Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32Première partie. Textes et contextesLa mère monstrueuse et la représe...

Première partie. Textes et contextes

La mère monstrueuse et la représentation de l’infanticide dans les causes célèbres de la France du xixe siècle

The Monstrous Mother and the Representation of Infanticide in Famous Cases from Nineteenth-Century France
Amélie Richeux
p. 13-28

Résumés

Dans ce texte, j’aimerais montrer à partir d’une analyse de deux « causes célèbres » – « Accusation d’infanticide » de Maurice Méjan (1808) et « Mme Lemoine et sa fille (1859) » d’Armand Fouquier (1865-1867), et après une rapide mise en contexte du genre des « causes célèbres » et du crime d’infanticide, comment le récit et la mise en scène morphologique et narrative de ces cas d’infanticide, doublée de savoirs anthropologiques et juridiques, (re)créent et popularisent l’évidence d’une causalité du crime d’infanticide. Il s’agira de cerner comment et en quoi le genre des « causes célèbres » prend part au processus de problématisation de la figure de la mère criminelle.

Haut de page

Texte intégral

1Le 16 frimaire an 10, un nouveau-né est trouvé mort sur les remparts de Dijon, le corps recouvert de brûlures. Louise Perthuy est soupçonnée d’en être la mère, des témoins affirmant l’avoir aperçue en état de grossesse avancée jusque vers le 15 frimaire ; les jours suivants, elle est apparue mince et pâle. Les indices rassemblés dans la chambre de Louise montrent les traces d’un accouchement récent. Le cadavre est exhumé et le rapport médical de l’officier de santé affirme que l’enfant est né vivant. Louise est arrêtée le 19 frimaire ; le 9 nivôse, elle est mise en accusation devant jury pour infanticide. Une contre-expertise médicale atteste que l’enfant était mort-né. Le 29 pluviôse an 10, Louise est acquittée.

  • 1 M. Méjan, « Accusation d’infanticide », Recueil des causes célèbres et des arrêts qui les ont décid (...)
  • 2 Expression empruntée à A.-L. Shapiro, Breaking the Codes. Female Criminality in Fin-de-Siècle Paris(...)

2Le cas judiciaire réel de Louise Perthuy est relaté sept ans après les faits, en 1808, par Maurice Méjan, avocat de profession, dans son Recueil des causes célèbres et des arrêts qui les ont décidées sous le titre « Accusation d’infanticide »1. L’auteur y souligne le caractère contre-nature de l’acte infanticide, incrimine vindicativement la figure dangereuse de la femme-mère transgressive des normes et valeurs morales. Bref, il fait du cas un « problème » de la criminalité féminine infanticide, monstrueuse2.

  • 3 A. Fouquier, « Mme Lemoine et sa fille (1859) », Drames judiciaires. Causes célèbres de tous les pe (...)
  • 4 Cette analyse restreinte et succincte n’est en aucun cas représentative de tout un genre et de tout (...)

3Dans ce texte, j’aimerais montrer à partir d’une analyse de deux « causes célèbres » – « Accusation d’infanticide » de Maurice Méjan (1808) et « Mme Lemoine et sa fille (1859) » d’Armand Fouquier (1865-1867)3, et après une rapide mise en contexte du genre des « causes célèbres » et du crime d’infanticide, comment le récit et la mise en scène morphologique et narrative de ces cas d’infanticide, doublée de savoirs anthropologiques et juridiques, (re)créent et popularisent l’évidence d’une causalité du crime d’infanticide. Il s’agira de cerner comment et en quoi le genre des « causes célèbres » prend part au processus de problématisation de la figure de la mère criminelle4.

Contextualisation

  • 5 L’idée de mettre par écrit des recueils de « causes célèbres » à l’intention du grand public vient (...)

4Le genre des « causes célèbres », apparu au xviiie siècle et publié jusqu’à la fin du xixe siècle, a la particularité de rendre compte de cas judiciaires qui, lors de la procédure judiciaire réelle, ont éveillé la curiosité et l’intérêt du public – célèbre donc – et dont la restitution narrative, d’emblée, spécule sur l’étrange, le spectaculaire, le curieux5. Aussi le genre se caractérise-t-il par sa forme hybride reliant savoirs médical, historique et juridique à des techniques littéraires plus ou moins prononcées, médiatisant ainsi ces savoirs.

  • 6 L. Mucchielli, Histoire de la criminologie française, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 13.
  • 7 H. F. Ellenberger, Die Entdeckung des Unbewußten. Geschichte und Entwicklung der dynamischen Psychi (...)
  • 8 Pour les divers courants, voir D. Pick, Faces of Degeneration. A European Disorder, 1848-1918 (Idea (...)
  • 9 M. Foucault, Les anormaux. Cours au Collège de France, 1974-1975, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1999 ; (...)
  • 10 L. Mucchielli, op. cit., p. 15.

5Le recueil de Méjan, publié en 18 tomes de 1807 à 1813, se situe dans le contexte naissant d’une étiologie du crime où anthropologues et aliénistes sondent les origines du crime sur des bases physiologiques-déterministes6. Vers 1800, avec le déploiement de la psychiatrie7, une mouvance anthropologique se forme, basée sur différentes hypothèses scientifiques8, avec pour objet d’étude la déviance. Dorénavant, dans les cas de criminalité, l’intérêt est porté sur le criminel, son état psychique et la question de la responsabilité pénale. La magistrature, non sans opposition, est peu à peu suppléée par des experts en pathologie criminelle9. Le recueil des Causes célèbres de tous les peuples du journaliste judiciaire Armand Fouquier, publié de 1857 à 1874, se situe, en revanche, dans un contexte anthropologique médico-légal plus établi et précédant l’institutionnalisation, vers 1870, de la criminologie, branche qui sera marquée par le concept lombrosien du criminel-né10. Ces deux recueils contribuent au développement de l’étiologie du crime : leurs auteurs comparent en effet ancien et nouveau droit pénal (Méjan) et/ou plaident pour la prise en compte de la psychiatrie dans la juridiction (Fouquier) et font ressortir l’interaction, les tensions et les divergences entre les instances judiciaire et médico-psychiatrique.

  • 11 Lüsebrink parle du genre des « causes célèbres » du xviiie siècle comme du « bestseller » de l’époq (...)
  • 12 D. Kalifa, « Enquête judiciaire, littérature et imaginaire social au xixe siècle », in J.-C. Farcy, (...)

