Navigation – Plan du site

Dégenrer les codes : une pratique sémiotique de défigement

Stéphanie KUNERT

Résumés

Cet article propose une réflexion sémio-discursive sur une pratique militante qu’on nommera le « dégenrage des codes », qui relève d’une forme de discours militant contemporain, issu du mouvement des minorités sexuelles et de genre. Dans un premier temps, on tentera de définir ce qui caractérise le discours militant auquel on s’intéresse, on verra notamment qu’il s’agit d’une forme de discours sur soi qui prend d’autres discours pour objets de sa critique (le discours publicitaire, journalistique, politique, clinique…). Parmi ces objets de la critique militante, on s’attachera plus particulièrement aux stéréotypes de genre (au sens de gender) que les militants s’emploient à identifier afin de les dénoncer et les déconstruire en les détournant, créant ainsi de nouvelles représentations. On développera alors une réflexion sur ces formes de détournement consistant à « déconstruire le genre » en « décrochant intentionnellement le signifiant du signifié ». On verra en quoi cette stratégie discursive est une forme de sémioclastie, au sens barthésien du terme. On examinera l’aspect paradoxal de la sémioclastie, qui exhume un « sens caché » des messages médiatiques qu’elle détourne, critiquant la « lecture hégémonique » des discours dominants, tout en ouvrant le champ des interprétations possibles. On verra finalement pourquoi on peut parler de sémioclastie créative, à travers l’acte de déconstruction et de détournement à partir duquel le sens circule et se re-génère.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Cet acronyme désigne dans le langage courant les populations Lesbiennes, Gays, Bisexuelles et Trans (...)
  • 2 Sur le stéréotypage, voir R. Amossy, A. Herschberg-pierrot, Stéréotypes et clichés. Langue discours (...)
  • 3 Cet emploi de la notion barthésienne de sémioclastie pour désigner des discours critiques visant à (...)

1Même les objets discursifs les plus figés et réduits, tels que le stéréotype, sont dotés d’un large éventail de possibilités interprétatives et appellent le détournement. Ainsi, les discours militants qui contestent les stéréotypes dont les minorités sexuelles et de genre (populations LGBT1) font l’objet dans les médias ne se bornent pas à les dénoncer : ils les détournent, braconnent et tordent leurs signifiants. Ces appropriations critiques sont, dans la pratique militante du stéréotypage2 (repérage et déconstruction critique des stéréotypes culturels) une forme de pratique sémiotique non dite (qui ne se désigne pas comme telle) : une sémioclastie, au sens barthésien du terme (lecture critique des idéologies dans les discours qu’elle décrypte)3. On verra que c’est une sémioclastie créative, car elle crée d’autres effets de signification des représentations qu’elle dénonce et détourne.

  • 4 Le terme de transphobie désigne les violences symboliques, verbales, physiques, les préjugés et dis (...)
  • 5 Cet article s’inspire partiellement de ma contribution sur le « dégenrage des codes » comme pratiqu (...)
  • 6 Le terme de genre dans ce contexte renvoie au concept anglo-saxon de gender. Pour une approche de c (...)

2J’appuierai le propos avec l’exemple de certaines formes de militantisme contemporain de lutte contre le sexisme, l’homophobie et la transphobie4, qu’on peut qualifier de militantisme queer. À travers ce sujet, j’aborderai un phénomène d’ordre socio-sémiotique : le processus de piratage et réinterprétation de signifiants5 afin de créer de nouvelles représentations dans une perspective de déconstruction du genre6 (ou, autrement dit, dans une perspective de déconstruction de la binarité homme/femme, masculin/féminin et des multiples rapports de pouvoir entre ces catégories).

2. D’une forme de discours militant

  • 7 Sur le retournement de l’injure comme stratégie politique voir E. Kosofsky-Sedgwick, Epistemology o (...)
  • 8 Voir l’ouvrage Mouvement de libération des femmes. Textes premiers, Textes choisis et présentés par (...)

3Les discours qui nous intéressent ici peuvent être désignés par la locution « discours militants LGBT » et/ou « discours militants Queer ». Queer est un terme anglo-saxon dont l’équivalent français serait « bizarre », ou « tordu ». Employé dans le langage courant comme insulte à l’encontre des minorités sexuelles et de genre (populations LGBT), ce terme fut approprié par une partie de ces mêmes populations dans un geste de revendication identitaire, par la stratégie du retournement de l’injure7. Ce militantisme anti-assimilationiste tend, dans certains de ses courants, à se rapprocher des mouvements anticapitalistes. Il vise (pour simplifier) non pas à ce que les minorités sexuelles et de genre soient « mieux tolérées » par la société, mais à changer la société (ou du moins les structures symboliques, institutionnelles et juridiques au fondement des discriminations dont ces minorités font l’objet). En France, une partie de ce mouvement entre en résonance avec l’héritage de Mai 1968 et du MLF8.

  • 9 Cf. F. Cusset, French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze et Cie et les mutations de la vie intellec (...)
  • 10 M-H. Bourcier, Queer Zones. Politiques des identités sexuelles, des représentations et des savoirs, (...)
  • 11 Cf. Le Bitoux et. al., Citoyen de seconde zone, Trente ans de lutte pour la reconnaissance de l'hom (...)
  • 12 Cf. notamment les travaux de M. H. Bourcier, M. Cervulle, E. Dorlin, E. Fassin, B. Preciado… les tr (...)
  • 13 À Paris on compte par exemple (entre autres réseaux militants et mouvances politiques) des groupes (...)

4Le terme queer désigne aussi un courant théorique et politique transnational aux affluents divers, né aux États-Unis mais s’inspirant notamment de certains auteurs français (dont Michel Foucault, Gilles Deleuze, Jacques Derrida) ayant été lus et interprétés outre-Atlantique d’une façon différente de ce que leur réception en France ne laissait présager9. La théorie queer permet « d’aborder la réflexion sur la sexualité et les genres en tirant parti de points de vue et de propositions méthodologiques et théoriques non hétérocentrés »10, et elle « conteste les assignations à la fois de genre et de sexualité imposées par l’ordre hétérosexuel dominant. »11 Ce terme et les courants politiques et théoriques afférents se sont diffusés en France dans les années 1990. Ils ont connu diverses appropriations et traductions12 via la diffusion des études de genre (gender studies) en Europe et l’émergence de groupes activistes aux horizons politiques variés mais ayant des références communes13.

