Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Introduction

Introduction

Anne-Sophie Crosetti et Valérie Piette
p. 7-22

Texte intégral

  • 2  É. Zola, Les quatre Évangiles : Fécondité, Travail, Vérité, Arvensa Éditions, p. 220.

La mère devrait être notre religion. (É. Zola, Fécondité)2

  • 3  M. Vialle, « “L’horloge biologique” des femmes : un modèle naturaliste en question. Les normes et (...)
  • 4O. Donath, Regretting Motherhood: A Study, Berkeley, North Atlantic Books, 2017 (première édition (...)

1Une évidence, l’évidence d’une vie, une évidence naturelle biologique, sans cesse rappelée, les femmes sont destinées à être des mères. Femme et mère, femme ou mère ? La confusion a longtemps régné sur les berceaux. La puissance du discours autour de la maternité magnifiée n’est plus à démontrer, tant elle a pesé et pèse encore sur des générations et des générations de jeunes femmes. Fait plus récent, considéré jusqu’il y a peu comme marginal, la montée en puissance de voix refusant la confusion, refusant l’évidence. Des voix de femmes libres de dire publiquement qu’elles ne désirent être ni mère ni parent, des femmes qui ne supportent plus de devoir sans cesse se justifier sur ce choix assumé d’être des femmes sans enfants. Elles répètent à l’envi que le désir d’enfant n’est pas une donnée universelle, que l’horloge biologique, brandie, encore aujourd’hui, par des médecins et des psychologues3, peut être mise à l’heure d’une vie et d’une identité non corrélées à la maternité, qu’elles refusent d’être réduites à leurs fonctions biologiques et génitrices. Suspectées, obligées de se justifier sans cesse, considérées comme dysfonctionnelles, pathologisées, des femmes, de plus en plus nombreuses, osent ainsi publiquement déroger à l’ordre social. Dans nos sociétés de plus en plus connectées, ces voix résonnent, en rencontrent d’autres et attirent l’attention grandissante des chercheuses et des médias. Depuis 2015, les mères sans enfants sont devenues un phénomène médiatique, culturel et politique. La presse spécialisée, scientifique puis généraliste s’est emparée du sujet, sujet polémique s’il en est. 2015, année de la parution d’un ouvrage qui va faire date. La sociologue israélienne Orna Donath publie une étude, rapidement devenue virale, traduite dans le monde entier et connaissant un retentissement international : Regretting Motherhood: A Study4. La chercheuse s’est attaquée au tabou ultime : le regret d’être mère. 

#Childfree, un phénomène invisibilisé ?

2La réception de l’ouvrage suscite bien des controverses mais rapidement la recherche d’Orna Donath rencontre son public, des milliers de femmes ayant fait le choix de ne pas avoir d’enfant ou des femmes regrettant d’être devenues mères. Le phénomène interpelle et s’amplifie mois après mois, année après année, entrant en écho avec la vague féministe de l’affaire Weinstein et de son corollaire le #Metoo. La visibilité du mouvement et son caractère dérangeant impressionnent et ne pouvaient laisser indifférente la rédaction de notre revue. Sextant a donc décidé d’analyser et de questionner ce mouvement relevant de l’intime et du politique, tout en l’historicisant. À l’instar de #Metoo, la question de la parole libérée doit être questionnée. Une parole ne se libère pas seule. Il n’y a pas de génération spontanée du dire mais bien différentes générations de femmes qui osent s’exprimer individuellement et ce, dans un mouvement collectif et dont la voix surtout devient audible. Ces voix s’élèvent au même moment, comme un ultime paradoxe, au moment où le droit à l’enfant est revendiqué et questionné de toutes parts. PMA, mariage pour tous, homoparentalité ont ouvert des brèches dans la parentalité contemporaine. Désirer un enfant à tout prix côtoie le désir revendiqué de ne pas en désirer.

  • 5  Egalitaria, « Elles vécurent heureuses et n’eurent pas d’enfants », Egalitaria, 17 mai 2019, en li (...)
  • 6  Femmes puissantes, 2019, émission animée par Léa Salamé, diffusée le 20 juillet 2019, France Inter(...)
  • 7  A. Gotman et C. Lemarchant, « Sans enfant. Le point de vue des femmes », Travail, genre et société (...)

3Depuis 2015, ce sont essentiellement et majoritairement des femmes qui disent, qui parlent. La parentalité est évidemment aussi une question de genre. Nous avons fait le choix dans ce numéro de questionner le refus d’être mère biologiquement et/ou socialement. Les hommes en sont les grands absents. Mais la pression sociale à la parentalité ne se conjugue pas ou peu au masculin. L’homme peut se définir, vivre, construire, imaginer une vie sans enfants. Il en va bien différemment pour les femmes, longtemps définies et quasi réduites à leur fonction reproductrice réelle ou en devenir. Le double standard traverse également le projet ou non d’enfants. C’est sans doute en ce sens que ce mouvement actuel peut apparaître comme révolutionnaire. Il ne s’agit pas de couples qui refuseraient de devenir parents pour des raisons écologiques, économiques, affectives, politiques (même si ce courant est bien réel), mais de femmes, en couple ou non, qui en tant que femmes refusent ce destin magnifié, réclament le droit du choix, s’émancipant ainsi des attendus sociaux, libres d’être et de devenir, bref libres de devenir des hommes comme les autres5 ? Comme le déclarait récemment Béatrice Dalle, actrice sans enfants, sur les ondes de France Inter : « On n’est pas forcément des putains de génitrices. On n’est pas là pour mettre bas »6. Aujourd’hui, en moyenne, 18% des Européennes de 40 ans sont sans enfants. Près d’une femme sur cinq n’a pas pu ou voulu devenir mère7.

Femmes sans enfants, femmes sans histoire(s) ?

4Les femmes sans enfants ont-elles une histoire ? Ou plutôt comment faire l’histoire des marginalisées, l’histoire d’un tabou, d’un non-dit ? Le non-désir d’enfants est peu questionné en histoire tant le “tout à la mère” l’emporte dans les discours performatifs qui encadrent l’éducation des femmes. Certaines femmes pourtant ont pu se dégager de ce destin consciemment ou non en entrant notamment dans les ordres. En effet les religieuses, très nombreuses dans les siècles derniers, sont bien des femmes sans enfants, acceptées comme telles voire idéalisées. Elles portent une autre mission qui l’emporte sur la maternité. La société demande également à d’autres femmes de ne pas devenir mère, du moins pas tout de suite. Il s’agit des domestiques, servantes, cuisinières ou femmes de chambre, qui nombreuses également sont assignées à rester nubiles. Longtemps les institutrices et les infirmières connaîtront également la même assignation. On ne les veut point mère. Les enfants des autres, les malades ou le Christ doivent compenser ce désir reproductif. Mais des injonctions répétées ne peuvent qu’attirer l’attention des chercheur·e·s. Pourquoi doit-on souligner sans discontinuer les joies de la maternité si les femmes y sont toutes favorables, si elles sont toutes des mères épanouies en devenir ? La répétition à l’envi d’un discours cache souvent bien des stratégies de résistance. La maternité n’y fait pas exception.

