Navigation – Plan du site
Note de lecture critique et compte-rendu de lecture : actualité Vološinov-Bakhtine

Sur l'ouvrage de Jean-Paul Bronckart et Cristian Bota, 2011, Bakhtine démasqué. Histoire d’un menteur, d’une escroquerie et d’un délire collectif, Genève, Droz, 629 pages

Sandra Nossik
p. 209-217

Texte intégral

  • 1  Désormais Dostoïevski.

1La parution de Bakhtine démasqué, co-écrit par Jean-Paul Bronckart et Cristian Bota, fait écho aux diverses et récentes exégèses francophones des écrits du dit « Cercle de Bakhtine », et notamment à la retraduction de Marxisme et philosophie du langage par Patrick Sériot parue en 2010 (cf. compte-rendu de Jacques Guilhaumou ici même). Ces deux travaux indépendants se fixent cependant des objectifs différents : si la préface de Sériot était consacrée à une recontextualisation historique et épistémologique de l’œuvre de Valentin Vološinov, l’ouvrage de Bota et Bronckart s’emploie principalement à rétablir la vérité sur la paternité des « textes disputés » de Mikhaïl Bakhtine. Trois textes parus en URSS à la fin des années 1920, soit Marxisme et philosophie du langage et Le freudisme, essai critique, édités sous le nom de Vološinov, et La méthode formelle en littérature, paru sous le nom de Pavel Medvedev, furent en effet attribués à Bakhtine dans de nombreuses éditions et traductions à partir des années 1970, suite à la déclaration par le linguiste russe Vjačeslav Ivanov que ces textes avaient été manifestement écrits par Bakhtine (Ivanov [1973] 1975, Kull & Velmezova 2011). Cette affirmation sans preuve fut rapidement acceptée et relayée, notamment dans les traductions francophones, ayant pour conséquence des lectures et interprétations de ces œuvres comme d’un corpus unifié émanant d’un même auteur, et donc une appropriation scientifique établissant sans discussion des ponts théoriques entre des textes singuliers. L’ouvrage de Bronckart et Bota défend la thèse que ces textes ont bien été écrits par leurs signataires respectifs Vološinov et Medevedev, thèse partagée aujourd’hui par nombre de chercheurs. L’ouvrage se propose cependant d’aller plus loin dans le « démasquage » de Bakhtine, en proposant une thèse cette fois inédite : le célèbre ouvrage Problèmes de la poétique de Dostoïevski1, paru une première fois en 1929 sous le nom de Bakhtine, et dont la paternité n’avait jusqu’ici jamais été remise en cause, serait lui-même le résultat d’un assemblage de textes distincts écrits par Bakhtine mais aussi par Vološinov.

2L’ouvrage de Bronckart et Bota se divise en deux parties : la première est consacrée à une enquête sur les réceptions successives dans le monde occidental (principalement anglophone et francophone) des écrits de Bakhtine, Vološinov et Medvedev, en comparant les réactions diverses ayant précédé et ayant suivi l’annonce de l’omni-paternité de Bakhtine, et en mettant au jour leurs contradictions et incohérences. Ce panorama est complété par l’étude des témoignages tardifs produits par Bakhtine même avant sa mort. Dans une seconde partie, Bronckart et Bota proposent un retour aux écrits principaux de Bakhtine, Vološinov et Medevdev, visant par une analyse textuelle comparative à mettre au jour les profondes divergences à la fois formelles, méthodologiques et théoriques distinguant ces trois plumes, puis à démontrer que le Dostoïevski est lui-même issu du travail de deux auteurs distincts. S’il est impossible de rendre compte rigoureusement de la somme d’informations contenues dans cet ouvrage imposant (600 pages), nous proposerons maintenant un aperçu nécessairement partiel des idées importantes de cette étude.

3La première partie de l’ouvrage est donc consacrée à l’affaire des « textes disputés », soit à la façon dont la paternité de Bakhtine sur les trois textes concernés fut annoncée, puis le plus souvent acceptée, relayée et étayée par les chercheurs occidentaux. L’ouvrage de Bronckart et Bota procède par boucles chronologiques complexes, comparant les réceptions des textes postérieures et antérieures à l’éclatement de l’affaire dans les années 1970, comparant aussi les biographies de Bakhtine écrites dans la décennie 1980 avec des données factuelles issues de sources plus tardives. Ces nombreuses mises en perspectives font apparaître les multiples et contradictoires argumentations qui furent déployées pour prouver la cohérence et l’importance de l’œuvre supposée issue d’un auteur unique.

