Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Dossier bibliographiqueEmilie Brunet et Rudolf Mahrer, R...

Dossier bibliographique

Emilie Brunet et Rudolf Mahrer, Relire Benveniste. Réceptions actuelles des « Problèmes de linguistique générale »

Louvain-la-Neuve, Academia/L’Harmattan, coll. « Sciences du langage. Carrefours et points de vue », 2011
Vincent Capt
p. 185-192

Texte intégral

  • 1  Éditions L'Atelier du grand tétras, 2009, Mont de Laval.
  • 2  Éditions Lambert-Lucas, 2011, Limoges.
  • 3  Éditions Lambert-Lucas, 2011, Limoges.
  • 4  Texte établi par Jean-Claude Coquet et Irène Fenoglio, avec une préface de Julia Kristeva et une p (...)
  • 5  Émilie Brunet a notamment été en charge entre 2006 et 2010 du fonds Benveniste conservé à la Bibli (...)
  • 6  Rudolf Mahrer développe pour sa part une linguistique de la parole à partir des propositions benve (...)

1Considérant, le présent volume de Semen (2012), les parutions de Émile Benveniste, pour vivre langage (2009), dirigé par Serge Martin1, Baudelaire (2011), feuillets édités, présentés et transcrits par Chloé Laplantine2, Émile Benveniste, l’inconscient et le poème (2011) de Chloé Laplantine3, Dernières Leçons, Collège de France (1968-1969), d’Émile Benveniste lui-même4, l’actualité éditoriale (autour) de l’auteur des Problèmes de linguistique générale ne fait aucun doute. On en trouve une confirmation supplémentaire et convaincante dans les « réceptions actuelles » (des Problèmes de linguistique générale principalement) mentionnées dans le sous-titre du recueil dirigé par Émilie Brunet5 et Rudolf Mahrer6.

2Relire Benveniste : ce volume est notamment le fruit de la journée d’études de l’association Conscila « Regards croisés sur l’énonciation : actualité de Benveniste dans les sciences du langage », tenue à l’ENS de Paris le 6 juin 2008.

3Plus de quarante ans après les derniers écrits de Benveniste, le recueil témoigne d’une singulière postérité théorique, illustrée dans le champ déjà vaste des sciences du langage. Cette « relecture » n’est pas la première. Elle vient à la suite de plusieurs ouvrages importants, parus à fréquence constante :

  • 7  Éditeur : Société de linguistique de Paris.

4- en 1975 : Mélanges linguistiques offerts à Émile Benveniste7,

  • 8  Sous la direction de J. Kristeva, Jean-Claude Milner, N. Ruwet, Seuil, Paris.

5- en 1985 : Langue, discours, société. Pour Émile Benveniste8,

  • 9  Lectures d’Émile Benveniste, Linx n° 26, Montaut, A. et Normand, C. (dir.), 1992, et Émile Benveni (...)

6- en 1992 et en 1997 : les deux volumes de la revue LINX9,

  • 10  Éditions In press, Paris.

7- puis en 2006 : Émile Benveniste, l’invention du discours10, de Dessons reprenant la première version de son travail, parue en 1993.

8Dans l’introduction de ce nouvel ouvrage autour de Benveniste, les grands relais de sa pensée en sciences du langage sont ainsi rappelés, notamment la translinguistique de Barthes, la poétique de Meschonnic, ainsi que les fécondes réceptions que lui ont accordées Todorov, Kristeva, Normand, Genette, Pêcheux ou Culioli. Bien sûr, les relayeurs actuels de Benveniste sont également mentionnés, quand ils n’interviennent pas directement dans l’ouvrage, comme Dessons (déjà évoqué), Coquet (Phusis et logos : une phénoménologie du langage, 2007) et Ono (La Notion d’énonciation chez Émile Benveniste, 2007).