5Je me suis intéressée à certaines expressions de cette forme de militantisme en France et aux États-Unis, à travers des pratiques discursives d’individus et collectifs ayant détourné des affiches publicitaires, slogans commerciaux et contenus médiatiques variés, faisant ainsi proliférer les significations tout en dénonçant ce que Stuart Hall eut appelé la « lecture hégémonique » qu’offrent à première vue ces messages médiatiques.

3. Dire e(s)t faire

  • 14 J. Austin, Quand dire c'est faire, Paris, Seuil, 1970 (éd. Originale: 1962).
  • 15 Cf. J. Butler, Le Pouvoir des mots, Politique du performatif, Paris, Éditions Amsterdam, 2004.
  • 16 J. Butler, Défaire le genre, Paris, Éditions Amsterdam, 2006. Trad. M. Cervulle.
  • 17 « Drag King: littéralement: le roi travesti. Ce terme, utilisé à partir des années 1980-1990 aux Et (...)
  • 18 Action collective consistant à interrompre le cours d'un événement contre lequel les militants prot (...)
  • 19 Rassemblement public au cours duquel des personnes de même genre s'embrassent sur la bouche. Le but (...)
  • 20 Action collective au cours de laquelle les militants simulent la mort en s'allongeant dans l'espace (...)
  • 21 Voir Y. Jeanneret Y. (2006)., « Analyse des pratiques de communication et trivialité : un champ de (...)

6Ici, la locution « pratique discursive » vient souligner le fait que dans ce type de militantisme, l’agir et le discourir sont consubstantiels. En cela les discours militants sont un parangon peut-être de la théorie du « dire c’est faire » héritée de la pragmatique du langage d’Austin14, mobilisée notamment par la philosophe Judith Butler15, figure de référence du paysage intellectuel queer. Le discours militant en question se veut en prise sur le monde, pour agir sur lui. Il reprend d’ailleurs à son compte certains principes de la pragmatique du langage en les adaptant, affirmant que « le genre est un faire » et se proposant de « défaire le genre » (titre d’un ouvrage de J. Butler, Undoing gender16) de le déconstruire, et s’y emploie de bien des façons : d’abord dans le « dire », à travers la pratique du « dégenrage des codes » qui fait l’objet de cet article, mais aussi dans le « faire ». Car le « dire » ici n’est pas que la parole orale ou écrite. Il est ces multiples actions (« faire ») effectuées pour dire quelque chose et agir sur le monde. On donnera des exemples d’ordre linguistique et extra-linguistique, comme la pratique du drag king17, qui consiste à se travestir dans le genre masculin afin de dire, montrer et expérimenter les dimensions construites du genre. Le « dire » militant est un « faire » car il participe de formes d’action directe (« zaps »18, saynètes de théâtre invisible, « kiss in »19, « die in »20 etc.). On pourrait à ce titre parler de « discours-actions », non seulement parce que ces discours visent à agir sur le monde, mais aussi parce qu’ils participent d’actions collectivement organisées qui engagent la faculté de mouvoir les corps autant que la langue, le clavier ou le stylo. Enfin, en parlant de pratiques discursives, je choisis de donner une place significative « aux pratiques et aux acteurs qui transforment et interprètent les savoirs »21.

4. Un discours « en réaction » qui parle de soi en disant « nous »

  • 22 Cf. Le ZOO (Collectif), Q comme Queer, sous la direction de Marie-Hélène Bourcier, Lille : Cahiers (...)

7Ce discours militant est avant tout un discours sur soi, et un discours en réaction. Il « parle de soi » en disant « nous », un « nous » fondamentalement hétérogène et polyphonique qui mobilise la notion d’identité de façon stratégique et fait d’autres discours (médiatique, politique, publicitaire…) son objet en les critiquant, voire en les détournant. Il prend pour objets de sa critique surtout ceux qui ont constitué en objet son instance d’énonciation (ou son sujet collectif). Car l’enjeu principal de ce discours militant identitaire est de passer d’objet à sujet de discours22.

8Lorsque je parle de l’instance d’énonciation, je parle du sujet collectif (sociologique ou politique et/ou idéologique) du discours. L’instance d’énonciation de ces discours s’assume comme particulièrement polyphonique, tout en présentant une certaine cohésion. Ce qui fonde la cohésion du sujet collectif militant est, au-delà d’une mobilisation stratégique de la notion d’identité, l’objet de ses critiques et ses pratiques de détournement et de resignification des discours-objets de sa critique.

  • 23 Cf. le tract de l’association Act-Up Paris contre une publicité télévisée de la marque Opel datant (...)

9Il s’attaquera par exemple au discours publicitaire en pointant ses dimensions sexistes, homophobes ou transphobes23, ou en critiquant la stéréotypie dont les minorités sexuelles font l’objet dans les annonces représentant ou s’adressant aux dites minorités. Il déconstruira aussi les discours médiatiques et cliniques, en dénonçant la pathologisation des personnes transsexuelles ou la victimisation des minorités sexuelles et de genre en général, présentées dans le rôle de « déviants » ou de victimes d’une nature injuste ou d’un destin tragique. Le discours militant en question part donc de « lectures oppositionnelles » d’autres discours partageant le même sujet/objet discursif, car son objectif est de produire des représentations autres que celles construites dans les discours dominants qui font l’objet de sa critique.

  • 24 Le terme d’agency (diversement traduit en français par agentivité, pouvoir d’agir, puissance d’agir (...)