4Le lecteur francophone trouvera ainsi notamment le récit de la réception des textes du « Cercle » en France à partir de la parution en 1977 de Le Marxisme et la philosophie du langage, traduction réalisée par Marina Yaguello, préfacée par Roman Jakobson et publiée sous le nom de Bakhtine. Bronckart et Bota s’attardent en particulier sur l’ouvrage de Tzvetan Todorov paru en 1981, Le principe dialogique, qui contribua notablement à populariser en France les travaux de Vološinov et Bakhtine, tout en naturalisant de fait la paternité de Bakhtine sur l’ensemble de ces textes, qui se voyaient présentés comme un corpus unique, à l’aide notamment de chapitres thématiques réunissant des extraits issus de textes signés par des auteurs distincts.

5Une attention particulière est également portée aux travaux des slavistes américains Katerina Clark et Michael Holquist, dont le Mikhail Bakhtin, publié en 1984, constitue « l’acmé hagiographique » des études bakhtiniennes (p. 133). La glorification de l’œuvre de Bakhtine y est opérée parallèlement à un dénigrement des figures de Vološinov et de Medvedev, brièvement présentés comme un intellectuel médiocre pour l’un et comme un arriviste cynique pour l’autre. Si elle influença durablement le champ des études littéraires, cette hagiographie fut cependant suivie de textes réticents dénonçant le développement de la Bakhtin Industry, telle que la contre-biographie importante de Gary S. Morson et Caryl Emerson (1990). Bronckart et Bota soulignent l’importance de ce dernier ouvrage qui s’emploie à relever les incohérences de la thèse de l’omni-paternité bakhtinienne, mais dénoncent dans le même temps le positionnement idéologique des auteurs américains, qui contribua certainement à leur volonté de distinguer entre les œuvres de Vološinov (plus marxisantes à première vue) et celles de Bakhtine.

6Enfin, Bronckart et Bota examinent les témoignages tardifs produits par Bakhtine dans les années précédant sa mort en 1975, et publiés par ses éditeurs et promoteurs au début de la décennie 1990. Loin d’apporter des données nouvelles permettant d’attester la paternité des textes disputés, ces entretiens et propos rapportés ajoutent au contraire aux nombreuses contradictions émaillant les récits successifs de Bakhtine quant aux conditions de rédaction de tous ces textes à la fin des années 20. Ils n’apportent par ailleurs aucune précision sur l’existence du supposé cercle d’intellectuels baptisé postérieurement « Cercle de Bakhtine », et confirment le rapport fluctuant que Bakhtine semblait entretenir avec sa propre biographie, dont il livra au cours de sa vie des versions variées.

7Bronckart et Bota offrent ainsi dans cette première partie de leur ouvrage un panorama des incohérences factuelles et des justifications contradictoires supposées depuis 1975 appuyer la thèse de l’omni-paternité de Bakhtine. Le refus de Bakhtine jusqu’à sa mort de signer un document reconnaissant officiellement son auctorialité, l’absence de témoignages directs autres que ceux de Bakhtine même et de sa femme sur la rédaction des textes disputés, ou encore les incompatibilités biographiques, (telle que la productivité supposée de Bakhtine qui aurait écrit quatre livres et neuf articles entre 1926 et 1929, faisant preuve d’un rythme d’écriture inédit dans son parcours au vu de sa production antérieure et postérieure), sont ainsi autant d’arguments factuels discréditant la thèse de son omni-paternité. Bronckart et Bota soulignent également l’absence de données prouvant l’existence du dit « Cercle de Bakhtine », ou d’une influence du supposé maître Bakhtine sur ses disciples : si plusieurs intellectuels soviétiques comprenant Bakhtine, Vološinov, Medvedev mais aussi Matvej Kagan ou Lev Pumpjanskij avaient bien l’habitude de se retrouver et de travailler ensemble dans les années 1920, il s’avère d’une part qu’ils participaient chacun à diverses assemblées et non à un cercle unique, et d’autre part qu’aucun de ces cercles ne semble avoir été dirigé (ni matériellement ni intellectuellement) par Bakhtine.