9Au vu de ce rapide panorama, le pouvoir « insufflateur » des théories benvenistiennes n’est plus à démontrer, mais à réactualiser sans cesse. C’est dans cet esprit qu’a été pensé l’ouvrage dirigé par Émilie Brunet et Rudolf Mahrer. En introduction, les auteurs rappellent notamment le refus que manifestait Benveniste de faire école, impliquant de considérer qu’il y a actuellement, pour ainsi dire, autant de Benveniste qu’il y a de chercheurs qui s’en revendiquent. La visée des deux auteurs n’est donc pas de remonter à un quelconque « Benveniste originel » : il n’importe pas d’être plus benvenistien que Benveniste – ou plutôt : si « être benvenistien » veut dire quelque chose aujourd’hui, c’est justement en en proposant un prolongement. La réunion au sein du volume de poéticiens, de généticiens et, plus globalement, de linguistes se revendiquant de l’analyse de discours, permet à la fois d’entamer un dialogue entre différentes générations de chercheurs et de saisir la spécificité de chacun de leur travail. Voilà ce qui fait « l’actualité inactuelle » de Benveniste : comme l’indiquent Brunet et Mahrer, « interroger l’héritage benvenistien revient à ouvrir des pistes de réflexion ». Précédée d’utiles « précisions bibliographiques », l’introduction de l’ouvrage s’avère, dans ces conditions, précieuse. Non pas seulement pour conduire aux différentes perspectives qui sont développées dans les chapitres qui la suivent, mais aussi pour bien saisir que la réception de Benveniste proposée ici n’est pas doxographique, et vise principalement à voir en quoi sa pensée continue d’interroger et de nourrir la nôtre aujourd’hui.

10Les éventuelles critiques ou interrogations que peuvent susciter ce recueil concernent l’architecture et l’intitulé de l’ouvrage. Celui-ci est en effet bâti très inégalement entre une première partie « Actualités benvenistiennes des sciences du discours » regroupant les huit premiers chapitres, et une seconde « Perspectives génétiques », constituée du seul neuvième chapitre. Par-delà le déséquilibre « quantitatif » d’une telle répartition, il semble que des ensembles auraient pu se recouvrir assez simplement (par exemple, pourquoi ne pas avoir placé la contribution de Grésillon et de Lebrave dans la seconde partie du livre ?). Dans le prolongement, pourquoi restreindre, dans le sous-titre de l’ouvrage, les « réceptions actuelles » de Benveniste aux seuls PLG, alors que certains contributeurs (Laplantine, Adam) traitent frontalement des feuillets Baudelaire ou, à tout le moins, les mentionnent ? On imagine qu’une répartition entre les travaux effectués à partir de ces manuscrits et ceux réalisés à partir des PLG a certainement dû être envisagée par les auteurs (et qu’une telle unité de corpus aurait eu par contre le désavantage de dissocier l’unité épistémologique « discours »). Globalement, on pourrait aussi s’interroger, en passant, sur le titre : s’agit-il vraiment de « re-lire », plutôt que de lire « aujourd’hui-encore » Benveniste, sachant que tous les auteurs réunis n’y reviennent pas – ponctuellement –, mais y fondent leur démarche ou en partent (au moins) pour en proposer un prolongement ?

11Plus sérieusement, les auteurs insistent à juste titre dans l’introduction sur le fait que le succès posthume et transdisciplinaire du « linguiste français le plus influent du XXème » s’explique en grande partie parce que sa pensée relève d’abord d’une théorie générale du langage. Cependant, ils passent quelque peu sous silence le fait que celle-ci consigne moins des phénomènes linguistiques (qu’il s’agirait de typologiser et de fixer une fois pour toute) qu’elle ne s’élabore par succession raisonnée de problèmes (justement), au sens heuristique du terme, à savoir un mode de pensée, une attitude intellectuelle face à un objet – le langage – qu’il importe davantage d’interroger et de problématiser. C’est cette faculté à « faire problème » (à peine évoquée) dont se dote la pensée benvenistienne qui explique en grande partie, d’après nous, sa pérennité – le problème étant, en effet, à reformuler indéfiniment.

  • 11  Arrivé M. 1997 : « Préface », LINX, n° spécial, 15-21.

12Enfin, il aurait peut-être été bienvenu de proposer à des contributeurs travaillant en dehors de la francophonie de participer à ce numéro. Alors que les auteurs mentionnent dans leur introduction le colloque « Leituras de Emile Benveniste » organisé à Porto Alegre (dont les actes ont été publiés dans la revue Letras de Hoje en 2004), la fécondité de la pensée benvenistienne se limite une nouvelle fois à la francophonie. En somme, le présent travail ne traverse pas les frontières dites linguistiques – « problème » benvenistien s’il en est – pointé depuis longue date par Michel Arrivé, notamment, qui relevait (1997 : 17)11, que les PLG n’étaient par exemple traduits, avant les années 2000, qu’en sept langues. Sachant que, plus de dix ans plus tard, on ne trouve toujours que très peu d’échos internationaux de l’œuvre de Benveniste, la participation d’un chercheur (brésilien, par exemple) aurait permis d’élargir le spectre de ces « réceptions actuelles ».