6Les recueils à succès de « causes célèbres » au xixe siècle visent, dans leur ensemble, l’instruction du grand public. Leurs auteurs reconstituent pour ce faire des cas dont la plausibilité résulte dans nombre d’exemples du dessein narratif et argumentatif11. En raison de la diversité de ses auteurs et de leur répartition le long du siècle, le genre évolue dans un contexte crimino-anthropologique changeant. Il ne forme donc pas un corpus homogène en tant que tel, mais constitue plutôt un ensemble de textes hétérogènes aux motivations politiques et sociales variées. Il reflète dans une certaine mesure (mais certainement pas de façon linéaire) l’évolution post- et prérévolutionnaire des concepts de droit et de morale et, à partir de cas particuliers, la construction sociétale du sujet « normal ». Les auteurs reprennent dans leurs « causes » des délits plus ou moins graves allant du simple délit de vol à celui d’adultère jusqu’aux affaires de meurtres. Conformément à l’intérêt croissant au xixe siècle pour les sujets judiciaires et médico-légaux, les cas qui témoignent d’une brutalité exceptionnelle et les motifs en apparence non intelligibles des criminel.le.s offrent aux auteurs de « causes » une base optimale d’explication et de différenciation des concepts de bien et de mal, de moral et d’immoral, de normal et de pathologique. A l’aide de ces concepts, les délits, à première vue inconcevables et donc inexplicables, sont rendus compréhensibles. Les décisions judiciaires, le système juridique qui constitue le cadre des récits, sont alors légitimés ou remis en question. Les actes de littérarisation et de popularisation – entendus comme fin et moyen – favorisent la classification binaire et la schématisation de tels concepts. Des délits spectaculaires sont sémantisés, des faits criminels au préalable impensables sont décrits et modelés sous forme de récits populaires, des schémas comportementaux sont transmis (bon, mal, dangereux, déviant, immoral), le lecteur – qu’il convient d’instruire – se retrouve confronté au mal. Aussi, pour reprendre les termes de Dominique Kalifa au sujet des récits policiers du xixe siècle, les « causes » prennent-elles part au « procès de normalisation sociale »12.

7Dans le cas du crime d’infanticide, et précisément dans les « causes » choisies ici, l’écriture différemment stylisée et le modelage narratif du monstrueux dans la représentation d’actes extrêmement brutaux, sont empreints de discours moraux, juridiques, scientifiques. Triés et assemblés, ils stigmatisent la figure hautement emblématique et dérangeante de la mère monstrueuse et alimentent le préjugé infanticide. Le « monstre » ou « monstrueux/se » est à comprendre ici dans le sens d’une déviance morale et identifié comme une créature immorale et exceptionnellement violente, non conforme à la nature et à l’ordre.

  • 13 Sur les femmes criminelles, la violence des femmes et leur représentation, voir entre autres H. Lee(...)
  • 14 Pour une analyse de la médecine aliéniste en rapport à l’infanticide et la folie maternelle voir no (...)
  • 15 C. Regina, in L. Faggion et C. Regina (dir.), op. cit., p. 311.
  • 16 J. F. McMillan, op. cit., p. 32-44 (« Part I. Chapter 3. Revolutionary aftermath. The reconstructio (...)
  • 17 J. F. McMillan, op. cit., p. 36.

8Le préjugé infanticide et la juridiction qui l’accompagne sont des sujets abondamment étudiés et connus de la recherche sur le genre et l’histoire du droit – les périodes politico-juridiques retenues ici étant celles de l’Ancien Régime, la période révolutionnaire jusqu’au Second Empire13. Les études spécifiques à la compréhension et à la représentation de l’infanticide mettent en évidence à travers l’analyse des discours moraux, médicaux, juridiques la stigmatisation de la mère infanticide dont le geste inconcevable ne semble, de manière ambiguë, appartenir qu’à elle14. C’est donc une « violence sociale » qui surgit à travers le crime d’infanticide15. Cette violence, nous allons le voir, s’articule sans grande surprise aussi bien dans la « cause » de Méjan que dans celle de Fouquier, rédigées respectivement sous les règnes de Napoléon ier (1804-1814) et Napoléon iii (1852-70). La période postrévolutionnaire se caractérisant, en effet, par un retour en force des valeurs patriarcales, catholiques et conservatrices16. Les textes de lois relatifs à la correctionnalisation de l’infanticide apparaissent alors symptomatiques d’une éthique bourgeoise appliquée à imposer une morale sexuelle sévère, à faire de la domesticité le destin de la femme et à subordonner celle-ci à son homologue masculin17.

  • 18 P. Lascoumes, P. Poncela et P. Lenoël, op. cit., p. 174.
  • 19 R. Lalou, op. cit., p. 184.

9Dans les grandes lignes, si le Code pénal de 1791 considérait l’infanticide comme un simple meurtre en rayant de son texte le terme même, c’était en réaction à l’édit de 1556 et aux actes royaux de 1585 et de 1708, en vigueur jusqu’à la Révolution, qui rendaient obligatoire les déclarations de grossesses et d’accouchement et punissaient de mort les coupables. Le Code pénal de 1810, en revanche, se distancie du Code de 1791. Les juristes et sociologues Lascoumes, Poncela et Lenoël parlent d’une « rupture essentielle entre 1791 et 1810 – entre, d’un côté, l’enthousiasme, la positivité révolutionnaire, et, de l’autre, la réaction napoléonienne et l’aspiration à l’ordre – [qui] concerne moins les dispositifs juridiques eux-mêmes que les justifications qui les accompagnent ». Aussi, « l’idéal d’humanisation et de perfectibilité humaine a fait place à une intense préoccupation utilitariste », « [l]a recherche de la sûreté et de la stabilité sociale prime toute chose »18. Dans le cas de l’infanticide, cela se traduit par un durcissement de la répression. L’infanticide étant considéré comme un assassinat, il redevient donc passible de la peine de mort. Toutefois, la pratique judiciaire n’ayant que deux options, l’acquittement ou la peine de mort, et face à l’indulgence des jurés, la législation est révisée. A partir de 1832, des circonstances atténuantes peuvent être reconnues, la condamnation à mort peut être commuée en une peine de travaux forcés à temps. En résumé, explique Richard Lalou, depuis la loi du Code de 1810 (art. 300 : « L’infanticide est le meurtre d’un nouveau-né » ; art. 302 « Tout coupable d’assassinat, de parricide, d’infanticide ou d’empoisonnement sera puni de mort »), « qui subordonne la qualification du crime à la qualité de l’auteur, jusqu’à la loi du 18 novembre 1901, qui exclut l’usage du terme dans tous les cas où la mère est étrangère au crime, les législateurs se sont en effet toujours efforcés de définir l’infanticide comme un crime propre à la femme »19.

  • 20 D. Kalifa, in J.-C. Farcy, D. Kalifa et J.-N. Luc, op. cit., p. 241.
  • 21 R. Martinage, op. cit., p. 103-112.
  • 22 M. Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, p. 82.

10Au sein d’une littérature, florissante au xixe siècle, centrée sur le crime et son châtiment20, le récit de l’infanticide, crime de sang, fait partie des crimes archaïques, au même titre que le parricide21, hautement transgressifs et fascinants. Sa représentation fictive dans les « causes célèbres », mêlant enquête judiciaire, expertises médico-légales et procès, fait partie de cette « réécriture esthétique du crime, qui est aussi l’appropriation de la criminalité sous des formes recevables »22. Et, à l’instar de la répression de l’infanticide même, elle traduit la volonté de neutraliser le danger social qu’incarne la femme et mère déviante, et de stabiliser les relations et pratiques sociales établies.

« Je ne suis pas une mère dénaturée »23

  • 23 M. Méjan, op. cit., p. 362.
  • 24 R. Lalou, op. cit., p. 189.