8L’accumulation des explications contraires ayant été invoquées pour justifier les signatures des textes disputés contribue également à décrédibiliser la thèse de l’auctorialité de Bakhtine : la parution de ces textes sous les noms de Vološinov et de Medvedev fut en effet successivement décryptée comme un « cadeau » de Bakhtine à ses amis, ou au contraire comme un stratagème d’un Bakhtine dans le besoin pour pouvoir publier ses œuvres et récupérer ses droits d’auteur, argument lui-même contredit par la publication durant la même année 1929 du Dostoïevski à son propre nom. Bronckart et Bota montrent également le curieux dispositif d’argumentation, qu’ils qualifient d’« herméneutique spéculaire », par lequel les exégètes occidentaux de Bakhtine ont appuyé la thèse de son omni-paternité : cette démarche herméneutique consiste à justifier la substitution d’auteurs par des concepts issus des textes mêmes de Bakhtine, comme si son parcours éditorial avait été une mise en pratique directe de « son » œuvre. Ainsi, Bakhtine aurait fait paraître certains textes sous le nom de Vološinov ou bien Medvedev par goût du masque, en raison de l’atmosphère carnavalesque prévalant dans son cercle, ou encore parce son travail était adressé à ces signataires dans une interaction dialogique... Ainsi rassemblées et mises en confrontation par Bronckart et Bota, ces justifications multiples et contradictoires démontrent la fragilité de l’affirmation selon laquelle Bakhtine serait l’auteur des textes disputés.

9La seconde partie de l’ouvrage de Bronckart et Bota se veut une analyse détaillée des écrits respectifs de Bakhtine, Vološinov et Medvedev, examinés chacun de façon linéaire, « dans leur globalité et dans leur cohérence générale » (p. 336). Loin du montage d’extraits d’ouvrages proposé par Todorov en son temps, il s’agit donc ici d’examiner le « corpus bakhtinien » dans son ensemble, afin d’en cerner les contours théoriques et stylistiques.

10L’analyse des auteurs se consacre dans un premier temps aux écrits de jeunesse de Bakhtine, soit à trois articles écrits dans les années 1920 et non publiés : Pour une philosophie de l’acte, L’auteur et le héros et Le problème du contenu, du matériau et de la forme dans l’œuvre littéraire. Bronckart et Bota en dégagent les principales caractéristiques de l’« ontologie religieuse » de Bakhtine (p. 363), marquée par une exaltation du statut religieux de la vie humaine, ainsi que de la responsabilité du sujet sur ses actes : cette responsabilité détermine notamment le travail de l’écrivain, qui dans l’exercice de son art se doit de relayer à travers son héros l’essence morale des actes humains. Les auteurs soulignent également le « style touffu », le « caractère obscur » et « l’absence de planification textuelle explicite » des écrits bakhtiniens (p. 335), cette écriture confuse et identifiable jouant un rôle important dans leur argumentation sur la paternité des textes étudiés.

11L’œuvre de Vološinov, notamment ses ouvrages Le freudisme et Marxisme et philosophie du langage, fait ensuite au contraire l’objet d’une étude laudative, qui met en relief les divergences à la fois théoriques et formelles l’opposant à celle de Bakhtine. Est abordé en particulier « l’ancrage résolu » du travail de Vološinov « dans le marxisme » (p. 415), ainsi que des thèmes ayant assuré la postérité de Vološinov chez les linguistes contemporains, tels que ceux du dialogisme, des formes du discours rapporté, ou bien des genres du discours. Bronckart et Bota notent que ces thèmes, également présents chez Medvedev, sont absents des premiers textes de Bakhtine. La méthode formelle en littérature de Medevedev est enfin examinée à son tour par les auteurs, qui soulignent de nouveau le contraste entre la « poétique sociologique » et « marxiste » proposée par Medevdev et le programme religieux de Bakhtine (p. 480).

