaliste qui réduit la langue à un usage référentiel, communicationnel et pragmatique. La thèse rend publics les manuscrits inédits de cette poétique (370 feuillets), en donne la transcription dans son intégralité, et en propose une première analyse. Une partie de la thèse s’intéresse également au concept d’« inconscient » chez Benveniste et en montre l’importance et l’enjeu pour une anthropologie. On voit de quelle manière Benveniste poursuit les travaux de Bréal, de Saussure, de Boas, de Sapir et de Whorf. On montre que ce problème de l’inconscient permet à Benveniste de formuler une critique de la psychanalyse freudienne, et de manière plus vive encore, du structuralisme de Lévi-Strauss. On essaie enfin de montrer que cette réflexion à propos de l’inconscient chez Benveniste est indissociable du projet d’une poétique.

562009 : Emile Benveniste, La communication, extrait de Problèmes de linguistique générale, Dossier par SelouaLusteBoulbina, Lecture d’image par Morad Montazami, Galimard, collection « folioplus philosophie ».

57[faute de 4e de couverture, je donne ici une description brève de cet ouvrage :] Ce livre se présente comme un ouvrage à destination des étudiants des classes préparatoires principalement. Il aborde les textes de Benveniste qui y sont reproduits (extraits de la partie « Communication » des Problèmes) en tant qu’ayant une portée philosophique. Ils entrent ainsi en discussion (assez lointaine néanmoins) avec un tableau (Mise au tombeau de Michel-Ange), permettent de discuter de thèmes (« langage », langue », « parole et discours », signe »), puis d’élargir à des questions d’histoire des idées (« la grammaire : pourquoi ? », « la philologie : comment ? », « la linguistique, tout un programme »). On trouve ensuite une biographie de Benveniste bien détaillée, puis des « questions posées au texte » : « le langage est-il le propre de l’homme ? », « peut-on penser sans les mots ? », « quel est le problème posé par la pluralité des langues ». Suit un groupement de textes littéraires s’interrogeant sur le langage, puis des propositions de dissertations accompagnées de suggestions de lecteurs complémentaires et de films.

582011 : Chloé Laplantine, Emile Benveniste, l’inconscient et le poème, Limoges, Lambert-Lucas.

594e de couverture : Avec Benveniste, c’est toute la théorie du langage qui se transforme en abandonnant le réalisme. On savait que Benveniste rendait possible une poétique, on sait aujourd’hui qu’il l’a conçue en étudiant Baudelaire ; on découvre la « conversion du point de vue » que cette poétique a représentée pour lui et qu’elle représente désormais aussi pour nous qui le lisons. Le présent ouvrage met en lumière l’importance de sa réflexion sur l’inconscient dans le langage à la suite de Bréal, Saussure, Boas, Sapir, et donne une première analyse de son Baudelaire.

605-6 novembre 2010 : « Emile Benveniste : Des manuscrits de linguistique générale aux écrits sur la poésie », journées d’étude organisées par le CLSL, l’Unité de linguistique française de la section de français et le Centre de recherche en langues et littératures européennes, Université de Lausanne.

61Argument : Les développements de la recherche sur les manuscrits enfin répertoriés et accessibles à la BN d’Emile Benveniste permettent de jeter un regard neuf sur l’œuvre d’un des plus grands linguistes français. Le but de cette journée d’études réunissant les spécialistes les plus avancés dans le travail sur les manuscrits des Problèmes de linguistique générale (Irène Fenoglio et Emilie Brunet) et sur les manuscrits sur la poésie (Gérard Dessons et Chloé Laplantine) a pour but de faire connaître en Suisse des recherches encore confidentielles, mais d’une importance considérable du point de vue de l’histoire de la linguistique moderne.

62La première demi-journée sera centrée sur la génétique textuelle appliquée aux manuscrits scientifiques et en l’occurrence des Problèmes de linguistique générale ; approche développée actuellement au sein de l’ITEM par une équipe que dirige Irène Fenoglio et dont font partie Emilie Brunet (documentaliste en charge du catalogage du fonds Benveniste de la BNF) et Rudolf Mahrer et à laquelle collabore Jean-Michel Adam.

63La seconde demi-journée complètera l’approche génétique par le regard de la poétique développée dans le sillage de l’œuvre d’Henri Meschonnic par Gérard Dessons et Chloé Laplantine, l’un et l’autre familiers des manuscrits encore inconnus de Benveniste sur Baudelaire et sur la poésie.