11Si l’affaire Perthuy fait partie des « causes célèbres », c’est sans doute qu’elle rassemble nombre d’éléments utiles à la démonstration que poursuit l’auteur : convaincre le législateur de rétablir dans le Code criminel les déclarations de grossesse. Le droit de l’Ancien Régime, je l’ai évoqué succinctement, empreint de la morale de l’Eglise, est d’une grande sévérité à l’égard de la mère infanticide. L’édit d’Henri ii de 1556 prévoit que toute femme reconnue coupable du crime d’infanticide, et qui a donc privé le nouveau-né du sacrement du baptême et de la sépulture chrétienne, « soit punie de mort et dernier supplice de telle rigueur que la gravité particulière du crime méritera ». Selon l’édit de 1556, le double recel de grossesse et d’accouchement présente la preuve de la culpabilité. Jusqu’à la Révolution, l’édit sert de référence principale dans la répression de l’infanticide : parce qu’il est classé sous le régime des présomptions légales, « la mère peut être accusée d’avoir tué son enfant simplement si elle a accouché seule, sans avoir au préalable déclaré sa grossesse et fait disparaître le corps »24.

  • 25 M. Méjan, op. cit., p. 374.

12Aussi, autour de la question du meurtre, des brûlures, des mensonges, de la dissimulation puis de l’aveu de grossesse, Méjan construit-il avec le cas de Louise une argumentation certes descriptive mais choisie et tendancieusement spectaculaire. Dans le commentaire final, l’affaire a priori particulière de Louise Perthuy se révèle paradigmatique du mal que représente la « débauche »25, débauche que l’auteur a à cœur de combattre.

  • 26 Ibid., p. 361-363.

13La première partie de la « cause » correspond au récit du cas et suit la chronologie de l’instruction : découverte du corps, constat par le magistrat de sûreté, examen du cadavre par l’officier de santé et rapport des causes de la mort, soupçons posés sur Louise Perthuy, recueils d’indices, interrogatoire des voisins, arrestation et interrogatoire de Louise, mise en accusation devant jury, plaidoyer de la défense et retranscription des contre-expertises médicales, verdict. La narration qui, de toute évidence, reprend en partie les actes de la procédure est de style protocolaire : « On interroge (...) », « On lui demande (...) », « Interrogée pourquoi (...) », « Qu’elle est retournée (...) », « Que le 15 (...) », « Que le lendemain (...) », etc.26. En apparence, Méjan ne fait que rapporter sans grands commentaires les points essentiels et capitaux de la procédure. Discrètement, néanmoins, il fait ressortir l’horreur spécifique du crime d’infanticide et met en scène une histoire qui ne peut qu’introduire et étayer son appel final au retour à la loi de l’Ancien Régime. Dès les premières lignes, le lecteur est alors confronté à la déclaration crue de l’officier de santé :

  • 27 Ibid., p. 359.

(...) qui, après avoir examiné le cadavre, déclare « que cet enfant paraît avoir été brûlé dans quelques parties du corps, telles que le bout du nez, les lèvres, les fesses, et sur-tout [sic] la cuisse droite ; qu’il a été étouffé dans la braise allumée dont on l’avait enveloppé ; qu’il a pu périr aussi par le défaut de ligature du cordon ombilical » (...)27.

14Le choix et le moment de la citation, loin d’être anodins, confrontent d’emblée le lecteur au cadavre mutilé d’un enfant et à un être – une femme vraisemblablement – barbare. Plus loin également, Méjan fait le choix de retranscrire une affirmation de l’inculpée faisant une allusion directe au caractère contre-nature de l’acte :

  • 28 Ibid., p. 362. En italique dans le texte.

Quant aux brûlures remarquées sur le corps de son fils, elle s’écrie : je ne suis pas une mère dénaturée : je n’ai pas allumé de braise pour brûler mon enfant28.

  • 29 L’écriture cursive de la déclaration vient donc renforcer l’aspect pertinent de la citation. Dans l (...)

15Outre la place secondaire dans la juridiction de la question des brûlures – le point capital étant d’établir si l’enfant est né vivant ou non –, dans le récit néanmoins, l’expression, renforcée par l’écriture cursive, est lâchée : « mère dénaturée », et la logique – bien que l’affirmation veuille attester du contraire – apparente. L’effet sur le lecteur est alors assuré : seul quelque chose de contraire aux lois de la nature, un monstre, est capable de telles atrocités29. Dans cette première partie du texte, l’acte d’énonciation du monstrueux se fait par les témoins, Méjan rassemblant et agençant ainsi subtilement les témoignages nécessaires à sa requête. Dans un but d’authenticité et de persuasion, le narrateur procède donc à une sélection de témoignages bruts, tirés a priori tels quels du dossier judiciaire et mis en valeur selon leur pertinence. Ainsi, l’introduction au procès laisse entrevoir une position de plus en plus explicite bien que distante :

  • 30 M. Méjan, op. cit., p. 366.

On a vu toutes les circonstances qui s’élevaient contre elle. Le ministère public les recueille, les réunit en un faisceau, et en forme une masse terrible. Recèlement de grossesse et d’accouchement, dénégations mal concertées, mal suivies, contradictions, mensonges, aveux même, tout paraît annoncer et la réalité du crime et la conviction de l’accusée30.

16Sans révéler l’issue du procès, Méjan insinue la certitude du fait criminel, la volonté criminelle indubitable de l’accusée ainsi que la menace dangereuse d’une impunité au vu de cette « masse terrible ». Une contre-expertise médicale atteste que l’enfant est mort-né, Louise est acquittée. L’auteur prend alors la parole déplorant l’impuissance actuelle de la justice face au crime particulièrement extraordinaire d’infanticide :

  • 31 Ibid., p. 372.

Aussi, quelque fortes que fussent les apparences, les jurés crurent-ils plus juste de renvoyer Louise absoute, que de la déclarer coupable d’un crime auquel la nature refuse de croire, et dont la loi se plaît à douter. (…) Espérons que le nouveau Code criminel qu’on nous prépare contiendra des dispositions propres à prévenir ce crime horrible et à assurer la punition. C’est parce que notre législation actuelle est imparfaite, que, depuis la Révolution, les tribunaux ont fréquemment retenti de ces sortes d’accusations, et que, presque toujours, la justice impuissante s’est vue réduite à proclamer l’impunité des coupables31.

  • 32 R. Lalou, op. cit., p. 189.

17En réaction à la sévérité de l’édit de 1556, celui-ci est abrogé par le Code pénal de 1791. La loi considère alors la mère comme simple meurtrière et non plus comme sacrilège, et annule ainsi le régime de la présomption. Le Code Napoléon, nous l’avons vu, reprend en revanche certaines conceptions de l’Ancien Régime sur l’infanticide, rétablissant la sévérité pénale face au crime d’infanticide. Les articles 300 et 302 du Code pénal de 1810 assimilent l’infanticide à un assassinat qui doit être puni de manière exemplaire et refont de la préméditation une présomption de droit32.

  • 33 M. Méjan, op. cit., p. 373.
  • 34 Ibid., p. 374.

18Face à ce « crime horrible », Méjan plaide pour le rétablissement dans le futur Code criminel des déclarations de grossesse et reprend pour ce faire dans les cinq dernières pages de la « cause » quelques passages de l’« excellent ouvrage » en matière d’infanticide de M. Poncet, professeur de législation, qui présente ce rétablissement comme « le meilleur remède qu’exige l’urgence du mal »33. Se plaçant sciemment à contre-courant des philosophes, et de Montesquieu en particulier, qui s’étaient opposés à l’édit de 1556, Poncet – et donc Méjan – dénonce la misère et la débauche, et non plus la « crainte du déshonneur » et le « désespoir de la honte », comme les raisons de la « contagion »34 infanticide :

  • 35 Ibid., p. 374-375.