10En se faisant métadiscours critique d’un autre discours, le discours militant re-signifie son discours-objet. Mais cette reconfiguration du sens n’évacue jamais ce qu’elle cite en le détournant, elle y fait toujours référence. Le retournement de l’injure n’efface pas l’injure, de même que la critique de la norme la cite et la réifie. La resignification est donc une pratique paradoxale, qui pérennise en transformant. Cela se vérifie à travers la pratique du « dégenrage des codes », qui est un exemple parlant d’exercice du pouvoir d’agir (agency24) créatif des minorités sociales au sein des rapports de pouvoir et de la domination symbolique dont elles font l’objet dans le langage, les représentations culturelles et discours mass-médiatiques.

5. Le dégenrage des codes

  • 25 Cf. S. Moscovici, Psychologie des minorités actives, Paris, PUF, 1979, p. 11.
  • 26 Par exemple le terme de « militant-e-s » fréquemment employé pour parler des collectifs mixtes (plu (...)

11La pratique du « dégenrage des codes » s’inscrit dans une longue tradition militante, on en trouve déjà l’expression dans les premiers textes du mouvement de libération des femmes au début des années 1970. Elle repose sur la volonté politique de « posséder un code propre », et de « construire ses propres représentations »25. Le dégenrage des codes peut se pratiquer de diverses façons ; par un jeu sur les codes vestimentaires (travestissement, ateliers drag king), sur le langage (avec l’utilisation systématique de pronoms féminins, ou l’emploi de tirets26 pour remédier à la prédominance du masculin dans la langue française), par le néologisme (avec création de pronoms mixtes comme « ellui », « celleux », « ille »), ou encore le détournement de représentations genrées.

  • 27 Pour une présentation du groupe La Barbe, on peut consulter leur site Internet : http://www.labarbe (...)

12C’est avant tout une pratique de « dénaturalisation », qui consiste à « décrocher » le signifiant genré de son signifié habituel. Par exemple, le port de la barbe est un attribut d’ordre culturel et esthétique qui connote ordinairement la masculinité. Mais chez les militant-e-s, les femmes portent intentionnellement une barbe parodique (par exemple les membres du groupe féministe « La Barbe »27). Elle s’exprime aussi dans divers textes et slogans du mouvement, comme par exemple dans cette affiche diffusée par l’association Les Panthères Roses à l’occasion de la marche Existrans en 2008, manifestation de rue pour la reconnaissance des droits et le respect des personnes transsexuelles et transgenres.

  • 28 R. Desnos, Chantefables et chantefleurs, 1942.

13Le texte de l’affiche : « Un homme enceint qui donnera le sein, ça n’existe pas, ça n’existe pas ! Et pourquoi pas ? » renvoie au poème La fourmi, du poète surréaliste et résistant Robert Desnos, écrit en 1942, publié dans un recueil posthume et enseigné dans les écoles primaires françaises : « Une fourmi de dix-huit mètres Avec un chapeau sur la tête, Ça n’existe pas, ça n’existe pas. (...) Eh! pourquoi pas ? »28

14Ce détournement établit un parallèle entre l’impossibilité supposée d’imaginer une fourmi de dix-huit mètres chapeautée, et l’impossibilité supposée d’imaginer un homme enceint. L’affiche remet en cause l’image de la grossesse traditionnellement associée à la féminité, en évoquant le fait que certaines personnes nées de sexe féminin ont donné naissance à des enfants, tout en ayant choisi de vivre dans le genre masculin, effectuant ou non un parcours de transition hormonal et/ou chirurgical.

  • 29 Le roman de l'auteur français Axel Léotard, écrit sous forme de récit de vie et intitulé Mauvais ge (...)

15Le slogan rappelle qu’en France, une personne née de sexe féminin ayant choisi de vivre dans le genre masculin ne se verra accorder le droit au changement de la mention de son genre sur ses papiers d’Etat Civil que si une opération de stérilisation (ligature des trompes) a préalablement été effectuée en plus de la thérapie hormonale (hormonothérapie)29.

  • 30 F. Héritier, Masculin/Féminin, Paris, Odile Jacob, 1996.

16L’affiche fait donc référence au dispositif médico-légal d’encadrement des parcours de transition mais aussi à ce que l’anthropologue Françoise Héritier qualifie de « butoir ultime de la pensée »30, c’est-à-dire l’ordre symbolique de la différence des sexes, principe fondamental de catégorisation et de perception, dénoncé ici sur le mode de la parodie.

  • 31 M. Lopez Diaz, « Les enjeux du défigement dans le texte publicitaire », dans C. Feuillard (dir.), C (...)

17La notion de défigement, empruntée à la linguistique, paraît adéquate pour désigner ce type de pratique discursive : « le figement, quel qu’il soit, est la condition préalable pour qu’il y ait détournement ou défigement qui, lui, révèle le dépassement et la manipulation des automatismes linguistiques acquis par le locuteur. »31

18Les pratiques militantes que j’appelle « dégenrage des codes » constituent bien un défigement dans la mesure où elles révèlent un figement préalable : l’usage figé de certains marqueurs de genre attribués à un sexe ou à l’autre, par exemple.

  • 32 F. Héritier, « Entretien », La Croix, novembre 1998.

19Dans l’affiche reproduite ci-dessus, cette opération de défigement apparaît clairement : un texte enseigné dans les écoles primaires, poème populaire dont la première phrase est connue d’un grand nombre de personnes en France, est repris et détourné. Mais le défigement qu’opère le détournement entraîne un deuxième défigement : celui de l’ordre symbolique de la différence des sexes (« Nos modes de pensée et nos organisations sociales sont fondés sur l’observation principale de la différence des sexes. »32) Cette problématique est centrale dans ces discours militants.

6. À propos du terme « code »

  • 33 S. Hall, « Codage/décodage », op. cit.

