Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32Troisième partie. Perspectives ét...« Bad Mothers », mères monstrueus...

Troisième partie. Perspectives étrangères

« Bad Mothers », mères monstrueuses : la figure de la mère dans la fiction de Zoë Wicomb et d’Alice Walker

“Bad Mothers”, Monstrous Mothers: The Mother Figure in the Fiction of Zoë Wicomb and Alice Walker
Férial Kellaf
p. 93-104

Résumés

Nous proposons de nous interroger sur le regard que portent Alice Walker et Zoë Wicomb sur ces mères « monstrueuses ». Nous verrons pourquoi et comment ces deux écrivaines féministes remettent en cause l’idéalisation du rôle de la femme en tant que mère forte et aimante. Nous tenterons de répondre aux questionnements suivants : la volonté des romancières est-elle de déconstruire le mythe concernant la « Black Motherhood » en attribuant à la maternité et à la figure de la mère une image négative ? Ou veulent-elles plutôt critiquer les institutions racistes et patriarcales qui obligent ces mères à avorter ou à abandonner leurs enfants ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’expression « africain-américain » est, selon la philosophe féministe Elsa Dorlin, largement favor (...)

1La maternité est l’une des principales thématiques des auteures féministes postmodernes. Les écrits de la romancière africaine-américaine1 Alice Walker ainsi que ceux de la romancière sud-africaine Zoë Wicomb en sont la preuve. En effet, leurs œuvres littéraires révèlent, parfois par des actes violents, la complexité et les attitudes contradictoires concernant la maternité. Le refus de nombreux personnages féminins d’assumer la maternité se manifeste notamment à travers les relations tendues qu’elles entretiennent avec leurs mères, le choix de l’avortement – parfois par contrainte – ou encore l’infanticide. Nous nous proposons de nous interroger sur le regard que portent ces deux écrivaines féministes sur ces mères « monstrueuses ». Nous verrons pourquoi et comment Alice Walker et Zoë Wicomb remettent en cause l’idéalisation du rôle de la femme en tant que mère forte et aimante. Aussi, nous tenterons de répondre aux questionnements suivants : la volonté des romancières est-elle de déconstruire le mythe concernant la « Black Motherhood » en attribuant à la maternité et à la figure de la mère une image négative ? Ou veulent-elles plutôt critiquer les institutions racistes et patriarcales qui obligent ces mères à avorter ou à abandonner leurs enfants ?

De l’esclavage à la ségrégation : stéréotypes et ostracisme

  • 2 T. Morrison, Beloved, New York, Knopf, 1987.
  • 3 B. Christian, « An Angle of Seeing : Motherhood in Buchi Emecheta’s Joys of Motherhood and Alice Wa (...)

2Il nous semble important voire inévitable d’analyser la notion de la maternité en prenant en considération le contexte historique et sociopolitique des Etats-Unis et d’Afrique du Sud. Car la maternité, dans une société ségrégationniste, s’exprime de façon particulière selon les circonstances liées à l’esclavage, à la pauvreté, à la ségrégation et au patriarcat. Ces conditions affectent profondément la perception que les femmes ont de la maternité et peuvent en amener certaines à choisir la mort pour le bien de leur progéniture. Ces contraintes rappellent l’acte d’infanticide de Sethe, dans le roman de Toni Morrison, Beloved2, la mère meurtrière qui a choisi désespérément de tuer sa fille dans le but de la sauver de l’esclavage. En outre, les femmes africaines-américaines et sud-africaines ont été l’objet de stéréotypes et d’images dégradantes provenant surtout de l’esclavage et du colonialisme. Selon Barbara Christian, l’idée selon laquelle les mères noires devraient mener une vie de sacrifice et renoncer à leur indépendance a été la norme dans les communautés africaines-américaines et ce, en raison de l’histoire esclavagiste3. La maternité ou « Black Motherhood » a longtemps été une idéologie complexe visant à contrôler les femmes noires. Elles ont été désignées à tort comme des « Mammy », « Matriarch », « Sapphire » et « Superwoman », comme le déclare la romancière Alice Walker dans son essai In Search of Our Mother’s Gardens : Womanist Prose :

  • 4 A. Walker, In Search of Our Mothers’ Gardens : Womanist Prose, Londres, The Women’s Press, 1984, p. (...)

Black women are called, in the folklore that so aptly identifies one’s status in society, « the mule of the world », because we have been handed the burdens that everyone else refused to carry. We have also been called « Matriarchs », « Superwomen », and « Mean and Evil Bitches ». Not to mention « Castraters » and « Sapphire’s » Mama4.

  • 5 Voir M. Wallace, Black Macho and the Myth of the Superwoman, New York, Warner Books, 1980 : la fémi (...)

3Alors que la figure de la mère africaine-américaine a souvent été associée au mythe de la « Superwoman »5, son idéalisation s’est manifestée de façon très prononcée aussi bien dans la littérature africaine-américaine qu’africaine. Cette idéalisation a disparu peu à peu et cédé la place à de nouvelles représentations de la maternité dans la fiction postmoderne.