13Abordons maintenant les chapitres (n° 1 à 9) dans l’ordre qui a été retenu. Dans le premier chapitre, Almuth Grésillon et Jean-Louis Lebrave élaborent leur propos à partir d’un cadrage énonciatif, l’énonciation y étant prise comme activité redevable à un certain nombre d’opérations (Culioli, Fuchs) pour penser et aborder, dans une perspective génétique, l’élaboration du discours ou, autrement dit, « l’activité d’écriture ». Après avoir interrogé l’objet manuscrit et, plus spécifiquement, le brouillon comme production écrite et réécrite, les auteurs s’intéressent à la subjectivité qui se joue dans diverses opérations énonciatives et à ce qu’ils appellent « la double locution génétique ». Ils se penchent d’abord sur la question du lien tissé entre le scripteur et le produit de son activité d’écriture (en s’intéressant aux ratures et à la paraphrase). Ils abordent ensuite diverses régularités génétiques que viennent éclairer avantageusement certains points de la théorie benvenistienne, comme la conceptualisation du « je » dans l’énonciation ainsi que les temps verbaux (les auteurs illustrent respectivement leurs propos à partir d’extraits tapuscrits de la Recherche de Proust et des manuscrits des Trois contes de Flaubert). Grésillon et Lebrave traitent enfin (à partir du Lutezia de Heine) de la dimension interlocutive de l’énonciation écrite (de soi à soi, scripteur et lecteur), avant de conclure sur la « modernité » de Benveniste, à savoir la capacité de sa théorie générale du langage à valoir par-delà les contingences académiques et autres « effets de mode » – ce qu’illustre bien leur démarche.

14Elaborée à partir des manuscrits Baudelaire rédigés en 1967, la contribution de Chloé Laplantine (chapitre 2), relevant de la poétique, s’inscrit dans le sillage de la théorie meschonnicienne dite du « poème », qui propose un très stimulant renouvellement de point de vue sur le langage. En ligne de mire, la conversion proposée dessine un programme et un inconnu. Ce programme invite à s’intéresser à l’agir du poème, qui fait l’unité de cette « sémantique de l’énonciation », c’est-à-dire une énonciation, non pas simplement particulière, mais spécifique. L’enjeu central de cette sémantique est d’ouvrir à une remise en question non seulement de l’instrumentalisation communicationnelle de l’énonciation mais aussi des modes conventionnels de signifier du langage. Sa valeur est sa criticité. Le programme tend plus radicalement vers un inconnu lorsque le langage rencontre le point de vue de la littérature et de l’art : la « communication poétique », qui dépend pleinement d’une réceptivité, y trouve un enjeu sémiotique car elle se défait de modèles qui lui préexisteraient et qui lui seraient extérieurs (le signe linguistique, notamment).

15Dans le troisième chapitre, la narratologue Sylvie Patron se propose d’interroger la réception du couple benvenistien histoire/discours dans les théories littéraires du récit écrit de Todorov et de Genette. Dans son investigation à la fois ample et minutieuse, Patron examine les articulations entre des concepts homonymes qui ne se recoupent pas forcément. D’abord, elle montre notamment que Benveniste oppose en amont, et exclusivement, les deux termes (histoire/discours), tandis que Todorov conceptualise deux niveaux du récit (discursif ou historique) et que Genette enrichit une réflexion patiemment élaborée (de 1972 à 2007) pour former finalement une triade (histoire, récit et narration). Ensuite, elle compare la théorie des temps verbaux de Benveniste et leur implication sur ce couple avec les travaux sur le duo prétérit épique/prétérit grammatical chez Hamburger. Enfin, elle montre comment Kuroda et Banfield ont rapproché Benveniste et Hamburger sur la question. Au final, chaque examen vaut parce qu’il interroge l’opposition entre théories communicationnelles ou non-communicationnelles du récit. Chacun d’eux contribue à une meilleure compréhension de l’histoire des théories du récit et enrichit la réflexion contemporaine sur les théories narratologiques.