20Le terme « code » (dans la locution « dégenrage des codes ») désigne ici l’agencement des marqueurs de genre d’ordre linguistique : pronoms, accords grammaticaux, marquant l’usage du féminin et du masculin dans la langue. Mais il désigne aussi les marqueurs d’ordre non linguistique : vestimentaires, esthétiques, comportementaux... Tout ce qui vient de façon quotidienne et ordinaire signifier (au sens d’indexer voire assigner) le genre des individus. Les agencements ordinaires de ces marqueurs de genre, tellement banals qu’ils nous paraissent « naturels », font l’objet de manipulations, détournements et déstructurations critiques par les activistes. Cette acception du terme de « code » pour désigner les agencements de marqueurs de genre s’inspire d’un texte de Stuart Hall33, dans lequel il n’est pas spécifiquement question du genre, mais de la naturalisation des codes : lorsqu’un code est utilisé de façon fréquente et ordinaire, sa banalité le naturalise, car ce qu’on s’habitue à voir au quotidien n’est plus interrogé. Si l’on tire sa réflexion vers la question du genre, l’agencement des marqueurs du genre dans la langue, le vestimentaire, le comportemental etc. peuvent sembler naturels ; ils font partie de notre quotidien, et reposent sur l’ordre symbolique de la différence des sexes qui structure nos sociétés, nos imaginaires, nos interactions sociales, etc.

  • 34 Cf. P. Boutin, E. Candel, P. Gauquie, G. Gomez Mejia, A. Seurrat, Le sens c'est par là... » Manipul (...)

21La pratique du dégenrage des codes vestimentaires, esthétiques et comportementaux qu’est le drag king par exemple, repose sur une conception du genre comme « code » qu’il faudrait décoder, pour dévoiler l’arbitraire des marqueurs du genre en montrant leur dimension socialement construite et culturellement indexée. Ce n’est donc pas par hasard que j’utilise ici le terme de « code », aussi problématique que soit cette notion, qui induit une conception de l’interprétation comme dévoilement34, et repose sur l’idée qu’on pourrait retrouver la bonne signification d’un message préalablement codé, autrement dit savoir décrypter un sens caché en allant au-delà de son effet de naturalité.

22Il s’agit bien, dans les pratiques militantes de dégenrage des codes, d’une tentative de décodification, qui repose sur l’idée du genre comme code, et sur une conception du code comme imposition externe et arbitraire dont il faudrait rompre les chaînes, pour retrouver l’espace d’une libre interprétation.

  • 35 Je reprends ici les termes de Paolo Fabbri lorsqu'il décrit les conceptions du « code » dans la sém (...)

23Décodifier, dans ce contexte, n’est pas uniquement une action visant à la compréhension du fonctionnement des codes du genre, mais aussi « une action, politiquement nécessaire, de rupture des codes, pour affranchir le sens et la valeur ».35

7. Qualifier ces pratiques militantes : une sémioclastie créative

  • 36 Le terme « trivial » n'est pas ici utilisé dans son sens ordinaire (négativement connoté) mais au s (...)

24Les quelques pratiques militantes que j’ai évoquées constituent une forme de sémiologie critique ou de « sémioclastie » triviale36 dans la mesure où elles opèrent une analyse critique des signes et des représentations, visant à en dénoncer l’effet de naturalité.

25J’emprunte le terme de sémioclastie à Roland Barthes. Dans son introduction aux Mythologies (1957) Barthes expose les objectifs de son projet, dont celui de questionner la naturalité du réel, de certains faits et représentations sociales qui, s’ils nous paraissent naturels, n’en sont pas moins parfaitement construits culturellement. Le but est d’interroger « ce qui va de soi » et d’en dévoiler la dimension idéologique. Il en va ainsi des pratiques discursives militantes relevant de cette volonté de dévoiler, dénaturaliser, « décoder » et déconstruire les « codes du genre ». La sémioclastie créative relève globalement d’un projet de réappropriation critique de la culture de masse par les minorités sexuelles.

26En témoigne cet exemple d’action militante sous forme de performance artistique : il s’agit d’une affiche publicitaire de la marque Dockers, détournée par l’artiste militante Sadie Lune à San Francisco en 2010.

Crédit photo : "Wearing the Pants" re-action to Docker's 'Man-ifesto'

par Sadie Lune (artiste), et Jenny Kroftova (photographe)

27Sadie Lune est une artiste basée à San Francisco, qui se produit en Europe (notamment à Paris et Berlin) depuis 2009 et fréquente certains réseaux militants européens.

28Plus qu’une critique du sexisme de cette publicité, ce détournement est la (re)création ou reconfiguration d’une représentation. Cette image fut prise par une photographe collaborant à la performance, il ne s’agissait pas simplement de documenter le geste de l’artiste, mais de produire un contre-discours en images à partir du détournement qu’elle opérait de cette publicité. Les photographies ont ensuite circulé sur Internet, via les réseaux sociaux de divers activistes, artistes et militants.

  • 37 Une autre annonce issue de la même campagne dessine la silhouette d’un buste masculin au dessus d’u (...)

29L’affiche publicitaire de l’abribus contre lequel l’artiste est adossée est une annonce de Dockers (marque de prêt-à-porter masculin) dont le slogan est « Welcome to manhood », slogan qui peut s’interpréter comme « bienvenue dans la virilité » (ou la masculinité) ou « bienvenue dans le royaume de l’Homme ». La signature publicitaire « Wear the pants » peut se traduire par « portez la culotte » (au sens de « prenez le pouvoir »)37.

30L’artiste assise devant l’annonce publicitaire porte des pantalons similaires à ceux dont la marque Dockers fait la promotion. Le serpent qui s’échappe de sa braguette évoque le mythe du péché originel (Ève et le serpent), il peut aussi incarner un phallus surdimensionné, potentiellement dangereux. La fausse moustache sur le visage, la chemise masculine ouverte sur un sein dénudé, la chaussure à talon haut à un pied, la chaussure masculine à l’autre ; la mise en scène, le costume les accessoires, tout cela procède d’un « dégenrage des codes » par un mélange parodique des marqueurs vestimentaires, physiques et esthétiques attribués aux deux sexes.

  • 38 Cf. E. Goffman, Gender advertisements, New York, Harper, 1979.