4Par ailleurs, l’abolition de l’esclavage n’était pas synonyme de tolérance raciale. En effet, les femmes Noires (comme les hommes Noirs) ont longtemps souffert du racisme institutionnalisé afin de maintenir la suprématie blanche aux Etats-Unis avec les lois Jim Crow et en Afrique du Sud avec l’apartheid. Cette séparation des populations selon la couleur de peau a eu un impact majeur sur la vie des femmes Noires. Frieda, la protagoniste du recueil de nouvelles de Zoë Wicomb You Can’t Get Lost in Cape Town, et Meridian, le personnage éponyme du roman d’Alice Walker, Meridian, ont choisi de mettre fin à leurs grossesses chacune pour des raisons différentes. Dans le cas de Frieda, son refus de la maternité est étroitement lié à la situation politique délicate dans laquelle elle se trouve : l’enfant qu’elle attend est le fruit d’une union interdite avec Michael, un homme blanc. Durant l’apartheid et selon l’« Immorality Act », les relations sexuelles interraciales étaient strictement interdites sous peine d’être sévèrement punies par la loi. Meridian, quant à elle, met au monde un enfant issu d’un premier mariage avec un homme noir. Complètement désemparée dans une société sexiste et raciste, la jeune femme songe à l’infanticide, voire au suicide. Ne pouvant être à la hauteur des attentes de la maternité de ses ancêtres africaines-américaines, Meridian décide finalement de faire adopter son premier enfant pour pouvoir continuer ses études. Enceinte une seconde fois, elle décide d’avorter afin de se consacrer exclusivement à son rôle d’activiste dans le mouvement des droits civiques. Notons que la différence entre les deux protagonistes réside dans le fait que Meridian, contrairement à Frieda, n’est pas confrontée à accepter un enfant conçu avec l’homme Blanc.

La frustration de l’avortement 

  • 6 Z. Wicomb, You Can’t Get Lost in Cape Town, New York, The Feminist Press, 2000, p. 81.
  • 7 A. Walker, Meridian, New York, Open Road, 1986, p. 85.
  • 8 Ibid., p. 85.
  • 9 Z. Wicomb, You Can’t Get Lost in Cape Town, op. cit., p. 81.
  • 10 F. McCann, Histoire et histoires dans la fiction d’Yvonne Vera et de Zoe Wicomb, Thèse de doctorat, (...)
  • 11 Z. Wicomb, You Can’t Get Lost in Cape Town, op. cit., p. 73-74.

5L’avortement est une préoccupation constante chez les féministes. Les romancières décrivent cet acte meurtrier de façon fort détaillée voire grotesque. L’expérience de l’avortement que vivent Meridian et Frieda est à la fois similaire et différente à l’image de leurs cultures qui se ressemblent et diffèrent. Frieda enveloppe le fœtus dans un journal et le jette à la poubelle : « A newspaper parcel dropped into this dustbin would absorb the vinegary smell of discarded fish and chips wrapping in no time »6. Meridian, quant à elle, a des pensées monstrueuses qui la hantent et songe même à tuer son enfant : « She began to dream each night, just before her baby sent out his cries, of ways to murder him »7. Meridian caresse le corps de son bébé en s’imaginant gratter sa chair avec ses ongles jusqu’à l’os : « She stroked her son’s back, her fingers eager to scratch him out of her life »8. Ces images choquantes et rebutantes soulignent l’état psychologique et hystérique de ces femmes désorientées pour qui la maternité devient abjecte. La souffrance psychologique de Frieda se manifeste également dans ce passage où elle passe sa main sur les cheveux noirs et humides de son bébé avant de l’empaqueter : « I smoothed the wet black hair before wrapping it up I do not think he will come back »9, ce qui souligne le décalage entre la tendresse maternelle et l’acte infanticide d’emballer le fœtus10. Avant son avortement, Frieda est littéralement perdue géographiquement, elle est désorientée et a peur de se perdre au Cap : « I ought to know where I am (...) I have no sense of direction »11. Son errance physique et psychologique se manifeste aussi durant la scène de l’avortement. Frieda perd ses repères ainsi que son identité. Quand Madame Coetzee, la femme blanche qui pratique l’avortement dans la zone blanche du Cap, demande à Frieda si elle est métisse, Frieda ment sur son identité et prétend être blanche :

  • 12 Ibid., p. 78.

« You’re not Coloured, are you ? » It is an absurd question (...) Then I realised : the educated voice, the accent has blinded her (...) I say « No ». « Good », the woman smiles, showing yellow teeth. « One must check nowadays. These Coloured girls, you know, are very forward, terrible types (...) This is a respectable concern and I try to help decent women, educated you know. No, you can trust me. No Coloured girl’s ever been on this sofa »12.

  • 13 Ibid., p. 80.
  • 14 Ibid.
  • 15 C. Sicherman, « Zoe Wicomb’s You Can’t Get Lost in Cape Town : The Narrator’s Identity », in P. Fle (...)
  • 16 Z. Wicomb, You Can’t Get Lost in Cape Town, op. cit., p. 28.
  • 17 Ibid., p. 66.
  • 18 Pour reprendre le titre d’un ouvrage célèbre sur « Motherhood » : voir E. Tuttle Hansen, Mother wit (...)