Non, les filles-mères ne sont plus d’innocentes victimes des faiblesses de l’amour ; une déplorable expérience nous prouve que la débauche et la misère sont les divinités funestes auxquelles elles sacrifient la nature, d’un bout de l’Europe à l’autre. Quelle prise aurait la honte sur des femmes qui font de la prostitution un système ou un métier, et quels ménagements ces êtres dégradés méritent-ils de la part du législateur35 ?

  • 36 J. F. McMillan, op. cit., p. 41.

19Méjan reprend ici les vues résolument royalistes de Poncet. Celui-ci, sous forme d’entente avec le lecteur, regrette les valeurs de l’Ancien Régime, et se désole du chaos et de la déchéance des valeurs apportés par la Révolution, cette « déplorable expérience », réitérant pour ce faire le ductus antirévolutionnaire qui considère la Révolution comme une aberration dans l’histoire de la France36.

  • 37 M. Méjan, op. cit., p. 376. Sur la question de l’idéal bourgeois et du « double standard » opposant (...)

20Ces filles et femmes de basse classe, dénaturées, qui s’adonnent à la perversion des sens et font le choix du meurtre contre-nature de leur progéniture sont ici l’emblème du danger qui menace la société, les valeurs, l’ordre bourgeois auquel la justice et les politiques se doivent de mettre un terme. Car il n’est là nullement question de l’ensemble des classes. Distinction de sexe et différenciation sociale ne font alors plus qu’un lorsque l’auteur parle des « citoyens les plus recommandables » qu’il n’est pas question d’exposer – via le système des déclarations – « à rougir de l’allégation calomnieuse d’une prostituée, à supporter le tribut honteux et injuste que le vice leur imposait »37.

  • 38 M. Méjan, op. cit., p. 378. En italique dans le texte.
  • 39 Ibid., p. 377.

21Contre le crime d’infanticide, Poncet requiert finalement une élévation et une graduation de la peine, la publication du jugement ainsi que « l’exposition avec l’écriteau : mère homicide »38. Dans ce même esprit de distinction morale et ostentatoire du crime inconcevable, parce que destructeur de l’ordre établi, Méjan, en guise de conclusion, appelle les moralistes et les jurisconsultes à la « méditation » des vues de Poncet afin d’enrayer la « perversité humaine »39.

« La maternité, (...) c’est un instinct de la nature »40

  • 40 A. Fouquier, op. cit., p. 25.

22Une autre « cause » d’infanticide qui me paraît intéressante est issue du recueil des Causes célèbres de tous les peuples d’Armand Fouquier et s’intitule « Mme Lemoine et sa fille (1859) ». Publiée dans le fascicule de 1865-1867, elle se situe donc dans la seconde moitié du xixe siècle, précisément sous le Second Empire. Son auteur, partisan de l’intégration des sciences médico-psychiatriques dans la juridiction, semble à première vue défendre des idées aux allures progressistes.

23La « cause » raconte le cas d’une mère et de sa fille accusées d’infanticide : Angélina Lemoine, quinze ans, tombe enceinte du cocher de sa mère, Mme Lemoine. La grossesse est dissimulée. Angélina accouche dans la nuit du 29 au 30 juillet 1859. Mme Lemoine brûle l’enfant. Des bruits courent et des dénonciations sont envoyées au parquet de Chinon. L’appareil judiciaire se met en branle, la mère et la fille sont arrêtées. Au terme de l’instruction et du procès, Angélina est acquittée, Mme Lemoine est reconnue coupable du meurtre prémédité de l’enfant de sa fille et condamnée à vingt ans de travaux forcés.

  • 41 Ibid., p. 1.
  • 42 Ibid.
  • 43 Ibid., p. 2.
  • 44 Pour le détail des procédures, voir R. Lalou, op. cit., p. 189.
  • 45 E. Badinter, L’amour en plus. Histoire de l’amour maternel xviie-xxe siècle, Paris, Flammarion, 201 (...)

24La « cause » de Fouquier retraçant l’affaire Lemoine est introduite par une gravure sur acier. Au premier plan, une femme est représentée, accroupie, un genou à terre attisant un feu dans la cheminée d’une maison de type bourgeois. Son regard sévère et aux aguets est tourné vers l’autre côté de la pièce. A l’arrière-plan, une porte est entrouverte et l’on devine une personne couchée dans un lit. Sous la gravure, on peut lire l’inscription suivante : « … J’ai mis des javelles, des bûches…, et l’enfant dessus par devant, puis, j’ai allumé. (Page 18.) »41. Le lecteur est fixé : le récit qui suit est celui de l’horreur et de l’inconcevable, celui du meurtre d’un enfant par sa mère et sa grand-mère. Puis le récit commence et Fouquier, dans une sorte d’avant-propos, dénonce les « défaillances (...) de la répression »42 de l’infanticide et rend l’indulgence de l’opinion publique face à la misère et à l’honneur responsable de « l’excit[ation] au crime »43. Dans les cas d’infanticide, le Code pénal prévoit la peine de mort ou l’acquittement. Face à ces deux solutions extrêmes, les jurés se décident pour l’acquittement. Avec la loi du 25 juin 1824 (art. 5 : « La peine prononcée par l’article 302 du Code pénal contre la mère coupable d’infanticide pourra être réduite à celle des travaux forcés à perpétuité. Cette réduction de peine n’aura pas lieu à l’égard d’aucun individu autre que la mère »), le législateur pallie la rigidité de la loi en accordant des circonstances atténuantes afin de diminuer les décisions laxistes et d’assurer la répression44. « Forts de leurs certitudes », écrit Elisabeth Badinter, « les idéologues du xixe siècle profitèrent de la théorie de la mère « naturellement dévouée » pour étendre ses responsabilités. A la fonction nourricière, on ajouta l’éducation. On expliqua aux femmes qu’elles étaient les gardiennes naturelles de la morale et de la religion et que, de la façon dont elles élevaient les enfants, dépendait le sort de la famille et de la société »45. Et c’est ce préjugé d’honneur justement, associé à la négligence maternelle, qui, selon l’auteur, a inspiré le geste de Mme Lemoine et que la cour a puni avec justesse :

  • 46 A. Fouquier, op. cit., p. 2.

La justice avait le droit et le devoir de se montrer sévère. Cette mère, si avide d’honneur, avait mérité par sa négligence le malheur auquel elle voulait se soustraire. Elle n’avait pas su entourer sa fille de cette surveillance active et salutaire qui protège une enfant inexpérimentée contre les périls de la vie. Elle lui avait donné le dangereux exemple du mépris des devoirs de famille et des convenances sociales, et sa propre vie avait été pour celle dont elle eût dû être la gardienne attentive une leçon de révolte et de désordre46.

25Une fois ce premier portrait dressé, Fouquier entame le récit du cas suivant le déroulement des faits : passé des deux femmes, grossesse d’Angélina et accouchement, soupçons et dénonciation d’infanticide, enquête, expertise médicale, arrestation de Mme Lemoine et d’Angélina, retranscription des interrogatoires, débat sur le terme de la grossesse et la viabilité de l’enfant comprenant les rapports des experts médico-légaux, retranscription des actes d’accusation, de l’interrogatoire par le président d’Angélina et de Mme Lemoine, de l’audition des témoins à charge et de la défense, du réquisitoire et des plaidoyers, enfin du verdict.

  • 47 Ibid.