5En prenant le cas de la Belgique – mais ce numéro ne se concentre pas uniquement sur le contexte belge et adopte une perspective plus internationale –, dès la fin du XIXe siècle, la dénatalité croissante, ainsi que la peur de troubles sociaux qui traversent le pays, renforcent encore l’injonction faite aux femmes de devenir des mères dévouées, garantes de l’ordre moral et domestique. Mais l’idéal d’une mère parfaite maîtresse de maison et pivot du foyer, érigé en norme, va clairement à l’encontre des pratiques sociales. Les femmes travaillent et beaucoup d’entre elles recourent à des pratiques contraceptives et abortives. La peur de la dénatalité tourne à l’obsession. Les discours moraux abondent. Les catholiques stigmatisent ces « couples immoraux » préoccupés par la régulation des naissances. Devenir mère devient un enjeu national et patriotique. Refuser la maternité, voire même espacer les naissances, s’apparente à une trahison. Tous les moyens sont utilisés pour convaincre. Educatifs tout d’abord. Enseignement ménager, cours de puériculture préparent dès leur plus jeune âge, les petites filles à leurs futurs rôles maternel et ménager. La maternité ne serait donc plus si naturelle que ça, il faut l’inculquer aux jeunes filles et leur apprendre leur “métier” de mère. Il faut ensuite lutter contre le recours croissant aux moyens contraceptifs. Un tissu associatif s’y engage pleinement. Ligues et autres sociétés de moralité, aux noms évocateurs, se multiplient afin de mieux endiguer la dépopulation. La Ligue nationale contre l’Infécondité intentionnelle est fondée en 1910, dans le but explicite de lutter contre l’influence grandissante du néo-malthusianisme et les ravages imputés aux moyens anticonceptionnels. L’association regroupe de nombreux médecins et des ecclésiastiques, tous concernés par le comportement des jeunes couples accusés de préférer les plaisirs futiles à la procréation. La formule du célèbre docteur français Adolphe Pinard (1844-1934), considéré comme le père de l’obstétrique moderne, « il vaut mieux qu’elles fassent des enfants que des fibromes » est érigée en véritable slogan.

  • 8  Voir notamment sur le natalisme en Belgique : É. Gubin et V. Piette, « La politique nataliste de l (...)

6Fondée en 1914, la Ligue mariale contre l’Immoralité voit dans le néo-malthusianisme le nouveau fléau du siècle. Elle s’attaque également à la mode, une mode incompatible avec les rondeurs de la maternité. Même si la Belgique ne subit pas d’énormes pertes humaines eu égards à ses voisins belligérants, l’obsession démographique et populationniste se renforce et s’accentue encore après la première guerre mondiale. En effet, au cours de la guerre, le nombre de naissances s’est effondré. Il est passé de 170 102 en 1913 à 85 056 en 1918. L’inquiétude ne se tarit pas, car si la nuptialité reprend dès le lendemain du conflit, elle n’est suivie d’aucun baby-boom. En 1924 on n’est toujours pas revenu aux chiffres de 1913. Cette réalité préoccupe d’autant plus que la tendance se poursuit, en 1930, le nombre moyen d’enfants par ménage est de 2,1% et 28% des couples mariés n’ont qu’un seul enfant. Ce phénomène inquiète car il est collectif. L’idée s’impose très vite qu’il faut repeupler le pays, restaurer les familles et mettre tout en œuvre pour favoriser le retour des femmes au foyer. Préoccupés par cette stagnation démographique, tous les gouvernements mèneront une politique nataliste, sous des formes extrêmement variées, allant des mesures de persuasion à l’intention des familles pour les inciter à procréer à des mesures défavorables voire coercitives à l’égard de celles qui résistent. On encense alors les grandes familles. La famille nombreuse « saine et forte » est proposée comme une évidence, la création de la Ligue des familles nombreuses en 1921 la magnifie. L’État se dote bientôt d’autres moyens dont la promulgation d’une loi, en 1923, réprimant la libre exposition et la distribution de moyens anticonceptionnels ainsi que le libre commerce et la publicité de tout procédé abortif. L’emprise du politique sur le corps des femmes prend ici tout son sens8. Si des résistances se font jour à la maternité toute puissante et évidente, elles restent essentiellement silencieuses, individuelles et privées. Il faudra attendre la seconde moitié du XXe siècle et surtout la deuxième vague du féminisme pour voir ces résistances prendre la rue, se politiser et devenir visibles, enfin.

  • 9  Voir notamment A. McLaren, Histoire de la contraception de l’Antiquité à nos jours, Paris, Noesis, (...)
  • 10  S. Villers, L’avortement et la justice, une répression illusoire ? Discours normatifs et pratiques (...)
  • 11  M. Zancarini-Fournel, F. Rochefort, B. Pavard, Les lois Veil. Les événements fondateurs : Contrace (...)
  • 12  A. Andro, L. Bachmann, N. Bajos et C. Hamel, « La sexualité des femmes : le plaisir contraint », N (...)
  • 13  H. Leridon, Les enfants du désir, Paris, Pluriel, 1998.
  • 14  M. Bozon, Sociologie de la sexualité, Paris, Armand Colin, 2018 (4ème édition).
  • 15  Il s’agit bien d’un sens commun, les grossesses non prévues étant encore une réalité : N. Beltzer (...)

7Les années 1970 voient émerger la politisation des questions jusque-là perçues comme relevant de la sphère privée : la sexualité, la reproduction, l’accès à la contraception… Les féministes de plusieurs pays défendent la liberté pour les femmes de choisir de devenir mère ou pas : « Un enfant, si je veux, quand je veux ! » scandent-elles. Cette prise de position correspond également à une époque de progrès scientifique et à des évolutions sociales les précédant. En effet, à partir de 1960, la première pilule contraceptive est mise sur le marché aux États-Unis9. Les moyens contraceptifs se développent et le progrès scientifique les rend plus fiables, plus accessibles, même si différentes lois entravent parfois leur accès. C’est le cas de la Belgique par exemple en 192310, mais aussi de la France dès 192011, qui se dotent chacune d’une loi empêchant la publicité autour de la contraception. L’étude de la planification familiale a mis en avant le rôle important de la pilule et plus largement des contraceptifs modernes dans la dissociation entre sexualité et reproduction, permettant une « sexualité libérée des risques de grossesse »12. La pilule, et plus généralement les moyens de contraception modernes (stérilet, DIU, diaphragme, etc.) s’accordent au féminin : alors que la contraception dite naturelle reposait sur le bon vouloir masculin, les femmes reprennent peu à peu le contrôle de leur corps et de leur fécondité. Le rapport à la grossesse, et la maternité et la paternité qui en découlent, évoluent petit à petit, pour se vêtir de leur signification actuelle : alors que la maternité était un don qu’il fallait accepter, devenir parent relève peu à peu de l’intentionnalité13. Il faut désormais stopper l’utilisation d’un contraceptif, quel qu’il soit, pour porter un enfant : aujourd’hui, « (…) le propre de la sexualité ordinaire est d’être inféconde. C’est le fait d’interrompre la contraception qui demande une décision, plus que le fait de la débuter »14. Les femmes ne « tombent » plus enceintes dans l’imaginaire populaire15, mais décident de le devenir, marquant par là le nouveau pouvoir qu’elles ont conquis : elles ont désormais la maîtrise de leur fécondité et peuvent donc, théoriquement, choisir quand et si elles souhaitent porter un enfant et devenir mère.

  • 16  N. Bajos, M. Ferrand et A. Andro, « La sexualité à l’épreuve de l’égalité », in N. Bajos et M. Boz (...)
  • 17  F. Sanseigne, « Le planning familial face à la loi, 1956-1967 : entre arrangements et transformati (...)
  • 18  N. Bajos et M. Ferrand, « Contraception et avortement », in M. Maruani (dir.), Femmes, genre et so (...)
  • 19  S. Garcia, Mères sous influence. De la cause des femmes à la cause des enfants, Paris, La Découver (...)
  • 20  Y. Knibiehler, Histoire des mères et de la maternité en Occident, Paris, PUF, 2017.

