Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35III. Comptes-rendus de lectureAnalyser les discours institution...

III. Comptes-rendus de lecture

Analyser les discours institutionnels, Alice Krieg-Planque, série Discours et Communication, Armand Colin, 2012

Séverine Equoy Hutin et Philippe Schepens

Texte intégral

  • 1 « Travailler les discours dans la pluridisciplinarité. Exemples d’une ‘manière de faire’ en analyse (...)

1L’ouvrage d’Alice Krieg-Planque s’adresse initialement aux étudiants en sciences humaines et sociales (journalisme, management, communication, gestion, sociologie, sciences de l’éducation, histoire…) qui sont confrontés à des objets discursifs institutionnels. L’auteure vise à rassembler et à expliciter des savoir-faire en analyse du discours, retrouvant et développant un geste déjà amorcé dans une contribution de 20071 . Le cadre d’analyse mobilisé, l’analyse du discours, repose sur la linguistique mais l’auteure n’entend pas embrasser l’ensemble des théories en sciences du langage. Toutefois, chaque chapitre présente des synthèses théoriques à la fois précises et concises qui ont le mérite de répondre pleinement aux ambitions d’un ouvrage résolument tourné vers l’explicitation : analyser, explorer, repérer, pratiquer, aiguiser, percevoir… ces verbes qui traversent le chapitre introductif révèlent la dynamique que l’auteure soutient. Les discours auxquels Alice Krieg-Planque s’intéresse « émanent en particulier de locuteurs s’exprimant pour le compte de partis politiques, de syndicats, d’associations, de fondations, d’organisations publiques et privées, d’administrations, d’institutions politiques et publiques nationales, internationales voire transnationales » (p. 12). L’auteure invite le lecteur à en repérer, au fil de la lecture, les caractéristiques spécifiques.

2Le chapitre premier intitulé « Le discours : enjeux et méthodes » opère dans un premier temps un panorama des enjeux du discours articulés à des lieux d’exercice de la parole et de l’écriture dans leur dimension institutionnelle : ainsi, les secteurs de la communication à différents niveaux institutionnels (Ministères, Union Européenne), du journalisme, du social et de la justice et plus largement la question de la part langagière du travail, les relations diplomatiques traversent ce chapitre et permettent de souligner la diversité des enjeux de la communication comme activité de discours dans les organisations. Ce chapitre revient également sur le cadre d’analyse de l’ouvrage sous la forme d’une axiomatique argumentée et abondamment illustrée : 1) l’analyse du discours n’a pas de vocation normative. 2) elle ne cherche pas ou ne vise pas non plus des mesures d’impact, des formes d’action sur l’opinion. 3) Le discours lui-même ne peut être conçu comme reflet du réel ou représentation du social mais comme ACTION ; le discours est à lui-même son propre réel, et amène à prendre en compte l’espace de conflictualité et les types de rationalité intersubjective qu’il institue. 4) Si le discours est action et non reflet, son analyse ne peut être assimilée à une analyse de contenu, indifférente à sa matérialité. 5) Dès lors l’analyse du discours a pour objet le réel du discours, dans ses observables, en contexte et en situation (p. 45). Ainsi, au terme de ce chapitre, le lecteur s’engage sur un terrain et dans un cadre clairement balisé.

3Les cinq chapitres qui suivent sont respectivement consacrés à des catégories dont l’auteure montre la pertinence pour l’analyse des textes institutionnels et les pratiques discursives des communautés qui les produisent.

4Le chapitre deux « Actes de langage et institutions : l’efficacité de la parole légitime » propose de revenir sur les liens indissociables qu’entretiennent discours et action, à travers les acquis de la pragmatique. À partir d’une analyse des travaux d’Austin et de Searle, l’auteure prend soin de souligner les éléments qui intéressent les discours politiques et institutionnels comme par exemple les conditions qui mettent en avant la dimension sociale de la réussite des énoncés performatifs, la question du rapport à la légitimité et à l’autorité de la parole ou encore la définition de l’identité, des missions et des actions de certaines organisations à travers les actes de langage. Dans ce chapitre, l’auteure s’intéresse également aux poids des normes et aux relations entre les actes de langage et les genres de discours en soulignant à quel point la conformité générique requiert la réalisation de certains actes de langage, qu’il s’agisse de chartes, de codes de conduite, de certifications ou encore d’allocutions d’ouverture.