31L’artiste lit un ouvrage intitulé : What could we be thinking ? How a man’s mind really works (titre qu’on pourrait traduire par : « À quoi pensent les hommes ? » ou « Qu’y a t-il vraiment dans la tête des hommes ? »). Le titre du livre fonctionne, dans la disposition de la photographie et de par la position de l’artiste, adossée à et assise sous la publicité, comme un sous-titre, un commentaire. Les différents éléments ajoutés par l’artiste à la publicité, par le simple fait de s’y adosser en lisant ce livre, vêtue de la façon dont elle l’est, viennent à la fois souligner certaines significations de l’affiche (notamment sa dimension sexiste, qui relève d’une campagne faisant l’apologie de la masculinité) et « brouiller » sa lecture. Elle met du désordre dans le processus de signification d’une annonce au message simple, qui construit le genre masculin de façon hyperbolique (Goffman eût dit hyper-ritualisée38) : « Wear the pants ».

32Selon l’artiste, avec qui j’ai échangé au printemps 2010 au sujet de ce détournement d’affiche publicitaire, il s’agissait d’une réponse au « Man-ifesto » publié sur le site Internet de Dockers :

  • 39 On peut traduire ses propos ainsi : « As tu vu le ''man-ifeste'' [''man-ifesto'', pourrait être tra (...)

Have you seen the "man-ifesto" from the dockers site ? (…) the project was a feminist, queer response to this romanticization of patriarchal values and unattainable gender perfection"manhood" by representing the little slips and leaks in perfect gender portrayal that we all experience. also by showing that all sorts of people might be welcomed to man-hood. There is a lot of inherent misogyny as well as corporate conformist messages and values in this ad campaign, so i wanted to juxtapose that with something that was an alternative based on my lived and seen experiences and which exposed those underlying messages for analysis at the same time.39

  • 40 Cf. J. Riviere, La Féminité en tant que Mascarade, 1994, Paris, Éditions du Seuil (traduction franç (...)

33En parlant de « la perfection inatteignable du genre masculin », l’artiste fait référence aux théories de J. Butler (le genre comme performance sans cesse réitérée et horizon jamais atteint) et de J. Riviere40. Le jeu sur les marqueurs de genre, notamment avec cette fausse moustache hyperbolique, illustre cette idée, de même qu’elle souligne l’hyper-ritualisation du genre dans la construction publicitaire (cf. E. Goffman, 1979). L’idée de juxtaposer un message (celui de l’artiste) à un autre (celui de l’annonce publicitaire) afin de souligner ou d’exhumer la misogynie et le conformisme sous-jacent des messages, et pour « les soumettre à l’analyse », témoigne d’une conception de l’interprétation critique comme pratique de décryptage.

34Mais plus qu’un décryptage, qui viserait surtout à révéler le « sens caché » ou « sous-jacent » d’un message, la juxtaposition d’autres signes au message ainsi « décrypté » opère un détournement qui le reconfigure.

35Il s’agit, dans la sémioclastie militante, plus que d’une sémioclastie critique des représentations ou « contre-lecture », d’une sémioclastie reconstituante d’un autre effet de signification.

36C’est pourquoi je l’appelle sémioclastie reconstituante, ou sémioclastie créative.

37Il ne s’agit finalement pas de « bien décoder » ce qui aurait été « encodé » mais plutôt de pirater ou braconner le processus de signification, en opérant une lecture décalée et transformante des représentations. Il ne s’agit dès lors pas tant d’exhumer le « vrai » sens, de trouver la « bonne » signification que l’émetteur aurait voulu « encoder », que de faire fi de toute intentionnalité de l’émetteur afin de s’approprier le message. Il ne s’agit plus vraiment de dévoiler un « sens caché » à travers l’analyse, mais d’inventer d’autres effets de signification. C’est une conception et une pratique de l’interprétation qui relève plus du « recodage » que du décodage et montre que même les objets discursifs considérés comme figés, tels que le stéréotype de genre, sont dotés d’un large éventail de possibilités interprétatives.

8. Conclusion : clôture idéologique et ouverture sémiotique

  • 41 J’emprunte cette expression à B. Jurdant. Cf. B. Jurdant, « Vulgarisation scientifique et idéologie (...)

38On peut avancer en conclusion que le geste de sémioclastie critique procède à la fois d’une ouverture sémiotique et d’une clôture idéologique41, ainsi que d’un paradoxe inhérent à l’exercice du pouvoir d’agir qu’est l’effort de subversion des normes.

  • 42 J’entends par là une vision téléologique des médias selon laquelle ils agiraient comme une « sering (...)

39La clôture idéologique de la sémioclastie se trouve peut-être dans sa conception pessimiste de l’effectivité de l’usage de la liberté d’interprétation des publics. En présupposant une lecture hégémonique des représentations culturelles qu’elle conteste, la sémioclastie repose sur le principe que la majorité de la population ne remettra pas en cause les stéréotypes véhiculés par les médias de grande audience. Elle se propose alors de dénoncer et déconstruire cette lecture hégémonique de représentations culturelles stéréotypées. Autrement dit, elle sous-estime peut-être les résistances individuelles des destinataires des messages médiatiques, en reposant sur une vision fonctionnaliste des médias42. Cette conception traduit peut-être un rapport paradoxal à la pluralité possible des interprétations. En proposant une lecture alternative, la sémioclastie critique montre qu’on peut lire autrement ou voir autrement, prendre les chemins de traverse d’un sens qui n’est pas si unidirectionnel qu’on le croit. Mais lire autrement et voire autrement que qui ? Pour qui le sens est-il unidirectionnel et pour qui l’a t-on détourné ? Elle renvoie toujours à l’idée qu’il existe une « lecture hégémonique », puisque c’est cela qu’elle conteste en proposant des lectures alternatives.

  • 43 « Ouvrir une brèche », selon Baudouin Jurdant est ce qui vient rompre la « clôture idéologique ». C (...)
  • 44 Cf. M. De Certeau L'Invention du quotidien, vol. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990.