6Une fois l’avortement terminé, Frieda éprouve le sentiment d’avoir perdu sa virginité : « deflowered by yellow hands wielding a catheter »13. Le grotesque est aussi très présent dans les écrits de Zoë Wicomb comme le montre ce passage avec la femme qui pratique l’avortement : « I hold my breath ; I will not inhale the foetic air from the mouth of this my grotesque bridegroom with yellow teeth »14. Selon Carol Sicherman, cette situation met clairement en évidence la séparation entre les Blancs et les Noirs. L’avortement symbolise aussi l’impossibilité de relier ces deux mondes opposés : « the impossibility of successfully crossing the colour line »15 et efface par conséquent toute trace physique de cette relation interraciale et les conséquences que cela peut avoir sur cette femme métisse. En outre, Frieda rejette la maternité non seulement en rapport avec la situation où sa grossesse la place, mais surtout parce qu’elle refuse d’assumer ce rôle dans une société patriarcale. Le pacte que la jeune Frieda fait avec ses deux amies au primaire prouve qu’elle a toujours refusé la maternité : « and with an oath invented by Jos we swore that we would never have babies »16. Ce pacte est ironiquement confirmé par l’avortement qu’elle subira étant adulte. Sa relation illicite avec Michael n’est donc pas la seule raison de son avortement. De plus, Frieda est obligée d’assumer seule les conséquences de sa grossesse : « I feel angry with Michael (...) but I cannot expect Michael to take responsibility for more than half the things. Michael is scrupulous about this decision »17. Wicomb démontre encore une fois les inégalités entre les Métis et les Blancs et critique les structures patriarcales et racistes qui poussent ces « mères sans enfants »18 à faire de tels choix.

  • 19 A. Walker, Meridian, op. cit., p. 101.

7Lorsque Meridian tombe enceinte une seconde fois, elle se fait avorter et prend la décision radicale de se faire stériliser une fois pour toute après que Truman l’eut quittée pour une jeune femme blanche. L’avortement et la stérilisation que subit Meridian symbolisent sa colère et sa frustration contre Truman, mais aussi sa colère contre sa grossesse et la maternité. Chez le médecin qui pratique l’avortement, la réponse de Meridian est révélatrice : « I could tie your tubes (...) if you’ll let me in on some of all this extracurricural activity », [said the abortionist]. « Burn them down by the roots for all I care », [Meridian replied] »19. Comme Zoë Wicomb, Alice Walker démontre l’expérience de la maternité dans une société patriarcale et raciste. Walker dénonce également l’idée répandue selon laquelle les femmes devraient remplir le rôle de mère du fait qu’elles sont biologiquement capables d’enfanter.

Renoncer à la maternité : adoption ou « othermothing » ?

  • 20 Terme désignant une femme qui s’occupe et materne des enfants qui ne sont pas biologiquement les si (...)
  • 21 S. Willis, Specifying : Black Women Writing the American Experience, Wisconsin, the University of W (...)

8En devenant activiste dans le mouvement pour les droits civiques, Meridian se consacre entièrement à la lutte pour l’égalité sociale et politique du peuple africain-américain. Elle se voue corps et âme à la protection et à l’éducation des enfants de sa communauté qui ne sont pas les siens et devient ainsi ce qu’on appelle : « an othermother »20. Dans le contexte du mouvement de libération, Meridian renonce à la maternité « mothering » et opte pour une maternité universelle, comme le déclare Susan Willis : « She carves out a new social function for herself by refusing ever to be a mother to a particular child, but opts for mothering in a broader sense, by caring for the community »21.

9La première grossesse de Meridian est un choc pour elle. N’ayant pas reçu d’éducation sexuelle de la part de sa mère, elle se retrouve enceinte alors qu’elle n’est encore qu’une adolescente. Le chapitre intitulé The Happy Mother examine les effets de la maternité sur Meridian. L’association du terme « happiness » avec « motherhood » est ironique dans la mesure où Meridian est une jeune épouse et mère qui frôle la dépression et considère même l’éventualité de se suicider. Elle est tout sauf une « mère heureuse ». Selon Barbara Christian, Alice Walker, ayant un point de vue féministe sur la notion de la maternité, va permettre finalement à son personnage de « vivre » pleinement sa vie personnelle :

  • 22 B. Christian, Black Feminist Criticism : Perspectives on Black Women Writers, New York, Pergamon, 1 (...)

As many radical feminists blamed motherhood for the waste in women’s lives and saw it as a dead end for a woman, Walker insisted on a deeper analysis : She did not present motherhood itself as restrictive. It is so because of the little value society places (...) on mothers, especially black mothers, on life itself. In the novel, Walker acknowledged that a mother in this society is often « buried alive, walled away from her own life, brick by brick ». Yet the novel is based on Meridian’s insistence on the sacredness of life22.

  • 23 E. Tuttle Hansen, Mother without Child : Contemporary Fiction and the Crisis of Motherhood, Berkele (...)
  • 24 A. Nadel, « Reading the Body : Alice Walker’s Meridian and the Archeology of Self », Modern Fiction (...)
  • 25 A. Walker, Meridian, op. cit., p. 69.
  • 26 E. Tuttle Hansen, Mother without Child, op. cit., p. 68.
  • 27 A. Walker, Meridian, op. cit., p 123.
  • 28 Ibid., p. 37.