12L’étude comparée de ces différents écrits, dont la complexité et l’exhaustivité ne sont pas reflétées par notre résumé si concis, permet ainsi aux auteurs d’affirmer que les « approches radicalement disjointes et largement antagonistes » de Bakhtine, Vološinov et Medvedev, « aux plans théorique, conceptuel, méthodologique » et « stylistique », ne permettent plus le doute quant à la paternité des textes disputés (p. 507). Mais plus encore, cette analyse textuelle leur permet d’étayer la thèse phare de leur ouvrage, selon laquelle l’ouvrage Problèmes de la poétique de Dostoïevski n’aurait pas été écrit par Bakhtine seul, mais résulte d’un assemblage de textes de Bakhtine et de Vološinov. La première édition de cette œuvre en 1929 contient en effet selon eux des chapitres curieusement contrastés voire « incompatibles » (p. 544), les uns correspondant aux objets d’étude alors travaillés par Vološinov mais absents des écrits de Bakhtine (le dialogisme, le discours rapporté, abordés avec une optique sociologisante et marxisante), les autres rappelant au contraire la tonalité « traditionnaliste et religieuse » des premiers textes bakhtiniens (p. 590). La seconde édition de l’ouvrage en 1963, impulsée et dirigée par les promoteurs de Bakhtine, montre au contraire une réduction des formules sociologisantes et des passages consacrés au thème du dialogisme, tandis qu’est rajouté un chapitre sur le thème bakhtinien de la carnavalisation.

13Outre leur analyse textuelle, Bronckart et Bota s’appuient dans leur démonstration sur des données biographiques : dans ses témoignages tardifs, Bakhtine semble avoir toujours renié cette œuvre, et regretté sa tonalité marxisante. D’autre part, l’ouvrage paraît une première fois en 1929, alors que Bakhtine a été arrêté pour ses activités religieuses, et se voit menacé d’un exil dans les îles Solovski : cette arrestation fut à l’époque suivie par une campagne de soutien à Bakhtine lancée par ses amis, période durant laquelle la bonne réception critique du Dostoïevski contribua certainement à adoucir la peine prévue. Suivant Bronckart et Bota, dans le cadre de cette campagne de soutien, il est envisageable que Medvedev et Vološinov aient voulu accélérer la publication d’une œuvre de Bakhtine, et aient par conséquent fait le choix d’assembler des brouillons de Bakhtine avec des écrits de Vološinov pour produire et publier le Dostoïevski sous le nom de Bakhtine. Bronckart et Bota notent cependant ne « pas disposer de preuve matérielle » pour étayer leur thèse (p. 591).

14Les auteurs concluent enfin leur ouvrage par un chapitre consacré aux textes tardifs de Bakhtine, tel que le célèbre Les Genres du discours, textes qui selon eux revêtent le même caractère « apocryphe » (p. 558). C’est ainsi à une relecture totale et une remise en question profonde des écrits parus sous le nom de Mikhaïl Bakhtine qu’invitent Bronckart et Bota.

15Avant de commenter le propos de cet ouvrage imposant, notons que malgré la somme impressionnante des informations qui y sont communiquées, et malgré les retours chronologiques complexes qui caractérisent sa construction, la lecture de Bakhtine démasqué s’avère étonnamment légère et agréable, grâce à sa structuration savamment maîtrisée, et au souci constant du lecteur que manifestent les auteurs, en l’accompagnant notamment par de nombreux bilans synthétiques tout au long de leur étude. Notons également qu’à l’image du sous-titre de l’ouvrage, (Histoire d’un menteur, d’une escroquerie et d’un délire collectif), le ton radicalement polémique de Bronckart et Bota détonne avec le style universitaire usuel, les auteurs affirmant clairement leur positionnement au sein de cette « ténébreuse affaire » (p. 14), et qualifiant par exemple sans concession les écrits de Bakhtine de « littérature a-théorique bien-pensante », de « tissu de considérations ultra-phénoménologiques et bondieusardes » (p. 515), ou encore mentionnant la biographie de Clark & Holquist comme une « prose » suscitant le « dégoût » (p. 154).

16Au-delà de sa forme inhabituelle, par la somme de pistes et de propositions nouvelles qu’il déploie, cet ouvrage appellerait de multiples commentaires et développements, qu’il ne manquera pas de susciter. Dans la limite de nos compétences, nous nous contenterons ici de commenter brièvement sa méthodologie, et de proposer quelques comparaisons ciblées avec d’autres travaux francophones actuellement disponibles.