40Cependant, puisque la sémioclastie militante présente aussi une ouverture sémiotique, je la qualifierai plutôt de « sémioclastie créative ». En détournant, défigeant et transformant les représentations, elle « ouvre une brèche »43, fait proliférer le sens et ses possibilités d’interprétation. Elle ne se contente pas de cadrer la lecture des représentations qu’elle détourne. Elle ne nous dit pas « le sens c’est par là », mais plutôt : « le sens c’était par là, mais c’est aussi ici, et là ». Elle part du principe qu’il existe une « lecture hégémonique » de représentations stéréotypées (en cela elle est la fille de Stuart Hall), lecture qu’elle dénonce, tout en « braconnant le sens » qu’elle postule, détournant et transformant ses effets de signification (en cela elle est la fille de M. de Certeau44). Autrement dit et pour résumer, la sémioclastie créative peut être décrite comme l’« enfant naturelle » de Hall et de Certeau, qui aurait Barthes pour parrain : une pratique de braconnage du sens qui repose sur une conception de l’interprétation comme décodage et décryptage, élucidation et dévoilement, postulant qu’il existe à la fois un sens caché et une lecture hégémonique des discours dominants, tout en montrant que diverses lectures de ce sens sont possibles et de multiples effets de (re)signification.

  • 45 J. Butler, « Faire et défaire le genre », texte de la conférence prononcée par J. Butler le 25 mai (...)

41Cette reconfiguration du sens qui reste tributaire des stéréotypes qu’elle dénonce et détourne, et donc du système binaire du genre qu'elle vise à dépasser, illustre l’exercice paradoxal du pouvoir d’agir des minorités qui, voulant résister aux normes dominantes, sont produites par elles en même temps qu’elles les déconstruisent et les détournent en les reconfigurant. Mais ce paradoxe est une condition même de l’agency : « Si j’ai une quelconque capacité d’agir, elle s’élargit du fait même que je suis constitué/e par un monde social qui ne relève en aucune façon de mon choix. Que ma capacité d’agir soit clivée par un paradoxe ne signifie pas qu’elle soit impossible. Cela signifie seulement que le paradoxe est la condition de sa possibilité. »45

Haut de page

Bibliographie

Amossy, R., Herschberg-Pierrot, A. (1997), Stéréotypes et clichés. Langue discours société, Paris : Nathan.

Austin, J L. (1970), Quand dire c’est faire. Paris : Seuil (éd. originale : 1962).

Bernheim C., Kandel L., Picq F. (2009), Mouvement de libération des femmes. Textes premiers, textes choisis, (présentés par) Paris : Stock, 2009.

Bourcier, M-H. (2001), Queer zones. Politiques des identités sexuelles, des représentations et des savoirs. Paris : Balland.

Boutin P., Candel É., Gauquie P., Gomez Mejia G., Seurrat A. (À paraître en 2013), « Le sens c’est par là... Manipulations ordinaires des productions médiatiques ». Sémiotiques, mode d'emploi, Jean-Jacques Boutaud, Karine Berthelot-Guiet (dir.) Le bord de l'eau, collection "Mondes Marchands".

Butler, J. (2004), Le pouvoir des mots, politique du performatif. Paris : Éditions Amsterdam, trad. Charlotte Nordmann.

Butler, J. (2006), Défaire le genre. Paris : Éditions Amsterdam, trad. Maxime Cervulle.

Butler, J. (2009), Ces corps qui comptent. De la matérialité et des limites discursives du sexe. Paris : Éditions Amsterdam, trad. Charlotte Nordmann.

Cervulle, M., Kunert, S. (2006), « Le discours sur soi : détournement et distorsion de signifiants pour se signifier », communication lors du colloque dissensions textuelles et dissidences politiques dans les constructions identitaires, pôle identités plurielles (Cirna, université Paris -Denis Diderot).

Chetcuti, N. (2010), Se dire lesbienne. Vie de couple, sexualité, représentation de soi. Paris : Payot.

Cusset, F. (2005), French theory. Foucault, Derrida, Deleuze et Cie et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis. Paris : La Découverte.

De Certeau, M. (1990), L’invention du quotidien. Vol. 1. Arts de faire, Paris : Gallimard.

Dorlin, E. (2008), Sexe, genre et sexualités. Éditions PUF philosophie.

Fabbri, P. (2008), Le tournant sémiotique. Paris : Hermès, Lavoisier, coll. Formes et sens.

Foucault, M. (1969), L’archéologie du savoir. Paris : Gallimard.

Goffman, E. (1979), Gender advertisements. New York : harper.

Jeanneret, Y. (2006), « Analyse des pratiques de communication et trivialité : un champ de recherches entre prétention et exigence ». Médias et culture. Discours, outils de communication, pratiques : quelle(s) pragmatiques(s) ?. Numéro spécial en hommage à Daniel Bougnoux.

Jeanneret, Y. (2008), Penser la trivialité. vol. 1. La vie triviale des êtres culturels, Lavoisier.

Jurdant, B. (1969), « Vulgarisation scientifique et idéologie », Communications n°14, La politique culturelle.

Kosofsky-Sedgwick, È. (1990), Epistemology of the closet. University of California press.

Le Bitoux et. al. (2003), Citoyen de seconde zone, trente ans de lutte pour la reconnaissance de l’homosexualité en France (1971-2002). Paris : Hachette Littératures.

Lopez Diaz, M. (2004), « Les enjeux du défigement dans le texte publicitaire ». In Feuillard C. (dir.), Créoles. Langages et politiques linguistiques. Berne : Peter Lang.

Moscovici, S. (1979), Psychologie des minorités actives. Paris : PUF.

Rivière, J. (1994), La féminité en tant que mascarade. Paris : Éditions du Seuil (Womanliness as a mascarade, 1929).

Seurrat de La Boulaye, A. (2009), Les médias en kit pour promouvoir « la diversité ». Étude de programmes européens de formation aux médias destinés à « lutter contre les discriminations » et « promouvoir la diversité ». Thèse en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Paris IV Sorbonne-Celsa.

Haut de page

Notes

1 Cet acronyme désigne dans le langage courant les populations Lesbiennes, Gays, Bisexuelles et Trans’ (personnes transgenres et transsexuelles).

2 Sur le stéréotypage, voir R. Amossy, A. Herschberg-pierrot, Stéréotypes et clichés. Langue discours société, Paris, Nathan, 1997.