26La « cause », détaillée et répétitive est dans son ensemble une retranscription des actes de procédure que viennent ponctuer les commentaires et transitions stylisés de l’auteur. Le récit des antécédents et des circonstances du meurtre, intégrant suspense narratif (« (...) quand toutes ces belles espérances furent tout à coup renversées de la façon la plus imprévue ») et éléments perturbateurs (« (...) le bruit se répandit dans la ville que la fille de la riche, de la fière Mme Lemoine, entretenait des relations honteuses avec le cocher de sa mère ») relève du style romanesque (« En 1858 vivait, à Chinon, petite ville de l’Indre-et-Loire, une dame Lemoine, issue d’une famille considérable du pays (...) »)47. Cette forme d’écriture qui, à première vue, contraste avec l’horreur suggérée par la gravure et la prise de position résolument accusatrice du début, accentue l’aspect fictif, et donc l’effet d’irréel, provoquant ainsi une mise à distance des faits présentés auparavant et des détails à venir. La distanciation autorise dès lors le récit détaillé des faits réels. Par ailleurs, l’étude judiciaire des antécédents et du caractère de l’accusée, dont le but est de rationaliser l’acte infanticide, retrace l’évolution de Mme Lemoine et son parcours particulier, tracé que Fouquier, à des fins narratives et argumentatives sans doute, se charge de mettre en avant :

  • 48 Ibid.

(...) aussi, la vit-on avec surprise s’unir à un jeune homme pauvre, d’une famille obscure. Ce mariage ne fut pas heureux. La vie commune devint impossible entre les époux, et, en 1851, la dame Lemoine obtint en justice une séparation de corps. L’arrêt fit droit à ses plaintes, en lui confiant la gestion d’une fortune importante, et, faveur rare et significative, en remettant dans ses mains le soin d’élever les deux enfants nés de ce mariage mal assorti, un fils et une fille48.

  • 49 Ibid., p. 10.
  • 50 L Guignard, op. cit., p. 265.

27Quant au caractère d’Angélina et à ses « inclinations déplorables »49, Fouquier développe une causalité des faits explicitement basée sur les discours anthropologiques contemporains de la perversité de l’individu. Au cours des années 1836-1860, explique Laurence Guignard, le crime est conçu dans l’appareil médico-pénal comme « le fruit de la perversité humaine », le modèle « s’appu[yant] sur les arguments classiques qui affirment la liberté humaine dans le mal, c’est-à-dire sur une responsabilité très poussée », « [l]e crime s’identifie alors curieusement à la nature mauvaise du criminel »50. Ainsi Fouquier oriente-t-il son lecteur vers une compréhension scientifique des faits :

  • 51 A. Fouquier, op. cit., p. 5.

Etait-ce là le fruit d’une imagination naturellement déréglée, d’une explosion soudaine des sens ou d’une éducation mal dirigée51 ?

28Au préalable donc, la « cause » met en scène au moyen de méthodes distinctes – gravure, vindicte, vita, références scientifiques – la figure d’un individu infâme et dérangeant, une figure difficilement pensable parce que mère. Et cette mère, qui plus est, est doublement hors norme, et cela consécutivement, puisqu’elle a non seulement tué l’enfant de sa fille mais avait avant cela manqué à son devoir d’éducation. Les comportements étaient donc déréglés depuis longtemps. L’argument du « dérèglement » est alors avancé par les différentes parties. C’est pourquoi l’avocat de la défense de Mme Lemoine fait dans son plaidoyer indirectement référence au Traité de la dégénérescence de Morel (1857) afin d’obtenir des circonstances atténuantes :

  • 52 Ibid., p. 30.

Et puis, voyez-vous, c’est une famille bien éprouvée que la famille Lemoine : la mère de Mme Lemoine est morte folle ; elle a un frère qui est interdit et enfermé dans un hospice d’aliénés ; à vingt-trois ans, elle a perdu sa sœur, qui, elle, aussi, mourait folle (...)52.

  • 53 Ibid., p. 20.

29Aussi, tout au long de la « cause », la question qui domine l’instruction, les débats et les commentaires de Fouquier est bien celle du comportement moral de la mère et de sa fille. Les témoignages mettent alors en avant le caractère précoce et provocateur d’Angélina (« Le témoin. – Il m’a même dit qu’il avait été provoqué par Mlle Lemoine, qu’elle lui avait dit : « Venez, Fétis, vous couchez près de moi… et… » »)53, influencé par des lectures malsaines et résultat de l’éducation reçue :

  • 54 Ibid., p. 24.

Angélina, vous le savez, lisait les romans de Mme Georges Sand ; elle lisait d’autres romans publiés par les journaux que recevait sa mère. Elle faisait ses délices d’un livre particulièrement immoral : les Confessions de Marion Delorme. L’histoire d’une courtisane avait, pour cette malheureuse enfant, un attrait particulier. Voilà où elle apprenait que le mariage est une chose insensée, une sotte institution sociale, qu’on n’a pas craint d’appeler la prostitution jurée. On lui représentait les passions comme données par la nature ; on lui disait que c’est folie d’y résister54.

30Les deux autres points juridiquement essentiels, relatifs au moment de la conception et de l’accouchement d’une part et, de l’autre, à la question de savoir si l’enfant a vécu ou non – au crime d’infanticide donc –, sont bien évidemment relatés comme sont retranscrites les dépositions des témoins et des experts médico-légaux. Par manque de preuve, la question de la viabilité du nouveau-né ne peut être éclaircie. Angélina dit avoir vu l’enfant bouger, Mme Lemoine affirme du début à la fin qu’à sa connaissance, l’enfant était mort-né. Aussi l’avocat de Mme Lemoine avancera-t-il dans sa plaidoirie :

  • 55 Ibid., p. 30.

Maintenant, est-il venu vivant ? tout est là. Il faut que l’accusation le prouve, et elle ne le prouve pas ; elle ne fait que l’affirmer. Or, en dehors d’un enfant né vivant, venu à terme, l’accusation n’est pas possible. (...) C’était à vous de démontrer que l’enfant a vécu, et vous n’en avez rien fait. La science est pour moi55.

31Néanmoins les actes du procès que rapporte Fouquier révèlent un débat portant essentiellement sur le passé d’Angélina et sur la qualité de mère de Mme Lemoine. Aussi le fait décisif de la préméditation, attestée par Angélina, renvoie-t-il de nouveau à l’examen du caractère déterminant de Mme Lemoine et les réquisitoire et plaidoyer de fin ont pour objet premier de convaincre le jury du sang-froid monstrueux ou, au contraire, héroïquement protecteur de cette mère. Ainsi l’avocat de Mme Lemoine déclare-t-il :

  • 56 Ibid., p. 27.

Je vous le demande, y eut-il jamais pareil tourment infligé à une mère ? Eh bien ! je dis que si elle était coupable, que si l’instinct de mère l’avait entraînée, que si, plaçant l’honneur au-dessus de la vie, elle avait commis un crime, elle mériterait encore la plus immense pitié, j’allais presque dire du respect : ce serait une héroïne d’un autre temps que le nôtre, mais, enfin, ce serait une héroïne. (...) Des témoins, après cela, viendront vous dire qu’elle est altière, méchante, capable de tout. La vérité judiciaire dit qu’en 1854, elle était honorable et respectée. Si on ne m’oppose pas un fait, on ne peut persévérer dans cette préface inexacte qui fait de cette femme une espèce de monstre56.