8Est-ce à dire que ce nouveau pouvoir a modifié l’imaginaire collectif sur les femmes, ne les renvoyant plus à leur rôle essentiel de mère ? Il est légitime d’en douter, « (…) le caractère fondamental de la maternité dans la définition de l’identité féminine limite la portée symbolique de cette dissociation »16. Historiquement, à l’exception peut-être des groupes féministes, les acteurs associatifs des années 1970 ont rarement défendu une liberté contraceptive totale. Ainsi, les centres de planning familial qui se constituent en Europe ont défendu la parenté responsable par une autonomisation et une responsabilisation des hommes et des femmes par la contraception. Stratégie de défense ou adaptation à un contexte encore trop conservateur17, les militants et les militantes du planning familial ont valorisé les valeurs familiales, valeurs que le recours à une contraception responsable – c’est-à-dire qui distingue l’avortement de la contraception, faisant de cette dernière un moyen d’éviter le premier18 – entérine plus qu’il ne remet en cause. La parenté responsable, comme son nom l’indique, s’inscrit parfaitement dans un projet familial, un projet familial plus harmonieux : le planning belge se nomme d’ailleurs « Famille heureuse », sur le modèle du projet français « Maternité heureuse »19, produisant par conséquent une image plus lisse et acceptable que les cliniques de « birth control » américaines. Le pouvoir de choisir quand donner la vie n’implique donc pas nécessairement de refuser de donner la vie. Il insiste davantage sur la responsabilité qu’il y a à choisir le bon moment : la contraception préfigure la famille idéale, et la famille idéale ne se conjugue pas sans enfants. La maternité semble inévitable, tant elle a historiquement été pensée comme inhérente à la condition des femmes20, et bien souvent une source de rétribution symbolique : être mère accorde des privilèges et une position valorisée dans la société. Quelle place, dès lors, pour ces hommes et ces femmes qui ne veulent pas devenir parents ? Dans les années 1970, la fatalité fait place au choix. Le moment est important. Il bouleverse « l’ordre naturel des choses » et offre de nouvelles perspectives aux femmes et aux couples.

  • 21  Voir notamment son ouvrage L’Art de guillotiner les procréateurs – Manifeste anti-nataliste, Nancy (...)
  • 22  M. Giard, « Les non-parents à la fête », Le Journal du Dimanche, 15 mai 2010.

9Parallèlement au mouvement de planification familiale, des childfree, en tant que groupe relativement cohérent, voient explicitement le jour en 1972 aux États-Unis. Le début des années 1970 questionne et révolutionne autant l’éducation des enfants que le fait de ne pas en désirer. Animés par des idéaux écologiques et/ou anarchistes, ces non-parents revendiqués questionnent la surpopulation endémique de la planète, la vie de couple – qui serait plus épanouissante que la vie de parents –, l’égoïsme de ceux et celles qui désirent mettre au monde des enfants et militent pour faire valider leur choix. Née en Californie, la National Organization for Non-Parents (N.O.N) se transformera quelques années plus tard en National Alliance for Optional Parenthood. Le mouvement oscille au gré du temps en fonction d’événements et de l’intérêt porté par les médias. Ces non-parents déclarés cherchent à attirer l’attention d’un large public notamment par la publication d’ouvrages mais aussi par l’organisation d’événements telle la fête des non-parents créée en 2009 par l’écrivain et activiste belge Théophile de Giraud21 et la musicologue Frédérique Longrée. Alliant humour, intimité et questionnement politique, ce dernier mouvement des childfree plus ou moins structuré et très mixte, voire majoritairement masculin, provoque, (« Si vous aimez les enfants. N’en faites pas ») notamment en offrant au meilleur non-parent la médaille du mérite écologique (un préservatif suspendu à un ruban rouge) « pour les féliciter de ne pas donner le jour à un consommateur-pollueur »22. Ce mouvement connaît ses icônes et surtout ses best-sellers comme le fameux No Kid de Corinne Maier.

La non-parentalité : un déni académique et scientifique ?

  • 23  Rien que sur les deux dernières années, on trouve quantité d’articles : M. Spaak, « L’idéal de mat (...)
  • 24  Le débat de midi, 2017, « Et si on arrêtait de faire des enfants ? », animé par Dorothée Barba, di (...)
  • 25  I. Tilmant, Une vie sans enfant, Louvain-la-Neuve, De Boeck, 2018 ; L. Santantonios, Libre à elles (...)
  • 26  C. Schneck, Femmes sans enfants, femmes suspectes, France, film documentaire, 2014 ; M. Baribeau, (...)
  • 27  É. Vallée, « Les femmes qui ne veulent pas d’enfants », Cahiers du Grif, n° 17-18, 1977, p. 15-24, (...)
  • 28  A. Bourgaux, « La non-parentalité volontaire : une revue de la littérature 1971-1990 », mémoire de (...)
  • 29  C. Debest, Le choix d’une vie sans enfant, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014. Voir au (...)
  • 30  A. Gotman et C. Lemarchant, « Sans enfants », Travail, genre et sociétés, n° 37, 2017.
  • 31  A. Gotman, Pas d’enfant. La volonté de ne pas engendrer, Paris, MSH, 2017.
  • 32  P. Donati, « Ne pas avoir d’enfant : construction sociale des choix et des contraintes à travers l (...)
  • 33  Journée d’étude organisée par le Centre Georges Chevrier, « Ces femmes qui refusent d’enfanter. Un (...)
  • 34  E. Develay, « Être femme sans être mère », mémoire de master en sociologie, Université de Bourgogn (...)
  • 35J. Veevrs, « Voluntary Childless Wives: An Exploratory Study », Sociology and Social Research, n°  (...)
  • 36Voir par exemple M.-L. Den Bandt, « Voluntary Childless in the Netherlands », Alternative Lifestyl (...)
  • 37M.-J. Gonzales et T. Jurado-Guerrero, « Remaining Childless in Affluent Economies: A comparison of (...)
  • 38The Straits Times, « “Regretting motherhood” debate rages in Germany », The Straits Times, 27 juin (...)
  • 39  O. Donath, op. cit. ; voir aussi O. Donath, «“Je n’aurais pas dû avoir d’enfants…” : une analyse s (...)