3 Cet emploi de la notion barthésienne de sémioclastie pour désigner des discours critiques visant à déconstruire voire modifier les stéréotypes sociaux médiatisés s’inspire des travaux d’Aude Seurrat, Cf. notamment : Boutin P., Candel E., Gauquie P., Gomez et Seurrat A. (2013, à paraître). In J.-J. Boutaud, J. Davallon et Y. Jeanneret (dir.).

4 Le terme de transphobie désigne les violences symboliques, verbales, physiques, les préjugés et discriminations envers les personnes transsexuelles et transgenres. Le terme, encore absent du dictionnaire, est utilisé couramment par divers collectifs militants. Cf. notamment les textes du collectif OUTRANS [ref. du 9 octobre 2009] disponibles sur Internet :

http ://www.outrans.org/spip.php ?article116

5 Cet article s’inspire partiellement de ma contribution sur le « dégenrage des codes » comme pratique de re-signification lors d’une communication commune : M. Cervulle, S. Kunert, « Le discours sur soi : détournement et distorsion de signifiants pour se signifier », colloque Dissensions textuelles et dissidences politiques dans les constructions identitaires, Pôle Identités Plurielles (CIRNA, Université Paris-Denis Diderot), mars 2006. Je tiens à remercier Maxime Cervulle pour les échanges fructueux que nous avons eus à l’époque, et notamment la référence aux travaux de Stuart Hall, pertinents pour l’analyse des discours militants.

6 Le terme de genre dans ce contexte renvoie au concept anglo-saxon de gender. Pour une approche de ce concept dans le contexte français des sciences humaines et sociales voir notamment E. Dorlin, Sexe, genre et sexualités, Editions PUF philosophie, 2008.

7 Sur le retournement de l’injure comme stratégie politique voir E. Kosofsky-Sedgwick, Epistemology of the Closet, University of California Press, 1990.

8 Voir l’ouvrage Mouvement de libération des femmes. Textes premiers, Textes choisis et présentés par C. Bernheim, L. Kandel, F. Picq, Paris, Stock, 2009. On trouvera dans cet ouvrage des textes et des slogans du MLF des années 1970 dont les tournures rhétoriques et les formes d’humour paraissent comparables à certaines formes d’expression du discours militant LGBT et queer des années 1990-2000.

9 Cf. F. Cusset, French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze et Cie et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis, Paris, La Découverte, 2005.

10 M-H. Bourcier, Queer Zones. Politiques des identités sexuelles, des représentations et des savoirs, Paris, Balland, 2001.

11 Cf. Le Bitoux et. al., Citoyen de seconde zone, Trente ans de lutte pour la reconnaissance de l'homosexualité en France (1971-2002), Paris, Hachette Littératures, 2003.

12 Cf. notamment les travaux de M. H. Bourcier, M. Cervulle, E. Dorlin, E. Fassin, B. Preciado… les traductions des ouvrages et articles de J. Butler, T. de Lauretis, J. Scott, …

13 À Paris on compte par exemple (entre autres réseaux militants et mouvances politiques) des groupes tels que le Zoo à fin des années 1990, collectif de chercheur-es indépendant-es et d’universitaires ayant organisé les séminaires Q dont a résulté l’ouvrage Q comme queer (Cf. Le ZOO (Collectif), Q comme Queer, sous la direction de Marie-Hélène Bourcier, Lille : Cahiers Gai Kitsch Camp, 1998) puis les Panthères Roses, association de lutte contre le sexisme, l’homophobie, la transphobie, le classisme et le racisme au début des années 2000 (les Panthères Roses ne se sont à ma connaissance pas officiellement définies comme queer mais les théories et pensées du mouvement queer ont inspiré nombre de leurs textes et actions militantes), ainsi que le groupe d’activisme culturel Panik Qulture au milieu des années 2000, et Les Tordues, réseau informel comptant des membres issus de divers autres groupes militants, créé en 2005 et qui organisa deux marches alternatives à la Marche des Fiertés LGBT ou Gay Pride afin de contester le caractère commercial et normatif de l’événement.

14 J. Austin, Quand dire c'est faire, Paris, Seuil, 1970 (éd. Originale: 1962).

15 Cf. J. Butler, Le Pouvoir des mots, Politique du performatif, Paris, Éditions Amsterdam, 2004.

16 J. Butler, Défaire le genre, Paris, Éditions Amsterdam, 2006. Trad. M. Cervulle.

17 « Drag King: littéralement: le roi travesti. Ce terme, utilisé à partir des années 1980-1990 aux Etats-Unis, peut se traduire par « travesti » ou « trav' » et s'applique généralement aux personnes de sexe biologique femelle usant de jeux vestimentaires et corporels pour transformer et décliner leur genre au masculin. » Cf. N. Chetcuti, Se dire lesbienne. Vie de couple, sexualité, représentation de soi, Paris, Payot, 2010, p. 255-256.

18 Action collective consistant à interrompre le cours d'un événement contre lequel les militants protestent, ou à investir un espace incarnant une institution que les militants veulent dénoncer.

19 Rassemblement public au cours duquel des personnes de même genre s'embrassent sur la bouche. Le but est notamment de rendre visible les couples gays et lesbiennes dans l'espace public.

20 Action collective au cours de laquelle les militants simulent la mort en s'allongeant dans l'espace public. Elle s'inscrit dans la tradition activiste de lutte contre le Sida depuis les années 1980 (voir les actions d’Act Up Paris).

21 Voir Y. Jeanneret Y. (2006)., « Analyse des pratiques de communication et trivialité : un champ de recherches entre prétention et exigence ».

22 Cf. Le ZOO (Collectif), Q comme Queer, sous la direction de Marie-Hélène Bourcier, Lille : Cahiers Gai Kitsch Camp, 1998.