  • 57 Ibid., p. 32.

32Au final, Mme Lemoine est déclarée coupable, des circonstances atténuantes lui sont accordées ; elle est condamnée à vingt ans de travaux forcés. Angélina est acquittée, victime du désordre familial et de l’éducation pervertissante de sa mère qui « en [a] fai[t] un monstre »57.

  • 58 Ibid., p. 25. Sur la notion nouvelle d’instinct, voir notamment M. Foucault, Les anormaux, op. cit.

33La « cause » rédigée par Fouquier a pour principal enjeu de dénoncer le laxisme à l’œuvre dans les cas judiciaires d’infanticide et de persuader l’opinion publique de l’irréversibilité du préjugé d’honneur. Aussi fait-il le choix pour sa démonstration d’un cas délibérément spectaculaire et brutal. S’il affirme la responsabilité du système juridico-judiciaire et de l’opinion publique dans le crime d’infanticide, il participe aussi, à l’instar du tribunal, par la reprise de cas et de procédures réels, à la mise en scène narrative d’une figure maternelle doublement inconcevable – monstre infanticide et monstre de perversion – qui ne doit en aucun cas menacer la maternité, ce ténor, « [qui] n’est pas une institution sociale, [mais] un instinct de la nature, instinct admirable, qui devait protéger cet enfant »58.

Observations

34Que font finalement Méjan et Fouquier dans leurs récits respectifs des cas d’infanticide ? Quels objectifs poursuivent-ils ? Quelle idéologie sous-tend le récit de ces « causes » ?

35Le premier, Méjan, relate en 1808 le cas d’une fille accusée d’avoir étouffé son nouveau-né dans de la braise allumée et finalement acquittée. L’enjeu de l’auteur est de persuader son lecteur du rétablissement salutaire des déclarations de grossesse, « meilleur remède au mal ». En ligne de mire, la misère et la débauche. Dans la première partie de sa « cause », Méjan construit implicitement la figure de la mère monstrueuse qu’il fustige ouvertement dans son commentaire. Il parle alors de nature sacrifiée, de « contagion », de « femme dégradée », de « perversité humaine », de « mal ». Néanmoins, le mal, le fléau, l’indigne et l’immoral, bref le monstrueux n’est rendu plausible dans la « cause » de Méjan que dans un rapport unique et binaire, sans demi-mesure d’opposition aux concepts de morale, de maternité, de normalité. L’auteur est partie prenante d’un contexte de début de xixe siècle assurément misogyne, lui-même attaché visiblement aux valeurs normatives et aux règles législatives prérévolutionnaires – pour ce qui est des déclarations de grossesse et de la pénalisation de l’infanticide du moins. De ce fait, la stratégie de plausibilisation du monstrueux, essentiellement morale donc, apparaît limitée. Le manque apparent de logique fait partie de la logique, le texte de Méjan affiche un avis clair et admis au préalable. De fait, l’affaire qu’il choisit de relater représente non pas un cas d’infanticide mais, comme son titre l’indique, une accusation d’infanticide, l’enfant étant déclaré mort-né. Pourquoi alors choisir de narrer un infanticide qui juridiquement n’en est pas un ou, plus justement, n’en est plus un, si ce n’est justement pour contester la juridiction postrévolutionnaire en vigueur et la déchéance morale consécutive ? A travers cette affaire, Méjan combine donc deux objectifs : un but politique visant le rétablissement des déclarations de grossesse et une mise en scène de la figure de la mère monstrueuse. Le monstre de Méjan tient lieu de figure métonymique car il désigne les mères infanticides, les mères-filles, les prostituées de bas étage, etc. toutes « contaminées » par le courant révolutionnaire. Le corps dénaturé en question est le corps social et la misère et la débauche en sont l’anomalie visible. Ce que Méjan condamne donc, au travers d’une écriture nostalgiquement royaliste, c’est un acte contre-nature assimilé en quelque sorte à un crime de lèse-majesté, qu’il présente comme un acte hautement satanique et particulièrement immoral, un acte monstrueux à condamner sévèrement afin de l’éliminer.

  • 59 L’analyse de Richard Lalou des données sur la perception et l’ampleur de l’infanticide au xixe sièc (...)
  • 60 A. Fouquier, op. cit., p. 32.
  • 61 M. Foucault, Les anormaux, op. cit.

36Cinquante ans plus tard, Fouquier critique le laxisme établi dans la pratique judiciaire et dans l’opinion publique et rend les deux instances moralement responsables des faits d’infanticide59. L’objectif a priori plus « progressiste » de Fouquier, dont l’intérêt général est de mettre en évidence les aspects problématiques de la pratique judiciaire par la reprise de cas judiciaires et leur mise en scène, est clairement juridico-politique. Sa stratégie est explicite. Il illustre alors son point de vue par le récit d’un cas d’infanticide puni, selon lui, de manière exemplaire. La « cause » raconte le cas spectaculaire d’une femme bourgeoise accusée d’avoir tué et brûlé l’enfant de sa fille, pour une question d’honneur, et que la justice a condamnée aux travaux forcés. L’agencement de la « cause » mêlé à la narration stylisée de Fouquier aboutit à la construction explicite de la figure d’une mère doublement mauvaise et monstrueuse parce que pervertissante et infanticide. C’est un individu irrationnel et dangereux qui est montré, aux instincts perturbés, dégénérés et oscillant entre excès et absence d’amour maternel, un individu détraqué et détraqueur qui, par le geste infanticide et la perversion de sa progéniture, constitue une menace morale pour la société. Fouquier s’appuie sur les discours médico-psychiatriques de son époque créant ainsi une évidence qui soutient alors la causalité des événements présentés. Le monstrueux dans la cause de Fouquier n’est donc plus uniquement, comme c’était le cas dans le texte de Méjan, la déviance immorale. Le monstre du milieu du siècle est devenu la déviance immorale et pathologique. A la différence du monstre de Méjan, celui de Fouquier peut en principe être soigné : Angélina est finalement « placée dans l’atmosphère plus saine d’une maison religieuse »60. La polarisation dans la « cause » – et dans les actes de procédure cités – sur l’auteur de l’acte et sa psyché, et non plus seulement sur l’acte lui-même, correspond justement au transfert observé par Michel Foucault relatif au processus de psychiatrisation du criminel. L’auteur de l’acte devient un cas pathologique qu’il faut juger61. Un cas qui, dans celui de Mme Lemoine, parce qu’il est associé à la transgression du rôle de mère, devient monstrueux.

  • 62 Ibid., p. 26.

37Le dénominateur commun à ces deux « causes » est bien l’insistante mise en valeur de la distinction morale spécifique du jugement de l’infanticide. Si l’honneur et le préjugé d’honneur, la misère et la médicalisation de l’individu déresponsabilisent en partie au plan judiciaire les auteurs d’infanticides, la culpabilisation de la femme irrespectueuse des normes sociales ne fléchit pas. Celle qui se doit d’être une mère aimante et protectrice ne peut, dans la logique du moment, qu’agir de façon contre-nature ou pathologique, immorale dans tous les cas, lorsqu’elle tue son propre enfant. Elle détruit et problématise la soi-disant naturalité de l’ordre social. Et ce désordre est le thème débattu dans les deux « causes célèbres ». Au fond, il ne s’agit pas d’y dénoncer la gravité du meurtre d’un individu par un autre. Finalement, il n’y est pas question d’infanticide, et encore moins d’homicide. Il y est à peine question de la victime. Et quand bien même celle-ci est évoquée, c’est pour renforcer le caractère immoral de la mère. « Mais ce que je lui reproche encore plus, peut-être, que ce grand crime, c’est d’y avoir associé une jeune fille qui n’en aurait jamais eu l’idée »62, conclut le procureur général dans l’affaire Lemoine. Le message est aussi réactionnaire et banal que sa démonstration est spectaculaire : la transgression du rôle de mère implique un chamboulement problématique des structures et cette menace doit être anéantie.