10Pour Barbara Christian, Meridian et par extension Alice Walker, ne s’opposent pas à la maternité en tant que telle, mais plutôt au rôle qu’une mère doit endosser pour être à la hauteur des attentes de la société patriarcale. Car selon le mythe de la « Black Motherhood », la mère doit sacrifier ses préoccupations personnelles pour se consacrer exclusivement à ses enfants. Tout en reconnaissant la force et le sacrifice de ces ancêtres africaines-américaines, Walker insiste sur le fait que les mères ont le droit au bonheur et à l’indépendance. Meridian, qui s’est mariée à contre-cœur, a fait le choix d’abandonner son enfant et ce, malgré la désapprobation de sa mère. Ainsi, dans son cas, le rejet de la maternité devient aussi un moyen de rébellion. Cependant, il ne s’agit pas tant de se demander si l’attitude anti-maternelle de Meridian est excusable ou s’il faut la condamner car de nos jours, même si l’infanticide est un crime, confier son enfant à l’adoption n’en est pas un23. De plus, bien qu’elles soient entièrement responsables de leurs actes monstrueux, ces personnages féminins sont vus comme des victimes. En effet, beaucoup de critiques24 considèrentent que Meridian doit renoncer à son enfant afin de poursuivre sa vie en tant qu’activiste et de s’affirmer en tant que femme. Par ailleurs, selon Elaine Tuttle Hansen, Meridian reflète l’ère du féminisme de la deuxième vague qui se manifeste par la répudiation radicale de la maternité : « [Meridian] never thought about the baby at all (...) She knew she did not want it »25. Ainsi, l’histoire de Frieda et de Meridian serait perçue de la sorte : « the story of the heroine’s quest for selfhood set against the forces, including motherhood, that threaten her. Notably selfhood and motherhood are locked in opposition (...) It is further assumed that mothering necessarily entails a sacrifice »26. Meridian se trouve alors dans une telle situation : « an age of choice »27 où elle doit choisir entre ses intérêts individuels et ceux de son enfant. Fast Mary, un autre personnage du roman, est une adolescente qui se retrouve enceinte involontairement. Après son accouchement, la jeune mère tue son enfant et se pend juste après à cause des préjugés patriarcaux et racistes au sein de la communauté sudiste : « She had carefully chopped the infant into bits and fed it into the commode »28. Le parcours d’infanticide et de suicide de cette adolescente aurait pu être celui de Meridian :

  • 29 Ibid., p. 80.

She might not have given him away to the people who wanted him. She might have murdered him instead. Then killed herself. She might have done it that way except for one thing : One day she really looked at her child and loved him with as much love as she loved the moon or a tree, which was a considerable amount of impersonal love (...) When she gave him away she did so with a light heart. She did not look back, believing she had saved a small person’s life29.

  • 30 Z. Wicomb, You Can’t Get Lost in Cape Town, op. cit., p. 45.
  • 31 O. Nnaemeka (éd.), The Politics of (M)othering : Womanhood, Identity and Resistance in African Lite (...)

11D’un côté, on peut considérer l’adoption comme un acte visant à sauver son enfant contrairement à l’infanticide et le suicide que beaucoup de femmes autour d’elle ont connu. Mais d’un autre côté, cet acte est irrespectueux envers sa mère et ses ancêtres, des femmes esclaves qui se sont battues pour leur progéniture. De plus, les tendances infanticides de Meridian ne sont pas similaires ni comparables à l’acte meurtrier de Sethe, le personnage de Toni Morrison, car ces « mauvaises mères » n’ont pas commis ce crime pour les mêmes raisons. Alors que Meridian n’était pas obligée d’abandonner son enfant, Sethe était forcée de tuer l’être qu’elle aimait le plus dans le but de le sauver de l’esclavage. Zoë Wicomb explore également la question de l’adoption dans une nouvelle intitulée A Clearing in the Bush où Tamieta adopte la fille de sa cousine, Beatrice. Cette adoption est pour Tamieta un moyen d’éviter l’expérience de la maternité : « She (...) would have a child without the clumsiness of pregnancy, the burden of birth and the tobacco-breathed attentions of men with damp fumbling hands »30. Ainsi, Tamieta semble rejeter la notion essentialiste de la maternité fondée sur la capacité d’une femme à concevoir et à procréer avec toutes les souffrances que cela implique. Tamieta rejette, par conséquent, les perceptions patriarcales sur le corps féminin et ses capacités reproductives, comme l’explique Obioma Nnaemekka : « the women’s eagerness to « mother » while rejecting the abuses (physical, sexual, emotional, etc) of the institution of motherhood under patriarchy »31.

« Mothering » : secrets, mensonges et crise identitaire

  • 32 E. Hunter, « A Mother is Nothing but a Backbone : Women, Tradition and Change in Miriam Tlali’s Foo (...)
  • 33 Z. Wicomb, Interview with Eva Hunter : Between the Lines ii, E. Hunter et C. Mackenzie (éd.), Graha (...)
  • 34 Z. Wicomb, You Can’t Get Lost in Cape Town, op. cit., p. 116.
  • 35 Griqua : peuple d’Afrique du Sud de la tribu des Khoikhoi, considéré sous l’apartheid comme des « C (...)
  • 36 R. Gaylard, « Exile and Homecoming : Identity in Zoë Wicomb’s You Can’t Get Lost in Cape Town », A (...)
  • 37 Z. Wicomb, You Can’t Get Lost in Cape Town, op. cit., p. 172.