17L’ouvrage de Bronckart et Bota repose entièrement sur des traductions des textes russes étudiés. Les traductions utilisées (une seule traduction par texte russe), directement mises en comparaison entre elles, divergent par leurs auteurs, par leurs dates, et parfois par leurs langues cibles (français, italien, anglais). Le flou terminologique et conceptuel qui pourrait résulter de ces sources secondaires hétérogènes est d’autant plus problématique que le but annoncé des auteurs est de mettre au jour les divergences « stylistiques » entre les textes de Bakhtine, Vološinov et Medvedev, divergences « ayant trait à leur organisation argumentative globale aussi bien qu’à leur organisation syntaxique et macro-syntaxique » (p. 507). Si la liste des traductions utilisées est explicitement exposée en ouverture de l’ouvrage, on peut cependant regretter l’absence de commentaires réflexifs dans lesquels les auteurs rappelleraient les obstacles induits par leur méthodologie. Le corpus de traductions sur laquelle s’appuie exclusivement l’enquête limite pourtant nécessairement le nombre de sources consultées, l’interprétation des témoignages tardifs de Bakhtine, ainsi que l’interprétation des textes mêmes de Bakhtine, Vološinov et Medvedev. Signalons par exemple que la comparaison textuelle entre la première et la seconde édition du Dostoïevski, (comparaison destinée à étayer la thèse clé du livre selon laquelle le Dostoïevski a partiellement été écrit par Vološinov), s’appuie sur la confrontation entre la traduction en italien de sa première édition et la traduction en français de sa seconde édition, le changement de langue cible pesant peut-être sur la comparaison des deux textes.

18Dans la lecture interprétative détaillée que Bronckart et Bota proposent des œuvres de Bakhtine et de Vološinov, les auteurs s’attardent notamment sur le caractère marxiste des écrits de Vološinov, s’inscrivant ainsi contre la lecture « démarxisante » de Vološinov qui avait pu être faite dans les années 1980, alors qu’il s’agissait de démontrer que ses textes et ceux de Bakhtine émanaient bien d’une seule et même instance auctoriale. Les auteurs s’emploient ainsi à convaincre qu’à l’opposé d’un vernis superficiel et rhétorique, l’orientation marxiste est pleinement partie des programmes de recherche de Vološinov et de Medvedev, qui ne peuvent donc être confondus avec celui de Bakhtine. La lecture de Bronckart et Bota s’oppose en cela à celle d’autres exégètes russisants contemporains, tel que Sériot ou encore Alpatov, qui note que si pour Vološinov le marxisme constituait « un cadre de référence », « une tonalité sociologique générale » de ses travaux, ceux-ci ne s’en distançaient pas moins dès qu’il n’y trouvait plus les outils conceptuels nécessaires (2003 : 19). Sériot (2008a, 2010, 2011) ou Ageeva (2008) attirent pour leur part l’attention sur les faux-amis que sont les concepts d’« idéologie » ou de milieu « social », en ce qu’ils induisent des « effets de reconnaissance » chez les lecteurs francophones contemporains qui ne correspondent pas nécessairement à leur acception considérée dans son contexte socio-historique et épistémologique de production. Se posant explicitement à distance des interprétations proposées par Sériot, qui rapproche notamment les écrits de Vološinov de certains courant philosophiques européens « réactionnaires » du 18ème siècle (2008b : 89), l’ouvrage de Bronckart et Bota dessine pour sa part une opposition axiologique entre la figure de Bakhtine, plagieur, menteur, et médiocre écrivain mystico-religieux, et celles de Vološinov et de Medvedev, brillants et courageux intellectuels morts trop tôt, (de tuberculose pour l’un, fusillé pour l’autre), et dont l’« œuvre fondatrice » (p. 463) et engagée continuerait de déranger certains critiques américains libéraux. Ces derniers portraits contrastent de nouveau avec ceux plus nuancés proposés par Sériot, et notamment avec un Vološinov décrit comme lui-même adepte de l’occultisme et des cercles mystiques dans ses jeunes années (2010 : 52).

19« Il semble y avoir autant de Bakhtine qu’il y a de pays de réception » (Sériot 2007 : en ligne) : il semble même y avoir autant de Bakhtine et de Vološinov que de lecteurs, et à cette multiplicité des interprétations, brièvement esquissée ici, nous rajouterions la multiplicité des reconstitutions historiques et scientifiques de ces œuvres désormais disponibles. Ces exégèses récentes et divergentes, parmi lesquelles l’ouvrage de Bronckart et Bota, stimulent le linguiste francophone en l’invitant à une relecture plus historicisée et rigoureuse des textes si souvent cités dans les études discursives contemporaines.