16Le chapitre 4 donne voix à Jean-Michel Adam, qui s’intéresse en trois temps à la programmatique « translinguistique des textes, des œuvres » de Benveniste. Dans un premier temps, il reprend la réflexion qu’il propose dans sa Linguistique textuelle et repart des manuscrits de l’article « Sémiologie de la langue », fondateur de ce programme, aujourd’hui à la source de la réflexion de la poétique. Il rappelle que Benveniste repart lui-même de Saussure pour penser sa linguistique du discours et que celle-ci requiert radicalement un nouvel appareillage conceptuel et analytique. Il appuie aussi son propos sur les manuscrits Baudelaire et montre que cette « translinguistique », concernant une « signifiance du discours », y trouve des échos théoriques, sinon explicites, pour le moins très convergents. Dans un second temps, Adam propose un retour sur la réception du programme benvenistien que lui ont accordé, durant les années 1970, la poétique de Meschonnic, la « théorie du discours » de Todorov, la « sémanalyse » de Kristeva et la « méta-linguistique » de Barthes. Il montre notamment combien ce dernier a lui-même démontré que la pensée benvenistienne conduisait ultimement à interroger les limites de la langue (unités intégratives/phrase et prégnance du système sur la « praxis »). Dans un troisième et dernier temps, Adam indique que cette « translinguistique » peut trouver un prolongement certain dans l’analyse textuelle, toutes deux s’établissant à partir d’une unité d’un « autre ordre » (sémantique), à savoir le texte.

17À partir d’un autre couple conceptuel chez Benveniste (celui entre langue et discours), Vincent Guige (chapitre 5) s’intéresse à la dimension linguistique, puis discursive, de l’acte de réception/compréhension et dégage les modes de signifier respectivement en jeu pour en proposer in fine une articulation ou, à tout le moins, un « ordonnancement ». Dans le premier cas, il rappelle à grands traits comment s’opère la signifiance sémiotique (niveaux d’intégration et associations linguistiques). Dans le second cas, il repère des modalités de réalisation de la signifiance sémantique (ou discursive), toujours à partir de l’acte de compréhension, s’intéressant au rôle joué à ce propos par une mémoire discursive et aux valeurs contextuelles obtenues par différents rapports d’associations discursives. Guigue insiste sur le fait que ces valeurs dépendent toujours d’un corpus ou d’une archive, constitués au préalable (primat de l’interdiscursivité). Il illustre avantageusement son propos autour de la forme « athéisme » dans un corpus décloisonné (XVIIe au XXIe siècle). Dans ces conditions, le discours n’est, selon lui, plus à considérer, tel que c’est le cas chez Benveniste, comme régime second de détermination (dans le rétablissement) de la signifiance, mais comme étant au centre même de celle-ci, repoussant les catégories linguistiques établies extérieurement à toute réalisation de tel ou tel discours.

18Au sixième chapitre, Sarah de Vogüé traite du concept benvenistien d’intégration (l’énonciation est intégrée à la langue) et propose d’en interroger l’efficace pour le discours. Elle place au cœur de sa réflexion linguistique le souci du sens, celui-ci étant défini par Benveniste comme la capacité pour une unité d’intégrer une autre de rang supérieur. C’est chez lui, conventionnellement, la relation d’intégration qui définit le sens d’une unité. La réflexion de l’auteure est à la fois ample, originale et solide. Elle permet d’intégrer l’énonciation au niveau même du lexique, contrecarrant la plupart des théories lexicographiques ou sémantiques. Contre toute théorie abstraite du sens, elle indique non seulement que l’intégration des mots dépend toujours d’un emploi concret (particulier et cotextualisé), mais aussi que ces mots relèvent – en tant que tels – de la langue. De ce fait, de Vogüé propose d’intégrer le discours même à la langue. Elle conceptualise ces deux niveaux d’intégration (du discours à la langue et du mot au discours) via la théorie culiolienne des formes schématiques. Lieu d’articulation pour traiter des variations syntaxiques et discursives, ces formes schématiques peuvent comprendre diverses modulations (individuelles, sociales, …) et ouvrent alors à une multiplication des formes de l’intégration.

19Codirecteur du volume, Rudolf Mahrer expose aussi son travail dans une ample et ambitieuse contribution (chapitre 7). Il dessine un horizon – la réévaluation du concept de langue aux prises avec une « linguistique de la parole » – et fonde son programme à partir d’un socle – la réflexion de Benveniste sur les couples histoire/discours, sémiotique/sémantique, fonctionnel/formel, système/acte et répétition/événement. S’appuyant aussi sur Saussure, de Vogüé et Bergounioux, le parcours proposé, qui avance comme l’auteur le dit par « sauts », mène globalement de la langue comme système formel à l’activité cognitive de reconnaissance/perception du sens dans la langue (comme parole donc). Le concept de « fonction » est ici central. Il permet de situer la langue au carrefour de la forme et de l’activité. La réflexion peut alors se déplacer vers le couple langue/esprit et conduit à saisir les « compétence individuelle » ou « aptitudes sémiotiques » en jeu dans l’activité de parole (autant à la production, à l’audition/lecture qu’à son interprétation). En somme, l’objet empirique « parole », tel que présenté, implique que la langue soit pleinement intégrée au sujet, qui s’y constitue comme tel. Cet objet permet bien de saisir que l’activité mentale de production de sens s’effectue à partir de la reconnaissance de formes. Mahrer illustre utilement sa réflexion à partir de quelques exemples, notamment tirés de ses recherches sur C.F. Ramuz, avant de conclure sur cette belle formule : « chacun parle, c’est-à-dire écoute, selon sa propre langue ».