64Liste des interventions :

65Jean-Michel Adam, Vincent Capt& Rudolf Mahrer : Accueil et présentation ; Gérard Dessons, « Entre stylistique et poétique. L’épreuve des Fleurs du mal » ; Chloé Laplantine, « Notre tentative semblera radicale. Nous sommes sûrs qu’un jour on lui reprochera de ne pas l’avoir été assez : que change la poétique de Benveniste ? » ; Rudolf Mahrer & Emilie Brunet, « Réceptions pluridisciplinaires des Problèmes de linguistique générale » ; Emilie Brunet, « Présentation des fonds manuscrits sur Benveniste » ; Irène Fenoglio, « Ouvrir les manuscrits de Benveniste, un triple enjeu : génétique, épistémologique, linguistique »

662011 : Emile Benveniste (2011), Baudelaire, présentation et transcription de Chloé Laplantine, Limoges, Lambert-Lucas.

674e de couverture : On savait que la littérature intéressait Benveniste, qu’il avait été lié au mouvement surréaliste (dont il signe le manifeste La Révolution d’abord et toujours ! en août 1925) ; on savait depuis Henri Meschonnic que par sa pensée de la « subjectivité dans le langage » et du « sémantique sans sémiotique », il rendait possible une poétique. Aussi est-ce sans étonnement qu’on a retrouvé dans ses archives 361 feuillets manuscrits, datant pour l’essentiel de 1967, classés dans un dossier intitulé « Baudelaire ». À ces inédits s’ajoutent ici pour les compléter trois feuillets conservés au Collège de France.

682011 : Emilie Brunet et Rudolf Mahrer (sous la direction de), Relire Benveniste. Réceptions actuelles des Problèmes de linguistique générale, Louvain-la-Neuve, L’Harmattan / Academia.

694° de couverture : Emile Benveniste a interpellé la plupart des penseurs francophones s’achoppant au langage. Ce volume en témoigne qui réunit huit spécialistes de domaines linguistiques différents (analyse du discours, linguistique générale, théorie narrative, génétique textuelle...) mais accordant tous aux Problèmes de linguistique générale (1966, 1974) un rôle théorique prépondérant.

70Énonciation, subjectivité dans le langage, histoire et discours, sémiotique et sémantique... À l’éclairage de leur réception multiple, les grands problèmes benvenistiens apparaissent actuels et renouvelés.

71L’ouvrage est une invitation à relire l’œuvre de celui qui nous conduit sur les traces du discours en prolongeant Saussure. Il retiendra le linguiste comme l’étudiant désireux d’élargir sa connaissance des travaux actuels en sciences du langage, ou encore celui qu’intéressent l’histoire et la circulation des théories. Car Benveniste rend possible un dialogue entre des recherches spécialisées qui souvent s’ignorent.

7224-25 novembre 2011 : « Les théories énonciatives aujourd’hui : Benveniste après un demi-siècle », colloque organisé par Lionel Dufaye et Lucie Gournay, Marne-la-Vallée.

73Argument : En prenant Benveniste comme thème central, ce nouveau colloque souhaite poursuivre le principe d’une discussion et d’une confrontation de points de vue en l’élargissant à l’énonciation en elle-même, c’est-à-dire en tant que façon de poser et traiter des problèmes en linguistique, par opposition à l’appréhension des faits de langue dans les autres grands courants théoriques d’aujourd’hui.

74Un des objectifs de cet événement est de consolider la visibilité de la perspective énonciative et de favoriser l’échange entre ses acteurs qui, du fait même de leur dispersion géographique ou de la spécialité de leur domaine de recherche, suivent parfois des cheminements séparés. Ainsi, il paraît crucial de chercher à montrer que la recherche énonciative, pour diverses que puissent être ses approches, reste l’objet d’un projet commun et d’une spécificité scientifique qui demande à être entretenue et pérennisée.

75C’est dans ce souci de trouver un thème qui transcende la particularité des approches énonciatives ou des champs de recherche de chacun que nous avons pensé lancer une réflexion autour de Benveniste, comme source d’une démarche linguistique spécifique. En effet, le tournant post-structural qui survient à la fin des années cinquante est volontiers associé à deux figures désormais centrales : Chomsky aux Etats-Unis, qui rétablit la dimension mentaliste fortement évacuée jusque-là sous l’influence de Bloomfield ; et Benveniste en France, qui restaure un intérêt pour la mise en discours, là où l’héritage saussurien avait amené à privilégier la langue comme objet d’étude. Ainsi, alors que Chomsky s’est inscrit en quelque sorte dans la continuité de cette tradition en mettant l’accent sur la compétence comme condition d’étude, Benveniste a opéré une rupture en prêtant aux facteurs de la performance une importance jusqu’alors négligée. Cependant, à la différence de Chomsky, Benveniste n’a associé sa démarche à aucun principe de formalisation, pas plus qu’il n’a pu intervenir sur le prolongement de ses idées.