12Le refus et l’absence de la maternité, ou « mothering », apparaît dans plusieurs relations mères-filles dans les romans de Walker et de Wicomb. Selon Eva Hunter, la fiction et la théorie féministe postmoderne se caractérise par l’absence maternelle ainsi que le refus de la maternité. C’est ce que Hunter décrit comme « matrophobia »32. Les romans de Walker et Wicomb semblent justement appartenir à la fiction féministe « matrophobique ». La relation entre Frieda et sa mère est faite de tensions et d’incompréhensions. Si bien que Frieda, la narratrice, tue sa mère dans la nouvelle intitulée Home Sweet Home afin de trouver sa voie33, pour ensuite la ressusciter dans la dernière nouvelle. Hannah Shenton, la mère de Frieda, est décrite comme une mère dominatrice, sévère et anglophile. La langue anglaise est la principale source de tension entre elles. La mère de Frieda et son père lui imposent la langue anglaise qu’ils considèrent comme un moyen d’échapper à l’oppression afrikaner et d’acquérir ainsi un statut social élevé contrairement à l’Afrikaans. Ses parents contribuent par là à la confusion identitaire de leur fille en l’assimilant à la culture et aux valeurs anglaises : « We, the Shentons, had an ancestor, an Englishman whose memory must be kept sacred, must not be defiled by associating with those beneath us. We were respectable Coloured »34. La mère de Frieda manifeste, dès la première nouvelle, un dégoût profond pour les Boers. Elle exprime de l’admiration pour les Anglais et rejette ainsi ses origines Griquas35. Cette instabilité identitaire que subit Frieda va donc l’amener à s’exiler et à s’isoler de sa famille et de son pays natal36. D’autre part, la discorde entre Frieda et sa mère se manifeste lorsque sa mère, en lisant les nouvelles de sa fille, découvre à son grand désarroi que celle-ci l’a tuée. Les tendances matricides de Frieda (dans ses écrits) ainsi que « l’infanticide » qu’elle a commis en avortant rendent sa mère furieuse : « To write from under your mother’s skirts, to shout at the world that it’s alright to kill God’s unborn child ! You’ve killed me over and over so it was unnecessary to invent my death. Do people ever do anything decent with their education ? »37. Pour sa mère, le comportement de Frieda n’accorde pas le respect que ses parents méritent à travers le langage qu’elle emploie, comme l’affirme Madame Shenton :

  • 38 Ibid., p. 171.

My mother said it was a mistake when I brought you up to speak English. Said people spoke English just to be disrespectful to their elders, to You and Your them about. And that is precisely what you do. Now you use the very language against me that I’ve stubbed my tongue on trying to teach you it. No respect ! Use your English as a catapult 38 !

  • 39 Ibid., p. 172.
  • 40 C. Sicherman, « Zoe Wicomb’s You Can’t Get Lost in Cape Town : The Narrator’s Identity », op. cit., (...)
  • 41 Z. Wicomb, You Can’t Get Lost in Cape Town, op. cit., p. 182.

13Sa mère reproche aussi à sa fille de ne pas être en mesure d’écrire sur son pays natal qu’elle a quitté. Elle ne lui a jamais pardonné de s’être expatriée en Angleterre : « What do you know about things, about people, this place where you were born? About your ancestors who roamed these hills ? You left. Remember ? »39. Cependant, dans la dernière nouvelle du recueil intitulée A Trip to the Gifberge, Madame Shenton, ressuscitée, tente de se réconcilier avec sa fille, chose qu’elle n’a pu faire auparavant. Son discours s’avère plus sensé, elle est radicalement différente de la femme identifiée dans les nouvelles précédentes. Frieda s’interroge sur l’identité qu’elle s’est construite en Angleterre et reconnaît enfin l’identité de ses ancêtres. Après ce voyage au cœur des montagnes du Cap, toutes deux sont désormais fières de leurs origines Griquas40. Quand Frieda évoque la possibilité de revenir vivre au Cap, sa mère est enchantée : « I say, « I wouldn’t be surprised if I came back to live in Cape Town again » (...) Her eyes nevertheless glow with interest »41. La communication entre mère et fille semble enfin rétablie.

  • 42 Durant l’apartheid et sous le « Population Registration Act », la population était classée et enreg (...)

14Dans un autre roman de Zoë Wicomb, Playing in The Light, Helen, la mère du personnage principale Marion, est furieuse lorsqu’elle apprend qu’elle est enceinte. Elle craint que l’enfant qu’elle attend ne soit pas clair de peau et que l’on apprenne donc le secret qu’elle cache en tant que « Play-White ». Sa grossesse inattendue et involontaire fait d’elle une femme anxieuse. Même lorsque Marion naît avec la peau claire et les cheveux lisses, sa mère n’est pas soulagée. Cette anxiété se répercute dans sa relation tendue et froide avec sa fille. Cette pression est ancrée dans un contexte historique et raciste traumatisant. Etant métis, les parents de Marion, surtout sa mère, ont choisi la couleur de la réussite selon le « Population Registration Act »42. Helen était particulièrement déterminée à accéder à la blancheur afin de mener une vie meilleure au point que les membres de sa famille n’avaient pas le droit de leur rendre visite sauf s’ils avaient la peau claire et de bonnes manières. Helen est allée jusqu’à permettre à sa mère, Tokkie, de leur rendre visite uniquement en tant que servante car celle-ci avait la peau foncée. Cette femme noire que Marion considérait comme une nounou aimable et attentionnée, une mère de substitution , « a surrogate mother », est en réalité sa grand-mère maternelle. Cette découverte va bouleverser la vie de la jeune femme qui doit faire face à ce passé fait de mensonges et de silences. Ce changement de catégorie raciale qu’Helen entreprend va de pair avec le changement de langue qu’elle impose à sa fille. Tout comme la mère de Frieda, la langue anglaise représente pour Helen la clef de la réussite et le moyen qui les relieraient aux Anglais et leur permettraient de vivre comme des Blancs. A travers ces deux protagonistes, Zoë Wicomb démontre les séquelles de l’apartheid ainsi que l’obsession de la blancheur des mères de Frieda et de Marion. Cette obsession a eu des conséquences considérables sur la psyché et la vie de leurs filles. En changeant de catégorie raciale et en cachant ce secret pesant à sa fille, la mère de Marion a envisagé une vie privilégiée pour sa fille, mais ce désir s’est transformé en déception et en perte identitaire :

  • 43 Z. Wicomb, Playing in the Light, New York, New Press, 2006, p. 175.