  • 2 Alice Krieg-Planque, 2003, « Purification ethnique ». Une formule et son histoire, Paris, CNRS. 200 (...)

5Le chapitre trois : « Formules, slogans, figements : du lexique à la phraséologie » s’intéresse à la prévisibilité discursive et aux enjeux que celle-ci recouvre dans les discours médiatiques et politiques, loin des jugements de valeurs dépréciatifs dont font l’objet les phénomènes de régularités linguistiques. À partir de la catégorie du « mot » que l’auteure redéfinit dans un premier temps dans ses dimensions morphologiques, syntaxiques et sémantiques, le propos progresse rapidement vers la question des relations du mot au sens que celui-ci construit en contexte et en situation. Ainsi, les enjeux socio-politiques du lexique (p.89) méritent, selon l’auteure, d’être soulignés et notamment la participation du lexique à la « conflictualité sociale en discours », à la construction et à la stabilisation du sens et de la référence. Les exemples choisis sont à ce titre très parlants : les oppositions sans-papier/clandestin, fœtus/bébé, expulsion/reconduite à la frontière… montrent bien à quel point la nomination engage, oriente et délimite. D’autres exemples viennent compléter la démonstration : Les orientations du nom propre, les enjeux de vi-lisibilité des actions de communication en contexte professionnel ou encore la catégorisation des évènements dans le discours journalistique. Au terme de ce troisième chapitre, l’auteure s’attarde sur trois manifestations de la prévisibilité en discours : les cas de segments répétés et de cooccurrence, les slogans et « petites phrases » et enfin la question de la régularité des genres et des routines d’écriture. Elle s’intéresse enfin à une approche formulaire du discours (problématique bien connue de l’auteure2), qu’elle relie à la question de la circulation et des usages d’une formule dans l’espace public.

6Le chapitre quatre est quant à lui centré sur l’implicite dont l’auteure propose une première définition : « la partie de l’énoncé qui ne constitue pas en principe et en apparence l’objet premier et véritable du dire » (p.119). Elle distingue ensuite dans deux sous-parties, le présupposé et le sous-entendu. S’inspirant naturellement des travaux fondateurs d’O. Ducrot, le chapitre fournit des exemples très parlants qui visent à montrer que le présupposé, difficilement contestable sous peine de freiner la progression du dialogue, peut être utilisé pour imposer un cadre fondé sur des effets d’évidence. L’auteure illustre cette thèse en recourant à des exemples très frappants issus des discours politique, médiatique et publicitaire qui incitent le lecteur néophyte, notamment, à prêter davantage attention aux évidences que les rhétoriques journalistiques et publicitaires transportent. La démonstration de l’auteure permet de souligner en outre, comme c’est le cas à plusieurs reprises dans l’ouvrage, combien la description linguistique constitue un véritable appui objectivant à l’analyse du discours. Ce chapitre rappelle également que les présupposés les plus intéressants à analyser sont ceux qui recouvrent des enjeux idéologiques et critiques, notamment dans le cadre des discours politiques et institutionnels. Le sous-entendu diffère du présupposé dans la manière dont il se manifeste comme signification de l’énoncé : s’il échappe à la matérialité linguistique, aux tentatives d’inventaires et à la vérification, le sous-entendu est affaire de compétences encyclopédique et pragmatique, de contexte et d’interprétation. Les exemples, toujours très pertinents, que livre l’auteure lui permettent de conclure que « le sous-entendu exerce en discours des facultés précieuses. Il peut accroître la relation de connivence entre les interlocuteurs, favoriser leur complicité. Il permet de renforcer l’adhésion à une thèse, de contribuer à un travail de persuasion. Il peut aussi conférer au locuteur le pouvoir d’insinuer, de mettre en œuvre des comportements pervers » (p. 154).