76Pour ces raisons, on peut estimer que l’énonciation et les théories qui s’en réclament se sont véritablement érigées sur la base d’une réflexion assez générale, plus que sur un modèle d’analyse régulé. Aussi, un des objectifs de ce colloque consistera à s’interroger sur les variations qui ont découlé du fond commun hérité de la pensée de Benveniste, et qui ont pu donner lieu à des approches diversifiées. 

77On trouvera les résumés des nombreuses interventions :

78http://www.enonciation.com/​documents/​livretcolloque2011.pdf

792012 : Benveniste E., Dernières leçons. Collège de France 1968 et 1969 (texte établi par J.-C. Coquet et I. Fenoglio), éd. Gallimard/Seuil/EHESS, coll. « Hautes Études ».

804° de couverture : Trente ans après sa mort, l’œuvre d’Émile Benveniste fait partie des références majeures en linguistique. Or, si la publication en 1966 des Problèmes de linguistique générale a assuré une large publicité à ses travaux, elle en a aussi laissé quelques autres dans l’ombre, tel l’ensemble des cours dispensés au Collège de France qui n’ont pas encore été publiés.

81Cette édition des derniers cours de Benveniste (1968-1969) met clairement au jour son ambition de sémanticien et sa volonté d’établir une théorie du langage. Les dernières années de sa vie intellectuelle, marquées par une intense activité jusqu’à son attaque cérébrale fin 1969, témoignent ainsi de ses capacités de création : invention de concepts et élucidations théoriques, analyses inédites consacrées à l’écriture, etc. Cet ouvrage offre en outre l’occasion de dévoiler une facette moins connue du linguiste : on a pu apprécier l’envergure du savant, on admire la limpidité du style de l’auteur, on entrevoit les dimensions et orientations du chercheur, mais on avait oublié le dynamisme et la fermeté de l’enseignant. Or, si le savant développe un savoir toujours plus fin sur des espaces linguistiques spécifiques, si le chercheur construit article après article sa théorie, le déploiement didactique pour la mise en œuvre d’une ingénieuse transmission n’avait pas encore été dévoilé.

82Établie et présentée par les linguistes Jean-Claude Coquet et Irène Fenoglio, avec une préface de Julia Kristeva et une postface de Tzvetan Todorov, cette édition s’accompagne de quelques documents inédits : une biographie de Benveniste, une présentation de ses archives conservées à la Bibliothèque nationale de France et des photographies des notes préparatoires de ses cours.

83Émile Benveniste est né à Alep en Syrie en 1902 et mort à Versailles en 1976. Il s’est illustré par ses travaux dans le domaine de la grammaire comparée des langues indo-européennes, ainsi qu’en linguistique générale.

842-3 Avril 2013 : « Emile Benveniste et la littérature », Bayonne, journées d’étude organisées par Sandrine Larraburu-Bédouretet Chloé Laplantine.

85Argument : Dans le cadre d’un projet à long terme qui vise à « Relire les concepts linguistiques » pour étudier et évaluer, à l’aune des recherches linguistiques contemporaines, la pertinence et l’impact de concepts qui ont fait date dans l’histoire de la pensée, nous consacrerons ce deuxième colloque à Émile Benveniste.

86L’intérêt de Benveniste pour la littérature est avéré dans ses recueils d’articles comme dans ses manuscrits : il signe en 1925 avec les surréalistes le manifeste « La révolution d’abord et toujours ! ». En 1924, il écrit un compte-rendu sur la traduction par Maurice Betz des Cahiers de Malte LauridsBrigge de Rilke dans le premier numéro de la revue Philosophies, fondé par Pierre Morhange. En 1945, il écrit un texte sur l’imaginaire poétique de l’eau, L’eau virile dans la revue Pierre à feu édité par Aimé Maeght.