[Marion] is exhausted by the idea of Helen, by the bits and pieces she has had to put together, by the construction of a sci-fi monster of moulded steel plates, ill-fitting bolts and scraps of rusted corrugated iron, like the sculptures made by township artists [...] Her mother has been bolted together and then undone as new information comes to light [...] The self-made woman, unmade and several times over reassembled43.

15Même si les actes de sa mère partaient de bonnes intentions, elle a engendré un conflit générationnel où Marion se trouve prisonnière et qu’elle perçoit comme un monstre frankensteinien. Marion doit alors rassembler et reconstruire les fragments de son identité pour reconstituer sa véritable histoire et son identité, ce qui représente une quête difficile.

Confrontation mère-fille : hantise, dépression et culpabilité

  • 44 A. Walker, Meridian, op. cit., p. 74.
  • 45 Ibid., p. 58.
  • 46 Ibid., p. 79.
  • 47 Ibid., p. 81.
  • 48 B. Christian, An Angle of Seeingop. cit., p. 109.

16Dans le roman Meridian, l’idéologie d’Alice Walker sur la maternité est au cœur du chapitre intitulé Battle Fatigue, qui analyse la confrontation entre Meridian et sa mère. Pour Madame Hill, Meridian perd son temps et sa vie dans le mouvement pour les droits civiques et ne comprend pas pourquoi sa fille s’y est autant engagée : « as far as I’m concerned (...) you’ve wasted a year of your life, fooling around with those people. (...) It never bothered me to sit in the back of the bus, you get just as good a view and you don’t have all those nasty white asses passing you »44. Le désir d’indépendance personnelle de Meridian va l’amener à un désaccord avec sa mère. Madame Hill est outrée face à l’acte honteux de sa fille qui résiste à la maternité et opte pour l’adoption, cet enfant n’étant pour Meridian qu’un fardeau : « a ball and chain »45. Sa mère la condamne et ne comprend pas sa décision : « it is just selfishness. You ought to hang head in shame. I have six children (...) though I never wanted to have any, and I raised everyone myself »46. Plus tard, Meridian en paye le prix, l’enfant auquel elle a renoncé hante son sommeil. Des cauchemars de son enfant envahissent son sommeil. Elle entend même sa voix : « a voice that cursed her existence, an existence that could not live up to the standard of motherhood that had gone before »47. L’apparition de cette voix est selon Barbara Chrisitian la première indication de la dépression de Meridian qui va l’amener à la folie48. Meridian est rongée de remords et a le sentiment de ne pas avoir suivi l’exemple de ses ancêtres. Elle a le sentiment d’avoir transgressé l’histoire maternelle de sa communauté car cette histoire est faite du sacrifice de femmes esclaves et de mères à qui on a arraché leurs enfants. La liberté de pouvoir garder leurs enfants près de ces mères esclaves et de s’en occuper n’avait pas de prix, alors que Meridian a choisi de renoncer à sa progéniture et par conséquent à son héritage :

  • 49 A. Walker, Meridian, op. cit., p. 81.

Meridian knew that enslaved women (...) had laid down their lives, gladly, for their children, that the daughters of these enslaved women had thought their greatest blessing from « Freedom » was that it meant they could keep their own children. And what had Meridian Hill done with her precious child ? She had given him away. She thought (...) of herself as belonging to an unworthy minority, for which there was no precedent and of which she was, as far as she knew, the only member49.

  • 50 B. Christian, « The Black Woman Artist as Wayward », in Harold Bloom (éd.), Alice Walker : Modern C (...)
  • 51 A. Walker, Meridian, op. cit., p. 82.
  • 52 Ibid., p. 39.
  • 53 Ibid.
  • 54 Ibid., p. 109.
  • 55 M. J. McGowan, « Atonement and Release in Alice Walker’s Meridian », Studies in Contemporary Fictio (...)

17Barbara Christian souligne que Meridian identifie sa mère au mythe de la « Black Motherhood »50 comme il est dit dans le roman : « her mother [was] worthy of [African American] maternal history »51. Cependant, contrairement à ces ancêtres, la mère de Meridian n’incarne pas vraiment les caractéristiques positives relatives à la maternité et n’est en aucun cas la mère mythique dont parle Meridian. Sa rigidité et sa cruauté envers Meridian le prouve dans le chapitre intitulé Have you Stolen Anything ? Ce chapitre reflète la froideur et la distance qui caractérisent la relation de madame Hill avec ses enfants. Madame Hill est incapable d’aimer ses enfants et de leur pardonner d’être nés : « [Meridian’s] mother was not a woman who should have had children. She was capable of thought and growth and action only if unfettered by the needs of dependents, or the demands, requirements of a husband »52. Pour la mère de Meridian, la maternité est un fardeau auquel elle n’était pas préparée, comme Meridian d’ailleurs. Elle ne peut pardonner à sa famille de ne pas l’avoir prévenue de la responsabilité de la maternité : « she could never forgive her community, her family, the whole world, for not warning her against children (...) in her first pregnancy she became distracted from who she was (...) Her frail independence gave way to the pressure of motherhood »53. Vers la fin du roman, Meridian fait un rêve où elle déclare à sa mère : « Mama, I love you. Let me go »54. Mais la mère de Meridian ne lui pardonnera jamais. C’est Miss Winter, qui est pour Meridian une mère de substitution et traite Meridian comme son propre enfant, qui lui pardonne55. Certaines mères telles que Madame Hill n’ont certes pas eu recours à l’avortement, mais elles ont renoncé à leurs responsabilités de materner et d’aimer leurs enfants et contribué à empoisonner leurs vies. En définitif, parce que leur mères sont incapables de leur procurer tous les soins maternels dont elles ont besoin, ces protagonistes démontrent à leur tour leur incapacité à materner leurs propres enfants.

