Navigation – Plan du site

Accueil

Chapô

Créée en 1993 et publiée depuis 2008 par les Éditions de l’Université de Bruxelles, Sextant est aujourd’hui portée par un groupe interdisciplinaire d’enseignants de l’Université libre de Bruxelles. La revue présente des études, indifféremment en anglais ou en français, sur les questions de genre et de sexualité, en privilégiant l’interdisciplinarité (sciences sociales, lettres, droit, psychologie…). Les numéros, annuels, sont thématiques.

Dernier numéro en ligne
37 | 2020
Le rideau déchiré

La sexologie à l’heure de la guerre froide
Sous la direction de Sylvie Chaperon, Carla Nagels et Cécile Vanderpelen-Diagre
Sextant_Couverture_37
Informations sur cette image
Crédits : The U. S. Food and Drug Administration (www.fda.gov)

La guerre froide n'est pas qu'un bras de fer entre deux puissances politiques qui mesurent leurs capacités militaire, nucléaire, technologique et scientifique. S'y joue également une lutte pour gagner un pouvoir d’influence culturel beaucoup plus large et profond.
Les deux blocs prétendent, notamment, défendre et incarner les normes de genre et de sexualité les plus justes et les plus en phase avec le « vrai » bonheur et l'harmonie amoureuse, ferments indispensables d'une société en bonne santé. Pour ce faire, ils puisent tous les deux dans les savoirs de la sexologie, alors en plein bouleversement. L'époque est en effet marquée par le développement de machines dont on attend qu’elles mesurent les performances sexuelles. Les progrès de l’imagerie médicale laissent croire en un avenir où tous les aspects du corps humain seront visibles et, donc, soignables (voir la photo de couverture : le psychiatre W. Reich à la recherche d’une force vitale universelle).
Les études ici rassemblées montrent que, dans le domaine de la sexologie, le rideau qui sépare l’est et l’ouest était pour le moins déchiré, pour reprendre le titre d’un film d’Alfred Hitchcock qui traite d’espionnage scientifique. Les scientifiques, justement, et leurs théories sur la sexualité circulent d’autant mieux que l’un comme l’autre bloc partagent des valeurs communes de valorisation de la famille traditionnelle et de hantise de l’homosexualité. Des deux côtés, les sexologues, alors en voie de professionnalisation, tentent d’élaborer une expertise congruente avec le supposé savoir scientifique, le vécu raconté par leurs patient·es, les directives du régime dont ils dépendent et une société progressivement conquise par le discours de la « révolution sexuelle ». Entre conservation et subversion, ils soufflent ainsi le chaud et le froid sur les représentations de la sexualité.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search