10C’est l’objet de ce numéro Sextant que de participer à la discussion sur la non-parentalité. La question passionne les médias ces dernières années à l’échelle internationale, des médias qui traitent essentiellement de la non-maternité que ce soit dans la presse23 ou à la radio24, mettant en avant l’expérience des femmes plutôt que celle des hommes. Des essais25, des documentaires26 donnent la parole à des hommes et à des femmes qui, par militantisme féministe, écologiste ou simplement par manque d’envie, ont décidé de ne pas devenir parent. Au niveau scientifique, les études sont toutefois plus rares, encore plus en langue française, ce que montre l’unique production scientifique réalisée en Belgique jusque-là27 : une étudiante de l’Institut d’études de la famille et la sexualité de l’Université catholique de Louvain réalise en 1990 une revue de la littérature des années 1970 aux années 1990 afin de tenter de tirer un modèle de la « non-parentalité volontaire »28 à partir des articles anglophones et francophones publiés durant cette période. Elle montre par ailleurs que les femmes sont le plus souvent au centre de ces recherches. Charlotte Debest s’intéresse, elle, autant aux expériences masculines que féminines dans l’ouvrage de référence pour le contexte français, Le choix d’une vie sans enfant29. En 2017, un numéro de la revue française Travail, genre et sociétés, intitulé « Sans enfants »30 et coordonné par Anne Gotman et Clothilde Lemarchant interroge le phénomène des femmes qui n’ont pas d’enfants en Europe en mettant l’accent sur la question du travail. Anne Gotman est également l’auteure d’un ouvrage sur la question, Pas d’enfant. La volonté de ne pas engendrer31, qui s’intéresse autant aux femmes et aux hommes, en couple ou célibataires. C’est également le sujet de l’article de Pascale Donati32. Le chantier se développe conséquemment et se construit progressivement, des initiatives fleurissant ici et là, sous forme de journées scientifiques33 ou de mémoires34. C’est en langue anglaise et dans le contexte étatsunien que l’on retrouve dès les années 1970 des articles sur le sujet35. La littérature étrangère permet donc de multiplier les regards dans des contextes nationaux différents36 ou d’engager des comparaisons internationales37. Les travaux d’Orna Donath, plus connus à l’échelle internationale après que la parution de son livre en Allemagne a mis sur la place publique l’ambivalence du sentiment maternel38, s’intéressent quant à eux à un sujet connexe qui fait également parler le rapport à l’enfant, celui du regret de la maternité39.

Le poids des mots

  • 40  M. Wittig, « La pensée Straight », Questions Féministes, n° 7, 1980, p. 45-53.
  • 41L. Chancey, « Voluntary childlessness in the United States: recent trends by cohort and period », (...)

11Dans ce numéro, nous souhaitons interroger les différentes facettes de la non-maternité dans une logique multidisciplinaire : est-ce toujours un « choix » conscient, une prise de conscience ? C’est sur un continuum qu’il faut envisager la non-maternité : entre celles qui bâtissent un raisonnement derrière lequel se réfugier face aux assauts des curieux et curieuses qui ne comprennent pas cet « égoïsme », d’autres révèlent que ne pas avoir d’enfant peut relever d’un détachement aussi viscéral que l’envie d’en vouloir un. Le numéro porte un regard diachronique sur le sujet de la non-maternité, même si l’histoire nous semble être hélas la grande oubliée d’un tel sujet. Problème de sources ? La non-maternité semble, en tout cas, ne pas être un sujet en soi, et la focale n’est jamais en première intention mise sur le rejet de la maternité. Ce sont jusqu’ici surtout les sociologues et les psychologues qui s’en sont emparé·es. La littérature également, la non-maternité étant de fait verbalisée. L’état de la recherche montre qu’il reste des pans entiers à explorer, en termes de chronologie, de disciplines, d’angle, de géographie – les contributions se focalisant ici sur les Antilles, la Belgique, la France, l’Italie et le Québec. Partant de ces constats, nous avons dû effectuer des choix, participant plus à la recherche que ne la clôturant. Nous n’avons ainsi pas cherché à questionner le non-désir d’enfant chez les femmes lesbiennes ou chez les hommes. Les femmes hétérosexuelles sont en effet la cible principale des discours normatifs et des injonctions à la maternité. Ces injonctions sont rarement interrogées, à l’inverse des femmes lesbiennes dont la maternité fait parler, encore plus depuis le mouvement de la « Manif pour tous » : les lesbiennes ne seraient pas des femmes, pour reprendre la formule de Monique Wittig40, les lesbiennes échappant supposément au système de pensée hétéronormatif qui veut que les femmes soient des mères. Le refus de paternité fait moins l’objet de réflexions critiques, la paternité n’étant pas une caractéristique essentielle aux hommes. Sur l’ensemble des propositions reçues pour ce numéro, une seule proposait d’ailleurs de s’intéresser aux hommes. Nous pensons que le refus de paternité doit être traité en soi afin de ne pas universaliser les expériences particulières des hommes et des femmes et avons pris le parti de consacrer entièrement ce numéro aux expériences féminines. De plus, nous avons privilégié l’expérience des « childfree » sur celle des « childless », même si la frontière est plus poreuse qu’elle n’y parait. La prépondérance des recherches anglaises éclaircit l’usage, même en langue française, du terme « childfree » : « Some defined themselves as “childfree” in favor of “childless” because they felt liberated of children rather than lacking children »41. En français, la traduction est moins évidente parce que le suffixe « free » ne peut se traduire que part « sans », dans un français correct : sans enfant, mettant de fait l’accent sur l’absence plutôt que sur la liberté et ayant une connotation plus négative. Le terme français ne marque en plus aucune différence avec la notion anglaise de « childless », plus négative. La sociologue Charlotte Debest a proposé son propre concept, celui de SEnVol (pour Sans Enfant Volontaire). Nous avons donc laissé libre les auteures de ce numéro quant à l’utilisation d’un terme plutôt qu’un autre. Enfin, nous avons ouvert le numéro à tous types de refus de parentalité, afin de ne pas (re)biologiser la filiation : on peut devenir parent sans accoucher, c’est d’ailleurs l’expérience ordinaire des hommes. L’adoption entraîne, pour les hommes et les femmes, une filiation sans pour autant passer par la gestation ni par l’accouchement. Refuser de devenir parent peut passer à la fois par un refus de la grossesse pour les femmes mais aussi par le refus d’une filiation chez les hommes et les femmes. Ici, nous parlons donc de refus de devenir mère et ce quel que soit le type de maternité, biologique ou juridique, dans une logique de déconstruction de la maternité, comme le révèlent les nouvelles technologies de la reproduction, dissociation paroxystique de la maternité. Cette dernière doit être interrogée : on peut accoucher sans être mère (l’accouchement sous X par exemple) tout comme on peut être parent d’un enfant qu’on n’a pas mis au monde ou reconnu juridiquement (c’est le cas de la parentalité sociale).

12La table des matières divisée en quatre parties – (Dés)Enfanter/Persuader/Transgresser/Délivrer – reflète la diversité des articles de ce numéro qui questionne la place des femmes dans la maternité (Tafuro) et leur rapport à la non-maternité, une maternité qui peut prendre différentes formes, biologique ou littéraire, même quand on rejette l’enfantement (Hromadova). Il ne s’agit pas toujours d’un refus rationnel ou d’un choix politique, il s’agit parfois d’un « destin » qui s’est imposé (Labrie) ou refus du destin familial (Ségeral). Certaines femmes, pourtant, doivent convaincre, ou être convaincues. Convaincre la médecine que leur choix est assumé et que la stérilisation est donc le moyen le plus libérateur face à des médecins qui doutent de ce refus (Tillich). Convaincre aussi, dans l’autre sens, des femmes qui doutent de leur sentiment maternel, des sentiments qu’on leur avait pourtant vendus comme naturels et essentiels à leur nature (Guy et Vozari). C’est que le refus de la maternité est le plus souvent perçu comme une transgression des normes, et des normes de genre (Dupont), et qu’il faut à ces femmes prendre à bras le corps les injonctions et les règles qui encadrent leur vie. Des marges de manœuvre, dans des contextes plus restrictifs, existent (Tesson). En fin de compte, la non-maternité est aussi une délivrance, délivrance d’une histoire d’oppression, celle des femmes noires et esclaves (D’Orlando), délivrées des enfants (Dubus et Knibiehler).