87À la fin de son article « Sémiologie de la langue », Benveniste ouvrait la voie d’une « translinguistique des textes, des œuvres » (PLG, 2, p. 66). Précisément, dans cet article qui se termine par l’annonce d’un projet impliquant la littérature, Benveniste parle de la musique et des arts de la figuration, mais pas de la littérature, du moins pas de manière explicite. La question de la littérature est en fait présente, mais posée de manière non nommée comme un hiatus entre la « langue » et l’art :

La signifiance de l’art ne renvoie donc jamais à une convention identiquement reçue entre partenaires. Il faut en découvrir chaque fois les termes, qui sont illimités en nombre, imprévisibles en nature, donc à réinventer pour chaque œuvre, bref inaptes à se fixer en une institution. La signifiance de la langue au contraire, est la signifiance même, fondant la possibilité de tout échange et de toute communication, par là de toute culture. (PLG, 2, p. 59-60).

88Ce hiatus (implicite) trouve peut-être son écho à la toute fin de l’article lorsque Benveniste appelle à l’« ouverture d’une nouvelle dimension de signifiance, celle du discours » (Ibid., p. 66) afin de dépasser une linguistique strictement fondée sur la notion de signe : « En réalité le monde du signe est clos. Du signe à la phrase il n’y a pas transition, ni par syntagmation ni autrement » (Ibid., p. 65).

89Dans ce même article Benveniste faisait une brève allusion à Baudelaire, posant que « les parfums, les couleurs et les sons se répondent », « ʺces correspondancesʺ ne sont qu’à Baudelaire et organisent son univers poétique » (p. 61). Cette référence apparaît en fait comme un indice de ce grand travail qu’il avait entamé à propos de la « langue de Baudelaire », travail critique du structuralisme ambiant, faisant du poème le point de départ d’un renouvellement de toute la linguistique :

(Je pense, au bout du compte, que l’analyse de la langue poétique exige dans toute l’étendue du domaine linguistique des catégories distinctes. On ne saurait être assez radical. Il faudra donc poser : une phonétique poétique, une syntaxe poétique, une grammaire poétique, une lexicologie poétique.) (Baudelaire, 22, f°67/f°319)

90La linguistique de Benveniste rend possible une réflexion sur la littérature. Quels sont les enjeux de cette réflexion alors que certaines de ses analyses ou concepts sont présents dans les études littéraires universitaires, étaient présents dans les programmes du collège de 1996, qui ont cherché à introduire une grammaire du discours ? Pourtant cette réforme en demi-teintes a rapidement avorté : l’opposition discours / récit, est très vite laissée de côté ; la notion d’énonciation, en revanche, s’est imposée comme le levier nécessaire de toute analyse de texte littéraire ou non littéraire. Néanmoins s’agit-il encore ici de Benveniste ? Il importe en effet de faire la critique d’une telle réduction de ses découvertes, celles-ci ayant une toute autre visée que de devenir une « boîte à outils » téléportable d’un texte à l’autre indifféremment, ce qui était son propos dans « Sémiologie de la langue » : « L’art n’est jamais ici qu’une œuvre d’art particulière, où l’artiste instaure librement des oppositions et des valeurs dont il joue en toute souveraineté » (PLG, 2, p. 59).

91Enfin Benveniste comme beaucoup de linguistes issus de la tradition de la grammaire comparée, et peut-être spécifiquement de la tradition de la Société de Linguistique de Paris – dont le premier statut était « La Société de Linguistique a pour but l’étude des langues, celle des légendes, traditions, coutumes, documents, pouvant éclairer la science ethnographique. Tout autre objet d’études est rigoureusement interdit » – travaille de manière constante avec des textes littéraires. Qu’on ouvre par exemple l’index des références à la fin du second volume du Vocabulaire des institutions indo-européennes, et on verra la place qu’y prennent les références littéraires qui alimentent le savoir du linguiste : dans le corpus grec, on note ainsi 2 références à Aristote, 1 référence à Platon, 32 références à Hérodote, mais 336 références à Homère !

92Nous proposons pour ces journées d’étude 4 pistes de réflexions – celles-ci ne sont peut-être pas les seules imaginables : 1) La place de Benveniste dans l’enseignement littéraire, secondaire et universitaire. 2) La poétique qu’implique Benveniste dans ses travaux de linguistique générale. (« translinguistique des œuvres et des textes », réflexion sur l’énonciation, la réflexion sur la notion de « rythme »....). 3) Les manuscrits sur le langage poétique. 4) La littérature dans le travail de philologie et de grammaire comparée. 

93Les propositions doivent être adressées aux deux co-organisatrices : sandrine.bedouret@univ-pau.fr et chloe.laplantine@orange.fr avant le 15 juin 2012.

Haut de page

Bibliographie

Anscombre J-C et Ducrot O., 1976, « L’argumentation dans la langue », Langages, 42, Paris, Didier/Larousse, 5-27.