20Cependant, au-delà de la recontextualisation dont ces œuvres font l’objet, et au-delà des interrogations posées aujourd’hui sur leurs conditions d’écriture, l’influence profonde des textes de Bakhtine, Vološinov et Medvedev dans les études francophones semble poursuivre son destin singulier depuis leurs premières traductions françaises : extrêmement heuristiques lorsqu’il s’agit d’appréhender le déjà-dit, le déjà-là, les discours autres décelables dans un texte, les notions de dialogisme et de polyphonie, joyeusement conjuguées à l’interdiscours de Pêcheux, au champ énonciatif de Foucault ou au sujet clivé de Lacan, ont ainsi suscité sans discontinuer nombre de propositions théoriques et de travaux fondateurs pour l’analyse du discours. De l’hétérogénéité énonciative théorisée par Jacqueline Authier-Revuz et de la polyphonie énonciative d’Oswald Ducrot aux notions plus récentes de formule (Alice Krieg-Planque) ou de mémoire interdiscursive (Sophie Moirand), des travaux des praxématiciens à ceux du courant scandinave de la ScaPoLine, les écrits de Vološinov et de Bakhtine, tels qu’ils avaient été compris et réinvestis en France il y a plusieurs décennies, continuent d’inspirer une certaine sphère linguistique, dont la productivité ne semble pas entravée par les malentendus de paternité causés par leurs premières traductions...

Haut de page

Bibliographie

Ageeva I., 2008, « V. Vološinov et G. Špet : deux points de vue sur la sémiotique », Cahiers de l’ILSL, 24, 101-112

Alpatov V. M., 2003, « La linguistique marxiste en URSS dans les années 1920-1930 », Cahiers de l’ILSL, 14, 5-22

Clark E. & Holquist M., 1984, Mikhail Bakhtin, Cambridge, Harvard University Press

Ivanov V. V., [1973] 1975, « The significance of M. M. Bakhtin’s ideas on sign, utterance and dialogue for modern semiotics », Soviet Studies in literature, 11, 186-243

Kull K. & Velmezova E., 2011, « Interview de Vjačeslav Vsevolodovič Ivanov sur la sémiotique, les langages du cerveau et l’histoire des idées », Cahiers de l’ILSL, 31, 247-267

Morson G. S. & Emerson C., 1990, Mikhail Bakhtin. Creation of prosaics, Stanford, Stanford University Press

Sériot P., 2007, « Généraliser l’unique : genres, types et sphères chez Bakhtine », Texto, [en ligne], consulté le 20/07/10, http://www.revue-texto.net/1996-2007/Inedits/Seriot_ Bakhtine.pdf

Sériot P., 2008a, « Traduire la langue ou traduire le discours : à propos de Marxisme et philosophie du langage de Vološinov », in MEIZOZ J. & Seriot P. (eds), Traductions scientifiques et transferts culturels 1, Lausanne, Université de Lausanne, 5-15

Sériot P., 2008b, « Vološinov, la sociologie et les Lumières», in Vauthier B. (ed), Bakhtine, Vološinov et Medvedev dans les contextes européen et russe, Slavica Occitania 25, 89-108

Sériot P., 2010, « Préface. Vološinov, la philosophie de l’enthymème et la double nature du signe », in Vološinov V. N., [1929] 2010, Marxisme et philosophie du langage, Les problèmes fondamentaux de la méthode sociologique dans la science du langage, Limoges, Lambert-Lucas, 13-109

Sériot P., 2011, « Vološinov, la philosophie du langage et le marxisme », Langages, 182, 83-96

Haut de page

Notes

1  Désormais Dostoïevski.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandra Nossik, « Sur l'ouvrage de Jean-Paul Bronckart et Cristian Bota, 2011, Bakhtine démasqué. Histoire d’un menteur, d’une escroquerie et d’un délire collectif, Genève, Droz, 629 pages », Semen [En ligne], 33 | 2012, mis en ligne le 04 juin 2012, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/semen/9537

Haut de page

Auteur

Sandra Nossik

Université Sorbonne Nouvelle/Paris 3
CEPED, UMR 196, Université Paris Descartes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page