No Children, No Cry : un choix assumé

13No Children, No Cry, le choix du titre de ce numéro de Sextant s’est imposé de lui-même. Ce détournement du plus grand tube reggae de Bob Marley, No Women, No Cry, était facile. Facile mais également paradoxal à la lumière de la vie du chanteur jamaïcain. Sortie en 1974, cette chanson raconte essentiellement la vie du Trench Town, quartier misérable où Bob Marley a grandi. Peu de référence féministe donc chez ce chanteur décédé en 1981 à l’âge de 36 ans et père de onze enfants reconnus issus de sept relations différentes. Peu de childfree chez Bob Marley dont une de ses compagnes dira qu’un autre de ses énormes succès I Shot the Sheriff parlait au départ de tuer non pas un Sheriff mais un médecin qui lui avait donné la pilule car le roi du reggae « se vantait de faire des enfants à ses femmes du premier coup », lui qui dira à la radio que « les femmes sont les mères de la création ». Le détournement est d’autant plus fort. Il n’est pas le seul, bien entendu. En 2013, Hisham Fageeh, un humoriste saoudien crée le buzz en parodiant cette chanson. Militant activiste pour la liberté des femmes saoudiennes de conduire une voiture, il intitulera son adaptation No Woman, No Drive. Ses paroles nous permettent de conclure cette introduction :

  • 42  Traduction libre : « Je me rappelle l’époque où tu t’asseyais dans notre voiture familiale, mais s (...)

« No woman, no drive
Say I remember when you used to sit in the family car, but backseat
Ova-ovaries all safe and well
So you can make lots and lots of babies. »42

Haut de page

Bibliographie

Alder M., « Child-free and unmarried: Changes in the Life Planning of Young East German Women », Journal of Marriage and Family, vol. 66, n° 5, 2004, p. 1170-1179.

Andro L., Bajos N. et Hamel C., « La sexualité des femmes : le plaisir contraint », Nouvelles Questions Féministes, vol. 29, n° 3, 2010.

Bajos N. et Ferrand M., « Contraception et avortement », in M. Maruani (dir.), Femmes, genre et sociétés, l’état des savoirs, Paris, La Découverte, 2005, p. 114-121.

Bajos N., Ferrand M. et Andro A., « La sexualité à l’épreuve de l’égalité », in N. Bajos et M. Bozon (dir.), Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé, Paris, La Découverte, 2008.

Beltzer N. et Bajos N., « De la contraception à la prévention : les enjeux de la négociation aux différentes étapes des trajectoires affectives et sexuelles », in N. Bajos et M. Bozon (dir.), Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé, Paris, La Découverte, 2008, p. 437-460.

Bourgaux A., « La non-parentalité volontaire : une revue de la littérature 1971-1990 », mémoire de l’Institut d’études de la famille et la sexualité, sous la direction de E. Baruffol, Louvain-la-Neuve, UCL, 1990-1991.

Bozon M., Sociologie de la sexualité, Paris, Armand Colin, 2018 (4e édition).

Chancey L., « Voluntary childlessness in the United States: recent trends by cohort and period », mémoire de master en sociologie, sous la direction de M. Sana, Louisiana State University, Baton Rouge, 2006.

Debest C., « Le choix d’une vie sans enfant à travers le prisme des normes parentales et conjugales : étude de cas en France », Nouvelles pratiques sociales, vol. 25, n° 1, 2012, p. 28-43.

Debest C., « Quand les “sans-enfant volontaires” questionnent les rôles parentaux contemporains », Annales de démographie historique, n° 125, 2013, p. 119-139.

Debest C., Le choix d’une vie sans enfant, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.

Debest C. et Mazuy M., « Rester sans enfant. Un choix de vie à contre-courant », Populations et société, n° 508, 2014.

Debest C., « Repenser l’égalité femmes-hommes au prisme du refus de maternité », Politiques sociales et familiales, n° 116, 2014, p. 27-37.

Den Bandt M.-L., « Voluntary Childless in the Netherlands », Alternative Lifestyles, vol. 3, n° 3, 1980, p. 329-349.

Develay E., « Être femme sans être mère », mémoire de master en sociologie, Université de Bourgogne, 2017.

Donath O., Regretting Motherhood: A Study, Berkeley, North Atlantic Books, 2017 (1ère édition en 2015).

Donath O., « “Je n’aurais pas dû avoir d’enfants...” : une analyse sociopolitique du regret maternel », Sociologie et sociétés, vol. 49, n° 1, 2017, p. 179-201.

Donati P., « Ne pas avoir d’enfant : construction sociale des choix et des contraintes à travers les trajectoires d’hommes et de femmes », Revue des politiques sociales et familiales, n° 62, 2000, p. 43-56, en ligne (consulté le 6 août 2019) : https://www.persee.fr/doc/caf_1149- 1590_2000_num_62_1_919.

Garcia S., Mères sous influence. De la cause des femmes à la cause des enfants, Paris, La Découverte, 2011.

Gonzales M.-J. et Jurado-Guerrero T., « Remaining Childless in Affluent Economies: a comparison of France? West Germany, Italy and Spain », European Journal of Population, n° 22, 2006, p. 317-352.

Gotman A. et Lemarchant C., « Sans enfant. Le point de vue des femmes », Travail, genre et sociétés, n° 37, 2017.

Gotman A. et Lemarchant C., « Sans enfants », Travail, genre et sociétés, n° 37, 2017.

Gotman A., Pas d’enfant. La volonté de ne pas engendrer, Paris, MSH, 2017.

Gubin E. et Piette V., « La politique nataliste de l’entre-deux-guerres », in M. Th. Coenen (dir.), Corps de Femmes. Sexualité et contrôle social, Bruxelles, De Boeck Université, 2002, p. 115-129.

Gubin E. et Piette V., « Mères au travail, mère au foyer : les controverses de l’entre-deux-guerres », in G. Masuy-Stroobant et P. C. Humblet (dir.), Mères et nourrissons. De la bienfaisance à la protection médico-sociale (1830-1945), Labor, Bruxelles, 2004, p. 177-197.

Gubin E. et Jacques C., Encyclopédie d’histoire des femmes. Belgique, XIX-XXe siècles, Bruxelle, Racine, 2018.

Hastings D. et Robinson G., « Incidence of Childlessness for United States Women. Cohorts Born 1891-1945 », Social Biology, n° 21, 1975, p. 178-184.

Knibiehler Y., Histoire des mères et de la maternité en Occident, Paris, PUF, 2017.

Kreyenfeld M. et Konietzka D. (eds.), Childlessness in Europe: Contexts, Causes, and Consequences, Doderecht, Springer, 2017.

Leridon H., Les enfants du désir, Paris, Pluriel, 1998.

Letizia Tanturri M. et Mencarini L., « Childless or Childfree? Paths to Voluntary Childlessness in Italy », Population and Development Review, Vol. 34, n° 1, 2008, p. 51-77.

Mclaren A., Histoire de la contraception de l’Antiquité à nos jours, Paris, Noesis, 1996.

Sanseigne F., « Le planning familial face à la loi, 1956-1967 : entre arrangements et transformation », Nouvelles Questions Féministes, vol. 29, n° 1, 2010, p. 16-31.

Sobotka T. et Testa M. R., « Childlessness Intentions in Europe : a Comparison of Belgium (Flanders), Germany, Italy, Poland », European Studies of Population, 2008, vol. 16, n° 1, p. 177-211.

Tilmant I., Une vie sans enfant, Louvain-la-Neuve, De Boeck, 2018.