20En partant du concept d’affordance, relevant initialement de la psychologie, Gabriel Bergounioux (chapitre 8) offre au lecteur un point de départ inattendu et propose une large réflexion, parfois « parallèle » à celle de Mahrer qui part aussi de la structure de la langue pour mobiliser la fonction (non pas de la « parole ») mais du discours. Le chassé-croisé langue/discours développé s’appuie notamment sur le livre de Benveniste Noms d’agent et nom d’action en indo-européen, qui relève d’une approche phonologique et morphologique comparée. L’auteur montre à la fois que chez Benveniste la langue a prise sur le locuteur (dont la perception/pensée ne peut s’effectuer qu’à partir de la langue), et que le discours est une modalité d’action du « parlant » ou, plus particulièrement, de l’« agent ». En somme, le sujet est ici le pivot du parcours (« de…à ») que propose Bergounioux, dont la contribution, in fine, renforce tout particulièrement les liens entre linguistique et psychologie.

21Le neuvième et dernier chapitre bénéficiant d’une certaine autonomie comme on l’a vu, offre à Irène Fenoglio l’occasion de se pencher longuement sur les manuscrits inédits (avant-textes des notes et du brouillon) de « L’appareil formel de l’énonciation », non seulement en vue d’interroger le processus d’écriture mais aussi de « re-lire » l’article publié à l’aune de ce dossier génétique : comme l’indique l’auteure, sa contribution fait la genèse d’une écriture scientifique et interroge sa pertinence pour la pensée linguistique. Après avoir proposé un état des lieux du fonds Benveniste à la BnF et un rapide rappel théorique sur l’analyse génétique, Fenoglio décortique, en ayant le souci d’illustrer abondamment son propos, la mise en place de notions telles que « énonciation » ou « individu linguistique », celles de la distinction monologue/dialogue et de la triade énonciation/discours/parole, notamment. Elle est tout particulièrement sensible à la dynamique qui unit notes et brouillon, allant d’une « pensée cumulative » (répétitions, hésitations, ruminations) à une théorisation systématique (d’un trait). En fin d’article, son intérêt pour la « textualisation énonciative » est élargi par le rappel de la portée anthropologique consubstantielle à la pensée benvenistienne.

Haut de page

Notes

1  Éditions L'Atelier du grand tétras, 2009, Mont de Laval.

2  Éditions Lambert-Lucas, 2011, Limoges.

3  Éditions Lambert-Lucas, 2011, Limoges.

4  Texte établi par Jean-Claude Coquet et Irène Fenoglio, avec une préface de Julia Kristeva et une postface de Tzvetan Todorov, Hautes Études, EHESS, Gallimard, Seuil, Paris.

5  Émilie Brunet a notamment été en charge entre 2006 et 2010 du fonds Benveniste conservé à la Bibliothèque nationale de France.

6  Rudolf Mahrer développe pour sa part une linguistique de la parole à partir des propositions benvenistiennes.

7  Éditeur : Société de linguistique de Paris.

8  Sous la direction de J. Kristeva, Jean-Claude Milner, N. Ruwet, Seuil, Paris.

9  Lectures d’Émile Benveniste, Linx n° 26, Montaut, A. et Normand, C. (dir.), 1992, et Émile Benveniste, vingt ans après, colloque de Cerisy, 12-19 août 1995, numéro spécial de Linx, 1997, Publication de l’Université de Paris X – Nanterre, Paris.

10  Éditions In press, Paris.

11  Arrivé M. 1997 : « Préface », LINX, n° spécial, 15-21.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Capt, « Emilie Brunet et Rudolf Mahrer, Relire Benveniste. Réceptions actuelles des « Problèmes de linguistique générale » », Semen, 33 | -1, 185-192.

Référence électronique

Vincent Capt, « Emilie Brunet et Rudolf Mahrer, Relire Benveniste. Réceptions actuelles des « Problèmes de linguistique générale » », Semen [En ligne], 33 | 2012, mis en ligne le 23 mai 2012, consulté le 25 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/semen/9529 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.9529

Haut de page

Auteur

Vincent Capt

Unité de linguistique française
Section de langue et littérature françaises
Université de Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search