  • 56 Voir B. Christian, « An Angle of Seeing : Motherhood in Buchi Emecheta’s Joys of Motherhood and Ali (...)

18Somme toute, Alice Walker et Zoë Wicomb sont parmi les écrivaines qui désirent déconstruire les stéréotypes et les mythes concernant l’idéalisation du rôle de la mère. Les romancières souhaitent aussi les libérer de certains rôles et positions sociales prédéfinis dans leur société respective et ce, en représentant des femmes qui refusent la maternité. Certaines pour des raisons liées à la liberté personnelle, les études et la vie professionnelle, comme Meridian. D’autres sont contraintes de le faire en raison de la situation politique, comme c’est le cas pour Frieda. Alors que la figure de la mère est très respectée dans les communautés africaines-américaines et africaines56, la nouvelle génération d’auteures dépeint la mère comme irresponsable et sèche.

19Ainsi, en démontrant leurs propres perceptions sur la maternité et en défiant les discours dominants, ces romancières se distancient de la tradition littéraire et tentent de redéfinir la maternité des femmes noires dans une société où règnent le racisme, le sexisme et les préjugés. Car Alice Walker comme Zoë Wicomb conviennent que la maternité n’est pas une question qui relève de l’individuel, mais plutôt une idéologie ancrée dans des aspects et des structures de la société.

Haut de page

Notes

1 L’expression « africain-américain » est, selon la philosophe féministe Elsa Dorlin, largement favorisée par les intellectuels et militants Noirs contrairement à l’expression « afro-américain » qui aurait tendance à minimiser l’héritage, l’identité et la culture africains au profit de l’héritage américain, c’est pourquoi nous utiliserons tout au long de cet article l’expression « africaine-américaine » au lieu de « afro-américaine ». Voir E. Dorlin, Black Feminism : Anthologie du féminisme africain-américain, 1975-2000, Paris, l’Harmattan, 2008.

2 T. Morrison, Beloved, New York, Knopf, 1987.

3 B. Christian, « An Angle of Seeing : Motherhood in Buchi Emecheta’s Joys of Motherhood and Alice Walker’s Meridian », in E. Nakano Glenn, G. Chang et L. Rennie Forcey (éd.), Mothering : Ideology, Experience, and Agency, New York, Routledge, 1994, p. 97

4 A. Walker, In Search of Our Mothers’ Gardens : Womanist Prose, Londres, The Women’s Press, 1984, p. 237. Nous soulignons.

5 Voir M. Wallace, Black Macho and the Myth of the Superwoman, New York, Warner Books, 1980 : la féministe y décrit le mythe fondé sur la sagesse et la force incroyable et inhumaine des femmes noires. Alice Walker dans In Search of Our Mothers’ Gardens conteste cette idée en affirmant que la mère noire n’est pas une femme forte ou libérée, mais plutôt une femme profonde, tragique, mystérieuse et sacrée.

6 Z. Wicomb, You Can’t Get Lost in Cape Town, New York, The Feminist Press, 2000, p. 81.

7 A. Walker, Meridian, New York, Open Road, 1986, p. 85.

8 Ibid., p. 85.

9 Z. Wicomb, You Can’t Get Lost in Cape Town, op. cit., p. 81.

10 F. McCann, Histoire et histoires dans la fiction d’Yvonne Vera et de Zoe Wicomb, Thèse de doctorat, Université de Paris iii-Nouvelle Sorbonne, 2007, p. 277.

11 Z. Wicomb, You Can’t Get Lost in Cape Town, op. cit., p. 73-74.

12 Ibid., p. 78.

13 Ibid., p. 80.

14 Ibid.

15 C. Sicherman, « Zoe Wicomb’s You Can’t Get Lost in Cape Town : The Narrator’s Identity », in P. Fletcher (éd.), Black/White Writing : Essays on South African Literature, Lewisburg, Bucknell up, 1993, p. 125.

16 Z. Wicomb, You Can’t Get Lost in Cape Town, op. cit., p. 28.

17 Ibid., p. 66.

18 Pour reprendre le titre d’un ouvrage célèbre sur « Motherhood » : voir E. Tuttle Hansen, Mother without Child : Contemporary Fiction and the Crisis of Motherhood, Berkeley, University of California Press, 1997.

19 A. Walker, Meridian, op. cit., p. 101.

20 Terme désignant une femme qui s’occupe et materne des enfants qui ne sont pas biologiquement les siens. Ce concept est très fréquent dans les communautés africaines-américaines, voir P. Hill Collins, Black Women and Motherhood : Black Feminist Thought, Knowledge : Consciousness, and the Politics of Empowerment, New York et Londres, Routledge, 2000.

21 S. Willis, Specifying : Black Women Writing the American Experience, Wisconsin, the University of Wisconsin Press, 1987, p. 123.