Arrivé M., 1997, « Préface », Emile Benveniste vingt ans après, actes du colloque de Cerisy, Nanterre, numéro spécial LINX, p. 25-37.

Benveniste E., 1966, Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard.

Coquet J.-C., 1997, La quête du sens. Le langage en question. Paris, Puf.

Dessons G., 2006, Emile Benveniste, l’invention du discours, Paris, In-Press.

Laplantine C., 2011 a, « “La langue de Baudelaire” : une approche de Baudelaire et du langage poétique avec Benveniste », Le Français aujourd’hui, n° 175, « Littérature et linguistique : dialogue ou coexistence ? », décembre 2011, p. 47-54.

—— 2011 b, « La poétique d’Emile Benveniste, Benveniste et les “correspondances”« , Relire Benveniste, Emilie Brunet et Rudolf Mahrer (dir.), éditions Academia-Bruylant, collection « Sciences du langage : carrefours et points de vue », Louvain-la-Neuve.

—— 2011 c, « “La langue de Baudelaire” avec Benveniste », revue Modernité, n° 32, Sens du langage. Sens de la langue, Presses Universitaires de Bordeaux.

—— 2010, « Emile Benveniste : l’inconscient dans le langage », De la grammaire à l’inconscient : dans les traces de Damourette et Pichon, Michel Arrivé, Valelia Muni-Toke, Claudine Normand (dir.), Lambert-Lucas, Limoges.

Laplantine C., et Eastman A., 2010, « Emile Benveniste : Poetic Language. Selections from Notes on the Language of Baudelaire », Graduate Faculty Philosophy Journal, 31 /1, The New School for Social Research, Department of Philosophy, New-York, sept 2010.

Laplantine C., 2009 a, « La poétique d’Emile Benveniste », Emile Benveniste. Pour vivre langage, Serge Martin (dir.), éditions L’Atelier du Grand Tétras, Collection « Résonance générale : Essais pour la poétique », Mont-de-Laval.

—— 2009 b, « Emile Benveniste et Le Vocabulaire des institutions indo-européennes », Le texte étranger (2) Travaux 2006-2008, Claire Joubert (dir.), Presses universitaires de Vincennes, collection « Travaux et documents ».

Fenoglio I., 2009a, « Conceptualisation et textualisation dans le manuscrit de l’article “Le langage et l’expérience humaine” d’Emile Benveniste. Une contribution à la génétique de l’écriture en sciences humaines », Modèles linguistiques, Tome XXX, vol. 59, 71-99.

––– 2009b, « Les notes de travail d’Emile Benveniste : où la pensée théorique naît via son énonciation », Langage et société n° 127, mars 2009, 23-49.

—– 2011, « Déplier l’écriture pensante pour re-lire l’article publié. Les manuscrits de “L’appareil formel de l’énonciation” d’Emile Benveniste », in Relire Benveniste. Réceptions actuelles des Problèmes de linguistique générale, Emilie Brunet & Rudolf Mahreréds., Louvain-la-Neuve, Academia, 263-304. 

Meschonnic H., 1982, Critique du rythme. Anthropologie historique du langage, Lagrasse, Verdier.

Normand C. 1997, « Lectures de Benveniste : quelques variantes sur un itinéraire balisé », Emile Benveniste vingt ans après, actes du colloque de Cerisy, Nanterre, numéro spécial LINX, p. 15-21.

Haut de page

Notes

1  Aya Ono en 2004 soutient une thèse de sciences du langage, La notion d’énonciation d’Emile Benveniste : formation et problématiques, et en 2008 Chloé Laplantine soutient une thèse en Langues et littérature françaises, Emile Benveniste : poétique de la théorie. Transcription et publication d’une poétique de Baudelaire. Et une thèse en sciences du langage en préparation (depuis 2008) à Paris 3 sous la direction de Jean-Louis Chiss, par Oshimitsu Eguchi : Benveniste, l'ordre sémantique : énonciation, discours, dialogue et subjectivité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chloé Laplantine, « Dossier bibliographique et chronologie documentée », Semen, 33 | -1, 165-184.

Référence électronique

Chloé Laplantine, « Dossier bibliographique et chronologie documentée », Semen [En ligne], 33 | 2012, mis en ligne le 22 mai 2012, consulté le 28 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/semen/9528 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.9528

Haut de page

Auteur

Chloé Laplantine

CNRS-UMR 7597 Laboratoire d’Histoire des Théories Linguistiques
POLART – Poétique et politique de l’art

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search