Vallée É., « Les femmes qui ne veulent pas d’enfants », Cahiers du Grif, n° 17-18, 1977, p. 15-24, en ligne (consulté le 5 août 2019) : https://www.persee.fr/doc/grif_0770-6081_1977_ num_17_1_1177

Veevrs J., « Voluntary Childless Wives: An Exploratory Study », Sociology and Social Research, n° 57, 1973, p. 356-366.

Vialle M., « “L’horloge biologique” des femmes : un modèle naturaliste en question. Les normes et pratiques françaises face à la croissance de l’infertilité liée à l’âge », Enfances Familles Générations, n° 21, 2014, p. 1-23.

Villers S., L’avortement et la justice, une répression illusoire ? Discours normatifs et pratiques judiciaires en Belgique (1918-1940), Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain (« Coll. Histoire, Justice, Sociétés »), 2009.

Wittig M., « La pensée Straight », Questions Féministes, n° 7, 1980, p. 45-53.

Zancarini-Fournel M., Rochefort F., Pavard B., Les lois Veil. Les événements fondateurs : Contraception 1974, IVG 1975, Paris, Armand Colin, 2012.

Sources écrites

Bardeau H., « Ces femmes qui décident de ne pas avoir d’enfant », Radio-Canada, 11 mai 2019, en ligne (consulté le 29 juillet 2019) : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1168969/non-parent-choix-mere-bebe?fr-belid=IwAr0vdWCB cpmoD4FlWdN20WaeoWLVLJ4XT72oCpgoxl1fe_3q683KMaQu8cY.

Cain S., « Women are happier without children or a spouse, says happiness expert », The Guardian, 25 mai 2019, en ligne (consulté le 29 juillet 2019) : https://www.theguardian.com/lifeandstyle/2019/may/25/women-happier-without-children-or-a-spouse-happiness-expert.

Chevarou É., « “Childfree”, “SEnVol”, “ginks” : en France, le refus d’avoir un enfant reste stable depuis trente ans », France Culture, 11 juillet 2019, en ligne (consulté le 29 juillet 2019) : https://www.franceculture.fr/societe/child-free-senvol-ginks-en-france-le-refus-davoir-un-enfant-reste-stable-depuis-trente-ans.

Christensen A., « Bob Marley parodié en faveur des droits des femmes en Arabie Saoudite », La Vie, 28 octobre 2013, en ligne (consulté le 2 août 2019) : https://www.lavie.fr/actualite/societe/bob-marley-parodieacute-en-faveur-des-droits-des-femmes-en-arabie-saoudite-26041.php.

Delplanque L., « Maternité : 4 femmes brisent le tabou sur le fait de ne pas vouloir d’enfant », Marie-Claire, 1er juin 2018, en ligne (consulté le 29 juillet 2019) : https://marieclaire.be/fr/pression-sociale-pas-enfant/

Dupont G., « “Je ne veux pas m’inquiéter toute ma vie pour une autre personne” : elles ont décidé de ne pas avoir d’enfants et l’assument », Le Monde, 26 février 2018, en ligne (consulté le 29 juillet 2019) https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/02/24/elles-ont-decide-de-ne-pas-avoir-d-enfant-et-l-assument_5261898_3224.html?xtref=http%3A%2F%2Fm.facebook.com&xtor=CS2-33281034-%5bFB%5d-%5bteaser%5d-%5btous%5d&utm_campaign=childfree&utm_medium=Social&utmso

Egalitaria, « Elles vécurent heureuses et n’eurent pas d’enfants », Egalitaria, 17 mai 2019, en ligne (consulté le 5 août 2019) : https://egalitaria.fr/2019/05/17/elles-vecurent-heureuses-et-neurent-pas-denfants/assument_5261898_3224.html?xtref=http%3A%2F%2Fm.facebook.com&xtor=CS2-33281034-[FB]-[teaser]-[tous]&utm_campaign=childfree&utm_medium=Social&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR1.

Francetvinfo, « Ne pas vouloir d’enfants, un choix encore tabou », Francetvinfo, 13 avril 2018, en ligne (consulté le 29 juillet 2019) : https://www.francetvinfo.fr/sante/grossesse/ne-pas-vouloir-d-enfants-un-choix-encore-tabou_2704470.html?fbclid=IwAR0iLtxHZXJhH-LILIQ2Rm2XWvdOAc4m2YALzD4ANdr6uLX46ZGBPEZtcCGc.

Galy-Ramounot M., « Elles sont trentenaires et ne veulent pas avoir d’enfant », Madame Figaro, 16 janiver 2018, en ligne (consulté le 29 juillet 2019) : http://madame.lefigaro.fr/societe/ces-femmes-trentenaires-qui-ne-veulent-pas-denfant-etre-mere-201017-134893.

Giard M., « Les non-parents à la fête », Le Journal du Dimanche, 15 mai 2010.

Giraud (de) T., L’Art de guillotiner les procréateurs – Manifeste anti- nataliste, Nancy, Le Mort-Qui-Trompe, 2006.

Jeanticou R., « Des enfants ? Malgré la pression, ces femmes n’en veulent pas », Télérama, 12 février 2019, en ligne (consulté le 29 juillet 2019) : https://www.telerama.fr/monde/ne-pas-desirer-denfant,-un-choix-difficile-a-assumer,n6127748.php.

Santantonios L., Libre à elles : le choix de ne pas être mères, Paris, Éditions du Mauconduit, 2018.

Schneck C., Femmes sans enfants, femmes suspectes, France, film documentaire, 2014 ; M. Baribeau, Maman ? Non merci !, Canada, film documentaire, 2015.

Spaak M., « L’idéal de maternité imposé aux femmes », Femmes plurielles, 10 avril 2017, en ligne (consulté le 29 juillet 2019) : http://www.femmes-plurielles.be/lideal-de-maternite-impose-aux-femmes/?fbclid=IwAR2TQnBNiahUhqy8kVKdBb-yqRn4bctoYRSv1nHezJL3AXkim4hOurDAzVQ.

The Straits Times, « “Regretting motherhood” debate rages in Germany », The Straits Times, 27 juin 2016, en ligne (consulté le 29 juillet 2019): https://www.straitstimes.com/world/europe/regretting-motherhood-debate-rages-in-germany.

Sources audio-visuelles

Le débat de midi, 2017, « Et si on arrêtait de faire des enfants ? », animé par Dorothée Barba, diffusé le 21 juillet 2017, France Inter.

Le téléphone sonne, 2018, « Je ne veux pas d’enfant, et alors ? », animé par Fabienne Sintes, diffusé le 24 mai 2018, France Inter.

Femmes puissantes, 2019, animé par Léa Salamé, diffusé le 20 juillet 2019, France Inter.

Haut de page

Notes

2  É. Zola, Les quatre Évangiles : Fécondité, Travail, Vérité, Arvensa Éditions, p. 220.

3  M. Vialle, « “L’horloge biologique” des femmes : un modèle naturaliste en question. Les normes et pratiques françaises face à la croissance de l’infertilité liée à l’âge », Enfances Familles Générations, n° 21, 2014, p. 1-23.

4O. Donath, Regretting Motherhood: A Study, Berkeley, North Atlantic Books, 2017 (première édition en 2015).

5  Egalitaria, « Elles vécurent heureuses et n’eurent pas d’enfants », Egalitaria, 17 mai 2019, en ligne (consulté le 5 août 2019) : https://egalitaria.fr/2019/05/17/elles-vecurent-heureuses-et-neurent-pas-denfants/

6  Femmes puissantes, 2019, émission animée par Léa Salamé, diffusée le 20 juillet 2019, France Inter.

7  A. Gotman et C. Lemarchant, « Sans enfant. Le point de vue des femmes », Travail, genre et sociétés, n° 37, 2017, p. 33.