Conclusion

38C’est tout un système de discours – juridique, médico-psychiatrique, opinion publique – qui ainsi crée le crime, car avant d’être défini, celui-ci n’est qu’un acte nu.

39Le genre hybride et à succès des « causes célèbres », parce qu’il redonne, raconte et/ou discute les textes de lois, la pratique judiciaire, les données médicales, les tendances de l’opinion publique, réunit ces trois discours à vocation normative et permet de visualiser la fabrication discursive du crime. Et a fortiori le crime d’infanticide est un des exemples les plus représentatifs de cette fabrication car fondé sur la figure emblématique de la femme-mère et le sacro-saint concept d’amour maternel qui l’accompagne. C’est en devenant publics que les connaissances, les valeurs, les concepts prennent effet. Aussi les « causes célèbres » se donnent-elles pour fonction (anthropologique) la vulgarisation des discours sur le crime et sur le/la criminel/le. L’esthétisation du crime d’infanticide, moralisatrice et peu différenciée dans nos deux « causes », plausibilise ici et – via le substrat judiciaire immanent au genre – légitime la figure du monstre infanticide, incarnation paroxystique du mal.

Haut de page

Notes

1 M. Méjan, « Accusation d’infanticide », Recueil des causes célèbres et des arrêts qui les ont décidées, t. 3, Paris, Plisson, 1808, p. 359-378.

2 Expression empruntée à A.-L. Shapiro, Breaking the Codes. Female Criminality in Fin-de-Siècle Paris, Stanford, California, Stanford University Press, 1996. Cf. chapitre 1 : « Crime and Culture. The « Problem » of the Female Criminal », p. 11-48.

3 A. Fouquier, « Mme Lemoine et sa fille (1859) », Drames judiciaires. Causes célèbres de tous les peuples, t. 7, 136e livr., Paris, Lebrun, 1865-1867, p. 1-32.

4 Cette analyse restreinte et succincte n’est en aucun cas représentative de tout un genre et de toute une époque. Néanmoins, les « causes » choisies peuvent être indicatives de schémas de pensée.

5 L’idée de mettre par écrit des recueils de « causes célèbres » à l’intention du grand public vient de François Gayot de Pitaval qui, dans la première moitié du xviiie siècle, publie dans son recueil Causes célèbres et intéressantes (20 vol.) des cas juridiques et criminels. Le genre des « causes célèbres » est un domaine exploré par la recherche de façon rudimentaire et fragmentaire que les travaux de J. Sgard (« La littérature des causes célèbres », in Approches des Lumières, mélanges offerts à Jean Fabre, Paris, Klincksieck, 1974, p. 459-470) et de H.-J Lüsebrink (Kriminalität und Literatur im Frankreich des 18. Jahrhunderts. Literarische Formen, soziale Funktionen und Wissenskonstituenten von Kriminalitätsdarstellung im Frankreich der Aufklärung, Munich/Vienne, R. Oldenbourg, 1983) viennent inaugurer, suivis des travaux plus récents et thématiquement plus spécifiques de D. Kalifa, « Crimes. Faits divers et culture populaire à la fin du xixe siècle », Genèses, 19/1, 1995, p. 68-82 ; N. Bérenguier, « D’un mémoire judiciaire à une Cause célèbre : le parcours d’une femme adultère », Dalhousie French Studies, 56, 2001, p. 133-143 ; A. Chabrier, « De la chronique au feuilleton judiciaire : itinéraire des « causes célèbres » », contextes. Revue de sociologie de la littérature (online), 11, 2012 (s.p.) ; R. Behrens, « « Fixer l’opinion publique ». Funktion der « cause célèbre » und Psychiatrisierung des Menschen im Vorfeld von Zolas « La Bête humaine » », Romanistische Zeitschrift für Literaturgeschichte, 37/1-2, 2013, p. 133-154 et A. Richeux, « Kriminalität und Heroismus. Die Darstellung und (Anti-)Heroisierung des Kriminellen in den « Causes célèbres » im Frankreich des 19. Jahrhunderts », in A.-C. Bolay et A. Schlüter (dir.), helden. heroes. héros, Freiburg, [e-journal, parution prévue en 2015].

6 L. Mucchielli, Histoire de la criminologie française, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 13.

7 H. F. Ellenberger, Die Entdeckung des Unbewußten. Geschichte und Entwicklung der dynamischen Psychiatrie von den Anfängen bis zu Janet, Freud, Adler und Jung, Zurich, Diogenes, 2011.

8 Pour les divers courants, voir D. Pick, Faces of Degeneration. A European Disorder, 1848-1918 (Ideas in Context), Cambridge/New York/Melbourne, Cambridge University Press, 1993 ; M. Kaluszynski, La criminologie en mouvement. Naissance et développement d’une science sociale en France à la fin du xixe siècle. Autour des « Archives de l’Anthropologie criminelle » d’A. Lacassagne, Université Paris vii, 1988 ; L. Mucchielli, op. cit.

9 M. Foucault, Les anormaux. Cours au Collège de France, 1974-1975, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1999 ; L. Guignard, Juger la folie. La folie criminelle devant les Assises au xixe siècle, Paris, puf, 2010.

10 L. Mucchielli, op. cit., p. 15.

11 Lüsebrink parle du genre des « causes célèbres » du xviiie siècle comme du « bestseller » de l’époque, H.-J. Lüsebrink, op. cit., p. xii. Daniel Désormeaux, dans son évaluation des meurtres et faits divers criminels dans le Grand dictionnaire universel du xixe siècle (Larousse), rappelle le « succès continu de la Gazette des Tribunaux, après celui des Causes célèbres, qui devint presque une institution littéraire au milieu du xixe siècle », D. Désormeaux, « Les assassins de Pierre Larousse. Encyclopédisme et faits divers », Romantisme, 97, 1997, p. 32.

12 D. Kalifa, « Enquête judiciaire, littérature et imaginaire social au xixe siècle », in J.-C. Farcy, D. Kalifa, J.-N. Luc (dir.), L’enquête judiciaire en Europe au xixe siècle, Paris, Creaphis, 2007, p. 252.