7« Flou et équivoque : les ressources des locuteurs » : Ainsi s’intitule le cinquième chapitre qui considère les phénomènes d’équivocité comme des ressources offertes par la langue au locuteur. L’ambiguïté peut être appréhendée comme un problème ou un obstacle à la communication dans certains cadres institutionnels et professionnels pour lesquels sa réduction et le lissage interprétatif constituent une des finalités du discours. L’auteure montre que l’équivoque, loin de constituer un phénomène marginal, se produit à tous les niveaux des unités de la langue et qu’elle peut constituer une véritable ressource, assimilable à une compétence professionnelle, par exemple pour les politiques et les journalistes. L’équivocité dans le cas d’attribution de valeurs illocutoires aux actes de langage, dans la concession ou encore la siglaison est également examinée, notamment dans l’observation de la circulation du discours, du pluri-adressage et des soubassements idéologiques qui caractérisent les discours politiques et institutionnels. Tout au long du chapitre, la pertinence de la démarche de l’auteure se vérifie au regard notamment de la diversité des exemples mobilisés et de la lucidité des analyses qui sont proposées.

8Le dernier chapitre, consacré à l’ouverture du discours reprend les concepts de dialogisme, polyphonie, interdiscours, intertextualité, préconstruit et prédiscours pour observer la diversité des phénomènes de porosité et de circulation discursive (p. 191). Ainsi, les phénomènes de reprise et de défigement sont analysés en tant qu’ils prennent appui sur un fragment de discours préexistant mais également dans leur participation à des stratégies argumentatives révélatrices d’une dynamique politique et sociale que construit le discours. Ce chapitre remet en perspective certaines notions étudiées dans les chapitres antérieurs, comme par exemple le présupposé, la relative appositive, la nominalisation ou encore la réfutation, dans leurs relations au préconstruit, pour rendre compte de ces phénomènes d’ouverture du discours sur d’autres discours, et dans une perspective annoncée dès le début de l’ouvrage qui est de comprendre l’organisation de la conflictualité en discours.

9Au final, la diversité des exemples, la finesse et la précision des analyses qui sont proposées constituent une nouvelle preuve de la validité d’une approche discursive de la communication dont l’auteure propose une définition plutôt remarquable : la communication est en effet définie comme « un ensemble de pratiques consistant à produire des énoncés dont sont en même temps anticipées les formes et les modalités de circulation » (p. 30). Mais à notre sens l’ouvrage ne vaut pas seulement par ses qualités pédagogiques. L’enseignement d’un chercheur vaut en réalité pour l’ensemble de la communauté scientifique par le bilan des lectures scientifiques qu’il réalise, les choix conceptuels qu’il assume, les hiérarchies qu’il institue dans l’exposé et la démarche dont il use, la singularité finalement de son propre positionnement, et par les chemins qu’ils explorent pour son propre compte. Or ce qui frappe ici, c’est le caractère organique de la fusion que l’auteure manifeste en rassemblant un point de vue linguistique, énonciatif, discursif, historique, social et communicationnel, ce qui est sans doute contenu dans le syntagme et l’ambition de départ : contribuer aux entreprises qui visent les « approches symboliques du social ». Il est révélateur du bouger qui s’est produit depuis les débuts de l’analyse du discours, à l'initiale très abstraite, oublieuse à notre sens des acteurs effectifs et des pratiques complexes déployés dans l’activité de tissage socio-langagier qui fondent la vie contre et la vie avec … les autres. Ce qui frappe également c’est que l’abondance et la pertinence des exemples mobilisés se présentent finalement comme autant de suggestions de recherches offertes à l’analyse. Voilà un ouvrage ouvert.

Haut de page

Notes

1 « Travailler les discours dans la pluridisciplinarité. Exemples d’une ‘manière de faire’ en analyse du discours », in Simone Bonnafous et Malika Temmar (dir.), Analyse du discours et sciences humaines et sociales, Paris, Ophrys, 2007, pp. 57-71.

2 Alice Krieg-Planque, 2003, « Purification ethnique ». Une formule et son histoire, Paris, CNRS. 2009, La notion de « formule » en analyse du discours. Cadre théorique et méthodologique, Presses universitaires de Franche-Comté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Séverine Equoy Hutin et Philippe Schepens, « Analyser les discours institutionnels, Alice Krieg-Planque, série Discours et Communication, Armand Colin, 2012 », Semen [En ligne], 35 | 2013, mis en ligne le 22 avril 2015, consulté le 18 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/semen/9845 ; DOI : https://doi.org/10.4000/semen.9845

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search