8  Voir notamment sur le natalisme en Belgique : É. Gubin et V. Piette, « La politique nataliste de l’entre-deux-guerres », in M. Th. Coenen (dir.), Corps de Femmes. Sexualité et contrôle social, Bruxelles, De Boeck Université, 2002, p. 115-129 ; É. Gubin et V. Piette, « Mères au travail, mère au foyer : les controverses de l’entre-deux-guerres », in G. Masuy-Stroobant et P. C. Humblet (dir.), Mères et nourrissons. De la bienfaisance à la protection médico-sociale (1830-1945), Labor, Bruxelles, 2004, p. 177-197 ; É. Gubin et C. Jacques, Encyclopédie d’histoire des femmes. Belgique, XIX-XXe siècles, Bruxelle, Racine, 2018.

9  Voir notamment A. McLaren, Histoire de la contraception de l’Antiquité à nos jours, Paris, Noesis, 1996.

10  S. Villers, L’avortement et la justice, une répression illusoire ? Discours normatifs et pratiques judiciaires en Belgique (1918-1940), Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain (coll. « Histoire, Justice, Sociétés »), 2009.

11  M. Zancarini-Fournel, F. Rochefort, B. Pavard, Les lois Veil. Les événements fondateurs : Contraception 1974, IVG 1975, Paris, Armand Colin, 2012.

12  A. Andro, L. Bachmann, N. Bajos et C. Hamel, « La sexualité des femmes : le plaisir contraint », Nouvelles Questions Féministes, vol. 29, n° 3, 2010, p. 4.

13  H. Leridon, Les enfants du désir, Paris, Pluriel, 1998.

14  M. Bozon, Sociologie de la sexualité, Paris, Armand Colin, 2018 (4ème édition).

15  Il s’agit bien d’un sens commun, les grossesses non prévues étant encore une réalité : N. Beltzer et N. Bajos, « De la contraception à la prévention : les enjeux de la négociation aux différentes étapes des trajectoires affectives et sexuelles », in N. Bajos et M. Bozon (dir.), Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé, Paris, La Découverte, 2008, p. 437-460.

16  N. Bajos, M. Ferrand et A. Andro, « La sexualité à l’épreuve de l’égalité », in N. Bajos et M. Bozon, op. cit., p. 550.

17  F. Sanseigne, « Le planning familial face à la loi, 1956-1967 : entre arrangements et transformation », Nouvelles Questions Féministes, vol. 29, n° 1, 2010, p. 16-31.

18  N. Bajos et M. Ferrand, « Contraception et avortement », in M. Maruani (dir.), Femmes, genre et sociétés, l’état des savoirs, Paris, La Découverte, 2005, p. 114-121.

19  S. Garcia, Mères sous influence. De la cause des femmes à la cause des enfants, Paris, La Découverte, 2011.

20  Y. Knibiehler, Histoire des mères et de la maternité en Occident, Paris, PUF, 2017.

21  Voir notamment son ouvrage L’Art de guillotiner les procréateurs – Manifeste anti-nataliste, Nancy, Le Mort-Qui-Trompe, 2006.

22  M. Giard, « Les non-parents à la fête », Le Journal du Dimanche, 15 mai 2010.

23  Rien que sur les deux dernières années, on trouve quantité d’articles : M. Spaak, « L’idéal de maternité imposé aux femmes », Femmes plurielles, 10 avril 2017, en ligne (consulté le 29 juillet 2019) : http://www.femmes-plurielles.be/lideal-de-maternite-impose-aux-femmes/?fbclid= IwAR2TQnBNiahUhqy8kVKdBb-yqRn4bctoYRSv1nHezJL3AXkim4hOurDAzVQ ; M. Galy-Ramounot, « Elles sont trentenaires et ne veulent pas avoir d’enfant », Madame Figaro, 16 janiver 2018, en ligne (consulté le 29 juillet 2019) : http://madame.lefigaro.fr/societe/ces-femmes-trentenaires-qui-ne-veulent-pas-denfant-etre-mere-201017-134893 ; G. Dupont, « “Je ne veux pas m’inquiéter toute ma vie pour une autre personne” : elles ont décidé de ne pas avoir d’enfants et l’assument », Le Monde, 26 février 2018, en ligne (consulté le 29 juillet 2019) : https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/02/24/elles-ont-decide-de-ne-pas-avoir-d-enfant-et-l-assument_5261898_3224.html?xtref=http%3A%2F%2Fm.facebook.com&xtor=CS2-33281034-[FB]-[teaser]-[tous]&utm_campaign=childfree&utm_medium=Social&utmsource=Faceb; Francetvinfo, « Ne pas vouloir d’enfants, un choix encore tabou », Francetvinfo, 13 avril 2018, en ligne (consulté le 29 juillet 2019) : https://www.francetvinfo.fr/sante/grossesse/ne-pas-vouloir-d-enfants-un-choix-encore-tabou_2704470.html?fbclid=IwAR0iLtxHZXJhHLILIQ2Rm2XWvdOAc4m2YALzD4ANdr6uLX46ZGBPEZtcCGc ; L. Delplanque, « Maternité : 4 femmes brisent le tabou sur le fait de ne pas vouloir d’enfant », Marie-Claire, 1er juin 2018, en ligne (consulté le 29 juillet 2019) : https://marieclaire.be/fr/pression-sociale-pas-enfant/ ; R. Jeanticou, « Des enfants ? Malgré la pression, ces femmes n’en veulent pas », Télérama, 12 février 2019, en ligne (consulté le 29 juillet 2019) : https://www.telerama.fr/monde/ne-pas-desirer-denfant,-un-choix-difficile-a-assumer,n6127748.php ; H. Bardeau, « Ces femmes qui décident de ne pas avoir d’enfant », Radio-Canada, 11 mai 2019, en ligne (consulté le 29 juillet 2019) : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1168969/non-parent-choix-mere-bebe?fbclid=IwAR0vdWCBcpmoD4FlWdN20WaeoWLVLJ4XT72oCpgoxl1fe_3q683KMaQu8cY ; S. Cain, « Women are happier without children or a spouse, says happiness expert », The Guardian, 25 mai 2019, en ligne (consulté le 29 juillet 2019) : https://www.theguardian.com/lifeandstyle/2019/may/25/women-happier-without-children-or-a-spouse-happiness-expert ; É. Chevarou, « “Childfree”, “SEnVol”, “ginks” : en France, le refus d’avoir un enfant reste stable depuis trente ans », France Culture, 11 juillet 2019, en ligne (consulté le 29 juillet 2019) : https://www.franceculture.fr/societe/child-free-senvol-ginks-en-france-le-refus-davoir-un-enfant-reste-stable-depuis-trente-ans.

24  Le débat de midi, 2017, « Et si on arrêtait de faire des enfants ? », animé par Dorothée Barba, diffusé le 21 juillet 2017, France Inter ; Le téléphone sonne, 2018, « Je ne veux pas d’enfant, et alors ? », animé par Fabienne Sintes, diffusé le 24 mai 2018, France Inter.

25  I. Tilmant, Une vie sans enfant, Louvain-la-Neuve, De Boeck, 2018 ; L. Santantonios, Libre à elles : le choix de ne pas être mères, Paris, Éditions du Mauconduit, 2018.