22 B. Christian, Black Feminist Criticism : Perspectives on Black Women Writers, New York, Pergamon, 1985, p. 90.

23 E. Tuttle Hansen, Mother without Child : Contemporary Fiction and the Crisis of Motherhood, Berkeley, University of California Press, 1997, p. 68.

24 A. Nadel, « Reading the Body : Alice Walker’s Meridian and the Archeology of Self », Modern Fiction Studies, 34/1, 1988, p. 59-62. Nadel déclare : « to become an activist, [Meridian] has to relinquish her role as mother [her body, which] reflects the conflict between her role as a mother and a self-fulfilling woman must be overcome or renounced ». Voir également D. Sadoff, « Black Matrilineage : Walker and Hurston », Signs, 11/1, 1985, p. 4-26 et K. Stein, « Meridian : Alice Walker’s Critique of Revolution », Black American Literature Forum, 20/2, 1986, p. 129-141.

25 A. Walker, Meridian, op. cit., p. 69.

26 E. Tuttle Hansen, Mother without Child, op. cit., p. 68.

27 A. Walker, Meridian, op. cit., p 123.

28 Ibid., p. 37.

29 Ibid., p. 80.

30 Z. Wicomb, You Can’t Get Lost in Cape Town, op. cit., p. 45.

31 O. Nnaemeka (éd.), The Politics of (M)othering : Womanhood, Identity and Resistance in African Literature, Londres, Routledge, 1997, p. 5.

32 E. Hunter, « A Mother is Nothing but a Backbone : Women, Tradition and Change in Miriam Tlali’s Footprints in the Quag », Current Writing, 5/1, 1993, p. 73.

33 Z. Wicomb, Interview with Eva Hunter : Between the Lines ii, E. Hunter et C. Mackenzie (éd.), Grahamstown, National English Literary Museum, 1993.

34 Z. Wicomb, You Can’t Get Lost in Cape Town, op. cit., p. 116.

35 Griqua : peuple d’Afrique du Sud de la tribu des Khoikhoi, considéré sous l’apartheid comme des « Coloured », des métis.

36 R. Gaylard, « Exile and Homecoming : Identity in Zoë Wicomb’s You Can’t Get Lost in Cape Town », A Review of International English Literature, 27/1, 1996, p. 181.

37 Z. Wicomb, You Can’t Get Lost in Cape Town, op. cit., p. 172.

38 Ibid., p. 171.

39 Ibid., p. 172.

40 C. Sicherman, « Zoe Wicomb’s You Can’t Get Lost in Cape Town : The Narrator’s Identity », op. cit., p. 128.

41 Z. Wicomb, You Can’t Get Lost in Cape Town, op. cit., p. 182.

42 Durant l’apartheid et sous le « Population Registration Act », la population était classée et enregistrée en fonction de la couleur de la peau et de certaines caractéristiques telles que l’ascendance, l’appartenance et l’acceptation. Il était possible de passer d’une catégorie à l’autre, d’où les expressions anglaises « passing » et « playing white ».

43 Z. Wicomb, Playing in the Light, New York, New Press, 2006, p. 175.

44 A. Walker, Meridian, op. cit., p. 74.

45 Ibid., p. 58.

46 Ibid., p. 79.

47 Ibid., p. 81.

48 B. Christian, An Angle of Seeingop. cit., p. 109.

49 A. Walker, Meridian, op. cit., p. 81.

50 B. Christian, « The Black Woman Artist as Wayward », in Harold Bloom (éd.), Alice Walker : Modern Critical Views, New York, Chelsea House, 1989, p. 47.

51 A. Walker, Meridian, op. cit., p. 82.

52 Ibid., p. 39.

53 Ibid.

54 Ibid., p. 109.

55 M. J. McGowan, « Atonement and Release in Alice Walker’s Meridian », Studies in Contemporary Fiction, 23/1, 1981, p. 31.

56 Voir B. Christian, « An Angle of Seeing : Motherhood in Buchi Emecheta’s Joys of Motherhood and Alice Walker’s Meridian », op. cit., p. 97. Dans cet article, Christian compare la notion de maternité dans les cultures africaines et africaines-américaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Férial Kellaf, « « Bad Mothers », mères monstrueuses : la figure de la mère dans la fiction de Zoë Wicomb et d’Alice Walker »Sextant, 32 | 2015, 93-104.

Référence électronique

Férial Kellaf, « « Bad Mothers », mères monstrueuses : la figure de la mère dans la fiction de Zoë Wicomb et d’Alice Walker »Sextant [En ligne], 32 | 2015, mis en ligne le 19 décembre 2015, consulté le 11 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/sextant/2931 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sextant.2931

Haut de page

Auteur

Férial Kellaf

Férial Kellaf est doctorante en fin de thèse à l’Université du Maine, Le Mans. Elle est également enseignante vacataire d’anglais à l’espe du Mans. Sa thèse de doctorat (« Identités hybrides et hybridité textuelle dans la fiction d’Alice Walker et de Zoë Wicomb ») est une étude comparative de deux romancières métisses contemporaines qui écrivent surtout sur la condition des femmes de couleur aux Etats-Unis et en Afrique du Sud, selon un aspect transnational du féminisme. Travaillant sur le féminisme américain et africain ainsi que sur l’écriture féminine, elle s’intéresse aussi aux questions relatives à l’hybridité et au métissage en littérature, à l’identité et au trauma.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search