23 Cf. le tract de l’association Act-Up Paris contre une publicité télévisée de la marque Opel datant de 2006 : « Opel : l’humiliation des trans’ comme technique de vente », texte publié le 5 mai 2006 sur le site Internet de l'association Act Up Paris, disponible sur: http://www.actupparis.org/article2403.html

24 Le terme d’agency (diversement traduit en français par agentivité, pouvoir d’agir, puissance d’agir…), en usage depuis plusieurs décennies dans diverses disciplines des sciences humaines et sociales est fréquemment utilisé dans les analyses militantes féministes et queer comme en socio-pragmatique du genre, notamment lorsqu’il s’agit de décrire les marges de manœuvre, pratiques de subversion ou de re-subjectivation des acteurs au regard des normes sociales, de la domination symbolique et des rapports de pouvoir. Parmi de nombreuses publications sur ce concept, on peut lire le numéro thématique de la revue Rives Méditerranéennes consacré au concept d’agentivité : Rives méditerranéennes 2012/1 (n° 41). Agency : un concept opératoire dans les études de genre ? et J. Butler, La vie psychique du pouvoir, Paris, Ed. Léo Scheer, 2002.

25 Cf. S. Moscovici, Psychologie des minorités actives, Paris, PUF, 1979, p. 11.

26 Par exemple le terme de « militant-e-s » fréquemment employé pour parler des collectifs mixtes (plutôt que de dire « les militants » pour un groupe qui ne compte pas que des personnes de genre masculin).

27 Pour une présentation du groupe La Barbe, on peut consulter leur site Internet : http://www.labarbelabarbe.org/La_Barbe/Accueil.html

28 R. Desnos, Chantefables et chantefleurs, 1942.

29 Le roman de l'auteur français Axel Léotard, écrit sous forme de récit de vie et intitulé Mauvais genre, témoigne d'un parcours de transition hormonale et chirurgicale effectué en France à notre époque ; il y est question de la stérilisation forcée des personnes transsexuelles pour obtenir un changement d’État-Civil à l'issue du parcours de transition. Cf. A. Leotard, Mauvais genre, Paris, Hugo & Cie, 2009.

30 F. Héritier, Masculin/Féminin, Paris, Odile Jacob, 1996.

31 M. Lopez Diaz, « Les enjeux du défigement dans le texte publicitaire », dans C. Feuillard (dir.), Créoles. Langages et politiques linguistiques, Berne, P. Lang, 2004, p. 230.

32 F. Héritier, « Entretien », La Croix, novembre 1998.

33 S. Hall, « Codage/décodage », op. cit.

34 Cf. P. Boutin, E. Candel, P. Gauquie, G. Gomez Mejia, A. Seurrat, Le sens c'est par là... » Manipulations ordinaires des productions médiatiques, à paraître dans Sémiotiques en pratiques, J.-J. Boutaud, J. Davallon et Y. Jeanneret (dir.), Le Bord de l'Eau Éditions, collection Espaces marchands, 2012.

35 Je reprends ici les termes de Paolo Fabbri lorsqu'il décrit les conceptions du « code » dans la sémiotique des années 1960 et 1970. Cf. P. Fabbri, Le tournant sémiotique, Paris, Hermès, Lavoisier, coll. Formes et sens, 2008, p. 54.

36 Le terme « trivial » n'est pas ici utilisé dans son sens ordinaire (négativement connoté) mais au sens qu'en donne Yves Jeanneret (2008), pour décrire le phénomène de circulation des « êtres culturels » (Cf. Y. Jeanneret, Penser la trivialité. Vol. 1. La vie triviale des êtres culturels, Paris : Lavoisier, 2008).

37 Une autre annonce issue de la même campagne dessine la silhouette d’un buste masculin au dessus d’un pantalon en déroulant un texte qui déplore la dévirilisation des hommes, la mode de l’androgynie et la prise de pouvoir par les femmes dans la société contemporaine.

38 Cf. E. Goffman, Gender advertisements, New York, Harper, 1979.

39 On peut traduire ses propos ainsi : « As tu vu le ''man-ifeste'' [''man-ifesto'', pourrait être traduit comme « manifeste de masculinité ou de virilité ou manifeste des hommes] sur le site Internet de Dockers ? Mon projet était une réponse féministe et queer à cette vision romantisée des valeurs patriarcales et de la perfection inatteignable du genre masculin que recouvre le terme « manhood » [masculinité, virilité], en montrant les petits dérapages et défauts que nous expérimentons tous et toutes dans la représentation du genre, et aussi afin de montrer que toutes sortes de gens peuvent être bienvenus dans le royaume du masculin [ou : que la masculinité peut appartenir à tout le monde]. Il y a beaucoup de misogynie inhérente ainsi que du conformisme corporatiste dans les messages et les valeurs de cette campagne publicitaire, j'ai donc voulu juxtaposer à cela une alternative relevant d'expériences vues et vécues, tout en exposant ces messages (misogynes et conformistes) sous-jacents pour les soumettre à l'analyse. »

40 Cf. J. Riviere, La Féminité en tant que Mascarade, 1994, Paris, Éditions du Seuil (traduction française de Womanliness as a Mascarade, 1929).

41 J’emprunte cette expression à B. Jurdant. Cf. B. Jurdant, « Vulgarisation scientifique et idéologie », Communications n°14, 1969. La politique culturelle.

42 J’entends par là une vision téléologique des médias selon laquelle ils agiraient comme une « seringue hypodermique » inoculant une certaine vision du monde aux publics. Contre cette théorie de l’influence des médias s’inscrit le courant qui s’intéresse aux « piratages » et résistances diverses des publics, que l’on doit notamment à Michel de Certeau.

43 « Ouvrir une brèche », selon Baudouin Jurdant est ce qui vient rompre la « clôture idéologique ». Cf. B. Jurdant, « Vulgarisation scientifique et idéologie », op. cit.

44 Cf. M. De Certeau L'Invention du quotidien, vol. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990.

45 J. Butler, « Faire et défaire le genre », texte de la conférence prononcée par J. Butler le 25 mai à l’Université de Paris X-Nanterre. Trad. Marie Ploux. Ref : <http://multitudes.samizdat.net/Faire-et-defaire-le-genre>

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie KUNERT, « Dégenrer les codes : une pratique sémiotique de défigement », Semen [En ligne], 34 | 2012, mis en ligne le 22 juillet 2015, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/semen/9770

Haut de page

Auteur

Stéphanie KUNERT

Institut Français de Presse (IFP), CARISM, Université Paris II / IEC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page