26  C. Schneck, Femmes sans enfants, femmes suspectes, France, film documentaire, 2014 ; M. Baribeau, Maman ? Non merci !, Canada, film documentaire, 2015.

27  É. Vallée, « Les femmes qui ne veulent pas d’enfants », Cahiers du Grif, n° 17-18, 1977, p. 15-24, en ligne (consulté le 5 août 2019) : https://www.persee.fr/doc/grif_0770-6081_1977_num_17_1_1177 mais qui se range plutôt du côté des sources. La Flandre fait également l’objet d’une étude comparée : T. Sobotka et M. R. Testa, « Childlessness Intentions in Europe: A Comparison of Belgium (Flanders), Germany, Italy, Poland », European Studies of Population, 2008, vol. 16, n° 1, p. 177-211.

28  A. Bourgaux, « La non-parentalité volontaire : une revue de la littérature 1971-1990 », mémoire de l’Institut d’études de la famille et la sexualité, sous la direction de E. Baruffol, Louvain-la-Neuve, UCL, 1990-1991.

29  C. Debest, Le choix d’une vie sans enfant, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014. Voir aussi ses articles : C. Debest, « Le choix d’une vie sans enfant à travers le prisme des normes parentales et conjugales : étude de cas en France », Nouvelles pratiques sociales, vol. 25, n° 1, 2012, p. 28-43 ; C. Debest, « Quand les “sans-enfant volontaires” questionnent les rôles parentaux contemporains », Annales de démographie historique, n° 125, 2013, p. 119-139 ; C. Debest et M. Mazuy, « Rester sans enfant. Un choix de vie à contre-courant », Populations et société, n° 508, 2014 ; C. Debest, « Repenser l’égalité femmes-hommes au prisme du refus de maternité », Politiques sociales et familiales, n° 116, 2014, p. 27-37.

30  A. Gotman et C. Lemarchant, « Sans enfants », Travail, genre et sociétés, n° 37, 2017.

31  A. Gotman, Pas d’enfant. La volonté de ne pas engendrer, Paris, MSH, 2017.

32  P. Donati, « Ne pas avoir d’enfant : construction sociale des choix et des contraintes à travers les trajectoires d’hommes et de femmes », Revue des politiques sociales et familiales, n° 62, 2000, p. 43-56, en ligne (consulté le 6 août 2019) : https://www.persee.fr/doc/caf_1149-1590_2000_num_62_1_919.

33  Journée d’étude organisée par le Centre Georges Chevrier, « Ces femmes qui refusent d’enfanter. Un choix de vie ? », Dijon, le 6 avril 2018 ; Journée d’étude organisée par le Groupe Genre, normes procréatives et parentalité, « Se soustraire à la maternité », Paris, le 18 mars 2019 ; Colloque international organisé par le FERULiège, l’Unité de Recherche ARCh et la Faculté des sciences sociales de l’Université de Liège, « Ne pas avoir d’enfants, Repenser et habiter cette réalité au XXIe siècle : injonctions de genre, résistances et résiliences en action », Liège, 20-21 mars 2019.

34  E. Develay, « Être femme sans être mère », mémoire de master en sociologie, Université de Bourgogne, 2017.

35J. Veevrs, « Voluntary Childless Wives: An Exploratory Study », Sociology and Social Research, n° 57, 1973, p. 356-366; D. Hastings et G. Robinson, « Incidence of Childlessness for United States Women. Cohorts Born 1891-1945 », Social Biology, n° 21, 1975, p. 178-184.

36Voir par exemple M.-L. Den Bandt, « Voluntary Childless in the Netherlands », Alternative Lifestyles, vol. 3, n° 3, 1980, p. 329-349 ; M. Alder, « Child-free and unmarried: Changes in the Life Planning of Young East German Women », Journal of Marriage and Family, vol. 66, n° 5, 2004, p. 1170-1179 ; M. Letizia Tanturri et L. Mencarini, « Childless or Childfree? Paths to Voluntary Childlessness in Italy », Population and Development Review, Vol. 34, n° 1, 2008, p. 51-77.

37M.-J. Gonzales et T. Jurado-Guerrero, « Remaining Childless in Affluent Economies: A comparison of France? West Germany, Italy and Spain », European Journal of Population, n° 22, 2006, p. 317-352 ; M. Kreyenfeld et D. Konietzka (eds.), Childlessness in Europe: Contexts, Causes, and Consequences, Doderecht, Springer, 2017.

38The Straits Times, « “Regretting motherhood” debate rages in Germany », The Straits Times, 27 juin 2016, en ligne (consulté le 29 juillet 2019): https://www.straitstimes.com/world/europe/regretting-motherhood-debate-rages-in-germany.

39  O. Donath, op. cit. ; voir aussi O. Donath, «“Je n’aurais pas dû avoir d’enfants…” : une analyse sociopolitique du regret maternel », Sociologie et sociétés, vol. 49, n° 1, 2017, p. 179-201.

40  M. Wittig, « La pensée Straight », Questions Féministes, n° 7, 1980, p. 45-53.

41L. Chancey, « Voluntary childlessness in the United States: recent trends by cohort and period », mémoire de master en sociologie, sous la direction de M. Sana, Louisiana State University, Baton Rouge, 2006, 1.

42  Traduction libre : « Je me rappelle l’époque où tu t’asseyais dans notre voiture familiale, mais sur la banquette arrière. Comme ça, tes ovaires étaient en sécurité et en bonne santé, et du coup tu peux faire des tas et des tas de bébés ». Aymeric Christensen, « Bob Marley parodié en faveur des droits des femmes en Arabie Saoudite », La Vie, 28 octobre 2013, en ligne (consulté le 2 août 2019) : https://www.lavie.fr/actualite/societe/bob-marley-parodieacute-en-faveur-des-droits-des-femmes-en-arabie-saoudite-26041.php.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Sophie Crosetti et Valérie Piette, « Introduction »Sextant, 36 | 2019, 7-22.

Référence électronique

Anne-Sophie Crosetti et Valérie Piette, « Introduction »Sextant [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 01 novembre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/sextant/345

Haut de page

Auteurs

Anne-Sophie Crosetti

Anne-Sophie Crosetti est aspirante FNRS à l’Université libre de Bruxelles (ULB). Elle est diplômée en sciences sociales de l’École Normale Supérieure de Paris et en sciences politiques spécialité en études de genre de l’Université de Paris VIII. Elle a également étudié en tant que research graduate student à l’Université de Cambridge. Elle réalise une thèse en sociologie à l’ULB sur la prise en charge de la planification familiale par des groupes catholiques en Belgique. Elle travaille dans le cadre de la recherche collective et interdisciplinaire « Sex&Pil ». Ses intérêts de recherche portent sur la sociologie et l’histoire du genre, des sexualités et de la famille, la sociologie politique et la sociologie de la religion.

Valérie Piette

Valérie Piette est professeure d’histoire contemporaine à l’Université libre de Bruxelles. Elle y est titulaire de différents enseignements dont histoire de l’époque contemporaine, histoire du genre et histoire des colonisations. Ses recherches portent sur l’histoire des femmes, du genre et de la sexualité. Elle est membre de l’Action de Recherche Concertée « Sex&Pil », groupe de recherche interdisciplinaire sur le catholicisme et la révolution sexuelle. Elle a coordonné différents ouvrages, dont La modernisation de la sexualité (XIXe-XXe) et a également été commissaire de l’exposition Pas ce soir chéri(e) ? Histoire de la sexualité aux XIXe et XXe siècles et de l’Expo Porno.

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search