13 Sur les femmes criminelles, la violence des femmes et leur représentation, voir entre autres H. Lee et I. Maurer Queipo (dir.), Mörderinnen. Künstlerische und mediale Inszenierungen weiblicher Verbrechen, Bielefeld, Transcript, 2013 ; C. Regina, La violence des femmes. Histoire d’un tabou social, Paris, Max Milo, 2011 ; L. Faggion et C. Regina (dir.), La violence. Regards croisés sur une réalité plurielle, Paris, cnrs, 2010 ; F. Chauvaud et G. Malandain (dir.), Impossibles victimes, impossibles coupables. Les femmes devant la justice (xixe-xxe siècles), Rennes, pur, 2009 ; M. Tsikounas (dir.), Eternelles coupables. Les femmes criminelles, de l’Antiquité à nos jours, Paris, Autrement, 2008 ; C. Bard et al. (dir.), Femmes et justice pénale. xixe-xxe siècles, Rennes, pur, 2002 ; J. F. McMillan, France and Women 1789-1914. Gender, Society and Politics, Londres, Routledge, 2000 ; A.-L. Shapiro, op. cit. Sur l’histoire du droit pénal et la question spécifique de l’infanticide et de sa perception juridique, politique, sociale et psychiatrique, voir notamment J.-M. Carbasse, Histoire du droit pénal et de la justice criminelle, Paris, puf, 2014 ; R. Martinage, Punir le crime. La répression judiciaire depuis le code pénal, Lille, chj, 1989 ; P. Lascoumes, P. Poncela et P. Lenoël, Au nom de l’ordre. Une histoire politique du code pénal, Paris, Hachette, 1989 ; M.-F. Morel, « Pouvoir des femmes, violence des mères », in L. Faggion et C. Regina (dir.), op. cit., p. 247-260 ; C. Regina, « L’infanticide au Siècle des Lumières à Marseille. Une affaire de femmes ? », in ibid., p. 285-311 ; F. Arena, « Le discours sur la violence des mères au xixe siècle : folie et infanticide », in ibid., p. 313-329 ; C. Campodarve-Puente, « Les mauvaises mères à la campagne au xixe siècle (l’exemple de la Charente-Inférieure) », in F. Chauvaud et G. Malandrain (dir.), op. cit., p. 147-157 ; J. Doyon, « Des secrets de famille aux archives de l’effraction : violences intra-familiales et ordre judiciaire au xviiie siècle », in A. Follain et al. (dir.), La violence et le judiciaire. Discours, perceptions, pratiques, Rennes, pur, 2008, p. 209-222 ; A. Tillier, « L’infanticide face à la justice au xixe siècle : l’exemple de la Bretagne, 1825-1865 », in C. Bard et al. (dir.), Femmes et justice pénale. xixe-xxe siècles, Rennes, pur, 2002, p. 67-74 ; R. Lalou, « L’infanticide devant les tribunaux français (1825-1910) », Communications, 44, 1986, p. 175-200.

14 Pour une analyse de la médecine aliéniste en rapport à l’infanticide et la folie maternelle voir notamment les articles de M.-F. Morel, op. cit. et de F. Arena, op. cit.

15 C. Regina, in L. Faggion et C. Regina (dir.), op. cit., p. 311.

16 J. F. McMillan, op. cit., p. 32-44 (« Part I. Chapter 3. Revolutionary aftermath. The reconstruction of the gender order »). Voir également D. Barjot, J.-P. Chaline et A. Encrevé, La France au xixe siècle 1814-1914, Paris, puf, 2008, p. 3-36 (« I. La France en 1815 ») et p. 407-446 (« IV. La vie politique sous le Second Empire ») et E. Hobsbawm, The Age of Capital 1848-1875, New York, Vintage Books, 1996, p. 230-250 (« Chapter 13. The Bourgeois World »).

17 J. F. McMillan, op. cit., p. 36.

18 P. Lascoumes, P. Poncela et P. Lenoël, op. cit., p. 174.

19 R. Lalou, op. cit., p. 184.

20 D. Kalifa, in J.-C. Farcy, D. Kalifa et J.-N. Luc, op. cit., p. 241.

21 R. Martinage, op. cit., p. 103-112.

22 M. Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, p. 82.

23 M. Méjan, op. cit., p. 362.

24 R. Lalou, op. cit., p. 189.

25 M. Méjan, op. cit., p. 374.

26 Ibid., p. 361-363.

27 Ibid., p. 359.

28 Ibid., p. 362. En italique dans le texte.

29 L’écriture cursive de la déclaration vient donc renforcer l’aspect pertinent de la citation. Dans la « cause », soit les faits sont redonnés tels quels, extraits du dossier d’instruction et retranscrits entre guillemets, soit ils sont comme dans l’exemple donné ici résumés, accentués par l’apport d’expressions tirées littéralement des dépositions et retranscrits en italique.

30 M. Méjan, op. cit., p. 366.

31 Ibid., p. 372.

32 R. Lalou, op. cit., p. 189.

33 M. Méjan, op. cit., p. 373.

34 Ibid., p. 374.

35 Ibid., p. 374-375.

36 J. F. McMillan, op. cit., p. 41.

37 M. Méjan, op. cit., p. 376. Sur la question de l’idéal bourgeois et du « double standard » opposant la femme respectable à la femme déchue, voir J. F. McMillan, op. cit., p. 39-41.

38 M. Méjan, op. cit., p. 378. En italique dans le texte.

39 Ibid., p. 377.

40 A. Fouquier, op. cit., p. 25.

41 Ibid., p. 1.

42 Ibid.

43 Ibid., p. 2.

44 Pour le détail des procédures, voir R. Lalou, op. cit., p. 189.

45 E. Badinter, L’amour en plus. Histoire de l’amour maternel xviie-xxe siècle, Paris, Flammarion, 2010, p. 305.

46 A. Fouquier, op. cit., p. 2.

47 Ibid.

48 Ibid.

49 Ibid., p. 10.

50 L Guignard, op. cit., p. 265.

51 A. Fouquier, op. cit., p. 5.

52 Ibid., p. 30.

53 Ibid., p. 20.

54 Ibid., p. 24.

55 Ibid., p. 30.

56 Ibid., p. 27.

57 Ibid., p. 32.

58 Ibid., p. 25. Sur la notion nouvelle d’instinct, voir notamment M. Foucault, Les anormaux, op. cit.

59 L’analyse de Richard Lalou des données sur la perception et l’ampleur de l’infanticide au xixe siècle indique une évidente « prépondérance de l’infanticide » parmi les crimes de sang dont la fréquence s’élève selon les années à plus de 30%. Pour les détails, voir R. Lalou, op. cit., p. 179-180.

60 A. Fouquier, op. cit., p. 32.

61 M. Foucault, Les anormaux, op. cit.

62 Ibid., p. 26.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amélie Richeux, « La mère monstrueuse et la représentation de l’infanticide dans les causes célèbres de la France du xixe siècle »Sextant, 32 | 2015, 13-28.

Référence électronique

Amélie Richeux, « La mère monstrueuse et la représentation de l’infanticide dans les causes célèbres de la France du xixe siècle »Sextant [En ligne], 32 | 2015, mis en ligne le 19 décembre 2015, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/sextant/2870 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sextant.2870

Haut de page

Auteur

Amélie Richeux

Amélie Richeux est doctorante en littérature française à la Ruhr-Universität de Bochum (Allemagne) et chercheure au sein du projet « Die Causes célèbres des 19. Jahrhunderts in Frankreich und Deutschland. Narrative Formen und anthropologische Funktionen » (Fritz Thyssen Stiftung). Sous la direction de Rudolf Behrens, elle prépare une thèse de doctorat sur la construction du/de la « criminel(le) » en tant que type social dans les Causes célèbres de la France du xixe siècle. Sur cette question, elle a par ailleurs publié « Kriminalität und Heroismus. Die Darstellung und [Anti-]Heroisierung des Kriminellen in den Causes célèbres im Frankreich des 19. Jahrhunderts », helden. heroes. héros. (2015).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search